Shinobi vs Saiya-jin

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Black_Sennin le Dim Déc 02, 2018 12:57

Ce Chapitre je crois bien que c'est l'un des meilleur que j'ai vue depuis le début de ta fic ce Chapitre ma épaté j'ai hâte de voir la rencontre entre madara et obito peut être que madara va trahir obito? et comme obito sait que zetsu la trahit il peut s'attendre à une éventuelle trahison de son maitre et obito n'auras plus rien à faire comme sa mission était de réunir les bijus est ce que il va sortir du mal sans pour autant être dans le bien parceque dans l'anime c'était Naruto qu'il lui avait "ouvert les yeux"

Mais je crois que dans l'anime :D il ne se rappelait plus de son prénom comme il était habitué à se faire appeller madara/tobi donc j'ai bien envie de savoir qu'est ce que va devenir obito je sens qu'il ne va pas mourir si tôt qu'il a encore des choses à accomplir

je n'aimerais pas que obito meurent je l'aime trop pour sa :mrgreen:

mais celui que j'ai envie d'épouser je crois bien que c'est toi Kurama tu nous envoie du Lourd chaque semaine continue comme ca c'est super 👍
Black_Sennin
 
Messages: 19
Inscription: Sam Juin 02, 2018 11:27

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Kurama_Senju le Mar Déc 04, 2018 21:30

goget a écrit:Oui mais Radditz il a toujours le corps transpercé, et ça, ça veut dire ZPU et un Radditz qui va atteindre les 2000 unités, en plus de maintenant savoir repérer les énergies, et donc d'éviter les grosses puissances qui sont regroupées ensembles
Hmm... Pour cette fois, pas de Zenkai : par sa nature, le châtiment de Pain était un peu un "anti-Zenkai" et non seulement Raditz s'est fait transpersé dans cette condition, mais en plus, c'était un clone.
Et j'anticipe la question qui peut suivre : les dégâts subis par un clone ne serviront pas de Zenkai, car bien que pouvant assimiler de l'expérience (utile pour l'apprentissage technique), ça ne marche pas pour le physique. Sinon, le potentiel cheat du truc serait ahurissant : Raditz n'aurait qu'à créer et buter des clones à la chaîne pour atteindre tous les sommets. :P

(stp fais une scène où Madara en voyant Radditz et tout son chakra se dise "Tiens donc, un miroir ici..." (parce que Madara quand même il est fort et beau et il le sait))
Une scène de ce genre est bien possible, étant donné le personnage - à condition qu'une telle rencontre ait lieu. :D

biskus a écrit:Je l'avais dit y'a longtemps madara 😃.
Mais la manière dont elle est amené , le cheminement de trahison et de qui fait quoi, sa Meme dans les grand film de cinéma ils sont rarement capable de cheminement comme sa .
Merci beaucoup !
Par contre, je me lancerai pas dans les films. :P
Et puis juste un détail permet de voir lensemble des choses , l'apparition de madara montre son niveau vis à vis de radditz ( à mon sens ) car la réaction de kurama ( en dépit de sa haine et sa peur envers madara), et plus prononcé que lors des interactions avec Radditz. Les progrès en senjutsu de naruto qui ressent la négativité et de radditz et de madara.
Hmm... La réaction de Kurama par rapport à Madara s'explique par rapport à sa dangerosité plus que par sa puissance (bien que ce soit évidemment lié).
Raditz n'a jamais vraiment dérangé Kyûbi. À ses yeux, c'était un sale bipède beaucoup plus fort que les autres qu'il défonçait en masse, ce qui n'était pas plus mal pour lui car c'est précisément ce que Kyûbi aurait fait si ce maudit sceau ne le retenait pas dans un gosse.
Tandis que Madara, il a une histoire personnelle avec Kyûbi. Il l'a contrôlé, il l'a souillé, l'a fait combattre contre son gré et depuis ce jour, Kyûbi s'est retrouvé trimballé de Jinchûriki en Jinchûriki au même titre que ses frères. Madara est l'origine même de la haine de Kyûbi contre les humains ou, à minima, il l'a franchement développée.
Kyûbi est une entité immortelle et pleine de haine. Entre un type qui massacre des humains et un qui peut l'entraver pour l'éternité, le choix est vite fait. :twisted:
Donc, indépendamment de la puissance, pour Kyûbi, le vrai danger est Madara. D'où sa réaction. ;-)

Hâte que le combat radditz madara ai lieu car oui, il aura lieu apres tout pour radditz cette planète , il y a un certain attachement et projet que madara veut annihiler .
Hmm... Intéressante remarque.
En tout cas, tu l'auras compris : y'a des similitudes, mais aussi des points de rupture entre deux visions du monde. Et elles ne pourront pas rester intactes indéfiniment.
Je remarque que les gros méchant ont les cheveux noir et long mdr ( ororef radditz acgnologia madara mdr ) mais dans ma tete au moment de la scène finale m'est venu une image nette une image de visage mi radditz mi madara avec un fond d éclair ⚡️.
Magique. :twisted:

Maitre kurama votre humble disciple est heureux de lire vos écris 😁
Et je suis heureux de lire vos commentaires. 8-)

Antarka a écrit:A mon avis, le niveau de Madara est bien supérieur a celui de Radditz a son arrivée sur ce monde.

Le Madara, sans ses yeux, il a latté les 9 Bijuus en 5 secondes, pas sur que Radditz aurait pu le faire (sur que non en fait).
Pas faux ! Par contre, le Madara qui latte les 9 Bijû a quand même le Senjutsu d'Hashirama et vient de s'implanter 1 Rinnegan. ;-)

En récupérant ses yeux, il power-up massivement.

Et la, ses deux yeux sont étendus devant lui, avec le cadavre de Nagato, seront pas trop durs a récupérer.
Bien vu. Quoique... surprises possibles. :twisted:

Bref, Madara >> Radditz à son arrivée.

Enfin sauf que Radditz n'a plus grand chose à voir avec celui qu'il était. Et que Radditz maintenant >> Radditz a son arrivée.

ON le saura bientôt de toute façon, Madara va probablement essayer de récupérer Obito avant qu'il se fasse trucider par Radditz.
Ca dépend, il lui sert à quoi Obito maintenant ? :mrgreen:

Black_Sennin a écrit:Ce Chapitre je crois bien que c'est l'un des meilleur que j'ai vue depuis le début de ta fic ce Chapitre ma épaté j'ai hâte de voir la rencontre entre madara et obito peut être que madara va trahir obito? et comme obito sait que zetsu la trahit il peut s'attendre à une éventuelle trahison de son maitre et obito n'auras plus rien à faire comme sa mission était de réunir les bijus est ce que il va sortir du mal sans pour autant être dans le bien parceque dans l'anime c'était Naruto qu'il lui avait "ouvert les yeux"
Bien content que t'aies kiffé : c'est bon signe, car il s'agit du type de chapitres que j'aime écrire. :twisted:

Mais je crois que dans l'anime :D il ne se rappelait plus de son prénom comme il était habitué à se faire appeller madara/tobi donc j'ai bien envie de savoir qu'est ce que va devenir obito je sens qu'il ne va pas mourir si tôt qu'il a encore des choses à accomplir

je n'aimerais pas que obito meurent je l'aime trop pour sa :mrgreen:
L'homme masqué apparaîtra au prochain chapitre... à voir ce que le destin lui réserve. :mrgreen:

mais celui que j'ai envie d'épouser je crois bien que c'est toi Kurama tu nous envoie du Lourd chaque semaine continue comme ca c'est super 👍
8-) Merci beaucoup !
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 794
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Kurama_Senju le Dim Déc 09, 2018 19:52

CHAPITRE 117
Le retour des ténèbres



– Roi Enma ?

L'imposant juge ne répondit d'abord pas. Son attention restait focalisée sur le travail requis par la queue des âmes se succédant devant lui.

– R... Roi Enma ? insista alors le petit ogre à ses côtés.
– Tu ne vois pas que je suis occupé ? s'impatienta aussitôt le colosse d'une voix qui fit transpirer son interlocuteur.

L'autre n'insista pas. Mais son chef devait pourtant reconnaître que cette période n'était guère des plus chargées. Le nombre d'âmes avait fortement diminué. Et il espérait bien que cela continuerait à ce rythme – même s'il en doutait étrangement...

Reportant son regard vers son subordonné, il soupira.

– Qu'y a-t-il qui mérite tant mon attention ?
– Je voulais juste vous informer que votre liste des Enfers comporte... une erreur...
– Une erreur ?
répéta Enma, interloqué.

Après un court instant de silence, il éclata d'un rire rauque qui sembla renforcer le malaise du pauvre employé. La suite prouva que ce dernier avait raison, car le regard que lui lança son supérieur rivalisait de violence avec le courroux d'un dieu.

– De toute ma carrière, je n'ai jamais commis la moindre erreur !
– Mais...
– MONTRE-MOI !
tonna-t-il en tendant sa main géante si violemment que l'autre fut persuadé de devenir le prochain à faire la queue devant lui.

Réalisant que rien de fâcheux ne lui était encore arrivé, l'ogre s'exécuta. Et Enma, lui arrachant la feuille d'un geste sec, la parcourut rapidement.

D'abord agacé, son regard ensuite se montra davantage pensif.

– Il manquerait... un humain ? Je l'aurais envoyé au Paradis par erreur ?

Il fronça les sourcils.

– C'est vrai qu'il y a eu un paquet d'humains, récemment... Mais quand même...
– J'ai vérifié
, reprit l'employé. La liste du Paradis est correcte.
– Hein ? Alors quoi ? Que ferait le nom d'un type sur une liste s'il n'est pas dans l'Au-Delà ?


Il se montra alors songeur, observant attentivement le papier. Et soudain, la mémoire du grand Juge sembla retrouver le souvenir de l'accusé. Nul n'aurait su l'oublier.
Et ce fut au tour de son front de se recouvrir de sueur.

– ... Merde.

***




Raditz s'élevait dans les montagnes du Pays du Fer. Poings serrés, bras écartés autour de lui, il savourait ses retrouvailles tant espérées avec une vieille amie : la puissance.

Elle était revenue, comblant ce vide qui avait manqué de le plonger dans la dépression. Son esprit, plus affûté que jamais, venait de retrouver ce corps indestructible. Il était vivant.

Il était de retour.

La tempête qui s'élevait n'était plus seulement d'origine naturelle. C'était Raditz qui, laissant se déchaîner ses propres énergies fraîchement retrouvées, faisait pulser la couverture nuageuse de cette chaîne de montagnes désolée.

Le tonnerre qui grondait n'avait rien d'électrique. C'était le Saiya-jin, hurlant d'un rire fou à en faire frissonner la neige qui s'étendait sur les flancs escarpés de ces montagnes infranchissables.

Laissant son regard se perdre à travers elles tandis que son calme réfléchi s'imposait de nouveau, l'invincible guerrier repérait cette zone d'où son clone avait été abattu peu avant. Le rouge de la cape de l'homme masqué s'y devinait encore...

Ce dernier fixait Raditz avec horreur. C'était normal. La puissance de Saiya-jin, s'évaporant peu à peu depuis plusieurs mois, avait fini par se dissiper lentement dans l'esprit des hommes. Se retrouver aussi brutalement face à une telle réalité ne pouvait laisser insensible même le plus puissant des ninjas.

Et le Saiya-jin n'était plus du tout le même. Il ne s'agissait pas tant d'un gain de force particulier – bien sûr, il avait légèrement progressé depuis son arrivée sur ce monde, mais jamais il n'était vraiment sorti de sa zone de confort, jusqu'à rencontrer Pain, lequel s'était visiblement assuré de l'empêcher de tirer tout avantage de son châtiment si spécial. Pourtant, il y en avait un... Car l'entrave de la faiblesse rappela sans cesse à Raditz le vrai goût de la force. Et si son corps ne profita pas de cette désespérante situation, son esprit compensa d'autant plus.

Et dans un monde aussi terrible que celui des Shinobi, celui qui ne dominait pas par la force périssait ou se développait autrement... Et tout cela était maintenant de l'histoire ancienne, car Raditz, non content d'avoir survécu à l'épreuve de l'impitoyable faiblesse, retrouvait aujourd'hui toutes ses capacités perdues.

Il se déplaça.

Son geste fut aussi infime que le blizzard parsemant les cieux agités. Son mouvement fut aussi rapide que la foudre ravageant les montagnes affligées.

La fraction de seconde qui suivit, il atterrissait en douceur juste en face de l'homme masqué, lequel l'observait, immobile, visiblement tétanisé.

– Tu devais me tuer, je crois ? lui rappela-t-il d'une voix calme.

Pourtant, cette idée devenait si aberrante que les mots de Raditz se perdirent rapidement dans le froid et le vent. Et la menace évidente qui s'y dissimulait ne nécessitait nulle parole.

Face à ce Chakra brûlant de puissance, Tobi restait totalement figé.

Et soudain, il sentit une violente secousse au niveau de sa main. Raditz venait d'effectuer un mouvement si rapide qu'il s'était emparé de son Scouter.

– C'est à moi.

Mais l'homme masqué ne trouva même pas la force de vraiment réaliser ce qu'il venait de se passer. Son état mental pouvait-il expliquer ce défaut ? Ou son intangibilité avait-elle été... dépassée ?

Si cette démonstration pulvérisait les concepts Shinobi, elle ne faisait que confirmer la dangerosité anormale de ce monstre.

Sa confiance revenue n'avait plus rien de l'inconscience qu'on lui connaissait autrefois.

Non, clairement, il était sûr de lui parce qu'il savait – autant que l'homme masqué – qu'il dominait parfaitement la situation.

– Tu n'essayes même pas de me plonger dans un Genjutsu ? interrogea Raditz, fixant clairement le Sharingan de son ennemi dans un regard de défi amusé. Ma puissance... t'a-t-elle vraiment fait perdre toute volonté ?

L'homme masqué ne répondit pas.

– Dis-moi juste... reprit l'odieux Saiya-jin. Pourquoi tu ne fais rien ?

Le guerrier dans la force de l'âge se tut alors, laissant parler le vent qui soufflait entre lui et le chef déchu de l'Akatsuki.

– Pourquoi ? répéta finalement l'homme masqué avec peine. Parce qu'il... n'y a plus rien à faire.

Il fronça les sourcils.

– Ce monde... était déjà perdu avant ta venue. Alors...

Il éclata soudain d'un rire fou qui résonna dans les ténèbres de l'une des zones les plus reculées du monde.

– Alors... Peu importe la suite... Nous sommes déjà en enfer...

Il abaissa sombrement la tête.

– J'ai perdu, reconnut-il enfin.

Raditz resta un moment sa voix face à la déclaration de l'homme masqué. Puis il lui tourna le dos et s'éloigna de quelques pas.

– Tu n'as pas gagné non plus... reprit alors derrière lui la voix de l'homme au Sharingan. Tu n'es qu'un élément intégré à l'impitoyable destin du monde Shinobi qui est maintenant aussi le tien... !

Le Saiya-jin resta immobile un instant.

– Tu m'intéresses, lui confia-t-il. Peut-être devrais-je t'épargner... ?

Il s'éleva légèrement dans les airs, sentant gémir contre sa peau le froid glacial des nuages humides qui s'y frottaient. Le décor prenait rapidement de la distance.

Un dangereux sourire se dessina soudain sur le visage belliqueux de l'envahisseur qui leva son bras, main ouverte derrière lui. Sa paume sembla brûler.

– ... ou pas.

Et un éclair supersonique dévastateur s'y échappa, fusant droit vers la zone où se tenait encore la silhouette abattue du chef déchu de l'Akatsuki.

Le flash détonant qui illumina soudain toute la chaîne de montagnes s'accompagna d'un immense champignon faisant pulser l'atmosphère sous son rythme impétueux. Les roches furent totalement carbonisées alors même que se mêlait au visuel cataclysmique le son cauchemardesque de la puissance qui détruit tout.

* Hmpf... pensa-t-il, admirant son chef d’œuvre. Je me suis laissé emporter... *

Il détourna son regard du décor totalement refait, sa mine redevenant plus pensive, le dessin de ses sourcils qui se fronçaient trahissant chez lui un sérieux inédit.

* D'après Zetsu, la technique ultime qui a achevé Pain n'a pas fait que me rendre ma puissance... *

***




Dans la grotte où se tenaient les restes de l'arbre fleurissait le désespoir non oublié de ce monde. La légende marchait à présent lentement jusqu'à se tenir face au corps sans vie du maître légendaire de Pain.

Le défunt chef de l'Akatsuki semblait observer de son regard éteint la face calme de celui qui avait brisé l'ultime conclusion de l'existence. Mais ce dernier, en revanche, ne le regardait assurément pas. Car il était dépourvu d'yeux.

– Il est temps de découvrir la pleine et entière puissance qui m'était due, déclara-t-il, levant sa main en direction de l'orbite droit de Nagato.
– Avec le double Rinnegan, tu seras invincible, pas vrai ? interrogea Zetsu blanc.
– Un seul Rinnegan me suffirait à changer le destin de ce monde, répondit Madara tandis qu'il s'emparait de l’œil divin. Après tout, il s'agit de la pupille légendaire du Rikudō Sennin... non...

Il se greffa le globe oculaire, conservant toutefois volontairement sa paupière close, comme pour le préserver un temps de sa nouvelle lumière.

– ... C'est la mienne, corrigea-t-il simplement.

Sa main sembla alors comme attirée par l'iris gauche possédé par Nagato. Et il effectua de nouveau le même mouvement.

Plaçant son deuxième œil dans son propre orbite, Madara Uchiha rouvrit les paupières.
Et le visage souriant de Zetsu blanc se para de surprise, avant de fondre comme la neige...

– Mais... ! s'étonna la pâle entité. Qu'est-ce que ça veut dire ?!
– C'est embêtant...
commenta alors le légendaire Shinobi, observant simplement ses mains.

Il ferma les paupières.

– Mon acuité n'est pas celle que j'espérais...

Il tourna son regard en direction de Zetsu noir.

– Le Rinnegan... a régressé.

Ses iris noirs fixèrent le Zetsu de la même couleur.

– Il semble... que tu as été contraint de lui faire utiliser cette technique ?
– En effet...
– Je vois.


Madara se montra un bref instant légèrement pensif.

– Peu importe.
– Mais...
balbutia Zetsu blanc. Alors... Tu... Tu as perdu le Rinnegan ? Et même... le Sharingan ?
– Ce n'est qu'un effet secondaire. Il reviendra bien assez tôt...


Son visage se tourna en direction de l'entrée de la grotte cachée.

– ... à condition qu'il reste quelques individus suffisamment lucratifs pour m'y pousser...
– La plupart sont morts
, répondit Zetsu noir.
– Ah, vraiment ? murmura le terrible Uchiha, d'un ton mêlant déception, surprise et intérêt. Alors... Qui sont ces hommes à nos portes ?

Zetsu blanc sourit en se retournant, tandis que se dessinaient les quatre silhouettes d'individus vêtus de longues capes noires parsemées de motifs.

– Ils sont... ton armée.

En dépit de ses yeux normaux, Madara discerna sans mal les nuages rouges affichés sur leurs vêtements obscurs.

– ... l'Akatsuki, ajouta l'être végétal.
– Mon armée ? répéta Madara, tandis qu'approchaient les membres de l'organisation criminelle.

Deidara fut le premier à intervenir.

– C'est lui, Tobi ? lâcha-t-il d'une voix surprise. C'est pour ça que tu nous as fait venir, Zetsu ?

L'interpellé resta silencieux, jugeant bon de ne pas répondre à l'impertinent jeune homme.

– Pain... ? murmura alors Sasori, réalisant que l'ancien gardien du Rinnegan reposait aux côtés de celui qui, paradoxalement, semblait être le dernier membre en date de l'Akatsuki.

Son regard pivota ensuite en direction de Zetsu, puis de Madara, sur lequel il s'arrêta en fronçant les sourcils.

– Qui es-tu ? interrogea le perspicace marionnettiste.
– Il est le vrai... répondit Zetsu noir tandis que s'asseyait sur le trône de bois de la grotte celui vers qui le destin du monde se tournait.

Et tous les regards se posèrent sur le légendaire ennemi du Shodaime Hokage.

– ... Uchiha Madara.

Sasori ouvrit grand les yeux de surprise, semblant réaliser quelque chose.

– Le vrai Madara, hein... murmura alors Kisame, toutes canines sorties. Décidément...

Hidan grimaça d'incompréhension. Quant à Deidara, il fronça les sourcils.

– Attendez, vous voulez dire... encore un type de la famille d'Itachi ? Et pourquoi il est...
– Deidara...
coupa Sasori d'une voix tendue.
– Quoi ?! Vous allez encore me faire la leçon pour mon insolence ?
– La blondinette marque un point, Sasori
, appuya Hidan. Tu vas devenir comme Kakuzu...

Le fanatique se mit soudain à prendre un visage excessivement sérieux.

– Ferme-la, ou je te tue... imita-t-il presque à la perfection, en hommage à son ancien partenaire.
– Si vous continuez, ce n'est pas moi qui vais vous tuer, répliqua Sasori d'une voix faible et franchement tendue qui lui était peu familière.

Ses yeux restaient fixés sur Madara, lequel regardait d'un air absent le cadavre de Nagato. Deidara fronça les sourcils, réalisant que son mentor ne s'était jamais comporté de cette manière, fût-ce devant le grand Pain.

Alors, pour la première fois, le blond préféra ne pas intervenir. Il gardait en mémoire le désastreux souvenir de sa première rencontre avec Itachi. Et cet homme dégageait quelque chose de terriblement dangereux, même pour un membre de l'Akatsuki – preuve en était la réaction du maître marionnettiste. Mal à l'aise, son esprit oscillant entre la surprise et la haine optant pour le chemin inédit de la prudence, le terroriste aux explosifs se tut.

Quant à Hidan, en dépit de sa mine boudeuse, il n'ajouta rien. Il n'ajouta rien car il savait – ou sentait – que face à lui se tenait ce qui se rapprochait le plus du grand Jashin.

Et tous les visages se focalisèrent sur le comportement de Madara.

Celui-ci ne réagit d'abord pas au silence nouveau qui s'installait. Indifférent, il semblait s'ennuyer.

– Kakuzu ? répéta-t-il enfin, sans grand intérêt. L'assassin de Taki ?

Il tourna son regard vers Zetsu.

– Combien de temps s'est-il écoulé depuis ma mort ?
– Environ 15 ans.


Sans même un regard vers les autres membres de l'Akatsuki, Madara se leva. Et dans l'obscurité se dessina alors l'arbre derrière son trône. Mais c'était en fait plus que cela.

C'était la statue du Gedō Mazō. Et il la reconnaissait.

– La dernière utilisation du Rinnegan par Nagato... expliqua Zetsu noir.
– Qu'avez-vous fait depuis tout ce temps ? interrogea Madara.
– Certains... imprévus... se sont produits.

Madara croisa les bras.

– Et que fait... l'autre ?

Zetsu fronça les sourcils.

– Il comptait nous trahir... en découvrant d'autres forces en jeu.
– C'est quoi votre problème à tous...
soupira Madara. Cela dit, on est encore dans les temps. Je vais capturer les Bijū restants.

Une goutte de sueur perla du visage de Deidara.

– Quoi ?! s'exclama Zetsu blanc. Attends... Comme ça ?
– Parmi ceux qui nous manquent, nous n'avons identifié la position que du Jinchūriki de Rokubi
, l'informa Zetsu noir. Il n'est pas très loin d'ici.
– Bien, conclut Madara. Je suis rouillé. Allons nous dégourdir les jambes. Tu me raconteras tout en chemin.

Il marcha vers la sortie.

– Attends ! insista Zetsu blanc. T'as même pas retrouvé tous tes pouvoirs ! Et c'est... dangereux... dehors...
– J'imagine qu'un adversaire suffisamment divertissant devrait pouvoir m'aider à résoudre ce problème passager, répliqua l'Uchiha.

Il se retourna et, pour la première fois, sembla réaliser la présence des quatre membres de l'Akatsuki étonnamment silencieux.

– Ou peut-être... que vous n'êtes pas avec moi ? leur dit-il simplement.

L'absence de réponse du quatuor de criminels passa pour une acceptation muette. Et ils décidèrent – chacun pour leurs raisons – de suivre la légende ressurgie des ténèbres.
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 794
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar xela26 le Lun Déc 10, 2018 0:34

Commentaire rapide

Et soudain, il sentit une violente secousse au niveau de sa main. Raditz venait d'effectuer un mouvement si rapide qu'il s'était emparé de son Scouter.

– C'est à moi.

Mais l'homme masqué ne trouva même pas la force de vraiment réaliser ce qu'il venait de se passer. Son état mental pouvait-il expliquer ce défaut ? Ou son intangibilité avait-elle été... dépassée ?


ça m'a trop rappelé le moment ou Gohan pique le sac de senzu de Cell :lol: :lol: belle référence.

Sinon... L'apparition d'un Madara diminué était bien jouée. Les autres (Akastsuki) semblent flipper. Mais sans ses précieux yeux, est-il vraiment de taille face à Radditz? j'en doute...

Et Félicitations à Radditz pour son retour au plus haut niveau :twisted:
Cell: l'ascension de la terreur- Cell a vaincu Son Gohan lors du Cell game!! Quel sort réserve-t-il à la Terre?? Pour le savoir....viewtopic.php?f=42&t=5990
Chapitre 136: publié
Chapitre 137: 0%

Cell: Damned Souls- Les aventures parallèles de héros de "l’ascension de la terreur". Pour les connaitre:
viewtopic.php?f=42&t=6774
abandonnée
xela26
 
Messages: 1522
Inscription: Lun Oct 03, 2011 20:57

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar biskus le Mer Déc 12, 2018 12:14

Et ba pinaise ,
Ton madara est ... badass on sent qu'il recherche du défi à la seule difference du manga , il est plus prudent de part son reveil récent à la vie alors que dans le manga il pouvait se battre n'importe comment de part son edo tensei.
Par contre madara je m'en appercoit maintenant mais à un coter sayan le frisson du combat lenvie de se battre contre un adversaire fort ( ptet des orignes saiyens les uchiwas mdr)
biskus
 
Messages: 239
Inscription: Sam Oct 18, 2014 12:36

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Kurama_Senju le Sam Déc 15, 2018 17:39

Merci xela et biskus !

xela26 a écrit:Commentaire rapide

Et soudain, il sentit une violente secousse au niveau de sa main. Raditz venait d'effectuer un mouvement si rapide qu'il s'était emparé de son Scouter.

– C'est à moi.

Mais l'homme masqué ne trouva même pas la force de vraiment réaliser ce qu'il venait de se passer. Son état mental pouvait-il expliquer ce défaut ? Ou son intangibilité avait-elle été... dépassée ?


ça m'a trop rappelé le moment ou Gohan pique le sac de senzu de Cell :lol: :lol: belle référence.
Yeah, t'as relevé ! Celle-là, elle était pour toi. 8-)

Sinon... L'apparition d'un Madara diminué était bien jouée. Les autres (Akastsuki) semblent flipper. Mais sans ses précieux yeux, est-il vraiment de taille face à Radditz? j'en doute...
Hmm... Il semble confiant quant au fait de retrouver ses pouvoirs.
D'ailleurs, ses paroles prouvent que c'était une éventualité qu'il avait envisagée. La technique du Lien des Âmes n'était pas exclue dans le plan initial. J'en dévoilerai la raison plus tard. ;-)

Et Félicitations à Radditz pour son retour au plus haut niveau :twisted:
Il te remercie. Et il s'excuse de ne pas pouvoir te répondre directement.
Mais pour l'heure, il est occupé dans son activité favorite : casser du Shinobi. :twisted:

biskus a écrit:Et ba pinaise ,
Ton madara est ... badass on sent qu'il recherche du défi à la seule difference du manga , il est plus prudent de part son reveil récent à la vie alors que dans le manga il pouvait se battre n'importe comment de part son edo tensei.
Héhé, exact.
Par contre, à l'inverse, l'Edo Tensei bridait les pouvoirs de Madara. Quand il revient à la vie dans l'histoire originale, il se montre bien plus redoutable avec un seul Rinnegan qu'Edo Madara avec le double.
Donc, ça compense. :mrgreen:

Par contre madara je m'en appercoit maintenant mais à un coter sayan le frisson du combat lenvie de se battre contre un adversaire fort ( ptet des orignes saiyens les uchiwas mdr)
Ah oui ! D'ailleurs, dans l'histoire originale, son combat contre les 5 Kage le prouve. Il faisait monter le niveau tranquillement, cherchant à les pousser à leurs limites en jouant avec eux. Il les testait, c'était d'ailleurs son objectif durant ce combat, comme il le précise à Zetsu noir.
Y'a plus grand monde pour offrir du divertissement à Madara, mais les survivants ont un certain potentiel intéressant. Y'a moyen qu'il s'amuse.
Si Madara se trouvait à mes côtés à la rédaction de cette fic (mais peut-être s'y trouve-t-il déjà ?), il me dirait que son plus gros regret est qu'Orochimaru ait quitté la planète. Affronter les 3 Sannin ensemble était l'un de ses fantasmes cachés non réalisés dans l'histoire originale ; à chaque fois, il en manquait un. :evil:
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 794
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Kurama_Senju le Dim Déc 16, 2018 23:50

CHAPITRE 118
Motivations intimes





Le groupe de l'Akatsuki évoluait lentement le long de berges bordant l'océan. Madara et Zetsu à leur tête, ils restaient silencieux, écoutant simplement les explications de l'entité maléfique sur l'évolution du monde. Bien que ce discours fût principalement adressé au légendaire Uchiha ressuscité, tous redécouvraient en même temps certaines réalités méconnues concernant l'origine de leur organisation.

Pain n'était qu'un pion. Madara, aux commandes depuis le début, semblait avoir planifié beaucoup de choses depuis son opposition historique entre lui et son plus grand ennemi, le Shodaime Hokage. Aucun des témoins indirects de ce récit n'était né alors même que s'écrivait dans les ténèbres l'autre histoire du monde Shinobi.

– Tout ceci est intéressant, réagit enfin Madara suite aux paroles de Zetsu. Quelque part, je peux comprendre le comportement d'Obito...

Il tourna la tête vers le rivage puis s'arrêta. Et son regard pivota enfin en direction des autres membres de l'Akatsuki.

– Ainsi, une partie des survivants du monde créé par Hashirama sont cachés... par la feuille.

Son allusion au fruit de leur alliance ne fut pas nécessairement comprise par tous. Et Zetsu blanc se chargea de clarifier.

– Veux-tu que nous attaquions Konoha ?

Deidara laissa échapper un rire rauque.

– S'il faut exploser un village, je suis ton homme !
– Pas si vite
, s'exclama Hidan. On fait pas tout péter comme ça, sans classe. Y'a tout un rituel à respecter ! Pas vrai, Sasori ?

Celui-ci fronça les sourcils tandis que Kisame ricanait.

La pupille noire de Madara se posa de nouveau sur Zetsu.

– Tu as dit que vous aviez recruté le Jinchūriki d'Ichibi ?
– En effet.
– Pourquoi ne pas simplement lui avoir ôté son Bijū ?
– Parce que...
répondit lentement Zetsu noir en dévoilant son sourire démoniaque. Nous pensions qu'il pourrait nous conduire à un poisson bien plus gros.

Madara haussa les sourcils, soudainement intrigué.

– Intéressant... Il me tarde de découvrir tous les potentiels de ce monde.

Visiblement mal à l'aise, Zetsu blanc grimaça.

– Les graines Mokuton que j'ai implantées dans Gaara ne fonctionnent pas... Je ne le trouve plus depuis un moment !

Le silence s'imposa de nouveau. Et le rythme de marche de Sasori se fit alors plus rapide.

– Hmm... Madara ? intervint-il de sa voix grave.

L'interpellé lui jeta un bref coup d’œil intrigué. C'était la première fois que l'un des membres de l'Akatsuki s'adressait directement à lui.

– Nous aurions... peut-être un moyen de retrouver nos cibles.

Madara lui jeta un coup d’œil tandis que Kisame se plaçait à sa gauche, dévoilant pour la première fois son épée.

– Samehada est toute excitée... lui glissa-t-il dans un murmure.

Était-ce lié aux paroles de son associé ? Ou y avait-il un lien avec les lointaines silhouettes évoluant à distance, se dissimulant parmi les arbres de la terrible organisation ?

***




Les petits oiseaux qui picoraient sur le visage concentré du jeune ninja dévoilaient l'immobilisme total et prolongé de son corps entraîné. À ses côtés l'accompagnait l'ermite Jiraiya.

Car le grand Sannin était maintenant totalement guéri par les bons soins de Tsunade, laquelle les observait à distance, en compagnie du vieux Fukasaku.

– Il ne s'en sort pas si mal, commenta Tsunade.
– Hmm...

Yeux fermés, Naruto et Jiraiya semblaient évoluer dans une danse spirituelle presque mystique sur le sommet du monde.

– Y a-t-il un risque que Raditz nous trouve ici ? reprit Tsunade.
– Normalement non, répondit Fugasaku. Le sommet de la montagne épouse le flux énergétique de la planète.

Il fronça les sourcils tandis que Jiraiya ouvrait ses yeux, observant son jeune élève en pleine méditation.

– C'est bien, Naruto, l'encouragea-t-il d'une voix calme. Maintenant, reste concentré et fais jaillir... l'autre Chakra.

Alors, le haut de la montagne sembla soudain s'illuminer d'une teinte écarlate, sous les yeux fascinés de Tsunade et Fugasaku. Bercé par le rythme puissant et contrôlé du Chakra sauvage qui le dominait, le Mont Myōboku se laissa entraîner sous la mélodie imposée par la puissance issue du jeune Uzumaki.

À ses côtés, Jiraiya voyait se dessiner une queue derrière la couverture énergétique qui entourait le garçon.

* Il maintient le flux... analysa-t-il, voyant sa planche en équilibre toujours immobile en dépit de la tempête de puissance voisine. *

Puis une nouvelle queue fit son apparition. Et l'ermite à ses côtés fronça les sourcils en sentant sa propre planche vaciller.

* Merde... Non... Naruto... Contrôle... Contrôle... ! *

Grimaçant, il sentit son centre de gravité basculer. Et il tomba à la renverse tandis que se déchaînait l'odieux pouvoir résiduel des queues de Chakra. Atterrissant habilement sur ses pieds, aux côtés de Tsunade et Fugasaku, Jiraiya soupira... avant de se prendre sa planche oubliée sur le dessus du crâne, ce qui lui valut une tempête d'insultes au moins aussi violentes que le Chakra qui se déchaînait en haut de la montagne.

Et Naruto tomba à son tour. Contrairement à l'ermite, il s'écroulait tête la première.

Il fut toutefois rattrapé avec douceur par ce dernier. Et Jiraiya, remis de son choc, observa le jeune Uzumaki avec fascination.

Il s'était endormi, épuisé par ce mélange de concentration et de puissance.

– Sacré garçon, reconnut Fugasaku.

Tsunade croisait les bras.

– Je dois bien admettre qu'il m'impressionne...
– Il a mérité son sommeil
, renchérit Jiraiya. Je l'emmène se repo...
– Non...


Jiraiya fronça les sourcils en tournant son regard vers le jeune garçon dont les paupières commençaient à se rouvrir.

– Pas... Pas encore... Je ne... Je ne suis pas encore...

***




Une série d'oiseaux planaient au dessus d'un groupe de quatre individus, comme pour suivre à la trace la promesse de nourriture. Car ces criminels – les plus terribles du monde – laissaient bien souvent des cadavres dans leur sillage.

– À quoi pensez-vous, Sasori ? interrogea Deidara, marchant péniblement parmi de hautes herbes parsemées de marécages. Pourquoi s'être éloigné de Zetsu et Tob... Madara ?

Écrasant inlassablement les plantes sur son sillage, le marionnettiste semblait d'abord peu enclin à répondre.

– Vu le monde d'aujourd'hui, insista le jeune artiste, même pour nous, ça vaut peut-être le coup de pas trop se séparer, non ?
– Aurais-tu peur ?
intervint Kisame.
– Pas pour moi, grommela Deidara. Mais si jamais un type balaise dopé venait nous attaquer, je ne me gênerais pas pour me lâcher. Et ça pourrait vite sentir le poisson pané...

L'insulte fut aussi claire qu'une eau saumâtre pour l'homme-requin. Et Deidara comprit qu'il était allé trop loin.
L'air fouetta. Ce fut aussitôt suivi par un bruit métallique. La lame enragée du redoutable épéiste venait de s'arrêter à un millimètre de la nuque de l'artificier, retenue par un dard de scorpion.

– T'as tenté quoi, là ? interrogea le blond d'une voix soudain plus concernée.
– Tu devrais apprendre le respect des aînés, répliqua Kisame d'un ton oscillant entre malice et menace. Sasori n'aura sans doute pas la patience éternelle de te protéger...

Deidara s'apprêtait à rétorquer quand un reflet lumineux attira son œil entraîné. L'extrémité de l'arme de Sasori qui venait de le défendre laissait couler une goutte de venin. Et il pointait dans sa direction.

– Ça suffit, ordonna le marionnettiste.

Le maître des explosifs n'était pas inconscient au point de se fritter avec Kisame et Sasori en même temps. Sentant qu'il avait déjà plus ou moins franchi une limite assez peu confortable, il jugea bon de ne pas poursuivre.

– Boarf... intervint alors la voix lointaine d'Hidan, se mêlant à un bâillement prolongé.

Quasiment invisible, le fanatique s'était allongé au milieu de l'épaisse végétation.

– Prévenez-moi juste si ça saigne, OK... ? ajouta-t-il d'un ton endormi.

Deidara resta un moment interdit, puis il porta brièvement son regard noir vers Kisame avant de reprendre vivement sa route.

Le visage prédateur de l'épéiste retrouva son sérieux.

– Désolé, Sasori, reprit-il d'une voix calme. Mais le respect, c'est important.
– On est tous à cran.


Kisame reporta son attention sur le dos du jeune homme.

– Tu n'as pas tort...
– Parle pour toi
, répliqua Hidan dont la tête réapparaissait au milieu de la végétation.
– Vraiment ?

Kisame s'approcha du fanatique et passa devant lui. Puis il s'arrêta.

– Je serais curieux de savoir ce que tu penses de Madara...

La marche boudeuse de Deidara s'interrompit aussitôt en même temps qu'un étrange calme venait planer sur cette atmosphère devenue bien pesante. Une veine apparut sur le front d'Hidan tandis qu'il se relevait. Il ne répondit étonnamment pas, mais la grimace qui se dessina sur son visage se dispensait de toute parole.

– Je m'en doutais, murmura l'épéiste. Maintenant qu'il est là, les choses s'accélèrent...

Sa bouche s'étira.

– ... et ça ne vous plaît pas.

Deidara tourna son visage renfrogné en direction de l'homme-requin.

– Nous avons tous rejoint l'Akatsuki pour des raisons qui nous étaient propres... poursuivit Kisame. Certains ont dû mûrement y réfléchir...

Son regard se posa sur Sasori.

– D'autres, reprit-il en fixant les deux plus jeunes, pour des motifs un peu plus... simples.
– Et toi, je parie que tu fais partie de ceux qui ont mûrement réfléchi ?
s'agaça de nouveau Deidara.
– Moi ? Eh bien, je pense que je suis le plus en phase avec l'origine même de l'Akatsuki...

Il ricana.

– Mais pour quelqu'un comme toi, l'arrivée de Madara doit être terrible.
– Et pourquoi ?
– En plus de te rappeler Itachi, il ne va pas dans ton sens. Avec Pain, tu avais quartier libre pour faire mumuse à ta guise. Mais maintenant, l'objectif final se profile...


Deidara fronça les sourcils.

– Je me demande à quoi tu penses... lâcha enfin Kisame.
– C'est précisément la raison pour laquelle nous sommes ici, ajouta enfin Sasori, en réponse à la question initiale de Deidara.

Tous les regards se tournèrent dans sa direction.

– Madara... est dangereux.

Il fixait l'horizon droit devant lui avec inquiétude.

– Les choses prenaient une tournure vraiment dérangeante...
– Hein ?
grommela Hidan, occupé à astiquer l'intérieur de son oreille par son auriculaire.
– Nous avons été recrutés par l'Akatsuki pour jouer un certain rôle...

Il fronça les sourcils.

– ... mais depuis l'arrivée de Madara, nous devons de nouveau prouver notre valeur...
– Qu'est-ce que vous...
commença Deidara.
– C'est peut-être l'unique raison pour laquelle il ne t'a pas tué pour l'exemple, ajouta Sasori. C'est aussi pour cela qu'il nous a demandé de l'accompagner.

Son front se couvrait de sueur.

– Il nous teste.
– Que...
– Il teste notre valeur. Pour l'heure, nous n'avons encore rien prouvé. S'il estime n'avoir plus besoin de nous, les choses pourraient devenir dérangeantes. Autrement dit...


Il fronça les sourcils.

– ... si Kisame et moi n'avions pas trouvé un prétexte pour nous éloigner rapidement de lui, l'un de nous serait probablement déjà mort.

Sa phrase jeta un profond froid au sein du groupe de criminels aguerris. Pourtant, cette fois, aucun d'eux ne chercha à le contredire, tant ses paroles fortes prenaient sens.

Même Hidan sembla légèrement mal à l'aise, ce qui ne lui ressemblait pas par ailleurs.

– Et tu proposes quoi ? reprit Deidara, plutôt perturbé. On se rebelle et on l'attaque ? À nous quatre, ça devrait le faire. Il ne peut pas être si fort...
– Et il est pas au top, si j'ai bien compris ?
renchérit Hidan.
– Nous n'avons aucune certitude, fit remarquer Sasori.
– Je ne l'attaquerai pas, ajouta Kisame.

Tous les regards se tournèrent vers lui.

– Depuis mon arrivée dans l'Akatsuki, j'ai embrassé son plan.

Hidan et Deidara reportèrent ensuite leurs attentions respectives vers Sasori, comme pour chercher un deuxième avis à cette situation épineuse.

– Pour l'heure, il n'est pas question de l'attaquer, ajouta-t-il.
– Alors, on fait quoi ? insista Deidara. On se cache ?
– On fait exactement ce que j'ai dit à Madara. On retrouve le Jinchūriki d'Ichibi.
– Attends, c'était pas juste une excuse pour se barrer ?
– Te souviens-tu de l'époque où j'ai insisté pour que Gaara rejoigne notre organisation ?
interrogea Sasori.

Deidara acquiesça.

– À cette période, reprit le marionnettiste, le système Shinobi tenait encore debout. Mais je pressentais le changement... Gaara a toujours été destiné à être... ma principale marionnette.
– Que veux-tu dire ?
– Même si Zetsu a perdu sa trace... nous pouvons le retrouver...


Le jeune artiste ouvrit légèrement sa bouche de surprise.

– ... et nous lui offrirons Ichibi... et Kyūbi.

Un sourire se dessina sur les lèvres de Kisame.

– Le problème est donc réglé : nous allons prouver notre valeur à Madara.

Posant son épée contre son épaule, il jeta à chacun des autres membres un regard perçant.

– Mais il serait bon que chacun réfléchisse sérieusement aux raisons de son appartenance à l'Akatsuki...

Et tandis que chacun reprenait sa route, Kisame se laissait distraire par une épaisse plume noire tombée du ciel.

* Tout cela me rendrait presque nostalgique... *
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 794
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Kurama_Senju le Dim Déc 23, 2018 21:56

CHAPITRE 119
L'appel du destin





Madara poursuivait sa marche aux côtés de Zetsu.

Évoluant dans la jungle à proximité de longues plages isolées, le duo le plus terrible de l'Histoire Shinobi avançait calmement dans ce monde ravagé par ses nombreuses souffrances.

– Oh... ?

S'immobilisant soudain, Madara jeta un coup d’œil en direction de son pied. Un cliquetis caractéristique s'y faisait entendre.

– Une mine... ! s'exclama Zetsu blanc.

L'Uchiha, visiblement perdu dans ses pensées, décida pourtant de reprendre sa marche. Et la mine enclenchée à ses pieds fut relâchée.

L'engin explosif s'activa. Mais, d'un mouvement à peine conscient, Madara l'avait déjà envoyé se perdre à une vitesse incroyable dans la forêt. Et tandis que pleuvaient les corps massacrés de dizaines de ninjas jusqu'alors dissimulés dans le dos du redoutable duo, celui-ci poursuivait calmement sa route.

– J'avais cru sentir un individu intéressant, reprit alors l'Uchiha d'une voix totalement indifférente. Mes sens renouvelés m'ont probablement fait défaut...
– Ou peut-être devrais-tu davantage les écouter
, intervint soudain un individu à ses côtés.

Zetsu s'immobilisa en voyant se dessiner une nouvelle silhouette dans la forêt.

– Cet homme... murmura le côté sombre. Il est...

Un rictus apparut sur le visage amusé du Shinobi tandis qu'autour de lui apparaissaient d'autres Shinobi.

– ... Furido, poursuivit Zetsu noir.

Spoiler
Image


– Celui qui a dominé le Pays du Feu et pris en otage le Daimyō ? questionna Zetsu blanc. D'après nos informations, il serait un ancien des Douze Ninjas Gardiens...
– Vous semblez plutôt bien renseignés
, murmura le concerné en s'inclinant poliment. Cela tombe bien, car c'est réciproque... Veuillez m'excuser pour ce comité d'accueil, mais je préférais m'assurer que vous étiez bien ceux que je recherchais...

Un sourire illumina sa face.

– ... l'Akatsuki !

***


– Nos options sont limitées, déclara Hiashi en pleine réunion de crise. Les nouvelles apportées par les Samuraï sont inquiétantes...
– Attends
, intervint Bee. Ils arrivent à survivre ?
– Une partie de leur armée a réussi à se cacher de Raditz.
– Sérieux ? Comment ils font ?
– Ils suivent nos conseils
, répondit Yugito. Pourquoi crois-tu qu'on se cache sous terre ?

Bee resta un moment silencieux, avant de montrer un éclair de génie retardé.

– Oh yeah, la terre nous protège de son détecteur ?

Hiashi acquiesça.

– Malheureusement, ses assauts répétés fragilisent dangereusement le Pays du Fer. Le Saiya-jin frappe bien plus fort maintenant.
– Plus fort ? Comment ça ? Il est encore plus balaise depuis Pain ?
– Ce que veut dire Hiashi
, expliqua Mikoto, c'est qu'il frappe comme un Hyūga : là où ça fait mal.

Tous tournèrent leur regard vers l'Uchiha.

– Même si les hommes ont pu s'abriter sous la terre, leurs ressources ont besoin du Soleil.
– Attends, me dis pas qu'il...
– Il détruit les récoltes, sème la panique, s'introduit dans les échanges diplomatiques en menaçant les petits pays alliés pour récupérer des informations sur les différentes cachettes. Parfois, il en trouve, rentre et fait un carnage.


Elle soupira.

– Ce n'est qu'une question de temps avant de le voir soulever le tatami du clan Hyūga... et venir nous saluer.

Ses paroles furent suivies d'un silence de plomb. Car chacun imaginait l'horrible scène de Raditz découvrant l'entrée de ce village sous-terrain. Voir débarquer un tel monstre dans cet espace clos avait de quoi faire frissonner l'intégralité de ces Shinobi d'élite.

– On n'aurait aucune chance, conclut alors la Mizukage.

***




– Bon sang... réagit Zetsu blanc à l'observation des innombrables silhouettes qui se dessinaient parmi les arbres. Mais... Y'avait vraiment une armée dissimulée dans la forêt ? Et dire qu'on marchait avec ça en filature...

Il frissonna à cette étrange idée.

– Que nous veux-tu ? interrogea aussitôt Zetsu noir.

Furido lui sourit.

– Une alliance...
– Une alliance ?
– Comme vous pouvez le constater, j'ai rassemblé plusieurs personnes à ma cause...


Zetsu regarda autour de lui. Ils étaient totalement cernés.
Tout paraissait à présent immobile. Tout, sauf Madara.

L'Uchiha légendaire poursuivait sa calme marche. Imperturbable, il semblait n'avoir même pas remarqué l'interruption d'une armée de Shinobi. Son esprit restait visiblement ailleurs, son regard légèrement levé, comme pour humer l'air.

Et il approchait dangereusement de la limite du cercle imposé par les Shinobi qui les entouraient.

– Oh... grommela un colosse au buste si épais qu'il devint difficile de l'imaginer s'être caché tout ce temps derrière un tronc. Celui-là est sourd ?

Mais Madara continuait d'avancer...

– Tu ferais mieux de l'écouter, étranger, l'avertit Furido. Chikashi est mon bras droit, et le plus puissant après moi. Ah, et il s'énerve rapidement...

Zetsu blanc soupira, ce qui attira l'attention de Furido.

– Arf, on ne peut pas l'éviter...

Alors, Zetsu se déplaça à son tour, à l'opposé de Madara. Et, sous le regard surpris de Furido, il grava une croix à même le sol.

– Si je gagne, reprit mystérieusement la pâle entité, tu m'achètes des toilettes.

Furido fronça les sourcils, ne comprenant visiblement rien à ses paroles qui ne prenaient aucun sens.

– Tu aurais dû placer ta croix quelques mètres plus loin, répliqua Zetsu noir.
– Vous... s'énerva Furido. Vous vous mo... ?

Mais il fut interrompu par un cri de rage.
Puis il y eut un coup, suivi d'un souffle d'air...

Zetsu se baissa tandis que fusait au dessus de lui une énorme silhouette. Survolant la croix, elle vint s'écraser plus loin, laissant apparaître le corps totalement immobile de Chikashi. Son visage semblait hésiter entre la rage et la peur, comme si cette dernière expression n'avait eu le temps de se marquer sur sa face avant qu'elle ne soit éternellement figée par le trépas.

Furido ouvrit grand les yeux de stupeur.

– Et merde... grommela Zetsu blanc à l'adresse de sa sombre moitié. Comment tu savais qu'il l'enverrait plus loin ?
– Il doit se réapproprier son corps...


Les soldats tournèrent tous leur visage vers leur chef. Celui-ci parvint toutefois à retrouver son sourire.

– Votre organisation mérite visiblement sa réputation... Il semblerait que nos arguments actuels n'aient pas été suffisamment convaincants...
– Chef
, intervint l'un des soldats en montrant le dos de Madara qui poursuivait sa marche. Je reconnais ce symbole. C'est celui de...
– Oh, oui...
remarqua Furido. Le clan Uchiha... Je comprends mieux...

Il sourit.

– Pas étonnant que même Chikashi n'était pas de taille contre toi... J'avais bien entendu parler de membres de ce clan dans votre organisation...
– Hein ?
s'étonna Zetsu blanc. Comment tu peux savoir un tel truc ?
– Il parle d'Itachi
, l'informa Zetsu noir, et de Sasuke...
– Ah...


Furido s'avança.

– Peu importe... Pensez-vous vraiment que je vous aurais rencontrés sans avoir... de bons arguments ?
– Pour l'instant
, répondit Zetsu blanc, c'est pas très convainquant. Si c'est pour nous dire que t'as envie d'être protégé, c'est raté...

Furido tourna son visage vers le dos de l'Uchiha qui s'éloignait toujours un peu plus.

– Protégé ? répéta le redoutable Ninja Gardien. Je crois que vous ne comprenez pas bien... En ces temps, personne n'est à l'abri. Mais ceux qui savent... s'entourer, ont le plus de chances de survivre.

Il ricana.

– Je me doutais bien que l'Akatsuki disposerait de membres plus puissants même que les Douze Ninjas Gardiens...

Il s'inclina.

– Vous êtes même plus forts que moi, je le reconnais. Mais dans ce monde, n'est-ce pas là un détail ?

Voyant Madara continuer à s'éloigner, formant une haie au milieu de ses hommes qui n'osaient clairement plus prendre d'initiative à son égard, il fronça les sourcils.

– Si nous collaborions, nos chances de survie seraient bien plus grandes...

Il tendit une main à Zetsu.

– Collaborer ? répéta le blanc d'un air intrigué. Ça veut dire quoi ?
– Peu importe
, murmura l'autre moitié, se détournant de la proposition.

Et il s'éloigna à son tour, sur les traces de Madara.

– De toute façon, reprit-il alors, ils sont tous condamnés...

Un frisson général parcourut soudainement l'ensemble des soldats. Furido sentit une goutte de sang glacial couler contre sa tempe.

– Serait-ce... une menace ? demanda-t-il à demi-mot.

La tension se faisait soudain beaucoup plus palpable. Pourtant, aucun des Shinobi ne semblait désireux d'entamer quelque confrontation. Et Furido en était bien conscient.

– Pensiez-vous vraiment... que je me je me tiendrais ainsi devant vous, si je n'avais une bonne raison ?

Zetsu resta immobile un instant. Furido sut qu'il venait de capter brièvement son attention.

– J'ai besoin de votre force... et vous réaliserez bien vite que vous avez besoin de mes alliances.
– Tes alliances ?


Se laissant aller à un rictus contrôlé, l'ancien maître du Pays du Feu reprenait l'ascendant. Zetsu blanc fronça les sourcils.

– Je parie que tu bluffes.

La mine de Furido se montra soudainement encore plus amusée.

– Non, intervint Zetsu noir. Il ne bluffe pas...
– Comment le sais-tu ?


Soudain, un étrange murmure traversa l'armée alors même que Furido se retournait tout en reculant d'un puissant bond instinctif. Zetsu blanc ouvrit grand les yeux, s'attendant à voir derrière lui la silhouette d'un puissant adversaire, avant de réaliser qu'il s'agissait en fait de Madara.

* Quand a-t-il... ? s'inquiéta le Ninja Gardien. *

Visiblement, l'armée toute entière se posait la même question. Madara venait de brutalement s'intéresser à la scène qui se déroulait autour de lui.

– Parce qu'il s'agit du puissant Chakra que Madara a senti... expliqua alors Zetsu noir.
– Oh... comprit alors sa moitié. Et je suppose que ce puissant allié est le Jinchūriki qui nous recherchons... ?

Mais Furido n'écoutait plus Zetsu. Son attention toute entière se trouvait maintenant focalisée sur le visage presque inexpressif de l'Uchiha légendaire. L'épiderme du Shinobi d'élite se recouvrait de sueur.

– Très bien ; dans ce cas, murmura Madara d'une voix dangereusement calme. Je suppose qu'il sera d'autant plus motivé...

Avant même qu'il n'eût terminé sa phrase, tous les autres avaient déjà pourtant déjà compris ce qu'il s'apprêtait à faire. Il y eut une multitude de bruits métalliques tandis que chacun des soldats s'armait de ses lames.

– ... si je vous élimine tous.

***




Chaque particule du Mont Myōboku semblait vibrer sous l'intense Chakra rougeoyant émanant de Naruto. Pourtant, si la tension était palpable, rien n'indiquait un quelconque déchaînement incontrôlable.

– Cet entraînement est vraiment difficile... soupira Fukasaku. Atteindre un tel état d'équilibre n'est déjà pas évident en temps normal, alors en libérant une portion du Chakra de Kyūbi...

Ouvrant les yeux, Jiraiya ne pouvait s'empêcher d'admirer avec une fascination non feinte les trois queues de Chakra du démon qui se balançaient avec lenteur dans le dos de Naruto, comme pour équilibrer son poids et ses énergies au niveau de la planche sur laquelle le jeune ninja se tenait assis en tailleur.

Se laissant entraîner par la danse envoûtante de la puissance maîtrisée de Naruto, Jiraiya en oublia un bref instant qu'il se tenait lui-même en équilibre total au dessus du vide. Malheureusement pour lui, cela fut suffisant pour faire pencher son support contre le pic de la falaise. Tentant tant bien que mal de compenser, l'ermite ne fit qu'empirer la situation. Et, inexorablement, il se retrouva en chute libre.

– Je le savais, s'inquiéta Fukasaku en voyant Jiraiya tomber. Ce n'est peut-être pas possible...
– Veuillez m'excuser, vénérable sage
, intervint alors calmement Tsunade qui observait également la chute de Jiraiya. Mais je pense que vous avez tort.
– ... ?
– Jiraiya a eu beaucoup de disciples d'exception. Il n'aurait pas pris Naruto sous son aile s'il n'avait pas foi en lui...


Elle leva les yeux tandis que fusait dans sa direction le corps de son partenaire de longue date. Il allait lui tomber dessus. Elle fit un pas de côté.

– Tu ne comptes pas le rattraper ? s'étonna le vieux batracien tandis que le pauvre Sannin en chute libre ouvrait grand les yeux d'horreur en fixant le sol.
– Testons sa foi.

Shima, qui approchait avec un sac à provisions plein de délicieux insectes protéinés, ne put s'empêcher de se recouvrir les yeux en voyant que Jiraiya s'apprêtait à s'écraser tête la première sur le sol. Fukasaku grimaça.

Il y eut un éclair orangé.

Et Jiraiya arriva en bout de course.

Lorsque Shima entrouvrit deux de ses doigts pour observer la scène à travers eux, elle ne put retenir une exclamation de stupeur. Fukasaku lui-même restait sans voix.

Jiraiya avait été arrêté à un cheveu du sol. Comme en lévitation, il était en fait suspendu par ce qui s'apparentait à un long tube scintillant d'un vif reflet orangé.

Levant les yeux, les deux crapauds réalisèrent avec stupeur qu'il s'agissait en fait d'une des trois longues queues du manteau de Chakra de Naruto, lequel restait en position de méditation, sa paupière droite ouverte dévoilait une pupille en forme de fente qui observait simplement en contre-bas la position du Sannin qu'il venait d'arrêter au dernier moment. Ses deux queues libres effectuaient quant à elle un mouvement inconscient de balancier, rééquilibrant le brusque changement de répartition énergétique sur la planche.

Si les batraciens ne pouvaient dissimuler leur surprise, le regard rempli de complicité que se lancèrent Tsunade et Jiraiya dévoilait tout autre chose.

– T'as flippé sur la fin, pas vrai ? ricana Tsunade.
– N'importe quoi, grommela Jiraiya. Comme si j'avais pas d'autre moyen de gérer une chute de ce genre...

Tsunade lui sourit alors même que Jiraiya se retrouvait lentement déposé sur le sol par le puissant Chakra de Naruto, lequel dévalait à présent – planche sous le bras – la pente des hauts pics surplombant le lieu sacré.

– La prochaine fois, reprit Jiraiya. C'est toi qui joue la demoiselle en détresse.
– Ça ne serait pas aussi crédible qu'avec toi.


Les yeux de la petite fille du légendaire Shodaime Hokage suivaient la descente rapide du jeune Uzumaki.

– Mais tu avais raison. Dès qu'il s'agit de protéger, ce gamin... peut dépasser toutes les limites.
– Tel père, tel fils, hein...


Naruto atterrit alors juste devant l'ermite.

– J'vous jure que j'ai pas fait exprès ! s'exclama-t-il, analysant rapidement l'état du Sannin qui semblait n'avoir – heureusement – rien de cassé.
– Naruto...
– S'il-vous-plaît, entraînez-moi encore, je...
– Naruto...
– Je sais que c'est pas encore top. Mais j'ai vraiment progressé depuis l'académie. Et je...
– NARUTO !


Le jeune Uzumaki se renfrogna. Tsunade éclata de rire.

– Je crois que Jiraiya essaye de te dire quelque chose... lui chuchota-t-elle dans l'oreille.

Naruto poussa un profond soupire, dévoilant une mine visiblement abattue.

– Félicitations, reprit Jiraiya. Tu as réussi la première étape.

L'information sembla mettre un temps avant d'atteindre l'esprit de son interlocuteur. Elle en mit deux fois plus avant d'être réellement comprise, tandis que s'imposait sur le visage expressif du garçon une surprise pleine et totale, suivie d'une joie encore plus intense.

– OUAIS ! hurla-t-il en levant le poing en l'air.

Il se jeta vers l'ermite, comme pour le serrer fortement dans ses bras, mais se sentit soudain retenu par une main ferme.

– Hopopop, le calma sévèrement Tsunade. Retire-moi d'abord ce manteau de Chakra.

Naruto haussa les sourcils en remarquant qu'il était encore recouvert de l'énergie rougeoyante, qu'il s'empressa alors de dissiper pour aider Jiraiya à se relever.

* Il n'avait... même pas remarqué ? s'étonna la Sannin, passablement décontenancée. *

Elle tourna son regard vers Jiraiya, lequel s'était assis à même le sol, rejoint par les deux crapauds.

– Bien, conclut l'ermite. Il est temps de passer aux deux étapes suivantes.

Jiraiya sembla réfléchir un court instant. Puis il soupira.

– Mais cette fois, tu as vraiment besoin de repos.
– Mais je...
– Je ne parle pas à toi, Naruto. Tsunade, je te confie la suite.
– QUOI ?! ELLE ?!


Tsunade fronça les sourcils.

– Ne te défile pas trop, Jiraiya... Les étapes suivantes de l'entraînement nécessitent également ta supervision.
– En effet
, reconnut l'ermite. Mais je pense... qu'il sera plus intéressé par la contribution que pourra représenter l'héritage de ta grand-mère...
– Comme si j'en avais quelque chose à f...
commença outrageusement le jeune ninja.
– ... Mito Uzumaki.

Sur ces mots, Naruto se tut. Et son regard se posa un instant sur Tsunade, comme s'il découvrait pour la première fois cette femme qui jusqu'alors le terrifiait autant qu'elle le fascinait.

– Uzumaki... répéta-t-il enfin d'une voix concernée.

Par ce dernier regard qu'ils s'échangèrent, les deux Sannin surent qu'ils avaient pleinement capté l'attention du jeune Naruto. La suite de son entraînement au Mont Myōboku pourrait pleinement commencer...

***




Madara poursuivait calmement sa marche inéluctable. Son expression n'avait pas changé d'un pouce.
À ses côtés l'accompagnait toujours le Zetsu.

En fait, il aurait semblé que rien ne s'était produit dans cette forêt qui, pourtant, avait vu l'interruption d'une armée dirigée par l'un des plus dangereux personnages de ce nouveau monde, à un détail près toutefois...

Tous les soldats gisaient à même le sol. Et Furido, en bon chef, partageait le sort de ses équipiers.

Méconnaissable, le redoutable vétéran était totalement carbonisé. Ses longs cheveux d'antan laissaient maintenant place à un crâne putréfié. Agonisant, il restait encore conscient, sentant peu à peu le souffle de sa vie s'échapper de son corps défait.

– Quel monstre... es-tu donc ? murmura-t-il, non sans une infinie peine.

Mais Madara, s'éloignant dans la plus totale indifférence, ne daigna lui offrir que quelques paroles indirectes.

– Quelle déception... commenta-t-il à l'adresse de Zetsu. Ce n'était même pas suffisant pour réactiver mon Sharingan...

La moitié blanche semblait presque prendre en pitié ce résidu de corps. S'attardant devant son corps, l'être bicolore fixait le regard du redoutable Shinobi s'éteindre peu à peu.

– En temps normal, expliqua-t-il, on t'aurait averti que tu n'étais pas de taille contre l'Akatsuki...

Il jeta un coup d’œil au dos de son chef.

– Mais là, c'est au-delà de ça... T'as vraiment pas eu de bol.

Le visage abattu de Furido se tendait chaque seconde un peu plus pour se raccrocher à la vie. Et pourtant, un sourire se dessina son visage.

– C'est vous... qui n'avez pas eu de chance... !

Zetsu blanc tourna sa pupille en direction du Shinobi d'élite.

– Hein ?
– Ne t'en occupe pas...
ordonna Zetsu noir devant le regard éteint du Ninja Gardien. Il est mort.
– Je me demande quand même de quoi il parlait...


Alors, l'être bicolore s'immobilisa.

– ... ou de qui, ajouta Zetsu noir.
– ... ?
– Furido prévoyait de nous contraindre à le rejoindre par la force. Peut-être pour l'aider, ou pour nous détruire... Nul ne le saura... Mais...
– Mais... ?
– ... Il semblerait qu'il avait rendez-vous avec quelqu'un. Ici et maintenant.
– Hein ? Ah oui ! Le Jinchūriki ?


Pour seule réponse, la tête de Zetsu pivota pour observer le dos de Madara. Celui-ci s'était également immobilisé, pour la première fois.

– Le sens-tu ? reprit alors la sombre moitié.

Soudain, la partie blanche ouvrit grand les yeux d'horreur.

– Ce Chakra... !? Ça craint !!!

Il n'effectua alors plus un seul geste, comme pour se fondre parmi les arbres qui l'entouraient.

– Je savais que se diriger rapidement vers un puissant Shinobi était une mauvaise idée ! ne put-il s'empêcher d'ajouter. Mais bordel, quelles étaient les chances d'une telle rencontre aussi tôt ?!
– En fait... elles étaient relativement élevées.


Madara, visiblement intrigué, leva alors son visage pour fixer au delà de la cime des arbre.

– Rokubi, n'est-ce pas un gastéropode ? s'étonna l'Uchiha, observant la silhouette lévitant dans les airs. Ou je confonds avec l'insecte ailé...
– Non
, confirma Zetsu noir, le regard fixé vers l'être dans les cieux face à eux. Tu as raison. Et nous avons déjà capturé Nanabi...
– Alors, pourquoi celui-ci vole-t-il ?


Une goutte de sueur perla soudain sur le front de Zetsu blanc.

– ... Parce qu'il n'est pas un Jinchūriki...
– Quel Chakra palpitant
, reconnut alors l'Uchiha, dont la voix, bien que calme, trahissait enfin un soupçon d'intérêt, quoique légèrement brouillon.

Il décroisa les bras tandis que s'exprimait le détecteur oculaire l'homme au dessus de lui. Ce terrible son, à lui seul, dévoilait une identité que chaque homme, chaque femme, chaque enfant de ce monde connaissait et redoutait plus que tout – tous, sauf Madara.

– Cette génération serait-elle plus prometteuse que je ne le présumais ?

Spoiler
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 794
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar biskus le Lun Déc 24, 2018 10:55

Petit papa kurama quand tu descendras du ciel avec des chapitres par millier.,

😁
Je sais pas pourquoi mais le passage indirecte de radditz m'a fait plaisir pourtant on vie l'action perpétré à travers des " on dit" mais je trouve que cela renforce le côté angoisse vécu par Les shinobis.

Vraiment intéressant l'entraînement de naruto car on mixe un peu toute les étapes directement et d'une certaine façon sans passer par la cascade il aprivoise kurama Meme si il s'agit plus du chakra Que de l'animal. Mais je dirais que cest une étape intermédiaire entre le naruto jeune qui arrive à communiquer avec kyubi emprisonné et kyubi libéré poto Avec naruto.

Madara oklm est badass
biskus
 
Messages: 239
Inscription: Sam Oct 18, 2014 12:36

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Many le Mer Déc 26, 2018 1:17

Image


HO ! HO ! HO !


Image


Un petit cadeau du Père Many en coup de vent (c'est comme le Père Noël sauf qu'il arrive systématiquement un jour un retard :mrgreen: ) !!
Encore une scène qui m'a pas mal hypé, la rencontre et le combat psychologique entre Aizen et le Rikudo ! J'ai adoré !
Je poursuis toujours ma lecture de ta fic même si j'ai un peu perdu mon rythme de croisière par manque de temps héhé... Gaffe à mon prochain PAVÉ NO JUTSU pour la fin du round 2 8-)

Bisous bisous <3
Image Image Image
Avatar de l’utilisateur
Many
 
Messages: 1683
Inscription: Mar Fév 16, 2010 19:37
Localisation: Le TURFU

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Kurama_Senju le Jeu Déc 27, 2018 21:22

biskus a écrit:Petit papa kurama quand tu descendras du ciel avec des chapitres par millier.,
Pour l'instant, celui qui descendra du ciel ferait trembler de honte le père fouettard. :mrgreen:
Spoiler
Et celui qui l'attend en bas a déjà tué le père Noël. :oops:
Image


😁
Je sais pas pourquoi mais le passage indirecte de radditz m'a fait plaisir pourtant on vie l'action perpétré à travers des " on dit" mais je trouve que cela renforce le côté angoisse vécu par Les shinobis.
Bien content que ça t'ait plu !
Imagine-toi maintenant dans ce nouveau monde Shinobi, avec des communications difficiles et un Raditz qui, d'un instant à l'autre, peut découvrir que Konoha est toujours habité par les Shinobi parmi les plus dangereux qui restent. Si la nouvelle se répand, ça pourrait bien stresser dans les souterrains de Konoha...

Vraiment intéressant l'entraînement de naruto car on mixe un peu toute les étapes directement et d'une certaine façon sans passer par la cascade il aprivoise kurama Meme si il s'agit plus du chakra Que de l'animal. Mais je dirais que cest une étape intermédiaire entre le naruto jeune qui arrive à communiquer avec kyubi emprisonné et kyubi libéré poto Avec naruto.
Bien vu !
Bon, Kyûbi poto, c'est pas encore gagné. L'arrivée de Madara pourrait donner un léger élan dans ce sens, mais Naruto n'a pas créé autant de liens en amont ni prouvé sa force, deux éléments qui pourraient faire envisager au démon l'idée qu'il soit un allié potentiel.
Et pour être honnête, Jiraiya craint Kyûbi. Et c'est d'ailleurs une des motivations de son entraînement.
Enfin, on en saura plus au fur et à mesure de l'avancement du bordel, et surtout à la fin du 3ème round (qui risque d'être le plus long).

Madara oklm est badass
Spoiler
Image


Many a écrit:
Image


HO ! HO ! HO !
Image


Image


Un petit cadeau du Père Many en coup de vent (c'est comme le Père Noël sauf qu'il arrive systématiquement un jour un retard :mrgreen: ) !!
Magnifique. 8-)
Très honnêtement, je préfère le Père Many à l'imposteur rouge. Parce que voir se dessiner les écrits de SvS, pour moi ça n'a pas de prix !!
L'image est excellente. En plus, tu dessines les scènes qui m'ont le plus fait kiffer à l'écriture... Parce que franchement, Aizen-sama qui rencontre l'Aïeul des Shinobi, ou Raditz qui se prend un Tsukuyomi dans la face, c'est juste 2 des scènes improbables que j'aurais rêvé de voir en images.
Merci d'avoir exhaussé mon souhait, Shen... Many. :twisted:

Encore une scène qui m'a pas mal hypé, la rencontre et le combat psychologique entre Aizen et le Rikudo ! J'ai adoré !
Je poursuis toujours ma lecture de ta fic même si j'ai un peu perdu mon rythme de croisière par manque de temps héhé... Gaffe à mon prochain PAVÉ NO JUTSU pour la fin du round 2 8-)
YEAH ! En plus, la fin pourrait te plaire, si t'as aimé la fin du 1er. :D

Bisous bisous <3
Merci pour ce commentaire (et ce dessin épique). :twisted:
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 794
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Kurama_Senju le Lun Déc 31, 2018 22:11

CHAPITRE 120
Forces au sommet





Seul retentissait le son du détecteur du Saiya-jin dans cette forêt qui semblait retenir son souffle. Mais pour une fois, son propriétaire ne s'y attardait pas. Il n'en avait pas besoin pour voir l'homme à travers lui.

Comme lui, ce dernier était vêtu d'une armure de combat. Comme lui, ses longs cheveux noirs lui donnaient un air sauvage et inquiétant.

Comme lui, cet individu semblait – d'une certaine manière – étranger à ce monde. Et il était dangereux.

Zetsu avait clairement mis en garde Raditz concernant celui qui se tenait face à lui. Car la présence du symbiote à ses côtés ne laissait aucun doute sur son identité au Saiya-jin.

C'était lui, celui que l'entité maléfique de l'Akatsuki avait tout fait pour ramener à la vie, au prix du retour de l'envahisseur et de la mort de Pain.

Le guerrier n'avait cessé d'y penser. Comment un être terriblement calculateur – son plan en était bien la preuve – pouvait-il choisir de sacrifier un pion aussi important que Pain tout en permettant à l'indétrônable envahisseur de revenir, plus dangereux que jamais ? Le défunt chef de l'Akatsuki s'apparentait à un dieu vivant aux yeux des Shinobi. Et sa menace avait même permis de contenir un temps les pouvoirs du Saiya-jin qui dépassaient pourtant de loin les concepts de puissance des ninjas.

Mais à présent que Raditz se tenait face à Madara, tout s'éclaircissait. En fait, avant même toute analyse du niveau de puissance de la légende revenue des ténèbres, une évidence s'imposait. Cet individu dégageait quelque chose d'effroyable. En cela, il se distinguait encore plus des Shinobi que Pain.

Pouvait-il exister dans ce monde quelqu'un de plus redoutable que le défunt chef de l'Akatsuki aux six corps divins ? Cette seule idée faisait frissonner Raditz.

Mais ce qui le troublait encore plus se trouvait dans les paroles prononcées par le plus grand Uchiha de l'Histoire. Il ignorait si ses mots se teintaient d'une quelconque forme d'ironie. Mais peu importait, car ça n'en changeait guère le sens.

Le Saiya-jin, imposé depuis son arrivée comme étant le pire cauchemar du monde Shinobi, s'était jusqu'alors toujours vu placé sur un certain piédestal – positif ou négatif. Même les plus redoutables adversaires qu'il avait rencontrés l'avaient toujours considéré comme étant à part, étranger, brisant les règles de ce monde.

Pourtant, Madara venait clairement de le considérer comme un simple Shinobi. Sans aucune préparation à cette rencontre, et alors même que, contrairement à tous les autres individus de ce monde, il découvrait pour la première fois son énergie bouleversante, Madara Uchiha pouvait-il réellement le qualifier seulement de prometteur ?

Étonnamment, Raditz ressentit quelque chose de bien étrange à cette évocation. Bien sûr, le compliment lui passait par dessus la tête. Mais cette phrase faisait s'imposer en lui les dernières paroles prononcées par son homonyme au masque : « Tu n'es qu'un élément intégré à l'impitoyable destin du monde Shinobi qui est maintenant aussi le tien... ! ».

Pour la première fois, le Saiya-jin se trouvait réellement confronté à l'idée de n'être plus seulement un total étranger de ce monde...

Il chassa cette pensée et se concentra sur l'instant présent.

Sa première déduction était qu'il faisait face à un individu inconscient. Aucun Shinobi sensé n'aurait prononcé de telles paroles à la vue de Raditz, encore moins alors même qu'il s'imposait sous sa plus grande forme à leur première rencontre.

Mais le Saiya-jin fronça les sourcils. Madara ne pouvait pas être insensé.

Ses mots s'apparentaient-ils alors plus à du bluff ?

Pour Raditz, cette hypothèse s'avérait séduisante. Mais elle s'opposait à son intuition.

Non, Madara Uchiha n'était ni insensé, ni un idiot jouant sa vie sur un simple bluff.
Il avait vécu une vie entière et vaincu le trépas.
Ses mots, bien que potentiellement teintés d'une part calculée d'ironie, ne trompaient personne.

Raditz lui-même avait déjà entendu parler de Madara Uchiha, lorsqu'il se trouvait à Konoha ; les plus anciens habitants – ceux de la génération de l'Hokage de l'époque – leur attribuaient même une ressemblance troublante.
Mais Madara Uchiha, c'était aussi l'un des deux fondateurs du village de Konoha, et le plus grand rival historique de l'Hokage, premier du nom.

Était-ce donc cela, la grandeur de l'ancienne génération Shinobi ? Pouvait-il avoir existé de pareils monstres chez les ninjas, pour seulement voir dans le Saiya-jin qui avait fait baver toute une civilisation un simple individu prometteur ?

Ce qu'il observait déjà dépassait nettement le niveau des grands Shinobi. L'armée gisant derrière lui en était d'ailleurs une preuve incontestable. Mais, plus que tout, Raditz connaissait un minimum d'atouts dissimulés par cet individu.

Car il était un Uchiha. Et l'envahisseur en avait déjà combattu un – lequel s'était d'ailleurs imposé comme l'un de ses plus dangereux ennemis. Cela signifiait donc que, comme lui, Madara disposait du Sharingan, la terrible pupille capable de considérablement renforcer les capacités de son propriétaire. Et pour le Saiya-jin, il ne faisait aucun doute que l'homme face à lui pouvait même aller bien au-delà de ça.

Le visage de Raditz se contracta davantage en réalisant soudainement qu'il se tenait face à un homme combinant non seulement l'expertise de l'un des clans les plus redoutables du monde, mais également une expérience qui ferait passer Danzō pour un gamin inoffensif.

Tout en analysant son Chakra, Raditz ne pouvait se fier à son détecteur. Ses sens eux-même trouvaient leurs limites au contact de cet individu si mystérieux. Pourtant, l'intuition du Saiya-jin était claire...

* Cet homme... dissimule une puissance incroyable. *

C'était une évidence. Et Raditz le savait à présent.

Celui qui lui faisait face n'avait rien du Shinobi ordinaire. En fait, il n'était même pas un Shinobi extraordinaire, comme Itachi, Danzō ou même Pain. Rien chez lui ne montrait une quelconque influence du monde ninja. Il ne cherchait pas à l'améliorer, l'utiliser ou le dominer.

Car cet individu était à l'origine même du système.

Cela ne faisait plus aucune doute pour Raditz. Cet homme était de sa trempe.

Comme lui, on ne pouvait guère le définir selon les codes communs, à l'instar d'une anomalie.

Raditz, guerrier d'un autre monde, faisait face à un guerrier d'un autre âge.

Car Madara était un combattant. Sa tenue, son regard, son calme, sa prestance, tout chez lui imposaient un respect qui touchait même l'envahisseur jusqu'alors invaincu.

Et les paroles de l'Uchiha légendaire concernant cette génération prenaient ainsi brutalement tout leur sens.

Une goutte de sueur perla le front de Raditz quand il s'imagina débarquer sur ce monde quelques décennies auparavant. Aurait-il pu ne pas être l'être le plus puissant ?

Aurait-il pu être vaincu... par la force ?

Il sentait son cœur accélérer. Étrangement, par delà la prudence, il ressentait une forme d'excitation grandissante. C'était son sang de Saiya-jin.

Les techniques ninjas classiques perdaient leur effet sur Raditz. Il en avait – malgré lui – exploré toutes les subtilités. Il les connaissait. La surprise ne fonctionnerait plus. Le Ninjutsu, le Taïjutsu, le Genjutsu, le Senjutsu, les multiples Dōjutsu et les sceaux les plus puissants du monde Shinobi ne dissimulaient plus de secret pour lui.

Plus que tout, l'inégalable fonctionnement du combat ninja était devenu sien.

Aujourd'hui, il pourrait absolument tout contrer ou s'adapter. Pour le vaincre, il ne restait plus qu'une seule solution. Et celle-ci, aucun Shinobi rencontré jusqu'alors n'avait su en faire preuve, car elle dépassait leurs capacités.

Et pourtant, il s'agissait de la plus ancienne amie de Raditz : la puissance.

Jamais personne n'en avait dévoilée de suffisante pour inquiéter le Saiya-jin. Cela s'accompagnait chaque fois de nombreux autres artifices. Mais ceux-ci ne fonctionneraient plus maintenant. L'inconnu avait disparu. Et la peur qui l'accompagnait autrefois s'effritait.

Raditz était curieux.

Se pouvait-il que Madara dévoile une puissance digne d'un Saiya-jin ?

Cette fois-ci, aucun Scouter ne lui indiquait plus rien. Même ses propres sens devenaient caduques.

Car Raditz avait une certitude.

Le cœur de l'homme face à lui vibrait de cette même excitation naissante face à cette interrogation terriblement excitante... Car cette question chamboulait totalement la vision de Raditz du monde des ninjas par sa totale nouveauté.

Lequel des deux était le plus fort... ?

– Ça suffit, intervint soudain Zetsu noir, sentant la pression de l'air augmenter franchement tandis que se déchaînait peu à peu un vent de puissance pure entre les deux guerriers.

Zetsu blanc fronça les sourcils sur sa face qui se recouvrait de sueur. Un étrange sentiment parcourait l'atmosphère.

– Madara est-il... en danger... ? chuchota-t-il à sa moitié, visiblement mal à l'aise.
– Il est celui dont je t'ai parlé... reprit Zetsu noir à l'adresse de l'Uchiha, profitant de la brève interruption des deux guerriers. D'une certaine manière, on peut dire qu'il est, pour l'instant... notre allié.

Ce dernier mot résonna parmi les arbres, comme pour se graver dans l'atmosphère, tel un pacte inavoué. Le profond silence qui s'imposa par la suite dénotait d'un étrange sentiment.

– Madara, intervint alors Zetsu blanc, son timbre provocateur se mêlant au malaise, Raditz.

Il prit une profonde respiration avant de lever son regard vers le Saiya-jin.

– Raditz, poursuivit-il alors. Madara.

Présentations faites, elles n'apportaient du reste aucune utilité. Mais c'était dit. Cela ne généra aucun changement dans l'intense échange de regard qui liait les deux concernés.

Raditz s'était toutefois calmé depuis l'intervention de Zetsu noir, lequel l'avait fixé avec une intensité particulière au moment de prononcer son dernier mot : « allié ».

S'agissait-il donc vraiment de ce qu'il voyait en lui ?

Quoi qu'il en fût, le plus sage aujourd'hui restait de suivre son conseil. Après tout, Zetsu lui avait assuré que s'il respectait leur pacte de non agression, alors l'Akatsuki en ferait de même. Et si faire confiance à une pareille entité frôlait la folie, attaquer un individu potentiellement plus dangereux que Pain pour le seul plaisir de combattre à pleine puissance revenait à plonger dedans.

Pire : selon Zetsu, ils partageaient quelques objectifs communs et pourraient même s'avérer utiles l'un pour l'autre.

L'objectif premier de l'envahisseur – sa mission – restait le nettoyage de ce monde. Et cela semblait plus ou moins correspondre au souhait de Madara.

Raditz se souvenait particulièrement bien de son échange avec Zetsu, alors même qu'il pétrissait sous le poids du châtiment de Pain. Lorsque le Saiya-jin, choqué par cette proposition d'alliance, avait évoqué son intention de tuer tous les ninjas, la réponse de l'entité maléfique avait fait frissonner le pourtant réputé impitoyable envahisseur : « Le Chakra retournera dans la terre... ».

Au-delà même du sens de ces mots, Zetsu n'avait montré absolument aucun attachement pour l'intégralité de ce qui, pourtant, devait être son peuple.

Alors, Raditz se surprit pour la première fois à ressentir une forme d'empathie pour le monde Shinobi. Car, chose inédite, il réalisait n'être plus le seul loup débarqué dans la bergerie.

* Ce monde... n'a vraiment pas de chance. *

En dépit de son excitation grandissante, Raditz parvenait toutefois à garder sa lucidité concernant Madara. Il était potentiellement trop dangereux de l'attaquer. Il ne connaissait rien de lui. S'il était plus fort que Pain, Raditz pourrait peut-être quand même le vaincre aujourd'hui, s'étant maintenant parfaitement acclimaté au monde Shinobi. Mais rien n'était sûr. Prendre de tels risques ne présentait aucune utilité, surtout qu'il avait finalement bien plus à gagner à collaborer, au moins sur le court terme.

– Uchiha Madara, le salua Raditz dont le timbre respectueux se voulait dégager une menace provocatrice parfaitement dosée. C'est un honneur...

D'un geste, il appuya sur son Scouter, marquant le point représentant l'Uchiha légendaire d'un motif unique. C'était bien la première fois que Raditz utilisait ce symbole que peu de son peuple s'autorisaient jadis à utiliser, par fierté...

Associé au point représentant Madara Uchiha, Raditz avait placé le symbole du danger.

– Nous nous recroiserons sans doute... reprit le Saiya-jin d'une voix calculée.

Puis il éclata d'un rire amusé en s'éloignant dans les cieux à pleine vitesse. Madara haussa les sourcils.

– Ah, je vois, commenta ce dernier d'un ton teinté de déception. Quel dommage...

Il reprit calmement sa route, comme si rien ne s'était produit, son épaisse chevelure noire virevoltant au rythme de ses pas autour du symbole des Uchiha tandis qu'il s'éloignait de ce lieu d'une rencontre insupportable pour le destin Shinobi.

– Il aurait fait un ennemi intéressant...

***


Tout en volant parmi les cieux, Raditz gardait son regard sur le signe du danger affiché par son Scouter. Pour l'heure, il se contenterait d'en rester éloigné. L'excitation qui l'avait traversé face à lui ne devait plus se dévoiler de nouveau, car elle lui ôtait tout le discernement qu'il avait appris malgré lui depuis son arrivée sur ce monde.

Croisant les bras en survolant les forêts, Raditz se demandait quand même comment tout cela tournerait. Les Shinobi se cachaient particulièrement bien maintenant. Il savait qu'ils communiquaient et parvenait à les mettre en défaut grâce à cela.

Il trouvait dommage que l'armée du Ninja Gardien ait été si vite abattue. Il l'aurait évidemment achevée tôt ou tard, mais il espérait davantage les concernant.

Peu importait : trouver des larbins pour récolter des informations ne serait pas un problème.

Et avec l'Akatsuki à ses côtés, les choses devraient s'accélérer.

Il plaça une main dans son armure et en sortit une unique graine. Elle lui avait été laissée par Zetsu à l'époque, pour communiquer, si cela s'avérait nécessaire. Bien que cette idée le rebutât, Raditz jugea utile de conserver précieusement cet étrange outils : le monde Shinobi allait évoluer, et plus seulement par sa présence ; mieux valait rester le premier informé...

Une chose était sûre : sa mission initiale n'impliquait pas un nettoyage collaboratif, mais l'extermination pure et simple de toute créature potentiellement dérangeante. Et cela allait du juvénile aux cris dérangeants jusqu'au plus puissant guerrier, lequel venait de se présenter de lui-même aujourd'hui.

Autrement dit, là où les plans pourraient diverger à terme se trouvait être dans le fait que théoriquement, celui de Raditz impliquait également l'élimination de l'Akatsuki.

Et il se demandait d'ailleurs si le plan de l'organisation terroriste n'impliquait pas également sa propre fin.

Ses yeux se posèrent sur l'horizon d'un monde baigné sous l'intense lumière du Soleil.

* Au pire, ça devrait être suffisant pour survivre... Et pour le cas Madara... *

Ses sourcils se froncèrent tandis qu'un terrible frisson parcourait son échine.

* Je laisserai gérer Vegeta. *

***




C'était l'heure !

Naruto allait enfin découvrir la suite de son entraînement. En dépit de l'excitation, l'étrange atmosphère du Mont Myōboku combinée à son épuisement jusqu'alors inavoué avaient eu raison de lui. Mais ce n'était pas plus mal. Il se sentait maintenant fortement requinqué, à tel point que ses performances de la vieille lui apparaissaient comme d'une simplicité déconcertante aujourd'hui.

Et cela tombait bien, car d'après Jiraiya, il aurait franchement besoin d'être frais pour appréhender la suite...

* AAAH ! pensa-t-il soudain regardant la hauteur du Soleil dans le ciel. Je suis en retard ! *

Le jeune Uzumaki, à peine réveillé, se leva d'un bond, attrapa son petit-déjeuner à la volée – lequel était constitué d'une forte variété d'arthropodes dont il s'était fatalement habitués – et fusa en direction du lieu de rendez-vous, non loin d'une série d'étranges plantes desquelles coulaient de délicats courts d'eau. Le Mont Myōboku ne cessait d'émerveiller Naruto par la richesse de ses paysages et l'apaisement global que cela procurait. Méditer devenait parfaitement naturel, même pour un Genin surexcité, et on en oubliait franchement vite la position de très haute altitude des lieux...

Mais l'heure n'était plus à ces considérations. Arrivant dans une glissade effrénée, Naruto remarqua sans surprise que Jiraiya, Tsunade ainsi que les deux vieux crapauds l'attendaient.

– Une heure et sept minutes de retard, fit remarquer Tsunade d'un ton blasé.
– Tu as bien fait de lui fixer rendez-vous une heure trop tôt, mon petit Jiraiya, fit remarquer Fukasaku.
– Hein ? s'offusqua Naruto. Vous avez...
– Ça suffit
, coupa aussitôt le Sannin.

Il décroisa les bras.

– On n'a pas de temps à perdre. Raditz est de retour... Et j'ai un... mauvais pressentiment.

Il jeta un regard concerné en direction de Tsunade. Naruto se sentit alors honteux. Fonçant les sourcils, il frappa de son poing contre sa paume ouverte.

– Je suis prêt !

Jiraiya reporta son attention sur lui. Il resta un moment silencieux, comme s'il hésitait à poursuivre. Puis l'expression de l'ermite s'assombrit.

– En es-tu sûr ?
– ... ?
– Ce que tu t'apprêtes à apprendre n'a rien de commun avec l'enseignement Shinobi classique. Pour être honnête, de tous mes disciples, le seul à s'y être penché... est le Yondaime Hokage.


Les yeux de Naruto se mirent étrangement à briller. Mais cela n'échappa pas à son maître qui soupira.

– Ce n'est pas un entraînement qu'un gamin devrait...
– Je sais
, coupa aussitôt Naruto, son timbre devenant étrangement plus sérieux. Mais j'ai déjà dépassé l'enseignement Shinobi classique...
– ... ?
– ... avec Raditz.


Tsunade haussa les sourcils, surprise de voir Naruto évoquer ainsi l'entraînement dont lui avait déjà parlé Jiraiya. La mine de Naruto, jusqu'alors totalement expressive, devenait désormais totalement insondable.

Et pour la première fois, la plus grande ninja médecin du monde se surprit à ressentir un étrange sentiment d'empathie vis à vis de cet orphelin. Car elle réalisait que ce petit être qui lui faisait face partageait avec elle un passé plus profond que la majorité des Shinobi qui ne voyaient en lui qu'une arme de destruction massive.

Jiraiya, ressentant le trouble s'installer, décida de rompre le silence. Et il savait qu'il devait frapper fort pour capter l'attention du jeune Uzumaki dans un moment pareil.

Cela tombait bien.

– Naruto, il est temps pour moi de te faire découvrir... le plus puissant secret de la grandeur d'un ninja légendaire.

L'interpellé lui jeta un regard intrigué.

– Pa', Ma', poursuivit le Sannin à l'adresse des deux crapauds, prêts pour une petite démonstration ?

Les deux batraciens se placèrent chacun sur une de ses épaules. Et Jiraiya s'assit alors en tailleur à même le sol.

Naruto mourrait d'envie de savoir ce qu'il faisait, mais il retint étrangement la question de sortir de ses lèvres. L'atmosphère autour de lui semblait étonnamment réagir à la concentration excessive de l'ermite.

Tsunade, bien que peu surprise, ne put toutefois s'empêcher d'être curieuse. Sans perdre de son regard fasciné son acolyte, elle plaça machinalement son avant-bras contre le torse du jeune Naruto qu'elle força ainsi à reculer de quelques pas sécuritaires tandis que semblait vibrer le Chakra environnant.

Le visage de Jiraiya se déformait peu à peu, s'allongeant en même temps que ses mains et ses pieds se palmaient légèrement. Les marques entourant ses yeux semblèrent s'étirer avec ses pupilles.

Sa transformation se stabilisa tandis que les vieux crapauds sur ses épaules se concentraient à leur paroxysme.

Et Jiraiya releva la tête, dévoilant son nouveau visage oscillant entre l'humain et le batracien.

Spoiler
Image


– Désolé, Tsuna... marmonna-t-il. Il n'est pas dans mes habitudes de me présenter ainsi devant une Dame...

Mais Tsunade, bien que décontenancée, semblait tout sauf outrée par la nouvelle apparence de Jiraiya. Tout chez lui respirait une puissance surhumaine qui forçait le respect.

Même Naruto s'était tu, ne laissant même pas s'exprimer ce qui, en d'autres temps, aurait été une réaction prévisible de sa part concernant la face de son mentor. Bouche-bée, il réalisait enfin ce qui faisait la grandeur de Jiraiya.

– Naruto, l'interpella alors ce dernier.

Il savait, au visage du jeune ninja, qu'il avait déjà capté toute son attention.

– Suis-moi.

Alors, le maître et l'élève s'éloignèrent dans un silence total. Tsunade ne put s'empêcher de rester un moment immobile, le regard figé sur leurs dos, frappée par une soudaine nostalgie.

C'était comme voir Jiraiya et Minato marcher côte à côte.

Elle se décida enfin à les suivre à distance, sa curiosité prenant le dessus.

Ils arrivèrent rapidement sur le lieu qui les intéressait. Il était composé d'une multitude de crapauds de pierre. Jiraiya fit signe à Naruto de s'arrêter, puis lui-même s'avança vers l'une des immenses statues.

Naruto le regarda avec étonnement, intrigué. Et Jiraiya s'abaissa, plaçant ses mains sous la pierre du colosse immobile le plus proche qui devait cumuler au moins autant de tonnes que d'années.

Et il le souleva !

Dévoilant une expression de fierté sous le regard émerveillé de son disciple, Jiraiya sentit soudain son dos craquer et il perdit l'équilibre. L'immense statue bascula.

– Merde ! s'exclama Fukasaku. Rattrape-la !

Mais trop tard : elle lui échappait des mains. Et alors qu'elle allait s'écraser violemment sur le sol, elle fut retenue par une tierce personne...

– Imbécile, grommela Tsunade, prenant le monument des mains de son associé comme s'il ne s'agissait que d'un simple objet banal. Je te rappelle que tu étais totalement paralysé il y a à peine quelques semaines. Ce n'est pas parce que tu es guéri qu'il faut faire des folies.

Jiraiya et Naruto ouvrirent grand les yeux tandis que Tsunade reposait délicatement le monstre de pierre.

– Elle vient de complètement briser ton effet, lui fit remarquer Fukasaku.
– Mon pauvre Jiraiya... compatit Shima.

Jiraiya se gratta la tête d'un air penaud, puis il reporta son regard en direction de Naruto, lequel semblait à présent plus terrifié par Tsunade qu'autre chose.

– Dire que je l'ai affrontée au bras de fer... marmonna-t-il.

Il avala péniblement sa salive.

– Et tu pourrais bien être en mesure de la battre, reprit Jiraiya.

Naruto tourna son regard dans vers son aîné.

– Eh oh ! s'exclama Tsunade à son adresse. Lui raconte pas des trucs pareils.
– Laisse-moi faire mon taff !
ronchonna Jiraiya.
– On dirait un vieux couple... commenta Naruto.
– PAS DU TOUT ! tonna la Sannin, alors même qu'elle aurait juré entendre un « vraiment ? » sortir de la bouche de son alter-égo.

Tournant son regard noir dans sa direction, elle remarqua avec satisfaction qu'elle avait été devancée alors même que l'ermite se prenait un coup simultané de chacun des deux batraciens sur ses épaules.

– Et pourquoi vous me montrez tout ça ? s'agaça Naruto. Je veux pas ressembler à un crapaud, moi !
– Je pense... que tu ne devrais pas sous-estimer le mode Sennin...


Jiraiya reprit aussitôt contenance en se raclant la gorge.

– Ceci, Naruto, est l'art le plus abouti d'un Shinobi.

Naruto tourna son regard vers Tsunade, comme pour voir ce qu'elle aurait à ajouter cette fois. Mais celle-ci, d'un infime signe de tête, l'intima à écouter l'ermite.

– ... Au-delà du Ninjutsu, du Taïjutsu et du Genjutsu... Voici le Senjutsu.

Naruto fronça les sourcils.

– Vous allez rester un crapaud indéfiniment ?

Jiraiya et Tsunade se jetèrent un regard las. Puis l'ermite retrouva peu à peu sa forme normale tandis que s'extirpaient de son corps les deux batraciens.

– Le mode Sennin est limité, et ma maîtrise incomplète. J'ai besoin des deux crapauds pour m'aider à synchroniser l'énergie naturelle. Sans eux, je serais incapable de maintenir le flux correctement, ou alors je finirais comme ces crapauds de pierre...

Voyant Naruto grimacer, Tsunade s'installa aux côtés de Jiraiya

– Cette technique fait de Jiraiya l'un des plus puissants Shinobi du monde.

Le concerné fronça les sourcils.

– À partir de maintenant, murmura-t-il, on entre dans un domaine que les plus grands Shinobi n'ont qu'à peine exploré. En fait, le Yondaime Hokage lui-même ne maîtrisait pas parfaitement le mode Sennin.

Les yeux de Naruto se mirent à briller d'excitation.

– Comme tu as pu le voir, le mode Sennin des crapauds renforce considérablement les capacités physiques. Il confère également, à moindre mesure, des sens accrus et une certaine aptitude de régénération... Cependant, il possède deux principaux défauts, qui le rendent si difficile d'utilisation en combat même par les plus grands experts.

Jiraiya soupira.

– Le premier, c'est l'énergie naturelle...
– Jiraiya a raison
, intervint Fukasaku. On explore un domaine vraiment à part. L'énergie naturelle ne correspond pas au Chakra tel que les Shinobi ont appris à l'utiliser. C'est une source extérieure, qui vient se greffer au Yin et au Yang de l'utilisateur. Cela demande un équilibre parfait et une certaine sensibilité. C'était, entre autres, l'un des objectifs de la première étape de ton entraînement. Mais ce n'est pas le principal frein...

Naruto haussa les sourcils.

– Bien que l'énergie naturelle soit proportionnelle à la puissance de l'utilisateur, reprit le maître batracien, sa facilité de maîtrise l'est également.

Prenant un bâton, le vieux crapaud dessina deux cercles de tailles différentes à même le sol qu'il divisa chacun en trois parts.

– Le Yin, le Yang et le Senjutsu ont toujours les mêmes proportions d'efficacité optimales. Mais le plus grand potentiel énergétique de base aura plus d'aisance à équilibrer ses énergies.
– Hein ?
– Plus t'as de Chakra, plus c'est facile
, lui chuchota Tsunade, ayant visiblement anticipé sa réaction ahurie.
– Ah... ! Alors pour moi...
– Tu dispose d'une quantité de Chakra très élevée pour ton âge
, l'informa Jiraiya.

D'abord pétillant, le regard de Naruto s'assombrit.

– Pour mon âge...
– Le mode Sennin nécessite une quantité de Chakra phénoménale. Je te l'ai déjà dit, seuls quelques Shinobi d'élite d'exception en seraient capable. Ce n'est pas quelque chose qui s'enseigne à un gamin de 13 ans, même avec de telles dispositions.


Naruto fronça les sourcils.

– J'ai assez de Chakra ! Je vais y arriver !
– Non.


Jiraiya croisa de nouveau les bras.

– Pas encore. Tu es trop jeune. Mais ton potentiel est tel que d'ici trois ans, tu seras peut-être en mesure de...
– TROIS ANS ?!
répéta Naruto, choqué. ON A PAS TROIS ANS !!!
– Tu as raison...
lui concéda enfin l'ermite.

Un léger sourire se dessina sur ses lèvres.

– C'est là que vient le génie de mon entraînement, reprit fièrement Jiraiya. Pour être honnête, sans Raditz, je n'aurais jamais pu t'apprendre une telle chose aussi tôt. Mais comme il t'a fait maîtriser une portion du Chakra de Kyūbi, il t'a, en quelque sorte, permis d'augmenter ta réserve de Chakra significativement.

Il le fixa avec sérieux.

– Autrement dit, en utilisant cette portion du Chakra de Kyūbi, ta réserve dépasse allègrement celles de la grande majorité des Shinobi. Et le mode Sennin devient plus facile d'apprentissage, en plus de te rendre d'autant plus puissant.
– Le truc des crapauds sur la couverture du renard ?
murmura Naruto d'une voix rêveuse. La classe... !

Fukasaku se racla la gorge.

– Il y a un autre défaut, reprit-il. C'est la durée.

Naruto haussa les sourcils.

– Que voulez-vous dire ?
– Le mode Sennin nécessite un temps pour rassembler l'énergie naturelle. Puis celle-ci peut être utilisée environ cinq minutes, après quoi le mode Sennin s'estompe.
– Cinq minutes ? C'est court...
– À vrai dire, c'est normalement suffisant pour battre à peu près n'importe quel adversaire... de ce monde. Et c'est pourquoi nous nous intégrons au corps de Jiraiya. Nous servons ainsi d'antenne à énergie naturelle, pour à la fois rassembler et contrôler le flux d'énergie naturelle et équilibrer sa perte.


Naruto s'imaginait déjà arborer fièrement les deux crapauds sur ses épaules.

– Malheureusement, ça ne sera probablement pas aussi simple pour toi... soupira le vieux crapaud qui tourna son visage vers Jiraiya.
– J'ai déjà réfléchi à ça, expliqua ce dernier. Je doute que ça soit possible, encore plus si on utilise le Chakra rouge...
– Pourquoi ?
– Kyūbi...


Naruto soupira en pensant à son odieux démon. Même avec son contrôle d'une portion du Chakra du Renard, la haine de ce dernier restait trop forte pour permettre à un corps étranger de se synchroniser avec son Chakra.

– Mais ce n'est pas un problème. Car c'est là que Tsunade intervient.

Naruto la fixa avec surprise.

– Vous aussi, vous maîtrisez le mode Sennin ?

Elle croisa les bras.

– Le Mode Sennin ? Je n'en ai pas besoin...

Un sourire mystérieux se dessina sur son visage.

– ... pas avec le Byakugō.
– Attendez... Vous allez m'apprendre un truc aussi cool que le Mode Sennin ?
– Sûrement pas. Ne compte pas sur moi pour te lancer dans une technique aussi complexe et dangereuse.


Face à la mine décontenancée de Naruto, elle ne put s'empêcher d'étirer légèrement son sourire.

– ... mais on va peut-être en explorer la surface...

Jiraiya ne put s'empêcher de sourire à son tour en croisant le regard pétillant de son plus jeune disciple.

– Le Byakugō est une technique médicale qui nécessite à elle seule un entraînement aussi poussé que celui du Mode Sennin. expliqua Jiraiya. Je ne pense pas que tu saisisses pleinement la mesure de ce que cela représente...

Naruto fronça les sourcils.

– Mais la base est une technique de sceau héritée de Mito Uzumaki. Elle consiste à stocker une certaine quantité de Chakra au niveau de ton front.
– Stocker mon Chakra ? Vous voulez dire que...
– ... à terme, tu apprendras à stocker l'énergie naturelle.


Fukasaku regarda les deux Sannin d'un air pensif. Puis son regard se posa sur Naruto.

* Avoir ces deux là comme maîtres... ! *

– Pour récapituler, reprit alors Jiraiya, conscient d'avoir pleinement capté l'attention de son jeune disciple. La première étape t'a aidé à t'équilibrer avec la portion du Chakra de ton démon pour être réceptif à l'énergie naturelle. Et les deux étapes suivantes, qui seront faites en parallèle, te permettront de la stocker et de l'utiliser avec puissance et endurance.

Naruto ouvrit grand les yeux de stupeur.

– Je serai aussi fort que vous ?
– C'est possible...
reconnut mystérieusement le Sannin.

Et, tandis que Naruto laissait vivement échapper sa motivation, Tsunade se rapprocha de son acolyte.

– Avec ça, personne ne pourra...
– Si
, coupa aussitôt Jiraiya. J'ai utilisé le mode Sennin contre Raditz, à deux reprises.

Naruto ouvrit grand les yeux de surprise.

– Incroyable...
– Je n'ai pas eu la moindre chance.
– ... Mais alors, pourquoi... ?
– Pourquoi utiliser le mode Sennin ?


Jiraiya éclata de rire.

– Parce que si je ne l'avais pas utilisé, je ne serais plus de ce monde.

Naruto grommela quelque paroles inaudibles et pourtant parfaitement imaginables concernant son état guère plus enviable des derniers mois.

– Et puis, reprit Jiraiya dont le regard se mettait à briller. Parce que je sais d'expérience que les Sannin fonctionnent mieux... à trois.

Tsunade lui jeta un coup d’œil étrangement complice.

* Je me demande ce que dirait Orochimaru, s'il découvrait son futur successeur... *

Et Naruto s'imagina alors combattre d'égal à égal aux côtés de ses deux mentors. Les trois Sannin contre le Saiya-jin, cela sonnait plutôt bien...

– Tu ne lui as pas tout dit... souffla alors Tsunade, accusatoire, dans l'oreille de Jiraiya.
– C'est vrai, reconnut Jiraiya, tout aussi silencieusement. Mais si ce gamin avait une idée prématurée du réel potentiel de la quatrième étape...

Il fronça les sourcils.

– ... il pourrait tenter quelque chose de stupide.
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 794
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar biskus le Mar Jan 01, 2019 17:58

Dernier chapitre de l'année et premier commentaire de la nouvelle .

Deja une bonne année à toi et une très bonne santé car c'est le plus important .

J'ai adoré cette bataille de regard entre radditz et madara . Je pense que mieux sa aurait ete dur.

L'entraînement de naruto aussi une variante a ses clones le stockage d'énergie . Tres originale et surtout tres imprévue . Pour coup je dirais que naruto apprend mieux que dans le manga car .... il n'utilise pas de clone lors de son entraînement .

Hâte de voir ce qu'il va devenir car il manque dans son arsenal son élément 🤔.
biskus
 
Messages: 239
Inscription: Sam Oct 18, 2014 12:36

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Kurama_Senju le Mer Jan 02, 2019 20:45

biskus a écrit:Dernier chapitre de l'année et premier commentaire de la nouvelle .
8-) 8-) 8-)

Deja une bonne année à toi et une très bonne santé car c'est le plus important .
Merci, à toi aussi biskus !

J'ai adoré cette bataille de regard entre radditz et madara . Je pense que mieux sa aurait ete dur.
Bien content que ça t'ait plu, j'espérais ne pas trop me louper là-dessus : après tout, c'est la première fois que Raditz reconnaisse un homme comme de sa trempe chez les ninjas (il aura fallu 120 chapitres :oops: ).
La rencontre Raditz / Madara, c'est un peu un aboutissement de tout ce que Raditz a traversé. D'envahisseur extérieur, il se retrouve maintenant beaucoup plus impliqué dans le bordel du monde qui n'aurait dû être qu'une simple mission de basse-classe.

L'entraînement de naruto aussi une variante a ses clones le stockage d'énergie . Tres originale et surtout tres imprévue . Pour coup je dirais que naruto apprend mieux que dans le manga car .... il n'utilise pas de clone lors de son entraînement .

Hâte de voir ce qu'il va devenir car il manque dans son arsenal son élément 🤔.
Exact !
Le chemin sera légèrement différent concernant l'apprentissage de Naruto. L'aspect Ninjutsu me semble aussi être la signature de Kakashi. Ça ne veut pas dire que Naruto ne l'exploitera pas ici, mais je voulais créer quelque chose de nouveau avec les Sannin... et notamment exploiter davantage son potentiel Uzumaki.
D'autant plus que je n'aime pas forcément trop l'idée d'un Naruto expert en Ninjutsu, déjà parce qu'il est censé être imprévisible et à part, ensuite parce qu'il est le fils de Kushina, laquelle n'était vraiment pas douée au Ninjutsu (ce qui n'exclue pas un niveau monstrueux par ailleurs). Bref, ici, on exploite différemment le potentiel de Naruto avec ce qui avait déjà été initié par Raditz : on sort du cadre classique de Ninja pour aller taper dans d'autres atouts.
Mais ça n'exclue pas le fait qu'il se pourrait bien que le Naruto de ma fic retrouve de nombreuses similitudes avec celui du manga original plus tard ; seulement, le chemin sera différent. En attendant, y'a moyen que Gokû lui vole la vedette sur l'aspect Ninjutsu. :mrgreen:
Et puis, y'a une autre raison à cet entraînement si spécial. Mais ça ne sera découvert qu'à la quatrième étape.
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 794
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

Re: Shinobi vs Saiya-jin

Messagepar Kurama_Senju le Mer Jan 09, 2019 21:56

CHAPITRE 121
Au-delà des sens





Au cœur du Pays de l'Eau se tenaient d'épaisses excroissances de terre qui pouvaient s'apparenter à des montagnes. Pourtant, celles-ci recelaient en fait un secret dissimulé depuis bien des siècles...

Plusieurs clans, qui se sépareraient par la suite pour fonder les villages cachés d'Iwa et de Kiri, s'étaient unis dans la construction d'immenses mines. Car de précieux minerais parsemaient jadis ces obscures cavernes.

Rapidement, aux gigantesques roches naturelles s'étaient mêlées d'imposantes constructions humaines, se transformant peu à peu en colossales cathédrales souterraines. L'entreprise, particulièrement rentable, avait rapidement attisé la curiosité de nombreuses autres fractions de la région, jusqu'à devenir l'une des plus grandes villes jamais construites du monde Shinobi, et sans aucun doute la plus imposante sous la terre.

Une fois tout le précieux minerais récolté, cette immense bâtisse souterraine à l'architecture ancestrale s'était ensuite vue utilisée contre les catastrophes naturelles et les guerres qui avaient frappé à plusieurs reprises le cours des innombrables décennies.

Aujourd'hui, ces murs anormalement épais qui avaient fait leurs preuves face à l'Histoire se voyaient utilisés comme un bunker démesuré pour les survivants de ce monde à l'agonie.

Depuis que Konoha avait montré l'exemple en se dissimulant sous la terre, nombreux étaient les survivants qui avaient suivi l'exemple. Et dans ce lieu rassemblant d'anciens proches de la Mizukage, les bonnes idées étaient parvenues d'autant plus rapidement.

Ces immenses mines perdues sous la terre bénéficiaient d'une communication par radio très avantageuse avec l'ancienne dirigeante de Kiri, laquelle se trouvait actuellement à Konoha. De plus, la localisation géographique de cette cachette la rendait difficilement repérable tout en conférant à ses hôtes une excellente visibilité aérienne, ce qui leur assurait une certaine avance en cas d'attaque du Saiya-jin.

Du moins, ces idées étaient propagées jusqu'à très récemment.

Le fait qu'elles ne le fussent plus à présent s'expliquait très simplement : la dernière information en date des Shinobi guetteurs dévoilait une réalité qui balayait définitivement tout espoir infondé.

Un étranger à la longue crinière noire avait été identifié. Et il se trouvait, justement, dans ces mines.

La panique déchirait les cœurs de ceux qui couraient pour leurs vies dans ces gigantesques couloirs obscurs, craignant plus que tout subir l'infâme courroux de l'envahisseur si redouté...

Pourtant, si ces lieux n'abritaient pas que des ninjas aguerris, la discipline exemplaire mise en place chaque jour durant semblait porter ses fruits. Car ces mouvements désordonnés n'en avaient que l'apparence. Et tous savaient exactement où se rendre, sans se perdre au cœur de ces nombreuses bâtisses souterraines.

En à peine quelques minutes, la bonne majorité des individus de ces mines se trouvait au cœur d'une immense salle dont la lourde et épaisse porte de plusieurs mètres de hauteur se faisait lentement, péniblement fermer par un groupe de Shinobi. Une fois audible le bruit sourd du contact avec les piliers colossaux aussi hauts que des collines qui soutenaient les plafonds de roches du lieu, d'innombrables cliquetis sonores informèrent du verrou de la zone.

Il s'agissait de la salle la plus sécurisée des mines. L'on disait que le Daimyō de l'Eau lui-même avait déjà été dissimulé en ces lieux durant la Deuxième Grande Guerre Shinobi. En fait, en terme de construction humaine, cette pièce qui abritaient les survivants de ces mines pourrait bien être la plus solide du monde.

Pourtant, le doute persistait. Car le Saiya-jin dépassait tous les repères imaginables.
La porte blindée de ces mines parviendraient-elle à contenir un tel monstre ? Beaucoup en doutaient franchement...

Mais ce n'était pas là l'objet de cette pièce. Tout ce que pouvaient souhaiter les dizaines de personnes qui se cachaient silencieusement, c'était que le Saiya-jin ne songerait jamais que des vies se terraient dans cet immense lieu clos. Tout l'intérêt de cette salle résidait dans ses dimensions anormales qui devraient – a priori – dissimuler les Shinobi au détecteur du Saiya-jin, les rendant invisibles.

En dépit du silence profond qui s'installait, aucun bruit extérieur ne venait trahir un massacre des plus lents qui n'avaient pas rejoint ce lieu à temps. Si un tel monstre se trouvait vraiment derrière ces murs, il aurait été pourtant logique de l'entendre...

Tandis que le doute commençait à s'installer parmi les survivants, ils furent brutalement tous tétanisés par un son brisant le silence.

TOC

Le bruit résonna contre la porte d'acier, tel un écho de l'Enfer...

TOC

Quelque chose se trouvait derrière l'immense porte !

TOC

C'était finalement comme si l'on toquait. Ces trois sons ne furent suivis d'aucun autre bruit. Dans un silence de marbre, les habitants des mines se regardèrent, autant effrayés que perplexes.

L'envahisseur pouvait-il simplement frapper à la porte, attendant sagement un signe ? Était-ce une odieuse stratégie pour s'assurer de l'absence de survivants ? Personne ne disait mot. S'ils ne faisaient aucun bruit, l'individu – quel qu'il fût – partirait peut-être de lui-même...

Et soudain, un nouveau son se fit entendre. Mais il venait cette fois de l'intérieur de la salle. C'était un bébé. Et il pleurait.
Sa mère, affolée, tenta de le faire taire. Mais le mal était fait. Car les hurlements déchirants du juvénile retentissaient et se réfléchissaient contre les lointaines parois de cette salle aux dimensions démesurées.

Il n'y avait plus aucun doute désormais. Celui qui se trouvait derrière l'immense porte l'avait forcément entendu...
Autrement dit, il savait que quelqu'un se cachait dans cette salle.

Les habitants se regardèrent un moment, remplis de terreur. Pourtant, rien ne sembla témoigner d'une quelconque tentative de l'individu qui se trouvait derrière pour abattre cette porte.

Cela ne ressemblait visiblement pas au Saiya-jin.

– Je vais voir... intervint soudain courageusement un Shinobi.

Cet homme se tenait aux côtés de sa femme, laquelle tenait dans ses bras le bébé qui avait justement pleuré.

– Ça pourrait être des alliés, fit-il remarquer, en réponse aux regards interloqués de ses comparses. De toute façon, si ce n'est pas... lui... alors on devrait pouvoir gérer.

Il avala sa salive et ferma les yeux, puis s'empara d'un kunaï et marcha en direction de l'immense porte. Les pas faisaient place aux mètres, qui se multiplièrent rapidement par dizaines tandis que le jeune Shinobi approchait de la porte titanesque.

En dépit du silence de plomb qui accompagnait son avancée, lui-même semblait ne faire aucun bruit, trahissant son expérience en tant que ninja. Arrivant devant la porte, il s'apprêtait à enclencher le mécanisme de déverrouillage partiel.

Son action restera avortée.

Le pauvre homme se trouvait éjecté sous l'intense onde de choc qui venait de balayer l'intérieur de la pièce, plaquant au sol tous les autres.

* Qu'est-ce que... ?! *

La porte blindée aux dimensions inhumaines se trouvait sortie de ses gonds plantée dans la pierre. Et elle s'écroulait, dans une lenteur apparente due à sa taille démesurée. Mais le Shinobi mis au sol, sonné par l'intense énergie qui venait de le projeter, savait qu'il n'aurait jamais le temps de se relever pour s'enfuir. Son regard, son attention, son âme toute entière se dirigea vers ses proches, sa famille, sa femme et son bébé, alors même que l'immense plaque d'acier de plusieurs milliers de tonnes le frappait en tombant sur le sol dans un vacarme assourdissant.

Les autres, choqués, ne purent qu'apercevoir le duo de silhouettes qui se tenaient à l'entrée, mais leur attention fut aussitôt totalement prise par les deux épais piliers de pierre qui soutenaient ces constructions titanesques. Car des fissures s'y dessinaient, parsemant bien vite ces colosses rocheux tandis que le plafond – le cœur de la montagne – menaçait plus que jamais de s'écrouler.

Les habitants, s'oubliant soudainement à l'horreur, restèrent toutefois paralysés.

– Pourquoi ne bougent-ils pas ? interrogea alors une voix qui brisa le silence.

C'était celle de Zetsu blanc.

– L'inhibition... répondit la voix de Zetsu noir, dans ce chaos indescriptible de la vie qui s'écroule. Le traumatisme est trop grand... Ils sont des animaux ne pouvant ni fuir, ni combattre... Leur instinct dépassé les fait mimer la mort...

Des pierres de plus en plus volumineuses s'écroulaient dans ces ténèbres de restes d'une civilisation que l'Histoire avait porté jusqu'à ce jour fatidique.

– ... jusqu'à être rattrapés par celle-ci...

Et la montagne s'écroula pour de bon, dans un fracas si assourdissant que la terre trembla sur des kilomètres.

Dans ce désastre plein de poussière de cet immense tombeau culminait la silhouette de Zetsu.

– Je commence à m'impatienter, réagit alors la voix de Madara, assis non loin, sa longue chevelure vibrant encore sous le son du désastre. Tu m'avais dit qu'en frappant suffisamment fort à la porte, le Jinchūriki de Rokubi se présenterait.

Son regard dur se posa sur l'entité maléfique.

– Te serais-tu trompé ?

Zetsu noir ne répondit pas.

– Il... est peut-être mort sous les décombres ? proposa Zetsu blanc.

Lâchant un soupire, ce dernier jeta un œil à la terre.

– Arf, c'est embêtant. On avait dit à Raditz d'éviter de trop massacrer les Jinchūriki pour pas se retrouver avec des Bijū dans la nature à capturer, et voilà qu'on en bute un...

Zetsu blanc leva l’œil au ciel, agacé.

– Non, répliqua alors Zetsu noir. Ce Jinchūriki ne serait pas resté caché au milieu d'autres Shinobi.
– Ah bon ? Pourquoi ?
– Parce que les Jinchūriki... aiment rarement les autres. Ils sont condamnés à la solitude.
– Ah... Euh... Ouais !


Le visage de Zetsu blanc s'éclaircit, avant que l'interrogation ne reprenne le dessus.

– Mais alors, pourquoi être venu dans une zone aussi habitée ?
– Parce qu'un tel fracas était le meilleur moyen de...


Des bruits de pas proches se firent entendre.

– ... le faire sortir de sa bulle... poursuivit Zetsu noir avec un sourire étiré.

Au même moment s'imposait la silhouette d'un homme à la haute stature. Il était accompagné d'une jeune fille, en retrait, visiblement terrifiée.

– Oh, bien, conclut Madara.
– Qui êtes-vous ? interrogea alors l'homme, perturbé par le décor bouleversé.
– L'Akatsuki, répondit Zetsu blanc. Et toi, tu es... ?
– Utakata
, intervint aussitôt Zetsu noir, le Jinchūriki que nous recherchons.

Sur ces paroles, l'autre eut une réaction d'effroi qui se mêla rapidement à de l'agacement tandis que la fille semblait choquée.

– Rentrez chez vous, étrangers. J'ai déjà une disciple. Et j'ai pour mission de l'aider à survivre dans ce monde...
– Et que deviendra cette mission
, intervint alors Zetsu noir, si cette gamine venait à mourir ?

Le jeune homme changea brutalement d'expression, passant de la méfiance à la surprise. Au même moment, un cri aigu résonna parmi les arbres. Et un clone de Zetsu fit son apparition, tenant sous son emprise la fillette visiblement effrayée.

– Hotaru ! s'exclama le Jinchūriki.
– Il ne tient qu'à toi de... commença Zetsu noir.

Mais un sourire amusé se dessinait peu à peu sur le visage d'Utakata.

– Imbéciles... Je venais pourtant de vous dire qu'elle était ma disciple... La sous-estimer était une erreur...

Zetsu – l'original – tourna soudain son regard vers son clone qui ne put empêcher la fillette d'effectuer une série de Mūdra.

Son corps entier sembla soudain beaucoup plus glissant tandis qu'elle se recouvrait d'eau. La prise du clone faiblit suffisamment pour permettre à l'apprentie du Jinchūriki de frapper violemment au visage son adversaire tout en le propulsant aux pieds de son original.

– Désolé, marmonna le clone en se fondant péniblement dans la terre.
– Mais votre plus grande erreur, étrangers... reprit Utakata en fonçant les sourcils.

Il leva l'index et le majeur.

– ... c'est de m'avoir mis en colère !

Madara commença enfin à décroiser lentement les bras. Mais au même instant, l'autre généra une série de bulles qui prirent une taille anormale. Et avant même que l'Uchiha ou Zetsu n'eussent pu esquisser un mouvement, ils furent chacun recouverts d'une bulle gigantesque.

– Quel est ce Jutsu... ?! s'étonna Zetsu blanc, pris au piège.
– Votre tombeau... répondit Utakata.

***




* Je me demande... ce que deviennent les mondes qui m'ont porté... *

Marchant parmi les nuages, le terrible mage noir reptilien semblait captivé par le puissant degré de songes qu'ils lui apportaient. Sa longue cape aux teintes contrastées se fondait étrangement dans ces cieux capricieux qu'il dominait depuis son nouveau palais.

Poursuivant sa marche fluide et pensive, il passa à côté d'un individu visiblement inconscient, sur lequel se tenait nonchalamment assis un jeune adolescent.

– Allons, Suigetsu, susurra-t-il. Ce ne sont pas des manières de traiter notre hôte.

L'interpellé se releva et effectua quelques pas d'une démarche chaloupée.

– Cet enfoiré était vraiment balèze, grommela Suigetsu en jetant un regard noir au corps inconscient de l'homme à ses pieds.
– On t'avait pourtant prévenu de ne pas l'attaquer, répliqua Karin.
– Pfff... Ce type, j'aurais pu me le faire tout seul. Il m'a juste surpris avec sa manipulation abusée du Chakra.

Il grimaça en regardant sa jambe.

– Je suis juste pas habitué qu'on réussisse à gérer ses énergies pour m'atteindre... Encore moins quand je frappe par derrière... Ouais, ce type est quand même fort pour avoir réussi à blesser un membre du clan Hōzuki.

Il soupira.

– Mais j'aurais pu m'en charger sans Kimimaro, insista-t-il d'un ton peu convainquant.

Tout en s'abaissant vers le corps immobile de l'homme inconscient, il colla son index et son majeur contre la tempe de sa cible dans une pose rappelant celle d'un pistolet.

– Ça fait des jours qu'il est sous l'emprise du poison. Il bouge plus... On devrait peut-être le buter pour de bon ?
– Laissez Popo en dehors de ça !
s'exclama soudain une voix en retrait.

Contre les épaisses parois du prestigieux palais se trouvait ligoté par une série de longs serpents noirs à la texture de fumée le corps vert du plus vénérable protecteur du monde en contre-bas.

– Ororef... Le seul dont avez besoin pour obtenir les Dragon Ball, c'est moi.
– Sous-entendez-vous que la vie de ce cher... Popo... est insignifiante ?
interrogea alors son terrible interlocuteur.

Le face de Kami sembla se décomposer et il tenta de bégayer quelques paroles indistinctes, ce qui étira davantage le sourire amusé de l'envahisseur tandis que Suigetsu, doigts toujours pointés, semblait prêt à achever un coup de grâce particulièrement lâche à celui qui l'avait blessé.

– Rassurez-vous, murmura alors son maître en observant d'un air pensif le corps inconscient de Popo. Cet homme... est aussi précieux que vous.

Comprenant l'ordre indirect, Suigetsu retira le joug de ses doigts. Suite à ces quelques mots qui ne générèrent qu'un nouveau silence pesant, les yeux en formes de fentes de son maître se tournèrent vers le monde en contrebas.

– Vous savez bien qu'il est inutile d'essayer de me dissimuler vos pensées, reprit-il alors sans quitter de ses pupilles reptiliennes la terre sous les nuages. Je suis bien davantage surpris par votre... moitié démoniaque, je l'avoue. Il semble avoir déjà trouvé un moyen d'échapper à ma perception si perçante...

Il marqua une brève pause tandis que semblaient résonner dans cet environnement céleste ses dernières syllabes semblables à des sifflements de serpents menaçants.

– C'est embarrassant...

Son regard se posa de nouveau vers le dieu de ce monde, lequel dévoilait étrangement un sourire satisfait, en dépit de la situation.

– J'ai, moi aussi, fait l'erreur par le passé de sous-estimer Piccolo... concéda Kami avec une surprenante nostalgie.

Sa position inconfortable ne l'empêchait pas de reprendre une forme de domination.

– Vous devriez savoir que rien de ce que vous souhaitez ne se réalisera, Démon.

Ororef fronça les sourcils face à ce brusque retour de confiance de la part de son interlocuteur.

– Ce n'est pas un hasard si vous avez envahi ce lieu, poursuivit Kami. Cela signifie que même vos sens inouïs sont actuellement mis en défaut. Vous tentez d'utiliser ce palais pour mieux observer ce monde. Mais c'est chose vaine.

Le vieux gardien de ce monde lança un regard plein de défi en direction du mage noir.

– Vous qui lisez dans les pensées, vous savez que je ne mens pas. Après tout, il manque trois de vos hommes. L'un d'eux se trouve actuellement dans votre vaisseau, prêt à agir selon vos ordres. Quant aux deux autres, ils sont sur ce monde, dans un espoir vain de trouver l'objet de vos désir, dès l'instant où cela pourra être utilisé. Mais vous serez bien incapable de trouver les Dragon Ball quand celles-ci seront de nouveau actives.

Suigetsu fronça les sourcils face à la perspicacité de cette étrange entité. Sa haute stature et la puissance qu'il dégageait suffisaient clairement à attiser sa prudence. Et si le Shinobi osait se moquer de Popo quand celui-ci se trouvait dans un état d'inconscience, il conservait une certaine distance de sécurité vis à vis de cet être.

D'après Karin, Kami dégageait un Chakra hautement supérieur à celui de Kimimaro, même avec le sceau maudit. Et cela n'étonnait absolument pas le jeune épéiste.

Ce n'était toutefois pas le plus dérangeant. Visiblement, cet être chatouillant étrangement le domaine du mystique dévoilait une perspicacité surprenante. Suigetsu remarquait d'ailleurs que même le regard de son maître s'en trouvait perturbé.

Suigetsu et Karin étaient effectivement les deux seuls présents aux côtés de leur supérieur. Zakuzi avait bien pour mission de rester au vaisseau en orbite, attendant toute consigne en cas de nouveauté. Et pour cela, Kimimaro et Haku se trouvaient à même le sol en éclaireurs – ce qui titillait passablement les pulsions de jalousie du jeune Hōzuki – dans le but d'essayer de récolter les Dragon Ball. Mais leurs chances de succès restaient faibles, selon Suigetsu.

Et visiblement, Kami partageait cet avis, ce qui semblait fortement déplaire à l'insondable mage noir légendaire face auquel il prenait astucieusement l'avantage.

– Et vous savez bien quel vœu sera réalisé dans votre dos... murmura-t-il alors.

Kami prit une profonde inspiration, tentant d'ignorer les puissantes entrailles qui l'enserraient de toutes parts. Suigetsu fronça les sourcils en remarquant le visage d'Ororef, étonnamment abattu.

– Le retour des Dragon Ball sonnera le glas de votre défaite, conclut enfin avec satisfaction le gardien de ce monde.

Tous avaient également remarqué que Kami venait mystérieusement de prendre le dessus psychologique sur son interlocuteur. Mais alors que ce dernier dévoilait toujours une mine déconfite, son odieux sourire s'imposa comme de lui-même. Et d'un mouvement qui échappa totalement aux yeux des spectateurs, il brisa fluidement la distance le séparant du gardien déchu.

– En effet, je pourrais échouer... avoua-t-il, autant concerné qu'amusé.

Sa proximité devint telle que ses lèvres étirées effleuraient les oreilles particulièrement sensibles de son interlocuteur, lui incommodant un malaise bien supérieur à celui procuré par ses liens constricteurs.

– ... mais qui vous dit que ce n'est pas justement mon souhait ?

Ouvrant grand les yeux de stupeur, le visage de Kami se recouvrit de sueur sous les derniers mots totalement insensés du plus mystérieux ennemi de ce monde.
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 794
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

PrécédentSuivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Lyne et 1 invité