Kakarotto

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Re: Kakarotto

Messagepar xela26 le Lun Juin 04, 2018 15:35

Beau chapitre qui se conclut par la confrontation entre l'Empereur et le prince.
Les positions sont inversés maintenant que Kakkarotto est plus haut dans la hiérachie.
Avec Végéta, j'ai peur que tout cela ne tourne au vinaigre quand il sera rétabli. Il n'acceptera Jamais d'être un secong couteau face à Kakarroto. Je me demande vraiment quel levier il a en tête pour le faire adhérer à sa cause. Car avec Raichi dans le coin, deux super sayan c'est toujours mieux qu'un.
Paragus a raison dans le fond, même s'il aurait du refréner son obsession et se ramener avec un " tu vois, j'te l'avais dit" quand Végéta foutra le bordel. Jusque là il avait tout bon mais il commet son premier faux pas, le pôv!
Avec tout ces antagonismes internes et externes, l'empire de Kakarroto à de gros nuages gris devant lui.
La partie sur Terre était aussi sympa. Daimao Junior va se rajouter au bordel spatial... Mais a-t-il les épaules solides? il va vite retomber sur Terre quand il verra ce qu'il y a sur les autres mondes, hi hi hi :)
Chapitre vraiment bon, tes persos sont des cas d"école de comportement, de politique et de géopolitique.
Vivement la suite !
Cell: l'ascension de la terreur- Cell a vaincu Son Gohan lors du Cell game!! Quel sort réserve-t-il à la Terre?? Pour le savoir....viewtopic.php?f=42&t=5990
Chapitre 122: publié
chapitres 123, 124 : relecture, correction
Chapitre 125: 0%

Cell: Damned Souls- Les aventures parallèles de héros de "l’ascension de la terreur". Pour les connaitre:
viewtopic.php?f=42&t=6774
abandonnée
xela26
 
Messages: 1461
Inscription: Lun Oct 03, 2011 20:57

Re: Kakarotto

Messagepar Black_Sennin le Mar Juin 05, 2018 12:45

Vraiment un bon chapitre j'ai hâte de voir Trunks qui rencontre son vrai père :D
Black_Sennin
 
Messages: 15
Inscription: Sam Juin 02, 2018 11:27

Re: Kakarotto

Messagepar Satan sama le Mar Juil 03, 2018 20:23

Chapitre 31: Père et fils.


[Nouvelle Vegeta – Palais Impérial - Salle du trône]


Le docteur Naïn était une femme séduisante, qui insufflait une certaine tenue. Kakarotto l’apprécia dès le premier regard. Sans doute était-il ravi de voir une terrienne si près de lui quand la Terre, la planète qu’il chérissait le plus dans l’univers, était si éloignée. Elle semblait cependant trop nerveuse, et c’était inhabituel de la part d’un scientifique, plutôt accoutumé des dirigeants dangereux. Souvent se cachaient-ils derrière une armure d’apparat, avec leur langage chargé de formules et projets farfelues, pour attiser la curiosité de leur interlocuteur, plutôt que leur éventuelle colère.
Face à Kakarotto il valait toujours mieux porter le titre de Docteur, c’était une sorte de garantie, que rien ne leur arrivait de mal tant qu’une proposition intéressante était au rendez-vous. Et ce que présentait Naïn était au-delà de toutes ses espérances.

_ « Rappelez-moi comment vous appelez ce processus. »

_ « Le clonage, et il a déjà fait plusieurs fois ses preuves. »

_ « Cela vous procurerait une armée de fidèles », l’en informa le professeur Gero, « contrôlables et aptes à se battre, aptes à être remplacés en permanence par de nouvelles unités, comme les robots du Grand Guedester. »

_ « Il vous faut un bon patrimoine génétique et de préférence invariable », continua Naïn, « c’est-à-dire qu’un seul modèle est préconisé pour engendrer toute votre armée. Un individu réputé pour sa bonne condition physique et de hautes aptitudes au combat, ce n’est pas une nécessité mais j’ai tendance à croire que ça ne pourrait qu’encourager la qualité de vos soldats. J’ai aussi apporté d’autres innovations qui devraient vous plaire monseigneur. »

Kakarotto ne cacha pas son impatience. Il gigotait sur son trône comme un gamin à qui on allait offrir son jouet.

_ « Ce sont le fruit de recherches qui ne sont pas les miennes, mais on m’a chargé de vous les délivrer. »

Elle sortit une boîte de Capsules et les montra à l’Empereur lorsqu’il lui fit signe d’approcher pour les observer.

« Chacune de ses capsules contient des bâtiments militaires adaptés au possible à des armées autres que terrestres, il y aussi des laboratoires, des véhicules, des infrastructures diverses et variées, et de la nourriture de toute sorte, pratiquement impérissable pour alimenter des troupes en campagne pendant des semaines. Le meilleur de la technologie et de l’architecture terrienne, se trouve dans cette boîte monseigneur, il vous aurait fallu des années pour bâtir quelque chose sur cette planète, mais avec ça, vous allez pouvoir construire la Nouvelle Vegeta en quelques secondes seulement. »

Kakarotto était impressionné, et cette nouvelle était plus que positive, mais quelque chose l’intriguait, il doutait que Bulma soit en possession d’un arsenal aussi développé et aussi adapté à ses besoins à lui. Alors cela voudrait dire que tous bâtiments miniaturisés avaient été conçu à la carte pour servir ses propres intérêts. Et la Capsule Corporation ne faisait évidemment pas partie de ses alliés sur Terre.

_ « C’est de la technologie volée aux Brief ? »

_ « A vrai dire l’imminent professeur Brief travaille pour nous depuis votre départ de Terre. Le professeur Gero l’a cybornisé, je pensais que vous étiez au courant. »

Kakarotto jeta un regard assassin à son allié. Gero, lui, afficha une mine coupable, et complètement dépitée.

_ « Il y ait beaucoup de choses que Gero préfère me cacher. J’ose espérer que vous n’êtes pas de ce genre de scientifiques Docteur Naïn. »

_ « Monseigneur, puisque nous en parlons. Je dois vous avouer quelque chose. Je ne cherchais pas à vous le cacher et il m’a dit qu’il se présenterait à vous de toute façon, mais je préfère vous prévenir immédiatement pour me dédouaner de tout soupçon. Il n’y avait pas que mes techniciens, mes assistants et mon pilote dans le vaisseau qui m’a mené jusqu’ici. Votre fils était à bord. »

_ « Mon fils ? »

_ « Qu’est-ce que c’est que ces idioties ? », s’emporta Gero, complètement paniqué.

_ « Il se prétend l’être en tout cas. Votre fils ainsi que le commandant Aina, que vous avez connu à l’époque sous le nom du Capitaine Violet. »

Kakarotto se leva brusquement et demanda à tout le monde de sortir.

_ « Allez inspecter le vaisseau immédiatement. Et ramenez quiconque vous y trouverez, vivant. »

_ « C’est inutile Destructeur je suis venu de mon plein grès. »

Trunks entra dans la salle du trône, encadré par deux soldats. Aina marchait à ses côtés, elle aussi suivi par un soldat qui lui maintenait le poignet.

_ « Ils sont venus par eux-mêmes jusqu’ici monseigneur Kakarotto. »

_ « Laissez-nous. »

Tous se pressèrent à sortir de la salle, Gero plus hésitant, cherchait à rester, mais l’Empereur lui fit clairement comprendre qu’il devait s’en aller lui aussi.

_ « J’imagine chaque soir le jour où je viens te chercher sur Terre pour t’emmener avec moi. Et aujourd’hui c’est toi qui vient à moi, Trunks, c’est ça ? »

_ « C’est mon nom oui. »

Kakarotto jeta son regard sur Aina et lui sourit. Il ne l’avait pas vu depuis des années, et avait fini par ne plus se préoccuper de ce qui avait bien pu lui arriver. A la revoir il était cependant non mécontent de la savoir en vie.

_ « Tu as affreusement vieillie », lui dit-il.

_ « Kakarot, je…. »

_ « Je te croyais décédée, et tu me reviens avec notre fils. Tu me l’as amené ici, dans mon nouvel Empire. Je t’en remercie Aina. Ta place est toujours à mes côtés dans notre nouvelle armée. »

_ « Si elle m’a amené jusqu’à toi c’est parce que je lui ai demandé. »

_ « Et pourquoi as-tu fait une chose pareille, Trunks ? Tu veux m’éliminer, me faire prisonnier, livrer ma position à ton imbécile de père d’adoption ? A quel point Bulma et sa famille ont-ils bien pu te corrompre l’esprit de bons sentiments ? »

_ « Je suis venu uniquement parce que j’ai compris, j’ai compris que tu savais qui j’étais, et je savais que tu reviendrais sur Terre pour me chercher. Je suis venu pour m’assurer que tu ne reviennes jamais sur ma planète. »

_ « Ok. Tu veux me faire la peau ! »

_ « Ouais, bien résumé. »

_ « Et si on remettait ça à plus tard. Nous avons beaucoup de temps à rattraper ensemble, laisse donc quelques semaines à ton père. Tu seras notre invité de marque, d’ici là tu n’auras rien à craindre pour la Terre, je lui épargnerais ma présence, et celle de mes troupes. Et je suis certain que tu aimerais prendre des nouvelles de Yamcha. J’aimerais moi-même savoir comment se porte Bulma. Nous avons beaucoup de choses à nous dire avant de nous confronter l’un et l’autre ne crois-tu pas ? »

_ « Je n’ai aucune envie de bavasser avec toi, et je sais que mon père est en vie, c’est un guerrier qui a survécu à tout. »


_ « Oh Yamcha est du genre à avoir la peau dure c’est sûr, il est même mort une fois, mais quand même revenu. Ma détestation à son égard est sans doute aussi forte que l’affection que je porte à ta mère adoptive. Au final tu as eu pour famille mon pire ennemi et celle que s’est rapprochée le plus d’une amie pour moi. Et je sens, je le vois pertinemment oui, que tu es partagé entre l’attachement que me voue Bulma, et la haine que Yamcha éprouve envers moi. Tu as hérité des sentiments passionnels qu’ils ont envers moi, parce qu’après tout, même si je suis l’ennemi à tes yeux, je reste ton père. Et Il y a chez toi le même espoir auquel Bulma s’accrochait sans cesse, de me voir rejoindre ce que vous pensez être le bon côté. Tes yeux te trahissent, l’émotion, la colère. Tu es autant capable de me haïr, que de m’aimer d’une certaine façon. »

_ « Comment pourrais-je aimer le monstre qui a martyrisé ma planète et massacré les amis de mes parents ? »

_ « Mais tout simplement parce que nous sommes liés par le sang, et que tu le veuilles ou non c’est quelque chose qui a du sens, et ce lien ne peut être bêtement rompu par mon meurtre, ou par ta mort dans une tentative désespérée de m’éliminer. Cependant tu es le fruit d’une union que l’histoire n’a jamais connue depuis que les êtres de l’univers ont pu prononcer ce mot. Tu es le premier à être né d’un saiyan et d’une terrienne. Ce qui fait de toi l’être le plus exceptionnel qui soit, et jamais je ne pourrais te tuer, alors tu as deux choix, m’abattre, je me laisserais faire, ou rester ici avec moi et garantir ainsi la protection de notre Terre, qui ne reverra jamais le Destructeur, tant que tu seras à mes côtés. Qu’en dis-tu ? »

Trunks ne put s’empêcher de spontanément accepter en acquiesçant, n’écoutant que son envie irrépressible de préserver son foyer, se détournant dès lors de l’idée de tuer son géniteur qui lui avait taraudé le crâne pendant tout le voyage jusqu’ici. Kakarotto s’en réjouit.

_ « Excellent choix. »


[Nouvelle Vegeta – Palais Impérial – Laboratoire du Professeur Gero]

Gero avait une mine affreuse, son stoïcisme, qu’il devait en partie à sa personnalité propre mais aussi à sa condition de cyborg, se troublait en grimaces tout ce qu’il avait de plus humaines. L’inquiétude, le remord, la peur. Alors qu’il consultait le corps du prince Vegeta pour déterminer la marche à suivre en vue de le cyborniser, les yeux du saiyan s’attardèrent sur lui, le fixèrent, le scrutèrent, comme une machine s’évertuant à l’analyser.

_ « Tu es préoccupé par ce que Kakarotto pourrait te faire n’est-ce pas ? J’ai déjà vu ce regard des milliers de fois. Que lui as-tu fait ? »

Le Prince était perspicace, mais s’il en devinait trop il pourrait tout à fait le rapporter à l’Empereur.

_ « Absolument rien. »

_ « Si ça peut te rassurer, peu importe comment il compte te punir, j’aurais fait probablement mille fois pire. »

Gero tenta de l’ignorer, mais à la simple évocation d’une sanction, il perdait progressivement le contrôle de lui-même.

_ « Tsss. De toute façon, je pense que tu n’as pas grand-chose à craindre. Kakarotto est d’un autre genre, même s’il est en colère ou qu’il se sent trahi, il tentera de préserver votre alliance. Parce que tu lui es essentiel, autant qu’il l’est pour toi. La question est de savoir, qui le premier n’aura plus besoin de l’autre ? Et là, je pense que l’un comme l’autre, vous n’hésiteriez pas à éliminer l’allié de l’équation. »

_ « Kakarotto ne me fera jamais rien. Je lui suis trop précieux. »

_ « Kakarotto a deux peuples, les saiyans, et les terriens, ils s’en entourent, se les préservent, les protègent, moi je n’en ai qu’un seul, moi-même. Je n’ai ni la crainte d’être trahi, ni celle d’être abandonné, je n’ai ni l’envie d’une amitié, ni même d’un fidèle allié. Je pourrais te tuer tout de suite sans me soucier des conséquences, je me fiche bien de tes petits talents de savant fou, si tu agis avec moi comme avec Kakarotto, je te crève. Alors fait ton travail sans me rajouter un seul bidule, j’ai passé plus de dix ans, fusionné à une machine, saches que quoi tu fasses je le saurais, et le sentirais. »

Et comme si le professeur n’était pas assez paniqué, l’arrivée de l’Empereur l’acheva presque. S’il était encore plus qu’une moitié d’humain, il aurait probablement fait une crise cardiaque, tant la peur le saisissait.

_ « Tout va bien Vegeta ? »

_ « Ton copain savant ne m’a pas l’air assez concentré. On dirait que quelque chose le préoccupe. »

_ « Qu’est-ce qui ne va pas Gero ? Avec la construction de 18 et 17 je pensais que remettre à neuf Vegeta te serait d’une facilité scandaleuse. »

_ « Ce n’est pas ça Kakaro… »

L’Empereur le saisit soudain au cou.

_ « Plus de familiarité vieil homme, à partir de maintenant ce sera Empereur, ou monseigneur, comme tout le monde. »

_ « Oui, oui Monseigneur »

La peur ne s’effaçait pas, mais face à une telle humiliation, la haine s’invita à son tour dans la tête du professeur.

_ « Tu m’as encore menti »

_ « Ne le tue pas avant qu’il ne me retape, Kakarotto. », s’exclama Vegeta.

_ « Je ne peux pas le tuer. »

_ « T’es un imbécile alors, mais ça ce n’est pas nouveau. Tu as laissé croire à ce type que vous étiez égaux, et il en profité pour se rendre indispensable. A partir de là, faut pas s’étonner qu’il prenne des libertés, il n’y a qu’une chose qui fonctionne avec les faibles, c’est leur montrer qu’ils le sont. Et ça, tu ne sais pas le faire, il t’utilise pour sa science »

_ « Et ça ne me gênait pas, tant qu’il me restait fidèle », hurla le saiyan en jetant le professeur contre un mur du laboratoire.

_ « Je te suis fidèle, cria à son tour Gero. »

_ « Tu prouves chaque jour le contraire, en me mentant en permanence. Que vais-je découvrir de nouveau demain ? Que me caches-tu encore ? »

_ « Bien des choses », avoua Gero.

Conscient qu’à tout moment, Aina pourrait dénoncer ce qu’il destinait à son fils, Gero savait pertinemment qu’il était en sursis. Mais il se mit à réfléchir, à une vitesse folle, et finit par se convaincre qu’elle n’avait pas non plus intérêt à le lui dire car tout s’était fait avec son consentement. Il avait encore une carte à jouer pour survivre.

_ « Mais ce n’est pas parce que je te cache des choses, continua-t-il, que je ne suis pas fidèle. Tant que je peux exercer, créer, projeter, avec ton aide, je n’ai aucun intérêt, absolument aucun, à te faire des infidélités. C’est comme ça qu’on fonctionne, depuis le début. Tout ce cinéma, ça ne rime à rien. C’est sans doute l’association la plus propice qui n’ait jamais eu lieu, merde. Sans moi tu n’en serais pas là, tu le sais. »

_ « C’est fini tout ça, on n’est pas associés, je suis l’Empereur, et toi un foutu scientifique à ma botte, rien de plus, qui me doit respect et obéissance. Ne me déçoit plus jamais, ou je me trouverais d’autres scientifiques compétents, l’univers regorge de talents, du style de Docteur Naïn. Tu es prévenu, tu n’es plus irremplaçable. »

Kakarotto sortit, furieux, laissant là le professeur, et Vegeta qui s’exaspérait de cette scène.

_ « Tu t’en sors bien », dit-il.

_ « Pas vous en tout cas »

Gero lui saisit le bras et tenta de déplacer un circuit essentiel à l’alimentation énergétique des parties métallisées de Vegeta. Une réaction violente s’enclencha, et pendant l’espace de cinq secondes, le prince fut pris de spasmes accentués par des décharges électriques.

_ « Bordel, c’est quoi ça ? »

_ « Le Grand Guedester a encore des programmes actifs, si j’essaie de vous opérer, vous risquez d’y passer. Je crains que votre état ne soit… permanent. »

_ « Merde, il aurait vraiment dû te tuer. Tu étais déjà vicieux, et effronté, maintenant, tu es devenu inutile. »


[Tour Karin]

Après avoir parcourus plusieurs lieux sans prendre arrêt, de peur que les démons ne soient à leur poursuite, Tsuru Sennin, Nicy, le seigneur Zedig et quatre de ses hommes arrivèrent à la tour Karin, tous épuisés par cette fuite qui se solda enfin sur un refuge. A la Tour Karin un nouveau peuple prenait forme, les hommes de la tribu Karinga, les Nameks, le peuple de Guilan, étaient en train de construire quelque chose de nouveau. On retrouvait les huttes, les maisons inspirées de l’architecture Namek, les grottes, les cabanes, tout un affleurement de bâtisses en construction, destinées à accueillir tous ces marginaux, sous le regard bienveillant d’une jeune fille aux cheveux bleues et à l’aura divine. Et elle les rejoignit, prête à tendre la main à ces voyageurs égarés, sans plus de famille, ni d’amis à qui s’attacher. C’est le cœur lourd qu’elle retrouva sa sœur qui déposa délicatement le corps de leur mère, les yeux meurtris par le chagrin. Becky pleura elle aussi et s’effondra dans les bras de Nicy, des retrouvailles que Tsuru Sennin préféra ignorer.

_ « N’oublie pas ta promesse », lui susurra le vieux maître à l’oreille.

_ « Pas maintenant », dit-elle.

Elle se détourna de lui, et caressa le visage de sa sœur.

_ « Dis-moi que tu peux la sauver. »

_ « Mon pouvoir devient plus puissant de jour en jour, notre mère reviendra. »

Toujours effondrée, Nicy sentit soudain une vague de soulagement la submerger. Ainsi perdait-elle le poids douloureux de l’incertitude, maintenant elle savait que sa mère pouvait être sauvée, ainsi lui revirent les autres tragiques évènements qu’elle ressentait le besoin de raconter à sa sœur.

_ « Junior s’est laissé corrompre, envahi par le mal, il s’est détourné de tout le monde, et il a massacré tous ses amis, les repentis sont morts. Becky, c’est très grave les démons sont sortis de leur royaume et ils veulent s’accaparer du nôtre. »

_ « Je le sais, le Roi Kress est revenu, seul survivant de la bataille qui s’est déroulée dans le Sud. Il m’a tout raconté. »

_ « Le Roi est vivant ? », s’écria le seigneur Zedig.

_ « Il est venu à nous, incohérent et épris de chagrin, sa fille est décédée. »

_ « Je crains que le Roi ne doive encaisser d’autres mauvaises nouvelles, les démons ont massacré tous ses sujets, ses guerriers, et la Reine. Il ne reste plus rien de notre Royaume, mis à part moi et ces quelques hommes. »

_ « Vous en avez un autre ici désormais, pensez vos plaies, pleurer vos morts, la sérénité et un recueil vous est offert. »

Zedig acquiesça, profondément triste, mais soulagé par cet accueil inespéré. Il s’en alla rejoindre son roi avec ses derniers guerriers.

_ « Becky, que faire avec maman ? »

_ « On va l’emmener dans le Palais du Très Haut, et je vais faire tout mon possible pour la ramener à la vie. Je t’attendais aussi, pour voir papa. »

_ « Il nous a interdit de revenir. »

_ « Je sais mais il est grand temps qu’on le retrouve, notre famille sera réunie, et nous pourrons demeurer ici ensemble. »

_ « Je viens avec vous », annonça Tsuru, « mais si par malheur votre père ou l’un d’entre vous essaie de me contraindre à partir, ou ne m’attaque, vous ne retrouverez jamais Arob et Videl, du moins pas en vie. »

Becky lui jeta un regard désapprobateur et sembla enfin s’intéresser à sa présence.

_ « Vous êtes le maître de notre père, n’est-ce pas ? »

_ « Et celui de ta sœur désormais, petite fille. »

_ « Nicy ?! »

_ « Oublie jusqu’à son existence, mais sache qu’après tout ça je repartirais avec lui. »

_ « Papa ne le permettra pas, maman non plus. »

_ « Ils ne pourront pas me contraindre à rester, je lui ai fait une promesse, il m’a amené jusqu’ici en vie, pour me permettre de sauver notre mère. Je ne partirais pas pour toujours sœurette, mais il faudra apprendre à vivre sans moi, quelques temps. »

_ « Je ne m’opposerais pas à tes choix, même si je les désapprouve ! »

Elle s’approcha de Tsuru Sennin, assez près pour lui chuchoter quelques mots que seul lui pouvait entendre.

_ « L’avenir vous laissera d’autres opportunités de vous racheter maître, ce qui s’est passé pour mon père, pour son ami Chaozu, est aussi à votre portée, il n’est jamais trop tard pour faire le bien, jamais trop tard pour vivre autrement. »

Elle le lui avait dit avec une telle conviction, que le maître se surprit à y croire l’espace de quelques secondes. Cette gamine avait décidément quelque chose de spécial, de mystique, elle dégageait une énergie aussi puissance que celle que sa sœur, mais autrement plus positive, plus apaisante. Cependant cette vieille morale lui rappela les discours de son ennemi juré, Muten Roshi, et il s’en dégoûta aussi vite qu’il s’en était ébahi. En grognant, il se contraint à suivre les deux jeunes filles vers le palais, où les attendait sans doute son meilleur élève, Ten Shin Han.


[Palais Impérial]

Trunks ne put s’empêcher d’associer la sympathie tintée de menace de Kakarotto à une certaine forme de folie, car il était sans doute sincère dans la plupart de ses propos. S’il ne lui portait pas un minimum d’affection, la logique voulait que le saiyan sanguinaire qu’on lui avait décrit l’aurait abattu sans sommation et il était prêt à prendre le risque de le combattre. Mais il fut accueilli tout à fait autrement et il était clair désormais que l’Empereur avait la folle idée de voir son fils se tenir durablement à ses côtés.

_ « Tu cherches à me prouver quelque chose Destructeur ?

_ « Pitié pas de ça entre nous. »

_ « Je ne sais pas comment t’appeler autrement. »

_ « Pourquoi pas papa ? »

Trunks lui jeta un regard froid pour toute réponse.

_ « Bon, disons Kakarotto, ce sera un bon début. Je crois que tu pourrais m’être utile pour quelque chose de très important. »

_ « Je ne risque pas d’intervenir dans n’importe laquelle de tes batailles, laisse tombé. »

_ « Oh non il ne s’agit pas de ça, au contraire j’ai l’intention de faire la paix. Tu ne le sais sans doute pas mais disons que depuis la fin de l’Empire de Freezer et de sa famille, d’autres que moi se sont mis l’idée en tête de se créer leur petit régime. Ton père combat pour mon principal concurrent, l’Alliance Galactique. D’ordinaire je n’aurais pas hésité à les éliminer sauvagement mais vois-tu pour une fois j’aimerais faire les choses autrement. Nous allons bientôt conclure un accord, comme une sorte de pacte de non-agression, une façon de nous assurer que nous ne nuirons pas les uns et les autres et j’ai bien l’attention qu’il soit respecté. Cependant et ça te paraîtra peut-être surprenant, il y a un obstacle à cette paix, c’est Yamcha. Il me déteste tellement qu’il va sans doute faire tout capoter en essayant de m’éliminer. Je ne peux pas vraiment lui en vouloir, je le comprends même tout à fait. J’éprouve la même envie, mais je calme mes pulsions en faveur d’une paix durable et prolifique pour nos deux régimes. J’aimerais qu’il te voie à mes côtés, ta simple présence suffira certainement à le convaincre. »

_ « A le convaincre de te tuer, il va forcément croire que je suis un otage que tu utilises à ton profit. »

_ « C’est la Terre qui est en otage dans l’histoire, gamin, je suis content d’avoir mon fils avec moi. Mais tu te trompes si tu crois que je t’ai gardé ici pour apprécier ta simple compagnie. A terme mon fils, lorsque tu auras compris ma vision, lorsque tu auras compris mon ambition, tu reprendras la tête de cet Empire. Pour le moment cette idée te semble irréalisable, mais ça viendra et entre temps, tu feras ce que je dis. Car sinon, la Terre retrouvera mon courroux et ni toi ni Yamcha n’y pourront rien. »

_ « Profite en, papa, un jour je deviendrais plus puissant que toi, et je n’oublierais jamais ce que je suis venu faire ici, mettre fin à tes jours pour que la Terre n’ait plus jamais à subir la terreur du Destructeur. »

_ « Nous verrons bien. »
Dernière édition par Satan sama le Dim Août 05, 2018 14:18, édité 1 fois.
Image
Avatar de l’utilisateur
Satan sama
 
Messages: 212
Inscription: Dim Août 28, 2011 20:53

Re: Kakarotto

Messagepar xela26 le Mer Juil 11, 2018 16:20

Magnifique chapitre !

Géro démasqué mais qui survit, sous la double menace de Kakarroto et Végéta :twisted:
J'espère que le docteur Nain prendra plus d'ampleur. elle semble assez intelligente pour ne pas tomber dans la cachoterie paranoïaque de Géro !
Trunks n'avait aucune chance de faire quoi que ce soit à son géniteur. Comme Muten et Piccolo junior, sa déchéance a débuté.

Kakarotto jeta son regard sur Aina et lui sourit. Il ne l’avait pas vu depuis des années, et avait fini par ne plus se préoccuper de ce qui avait bien pu lui arriver. A la revoir il était cependant non mécontent de la savoir en vie.

_ « Tu as affreusement vieillie », lui dit-il.



Kakarroto quel goujat !!
Vivement la suite !!
Cell: l'ascension de la terreur- Cell a vaincu Son Gohan lors du Cell game!! Quel sort réserve-t-il à la Terre?? Pour le savoir....viewtopic.php?f=42&t=5990
Chapitre 122: publié
chapitres 123, 124 : relecture, correction
Chapitre 125: 0%

Cell: Damned Souls- Les aventures parallèles de héros de "l’ascension de la terreur". Pour les connaitre:
viewtopic.php?f=42&t=6774
abandonnée
xela26
 
Messages: 1461
Inscription: Lun Oct 03, 2011 20:57

Re: Kakarotto

Messagepar Satan sama le Mar Sep 25, 2018 20:45

Chapitre 32 : L’invasion des démons


[Palais de Kami Sama]

Ten Shin Han était bien là, encore présent en son palais, gardien immobile et apaisé. Enfermé dans une prison fantomatique, une immense aura qui tournoyait autour de son corps endormi. Etait-ce là le châtiment que lui avait réservé le Roi Enma ? Becky et Nicy semblaient s’en convaincre. Effleurant la prison d’énergie elles reculèrent abruptement, repoussées par la puissance de l’aura qui entourait leur père.

_ « D’abord maman », lui dit Nicy.

Becky acquiesça et déposa le corps de leur mère sur le sol. Elle respira profondément, et sentit son pouvoir grandir, et s’exprimer par deux lumières bleutées naissant au creux de ses paumes. Elle posa ses deux mains sur Lunch et la lumière la baigna d’une aura resplendissant d’une vie retrouvée. Progressivement Lunch reprenait les couleurs de l’existence et abandonna la mort pour revenir auprès de ses deux filles, en larmes, heureuses. Becky s’effondra sur elle et Nicy les rejoignit, pleurant de bonheur, le bonheur de retrouvailles inespérées.
Tsuru, impassible, préféra revenir à son ancien élève, le plus doué de tous. Ten Shin Han. Il sentit battre son cœur, malgré les circonstances, le vieux maître était heureux de le revoir. Lui qui avait été seul pendant des années, sans plus aucun élève à former, et son frère décédé.

_ « Que s’est-il passé Ten ? Qu’as-tu donc fait pour mettre en colère des forces de l’au-delà ? »

_ « Nous sommes la raison de cette lourde punition », l’informa Becky. « Notre père paie notre existence. »

Lunch était complètement abasourdie, tenue par Nicy qui lui susurrait à l’oreille quelques mots pour la rassurer. Becky, elle, se dirigeait déjà vers Ten, les mains tendues, électrisantes. Un flux d’énergie continu et d’une impressionnante puissance se jeta sur la prison de son père, sans effet.

_ « Qu’est-ce que ça veut dire ? Pourquoi Enma l’a-t-il puni ? »

La question du vieux maître resta sans réponse, alors que Becky tentait à nouveau de libérer Ten Shin Han. Mais la question de Tsuru Sennin ne resta pas très longtemps en suspens, car quelqu’un d’autre était là pour y répondre. Krillin sortit de l’ombre, le visage amaigri, les yeux rouges, un léger duvet décorant sa mâchoire serrée.

_ « Enma a enfermé Ten », dit-il posément, « parce qu’il a enfanté deux monstres. Et il m’a rendu complice de cela, en les envoyant en exil sur Terre, auprès de ma famille. Son châtiment a été d’être pour toujours prisonnier entre deux royaumes, le mien fut bien pire. J’ai perdu mon fils, à cause de vous. »

Becky et Nicy furent autant surprises par cette arrivée impromptue que par la haine que Krillin avait visiblement laisser naître à leur égard.

_ « Aujourd’hui, je vais retrouver Arob, et vous, vous irez vous présenter au Roi Enma, et jamais plus vous ne causerez de tort à ma famille. »

_ « Krillin », bafouilla Lunch, « laisse mes filles en dehors de ça. C’est Tsuru Sennin qui a pris ton fils. Tu m’avais promis de retrouver et de protéger Nicy, pas de la livrer »

_ « Regarde ce qu’elles ont fait, regarde où en est Ten aujourd’hui, il a bravé toutes les lois célestes, les conséquences sont trop grandes. Je ne peux pas laisser ce désastre perdurer. »

_ « Le Krillin que je connais, est souriant, maladroit. Il est fidèle et courageux. »

_ « Et il est mort ici, en attendant désespérant que vienne à lui l’ordure qui a kidnappé son enfant. Je ne m’étonne qu’à moitié, de le voir flanqué des deux résidus de votre union malfaisante. Toi aussi, m’aurais tu trahi ? »

_ « Tsuru Sennin te rendra ton fils, tu l’y contraindras. Becky va faire revenir Ten, et tout sera rentré dans l’ordre, fais-moi confiance. »

Lunch se déplaça péniblement jusqu’à lui et lui caressa le visage. N’y tenant plus Krillin s’effondra en pleurs, pliant genoux et se laissa réconforter par son amie.

_ « Pardonne moi Lunch, pardonne moi. »

_ « Ca va aller », dit-elle.

Mais alors que le guerrier était à terre, pleurant tout son désespoir, de nouveaux venus vinrent troubler ces retrouvailles. Piccolo Junior entrait en scène, accompagné du seigneur démon Garlic.

_ « Que c’est charmant. », ricana-t-il. « Je ne t’avais pas tué Lunch ? J’ai dû louper quelque chose. »

_ « Partons », hurla Tsuru Sennin, « maintenant ».

_ « Ne soit pas idiot vieil homme, vous n’irez nulle part, surtout toi, je connais beaucoup de démons qui aimeraient avoir ta peau, tu seras la petite pépite de mon tableau de chasse, quiconque ne tue un élève de Mutaito se voit inéluctablement sacralisé comme un Dieu parmi les miens, même si j’en suis déjà un, en quelque sorte. »

_ « Piccolo tu… »

_ « Krillin, ne sois pas si surpris, après tout mon père n’est Kami Sama que pour moitié, et j’ai choisi l’héritage de l’autre partie. »

_ « Tu n’as pas choisi », lui rappela Lunch, « c’est cette saloperie démoniaque qui t’a transformé », dit-elle en pointant du doigt Garlic.

_ « Il n’a fait que m’éclairer. On dirait que Ten n’est pas au meilleur de sa forme. Le combat risque d’être très facile sans lui pour vous prêter main forte. »

Krillin lui fit face, avec détermination.

_ « Je t’ai battu la dernière fois que nous nous sommes confronté. »

_ « J’étais un enfant perverti par les Brief. Je ne ferais qu’une bouchée de toi aujourd’hui nabot. »

Tsuru s’approcha de Nicy discrètement et lui prit la main.

_ « C’est le moment de respecter ta promesse, allons-nous en. Krillin peut gérer ça. »

_ « Je n’abandonnerais pas ma sœur et ma mère et à ce démon, maître. Il va falloir combattre ensemble. »

_ « Tsss, nous n’avons pas le niveau pour un tel affrontement. Ne fais pas l’idiote. »

_ « C’est non négociable. »

Tsuru ne pouvait décemment pas se résoudre à combattre contre ces créatures. Il savait ce qui l’attendait. C’était Daimao qui avait tué son maître autrefois, lorsqu’il s’était sacrifié pour l’enfermer dans un autocuiseur. Son vieil ennemi Tortue Génial avait subi le même sort contre ce même Daimao. Et l’impression que le destin l’avait désigné pour gouter à son tour au sacrifice le saisit. Il n’était pas Mutaito, ou Muten Roshi, il était le maître de l’école de la Grue, et il ne s’était pas affublé de ce symbole pour ne pas utiliser ses ailes et fuir cet adversaire bien trop fort pour lui.
Pourtant il se refusait à laisser une élève si prometteuse, livrée à la mort. Il allait de nouveau devoir user de ruse. Et surtout lancer le chaos des hostilités afin de pouvoir s’éclipser, avec son élève et sa famille, car elle ne lui pardonnerait jamais de les avoir abandonné ici.
Il projeta, sans crier gare, deux Dodompa d’une puissance prodigieuse, visant chacun des deux démons. Garlic se laissa surprendre et dut encaisser l’attaque. Piccolo, plus rapide l’évita à temps et la laissa exploser derrière son dos, Krillin en profita pour mener l’assaut. Un Taïyoken aveugla le seigneur démon, et Krillin passa par-dessus lui pour aller attaquer Garlic, espérant éliminer rapidement le plus faible des deux.
C’était l’occasion parfaite. Tsuru se glissa tel un serpent derrière Nicy et la paralysa momentanément avec une technique d’immobilisation, il répéta l’opération avec sa sœur Becky, et leur mère. Il fut si véloce qu’elles ne virent rien venir. Krillin ne remarqua même pas leur départ. Trop concentré sur cet affrontement perdu d’avance. Il n’avait aucun remord à laisser l’élève de Muten aller vers une mort certaine. Au contraire il sauvait probablement la vie de trois personnes aujourd’hui. La compassion n’était pas son fort, mais dans l’urgence, il savait quand partir et qui sacrifier. Un pour quatre, le compte était vite réfléchi. Il jeta un dernier regard à Krillin, les trois jeunes femmes sur son dos, et se laissa tombé le long de la Tour Karin, jusqu’au village hétéroclite de Becky.

_ « Laisse les partir », décida Piccolo qui n’avait pas été dupe.

Garlic Junior, qui partait déjà les confronter, se résigna à rester.

_ « Ils n’ont aucune importance, leur mort attendra un peu, part retrouver le diamant noir, et libère ton père. Je m’occupe du nain. »

Krillin observait les deux démons depuis les airs et vit Garlic entrer dans le palais. Junior lui faisait signe de descendre. Il voulait le combattre seul à seul. Le combattant qu’il était s’exécuta sans se faire attendre, son aura éclatante, menaçante, prouvait que sa puissance n’était certainement pas négligeable.

_ « Je ne saurais dire qui est le plus puissant de nous deux, je veux bien l’admettre. »

_ « Ne fais pas semblant, tu sais très bien que c’est moi », grogna Krillin, « tu peux le sentir ».

_ « Ca ne fera pas de différence. Tu ne pourras pas m’arrêter. »

_ « Qu’est-ce que tu vas faire ? Tenter de régner sur Terre, asservir l’humanité, ou même l’annihiler. Ce n’est pas toi, ça c’est Daimao.»

_ «Je ne suis pas Daimao, je me fiche complètement de cette planète, les démons veulent se l’approprier, qu’ils le fassent si ça leur chante, s’ils échouent, ça m’est égal, j’aspire à tellement plus. Je veux une couronne, une vraie, pas le misérable sceptre de souverain de la Terre. Je veux pouvoir m’affranchir de tout ce que j’ai pu être, et m’abandonner à tout ce que je suis aujourd’hui et tout ce que je peux devenir. »

_ « Alors il n’y aucun retour en arrière ? Aucune façon de te faire revenir dans le droit chemin ? Yamcha, Bulma, tes frères, ils ne s’en remettront jamais. »

_ « J’ai déjà tué trop de monde pour pouvoir faire machine arrière. Je pourrais être tenté, je pourrais essayer, mais, Krillin, c’est déjà trop tard et ça n’arrivera pas. »

Piccolo lança une attaque d’une puissance prodigieuse sur un Krillin surpris et désorienté, mais qui parvint à encaisser le flux d’énergie et même à le détourner.
Aussitôt le guerrier, bien que son état fût au plus bas, prit le dessus sur Piccolo, avec une aisance et une technicité remarquable. Son adversaire était clairement en dessous, mais effectivement bien plus puissant que la dernière fois que Krillin l’avait combattu. C’était un combat inégal. Piccolo s’enrageait en tentant l’impossible. Battre un combattant aussi expérimenté et à la puissance décuplée par des années d’entraînement, n’était pas à sa portée. Après une minute difficile de coups ratés et d’autres encaissés, Piccolo recula pour prendre sa respiration, il toussa et cracha du sang violacé.

_ « Krillin…. Tu es… impressionnant. »

_ « Abandonne, tu peux encore changer. Je t’assure. »

_ « Non, je ne peux pas. Il est trop tard. J’ai… j’ai tué tous les repentis, mes amis. Je les ai tous tué. »

Des larmes coulèrent le long des joues de Piccolo, qui s’effondra de fatigue et probablement de tristesse. Cela brisa le cœur de Krillin. Il s’approcha de lui prudemment et lui posa une main sur l’épaule.

_ « Ce que tu as fait est horrible, mais ce n’est pas de ta faute. C’est ce Garlic qui t’a transformé, ce n’est pas toi, et je sens que le petit Junior, doux, contemplatif, intelligent, compatissant, humble, ce petit être là, ce fort guerrier du bien, il est là, et je vais le faire revenir pour toujours. »

_ « Tu… tu m’y aideras ? »

_ « Oui Junior, bien sûr. »

_ « Non merci !! »

Piccolo le transperça. Ses doigts crochus cisaillèrent ses entrailles, sectionnèrent sa colonne vertébrale, et ressortirent aspergés de son sang, de l’autre côté du corps de Krillin.

_ « Tu es vraiment trop stupide. Et dire que c’est le genre de discours que j’aurais pu tenir il y a peu. »

Une infinie tristesse, une peur saisissante et une rage prodigieuse. Voilà ce qu’il pouvait lire dans le regard livide du guerrier. On voyait ses yeux noirs briller puis, tout à coup, cet éclat s’amortissait pour se noyer dans la chaude et trouble voie menant à l’Au-delà. Perçu-t-il une lumière ? Sans doute pas. Car personne ne l’attendait là-haut. Sa femme, son fils, perdus parmi les vivants, et lui sur le chemin de la mort, et pour toujours.
Piccolo pulvérisa ce qu’il restait de lui. Un soupçon de nostalgie l’assaillit, l’espace d’un moment, mais cela ne dura pas, car il avait à faire. Garlic revient à lui, les mains tremblantes tenant le Diamant Noir.

_ « C’est lui ? »

_ « C’est sa prison, il ne reste plus qu’à l’en délivrer. Mais seul toi a la puissance nécessaire pour le faire. »

_ « Se soumettra-t-il à moi ? C’est parce qu’il voulait devenir Dieu qu’il a été enfermé là-dedans. Comment puis-je m’assurer qu’il acceptera de m’obéir, moi qui n’en suis même pas un. »

_ « Mon père soulèvera la plus grande armée de démons n’ayant jamais existé, et il vous en fera cadeau, pour l’avoir libéré. »

_ « De la reconnaissance ?! J’ai besoin de plus que ça, je veux porter un projet, bien trop important pour que nos égos ne deviennent un sujet de discorde et de guerres fratricides. J’ai besoin qu’il croit en moi, comme toi tu as cru en moi. »

_ « Lorsqu’il vous verra, lorsqu’il vous entendra, il pliera le genou avec le sourire. »

_ « Alors il est temps de quitter la Terre pour Makyo, c’est sur cette planète que mon ascension arrivera à son paroxysme. »


[Village Karin]

Tsuru pensait se réfugier au village. Il arriva dans une véritable zone de guerre. Des Nameks virevoltaient parmi une nuée de démons enragés, tuant tout sur leur passage. Un spectacle d’effroi, auquel, cette fois, il ne pouvait échapper. Bousculer par des corps qui s’entrechoquaient et qui valdinguaient autour de la Tour Karin, il s’effondra sur le sol avec ses trois rescapés et sentit ses côtes se fêler. Il lâcha un hurlement de douleur qui attira sur lui l’attention d’une dizaine de démons. Malgré la souffrance qui l’accablait, il élimina les deux premiers avec un Dodompa, mais ils étaient trop nombreux pour éviter l’affrontement de front. A peine se concentrait-il pour se ressourcer en énergie que les autres guerriers du mal lui sautèrent dessus. C’était sans compter l’intervention d’un jeune guerrier de la tribu Karinga, qui les transperça tous avec sa lance. D’autres arrivèrent alors mais le puissant Guilan les mit en pièces avec facilité.

_ « Ils n’auraient jamais dû nous attaquer, dit-il. Les Nameks sont en train de les mettre en pièce. Becky ! »

En voyant le corps de sa protégée, allongé, le dragon se jeta sur elle et la prit dans ses bras.

_ « Nous devons absolument la mettre en sécurité ».

Upa acquiesça et porta son regard sur le vieux maître. Tsuru déglutit, il n’eut le temps de murmurer qu’un début de mot, qu’on le soulevait déjà de terre.

_ « Arrête », s’écria Becky. « Il nous a sauvé la vie. Laisse-le s’en aller, ce n’est plus son combat désormais. »

_ « Il a volé l’enfant de Neytiri, je ne peux pas Becky, je ne peux pas le laisser partir. »

_ « Il fera pire encore, mais je fais confiance en ma sœur, je lui ai promis de ne rien faire contre sa volonté, elle a fait le choix de le suivre. Il faut le respecter. »

_ « Et Arob dans tout ça ? »

_ « C’est une quête que tu devras mener plus tard, regarde autour de toi Upa, ta place est ici, dans le lieu de paix que nous avons construit. Il faut repousser ces démons et rebâtir notre sérénité et notre neutralité. Tsuru est un ennemi des démons, le chemin qu’il empruntera plus tard, ne sera peut-être pas le même qu’aujourd’hui. Fais-moi confiance Upa, laisse les partir, lui et Nicy. »

Upa le relâcha, déçu de ne pas avoir pu lui faire payer. Et, sans plus attendre, Tsuru Sennin attrapa Nicy, la porta à ses épaules, et s’en alla, le plus vite possible, pendant que les villageois éliminaient les derniers démons.

[Capsule Corporation]

Les démons envahissaient les rues de la capitale et Bulma se devait de coordonner le plan d’urgence qu’elle avait conçue face à ce genre de situation. Plusieurs programmes de protection avaient été installés dans la capitale depuis déjà plusieurs années. Des Bunkers étaient prévus pour accueillir les habitants en cas de bombardement, ou d’attaques frontales de troupes ennemis terrestres. L’évacuation avait été maintes fois exercée et les démons, désordonnés, ne purent faire que très peu de victimes dans l’état actuel des choses. Peu mais déjà trop pour Bulma, qui avait la lourde responsabilité de protéger cette cité. Plusieurs de ces robots de défense s’agglutinaient déjà dans la Capitale Ouest pour éliminer rapidement la menace. La situation qui était alors catastrophique, revint rapidement sous contrôle.

_ « Ce sera vite terminé », dit-elle à sa mère, « à condition qu’il n’en vienne pas d’autres ».

_ « Je m’inquiète tellement pour Junior ma chérie, ils disent aux infos que la Capitale Sud a complètement été détruite. Le gouvernement a même laissé un communiqué pour affirmer qu’il n’y a aucun survivant. »

_ « Je suis certain que Junior va bien maman, moi aussi je suis très inquiète, mais, s’il était mort, je le saurais, je le sais. Les repentis doivent combattre ailleurs que sur Terre, il y a des sortes de passages qui mènent au royaume des démons mais ce serait trop long à expliquer. »

Bulma soupira tout en pianotant sur ses ordinateurs de contrôles. Elle avait accès à tous les caméras de la ville et des drones lui faisaient parvenir des centaines d’images depuis le ciel.

« Les démons ont progressé sur tout le territoire, mais ils n’ont pas prévu une chose, c’est que depuis Daimao, depuis Kakarotto, et l’invasion de l’Empire, la Terre s’est préparée à toutes les éventualités, on peut les repousser j’en suis sûr. Mais si seulement Lunch et Guilan pouvaient être à mes côtés comme à l’époque de la résistance. En plus de cela Krillin est introuvable, mes fils sont on ne sait où, et Yamcha perdu quelque part dans l’espace avec Nail. Arob, Videl, Nicy ont disparu. Les repentis et les Nameks ont refusé de m’aider pour s’opposer à Mai. Et papa… Je me sens vraiment seule maman. »

Madame Brief lui caressa les cheveux pour la consoler.

_ « Moi plus que personne sait que tu es la seule, la seule tu m’entends, capable de gérer cette situation. Tu es une fille extraordinaire ma chérie, je suis tellement fière. Un jour viendra où notre famille sera réunie, j’en suis persuadé. »

_ « J’espère tellement que tu as raison. Hé, regarde, on dirait que le gouvernement essaie de rentrer dans la ville. »

Sur les écrans plusieurs tanks de l’armée de la Couronne pénétrèrent dans la Capitale Ouest, dans une jeep elle reconnut parfaitement Mai.

_ « Elle est accompagnée par un étranger, on dirait une sorte d’Alien rose, peut-être un prisonnier démon mais ça n’y ressemble pas beaucoup. Quoi qu’il en soit, elle n’est pas la bienvenue ici. Je vais lui barrer le passage. »

_ « Bulma attend, regarde, ils s’attaquent aux démons, c’est peut-être une bonne chose. »

_ « Je peux gérer ça, le gouvernement n’a pas le droit de venir avec des troupes dans ma ville, peu importe les circonstances. »

Mai descendait de son véhicule et s’approchait d’une caméra d’un commissariat.

_ « Bulma je sais que tu as des yeux partout, donc tu dois certainement m’entendre et me voir. Ne fait rien pour m’arrêter où je n’hésiterais pas à détruire ta ville et laisser les démons s’occuper du reste. Et si tu ne m’en crois pas capable à cause la population, sache que je sais parfaitement qu’ils ont rejoint plusieurs bunkers parsemés dans la capitale, alors laisse-moi venir à toi sans faire d’histoire, je dois te parler c’est urgent. »

_ « Tsss, elle profite de la pagaille pour venir m’arrêter, je ne me laisserais pas faire. »

_ « Je ne pense pas Bulma, elle a l’air sincère. Et puis les démons, le gouvernement, tu ne peux pas combattre tout le monde. Laisse-lui au moins une chance de te parler. »

Sa mère était une femme de bon sens, mais elle cherchait toujours à voir le positif, et n’avait aucune idée de quoi Mai était capable. Elle avait cependant raison sur un point. Si elle se lançait sur le terrain d’un conflit ouvert, elle risquait de perdre sa ville, et elle ne pouvait pas se le permette.

_ « Va chercher Bra dans sa chambre, et cachez-vous au sous-sol, maman tu prends tous les robots de sécurité de la maison avec toi ok ? Je ne veux pas que vous risquiez quoi que ce soit. »

_ « Et toi ? Et les animaux ? »

_ « Il ne nous arrivera rien, ne t’inquiètes pas. Laissons Mai venir à moi, on va vite comprendre ses attentions. »
Dernière édition par Satan sama le Jeu Sep 27, 2018 3:16, édité 1 fois.
Image
Avatar de l’utilisateur
Satan sama
 
Messages: 212
Inscription: Dim Août 28, 2011 20:53

Re: Kakarotto

Messagepar Antarka le Mer Sep 26, 2018 11:06

Cool un nouveau chapitre !!

Bon pas grand chose a dire, faudra que je relise ce que tu as publié cette dernière année parce que je me rappelle pas de tout (genre ce qui est arrivé a T'en).

C'est vraiment le bordel sur Terre, faudrait que Yamcha revienne, parce que pour le moment son utilité dans l'espace me semble sujette à caution.

Et vivement la suite ! Ça fait tant et tant d'années qu je lis ta fiction (sa première version comprise) que ma foi, j'imagine pas quand tu l'auras fini (ou abandonner, bien que j'espère pas).
Les amis, c'est comme les flocons de neige. Quand tu pisses dessus, ils disparaissent.
Avatar de l’utilisateur
Antarka
 
Messages: 9207
Inscription: Dim Avr 27, 2008 10:05

Re: Kakarotto

Messagepar Satan sama le Mer Sep 26, 2018 17:14

Je n'en reviens pas moi même tout le temps consacré à cette fiction, j'devais avoir 16 ans quand j'ai commencé la première version.
J'espère ne pas l'abandonner, surtout qu'on ne s'approche pas encore de la fin, j'aspire à réaliser mon troisième tome, mais en attendant je compte bien finir le deuxième.
Merci pour ta fidélité.
Concernant Ten, il n'est pas explicitement dit ce qui lui est arrivé, la dernière fois qu'on en attend parler dans ma fic, il demande à Krillin de cacher ses filles parce que le roi Enma les recherche, du coup le roi Enma est effectivement venu au palais de Kami Sama et l'a sanctionné en l'enfermant pour toujours dans la prison que je décris dans ce chapitre.
Image
Avatar de l’utilisateur
Satan sama
 
Messages: 212
Inscription: Dim Août 28, 2011 20:53

Re: Kakarotto

Messagepar biskus le Mer Sep 26, 2018 23:26

Plaisir de te lire satan.

Je crois que c'est la mort la plus sale qu'il m'est ete donne de voir concernant krilin, il est plus fort mais ce fait tuer en traitre que sa soit par trahison sentimental et ruse grossière . Krilin pert sur tout les plans . Vraiment triste pour lui plus que sa mort contre freezer dans le manga.
Hâte d'avoir plus d'explications sur le bannissement de ten ( ou malediction punition ...)
Mai jai envie de lui donner des baffes tellement elle m'énerve car elle est devenue perfide et opportuniste. Voir ce qu'il va se passer avec bulma.
biskus
 
Messages: 204
Inscription: Sam Oct 18, 2014 12:36

Re: Kakarotto

Messagepar xela26 le Jeu Sep 27, 2018 22:16

Krillin sa mort était... je dirais pas stupide, mais il a été trop naïf et a été sanctionné. Il s'est laissé tromper par ses émotions, c'est triste, vu qu'il avait largement de quoi gagner le combat et "sauver" la Terre.
Après cet interlude sur Terre, j'ai hâte de retrouver les aventures de Kakarotto, Végéta, Yamcha (Et Raichi) dans l'espace.
Cell: l'ascension de la terreur- Cell a vaincu Son Gohan lors du Cell game!! Quel sort réserve-t-il à la Terre?? Pour le savoir....viewtopic.php?f=42&t=5990
Chapitre 122: publié
chapitres 123, 124 : relecture, correction
Chapitre 125: 0%

Cell: Damned Souls- Les aventures parallèles de héros de "l’ascension de la terreur". Pour les connaitre:
viewtopic.php?f=42&t=6774
abandonnée
xela26
 
Messages: 1461
Inscription: Lun Oct 03, 2011 20:57

Re: Kakarotto

Messagepar Ronshen le Dim Oct 07, 2018 19:40

Salut Satan Sama,

Cela fait quelques jours que j'ai commencé à lire ton histoire. Pour l'instant j'en suis au chapitre 15 du Tome 2 (une issue inattendue) J'en lis un peu tous les jours. Parfois j'ai du mal a m'arrêter tellement je veux connaitre la suite. Je trouve que c'est super bien écrit. Tu suis bien la chronologie de l'histoire originale, les caractères de personnages sont bien respectés et pourtant les choses diffèrent énormément du manga. Il y a juste sur Namek ou il y a quelques similitudes ; Piccolo au niveau de Freezer 2ème forme alors que ce n'est pas la même fusion, Krilin qui convainc un Dendé réticent au départ de guérir Végéta, le Genkidama, un (1er) Super Saiyan, la destruction de la planète... C'est la période ou les évènements ressemblent le plus au manga, malgré tout ça reste original. Il y a quelques "cliffhanger" (c'est comme ça qu'on dit je crois :lol: ) énormes parfois, comme lorsque la voix de Raditz est émise par le biais de la capsule de Kakarott, et que ce dernier dit qu'il va s'entrainer pour être apte à protéger les terriens.

Je me suis posé une question à un moment donné : à la période du retour de Piccolo Daimao, Mai et Tambourine volent les Dragon Balls à l'armée du RR. Seulement, à part si j'ai zappé quelque chose -ce qui est possible- ,il n'est pas mentionné qu'un voeu a été prononcé... Est-ce que Daimao a retrouvé sa jeunesse ? Enfin je te demande ça mais en même temps ça doit dater pour toi, peut-être que tu ne te souviens plus :D

Sinon, par rapport au stade ou j'en suis dans l'histoire, j'ai l'impression que Videl pourrait bien avoir besoin du pouvoir de Nicy, ou Becky je sais plus. Enfin celle qui peut redonner la vie. Simple supposition :wink: Enfin je ne veut pas savoir à l'avance :)

J'espère que tu continueras de nous régaler de tes récits en tous cas.
Avatar de l’utilisateur
Ronshen
 
Messages: 203
Inscription: Jeu Avr 25, 2013 22:40

Re: Kakarotto

Messagepar Satan sama le Jeu Oct 11, 2018 2:10

Toujours ravi de voir de nouveaux lecteurs, et d'autant plus ravi que ma fiction ne te plaise autant.
Effectivement le vœux prononcé par Piccolo était de retrouver sa jeunesse passée comme dans le manga originale ;)
Image
Avatar de l’utilisateur
Satan sama
 
Messages: 212
Inscription: Dim Août 28, 2011 20:53

Re: Kakarotto

Messagepar Satan sama le Mar Oct 16, 2018 0:12

Chapitre 33: L'accord de paix


[Nouvelle Vegeta - Palais Impérial]

Kakarotto se sentait démuni face aux derniers évènements. Paragus avait complètement pété les plombs, aveuglé par la rage qui le submergeait à chaque évocation du mot Vegeta, à se demander comment il avait pu vivre si longtemps dans leur capitale que l’Empereur eût aimé appeler Nouvelle Vegeta, en souvenir de l’époque où la race des saiyans faisait régner la terreur dans la galaxie.
La folie de Raditz devenait chaque jour un problème, il lui devait l’état critique dans lequel Paragus se trouvait aujourd’hui. Quant à Vegeta, l’incompétence de Gero sur son cas le déprimait considérablement, et Kakarotto était inquiet de le savoir aussi détruit, craignant qu’il ne finisse, lui aussi, par devenir fou. Gero, lui, ne cessait de lui cacher des choses, et l’Empereur n’avait plus vraiment confiance en lui.
Aujourd’hui il devait arranger ces problématiques, avant que de nouvelles ne viennent s’accumuler pour faire flancher son Empire. Le docteur Naïn semblait particulièrement compétente et prête à lui proposer des solutions. Aussi l’avait-il convoqué, seule, en salle du trône. Même les gardes s’étaient absentés. Kakarotto avait besoin de se retrouver avec elle pour déterminer si sa valeur était telle qu’il se la représentait.

_ « Docteur, viens par ici. »

Elle venait d’entrer, pas très rassurée mais donnant l’impression d’avoir confiance en ce qu’elle allait présenter à l’Empereur. Ce mélange contradictoire d’assurance et de crainte plaisait à Kakarotto, c’est ce qu’il attendait de tous ceux en qui il n’avait pas encore pleinement offert un soupçon de sa confiance. Naïn s’exécuta et se prosterna devant lui, peu convaincu par son geste, sans doute ne savait-elle pas exactement comment se présenter à lui.

_ « Comment se passent les travaux ? Si on peut appeler ça comme ça. »

_ « Mon seigneur, j’ai établi tous les emplacements et actuellement les équipes du professeur Gero déploient les capsules un peu partout sur la planète. D’ici quelques jours, la Nouvelle Vegeta sera digne d’une capitale impériale, les infrastructures se remplissent, le personnel s’y accoutume, tout s’organise à une vitesse convenable. »

_ « Heureux de l’entendre. As-tu recruté du personnel scientifique comme je te l’ai suggéré ? »

_ « La plupart des scientifiques travaillent déjà avec le professeur Gero, mais j’ai sélectionné quelques profils intéressants qui ne collaborent pas pleinement avec lui, notamment le professeur Krang, qui a conçu la couronne qui devait contenir la puissance de Broly. »

_ « Intéressant. Venons-en aux faits, j’ai besoin que quelque chose soit fait pour le prince Vegeta. Gero ne peut pas le cyborniser à cause de programmes de protections du Grand Guedester qui ont survécu à sa destruction. Mais vous le savez déjà. »

_ « J’ai une solution. Mais je ne peux pas vous mentir, elle est particulièrement dangereuse. »

_ « Je suis déjà heureux de savoir qu’une solution existe. En quoi ça consiste ? »

_ « Eh bien, j’ai travaillé d’arrache-pied sur les travaux du Docteur Willow. Et je pense pouvoir reproduire une sorte de transplantation, c’est une opération qui consiste à inverser les cerveaux de deux individus pour qu’ils échangent de corps. L’assistant de Willow a déjà réussi une telle opération en intégrant le cerveau de son maître dans une armure robotique, mais Willow a poussé cette science beaucoup plus loin en élaborant une formule permettant de transférer son esprit dans celui d’un être charnel. »

_ « Ce voudrait-dire qu’il faudrait désigner un candidat pour servir de réceptacle à l’esprit de Vegeta. Le prince n’acceptera jamais d’habiter le corps d’un autre. »

_ « Pas nécessairement. Les laboratoires de clonage sont déjà en place, et ne demandent qu’à élaborer leur premier sujet. Admettons que nous clonions un seul exemplaire du prince Vegeta, et que nous transmettons son esprit depuis son corps meurtri, à un corps parfaitement sein, jeune et avec une puissance identique à l’original. »

_ « Parfaitement identique ? »

_ « Le potentiel de ce corps serait le même que celui de Vegeta, mais il n’aura pas au départ la puissance qu’il a pu accumuler avec les années, c’est le seul point négatif de cette opération, ça et sa dangerosité évidente et l’incertitude quant à sa réussite. »

Kakarotto se leva et s’approcha d’elle, souriant.

_ « C’est du génie, tu es tout simplement exceptionnelle. »

Naïn se mit à rougir, et semblait très impressionné par la proximité de l’Empereur. Elle n’en était pas moins fière de ce compliment.

_ « Souhaitez-vous entendre mes propositions concernant votre frère ? »

_ « Dis-moi tout. »

_ « J’ai d’abord pensé à la même solution que pour le prince Vegeta. Dans un nouveau corps cloné, Raditz n’aurait plus les sévices qu’il a subis de Broly. Un nouveau cerveau pourrait lui assurer un esprit sein, et en plus de ça il perdrait son actuelle infirmité. Mais devant la dangerosité de l’opération j’ai jugé préférable de me pencher sur une autre solution, j’imagine que vous ne souhaitez faire courir un tel risque à votre frère. Ainsi, je pense que les compétences du Docteur Krang me seront utiles, il est parvenu pendant longtemps à contenir la folie de Broly grâce à sa couronne, un nouveau model miniaturisé que je lui implanterais dans le cerveau pourrait corriger son esprit malade. C’est aussi incertain mais possible et moins dangereux. »

_ « C’est une idée qui me parait… excellente. Tu demanderas à Gero tout le matériel dont tu as besoin, son propre laboratoire s’il le faut. C’est compris ? »

_ « Oui monseigneur. »

_ « Et pour mon armée de clones, quel sujet considères tu pour les faire naître ? »

_ « Je pense qu’un saiyan serait l’élément idéal. La puissance de base de votre race est assez importante et peut évoluer rapidement, les entraînements ou même les combats permettront à votre armée d’augmenter en potentiel chaque jour. Il serait indélicat de vous choisir vous, votre frère, votre fils ou Vegeta, pour des raisons éthiques ou de hiérarchie, alors j’ai pensé au seigneur Paragus. »

_ « Paragus, oui, pourquoi pas après tout. Attends tu es en train de me dire que tu comptes produire des milliers de saiyans à la chaîne, complètement acquis à l’Empire ? »

_ « Complètement soumis à votre autorité mon seigneur. »

_ « Incroyable, des années après notre quasi extinction, les saiyans vont pulluler sur des dizaines de monde, sous ma bannière. Commences au plus vite. Si tu réussis tout ce que tu m’as dit aujourd’hui, tu deviendras la scientifique numéro un de mon Empire, surtout ne me déçois pas, Gero ne va pas céder sa place aussi facilement. Si j’estime qu’il m’est plus utile que toi, il restera en pole position, malgré sa fâcheuse tendance à me cacher la vérité. »

_ « Seriez-vous en train de nous mettre en compétition ? »

_ « C’est tout à fait ça, un peu de concurrence vous fera le plus grand bien, à tous les deux. Maintenant tu peux partir, je dois visiter Paragus. Son état de santé est encore préoccupant, dès qu’il sera rétabli, il sera tout à toi. »



[Capsule Corporation]

Bulma les avait installés sur les canapés du grand salon, comme si elle accueillait de bons amis. Malgré l’impatience de Mai, elle n’osa pas refuser la courtoisie hypocrite de son hôte. Alors qu’à l’extérieur l’armée et les forces de sécurité de Bulma chassaient les derniers démons, les deux femmes prenaient le thé et s’apprêtaient à grignoter de petits gâteaux.

_ « C’est une tradition ? », demanda l’alien rosâtre qui avait accompagné Mai.

_ « Nan, c’est une mise en scène, Bulma sait très bien que nous allons lui demander quelque chose, elle est chez elle ici, et elle nous le montre. »

Bulma, qui était parti cherché encore quelques friandises, revint à ses convives et sirota son thé.

_ « Alors Mai, qu’est-ce que tu veux ? »

_ « Tu ne me demandes pas qui m’accompagne ?»

_ « Je me suis posé la question, mais j’ai fait quelques recherches, ton ami est un Yardrat, j’ai cru savoir que c’est une de ces mêmes créatures qui a ramené Kakarotto sur Terre.»

_ « C’est Yamcha qui m’envoie, pas les saiyans », lui signala l’extraterrestre. « Je m’appelle Yod, je suis un soldat d’élite de la planète Yardrat, et messager de l’Alliance Galactique. »

_ « Pourquoi Yamcha n’est pas avec toi ? »

_ « Il a lui-même exprimé le souhait de ne pas retourner sur Terre, il s’est juré de ne pas y revenir avant que Kakarotto ne soit mis hors de nuire a-t-il dit. »

_ « Ça lui ressemble. Qu’est-ce que l’Alliance Galactique ?»

_ « Un gouvernement rassemblant plusieurs planètes autour de la même bannière. Nous sommes de ces mondes qui sont sortis du joug impérial et qui se sont refusé à se soumettre à l’Empire de Kakarotto. »

Bulma se leva de surprise.

_ « Kakarot a un Empire ?! »

_ « Vous l’appelez Kakarot ?! », s’étonna Yod.

_ « Ne faites pas attention », suggéra Mai, « continuez. »

Le Yardrat acquiesça.

_ « Oui Kakarotto a fondé un Empire, une fois que la rébellion a défait Cooler et ses troupes. Et puis d’autres ont voulu proposer autre chose, Yamcha y a pris part, activement. Nous avons dû faire front commun avec les saiyans, à nouveau. Ça s’est mal passé. »

_ « Vous m’en direz tant. »

_ « Mais il y a un espoir de paix, et je suis là pour qu’il se concrétise. Votre mari nous a assuré que seul vous, étiez en mesure de faire respecter sa promesse de paix à Kakarotto. »

Bulma encaissa toutes ces révélations avec beaucoup d’attention, même si elle ne comprenait pas très bien encore ce qui se tramait si loin de chez elle. Au moins elle savait Yamcha en vie, et cela la combla de bonheur.

_ « Qu’est-ce que l’Alliance attend de moi ? »

_ « Que vous meniez les négociations entre autres, et que vous représentiez la Terre à l’Assemblée Galactique. »

Bulma se tourna vers Mai.

_ « Et tu es d’accord avec ça ? »

_ « Les démons me causent déjà assez de problèmes, si Kakarotto revient ici un jour, ce sera la fin de tout. Yod m’a convaincu de vous laisser ce titre de dignitaire. Et je pourrais maintenir mon gouvernement sur Terre. Ne te figure pas que cette planète t’appartient désormais, c’est moi commande, toi tu nous représentes. »

_ « Alors la Terre fait partie de cette Alliance Galactique, que je le veule ou non ? »

_ « Oui », affirma Mai, « je l’annoncerais à la population et toi tu en feras de même ici dans la Capitale Ouest. »

_ « Si je peux faire la paix, je prends cette responsabilité. »

_ « Mais tu vas devoir laisser tes enfants ici, et ta mère. »

Bulma resta soudain immobile. Elle se doutait bien que par « enfants », Mai mentionnait les trois seuls dont elle connaissait l’existence. L’idée de s’éloigner encore plus d’eux lui faisait du mal mais elle s’était faite à l’idée de leur laisser le temps qu’avait jugé nécessaire Yamcha avant de les retrouver. Mais Bra, sa petite Bra, se séparer d’elle, ça jamais.

_ « J’ai… j’ai une fille Mai, elle est née il y a peu. »

_ « Merde Bulma, tu n’as pas compris, si tu t’en vas c’est durablement. Tu ne sais pas quand tu pourrais revenir sur Terre. Tu nous représenteras devant des galaxies entières. Si tu prends ta fille, tu devras l’y éduquer loin de notre planète. »

_ « D’accord pour la fille », intervint Yod. « Nous vous trouverons un foyer. Mais personne d’autre. Je pourrais vous emmener sur Terre de temps à autre. Ça ne me coutera pas, je peux me téléporter où bon me semble. »

_ « Je dois dire au revoir à ma mère. Puis je parlerais à la population quand la ville sera débarrassée des démons. Et nous pourrons partir. »

_ « Parfait », conclut Mai.

_ « Une dernière chose, tu étais à la Capitale Sud n’est-ce pas ? Comment va Junior ? Tu l’as vu ? »

Mai baissa les yeux.

_ « Il est vivant, c’est tout ce que je suis en mesure de te dire. Bulma, dis-toi bien que je suis contrainte et forcée de te laisser aller là-bas. J’ai dû renoncer à toute poursuite contre toi. Mais si je retrouve ton fils Muten, je ferais tout, tu as entendu, tout pour le mettre en prison. Je n’oublierais pas. »

_ « Mai », lui répondit-elle, « je n’oublierais pas non plus. »


[Six mois plus tard]

Les mois passèrent et la Terre était toujours confrontée aux démons. La planète n’était plus le havre de paix qu’elle était devenue après la défaite de l’Empire. Mais sans Piccolo pour les mener, les armées démoniaques se retrouvèrent désordonnées et acculées de toute part par les défenses terriennes. En un mois seulement ils s’étaient éparpillés en tributs nomades, parcourant la Terre pour piller et tuer dans les villages, loin des capitales où s’accumulaient la plupart des forces humaines. Ainsi les terriens vivaient dans la crainte et désertaient les ruralités pour demander refuges aux villes. Des flux de migrations titanesques prenaient les capitales d’assaut. Pour le gouvernement, pour les grandes villes, cette situation n’était plus tenable. Face à leur détresse, Mai ne leur offrait qu’un retour à la mort. Pas de refuge dans l’ex Capitale Royale. Aucun non plus dans la Capitale Sud, en ruine, ni dans la capitale Est, qui s’est complètement isolé du reste du monde depuis des années. Ne restaient que l’Ouest ou le Nord, où la famille Brief avait une certaine influence. Et malgré leur richesse et leur capacité d’accueil, l’asile devenait de plus en plus difficile à assurer. Les vieux royaumes ne savaient plus se défendre. Kakarotto avait passé son enfance à massacrer les plus grandes écoles d’arts martiaux. Les territoires du Roi Tchapah et du Roi Kreis étaient désormais désertés et en ruine comme bien d’autres anciennes contrées. Un chemin tout tracé pour quiconque souhaitait, piller bruler, tuer.
Devant cette situation de plus en plus insoutenable, Mai avait fait ce qu’elle avait de mieux à faire, mais qu’elle ne souhaitait surtout pas faire. Requérir l’aide de Bulma.

[Galacte – Assemblée de l’Alliance Galactique]

La dignitaire terrienne parcourait les couloirs de l’assemblée avec rapidité. Elle n’avait eu aucun mal à s’accoutumer à sa nouvelle fonction et s’était même approprié une aura peu commune du fait de sa proximité passé avec l’Empereur, mais aussi de la méfiance. Les négociations tardaient. Kakarotto se jouait de leurs invitations, se distinguant comme le maître des horloges, retardant des rencontres importantes, refusant l’entrée de commissions de dignitaires sur son territoire, affaiblissant ainsi l’autorité de l’Alliance, sans pour autant couper cours à la paix promise. L’Assemblée auparavant établie à Yardrat, avait choisi un emplacement plus stratégique. Une planète entourée par plusieurs systèmes, pas difficile d’accès mais bien protégée par une dizaine de mondes, parmi les mieux défendus. Il n’y avait plus d’autochtones depuis très longtemps, l’Empire avait purgé la planète il y a longtemps. N’y résidaient que plusieurs civils, plutôt heureux de voir un gouvernement beaucoup plus complaisant prendre place.
Elle entra dans un bureau où l’attendait d’autres dignitaires responsables des mondes les plus importants de l’Alliance. Et elle était toujours aussi fier d’avoir permis à la Terre de rejoindre très vite ce cercle très fermé.

_ « Bulma… », commença l’un d’entre eux en la voyant rentrer.

_ « Je ne sers à rien ici », l’interrompit-elle, « ça fait des mois que Kakarotto se joue de nous, il faut qu’il apprenne ma présence ici, il cessera ce jeu insolant dès qu’il saura que je suis de la partie. »

_ « Bulma on en a déjà parlé, on ne peut pas se permettre de dévoiler notre secret le mieux gardé, votre présence le déstabilisera si vous préservez la surprise. Vous aurez les rênes pour mener les négociations dans notre sens. »

_ « Conneries, si l’accord de paix n’est toujours pas prévu, alors je ne vois pas pourquoi je devrais rester cloîtrer ici. Le gouvernement terrien est dans l’impasse, je dois retourner chez moi pour sortir ma planète de cette merde. Vous n’avez qu’à… je sais pas moi, me confier quelques troupes armées pour qu’on en finisse avec ces saloperies de démons. La Terre est un monde de l’Alliance, nous lui devons une protection. »

Le Haut Dignitaire par interim était un félidé de Sunaku, physiquement il était parmi les plus grands de son espèce, réputée plutôt petite comparée à la taille humaine. La crinière bleutée qui les caractérisait, était chez lui teintée du poil grisonnant de la vieillesse, il était aussi assez maigre. Bulma le voyait comme un vieux lion bleu humanoïde, mais il dégageait malgré tout une certaine prestance. Pas qu’il soit particulièrement charismatique, d’autant qu’il incarnait une autorité faiblissante. Il était d’avantage fidèle à l’apparence d’un politique et il avait été choisi parce qu’il ne défendait pas nécessairement les intérêts de son monde et qu’il croyait en l’Alliance. Croyait-il aussi en Bulma ? Sans doute pas assez selon elle. Le Haut Dignitaire l’attira néanmoins dans une seconde pièce, quittant celle occupé par ses collaborateurs et ses collègues les plus fidèles.

_ « Ecoutez-moi, Bulma. L’Alliance ne peut pas déployer des troupes alors qu’aucun accord de paix n’a été signé. Nous sommes toujours exposés à une attaque de l’Empire. Ça semble peu probable je sais, mais c’est possible et nous avons déjà perdu tellement d’hommes lors de la bataille d’Arcose. »


_ « Comment pourrions-nous nous prétendre solide, et prêt pour l’avenir si nos mondes dépérissent de notre inaction. Kakarotto n’est plus un ennemi, en tout cas bientôt plus, les démons si. »

_ « Pour vous dire la vérité, j’ai envoyé un observateur il y a peu. Yod, tu te souviens de lui ? »

_ « Oui il m’a promis de me ramener sur Terre à l’occasion. Mais qu’est-ce qui vous donnez le droit d’envoyer quelqu’un sans me consulter. »

_ « C’était une initiative personnelle, l’Assemblée n’aurait peut-être pas approuvé, ils sont trop obnubilés par Kakarotto et sa paix continuellement retardée. Ecoutez, d’après son rapport, la Terre dispose de guerriers assez puissants pour contrer assez aisément toute invasion durable. Ce qui pose problème ce sont des clans qui saccagent quelques villages, mais je ne vous apprendrez rien en vous affirmant que tous les mondes subissent ce genre de criminalité interne. Je le consens, ça me parait assez sérieux pour s’en inquiéter, et si notre organisation était en bonne santé nous aurions pu envoyer quelques troupes. Mais dans l’état actuel des choses nous n’avons pas les compétences requises pour régler les problèmes de chacun de nos mondes. Si je vous laisse champ libre pour la Terre, je vais devoir le faire pour tous les autres et ce sera le début de la fin de notre grande union. »

_ « Je suis têtue vous savez ! »

_ « Votre obstination ne fonctionnera pas cette fois. Mais je suis d’accord avec vous sur une chose, la situation n’a que trop tardée. Prenons un risque mesuré, offrons à Kakarotto un ultimatum. Commencer les négociations maintenant, ou considérer qu’il n’y en aura jamais. S’il ne cède pas, on pourra toujours faire ce que vous avez suggéré, annoncer que vous mènerez les signatures de l’accord de paix. Nous perdrons l’élément de surprise mais tout ne sera pas perdu. »

_ « Ça me va. Mais si je ne retourne pas sur Terre, Mai va en profiter pour me discréditer. Répondez à son appel à l’aide, dites-lui que je suis en affaire avec l’Empire et qu’il m’est impossible de revenir. Et envoyez Yod leur donner ces capsules. »

Elle les étala sur un bureau.

_ « Ce sont des nouveaux robots d’élite, ils devraient permettre de rétablir l’ordre sur Terre. »

_ « Ne seraient-ils plus utiles à servir de troupe pour l’Alliance, Bulma… »

_ « Laissez tombé Kovar, j’ai déjà produit des modèles d’armement pour l’Alliance, et cela me coûte beaucoup d’en céder à Mai, alors ne me fatiguez pas avec ça. Contactez l’Empire, les négociations doivent absolument avoir lieu maintenant. »


[Nouvelle Vegeta – Palais Impérial]

Kakarotto avait réuni l’élite impériale pour l’épisode historique qui les attendait. Le Docteur Gero, le Docteur Naïn étaient bien sûr présents. Les deux scientifiques étaient devenus rivaux, Kakarotto en avait bien conscience et il l’avait encouragé concrètement afin de garder la main mise sur des personnages beaucoup trop intelligents pour les laisser se coordonner ensemble au risque de voir une alliance fortuite naître à son encontre. Gero avait le mérite de lui avoir appris à être prévenant et de ne pas céder trop facilement sa confiance. Aucun Empereur, aucun Roi, aucun chef de guerre ne pouvait se garantir la fidélité de tous ses hommes, un soldat désireux de lui faire faux bond, passe encore, mais des scientifiques susceptibles de créer des armées et des êtres surpuissants, il fallait les contrôler et leur faire comprendre que personne ne lui était indispensable. Eva s’installa à son tour elle se faisait encore nommée Numéro 18 par les soldats, comme un surnom récurrent qu’elle avait laissé se répandre mais qu’elle affichait comme une marque de respect, Eva était son identité désormais mais elle la réservait à l’Empereur dans l’intimité, et à quelques autres qui la côtoyaient fréquemment dans l’entourage de Kakarotto. Elle prenait cependant un malin plaisir à demander à ce que Gero l’appelle Eva lui aussi, comme pour lui rappeler qu’elle n’était pas ou plus sa création à lui, et qu’elle n’appartenait qu’à elle-même et à l’Empereur.
Vint Paragus. Ses relations avec Kakarotto s’étaient considérablement détériorées. L’Empereur rejetait son paternalisme et se désespérait de sa haine pour Vegeta. Paragus, lui, avait pris des distances, se contentant d’assurer son rôle de conseiller avec une certaine efficacité, mais quelque chose s’était brisé entre les deux hommes. Son fils était à ses côtés, toujours attentif, stoïque, plusieurs mois étaient passés, et il agissait toujours comme un observateur consciencieux, passif mais absolument pas coopératif. Malgré tout, même s’il ne se sentait pas comme un membre de l’Empire et qu’il objectait toujours de l’arrêter, il intervenait souvent sur certains sujets comme pour amener son père à agir dans son sens. Et en soit c’était un progrès, parce qu’à sa façon, il avait envie d’améliorer l’Empire, pas de la bonne manière d’après Kakarotto, mais cela lui importait peu, il l’écoutait, et lui concédait quelques idées pour l’embarquer toujours un peu plus dans la haute sphère et son régime, mais plus encore, pour l’amener à l’accepter en tant que père. Et ce n’était pas chose facile.
Comme à sa droite Paragus avait toujours sa place, à sa gauche siégeait bien sûr son frère. Un nouvel homme, quoi que pas tout à fait, l’implant du professeur Krang, avait parfaitement fonctionné, mais comme pour Broly et sa couronne, la folie pouvait émerger à tout moment, comme de fortes crises de démence qui saisissaient Raditz périodiquement. Il était encore instable mais il tenait le plus souvent un discours cohérent et Kakarotto réapprenait à connaître son frère, tel qu’il ne l’avait pas connu depuis leur rencontre.
Le Commandant Aina s’était installée à côté de Trunks. Il y avait entre la mère et son fils comme une barrière, un mûr qu’aucun ne semblait vouloir franchir pour faire un geste vers l’autre. L’Empereur avait compris que Trunks n’avait aucune sorte d’affection pour sa mère biologique alors qu’Aina ressentait comme une certaine culpabilité, une honte, ou une gêne. Quelque chose qui ne saurait décrire très exactement. Mais il n’y avait pas de lien entre eux.
Le gouverneur Daïzu de Kabocha représentait ses pairs. Ancien prince du monde qu’il gérait pour l’Empereur, ancien seigneur pirate et fidèle bras droit de Thalès son oncle, Daïzu avait la sympathie de Kakarotto. Ils étaient sur la même longueur d’onde, ils se ressemblaient un peu, un caractère assez proche qui aurait pu les lier d’amitié. Mais entre deux soirées arrosées dans la salle du trône, l’Empereur restait l’Empereur, et Daïzu le respectait, comme un vassal respectait son seigneur, avec une certaine distance et sans plus de complicité.
Ne manquait que Vegeta, qui comme à son habitude, préférait s’absenter. Le Prince n’assistait jamais à ce genre de réunion, il passait son temps à s’entraîner avec pour but ultime de redevenir ce qu’on lui avait enlevé, un super saiyan. Avoir un tout nouveau corps fraichement cloné, aurait dû être un nouvel espoir pour lui, mais c’était devenu sa plus grande honte, et sa véritable réincarnation ne s’effectuerait qu’une fois le super saiyan retrouvé.

_ « Tout le monde est là », observa Kakarotto.

_ « A part Vegeta, comme d’hab. », précisa Trunks.

_ « On fera sans lui », continua-t-il. « Voilà l’histoire, l’Alliance me donne un Ultimatum, ils ont enfin craqué. »

_ « Il en aura fallu du temps à ses faibles », plaisanta Eva.

Paragus acquiesça.

_ « Ils ont fait preuve de faiblesse oui, mais si tu acceptes à cette pression, ils penseront être en situation de force, le moment est bien choisi. »

_ « Et figurez-vous, que j’ai appris aujourd’hui qui était censé mené les négociations, et ce n’est pas Yamcha. »

_ « Alors il n’y a plus aucun raison pour moi d’assister à la signature de l’accord. »

_ « Détrompe toi Trunks, papa ne sera peut-être pas là ou peut-être là, mais ce qui est sûr c’est qu’il y aura Bulma. »

Kakarotto tremblait rien qu’à l’évocation de son nom. Un tremblement d’excitation, d’impatience. Il adorait visiblement ce qu’il avait appris depuis peu.

_ « Un de nos espions est parvenu à l’Assemblée de l’Alliance. Kovar essayait de nous cacher ce petit détail pour me prendre de cours. Le pauvre petit chat, s’il savait. »

Trunks était perplexe, entre la peur et la joie. Se savoir si près de retrouver sa mère l’effrayait autant cela ne le comblait. Qu’allait-elle penser de lui en le voyant avec Kakarotto ? Qu’allait-elle ressentir ? De la honte ? De l’incompréhension ?

_ « Je ne sais pas si je dois venir… »

_ « Allons allons, Trunks, arrête de faire l’enfant. Tu viens avec moi. »

_ « Tu ne pourras pas m’y obliger. »

_ « Trunks, tout le monde pense dans l’univers, en tout cas tous ceux qui importent, que la paix ne dépend que de moi et de Bulma, alors que c’est toi la pierre angulaire de cet accord. Pas que je n’ai pas confiance en Bulma pour maintenir la paix, mais Yamcha, il n’y a aucune autre raison que ta présence ici qui ne le poussera à s’y soumettre. Et s’il advenait que tu partes un jour, que tu ne veuilles retourner sur Terre, je te garantis que je ne ferais aucun cadeau à l’Alliance, que la guerre reprendra et que je remuerais ciel et terre pour te retrouver. »

_ « C’est n’importe quoi… »

Trunks partit de la salle avec fracas. Aussitôt Paragus le rejoignit sans crier gare et le retenu loin des oreilles indiscrètes.

_ « Ecoute moi le métis, je vais te présenter les choses autrement. Deux hommes, imprévisibles, et dangereux, existent dans cet univers, les deux se détestent, et les deux prétendent être ton père. Kakarotto a raison sur un point, si tu quittes l’Empire il détruira tout pour te retrouver, y compris la Terre s’il le faut. Et si Yamcha ne sait pas que tu es aux cotés de l’Empereur, il mettra tout en œuvre pour le tuer et la paix, là aussi, s’effondrera. Dans un cas comme dans l’autre, tu dois te présenter pour les négociations, et revenir sur la Nouvelle Vegeta ensuite. Si tu choisis de faire les choses autrement l’accord est caduc, la guerre éclatera. Tu as bien compris ? »

Trunks le regarda avec rage, mais déjà convaincu que Paragus avait dit vrai. Il ne revint pas pourtant et s’envola dans les couloirs pour aller rejoindre l’extérieur.

_ « Tsss, je pense depuis le début que cet accord c’est de la grosse connerie. Les saiyans ne fonctionnent pas comme ça. »

C’était Vegeta, caché dans l’ombre, adossé à un mur, les bras croisés, les sourcils froncés, l’air désintéressé.

_ « Depuis quand ça t’intéresse ? Depuis le début cet Empire t’ai complètement égal. »

_ « Je m’entraîne depuis des mois, sans jamais atteindre le super saiyan, j’espérais qu’une guerre puisse me permette d’atteindre cet objectif. Je manque de challenge ici. Mais tu as raison, je me fichais de toute cette mascarade, jusqu’à ce que Kakarotto ne mette tout en œuvre pour nous couvrir de honte. Les saiyans ne font pas la paix. »

_ « Maintenant si. S’en est fini de votre lignée d’incapables et de prétentieux Vegeta. Les choses se font autrement aujourd’hui. Et tu n’as pas ta place ici. »

Vegeta se mit à rire de bon cœur. Ce rire sarcastique qui l’insupportait toujours autant.

_ « Pour une fois que nous sommes d’accord, ma place n’est pas ici, mais Kakarotto, va savoir pourquoi, pense le contraire. Et ton avis ne compte plus depuis ta petite crise d’il y a quelques mois. Tu espères quoi en essayant de convaincre le gamin, gagner des points ? Tu es pathétique. »

_ « C’est toi qui est pathétique, tu n’es même plus dangereux Vegeta, tu penses que tu es puissant mais tu oublis que j’ai vu la vraie puissance de mes yeux, tu oublis que j’ai enfanté l’être le plus fort que l’univers n’ait jamais connu. Je ne te crains pas, pas une seconde, j’ai survécu à Broly des années durant, j’ai survécu au châtiment de ton père, j’ai survécu à la guerre contre l’Empire de Cooler, à la folie de Raditz, et je te survivrais toi aussi. »

Paragus retourna dans la salle du conseil, laissant un Vegeta pantois et en colère.

_ « Nous verrons ça. »
Image
Avatar de l’utilisateur
Satan sama
 
Messages: 212
Inscription: Dim Août 28, 2011 20:53

Re: Kakarotto

Messagepar xela26 le Mar Oct 16, 2018 0:59

Encore un magnifique chapitre !

Je m'étais relu, dans mon impatience, les derniers chapitre depuis la bataille contre Broly et j'ai terminé hier.
Quelle joie de voir ta publication qui tombe à point.
Les choses ont bougé tant du coté de l'empire que du coté de l'alliance, les grandes retrouvailles arrivent.
Comme ont pouvait le penser dès l'avant dernier chapitre, Végéta et Paragus vont poser problème.
Franchement l'idée des clones et de la sonde mentale, j'ai pas vu venir c'est cool :mrgreen: .
Seul absence de poids, les Piccolos démons, parent et enfant. je me demande ce qu'ils trament, ils ne peuvent pas rester inactifs.
Ainsi que Yamcha, même s'il n'est pas à la table des négociations il ne doit pas être bien loin.

Bref, merci pour ce chapitre Satan-sama, et vivement la suite.
Cell: l'ascension de la terreur- Cell a vaincu Son Gohan lors du Cell game!! Quel sort réserve-t-il à la Terre?? Pour le savoir....viewtopic.php?f=42&t=5990
Chapitre 122: publié
chapitres 123, 124 : relecture, correction
Chapitre 125: 0%

Cell: Damned Souls- Les aventures parallèles de héros de "l’ascension de la terreur". Pour les connaitre:
viewtopic.php?f=42&t=6774
abandonnée
xela26
 
Messages: 1461
Inscription: Lun Oct 03, 2011 20:57

Re: Kakarotto

Messagepar Ronshen le Dim Oct 21, 2018 19:34

J'ai enfin rattrapé mon retard, car j'ai lu le dernier chapitre que tu as posté.

Je prends toujours plaisir à lire ton récit. Si je dois émettre une petite critique, je dirai que parfois les personnages parlent trop longtemps, apportent trop d'explications d'un coup et ça manque légèrement de naturel, je trouve. Des exemples : Trunks qui s'adresse à sa vraie mère quand il la retrouve, Kakarott à Trunks quand ce dernier vient d'arriver avec le professeur Naïn, Végéta à Kakarotto, quand il lui reproche de l'avoir sauvé. Après c'est peut-être subjectif et c'est un moyen pour toi d'apporter des explications justement.

Je n'étais pas hyper enthousiaste concernant le retour de Végéta, car il était mort dignement, mais j'aime bien l'idée qu'il retrouve un corps avec un niveau de puissance plus bas. Je trouve ça original et en plus ça pourrait être intéressant de suivre son évolution. Je me demande d'ailleurs ou on peut le situer niveau puissance ; à peu près le même niveau que lors de son arrivée sur Terre ? Moins que ça ?

Et j'aime assez d'ailleurs comment tu joue sur plusieurs tableaux : On a les mastodontes de l'univers d'un coté (Kakarotto, C18, Freezer, Broly...) puis d'un autre coté on peut suivre des aventures qui se passe sur Terre avec entre autres Tsuru Sennin, Upa, les filles de Tenshinhan... Il y a même un entre deux avec le combat Krilin vs Daimao Junior.
Avatar de l’utilisateur
Ronshen
 
Messages: 203
Inscription: Jeu Avr 25, 2013 22:40

Re: Kakarotto

Messagepar Satan sama le Lun Oct 22, 2018 20:31

Oui mon principal soucis est de pouvoir faire cohabiter dans la même histoire des protagonistes à la puissance radicalement différente dans des contextes et environnements autres. Mais avec un même enjeu.
Je ne veux pas aller trop vite dans l’échelonnement des puissances, la course aux niveaux supérieur, je prend mon temps.
Alors oui je suppose que parfois mes personnages s'attardent dans des dialogues explicatifs qui traînent en longueur. Et en me relisant j'ai moi aussi ressenti parfois un manque de naturel, mais pas exactement sur les dialogues que tu as cité toi bizarrement. Après c'est le propre des mangas, la plupart des mangas utilisent les dialogues pour fournir au lecteur des informations. Alors même si je suis dans un format différent et que mes outils sont plus adaptés pour expliquer certaines choses, je ne trouve ça pas particulièrement incohérent.
Ca reste du dragon ball, et pas une épopée politique ou un space opera (même si ma version y ressemble de plus en plus).
Image
Avatar de l’utilisateur
Satan sama
 
Messages: 212
Inscription: Dim Août 28, 2011 20:53

Précédent

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités