Chroniques de la Famille Cold

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Re: Chroniques de la Famille Cold

Messagepar Tonay le Ven Juin 14, 2024 10:25

Un bon retour à toi Tierts, comme toujours, prends le temps qu'il te faut, IRL passe en priorité !

Un très bon chapitre, ce qui est un standard on va pas se mentir.
Comme d'habitude, c'était vraiment très sympa à suivre, à lire et à voir la réaction des différents personnages.

J'ai beaucoup aimé les descriptions, surtout pour cette grande première qu'est une transformation en SSJ3 sur le terrain, chose qu'on a jamais eu dans la mesure où Goku maîtrisait déjà cette forme et qu'il ne l'a pas débloqué dans un coup de colère. De même, Gotenks avait réussi, en coulisse, à l'employer au moins une fois, avant de le faire dans la SET. Une franche réussite, je ne m'y attendais pas et c'est bienvenue.

Ithaxus m'amuse toujours autant, il m'évoque ces personnages scientifique dont la curiosité l'emporte sur tout le reste. C'est un côté infantile que je trouve toujours cocasse venant de personnages qui, au contraire, incarne toujours une forme de savoir approfondi.

L'apparition de Kibito, je ne l'avais pas vu venir. Très sympathique.

La Makaïoshin continue d'en imposer, surtout à ce pauvre Bélial qui aura quand même passé 80% du temps à se faire sévèrement laminer. Un peu plus et il va devenir le Yamcha du groupe, si ce n'est pas déjà le cas. Au moins, lui, il se régénère.

Maintenant, cap sur la Terre avec de la musique classique en fond !
Survivants
Et si trois autres saiyans avaient survécu à la destruction de la planète Vegeta ?

One Shot
Un mage un peu excentrique. Un Kaïo. Un métis saïyan. Un démon. Un démon du froid. Qui doivent sauver l'univers dans un combat épique. Qu'ajouter de plus ?
Avatar de l’utilisateur
Tonay
 
Messages: 920
Inscription: Mar Oct 11, 2011 11:25
Localisation: Pommé dans l'Oeil de la terreur...

Re: Chroniques de la Famille Cold

Messagepar Tierts le Lun Juin 24, 2024 12:00

Bonjour Tonay (et les autres qui lisent éventuellement ^^)

La Makaïoshin continue d'en imposer, surtout à ce pauvre Bélial qui aura quand même passé 80% du temps à se faire sévèrement laminer. Un peu plus et il va devenir le Yamcha du groupe, si ce n'est pas déjà le cas. Au moins, lui, il se régénère.

Belial a pris la place de Taris dans la catégorie des persos qui se regénère et peuvent donc subir encore et encore xD
Non, plus sérieusement, il a beaucoup bouffé ces derniers temps mais il n'a pas eu de chance, que ce soit face à Anik (il a encaissé de plein fouet une attaque qui aurait sans doute tué beaucoup d'autres démons) ou ici quand il s'est retrouvé presque aux premières loges pour l'attaque ultime de Kalta.

Cela vous laisse une idée de ses capacités de régénération cela dit, même s'il n'est pas au niveau d'un Buu.

Avec le changement de rythme, la fic entre aussi dans une nouvelle phase un peu particulière, j'espère qu'elle va vous plaire malgré tout !

---

Chapitre 56 : L'après


« Où est l’Empereur ? »

C’était la première question que le navigateur avait posé en voyant le petit groupe monter à bord du Rédemption.
C’était aussi la question qui continuait d’agiter l’équipage. Comment aurait-il pu en être autrement ? Tous les impériaux qui travaillaient à bord du Rédemption avait passé leur vie entière à obéir à la famille Cold, certains bien avant la naissance de Kalta. Voir ce vaisseau se déplacer sans un nihilien à son bord était une incongruité que peu acceptaient.

C’était pourtant ainsi qu’ils faisaient route vers Freezer 82.

Aidan avait discuté en privé avec Akkilae avant qu’ils ne décollent. Il pilotait le vaisseau, il avait le droit de savoir ce qui se passait. Ils ne pourraient pas cacher ça éternellement de toute façon. Mais ils n’étaient pas prêt à ce que tout le monde sache. Anik, particulièrement, avait refusé de l’annoncer à qui que ce soit et il l’avait répété plusieurs fois quand elle l’avait traîné jusqu’à l’infirmerie.

« Il reste ces Dragon trucs, là. Il suffit de les retrouver, avait-il expliqué à Aidan. »

Elle était bien d’accord. Mais pour l’heure, ils ne savaient pas où étaient les Dragon Balls. Une fois le voeu exaucé, elles s’étaient vraisemblablement dispersées et elles étaient maintenant inactives. Pour combien de temps ? Personne ne le savait. Bra espérait que ça ne soit qu’un an. Ou une durée approchante.
L’Empire n’avait plus de tête et personne ne savait pour combien de temps.

Pire, le vaisseau n’avait plus de tête non plus. Sans Kalta, sans le commandant Palpi, aucun des gradés n’était prêt à prendre le commandement d’un vaisseau aussi important que le Rédemption. Akkilae s’était tourné instinctivement vers le commando d’élite, mais ni Aidan, ni Anik n’avaient été en mesure de lui dire quoi faire. C’était Bra qui avait tranché pour la Terre.

« Les communications longue portée sont concentrées là-bas, avait alors rappelé Aidan en voyant l’équipage hésiter. Si on les relance, on pourra savoir ce qui se passe partout dans l’univers.
- Et on pourra retrouver Siberia, avait ajouté Bra. »

En l’absence de Kalta, c’était sa mère qui devenait logiquement l’Impératrice. Il était donc logique que ce soit leur premier objectif. Aidan craignait un peu ce qu’ils allaient trouver.

Manifestement, l’assaut avait été global autant que ciblé. Les communications étaient tombées très vite. La Terre devait faire partie des cibles prioritaires, si elle n’était pas la première. Quelles étaient les chances pour que Siberia ait été une cible aussi ? Où qu’elle se soit trouvé là à ce moment ? Les démons avaient la puissance de feu pour éliminer Kalta lui-même.
La perspective n’avait pas été évoquée à voix haute. Personne n’osait lâcher ces mots à l’air libre, mais Aidan savait qu’ils le pensaient tous : ils vivaient dans un monde où la Famille Cold n’était plus. La dynastie que Cold avait mis des millénaires à bâtir s’était éteinte avec Kalta. Et le moment ne pouvait pas être plus mal choisi.

La porte était refermée, mais ils savaient tous que ce n’était pas terminé. L’Empereur leur avait peut-être offert un peu de répit, mais rien d’éternel.
Aidan avait tenté de se reposer, mais toutes ces questions flottaient dans son esprit depuis une heure maintenant. Elle avait fini par se lever pour rejoindre les quartiers de Bra.

Il fallait qu’elle lui parle.

Manifestement, elle n’était pas la seule.

« Anik ? s’étonna-t-elle en découvrant le reptile, planté devant la porte de la saïyenne. »

Lui ne paraissait pas surpris une seule seconde. Il appuya son bras contre le mur. Sa prothèse était toujours en réparation et il était donc manchot pour un moment.

« Tu n’arrives pas à dormir ? demanda-t-il, brusquement.
- Non, je réfléchis trop.
- Tu fais tout le temps ça.
- Merci Anik, mais je pense que la situation le justifie aujourd’hui. Tu n’es pas dans une cuve ?
- Je vais mieux, mentit-il alors que les traces du combat étaient encore visibles. »

Elle commençait à le connaître. Plus les choses allaient mal, plus il était énervé, contre tout et tout le monde. Il n’était pas très doué pour le cacher non plus. Elle vit dans ses yeux l’hésitation : il avait bien envie de l’envoyer bouler. Pourtant, il prit sur lui pour demander d’une voix presque douce.

« Tu veux parler à ta petite amie en privé ?
- Ce n’est plus ma petite amie. Et non, on peut parler tous ensemble. C’est sans doute mieux en réalité. »

C’était étrange d’y penser, mais Anik et elle étaient les deux derniers survivants du Bras de Kalta. Quoi qu’il se passe dans les prochains jours, ils auraient un rôle à y jouer et Anik devait le savoir aussi bien qu’elle. Autant prendre les devants.
Un chuintement interrompit Anik alors qu’il avait à peine ouvert la gueule. La porte s’était ouverte.

« Vous avez fini ? demanda Bra, avec un sourire fatigué. Rentrez donc. »

La saïyenne avait eut le droit à la même cabine que tout le monde : petite et épurée, autrement dit pauvre et vide. Il n’y avait que quelques quartiers au sein du Rédemption qui offraient plus d’espace et personne n’osait les occuper.

« Asseyez-vous… Où vous pouvez. »

Avec un soupir, Bra alla s’adosser contre le mur. Les deux commandos se jetèrent un rapide regard avant qu’Anik ne s’adosse à son tour, mais de l’autre côté de la chambre, près de la porte. Aidan choisit de s’asseoir au bout du lit, entre les deux. L’avantage, avec la taille de ces cabines, c’est que même en s’éloignant le plus possible, on restait à distance convenable pour une discussion.

« Les communications sont au point mort, commença la saïyenne d’une voix blanche. J’ai tenté de faire envoyer quelque chose au Docteur Raichi, mais je ne sais pas si ça a été reçu. Zéro nouvelle depuis notre départ, que ce soit de la Terre ou d’autres planètes.
- Pourquoi prévenir Raichi ?
- Sa création a été tuée. »

Anik ne paraissait pas comprendre l’intérêt et Bra n’eut pas la patience de lui expliquer. Elle se tourna vers Aidan.

« Vous vouliez tous les deux me parler ?
- Euh… Oui, je me demandais ce qu’était le plan. Est-ce qu’on sait ce qu’on fait ?
- Non, répondit brusquement Anik.
- Il a raison. On ne sait pas. Ce n’est pas terminé, c’est tout ce que je sais.
- Qu’est-ce qui est arrivé à l’Empereur ? reprit le lézard, tout aussi brutalement. »

Aidan grimaça. Elle l’avait déjà entendu, mais c’est vrai qu’Anik n’était pas là à ce moment, et il méritait de savoir. Les traits de Bra s’étaient encore affaissés. Son regard vide était fixé sur un point au sol.

« Je l’ai vu se faire transpercer. C’est comme si… Comme si tout le Makaï voulait sa mort. Le paysage se délitait et se dressait contre lui. Et j’ai senti quelque chose… Une puissance incroyable. Il a dit qu’Auriel était mort alors je pense que c’était… la Makaïoshin. Celle qu’Auriel a ramené grâce aux Dragon Balls.
- Voilà pourquoi il voulait la ramener. Si elle est si puissante.
- Sûrement oui. Je ne sais pas ce que Kalta pensait. Il avait peut-être peur que je sois tué aussi. Ou il voulait assurer la destruction de la porte avant que… Avant que je ne sais pas. Il s’est fait exploser. Je n’ai jamais vu de puissance pareille. Pas depuis Cell. »

Un silence retomba lourdement dans la petite cabine. Aidan n’avait pas connu le monstre, mais elle savait que le nom comptait pour quelque chose. Cell avait mis l’univers à genoux en une journée. Il avait tué Cold. Il avait failli tuer Kalta et Bra. Il était l’être le plus puissant qui ait jamais existé et il avait fallu que les deux s’allient pour le tuer. Anik avait survécu à ça.

« Donc elle risque de revenir ? demanda le lézard, sans détacher son regard de Bra.
- Peut-être. Sans doute. Je ne sais pas. La porte est détruite mais…
- Tu devrais demander à ton amie. La chasseuse de prime.
- Persée ?
- Elle en sait plus qu’elle ne le dit. Je l’ai vu discuter avec une âme qu’elle a libérée. Et j’ai reconnu sa tronche au type. C’était le larbin du Dieu qui est venu quémander l’aide du Seigneur Freezer quand le fameux Buu a débarqué. »

Aidan faillit sursauter. Elle se retourna lentement vers Anik. Bra paraissait tout aussi hallucinée. Quel était le lien entre les deux exactement ? Le lézard était plus attentif qu’il ne le laissait penser.
Dans le cas présent, c’était une chance.

« Je lui fais confiance. Jusque là, elle n’a fait qu’aider et…
- Mais je m’en tape de ta confiance, saïyenne. C’est bien joli, mais elle en sait trop et il serait temps qu’elle joue carte sur table. Qu’elle ait peur ou qu’elle ait des secrets à garder, on s’en fout ! Palpi est mort, Varidal est morte, l’Empereur est mort ! Ce n’est pas le moment de faire dans la dentelle. »

Sa brutalité avait mouché Bra autant qu’Aidan, qui se redressa un peu sur le lit et lui tendit la main le calmer. Ça ne l’arrêta pas.

« L’Empereur est mort ! gronda-il une fois de plus. Alors maintenant, soit elle raconte tout, soit elle dégage. »

Aidan aurait voulu trouver à redire, mais il n’avait pas tort. Ils naviguaient dans les ténèbres et sans aucun capitaine. Ce n’était pas le moment de garder des secrets. Quoi qu’elle sache, Persée devait en parler. Prudemment, la jeune commando ouvrit la bouche.

« Si c’est toi qui lui parle, peut-être que…
- Je m’en occupe. Merci pour l’information Anik. Tu as raison. »

De nouveau, le silence s’installa. Bra avait enfin relevé les yeux, mais elle n’était pas énervée. Ses iris verts brillaient de la même tristesse depuis la mort de Kalta. C’était presque plus douloureux pour Aidan. Elle connaissait assez la saïyenne pour savoir combien cela devait être difficile. On lui demandait soudain de prendre les commandes d’une situation alors qu’elle se remettait d’une nouvelle tragédie.

« Ok, reprit-elle, d’une petite voix. Pour le moment : on se rend sur Terre, on rétablit les communications si possible, on trouve Siberia… »

Sa voix s’éteignit. Personne n’appréhendait avec joie la perspective d’annoncer à la veuve de Freezer que son fils unique avait été tué alors qu’elle était loin de lui.

« Et une fois l’Empire remit sur pied. On va se préparer à la suite. En commençant par retrouver les démons qui sont toujours de ce côté. »

Bra l’avait déjà évoqué : elle était sûr qu’au moins un général du Makaï était toujours là. Ithaxus avait survécu au combat contre Kalta et elle. Et il n’avait pas passé la porte, ce qui signifiait qu’il se cachait quelque part. Potentiellement avec une armée.

« Autre chose ? demanda Bra en voyant qu’aucun des deux n’avaient à redire à son plan.
- Non, répondit Anik en se relevant. Je vous laisse.
- Je vais y aller aussi, ajouta aussitôt Aidan en bondissant du lit. »

Le reptile se figea. Il s’était déjà tourné vers la porte, mais entendre Aidan l’avait interrompu dans son mouvement. Lentement, son regard tomba sur elle. Les yeux rouges roulèrent dans leurs orbites, alors qu’il lui faisait un petit signe de la main : “Calme-toi.”
Avant de partir, il releva les yeux sur Bra et ouvrit la gueule. Les mots luttèrent pour sortir, sans doute parce qu’il cherchait encore lesquels prononcer.

« Désolé, au fait. Pour l’Empereur. Pour Kalta. Ou condoléances. Enfin… Merde.
- Merci Anik, sourit tristement Bra. Merde à toi aussi. »

Cela parut le satisfaire, et il passa le pas de la porte.

Aidan s’en allait à sa suite, quand elle sentit une main se refermer sur son poignet, délicatement. Bra s’était rapprochée, bien trop vite pour l’œil humain.

« Eh. Toi aussi. Je suis désolée. L’Empereur. Varidal… Même le Commandant, ça fait beaucoup en si peu de temps. Je suis… »

Les mots de Bra s’étranglèrent dans sa gorge. C’était si étrange de la voir ainsi démunie, luttant pour trouver ce qu’elle pouvait dire. Aidan se retourna vers elle, mais les mots étaient difficiles aussi.

« Ce que je veux dire, c’est que je sais ce que c’est, de perdre des gens et… Si tu as besoin de quoi que ce soit, je suis là. Et… Et je suis contente que tu sois là. »

Sa voix s’était brisée. Aidan ne tint pas une seconde de plus. Elle attrapa l’autre main de son amie.

« Eh. Je suis contente que tu sois là aussi. On va s’en sortir. J’ai confiance, en toi. »

Elle avait voulu paraître sûre d’elle, mais les craquements étaient perceptibles dans sa voix. Peu importe, elles étaient là, toutes les deux.

Elles restèrent ainsi un moment, à se regarder mains dans les mains. Bra finit par se pencher sur elle, hésitante. Enfin, les bras puissants se refermèrent sur elle pour la soulever de terre. Elle serrait. Peut-être un peu fort. Aidan n’en avait que faire, elle fondit son visage contre l’épaule de la saïyenne et se laissa aller, au moins pour quelques temps.

* *
*

Le thé brûlant réchauffait progressivement ses coussinets. Avec l’air frais de la nuit qui battait doucement contre sa fourrure, cela démarrait une matinée agréable.

Maître Karine se levait tôt, depuis plusieurs jours maintenant. Bien avant le lever du soleil, mais c’était toujours une occasion de voir la lumière apparaître à l’horizon. Une vague de chaleur rouge qui balayait lentement le paysage, pour éclairer les progrès des équipes de reconstruction.

Même avec toutes les inquiétudes qui pesaient sur son esprit, il y avait quelque chose de rassurant à voir ainsi les troupes impériales et les équipes du gouvernement terrestre unies pour réparer les dégâts de l’attaque. La forêt avait été entièrement dégagée, pour réparer ce qui pouvait encore l’être autour de l’Académie Obi. Sa tour était toujours là cependant. Les débris de l’immense colonne s’étalaient sur une longue ligne, jusqu’à son ancienne maison, brisée et enfoncée partiellement dans la terre meuble. C’était encore un pincement au coeur de la voir, mais il savait que le passé devait être laissé derrière lui.
Surtout quand le choix était fait pour soi, comme dans ce cas précis.

Il était déjà reconnaissant aux équipes de lui avoir installer une maison capsule spécialement conçue pour être posée au sommet d’un arbre. Il aimait être en hauteur, même s’il devait encore comprendre comment redescendre.

Bip. Bip. Bip.

De ça, il était moins reconnaissant. Mais il comprenait la nécessité du téléphone. L’Empire comme le gouvernement appréciait parfois d’avoir ses conseils et plus souvent encore d’avoir ses capacités d’analyse, qui allaient plus loin que les détecteurs impériaux. Surtout en cette période complexe.
Avec un soupir, il reposa sa tasse sur le rebord de son balcon et alla décrocher.

« Monsieur Karine ! »

La voix nasillarde et le mauvais mot avec son nom indiqua immédiatement qui était à au bout du fil : le conseiller Beil, de l’Empire. Seul membre de l’ancien conseil de Cold à être présent sur Terre, il était devenu le de facto leader de l’armée avec la disparition de l’Administrateur Loppeg au cours de l’assaut.

« Conseiller ? répondit Karine avec calme.
- Nos capteurs ont détectés l’approche d’un appareil impérial. »

L’urgence était donc compréhensible. C’était ainsi que les démons étaient arrivés.

« Je n’ai pas senti de présence malveillante, souffla-t-il, en commençant à se concentrer.
- Non, c’est le Rédemption ! »

Karine ne connaissait évidemment pas les noms de tous les vaisseaux de l’Empire, mais celui-ci ne pouvait être ignoré. L’ancien vaisseau admiral de Cold, devenu celui de Kalta. L’Empereur se déplaçait exclusivement à son bord depuis qu’il avait pris son poste.

« Est-ce que vous les sentez ? »

Alors que la voix de Beil lui parvenait toujours, l’esprit de Karine était parti dans l’espace, encore loin de la Terre. Il la percevait enfin. Cette boule d’or et de chaleur, dégageant une puissance incroyable, perceptible si facilement. Bra. Et à mesure que ses sens s’aguisaient, il sentit qu’elle n’était pas seule. Une petite sphère rouge et pulsante de colère. Anik. Une petite boule d’énergie bleu, affaiblie, Aidan. Et d’autres, les membres de l’équipage. Il en manquait. Et il y en avait une en trop, très étonnante et familière, mélange de pourpre et de noir.

Garlic Junior ?

« Vous me confirmer que l’Empereur est de retour ? »

Karine sentit son sang se glacer. Quelque chose manquait depuis tout à l’heure. Bien sûr, l’immense sphère argentée. L’énergie colossale que l’Empereur dégageait en permanence, rappelant à tous sa supériorité. Kalta n’était pas à bord.

« Ils sont de retour, Conseiller. Nous devrions les recevoir au plus tôt. »

* *
*

Un silence de mort régnait sur la petite salle.

Dans la plus pure tradition impériale, le quartier général aménagé après l’attaque de la Terre était on ne peut plus simple et la salle de réunion choisit par Beil ne faisait pas exception. Un large rectangle aux parois blanches, comprenant une unique table qui faisait toute la longueur de la salle. Une extrémité comportait un siège assez grand pour accueillir un géant, sans doute réservé pour Cold, tandis que les autres sièges étaient tous uniformes, plus petit. Mais un peu trop grand pour Bra. Ils devaient être conçus pour accueillir de nombreuses espèces différentes sans avoir besoin de changer. De fait, ils étaient inconfortables pour tous.

Beil, alors qu’il était plus petit encore qu’elle, paraissait pourtant y être parfaitement à l’aise, flottant dans la large robe qui recouvrait son uniforme impérial. Le vieil oiseau, son bec recroquevillé sur lui-même, observait Bra d’un regard fixe depuis qu’elle avait parlé de la mort de Kalta. Ses immenses yeux jaunes étaient maintenant entièrement consumés par les pupilles noires et ça en devenait très perturbant. Peut-être qu’il regrettait d’avoir laissé Maître Karine assister à la réunion.

« Je suis désolé, prononça doucement le félin pour briser le silence. Mes condoléances à tous les trois. »

Anik et Aidan n’avait rien dit depuis le début de cette rencontre mais ils avaient confirmés tout ce qu’elle avait dit, faisant de son mieux pour résumer la situation à Beil et Karine après qu’ils aient eux aussi expliqué ce qui était arrivé sur Terre.

Bra s’était d’abord étonné que Beil soit le seul membre de l’Empire présent, mais l’armée impériale était dispersée sur tout leur immense territoire. Et l’attaque sur le palais n’avait pas laissé beaucoup de survivants. Le gouvernement intergalactique qui commençait à peine à se mettre en place n’était heureusement pas localisé sur la planète.

« C’est une tragédie. Extrêmement grave, souffla enfin le Conseiller. »

Les immenses yeux jaunes se détachèrent enfin d’elle, fixant Anik comme s’il attendait que le commando lui donne une explication qui lui convienne mieux. Puisque rien ne vint, c’est Bra qui reprit la parole, en regardant Maître Karine.

« C’est moi qui suis désolée, nous aurions dû être là quand ils ont attaqués.
- Non. Vous avez bien fait. Les Dragon Balls étaient la priorité.
- Oui… Nous le pensions… »

Elle soupira profondément. Peut-être qu’ils avaient fait ce qu’il fallait, mais c’était difficile à accepter quand les choses avaient tournés aussi mal.

« Vous ne savez vraiment pas où est Siberia ?
- Les capteurs n’étaient plus en état quand elle a quitté la planète. J’ai sentit qu’elle s’enfuyait, pour attirer ses ennemis derrière elle. Ils sont partis quelques minutes après elle, sans rien laisser derrière eux.
- Les corps de nos morts, corrigea Beil.
- Ma perception des énergies ne s’étend pas aussi loin de notre planète. Je ne sais pas ce qu’il est arrivé ensuite. Je sais cependant que le démon qui la pourchassait… sa puissance était plus grande que la sienne. »

Un claquement régulier se fit entendre dans la petite salle. Bra tourna la tête vers Beil. Les serres d’une main étaient posées sur la table, mais les tremblements de son bras provoquaient ce son étrange.

« L’Empereur est mort. Dame Siberia est portée disparue. Nous devrions rétablir les communications demain ou le jour suivant, si tout se passe bien. Nous pourrons ainsi coordonner les interventions nécessaires. Il est probable que plusieurs secteurs aient subis des attaques et que d’autres soient encore contrôlés par des forces adverses.
- Un démon en particulier est dangereux. Nous ne savons pas où il se cache, donc j’aimerais être présente si des assauts doivent avoir lieu. »

La saïyenne savait que l’Empire tenait plus que tout à maintenir son territoire intact. Elle se fichait de leur politique tant qu’ils n’attaquaient pas les innocents, mais dans la situation présente, elle était prête à aider autant qu’il le faudrait. Ithaxus était encore là et il était hors de question de le laisser opérer en impunité.

« Très bien, souffla un Conseiller soulagé. Nous annoncerons la reprise des opérations. Nous pourrons aussi annoncer que l’Empereur réfléchit au problème démoniaque en attendant. »

Un vent glacé caressa la nuque de Bra.

« Pardon ?
- La situation est complexe, Mademoiselle Brief. Annoncer la mort de l’Empereur maintenant reviendrait à créer la panique. Nous ne pouvons pas nous permettre que des systèmes entiers perdent confiance en l’Empire au moment où ils sont le plus en danger. »

Son ton s’était adoucit, mais elle voyait très bien ce qu’il cherchait à faire. Elle n’allait pas se laisser amadouer comme ça. Bra se redressa sur son siège et toisa l’impérial d’un regard froid. Elle sentit aussitôt les yeux d’Aidan et Anik sur elle.

« Les gens ont le droit de savoir ce qui se passe.
- Je travaille sur ce que les gens doivent savoir depuis très longtemps, Mademoiselle Brief. Je comprends bien votre point de vue mais en de telles circonstances, il est parfois préférable…
- Les méthodes de Cold, c’est terminé, Conseiller. Et de quel droit prenez vous cette décision de toute façon ? »

Beil se raidit visiblement, les plumes de ses bras se dressant de toute leur hauteur. Ce qui aurait sans doute été impressionnant si leur bleu n’avait pas terni au point de ressembler à du gris, ou si Bra n’avait pas été une combattante aguerrie qui avait affronté des êtres bien plus dangereux qu’un bureaucrate.

« Je suis le plus ancien et haut placé des Conseiller de l’Empereur. J’ai servi Cold et ses enfants pendant des décennies.
- Vous n’êtes pas Empereur par intérim, que je sache.
- Non, mais en l’absence de remplaçant…
- Il n’y a vraiment rien de prévu pour un cas pareil ? Je pensais qu’un général ou admiral ou ce que vous voulez serait sélectionné en cas de mort de l’Empereur. »

Beil laissa échapper un croassement.

« L’Empereur a dressé une liste de succession en cas de disparition ou d’une mort précipitée. Mais son Conseil n’y a jamais eu accès. Seule l’Impératrice Siberia en disposait. Et elle était sans doute la première sur la liste, évidemment.
- Le Commandant Palpi savait aussi, interrompit soudain Anik. »

Le ton sec et brutal calma instantanément le Conseiller Beil, qui se ratatina dans son siège.

« Bien sûr. Le Commandant devait savoir, mais comme vous m’avez dit, il est lui aussi…
- Il nous avait dit comment ça se passerait en cas de disparition de l’Empereur Kalta, continua Aidan. Il était deuxième sur la liste, d’ailleurs, derrière Siberia. J’ai encore le fichier, signé par l’Empereur, si vous voulez. »

Le vieil oiseau se ratatinait de plus en plus, alors que ses yeux ne faisaient que grandir. Bra tenta un regard vers Aidan, mais elle se contentait d’acquiescer vivement. Ce n’était pas très étonnant de la part de Palpi, il était très proche de son équipe après tout.

« Eh bien… Voilà qui est parfait. Vous pouvez nous dire vers qui nous devrions nous diriger dans ce cas.
- Ce n’est pas vous, pour commencer, cracha Anik. »

Cela ne surprit personne, pas même Beil. Ses serres cliquetaient à nouveau sur la table, sur un rythme plus rageur cette fois-ci.

« Donnez-nous la liste et nous verrons qui l’on peut encore trouver. Surtout une fois les communications rétablies. »

Il y eut un silence. Le regard de Bra oscillait entre Beil et Maître Karine. Le félin était resté silencieux jusque là, mais elle espérait qu’il la soutenait : ce n’était pas le moment de laisser à un Conseiller de Cold le soin de gérer une crise pareille. L’oiseau fixait le commando impérial, s’impatientant visiblement. Elle n’avait pas la moindre idée de qui c’était, mais sans doute un membre respecté de l’armée, c’est comme ça qu’elle imaginait Kalta choisir : quelqu’un de puissant pour maintenir l’ordre mais qui inspirait assez de respect pour que la transition se passe le mieux possible.

Quand le silence s’éternisa, ce fut à son tour de se tourner vers Aidan et Anik.

« Vous pouvez le dire. Qui est troisième, derrière le Commandant Palpi ? Vous le connaissez ? »

Les regards des deux commandos étaient fixés sur elle, apparemment depuis un moment. Elle vit distinctement une boule se former dans la gorge d’Aidan. Elle connaissait bien cette mimique : la jeune commando hésitait à prendre la parole.

« Quoi ? »

Dernière édition par Tierts le Lun Juil 08, 2024 13:40, édité 1 fois.
Chroniques de la Famille Cold
Sur Namek, le souverain Freezer réussit à défaire le terrifiant Super Saïyen. Il peut enfin étendre son emprise sur l'univers sans danger. Du moins, le croit-il car il découvrira bientôt que ses nouvelles conquêtes vont lui apporter bien des problèmes.

Tome 3 En cours - 1 Chapitre par semaine jusqu'à Mai 2024 - Prochain chapitre semaine du 22/07/2024
Avatar de l’utilisateur
Tierts
Nihilien Légendaire
 
Messages: 1311
Inscription: Jeu Oct 07, 2010 20:18

Re: Chroniques de la Famille Cold

Messagepar Tonay le Ven Juin 28, 2024 14:36

Encore un bon chapitre dans l'ensemble, tu gères toujours aussi bien l'aspect émotionnel et ce dernier était inévitable.
De bonnes interactions entre les différents personnages et c'était appréciable, tout ça fait très naturel.

En réalité, j'ai assez peu de choses à dire, tant le chapitre s'inscrit naturellement dans la succession des autres. Les personnages restent toujours très fidèles à eux-mêmes, chose qui est loin d'être aisé à accomplir, surtout sur le long terme. Même concernant Karine et le gouverneur, tout coule simplement. Après, les décors gagnerait à être un peu plus détaillés, mais ce n'est pas l'enjeu du chapitre et ça reste secondaire, donc ce n'est pas gênant.

J'aime beaucoup les interrogations autour de la succession... et le déni et/ou l'incompréhension d'une Bra royalement paumée. Je sens que les chapitres suivants et les interactions avec Siberia vont être savoureuses.

Et je sens venir un jeu du chat et de la souris avec Ithacus, là encore, je suis curieux de ce que tu vas faire. En fait, tu as tellement de possibilité entre les mains que tu peux partir dans le sens qui te plaît, et ça c'est vraiment intrigant.

PS : la musique m'a arraché un sourire, comme toujours x)
Survivants
Et si trois autres saiyans avaient survécu à la destruction de la planète Vegeta ?

One Shot
Un mage un peu excentrique. Un Kaïo. Un métis saïyan. Un démon. Un démon du froid. Qui doivent sauver l'univers dans un combat épique. Qu'ajouter de plus ?
Avatar de l’utilisateur
Tonay
 
Messages: 920
Inscription: Mar Oct 11, 2011 11:25
Localisation: Pommé dans l'Oeil de la terreur...

Re: [fanfic] L'impératrice saiyenne

Messagepar Tierts le Lun Juil 08, 2024 12:00

Bonjour à tous, nouveau chapitre, on continue dans cette voie un peu particulière que j'ai choisi

Merci encore Tonay pour tes commentaires réguliers et ton appréciation ^^

---

Chapitre 57 : L'impératrice saïyenne


« Hors de question ! »

Bra claqua la porte derrière elle. Peut-être un peu trop violemment. Elle sentit les gonds trembler, puis la structure elle-même. C’est vrai qu’ils n’étaient pas dans un bâtiment de plein-pied mais dans une installation temporaire, le temps de reconstruire l’académie impériale. Elle regretta aussitôt son geste, mais ne s’arrêta pas pour autant.

La discussion était terminée de toute façon.

Elle ne pouvait pas accepter. Ils n’avaient qu’à tous attendre jusqu’à demain pour voir les communications revenir. Il devait bien y avoir des gradés dans l’Empire susceptible de faire tenir la baraque le temps que l’on retrouve Siberia. Il y avait même toutes les chances de la retrouver demain. Donc la question ne se posait pas.
Je ne pourrais pas.

« Bra ! »

Il fallut quelques secondes avant que la voix ne lui parvienne. Elle avait presque atteint la sortie pour retrouver la lumière du jour. Aidan était la seule à avoir osé la suivre, évidemment. La jeune femme poussa un soupir, puis se retourna en essayant de reprendre son calme.

« Laisse tomber, Aidan. Il n’y a pas à discuter.
- Et pourquoi pas ? tenta la commando en s’arrêtant devant elle. »

Elle ne pouvait pas y croire. Que ce soit le ton candide utilisé par Aidan ou ces grands yeux d’or qui la fixaient innocemment.

« Qu’est-ce que tu racontes ? Je ne vois même pas pourquoi Kalta m’a mis sur cette liste.
- Parce qu’il te respecte. Et il a confiance en toi.
- Ce n’est pas la question, on ne parle pas de l’aider un peu. On parle de… On parle de l’Empire ! »

Elle butait sur ses mots, incapable d’assembler ses pensées correctement. Cette situation était stupide. Kalta aurait put au moins lui en parler avant de faire ça.
Même maintenant, elle n’était pas sûre que ce ne soit pas une mauvaise plaisanterie. Ou bien une étrange manœuvre de la part du commando d’élite, même si ça n’avait aucun sens. De la part d’Aidan, c’était déjà difficile à croire, mais alors de celle d’Anik… C’était impossible. Ce qui ne laissait qu’une option : c’était bien la volonté de Kalta.
Le malade…

« C’était une liste pour les cas d’urgence. Bra, tu es l’être le plus puissant de cet univers, si quelqu’un peut le tenir unifié en cas de crise c’est bien toi. L’Empereur le savait.
- Mais je ne suis pas Kalta ! Je ne suis pas Siberia non plus, ou Cold, ou Freezer ! »

Je ne suis même pas mon père.

Comme souvent, Aidan ne se laissait pas démonter aussi facilement. En fait, plus le ton montait, plus elle se rapprochait et contrait.

« Peut-être que ce n’est pas d’eux qu’on a besoin en ce moment, Bra. Leur temps est fini. Mais l’Empire a besoin de quelqu’un en ce moment, c’est sûr.
- Pas de moi. Votre Conseiller veut mentir à tout le monde.
- Justement. Avec toi…
- Stop, l’arrêta-t-elle aussi gentiment que possible. Ça ne sert à rien d’en discuter. Demain, on retrouvera Siberia. La question sera réglée. »

Les épaules d’Aidan s’affaissèrent. La jeune femme paraissait déçue mais Bra ne pouvait plus continuer cette discussion. Pas maintenant. Jamais en fait. C’était absurde. Elle n’allait pas prendre la suite de Kalta.
De toute façon, elle allait le ressusciter. Dès que les Dragon Ball seraient actives à nouveau…

« C’est gentil, Aidan. Vraiment. Mais attendons que les communications soient de retour, d’accord ? »

Les yeux d’or se plantèrent dans les siens, scrutant son regard à la recherche de quelque chose. Bra se sentait incroyablement fatiguée et elle la connaissait assez pour savoir ce qu’elle pensait : la super saïyenne se débinait.
Le pire, c’est qu’elle avait raison de penser ça.

« Moi, j’aurais confiance en toi, ajouta enfin Aidan, à voix basse. Plus qu’en quiconque. Mais d’accord, comme tu veux. »

Ce fut au tour de Bra de s’affaisser un peu. Ce n’était pas la première fois qu’elle entendait ce “Comme tu veux” et elle avait l’impression que tout son corps était devenu lourd. Elle avait besoin de repos. D’un vrai repos. Ce n’était pas pour tout de suite. Il fallait qu’elle parle à quelqu’un d’abord.

Une discussion qu’elle redoutait jusqu’à maintenant mais qui apparaissait maintenant comme un échappatoire bienvenu.

« Merci Aidan. On en reparle très vite. »

Elle ne pensait pas à mal, Bra le savait. Mais elle ne pouvait pas.
Hors de question.

* *
*

Ils faisaient route vers Yardrat. Ithaxus avait déjà visité la planète, mais il pensait pouvoir en apprendre plus, à présent qu’il n’était plus pressé par le temps. Les habitants de la planète avaient démontrés une grande connaissance de l’énergie vitale, rivalisant presque avec certains des démons les plus doués. Il voulait comprendre d’où cela leur venait.
Et puis, il fallait en profiter pendant que l’oeil de l’Empire était encore aveugle.

Le démon s’était donc retiré dans les quartiers qu’il s’était arrogé pour préparer son apparence pour l’occasion. Il aimait le corps actuel et les nombreuses possibilités qu’il lui conférait, mais c’était tout de même agréable de pouvoir changer régulièrement. Pour l’heure, il envisageait de prendre ce nez qui pouvait sentir les mensonges et peut-être ces yeux qui permettaient de voir dans le spectre ultraviolet. C’était toujours une expérience agréable et cela pouvait être utile. Ponctuellement.

Ithaxus.

La voix avait grondé dans son dos, impérieuse et écrasante. Il se sentit immédiatement tout petit, comme si le tonnerre s’était invité dans sa chambre et demandait à lui parler. Avant même d’avoir pû y penser, il s’était retourné.

Elle se tenait au milieu de la salle, flottant à un mètre du sol. Ses yeux noirs étaient fixés sur lui, malgré l’absence de pupille. De longs cheveux gris flottaient dans son dos, formant une cape.

« Vous… Comment ?
- Je ne suis là que dans ton esprit. J’avais à te parler. »

Il grimaça avec la sensation désagréable que quelque chose grattait à la base de son crâne. Quelque chose qui n’avait rien à y faire mais qu’il ne parvenait pas à déloger. C’était encore pire que lorsque les voyantes communiquaient avec lui par la pensée. Communiquer ainsi par l’esprit… Ce n’était pas un don courant, encore moins quand il était assez développer pour le faire à travers les dimensions.

Auriel avait réuni les sorcières les plus puissantes du Makaï pour coordonner son assaut, au prix de nombreux rituels et d’une longue préparation. Cette femme, cette Makaïoshin, accomplissait la même chose sans paraître fatiguée le moins du monde.

« Vous pouvez faire ça aussi, donc. »

Un ricanement sec retentit dans son esprit.

« Je suis celle qui a supervisé la création des démons, Ithaxus. Accéder à ton esprit est comme faire appel à des souvenirs. Tu es puissant et orgueilleux. Tu résistes instinctivement mais tu est une de nos créations parmi les autres. »

Il s’en rendait compte à présent. C’était comme un pression à l’arrière de la tête. Son instinct détestait cette façon qu’elle avait de s’exprimer et de s’immiscer dans ses pensées, mais elle y parvenait sans mal. Mieux que quiconque.
Est-ce qu’elle sait que je n’aime pas ça ?

« Pardonnez-moi.
- Je respecte ça chez les tiens. Je ne veux pas de serviteurs stupides et obéissants. Ton nom est respecté parmi les démons. Craint même. Tu me seras utile. »

Apparemment, son obéissance était une garantie dans l’esprit de la créature. Encore une chose qu’Ithaxus n’appréciait guère. Peut-être était-ce normal pour un Makaïoshin ? Une part de lui savait qu’elle avait raison. Il s’était incliné une fois auparavant, mais c’était face à un nom qu’il pouvait respecter plutôt que de simplement craindre. Auriel.
Elle était bien pire.

« Je serais honoré… Makaïoshin ? C’est bien ce que vous êtes.
- C’est ce que je suis, gronda la voix sans s’émouvoir de ses questions.
- Je n’étais pas sûr que vous ayez bien existés.
- Nous avons fait bien plus qu’exister. Vous nous devez la vie.
- C’est ce que je crois comprendre… Comment doit-on vous appeler déjà ? Reine ? Déesse ? Makaïoshin ? Votre Majesté, peut-être ? »

Il n’avait pas réussi à éliminer toute trace d’insolence dans son ton, c’était plus fort que lui. Ces marques d’asservissement lui avait toujours déplu et Dabra avait été assez sage pour l’en tenir éloigné. Auriel n’avait pas cherché à lui imposer quoi que ce soit. Mais elle… Il ne connaissait pas cette femme ni ce qu’elle voulait. Son prédécesseur avait réussi à lui donner un objectif clair et à l’intéresser à sa guerre. Auriel mort, il n’était pas sûr d’avoir les mêmes latitudes.
Ithaxus craignait toujours que ses doutes ne soient trop perceptibles par la Makaïoshin, mais elle ne se vexa pas. Au contraire, la question parut l’intriguer.

« Grande Makaïoshin. Lorsque l’on adopte ce titre, notre nom n’a plus d’importance.
- Mais vous en aviez un.
- Il n’a plus d’importance.
- J’aime bien avoir un nom. Ils ont du pouvoir, vous savez. »

De nouveau, ce rire étrange qui résonnait entre ses oreilles. Il vit le visage de l’apparition se distordre avec un sourire.

« Je le sais mieux que personne. »

Elle ne répondit pas pour autant. Pendant un long moment, l’apparition au centre de sa chambre ne bougea pas. Son regard sombre se perdit vers le plafond. Elle réfléchissait, comprit-il au bout de quelques secondes.

Pendant cet instant de répit, il prit conscience que sa chambre s’était considérablement assombrie. La moindre ombre projetée par les quelques meubles semblait s’étirer vers le centre et vers la Makaïoshin, comme autant de tentacules désireux de la rejoindre. Il tenta de détourner les yeux, mais la même chose se produisait sous tous les angles. C’était sa vision qui était affectée, pas sa chambre. Bientôt, il serait plongé dans le noir, sinon la présence de la Makaïoshin, qui paraissait resplendissante au centre de sa vision.

« Aurielle. »

Le nom avait sonné à ses oreilles comme un couperet.

« Tu peux m’appeler Aurielle. Maintenant, Ithaxus, tu va répondre à ma question. »

Ce n’était pas son vrai nom, il le savait, mais elle ne l’avait pas choisi au hasard. Le démon pouvait presque voir la silhouette imposante du Roi se détacher derrière elle, formée par les ombres. Un iris était apparu dans ses yeux, rouge et brillant, mais ce n’était pas le seul éclat de lumière sur son visage. Il était presque sûr d’y distinguer de la tristesse.

Instinctivement, il baissa la tête, puis plia le genou. Il n’en avait même pas envie, mais quelque chose pressait sur ses épaules.

« A vos ordres.
- Vous avez volé des âmes au monde des Kaïoshins, pour alimenter la porte. Mais vous aviez des réserves. Où ?
- Mon laboratoire, souffla-t-il sans hésiter. Dans les sous-sol, je voulais faire quelques expérience sur les meilleures sources d’énergies et…
- Cela me suffit. Merci, Ithaxus. »

Déjà, la pression sur son esprit commençait à se dissiper. Il se redressa d’un coup.

« Attendez ! Que dois-je faire ? Qu’allez-vous faire ? »

Le visage de la Grande Makaïoshin pivota lentement sur le côté, inspectant le démon d’un regard beaucoup trop insistant. Il baissa la tête, avec l’impression qu’elle voyait à travers son corps.

« Je vais récupérer mon Auriel.. Vous… pouvez continuer de vous amuser dans cet univers, si cela vous plaît. Il ne reste que quelques mois avant que je ne le recréé à notre image. D’ici quelques temps, je vous dirais où aller. »

Brutalement, la connexion fut rompue. Ithaxus tomba au sol. Il mit quelques secondes à prendre conscience que sa respiration était devenue haletante, comme s’il était épuisé. Les ténèbres qui s’étaient lentement formées dans son champ de vision disparurent. L’apparition n’était plus là.

Son coeur était toujours serré.

* *
*

La base impériale n’était que temporaire.

Elle reposait sur les ruines encore fumantes de la précédente, celle qui s’étalait autour de l’Académie Obi, au pied de la tour Karine. L’absence de la tour était d’ailleurs le plus perturbant dans toute cette histoire. Après plusieurs années passées à s’entraîner dans son ombre, Aidan avait associé le fin pilier au ciel de la Terre. C’était une vision rassurante.

La jeune femme s’était rendu compte qu’elle lui avait manqué, alors qu’elle n’avait pas passé tant de temps que ça loin de la planète. Sauf qu’à présent, elle ne la reverrait jamais. La tour reposait au sol, brisée en morceaux que même l’Empire n’avait pas encore osé toucher. Comme une relique d’un temps oublié.
Une chose de plus que les démons leur avait enlevé.

L’Empereur leur a fait payer au centuple. Elle essayait de s’en persuader, mais ça n’aidait pas vraiment à accepter la situation. La commando se savait tendu, mais elle avait surtout la sensation de ne pas être la seule. Alors qu’elle parcourait les couloirs aseptisés de la base temporaire, elle ne croisait que quelques rares personnes mais tous les visages étaient les mêmes.
Les yeux creusés, le regard éteint. L’expression vide. Qu’il s’agisse d’impériaux ou des forces terrestres. Elle savait très bien pourquoi. Ce matin, le Rédemption avait atterri mais depuis personne n’avait vu l’Empereur. Les rumeurs les plus folles devaient circuler.

Beil a raison sur un point : il faut donner une réponse à ce sujet le plus vite possible. Mais est-ce que sa réponse est la bonne ?

Aidan secoua la tête, pour chasser ces pensées. Elle avait l’impression de réfléchir depuis deux jours. Ce flux continu était épuisant. C’est bien pour ça qu’elle avait saisit la première occasion de sortir se dégourdir les jambes. Dès que l’appel avait réveillé son scouteur pour l’inviter à bouger.
Elle s’était même perdu dans le complexe improvisé, peut-être parce que c’était toujours un peu de temps passé à ne pas réfléchir aux évènements des derniers jours. Pas de chance, elle avait finit par tomber malgré tout sur la porte de l’infirmerie, indiquée par un blanc plus éclatant que le beige des couloirs. Elle pressa le bouton pour l’ouvrir.

« Tu as pris ton temps.
- Contente de te voir aussi, Anik. »

Le lézard était assis sur un lit surélevé. Une des meilleurs médecins de l’Empire était penchée sur lui. Elle ne fit pas mine de relever l’arrivée d’Aidan, trop concentrée sur son travail. Dans ses mains expertes, il n’y avait cependant pas le moindre outil de médecine, mais de très fins fer à souder. Il n’y avait pas d’étincelles, mais la jeune commando pouvait entendre les minuscules impulsions qu’elle donnait pour achever de fixer la prothèse à sa base en métal.

« Je devrais peut-être… ?
- Bientôt fini, répondit froidement une voix qui n’était qu’un souffle.
- Ouais, je sens que ça revient, je vais pouvoir…
- Silence. »

C’était peut-être la première fois qu’elle voyait Anik être mouché comme ça. Un tic de contrariété déforma une seconde son regard rougeoyant, mais il n’osa apparemment pas reprendre la docteur.

Il lui fallut moins de trente secondes pour terminer en effet et redresser la tête. Elle avait la peau couverte d’écaille aussi, mais sans la gueule allongée d’Anik. En fait, sans le front proéminent et la couleur brune rougie, elle aurait pu ressembler à une terrienne ou une lantraki. C’est vers Aidan qu’elle tourna des yeux vert lagon, calmes.

« Assurez-vous qu’il y aille doucement pendant les premiers jours.
- Vous me demandez pas à moi, docteur ?
- J’ai fais trop d’étude pour me frapper la tête contre des murs de briques.
- Je crois que vous avez fait du bon boulot. »

Pour le prouver, il leva le bras… et continua le mouvement jusqu’à ce que le membre artificiel ait accompli un tour à 360° degré qu’une articulation organique n’aurait jamais été capable de supporter. Aidan ne put s’empêcher d’en sourire, mais pas la médecin. Elle poussa juste un soupir fatigué et alla reposer son appareillage.

« Dehors maintenant. J’ai du travail.
- On se voit demain, quand même ? s’amusa encore Anik.
- Pour le check-up oui.
- A demain ! »

Déjà, le reptile filait vers Aidan pour sortir avec elle, puis l’entraîner dans les couloirs de l’installation temporaire.

« Charmante.
- Elle m’aime bien. »

Ce n’était pas la première fois qu’il le mentionnait mais c’était la première fois qu’elle en avait la “démonstration.” Est-ce qu’Anik disait cela pour plaisanter ou bien était-il aveugle ? A moins que tout ça ne soit qu’un jeu pour ces deux-là.

« C’est pour me le montrer que tu m’as demandé de venir ? s’amusa-t-elle.
- Non , c’est pour discuter de ta petite amie. »

Aidan perdit aussitôt le vague sourire qu’elle avait gagné. Bien sûr que c’était encore pour parler de ça. De ça et de la situation complètement absurde dans laquelle ils se trouvaient tous plongés.
Et l’Empire avec.

« Ce n’est plus…
- Ouais je sais, mais elle est troisième sur la liste et tu la connais bien mieux que moi.
- Et alors ? fit Aidan en observant autour d’eux pour s’assurer qu’ils n’étaient pas écoutés.
- Et alors, c’est nous qui avons la liste alors on devrait un peu en discuter avant de proclamer qui que ce soit Empereur.
- Siberia est première sur la liste.
- Et elle a disparu. »

Aidan poussa un soupir. Il avait raison. Ils ne pouvaient pas simplement parier sur le fait que Siberia allait être retrouvée par miracle demain. Ils devaient se préparer au pire. Ce qui signifiait…
La jeune femme fronça les sourcils. Depuis quand est-ce qu’Anik se préoccupait à ce point de questions politiques ?

« Tu veux vraiment mon opinion ? C’est la volonté de l’Empereur de toute façon.
- Je veux savoir à quoi m’attendre si on change de patron. »

Comme toujours, dans sa simplicité, le lézard avait sans doute raison. Aidan poussa un bref soupir de plus, mais ne résista pas longtemps à dire ce qu’elle pensait.

« C’est quelqu’un de bien.
- M’en fous ça.
- Anik !
- C’est vrai. Je m’en tape de quelqu’un de bien, je veux quelqu’un qui sait gérer ce merdier. Quelqu’un qui sait diriger tous ces cons, y compris Beil. Quelqu’un comme… comme le Seigneur Freezer. »

Le moins que l’on puisse dire sur Anik, c’est qu’il touchait juste. Aidan sentit ses lèvres se tordre en une grimace contrariée. Elle avait dit à Bra qu’elle aurait confiance et elle le pensait, mais une part d’elle-même craignait exactement ce qu’Anik décrivait avec ses mots. Avait-elle vraiment les épaules pour une responsabilité pareille ?

« Elle n’en veut pas de toute façon.
- Ouais mais si elle finit par le vouloir. Est-ce qu’elle sera bien…
- Elle est capable. Très capable. Et très intelligente. Et de toute la liste, elle est celle qui peut le plus facilement tenir tout le monde en respect.
- Ouais mais ça… »

C’était une évidence. Aidan le savait très bien. C’était sans doute en grande partie pour cela qu’elle était sur la liste : il n’y avait personne dans l’univers qui puisse asseoir son autorité par la puissance brute mieux qu’elle. Mais au-delà de ça… ?

La jeune femme haussa les épaules avec un air défaitiste.

« Je ne sais pas te dire, Anik. Elle est forte, elle réfléchit vite, elle est capable de beaucoup de choses mais je ne sais pas si… »

Soudain, un souvenir lui revint. D’une pièce fermée et d’un petit écran où elle suivait les aventures d’un commando héroïque. Elle se souvint de l’opinion qu’elle avait alors d’un Roi bienveillant qui veillait sur leur univers.
Comme elle avait pu être naïve…

« Mais est-ce qu’elle a le niveau d’un Cold ? demandait Anik.
- Tu sais Anik…. Peut-être que ce n’est pas d’un Cold dont on a besoin en ce moment.
- Ah ? Parce que moi, je ne dirais pas non, tu sais ? »

Aidan roula des yeux, de nouveau amusée.

« Je crois que… Je crois qu’elle ferait du bien à l’univers. Là, maintenant. Je crois qu’elle a la force et la personnalité pour y arriver. »

A chaque mot qui lui échappait, Aidan était de plus en plus certaine. Elle se souvenait du brusque retour à la réalité qu’avait été sa découverte du reste de l’univers. Et aussi du rayon de soleil qui lui avait redonné un peu d’espoir.

« Il faut juste la convaincre de le vouloir. »

* *
*

« Entre ! »

La porte s’ouvrit quelques secondes après que la voix de Persée ait retentit. Bra fit quelques pas dans la petite maison. Ce n’était pas beaucoup plus grand que le vaisseau qu’elles partageaient jusque là, mais elle soupçonnait Cass de vouloir changer un peu. Une maison capsule, aussi petite soit-elle, était toujours plus accueillante que le vaisseau de la chasseuse de prime. Bra, en tout cas, était d’accord. Elle aimait toujours les courbes incorporées dans les structures de ces bâtiments si particuliers. Cela avait quelque chose de rassurant, même si elle ne pouvait s’expliquer pourquoi.

« Bra ! l’accueillit la voyante, surgissant de sa droite pour la serrer dans ses bras.
- Cass ! La maison te plaît alors ? »

Elle écouta à peine la réponse, trop heureuse de trouver des bras réconfortants autour d’elle pendant quelques instants. Mais aussi parce qu’elle vit la silhouette de Persée surgir de la porte qui menait à la chambre. L’ancienne chasseuse paraissait fatiguée, mais elle était en bien meilleure forme que lorsqu’ils avaient quittés Passaros. Ses longs cheveux d’argent coulait jusqu’à ses épaules, avant de s’étaler comme un châle sur ses bras. Elle avait même enfilé des vêtements terriens, quoique sélectionné à la va-vite à en juger par la chemise à carreaux et le jean troués. Cela changeait tellement de son apparence en armure.

« Salut gamine, ça va ?
- Ça va, mentit-elle. Et toi ?
- Pareil. »

Un mensonge aussi, mais Bra ne s’en étonnait pas. C’était le mensonge le plus courant que l’on racontait aux autres après tout. Mais ce jour-ci en particulier, ça paraissait un peu absurde.

« Installes-toi, je vais chercher le thé, ordonna Cass en lui prenant le bras. »

Elle l’amena jusqu’à une table ridiculement petite, où Persée ne tarda pas à la rejoindre, avant de disparaître dans la petite cuisine juste à côté. La maison faisait presque maison de poupée, surtout avec le manque évident de décoration. Ce qui était bien normal, vu qu’elle n’était fournie qu’à titre temporaire.

« Comment ça s’est passé avec les grandes pontes alors ?
- Super. Siberia a disparu. Le Conseiller machin veut cacher la mort de Kalta à l’univers entier. On ne sait même pas ce qui se passe que déjà ils préparent la suite. Et personne ne sait où on va.
- Ah. Pire que ce qu’on pensait en effet. »

Bra opina distraitement. Elles avaient espérés, en venant ici, que Siberia serait aux commandes. Ou au moins qu’elle n’avait pas été attaqué, mais il y avait bien eu un assaut sur la Terre. Bra ne voulait pas croire qu’elle était morte mais… c’était une éventualité à considérer.

« Nous devrions avoir un peu de répit, intervint soudain la voix de Cass, déposant un plateau de thé sur la table. »

Elle se glissa ensuite sur une chaise aux côtés de sa compagne, lui offrant un sourire rassurant. Persée ne parut pas remarquer, le regard dans le vide. Elle tendit la main vers une tasse.

« Oh. Et selon la liste des personnes que Kalta a désigné pour lui succéder, qui existe apparemment, je suis la prochaine. »

Les doigts de Persée se figèrent juste avant d’atteindre la tasse. Heureusement qu’elle n’avait pas commencé à boire, car la chasseuse paraissait proche de s’étouffer sur place. Le regard sombre, écarquillé, fixait à présent Bra. A ses côtés, Cass souriait gentiment, toujours d’un calme incroyable.

« Ils sont sérieux ? demanda Persée, une fois son souffle repris.
- Très sérieux. Demain les communications reviennent, donc j’espère retrouver Siberia.
- Tu peux toujours dire non, n’est-ce pas ? s’amusa Cass.
- Et j’y compte bien !
- Pourtant, c’est peut-être exactement ce dont l’univers a besoin en ce moment.
- Ah non, tu ne va pas t’y mettre aussi ! »

Un rire clair échappa à la voyante. Elle était bien la seule à trouver la situation amusante. Bra ne riait pas, mais d’une certaine façon, c’était agréable d’entendre ça. Elle se rendit compte que c’était le premier rire qu’elle entendait depuis longtemps. Trop longtemps peut-être.

« C’est ta décision. »

Encore heureux.

« Tu sais… reprit Persée d’un ton plus détendu. Rien que pour imaginer Freezer se retourner dans sa tombe, j’ai envie de te dire d’accepter. Tu imagines ? Son bel empire, tombé aux mains d’une saïyenne ? »

Cass éclata d’un nouveau rire, plus clair. Bra n’avait pas la tête à rire de cette plaisanterie, mais elle se prit tout de même à en sourire. C’est vrai que les Cold n’apprécieraient sûrement pas, où qu’ils soient à présent.
Enfin, sauf un.

« Ma décision est déjà prise. Je ne veux pas faire de bêtise.
- C’est prudent de ta part, Bra. Fais ce que tu veux. De toute façon, ils auront encore besoin de toi pendant quelques temps, ça devrait les empêcher de faire des bêtises.
- Oui, on découvrira demain dans quel état est l’univers. Et on va essayer de prévoir le prochain coup de… cette Makaïoshin. »

Un frisson la parcourut. Ce n’était pas tant cette créature qui l’effrayait, quoique sa puissance paraisse écrasante. Elle craignait juste de découvrir ce que l’univers avait subi pendant qu’ils faisaient tout leur possible pour réunir les Dragon Balls avant les démons. Tout ça pour rien…

Bra avait baissé les yeux, en réfléchissant. Les deux autres opinaient distraitement. Sans doute n’avaient-elle aucune idée de ce qu’elles pouvaient faire pour aider, sinon se battre dans le cas de Persée. Mais la saïyenne avait une autre idée en tête, elle n’était pas venue ici seulement pour prendre des nouvelles.

« Je me suis dit que Persée pourrait m’aider, déclara-t-elle en relevant les yeux sur cette dernière. »

Dans les yeux gris, il y eut une seconde d’hésitation. La chasseuse savait très bien ce qu’elle voulait dire.

« Tout ce que tu veux, gamine. Je suis là.
- La vérité, pour commencer ? »

Les lèvres de Persée se tordirent. Elle n’avait pas aimé ça, surtout sur le ton sec employé par Bra. La jeune femme n’avait pas aimé non plus, mais elle était fatiguée.

« Tu as le temps maintenant, non ?
- Ouais…
- Je ne crois pas que ce soit un secret très utile à garder, mon amour, ajouta Cass d’une voix douce, avant de boire une gorgée de thé chaud. »

Persée ne répondit pas immédiatement. Elle baissa les yeux sur sa propre tasse, sans y toucher.

« Anik t’a raconté, je suppose ?
- En gros. Et écoutes, je n’y comprends pas grand chose à ces histoires d’âmes. Mais de ce j’en sais, tout ce que tu as fait jusque là était pour une bonne cause. Tu nous as aidé en pleine invasion démoniaque. Tu as sauvé des âmes volées par les démons ou je ne sais quoi. Tu n’as rien à te reprocher. Je veux juste comprendre comment… comment tu sais tout ça. »

L’ancienne chasseuse de prime referma les doigts sur sa tasse. Elle poussa un long soupir et releva le nez vers Bra. Ses pupilles paraissaient tristes, bien plus qu’elle ne l’avait jamais vu. Elle porta le liquide chaud à ses lèvres, et avala toute la tasse en une seule gorgée. Une grimace violente traversa son visage quand le liquide brûlant descendit dans sa gorge.

« Je sais tout ça parce que je l’ai appris. Dans des livres, comme je l’ai dis. Je n’ai pas menti. J’ai appris tout ça pendant que je m’entraînais. Pour devenir une Kaïoshin à mon tour. »

Chroniques de la Famille Cold
Sur Namek, le souverain Freezer réussit à défaire le terrifiant Super Saïyen. Il peut enfin étendre son emprise sur l'univers sans danger. Du moins, le croit-il car il découvrira bientôt que ses nouvelles conquêtes vont lui apporter bien des problèmes.

Tome 3 En cours - 1 Chapitre par semaine jusqu'à Mai 2024 - Prochain chapitre semaine du 22/07/2024
Avatar de l’utilisateur
Tierts
Nihilien Légendaire
 
Messages: 1311
Inscription: Jeu Oct 07, 2010 20:18

Re: [fanfic] L'impératrice saiyenne

Messagepar Tonay le Mer Juil 10, 2024 12:49

Un bon chapitre dans la continuité du précédent, avec son lot de doutes et d’échanges bien amenés, toujours naturellement, sans en faire trop ou pas assez. C’est toujours sympa de voir les personnages discuter et interagir, surtout après de tels événements, il faut dire que ton style s’y prête bien

Surtout que tout le monde à la droit à un petit passage, surtout des échanges entre eux, tout ne tourne pas autour de Bra, ou du moins, tout le monde ne luis parle pas continuellement. Les personnages ont leur propre vie et c’est vraiment agréable d’avoir de vrais personnages, même secondaire, qui font vivant, et pas juste un prétexte sur patte, ou tout juste bon à échanger avec un personnage principal

Donc, gg à toi !

Après, le chapitre est peut-être moins palpitant après un tel cliffhanger et autant d’actions, mais une transition était nécessaire et celle-ci était sympathique, on a toujours une ligne directrice stable et on n’est jamais perdu, et ce malgré les différents points de vue

Par contre, ce qui est dommage, c’est de voir Bra aussi réticente, de laisser le doute au lecteur, (même si elle envisage le fait de devenir impératrice (en oubliant Sibéria)) et de… changer le titre de la fic
En soit, le changement de titre est très intelligent en plus d’être une belle surprise… si ce n’était pas un spoil pour le moins direct (sauf si c’est une immense feinte)

Hormis ça, j’ai bien aimé Ithaxus et son interaction avec la Makaïoshin des plus Impériales, j’espère que cette dernière est moins puissante sur le plan physique et apporte plutôt quelque chose sur le plan mentale/magique, histoire de bien la différencier de son prédécesseur. Ce qui m’a l’air d’être le cas
Quoiqu'il en soit, elle en impose vraiment

D’ailleurs, Aurielle veut ressusciter Auriel, la course aux Dragon Ball reprend. Il suffirait qu’elle meurt après la résurrection de son bien-aimé pour qu'on ait le droit à une tragédie grecque, toujours attiré l’un vers l’autre, jamais ensemble

Enfin, quelques infos sur Persée, on passe du compte de goutte à la cascade, et ce n’est pas plus mal, le mystère a suffisamment duré. En tout cas, je ne m’attendais pas à ça, mais c’est une vision intéressante. On devient Kaïo Shin… Je me demande si c’est un poste réservé à certaines races ou si c’est un poste qui amène des changements physiques chez celui qui l’occupe… Enfin, je compte sur toi pour lever le voile :p

Pour ne pas changer, vivement la suite !
Survivants
Et si trois autres saiyans avaient survécu à la destruction de la planète Vegeta ?

One Shot
Un mage un peu excentrique. Un Kaïo. Un métis saïyan. Un démon. Un démon du froid. Qui doivent sauver l'univers dans un combat épique. Qu'ajouter de plus ?
Avatar de l’utilisateur
Tonay
 
Messages: 920
Inscription: Mar Oct 11, 2011 11:25
Localisation: Pommé dans l'Oeil de la terreur...

Précédent

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 18 invités