Shinobi vs Saiya-jin

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Bushido le Jeu Oct 25, 2018 16:37

J'avais aussi tiqué à la barrière qui ne repousse pas le son.

Ma théorie, c'est qu'un cri surpuissant est forcément dû à du ki. Du coup, cela n'aurait pas fonctionné.
Vous n'avez pas envie de perdre du temps à lire une fan-fiction mais vous voulez quand même en lire une ? Aucun problème ! Half Shot est fait pour vous ! Une série d'histoires courtes que, j'espère, vous apprécierez !

Half Shot - viewtopic.php?f=42&t=8709
Avatar de l’utilisateur
Bushido
 
Messages: 4287
Inscription: Lun Avr 22, 2013 14:40

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Kurama_Senju le Ven Oct 26, 2018 18:41

Black_Sennin a écrit:Donc Nappa est bien mort ? Si j'ai bien compris.
Nope, d'ailleurs il se barre avec le sourire, le salaud.
Quant à savoir plus précisément comment ils s'en sont "débarassés"... tu en sauras plus au prochain chapitre. :twisted:

goget a écrit:J'espère que Nappa est pas mort, là ce serait quand même pathétique de venir pour se faire instant kill et de n'avoir tué qu'une seule victime
2, si on considère Danzô et Kakuzu, et potentiellement beaucoup plus en prenant en compte les randoms pris dans ses explosions cataclysmiques. Mais je suis d'accord : ça resterait pathétique pour le cas de Nappa, s'il était mort ainsi. :P

J'ai hate de voir la réaction de Radditz par contre, il me semble que c'est toujours filmé par Zetsu et donc Radditz aura vite fait d'apprendre la défaite de son compagnon (et Vegeta aussi accessoirement, qui viendra surement tout de suite après avoir défoncé Natsu and co
Héhé, tout ça au prochain chapitre !
(tu vas le faire combattre contre les 12 Spriggans, Tartaros, Giga Happy et Achnologia qui n'est pas mort je crois ? Est-ce qu'il va violer les femmes aux formes avantageuses tout comme l'a fait Radditz ?)
D'après ses dires, il se donne une heure pour trouver le vaisseau de l'Empire puis cinq minutes pour anéantir toute vie sur la planète, donc autant dire qu'il est plutôt sérieux et que ça risque de chauffer sévère sur le monde de Fairy Tail. :evil:

Bushido a écrit:Il a été téléporté.

En tout cas, tu m'avais vendu ce chapitre, Kurama. Et bien que le blabla du compagnon Uchiha de Danzo m'a un peu perdu au départ, je n'ai pas été déçu. Y avait de l'émotion dans ce chapitre.
Ça tombe bien, car depuis, j'ai légèrement changé mes plans et le chapitre que je t'avais vendu est en fait un peu plus tard. :mrgreen:

Konohamaru aura hérité de la volonté de Rin, en quelque sorte. Eh.
Yep, bien vu. 8-)

xela26 a écrit:Et bien... Nappa est donc mis hors circuit.
J'ai des sentiments contradictoires à la fin de la lecture de ce chapitre.
D'un coté extrêmement content que l'arrogant Nappa ait subi une défaite si majeur là où Radditz à survécu avec brio et progressé.
D'un autre, extrènement déçu du peu de "dégats" occasionées par Nappa sur le monde shinobi. S'il est bel et bien hors circuit pour de bon, ce serait un pétard qui aurait fait pshiit.
Hors circuit "pour de bon", rien n'est sûr... :twisted:
En tout cas, je comprends parfaitement ce sentiment mitigé suite à ce chapitre.

D'un autre coté on reprendrait la suite des pérégrinations de Radditz. quand il va découvrir que sa victime s'est échappée...
Vivement la suite.
Héhé, en effet...

biskus a écrit:Wtf 😱😱😱😱

J'avoue que la surprise est totale .
Mais .... voici ma théorie ... le sharingan emploie dojutsu et gengutsu , toute les techniques principal sont du répertoire gengutsu mis à part susano / le spatio temporelle / les flamme noirs dont j'ai oublier le nom . Voici ce que je pense :
La technique utilisée ressemble à un mélange de izanagi et De kamui à la fois technique et illusoire. Je pense donc que si le niveau de la personne s'apparente à celui de l'utilisateur y'a des chances que la victime reste prisonnier ou "bani" ( pour moi limpression est quil s'agit plus d'un switch de réalité en fait genre je prend la réalité qui m'intéresse pour la rendre visible chez moi) mais, si le niveau le permet , la personne peut s'enfuir et revenir chez lui car il utiliserait son chakra / ki pour briser à la fois l'illusion et le temps ( après tout dbz à montrer que c'était techniquement possible meme si les niveaux de puissance etait complètement différent mais la si cela dépend du chakra de l'utilisateur ...) .
Donc je pense plus à une longue absence de nappa plutôt que à sa mort et que même en voyant cela radditz ne va pas plus s'inquiéter plus que sa .
Hmm... hypothèse intéressante !!
Quant à la réaction de Raditz, là par contre c'est pas sûr.
Raditz se projette un peu sur Nappa. C'est une sorte de mentor pour lui, même si paradoxalement, Raditz l'a dépassé dans certains domaines depuis son arrivée sur le monde Shinobi. Du coup, quand Nappa a foncé tête baissée sur Danzô et s'est fait envoyé dans les profondeurs, puis a foncé dans le volcan, Raditz, qui n'aurait jamais fait ça maintenant, s'est pourtant mis à sa place, réalisant clairement que ce genre de choses auraient été dangereuses pour lui-même.
Alors si Nappa disparaît... :?

Antarka a écrit:Je pense au contraire que Radditz a pas fini de s'inquiéter. Nappa est hors course a priori pour le moment, ce qui signifie qu'il reste des Shinobis dangereux pour lui.

Ajoutons à cela le fait qu'il va forcément constater que le sort l'affaiblissant est toujours en cours, et qu'il en déduira que l'Akatsuki a survécu. Déjà qu'il flippait avant l'arrivée de Nappa...

A sa place, je serais super flippé. On sait d'ailleurs pas jusqu'ou son niveau est descendu (1100 unités ? 1000 ? Moins que ça ?). Sanbi ferait pas le poids a priori... s'il affronte Radditz seul. Avec une team pour l'appuyer, je doute que Radditz s'en sorte facilement, malgré son intellect en hausse.

Et si les Edo Tensei se mettent en chasse, je parie pas une pièce sur Radditz.
Tout juste. Depuis le châtiment de Pain, et avec maintenant Nappa, ça devient critique pour lui.
Son seul espoir serait de trouver et tuer Nagato, mais là encore, c'est pas gagné.
Raditz reste un danger potentiel, car tant que son cœur battra, rien n'assurera que la situation ne puisse pas basculer... Mais s'il fallait placer un curseur du danger de vivre sur le monde Shinobi, il n'aurait jamais été aussi bas depuis le début de ma fic.

J'ai hâte de voir la réaction de Vegeta par contre. M'est avis qu'il va se dire qu'il vaut mieux être le dernier Saiyen en vie qu'etre associé à des boulets pareils.
C'est bien possible... :evil:

omurah a écrit: 8-)

J'ai beaucoup aimé tout le délire autour des % dans le chapitre 107
De même, Nappa qui fait valoir son expérience et préfère ne prendre aucun risque au prix de 10% de son énergie, j'étais en mode "hell yeah, that's my nigga" :mrgreen:
Ravi que ça t'ait plu, d'autant plus que pour le coup, c'est le genre de scènes où je pense à toi. Idem pour une dans ce dernier chapitre :
– Le Chakra de la tortue... a créé le portail. Tu imagines, la quantité de Chakra que ça représente pour un simple sceau ? Non... Sûrement pas. Eh bien, habituellement, les sceaux sont créés par les gens normaux pour contenir les monstres de Chakra. Sauf que cette fois, c'est un Bijū qui est utilisé pour générer le sceau. Ça te donne une idée du truc ? Non ? Toujours pas ?

Je trouve que ça sonne très Calfirũ (mais sans le talent du maître), même si je ne saurais pas exactement définir ce que j'appelle du Calfirũ...

Petit aparté :

– J'admets regretter le goût des Ramens... confia-t-elle soudain avec nostalgie.


Petite image appréciable, que d'imaginer Mikoto partageant à l'occasion une soirée chez Ichiraku avec Naruto 8-)
J'aurais kiffé d'ailleurs Mikoto en sensei occasionnel de Naruto (un peu comme l'aura été Asuma) ou plutôt je l'aurai bien aimée en sensei de l'équipe 7, que de possibilités dites-donc :mrgreen:
Ça aurait juste été... légèrement gênant pour Sasuke.
Surtout s'il s'était présenté de la même façon qu'avec Kakashi, en sous-entendant clairement son souhait de tuer son frère.
La baffe qu'il se serait prise aurait été si violente qu'elle aurait fait vibrer son égo démesuré. :oops:
Blague à part, un duo Mikoto-Naruto chez Ichiraku, je valide !

Elle est très forte en tout cas, j'aime beaucoup, probablement parce que c'était un personnage que j'appréciais bien dans l'oeuvre originale malgré son évident faible temps d'antenne :P
Héhé, je me souviens justement que tu disais l'apprécier (ainsi que Darui), à l'époque où je l'avais évoquée.
Elle aura un peu plus de temps d'antenne dans ma fic. ;-)

– Toute chose trop concentrée sera bel et bien envoyée ailleurs, marmonna Nappa. Que ce soit un corps ou une attaque énergétique... Donc soit je te fais pas mal, soit mon attaque ne te touche pas... Bordel... C'est vraiment emmerdant...


Soit tu cries juste très fort... Non ? ça n'aurait pas marché ? :mrgreen:
J'admets qu'un titre genre "L'opéra de Nappa" aurait eu la classe... jusqu'au moment où le Scouter aurait explosé sous sa voix de ténor. :P

En tout cas j'ai kiffé la technique de Nappa, celle avec le souffle et la lumière
J'hésitais à en faire une vidéo pour illustrer le truc ; va falloir que j'essaye de prendre ce temps pour la suite. J'ai réussi à le trouver au dernier pour faire une animation du Mangekyô Sharingan de Kagami, c'est déjà ça. :D

Et la séquence avec l'abeille aussi, grande classe j'ai trouvé ;)
Ca fait plaisir que t'aies relevé ce petit instant de finesse au milieu de l'apocalypse. 8-)

Danzo pète le score depuis un certain nombre de chapitres, je l'apprécie de plus en plus ^^ sa fin est à la hauteur du personnage, et ses derniers mots me font dresser les deux oreilles :mrgreen:
Spoiler
Image


Kagami Uchiha, Mikoto... que du beau monde dites-donc 8-)
Et encore, t'as rien vu. :D

Je lis toujours, généralement day one, même s'il m'arrive de me faire un peu plus discret bien malgré moi :P
Ca fait vraiment plaisir de lire ça !
Après tout ce temps, tu tiens toujours, et ça, c'est top... C'est le genre de choses qui font que, après 110 chapitres, je suis toujours plus motivé.
D'autant plus qu'on va bientôt arriver au cœur du sujet, le moment où j'aurai plus d'excuse pour pas kiffer l'écriture.

Le dernier chapitre posté est génial

J'avoue humblement n'avoir pas essayé de faire tous les recoupements nécessaires pour comprendre dans le détail le moove de Kagami, mais c'est parce que je n'en avais pas besoin pour apprécier pleinement l'ambiance de l'instant, car l'intelligence du schéma déroulé se comprend intuitivement, d'ailleurs je trouve le passage suivant plutôt représentatif de la qualité et de la subtilité globale du chapitre

Le Saiya-jin serra les dents, bien conscient de la véracité des propos de cet homme. C'était comme s'ils évoluaient dans des réalités différentes, sans aucun moyen d'action l'un vis à vis de l'autre.
Pas besoin de tout comprendre dans le détail, ta lecture est celle qu'il faut ! Et puis, ce chapitre est un peu trop casse-tête ; d'ailleurs, le suivant apportera quelques éléments supplémentaires, donc c'est tout bon !

Gros twist que le passage en Jinchuriki de Konohamaru, et en même temps, ça colle parfaitement à toute l'ambiance et à tout ce que tu as mis en place pièce après pièce

Juste un truc qui m'échappe, sur la relation Danzo-Konohamaru, en fait je ne saurais pas exactement dire ce qui m'échappe mais j'ai l'impression de ne pas avoir bien compris ce que tu as essayé de faire avec ces deux-là, je vois bien qu'il y a un propos là-derrière, que je crois comprendre, mais je ne suis pas sûr de le comprendre tel que tu voulais que je le comprenne et le ressente

Toujours est-il que j'ai une question !

Konohamaru a été l'élève de Danzo ? Genre ce dernier lui a enseigné des trucs ? Pendant combien de temps ?

Oui, ça fait trois questions pardon :mrgreen:
Très bonne(s) question(s).
En fait, la relation Danzô-Konohamaru n'est jusqu'ici que partiellement développée ; elle le sera un peu plus après. Je te rassure de suite : ça ne veut pas dire que ça va être la fête des flashback ou des résurrections à gogo. Mais, l'impact qu'aura eu Danzô sur Konohamaru va perdurer et se révéler.
Concernant tes questions, je vais te répondre sans trop spoiler par rapport à la situation actuelle : Konohamaru a probablement été élève de Danzô, lequel lui a donc probablement enseigné des trucs. :mrgreen:
Pendant combien de temps ? Je vais plutôt retourner la question en un "depuis combien de temps", et te renvoyer à la dernière scène où Danzô et Konohamaru ont été apperçus dans ma fic, plus de 70 chapitres plus tôt, quelques instants avant la destruction de Konoha par Raditz.
Spoiler
Non loin, Danzō assistait à une scène insolite.
Face à lui se tenait Hiruzen Sarutobi, son rival de toujours qui, jusqu'ici, avait montré une confiance constante et infaillible, et se retrouvait à présent les yeux baignés de larmes qui coulaient sur ses joues ridées. Le vieux Sarutobi pleurait. L'Hokage pleurait pour Konoha, son village. Il pleurait pour ses amis, ses frères, ses enfants. Il pleurait pour son petit-fils, Konohamaru, qui – comme tous les autres villageois – n'avait pas eu le temps de fuir.

Jusqu'à ce que le village soit la cible d'un cataclysme, Hiruzen n'était pas inquiet. Au fond, la guerre intestine qui était née était problématique pour les résistants parmi lesquels il figurait, mais il savait que, derrière lui, des enfants vivraient. Il connaissait Danzō mieux que personne. Celui-ci était rusé, visant parfois son but en prenant le chemin le plus direct sans se préoccuper du reste, mais il n'avait jamais laissé son honneur de côté.
Et, plus que tout, Hiruzen connaissait son amour pour le village. Et c'est pourquoi il le pleurait aussi à présent.

Mais le vieux rival du Sandaime Hokage ne semblait pas s'en émouvoir. Son bras tendu se tourna en direction du petit-fils bien aimé de celui qui l'avait toujours dépassé.

MOKUTON – JUBAKU EISŌ


Soudain, son membre sembla se transformer en branches qui s'allongèrent à grande vitesse, attrapant le jeune garçon qui n'eut pas le temps de réagir, sous les yeux abasourdis de son grand-père.

– Tel est l'héritage du Shodaime Hokage, murmura l'ancien chef de la Racine.

Son regard se leva pour fixer d'un œil déterminé l'attaque de Raditz qui allait toucher le village.

– Puissent les enfants de ce monde réussir là où nous avons échoué, Hiruzen.


Bon je m'arrête là, pas de critique négative, tout ce que tu fais est génial, continue comme on dit :mrgreen:

Ps : les musiques, toujours excellentes
Merci beaucoup pour ce gros commentaire richement développé. 8-)

Bushido a écrit:J'avais aussi tiqué à la barrière qui ne repousse pas le son.

Ma théorie, c'est qu'un cri surpuissant est forcément dû à du ki. Du coup, cela n'aurait pas fonctionné.
Hmm... Je dirais plutôt qu'un son étant une surpression qui se propage sous la forme d'une onde, l'air est donc localement condensé.
Si le son est vraiment puissant, on retomberait donc sur le même problème que pour un vent extrême : les particules d'air trop concentrées seraient téléportées par le bouclier, ce qui écarterait donc toute l'énergie.
Ainsi, si Nappa avait monté la voix au lieu de son souffle, l'effet aurait été comparable : un son qui monte, monte, monte terriblement, puis disparaît, téléporté dans les abysses.
Dans tous les cas, ça fait de sacrées bulles dans la mer... 8-)
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 718
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Kurama_Senju le Mer Oct 31, 2018 23:33

CHAPITRE 111
Chemins verrouillés





Raditz volait lentement au dessus des terres délabrées du Pays du Feu, le regard rivé sur son Scouter, sans toutefois perdre de vue l'environnement qui l'entourait. Affaibli et fatigué, il évitait toute force de combat indiquant la présence d'un Shinobi. Pour l'heure, mieux valait pour lui jouer la carte de la prudence.

S'il avait choisi ce pays, c'est qu'il le connaissait mieux que les autres. Dans son état de stress, il s'était naturellement tourné vers les zones qui lui étaient les plus familières.

Car paradoxalement, ce monde perdu au milieu de l'espace que le basse-classe devait soumettre était devenu, après la planète Vegeta désormais détruite, le lieu où Raditz avait passé le plus de temps. Et survoler ces paisibles forêts séparées par des plaines, observer ces rivières scintillant sous la clarté du Soleil ou même simplement deviner ces infimes mouvements des créatures qui y vivaient avait quelque chose d'apaisant...

Méditant en volant, le Saiya-jin restait toutefois prudent, jusqu'à enfin décider de se poser au cœur d'une prairie ouverte. De là, il pourrait parfaitement évaluer la suite en limitant les risques de surprise. De toute manière, en dépit de son état peu engageant, il restait inaccessible même pour des Shinobi d'élite.

Et il avait appris à ne plus baisser sa garde – ce qui ne l'empêchait pas de réfléchir.

Il lui semblait bien avoir vu briller au loin une intense lueur, quelques minutes auparavant. Et il n'y avait que Nappa pour générer pareille explosion. Si le grand guerrier avait décidé de frapper si fort, cela n'avait pas dû bien s'éterniser... Au final, le plus sage était sans doute de l'attendre.

Il activa son Scouter pour étendre son scan sur l'intégralité du monde, perdant ainsi en précision sur les bas niveaux. Il se demandait si Nappa était déjà en mouvement.

Il chercha un niveau de puissance à quatre chiffres. Mais il n'y avait rien.
Intrigué, il tapota son Scouter, sans succès.

Troublé, il ne se demanda pas cette fois si son appareil était défectueux. Sur le monde Shinobi, une anomalie n'avait rien d'une erreur.

Le malaise commençait à l'envahir tandis qu'il cherchait une explication rationnelle à la difficulté de trouver la position de Nappa. Il craignait que son partenaire ne fût parti, décidant de quitter la planète en l'y abandonnant par manque d'intérêt soudain.

Mais c'était idiot. Son vaisseau ayant été détruit, Nappa n'avait aucun moyen logique de quitter ce monde.
Donc il était resté ici.

Alors, pourquoi n’apparaissait-il pas ? De nouveau, Raditz eut le mauvais réflexe de douter de son Scouter, une pensée absurde qu'il balaya une fois encore.

Un terrible doute s'installa alors brutalement dans son esprit. Il était plus fou encore que toute autre hypothèse. Et pourtant, sa seule idée glaça le sang du Saiya-jin...
Il devait vérifier !

Le Scouter gardait en mémoire les cinq dernières minutes, qu'il était ainsi possible de visionner en replay. Fronçant les sourcils, Raditz ne perdit pas de temps et lança la lecture.

Les quelques milliers d'unités de Nappa réapparurent. C'était parfait : il pourrait donc comprendre ce qu'il se passait...
Juste à côté se tenaient les niveaux de puissance de Danzō et de la tortue – le garçon était quant à lui trop faible pour être identifié à une telle distance, même si Raditz se doutait qu'il était là également.

Cela restait donc ridicule en comparaison des chiffres terriblement élevés de Nappa. En soi, cela n'aurait donc pas dû être un problème... à un détail près.

Les chiffres de Nappa s'étaient remis à diminuer ! Raditz n'en croyait pas ses yeux : Nappa perdait bien une dizaine d'unités par seconde ! Et les secondes défilaient, sans mouvement aucun, se transformant peu à peu en minutes.

* Imp... Impossible... ! *

C'était effectivement totalement inconcevable pour Raditz de voir le niveau de son mentor diminuer jusqu'à descendre sous sa propre pleine puissance, puis sa force actuelle, continuant de s'écrouler jusqu'à ne plus valoir qu'un simple Shinobi.

* Merde... Non... NON... ! *

La force de combat de Nappa faiblissait tant que, aussi ironique et inconcevable que cela pût paraître, elle disparut purement et simplement du Scouter.

– NON !!! ne put retenir Raditz.

Choqué, sa respiration se transformant en un râle effrayé, le Saiya-jin peinait à contenir ses émotions.

Les Shinobi avaient-il réussi un tel exploit ? C'était complètement fou ! Lui, Raditz, avait certes connu quelques complications du temps où il avait baissé sa garde. Mais, en dépit du comportement de Nappa, jamais il n'aurait imaginé un tel dénouement...

Jamais il n'aurait pu...

Paniqué et sous le choc, le basse-classe ne put s'empêcher d'agir à la manière de n'importe quel enfant perdu.

Il lui fallait parler.
Il voulait se confier.
Il devait être guidé.
Il avait besoin d'un chef.

Il hésitait toutefois. Cela le terrifiait plus encore que d'imaginer ce qui avait pu se passer sur ce champ de bataille. Mais laisser traîner une telle réalité ou la dissimuler serait pire que tout.

Alors, sa main tremblante tapota de nouveau sur son Scouter, envoyant un appel au plus terrible des Saiya-jin.

Le temps d'attente lui parut s'éterniser. Le flot d'émotions qui le parcouraient figeait ses mouvements et perturbait le fil de ses pensées. Mais il devait se ressaisir.

Après tout, il s'adressait à son prince.

Un bruit sembla soudainement le sortir de sa stupeur. Son interlocuteur répondait à l'appel.

– Pourquoi tu m'appelles ? grommela une voix mauvaise dans son oreille. Nappa ne devrait-il pas tarder ?
– En fait...
marmonna Raditz. Il est déjà arrivé...
– Bien. Il est en avance. Quand vous en aurez fini avec ce monde, vous pourrez chercher ton frère.
– Eh bien...
hésita le Saiya-jin dont le front s'humectait à vue d’œil. En fait... le vaisseau de Nappa a été détruit.
– Bon sang !
s'énerva son prince. Mais quel idiot ! Passe-le moi !

Dans un premier temps, seul le silence répondit à cet ordre.

– Je... bredouilla Raditz. Je ne peux pas...
– Pardon ?!
– Les ninjas... Ils ont... Je suis paumé... Il a disparu... Je sais pas ce qui se passe... Je...
– Je comprends rien. Sois plus clair.
– Je...


Lorsque Raditz prit une profonde inspiration, il paraissait au bout de sa vie, impression renforcée par son apparence vieillie et fatiguée.

– Il semble que... Nappa... ait été vaincu...

Cette fois, le silence qui suivit frappa Raditz avec une violence qu'aucun Shinobi n'aurait su approcher. Tétanisé par la peur, le Saiya-jin à la crinière sentait les secondes s'écouler avec horreur, visualisant pleinement l'image de son prince qui semblait prendre forme devant lui. Il se souvint, de la plus puissantes des manières depuis son arrivée sur ce monde, ce que la terreur signifiait.

Recroquevillé bien malgré lui, il ne souhaitait à présent qu'une seule chose : ne plus exister. Car du reste, l'absence de réaction du Saiya-jin d'élite ou celle qui s'apprêtait à se déchaîner ne constituaient en rien des options supportables.

Après un temps totalement indéterminé, la voix de Vegeta fut de nouveau audible. Ce qui suivit ne fut ni long, ni fort, mais suffit à faire briller de peur les yeux de Raditz.

– J'espère que c'est une plaisanterie... ?

Le soudain mutisme généré suffit sans l'ombre d'un doute à faire comprendre à l'esprit affûté du prince des Saiya-jin que son partenaire n'avait absolument aucune raison de mentir.

Raditz restait immobile, incapable d'ouvrir de nouveau la bouche. Il ne sentait même plus ses doigts qu'il comprimait avec une force inimaginable en serrant fortement ses poings, comme pour s'oublier à travers l'effort et la douleur.

Mais rien ne fonctionnait. Même à travers les années-lumière, le pauvre Saiya-jin avait l'impression de voir son chef juste en face de lui. Et cela le terrifiait.

Il voulait briser cet infâme silence, en vain. Toute son attention était totalement absorbée par sa discussion muette, à tel point qu'il était persuadé d'avoir entendu l'infime inspiration du prince lorsque celui s'apprêtait à reprendre la parole.

– Penses-tu pouvoir terminer le travail seul sur ce monde ? interrogea alors Vegeta.

Surpris, Raditz resta un moment pantois face à cette question de son prince. Jamais celui-ci ne s'était vraiment préoccupé de son état. Et cet instant précis était bien le dernier que le basse-classe aurait imaginé pour une surprise aussi inédite.

D'un autre côté, avec la perte de Nappa, Raditz devenait le dernier partenaire de Vegeta et sans doute le plus puissant Saiya-jin après lui.

La peur qui tiraillait l'estomac du guerrier se transformait alors étrangement en une forme de reconnaissance vis à vis de son prince, un sentiment qu'il n'avait jusqu'alors jamais vraiment connu.

– Je... Je ferai de mon mieux... confia-t-il. Si j'avais ma pleine puissance, ce ne serait plus un problème, mais là, je t'avoue que je suis en difficulté...
– Je vois...


Il y eut un bref silence.

– Je suis sur une autre mission, reprit Vegeta. Je ne pourrai pas te rejoindre avant un moment...

Raditz sentit son cœur manquer un battement. Entendre son prince presque s'excuser de ne pas pouvoir arriver rapidement lui faisait oublier tous les supplices qu'il devait endurer.

– Oui... Je... Je comprends...

L'espoir revenait !
Retrouver sa puissance était peut-être improbable, mais s'il parvenait à survivre jusqu'à l'arrivée de Vegeta, tout serait enfin corrigé.

Raditz connaissait les Shinobi. Il les prenait au sérieux.
Même quand Nappa était arrivé, il n'avait cessé de se méfier – à juste titre.

Il avait bien jaugé les dangers potentiels de ce monde. Il ne sous-estimait absolument plus les ninjas.

Et pourtant, il savait une chose : si Vegeta posait un pied sur ce monde, absolument rien ni personne ne pourrait lui résister. Aucune alliance ou combinaison technique d'aucune sorte ne serait en mesure de ne serait-ce que le divertir.

– Je... reprit alors Raditz, presque honoré de voir que sa mission allait potentiellement faire venir son prince. J'essayerai de terminer le travail...
– Fais comme tu veux
, répliqua Vegeta. Mais sache qu'à mon arrivée, si tu es encore en vie et si tu n'es pas le seul à l'être...

Le sentiment d'espoir de Raditz se dissipa brutalement en réalisant avec horreur le ton doucereux de Vegeta. Ses paroles s'infiltraient en lui comme un poison.
Soudain tétanisé, il déglutit.

– ... tu seras le premier à mourir, acheva l'impitoyable prince des Saiya-jin qui, sur ces terribles mots, coupa la conversation.

Et c'est à cet instant précis que Raditz comprit qu'il était condamné.

Laissant tomber son Scouter, il s'écroula à genoux sur le sol. Abaissant la tête, il ne bougea plus.

Tout était perdu.

Survivre jusqu'à l'arrivée de Vegeta aurait déjà été un miracle.
Mais c'était un espoir.
À présent, il n'y en avait plus.

Il n'avait aucun moyen de retrouver sa pleine puissance. Et c'était pourtant sa seule chance de terrasser les Shinobi, à présent. Et s'il n'y parvenait pas, et quand bien même par il arriverait à survivre, Vegeta le tuerait.

Quel idiot était-il d'avoir pensé que son prince s'inquiétait pour lui !
Il venait juste le tuer.
Et Raditz savait qu'il tiendrait parole.

À ce stade, mieux valait mourir tout de suite.

– Tout... Tout est fini...
– Non...


Raditz ne réagit pas immédiatement à cette voix, pensant que c'était simplement Vegeta qui lui parlait pour l'achever.

Puis il se souvint que leur discussion était terminée et que son Scouter était par terre. Cela signifiait que la voix ne provenait pas de son appareil, mais bien de son environnement direct.

– Il te reste un espoir, Saiya-jin... reprit la voix dans son dos.

Désorienté, Raditz se retourna, découvrant une silhouette dissimulée dans la pénombre.

Un fin filet de lumière éclairait partiellement son visage énigmatique.

– Toi... ?! réagit le Saiya-jin.

***




Bee et Mikoto poursuivaient leur échange. Mais si le rythme de l'Uchiha ne faiblissait pas, celui du Jinchūriki commençait lentement à baisser, comme en témoignaient les quelques éraflures du katana de son adversaire.

Le combat tournait clairement à son désavantage, sans aucune opportunité pour lui d'y briser le rythme au risque d'un franc échec.

Puiser dans le pouvoir de son Bijū était hors de question. Par son Sharingan, son adversaire parvenait à lire avec une incroyable acuité le flux de son Chakra et anticiper chacune de ses actions. Pire : sa maîtrise du sabre était totalement inégalée.

Dépassé, Bee tomba soudain à genoux. La situation devenait critique !

Cette image généra comme un flash dans l'esprit de Mikoto, laquelle sembla, l'espace d'une fraction de seconde, perdre légèrement le sens du combat.

Dans une pareille confrontation, une erreur aussi infime était suffisante pour retourner la situation. Et Bee, en dépit de sa situation, sauta sur l'occasion. Puiser dans son Chakra de Bijū était trop dangereux : il n'en aurait sans doute pas la possibilité avant qu'elle ne le réalise. Mais il n'avait pas besoin de ça.

Un infime mouvement lui permit de changer de garde, plaçant deux épées dans ses mains écartées, lesquelles se mirent aussitôt à scintiller sous l'intensité du courant qui les parcourait soudain.

Bee avait réussi à placer son Chakra de foudre dans deux de ses lames.

Et il frappa au moment où l'éclat rejaillissait dans l'oeil de son adversaire.

Celle-ci, surprise, n'esquissa même pas le geste de contrer avec son katana. Et Bee savait pourquoi : son épée ne pourrait pas résister à une lame faite de foudre. Alors elle recula, enchaînant de vifs saltos en arrière, acculée par un Bee qui, retournant la situation, ne lui laissait plus d'ouverture.

Et soudain, elle ralentit sa course en arrivant contre un rocher – sans doute pour préparer une contre-offensive de désespoir. Et Bee parvint à la trancher au ventre.

Il savait qu'elle se remettrait sans problème d'une blessure invalidante, mais réussir à sensiblement l'atteindre pourrait lui donner le temps suffisant qui lui permettrait de la sceller pour de bon.

– Euh... murmura l'un des Uchiha spectateurs. On ne devrait pas l'aider ?
– Non
, répliqua l'autre. Elle a voulu jouer... Elle assume.

Bee discerna le regard écarlate de son adversaire dominée s'abaisser avec surprise sur son ventre ouvert mais ne ralentit pas son deuxième coup destiné à lui trancher la tête.

Trop surprise et prise au piège, même elle ne pourrait plus esquiver.

Le rappeur la vit alors lever son katana devant elle pour contrer l'offensive directe de son épée recouverte de foudre.

* Idiote... pensa-t-il. *

Il sentit le glissement d'une lame qui se tranche comme du beurre, sans opposer de grande résistance car son propre geste n'en fut guère entravé.

Mais tandis qu'il s'apprêtait à enchaîner, il réalisa avec stupeur que la tête et le corps de son adversaire ne faisaient toujours qu'un... Elle ne pouvait pas s'être régénérée aussi rapidement !

Pire : sa propre lame était tranchée nette, et non le katana de l'Uchiha, lequel avait étrangement noirci l'espace d'une fraction de seconde.

* C'était quoi ça ?! *

Bee parvint à effectuer quelques bonds de recul pour tenter de prendre la distance. Cela n'aurait toutefois pas été possible, si un élément imprévisible n'avait pas brutalement interrompu le combat au moment où la femme reprenait l'avantage.

Deux individus venaient de littéralement apparaître entre les deux : un enfant et un adulte.

– Ça suffit, Mikoto, ordonna le plus grand.
– Hmpf... grommela cette dernière en s'immobilisant, visiblement boudeuse.

Elle planta sa lame dans l'herbe et soutint le regard écarlate de Kagami.

– Tu devrais éviter de me parler comme ça, lâcha-t-elle. J'ai plus l'âge de ce gosse.

Elle montra Konohamaru d'un signe de tête.

– En tout cas, reprit-elle, je vois que monsieur se la pète depuis qu'il a appris l'Hiraishin à Uzushio...
– Arrête, ça fait trois plombes que je me concentre
, répliqua Kagami. J'arrive pas à comprendre comment Tobirama-sensei arrivait à utiliser l'Hiraishin en combat... C'était vraiment un génie comme on n'en fait plus !
– Minato l'a appris aussi
, l'informa Mikoto.
– Minato ?! Le petit blondinet ?
– Il a grandi depuis, le Yondaime Hokage...
– Hein ?! Hokage ?! Il est devenu Hokage ?!


Il soupira.

– Ouais, intervint soudain Bee, décidant qu'il était inutile de se faire discret. Il était sacrément balaise, ce putain d’Éclair Jaune !

Les Uchiha tournèrent leur tête dans sa direction.

– Mais il est mort, acheva Bee en baissant sombrement la tête. C'était vraiment pas un poto, mais avec son aide, on aurait ptêt pu éviter tout ce merdier...

***




Cela faisait de nombreuses minutes que Jiraiya et Tsunade n'avaient pas prononcé mot, s'observant dans un immobilisme presque total que même le froid de la haute montagne ne savait égaler.

Ils avaient assisté à toute la confrontation face au colossal Saiya-jin et en restaient bouleversés jusque dans leur chair.

Étrangement, ce fut Naruto, endormi, qui troubla le silence par un « dattebayo » rêveur... Que cela fût une simple coïncidence ou la conséquence de l'oppressant Chakra aux limites insondables qui venait de quitter ce monde, rien n'était bien sûr mais tout était possible.

Tsunade observa le jeune garçon d'un regard étonnamment doux. Elle réalisait plus que jamais sa ressemblance troublante avec son défunt jeune frère, Nawaki. Et ses lèvres tremblantes esquissèrent un bref sourire.

– Un de moins... murmura alors Jiraiya.

Le regard de Tsunade se durcit de nouveau face aux mots prononcés par son partenaire. Et ce dernier en connaissait bien la raison.

Il s'attendait d'ailleurs à l'entendre relativiser l'optimisme de ses paroles. Mais elle n'en fit rien.

– Je ne portais pas Danzō dans mon cœur, confia-t-elle. Je trouvais Sarutobi-sensei trop conciliant vis à vis de son vieux camarade...

Elle serra les poings en souvenir de leur défunt maître et releva la tête pour fixer Jiraiya.

– Mais au final, il avait raison sur un point... Son amour pour le monde Shinobi était bien réel.

Jiraiya ne trouvait de meilleurs mots que Tsunade, se contentant d'approuver sobrement de la tête.

– Qui aurait cru, poursuivit la Sannin, que le monde Shinobi lui devrait son salut ?

Elle leva les yeux en direction des cieux.

– Aujourd'hui, il s'est imposé comme le héros du monde Shinobi, comme l'eut été mon grand-père près d'un siècle avant lui.

La brume se levait fortement, les nuages ayant lentement progressé contre les parois de la montagne jusqu'à les atteindre, générant une atmosphère humide et particulièrement glaciale dans laquelle les Sannin restèrent pensifs, en hommage à leur défunt aîné.

Puis, un tremblement sourd perturba l'humble mutisme de la nature.

D'abord sur la défensive, les deux Shinobi d'élite comprirent rapidement qu'il ne s'agissait pas d'un danger. Et de toute manière, une telle notion s'avérait bien rare pour un Sannin.

C'était un crapaud géant. Et celui-ci était bien connu, y compris par Tsunade.

– Gamabunta... murmura Jiraiya.
– Jiraiya ? s'étonna l'immense batracien, qui semblait étonnement sur le qui-vive. Que se passe-t-il ici ?
– Que veux-tu dire ?
– Le vieux Sennin a reconnu un Chakra sombre et m'a envoyé en éclaireur...


Le crapaud semblait légèrement tremblant et tendu, comme si son organisme tout entier était actuellement programmé pour le combat.

– Il a reconnu le Chakra de Kyūbi...
– Kyūbi ?
répéta Jiraiya, tournant machinalement son regard vers le jeune Naruto. Non... C'est seulement ce gamin... Il s'est laissé emporté. Mais la situation est sous contrôle, grâce à Tsunade.
– Pardonnez-moi
, s'excusa le titanesque amphibien en reprenant constance.

Tsunade jeta un œil au crapaud avant de reporter son regard en direction de Naruto.

– Cela tombe bien que tu sois là, reprit alors Jiraiya. Je t'avoue que dans mon état actuel, grimper une montagne est un peu compliqué...
– Je vois...
murmura Gamabunta.

Il semblait hésiter.

– Mais ce gamin, es-tu sûr qu'il soit prudent de...
– On ne pourra pas gagner sans lui
, répliqua Tsunade d'un ton sans appel qui surprit même Jiraiya.

Fronçant les sourcils, le batracien géant savait qu'en dépit de sa force, mieux valait ne pas s'opposer à cette ninja légendaire. Étendant sa longue langue, il leur laissa tout le loisir de s'y installer confortablement avant de les enfermer dans sa grande gueule.

Ce n'était pas des plus ragoûtants, mais cela restait sans l'ombre d'un doute plus confortable qu'à dos de crapaud, surtout en haute montagne...

***


* Que se passe-t-il *

Sasuke s'était immobilisé face aux étonnants changements dans l'atmosphère. Que cela fût lié à cet étrange labyrinthe naturel ou à autre chose, il avait l'impression que d'étonnants flux énergétiques avaient parcouru l'air qu'il respirait.

Gaara aussi avait remarqué ces fluctuations. Mais il semblait avant tout intéressé par l'objet de leur quête. L'un comme l'autre savaient qu'atteindre la montagne lointaine où se trouvait Naruto prendrait sûrement de nombreux jours au milieu des parois qui les entouraient, mais peu leur importait.

Alors ils reprenaient leur route, insensibles aux menaces des insectes géants qui semblaient avoir étonnamment appris de leur dangerosité, car ils ne les croisaient plus.

Si cela n'avait pas l'air de perturber Gaara, Sasuke restait quant à lui particulièrement aux aguets. Il avait appris, lors de sa jeunesse aux côtés de son frère, que l'absence d'animaux dangereux dans une zone avait parfois une explication bien plus inquiétante.

Et cette explication se trouvait en fait juste devant eux, à peine tournaient-ils dans un nouveau virage...

Une immense silhouette se tenait là, immobile. De loin, elle ressemblait vaguement à un chat de taille considérable aux longues pattes étendues. Mais sa longue queue à l'extrémité touffue dévoilait davantage l'apparence d'un lion.

Les longues ailes reposant contre son flanc donnaient cette créature une apparence assez inédite.

On partait donc avec un lion aux ailes d'aigle...

Mais le plus effrayant restait le regard perçant – prédateur et calculateur – de cette mystérieuse entité lorsqu'elle tourna son visage en direction des deux jeunes membres de l'Akatsuki. Et un horrifiant sourire se dessina sur ce visage soigné de femme.

Sasuke et Gaara s'arrêtèrent d'un même mouvement.

– Des explorateurs égarés ? murmura le sphinx d'une voix dangereusement amusée.

***


– Tu n'es pas obligé de répondre, reprit Tsunade. Mais quelque chose me dit que tu en sais plus que d'autres...

Jiraiya ne répondit pas.

– Je me demande juste une chose, murmura alors la Sannin. Ce sceau ne durera pas éternellement face à la puissance du Saiya-jin. Alors, que fera-t-on quand il reviendra ?

Jiraiya sembla hésiter à répondre. Tsunade accepta ce silence.

– Il ne reviendra pas, affirma alors soudainement l'ermite d'une voix sombre. Ou pas aussi facilement...

Tsunade haussa les sourcils.

– Le sceau de Danzō ne crée pas une nouvelle réalité... mais distord celle-ci.
– Que veux-tu dire ?
– Je veux dire que le Saiya-jin se trouve actuellement dans un espace-temps fortement compressé entre deux zones. C'est un dérivé de l'Hiraishin, permettant de figer l'adversaire dans une dimension intermédiaire aux deux points du sceau. Une fois celui-ci brisé, la victime réapparaît simplement de l'autre côté.


Tsunade fronça les sourcils.

– Je ne suis pas sûr de tout comprendre...
– Moi non plus
, reconnut Jiraiya. C'est terriblement complexe : peut-être le sceau le plus poussé d'Uzushio...
– Si je comprends bien
, reprit Tsunade, le Saiya-jin est juste piégé dans un espace-temps trop différent pour pouvoir intervenir dans cette réalité... Et quand le sceau prendra fin, il réapparaîtra à l'endroit où Danzō l'a envoyé ?

Jiraiya acquiesça sombrement de la tête, regardant droit devant lui. Il savait déjà quelles seraient les futures paroles prononcées par Tsunade.

– Mais... murmura-t-elle en serrant les dents. Tu l'as bien vu avec le volcan... Peu importe où il réapparaîtra... Il n'existe aucun endroit sur ce monde d'où il ne pourrait pas revenir... !

Elle le fixa avec intensité.

– Car personne n'a pu marquer une zone si inaccessible qu'elle pourrait contenir un tel monstre...
– Tu as raison
, reconnut Jiraiya.

Tsunade serra les poings de frustration.

– Il n'existe aucun endroit sur ce monde d'où il ne pourrait pas revenir... répéta-t-il d'une voix étrangement calme.

Tsunade haussa les sourcils, voyant là une forme de message de la part de son partenaire qui en savait visiblement bien plus qu'elle.

– Peut-être faut-il donc voir plus loin...
– Plus loin ? Que veux-tu dire ?
– Je veux simplement dire que tu oublies que l'Univers ne se limite pas au monde Shinobi...
– ... ?
– Et qu'au même titre que ce monde ne constitue pas tout...
poursuivit Jiraiya en tournant son regard droit sur Tsunade, laquelle semblait déjà comprendre le sens de ses paroles, il existe...

Il s'interrompit toutefois, esquissant un étonnant sourire nostalgique.

– Il existe... un troisième Sannin.

Tsunade ouvrit grand les yeux, choquée par cette révélation.

– Ne me dis pas que... !
– ...
– Celui vers qui Danzō a envoyé le Saiya-jin, c'est...


Elle resta un moment figée, partageant soudain à travers ce regard profond avec Jiraiya une émotion indescriptible.

– ... Orochimaru... !
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 718
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Bushido le Mer Oct 31, 2018 23:55

Ah. Je m'en doutais qu'il l'avait envoyé sur une autre planète. :mrgreen:

Au début, j'avais pensé à la Lune. Genre : Danzo a appris des trucs concernant ses habitants et l'a envoyé là-bas en se disant qu'ils sauraient le blesser/le retenir assez pour que les Shinobis puissent le retenir plus tard. La Lune, c'est hyper loin en vrai.

En tout cas, content de revoir Raditz.
Vous n'avez pas envie de perdre du temps à lire une fan-fiction mais vous voulez quand même en lire une ? Aucun problème ! Half Shot est fait pour vous ! Une série d'histoires courtes que, j'espère, vous apprécierez !

Half Shot - viewtopic.php?f=42&t=8709
Avatar de l’utilisateur
Bushido
 
Messages: 4287
Inscription: Lun Avr 22, 2013 14:40

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Kurama_Senju le Mer Nov 07, 2018 21:21

Désolé pour le quasi retard du chapitre suivant, je vais essayer de me recaler sur un peu plus tôt.

Bushido a écrit:Ah. Je m'en doutais qu'il l'avait envoyé sur une autre planète. :mrgreen:
Je m'en doutais que tu t'en doutais. :mrgreen:

Au début, j'avais pensé à la Lune. Genre : Danzo a appris des trucs concernant ses habitants et l'a envoyé là-bas en se disant qu'ils sauraient le blesser/le retenir assez pour que les Shinobis puissent le retenir plus tard. La Lune, c'est hyper loin en vrai.
Ah yes, exact !
Par contre, je crois qu'à cette époque, il ne reste plus qu'un seul habitant sur la Lune : Toneri. Et comme il l'âge de Naruto, ça veut dire qu'il est âgé dans les 13 ans.
Ça n'empêche qu'un Ôtsutsuki de 13 ans déboîte complètement n'importe quel Shinobi de 13 ans, y compris Naruto ou Sasuke. On peut même se demander s'il n'éclate pas déjà carrément n'importe quel Shinobi.
Mais le problème de Toneri, c'est que ce n'est qu'après sa rencontre avec Naruto qu'il change d'avis vis à vis de l'humanité. Autrement dit, si Nappa arrivait sur la Lune, il tomberait peut-être sur un Toneri en train de bouffer du pop-corn et désireux de le faire revenir au plus vite pour continuer à contempler le châtiment des odieux héritiers du Rikudô Sennin : les Shinobi.

La Lune, c'est vraiment loin. Mais ça reste potentiellement accessible, car Nappa dispose d'une puissance telle qu'il serait aisément capable d'atteindre la vitesse de libération de l'astre.
Autrement dit, il pourrait presque revenir façon One Punch Man.
Le seul problème, c'est que même pour lui ça prendrait un temps beaucoup trop long de parcourir une telle distance en apnée. Donc rien de sûr, sauf que la respiration serait son seul frein. Les radiations ou le vide ne seraient quant à eux que des détails même pas perceptibles pour sa puissance complètement folle.
Bref, s'il parvenait à régler quelques problèmes, il pourrait rapidement revenir !

En tout cas, content de revoir Raditz.
C'est une très bonne chose pour la suite... :twisted:
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 718
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Kurama_Senju le Mer Nov 07, 2018 21:23

CHAPITRE 112
Puissants Chakra





* Un Chakra... d'une telle puissance ? *

Marchant lentement au cœur d'une forêt nocturne, laquelle était totalement plongée dans l'obscurité résonnant seulement sous les sinistres bruits lointains des monstres à la chasse, l'horrifiant mage-ninja semblait particulièrement pensif.

Son front glacial était parsemé d'infimes gouttes.

* Alors, tu l'as fait, Danzō... ! *

Un sourire invisible s'étira sur son visage pâle tandis qu'il s'immobilisait dans les ténèbres devenus soudainement silencieux.

* Un pur Saiya-jin... ! *

Sa langue vipérine humecta lentement le pourtour de ses lèvres étirées...

***


Sasuke et Gaara s'étaient immobilisés face à l'étrange créature qui leur faisait face. La visage de femme affichait un sourire qui n'avait rien de bien rassurant.

– Qui êtes-vous ? demanda rapidement l'Uchiha, sourcils froncés, tandis qu'à ses côtés, Gaara jaugeait la face amusée d'un regard qui dévoilait un soupçon de prudence.
– Mon nom initie les prouesses qu'un millier de mains pourraient accomplir...

Sasuke et Gaara restèrent silencieux face à ses paroles. C'était leur façon de s'échanger un regard indécis.
Pourtant, aucun d'eux n'avait l'impression d'avoir clairement cerné l'esprit de la mystérieuse réponse issue de cette voix majestueuse.

Après quelques instants d'hésitation, Sasuke fronça les sourcils.

– Que voulez-vous ? demanda-t-il d'une voix légèrement plus agressive – sans toutefois se laisser aller à la menace évidente.
– Vous tester.

La réponse était cette fois plus directe et plus claire. C'était intéressant, quoique peu avenant.

– Nous tester ? répéta l'Uchiha. Et si on refuse ?
– Libre à vous de faire demi-tour...


Ils avaient donc le choix.
Mais c'était trop facile...

– Je suppose que le chemin que vous gardez mène là où nous nous dirigeons ? reprit Sasuke.
– Sans doute...
– C'en est assez
, intervint Gaara.

D'innombrables particules s'envolaient lentement autour de lui.

– Du sable ? murmura la créature. Penses-tu vraiment pouvoir terrasser un Sphinx avec du sable, fils de Karura ?

Gaara ouvrit grand les yeux de surprise, immobilisé par la seule réplique de l'animal. Sasuke lui jeta un bref coup d’œil en biais. Visiblement, cette entité avait touché un point sensible de l'enfant du désert.

Les deux jeunes restèrent ainsi immobiles pendant un temps indéterminé. Sasuke hésitait à combattre, mais son instinct lui disait que cette créature au visage angélique saurait parfaitement trouver la férocité du lion qui l'habitait si cela s'imposait.

– Que voulez-vous tester ? demanda-t-il alors avec prudence.
– Votre cœur.

Sasuke haussa les sourcils.

– Pardon ? Comment ?

Sur ces mots, la créature sembla s'animer tandis qu'un sourire s'étirait sur les douces lèvres du visage humain.

– L'énigme... du Sphinx...

Cette fois, les deux jeunes se regardèrent franchement, surpris par cette remarque.

Bien sûr, une telle réflexion pouvait pousser à l'interrogation. Dans un autre contexte, cette situation aurait assurément été perçue comme une plaisanterie potentielle. Mais le regard pétillant de la créature suffisait à lever toute objection.

Fixant l'animal avec sérieux, Sasuke jugea bon de ne rien ajouter, tandis qu'à ses côtés, le jeune garçon du désert croisait les bras en signe d'impatience.

Voyant là une invitation, le sphinx s'accroupit légèrement pour placer sa tête à hauteur de celles de ses interlocuteurs, dans une posture qui s'apparentait dangereusement à celle d'un félin à l'affût. Heureusement, elle n'attaqua pas. Mais ses mots n'en furent pas plus rassurants.

– Y a-t-il un sens à l'existence ?

Un souffle de vent balaya le canyon mais ne fut suivi d'aucun autre son.

Sasuke et Gaara restèrent sans voix. Evidemment, une question aussi vague ne pouvait trouver de réponse claire.

L'Uchiha sentait pourtant son partenaire s'agiter légèrement. Cela le rendait mal à l'aise. Bien sûr, le jeune ninja du désert ne savait rester insensible à une telle réflexion. Son existence même reposait sur le fait de briser celles des autres. C'était ainsi qu'il se sentait vivant. Mais était-ce pour autant la bonne réponse ?

Sasuke se mit à réfléchir pour son propre cas. Il y avait bien un sens à son existence : il s'agissait de tuer son frère aîné. Se laissant embarquer par son esprit, il ne pouvait s'empêcher de se demander si c'était vraiment le cas.
Itachi mort, Sasuke n'avait-il donc plus de raison de vivre ?
Pourquoi cherchait-il donc Naruto ?

Des questions se mélangeaient dans sa tête, mais il se ressaisit bien assez vite pour réaliser l'erreur de son raisonnement. Il ne s'agissait pourtant pas de connaître le sens de l'existence...

Pourquoi son esprit divaguait-il si facilement ? Pourquoi cette question lui paraissait-elle familière, presque sur-mesure, sans qu'il n'en eût pourtant la réponse évidente ? Était-ce lié à l'étrangeté de la créature ?
Peut-être avait-elle le sibyllin pouvoir de sonder les esprits, ce qui expliquerait d'ailleurs sa mystérieuse description apparemment très personnelle adressée peu avant à Gaara...

Mais Sasuke éprouvait un sentiment très fort en la fixant, qui pourtant n'était ni de l'amour, ni de la haine.
Et pourquoi l'image de Naruto s'imposait-elle chaque fois dans son esprit ?

Il devait se ressaisir. Il devait passer cette épreuve.
Il devait trouver la réponse.
Mais rien ne venait.

– Combien de temps avons-nous pour répondre ? se risqua-t-il à demander.

Ses muscles se tendirent tandis qu'il s'interrogeait sur les conséquences de son intervention. La dangereuse créature pourrait bien l'attaquer furieusement pour son outrecuidance.
Mais elle n'en fit rien.

– L'éternité.

L'Uchiha serra les poings. Ils n'étaient donc pas limités par le temps. C'était une bonne nouvelle.
Il se replongea dans ses pensées. Mais cela n'aboutissait à rien.
Et il craignait que Gaara ne décidât de se laisser dicter par son dangereux instinct pour cette réponse. Le temps restait donc compté.

– Je me demandais justement quand je pourrais être utile, intervint soudain une voix derrière eux, histoire de pas crever tout de suite.

Sasuke se retourna avec surprise. Il s'était tant focalisé sur le Sphinx face à lui que ses sens en avaient été impactés.

– Qu'on soit clair, je ne vous porte pas dans mon cœur, poursuivit la voix fatiguée du jeune garçon qui se dévoilait soudain. Mais survivre seul, c'est vraiment la plaie...

Son front recouvert de sueur dévoilait son malaise tandis qu'il soutenait le regard soudain intrigué de Gaara. Quant à l'Uchiha, il ne put s'empêcher d'afficher un infime sourire entaché d'affront.

– Hmm... Toujours aussi pénible, Shikamaru.

***




Après un temps indéterminé de bonds qui rendaient peu confortable la traversée, la gueule du crapaud géant s'ouvrit enfin, laissant entrevoir une lumière nouvelle et bienvenue.

Tsunade fut la première à poser pied sur l'herbe de cette terre parsemée de champignons géants, de statues de pierre et de cascades en tous genres. Elle peinait à croire que tout ceci pouvait se trouver au sommet de la plus haute montagne du monde – mais il apparaissait que l'énergie naturelle faisait parfois des miracles...

Elle s'appuya contre une feuille suffisamment imposante pour ne pas craquer sous son poids.

Jiraiya soupira alors en tournant son regard en direction du jeune Naruto endormi.

– Tu l'as vraiment frappé fort, Tsunade, commenta-t-il.
– Tu m'excuseras, marmonna-t-elle, affichant sa mauvaise humeur, la prochaine fois, je te laisse gérer Kyūbi.
– Oh, ça va
, répliqua Jiraiya. Les années ne t'ont vraiment pas fait perdre ton sale caractère...
– Pff... De toute manière, si tu étais plus fin observateur, tu aurais remarqué que Naruto faisait semblant de dormir depuis un moment.


Jiraiya haussa les sourcils tandis que Naruto ouvrait les yeux avec étonnement.

– Comment vous saviez, mémé Tsunade ?

Le surnom donné par Naruto sembla dévoiler une veine de rage sur la tempe de Tsunade.

– Bien, reprit Jiraiya, désireux d'éviter un carnage. Naruto, sais-tu pourquoi nous sommes ici ?
– Pour me cacher de Raditz...
grommela l'interrogé, qui avait légèrement réfléchi à la question.

Les Sannin se regardèrent d'un air surpris.

– Bah ouais, répliqua Naruto. J'suis pas si bête. Entre le labyrinthe, la montagne et l'espèce de secte hippie... Et puis, je vois des crapauds géants qui nous observent un peu partout... Me faîtes pas croire que des monstres pareils pourraient passer inaperçus si ce lieu n'était pas super bien caché !

Il semblait faire la moue.

– Une secte hippie ? murmura une voix dans le dos de Naruto. Quelle drôle de description du Mont Myōboku...

Cette apparition réussit l'exploit de surprendre même les deux ninjas légendaires.

Jiraiya s'écroula soudain à genoux par terre, choqué.

– Vous... êtes... vivant ?

Naruto chercha un instant du regard l'individu à qui il s'adressait, avant de réaliser qu'il se trouvait bien plus près du sol que prévu.

– C'est quoi cette vieille grenouille ? grimaça Naruto. Qu'est-ce qu'elle fout là ?
– Eh oh !
s'offusqua Tsunade. Modère tes propos, Naruto !

Jiraiya ne réagit même pas, trop soulagé de savoir que son mentor s'en était sorti.

– Tu as devant toi Fukasaku-sama, un des deux grands ermites du Mont Myōboku.
– Et Shima...
murmura Jiraiya. Elle...
– Oh, mon petit Jiraiya s'est fait du soucis pour moi ?
s'amusa sur le côté une voix de grand-mère.

Naruto grimaça de plus belle.

– Eh, l'ermite pervers, ils vous parlent comme si vous étiez un gosse... C'est quoi leur problème aux vieux batraciens ?
– Je t'ai dit de surveiller ton langage !
gronda Tsunade. Ils sont les maîtres de Jiraiya, ceux qui lui ont enseigné le Senjutsu.

Naruto ouvrit grand les yeux de surprise.

– Ha ha ha, « ermite pervers »... ! répéta le vieux Fukasaku dans un éclat de rire. Ça correspond bien au petit Jiraiya, ça !
– Comment... ?
murmura ce dernier.
– Tu as vraiment cru qu'un vulgaire singe pourrait abattre les plus grands maîtres du Senjutsu ?
– Mais... Je... Vous n'étiez plus...
– Eh, Pa'
, intervint Shima. Il a juste pas compris qu'on s'était fait la malle à la fin...
– Dis pas ça, Ma' !
s'agaça le vieux Sennin. C'est complètement faux...
– C'est pas plus vrai de dire que t'avais pas peur du singe. Tu m'as réveillée presque chaque nuit pendant un mois à cause de tes cauchemars après ça !
– T'es pas obligé de dévoiler notre intimité !
– Ouais, bah arrête de faire le héros quand tout ce qui nous a sauvés, c'est un coup de bol.


Naruto, Jiraiya et Tsunade suivaient l'échange à la manière de spectateurs d'un match de tennis. Cet échange serré dura un temps, jusqu'à ce que Fukasaku ne décidât d'abdiquer.

– Très bien, reprit-il en fixant Jiraiya d'un ton plus sérieux. La vérité, c'est que l'explosion du petit singe...
– Petit singe ?
coupa Naruto.
– Oui, le gros singe redevenu petit quoi !
– Euh...
– Il parle de l'explosion de Konoha
, ajouta Shima.
– Ah...

Le jeune Uzumaki se terra alors dans un silence de marbre. Tsunade abaissa sombrement les yeux.

– À ce moment, reprit Fukasaku, la puissance du souffle, ajoutée à nos faiblesses du moment, nous ont éjectés de ton corps. On s'est retrouvés disséminés à travers les gravats.

Il soupira.

– À notre réveil, tout était détruit et tu avais disparu. Nous sommes donc revenus.
– Je suis... si soulagé...
murmura Jiraiya.
– C'est bien beau, tout ça, intervint de nouveau l'irrespectueux Jinchūriki, mais j'ai pas l'intention de rester caché éternellement...

Le vieux petit crapaud tourna son regard calculateur dans la direction du jeune Uzumaki.

– S'agit-il de ton disciple, Jiraiya ?

Ce dernier acquiesça d'un signe de tête.

– Je vois... murmura le batracien vétéran. Et penses-tu qu'il pourrait être... l'élu ?

Le Sannin resta silencieux, visiblement pensif. Puis, après un instant d'hésitation, il renouvela son mouvement.

– Je comprends rien à votre langage codé... grommela Naruto.
– Tu as raison sur un point, mon garçon, reprit alors Fukasaku. Ce lieu est effectivement dissimulé, à tel point que même le jeune Raditz ne pourrait pas nous repérer.
– J'en étais sûr...
– Mais j'ai l'intuition que Jiraiya n'a pas l'intention de t'y cacher...
– ... ?


Après un regard éloquent adressé à son aîné, le Sannin s'assit en tailleur à même le sol.

– Bien. Naruto, je vais te rendre plus fort...
– Génial !
– ... à une condition.


Naruto haussa les sourcils, curieux.

– Tu dois battre Tsunade au bras de fer.
– PARDON ?!
s'exclamèrent d'une même voix les deux concernés.

Tandis que Naruto tournait son regard en direction de la ninja légendaire, Jiraiya suppliait silencieusement celle-ci du regard. Comprenant que l'ermite souhaitait s'entretenir avec ses mentors sans interruption intempestive de Naruto, Tsunade accepta à contre-cœur et se retourna en direction de la table.

Elle s'installa en face Naruto, contre une solide excroissance de terre qui leur servirait de table de support.

– Viens, gamin, murmura-t-elle en grimaçant d'un sourire malsain qui fit froid dans le dos du Genin.

Et le bras de fer s'engagea. Sans surprise, Naruto se montra incapable de faire flancher d'un seul millimètre le bras de son adversaire.

– Bien, reprit Jiraiya en tournant son regard vers Fukasaku. Nous pouvons parler tranquillement.

Il soupira.

– J'ai eu de nombreux disciples. Et celui qui devint Yondaime Hokage me semblait être le meilleur prétendant au titre. Malheureusement, sa mort prématurée mit fin à cet espoir...

Son regard se leva vers les cieux.

– Lorsque j'ai collaboré avec l'Akatsuki, peu après l'arrivée de Raditz, j'ai réalisé qu'un autre de mes disciples se trouvait être le chef de l'organisation.

Fukasaku le fixa d'un air concerné.

– Pain ?
– Oui.
– On a appris pour son combat contre Raditz...
intervint Shima. Jamais personne n'avait poussé le Saiya-jin aussi loin !
– Pain est... terriblement fort
, murmura Jiraiya. Face au pouvoir du Rinnegan, même les Sannin font bien pâle figure...
– Maintenant qu'ils sont liés par leur châtiment, Raditz est en mauvaise posture
, réfléchit Fukasaku. Je vois...

Elle releva la tête pour fixer le Sannin.

– Alors, il se pourrait bien que Pain soit vraiment l'élu...
– C'est une possibilité
, répliqua Jiraiya. Mais... Je ne le souhaite pas.
– Que veux-tu dire ?
– Pain, et l'Akatsuki à travers lui, sont dangereux. Si Pain est vraiment l'élu, alors le monde sera soumis au chaos et à la destruction.
– Tu préfères que Raditz survive ?
– J'ai naïvement pensé que l'Akatsuki était un meilleur parti, lorsque je me suis associé avec eux. Mais j'ai un mauvais pressentiment...


Le vieux crapaud abaissa sombrement les yeux.

– Je vois... soupira-t-il finalement.
– Mais j'ai toujours un espoir, reprit alors Jiraiya dont le regard se tourna sur le côté, observant le jeune Uzumaki tenter vainement de faire bouger le bras d'une Tsunade dont le regard se montrait davantage intrigué par la discussion des deux ermites. Si la paix est possible, alors peut-être faut-il simplement lui laisser l'opportunité de s'exprimer.

Fukasaku regarda Jiraiya, puis Naruto, avant de reposa ses yeux sur son élève.

– Ce garçon ? réagit-il d'un air peu convaincu en observant les vaines tentatives de Naruto. Tu le penses vraiment ? Après avoir vu la performance de Pain, tu crois vraiment que le disciple dont faisait référence Ōgama Sennin serait... cet enfant ?
– Tu as peut-être raison...
marmonna Jiraiya, observant Naruto, debout, tirer de façon acrobatique et ridicule sur le bras immobile de Tsunade.

Il se releva.

– Oh, Naruto !
– Hein ?
– Pourquoi tu ne te donnes pas à fond ?
– J'vous y vois bien !
s'offensa le garçon devenu tout rouge.
– C'est ridicule... Et ça se prétend futur Hokage ?

Naruto s'immobilisa, tournant le regard dans sa direction.

– Avec une force pareille, ce n'est pas Raditz le problème...

Tsunade fronça les sourcils, ne comprenant pas le soudain ton presque méchamment provocateur de son alter-égo.

– Toi qui es si persuadé que Sasuke a survécu... reprit le Sannin, sentant soudain l'atmosphère changer. J'espère que tu as raison, car...

Il plaça ses mains contre ses hanches.

– ... je devrais peut-être le prendre comme disciple à ta place...
– À quoi joues-tu, Jiraiya ?
interrogea Fukasaku.
– Avant de devenir mon disciple, expliqua l'interpellé, Naruto a été entraîné par...

Il s'interrompit tandis qu'une sourde tempête de Chakra balayait soudain les environs.

– ... Raditz.

Le vieux Fukasaku avait à peine eu le temps d'ouvrir grand les yeux qu'un épais Chakra recouvrait déjà le jeune ninja. Trois queues fantomatiques s'imposaient brutalement.
Tsunade se leva aussitôt.

– NON ! s'exclama Jiraiya.

Surprise, elle tourna son visage dans sa direction.

Le sol trembla quand trois crapauds géants firent irruption autour d'eux – parmi lesquels Gamabunta.

Tous restaient sur le qui-vive, observant le jeune Naruto bouillonner de Chakra, attendant le moindre signal.

Le vieux Fukasaku, d'un regard, ordonna aux trois colosses de rester immobiles.

Tsunade gardait son regard fixé sur les yeux cernés de noir du Jinchūriki dont les marques des joues semblaient noircir sous la puissance qui l'habitait. Et c'est alors qu'à sa grande surprise, Naruto se rassit simplement avant de placer sa main en position de bras de fer.

La Kunoichi légendaire resta stupéfaite et prudente un instant, sourcils froncés. Puis un sourire guerrier se dessina sur son visage et elle s'assit à son tour, avant d'empoigner avec force la main ouverte du Jinchūriki.

Alors s'engagea le plus intense bras de fer de l'Histoire Shinobi. Tsunade peinait à croire qu'un si jeune garçon fût capable de déployer une telle résistance contre sa force jusqu'alors inégalée. Sa surprise fut telle que, l'espace d'une fraction de seconde, elle se fit même légèrement dominer par l'Uzumaki, ne s'attendant pas à tant de puissance.

Serrant les dents, elle remarqua en face la même grimace à travers les canines acérées de son adversaire. Soutenant son regard furieux, elle ressentit un aigre frisson parcourir son échine.

Ne lésinant plus sur sa force, elle parvint, d'une impulsion, à retrouver les centimètres que la surprise lui avait fait perdre.

Et tandis que la confrontation immobile atteignait son paroxysme, le sol tout entier se fissura sous leurs coudes, détruisant au passage l'excroissance de terre qui les soutenait et imposant l'arrêt de la confrontation.

Alors, l'épais manteau de Chakra entourant Naruto se dissipa tandis que le garçon, épuisé, reprenait son souffle. L'atmosphère, particulièrement tendue, retrouva rapidement son naturel tandis que Tsunade observait d'un regard stupéfait le Genin qui lui faisait face.

Dissimulant son essoufflement, elle tourna son regard furieux en direction de son alter-égo.

– Yes, j'ai réussi ! s'exclama Naruto. Vous avez flanché !
– J'ai juste été surprise
, grommela Tsunade. On peut savoir ce que ça veut dire, Jiraiya ?!
– Vous... voulez poursuivre l'entraînement de Raditz sur le Chakra du Renard ?
interrogea Naruto, pas très à l'aise à l'évocation de ces douloureux souvenirs. J'ai jamais réussi à garder le contrôle à la quatrième queue...
– Imbécile !
s'exclama Tsunade. Ce n'est pas quelque chose qui s'enseigne !
– Tsunade a raison
, renchérit Jiraiya. Tu n'as pu suivre un tel entraînement que parce que Raditz était le seul à pouvoir te le dispenser. Et de toute manière, si même dans un cadre aussi fou, tu n'es pas parvenu à garder le contrôle à la quatrième queue, c'est inutile d'aller plus loin dans ce sens.

Naruto croisa les bras.

– Donc... J'ai atteint ma limite ?
– De ce point de vue là, oui, sans doute.
– ...
– Tu n'as que 13 ans, Naruto...
– De ce point de vue là ?
répéta alors Tsunade.

Elle fronça les sourcils.

– Dois-je en déduire que tu as vraiment l'intention de lui enseigner le Mode Sennin ?!

Un sourire énigmatique se dessina sur le visage de Jiraiya.

– Plus ou moins...
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 718
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Black_Sennin le Jeu Nov 08, 2018 9:14

Peut être aura t-on droit à une ellipse ?
Black_Sennin
 
Messages: 18
Inscription: Sam Juin 02, 2018 11:27

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar biskus le Jeu Nov 08, 2018 20:56

Pour le chapitre précédent je constate une chose c'est que finalement nappa , va "arriver" sur terre plus ou moin dans la meme éclipse de temps que dans le manga d'origine .
Jetais pas si loin que sa finalement dans ma théorie lol

Concernant le nouveau chapitre on saute carrément les étapes pour naruto mais je soupçonne jiraya de donner accès à naruto à kurama sauf que la pas de cascade de vérité et beaucoup plus jeune.

Quel est le vrai niveau de orozef ? L'attitude qu'il a alors qu'il sent la puissance de nappa, et identique à celle qu'il à quand il convoite sasuke ( et qu'il se sait supérieur à lui aussi à ce stade )

Nappa sur terre vu l'enchaînement dès événements, quand il sera libre , pourra etre assez épique car les terriens de la z team seront deja préparer à combattre à cause du magodragonimmortalophidien ( ouf mot compte Triple en scrabble )

Petite apparté qui va nous faire lâcher le monde shinobi au prochain chapitre ? 😁
biskus
 
Messages: 209
Inscription: Sam Oct 18, 2014 12:36

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Kurama_Senju le Sam Nov 10, 2018 20:24

Black_Sennin a écrit:Peut être aura t-on droit à une ellipse ?
Bientôt une ellipse, yep. 8-)

biskus a écrit:Pour le chapitre précédent je constate une chose c'est que finalement nappa , va "arriver" sur terre plus ou moin dans la meme éclipse de temps que dans le manga d'origine .
Jetais pas si loin que sa finalement dans ma théorie lol
Héhé, par contre, il arrivera seul... mais le joyeux bordel déjà en place devrait compenser. :mrgreen:

Concernant le nouveau chapitre on saute carrément les étapes pour naruto mais je soupçonne jiraya de donner accès à naruto à kurama sauf que la pas de cascade de vérité et beaucoup plus jeune.
Hum... C'est délicat ! Pas impossible !
Mais disons que le contrôle actuel de Naruto vient de la méthode dure, issue du seul type au monde capable de gérer les accès de colère du Jinchûriki quand ça part en cacahuètes. Et malgré ça, le ptit Uzumaki ne maîtrise toujours qu'une infime fraction du pouvoir du Renard.
Et comme tu le fais remarquer, pas de cascade de vérité, et Kyûbi ne montre clairement pas les signes d'une possibilité d'amitié avec Naruto. Pour le moment, leur relation n'est vraiment pas prononcée.
Bref, tenter d'aller chatouiller un peu trop le pouvoir du démon pourrait se transformer en désastre (ce qui serait quand même ballot qu'à l'heure où ce qu'il reste du monde Shinobi commence à souffler un peu).
Tout ce que je peux dire, c'est que l'enseignement de Jiraiya sera forcément lié à différents points du manga original mais qu'il sera également inédit, et que ce sera la conséquence du premier passage de Raditz.

Quel est le vrai niveau de orozef ? L'attitude qu'il a alors qu'il sent la puissance de nappa, et identique à celle qu'il à quand il convoite sasuke ( et qu'il se sait supérieur à lui aussi à ce stade )
Yep, c'est vrai que y'a des similitudes, avec quelques gouttes de sueur et la distance/temps en plus.
Pour comparer à Orochimaru, même face à Itachi, son comportement était plutôt similaire (pourtant, là, l'issue n'était pas la même que pour le petit Sasuke). ;-)
Le niveau de Nappa est vraiment monstrueux par rapport aux Shinobi. Il a quand même nécessité la puissance d'un Bijû + le sacrifice d'un Kage + Edo Tensei après un passage Akatsuki (et un mort) pour seulement être mis hors course un moment. Même Raditz, pleins pouvoirs, n'a jamais été égalé par un Shinobi en terme de puissance brute et a complètement détruit le système Shinobi.

Nappa sur terre vu l'enchaînement dès événements, quand il sera libre , pourra etre assez épique car les terriens de la z team seront deja préparer à combattre à cause du magodragonimmortalophidien ( ouf mot compte Triple en scrabble )

Petite apparté qui va nous faire lâcher le monde shinobi au prochain chapitre ? 😁
Très bien vu : la probabilité de voir la "Z" Team au prochain chapitre est fortement élevée. 8-)

Merci pour vos retours !
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 718
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar omurah le Dim Nov 11, 2018 22:28

J'ai totalement pas le temps de faire un commentaire complet et j'aurai encore moins le temps en semaine donc va pour une ligne et demi qui ne rendra certainement pas honneur au niveau de ton écriture :cry:
Oro ne semble pas perturbé par l'arrivée de Nappa, je n'en attendais pas moins 8-)
La partie avec Naruto était nickelle, j'ai beaucoup aimé l'ambiance instaurée, la manière dont les différents actes de la scène s'articulent aussi. Outre le style de plus en plus abouti (et pourtant le niveau était déjà élevé dans la première partie de la fic) je trouve toujours ta plume mature, comme quand Jiraiya range de coté l'option "maîtrise de la quatrième queue" pour développer un autre potentiel. En fait je trouve que tu maîtrises bien l'art du nekketsu, au point de me rendre curieux de te lire sur autre chose que du Naruto, DB etc. ^^

L'arrivée pile à ce moment de Shikamaru colle parfaitement au rythme de ton scénario, c'est vraiment propre, j'ai très hâte de voir la réponse qu'il fera éventuellement au sphynx :mrgreen:
D'ailleurs tu t'en doutes peut-être, mais juste le coup du Sphynx j'adore :mrgreen:

(ah bah finalement j'ai un peu plus écris que prévu, tant pis tant mieux :lol:)
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 2735
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Kurama_Senju le Lun Nov 12, 2018 21:32

omurah a écrit:J'ai totalement pas le temps de faire un commentaire complet et j'aurai encore moins le temps en semaine donc va pour une ligne et demi qui ne rendra certainement pas honneur au niveau de ton écriture :cry:
C'est super cool d'avoir pris le temps pour cette "ligne et demi". 8-)
Oro ne semble pas perturbé par l'arrivée de Nappa, je n'en attendais pas moins 8-)
Yeah !
Bon, n'empêche qu'entre Piccolo qui a pris le pouvoir, Oro qui fout son merdier et maintenant un Saiyan plus puissant que Raditz et au moins aussi énervé qui fera son apparition... ça craint franchement sur le monde du défunt Son Gokû.
La partie avec Naruto était nickelle, j'ai beaucoup aimé l'ambiance instaurée, la manière dont les différents actes de la scène s'articulent aussi. Outre le style de plus en plus abouti (et pourtant le niveau était déjà élevé dans la première partie de la fic) je trouve toujours ta plume mature, comme quand Jiraiya range de coté l'option "maîtrise de la quatrième queue" pour développer un autre potentiel. En fait je trouve que tu maîtrises bien l'art du nekketsu, au point de me rendre curieux de te lire sur autre chose que du Naruto, DB etc. ^^
Merci beaucoup !
Franchement, tu me motiverais presque à faire une nouvelle fic partant de rien même si, pour l'heure, j'ai encore trop de choses à raconter sur celle-ci pour m'autoriser un projet parallèle. :D

L'arrivée pile à ce moment de Shikamaru colle parfaitement au rythme de ton scénario, c'est vraiment propre, j'ai très hâte de voir la réponse qu'il fera éventuellement au sphynx :mrgreen:
D'ailleurs tu t'en doutes peut-être, mais juste le coup du Sphynx j'adore :mrgreen:
Héhé, ravi que ça t'ait plu !
Je sors pas mal d'ingrédients de mon chapeau, qui n'ont pas été traités, mais que je veux quand même plausibles et sans incohérence avec l'histoire originale !
Ce sphinx est mystérieux : je ne développerai pas vraiment ses origines, mais il sera possible de les deviner...

(ah bah finalement j'ai un peu plus écris que prévu, tant pis tant mieux :lol:)
Spoiler
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 718
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Kurama_Senju le Mer Nov 14, 2018 23:52

CHAPITRE 113
Contributions





– MIKOTO UCHIHA ! hurla au loin une voix de femme qui força tout le monde à se retourner.

C'était Yugito. Elle se tenait à distance, entourée de Neji, Hiashi et l'Edo Tensei qui les accompagnait. La jeune furie montrait l'Uchiha de son doigt.

À peine cette dernière l'eût-elle remarquée que la Jinchūriki de Nibi fusait droit sur elle.

– JE TE DÉFIE ! hurla Yugito, une fois arrivée à distance acceptable.

Mikoto la toisa d'un air à la fois méfiant et méprisant, de même que les autres Uchiha. En réalisant tous ces regards écarlates – historiquement symboles d'ennemis puissants – braqués sur elle, la jeune Kunoichi de Kumo sembla perdre une once de son ardeur.

– Oh... murmura soudain Mikoto, dont le regard s'éclaircit. Elle a grandi... mais je reconnais cette frimousse de blondasse soumise...
– De... QUOI ?! Je vais te fumer, sale...


Amorçant un mouvement d'attaque, elle fut retenue tant bien que mal par un Neji peu rassuré.

– Fais ce que tu veux, répliqua l'Uchiha. Mais tu ne m'intéresses pas. Je préfère les Jinchūriki balaises.

Elle lança un vif clin d’œil en direction de Bee, lequel sembla se recroqueviller sur lui-même en sentant la pression du regard farouche de Yugito dans son dos.

– LÂCHE-MOI, NEJI ! tonna cette dernière. JE VAIS ME LA FAIRE !
– Au lieu de l'engueuler
, soupira Mikoto, remercie-le.

Elle s'approcha d'un pas de Yugito qui se tendit davantage.

– Car cette fois, Kushina Uzumaki ne sera pas là pour te sauver les fesses...

Sentant la tension monter, Hiashi et Kagami se placèrent d'un même mouvement entre les deux femmes.

– Satanées guerres... grommela le doyen Uchiha.
– On n'a pas le temps pour ça, renchérit le chef Hyūga. Les fleurs ont perdu Raditz.

Tous les regards se tournèrent vers lui. Aussitôt, Yugito sembla se ressaisir. Étonnamment, Mikoto également.

– La dernière localisation semblait indiquer le Pays du Feu... reprit Hiashi. Si on se dépêche, on l'y trouvera peut-être.

Kagami haussa les sourcils.

– Raditz, c'est le type à la crinière qui est soumis à un châtiment le faisant vieillir ?
– Oui.
– Et les fleurs dont tu nous avais parlé... elles auraient donc trouvé quelqu'un de plus fort que lui ?


Hiashi approuva d'un infime signe de tête.

– Arf, grommela Kagami. C'est mauvais. Je pense pas que quelqu'un de plus fort que lui soit subitement apparu. J'ai assisté au bal des Saiya-jin et crois-moi, c'est pas des types normaux...
– Ah non !
s'exclama Yugito. On vient d'avoir le coup, c'est bon maintenant !
– Et comme je suis Edo Tensei
, reprit Kagami, les fleurs ne me reconnaissent sans doute pas comme un être vivant, donc ce n'est pas moi... Aïe !

Il venait de se prendre une violente frappe sur le crâne de la part d'une Mikoto exaspérée par sa vantardise.

– Il peut être devenu suffisamment faible pour ne plus être le plus fort de ce monde, fit remarquer Neji.
– J'allais y venir, reprit Kagami en se massant le dessus de sa tête endolorie. Le problème, c'est que ça fait un moment qu'il a quitté le champ de bataille...

Il croisa les bras en observant ses interlocuteurs.

– Donc, si on exclue l'idée qu'un type anormalement balaise soit apparu de nulle part – ce qui est peu probable, quoique, c'est un mort qui vous parle – il reste trois possibilités...

Il leva trois doigts.

– Soit il s'est encore plus affaibli tout seul après le combat, par exemple suite à ses blessures. Mais il n'était pas vraiment blessé, juste fatigué.

Il abaissa un doigt.

– Soit son vieillissement s'est subitement accéléré au cours des dernières minutes...

Il abaissa un deuxième doigt.

– ... Joker.

Et tous comprirent que cette dernière hypothèse informulée était la plus inquiétante. Kagami se tourna vers Konohamaru.

– Je voudrais bien vous accompagner, mais j'ai promis à Danzō de m'occuper de son petit protégé...

Il tourna son regard vers Hiashi.

– Du moins, si cela ne vous pose pas de problème, très cher invocateur ?
– Aucun
, répondit le chef Hyūga d'un ton soucieux. Laisser Kabuto sous la seule surveillance d'Anbu et de mes filles n'était pas envisageable sur le long terme.
– Tu ressembles de plus en plus à ton père
, grommela l'Uchiha, va falloir que vous vous sortiez l'idée de la tête que je suis baby-sitter...
– T'étais pas si mauvais à l'époque
, lança Mikoto d'un ton enjoué accompagné d'un clin d’œil.

La mine de Kagami se renfrogna légèrement, laissant toutefois entrevoir l'esquisse d'un sourire.

– Sur ce, amusez-vous bien.

Konohamaru posa alors sa main contre son épaule tandis qu'il se concentrait visiblement. Il ferma les yeux tandis que de la sueur coulait sur sa tempe. Quand il rouvrit violemment ses paupières, il n'avait absolument pas bougé.

Un silence gêné s'installa.

– Me regardez pas comme ça... marmonna-t-il. Je vous y vois bien ! C'est vraiment pas une technique facile...

Il se concentra de nouveau et parvint, non sans effort, à disparaître avec Konohamaru.

Les autres personnes présentes se regardèrent tous avec éloquence. En cet instant, tous pensaient la même chose. Le combat de Bee, la rancune de Yugito et les craintes de Neji étaient balayées.

Car tous savaient que la mission qui les attendait se trouvait être la plus grande mission du monde Shinobi ; une mission dont le rang même était inclassable...

– On y va, conclut soudain Mikoto, emboîtant le pas de tous les autres.

Et tous la suivirent.

Hyūga, Uchiha et Jinchūriki se lançaient d'un même mouvement dans ce qui serait la plus plus grande chasse à l'homme du monde Shinobi.

***




Un dangereux sourire s'étirait franchement sur les lèvres de Gaara à la vue du nouvel arrivant.

Shikamaru, sourcils froncés sous son front dégoulinant de sueur, effectua un instinctif pas en arrière. L'attention du garçon de Suna était totalement braquée sur lui.

L'expression du visage de Gaara se transforma soudain en une violente grimace tandis qu'il s’accroupissait, une main sur le tatouage apposé contre son front.

– Cela faisait longtemps... murmura-t-il. Cette sensation... est si puissante...

Il releva son regard fou, ses yeux grand ouverts et parsemés de veines fixant le visage terrifié de Shikamaru.

– Cela faisait longtemps... que... je n'avais pas... TUÉ !

L'expression du Nara sembla se figer, de même que ses mouvements, comme si son corps réalisait brutalement le danger ingérable qui lui faisait face.

Le sable du Jinchūriki s'élevait une nouvelle fois autour de lui, et Shikamaru se demanda franchement si son esprit ingénieux ne lui avait pas fait faux bond. Mourir ainsi était trop bête...

Mais une main se posa alors sur l'épaule de Gaara. Et bien que le geste fût énergique, il n'en resta pas moins dénué de violence.

Le visage de l'enfant du désert se tourna, la surprise l'emportant brièvement sur la folie, tandis qu'il fixait le regard perçant de l'Uchiha à ses côtés.

– Arrête, Gaara, lui intima Sasuke.

Le sable resta figé dans les airs, comme hésitant, sous l'ébahissement de Shikamaru.

– Ce type, reprit l'Uchiha en tournant son regard dur vers le Nara. Il réfléchit. Il ne serait pas venu sans rien en tête.

Les yeux rouge de Sasuke se tournèrent alors vers le Sphinx immobile, qui semblait regarder la scène d'un sourire amusé – ou peut-être intrigué ?

– Il pourrait bien nous être utile...

Gaara fixait toujours Sasuke, lequel soutenait son regard sans un mot. Shikamaru, observant cette scène de sa distance, perdait peu à peu ses repères temporels.

Il fut en revanche bien plus sûr de lui lorsqu'il vit, enfin, le sable suspendu dans les airs retomber lourdement par terre.

Il sembla dès lors au Nara que sa propre tension avait suivi le même chemin, lui laissant en souvenir des jambes tremblantes qui ne voulaient – mais ne pouvaient – que s'enfuir.

Reprenant ses esprits, Shikamaru ne put retenir un profond soupir de soulagement.

* J'espérais bien que Sasuke l'en empêcherait... se dit-il. Mais ce Gaara... est vraiment flippant. Et... Bordel... Ce lien entre eux... ! *

Il se ressaisissait peu à peu – heureusement ignoré par le Jinchūriki, tandis que l'attention de l'Uchiha se retournait vers lui.

– Je suppose que tu as entendu l'énigme ? reprit alors ce dernier. Qu'en penses-tu ?

Shikamaru, de plus en plus absorbé par le regard perçant – mais pas si menaçant – de la créature mythique sur le chemin, s'assit alors tailleur à même le sol, jouant avec ses mains dans une étrange pose de réflexion.

– J'en pense... que c'est une sacrée énigme...
– Je vois...
– Je crois avoir une idée de réponse
, reprit aussitôt le Nara, sentant que trop laisser croire en son inutilité pourrait lui être préjudiciable.

Sa confiance en son ancien camarade restait quand même limitée, à en juger par cette cape parsemée de nuages écarlates qui le recouvrait. Puis il se releva, marchant latéralement et fixant la créature qui semblait le suivre du regard tandis qu'il effectuait les cent pas d'un calme feint.

– Ce Sphinx a parlé à Gaara d'une manière très personnelle, reprit-il, songeur. Cela pourrait laisser penser qu'il est lié à lui, d'une manière ou d'une autre... Peut-être a-t-il a lien avec le désert de Suna...

Son pas ralentit un bref instant.

– C'est du moins ce qu'il voudrait nous faire croire, reprit le Nara en retrouvant son rythme. Mais j'ai plutôt l'impression que les choses vont au-delà de ça...

Shikamaru fixa alors l'Uchiha qui le suivait de son regard calme.

– Sasuke, Konoha est un village où l'on parle beaucoup... J'ai vaguement entendu parler de ta présentation auprès de Kakashi-sensei, le jour de ta sélection en tant que Genin. Tu as un but bien précis.
– ...
– Quant à Gaara
, reprit Shikamaru, retenant une grimace de malaise en sentant l'imperceptible regard froid du garçon de Suna se posa sur lui, eh bien... Je pense qu'il a bien un sens à son existence...

Il se gratta le menton.

– Ne trouvez-vous pas cette énigme... trop parfaitement adaptée à vos cas respectifs ?

Sasuke fronça les sourcils, comprenant parfaitement où Shikamaru voulait en venir. Et effectivement, la phrase de la créature lui avait semblé personnelle...

– Je pense, reprit alors le Nara, que ce Sphinx vous connaît bien mieux que ce que vous pensez...

Il jeta un coup d’œil à l'animal dont les lèvres s'étiraient peu à peu en un mystérieux sourire.

– ... et que cette énigme elle-même est la réponse...
– Que veux-tu dire ?
intervint alors Sasuke.
– Vous êtes deux. Vos deux existences sont guidées par un sens différent. Mais ce n'est pas seulement ça...

Il croisa une nouvelle fois le regard de l'animal devenu presque hilare.

– Il y a plusieurs sens à son énigme.

Cette fois, même Gaara sembla légèrement intrigué par le raisonnement du plus grand cerveau vivant de Konoha.

– Elle est aussi une métaphore de ce labyrinthe, analysa Shikamaru.

Il répondit alors au sourire de la créature par une expression mêlant défi et satisfaction.

– Et au même titre que cette question a plusieurs sens ou que les réponses première de Sasuke ou de Gaara seraient différentes, ce labyrinthe tout entier ne possède pas qu'un seul chemin... Non... Je pense même que chaque chemin mène au but, à condition de savoir accepter d'autres sens que le sien.

Sasuke et Gaara ne surent pas vraiment que répondre.

– Le cœur pur, c'est une connerie, grommela Shikamaru. C'est juste une leçon de collaboration... J'ai raison ?

Le Sphinx resta immobile un instant, continuant d'observer ce jeune garçon qui soutenait son regard avec assurance.



– Impressionnant, reconnut alors la créature. Analyser la situation de manière froide et rationnelle pour en arriver à une conclusion morale...
– Ah
, reprit soudain le Nara. Et l'absence de fourmis géantes et autres bestioles apporte un autre message. Les insectes sont recouverts par un exosquelette. Les vertébrés ont un squelette interne. Et vous, que vous soyez un lion, un aigle ou une femme, vous ne dévorez pas le squelette. Or, je n'ai pas vu de restes d'insectes ni d'aucun autre animal qui pourraient laisser croire à une prédation de votre part. Pourtant, votre présence éloigne ces animaux... Pourquoi ?

Il fronça les sourcils.

– J'ai l'impression... que vous n'êtes pas vraiment un maillon de la chaîne alimentaire... pas vrai ?

Alors, Shikamaru s'avança, prudemment, de la créature. Sa main tremblante se tendit jusqu'à approcher le pelage du cou puissant du fauve. Et quand, enfin, il arriva à sa hauteur, il ne se passa rien.

Sa main traversait simplement le Sphinx.

– Je l'aurais parié... murmura Shikamaru. Vous n'êtes... pas vraiment réel...

Un silence suivit ses mots sous le regard stupéfait de Sasuke. Puis la créature éclata d'un rire qui sembla résonner dans l'esprit de Shikamaru.

– ... Félicitations, fils de Yoshino... murmura alors le Sphinx d'une voix mystérieuse.

Et Shikamaru s'avança, traversant simplement l'animal tandis que ses deux camarades restaient simplement ébahis par sa performance surréaliste.

Finalement, ils décidèrent d'avancer à leur tour, prudemment, approchant du Sphinx qui les fixait de son même regard finalement pas forcément menaçant. Réelle ou pas, cette créature inspirait quelque chose d'indescriptible. Sasuke avait bien compris que la remarque de Shikamaru ne faisait mention d'un quelconque Genjutsu ; non, cette créature semblait bien plus que cela, comme une entité dont l'influence sur ce monde était seulement abstraite.

Lorsque Gaara eut traversé la créature, Sasuke entama sa marche. Et tandis qu'il traversait la créature, prêt à rejoindre ses deux partenaires qui se trouvaient déjà de l'autre côté, il jura d'entendre des mots...

– Bon vent, héritier damné du Ninshû...

Perplexe, Sasuke se retourna. Quelles que fussent ces paroles dont il ne comprenait le sens, il les avait parfaitement entendues. Mais les autres se comportaient comme s'il ne s'était agit, tout au plus, que d'un simple coup de vent.

– Je peux le tuer, maintenant, Uchiha Sasuke ? interrogea aussitôt Gaara de sa voix dangereusement calme.

Shikamaru manqua de s'étouffer sous le regard terriblement froid du garçon du désert. Mais il avait déjà anticipé la suite, et un sourire peu confortable étira ses lèvres sous son front humecté par des gouttes d'effroi.

– Si tu es prêt à attendre plusieurs années pour trouver Naruto...

Gaara tourna son regard noir en direction de Sasuke, lequel restait toutefois silencieux, observant Shikamaru avec un étrange intérêt. Visiblement, celui-ci était bien informé sur leurs objectifs... C'était à prévoir.

– Que veux-tu dire ? interrogea-t-il alors.

Le regard de Shikamaru sembla briller. Sasuke savait bien qu'il jouait son jeu en posant cette question, mais il y avait plus important.

– Je connais ce lieu, de légende... C'est le labyrinthe naturel qui mène à l'un des trois lieux sacrés de ce monde... le Mont Myōboku... Il est dit que s'y rendre, depuis nos terres, nécessiterait une durée de 1 mois pour un ermite...
– Et ?
– 1 mois, cela ne vous semble-t-il pas excessif pour une distance aussi courte ?


Sasuke ne pouvait le nier : lui-même s'était déjà posé la question.

– Cela signifie que le chemin le plus court de ce labyrinthe... est très loin d'une ligne droite. Et vous savez le plus drôle ? Aucun de nous ne connaît ce chemin idéal.
– Je pensais que le message du Sphinx concernait justement le fait que plusieurs chemins menaient au but ?
répliqua l'Uchiha d'un ton frôlant l'agressivité.
– Ouais... Mais en combien de temps ? Si même au plus court, il nous faudrait un mois... Alors imagine le nombre de chemins potentiels à tester et multiplie-le par le temps de trajet idéal...

Sasuke serra les dents, réalisant sans problème qu'effectivement, cela partait très mal.

– Mais bon, soupira Shikamaru, les mains dans les poches. J'imagine qu'avec un peu de logique, on pourra écarter quelques possibilités... et faire drastiquement chuter ces valeurs...
– Combien ?
– Ça dépend, avec ou sans moi ?


***




La capitale de l'Ouest résistait toujours au virus démoniaque qui s'étendait chaque jour un peu plus sur un monde devenant de plus en plus obscure.

Cette infection emportait avec elle un nom qui n'avait pas tardé à faire frissonner les quelques survivants. « Ororef » était devenu le concept abstrait de tous les maux qui frappaient ce monde à l'agonie.

Tel un nuage de fumée toxique, « Ororef » était aussi mortel qu'intouchable. Aucune barrière ne savait l'arrêter, comme en témoignaient les monstres qui avaient depuis longtemps largement dépassé numériquement la moitié de la population mondiale.

Devenu la source des mythes de sectes obscures, « Ororef » était tantôt vu comme un dieu, tantôt comme la personnification du Diable. Mais une chose rejoignait tous ces croyants : le châtiment qui frappait ce monde avait une raison qui les dépassait tous.

Et chacun rejoindrait bientôt, par la force, les rangs de ses fidèles animaux.

Même l'espoir représenté par ceux qui combattaient sans relâche ces monstres s'effritait. Cette résistance était portée par des alliés de Mister Satan – des rumeurs prétendaient même qu'il s'agissait de ses meilleurs élèves.

Les capacités surhumaines de ces opposants à la montée en force d' « Ororef » leur avaient même valu un surnom. Luttant contre les zombies avec une efficacité remarquable, ils en avaient hérité la lettre symbolique – « Z » – ou peut-être s'agissait-il de celle de l'éclair qui traduisait leur vivacité d'apparition surhumaine.

Quoi qu'il en fût, les « Z Warrior » étaient ainsi devenus l'ultime rempart qui empêchait le monde de sombrer sous les ténèbres d' « Ororef ».

Mais ça ne suffisait plus. Et Krilin, qui rentrait une fois de plus d'une mission éprouvante, ne pouvait être à blâmer pour ses nombreux échecs. Car cette notion était devenue quotidienne.

Le moral ne pouvait s'acclimater à l'idée de perdre chaque fois. Et la dépression s'installait chez les derniers héros du monde avec peut-être plus de vice encore que l'infâme poison qui menaçait la survie même de l'humanité.

Le dôme dissimulant et protégeant les habitants de la Capitale de l'Ouest avait pourtant largement fait preuve de son efficacité. En cela, la Capsule Corporation aurait largement mérité un prix d'honneur pour sa pleine contribution à la civilisation. Mais une ville protégée sur un monde en danger n'était qu'un faible réconfort.

Adossée contre sa chaise, Bulma s'enfonçait peu à peu dans le désespoir. Face à elle, maintenu par des sangles renforcées sur un brancard, se tenait l'un des monstres qu'elle étudiait depuis de nombreux mois.

Derrière elle, un écran affichait en continu le scan du cerveau reptilien du contaminé. Elle avait beaucoup appris d'eux. Mais elle n'avait pas l'impression d'avancer sur un remède.

Le problème restait le même : bien que comprenant plutôt bien les mécanismes qui animaient ces créatures, elle semblait se maintenir au point nul quand il s'agissait d'inverser la tendance.

Le problème de ces corps résidait dans leur similitude avec les cadavres : il lui manquait une grande quantité d'informations. Et elle ne cessait de penser qu'une étude de la propagation de la maladie sur un corps sain pourrait apporter quelques informations supplémentaires...

Perdue dans ses pensées, elle se leva soudainement et s'approcha du monstre qui semblait plus que tout au monde vouloir se libérer de ses chaînes pour se jeter sur elle. Mais elle continuait à s'approcher, devenue presque insensible à force de fréquenter ces abominations.

Et elle tendit son bras juste devant la face enragée du démon qui le fixait avec le regard de cent affamés. Pourtant, en dépit de la folie de son geste, elle continuait d'approcher sa peau, encore, jusqu'à même sentir le souffle putride du monstre qui lui dressa les poils de son avant-bras.

Elle ne comprit pas bien ce qu'il se passa l'instant d'après. Mais elle venait d'être violemment projetée à l'autre bout de la pièce. Relevant les yeux, elle tomba nez à nez avec Chichi, laquelle la fixait d'un air furieux.

– On peut savoir ce que tu essayais de faire ?!

Bulma ne répondit pas, se contentant d'abaisser ses yeux exténués en soupirant. Face à cette mine désastreuse, le visage de l'intrépide combattante s'adoucit et elle lui tendit une main pour l'aider à se relever.

– Je pense que tu as besoin de prendre l'air... murmura alors Chichi.

Bulma acquiesça sans grand enthousiasme et accepta de suivre son amie, laissant derrière elle cette salle d'expérimentations malsaine.

– Que cherchais-tu à tester tout à l'heure ? demanda alors Chichi d'un ton soucieux, une fois à l'extérieur.

Bulma tarda à répondre, mais se laissa finalement guider par le regard entreprenant de son amie.

– Je me disais juste que tester les réponses d'un organisme vivant face au virus pourrait peut-être m'aider à comprendre le remède...
– Et tu penses que t'abandonner au virus serait vraiment utile ?
interrogea Chichi d'un ton soupçonneux.
– Ce n'est pas ça, grogna sévèrement Bulma. Je sais très bien où tu veux en venir. Je n'ai pas encore d'idées suicidaires, OK ?

Ce n'était pas tout à fait vrai. Mais il y avait effectivement une autre explication possible.

– Ça fait des semaines que j'arrête pas de me dire qu'il faudrait que je teste sur un organisme vivant. Sauf que ça nécessiterait des tas de tests pour bien comprendre ! Combien de vies seraient à sacrifier pour un espoir totalement incertain de résultat ?

Chichi resta silencieuse, incapable de répondre.

– Je ne veux pas devenir un de ces monstres, Chichi. Mais je refuse aussi d'être... pire que ça. Je veux que ces pensées cessent. Je veux trouver la solution. Mais j'ai l'impression de ne jamais avancer. Je ne vois aucune faille. Je n'en peux plus !

Chichi posa une main rassurante dans son dos.

– Je... Je sais que c'est dur... Ça l'est pour nous tous. Il n'y a pas un jour pendant lequel je ne pense pas à G... Gohan... Je souhaiterais tant le retrouver. Je suis déchirée à l'idée de le savoir loin de moins, perdu dans un monde aussi dangereux !

Bulma lui jeta un coup d’œil en coin, remarquant à quel point son amie prenait sur elle pour ne pas craquer en cet instant précis. Car chaque nuit, elle dormait suffisamment près d'elle pour entendre ses sanglots étouffés.

– Mais toi plus que personne devrait garder espoir, Bulma, reprit son amie. Car tant que les Dragon Ball...
– Les Dragon Ball ne supprimeront pas la cause du cancer de ce monde, Chichi...
coupa aussitôt Bulma, qui avait déjà bien pensé à cette possibilité.
– Peut-être, lui concéda son amie. Mais on est là...
– Ouais...


Elle abaissa sombrement la tête.

– Ce que je vais dire est terriblement égoïste, reprit Bulma dont la gorge nouée s'entendait à travers sa voix. Je ne devrais pas le dire devant toi, mais...

Et soudain, elle s'effondra.

– J'aimerais tant que Gokū soit là ! s'exclama-t-elle, les yeux soudain bordés de larmes qui s'écoulaient à flots sur ses joues. Il a toujours su quoi faire ! Peu importait les horreurs qui nous entouraient, jamais il ne perdait espoir et... Il... Il me rend tellement nostalgique de cette époque !

Chichi l'enlaça avec tendresse.

– Je sais... Ce n'est pas pour rien si je l'ai épousé...

Son ton, qu'elle voulait amusé, ne fit toutefois pas illusion. La peine hurlait à travers ses propres mots. Et pourtant, cela fonctionna, car un rire sincère s'installa sur le visage triste de Bulma.

– Tu... Tu te rappelles de vos fiançailles ? demanda-t-elle, lâchant même un fou-rire entre deux sanglots.
– Comment les oublier ? murmura Chichi, dont le visage sombre s'illumina à l'évocation de ce souvenir. Ce tournoi était...



Mais elle fut interrompue par une tonitruante alarme qui résonnait à travers toute la ville.

– ALERTE MAXIMALE ! INTRUSION ! LA POPULATION EST PRIÉE DE SE BARRICADER EN ATTENDANT LES CONSIGNES !

Alertée, Bulma se releva et sortit de sa poche un petit appareil.

– Merde, il y a une faille porte Nord !
– Comment c'est possible ?
s'exclama Chichi. Je pensais que ce bouclier nous rendait indétectables pour les contaminés !
– Ça voudrait dire qu'un type non contaminé aurait réussi à passer un tel bouclier par la force... !
– Comment on le répare ?
– Il... Il faut que j'aille sur place...


Concernée, Bulma tapotait sur son écran avec frénésie. Aussitôt, trois sons dans le ciel les avertirent du passage rapide de Krilin, Yamcha et Tenshinhan qui se dirigeaient déjà vers la zone concernée.

– OK, s'exclama Chichi, prenant Bulma sur son épaule avec une facilité assez surprenante. Accroche-toi !

Et elle s'élança à grande vitesse à travers les rues désertes de la capitale.

Lorsqu'elle arriva, elle remarqua qu'en plus des trois jeunes guerriers se trouvait déjà Mūten Rōshi. C'était plutôt rassurant de les avoir à proximité...

Chichi, placée derrière les quatre combattants, ne parvenait pas bien à dissimuler les silhouettes qu'ils observaient d'un air si sérieux de leurs visages devenus plutôt pâles. Et pourtant, un étrange sentiment l'habitait déjà...

– Pensez-vous vraiment faire le poids contre moi ? lâcha alors une voix dangereusement familière. Ou est-ce seulement votre façon d'accueillir votre roi ?

Comprenant de qui il s'agissait, et devinant la petite silhouette qui l'accompagnait, Chichi s'élança soudain. Elle fut retenue in-extremis par Krilin, lequel gardait son regard alerte sur l'anormalement grand individu qui s'était exprimé aux côtés du garçon.

Ce fut finalement l'ancien maître des arts martiaux qui brisa ce silence oppressant.

– Que... Que viens-tu faire ici...

Il marqua une infime pause pour garder le contrôle.

– ... P-Piccolo ?
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 718
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar omurah le Ven Nov 16, 2018 0:10

J'apprécie vraiment Kagami et Mikoto, ils me font bien délirer, des monstres de puissance et/ou de talent avec une personnalité intéressante, je ne demande pas mieux :mrgreen:
Très belle perf de Shikamaru, je n'en attendais pas moins de cette séquence du chapitre x)
Pour la partie Terre, aussi bien écrite que le reste, je ne me souviens plus l'issue exacte de la rencontre Ororef x Piccolo (je pense à trop de choses en même temps je crois...) faut que je me relise ce passage demain pour essayer d'extrapoler la fin du présent chapitre :P

As-tu en tête (ou en brouillon) la fin de l'histoire ?
Tu as une idée de la longueur de la fic, et du nombre restant de chapitres ou tu préfères faire comme moi et ne pas trop en dire ? :P
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 2735
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Précédent

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 3 invités