Chroniques de la Famille Cold

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Re: The Cold's Family's Chronicles

Messagepar Playknight le Mar Juil 18, 2017 0:48

Penses-tu la poster ailleurs ?
Dernière édition par Playknight le Dim Juin 04, 2023 11:45, édité 1 fois.
Que tu sois là ou ailleurs, je m'en cogne.
Playknight
 
Messages: 97
Inscription: Jeu Juil 13, 2017 18:52

Re: The Cold's Family's Chronicles

Messagepar xela26 le Mer Mars 21, 2018 0:59

Je viens après la bataille, je jettes la bouteille à la mer, sait-on jamais...

J'ai enfin fini de lire le tomme 0. j'ai pris mon temps je sais, je ne voulais pas le lire à l'époque, en plein développement de ma propre fic je n'avais pas les reins assez solide pour ne pas être ( trop:) ) influencé par ce que je lisais par ailleurs. Décision que j'ai bien fait d'avoir pris.
Maintenant que je peux, j'ai lu quasiment d'une traite -2 jours- ce fameux tome 0 sur les conquêtes de Cold. Et ma foi c'est un bien bel arc. Il se lit rapidement et tranquillement, et l'histoire est assez plaisante, un poil trop courte, même si on sait à la fin que Cold l'emportera Mais ça ne gâche pas trop la lecture, à l'opposé d'un certain relâchement au niveau orthographe et grammaire auquel on n'était plus trop habitué lors des derniers chapitres du tome 2, de même qu'une fin d'arc aux enjeux un peu écourtée qui se voit.

Je vais commencer par le positif. La première partie introductive mets les choses en place de manière efficace, avec l’accession de Cold au pouvoir sur sa planète. Les sauts dans le temps sont biens pour se focaliser sur les moments importants et montrer la patience de Cold, le fait qu'il soit là pour durer. J'ai bien apprécie la diversité des peuples de l'univers, avec leurs conflits et leurs histoires , dans lesquelles Cold débarque. La planète pirate fait un peu cliché mais elle est efficace, de même que le premier chef pirate que Cold élimine.
Le second saut dans le temps est tout aussi efficace que le premier, avec des personnages anciens qui vieillissent et Cold qui ne change pas. Pas mal ce coup de l'espace profond, qui permets à Cold et surtout à la république de se préparer au combat final. Le conflit final contre la république se lit bien, mais accumules les choses qui m'ont le moins plus, à savoir la résistance face à Cold, qui ne vaut finalement pas grand chose. Je m'explique :

La première partie des aventures de Cold dans l'espace, où il fonde son empire loin de la république est pour moi une petite introduction, on ne s’attend pas à grande résistance de la part des peuples de ces régions reculés et Cold gagne sans trop être en danger. Mon souçi, c'est que face à la république, j'ai eu l'impression que Cold ne galère pas du tout, que sa conquête est encore plus facile que celles des mondes pirates c'est limite s'il se ballade pas.. Ce qui manque à cette deuxième partie de l'arc, c'est d'une situation qui mette vraiment Cold en danger. Oui, on sait que Cold va gagner à la fin, mais le plus intéressant dans ce cas c'est de savoir les difficultés qu'il a rencontré. Là, il n''en a pas vraiment rencontré de quasi-insurmontables. Je pense qu'il aurait fallut un antagoniste plus imposant, un guerrier qui face vraiment douter Cold, d'une autre envergure que Taris. Je sais que tu voulais rendre Cold surpuissant, mais c'est peut-être un peu trop réussi. Que ce soit dans son combat contre Persée ou Taris, il n'est jamais en danger. Je pense que tu aurais pu sortir un ennemi ou une race vraiment plus forte que la moyenne, un autre peuple d'anomalies qui aurait pu tenir tête à Cold de manière plus crédible.
J'ai cru un moment que l'attaque biologique serait le test de Cold. Ça l'est à peine tellement c'est court. Pour tout te dire, j'avais senti le coup de la transfo pour se délivrer du virus un peu comme les autres lecteurs à l'époque. J'avais même prévu le coup d'une future attaque chimique contre Cold dès les premiers chapitres, quand le vieux Frost dit à Cold que « les insectes piquent », je pense que c'est fait exprès. À ta place j'aurais fait en sorte que l'attaque biologique soit un succès ; qui contamine et diminue notablement Cold et que le virus se répande dans d'autres mondes, déciment des pans entiers de peuples, des milliards de personnes. La république aurait envoyé ses meilleurs guerriers en réserve pour vaincre un Cold affaibli, les envoyant à une morte certaine (comme ce Daemon). mais le futur roi aurait vaincu par ruse où tactique.Ce n'est qu'une manière de voir les choses, mais l'utilisation effective du virus et le « succès » de l'attaque républicaine aurait permis, à mon avis de mieux justifier le revirement de Taris, qui voit que sa vertueuse république tue autant de mondes voir plus que Cold. Parce que je trouve son retournement trop rapide. Comme l'attaque n'a pas marché, en tant que bon républicain, il peut toujours se dire que le sacrifice d'une planète est nécessaire pour sauver tous les mondes. Cela n'aurait pris que quelques chapitres en plus mais aurait eu le mérite de rendre le retournement de Taris mieux amené et moins brusque.
Taris, il a vu Cold en action 100 avant la guerre qui les oppose. La moindre des choses serait qu'il se soit entraîné pour être à la hauteur, chose qui n'est pas mentionnée lors du retour du Cold. Taris, avec ce qu'il a vu, aurait pu avoir la motivation suffisante pour se dépasser et offrir une résistance significative face à son futur seigneur. Dans DBZ, la z team le fait avant que les sayans ne débarquent, pareil avant l'arrivée des cyborgs. Même si leur niveau post entraînement est inférieur en début d'arc pour vaincre leurs ennemis, ils progressent tous nettement.
Bon, je m'attarde sur les points qui auraient pu être mieux fait, mais je te félicite d'avoir mené cet arc à sa fin. Les explication et la vulgarisation que tu fais ici et là passent très bien. Nous attendons donc maintenant le troisième tome.
Cell: l'ascension de la terreur- Cell a vaincu Son Gohan lors du Cell game!! Quel sort réserve-t-il à la Terre?? Pour le savoir....viewtopic.php?f=42&t=5990
Chapitre 138: publié
Chapitre 139- 145: 90%- relecture, correction

Cell: Damned Souls- Les aventures parallèles de héros de "l’ascension de la terreur". Pour les connaitre:
viewtopic.php?f=42&t=6774
abandonnée
xela26
 
Messages: 1642
Inscription: Lun Oct 03, 2011 20:57

Re: The Cold's Family's Chronicles

Messagepar Epsibalt le Jeu Mai 09, 2019 14:01

Salut Tierts !
Ton histoire est juste géniale, je l'ai lue plusieurs fois, tu as vraiment bien mis en avant les démons du froid dans la cohérence de l'univers DB,
J'espère qu'un jour je pourrais lire la suite,
Bien à toi !
Epsibalt
 
Messages: 12
Inscription: Jeu Mai 09, 2019 13:23

Re: The Cold's Family's Chronicles

Messagepar Slyver-Bejita le Dim Août 04, 2019 1:08

[quote="xela26"]

"J'ai enfin fini de lire le tome 0. j'ai pris mon temps je sais, je ne voulais pas le lire à l'époque, en plein développement de ma propre fic je n'avais pas les reins assez solide pour ne pas être ( trop:) ) influencé par ce que je lisais par ailleurs. Décision que j'ai bien fait d'avoir pris.
Maintenant que je peux, j'ai lu quasiment d'une traite -2 jours- ce fameux tome 0 sur les conquêtes de Cold. Et ma foi c'est un bien bel arc. "

Ai-Je bien lu ça veut dire que Cell l’ascension de la terreur est enfin terminer :o ( Le mec qui ne s'est plus co depuis 2015 - Excuses Moi si J'ai mal écrit le titre au passage mais Je suis fan )
"L'homme raisonable s'adapte au monde et l'homme deraisonable fait en sorte que le monde s'adapte à lui. Donc tout changement viens de l'homme déraisonable." À méditer...
Slyver-Bejita
 
Messages: 67
Inscription: Jeu Août 28, 2014 20:59
Localisation: Kaioshinkai

Re: The Cold's Family's Chronicles

Messagepar BejitaSan le Lun Mai 04, 2020 21:56

Impérial, incroyable, créatif, retournant... Piccolo Daimao si tu passes par là fonces vers cette fan fiction.
Avatar de l’utilisateur
BejitaSan
 
Messages: 2820
Inscription: Jeu Août 11, 2011 17:52
Localisation: Loup garou. Meilleur topic de la section.

Re: The Cold's Family's Chronicles

Messagepar biskus le Jeu Août 13, 2020 0:15

Je déterre la fic mais dieu que je kiff le début que je lis
biskus
 
Messages: 311
Inscription: Sam Oct 18, 2014 12:36

Re: The Cold's Family's Chronicles

Messagepar Lalilalo le Mer Mars 17, 2021 20:55

Merci d'éviter les posts monosyllabiques BejitaSan.

Si tu n'as rien de particulier à dire, pas besoin de poster.

La Normandie.
Son climat.
Ses fromages.
Ses usines qui crament.
Avatar de l’utilisateur
Lalilalo
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 3718
Inscription: Ven Oct 22, 2010 15:18

Re: The Cold's Family's Chronicles

Messagepar Tierts le Mar Mai 30, 2023 11:48

Message original du 30 mai, beaucoup de blabla pour m'excuser de mon absence et annoncer le déroulement de la suite :
Spoiler
Bonjour tout le monde. Ca fait longtemps.

Aujourd’hui, si ce message est posté à la bonne date, c’est l’anniversaire de CFC. 13 ans jour pour jour. Oui je sais, ça ne se voit pas car le premier post est daté d’octobre 2010, mais je vous assure que j’ai vérifié et le vrai premier post, appartenant à mon premier compte “Tiert” est en date du 30 mai 2010.
Cela fait donc 13 ans que j’ai commencé CFC et près de 9 ans que la fic n’a plus connu de nouveau chapitre. Plus de 7 ans depuis que j’ai annoncé une “pause”

Quand je suis retourné sur le forum, par un aspect de nostalgie, j’ai eu la chance de pouvoir parler avec Antarka et je me suis laissé tenter à prendre des nouvelles des nombreuses fics que je lisais à l’époque. En découvrant que la plupart étaient laissées inachevées mais que certains avaient au moins fait un résumé de ce qu’ils avaient prévus, je me suis dit que ce serait sympa de ma part de faire ça. Moi ça me permettrait de coucher définitivement mes idées sur le papier et cela donnerait à ceux que ça intéresse encore une idée de ce que la fin de CFC allait être.

Je me suis laissé jusqu’à cette date, pour bien réfléchir et écrire quelque chose de correct. Je suis évidemment désolé d’avoir disparu pendant aussi longtemps et d’avoir laissé cette fic en plan. En la redécouvrant, je me suis rendu compte d’à quel point elle avait compté pour moi à l’époque, à quel point les personnages sont encore ancrés dans ma psychée et à quel point je voulais lui offrir la fin qu’elle méritait.

Du coup, je n’ai pas fait de résumé. Nous sommes en mai, j’ai travaillé dessus depuis octobre. J’ai quelques centaines de pages.
J’ai écris un Tome 3, une bonne moitié en tout cas. C’est reparti.

Je ne pensais pas que ça pourrait revenir aussi vite, mais je crois que j’avais vraiment envie de poser enfin par écris cette fin que j’imaginais. Ce dernier chapitre pour les personnages de CFC mais aussi pour moi. Je doute qu’il y ait autant de lecteurs que pendant les heures de gloire de CFC et je doute que ce soit d’une grande qualité. Mais qu’est-ce que ça fait du bien d’enfin le sortir de mon système pour vous le proposer.

Comme ça fait longtemps, j’ai aussi préparé 2 petites choses :
Un résumé de chaque tome précédent (1, 2 et 0) que vous trouverez ci-après mais aussi dans l’index

Le Rêve de Freezer a écrit:Sur Namek, un combat légendaire se solde par la mort du Super Saïyen et la victoire du Seigneur Freezer. Ce dernier en sort brisé et affaibli.

Pour venger cette attaque, sa famille - le Seigneur Cooler et le Roi Cold - vont conquérir la Terre, tuant ses derniers défenseurs à l’exception du saïyen Vegeta qui s’en sort miraculeusement. Freezer, auprès de sa compagne, Siberia, apprend à utiliser ses membres mécaniques.
Utilisant les Dragon Ball, il s’offre un nouveau corps, l’immortalité pour sa famille et un troisième vœu qu’il garde secret. Les nameks parviennent à tromper la famille Cold avec l’immortalité.

Traumatisé par son combat contre Son Goku, Freezer prend la décision de s’entraîner pour ne plus jamais être surpris. Il créé une nouvelle unité d’élite pour remplacer le Commando Ginue, intégralement tué sur Namek, et confie la direction au fidèle Commandant Obi ; il rassemble la Main de Freezer.

Des années plus tard, un savant fou libère des cyborg sur Terre, renommée Freezer 82. Freezer et son frère parviennent à les tuer, au prix d’un combat difficile, mais Gero s’échappe. Il fomente ensuite avec Vegeta un plan pour tuer Freezer, qui échoue au dernier moment. Gero n’en réchappe pas cette fois-ci.

7 ans plus tard, un magicien fou et son armée d’esclave, menée par le Démon Dabra, débarque sur Freezer 82 pour ressusciter le puissant Majin Buu. Kaïoshin, le dernier Dieu de l’univers, désespéré, demande de l’aide à la famille Cold. Freezer et Cooler attaque le vaisseau et permette à Buu d’être libéré plus tôt. La créature faible est maîtrisée par son armée et c’est finalement le démon Dabra qui posera le plus de problème. Freezer finit par le tuer, en assassinant au passage Kaïoshin.

4 ans plus tard, le troisième voeu de Freezer se réalise quand Siberia tombe enceinte. Moins d’un an plus tard, une dernière force armée tente de conquérir Freezer 82 et Vegeta réapparaît une nouvelle fois pour tenter de tuer le tyran, accompagné de son fils, Trunks. Il faut que Cooler menace de tuer celui-ci pour forcer le saïyen à rendre les armes. Il est tué, après avoir assisté à la mort de son fils, se déchaînant une dernière fois avant d’être battu à mort par Freezer.

L’armée se révèle être celle de Paragus, un autre saïyen survivant, et Freezer est confronté une fois de plus à son cauchemar : le Super Saïyen Légendaire, Broly. Celui-ci tue de nombreux membres de l’armée impériale, y compris le Commandant Obi. Il parvient même à assassiner Cooler et, le combat déplacé dans l’espace, il menace de détruire la Terre. Comprenant que l’immortalité ne lui a pas été accordé, Freezer décide d’emporter le Super Saïyen avec lui dans la tombe, sauvant ainsi son fils et s’offrant une dynastie. Il emporte Broly avec lui dans le Soleil et ils y meurent tous les deux.


Kalta, l'héritier a écrit:Des années après la mort de Freezer, Cold et son petit-fils, Kalta, tente de maintenir la paix dans leur empire. Voyant les menaces se multiplier, Cold confie l’enseignement au combat de Kalta à une nouvelle unité d’élite, régie par un survivant de la Main de Freezer : le Commandant Palpi.

Dans le même temps, Bulma continue de se battre contre l’Empire, tout en élevant sa fille, dernière saïyenne : Bra. Elle est bientôt rejointe dans sa lutte par Ades, un stygien survivant de l’assaut des Cold sur sa planète, qui complote pour créer le plus grand mouvement de rebellion jamais connu au sein de l’Empire.

Avant que ses plans n’aboutissent cependant, Freezer 82 est à nouveau sous la menace d’une créature inconnue. Le dénommé Cell s’attaque à tous, sans distinction, et se trouve bientôt confronté à Kalta, puis à Bra. Bien plus puissant que les deux jeunes gens, il n’est vaincu que lorsqu’ils s’allient et Kalta laisse ensuite la saïyenne s’enfuir.

La Rébellion se révèle au grand jour et un conflit de grande envergure éclate au sein de l’Empire.

Il est interrompu par le retour d’un ancien ennemi de Cold : la machine intelligente connu sous le nom de Grand Guedester. Celle-ci a récupéré le corps de Cyborg n°17 dans l’espace et s’est servi de son énergie infinie pour créer une armée. A nouveau, les deux camps doivent s’allier pour l’affronter.

Dans la confusion, Cell - lui aussi récupéré par le Guedester - parvint à obtenir son corps parfait et il devint alors la plus puissante créature que l’univers ait connu. Pour permettre à Bra et Kalta d’avoir une chance, Cold les envoit sur Terre s’entraîner dans la Salle de l’Esprit et du Temps.

Pendant le temps nécessaire à cet entraînement, Cell tue Cold et tente de s’approprier l’Empire avec l’aide d’Ades, traître à son camp.

A leur sortie de la salle, Bra et Kalta font tout leur possible pour battre Cell, usant de toutes leurs techniques, leur inventivité et leur coopération. Finalement, le clone joue son va-tout en tentant d’utiliser le Genkidama pour tous les éliminer d’un coup, mais il est vaincu par la puissance combinée de ses deux ennemis, sans pouvoir maîtriser une énergie volée.

Kalta devenu Empereur, des négociations commencent pour faire cesser les hostilités. Le pouvoir absolu de l’Empire diminué, une période de paix commence.


Les Conquêtes de Cold a écrit:Près de 2000 ans avant les évènements du Tome 1, Cold quitte la planète Nihila pour se lancer dans une conquête galactique d’une envergure sans précédent. Membre d’une espèce bien plus puissante que toutes les autres, il conquiert facilement plusieurs planètes, avant de se retrouver confronté à un vrai gouvernement galactique.

Affrontant la République, il détruit non seulement leur armée, mais aussi leur soldat d’élite, Taris. Cold le corrompt et le convainc de rejoindre sa cause, pour amener sécurité et ordre à l’univers.

Dans le même temps, il affronte un syndicat du crime qui envoit le chasseur de prime masqué Persée pour le tuer. Celui-ci échoue et est lui aussi forcé de rejoindre les forces de Cold.

Ayant consolider son Empire, le Roi Cold revient brièvement sur Nihila et il en repart avec sa compagne et future mère de Freezer et Cooler, Friska.


Une update aux personnages de CFC, dans le lien , qui décrit chaque personnage unique à la fic, mais aussi le destin de tous les personnages de Dragon Ball dans cette fic. Cette liste est FULL SPOILER et est conçue pour permettre à ceux qui n’ont pas touché à CFC depuis des années d’avoir une idée de ce qui se passe. N’hésitez pas à m’indiquer si j’ai oublié quelqu’un.

Donc… Le tome 3. Il est réécrit depuis zéro, pour éviter un brusque changement de style et pour me permettre de remanier le scénario comme je l’imagine avec 9 ans de plus. Les 9 chapitres de la “V1” vont rester sur le topic, mais je vais mettre un avertissement qu’ils ne sont plus canons. Les premiers chapitre de cette “V2” vont reprendre certains éléments mais présentent aussi des différences importantes.

Pour ce qui est du rythme de parution, je voulais m’imposer quelque chose de précis : 1 chapitre par semaine (les lundi à midi je pense) sauf pour les 4 premières semaines, où il y aura 2 chapitres par semaine (lundi et jeudi). Avec l’avance que j’ai déjà préparée, je peux tenir pendant un an sans avoir besoin d’écrire plus (mais je compte bien écrire plus)
Je vais faire tout mon possible pour maintenir ce rythme du mieux que je peux mais il n’est pas impossible que certaines semaines soient plus compliquées, en cas de vacances, déplacement, etc. Dans ces cas, je ferais mon possible pour compenser les semaines précédentes ou suivantes.

Je crois que c’est tout… Ah oui, je cherche éventuellement un relecteur/bêta-lecteur pour CFC. Quelqu’un qui soit motivé, qui puisse repérer les fautes mais aussi me faire des remarques sur l’intrigue général et le fonctionnement d’un chapitre. Contactez-moi par MP si vous êtes motivé, mais je ne prendrais qu’une personne pour ne pas avoir à gérer trop de gens.

Merci infiniment à Antarka et niicfromlozanne pour les échanges qu’on a eu par MP sur l’écriture, sur DB : Timeline (que je vous encourage à lire si ce n'est pas déjà fait) et sur CFC, pour m’avoir redonné la motivation et l’avoir entretenu. Merci à Antarka pour la relecture de ce qui a déjà été écrit et pour les nombreuses idées qu'il m'a fourni gratuitement et sans demande de copyright.
Merci à Paulemile, xela26, Majin-vegeto89, Satan-sama, Marthym, Batroux, SuperIdle, Tonay, j’en oublie plein mais “ma génération” d’auteur de fic, pour avoir été une source de soutien et d’inspiration pendant des années pas forcément facile. Je voulais aussi finir CFC pour ça.


Et sans plus de blabla… le premier chapitre du tome 3 de CFC

Les Chroniques de la Famille Cold
Tome 3 : Les Gardiens


Chapitre 1 : Augures


« Vous êtes sérieux, Saike ?! »

Les gesticulations de son employé commençaient sérieusement à énerver le manager et il avait perdu le ton conciliant qu’il s’efforçait d’affecter avec son équipe. Il n’en était pas fier mais la gravité de la situation commençait à lui apparaître. Si la question n’était pas réglée rapidement, c’était l’univers entier qui était en danger.
Saike, de son côté, continuait de pianoter sur son clavier, à un rythme de plus en plus effréné.

« Je vous jure qu’on ne l’a pas reçu, monsieur. Je l’aurais repéré sinon. »

Son supérieur se pinça l’arête du nez avec un soupir exaspéré. Par chance pour lui, sa peau était déjà rouge carmin, si bien qu’il ne pouvait simplement pas montrer plus de colère. Il prit la décision de ne pas ajouter quoi que ce soit dans l’immédiat, et de prendre le temps de se calmer. Ce n’était pas en hurlant qu’il allait arranger la question. Lentement, il lissa sa moustache et essuya ses lunettes sur sa chemise blanche, avant de reprendre, aussi calmement que possible.

« Vous avez vérifié le registre, je présume ? Pour savoir si le service de mise en capsule a bien expédié le colis.
- J’ai lancé la demande, mais ça charge encore. Le système est un peu lent et…
- C’est le même système depuis toujours Saike ! »

Il avait explosé, mais qu’était-il censé faire de plus ? Ils travaillaient au Purgatoire. Le système était conçu pour traiter au mieux des âmes des morts, le jeune employé ne pouvait pas suggérer qu’un meilleur système puisse exister. Cela faisait des millions d’années à présent que les morts, bons ou mauvais, passaient par ici. Les bons pour recevoir leur ticket pour le Paradis, les mauvais pour finir recyclé et avoir une deuxième chance. Après un temps d’attente.
C’était simple. C’était efficace. Et rien n’avait perturbé cet ordre depuis son instauration.

« Ah ! Je l’ai ! Ils l’ont bien envoyés, la semaine dernière.
- Ah !
- Mais regardez, il n’y a pas de confirmation de réception. »

Il faillit s’ouvrir la main avec une des cornes de Saike, alors qu’il attrapait sa tête pour le pousser et observer l’écran. Il ne pouvait pas y croire. Pourtant, l’affichage était correct : la capsule avait été envoyée il y a une semaine, mais aucune date de confirmation n’avait été entré dans la machine.
Impossible. Les capsules d’âmes ne disparaissaient pas comme ça.

« Vous pourriez avoir oublié de rentrer la date ? suggéra-t-il en relâchant Saike. »

Le jeune employé eut l’air blessé et il eut visiblement envie de l’envoyer balader immédiatement. Mais il prit sur lui et décida de réfléchir à la place, farfouillant dans sa coupe au bol avec une main tremblante.

« Non, c’est pas possible. Cell, je m’en souviendrais monsieur. »

Il manqua d’exploser à nouveau.

« Donc vous me dites que l’on a égaré la capsule d’âme de Cell ?
- Ou le service des capsules ne l’a pas expédiée, monsieur. Je ne sais pas.
- Il faut qu’on sache ! C’est de Cell qu’on parle. La créature la plus puissance qu’on ait connu depuis Buu !
- Je ne connais pas de Buu, monsieur…
- Je sais ! »

Cette fois, il avait hurlé. Inutilement, bien sûr. Saike était trop jeune pour avoir connu l’affluence d’âme que le Purgatoire avait connu quand le démon s’était déchaîné sur l’univers. Il n’avait pas idée de la quantité de travail que cela pouvait représenter. Le fameux Cell avait eu moins d’impact, malgré une puissance plus que suffisante pour mettre l’univers à feu et à sang. Heureusement qu’il avait été tué très vite.

Le manager se calma, poussant de nouveau un soupir et reprenant ses lunettes pour les essuyer comme si le moindre grain de poussière s’y était déposé depuis la dernière fois, il y a trente secondes.

« Faites une recherche, souffla-t-il enfin. Vérifiez s’il n’y a pas d’autres capsules qui n’ont pas de date de réception alors qu’elles ont bien été expédiées. »

Le problème était nouveau, mais il préférait savoir à quel point il était important avant d’aller voir Enma. Les lunettes propres et le regard déterminé, le manager se tourna vers l’immense bâtiment qui se dessinait, cinq nuages plus loin, et où la longue file d’âme non-jugées finissait.

Bip.

« Ah ! J’en ai une autre, monsieur, annonça Saike avec une joie très déplaisante à entendre. »

Superbe. Maintenant, il allait devoir annoncer à Enma qu’ils avaient perdus deux âmes.
Bip. Bip.
Non. Non, ce n’était pas possible.
Bip. Bip.
Pas autant. Pas sous sa responsabilité.
Bip. Bip. Bip.
Les yeux brillants de terreur et de colère contenues, il se retourna vers l’écran et lu les noms affichés à l’écran. Un frisson d’effroi parcourut son corps.

« Pas un mot de tout cela à Enma avant que l’on ne tire ça au clair, compris Saike ? »


* *
*

L’explosion fit voler le feuillage vers l’avant, propulsant Mara vers l’avant avec une violence telle qu’elle dû canaliser toute son énergie pour simplement rester debout. L’espace d’un instant, son monde ne fut plus qu’une chaleur immense dans son dos et un nuage orangée qui l’entourait. Un nuage qui passa très vite, avec les spores emportés par le souffle.
La prêtresse n’osa se retourner qu’après quelques secondes, tout en reprenant sa course. A travers les frondaisons que constituaient le sommet évasé des fougères de Merastin, elle distinguait une colonne de fumée gigantesque qui s’élevait dans les airs.

Le temple caché n’était plus, réalisa-t-elle alors. Et avec sa destruction, elle était la dernière dépositaire de son secret. Et de son trésor.

« Fuis et cache-le loin d’ici. Va ! »

Les dernières parole de la Gardienne résonnait encore dans son esprit, quand elle manqua de glisser sur le sol. La terre meuble était maintenant couverte de spores orangés, que le souffle de l’explosion avait libéré en pliant les immenses fougères. Mara finit par se jeter en avant, poussant sur ses jambes pour trouver refuge sous une gigantesque fronde rouge, dont la cassure en plein milieu créait un abri naturel.

Ce n’est qu’une fois assise ainsi, protégé des menaces célestes, qu’elle attrapa le trésor à sa ceinture. Toute sa vie de prêtresse, depuis qu’elle avait été donné au temple, Mara en avait entendu parler, mais ce n’était qu’aujourd’hui qu’elle avait enfin eu l’honneur de le voir. Alors que sa vie s’effondrait autour d’elle. Sur sa peau blafarde, la noirceur de l’artefact paraissait absorber la lumière et la couleur du monde. Elle pouvait voir son reflet dans la courbe de la sphère, ses yeux d’un bleu glacé paraissait terrifié.
L’espace d’un instant, elle fut de retour au temple. Les décharges d’énergie fusant autour d’elle alors que l’intrus se taillait un chemin sanglant entre les prêtresses. Jamais elle n’avait observé une telle puissance, pas même chez Wind, il y a si longtemps. Qui était-il pour battre aussi facilement les meilleurs guerrières de la planète ? Qui était-il pour ne pas se soumettre à leur pouvoir chimique ?
Mara avait longtemps imaginé que seul le seigneur Freezer aurait été capable d’un tel exploit et sa famille, le Roi Cold, le seigneur Cooler, Dame Siberia et bien sûr le dernier né. Mais l’intrus n’était pas l’Empereur Kalta, certainement pas. Elle l’aurait reconnu.

« Ne regarde pas en arrière. Cache le. Loin d’ici. »

La voix de la Mère Supérieure semblait provenir de l’artefact. La sphère sombre lui paraissait plus lourde entre ses doigts tremblants. Elle avait fui, trouvant refuge dans la forêt où elles avaient passés tellement de temps à extraire les huiles cérémonielles. Mara devait survivre, elle devait quitter la planète. Mais elle avait trop peur pour bouger.
Comment l’intrus pouvait-il savoir ? Le trésor était un secret gardé depuis des millénaires, cachés à tous sauf aux prêtresses qui avançaient suffisamment dans les rangs pour être mis dans la confidence. Personne en dehors de la planète ne pouvait savoir ce qu’elles recelaient, mais elles étaient maintenant toutes mortes pour le protéger.

Avant qu’un embryon de réponse ne puisse se former dans son esprit, Mara sentit quelque chose picoter sa nuque.
Sans réfléchir, elle roula vers l’avant, souplement. Juste à temps. Un souffle de vent souleva sa longue chevelure blanche. Un craquement sinistre retentit alors que spores oranges volaient en tout sens.
Là où elle se tenait encore une seconde plus tôt, la tige d’une fougère durcie par les millénaires était plantée dans le sol, enfoncée avec une telle force que la terre avait formée un cratère autour de l’impact.

« Belle esquive, complimenta une voix aux accents métalliques derrière elle. »

Avec un hoquet de stupeur, elle pivota en roulant de nouveau. Toujours sur le sol, elle sentit son dos buter contre la tige plantée dans la terre.
L’intrus était là, flottant dans les airs sans un bruit. Les immenses frondes continuaient de battre autour de lui, le souffle du choc précédent disparaissant à peine. Il était humanoïde mais d’une espèce qu’elle ne connaissait pas. Une longue tresse de cheveux glissait sur son épaule et sa tenue était étrange, une longue robe rose qu’elle ne reconnaissait d’aucune culture. Quand il descendit lentement vers elle, la lumière orangée qui traversait les fougères donnait à sa peau un aspect métallique. On aurait dit un robot.

« Tu n’es pas obligée de mourir aujourd’hui. Je ne veux que ton petit trésor, je ne suis pas payé pour te tuer. Donnes-le moi et nous pouvons nous quitter bons amis. »

Les yeux de Mara s’écarquillèrent sous le choc. Quelle indignité. Oser lui proposer ça après tout ce qu’il avait fait. Et pire que tout, elle avait sentit un brin d’hésitation, dissimulé au fond de son esprit. Une envie simple ; celle de survivre. Elle pouvait le faire, tout simplement, lui donner l’artefact et partir en arrière. Avec un peu de chance, il respecterait ce qu’il venait de dire et elle pourrait retourner à la civilisation, trouver une nouvelle identité. Taire tout ce qu’elle avait vu ici aujourd’hui.

Mara, dernière prêtresse de son ordre, réprima ces pensées impures.
Les jambes tremblantes, elle se redressa de son mieux. Elle manqua plusieurs fois de retomber au sol et de mordre la poussière et les spores, mais elle parvint à se tenir sur ses deux jambes, fermant les poings pour cacher ses tremblements et se mettre en position de combat.

« Jamais ! cracha-t-elle entre ses dents. »

L’intrus se tenait toujours dans les airs, à quelques mètres d’elle. Il la considéra un moment, sans qu’elle puisse deviner ce qui se cachait derrière les deux verres sombres qui devaient être ses yeux. Enfin, ses lèvres s’étirèrent en un sourire, étonnamment satisfait.

« Comme tu veux. »

Un de ses yeux brilla l’espace d’une seconde. Mara sentit une légère douleur au front. Puis, elle ne ressentit plus rien.

* *
*

Il n’avait pas menti. Il n’était pas payé pour la tuer, mais il était payé pour ne laisser aucun témoin. La prêtresse était morte à l’instant où elle avait eu la malchance de se réveiller au temple ce matin. Elle lui avait offerte une chasse correcte cependant, aussi lui avait-il offert une fin digne. C’était ce qu’elle désirait, apparemment, comme toutes celles qu’il avait tué aujourd’hui. Essuyant les quelques débris qui tâchaient encore sa tenue, seuls témoins des combats qui avaient précédés, il termina sa descente.
Il se posa à côté du corps et le retourna d’un coup de pied. Quelle faiblesse. Comparée aux prêtresses qu’il avait affronté un peu plus tôt, elle n’était rien. Mais peut-être était-ce pour cela qu’elle avait été désignée pour emmener l’artefact aussi loin que possible. Sans son détecteur interne, il aurait eu du mal à la suivre.

Le mercenaire s’agenouilla pour fouiller les sacoches encore suspendues à sa ceinture et trouva rapidement l’objet décrit. Sphérique, tenant dans la main. Cela faillit lui rappeler des souvenirs, mais la sphère était parfaitement noire, attrapant à peine assez de lumière pour créer un reflet déformé du visage entièrement métallique du cyborg.

Un bip retentit dans sa tête et il se retourna d’un coup, pour ne rien trouver. L’instant d’après, l’alerte avait disparu.
Le cyborg pesta silencieusement. Certains de ses systèmes dysfonctionnaient de plus en plus, ces derniers temps, et on ne trouvait pas des scientifiques de l’intelligence de Gero sur toutes les planètes de l’Empire.

« Je vais commencer par t’emmener au client et on verra ensuite, expliqua-t-il à la boule récupérée. »

Tao se propulsa dans les airs mais se retourna au bout d’une seconde. Il avait oublié. Tendant la main vers le corps encore au sol, il projeta une boule d’énergie. Le temps qu’il dépasse les frondes, l’explosion avait vaporisé ce qu’il restait de la prêtresse.
Il repartit vers son vaisseau à travers un nuage de spores orangés.

* *
*

C’était bien la première fois que son jardin produisait un tel résultat. Cass était agenouillée depuis un moment entre les plants de solanum, tâtonnant la terre pour vérifier les zones où les racines avaient besoin de plus de place. Les tiges délicates s’étendaient depuis une minuscule frondaison centrale, mais c’était la force de ses plantes. Elles avaient des racines qui allaient loin et profondément, mais lorsqu’elles étaient proches les unes des autres, il fallait s’assurer que les plus petites n’étaient pas étouffées par les plus grandes.

Jusque là, elle avait toujours réussi à garder un parfait équilibre. Cass n’avait qu’à couper soigneusement celles qui allaient un peu trop loin vers les autres, ce qu’elle faisait au moyen d’un tout petit sécateur, pour plus de précision.
C’est au moment de retirer une de ses racines qu’elle les vit.
Un nuage de spores orangées. Elle flottaient à hauteur d’homme, poussées par un vent dont elle ne connaissait pas l’origine. Et elles finirent par l’envelopper complètement.

La vision d’autant plus étonnante qu’elle n’avait pas l’habitude de voir les couleurs. Ou quoi que ce soit, en fait.

« Persée ? appela-t-elle doucement, un début d’anxiété dans la voix. »

Enfin, quelque chose apparut entre les spores, mais ce n’était pas ce qu’elle espérait. Une sphère sombre flottait dans les airs, absorbant la lumière et la chaleur autour d’elle. A tel point que Cass sentit un frisson parcourir son corps. Elle voulut tendre la main vers l’artefact, mais ne sentit que de la douleur, comme si cette chose avait commencé à absorber son énergie aussi.
Elle recula aussitôt, une expression de frayeur contenue déformant ses lèvres. La sphère avait disparue, remplacée par un crystal d’une pâleur qui aurait dû l’effrayer. Il reflétait de nombreuses étoiles, rougeoyantes, mais cela lui donnait espoir. De nouveau, elle tendit la main mais c’était pour le sentir disparaître, alors qu’une autre vision s’imposait à elle, familière et effrayante.

Une silhouette humanoïde à la pâleur incroyable. Une plaque violacée reflétait la lumière au-dessus de sa tête, mais c’était les deux billes rouge de ses yeux qui glaçaient le sang de Cass. Des iris qui la fixaient avec une colère qu’elle ne connaissait que trop bien.

« Non, seigneur Freezer ! Je ne peux rien pour vous, mes visions ne fonctionnent pas ainsi. »

Cass détourna la tête, comme si cela pouvait empêcher la colère du nihilien de s’abattre sur elle.

« Cass ! cria une voix lointaine. »

Elle reconnut cette voix : son aimée venait la secourir. Freezer ne pourrait pas l’enfermer, ni lui faire de mal. D’ailleurs, quand elle releva les yeux, il était toujours là mais son expression était celle d’une surprise absolue. Elle arrivait même à lire de la crainte dans les yeux rouges, la peur universelle de la mort. Une épine noire jaillissait de son torse et une mare de sang se formait lentement sous le corps du conquérant.
L'expression de terreur figée sur son visage d’ordinaire si assuré disparut d’un coup, alors qu’une colonne de lumière intense jaillit de sa bouche. Ses yeux s’allumèrent de la même façon. Une flamme dorée semblait naître depuis la plaie, explosant d’un coup et envahissant toute la vision de Cass.

« Laissez-moi ! »

De terreur, elle tourna les talons et fila à travers le nuage de spores devenus rouge sang. Elle courut jusqu’à ne plus avoir de souffle et jusqu’à ce que sa vision soit trouble. C'est alors qu’elle le vit.

Un arbre immense, dont les frondaisons se perdaient dans le ciel étoilé, se tenait devant elle. Un ichor noir coulait lentement le long de son tronc vénérable. Cette seule vision serra violemment son coeur, le pressant comme un citron jusqu’à en extraire la dernière goutte d’espoir.
Le sol s’effondra sous ses pieds. Elle tomba.

Les racines de l’arbre s’étendaient loin, très loin. Blafardes et crochues, elles paraissaient mortes depuis longtemps, mais pas oubliées. Une énorme déchire s’ouvrait sur la plus imposante, pulsant d’une lumière rouge. Elle paraissait s’étendre au-delà de l’écorce, créant une faille dans l’air et la réalité. Une faille vers un autre monde. Une chaleur intense en jaillissait. Soudain, une main traversa la faille, s’accrochant à cet univers avec des griffes crochues pour s’amarrer là et traverser la déchirure. Une autre main. Encore une autre. Encore une.
Elle hurla.

« Cass ! hurla de nouveau la voix. Je suis là ! »
Elle pivota dans les airs, mais son amoureuse n’était pas là. Il n’y avait qu’un temple au milieu du désert, soutenu par trois colonnes branlantes. Un démon rose frappaient les colonnes avec une force colossale, son rire faisant trembler le monde. Des morceaux de roche et de marbre tombaient tout autour d’elle quand il se retourna vers elle. Elle vit d’abord une colonne s’effondrer lentement, tombant sur la suivante. Les yeux de la créature la trouvèrent. Ils étaient noirs. Avec des iris de sang. Un sourire mauvais déchira le visage du démon, révélant beaucoup trop de dents.

« Mon amour ! »

Elle se retourna et frappa directement contre l’armure sombre. Le servant de Cold et de Freezer. Le casque noir n’exprimait rien de rassurant. Mais ses poignets furent capturés entre les mains gantées. La voix résonna encore, rendue métallique par le casque.

« C’est moi, je suis là, ne vous en faites pas. »

Progressivement, le métal fondit pour révéler la peau délicate de sa femme, les longs cheveux gris et les yeux effrayés. Persée. C’était son nom. Elle était là pour elle. Mais derrière elles, des visions de flammes et de morts se succédaient. Elle voyait une planète naître d’une étoile. Le sang versé par les colonnes germait sur une terre meuble. Elle ferma les yeux.

« Regardez-moi. Je suis là, je suis avec vous, je ne bouge pas. »

Cass voulait garder les yeux fermés mais elle savait que cela ne changerait rien. Elle se redressa, les yeux plongés dans ceux de sa femme, en écoutant les paroles rassurantes qu’elle débitait. Elles finirent par ne plus avoir de sens, mais le ton était tout ce qui comptait. Une voix douce, profonde, qui ne la quittait pas. La voyante se réfugia contre le torse de son amante, jusqu’à ce que l’obscurité l’engloutissent à nouveau, omniprésente et rassurante. Seul le battement du coeur de son amante lui parvenait, ainsi que l’odeur de sa peau, mélange d’agrume et de savon.

« Je suis là, continuait de dire Persée.
- Le passé… le futur… Je ne sais pas ce que j’ai vu.
- Je sais. C’est fini, c’est fini. Je suis là. »

Le vent soufflait tendrement autour d’elles. Elle sentit l’odeur de la terre et des plantes. Le jardin, c’était bien là qu’elles étaient, mais il n’y avait plus trace de spores, d’arbre, de sang ou de démon. Ne restait que le sentiment écrasant des malheurs à venir.

« Nous devons prévenir Bra. Et l’Empereur. Quelque chose de terrible va arriver. »


Dernière édition par Tierts le Lun Déc 04, 2023 11:51, édité 9 fois.
Chroniques de la Famille Cold
Sur Namek, le souverain Freezer réussit à défaire le terrifiant Super Saïyen. Il peut enfin étendre son emprise sur l'univers sans danger. Du moins, le croit-il car il découvrira bientôt que ses nouvelles conquêtes vont lui apporter bien des problèmes.

Tome 3 En cours - 1 Chapitre par semaine jusqu'à Mai 2024 - Prochain chapitre semaine du 15/04/2024
Avatar de l’utilisateur
Tierts
Nihilien Légendaire
 
Messages: 1275
Inscription: Jeu Oct 07, 2010 20:18

Re: The Cold's Family's Chronicles

Messagepar Antarka le Mar Mai 30, 2023 23:07

Et bien je t'ai déjà commenté ce chapitre et pas mal des suivants.

Je vais juste dire que voir de nouveaux chapitres de CFC dans cette section du forum, ça fait vraiment vraiment plaisir.

Savoir qu'on aura un chapitre par semaine (même deux au tout début) pendant plus d'un an à partir de maintenant, c'est vraiment... geant. Ça rend tout nostalgique aussi. Manquerait plus que Majin-Vegetto revienne tient (bon en vrai je l'ai bcp cherché sur Internet et j'ai essayé de le contacter mais en vain. Ptetre faudrait juste remonter sa fiction en postant des commentaires pour qu'il revienne).

Donc, un grand merci de pas avoir abandonné. Dans 1-2 mois on aura même oublié que tu as fait une pause de 7 ans dans la publication :p
#jesuiswoke
Avatar de l’utilisateur
Antarka
 
Messages: 14945
Inscription: Dim Avr 27, 2008 10:05

Re: The Cold's Family's Chronicles

Messagepar Tierts le Mer Mai 31, 2023 8:42

Je vais juste dire que voir de nouveaux chapitres de CFC dans cette section du forum, ça fait vraiment vraiment plaisir.

Donc, un grand merci de pas avoir abandonné. Dans 1-2 mois on aura même oublié que tu as fait une pause de 7 ans dans la publication :p


C'est tous ceux qui lisent que je devrais remercier, et qui ont lu à travers les ans. Je pense que je pourrais jamais avoir la motivation de reprendre et compléter cette fic s'il n'y avait pas eu un tel engouement pour elle, c'est vraiment ultra motivant. C'est à moi que ça fait plaisir de recommencer à poster cette fic. J'ai tenu à arriver avec une bonne réserve pour être sûr de garantir un rythme régulier à ceux qui auraient la motivation de reprendre la lecture après tout ce temps.

Manquerait plus que Majin-Vegetto revienne tient (bon en vrai je l'ai bcp cherché sur Internet et j'ai essayé de le contacter mais en vain. Ptetre faudrait juste remonter sa fiction en postant des commentaires pour qu'il revienne).


Alors, je ne sais si c'est le sujet pour en parler, mais depuis quelques temps j'avais dans l'idée de faire remonter le topic de l'Empereur Saiyen en faisant une relecture complète de la fic et en commentant au fur et à mesure.
Pour ce qui est de majin lui-même, je ne sais pas quel moyen tu as utilisé pour le contacter, j'avais son mail quelque part car il a relu certains chapitres du Tome 3 (La V1 du Tome 3 j'entends) mais je suppose que tu l'avais eu aussi depuis le temps.

Edit : Prochain chapitre demain vers Midi du coup !
Chroniques de la Famille Cold
Sur Namek, le souverain Freezer réussit à défaire le terrifiant Super Saïyen. Il peut enfin étendre son emprise sur l'univers sans danger. Du moins, le croit-il car il découvrira bientôt que ses nouvelles conquêtes vont lui apporter bien des problèmes.

Tome 3 En cours - 1 Chapitre par semaine jusqu'à Mai 2024 - Prochain chapitre semaine du 15/04/2024
Avatar de l’utilisateur
Tierts
Nihilien Légendaire
 
Messages: 1275
Inscription: Jeu Oct 07, 2010 20:18

Re: The Cold's Family's Chronicles

Messagepar biskus le Mer Mai 31, 2023 12:38

Cela me fait très plaisir de voir qu’un nouveau chapitre après tout ce temps est apparu.
Heureusement que tu as fait un résumé ça m’a permis de me remettre dans le bain.
Je ne me rappelle même plus si j’avais déjà commenté sur ta Fic.

En tout cas l’ensemble était génial et je suis heureux de voir que tu as repris jusqu’à quand je ne sais pas mais je vais me délecter de ce que j’aurais .
biskus
 
Messages: 311
Inscription: Sam Oct 18, 2014 12:36

Re: The Cold's Family's Chronicles

Messagepar Tierts le Jeu Juin 01, 2023 12:02

biskus a écrit:Heureusement que tu as fait un résumé ça m’a permis de me remettre dans le bain.
Je ne me rappelle même plus si j’avais déjà commenté sur ta Fic.


Hello biskus ! Je ne t'avais jamais vu sur le topic mais je vois que tu as posté en 2020 pendant ma longue absence. J'espère te revoir régulièrement maintenant que la fic a repris ^^
Content que le résumé te plaise, je me suis dit que ce serait utile pour ceux qui n'auraient pas envie de se retaper 200 chapites avant de commencer ce troisième tome.

Quant à savoir jusqu'à quand tu auras de quoi lire... au moins jusqu'à l'année prochaine, a priori !

Sans plus attendre : la suite.

Chapitre 2 : Le Programme


A mesure que les lignes de code défilaient devant ses yeux, elle reconsidérait sa vie, ses choix et, particulièrement, ses décisions de la journée. Rien. Il n’y avait a priori plus rien qu’elle puisse faire ; le code paraissait cohérent. Il devrait fonctionner, maintenant. En toute logique. Mais il devait déjà fonctionner, en toute logique, lors des trois tentatives précédentes et ça n’avait pas été le cas. C’est pourquoi elle sentait toujours sa main tremblante alors qu’elle pressait le bouton pour valider, puis revenait sur la page pour actualiser.
Aussi vite qu’elle l’aurait fait pour scanner les mouvements d’un adversaire, ses yeux parcoururent la page à mesure qu’elle s’affichait, à la recherche de la moindre erreur et incohérence, inspectant chaque pixel un par un. Mais les données s’affichèrent dans le bon ordre, parfaitement triées, fluides et surtout… sans la moindre erreur.

Bra se redressa d’un coup, jetant ses bras dans les airs. Elle dû même se contenir un peu pour ne pas exprimer toute sa joie. Elle ne voulait pas que les détecteurs impériaux paniquent en détectant un pic de puissance sur Terre.

« Victoire ! »

Depuis le bureau d’à côté, elle entendit la voix de son patron s’écrier.

« Victoire ?!
- Victoire ! confirma-t-elle avec un sourire trop fier d’elle, quand elle vit entrer dans son bureau. »

Joss était un grand bonhomme à la barbe presque aussi fournie que son ventre, mais il se déplaçait toujours très vite malgré tout, sur ses jambes étonnamment courtes. Depuis le début du projet, il virevoltait entre les bureaux pour aider comme il le pouvait, malgré ses connaissances limitées dans le domaine technologique.
Bra fit rouler sa chaise pour dégager le chemin jusqu’à son écran. Des deux bras, elle désignait l’affichage parfait.

« Tu es géniale, Brief, souffla-t-il après un rapide examen. Comment tu as fait ? »

C’est à ce commentaire qu’elle sourit et se redressa, trop excitée pour rester assise.

« Je ne sais pas trop, écoutes. J’ai fait du nettoyage : tout repris depuis la base, j’ai effacé tout ce qui me paraissait superflu, toutes les lignes que je comprenais pas et j’ai simplifié quelques formules… Et voilà. Donc je ne sais pas, mais ça fonctionne donc on ne touche plus maintenant, ok ? »

Joss ne pouvait qu’opiner, ce qu’il fit presque violemment, son menton dodelinant sous son sourire joyeux. Il continuait tout de même d’inspecter la page de haut en bas, jusqu’à être satisfait. Le gros bonhomme se tourna ensuite vers Bra, joignant les deux mains paume contre paume avant de s’incliner d’une façon exagérée.

« Merci aux dieux de m’avoir envoyé une Brief pour nous aider. On n’y serait pas arrivé sans toi. »

Elle ne répondit que par un éclat de rire gêné. Son regard dériva vers l’écran et le code sur lequel elle venait de passer les trois dernières heures. Elle n’avait pas vu le temps passer.
Quand elle avait décidé de se lancer dans quelque chose d’autre que se battre, le projet de Joss avait immédiatement attiré son attention. En partie à cause de la quantité de codage impliqué : cela lui était venu naturellement. Chaque fois qu’une partie trop complexe lui apparaissait, elle se souvenait des heures passées sur les genoux de sa mère quand elle était toute petite. Bulma était une codeuse géniale, avec une patience infinie, capable de vérifier des milliers de lignes de code en quelques minutes. D’ailleurs, elle se souvenait même qu’elle chantonnait presque toujours quelque chose quand Bra était là, pour la bercer. Bulma était meilleure programmeuse que chanteuse.

Le souvenir était revenu brutalement à son esprit, et lui fit aussitôt perdre son sourire. Une poigne glacée étreignit son coeur, le pressant comme un citron, et elle faillit se ratatiner sur elle-même. Ce n’était pas aussi douloureux que ça l’avait été, mais c’était toujours difficile. Et parfois, comme aujourd’hui, cela la rattrapait au milieu d’un bon moment, la ramenant brusquement plus bas que terre.
Heureusement, perdu dans son soulagement, Joss n’avait rien vu.

« On va pouvoir mettre ça en ligne dans les temps, tu te rends compte ? Des milliers de planètes vont retrouver leur héritage en même temps !
- Oui, c’est génial, approuva-t-elle distraitement. »

C’était réellement un beau projet. L’Empire avait passé des millénaires à accumuler le savoir et la technologie de toutes les planètes conquises. Il fallait reconnaître qu’ils étaient très doués pour conserver ces données, mais beaucoup moins pour les diffuser. Depuis les changements apportés par Kalta, plusieurs demandes avaient été faites pour en retrouver. Textes sacrées, textes historiques, recettes de cuisines, contes… L’histoire de planète entière, conservée dans les banques de données impériales. Joss était l’un de ceux qui s’étaient portés volontaire pour réunir tous ses efforts en un seul projet, coordonné entre toutes les planètes.
Ils arrivaient au bout de la première partie de ce projet : une banque de données accessible, complète mais surtout organisée. Tout y était, à l’exception des technologies militaires, des traités de tactique et plusieurs pactes signés entre des planètes et les Cold, mais c’était un immense début.

Perdue dans ses pensées, elle n’entendait plus ce que disait Joss, jusqu’à ce qu’il termine sa phrase.

« Eh, il est tard et tu as fait un super boulot, je peux fermer derrière toi. Tu as mieux à faire ce soir, non ? »

Elle s’apprêtait à lui répondre avec le sourire quand elle perçut, dans sa voix et dans ses yeux, le changement. Il y a encore une minute, elle était Bra Brief, son employée qui venait de lui sauver la mise, et maintenant elle était Bra, la super saïyenne, qui allait traiter avec les plus grandes instances de l’Empire. Joss avait maintenant une déférence et une distance dans sa voix qui ne lui plaisait pas et qui l’étonnait toujours. Cela faisait des années qu’ils se connaissaient maintenant.
Comme mille fois auparavant, elle envisagea d’ouvrir la bouche, mais ne trouva pas ce qu’elle pouvait dire. Alors elle força un sourire et inclina doucement la tête.

« Oui, c’est vrai, merci de m’y faire penser. »

Dans son grand projet de nettoyer tout le code, elle avait oublié le jour de la semaine, en effet. Heureusement pour elle, c’était impossible d’être en retard quand on pouvait se déplacer comme elle.

« A demain Joss, pas touche au code ! lança-t-elle en filant déjà vers la sortie, enfilant sa veste sur le chemin. »

Ainsi, dès qu’elle fut sorti des bureaux, plutôt que de prendre les capsules à sa ceinture, Bra laissa sa puissance l’envelopper et tapa à peine des pieds.
En un quart de seconde, elle fut dans les airs, lancée à toute vitesse vers le Palais.

* *
*

Chaque fois qu’il était venu au Tartare, Tao Paï PaÏ avait l’impression que l’immense station spatiale avait changée. La complexité absurde du vaisseau rendait difficile d’imprimer sa forme dans sa mémoire. Une croix centrale était bien visible, mais le design originel était maintenant perdu dans un déluge d’ajouts, de branches supplémentaires et de morceaux de vaisseaux greffées dessus comme des greffes cybernétiques faites à la va-vite. Et surtout, sans le moindre effort de cohérence : toutes les couleurs de peintures se mélangeaient les unes aux autres dans un arc-en-ciel impressionnant d’absurdité.
Le chasseur de prime ignorait l’utilité d’une bonne partie du vaisseau, mais il devait lui reconnaître sa furtivité. Sans avoir ses coordonnées, il était impossible de le trouver. Et même lorsque l’on les avait, il était parfois difficile de le repérer. La supergéante rouge autour de laquelle le Tartare orbitait noyait toutes les transmissions du système, en plus de teinter le monde entier d’une lueur orangée que Tao lui-même trouvait sinistre.

L’écran de son vaisseau s’alluma soudainement pour qu’une voix bien connue ne résonne dans le cockpit.

« Bienvenue à la maison, Tsuru. »

C’était toujours ainsi que Yantz l’appelait. Le maître de la Guilde devait se douter qu’il ne s’agissait que d’un pseudonyme, assumé pour s’assurer un peu de sécurité contre l’Empire, mais il ne s’en souciait pas. Pourquoi le ferait-il ? La moitié des agents de la Guilde opéraient sous des identités différentes et, en quelques années, Tsuru était devenu son agent le plus efficace.
Non seulement Tao était un tueur efficace, mais les améliorations de Gero le rendait parfaitement indétectable même des meilleurs détecteurs impériaux. L’agent parfait pour une organisation secrète. Il n’avait pas fallu longtemps pour que la guilde le comprenne et le récompense comme il le méritait.

« Objectif récupéré, annonça-t-il. »

Il jeta un regard sur l’objet en question. La sphère noire paraissait toujours pulser d’une énergie étrange, à un rythme sans cesse différent.

Pas de réponse, ni de félicitations, mais l’écran afficha une série de chiffres que le cyborg était bien incapable de comprendre. Le vaisseau le pouvait cependant, et il entra en pilote automatique pour aller s’arrimer à l’immense station. Ce n’est qu’à ce moment que la voix de Yantz reprit.

« Le client est déjà là. L’objectif lui sera montré par écran interposé avant paiement. Si c’est bien ce qu’il désire, il a une autre mission pour nous. Tu y seras assigné.
- Du nettoyage ? demanda tout naturellement le tueur à gages.
- Potentiellement. Mais protection, c’est sûr. »

Tao ne pouvait plus lever les yeux au ciel depuis que son corps était à 95% fait de métal, mais il poussa tout de même un soupir exaspéré. Ce n’était pas le genre de mission qu’il appréciait le plus. Trop longues et trop ennuyantes. Cela dit, le secret qui entourait ces dernières opérations lui faisait dire qu’il avait tout de même des chances de s’amuser. Il était bien trop curieux pour manquer cette occasion. Il restait à espérer que des opérations de nettoyage soient tout de même nécessaires.
Une fois le vaisseau amarré dans une des nombreuses baies du Tartare, Tao se propulsa en dehors pour filer dans les couloirs. Il n’avait pas l’intention de rester plus longtemps que nécessaire dans l’immense station spatiale vide. Les murs blancs et les longs couloirs déserts avaient quelque chose d’inquiétant même pour quelqu’un comme lui.

Yantz était en théorie le seul occupant de l’endroit, lui et sa légion de robot. Mais Tao n’avait jamais ne serait-ce qu’aperçu le maître de la Guilde, malgré ses nombreux passages par ici. Il commençait à douter qu’il habite réellement sur ce vaisseau vide. Prudent comme il l’était, il devait contrôler l’endroit à distance et s’en servait uniquement pour les transactions risquées de la Guilde.

« Ici, annonça soudain la voix de son employeur dans les hauts-parleurs. »

Au même instant, une porte à sa droite laissa échapper un chuintement en s’ouvrant. Comme tous les locaux, elle ne comportait presque rien, sinon un écran et un piédestal. C’est vers ce dernier que Tao s’avança pour déposer la sphère sombre. Aussitôt, un couvercle de verre vint se poser au-dessus. Rien qui puisse vraiment la protéger si quelqu’un du niveau du cyborg voulait s’en emparer, mais si cela pouvait faire plaisir à Yantz.

« Recule d’un pas… Merci. Voilà votre objet. »

L’écran s’alluma, mais il ne montrait qu’un blanc immaculé. Ce n’était pas inhabituel pour leurs clients de vouloir rester anonymes. Tao devinait qu’une caméra était braqué sur le piédestal à cet instant précis, envoyant l’image à ce client qui pourrait décider s’il était satisfait. Une fois le paiement reçu, et seulement après ça, le client pourrait récupérer son artefact.
La voix déformée retentit dans la salle.

« Elle y ressemble, mais j’ai besoin de la sentir pour être sûr. »

Au silence qui suivit, Tao devina que le maître de la Guilde était contrarié. Il n’aimait pas que ses plans précis soient contrariés de cette façon. Surtout pour une raison aussi vague que “sentir l’objet.”

« J’ai votre or ici, continua la voix. Laissez-moi 10 secondes avec la pierre proche et je vous paie. »

Un nouveau silence s’étala entre eux, que Tao n’avait aucun intérêt à briser. Il n’était rien dans cette transaction, sinon un exécutant, et les détails ne l’intéressaient pas. La seule raison pour laquelle il était encore présent, c’est qu’une seconde mission était prévue.

« Tsuru, reprit la voix de Yantz, légèrement différente à présent que lui seul pouvait l’entendre. Restes auprès de la sphère. Tu sais ce que tu as à faire.
- Bien sûr. »

Toutes les communications furent coupées, et Tao resta planté près du piédestal, jusqu’à ce qu’enfin la porte en face de lui ne s’ouvre à nouveau. Son détecteur interne avait sentit le client arriver de loin, et il fut assez surpris de découvrir son apparence.

Il lui arrivait à peine aux genoux et restait caché sous une cape blanchâtre qui dissimulait en grande partie ses traits. Il arborait aussi un étrange blason sur son torse, qui rappelait à Tao des souvenirs de la Terre. Sa puissance était trop élevée pour celle d’un terrien cependant. Plusieurs centaines d’unités tout de même. Un insecte par rapport à lui, mais assez respectable à l’échelle de cet univers.
Il aperçut Tao et marqua un temps d’arrêt. Impossible de lire dans les yeux dissimulés sous la capuche, mais Tao aurait juré voir de la peur ou de la méfiance dans l’attitude du client.

« Retirez ce couvercle ! »

La voix nasillarde qui échappa de la petite créature avait sans doute tenté d’être autoritaire, mais Tao n’était pas impressionné. Il ne réagit pas avant plusieurs longues secondes. Ce n’est pas lui qui obéit, mais la machine qui remonta lentement le dome de verre avec un léger sifflement. Le client n’approcha pas plus.

« Aaah… Oui, c’est bien ça ! »

Un ricanement joyeux sortit de la capuche qui cachait son visage, mais il fut rapidement interrompu par un bip furieux. Derrière le client, un petit robot tendait un plateau de métal dans sa direction.
Le petit être poussa un grondement mais ne tenta rien d’agressif. Dans un claquement de cape, il produisit plusieurs tablette d’or pur, qu’il fit glisser dans le plateau du robot, une par une. Jusqu’à ce que la voix de Yantz ne retentisse dans la salle.

« Très heureux d’avoir fait affaire avec vous. Vous pouvez récupérer votre dû. »

Sans un regard à Tao, l’étranger s’avança vers le piédestal. Ce dernier se baissa jusqu’à permettre à la créature de tendre la main et récupérer la sphère. Elle laissa échapper un éclat violacé au moment où elle entra en contact avec la peau turquoise.

« Nous devons partir au plus vite pour…
- Je sais, interrompit Yantz. Tsuru vous accompagnera sur Cold 285.
- Excellent. »

Cette fois-ci, rien ne vint interrompre le ricanement sinistre du client.

* *
*

Les nuages avaient tendance à s’écarter à son approche. Sans doute à cause de l’air déplacée en volant à une telle vitesse, mais Bra faisait toujours tout son possible pour en traverser un ou deux. La fine brume trempée qui la recouvrait l’espace d’un instant était agréable et rafraîchissante. Dans le cadre de ce trajet en particulier, cela lui donnait aussi l’occasion de ralentir dans son ascension vertigineuse. Juste à temps pour passer près de la tour Karine.

« Maître Karine ! Hello ! »

Elle avait crié assez fort à son approche mais se rendit rapidement compte que ça n’avait pas été nécessaire. Le vieux maître chat était déjà installé sur le rebord de sa plateforme, penché dans sa direction avec ce qu’elle reconnaissait comme de l’amusement dans ses yeux.

« Bra ! Comment vas-tu ?
- Super ! sourit-elle en prenant conscience que c’était vrai : elle se sentait mieux.
- Appel du mois ? »

Elle ne pouvait pas vraiment s’en cacher, acquiesçant vivement. Le matou se fendit alors d’un de ses sourires qu’elle lui connaissait bien, qui découvrait même ses canines.

« Je ne vais pas te ralentir alors ! »

Bra roula des yeux en guise d’unique réponse et elle s’apprêtait à repartir aussi sec, avant de ralentir à nouveau et même de redescendre de quelques mètres pour regarder le matou dans les yeux.

« Je repasse prendre un thé en redescendant ? »

Ce n’est qu’une fois l’approbation du vieux maître obtenue que la saïyenne déchaîna de nouveau sa puissance pour se propulser dans les airs. Bien plus haut que le repère de Karine.

Loin au-dessus des nuages et de toute structure terrestre, l’ancien palais du Tout-Puissant continuait de flotter. Depuis cinq ans, les structures que l’Empire y avait installés années après années avaient été retirées, redonnant à la structure un véritable environnement de paix, dans lequel il lui arrivait de se perdre, entre le vert puissant des arbres et l’azur du ciel. Il ne restait que le centre de communication dans le palais lui-même. C’est donc là qu’elle se dirigea une fois posée.

Une petite silhouette sortit timidement par la porte principale, pour l’accueillir. L'extra-terrestre portait l’armure impériale, avec de larges épaulettes, mais doté d’une sorte de toge blanche fixée aux plaques des pectoraux, que Bra interprétait comme celle des scientifiques. Un large bec s’ouvrit à son approche et une voix étonnamment profonde et rocailleuse la salua.

« Princesse Bra, la salle des communications est à votre disposition. »

Elle qui s’apprêtait à le saluer poliment s’interrompit en entendant le titre employé. Elle se figea sur place et tourna lentement le regard vers lui. Le scientifique s’était même incliné à son passage, comme il l’aurait fait devant Cold ou Freezer. Ses yeux bleu s’étrécirent lentement. Bra fit de son mieux pour imiter l’air glacial et effrayant que l’Empereur pouvait prendre quand il s’adressait à un subordonné.

« Je… Je suis désolé Madame, s’excusa le chef des communications sans même savoir pourquoi il le faisait.
- Pardon ! réagit aussitôt Bra en reprenant un sourire agréable. Je plaisantais ! Pas de “Princesse” avec moi, c’est tout. Bra, ça ira très bien. Ou Mademoiselle Brief. Ou Madame Brief. Enfin peu importe mais ne vous embêtez surtout pas. »

Elle s’embrouilla ensuite dans ses explications, profondément désolée d’avoir effrayé le soldat impérial. Cold était mort depuis des années maintenant, mais la quasi-totalité des troupes l’avaient connus, ou un de ses enfants. Courroucer un Nihilien s’avérait dangereux à l’époque. C’était stupide de sa part de jouer avec la perception qu’elle avait du nouvel Empereur. Mais d’un autre côté, elle était presque sûre d’avoir déjà eu cette conversation, et ce plusieurs fois.

« Par ici, Dame Bra, reprit l’oiseau, très professionnel. »

Même si elle connaissait le chemin, Bra se laissa guider jusqu’à la salle des communications privées, en s’excusant plusieurs fois sur le chemin, sans rien recevoir en retour. Elle ne lui fit même pas remarquer que “Dame” était encore un peu trop formel pour elle.

Une petite aile du palais avait été cloisonné pour abriter un écran de deux fois sa taille et le reste des murs étaient occupés par les innombrables instruments de communication que l’Empire utilisait. Selon Kalta, la position très élevée du palais dans l’atmosphère terrestre permettait de faire fonctionner tout ce système beaucoup plus facilement, assurant une communication entre toutes les planètes de l’Empire.

« La communication va commencer dans un instant, avertit le scientifique avant de filer aussi vite que possible. »

Elle eut à peine le temps de le remercier que la porte se refermait déjà lourdement derrière lui, enfermant la saïyenne avec les ordinateurs et le ronronnement rassurant de l’écran qui se mettait en route. Comme promis, il ne fallut qu’un instant pour que la communication s’établisse.

Une silhouette bien connue ne tarda pas à apparaître, sa pâleur inquiétante n’ayant d’égale que le brillant de sa plaque crânienne violacée et de ses yeux d’un rouge de sang. Bra se prit à sourire en découvrant son visage.

« Saïyenne, la salua Kalta avec un vague rictus.
- Nihilien, répondit Bra sans manquer une seconde.
- Comment vas-tu ? »


Dernière édition par Tierts le Lun Août 28, 2023 14:08, édité 5 fois.
Chroniques de la Famille Cold
Sur Namek, le souverain Freezer réussit à défaire le terrifiant Super Saïyen. Il peut enfin étendre son emprise sur l'univers sans danger. Du moins, le croit-il car il découvrira bientôt que ses nouvelles conquêtes vont lui apporter bien des problèmes.

Tome 3 En cours - 1 Chapitre par semaine jusqu'à Mai 2024 - Prochain chapitre semaine du 15/04/2024
Avatar de l’utilisateur
Tierts
Nihilien Légendaire
 
Messages: 1275
Inscription: Jeu Oct 07, 2010 20:18

Re: The Cold's Family's Chronicles

Messagepar Darksnake le Ven Juin 02, 2023 16:50

Je n'avais même pas vu que de nouveaux chapitres étaient sortie, trop content de voir la suite, merci à toi de continuer ta fic :D
Hyeeeh kyaah Hyaaah haa
Hyet haa haa jum jum haaa.

Link.
Avatar de l’utilisateur
Darksnake
 
Messages: 204
Inscription: Mer Jan 18, 2012 22:47

Re: The Cold's Family's Chronicles

Messagepar Xehanort le Dim Juin 04, 2023 20:42

Il y a des nouveaux chapitres ! Je vais tout relire depuis le début. Et peut être donner mon avis dessus. :wink:
Que ton cœur soit la clé qui te guide.
Avatar de l’utilisateur
Xehanort
 
Messages: 4288
Inscription: Jeu Fév 09, 2017 17:17

Re: The Cold's Family's Chronicles

Messagepar Tierts le Lun Juin 05, 2023 11:59

Darksnake a écrit:Je n'avais même pas vu que de nouveaux chapitres étaient sortie, trop content de voir la suite, merci à toi de continuer ta fic :D


Ces nouveaux chapitres viennent seulement d'arriver donc tu n'as pas manqué grand chose. Merci surtout à toi et à tous ceux qui lisent la fic et qui me font savoir qu'ils aiment à travers ces commentaires. C'est en grande partie grâce à vous qu'elle a duré aussi longtemps et qu'elle est de retour aujourd'hui.

Xehanort a écrit:Il y a des nouveaux chapitres ! Je vais tout relire depuis le début. Et peut être donner mon avis dessus. :wink:


Tu n'es pas le premier à me dire qu'il va relire depuis le début. Connaissant la longueur (et la qualité) de la fic, je vous souhaite à tous bon courage ! xD

Et en attendant tes commentaires, Xehanort : la suite.

Chapitre 3 : Passaros


Quatrième mission de l’année. Maintien de la paix. Pertes minimales si possible.
Cold 285 - Ancienne et nouvelle dénomination : Passaros - Aussi appelée : Grande Verte, le Globe, Sechee.

J’ai sorti tout ce que l’Empire avait sur la planète, pour consulter sur le trajet. Le commando dort. Anik, Varidal et Aidan présents.

J'ai d’abord pensé à Niost ; Cold 285 a connu environ 80% de période de conflit pour 15% de paix, les 5% restants sont encore discutées par les historiens. Raisons différentes cela dit : conflit religieux. Ai du mal à comprendre comment des croyances peuvent générer tant de morts, mais ce n’est pas la première planète dans ce cas.
Centre de la dispute cette fois (comme les huit dernières fois) : le Cube. Large structure située à l’Equateur de la planète, milieu d’un désert. Forme cubique et origine inconnue (ce serait trop facile), revendiquée par tous les peuples de la planète. A servi de temple, de palais et de monument à travers les époques.

La dernière fois qu’un problème est survenu était sous Cold. Le Roi a tué environ 75 000 personnes, 80% de la foule réunie autour du monument. A déclaré le bâtiment propriété impériale. N’en a rien fait depuis.
Les études sont rares. Ai retrouvé un vieux document ; résultat non-conclusifs. Âge estimé > 5 millions d’années, fonctions inconnues, probablement pour rituels. N’a pas été attribué à un peuple en particulier. Sans doute prudent de leur part.

Mission complexe. Gouvernement sous le contrôle des Drachmiens, peuple majoritaire dans l’hémisphère Nord. Ont parlé de reprendre contrôle du Cube. Depuis, amassement d’Ishtaris autour du Cube, environ 15 000. Armée gouvernementale sur place. Tension en hausse. Empire a envoyé des troupes (8 vaisseaux) mais tension toujours en hausse. Bras de Kalta soi-disant dernier atout.

Aidan comprendra le problème. Anik sera plus expéditif. Doit lui faire comprendre la nécessité de prendre des pincettes. Ce sera difficile.
Maintien de la paix avant tout.

J'ai demandé à ce que le Patriarche soit-là, ainsi que chef spirituel des Ishtaris. Dialogue impossible. Bonne vieille menace armée ?
Vais tenter d’obtenir une neutralité de la zone. Peut-être avec troupe constamment présente pour assurer sécurité. Difficile en ce moment, mais Passaros importante.
Maintien de la paix avant tout.


    Notes du Commandant Palpi, sur la dernière mission du Bras de Kalta.
    Publiée en l’an 29 de l’ère de Kalta, à titre posthume.

* *
*

Tout l’Empire connaissait la signification du son strident qui précédait l'atterrissage des fameux pods. Ces vaisseaux sphériques n’étaient utilisé que par les troupes d’élites de Cold, Freezer et Cooler. Des guerriers suffisamment puissants pour être envoyés seul ou en groupe très réduit et espérer ainsi soumettre des planètes entières. Les noms les plus célèbres et les plus craints de l’Empire avaient voyagés ainsi, allant du Prince saïyen Végéta au commando Ginue, en passant par le guerrier d’élite Taris.

Rien d’étonnant donc à ce que le sifflement fasse relever la tête de toute la foule amassée autour du monument, ainsi que des soldats postés pour contrôler ladite foule. Tous y savaient ce que cela signifiait, même si ils ne savaient pas encore qui avait été envoyé.

« L’Empire prend la situation au sérieux, commenta Tao à son client. »

Tous deux incognito dans la foule de fidèle, ils s’étaient couverts d’une tenue adaptée au désert aride, et qui avait aussi l’avantage de camoufler leur visage sous des larges capuches et un masque respiratoire. Cela leur permettait en théorie de ne pas être identifiés immédiatement comme des intrus au milieu d’un peuple qui n’était pas le leur. Surtout au milieu des fidèles qui portaient tous une large cape blanche, y compris les enfants. Une chance pour son client.

« A quel point ? demanda la petite silhouette. »

Le chasseur de prime ne donna pas de réponse immédiatement. Il releva les yeux vers le ciel et le second sifflement qui se faisait entendre. Son détecteur s’activa aussitôt et il sentit les chiffres défiler plus qu’il ne les vit défiler. Plusieurs centaines de milliers d’unités. Il n’y avait qu’un seul commando capable d’afficher une puissance pareille.

« Très, lâcha-t-il entre ses dents. Le Bras de Kalta.
- Est-ce que ça vous fait peur ?
- Peur, non. Mais je ne vais pas me frotter à eux, si c’est votre question.
- Voilà qui complique les choses. »

Tao considéra son petit client d’un regard nouveau. Ce type voulait affronter l’Empire ? Pire, il voulait se battre contre le Bras de Kalta ? Il n’avait pas eu le détail du plan en venant ici, mais il avait supposé que cela impliquait le conflit religieux qui était en train de se jouer sous leurs yeux. Yantz n’aurait jamais accepté une mission qui impliquait de s’attaquer directement à l’Empire, même cinq ans après Cold. Et le chasseur de prime n’était pas assez stupide pour espérer vaincre Anik.

« De quoi avez-vous besoin, exactement ? »

Le client redressa le nez à son tour, mais plutôt que d’observer le ciel, il tourna les yeux vers le gigantesque bloc couleur obsidienne qui surplombait la foule. Le Cube était un nom bien trop simple pour un pareil monument. Même Tao devait admettre qu’il était impressionant. De loin, il ressemblait à un simple cube, c’est vrai, planté comme une verrue noire au milieu du désert. Mais une fois qu’on était aussi proche, on pouvait distinguer les gravures incroyablement complexes qui recouvraient toutes ses surfaces comme des lierres qui remontaient depuis le sable. Les symboles étaient inconnus de Tao, mais ils avaient dû demander un temps absurde pour être gravé dans une roche pareille.

« Cinq minutes au sommet. Sans être interrompu.
- Ah. Plus facile à dire qu’à faire. Tous les regards sont sur cet endroit. Y compris ceux de l’Empire. »

A quelques kilomètres de là, un vaisseau impérial lévitait au-dessus de la base improvisée. Là où les pods atterrirent finalement.

« Vous n’avez pas peur des locaux ? demanda son client. »

Tao n’avait plus l’anatomie nécessaire pour rouler des yeux et il le regrettait profondément à ce moment. Les Passaris faisaient partie des espèces les plus puissantes de l’Empire, avec une moyenne de 700 unités par habitants, 1500 pour les soldats. La planète avait fourni à Cold, puis à Freezer, certains de leurs meilleurs guerriers, y compris le dénommé Reecum. Celui-là l’aurait peut-être inquiété, mais personne d’autre. Pas avec le niveau atteint grâce aux améliorations de Gero.

« Non, répondit Tao. Vous comptez affronter des locaux ? »

Il ne pouvait pas voir la bouche de son client, mais il pouvait deviner son sourire sinistre derrière le masque.

« Un seul. »

* *
*

« Donc… Vous êtes certain de ne pas avoir fait de plongeon vers une zone protégée ? demanda Bischa en inspectant de plus près le morceau de corail qui sortait du poignet de son patient.
- Certain ! répondit l’imbécile persuadé qu’il s’agissait d’un morceau de caillou. »

Elle poussa un soupir aussi discret que possible et se redressa, rajustant distraitement ses cheveux roux sous sa charlotte blanche. Affichant son sourire le plus aimable, elle réunit ce qu’il lui restait de patience pour indiquer au jeune homme.

« Je vais en informer le médecin, qui sera avec vous dans un instant. »

Un mensonge : il ne serait pas là avant au moins une demi-heure, mais c’était un délai très court compte-tenu de l’heure à laquelle l’idiot venait se faire soigner. Mais voilà ce qu’il en coûtait de prendre des bains de minuit dans les zones où l’on ne devait pas plonger.

Elle ressortit de la salle d’examen n°5 en contenant un bâillement. La nuit venait à peine de commencer mais elle allait être longue. Mais au moins, elle serait bien payée.

« Bischa ! cria son partenaire du soir, à l’accueil. T’as vu ? »

Vu quoi, elle n’en savait rien. Il pointait du doigt l’écran central de la salle d’attente, vers lequel l’attention de la petite dizaine de patient était tournée. Les images étaient les même depuis une semaine : un désert, une foule et un large cube noir qui dominait toute la scène. Un conflit que le présentateur était sans doute en train de résumer pour la quinzième fois de la soirée, mais heureusement le son était bien trop bas pour qu’elle comprenne ce qu’il raconte.

« Les tarés y sont encore ? Rien d’étonnant non ? »

Le conflit lui était connu, mais il paraissait si lointain, surtout ici. Dans les îles, de l’autre côté de la planète, la religion que les Ishtaris voyaient comme si importante était encore là, mais à peine pratiquée. Même sa mère, pourtant plutôt traditionnelle, se fichait pas mal de cette histoire de Cube. A travers l’histoire, ça n’avait causé que des problèmes, alors pourquoi s’en soucier ? Il n’y avait bien que sur le continent que ça excitait encore des gens.

« Non mais l’Empire a appelé du renfort.
- L’Empire, ce n’est plus Cold, répondit-elle sans sourciller. »

Fut un temps, la seule mention de l’Empire aurait suffit à la faire frissonner. Comme tous les passaris, elle savait que sa planète avait une place privilégiée dans son fonctionnement, mais ça n’avait pas empêché Cold de commettre un massacre la dernière fois qu’il avait visité la planète. Il y a des siècles de ça.

« A moins que l’Empereur Kalta lui-même ne se ramène, je ne sais pas si ça va avancer. »

Honnêtement, elle aurait presque préféré. Au moins les choses se calmeraient un peu et ils montreraient autre chose à la télé.

« C’est le Bras de Kalta.
- Oh. »

Bischa tourna de nouveau la tête vers l’écran. L’image zoomait sur des points dans le ciel. Des pods impériaux, sur lesquels on pouvait voir l’insigne du Bras de Kalta. Un poing blanc fermé sur un cercle noir.
Voilà qui avait plus de chance de l’impressionner. Elle se souvenait encore d’avoir observé une scène similaire, quand elle était toute petite. Une visite du Commando Ginue. Le grand Reecum rentrait à la maison pour saluer sa famille et sa planète natale. Tout Passaros était fier d’avoir un représentant au sein de l’unité d’élite de l’Empire.

Sauf que cette fois, il n’y avait plus de Reecum. Ce n’était pas une visite de courtoisie.

« Tu crois que ça va cogner ? demanda son collègue, toujours le sourire aux lèvres.
- Je n’espère pas, souffla-t-elle, encore plus fatiguée par la nuit qui allait suivre. »

* *
*

L’ordinateur indiquait qu’il ne restait que quelques minutes avant de pouvoir se poser sur Freezer 82. Ce qui voulait dire qu’il n’était pas à jour puisque les derniers modèles devaient indiquer le nom choisi par la planète ou, à défaut, les deux noms possibles.

« On arrive sur Terre, indiqua doucement Persée à son aimée. »

Cass était installée à côté d’elle depuis qu’elles avaient décollé de leur planète, alors qu’elle préférait d’habitude délaisser le cockpit du Tempête pour aller se réfugier dans leur chambre. Si elle avait tenu pendant la première heure de voyage, elle n’avait pas tardé à somnoler mais elle s’en défendait chaque fois que Persée lui faisait remarquer. Elle acquiesça, ses yeux papillonnant encore pour se rappeler d’où ils étaient, et fit un sourire que Persée devina comme étant forcé. Dès qu’elle se réveillait, la voyante affichait ce même air inquiet et pensif. Elle voulut dire quelque chose mais un bip l’interrompit.

L’ordinateur indiquait une communication en attente.

« Tempête, ici l’Administrateur Loppeg de Freezer 82. Nous avons reçu vos identifications mais pas la raison de votre visite. Pour accélérer votre autorisation de descente, pouvez-vous m’indiquer la raison de votre visite ?
- Urgente. Je dois parler à Bra Brief et à l’Empereur.
- L’Empereur est actuellement sur Cooler 46. Dame Siberia sera de retour dans quelques temps, si vous voulez l’en informer.
- Dans ce cas, je parlerai d’abord à Bra, vous allez m’empêcher de me poser ? »

Question idiote : même l’Empire n’avait pas les moyens de le faire, s’il le voulait. Pas sans l’Empereur, Siberia ou le Bras sur place.
Elle n’attendit que quelques secondes avant d’entendre la suite, après un claquement de mandibules agacés.

« Je vous transmets les coordonnées. Je vais faire prévenir l’Empereur que vous désiriez lui parler.
- Trop aimable, Administrateur. Prévenez aussi mademoiselle Brief dès que possible.
- Elle est sur place et vous rejoindra à l'atterrissage. Satisfait, Persée ? »

L’ancienne chasseuse de prime se fendit d’un sourire qui dévoilait ses dents. Même après tout ce temps, elle appréciait toujours d’embêter l’Empire.

« Merci beaucoup. Nous commençons notre approche. »

Persée tourna la tête vers Cass. La voyante était aussi tourné vers elle, la tête penchée avec une moue vaguement amusée.

« Vous ne pouvez pas vous en empêcher.
- Non. C’est pour ce que Freezer vous a fait. »

Un rire clair lui répondit, et Persée fut soulagée de retrouver le sourire de son aimée.

* *
*

Le Commandant Palpi était déjà réveillé depuis une heure quand son pod avait pénétré l’atmosphère de Cold 285. Il en avait profité pour relire ses notes et ce qu’il savait de la planète. Ce n’était pas grand chose, loin d’être assez pour espérer trouver une solution viable, mais après tout il n’y avait parfois pas de solution parfait. Il fallait savoir faire sans.

« Bien réveillé ? demanda-t-il quand les signaux de ses compagnons apparurent sur son radar. »

La première réponse qu’il reçut fut un grognement encore endormi, qui voulait dire que le doyen de son commando était bien réveillé. Ou en tout cas sur le point de l’être.

« Bien reçu, Anik, répondit-il avec le sourire.
- Présente, commandant, annonça à son tour Varidal.
- Moi aussi ! termina Aidan ! »

Palpi vérifia rapidement les signaux vitaux qu’il recevait depuis les autres pods, mais il n’y avait rien à signaler. Ils avaient très bien supportés le sommeil artificiel, qui avait duré trois jours cette fois-ci. Seul Anik, et sa constitution de reptile, peinait parfois à se réveiller très bien après un tel voyage. Heureusement qu’aucun combat n’était prévu à leur arrivée.

« Atterrissage dans 3. 2. 1. »

Les pods frappèrent au centre de leurs cibles respectives à quelques secondes d’intervalle, au centre du camp impérial. A travers le hublot, le commandant pouvait apercevoir de nombreux soldats venus voir qui était arrivé. Leurs regards allaient de la fascination à la crainte, en passant par une curiosité morbide. Le Bras était l’élite de l’armée impériale, après tout.

Il sortit le premier mais entendit le cliquetis lent des portes qui s’ouvraient. Avisant le colonel de l’armée impériale locale, il lui fit un signe de tête, avant de se tourner vers son commando.
Anik sortait de son pod à gestes saccadés, déployant ses membres secs l’un après l’autre, ses yeux rouges semblant fixer le vide devant lui sans le voir. Palpi le connaissait assez pour savoir que venir l’aider ne ferait que l’embêter d’avantage. Il traîna ses écailles grises au soleil et poussa un sifflement de contentement.

« Un désert !
- Oh joie, commenta Aidan, sarcastique. »

La dernière recrue du commando sautillait sur place pour faire travailler ses muscles après trois jours passés dans la même position. Elle avait le ton le plus enthousiaste de tous, n’ayant rejoint le groupe que l’année dernière après plusieurs sessions d’entraînement avec eux. Aidan était plus grande que Palpi, mais pas de beaucoup, et si ses cheveux roux pourraient la faire passer pour une passari, elle avait la peau trop blanche pour faire une imitation convaincante. De tous, elle était aussi celle dont l’armure était encore impeccable : le blanc immaculé et le sigle du Bras, pâle sur un cercle noir, n’avait pas subi la moindre éraflure.

Varidal fut celle qui le rejoint le plus vite. Contrairement à Anik, elle avait des plumes qui permettaient de gérer sa température corporelle, et supportait bien mieux les voyages interstellaires. Malgré sa puissance et l’importance du sigle affichée sur son armure noire, elle avançait toujours à pas prudents comme si elle allait être attaquée à tout moment.

« La foule autour du Cube a encore grandie depuis les dernières images qu’on a reçu, Commandant. »

Palpi sourit : évidemment, elle avait été la seule à regarder leur objectif pendant leur approche. Même lui était trop perdu dans ses pensées pour y faire attention.

« Nous allons faire plus attention alors, pas d’inquiétude. »

Une large ombre s’était avancée vers le commando. La seule personne à oser les approcher : le colonel impérial. Presque trois mètres de haut, avec des écailles vertes si massives qu’on aurait dit des rochers assemblés les uns aux autres pour former une carapace de protection. Il portrait une vieille armure blanche, à l’unique épaulette sur la gauche. Ancien de l’armée de Cooler, donc. Il donnait l’impression de pouvoir écraser chacun d’entre eux, y compris Anik, entre les immenses pavés qui lui servaient de mains. Pourtant il s’inclina très bas dès qu’il fut assez près.

« Bienvenue sur Cold 285, Commandant Palpi. Commandos.
- Merci Colonel. Rien de nouveau depuis notre dernière communication.
- Non Monsieur. Mais j’ai réussis à obtenir votre entrevue avec le Patriarche et avec le Prophète ishtari.
- Prophète hein ? s’étonna le Commandant. Peu importe. Et pour mon autre demande ? »

Le Colonel redressa le nez vers lui, posant pour la première fois deux billes jaunes brillantes sur Palpi.

« J’ai dégagé un terrain de 2000 mètres carrés au nord du Monument. Surveillé comme vous l’avez réclamé. »

Palpi se fendit d’un sourire, rasséréné.

« Excellent… Commençons. »


Dernière édition par Tierts le Lun Août 28, 2023 14:09, édité 2 fois.
Chroniques de la Famille Cold
Sur Namek, le souverain Freezer réussit à défaire le terrifiant Super Saïyen. Il peut enfin étendre son emprise sur l'univers sans danger. Du moins, le croit-il car il découvrira bientôt que ses nouvelles conquêtes vont lui apporter bien des problèmes.

Tome 3 En cours - 1 Chapitre par semaine jusqu'à Mai 2024 - Prochain chapitre semaine du 15/04/2024
Avatar de l’utilisateur
Tierts
Nihilien Légendaire
 
Messages: 1275
Inscription: Jeu Oct 07, 2010 20:18

PrécédentSuivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités