Chroniques de la Famille Cold

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Re: Chroniques de la Famille Cold

Messagepar Antarka le Jeu Août 24, 2023 9:41

Ouais curieux qu'il te reste 3000 vues. À la limite j'aurais compris que ça retombe carrément à 0. Sans doute un plan démoniaque de RMR qui voulait reprendre la place de la fiction la plus lue du forum.

Bon Ben y'a plus qu'à rentrer/sortir 400k fois sur ce topic. On fait ça cet aprem.
#jesuiswoke
Avatar de l’utilisateur
Antarka
 
Messages: 15013
Inscription: Dim Avr 27, 2008 10:05

Re: Chroniques de la Famille Cold

Messagepar Tierts le Lun Août 28, 2023 12:03

En attendant d'atteindre les 400k vues, voici la suite du Tome 3. Un chapitre un peu particulier mais qui me semblait important.

Chapitre 18 : La Main et le Bras


L’écriteau était beaucoup trop modeste pour un lieu d’une telle importance. Imposant, certes, mais entièrement blanc, sans artifice ou décoration sinon les mots qui y étaient inscrits en lettres capitales.

“ACADEMIE OBI”

Palpi visitait l’endroit souvent. Parfois, ce n’était que pour observer l’écriteau et la statue qu’ils avaient fini par installer derrière. Le buste était trois fois plus grand que l’homme ne l’avait été mais ils avaient plutôt bien capturé la détermination qu’il avait toujours vu dans ses yeux. Il ne se souvenait pas l’avoir jamais vu aussi pensif cela dit, le regard tourné vers l’horizon, mais les artistes prenaient toujours des libertés. Peut-être que l’écriteau modeste lui correspondait bien, cela dit.

Comme il le faisait toujours, il salua le Commandant Obi, avant de poursuivre son chemin.
L’Université de Combat Obi réunissait les éléments les plus prometteurs de l’Empire et leur procurait un entraînement suffisant pour en faire les plus grands guerriers de l’univers connu. Les programmes avaient été établis par Obi pour la plupart, quoiqu’un certain nombre était attribué à Ginue lui-même. Autant dire qu’on venait ici pour trouver les meilleurs. En tant que Commandant du Bras, il était normal qu’il y passe régulièrement.

Il connaissait l’endroit par coeur et aurait sans doute repéré le terrain d’entraînement A, le plus grand de tous, sans mal même sans apercevoir les silhouettes qui viraient à toute vitesse dans les airs, au-dessus des bâtiments. Dès qu’il les vit, il s’élança paisiblement dans les airs pour les rejoindre. Le moins vite possible, cependant, pour prendre le temps de les observer.

C’était une magnifique danse. Les deux combattantes tournaient l’une autour de l’autre, fondant parfois l’une sur l’autre pour un corps à corps rapide et intense. Palpi aperçut plusieurs silhouettes au sol, qui observaient le combat mais sans le suivre. Lui-même peinait tant les deux étaient rapides.
Pour la saïyenne, c’était normal. Seul l’Empereur Kalta la dépassait. Mais pour l’autre combattante, c’était exceptionnel. Bra ne se battait pas à fond, bien sûr, mais elle parvenait tout de même à danser autour d’elle comme peu en seraient capables.

Aidan pivota sur la droite pour laisser passer le poing de son adversaire, puis prit appui sur le bras de la saïyenne pour passer derrière elle. Elle projeta son pied vers elle, mais Bra avait déjà disparu. Elle reparu sous Aidan, attrapant sa jambe pour la projeter vers le sol. L’impact créa un nuage de poussière que la saïyenne traversa en un instant, mais ne trouva rien à son atterrissage. Aidan était déjà dans son dos, son pied tournoyant vers son crâne. Bra s'aplatit au sol et prit appui sur ses bras pour projeter ses deux jambes vers l’arrière.
Cette fois, Palpi vit l’effort et la surprise sur les traits de la jeune élève qui jeta son torse en arrière, finissant même par effectuer une pirouette vers l’arrière, et une autre. Et une dernière, sans doute pour être bien sûre d’échapper à la saïyenne. Mais elle était déjà sur sa trajectoire, dans un grésillement. Cette fois, le coup de pied la projeta au sol dans un nouveau déchaînement de sable et de poussière.

« Wouh ! cria la jeune impériale en se redressant d’un bond.
- Très bel enchaînement. »

La voix de Palpi empêcha Aidan de se jeter de nouveau vers la saïyenne, et tous les regards se tournèrent vers lui. Tous les soldats, en uniforme impérial, se mirent au garde à vous. Il nota l’absence de gradés.
La seule personne qui ne portait pas la tenue noire de l’Académie était Bra Brief, en tenue d’entraînement terrienne, à la couleur violacée.

« Repos ! Mademoiselle Brief. C’est toujours un plaisir de vous voir ici.
- Commandant Palpi. Je ne faisais que passer. J’espère que je ne dérange pas. »

Elle affichait un grand sourire et ne paraissait pas même essoufflée, là où Aidan semblait prête à cracher ses poumons.

« Aux sourires que j’observe, je dirais que personne n’est dérangé de votre présence. »

Certaines recrues commençaient déjà se disperser. Palpi n’avait pas besoin de sens surdéveloppés pour savoir que même ceux qui s’éloignaient cherchaient un poste d’observation plus discret pour suivre ce qui allait se dérouler ici.

« Pouvez-vous me laisser quelques instants, je comptais justement parler à la recrue Aidan ? »

La concernée, qui ne s’était toujours pas relaxée de son salut militaire, poing sur le coeur, écarquilla brusquement les yeux.

« Bien sûr. Prenez votre temps. »

Il attendit que Bra se soit un peu éloignée pour approcher Aidan, mais ne pouvait s’empêcher de noter que la saïyenne était restée à une distance suffisante pour, sinon entendre ce qui allait se dire, au moins avoir une idée de l’ambiance de la conversation.

« Soldat Aidan.
- Commandant !
- Mon équipe et moi-même serons sur cette planète pendant les 6 prochains jours. J’aimerais que vous m’indiquiez, dès que possible, vos disponibilités pour que nous nous rencontrions et échangions. »

Palpi savait déjà l’effet que ferait une telle demande de sa part, même en essayant de le dire sur le ton le plus neutre possible. Les yeux d’or étaient maintenant ronds comme des soucoupes et la recrue faisait manifestement tout son possible pour ne pas trembler sur place.

« Échanger, Commandant ?
- Oui, continua-t-il paisiblement. Je connais votre dossier mais je préfère avoir votre version. Vous étiez volontaire, j’ai noté.
- Tout à fait, Monsieur !
- Et vous venez de Lantraki. C’est une belle planète mais où le niveau moyen est… disons très loin du vôtre.
- 10 000 unités quand je suis arrivée Commandant. »

Il sourit. Elle disait cela sur un ton fier, mais ce n’était pas la question dont il avait cherché à avoir la réponse. Elle ne jouait pas l’idiote ; il arrivait à lire sur le visage des gens ce qu’ils pensaient et elle ne cherchait pas à lui cacher quoi que ce soit. Elle était simplement trop enthousiaste pour comprendre ce qu’il avait sous-entendu.

« Je m’étonne que vous n’ayez pas été recruté plus tôt avec un tel potentiel. »

Cette fois, elle comprit et il vit ses joues se colorer d’un léger rose alors que ses yeux dérivaient vers la gauche. Une piètre bluffeuse.

« Oh, je n’y avais jamais réfléchi Commandant… Je crois que j’ai développé mon niveau quand je me suis enfin décidé à rejoindre l’Empire. »

Et elle était encore pire menteuse. Palpi lui sourit, puis suivit son regard jusqu’à Bra. Il y avait quantités d’autres yeux posés sur eux. Peut-être n’était-ce pas le meilleur moment ou endroit pour poser la question.

« Nous en discuterons lors de l’entretien.
- Bien sûr, Commandant. Je me rendrais disponible tours les jours après la 19ème heure.
- Parfait.
- Commandant… ? Est-ce que je peux savoir… ? »

Palpi devança la question avec un geste de la main et un sourire amusé.

« Pourquoi, selon vous ? »

Cette réponse sembla lui suffire. Les yeux encore plus grands, elle inclina la tête.

« Parfait. Disons dans deux jours. Prévoyons un minimum d’une heure. Pas plus de deux. »

Il n’aurait pas besoin de plus de 20 minutes pour déterminer si elle serait un bon élément du commando.

Le Commandant du Bras décolla pour s’éloigner, mais il n’avait pas fait vingt mètre qu’il entendit un petit cri, étouffé. Se retournant, il aperçut Aidan achevant de sauter sur place. Elle pivota ensuite dans un crissement de bottes pour filer dans une direction.
Celle de la saïyenne.

Palpi continua de regarder juste assez longtemps pour la voir bondir sur elle. Bra n’eut d’autre choix que de tendre les bras pour la réceptionner, alors qu’Aidan enroulait ses bras autour de son cou et ses jambes autour de sa taille. Il se détourna alors, mais trop tard pour ne pas remarqué le manque d’éclat dans les yeux de la saïyenne.
Voilà quelque chose qu’il n’avait pas prévu. Et qui risquait de poser problème.


* *
*

Le Rédemption était le seul vaisseau de la flotte impériale suffisamment grand pour permettre à ses soldats d’avoir des chambres individuelles. En tout cas pour ceux qui étaient jugés assez important pour y avoir droit. C’était tout de même un changement brutal comparé aux pods qu’ils empruntaient habituellement, ou aux quartiers de groupe auxquels ils avaient droit dans les vaisseaux classiques.
Aidan ne se sentait pas vraiment d’en profiter cette fois-ci.

Elle n’avait pu patienter que deux heures, tentant de lire quelque chose dans les base de données du vaisseau, avant de ne plus tenir. Elle enfila son armure et fila dehors.

La jeune femme savait où aller, mais elle ne s’attendait pas à trouver une silhouette sur le chemin. Silhouette qu’elle reconnut en approchant.

« Eh, Varidal ! Ca va ? »

L’autre membre du commando parut surprise, manquant même de sursauter à son approche. Elle devait être perdue dans ses pensées.

« Salut Aidan, excuse-moi. Je vais mieux, et toi ?
- En pleine forme, sourit la jeune femme en forçant sa bonne humeur. Tu vas… ?
- Oui… Toi aussi ? »

Aidan acquiesça. Il n’y avait pas grand chose à faire dans un vaisseau pareil alors ce qu’elles allaient faire était assez évident. Elles prirent le chemin ensemble, dans un silence assez gêné, jusqu’à ce que la petite voix de Varidal ne finisse pas le briser.

« Sur ma planète, les morts sont brûlés et les cendres dispersés sur leur falaise de naissance quand le vent est jugé idéal pour une cérémonie.
- Oh. C’est poétique.
- La famille est conviée, les amis aussi bien sûr. Et en général, tous les habitants de la falaise viennent aussi. C’est un peu nos villages. »

Elles échangèrent un petit rire, sans joie. Le regard de Varidal était toujours sur elle, interrogatif.

« Sur ma planète, les traditions varient en fonction de la région. Chez moi, on jetait le corps à l’eau pour que les reptiles marins le mange et que son énergie revienne à la planète. C’est toujours aux enfants de le faire. Famille proche si ce n’est pas possible… »

Varidal opina. Il y eu un nouveau silence, un peu plus long cette fois.

« Tu sais comment ça se passe sur Niost ? finit par demander Varidal.
- J’ai essayé de me renseigner. Je ne sais pas à quel point la base de données est à jour. Les corps sont enterrés en présence de la famille et du peloton d’origine du niostien. Normalement, ils font tous l’armée, au moins deux ans.
- Ah oui, c’est vrai…
- Les gradés et les décorés ont droit à un monument à leur mort, dont la taille varie en fonction de l’importance de leurs exploits et de leurs médailles. »

Elle essaie de régurgiter tout ce qu’elle avait appris ces dernières heures sur les traditions de Freezer 46, la planète d’origine du Commandant.

« Ils vont devoir faire de la place pour en construire un beau, souffla Varidal.
- Il y en a déjà un. Sa compagne y est enterrée. Je crois qu’il a demandé à la rejoindre à sa mort.
- Oh…
- J’ai lu qu’il y avait eu un débat sur le sujet, sur Niost. Parce qu’il s’est techniquement rendu à l’Empire et que c’est considéré comme un acte de haute trahison, là-bas.
- Sérieusement ?
- Apparemment. Je ne pense pas qu’ils lui refuseront ça, cela dit. Surtout pas maintenant.
- Ils ont pas intérêt. »

Il y avait une vraie colère qui grondait dans la voix de Varidal, un tremblement qu’Aidan lui découvrait pour la première fois.

« L’Empire ne rapatrie les dépouilles que de ses guerriers les plus puissants, c’est déjà un honneur qu’il la ramène. Tout le monde n’a pas cette chance. »

Aidan avait lu ça aussi et elle avait fait de son mieux pour ne pas penser à tous ceux qui étaient morts sur Cold 285. Aucun n’avait eu droit au traitement du Commandant Palpi. Ils allaient tous être vengés quand même.

« On y est. »

La voix de Varidal l’avait tirée de sa rêverie. La petite commando était plantée devant la porte. Aidan fit demi-tour et, après un dernier regard à son amie, appuya sur le bouton.

La petite chambre était toujours plongée dans le noir. Le corps de Palpi était posé sur le lit, recouvert d’un drap. Une silhouette noire se tenait assise à côté du lit, la queue enroulée autour de sa taille.

« Oh, salut Anik. Désolée de déranger. »

* *
*

Anik fixait de plus en plus intensément le regard de son adversaire. Il commençait à y voir quelque chose. De la confiance. De l’assurance. Mais aussi un éclat qui n’était pas là par hasard. Il bluffait.
Aucun doute. Il bluffait. Anik allait l’avoir !

« Je relance de…
- LES MECS ! »

Wind avait attrapé les deux pans de la porte coulissante pour l’ouvrir d’un seul coup, dans un énorme claquement métallique. Anik sursauta en laissant tomber ses cartes sur la table.

« Nooooon !
- Les mecs ! »

Palpi éclata de rire alors que le lézard bondissait sur ses pattes, toutes griffes dehors, le regard fou dirigé vers Wind. Il allait la tuer.

Et la grande imbécile ne paraissait même pas se rendre compte du danger. Elle posa la main sur la table et d’un grand geste fit voler toutes les cartes dans les airs.

« Il faut que vous voyez ça ! »

Elle avait déposé un disque de données sur la table. Personne ne s’y intéressa.

« Déjà rentré ? Comment était Yardrat ?
- Superbe, répondit Yod qui approchait derrière elle.
- On s’en fout, il faut que vous voyez ça. Maintenant ! »

Elle pointait le disque avec une insistance qu’Anik ne lui avait jamais vu, tellement inconsciente du danger dans lequel elle se mettait qu’il hésitait presque.

« Obi sera là dans dix minutes pour l’entraînement, on aura pas le temps.
- Et on doit finir la partie ! gronda Anik. Tu m’as fait perdre mes cartes.
- Wind, je pense que ça peut attendre un peu, tu sais… »

Dix minutes plus tard, ils étaient donc tous figés devant l’écran. Anik, plus que tous les autres, avaient progressivement glissé de son siège pour s’asseoir par terre.
Personne ne réagit quand la porte s’ouvrit de nouveau en grand. Le colosse bleu entra dans le baraquement dans un claquement de botte sec, son regard brillant avisant immédiatement l’équipe dans la salle commune.

« Qu’est-ce que vous faites ? demanda le Commandant Obi. »

Son ton avait démarré énervé mais il était trop surpris pour le rester longtemps.

« L’entraînement doit commencer. Je vous ai déjà expliqué l’importance de…
- Commandant, l’interrompit Anik. Il faut que vous regardiez ça. »

Le reptile avait dit ça distraitement, sans oser détacher son regard de l’écran. Et il vit que son Commandant préféra interroger les autres du regard avant d’enfin se rapprocher pour jeter un oeil à son tour.

« Pour la suite, nous allons faire travailler vos jambes. Reacum ! Démonstration. »

Le Commandant Ginue s’avançait ensuite vers son homme et guidait ses mouvements pour prendre une pose qui paraissait des plus complexes. A la décharge du grand bonhomme aux cheveux oranges, il y parvenait sans mal, tenant sur une jambe et pliant l’autre vers le haut.

Le regard d’Obi perdit en intensité presque aussitôt.

« C’est tout ce que vous avez ramené de Yardrat ? »

La question s’adressait manifestement à Yod et Wind, mais le lézard ne pouvait s’empêcher de commenter.

« Quelle souplesse…
- Commandant, je pense que c’est important d’étudier votre prédécesseur et ses méthodes, expliqua Wind d’un ton professoral. »

Elle ne parvint à le maintenir que quelques secondes avant qu’un sourire ne la trahisse. Yod également, ayant la décence de rougir, pouffa de rire.

« Les méthodes du Commandant Ginue étaient les siennes ! gronda Obi. Et on ne peut leur retirer leur efficacité. Vous n’avez pas à le moquer et encore moins à…
Commandant, intervient Palpi, d’une voix plus douce. On a bien vu que l’esprit d’équipe était important pour nos missions. C’est aussi comme ça qu’on le forge, vous savez. »

Anik parvint à détacher son regard de l’écran assez longtemps pour lever les yeux vers son Commandant. Il vit ses yeux s’étrécirent pendant qu’il observait Palpi de près, peut-être pour tenter de deviner s’il était sérieux ou non. C’est parfois difficile avec le stratège.

« On pourrait faire ça, Commandant ? enchaîna Wind sans lui laisser le temps de répondre.
- Hors de question !
- Mais s’il vous plaît ? Oh regardez, c’est Guldo ! »

Cette fois-ci, l’attention d’Obi fut attirée par l’écran. Tournoyant sur lui-même, le commando d’élite avait levé les bras vers le ciel, les mains jointes pour terminer sur une pose droite comme un i, repliant une jambe vers le haut pour appuyer encore cette impression.

« Et n’oubliez pas ! ordonnait la voix de Ginue, hors champ. La discipline est la mère de l’efficacité, quand on sert le Seigneur…
- Combien de temps il reste à la vidéo ? abandonna le Commandant, en poussant un profond soupir.
- Une dizaine de minutes, Commandant.
- Laissez-moi une place. »

Anik n’hésita pas une seconde. Il se décala un peu sur le côté, repliant sa queue autour de ses jambes, avant de tapoter doucement la place juste à côté de lui, sur le sol.

Le Commandant Obi poussa un nouveau soupir avant de s’installer à ses côtés, Il sembla hésiter un moment, observant chaque membre de son commando. Puis, il posa une main sur l’épaule d’Anik.

« Vous avez le droit de vous en amuser, mais écoutez bien ce qu’il dit. C’est plus intéressant que vous l’imaginez.
- Ah oui, ça c’est intéressant ! »

Wind n’y tint plus et laissa échapper un rire, qu’elle tenta d’étouffer dans sa main. Yod éructa quelque chose qui ressemblait à une toux incontrôlé. Et ce fut le signal pour tous les autres. Quand Anik céda à son tour, sifflant plus qu’il ne riait, Obi tapota son épaule avec un ricanement grave.


* *
*

Le bruit de la porte avait brusquement sorti Anik de se rêverie.

Il ne savait pas où ses pensées l’avaient amené. Un temps qui lui paraissait bien lointain maintenant. Le Commandant Obi avait vu quelque chose en lui, à l’époque, et puis Palpi avait décidé de lui donner une chance aussi. Et maintenant, ils étaient tous les deux partis. Comme tous les autres.

Non, il restait ces deux-là.

Son instinct aurait été de leur grogner dessus. Mais il s’était contenu, difficilement. Il savait que son regard brillait d’une lueur inquiétante : il la voyait dans leurs yeux. Tant pis pour elles.

Non, ce n’était pas leur faute. Varidal avait toujours été faible. C’est même pour ça que Palpi lui demandait toujours de faire attention à elle. Le volatile n’était pas là pour se battre mais pour aider le commando. Et Aidan… Elle était puissante. Plus qu’elle ne voulait l’admettre elle-même, mais loin de lui. Ils étaient tous loin de lui. Et il avait échoué à les empêcher de mourir.

« Qu’est-ce que vous venez faire ici ? »

Sa voix avait été plus agressive qu’il le voulait, mais il ne le regrettait pas. Varidal avait eu peur, reculant d’un pas, mais Aidan avait fait un pas en avant, s’agenouillant à côté de lui et du lit.

« La même chose que toi, je pense. Lui dire au revoir. Les choses ont été tellement mouvementées qu’on a pas vraiment eu le temps de… de se recueillir proprement. »

Logique de faible. Il n’était pas là pour ça.

Anik détourna brusquement le regard, revenant vers le lit et la dépouille de son Commandant dissimulée. Pourquoi était-il venu, au juste ? Il avait eu envie de le voir, il se souvenait de cela. Mais pourquoi ? Ah oui.
La promesse.

« Vous lui avez dit au revoir sur le champ de bataille, lâcha-t-il brusquement. Maintenant, il faut honorer vos devoirs. A l’Empire et à lui. »

C’était le genre de chose que disait Obi, plutôt que Palpi. Quoique, le Commandant niostien aurait sans doute dit quelque chose dans ce goût là aussi. Mais mieux que lui l’avait dit, c’était sûr.

« Personne ici ne compte se dérober à ses devoirs, Anik. »

Aidan parlait toujours bien. Elle avait la voix douce et gentille quand elle le voulait, mais ça ne fonctionnait pas sur lui. Il n’était pas la saïyenne.

Varidal était venue s’installer aux côtés d’Aidan. Il observa les deux dernières membres du commando. Les choses allaient continuer à empirer, il pouvait le sentir. C’était toujours comme ça. Et maintenant, Palpi était mort.

C’était sa faute. Et ça n’allait plus se reproduire. Il n’hésiterait plus. Il ne se contrôlerait plus.
Il allait se battre. Et tuer tous ceux qui auraient le malheur de se mettre sur son chemin.

Ses deux collègues avaient fermé les yeux, la tête baissée en réflexion ou prière. La gueule du lézard s’ouvrit sur une sourire rempli de dents tranchantes qui brillaient dans l’obscurité de la petite salle.
Une promesse.




*Vous aurez noté la mention de la planète Lantraki. SI vous désirez en savoir plus sur cette planète, je vous recommande de suivre ce lien. Bonne lecture !
Dernière édition par Tierts le Lun Nov 27, 2023 12:32, édité 2 fois.
Chroniques de la Famille Cold
Sur Namek, le souverain Freezer réussit à défaire le terrifiant Super Saïyen. Il peut enfin étendre son emprise sur l'univers sans danger. Du moins, le croit-il car il découvrira bientôt que ses nouvelles conquêtes vont lui apporter bien des problèmes.

Tome 3 En cours - 1 Chapitre par semaine jusqu'à Mai 2024 - Prochain chapitre semaine du 24/06/2024
Avatar de l’utilisateur
Tierts
Nihilien Légendaire
 
Messages: 1292
Inscription: Jeu Oct 07, 2010 20:18

Re: Chroniques de la Famille Cold

Messagepar Tierts le Lun Sep 04, 2023 12:00

Chapitre 19 : Trouver sa voie


Le Tempête avait dû replier entièrement ses ailes, mais ils avaient réussis à le faire entrer dans les cales du Rédemption.

Pour avoir voyagé à bord, Bra ne trouvait pas le vaisseau particulièrement confortable mais elle comprenait que Persée et Cass préfèrent y résider pendant toute cette opération. D’autant plus que Kalta avait été très injuste avec l’ancienne chasseuse de prime.

« Tu n’as pas à t’excuser pour lui, tu sais ? »

Pendant que Cass et Bra s’étaient partagés les deux sièges du cockpit, Persée s’était simplement assise sur le tableau de bord, jambes croisées. Elle s’était défaite de son armure mais paraissait tout de même constamment aux aguets. Son regard se détournait régulièrement vers les énormes vitres derrière elle, même si aucun mouvement ne venait troubler l’énorme cale.

« Peut-être mais je n’aime pas qu’il te traite comme ça. Il n’est même pas venu te voir, en deux jours de voyage.
- Eh, j’ai trahis son père et son grand-père. Je le referai sans hésiter d’ailleurs. Yantz s’est comporté comme un imbécile et j’ai travaillé pour lui un moment…
- Il y a deux mille ans !
- Bref. Du coup, je peux comprendre. Je ne lui en veux pas, tu sais. »

Elle prenait les choses avec beaucoup trop de philosophie. Bra n’arrivait pas à la comprendre. Peut-être que la chasseuse de prime avait simplement trop l’habitude de travailler avec des nihiliens. Combien de temps avait-elle passé à servir Cold et Freezer, exactement ?

« Il a tué Tao Paï Paï, ajouta la jeune femme sur un ton plus sombre. »

Persée commença par hausser un sourcil.

« Et ?
- Mon amour… »

L’intervention, particulièrement douce, suffit à faire baisser les yeux à Persée. L’ancienne chasseuse rentra presque la tête dans ses épaules, avant de revenir à Bra.

« C’était brutal. Il aurait pû nous aider… Je ne sais pas. Mais ce n’est pas non plus hors de propos.
- Une vie est une vie. »

Cette fois, Persée ne contint pas une moue, adressée directement à sa compagne. Cass sourit tendrement.

« Bra au moins partage cette opinion.
- Non. Enfin si…. Je pense juste qu’il faut laisser une chance aux gens et…
- Le Prince est tendu. »

Empereur, faillit-elle corriger Cass, mais ça n’avait pas d’importance. Bien sûr qu’il était tendu. Plus que ça, il n’était pas dans son état normal mais Bra n’avait pas la moindre idée de comment l’aider.. Certains problèmes ne demandaient que du temps et ils n’en avaient pas.

« Tu m’étonnes, reprit Persée. Son Empire va s’effondrer s’il ne fait rien, et il n’a pas les armes pour affronter ce qui se passe.
- Tu penses ?
- C’est une invasion. Ils sont puissants, bien plus que son armée, et nombreux. Assez pour se propager plus vite que lui et toi ne puissiez intervenir. Anik a peut-être le niveau aussi pour les gérer. Mais ça ne fait que trois. Quatre pardon, avec Siberia. Contre une armée de démon… »

Bra était bien forcée d’acquiescer. D’autant qu’il y avait les deux monstres de puissance que Kalta et elle avaient affrontés. Tous les autres n’étaient en effet rien pour elle, pour Kalta et sans doute même pour Anik et Siberia.

« Tu es vraiment sûre pour ton histoire de démon ? »

L’assurance de Persée sur le sujet l’avait surpris quand elle l’avait évoqué devant tout le monde. Bien sûr, elle ne mettrait jamais sa parole en doute, mais elle aurait cru que l’ancienne chasseuse de prime exprimerait ses opinions avec plus de pincettes. Surtout quand on parlait de mythes aussi anciens.

« Certaine Bra. Je t’ai dit, j’ai eu le temps d’étudier des textes, avec mon âge…
- C’est la première fois que tu parles de ça, c’est tout. Je ne savais pas que tu t’intéressais à ce genre de chose. »

La jeune saïyenne avait dit cela avec le sourire, pour charrier un peu son amie. C’est vrai que cet intérêt pour les mythologies lui avait parut sortir de nulle part, mais c’était plutôt rassurant de savoir que l’ex tueuse avait d’autres intérêts. Elle ne s’attendait pas à voir une étincelle gênée dans les yeux de Persée. Déjà, elle ouvrait la bouche pour lui dire qu’elle plaisantait, mais n’en eu pas le temps.

« Fais-moi juste confiance sur ce truc, s’il te plaît. »

La supplique était tellement sincère, tellement pleine d’espoir, que Bra ne sut rien faire d’autre qu’opiner vivement.

« Tu sais d’autre chose à partir de tes vieux textes… ? »

Persée détourna le regard, vers son amante. Bien sûr, la voyante ne pouvait pas croiser ses yeux, mais elle sourit tout de même et tendit la main pour la poser sur la jambe de l’ancienne chasseuse de prime.
Un soupir échappa à ses lèvres.

« Ce n’est pas la première fois qu’une telle invasion a lieu.
- Pardon ?
- Pourquoi crois-tu que ces portes existent ? Il y a eu au moins une autre tentative, il y a très longtemps. Beaucoup trop longtemps. »

Une lueur blanche clignota brusquement dans la calle et une voix, étouffée par la coque du Tempête, retentit autour d’elles.

« Nous avons trouvés la planète ! »

* *
*

Akkilae avait fait passer l’annonce dans le vaisseau dès que l’information lui était parvenu. Nul doute que l’Empereur apprécierait de ne pas perdre une seconde.
Il ne s’attendait pas à le voir apparaître à ses côtés dans un grésillement. Le navigateur sursauta sur son siège, manquant d’en tomber, quand la voix du nihilien retentit dans l’immense salle de contrôle.

« Vous l’avez ? »

Calmant son coeur, Akkilae se reprit comme il le pouvait sur sa console.

« Oui, Seigneur Kalta. Il n’y a qu’une seule planète dans le secteur, elle gravite autour de cette étoile, une naine jaune. A moins que nous cherchions une station qui échappe encore à nos senseurs, c’est ce que vous cherchez. Nous devrions y être d’ici quelques minutes. »

Le visage du nihilien était toujours fermé, mais Akkilae fut sûr d’y avoir vu de la déception. Peut-être aurait-il dû attendre d’avoir la planète en vue avant de le prévenir ?

L’Empereur s’éloignait déjà pour prendre place sur le siège central. Le navigateur fit de son mieux pour ne pas trembler et vérifia une fois de plus la trajectoire du vaisseau. Il ne s’était pas trompé : d’ici quelques minutes, ils seraient en orbite. Mais est-ce que cela suffirait à calmer l’Empereur ?
Une minute plus tard, la porte de la salle de contrôle s’ouvrait en grand sur le Bras de Kalta, la saïyenne et Persée.

« On l’a trouvé ?
- Nous y sommes presque, indiqua le fils de Freezer. »

Akkilae déglutit, vérifiant sur son écran que c’était bien vrai. Heureusement pour lui, c’était le cas. La planète devrait apparaître devant eux d’ici quelques secondes et son image allait se préciser à mesure qu’ils approchaient.

« Oh la vache… murmura Aidan. »

La réaction surprit Akkilae, qui tourna légèrement dans son siège pour jeter un regard aux immenses baies vitrées du vaisseau. Ses yeux s’écarquillèrent en découvrant l’image qui grandissait devant eux.

« C’est une planète, ça ? demanda Varidal, exprimant à voix haute les interrogations de toute l’équipe.
- Ce qu’il en reste, répondit Anik. »

Cela ressemblait à des débris en effet. Plus précisément, cela ressemblait à des morceaux de planète, qui flottaient encore proches les uns des autres. En se rapprochant, ils parvinrent à distinguer la forme sphérique qui avait un jour été celle de la planète. Ce n’était plus qu’un souvenir à présent. La planète avait été divisé en quatre gigantesques morceaux : l’hémisphère ouest était en grande partie intact, mais l’hémisphère est était divisé en trois : le nord était minuscule, le centre à peine plus grand et le sud devait représenter le quart de la planète. La division entre chaque morceau était rempli de millions de débris, mais la sphère brisée donnait l’impression de pouvoir être comblée si l’on prenait simplement le temps de rapprocher les morceaux pour les coller les uns aux autres. Comme un casse-tête pour enfant, il suffirait de trouver comment les emboîter.
Pourtant, il devait y avoir des milliers de kilomètres entre chaque morceau.

« Qu’est-ce qui s’est passé ici ? »

Le Rédemption vira de bord, cessant d’approcher de la planète et démarrant un orbite pour la scanner. Et pour tenter de faire sens de ce qu’ils voyaient. Tous les morceaux présentaient le même schéma : la surface était colorée de bandes ocres et blanches, tandis que les côtés qui auraient dû être l’intérieur de la planète avaient une couleur brune, dépourvue de la moindre variation, jusqu’à…

« C’est le noyau ?! s’étrangla Bra. »

Au centre des fragments tournait en effet une sphère plus petite. Sa surface était brune et noircie, mais elle paraissait solide. Akkilae crut voir quelque chose.

« Attendez, je crois qu’il y a… Je vais zoomer sur cette zone. »

Sans attendre confirmation de son Empereur, il s’attela à sa machine et fit descendre l’écran central. La caméra se concentra sur le fameux noyaux et zooma, encore, et encore.

« Là ! s’écria Aidan.
- Des câbles… »

C’est l’Empereur lui-même qui avait identifié les filins sombres qui sortaient de la sphère brune et partaient en tout sens. Certains se perdaient dans le vide de l’espace, d’autres se raccrochaient à de minuscules débris de roche, mais il y en avait quelques uns qui s’étiraient encore jusqu’aux différents fragments de la planète, se perdant dans ce qui avait dû être le noyau externe.

« Qu’est-ce que c’est que… ?
- Un réseau énergétique, asséna l’Empereur.
- De la géothermie, basée sur l’énergie du noyau de cette planète, compléta la saïyenne. »

Akkilae capta le regard entre les deux, juste avant que le Seigneur Kalta ne se tourne vers lui.

« Pas de spatioports détectés sur les senseurs ?
- Pas de port monsieur, répondit Akkilae en se retournant en une seconde. Mais une zone qui ressemble à une concentration urbaine. Pas d’énergie détectée, mais c’est la seule zone de la surface qui ressemble à une ville. Sur le morceau nord-est… Enfin celui-là, au centre. Difficile d’estimer le nombre d’habitants sans connaître l’espèce, mais il y a l’espace pour quelques milliers.
- Quand il y en avait, compléta Anik.
- Il y a encore une atmosphère, Seigneur Kalta. Ténue mais présente. L’analyse est en cours.
- Pas besoin. Préparez les pods, les masques et les réserves d’air. Vous nous rejoignez dès que vous avez un terrain d'atterrissage approprié. Nous partons tout de suite. »

Tous les visages du groupe se tournèrent en même temps vers l’Empereur, mais personne ne protesta à l’ordre implicite qu’il venait de donner. Même la saïyenne paraissait tout à fait motivée pour partir tout de suite. Akkilae pouvait les comprendre : il était curieux aussi.
Malgré tout, quand il tournait la tête vers les baies vitrées et vers ce cadavre de planète qui continuait d’orbiter autour de son soleil, il ne pouvait s’empêcher d’avoir un mauvais pressentiment.

* *
*

Bra ne comprenait pas comment les soldats de l’Empire faisaient pour supporter ça. Elle s’était sentit claustrophobique à l’instant où la porte du pod s’était refermée sur elle. Le voyage n’avait duré que quelques minutes mais c’était bien suffisant pour expérimenter la vitesse absurde avec laquelle ces vaisseaux se déplaçaient. Et l'atterrissage ! Ce n’était pas un atterrissage, c’était un crash contrôlé. Comme en témoignait le cratère dans laquelle elle s’était retrouvée quand elle avait ouvert précipitamment la porte pour se jeter dehors.
La jeune femme s’était sentit secouée comme jamais elle ne l’avait été et son premier instinct fut d’inspirer profondément pour faire passer l’envie de vomir. Le masque qu’elle portait sur le visage laissa échapper un chuintement quand l’air qu’il contenait fut aspiré. Au moins, elle pouvait respirer.

Autour d’elle, une poignée de pods s’écrasaient comme le sien, détruisant le paysage pour marquer l’arrivée de l’Empire. Au départ, elle avait pensé qu’une planète comme celle-ci n’aurait plus grand chose à détruire, mais elle s’était bien trompée.

Même à travers les nuages jaunes qui flottaient si bas qu’ils cachaient la majeure partie du paysage, elle ne pouvait pas s’y tromper : ils étaient dans une forêt. Une forêt gigantesque. Son vaisseau avait creusé un trou dans les frondaisons en tombant, et elle pouvait voir au-dessus d’elle la masse rouge sombre, percée de multiples cavités circulaires. Le tronc était derrière elle, plus grand que tous les troncs terrestres, s’étirant sur des centaines de mètres avant de déployer des branches de la même couleur noire. C’était à partir de ses branches que les excroissances rouges se déployaient. Pas tout à fait des feuilles : trop larges et trop uniformes.

Persée se posa soudain à côté d’elle, revêtue de son armure complète.

« Mélange de calcaire et de carbone, commenta-t-elle en désignant l’arbre. C’est une excroissance de protection, pour un animal mort depuis longtemps. »

Le commando entier atterrit progressivement à ses côtés. Et ce n’est qu’alors qu’elle remarqua la présence de Kalta. L’Empereur n’était qu’à quelques mètres d’elle, flottant dans les airs, une partie de son corps dissimulé dans les vapeurs jaunes. Il était le seul à ne pas porter de masque, évidemment.

« La ville est par là, indiqua sa voix à l’oreille de Bra.
- Une seconde. Un animal ?
- En tout cas, un être vivant. C’est un exosquelette. Il devait servir à recevoir les rayons du soleil, ou à capter au mieux les gaz de l’atmosphère de l’époque, je ne sais pas.
- Nous ferons une étude de la faune locale plus tard, interpella l’Empereur. »

Avec un grognement, Bra se lança dans les airs et le rejoignit. Elle s’apprêtait à lui faire une remarque, mais son regard la surprit. Il ne paraissait pas en colère ou pressé, mais intrigué. Perturbé en fait. Quelque chose ne lui plaisait pas sur cette planète. A elle non plus, mais ce n’était pas difficile de savoir pourquoi. Cette planète était morte.

« Suivez-moi. »

Il s’élança et le groupe se mit en ligne derrière eux.

Bra ne ressentait rien de puissant sur cette planète. Elle soupçonnait que rien de vivant ne puisse y survivre après le cataclysme qui s’était produit. Quel que soit le cataclysme en question. C’était difficile à vérifier cependant, car l’air ici était dominée par ces vapeurs jaunes qui formaient parfois des nuages, mais donnaient une teinte étrange à tout ce qu’ils voyaient.
En fait, elle ne prit conscience qu’ils étaient au-dessus de la ville que lorsqu’elle frôla une tour qui traversait le ciel.

« Descendons un peu. »

Kalta fit comme elle et les autres continuaient de suivre. Ils n’allaient certainement pas à leur vitesse maximum, tous les regards se perdant dans l’étrange paysage. Ils tentaient de comprendre où ils étaient.

« Nous ne sommes qu’à quelques kilomètres de la séparation entre les morceaux de la planète, remarqua Aidan. »

Au sol, l’air était plus agréable. En tout cas, on pouvait y voir plus clair, ce qui rassurait un peu Bra. Elle n’aimait pas avancer à l’aveuglette ainsi.

« BORDEL ! »

Anik avait bondit, s’accrochant à un mur. Un craquement sec retentit, suivit d’un bruit de chute. Sous lui, le sol s’était effondré. Et pour cause, à mesure que les nuages se dissipaient, une gigantesque trouée apparaissait dans la ville. Bra vit des morceaux de roche chuter sur plusieurs dizaines de mètres, avant de disparaître dans les ténèbres du trou. Personne ne les entendit toucher le fond.
Le bâtiment auquel le commando s’était accroché était brisée en deux et la fissure continuait dans le sol.

« Ne bougez plus. »

Kalta s’était arrêté à côté d’eux. Il tendit les bras devant lui, ferma les yeux quelques instants. Quand il les rouvrit, ses mains s’écartèrent lentement et les nuages firent de même. La teinte jaune sembla disparaître alors que les vapeurs partaient de chaque côté, libérant enfin la cité.
Ils pouvaient maintenant la contempler dans toute son immensité.

Car les bâtiments étaient gigantesques. Tous d’une blancheur éclatante, ils étaient dotés d’une base massive, à formes variables mais souvent circulaires. De cette base, de haute tour se dressaient dans le ciel, se faisant concurrence les unes les autres pour être la plus haute. Certaines paraissaient décorées de quelques gravures mais la plupart étaient lisses et se terminaient sur des coupoles aux formes variées et géométriques.

« Waouh… »

Au centre de la ville, se dressant à plusieurs kilomètres de hauteur, un tour dominait toutes les autres. Elle se terminait sur un immense coupole qui lui rappelait la Tour Karine. La base de ce bâtiment était la plus travaillée de toutes, formant un demi-cercle parfait qui semblait vouloir enserrer toute la ville, sans y parvenir. Elle était si haute que même le nihilien n’avait pas réussi à dissiper les nuages orangés qui l’entouraient. Un grondement sourd et constant s’en échappait. Bra vit quelques éclairs traverser la fumée.

« Je sais où nous sommes. »

Tous les visages se tournèrent brusquement vers Kalta. Le jeune nihilien fixait la gigantesque tour du regard, sans ciller. Ce fut Bra qui osa poser la question.

« Tu veux dire, tu connais cette planète ?
- C’est Yaxche. La planète natale de mon peuple. »

* *
*

Chill remonta le conduit qui le menait à la salle de contrôle en un quart de seconde.
Toutes les alarmes s’étaient mises à sonner en même temps. Il n’en avait jamais entendu une seule retentir. Alors, toutes en même temps ? Cela ne pouvait être qu’un problème informatique.

« Silence ! ordonna-t-il dès son arrivée. »

La salle se fit immédiatement silencieuse, mais les multiples écrans continuèrent d’afficher leurs messages d’avertissement.

Il n’eut besoin d’en consulter que deux avant de comprendre deux choses : ce n’était pas un bug et quelque chose de très grave venait d’arriver. Mais pire encore : ce n’était pas terminé. Quelque chose approchait.

Le communicateur fila dans sa main la seconde d’après et il le porta à ses lèvres.

« Appelez sa Majesté ! Je dois parler à la Reine. Tout de suite ! »


Dernière édition par Tierts le Lun Sep 11, 2023 13:53, édité 2 fois.
Chroniques de la Famille Cold
Sur Namek, le souverain Freezer réussit à défaire le terrifiant Super Saïyen. Il peut enfin étendre son emprise sur l'univers sans danger. Du moins, le croit-il car il découvrira bientôt que ses nouvelles conquêtes vont lui apporter bien des problèmes.

Tome 3 En cours - 1 Chapitre par semaine jusqu'à Mai 2024 - Prochain chapitre semaine du 24/06/2024
Avatar de l’utilisateur
Tierts
Nihilien Légendaire
 
Messages: 1292
Inscription: Jeu Oct 07, 2010 20:18

Re: Chroniques de la Famille Cold

Messagepar Tierts le Lun Sep 11, 2023 12:01

Nous y sommes, le chapitre 20 du Tome 3 ! Un chapitre encore une fois un peu spécial, je n'avais pas prévu de l'écrire mais je me suis laissé emporter par une idée. J'espère qu'il vous plaira !

Je tiens à remercier une fois de plus Tonay qui m'a aidé à corriger ce chapitre et améliorer le combat. Toutes les fautes qui restent sont bien sûr de mon fait. Vous pouvez trouver sa fic Survivants ici et je vous la conseille.
J'ai également oublié, dans les chapitres précédents, de mentionner une autre personne qui m'a beaucoup aidé : niicfromlozanne, je vous conseille également sa fic Dragon Ball : Timeline, où vous aurez plus d'informations sur la planète d'origine d'Aidan : Lantraki.

Chapitre 20 : Le dernier combat de Yaxche

« Tout va bien, mon aimé. J’y suis. »

Neige s’était déplacé en moins d’une seconde jusqu’au communicateur. L’alarme stridente qui vrillait leurs tympans cessa à l’instant où un doigt délicat accepta la communication.

« Votre Majesté ! éructa aussitôt la machine. Il y a urgence… !
- Du calme. »

Elle n’avait pas élevé la voix, mais son ton intimait aussitôt le respect et, à défaut, le silence. Les quelques instants de répit offerts par son interlocuteur lui permirent de réfléchir un peu. C’était la voix de Chill, le grand Observateur. Bien sûr, il avait obtenu le code pour cette console par un de ses conseillers. Ce qui signifiait qu’il y avait bel et bien urgence. Surprenant, de la part de cet homme.

Neige saisit l’ancien combiné et se tourna vers son compagnon mais Frost avait déjà filé dans la pièce attenante. La Reine de Yaxche se déplaça jusqu’à une fenêtre pour observer sa cité. Elle était si haute que l’ensemble des bâtiments paraissait contenu dans le reflet de la plaque bordeaux qui ornait son crâne, entouré d’une couronne de protubérances osseuses qui rappelaient les tours de la ville.

« Votre Majesté, reprit la voix au bout du fil, plus calmement. Tous nos détecteurs s’affolent, il se passe quelque chose de très grave. Plusieurs dizaines de planètes ont cessés de diffuser. Certaines depuis plusieurs heures. Peut-être plus.
- Je vois.
- Je suis encore en train d’établir une liste mais les rapports les plus récents indiquent que cela se rapproche. Et j’ai peur que…
- Qu’en est-il de nos alliés, Chill ?
- Oh ! L’Empire Tsuful a cessé toute communication, je pense qu’il a été entièrement détruit. Plusieurs planète ne sont simplement plus là. La Congrégation Namek ne répond plus. Leurs planètes les plus proches sont désertées. Je tente de contacter Namek mais…
- Silence. »

Sa voix stridente commençait à l’ennuyer autant que l’alarme qui avait précédée son appel. Elle l’obligea à attendre quelques secondes, ne serait-ce que pour offrir à son cerveau un peu de répit.

« Autre chose ?
- Oui votre Majesté. Quelque chose se dirige vers nous. A une vitesse absurde. Trop petit pour être un vaisseau mais… Je ne connais pas bien ces nouvelles machines toutefois la signature énergétique a été détectée sur plusieurs des planètes concernées par nos alarmes.
- Une signature énergétique ? »

Les Tsufuls ne cessaient décidément d’innover. Elle se souvenait vaguement d’une conversation à ce sujet mais elle ne s’éternisait jamais sur les dizaines d’inventions que l’espèce se sentait obligé de pondre chaque année.

« Un individu, votre Majesté. Une seule personne. »

Une seule personne ? Responsable de la disparition des deux civilisations les plus étendues dans cette partie de l’univers ? C’était une première. Si ça avait été un Yaxcien, elle aurait compris, mais personne n’aurait osé commettre un acte pareil, pas sous son mandat.

« Merci de votre rapport, Chill. Quand pensez-vous voir arriver cette personne.
- Dans quelques minutes, votre Majesté. »

Elle soupira.

« La prochaine fois, commencez par là. Au revoir. »

Alors qu’elle raccrochait, un dernier sifflement strident lui indiqua que Chill voulait dire quelque chose pour sa défense. Elle l’ignora.
Neige soupira, ses larges épaules s'affaissant dans le mouvement. Elle griffonna quelque chose sur un papier doré puis ajusta la longue toge d’argent et d’or qui recouvrait son corps et sortit.

« Mon aimé, allez au port avec ces instructions. Réunissez mes conseillers. J’ai à faire. »

Frost inclina tout son corps bien bas, mais il s’éleva tout de même dans les airs pour être à hauteur de sa femme. La plaque bleutée de son crâne se colla contre la sienne. Elle lui sourit et leva la main pour effleurer une petite corne.

« Allez. »

Puis, elle le contourna pour filer dans sa salle de méditation.
Neige ne s’inquiétait pas pour les Tsufuls. Ils avaient toujours plus d’un tour dans leur sac. Les Nameks étaient un autre problème mais ils étaient plus résistants que leur pathétique niveau pouvait laisser penser. Ils devaient bien avoir des oeufs quelque part. Non, toute son attention était concentrée sur Yaxche.

Si une puissance inconnue venait vers leur planète après un tel massacre, elle se devait de la recevoir.

* *
*

Chill était encore à traiter les données que les machines lui transmettaient, comprenant peu à peu l’ampleur du désastre qui venait de tomber sur l’univers. Ce n’était pas des dizaines de planètes, c’était des centaines. Comment était-ce arrivé en si peu de temps ? Bien sûr, il y avait un décalage entre la destruction des planètes lointaines et la réception du signal dans cette zone isolée, mais on restait sur une échelle de temps minuscule.
La terre se mit à trembler.

« Impossible… »

De nouvelles alarmes. Le réseau de détecteurs sismiques de la planète entière s’était mis en alerte totale.

« Il n’est pas censé arriver avant 2 minutes ! »

Une forme bleuté apparut brusquement au milieu de la salle de contrôle, clignotant légèrement en approchant de lui. Il manqua de sauter au plafond.

« Docteur Chill. Je détecte que la perturbation se concentre autour de la ville. »

L’Intelligence Virtuelle. Chill avait oublié son existence. Son peuple n’avait pas pour habitude de traiter avec ce genre de machine. Pourquoi s’était-elle activée toute seule, d’ailleurs ? Non, pas le temps d’y réfléchir.

« La ville ?
- Le palais pour être exact. »

Titubant jusqu’à la fenêtre, Chill leva les yeux vers un ciel complètement différent de celui de la matinée. De lourds nuages sombres s’étaient agglomérés autour de la tour la plus haute de leur cité. Ils grondaient. Des éclairs puissants les traversaient comme des déchirures dans leur fabrique noire. Certains tombaient vers le bas, frappant les bâtiments et les coraux. Des pans entiers s’effondraient dans des fracas de plus en plus important.

Les Yaxcien étaient dehors, flottant pour ne pas subir les tremblements de la planète, le regard rivé sur le palais. Ils avaient tous compris ce que Chill venait seulement d’intégrer.

Ce qui secouait la planète n’était pas l’intrus qui approchait.
C’était la Reine.

* *
*


Neige tremblait encore quand elle sortit de la salle de méditation.
C’était la première fois qu’elle prenait sa forme originelle depuis des milliers d’années. La puissance qui pulsait dans ses veines était trop importante pour que même elle la contienne parfaitement. En fait, elle sentait le palais trembler à chacun de ses pas.

Elle s’arrêta devant un miroir pour s’observer, l’espace de quelques secondes. Elle avait beaucoup perdu en taille, mais peu en prestance. Son crâne était dépourvu de la moindre protection mais la plaque bordeaux en son sommet était toujours identique. Son visage était entièrement blanc, sinon les deux lignes noires qui entouraient ses yeux et descendaient ensuite le long de ses joues, jusqu’à son cou puis ses pectoraux. Là était aussi la seule surprise qu’elle trouva : ses épaules et son torse s’étaient colorés d’un gris pâle, qui contrastait avec le blanc complet de son corps. Elle sourit en observant ses bras et les quelques plaques couleur bordeaux qui brillait encore sur ses avant-bras.
Intéressant.

Mais elle n’avait pas le temps de s’attarder. La Reine attrapa un communicateur et l’ajusta sur son oreille.

« Chill. Vous m’entendez ?
- Votre Majesté ? répondit une voix paniquée après quelques secondes de latence.
- Taisez-vous. Dites-moi par quel angle notre invité doit arriver. »

Elle dut encore attendre que Chill fasse les calculs nécessaires. Ou que le machine les fasse pour lui, peu importait. Dès qu’il lui donna les indications, elle traversa le mur le plus proche et jeta un dernier regard à sa ville. Une aura d’argent l’entoura et elle disparut dans le ciel, ne laissant derrière elle qu’une trainée luminescente qui s’évanouit lentement.

« Il n’a toujours pas dévié de sa trajectoire, vous devriez l’apercevoir d’ici… »

Les mots de Chill se coupèrent brusquement. Neige avait dépassé l’atmosphère. Ici, plus d’air et plus de son. Rien qui ne puisse poser problème à son espèce. En fait, elle se sentait presque mieux ici, dans le froid de l’espace, que dans son palais. Il y avait quelque chose de rassurant dans ce silence total et complet. Dans la simplicité de son corps fin flottant dans le noir absolu.

Presque absolu. Il y avait les étoiles. Leur soleil. Et bien sûr ce point rose qui filait vers elle à une vitesse proprement hallucinante.
Il ne faisait même pas signe de ralentir.

Neige déploya de nouveau sa puissance, s’entourant d’une aura d’argent. Elle tendit les deux mains devant elle et la laissa s’échapper. Un rayon d’énergie blanc jaillit de ses doigts et traversa l’espace vers l’intrus. Il ne ralentissait toujours pas. Peut-être qu’il ne l’avait même pas perçu.
Quand la rencontre eu lieu, l’impossible se produisit. Il n’y eut aucune explosion, aucun choc. Le rayon se sépara en deux alors que l’inconnu passait tout simplement au travers. Neige écarquilla les yeux et ne put que le suivre du regard alors qu’il remontait vers elle comme s’il remontait le courant d’une rivière. Il s’arrêta juste devant elle, le visage distordu par un sourire trop grand.

Un gamin… ? Rose ?

Son poing déforma la joue de la Reine. Le choc disloqua quelques dents, puis l’envoya vers la surface de la planète.

Neige sentit son dos se mettre à brûler alors qu’elle traversait les même couches d’atmosphère qu’à l’aller, mais beaucoup plus vite. Et surtout, sans le moindre contrôle sur sa trajectoire. Elle était encore sonnée, peinant à prendre conscience de sa situation, de son altitude et de ce qui venait de se passer. La Reine eu le temps de tourner la tête pour voir sa ville approcher à toute vitesse. C’était bien trop tard.
Dans un énorme fracas, elle percuta de plein fouet une tour, la traversant de part en part, avant de continuer. Son dos traversa un bâtiment, puis un autre. Elle creusa une tranchée dans sa propre ville, détruisant tout sur son passage. Et ce n’est pas le sol qui l’arrêta. Elle s’était retournée à ce moment-là, mais ne parvint pas à ralentir. La terre et la roche s’écartèrent sur son passage quand elle frappa enfin le sol. Puis la surface s’ouvrit pour l’accueuillir et sa trajectoire la conduisit à plusieurs mètres sous terre, dans une énorme fissure.

Ce n’est que plusieurs secondes et plusieurs dizaines de mètres plus tard que son élan prit fin.

« Impossible… murmura-t-elle pour elle-même, sa joue encore endolorie. »

La Reine surgit du sol l’instant suivant, dans une explosion d’énergie et de rage. Elle aperçut la fusée rose qui filait vers le sol. Vers sa ville. Une fois de plus, elle ne laissa qu’une trainée derrière elle.

« Frost ! Exécutez les instructions ! Les enfants d’abord. »

C’est tout ce qu’elle eut le temps d’hurler dans son communicateur, avant de percuter de toute ses forces l’intrus. Les deux poings en avant, elle atteignit le torse de la créature, déformant toute sa chair et le catapultant dans les airs. Le choc seul provoqua un fracas de tonnerre, dispersant tous les nuages aux alentours.
Un coup qui aurait suffit à exploser comme un fruit trop mûr n’importe quelle créature de cet univers, mais pas lui. Le gamin rose déploya son corps comme une toile extensible et ralentit ainsi brutalement. Il s’arrêta alors et la regarda pour la première fois. Ses yeux étaient noirs avec des iris d’un rouge brûlant, bien différent des siens. Aucune trace de colère, pas même de surprise. Peut-être une vague curiosité.

Quelle étrange créature. Entièrement rose, elle ne portrait qu’un pantalon blanc bouffant, marqué d’un M majuscule à la ceinture. Son crâne était orné d’une étrange antenne, recourbée vers l’arrière, et son corps entier était ponctué de plusieurs pores. Elle n’avait jamais vu un alien avec cette apparence. Certainement pas avec cette puissance : il n’avait aucune marque du coup qu’il venait d’encaisser.

« Qu’est-ce que tu es ? souffla-t-elle, plus pour elle-même que pour la créature.
- Kya… Buu ! »

De la fumée sortait des pores de la créature alors qu’elle se redressait en criant. Neige eut un mouvement de recul.

« Buu ? Ou Kya ? »

La créature rose leva soudain la main vers le ciel. Une boule d’énergie monstrueuse apparut instantanément au-dessus. Une sphère rose qui brillait de mille feux. Neige recula encore, comprenant immédiatement la puissance de cette attaque et concentrant toute sa force dans ses mains pour la réceptionner. Quoi que ce soit son ennemi : il ne plaisantait pas.

« Buu ! »

L’intrus projeta son bras, non pas vers elle mais vers le sol. Neige écarquilla les yeux en voyant la sphère de destruction plonger vers sa planète. Elle savait très bien l’effet qu’une attaque pareille aurait. Dans une trainée d’argent, elle poursuivit la boule d’énergie.

Elle dut la contourner à pleine vitesse, sans se soucier de la façon dont elle allait l’arrêter. Tout allait trop vite. Elle n’aurait pas le temps de l’attraper ou de la dévier.
Avec un hurlement de colère, Neige se propulsa face à la boule d’énergie et lança sa jambe vers elle. Le mouvement était parfait, gracieux, et donné avec toute la force de la Yaxcienne. Son pied frappa la sphère d’énergie en son centre. Et son hurlement se transforma en cri de douleur. La Reine sentit sa chair se consumer sous la puissance de l’attaque, ses muscles se déliter et exploser. Mais elle ne pouvait pas s’arrêter, ni faiblir. Concentrant encore son énergie, elle insista, pressa et hurla.
La sphère d’énergie alla se perdre dans l’espace. Neige partit en avant, épuisée. Une fumée noire s’élevait de sa jambe droite, qui n’était plus qu’un amas de chairs carbonisées.

Comment pouvait-il être aussi puissant ? Cela n’avait aucun sens.

« Frost… ? Où en êtes… ? »

Sa question s’étouffa dans sa gorge quand la créature reparut brusquement devant elle. Buu ne lui laissa pas un instant de répit et frappa au torse. Le coup souffla toute l’air de ses poumons.
Le deuxième poing s’arrêta dans sa main. Une aura argentée pulsant autour d’eux. Neige releva lentement la tête, ses yeux rubis brillant de colère.

« Comment… OSES-TU ? »

Son énergie explosa tout autour d’eux, engloutissant Buu et elle dans une sphère d’énergie. Il paraissait enfin surpris, mais Neige n’en avait cure. Son propre poing se leva et frappa. Le visage, les épaules, le ventre. Elle se battait à fond pour la première fois de son existence, faisant pleuvoir les coups sur son ennemi. Et il avait du mal à la suivre. Certains coups étaient parés mais la plupart le touchaient. Mieux, ils le détruisaient, sa chair étrange disparaissant en fumée sous les impacts.
Quand elle s’arrêta enfin, son corps n’était plus qu’un amas de cratère créé par ses poings. Neige n’attendit pas plus. La main ouverte devant le crâne de son ennemi, elle libéra toute son énergie dans un rayon puissant. La tête rose entière disparut immédiatement.

Essoufflée, Neige suivit la trajectoire de son attaque. Le rayon continua son chemin jusqu’à la chaîne de montagne la plus proche. Le souffle de l’explosion pulvérisa toutes les forêts alentour et finit même par les atteindre, secouant à peine la Reine mais faisant battre le pantalon sur le corps sans tête.
Il n’était toujours pas tombé.

« Tu étais puissant mais… »

Avant qu’elle ne puisse terminer, la chair rose du cou de la créature se remit à bouger, s’élevant lentement pour former de nouveau une tête. Une tête aux traits déformés par la colère. Les pores s’ouvrirent tous pour laisser échapper une vapeur blanche et brûlante.

« BUU !! »

Neige avait à peine bougé, son regard terrifié fixé sur la créature.
Ce n’était pas possible. Ce n’était pas normal. Aucune créature ne pouvait survivre à ça. Aucune créature ne pouvait survivre à elle. Elle était la souveraine de l’espèce la plus puissante de l’univers connu. Elle ne pouvait être vaincue. Encore moins par une bête à peine consciente.

« Buu ! Qu’est-ce que tu fais ?! Je t’ai dit de faire vite ! »

La nouvelle voix, aiguë et criarde, résonna autour d’eux, semblant venir de toutes les directions à la fois. Neige regarda tout autour d’elle sans parvenir à distinguer la moindre silhouette.

« BUUUUUU !! tonna la chose, le regard tourné vers le haut, l’air encore plus en colère.
Obéis ! OBÉIS ! Détruis leur ville ! Détruis leur flotte ! Dépêches-toi ! »

Les intonations de la voix inconnue étaient devenues étranges, à la fois impérieuse et flottante, comme si elles s’infiltraient dans son esprit.
De la magie. Il y avait bel et bien un maître derrière cette attaque.
La créature n’appréciait visiblement pas. Neige profita de la distraction pour reculer un peu et l’observer se tortiller en criant. Enfin, il se dressa d’un coup et leva la main. Plusieurs rayons d’énergie rose fusèrent de sa paume et filèrent à toute vitesse dans le ciel.

« Non ! »

Neige se jeta à leur poursuite. Elle en rattrapa un et le frappa de toutes ses forces. La trajectoire partit en vrille et le rayon s’écrasa au sol dans une explosion gigantesque, réduisant une forêt entière en cendre. Son avant-bras fumait encore, mais elle accélérait déjà pour rattraper les autres.

Quelque chose lui attrapa la jambe, celle qui était déjà détruite. Un cri de douleur lui échappa quand la créature se mit à la faire tourner autour d’elle. Avec un dernier hurlement, Neige fut catapultée dans le ciel.
Elle traversa encore un continent, puis un autre. Leur combat les faisait traverser toute la planète à des vitesses qu’elle n’avait jamais cru possible. Sa chute ne fut interrompue que lorsqu’elle percuta une autre chaîne de montagne, explosant le sommet le plus haut avant de disparaître dans le corps de pierre du second.
Au-dessus d’elle, Neige entendit le ricanement de la créature. Buu survolait la zone. La Yaxcienne venait à peine de ralentir, mais elle n’attendit pas de se remettre. Il n’y avait pas de place pour la moindre hésitation.

Avec un hurlement, la Reine s’entoura d’une sphère d’énergie, pulvérisant la roche autour d’elle. Un grondement lui indiqua que la montagne allait s’effondrer. Cela allait attirer l’attention, mais c’était l’objectif. Neige se concentra encore, ses muscles bandés jusqu’à la limite de leur résistance, tout son corps tendu dans un seul objectif. Lorsqu’elle dressa les bras, la sphère se transforma en une colonne de pur Ki.
Ce qui restait de la montagne, au-dessus et en-dessous, disparut dans la déflagration. Levant les yeux, elle découvrit que c’était aussi le cas d’un bras de son adversaire. Neige sauta, naviguant dans le flot de son attaque comme si elle était un être de pure énergie. Buu avait reculé, mais pas assez. Elle jaillit de la colonne comme un diable de sa boite, le regard fou, les mains tendues vers le démon.

« Meurs ! »

Le déferlement d’énergie qui lui échappa emporta le torse de Buu et une bonne partie de ses jambes. Il se poursuivit jusqu’à la surface, ne frappant pas le sol cette fois-ci mais s’enfonçant dans l’océan. L’eau fut instantanément transformé en vapeur, dans une explosion titanesque. Un raz de marée débutait déjà, autour du cratère formé. Neige n’y prêta pas attention.

Elle posa la main sur ce qui restait de la tête de Buu et le fit exploser dans une nouvelle déflagration. La Reine fila ensuite vers le sol. D’une main, elle créa une sphère qui pulvérisa la jambe droite du monstre.

« KYAAA ! Buu ! »

Derrière elle. Impossible. Il s’était déjà reformé ?!
Elle pivota, à temps pour voir que non seulement il s’était reformé, mais une colonne d’énergie entourait son bras gauche, levé vers le ciel. Il lui fit un grand sourire, et abattit son bras.

Neige se décala, aussi vite qu’elle le pouvait, et ce ne fut pas suffisant. Elle sentit la morsure de l’énergie sur son bras, l’enveloppant autant qu’elle l’écrasait. Puis le craquement, violent et monstrueusement fort, de la terre qui subissait l’attaque avec elle. Un cri lui échappa, noyé dans le hurlement que Yaxche poussa à la mutilation.
La Reine recula encore, titubant sous le coup de la douleur. Son bras gauche pendait le long de son corps, l’épaule disloquée et la peau carbonisée. A côté d’elle, une fissure commençait, s’étendant sur des centaines de kilomètres de longueur. Elle n’en distinguait pas le fond. Comment… ?

Buu était au-dessus d’elle, les deux mains liées pour la frapper sur le crâne. Elle sentit ses jambes s’enfoncer dans le sol, puis la créature prit son élan et plongea sur elle. Ils traversèrent la terre comme si c’était du liquide, leur puissance combinée suffisante pour pulvériser tout ce qu’il y avait sur leur passage. Elle entendait Buu ricaner comme un dément, la frappant de temps en temps de ses poings durs comme du katchin.
Elle allait mourir ici, dans les profondeurs de sa propre planète. Les siens étaient morts. Et elle ne savait même pas ce que cette créature était. Elle ne savait pas ce qui avait motivé tout cela.


Non.

Elle refusa.

Dans une formidable explosion de rage, Neige enveloppa son corps et celui de son ennemi d’une énergie dorée. Leur plongée dans les profondeurs s’arrêta aussitôt. Buu recula pour prendre son élan. Elle n’arrêta pas son poing et frappa en même temps, démolissant sa joue. Elle sentit son cou se briser sous les doigts du démon, mais ça ne l’arrêtait pas.
Elle ne cherchait plus à parer. Plus à esquiver. Elle ne faisait que frapper. Et il pouvait bien faire de même, cela n’importait pas.

Neige sentit ses os se briser, mais ils finiraient par guérir. Elle sentit ses organes se rompre, mais elle n’en avait pas besoin. Elle sentit sa jambe se briser puis se détacher, mais elle était devenue inutile. Elle sentit son bras carbonisé se fracturer quand elle frappa avec, mais elle le toucha. Tout ce qui comptait, c’était frapper encore, et encore, jusqu’à se briser les doigts.

Enfin, elle passa au-dessus de lui, comme elle l’avait prévu. Elle tendit sa main droite, les phalanges en miettes, et une sphère d’énergie psychique entoura Buu.

« Je te tiens, cracha-t-elle à travers ses dents en morceaux. »

Il se débattit mais l’attaque était une nouveauté pour lui. Elle ne le laissa pas s’habituer. Monopolisant ses dernières forces, elle le projeta vers les profondeurs de Yaxche. La sphère psychique s’enfonça dans la terre jusqu’à disparaître de sa vue, mais elle continua de presser. La planète entière craquait. Elle pouvait le sentir tout autour d’elle, dans la fissure qui avait grandie jusqu’à faire plusieurs centaines de mètres de large. La résistance à son attaque devenait moins importante. Il devait avoir traversé la croûte pour rencontrer de la roche en fusion. Elle pressa encore, malgré les protestations de Yaxche.

« Meurs ! Meurs ! MEURS ! »

Son bras tremblant se mit à briller, des éclairs rougeoyants l’entouraient en crépitants.

« MEURS !! »

Le rayon énergie qu’elle lança était bien plus vaste qu’elle ne l’attendait. La terre gémit encore, s’ouvrant davantage alors que le rayon allait rattraper Buu et l’emporter vers la mort.
Neige se laissa enfin tomber vers l’avant, épuisée. Elle regarda un moment la fissure gigantesque qu’elle venait de provoquer, puis s’éleva dans les airs pour remonter à la surface.

Sa planète était détruite. Les nuages filaient à une vitesse folle dans le ciel. Le cratère qui avait remplacé l’une des plus hautes chaîne de montagne de la planète se remplissait progressivement d’eau. Yaxche n’était plus.

« Buu !! cria la même voix criarde et paniquée que tout à l’heure. »

Neige parvint à sourire à travers la douleur. Qui que ce soit le maître de son monstre, il avait perdu.

« Qu’est-ce que tu fais ?! Un vaisseau a quitté la planète, détruis-le avant qu’il soit hors de portée ! »

Quoi ? Non. Non, il ne pouvait pas être toujours en vie.

La Reine se retourna vers l’énorme fissure d’où elle était sortie, où la fumée remontait du centre de la terre pour rejoindre les nuages. De la fumée de toutes les couleurs. Y compris rose. De la fumée qui prit progressivement une forme qu’elle ne reconnaissait que trop bien.
Ses épaules meurtries s’affaissèrent.

« Votre Majesté ! »

Chill ? Il était mort. Comme les autres ? Comment était-ce possible ?

Plusieurs trainées d’argent apparurent soudainement derrière elle, la rejoignant aussi vite que possible. Elle sentit un contact sur son épaule et le reconnut à la douceur de ses doigts.

« Mon amour. Nos enfants sont à l’abris. »

Elle se retourna. Frost. Plus grand qu’elle ne l’appréciait mais prêt au combat. Chill était là aussi, tout aussi préparé. Et tous les autres. Elle les vit apparaître et se positionner derrière elle, en position de combat. Certains portaient encore les marques des attaques qu’ils avaient arrêtés.

« Frost… La ville..
- Il en faut plus que ça pour tuer un Yaxcien. Nous sommes venus dès que possible.
- Fuyez, hoqueta-t-elle. Je vais le retenir.
- Notre flotte est détruite, votre Majesté, interrompit Chill. Nous n’irions pas loin.
- Et nous ne vous laissons pas, mon amour.
- Yaxche ne se rend pas ! cria une voix féminine derrière elle.
- Jamais ! »

Buu avait terminé de se reformer, un sourire malicieux aux lèvres alors qu’il bondissait joyeusement. Son maître continuait de lui hurler dessus pour le faire obéir, mais Neige n’entendait que son peuple.
Ils n’avaient aucune chance. La créature était invincible. Immortelle. Ils ne pouvait pas gagner.

Buu releva la tête vers le ciel agité.
Elle leva la main et un rayon violacé jaillit de ses doigts pour traverser le torse de leur ennemi. Il baissa les yeux sur le trou ainsi créé, sans ressentir la moindre douleur.

« Tu n’iras nulle part, monstre. Pas tant que je serais en vie. »

Au sourire qu’il lui jeta, elle sut qu’il ne pensait pas ça un problème. Neige n’en avait cure.
Elle laissa exploser son énergie autour d’elle, enveloppant son corps d’une aura d’argent. Derrière elle, des dizaines et des dizaines de flammes argentées s’allumèrent dans le ciel, brisant les nuages affolés.

Neige poussa un cri, reprit par tous ses sujets. Ils allaient livrer le dernier combat de Yaxche.


Dernière édition par Tierts le Lun Sep 18, 2023 12:02, édité 2 fois.
Chroniques de la Famille Cold
Sur Namek, le souverain Freezer réussit à défaire le terrifiant Super Saïyen. Il peut enfin étendre son emprise sur l'univers sans danger. Du moins, le croit-il car il découvrira bientôt que ses nouvelles conquêtes vont lui apporter bien des problèmes.

Tome 3 En cours - 1 Chapitre par semaine jusqu'à Mai 2024 - Prochain chapitre semaine du 24/06/2024
Avatar de l’utilisateur
Tierts
Nihilien Légendaire
 
Messages: 1292
Inscription: Jeu Oct 07, 2010 20:18

Re: Chroniques de la Famille Cold

Messagepar Tierts le Lun Sep 18, 2023 12:01

On continue avec un chapitre plus court que les précédents, mais peut-être l'un des plus importants de ce tome 3.

Chapitre 21 : La planète brisée


Le paysage était apocalyptique, même après après que l’Empereur ait repoussé la brume autour d’eux. En fait, c’était pire à présent que les contours de la cité étaient visibles. Ces immenses tours qui se dressaient tout autour d’eux évoquaient les ruines d’une civilisation disparue. Une civilisation qui aurait connue une fin particulièrement brutale.
En plus de la monstrueuse cicatrice qui traversait toute la cité et dans laquelle Anik avait manqué de tomber, les bâtiments étaient parsemées de cratère et de trace de destruction. Les palais éventrées laissaient apercevoir l’intérieur aux murs blancs ou gris, ne comportant plus que quelques traces de couleurs ternies par les milliers d’années.

Au milieu de cet exemple de destruction, ils avançaient lentement, le visage recouvert d’un masque noir qui leur permettait de respirer. Aidan avait l’impression d’évoluer dans un monde contaminé et elle s’attendait à tout moment à une attaque. Seul au milieu d’eux, le nihilien paraissait dans son élément. Il ne portait pas de masque et il évoluait dans les ruines avec la grâce que son espèce pouvait déployer même dans les pires circonstances. L’Empereur Kalta avait soudainement apporté la réponse à une question qu’ils se posaient tous. Elle vit tout le commando converger instinctivement vers lui.

« Yaxche ? Vous n’êtes pas originaire de Nihila ? »

C’était Bra qui avait finit par poser la question.

« Nihila est notre planète actuelle, mais les légendes racontent qu’il y a bien longtemps, nous avons été chassé d’une autre planète. Paradisiaque. Yaxche. Une créature surpuissante a attaqué et tué notre souveraine de l’époque. Selon les versions de la légende, seuls les meilleurs guerriers ou les enfants sont parvenus à s’enfuir pour s’établir sur Nihila.
- Une créature assez puissante pour pousser les nihiliens à s’enfuir en masse ? demanda Persée.
- Selon mon grand-père, il pourrait s’agir de Buu. »

C’était la deuxième fois en peu de temps que le nom de cette créature était évoqué. Aidan ne connaissait de lui que ce les archives impériales savaient : un démon créé par un sorcier, que son fils Babidi avait tenté de ressusciter sur Freezer 82. Il avait été arrêté par la Famille Cold. Le démon avait été réveillé trop tôt et l’armée impériale l’avait bombardé de toutes ses attaques, jusqu’à ce que les enfants de Cold ne l’achèvent. C’était sans doute un adversaire redoutable, mais elle peinait à l’imaginer plus puissant que Cell.

« Tu penses que cette planète est Yaxche ?
- Tu n’as jamais vu Nihila, Bra. Si tu avais visité ne serait-ce qu’un palais, tu reconnaîtrais l’architecture. Ce n’est pas strictement identique, mais c’est trop familier pour être autre chose.
- Mais ça voudrait dire que cette planète est dans cet état depuis…
- Des millions d’années je crois ? Nos légendes ne donnent pas de date. Je n’étais même pas sûr que c’était vrai jusqu’à… »

Le silence était retombé sur le petit groupe. Aidan tourna sur elle-même pour observer la vile comme elle le pouvait. Un frisson traversa son échine en imaginant des milliers de Kalta vivrent dans une métropole pareil. Quelle puissance pouvait avoir ce Buu pour être parvenu à les vaincre ?

« Máanen. Je'el wáaj a tin xikin in ? »

Varidal poussa un cri en sautant dans les airs. Aidan était déjà à ses côtés, l’énergie affluant dans ses bras pour se préparer au combat. Tout le monde s’était mis en positon de combat, car la voix avait retentit dans les oreilles de tous. Tout le monde, sauf l’Empereur. Resté dans les airs, il paraissait figé sur place, le regard perdu dans le vide.

« La langue ancestrale…
- Bienvenue, reprit la voix. M’entendez-vous ? »

Les scouters, Aidan réalisa soudainement. C’était de là que venait la voix. Elle diffusait dans tous les canaux possibles pour se faire entendre.

« Nous vous entendons, répondit finalement Kalta. Qui êtes vous ? Où êtes vous ?
- Je vous envoie un signal lumineux. Dites-moi si vous pouvez le voir. »

Elle n’avait répondu qu’à la première question.

Anik se posa à côté d’elle, une lame d’énergie brûlant le long de son bras métallique. Aidan tenta de croiser son regard, mais il fixait l’Empereur. Quant au nihilien, il regardait Bra, retirant son scouter.

« Tu sens quelque chose ?
- Rien de vivant, confirma la saïyenne. »

Une lumière apparut brusquement. Un faisceau qui jaillit d’une des tours intactes et s’arrêta à la première couche de brume jaune.
L’Empereur jeta un dernier coup d’oeil à Bra, avant de prendre son envol. Ils se lancèrent tous à sa suite.

* *
*

Rien de tout cela n’était ce qu’ils étaient venu chercher.
Bien sûr, ils s’étaient lancés dans cette opération sans la moindre idée de ce qu’ils venaient chercher mais une planète dévastée, fut-elle celle des nihiliens, n’aidait pas à affronter les démons qui ravageaient l’univers. Qu’est-ce qui pouvait bien les intéresser ici ?

Bra s’était résolu à ne pas poser ces questions tout de suite. Si cette planète était bien Yaxche, comme Kalta le pensait, il avait sans doute envie de s’assurer de ce qui s’était passé. Elle comprenait. Aussi restait-elle derrière lui pendant qu’il traversait les airs jusqu’au bâtiment éclairé.

Le sommet d’une des innombrables tours de la cité, mais celle-ci était hérissé d’un certain nombre d’appareils. Les premiers signes de vieillesse qu’ils croisaient ici : le métal était rouillé par endroit, complètement détruit en d’autres points mais somme toute dans un état admirable pour son âge. Et puis, il y avait le trou dans la paroi. Pas assez grand pour une attaque énergétique, mais Bra avait vu assez de combat pour savoir : quelqu’un était passé à travers le mur à pleine vitesse.
Kalta passa en premier par ce même trou. Elle suivit. La salle ressemblait à n’importe quelle salle de commande, bardée de multiples appareils électroniques dont les cadrans et les indications étaient incompréhensibles pour Bra. Il y en avait partout, sur toute la surface du mur circulaire et jusqu’à quatre mètre de hauteur.

« Bienvenue. »

Bra s’arrêta face à la silhouette bleuté qui clignotait au milieu de la salle. Elle semblait peiner à maintenir sa forme, les projecteurs qui l’affichaient s’éteignant par moment, la privant d’un bras ou d’une jambe.

« Un ordinateur, commenta Kalta. »

On reconnaissait une silhouette vaguement humaine, à peine plus que des contours. Il n’y avait même pas les cornes qui pourraient rappeler un nihilien. Pas même de queue.

« Correct. Je suis l’intelligence virtuelle Vigilant. Vous pouvez m’appeler “ordinateur”, “machine” ou “Vigilant” comme vous le désirez. Je suis programmé pour aider à la maintenance des installations de surveillance et à l’interprétation des données. J’ai tenté de sauvegarder la salle de commande dans un état fonctionnel mais je crains que beaucoup de mes capteurs ne soient plus opérationnels. Malgré tout, je suis heureux de constater que les ordres de la Reine ont permis à votre peuple de survivre. »

Un frisson parcourut Bra. Elle fixait la machine du regard, essayant d’imaginer l’âge de ce programme. Il fonctionnait encore ? Après tout ce temps ? Kalta paraissait aussi circonspect qu’elle, tournant autour de la chose tout en analysant la salle. Le commando les rejoignit à ce moment.

« Je constate que vous ne répondez à aucune autre langue autre que le Svénomakélien. Je traduis actuellement toutes mes données dans cette langue, cela ne prendra que quelques secondes de plus.
- Le Svénomaquoi ? lâcha Anik.
- Svénomakélien. Un peuple psychique, situé en bordure de la Galaxie Nord, planète n°4 du système 44B59. Dangereux selon notre classification mais sous contrôle. Une des dernières données que j’ai reçu concerne l’explosion de leur planète. J’estime à 89% les probabilités que la créature qui a attaqué ici a aussi provoqué la destruction de leur monde. »

Ils se regardaient tous les uns les autres, sans oser comprendre.

« Dernière donnée reçue ? C’était quand ? demanda finalement Bra.
- Cinq millions quatre cent vingt-huit mille sept cent soixante-treize ans, huit mois, douze jours et quatorze heures. L’attaque de la créature ici s’est achevé dix-neuf heures avant cela. »

Bra hoqueta. 5 428 773 ans ? Cette cité n’était pas antique, elle était préhistorique. La civilisation dont il parlait devait avoir été complètement oublié par la communauté galactique. Evidemment.

« C’est l’époque de l’attaque de Buu, souffla Persée.
- Buu ? Ce mot a été capté plusieurs fois par le communicateur de la Reine avant que je perde définitivement contact. C’est le nom de la créature ?
- Oui, trancha brusquement Kalta. »

Il s’était avancé et fit signe à ses hommes de se taire. Dans son regard rubis, Bra voyait de la curiosité mais une dureté qu’elle n’avait pas perçu depuis longtemps. Ils étaient tous perturbés, face à une intelligence, certe artificielle, qui pré-datait l’existence de leurs peuples, mais lui gardait un calme olympien. En fait, il était trop calme. Quelque chose n’allait pas.

« Tu dis que tu es là pour aider la collecte des données. Mon espèce t’a créé pour espionner l’univers ?
- J’ai indiqué que j’étais programmé pour aider la récolte de données, oui. Les gardiens ne m’ont pas créé mais j’ai été offert à Yaxche pour aider à la compréhension des instruments dans cette salle.
- Jusqu’où vont tes appareils ?
- Ils permettaient de capter les informations transmises par les autres stations. Aujourd’hui, 100% de ces stations sont détruites ou à l’abandon, je n’ai pas reçu de données depuis trois millions cinq cent soixante dix mille quatre cent trente-deux ans, six mois et…
- L’attaque de Buu, quelles données as-tu reçu ? »

L’intelligence ne se laissa pas décontenancer, clignotant vaguement dans la direction de Kalta.

« Données incomplètes suite à la destruction des stations. Estimation : quarante-quatre planètes détruites. Cinquante-six autres planètes dévastées par des évènements climatiques ou sismiques extrêmes. Probabilité de cause naturelle : infinitésimale. L’Empire Tsuful a subi des pertes d’environ 100%. La congrégation Namek a été détruite. J’ai déjà indiqué les Svénomakélien. Le Protectorat de Muror est…
- Attends, quoi ?! »

Bra avait hoqueté, reconnaissant le nom d’un peuple que sa mère avait souvent évoqué. Et elle n’était pas la seule : dans le regard de Kalta, elle vit la même curiosité.

« Les Nameks ? Les Nameks ont survécu !
- Base de données mise à jour. J’en suis heureux. Ce n’est pas étonnant. Le mode de reproduction des Nameks leur permet de cacher des oeufs pendant les périodes de troubles afin de maximiser les chances de survie de l’espèce. La planète Namek n’a en effet pas été intégralement détruite, mais mes dernières données indiquent que son cycle climatique est désormais instable et… »

Sans écouter la suite, la saïyenne se sentit grimacer : elle ne connaissait pas encore l’histoire des autres peuples. Elle avait l’impression d’avoir dit une bêtise, tant la machine avait répondu avec assurance.
Une voix glacée retentit soudain, interrompant une fois de plus la machine.

« Tu ne demandes rien au sujet des Tsufuls, saïyenne ? »

Kalta la regardait d’un air curieux. L’étincelle qui brillait dans ses yeux ne lui plaisait pas trop mais elle n’arrivait pas à en comprendre le sens.

« Je ne connais pas ce nom, admit-elle. Pourquoi ? »

Autour d’elle, le groupe se garda bien d’intervenir, elle eut même le temps d’apercevoir Aidan détourner les yeux pour fixer un des appareils qui garnissaient la petite salle. Bra revint au nihilien, le défiant de dire quelque chose. L’Empereur paraissait surpris. Elle avait du mal à comprendre ce qu’il pensait, car il ne semblait pas en colère ou déçu. Mais il hésitait visiblement à ajouter quelque chose. Finalement, il haussa les épaules.

« Rien. C’est une espèce qui vivait sur Plant avec les saïyens. Ils ont disparus maintenant.
- Oh. Donc ils ont aussi survécu jusqu’à la destruction de la planète ?
- C’est ça, conclut Kalta après une seconde d’hésitation.
- Base de données mise à jour. J’en suis heureux. Ce n’est pas étonnant. L’Empire Tsuful a prévu plusieurs usine de clonage permettant de faire redémarrer l’espèce même après totale destruction. Merci de vos informations, elles me permettent de mettre ma base de données à jour malgré la destruction de nos capteurs. »

Bra faillit s’étonner que l’hologramme ne montre aucune curiosité sur les dernières cinq millions d’années, mais c’était une machine. Elle n’était sans doute pas programmé pour ressentir une curiosité particulière. Pourtant, elle avait signalé sa présence dès qu’elle en avait eu l’occasion.

« Une seconde, machine. A toi de nous apprendre quelque chose à présent.
- Bien sûr, Monsieur. Que puis-je pour vous ?
- Une armée de démon ravage l’univers pendant que nous parlons. Cet endroit était un point d’intérêt pour eux. Sais-tu quelque chose ?
- Négatif. Ma base de données indique que le terme “démon” et les termes associés apparaissent dans près de sept-cent quatre-vingt neuf mythologies, réparties dans les quatre galaxies, mais cela ne désigne pas un peuple.
- Tu n’as rien dans ta base de données concernant une invasion précédente ? demanda Persée en s’avançant face à la projection.
- Négatif.
- Que reste-t-il sur cette planète qui puisse intéresser une armée ?
- Je ne dispose pas des accès à tous les systèmes de Yaxche, uniquement les informations que le palais a rendu public à ses alliés.
- Et sur la base de ces informations ?
- La planète Yaxche ne dispose d’aucune défense planétaire, comptant sur la puissance de ses résidents pour repousser une attaque. La flotte de Yaxche est constituée essentiellement de vaisseaux de transport avec des armements rudimentaires. Le système d’énergie de Yaxche est probablement le plus performant de la Galaxie après Plant et Piltdown. Il fonctionne encore, avec perte de régime occasionnel, après plus de cinq millions d’années sans entretien. Le patrimoine génétique de la planète serait aussi une excellente base pour former une armée s’il pouvait être maîtrisé. Les cristaux de protection de Yaxche sont réputés pour défendre la planète de tous les dangers.
- Les cristaux de protection ? intervint enfin Kalta. Comment fonctionnent-ils ? Pourquoi est-ce qu’ils n’ont pas été utilisés contre Buu ?
- Affirmatif Monsieur. Cette information n’est pas disponible. Cette information n’est pas disponible.
- Où sont-ils ?
- Cette information n’est pas disponible. »

Bra avait contourné la projection bleutée pour rejoindre Kalta. Le nihilien commençait visiblement à perdre patience avec l’ancienne machine et elle comprenait pourquoi. Ils étaient venus en espérant gagner un avantage sur leurs adversaires mais pour l’heure, ils n’avaient trouvés que des ruines et des questions sans réponse.

« La localisation des cristaux est gardée secrète par le palais de Yaxche, continua Vigilant. A l’exception de celui qui est conservé dans la salle du trône. »

Enfin, le regard rubis de son ami s’éclaira. Avant qu’elle ait le temps de prononcer le moindre mot, Kalta s’était enveloppé d’une aura argentée et il avait disparu dans le trou de la salle de contrôle.

* *
*

Le palais était impossible à manquer. Sa silhouette massive surplombait la cité, même si la flèche qui se dressait au-dessus du bâtiment avait été détruite, l’ombre de la colonne brisée continuait d’assombrir la grande avenue qui menait à l’entrée.

« Ralentis un peu ! »

Bra cherchait à retenir l’Empereur. Kalta avait quitté la tour aussi vite qu’il le pouvait, sans poser plus de question et sans réfléchir. Chaque seconde était comptée, mais elle ne voulait pas le voir se précipiter dans un piège. Ils avaient déjà trop perdu.

« Tu l’as senti, saïyenne. Il n’y a rien de vivant sur cette planète. »

Il s’était tout de même arrêté devant l’entrée monumentale. Deux gigantesques blocs de pierre blanche soutenaient un troisième bloc, taillé de symbole qui ne disaient rien à Bra. Le petit groupe les rejoint.

« Est-ce que tu sais au moins où est la salle du trône ?
- C’est un palais, Bra. La salle du trône est la chose la plus facile à trouver. »

S’élevant de quelques centimètres dans les airs, le nihilien traversa l’antique porte sans autre forme de procès. Bra lui emboîta le pas sur le même rythme. Elle détestait quand il était comme ça.
Encore plus quand il avait raison.

La salle du trône était la troisième qu’ils trouvèrent, menés là par les grands couloirs qui lui rappelaient un peu, dans leurs dimensions absurdes, ceux du Rédemption mais à une échelle encore supérieure. Un sifflement lui échappa en découvrant le décor..
Jusque là, la décoration de Yaxche paraissait bien ennuyante. Tous les murs allaient d’un blanc crème à un jaune poussiéreux qui en disait plus sur les conditions actuelles de la planète que sur l’esprit des habitants. Mais cette salle brillait de mille feux. Des arcs sombres avaient été tracés directement dans la roche, entourant d’étonnantes mosaïques de points étincelants de toutes les couleurs.

Des pierres précieuses, reconnut-elle enfin. Rubis, saphir, émeraude, diamant, et d’autres plus exotiques dont les noms lui étaient étrangers. Toutes les couleurs de l’arc-en ciel. Seul le trône, d’un blanc aussi laiteux que les murs, étaient dépourvus de la moindre couleur.

« Bel étalage de richesse, commenta-t-elle à voix basse.
- Richesse ? demanda Kalta sans se retourner. »

Bra s’était arrêté, sans plus lui prêter attention. Son regard était tourné vers un des immenses tableaux. Ce n’était pas une mosaïque absurde. Les pierres précieuses prenaient des formes reconnaissables. Devant elle, trois silhouette, une d’émeraude, une de saphir et une de diamant, s’agenouillaient devant cinq humanoïdes en améthyste.
Ils racontent une histoire…

Déjà, elle filait devant le prochain tableau, qui semblait représenter une bataille, mais où les silhouettes ennemies étaient en rubis.

« Ah ! Je crois que j’ai trouvé ! »

Bra tourna à peine le regard vers Kalta, le regardant s’élever dans les airs pour se diriger vers le trône. Il pouvait récupérer le cristal pendant qu’elle tentait de comprendre ces tableaux. Mais elle vit le fameux cristal de loin et ses yeux s’arrondirent, le visage soudain figé.

Quelque chose s’étrangla dans sa gorge.

Elle ne bougea pas d’un millimètre, même alors qu’elle voulait se jeter sur Kalta et le trésor qu’il allait récupérer. Son corps refusait d’obéir.

Le nihilien atteint le trône et récupéra l’objet qui reposait au-dessus du dossier blanc, sur un piédestal adapté à sa taille. Il revint lentement vers elle, observant sa trouvaille d’un oeil vaguement intrigué.

« Tu penses que c’est ça ? »

Bra ne pouvait pas parler. Ses yeux étaient fixés sur la sphère parfaite que tenait Kalta. A peine plus grande que sa paume.
Sur le blanc pâle et transparent de sa surface. Et sur l’unique étoile d’un rouge de sang qu’elle contenait.

« Ce n’est pas un cristal. parvint-elle enfin à prononcer. »

Sa voix s’asséchait dans sa gorge. Elle eut l’impression de devoir réunir toutes ses forces rien que pour prononcer ces prochains mots.

« C’est une Dragon Ball. »


Dernière édition par Tierts le Lun Sep 25, 2023 12:06, édité 1 fois.
Chroniques de la Famille Cold
Sur Namek, le souverain Freezer réussit à défaire le terrifiant Super Saïyen. Il peut enfin étendre son emprise sur l'univers sans danger. Du moins, le croit-il car il découvrira bientôt que ses nouvelles conquêtes vont lui apporter bien des problèmes.

Tome 3 En cours - 1 Chapitre par semaine jusqu'à Mai 2024 - Prochain chapitre semaine du 24/06/2024
Avatar de l’utilisateur
Tierts
Nihilien Légendaire
 
Messages: 1292
Inscription: Jeu Oct 07, 2010 20:18

Re: Chroniques de la Famille Cold

Messagepar Tonay le Mer Sep 20, 2023 14:26

Enfin ! Après mon retour pour le tome 2, me voici FINALEMENT à jour pour le tome 3, je peux enfin commenter à temps !

Dans l'ensemble, on sent quand même une sérieuse progression par rapport au tome 2. Le texte respire mieux, les descriptions sont plus soignés, les dialogues, déjà bons, sont encore plus peaufinés. Et clairement, les combats sont améliorés. Tu as pris soin de progresser dans un domaine qui reste gênant pour toi, et on le sent bien ! Ils sont plus dynamiques et mieux chorégraphiés qu'auparavant, continue comme ça !

Le tome 3 promet et je suis très curieux de voir ce que tu as prévu pour la suite !

Allez, je te laisse avec quelques retours sur les derniers chapitres que j'ai lu, bonne lecture à toi !


Chapitre 18 :

Spoiler
Un chapitre pour le moins sympathique, j’ai bien aimé le flashback, qui devienne toujours plus présents et qui offrent un développement aussi nécessaire qu’agréable.
Par contre, j’avoue avoir du mal à visualiser l’apparence d’Aidan, pour une raison ou une autre ^^

Les échanges sont sympathiques, touchants si ce n’est drôle. D’ailleurs, le flashback concernant la vidéo d’entraînement de Ginyu m’a arraché un bon sourire, petite séance teambuilding ! Je me demande si tu ne regrette pas de ne pas l’avoir inséré dans le tome 1. Enfin bon, c’est toujours coll que ce soit présent !

Une promesse d’Anik ? Je ne m’en souviens si ça a déjà été énoncé.


Chapitre 19 :

Spoiler
Du recul et de la maturité de la part de Persée, et un peu de worldbuilding aussi. Le chapitre est intéressant dans son ensemble, surtout quand on découvre la planète d’origine des Nihiliens !

Je m’attends donc à de grosses surprises.

La fin c’est un flashback je présume, sans doute expliquer l’état de la planète.
Peu de chose à dire, mais le chapitre était cool.


Chapitre 20 :

Spoiler
Je tiens à remercier une fois de plus Tonay qui m'a aidé à corriger ce chapitre et améliorer le combat.


De rien ! Mais honnêtement, c’était ton meilleur combat jusqu’à maintenant. Les chorégraphies, comme les échanges de coups, sont très bons. C’est dynamique, clair et pour le moins efficace. Je n’ai apporté que quelques retouches ici et là. Franchement, un bel affrontement d’un bout à l’autre.

Donc Buu est passé par là… La calamité d’il y a quelques millions d’années en arrière a fait de gros dégâts ! En tout cas, on a plein de noms, beaucoup de développement et le tout est très intéressant.
Les quelques échanges sont toujours cools, et ton Buu est très réussi. Le vocabulaire pour lequel tu as opté concernant Neige, tant dans ses dialogues que dans ses réactions/descriptions, est également très approprié.

Un très bon chapitre qui finit dans un dernier hourra dont on connait déjà le dénouement, malheureusement…



Chapitre 21 :

Spoiler
Première partie très intéressante, j’ai bien aimé la présentation de la planète et les différents échanges, ça plonge bien dans l’ambiance. Assez simple pour être visualisé, mais assez différent pour être alien.
Je me demande comment tu as créé cette langue ancestrale, changement de lettre ou quelque chose de plus complexe ?

Pour être francs, après des millions d’années, n’importe quelle infrastructure est dans un état admirable x)
Encore une fois, p’tite vibe Mass Effect avec l’hologramme/intelligence artificiel, ce qui est toujours cool !

J'apprécie toujours comment tu arrives à offrir des échanges entre les personnages dans les descriptions, sans que cela soit lourd ou redondant. Non seulement ça dynamise les scènes, mais ça offre aussi un petit rappel concernant leur relation, ou sur l'évolution de cette dernière.

La Dragon Ball est une magnifique surprise, hâte de voir ce que tu vas en faire, je suis très curieux de voir comment ça va évoluer !

Je crois que Bra va avoir de nombreuses explications à donner, de même qu’on va assister à des opinions pour le moins divergentes.
Enfin, si la Dragon Ball n’est pas pétrifié, c’est que son créateur est vivant, donc d’autres nameks sont présents dans la galaxie. J’me demande s’ils auront un rôle à jouer. Certainement oui.

D'ailleurs, les démons aussi risquent de se montrer intéresser... Et à défaut de savoir ce qu'est une Dragon Ball, nul doute que Garlic jr. pourra leur expliquer !
Survivants
Et si trois autres saiyans avaient survécu à la destruction de la planète Vegeta ?

One Shot
Un mage un peu excentrique. Un Kaïo. Un métis saïyan. Un démon. Un démon du froid. Qui doivent sauver l'univers dans un combat épique. Qu'ajouter de plus ?
Avatar de l’utilisateur
Tonay
 
Messages: 916
Inscription: Mar Oct 11, 2011 11:25
Localisation: Pommé dans l'Oeil de la terreur...

Re: Chroniques de la Famille Cold

Messagepar Tierts le Lun Sep 25, 2023 12:01

Bonjour Tonay ! Merci encore pour ces longs commentaires remplis de questions intéressantes. Avant le prochain chapitre, je vais répondre à quelques points (sous spoilers quand même parce que ça fait long au final xD)

Spoiler
Par contre, j’avoue avoir du mal à visualiser l’apparence d’Aidan, pour une raison ou une autre ^^

Possible que ce soit parce qu'une description complète d'Aidan n'a été faite qu'autour des chapitres 3 ou 4 donc ça commence à remonter. Globalement, elle a une apparence humaine, assez petite, la peau trop pâle et les cheveux roux trop pétants (style couleur Reacum)

Je me demande si tu ne regrette pas de ne pas l’avoir inséré dans le tome 1. Enfin bon, c’est toujours coll que ce soit présent !

D'un côté oui, je regrette de ne pas avoir fait plus de moments comme ça dans le Tome 1. D'un autre côté, j'aurais quand même placé le flashback ici parce qu'entre le tome 1 et ce chapitre, il s'est passé bien trop longtemps même pour un futur lecteur hypothétique qui commencerait la fic quand tout est fini.

Une promesse d’Anik ? Je ne m’en souviens si ça a déjà été énoncé.

Je te l'ai déjà dit sur Discord mais je le redis au cas où d'autres se poseraient la question, la promesse d'Anik est un peu plus haut dans le chapitre quand il observe le corps de Palpi.
"Il allait se battre. Et tuer tous ceux qui auraient le malheur de se mettre sur son chemin."

c’était ton meilleur combat jusqu’à maintenant. Les chorégraphies, comme les échanges de coups, sont très bons. C’est dynamique, clair et pour le moins efficace. Je n’ai apporté que quelques retouches ici et là. Franchement, un bel affrontement d’un bout à l’autre.

Eh bien écoutes, je suis heureux de l'entendre dire. Je pense que c'est beaucoup plus facile d'écrire un combat quand il est court, intense et qu'on a une idée précise de ce qu'on veut faire. J'ai eu très vite les images de ce que je voulais voir pour cet affrontement La planète brisée en deux, les morceaux qui sont écartées par les combattants, des montagnes qui explosent... Je voulais faire un combat niveau SSJ3 où les combattants se fichent de ce qui se passe autour d'eux, parce que c'est comme ça que j'imagine Kid Buu combattre.

Je me demande comment tu as créé cette langue ancestrale, changement de lettre ou quelque chose de plus complexe ?

Toi tu as été spoilé de la réponse, mais je me demande si quelqu'un d'autre trouvera ce que j'ai fait :p

Encore une fois, p’tite vibe Mass Effect avec l’hologramme/intelligence artificiel, ce qui est toujours cool !

Eh, ce n'est pas pour rien que l'intelligence qu'ils croisent s'appellent "Vigilant", c'est une référence explicite à Vigil dans ME1 ^^


Et tout de suite, la suite, où nous avons encore eu le droit à un passage correction par Lamantin_Furtif que je remercie encore mille fois !

Chapitre 22 : Héroïne


« Et la dernière, maman ?! »

Bulma ne s’était arrêtée qu’une seconde, le temps de vérifier l’heure. Elles avaient largement dépassées l’horaire qu’elle avait tenté de fixer pour l’heure du coucher, comme tous les soirs. Il était donc temps d’expliquer à sa fille qu’elle aurait la suite et fin de l’histoire demain, et pas avant.
En voyant les deux immenses yeux bleu fixés sur elle, remplis d’espoir, Bulma sut qu’elle avait déjà perdu.

Elle se laissa couler contre le grand oreiller, aux côtés de Bra, avant un long soupir.

« La dernière ? Voyons-voir… Nous ne l’avons pas vraiment trouvée celle-là.
- Quoi ? C’est pas vrai, Maître Karine m’a dit que vous l’aviez vue plein de fois le dragon.
- Laisse-moi finir. C’est elle qui nous a trouvé.
- Oh… »

Malgré la fatigue qu’elle commençait à sentir peser sur ses paupières, Bulma parvint à prendre un air sévère en regardant sa fille. Celle-ci mit aussitôt ses deux mains sur sa bouche, promettant silencieusement qu’il n’y aurait plus d’interruption.

« Nous avons été capturé par le terrible Empereur Pilaf. C’est lui qui avait la dernière Dragon Ball et il voulait les nôtres pour invoquer le Dragon et devenir… Maître du monde. »

Avec le temps, elle ne se souvenait plus exactement de ce qu’était son objectif, en réalité, mais ça n’avait pas d’importance pour son histoire. Et l’effet d’annonce avait été suffisant pour Bra, dont le regard fixe était maintenant brillant d’anticipation.

« Il nous avait enfermé dans une horrible prison, dont rien ne permettait de sortir, pas même la force de Yamcha ou Goku. Nous ne pouvions que regarder depuis notre cellule quand il a invoqué le grand Shenron. Heureusement, au dernier moment, Oolong est intervenu et a souhaité recevoir une… Pour recevoir un sous-vêtement très confortable. »

Bien rattrapé. Elle ne s’était rendu compte de rien.

« Quoi ? C’est tout mais… Mais vous avez fait quoi après ?
- Eh bien ensuite, Goku est parvenu à déployer sa puissance lors de la Pleine Lune et nous nous sommes échappés tout ensemble, échappant aux griffes du terrible Empereur Pilaf ! »

Déjà, Bra tentait de se redresser pour sauter sur le lit. Bulma lui attrapa doucement les épaules pour la maintenir couchée. Heureusement que la toute jeune demi-saïyenne acceptait ce genre de réprimande silencieuse, car elle avait sans doute la force de faire tout ce qu’elle voulait.

« Goku vous a sauvé ! Encore !
- Encore ? Je ne t’ai pas raconté la suite de nos aventures, s'esclaffa Bulma.
- Oui, mais t’as dit qu’il avait toujours été là pour toi, maman.
- C’est vrai, j’ai dit ça.
- C’est trop cool ! Oolong a dû recevoir un super slip… Je voudrais le voir.
- Le slip ? s’amusa-t-elle encore. Ou le dragon ?
- Non, Son Goku. »

Quelque chose s’accrocha dans la gorge de Bulma. Ses prochains mots furent prononcés tout bas, alors qu’elle se penchait pour embrasser le front de sa fille.

« Moi aussi, j’aurais aimé qu’il te rencontre. C’était un héros, comme ton père. »

Devant le regard brillant de Bra, elle corrigea juste après.

« Peut-être pas tout à fait comme ton père. »

Pas du tout comme Vegeta non, mais s’il y avait bien deux personnes auxquelles elle pensait quand il s’agissait de lui inspirer espoir, c’était ces deux visages qui s’imposaient à elle. Le sourire béat de Goku et sa confiance aveugle en la vie. Puis le regard fermé de Vegeta, sa détermination brute et silencieuse.
L’espace d’une seconde, le visage de Trunks s’imposa à son esprit et elle ferma les yeux, contenant une larme. N’y tenant plus, elle enfoui son visage dans les cheveux de son enfant, se serrant contre elle.

« Tu me raconteras les fois où tu as fait des voeux maman ? »

Quelle voix innocente, parfaitement inconsciente des troubles qui agitaient le coeur de la terrienne.

« Bien sûr mon ange, mais il est l’heure de dormir maintenant, d’accord ?
- D’accord ! »

Avant qu’elle n’ait le temps de se lever, Bra avait attrapé la couverture et l’avait brusquement tirée à elle, se jetant sur le lit d’une façon dramatique et fermant déjà les yeux. Bulma retrouva un sourire, soulagée que l’obscurité cache en partie ses yeux brillants.

« Bonne nuit ma chérie.
- Je peux pas dire bonne nuit, je dors déjà ! »

Bulma pouffa de rire, essuya ses larmes, et ferma la lumière derrière elle.


* *
*

Bra ne se souvenait pas d’avoir arraché la boule à une étoile de la main de Kalta. Elle ne se souvenait pas non plus d’avoir quitté le palais ou d’avoir traversé la ville.

« Ouvrez la rampe ! ordonna-t-elle dans son communicateur. »

Le Rédemption avait enfin trouvé un terrain idéal pour se poser, très proche de la ville. Un immense champ de cratère qui devait avoir été une série de bâtiment, il y a bien longtemps. Il était encore en approche, lente et méthodique, quand elle l’avait rejoint à toute vitesse. Il fallait qu’elle fonce à l’intérieur.

Elle se souvenait vaguement que Kalta avait demandé à fouiller le reste du palais. Elle n’avait même pas pris la peine de répondre avant de partir.
Aidan avait suggéré d’interroger la machine à nouveau. Elle avait refusé.
Une seule chose comptait : la Dragon Ball qu’elle tenait.

Et cette rampe qui s’ouvrait beaucoup trop lentement.

« Tu pourrais attendre un peu, saïyenne. »

Il y avait trop de piquant dans la voix de Kalta à son goût. Le nihilien n’aimait pas être à la traîne et il avait quelques kilomètres de retard. Mais Bra n’avait pas le temps de s’en soucier. Il n’avait pas idée de ce qu’ils venaient de trouver. Elle en était sûre maintenant : c’était ça que les démons cherchaient sur cette planète. Quoi d’autres ?

Sans répondre, elle s’engouffra dans l’ouverture de la rampe dès que celle-ci fut assez grande pour elle. Le seul soldat présent dans l’immense cale sursauta en la voyant atterrir. Elle ne lui prêta même pas attention. Le profil effilé du Tempête se révélait à mesure que la lumière de l’extérieur pénétrait l’endroit.

Elle ne se souvenait pas d’avoir filé jusqu’au sas du vaisseau, pas plus qu’elle ne se rappelait d’avoir entendu la rampe s’ouvrir, quand Cass se trouva brusquement devant elle. La voyante affichait un sourire rassurant, posant une main sur son épaule. Elle prononçait des mots doux et apaisants que Bra n’entendait pas.
Car elle tenait dans sa main ce que la saïyenne était venu chercher.

Elle se saisit de l’écrin de velours et soudain ses gestes se firent lents, hésitants. Ses mains tremblaient quand elle parvint enfin à se saisir de l’appareil circulaire. Il lui paraissait encore plus petit que dans ses souvenirs. Kalta était derrière elle, Persée venait d’arriver. Elle les percevait sans vraiment les voir.
Quand elle appuya sur le bouton au sommet du détecteur, l’écran parut encore rapetisser. Un cercle brillant grandit depuis son centre, parcourant tout l’écran avec une lenteur calculée pour scanner correctement les environs.

Bip.

Un hoquet lui échappa.

Au centre de l’écran, un point brillant était apparu, ainsi qu’une petite annotation. Distance négligeable.

« Il fonctionne… C’est une vraie Dragon Ball. On peut les retrouver. »

* *
*

Kalta avait fait vider la salle de contrôle pendant qu’ils s’y réunissaient. Un temps, il avait envisagé de ne parler qu’avec Bra, mais la saïyenne s’était enfermée dans un mutisme pensif depuis qu’elle avait réussi à faire fonctionner l’appareil de sa mère. Le Bras serait donc aussi de la partie. Et Persée, tant qu’à faire, malgré tout ce qu’il pensait de l’assassin.

« Nous avons pu établir que les autres Dragon Ball ne sont pas sur la planète, commença-t-il en observant la petite assemblée. Je soupçonne qu’elles aient été dispersées au moment de la destruction de la planète, emportées par le Rédemption sur Nihila ou par Buu, on ne sait où. »

Anik s’était assis par terre. Il écoutait avec attention mais il ne cherchait manifestement pas à participer à la conversation. Varidal paraissait hésiter, adossé à côté de lui. Il n’y avait qu’Aidan pour se redresser, demandant timidement.

« Vous pensez que c’est ce que recherchent les démons ?
- Cela expliquerait la carte dont ils disposaient en tout cas. Ce sont des artefacts très puissants. Ils cherchent sans doute à obtenir quelque chose et l’on dit que le dragon peut leur accorder n’importe quoi. Peut-être ouvrir définitivement la frontière entre nos deux mondes. »

Considérant le danger représenté par une seule porte, Kalta savait qu’un vœu pareil signifierait la fin de l’univers tel qu’ils l’avaient tous connu.

Il ne connaissait que peu de choses des Dragon Ball, seulement ce que son grand-père avait bien voulu en dire. Des objets contenant une magie extrêmement puissante, réputée capable de miracle. Les Nameks en étaient les dépositaires originels mais des copie s’étaient retrouvées sur Freezer 82 suite à l’exil d’un membre de cette espèce sur la planète. Son père avait tenté d’obtenir l’immortalité grâce à elles, mais les nameks les avaient trahis. Freezer n’avait jamais obtenu l’immortalité, pas plus que Cooler ou Cold. Le dragon sacré qui était invoqué au moyen des Dragon Ball ne parlait que la langue de son créateur. Voilà comment les nameks avaient bernés la Famille Cold.
Mais en théorie, l’immortalité était à portée. Tout comme la réparation complète d’un corps détruit. Tout cela par magie. Et beaucoup d’autres choses. Vegeta avait été ressuscité grâce à ces artefacts. Elles pouvaient réparer ce qui avait été détruit et ramener à la vie ceux qui avaient été tués.

Palpi.

« Nous ne pouvons pas les laisser tomber entre leurs mains. Et si elles fonctionnent encore, nous pouvons les utiliser pour réparer les dégâts qu’ils ont causés.
- Elles fonctionnent.
- Pardon ? »

La voix de Bra était intervenue, très basse. La saïyenne s’était installée à l’une des chaises des navigateurs, une jambe repliée contre elle et les bras enroulés autour de son genou. Son regard bleuté semblait perdu dans le vague, sans les voir.

« Si elles étaient inactives, elles ressembleraient à des pierres, toujours sphériques mais opaques et grises. Si on peut voir l’étoile, c’est qu’elles sont actives.
- Bonne nouvelle, continua Kalta sans se laisser perturber par l’attitude étrange de Bra. Nous devons donc traquer nos ennemis avant qu’ils ne les trouvent. Nous avons au moins l’avantage d’en avoir une avec nous. »

A mesure qu’il parlait, Kalta sentait sa propre voix devenir plus assurée, plus claire. Ils étaient venus ici sans avoir quoi chercher. Découvrir la tombe de ses ancêtres n’avait pas aidé à remonter le moral des troupes, mais voilà que les anciens nihiliens lui offraient le meilleur moyen d’arranger ce qui était arrivé.

« Nous avons l’opportunité d’avoir un coup d’avance sur eux et de terminer ce conflit en arrangeant tout ce qu’ils ont fait. Persée, Aidan, commencez à faire le tri dans les archives pour ce qui peut concerner des artefacts aussi anciens. Nous allons repartir vers l’univers connu mais nous ne savons pas encore où les trouver.
- Et si on le savait ? »

Tous les regards se tournèrent de nouveau vers Bra. Elle s’était complètement détournée d’eux, la tête penchée sur une console de navigation, le détecteur sur ses genoux. Kalta approcha, ses pas résonnant dans l’immense salle de contrôle.

« Tu as une idée, saïyenne ?
- J’ai besoin d’Akkilae, d’une petite heure… et de tous les codes impériaux. »

* *
*

C’était pourtant évident. Elle se sentait tellement idiote de ne pas y avoir pensé avant.

Le détecteur de sa mère était un appareil très bien construit, calibré avec précision pour ne détecter que les émissions très particulières qui émanaient des Dragon Ball. Il détectait leur présence dès l’instant où elles étaient actives, quelle que soit la distance et leur position, tant que rien ne perturbait le trajet de ces émissions. Il affichait ensuite cette position sur une carte pour permettre de les localiser précisément. Mais il n’avait jamais été programmé pour afficher des distances plus grandes que la superficie d’une planète.
Parce qu’ils n’en avait jamais eu besoin.

Le Rédemption, en revanche, disposait des capacités suffisantes pour afficher une carte de l’univers entier. Ou en tout cas de ce que les Cold en connaissait.

« Attendez ! demanda-t-elle doucement à Akkilae, l’oeil rivé sur l’écran du détecteur. J’ai bien des coordonnées mais il faut les convertir dans votre système, sinon…
- Sinon l’ordinateur va nous les placer n’importe comment ! Bien sûr, Princesse Bra ! »

Elle ne le corrigea même pas.

Ils arrivaient au bout. Il avait fallu qu’elle démonte aussi délicatement que possible le détecteur pour vérifier sa structure interne et s’assurer que ses suppositions étaient correctes. L’appareil détectait les Dragon Ball mais il n’arrivait pas à afficher leurs positions car les distances étaient trop absurdes. Leur localisation était donc enregistrée par l’ordinateur interne, en position relative par rapport au détecteur lui-même.
En convertissant ces données dans le langage que l’Empire utilisait pour positionner ces points dans la carte de l’univers, on pouvait avoir une idée précise de leurs localisations.

« Excusez-moi ! »

Bra repoussa le navigateur pour s’installer sur la console. Les données arrivaient : des files ininterrompues de nombre et de variables qu’elle ne comprenait pas.
Bulma Brief aurait sans doute compris tout ça en quelques secondes. Rien que la construction du détecteur était une merveille. Sa mère était une vraie génie. Bra avait besoin d’un peu plus de temps pour comprendre.

« Ce système de coordonnée vous paraît cohérent ? demanda-t-elle à Akkilae en lui désignant l’écran où s’affichait ses premières conclusions. »

Elle surprit le regard que le soldat jeta derrière lui. Il était vrai que l’Empereur les regardait faire depuis bientôt une heure, de même que toute l’équipe dont Bra avait presque oublié la présence.

« Oui, Princesse Bra. Je pense que ça peut fonctionner. »

Bra se prit à acquiescer, tremblante de peur et d’excitation. Est-ce qu’elle pouvait vraiment y arriver ?

La carte de l’univers s’afficha sur l’immense écran central. Les quatre galaxies s’étalant chacune dans son coin et leur position, à la périphérie de la Galaxie Nord. Toutes les données impériales avaient été effacées pour le moment, pour ne laisser qu’un point brillant à chaque système solaire connu. La jeune saïyenne prit une grande inspiration et appuya sur le bouton d’exportation.
Elle ferma les yeux.

Bip.

Prudemment, Bra rouvrit un oeil

Bip.

Un point rouge était apparu au niveau de leur position. Un autre était plus proche du centre de la Galaxie Nord.

Bip. Bip.

Encore deux autres. Galaxie Est. L’un proche de la frontière avec la Galaxie Nord. L’autre complètement à l’opposé.

Bip. Bip. Bip.

Elle se tint à la console pour se relever. Ses jambes tremblaient. Sept points rouge s’affichaient sur l’immense carte. 7 Dragon Ball. Trois étaient regroupés. Un représentait la leur. Il en restait trois qui n’avaient pas encore été récupérés.

Sa main frappa violemment contre une autre console et elle se rendit compte qu’elle avait faillit tomber. Ses yeux étaient troublés de larmes dont elle prenait à peine conscience. Elle ne perçut qu’à demi les pas du nihilien.

« Tu ne te sens pas bien, saïyenne ? »

Elle chancela encore. Soudain, deux bras lui entourèrent les épaules et l’aidèrent à rester debout. Aidan.

« Eh, eh… tout va bien, murmurait-elle, rassurante. Tu es incroyable. »

Non, pensa-t-elle sans arriver à le dire. Ma mère était incroyable. Ma mère était une héroïne.

* *
*

Derrière le masque sombre de son armure, Persée n’avait rien manqué de cette scène. La localisation des Dragon Balls, la réaction de Kalta et le moment de faiblesse de Bra mais était l’armure était trop perdue dans ses pensées pour réagir.
Trop de chose, en trop peu de temps.

Une invasion de démon.
Namek. Tsufuls. Des noms qui lui semblaient revenir de si loin et qui la hantaient.

Le fils de Freezer s’avançait vers son soldat. Les mots étaient clairs mais Persée mit un long moment avant de les comprendre.

« Combien de temps pour rejoindre le système le plus proche ?
- Clesker, votre Majesté. Système Clesker. Cinq jours de voyage.
- Nous partons tout de suite. Nous ne pouvons pas leur laisser un moment de répit. »

D’anciennes leçons remontaient encore à la surface. Démons. Makaï. Madoshi. Buu. Tsuful. Namek. Buu.
Buu.

Non, il était mort. Tué par Freezer. De toutes les personnes que la Galaxie pouvait mettre sur la route du Madoshi, c’était le fils de Cold qui avait réussi. C’était forcément autre chose. Forcément plus vieux que ça encore. Et Persée n’était pas prête.

De nouveau, sa visée se concentra sur Bra qui se relevait lentement, soutenu par la jeune commando. La saïyenne était la personne la plus puissante que Persée ait jamais connu. Kalta était l’héritier d’une famille de tyran qui avait imposé sa marque sur l’univers. Pourtant, en les regardant maintenant, Persée les percevait si petits, si fragiles. Elle avait la sensation qu’une ombre s’étendait au-dessus d’eux. Une ombre venue du fond des âges.

Aucun d’eux n’était prêt.

Dernière édition par Tierts le Lun Oct 09, 2023 15:36, édité 2 fois.
Chroniques de la Famille Cold
Sur Namek, le souverain Freezer réussit à défaire le terrifiant Super Saïyen. Il peut enfin étendre son emprise sur l'univers sans danger. Du moins, le croit-il car il découvrira bientôt que ses nouvelles conquêtes vont lui apporter bien des problèmes.

Tome 3 En cours - 1 Chapitre par semaine jusqu'à Mai 2024 - Prochain chapitre semaine du 24/06/2024
Avatar de l’utilisateur
Tierts
Nihilien Légendaire
 
Messages: 1292
Inscription: Jeu Oct 07, 2010 20:18

Re: Chroniques de la Famille Cold

Messagepar Tonay le Lun Sep 25, 2023 15:43

Hello Tierts !

Un chapitre très cool qui débute sur un flashback chargé d'émotion. Transformé l'histoire des Dragons Balls (les boules de cristal, venues des étoiiillees~) étaient très bien pensés. Oui, on va rester sur le slip de Oolong, ça vaut mieux pour le moment :lol:

La réaction de Bra était aussi intéressante que pertinente. Cette impulsivité émotionnelle pour finir sur une apathie qui la submerge... Je crois que tu as très bien décrit la sensation d'avoir "le sol qui se dérobe sous ses pieds" sans avoir à l'écrire une seule fois. Bien joué !

La convoitise de ces artefacts va susciter bien des conflits, aussi bien entre les Kalta qu'avec les démons. Démons qui en ont déjà trois, il semblerait. Sûrement détectées via la magie et affichées sur leur grande carte dans leur salle de commande. Carte que Kalta a démoli dans le vaisseau d'Ithaxus, si je m'en souviens bien (même si je ne doute pas un instant que d'autres cartes existent et peuvent être créées).
Mine de rien, repartir sur la chasse aux Dragon Balls ça rend nostalgique, sans compter que ça donne tout de suite une autre dimension que des affrontements directs. Un peu comme une capture de drapeau. Autrement dit, je suis vraiment très intéressé par la suite.

Le fait que tu mentionnes le détecteur de Dragon Balls quelques chapitres plus tôt auraient dû me faire davantage régir, un joli Fusil de Tchekov bien caché derrière son caractère émotionnel !

PS : Encore une fois, la musique est bien choisie x)
Survivants
Et si trois autres saiyans avaient survécu à la destruction de la planète Vegeta ?

One Shot
Un mage un peu excentrique. Un Kaïo. Un métis saïyan. Un démon. Un démon du froid. Qui doivent sauver l'univers dans un combat épique. Qu'ajouter de plus ?
Avatar de l’utilisateur
Tonay
 
Messages: 916
Inscription: Mar Oct 11, 2011 11:25
Localisation: Pommé dans l'Oeil de la terreur...

Re: Chroniques de la Famille Cold

Messagepar biskus le Jeu Sep 28, 2023 20:09

Coucou
Et non je ne t’ai pas oublié je continue encore de suivre.
Et sincèrement les 2-3 derniers chapitres, Sont clairement d’un niveau émotionnel assez fort.
La découverte de la planète d’origine des démons du froid, et le cataclysme qui est amené à la disparition de divers espèces Monsieur boo, Était vraiment bien mené intéressant rythmé et grâce à ça on a pu voir que le démon du froid gérer leurs émotions de façon intense mais fugace car il ne faut pas le montrer beaucoup mais à chaque fois cette petite pointe d’émotion était forte.
Concernant bras là aussi tout le symbole qui représente cette boule de cristal a été retranscrit de façon quasi parfaite alors que Kalta lui a pensé de façon courte mais avec un pic émotionnel intense à son père spirituel.
Et le faite d’avoir retracer en quelques lignes toute l’histoire de Dragon Ball sous forme de flash-back, histoire, ou de légende a permis de mieux se plonger dans cette émotion. Ligne je pense qu’il y aura vraiment un moment donné où les points de divergente entre les différents clans créeront les conflits d’intérêts.
Après je ne connaissais pas encore le pouvoir de ces boules de cristal qui ont un aspect physique différente de celle qu’on connaît ça nous fait un peu un Dragon Ball GT mais à la sauce Apocalypse. J’ai hâte d’être au prochain chapitre
biskus
 
Messages: 311
Inscription: Sam Oct 18, 2014 12:36

Re: Chroniques de la Famille Cold

Messagepar Tierts le Lun Oct 02, 2023 12:01

Bonjour tous les deux ! Merci de prendre le temps de commenter cette fic ^^

Tonay a écrit: Démons qui en ont déjà trois, il semblerait. Sûrement détectées via la magie et affichées sur leur grande carte dans leur salle de commande. Carte que Kalta a démoli dans le vaisseau d'Ithaxus, si je m'en souviens bien (même si je ne doute pas un instant que d'autres cartes existent et peuvent être créées).


Yup ! Je te confirme que tu as bien compris cette histoire de carte, c'est bien elle qui les a mené à Yaxche après tout, mais pas pour la planète :p

Tonay a écrit:Le fait que tu mentionnes le détecteur de Dragon Balls quelques chapitres plus tôt auraient dû me faire davantage régir, un joli Fusil de Tchekov bien caché derrière son caractère émotionnel !


Héhé, bien content que ça ait fonctionné, j'espérais que les lecteurs oublient un peu cette histoire de détecteur en attendant la révélation.

biskus a écrit:Après je ne connaissais pas encore le pouvoir de ces boules de cristal qui ont un aspect physique différente de celle qu’on connaît ça nous fait un peu un Dragon Ball GT mais à la sauce Apocalypse. J’ai hâte d’être au prochain chapitre


Hello Biskus et merci d'être toujours au rendez-vous ! J'ai conscience des similarités avec GT mais qui sait, si ces Dragon Balls sont réunies un jour, vous verrez peut-être la différence avec le Dragon de GT

Et ça tombe bien, nous sommes au prochain chapitre ! Une fois de plus, je tiens à remercier Lamantin_Furtif pour son aide lors des corrections !



Chapitre 23 : Le trésor du système Clesker


« Je dois vous prévenir que pour les besoins de mes recherches, j’enregistre cette conversation et toutes celles que j’ai avec de potentiels candidats. Ces enregistrements ne seront pas transmis à l’administration impériale et sont pour mon usage uniquement. Je pourrais les détruire à votre demande, une fois mon choix arrêté. Vous comprenez tout cela ?

- Bien sûr. Ce n’est pas un problème.

- Merci. Est-ce que vous pouvez décliner votre identité et planète d’origine ?

- Aidan. Lantraki. Port de Cassied.

- Freezer 93 ?

- Oui, excusez-moi. Mes parents l’appellent Lantraki et…

- Ce n’était pas un reproche, soldat. Je vérifie simplement mes informations.

- Pardon.

- Pas besoin de vous excuser. Détendez-vous. Ce n’est pas une inspection. Tout ce que vous risquez, c’est de ne pas être recrutée dans l’unité qui accompli les pires missions de l’Empire. Il y a plus horrible, comme destin.

* rires *

- Reprenons. Très belle planète, Freezer 93. Lantraki, pardon. J’ai eu l’occasion de visiter plusieurs fois. Soldats très puissants, c’est une source de recrutement assez importante, y compris pour les soldats d’élites. Niveau moyen : 1800 unités, bien au-delà de la moyenne impériale. Pas de votre niveau cela dit.

- Euh… Oui, c’est vrai.

- 25 000 unités, presque sans entraînement si j’ai bien compris. C’est exceptionnel. Je ne crois pas connaître de niveau équivalent sur Freeze… Lantraki, peut-être chez la famille royale ou leurs gardes. Et eux ont droit à un sacré entraînement. Comme nos unités d’élites.

- Est-ce que c’est vraiment un entraînement ?

- Expliquez ce que vous voulez dire.

- Pardonnez-moi Commandant. Je me dis juste que si c’est le même entraînement que j’ai vu certaines élites pratiquer, ça a l’air d’avoir l’objectif de se maintenir en forme, plutôt que de se dépasser.

- Intéressant. Vous vous entraîniez pour vous dépasser, avant de rejoindre l’Empire ?

- Non, je ne m’entraînais pas.

- Comment expliquez-vous que vous n’ayez pas été détecté par les troupes impériales de Lantraki ? Même si vous êtes jeunes, une puissance pareille ne se développe pas comme ça, du jour au lendemain, nous aurions dû avoir vent de votre présence bien avant votre recrutement ?

- Je ne sais pas, Commandant. Peut-être un dysfonctionnement du système au niveau de mon village ?

- Vraiment ?

[...]

- J’ai lu votre dossier. Il est indiqué que vous avez rejoint l’Empire un an après la fin de la Rébellion ? Quelque chose vous a motivé à vous présenter au poste de recrutement ?

- Rien de spécial, Commandant. Je pensais que l’Empire aurait besoin de bras pour faire appliquer ces nouvelles dispositions dans le calme. De gens qui le font par choix et non parce qu’ils ont été recrutés très tôt et servent par habitude.

- Vous pensez que nos soldats ne sont pas bons ?

- Pas du tout. Je pense que leurs convictions sont différentes et que les changements ont pu en perturber certains, même parmi ceux qui ne sont pas partis. Je ne voulais pas…

- Je plaisantais Aidan. Il est également indiqué que vous étudiez de près les tactiques impériales ? Vous visez un poste d’officier en plus de celui de commando d’élite ? Ou vous cherchez déjà à me remplacer ?

* rire nerveux *

- Pas du tout Commandant. Je me dis qu’avec notre niveau et les nouvelles dispositions de l’Empire, connaître des tactiques qui permettent une intervention efficace et avec dommages collatéraux minimaux, c’est important.

- Des exemples qui vous viennent en particulier ?
- L’opération sur Cold 85. Système Clesker.

- Aucune hésitation.

- Pardon Commandant. Je relisais les rapports hier. C’était une belle opération. Distraction sur Cold 86 pour attirer le plus gros contingent rebelle. Anik sur 85 pour infiltrer le centre de commandement. Capture du général rebelle. Pertes minimales.

- Parce que nous avions attendu d’être sûrs que le cyborg rebelle soit éloigné. De même que la saïyenne.

- Bien sûr. Mais la tactique restait efficace, en sauvegardant les vies des soldats impériaux, les infrastructures…

- Et les ressources de la planète.
- Voilà.

- Parlant de la saïyenne. Mademoiselle Brief. J’ai cru comprendre que vous vous entrainiez beaucoup avec elle ? Je crois que vous êtes la seule dans ce cas sur la planète.



- Elle m’aide à me dépasser. »


* *
*

Système Clesker.
Etoile : Naine Rouge, CJ45
Base Impériale : Cold 85 [A] , Cold 86
Planète d’importance : Cold 85, Cold 86, CL8, CL9, CL11 et CL12
Population : 120 000
Notes : Système d’importance 4. Les installations minières de CL9 et CL12 sont à protéger en priorité. L’Administrateur Impérial doit être présent sur Cold 85 en permanence. La gestion de la population est très importante considérant l’absence de peuplade autochtone, conserver un flux continu de travailleurs et de soldats.

Archives Impériales


* *
*

Ithaxus avait fait installer l’armoire dès qu’elle avait pris possession des quartiers de l’Administrateur. C’est qu’elle prenait beaucoup de place, occupant tout un mur et s’élevant jusqu’au plafond, presque quatre mètres au-dessus d’elle. Et c’était précisément pour ce genre d’occasion qu’elle était là.
Elle l’ouvrit en grand, laissant ses pans s’écarter pour exposer leur contenu et le miroir central, dans laquelle le reflet de la démone l’observait.

La générale du Makaï avait profité de la perte de son bras pour se refaire une beauté complète : nouveau thorax, aux plaques osseuses noires protégeant son ventre et nouveaux bras, cette fois-ci assortis au niveau de la couleur même s' ils ne provenaient pas de la même espèce. Son visage avait aussi légèrement changé ; il n’était qu’en deux morceaux, le crâne, les yeux et les oreilles appartenaient au même visage féminin, à la peau vert d’eau et aux longs cheveux plus foncé, la mâchoire et le nez juraient un peu avec leur couleur noire. Mais c’étaient pour ça qu’elle était là.

Le scalpel voleta naturellement jusqu’à ses lèvres et Ithaxus le mania avec une précision magique pour défaire tous les liens qui reliaient la mâchoire à son crâne. Elle rattrapa le morceau alors qu’il tombait et se tourna vers la gauche, où étaient rangés tous ses nez et ses bouches. Toute une ribambelle d'options s’ouvraient à elle mais une seule l’intéressait vraiment ce soir. Un morceau blanchâtre, aux lèvres fines et ouvertes sur de minuscules crocs. Le nez n’était que deux fentes assez larges, très disgracieuses mais particulièrement précises pour détecter certaines odeurs.
La peur et le mensonge, notamment.

Elle amena le morceau jusqu’à son visage, un poil trop grand mais ça ne demanderait qu’un peu de retaillage. Plus embêtant était le fait que ça lui faisait un visage horrible, surtout avec ces deux fentes centrales. Mais il fallait souffrir pour faire du bon travail.

« Vous pouvez appeler l’administrateur ! cria-t-elle quand elle eut presque fini de recoudre. »

On frappa à la porte moins de cinq minutes après. Ithaxus releva un œil surpris. Au moins ne pouvait-elle pas reprocher à l’impérial de manquer de zèle.

« Entrez ! »

Madacam s’empressa de le faire. Petit et trapu, l’alien portait encore son armure impériale, couverte d’une robe qui ne laissait dépasser que les épaulettes. C’était un reptile dont la gueule finissait sur un énorme bec, d’où s’échappait une voix beaucoup trop grave pour sa taille.

« Vous avez demandé à me voir, Dame Ithaxus ?
- Oui, oui, installez-vous. J’ai quelques questions. Et je vous en prie : juste Ithaxus. Ou votre Majesté, si ça vous amuse tant que ça.
- Bien sûr. Vous appréciez mon bureau ? »

La question était posée avec une telle nonchalance qu’elle la prit par surprise. Elle vint s’installer derrière le bureau en question et observa le gros reptile s’installer sur la chaise face à elle. La coopération de l’impérial l’avait surpris au début, surtout après être passée par plusieurs systèmes où les locaux s’inclinaient très bas en tremblant après avoir été vaincus. Cold leur avait enseigné le respect pour la puissance, et la crainte, mais pas grand chose d’autre. Le flegme impressionnant de Madacam était une exception qui attisait la curiosité de la démone.

« Il est fonctionnel.
- Ouais. La chaise grince un peu mais elle fonctionne bien, ne vous en faites pas. Méfiez-vous, je l’ai calée avec un truc mais dès fois ça glisse… »

Ithaxus l’interrompit avant qu’il ne se penche pour lui montrer la cale en question.

« Donc ! J’avais quelques questions.
- J’écoute ! reprit le gradé en se redressant brusquement sur sa chaise.
- Pardonnez-moi d’aller au plus direct mais j’aimerais éviter de perdre du temps avec tout cela. J’ai la sensation que vous profitez de ma bonté pour me cacher des informations sur votre système, Madacam. Votre survie et votre semi-liberté sont conditionnels de votre coopération, nous sommes bien d’accord ?
- Tout à fait, Madame. Mais je vous assure, je n’ai rien cacher. Le système Clesker est remarquablement simple, je ne vois pas bien ce que je pourrais vous cacher. »

Pas la moindre trace d’hésitation, ou de peur. Pas la plus petite effluve de mensonge. Le petit reptile énonçait tout cela avec le même ton absent qu’on utiliserait pour commander un repas. Vraiment fascinant.

Un instant, Ithaxus repensa à sa collègue. Resheph aurait sans doute déjà frappé le crâne du reptile contre le meuble le plus proche en lui ordonnant de répondre franchement. Elle n’était pas Resheph et n’était pas venu dans cette dimension pour brutaliser des sujets d’études intéressants. Il y avait là une occasion incroyable d’en apprendre plus sur tous ces peuples avant qu’ils ne disparaissent.

« Vous avez donc déposé les armes et offert votre base à l’envahisseur, sans autre motif que la peur d’être tué ?
- Vous savez, on a des scouters. On a su tout de suite que vous étiez trop fort. Je ne vais pas lancer mes hommes au combat si c’est pour les tuer.
- Tout simplement ?
- Vous avez vu Cold 85 ? Personne ne vient ici par choix. Même les locaux ont émigré ailleurs dans la galaxie depuis un bail. Soit vous êtes conscrits dans le coin, soit vous venez ici pour être tranquille. Je peux respecter les deux possibilités. Vous vouliez qu’on tente d’emporter un maximum de vos hommes avec nous ?
- Non, vous m’avez fait gagner un temps précieux. C’est très noble de votre part, répondit-elle non sans ironie.
- Du coup, je me doutais de ce que vous veniez faire ici donc j’ai laissé les installations en place pour que ce soit au mieux pour vous, enchaîna Madacam sans la remarquer.
- Ce que nous venons faire ici ?
- Clesker n’est pas vraiment une destination touristique. »

Madacam désigna la fenêtre. C’est vrai que le paysage désolé de la planète n’était pas des plus attrayants. S’il n’y avait pas les installations de l’armée impériale autour d’une ville grise et terne, la planète pourrait passer pour un astéroïde : un assemblage de cratère et de roches noires, éclairés par une lumière blafarde qui ne variait jamais car cette face de la planète était toujours alignée avec le soleil.

« Je suis là depuis 357 ans. La seule chose qu’on extrait d’ici, c’est les gaz des géantes du système, pour la combustion des réacteurs. Tout le monde en veut. Depuis toujours. Chaque mouvement de rébellion passe par ici en espérant handicaper les Cold, c’est pour ça qu’on a deux bases dans un système aussi peu peuplé. Vous êtes le troisième depuis que je suis arrivé. Les rebelles sont passés il y a six ans, quelque chose comme ça.
- Je sais de qui vous parlez, oui.
- Ils ont défoncés une quinzaine de mes hommes avec un type un peu bizarre, genre robot. Indétectable. Bref. Je me suis rendu de suite, leur ai expliqué comment fonctionnait le système d’extraction et pis j’ai demandé à leur chef de me torturer un peu, histoire de faire réaliste au cas où Cold reprendrait le système. Six mois plus tard, voilà que le Bras débarque pour reprendre le système. Ils ont fait ça en quoi ? Six heures, quelque chose comme ça.
- Fascinant, soupira Ithaxus. Et vous avez survécu ?
- Bien sûr, Cold était pas là. Bref, ils mettent un nouveau gars au commande, Mitchi ou Nitchi ? Je sais plus le nom. Il venait constamment me voir pour savoir comment fonctionne la base, ce qui se passe sur Cold 86, etc. Au bout de deux mois, ils m’ont refilé la base. Les choses tournent mieux avec moi aux manettes et c’est parce que j’embête personne. Du coup, que ce soit vous ou les rebelles, je m’en fiche. Vous voulez le carburant, vous le prenez, vous laissez les industries fonctionner. Ceux qui viennent se perdre ici ont du boulot. Tout le monde est content. »

Ithaxus ne pouvait pas s’empêcher de l’écouter. Elle avait eu des rapports des voyantes du Roi bien sûr, mais rien ne valait l’opinion des personnes concernées. Cet univers avait manifestement une histoire riche et il était dommage qu’elle ne puisse l’étudier avec autant d’attention qu’il le méritait. Pour le moment. En réalité, elle avait mille questions à lui poser, mais sa mission ici était bien précise et elle ne pouvait pas se permettre de décevoir le Roi.

« Vous pensez que nous sommes là pour le carburant ?
- Pour quoi d’autres ?
- C’est précisément la nature de ma question, Général. J’ai l’impression que vous cherchez à me cacher quelque chose. Quelque chose que vos capteurs ne montrent pas mais que je sais de sources sûres se cache dans votre système ?
- Hum… Non. Enfin pas que je sache. A moins que le Roi cache des choses sur ce système.
- Vous pensez donc possible qu’ils aient caché quelque chose ici ?
- Non, pas la moindre.
- Quoi ?
- C’est Clesker. Si quelque chose était caché dans le système, on l’aurait trouvé depuis le temps. »

Une fois de plus, l’impérial lui paraissait trop calme, trop sûr de lui et pourtant parfaitement sincère. Ithaxus n’arrivait même pas à en être frustrée, tant elle était curieuse. C’était le premier à réagir ainsi devant elle et c’était à se demander si c’était son espèce qui était aussi fatiguée de l’existence.

« Et pourquoi donc ?
- Eh bien, vous devez connaître la légende, vous n’êtes pas les premiers à venir ici. »

Ithaxus ne chercha pas à cacher sa totale incompréhension et cela devait être assez évident à lire sur ses traits pour Madacam réagisse.

« Ah oui, c’est vrai que vous êtes pas du coin. Alors, je vais vous la faire en résumé parce que vous êtes pressée. Depuis que je suis là, et depuis bien avant en fait, y a des illuminés qui viennent régulièrement avec de nouvelles méthodes de détection pour retrouver “Le Trésor.”
- Un trésor ?
- Ouaip ! Personne ne sait vraiment d’où a commencé la légende, ça a doit avoir plus de 10 000 ans cette histoire mais il se dit qu’un conquérant richissime, ou un pirate, a caché son trésor dans le système Clesker. Personne ne sait où exactement. Ou même comment. Mais c’est ce que dit la légende. Je crois que même Cold a passé un peu de temps dans le coin à regarder. Enfin, c’est ce qu’on dit, vous savez. Personnellement, j’ai du mal à imaginer le Roi Cold faire ce genre de…
- Et qu’est-ce que vous, vous en pensez ?
- Hm ? Oh, je pense que c’est n’importe quoi. Désolé si c’est ça que vous recherchez Je vais pas vous empêchez de chercher mais je pense que vous devriez réduire vos attentes. »

Un autre se serait probablement énervé devant l’attitude de l’impérial. Si calme que ça en devenait presque méprisant. Ithaxus, de son côté, ne pouvait s’empêcher de le trouver amusant. Elle se fendit d’un sourire mauvais qui dévoila ses crocs plus que de raison.

« Je vous en prie. Donnez-moi votre explication ?
- Sur ?
- Le trésor ? Ou plutôt, l’absence de trésor.
- Ah ! Eh bien, il y a de cela très longtemps, un chef de guerre quelconque a dû établir sa base dans le coin. Peut-être sur ce caillou, peu importe. Il avait toutes les réserves de carburant imaginables sur les planètes à portée et il s’est pas gêné pour s’en servir. Probablement avec un bel avantage sur tous les autres à l’époque. Pour s’assurer que sa planète soit bien protégée, il a érigé un certain nombre de défenses autour de “son trésor.” Après sa mort, ses faits ont été déformés pour devenir ce que je vous ai dit un peu plus tôt. Son trésor, on l’a déjà et on se gène pas pour le prendre. »

Le sourire de Ithaxus s’agrandit encore pour dévoiler toute la collection de petits crocs qui tapissait ses gencives. C’était sans doute faux mais le raisonnement n’était pas mauvais. Peut-être que toute cette histoire n’avait rien à voir avec ce qu’elle était venue chercher. Mais elle en doutait.

« Mes voyantes m'assurent que ce que je cherche est ici.
- Sur cette planète ?
- Non, ce système »

Ithaxus fit tourner la chaise du bureau dans un grincement, pour désigner le soleil qui les éclairait de sa lumière blanche. Les voyantes étaient malheureusement incapables de lui fournir une localisation plus précise.

« Ah… Là je ne peux pas vous aider, mais je vous souhaite bonne chance. Pour ce que ça vaut. »

La démone prit une grande inspiration de l’air alentour. Toujours aucune trace de peur. Pas de mensonge. Il y avait un soupçon de sincérité blasée dans ce qu’il disait. Oh, Ithaxus doutait que l’officer les porte dans son cœur, mais il pouvait compatir avec leur quête. Elle ne savait pas comment elle devait se sentir.

« Très bien. Vous pouvez disposer. »

Ithaxus continua d’observer le grand soleil qui éclairait toute la base d’une lueur blafarde. Elle s’attendait à entendre la porte se fermer, mais il y eu plutôt un grand silence.

« Euh, excusez-moi hein ? Vous vous rappelez quand j’ai parlé de la torture pour faire plus réaliste quand Cold revient. Est-ce que vous pourriez.. ? »

Un soupir exaspéré échappa à ses lèvres avant qu’il ne puisse finir sa question.

« Je vais voir ce que je peux faire pour organiser ça dès que possible.
- Merci bien, Madame.
- Ithaxus.
- Merci bien, Ithaxus. »

Et cette fois-ci, après une ultime révérence, Madacam s’esquiva.

Ithaxus se redressa avec un soupir profond. A tous les coups, Resheph avait déjà récupéré l’artefact qu’elle cherchait et était passée à la suite. Quand le Roi serait là…
Cette compétition était détestable : Ithaxus n’était pas là pour s’attirer les faveurs d’un Roi qui était tout aussi ambitieux et inutile que Dabra. Si ce n’est que le précédent cantonnait ses ambitions au Makaï. Elle aurait pu apprécier l’intérêt d’Auriel pour l’autre monde, mais il était couplé à cette quête absurde. Encore quelques jours et il serait content. Que ça réussisse ou non, Ithaxus demanderait son dû et elle pourrait retourner à son laboratoire, loin de Resheph et des autres étriqués d’esprit qui constituaient l’armée démoniaque.
Encore quelques jours.

Une voix profonde et atrocement grave résonna brusquement dans son esprit, assez assourdissante.

« J’ai résolu votre problème, Seigneur Ithaxus. »

La démone empêcha un grognement de douleur de s’arracher de ses lèvres. Ces intrusions mentales étaient tout aussi indésirables.

« Qu’y a-t-il, Atropos ?
- La Magie a permis de trouver la réponse, comme toujours. »


Dernière édition par Tierts le Lun Oct 09, 2023 15:36, édité 1 fois.
Chroniques de la Famille Cold
Sur Namek, le souverain Freezer réussit à défaire le terrifiant Super Saïyen. Il peut enfin étendre son emprise sur l'univers sans danger. Du moins, le croit-il car il découvrira bientôt que ses nouvelles conquêtes vont lui apporter bien des problèmes.

Tome 3 En cours - 1 Chapitre par semaine jusqu'à Mai 2024 - Prochain chapitre semaine du 24/06/2024
Avatar de l’utilisateur
Tierts
Nihilien Légendaire
 
Messages: 1292
Inscription: Jeu Oct 07, 2010 20:18

Re: Chroniques de la Famille Cold

Messagepar Tonay le Mar Oct 03, 2023 11:09

Encore une fois, un très bon chapitre, c’est le type de chapitre que tu réussis toujours, après tout.

Un flashback en première partie, où on en apprend plus sur Aidan, son recrutement et ses origines, ce qui est pour le moins appréciable ! Autant sur elle que sur ce qui l’entoure.

Et pour la suite, un échange très intéressant entre Ithaxus et Macadam. Dans les faits, il ne se passe pas grand-chose. Juste des informations sous la forme de dialogue (d’ailleurs, je pensais qu’Ithaxus était un homme, je me suis trompé visiblement. Quoique, si elle passe son temps à changer des morceaux de son corps, elle devrait pouvoir bien s’en approcher), mais ta manière de l’écrire rend ça tout de suite plus intéressant.

Les personnages ont une aura, une personnalité, et les échanges ne sonnent jamais faux, c’est très appréciable. J’aime comment ta démone change d’apparence pour mieux profiter des caractéristiques des différentes espèces. D’ailleurs, son nouveau nez m’a évoqué celui d’un Githyanki sur Baldur’s Gate, mais je me trompe peut-être. D’ailleurs, la période de changement est assez courte sans être dérangeant.

Je pense que si tes dialogues marchent aussi bien, c’est qu’ils ne sont pas une excuse pour échanger quelques informations de manière artificielle, mais qu’ils apportent aussi beaucoup d’éléments sur la personnalité d’un interlocuteur. Ithaxus est calme et réfléchie, on le savait déjà. Mais elle a aussi une fascination scientifique pour le monde autour d’elle. Elle analyse tout et s’émerveille lorsqu’elle découvre de nouvelles informations ou qu’un élément sort de l’ordinaire. Comme Macadam. Qui, en l’occurrence, a pas mal de personnalité tout en étant très drôle tant le contraste est important. On dirait presque un fonctionnaire blasé, mais joyeux.

Par ailleurs, si une Dragon Ball est dans le coin, ce qui semble le cas, je ne serai pas surpris si c'était dans l'une des grandes planètes gazeuses. Cachée à la vue de tous. Après tout, on ne sait pas encore à quel point elles sont résistantes.

En bref, j’ai beaucoup aimé ce chapitre, simple, efficace et agréable à lire.

Et j’écris tout ça avec une musique laissée par tes soins. Une musique qui pourrait très bien servir de thème à Ithaxus, mais je présume que c’est voulu.
Survivants
Et si trois autres saiyans avaient survécu à la destruction de la planète Vegeta ?

One Shot
Un mage un peu excentrique. Un Kaïo. Un métis saïyan. Un démon. Un démon du froid. Qui doivent sauver l'univers dans un combat épique. Qu'ajouter de plus ?
Avatar de l’utilisateur
Tonay
 
Messages: 916
Inscription: Mar Oct 11, 2011 11:25
Localisation: Pommé dans l'Oeil de la terreur...

Re: Chroniques de la Famille Cold

Messagepar Lenn-Z le Mer Oct 04, 2023 13:35

Wouhouuuuu le retour de CFC!!
Enfin, je devrait plutôt dire CFC, en français maintenant... (comment ça, c'est pareil?)
Je n'étais pas passé sur le forum depuis longtemps, et je suis agréablement surpris de voir qu'une de mes fictions préférées a repris (et pas pour rigoler en plus)
De quoi faire d'autres illustrations peut-être....!

Je n'ai pas récupéré mon retard, mais j'ai lu avec plaisir les premiers nouveaux chapitres. Un peu perdu par contre, mais la mémoire revient petit à petit.

Encore merci, et encore bravo pour le boulot!

Edit : maintenant, je voudrais le retour de MajinVegeto, PaulEmile et Joka, pour la suite de touuutes leurs histoires.
Comment ça, "c'est pas Noel"?
Avatar de l’utilisateur
Lenn-Z
 
Messages: 70
Inscription: Mer Fév 08, 2012 13:50

Re: Chroniques de la Famille Cold

Messagepar Tierts le Lun Oct 09, 2023 12:01

Edit du 09/10/2023 : Chapitre suivant un peu plus bas !

Bonjour tous les deux ! je te réponds en spoiler, Tonay, pour éviter les risques de spoilers aux lecteurs (comme Lenn) qui n'ont pas encore rattrapé tout le Tome 3.

Spoiler
(d’ailleurs, je pensais qu’Ithaxus était un homme, je me suis trompé visiblement. Quoique, si elle passe son temps à changer des morceaux de son corps, elle devrait pouvoir bien s’en approcher).


Tu ne t'es pas trompé, Ithaxus utilisait le pronom "il" lors de sa première apparition et c'est maintenant "elle". Qui sait si ça changera encore avec le temps ? :p

J’aime comment ta démone change d’apparence pour mieux profiter des caractéristiques des différentes espèces. D’ailleurs, son nouveau nez m’a évoqué celui d’un Githyanki sur Baldur’s Gate, mais je me trompe peut-être. D’ailleurs, la période de changement est assez courte sans être dérangeant.


Je ne connaissais pas les Githyanki en écrivant, je me suis inspiré de certains nez de chauve-souris pour le design de celui-là.

Je pense que si tes dialogues marchent aussi bien, c’est qu’ils ne sont pas une excuse pour échanger quelques informations de manière artificielle, mais qu’ils apportent aussi beaucoup d’éléments sur la personnalité d’un interlocuteur. Ithaxus est calme et réfléchie, on le savait déjà. Mais elle a aussi une fascination scientifique pour le monde autour d’elle. Elle analyse tout et s’émerveille lorsqu’elle découvre de nouvelles informations ou qu’un élément sort de l’ordinaire. Comme Macadam. Qui, en l’occurrence, a pas mal de personnalité tout en étant très drôle tant le contraste est important. On dirait presque un fonctionnaire blasé, mais joyeux.


Je suis très content de l'entendre ! J'avais un peu peur que ce chapitre très "calme" en comparaison des précédents refroidisse un peu les lecteurs, mais il me permet de donner des informations, autant pour l'arc à suivre que sur Ithaxus. (Et j'ai beaucoup aimé créer Macadam et son flegme pour cette scène :p )

Et j’écris tout ça avec une musique laissée par tes soins. Une musique qui pourrait très bien servir de thème à Ithaxus, mais je présume que c’est voulu.


Il s'agit en effet du thème que j'associe avec Ithaxus !


Lenn Z, quel plaisir de te revoir ! Je me suis permis de placer ton fanart dans l'index de la fic ainsi qu'un lien vers ton Deviantart. J'espère que cela te convient. Je serais évidemment super heureux d'avoir d'autres illustrations, j'étais tout fou à l'époque de cette couverture et c'est assez dingue de voir ces personnages illustrés comme ça. En plus, tu dois être devenu encore meilleur, depuis le temps ! Mais je suis déjà très content de te revoir sur le forum et sur ce topic.

Je n'ai pas récupéré mon retard, mais j'ai lu avec plaisir les premiers nouveaux chapitres. Un peu perdu par contre, mais la mémoire revient petit à petit.

Je suppose que tu as vu mais dans l'index et dans le premier post de ce tome 3, j'ai fais des résumés des tomes précédents pour aider un peu à ce niveau-là. Même si je sais que cela ne fais pas la même chose qu'avoir les chapitres frais en tête.

Edit : maintenant, je voudrais le retour de MajinVegeto, PaulEmile et Joka, pour la suite de touuutes leurs histoires.
Comment ça, "c'est pas Noel"?


Comme j'aimerais aussi ! Surtout pour Majin, mais je n'ai plus trop d'espoir. Cela dit, rien ne dit qu'il ne reviendra pas un jour. Après tout, j'ai disparu pendant 7 ans et je n'avais rien posté en terme de chapitre en 9 ans, donc...

Encore merci, et encore bravo pour le boulot!


Merci à toi et au plaisir de te retrouver ici quand tu auras rattrapé tous les chapitres !

---

Une fois de plus, je remercie mille fois Lamantin_Furtif pour ses corrections ! Toutes les fautes qui restent sont évidemment de mon fait, parce que je fais des ajouts au dernier moment ^^

Chapitre 24 : Le rituel


Tout autour de lui, les démons montraient les crocs. On déployait ailes, griffes et auras d’énergie de plus en plus impressionnantes. Tous les anciens ennemis de Dabra reprenaient vie, tous des prétendants au trône, des guerriers qui refusaient la domination du démon, ou des malchanceux qui avaient été au mauvais endroit au mauvais moment. Comme lui. Tout ce qu’il avait fait, c’était demander pourquoi le Roi pouvait bien recevoir un Madoshi, il ne pensait pas insulter sa Majesté.
Ils n’étaient pas beaucoup dans son cas, à se faire tout petit alors que l’aura de ces monstres de puissance se déployaient progressivement. Pas un seul d’entre eux n'était prêt à s’incliner devant qui que ce soit. Pas cet Ibarak et pas ce Roi mythique qui l’avait interpellé.

« Silence, vieillard ! tonna le colosse en dressant son trident vers la figure pâle. »

Auriel.
Le nom lui était brutalement revenu à la mémoire, comme si son cerveau feuilletait compulsivement tout ce qu’il avait sur l’histoire démonique. L’histoire antique. Auriel était le nom de cette créature qui avait dominé le Makaï pendant des millions d’années avant d’être destitué par Dabra. Détenteur du pouvoir des Makaïoshin. Un conte de diablotin, rien de plus.

Pour autant, Eligos n’aurait pas envie de défier le vieil homme dont les yeux turquoise semblait percer jusqu’au cœur de chaque démon qu’il fixait.

« Combien de temps a passé ? demanda-t-il, trop calmement.
- Ibarak, imposteur ! Je serais Roi ! cria une autre voix, ignorant complètement sa question. »

Le démon à tête de taureau se retourna vers l’insolent, ses yeux devenus d’un doré inquiétant. Il dressa son trident et prit appui sur ses jambes, creusant le sol du palais sous son poids.

Eligos se jeta en arrière, devinant ce qui allait se passer. Il eut le temps de voir les dalles du palais exploser sous les pieds du géant. Ibarak ne s'embarrassa pas de faire attention à ceux qui étaient sur son chemin. Ses énormes épaules les envoyèrent balader comme des mouches, jusqu’à ce que son trident ne transperçe la poitrine de celui qui avait osé revendiquer le trône. Le démon hoqueta de douleur, crachant du sang sur son assassin, avant d’être brutalement poussé contre une colonne d’obsidienne. Ibarak poussa un hurlement et, d’une mouvement ample de trident, il projeta l’importun vers le mur d’en face, où il s’effondra, mort.

« Quelqu’un d’autre a envie de me défier ?!
- Je t’ai dit que tu devrais t’incliner. »

Toujours installé sur le petit piédestal, auprès du trône, Auriel fixait le colosse. Ses iris ne trahissaient aucune émotion.

A nouveau, Eligos vit le taureau prendre ses appuis, cette fois directement sur la colonne fêlée par sa précédente attaque. Ibarak poussa un hurlement en se jetant vers l’avant, les pointes de son trident directement vers le cœur d’Auriel.
Le trône émit un crissement atroce quand le trident tenta de le pénétrer. Le métal ralentit contre l’or mais laissa tout de même une balafre.

Dabra va être furieux, pensa absurdement le jeune démon, avant de se rappeler qu’il était mort.

Il chercha Auriel du regard.

« Dernière chance. »

L’ancien Roi était au-dessus d’eux, flottant dans les airs près du sommet d’une colonne noire. Il avait posé la main sur la garde d’une épée, à sa ceinture.

« Tu es puissant, je ne veux pas avoir à te tuer, mais je le ferais si tu continues à t’entêter. »

Ibarak ne répondit que par un cri guttural. Il décolla à toute vitesse, le trident droit vers le cœur de l’ancien Roi. Un craquement violent retentit.
Auriel n’avait pas bougé. Ibarak était planté devant lui, le trident enfoncé dans le corps du vieux Roi, des gouttes de sang s’écoulant de la plaie pour tomber au sol. C’est ce qu’Eligos avait cru voir. Ce n’est que lorsque les gouttes cliquettèrent au sol qu’il comprit que ce n’était pas du sang. C’était des morceaux de métal, brisés contre le torse du vieillard. Un silence de mort régnait maintenant dans l’assemblée encore confuse, tous les regards dirigés vers les deux combattants.

« Je t’avais prévenu, souffla Auriel, d’une voix lasse. »

Ibarak ouvrit la bouche, mais aucun son n’en sortit. Un haut le cœur le prit. Son énorme torse était ouvert d’une balafre et un flot de sang en jaillit d’un coup. L’épée du Roi était dégainée. Dans le même mouvement, il avait tranché l’air devant lui, et Ibarak avec. Le colosse commençait à basculer vers l’arrière quand le Roi provoqua un kïai d’un simple mouvement des yeux. Il fila jusqu’au sol en diagonal, s’écrasant violemment contre une colonne qui trembla sous le choc.

Auriel flotta lentement jusqu’à lui. Eligos vit alors que les yeux du souverain avaient viré au rouge sang.
Il contourna l’immense corps tremblant, alors qu’Ibarak tentait de presser sur sa plaie, sans rien faire pour endiguer le flot de sang. Sa main blafarde se referma sur la gorge du colosse et le tira vers le haut dans un couinement de souffrance. La tête du vaincu frottait contre la roche dans un crissement douloureux.

« Je ne donne jamais qu’un avertissement, expliqua l’ancien Roi d’une voix beaucoup trop calme. Et j’ai bien besoin d’être plus jeune. »

Avant que quiconque n’ait eu le temps de dire quelque chose, la bouche de l’ancien s’ouvrit de façon démesurée. Ses canines étaient devenues des crocs énormes. Ibarak poussa un cri de douleur quand elle pénètrèrent la chair de ses épaules. Cri qui se transforma en hurlement. Son corps était parcouru de convulsions.
Eligos avait reculé d’un pas. Comme tous les démons autour de lui. Mais aucun n’avait le courage de s’enfuir. Ils observèrent le spectacle macabre. Jusqu’à ce que les hurlements ne soient plus que des sifflements faiblards et que les convulsions cessent enfin.

Auriel laissa le corps desséché tomber au sol. Ses rides rétrécissaient, donnant à son visage une nouvelle jeunesse.

Le jeune démon était tellement concentré sur ses mouvements qu’il ne remarqua même pas l’attention que lui portait ces yeux redevenus turquoise. En une seconde, Auriel fut devant lui, sa large carrure déployant une ombre tout autour du serviteur.

« Toi. Tu es le plus récent. Qui sont les démons les plus puissants de ton époque ? »


* *
*

La voix grave voyante résonnait profondément dans l’immense salle de contrôle, faisant trembler les démons les plus faiblards. Difficile pour elle de communiquer son enthousiasme dans ces conditions, mais Ithaxus l’avait observé assez longtemps pour savoir que quelque chose l’excitait bel et bien.
La gueule énorme d’Atropos s’était redressé vers le plafond à son entrée. Elle écartait les bras comme si elle voulait lui montrer les scarifications mystiques dont son corps était affublé.

« Ce système entier est protégé par un sceau magique ! Une des plus belles œuvres que j’ai observé, une fois qu’elle est repérée. »

Un rire puissant et gras éructa de sa gorge, emplissant de nouveau la salle entière de sa présence. Ithaxus n’était pas du tout amusée. Au contraire, la mention du sceau avait fait se tendre chaque muscle de son corps. Ses narines étaient distendues et elle cracha ses prochains mots comme un venin.

« Un sceau ? Vous vous moquez de moi ? »

Atropos s’interrompit. Ses yeux globuleux vinrent trouver ceux d’Ithaxus, clignant plusieurs fois dans un mélange de peur et d’incompréhension devant la colère de la démone. Enfin, la lumière se fit au fond de ses yeux.

« Oh ! Rassurez-vous. Rien d’aussi insurmontable que la magie des Kaïoshin. Une fois qu’il est repéré, ce sceau n’est pas grand chose. Je pense pouvoir vous en débarrasser en quelques minutes, avec l’aide de mes soeurs. »

Ses épaules se détendirent aussitôt, ses lèvres reprenant la forme d’un sourire délicat. Ithaxus sentit un léger étirement à la liaison entre sa mâchoire et le côté droit de son visage. Elle arrangerait ça plus tard.

« Contactez-les dès que possible alors. Je vais préparer nos forces pour…
- Déjà fait, mon Seigneur.
- Pardon ?
- Le Roi posera bientôt pied dans cette dimension maudite ! entonna-t-elle soudain, d’une voix plus grave encore. Nous ne pouvons nous permettre de perdre du temps. »

Quelque chose, profondément enfoui en Ithaxus, n’appréciait pas de s’être ainsi fait doubler, mais elle se contint rapidement. Sa fierté était stupide : la voyante avait bien fait de prendre les devants. Ils devaient avancer, et le plus vite possible. Si Auriel était là, c’était pour parachever son œuvre. Hors de question d’être celle qui avait empêché son plan de se réaliser.

« Bien sûr. Quelque chose que je peux faire pour accélérer encore les choses ?
- Prenez ce vaisseau et attendez que je fasse mon office. Je vais vous prouver la puissance de la vraie magie. »

Ithaxus leva les yeux au ciel et congédia la voyante d’un claquement de toge. Elle fila vers la porte avec un ricanement mauvais qui résonna encore longtemps derrière elle.

* *
*

«Où est Lachésis ? »

Dans l’espace vide et blanc créé par leur magie impie, Clotho ne pouvait manquer la silhouette monstrueusement grande d’Atropos. Elle s’était laissé tomber sur ses pattes arrière, traçant sur le sol un cercle qu’elle adonnait de plusieurs glyphes. Sa jeune sœur s’avança avec prudence.

« Elle viendra. Tu la connais, toujours en retard.
- Insupportable.
- Aide-moi plutôt à écrire, au lieu de te plaindre. »

Le ricanement de l’énorme démone résonna dans l’espace vide. Clotho étira ses longues jambes pour s’agenouiller près du cercle de sang. Son œil unique sursauta en découvrant les symboles, qui passaient un bref instant au-dessus de son nez.

« Atropos, c’est une magie ancienne et puissante à laquelle tu t’attaques. »

Le grondement sourd qui émergeait du corps d’Atropos fit résonner l’espace entier. Voilà ce qui arrivait quand c’était à elle qu’on confiait le soin de lancer le sort.

« Puissante ? Pour nous ? Oublierais-tu qui tu es, Clotho ?
- Non, mais je…
- Pas de mais ! tonna Atropos en frappant du point sur le sol. Nous sommes les dernières héritières des Makaïoshin. Les Madoshi sont morts, il ne reste que nous petite sœur. Ce n’est pas cette magie de pacotille qui va nous arrêter. »

Clotho contint un soupir. Elle allait encore se faire écraser par son aînée, mais que pouvait-elle répondre à ça ? La démone s’installa et tendit la main, une tâche d’encre apparaissant au bout de ses doigts alors qu’elle rejoignait les mouvements de sa sœur pour tracer le cercle.

« Ce monde ne contient presque plus de magie, de toute façon.
- Les Nameks sont tous morts.
- Vraiment ?
- Tu n’as pas écouté notre Roi ? demanda une autre voix, derrière elle. »

Le corps de Lachésis se matérialisait progressivement dans l’espace qu’Atropos avait créé par magie. La petite démone approchait déjà, alors que ses jambes n’étaient pas encore là. Elle ricanait.

« Sacré projet que tu lances là, Atropos.
- Silence, laisse-moi me concentrer. »

Atropos repoussa un peu Clotho et tendit son énorme main pour la poser au centre du cercle. Les symboles alignés autour se mirent à briller d’une lueur pourpre surnaturelle qui semblait dégouliner sur le sol. L’énorme démone leva lentement la main, cinq filins sombre s’en détachant pour la relier au cercle. Lachésis écarquilla les yeux.

« C’est vraiment… ?
- Les cinq vies qui maintiennent ce sceau en vie.
- Toutes inaccessibles, commenta Clotho en tendant la main. »

Lorsque son doigt effleura un fil, la brûlure remonta le long de son bras à une vitesse fulgurante. C’était puissant. Une des rares sources de magie encore intacte dans cette dimension.

« Nous n’avons pas besoin de les tuer, gronda Atropos. »

Cela attira l’attention des deux jeunes sœurs. Trois yeux curieux se redressèrent vers elle.

« Il faut que leur sceau croit, l’espace d’un moment, qu’au moins un est mort. Et nous les connaissons bien assez pour le faire, n’est-ce pas ?
- C’est complexe, ce n’est pas notre magie, tempéra Lachésis.
- Mais c’est faisable. Nous travaillons depuis trop longtemps sur ce type de barrière. »

Un soupçon de respect perça le cœur de Clotho. Sa grande sœur trouvait toujours les solutions les plus élégantes et les plus intéressantes à ce genre de problème. Bien sûr, ce serait difficile, mais loin d’être impossible. Cette prison n’était pas aussi difficile que la dernière sur lequel elles avaient travaillés.

Son regard alla à Lachésis, qui devait penser la même chose et elle se penchèrent en même temps sur un filin, traçant dans les airs des symboles impies que cette magie ne connaissait pas.

La voix d’Atropos se mit à chanter dans la langue Madoshi. Elle emplit leurs esprits d’une magie ancienne et puissante. Les deux sœurs firent écho, comme elles le faisaient toujours, et le filin se mit à trembler.

* *
*

Ithaxus commençait à comprendre pourquoi Auriel avait tenu à ce que les trois voyantes fassent partie du voyage. En plus d’assurer un moyen sûr de garder contact entre tous ses généraux, elles étaient aussi la meilleure source dont ils disposaient pour les problèmes magiques. C’étaient elles qui avaient permis de créer cette carte après tout, même si elles n’étaient pas bien précises une fois que l’on avait atteint le bon endroit. Leurs indications étaient trop vagues.
Magiques en quelque sorte.

C’était bien pour ça qu’elle ne s’était jamais fiée à une chose pareille. Elle en maîtrisait les bases, mais c’était la science qui guidait sa curiosité et ses objectifs, que ce soit au Makaï ou dans cet étrange nouveau monde.
Et dès qu’elle serait débarassée de cette corvée, ce serait la science qui lui permettrait de connaître cet univers mieux que personne.

« Seigneur Ithaxus ! l’appela soudain une voix qu’elle ne connaissait pas. »

Où était-elle ? Ah oui, l’immense vaisseau volé. La salle de contrôle et le bataillon de démon confié par le Roi. Elle s’était perdue dans ses pensées. Rouvrant brusquement les yeux, elle les posa sur celui qui avait eu le malheur d’interrompre sa méditation.

« Oui ?
- Nous venons de détecter quelque chose, près de l’étoile du système. »

Elles avaient été rapides. On ne pouvait pas reprocher aux trois sœurs leur manque d’efficacité : Auriel avait décidé de s’entourer d’elles pour de bonnes raisons. C’est juste qu’elles représentaient un modèle dépassé.

« Commençons à nous rapprocher. Est-ce que nous avons une image ? »

Ses démons se regardèrent les uns les autres comme si elle parlait une autre langue. Elle laissa échapper un soupir défait et glissa jusqu’à la console qui contrôlait les senseurs. Contrairement à ces imbéciles, elle avait passé les derniers jours à apprendre à se servir des appareils impériaux au-delà du nécessaire pour voler. Mais pourquoi s’étonnait-elle encore ? Ils n’avaient jamais eu la moindre curiosité et ils n’allaient pas commencer maintenant. Tant pis pour eux.

En quelques secondes, elle trouva la source exacte de l’émission. Très proche du soleil en effet. En fait, elle s’en éloignait d’ailleurs, comme si elle en était sortie. D’ici, les télescopes ne pouvaient évidemment pas afficher d’image précise, mais les senseurs commençaient à créer un schéma de la situation. Quelque chose s’éloignait du soleil à toute vitesse.

« Enclenchez les moteurs ! Nous allons à sa rencontre. »

Sans même relever les yeux pour s’assurer qu’on suivait ses ordres, Ithaxus affina encore ses relevés. La forme de l’objet apparaissait maintenant plus clairement. Une sphère presque parfaite. Mais d’autres senseurs hurlaient comme s' ils avaient attendu toute leurs vies pour se faire remarquer. Les teneurs en différents métaux et alliages s’affichaient en énorme sur son écran.
Argent. Or. Platine.

Un trésor. Sérieusement ?

La première image apparut enfin. La sphère paraissait entièrement noire, mais c’était uniquement parce que l’étoile du système était derrière elle, brûlant tout le reste de la photo de sa lumière rouge. La forme était évidente cependant.

« Une lune ? »

* *
*

A l’instant où le Rédemption était sorti de l’hyperespace, une alarme s'était mise à sonner dans le centre de commande. Bra était encore accrochée à son siège mais elle se tendit aussitôt, comme si un combat allait survenir.

« Qu’est-ce qui se passe ? »

L’écran central affichait une vue simplifiée du système. Son étoile centrale, ses nombreuses planètes et un point clignotant en rouge qui devait être la source de la confusion qui régnait soudainement dans la salle. Akkilae s’était déjà attelé à sa console, calmant l’alarme et réunissant les informations qu’ils avaient.

« Corps étranger dans le système. Massif. On dirait une lune.
- C’est une base sidérale, corrigea Kalta d’une voix glacée. Et c’est là que se trouve la Dragon Ball. Cap sur sa trajectoire. Tout de suite. »

Bra jaillit de son siège pour se pencher sur une autre console. Le vaisseau débarquait à peine dans le système et les systèmes de scanner peinaient encore à afficher tout ce qui s’y passait.

« Kalta ! Attends… Il y a un autre vaisseau qui se dirige vers cette base. »

Elle eut à peine le temps de finir sa phrase que le nihilien était à ses côtés, penchés sur la console à son tour.

« C’est un des vaisseaux qui a été volé sur Passaros. Les démons. »

Son ton n’était plus aussi froid qu’avant, soudain. Mais ce n’était pas rassurant pour autant, au contraire. Elle sentit une inflexion qu’elle n’aimait pas entendre dans sa voix. Un piquant qui se refléta aussi dans le demi-sourire qui étira les lèvres fines. Il avait hâte d’une revanche.

* *
*

« Seigneur Ithaxus !
- J’ai vu, interrompit immédiatement Ithaxus. Allez me chercher Atropos ! Dites-lui de contacter Resheph immédiatement. Cachez tous votre énergie ! »

L’identité des occupants du vaisseau intrus ne faisait aucun doute. Le nihilien et la saïyenne était de retour.

Son regard s’arrêta à nouveau sur l’immense sphère de métal et de câble de laquelle ils approchaient. Les premiers relevés étaient arrivés : elle était traversée de tunnels. Pas assez complexe pour y perdre ses ennemis, mais bien assez pour lui faire gagner un peu de temps. Et c’est tout ce qu’elle avait besoin de faire.
Gagner du temps. Et trouver la Dragon Ball.


Dernière édition par Tierts le Jeu Nov 23, 2023 15:16, édité 1 fois.
Chroniques de la Famille Cold
Sur Namek, le souverain Freezer réussit à défaire le terrifiant Super Saïyen. Il peut enfin étendre son emprise sur l'univers sans danger. Du moins, le croit-il car il découvrira bientôt que ses nouvelles conquêtes vont lui apporter bien des problèmes.

Tome 3 En cours - 1 Chapitre par semaine jusqu'à Mai 2024 - Prochain chapitre semaine du 24/06/2024
Avatar de l’utilisateur
Tierts
Nihilien Légendaire
 
Messages: 1292
Inscription: Jeu Oct 07, 2010 20:18

Re: Chroniques de la Famille Cold

Messagepar Tonay le Jeu Oct 12, 2023 14:01

Un bon chapitre dans l'ensemble, étonnement les tensions sont censés être plus présentes, mais j'étais moins happé dedans

Une bonne présentation d'Auriel et de son caractère ainsi que de sa prise de pouvoir. Il m'évoque Dracula Vlad Tepes, notamment son comportement dans la série netflix, surtout sur l'aspect détaché et calme.

Ithaxus en conflit avec ses propres voyantes, ou du moins, qui a la sensation de se faire doubler. Pas injustifié.
Intéressant de voir de la magie à l'œuvre, je me demande bien qui sont les cinq vies qui sont liées au sceau. Personnellement, j'opte pour les quatre Kaïo plus le chef des Kaïo.

Enfin, la Dragon Ball trouvé dans une lune faites de matières précieuse. Je suis assez surpris que la lune ne fut pas découverte, plus tôt, surtout que le secteur a été fouillé de fond en comble, à moins que ce soit spécifiquement le sceau qui empêche de la trouver. Kalta and co qui arrive au bon moment, on attend l'affrontement pour le prochain chapitre.
Survivants
Et si trois autres saiyans avaient survécu à la destruction de la planète Vegeta ?

One Shot
Un mage un peu excentrique. Un Kaïo. Un métis saïyan. Un démon. Un démon du froid. Qui doivent sauver l'univers dans un combat épique. Qu'ajouter de plus ?
Avatar de l’utilisateur
Tonay
 
Messages: 916
Inscription: Mar Oct 11, 2011 11:25
Localisation: Pommé dans l'Oeil de la terreur...

Re: Chroniques de la Famille Cold

Messagepar Tierts le Lun Oct 16, 2023 12:00

Hello Tonay ! Merci de toujours être au rendez-vous :p

Réponse à ton commentaire sous spoiler :
Spoiler
Tonay a écrit:Une bonne présentation d'Auriel et de son caractère ainsi que de sa prise de pouvoir. Il m'évoque Dracula Vlad Tepes, notamment son comportement dans la série netflix, surtout sur l'aspect détaché et calme.

Etant donné les inspirations diverses autour d'Auriel, c'est parfait s'il te rappelle Dracula. Il est explicitement une référence à ce monstre classique.
Il complète ainsi ses généraux et ils forment ensemble une petite référence aux montres classique d'Universal Pictures.

Enfin, la Dragon Ball trouvé dans une lune faites de matières précieuse. Je suis assez surpris que la lune ne fut pas découverte, plus tôt, surtout que le secteur a été fouillé de fond en comble, à moins que ce soit spécifiquement le sceau qui empêche de la trouver.


La "lune" en question était cachée dans le soleil, protégée par le sceau. Il était donc en effet impossible pour qui que ce soit de la trouver ^^


Et la suite, pour laquelle je remercie encore mille fois Lamantin_Furtif pour ses corrections et ses remarques ! Comme d'habitude, les fautes et maladresses qui sont encore là sont de mon fait.

---


Chapitre 25 : Le piège du système Clesker


Il n’y avait rien de plus ennuyant que les missions scientifiques. Être envoyé aux confins de chaque galaxie avec une équipe de binoclards qui vous traitait comme une escorte à peine digne d’être saluée. Le Colonel Ubore ne supportait pas l’inaction et c’était précisément ce à quoi il était condamné. Surtout dans ce système.
Malgré tout, Il refusait de laisser ses troupes se ramollir. C’était avec ce genre de mission que l’on transformait de bons soldats en fainéants et en incompétents. Il s’était donc rendu en salle de contrôle ce jour-là, à 7 heures tapante, pour s’assurer que la relève se passait dans la discipline et la dignité qu’il attendait de tous ses hommes.

En uniforme noir, le jeune Lieutenant se raidit à son arrivée. Il le salua fermement.

« Repos Lieutenant. Vous êtes là tôt.
- Depuis cinq minutes monsieur. Le Caporal ouvrira bientôt, dès que la relève scientifique sera là. »

Le Colonel leva les yeux au ciel, assuré que seul son subordonné le verrait. Évidemment, l’ingénieur qui venait relever son collègue était en retard. Se réveiller à heure fixe, c’était trop demander. Il entendait des pas derrière lui. Et en plus, il ne se pressait même pas. 45 secondes de retard. Une honte. Ubore ne prit pas la peine de le saluer et s’écarta tout juste pour le laisser passer.

« Excusez-moi, bredouilla le scientifique pour contourner la silhouette imposante du Lieutenant et entrer le code sur l’entrée de la porte. »

A l’intérieur, le Caporal se raidit dès leur entrée.

« Colonel ! Lieutenant ! Monsieur !
- Repos Caporal.
- Ah, vous êtes là. »

Le technicien qui avait passé la nuit ici enfilait déjà son manteau par-dessus sa blouse, baillant à s’en décrocher la mâchoire tout en les saluant. Ubore s’empêcha de le rappeler à l’ordre immédiatement.
Ces civils. Pendant qu’il inspectait l’uniforme du Caporal, il ne prêtait qu’à moitié attention à ce qui se disait entre eux.

« Eh, tout s’est bien passé ?
- Les sondes sont revenues comme prévu. Sauf celle de 9-PS-3, elle vient d’arriver. La machine télécharge encore.
- Oh super, j’adore m’occuper du traitement de données.
- Tant pis pour toi.
- Une idée de la raison du retard ?
- Pas encore. Anomalie climatique sur l’atmosphère de la planète, je suppose ?
- Ah, celle-ci a une atmosphère ?
- T’excite pas. Aucune trace de vie détectée.
- Oh… Bon, va te reposer. Je m’occupe de 9-PS-3. Les autres ont donné quoi ?
- Gisement de platine sur 7-PS-5, 7-PS-4 et sur trois lunes de la première, belles quantité. C’est tout. »

Magnifique. Au moins cette mission d’un ennui total apporterait quelque chose à la Fédération. Ce n’était rien de nouveau cependant, aucune découverte d’importance, rien qui puisse l’aider, lui. A croire que les politiciens avaient sélectionné précisément ces systèmes pour s’assurer que sa carrière stagne au point mort pour les dix ans à venir. Ce qui n’était pas inenvisageable.

Ubore laissa le Caporal partir au pas et examina le Lieutenant alors qu’il refermait la porte derrière et se lançait dans les vérifications de sécurité. Un bon élément. Pendant ce temps, le civil jetait sa blouse sur le dossier du siège et s’y laissait tomber avec un soupir.

« Ce bouton clignote depuis 30 secondes, indiqua soudain le Lieutenant en interpellant le scientifique. C’est normal ?
- Hum ? Oh ça. Ne vous en occupez pas. Fichier corrompu, ça arrive 1 fois sur 3 avec ces vieilles sondes. Je vais ouvrir le fichier de données, trouver là où la mesure est trop petite et effacer la ligne, ça suffit en général à corriger le truc. »

En plus de parler à son Lieutenant comme si c’était un gosse, l’homme s’était permis un geste dédaigneux. Cette fois, Ubore n’allait pas laisser passer. Il s’avança d’un pas et refermait déjà la main sur le siège du scientifique.

Brusquement, toutes les lumières s'éteignirent dans la salle de contrôle.

« Qu’est-ce que c’est… ?
- Colonel Ubore, annonça une voix grave provenant des haut-parleurs de la salle. Vous devriez être en mesure de m’entendre à présent. Répondez si c’est le cas. »

La salle de contrôle se ralluma lentement. Le Lieutenant était en position de combat. Ubore lui fit signe de se mettre au repos : il n’y avait personne.

« Oui, je vous entends.
- Excellent.
- Qui êtes-vous ?
- Mon nom n’a aucune importance. Pouvez-vous parler librement ?
- Répondez à ma question. Vous connaissez mon nom, ce n’est que justice. »

Le soupir avait été soufflé suffisamment prêt du micro pour résonner dans toute la petite salle. Ubore gagnait du temps, tentant d’analyser la voix et faisant signe à l’ingénieur de trouver l’origine de la transmission. C’était une voix alien, mais peu différente des leurs, sans doute un humanoïde. Peut-être âgé, mais sans connaître son espère, c’était difficile à savoir.

« Vonin. Pour ce que ça vous apporte. Dites à votre homme d’arrêter ses bêtises, nous contrôlons votre tableau de commande. J’émets depuis la planète que vous désignez sous le matricule 9-PS-3. Vous ne vous en approcherez pas ou nos défenses planétaires réduiront votre vaisseau en cendres.
- Ah. Une planète habité. Je suis le Colonel Ubore, représentant de la…
- Fédération des planètes de la Galaxie Nord et Sud. Nous le savons, Colonel. Votre proposition ne nous intéresse pas, épargnez votre salive. Je répète : pouvez-vous parler librement ?
- J’ai toute confiance en les hommes qui m’entourent, mentit-il avec un coup d'œil au civil en panique qui s’agitait sur le tableau de commande.
- Comme vous voulez. Vous allez quitter ce système et ceux qui l’entourent. Ceux que vous avez enregistrés sous les matricules AK3 à AK38, vous n’allez pas lancer de sonde et vous n’allez pas établir la moindre base scientifique.
- Votre planète considère ces systèmes comme son territoire. Nous comprenons parfaitement, pourrais-je parler aux autorités compétentes de votre planète ?
- Je suis l’autorité compétente, Colonel. Je parle au nom du Conseil. La décision a été prise. Elle a été prise 400 ans avant votre naissance, pour être honnête.
- Je vous demande pardon ?
- Selon nos calculs, il vous faudra encore 1250 ans avant de prendre conscience de la quantité de données que vous émettez vers l’espace sans vous soucier de qui peut les intercepter. Nous connaissons votre Fédération, son Président actuel, les candidats à la prochaine élection, et nous vous connaissons vous. Nous ne sommes pas intéressés. Passez votre chemin. »

Le jeune ingénieur se retourna vers lui, éberlué. Ubore faisait un effort pour garder un aspect impassible, mais il n’y avait rien dans le manuel concernant la rencontre avec une pareille civilisation.

« En tant que représentant de la Fédération, je me dois de veiller sur ces intérêts. Le système 7 est compris dans le territoire que vous revendiquez mais aucune installation n’a été détectée. La Fédération a besoin de ses gisements…
- Votre Civilisation en est encore à considérer ces gisements comme les plus importants. Nous ne pouvons vous laisser gâcher ces systèmes et ces ressources avec votre présence primitive.
- Ce n’est pas à vous de décider, argua-t-il, soudainement en colère.
- Nous sommes diplomates, Colonel. Nous pourrions pulvériser votre vaisseau et en finir avec votre mission immédiatement. Je vous propose de gagner du temps et garder votre vie.
- Nous avons déjà transmis les données à la Fédération, mentit-il. Et si vous nous tuez, la Fédération s’interrogera sur notre disparition.
- Mensonge pour la première partie, Colonel. Mais exact pour la deuxième.
- Je pense sincèrement que nos deux civilisations auraient beaucoup de chose à apprendre l’une de…
- Revenez dans 3580 ans, environ, et nous pourrons en discuter de nouveau. En attendant, Colonel, si vous ne désirez pas nous laisser tranquille, je vous propose un cadeau en échange de la tranquillité que nous vous demandons.
- Un cadeau ?
- Encore une fois, Colonel : pouvez-vous parler librement ?
- Je vous demande pardon ?
- Nous savons qui vous êtes. Nous savons que vous n’avez aucune chance aux prochaines élections. Avec notre aide, vous pourriez en avoir aux suivantes. Nous savons pour les troubles au centre de la Galaxie Sud et aux frontières de la Galaxie Nord. »

Ubore se raidit soudain. Ils savaient vraiment tout. Son regard alla du Lieutenant, toujours sur ses gardes, les yeux rivés sur lui, à l’ingénieur dont les yeux étaient dorénavant ronds comme des soucoupes.

« Lieutenant. Veuillez escorter le civil à l’extérieur. Assurez-vous que personne ne rentre.
- Bien Colonel.
- Mais qu’est-ce que vous faites ? »

Le Colonel ne répondit pas, attendant de voir le scientifique se faire attraper par le col et traîner vers l’extérieur. Il patienta jusqu’à fermeture de la porte et ouvrit la bouche. Il fut immédiatement interrompu.

« Nous pouvons vous offrir un moyen de régler ces deux problèmes. En échange, vous déclarerez cette zone inhabitée et vide de ressources. Vous vous porterez garant de notre tranquillité et vous assurerez que ceux qui disparaissent dans le secteur ne seront pas recherchés.
- Je vous écoute. »


* *
*

C’était comme se réveiller après un mauvais rêve. Sauf qu’il aurait duré des millénaires.

Il n’avait pas vraiment mal mais il aurait préféré. Chaque mouvement donnait l’impression de lui coûter l’énergie nécessaire pour faire sauter une planète entière. Même cligner des yeux paraissait soulever des tonnes de roche avec une paupière.
Le temps semblait s’étirer au ralenti, entrecoupé d’images et de mots qui venaient de plusieurs millénaires en arrière. Des explosions. Des combats. Une malédiction proférée par de faux dieux.

L’attente. Insupportable.

Lorsqu’il parvint enfin à refermer sa main sur quelque chose, les carrés d’or roulèrent le long de la petite colline qu’il avait créé, il y a si longtemps. Il ne trouva aucun appui stable et tomba vers l’avant, se rattrapant à tout ce qu’il pouvait jusqu’à retomber au sol. Un claquement sec retentit quand sa mâchoire frappa le métal.

« Vous ne commettrez plus la moindre atrocité ! Tonnait un concert de voix. »

Il posa la main au sol, ressentant le froid du métal pour la première fois depuis des millénaires.

« On est attirés par le soleil ! Je ne contrôle plus rien ! criait quelqu’un, une voix familière. »

Il poussa un gémissement en essayant de se relever.

« Ah t’es là ? Comment tu te sens ? »

Cette fois, la voix ne provenait pas d’un souvenir lointain. Elle était toute proche. Sans réussir à se lever, il leva les yeux pour ne voir qu’une longue crinière orangée, rattachée à une silhouette trop vague.

Quelque chose d’autre bougea, plus loin. Une forme plus imposante. Humanoïde. Des bottes claquaient sur le sol avec une assurance qu’il reconnaîtrait entre mille. Il ne voyait que son torse bleuté, où brillait plusieurs dizaines de bijoux en or, pointant vers le bas.

« Préparez-vous, gronda la voix de son chef. Nous avons des intrus. »

* *
*

Ithaxus avait sentit en posant le pied sur le tas de métal qu’elle avait fait une erreur. Certes l’endroit était fonctionnel : atmosphère et gravité artificiel, port capable d’accueillir de large bâtiment, mais c’était tout ce que la station spatiale avait pour elle. C’était un tas de métal, conçu pour contenir tout ce qu’on y apportait mais rien de plus. Une cache au trésor au pire. Une planque au mieux. Mais au premier couloir qui s’enfonçait dans les profondeurs de la coque de métal, la démone comprit que c’était immense, bien plus qu’elle ne l’avait anticipé.

Elle avait laissé son équipage à la station d’arrimage : ils ne faisaient pas le poids contre l’Empereur et ses servants, mais ils pourraient lui faire gagner un peu de temps. Il lui faudrait au moins ça pour trouver la Dragon Ball. Une autre question se posait à présent.
Après une centaine de mètres dans les profondeurs de la station, elle avait noté deux choses : d’abord de larges tas d’or, de pierres précieuses et d'œuvres qui devaient avoir une belle valeur pécuniaire. Ensuite, cinq forces, plus loin encore dans la station. Des êtres vivants. Et d’une puissance notable. Rien comparé à elle, mais largement suffisantes pour écraser tous ses démons ou toutes les armées de cet univers.

Fascinant.

La station n’était d’abord qu’une suite de couloir sombre, mais à présent chaque détour l’amenait dans une salle remplie à craquer d’or et de métaux précieux. Mais rien n’y bougeait. La lumière ne venait que de vaste cercle, répartis sur tous les murs, qui diffusait un éclat d’un blanc beaucoup trop pur. Des statues antiques s’entassaient les unes sur les autres, couvertes de bijoux et de pièces toutes aussi anciennes, la fixant de leurs yeux vides. Chaque forme était différente, chaque visage avec ses particularités, mais tous étaient effrités par le temps. Et tous donnaient l’impression de la regarder. C’était une manière très inefficace de stocker ce type de biens.
Plus tard, elle comprit que cette sensation venait des caméras, dissimulées dans les coins de chacune de ces salles. Elle en aperçut une, simple sphère noire cachée dans l’ombre des murs. Elle envisagea de la détruire, puis fit simplement un sourire et continua jusqu’au prochain couloir.

« Atropos, prévenez-moi dès que le vaisseau ennemi s’amarre, je dois savoir combien de temps il me reste. »

Ithaxus savait bien qu’il n’était pas nécessaire de parler pour que sa voyante perçoive les pensées qui lui étaient adressés, mais c’était plus simple pour elle de dire ce qu’elle voulait transmettre. On évitait les lapsus.
Elle n’eut aucune réponse. Ce qui n’était pas habituel.

« Atropos ? »

Elle n’aimait pas avoir son esprit envahi par la présence de la magicienne, mais le silence assourdissant dans son lobe temporal commençait à l’inquiéter. D’autant qu’elle sentait très distinctement trois forces approcher d’elle. Les deux autres étaient d’un autre côté de l’immense station.
Il fallait décider maintenant de ce qu’elle allait faire. Fouiller toute la base serait trop long et ces habitants pourraient être une aide précieuse pour repérer la Dragon Ball. Quelques menaces pourraient faire l’affaire. Et puis, des créatures prisonnières pendant au moins des milliers d’années, elle adorerait les étudier ! Un seul survivant serait nécessaire.

Les sentant proches, Ithaxus s’interrompit enfin. Peu importait Atropos et peu importait l’Empereur. Pour le moment, elle avait une mission.
Elle s’arrêta dans une des vastes salles, où la lumière était moins agressive, atténuée par les énormes tableaux qui étaient accrochés à chaque mur, s’étendant du plafond au sol en recouvrant certains des dispositifs lumineux. Elle se plaça au centre du cercle de lumière dessiné par l’un de ceux qui se trouvaient au plafond. Immanquable.

Et on ne la manqua pas.
Le couloir qui s’étendait devant elle explosa. Un vaste nuage de fumée s’étala sur le métal froid et se déploya dans la salle. Puis une dizaine de boules d’énergie vertes jaillirent de la fumée, elles convergèrent sur elle à des vitesses diverses. Un piège habile si elle n’avait été capable de sentir leurs énergies venir à des kilomètres.

Campée droit dans ses bottes, Ithaxus n’eut qu’à lever les mains, attrapant au vol les boules qui la visaient. Elle les envoya dans les tableaux et dans les tas d’or, jusqu’à entendre un juron dans la fumée.

« Trop facile ! gronda-t-elle en décollant. »

En une seconde, elle avait rejoint le couloir. Le déplacement d’air si puissant qu’il souffla la fumée autour d’elle, révélant les trois silhouettes qui s’étaient approchés. Des créatures bipèdes, à la peau bleue et aux cheveux d’un orange brillant, sauf celui qui portait un turban.
Elle prendrait le temps de les étudier plus tard.

D’abord, elle fondit sur le plus puissant des trois et referma sa main sur sa gorge. Un hoquet de surprise et de douleur le traversa.

« Je te tiens. »

Elle pressa sur sa gorge pour lui couper la respiration, puis le lança dans les air au-dessus d’elle. En une pirouette, elle fut près de lui et son pied vola contre son torse. La grande créature ricocha contre le mur avant d’aller se perdre dans un tas d’or.

* *
*

Bra et Kalta se figèrent au même instant et tournèrent le regard dans la même direction. Comme si ils avaient la moindre chance de voir à travers les murs.

« Cette force est familière.
- Ithaxus, répondit aussitôt Kalta. C’est celui que j’ai affronté. Méfie-toi, il peut absorber l’énergie. »

Elle se souvenait très bien de la description que le nihlien avait fait de son étrange adversaire. Les démons avaient toutes des formes très diverses mais celui-ci apparaissait au-dessus du lot dans cette catégorie. Comme Resheph en fait.
Bra interrompit ses réflexions pour observer son ami, lui aussi perdu dans ses pensées.

« Priorité à la Dragon Ball, rappela-t-elle. »

Elle avait déjà refusé qu’ils se posent à côté du vaisseau volé. L’étrange base sidérale avait différentes entrées et le détecteur était très précis sur celle qui les amènerait le plus vite à la Dragon Ball. La dernière fois, ils s’étaient fait voler leur objectif sous le nez par le petit démon qui pouvait invoquer une spirale destructrice. Il était hors de question de répéter la même erreur, même si la structure dans laquelle ils évoluaient paraissait un peu plus résistante que le Tartare.

« Le détecteur indique toujours deux puissances, devant nous. Vous les sentez aussi ? »

Aidan était derrière eux, comme le reste du commando d’élite. Kalta et Bra, avaient refusé de les laisser sur le Rédemption. Non seulement ils refusaient de les voir pris en embuscade en leur absence, et tout était à craindre avec les démons, mais les deux respectaient profondément l’utilité du commando. Ils étaient très loin d’eux en terme de puissance pure, évidemment, mais cela ne faisait pas tout en combat. Bra se souvenait encore du déferlement d’énergie qui avait enveloppé Cell quand il était encore dans sa première forme. Le clone avait survécu, mais le commando d’élite avait prouvé son utilité des dizaines de fois ce jour-là.

« Je les sens. Il y en a trois autour de ton Ithaxus. Je crois qu’ils se battent.
- Oui, c’est l’impression que ça donne. Elles sont toutes très fortes.
- Je n’ai pas de chiffre, le détecteur n’arrive pas à se fixer. »

Ce qui devait signifier qu’ils dépassaient de loin les rangs de l’armée impériale. Bra le sentait aussi. Elle n’aimait pas cela. Ces forces affrontaient peut-être Ithaxus, mais elles risquaient d’être des ennemis pour eux aussi. Sans être aussi douée que Maître Karine, elle pouvait sentir quelque chose de malveillant dans cet endroit.

« Des gardiens, tu crois ? demanda-t-elle à Kalta en reprenant leur vol à travers les couloirs sombres.
- Possible. »

Dans le doute, elle se transforma en super saïyenne. Les couloirs étaient maintenant illuminés d’une lueur dorée à son passage.

Jusqu’ici, la structure métallique de la fausse lune lui évoquait une base spatiale ordinaire. Sauf qu’elle était gigantesque bien sûr, mais les couloirs eux-même étaient à tailles humaines. Ils se ressemblaient tous, mais se repérer n’était pas bien compliqué. un virage lui rappela soudain leur combat dans les entrailles du Guédester.

Non, les murs ici étaient beaucoup plus sombres. Et il n’y avait pas ce constant bourdonnement dans leurs oreilles.
Puis le métal se changea en or.

Bra pila brusquement, suivie du reste du groupe. A la vitesse où ils allaient, elle n’avait même pas remarqué qu’ils avaient quitté un couloir pour arriver dans une immense pièce. Une galerie se prolongeait au sol, traversant toute la salle pour rejoindre une porte de l’autre côté. Mais l’espace autour d’eux était ouvert. Des dizaines de tas d’or s'entassaient dans des casiers de stockage. Des pièces, des lingots, des objets que Bra n’arrivait pas à identifier. Des centaines, des milliers. Il y avait ici les richesses de centaines de monde.
Et au bout de la salle, des piédestaux d’argent étaient alignés contre le mur, supportant tous une forme différente. Au centre, au-dessus de la large porte, la gueule d’un énorme monstre hurlait dans leur direction, figée à jamais dans la pierre sombre qui constituait la statue. La Dragon Ball était plus à droite, au milieu d’autres artefacts similaires. Elle était jeté au milieu d’un ensemble de perles et de sphères d’or. Ceux qui l’avaient mis là n’avaient pas la moindre idée de sa valeur véritable.
Bra ne prit pas le temps de vérifier sur le détecteur que c’était bien elle, car elle sentait autre chose dans cette salle.

« Attention. Ils sont là. »

La saïyenne releva les yeux vers le plafond, trop haut pour être visible. C’est de ces ombres qu’une silhouette surgit brusquement, mais elle n’était pas visée.
La botte frappa Kalta en pleine tête, produisant un claquement sinistre dans l’immense salle. La nuque du nihilien avait à peine bougée alors que le pied était toujours appuyé contre sa joue. Bra vit le regard rouge se tourner vers le pauvre ère qui avait eu l’idée de l’attaquer.
Une longue queue blanche apparut pour s’enrouler autour du talon de l’attaquant. Bra vit alors son visage. Il avait la peau bleue, une coupe iroquoise d’un orage vif et un bouc de la même couleur. Elle n’avait encore jamais vu d’alien qui lui ressemblait, mais ce fut tout ce qu’elle eut le temps de voir.

« Enchanté, prononça Kalta. »

Les yeux de l’attaquant s’écarquillèrent en sentant la queue se serrer assez fort pour briser les os. Puis il fut projeté au sol, devant eux.

« Kalta, Empereur de l’univers. Vous êtes ? »

Bra allait lever les yeux au ciel, quand quelque chose la fit tiquer. Kalta aussi tourna le regard dans la même direction que tout à l’heure. Des bips affolés retentissaient derrière eux, en provenance des trois commandos d’élite.

« Quelle force ! »

* *
*

Ithaxus tenait à distance les deux autres d’une main tendue vers eux. Ils étaient plus petits que celui dont elle s’était débarassé. Une paraissait femelle, une longue chevelure orangée descendant jusqu’à ses mollets. Une tenue blanche recouvrait son corps bleuté, tranchée par une écharpe violette et des bijoux en or. Ils ressemblaient à des pointes de flèches et la démone nota qu’ils en portaient tous. Y compris le troisième individu, encore plus petit, à la chevelure dissimulée sous le turban.

« Vous comprenez dans quelle situation vous êtes, indiqua-t-elle calmement. Vous allez me dire ce que je veux savoir, ou je m’occuperai de vous…
- Je comprends surtout que tu as énervé Bojack. »

La jeune femme l’avait interrompu, sur un ton bien trop impertinent. Ithaxus se tourna vers elle, une lueur commençant à briller au bout de ses doigts. Elle n’avait pas de temps à perdre avec des bravades.

« Tu n’aurais pas dû faire ça, ajouta pourtant l’inconnue avec un ricanement. »

Avant qu’elle ne puisse tirer sur l’effrontée, une explosion retentit derrière elle.
Des pièces d’or volaient dans toutes les direction. Une statue d’un guerrier montée sur une sorte de gros lézard partit dans les airs avant de rebondir contre le plafond. L’homme au turban dut pivoter au dernier moment pour l’éviter.

Une seule silhouette se tenait au milieu du vacarme, poussant un hurlement de rage. Ithaxus reconnut l’inconnu qu’elle avait éliminé si facilement un peu plus tôt. Son torse était entièrement exposé. Elle vit ses muscles pectoraux, ses deltoïdes et ses biceps gagner brusquement en masse. Sa peau vira à un vert vif. Et ce n’était pas le seul changement de couleur : ses cheveux, les racines toujours protégées sous un bandeau, passèrent au rouge brillant.
Même de là où elle était, Ithaxus pouvait voir à quel point la transformation tirait sur les muscles. Les tendons paraissaient proches du point de rupture. Les trapèzes tremblaient mais avaient aussi gagner en volume, mais l’augmentation en masse paraissait concentrée sur les arrière-bras Ce n’était pas qu’un gain de fibres musculaires : la puissance de l’individu avait aussi augmentée.

« Fascinant… souffla-t-elle en oubliant complètement ce qu’elle faisait plus tôt.
- Bujin ! Liens !
- Quoi ?! »

Elle voulut se retourner vers l’impertinente de tout à l’heure, mais quelque chose de fin et d’invisible contraignit ses mouvements. Quelque chose tira sur son bras et sa nuque quand elle voulut tourner la tête.

Tout ce qu’elle put faire, c’était ouvrir grand les yeux alors que le colosse vert fusait vers elle et que son poing lui fauchait le menton.

* *
*

La porte de la salle de contrôle se rouvrit quelques instants plus tard.

Le jeune soldat était posté juste derrière. Il s’écarta pour laisser passer son supérieur et se raidit encore plus en le saluant. Sa carrure imposante surplombait le Colonel mais cela n’avait jamais suffi à lui donner le moindre sentiment de supériorité vis à vis de son supérieur. Celui-ci souriait, un rictus bizarre que le jeune homme ne lui avait jamais connu, et tourna un regard brillant vers lui.

« Lieutenant Bojack, vous voulez servir la Fédération ? »


Dernière édition par Tierts le Lun Oct 23, 2023 15:35, édité 2 fois.
Chroniques de la Famille Cold
Sur Namek, le souverain Freezer réussit à défaire le terrifiant Super Saïyen. Il peut enfin étendre son emprise sur l'univers sans danger. Du moins, le croit-il car il découvrira bientôt que ses nouvelles conquêtes vont lui apporter bien des problèmes.

Tome 3 En cours - 1 Chapitre par semaine jusqu'à Mai 2024 - Prochain chapitre semaine du 24/06/2024
Avatar de l’utilisateur
Tierts
Nihilien Légendaire
 
Messages: 1292
Inscription: Jeu Oct 07, 2010 20:18

PrécédentSuivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 90 invités