Fanfic : Versus.

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Re: Fanfic : Versus.

Messagepar RMR le Jeu Avr 14, 2011 18:10

kirina a écrit:excellent!!! trop drôle, trop gore trop fun !!!

.. trop rapide.. résultat on sait toujours pas pourquoi Broly a une dent contre Kakarotto^^.

on a juste lu un massacre à la happy tree friends, justement^^.


Ouais, c'est pour ça que c'est juste un chapitre bonus. Content que ça vous ait tout de même plu !

sonluffy-z a écrit:Meme pour un chapitre si court qui a du te prendre environ deux heures c'est toujours un plaisir de te lire, vivement le prochain chap


Merci beaucoup ! Pour être honnête, ça ne m'a guère prit plus d'une demi-heure, y'a presque pas de scénario là-derrière.

Nimitz a écrit:merci en tout cas d'avoir pris5 min de ton temps ( 4 min pour corriger et re-re-re-re-relire je suppose ^^)


Pour être honnête, ça m'a tout de même prit plus d'une demi-heure, fallait trouver une raison au combat et instaurer un minimum de cohérence, et rédiger ça de façon agréable à lire.
Avatar de l’utilisateur
RMR
Légende de l'Union Sacrée
 
Messages: 14697
Inscription: Jeu Juin 28, 2007 19:58

Re: Fanfic : Versus.

Messagepar Batroux le Mar Juil 19, 2011 23:06

Je n'ai pas lu tout les chapitres, j'ai lu ceux qui m'attiraient le plus.

Je n'aime pas trop lire des combats. Et malheureusement ta fic n'y fait pas exception. Les combats sont biens écrits tout ça, Aucun soucis la dessus, mais bon je suis pas fan de ces lectures.
Mais car il y a toujours un mais ! Ce qui m'a vraiment happé c'est la psychologie ou la philosophie (je viens de lire Goku Versus C-32). La je dois avouer qu'en tant que lecteur, j'ai adoré Vegeta vs Cold's Family, ou Vegeta Versus Vegeta M.

La personnalité des personnages est très bien exploitée, enfin ces aspects là de ta Fic, me donnent envie de continuer à lire !

EN tout cas félicitation pour ces écrits !

Grand intellectuel de l'Union Sacrée 2020
"It's Diabolical :twisted: "
Avatar de l’utilisateur
Batroux
 
Messages: 6379
Inscription: Jeu Mars 18, 2010 15:19
Localisation: Dans l'intellect de l'Union Sacrée

Re: Fanfic : Versus.

Messagepar RMR le Mar Juil 19, 2011 23:27

Merci beaucoup, Batroux, c'est d'autant plus satisfaisant que l'on parvienne à plaire à des gens n'aimant pas les combats avec une fic centrée sur les combats que ça en prouverait la richesse, donc ce que vous dites me fait vraiment plaisir !

Edit : Oh, et si vous aimez le côté psychologique, je ne saurais trop vous conseiller mon one shot "l'épée de Trunks", beaucoup moins centrée combat, et donc beaucoup plus psychologie !
Avatar de l’utilisateur
RMR
Légende de l'Union Sacrée
 
Messages: 14697
Inscription: Jeu Juin 28, 2007 19:58

Re: Fanfic : Versus.

Messagepar Batroux le Mar Juil 19, 2011 23:33

RMR a écrit:Merci beaucoup, Batroux, c'est d'autant plus satisfaisant que l'on parvienne à plaire à des gens n'aimant pas les combats avec une fic centrée sur les combats que ça en prouverait la richesse, donc ce que vous dites me fait vraiment plaisir !

Edit : Oh, et si vous aimez le côté psychologique, je ne saurais trop vous conseiller mon one shot "l'épée de Trunks", beaucoup moins centrée combat, et donc beaucoup plus psychologie !



Vous recommencez à me vouvoyer... :twisted:

J'avais lu l'épée de Trunks à mon arrivée ici, et j'avais beaucoup apprécié cette lecture. Les Cyborgs étant quand même de beaux salopards (C-17 Tapion Trunks, vers la fin, si je me souviens bien, pour éviter de spoiler.)

Grand intellectuel de l'Union Sacrée 2020
"It's Diabolical :twisted: "
Avatar de l’utilisateur
Batroux
 
Messages: 6379
Inscription: Jeu Mars 18, 2010 15:19
Localisation: Dans l'intellect de l'Union Sacrée

Re: Fanfic : Versus.

Messagepar Triforceman le Jeu Juil 21, 2011 21:42

(Soit dit en passant : la malédiction du pingouin est sur vous...)
Avatar de l’utilisateur
Triforceman
 
Messages: 617
Inscription: Mer Nov 02, 2005 22:49

Re: Fanfic : Versus.

Messagepar RMR le Jeu Août 11, 2011 19:27

Désolé, Pingouin, mais tous les chapitres qui vont suivre sont en fait d'ancien chapitres perdus lors d'un hackage du forum. Heureusement pour moi que l'ordre de mes chapitres n'importe que peu.


YAMCHA, TENSHINHAN, KRILIN, CHAOZU VS KIWI, ZABON, DORIA, APPLE / KRILIN VS TENSHINHAN





Les quatre terriens les plus fort de la planète, à savoir Krilin, Yamcha, Tenshinhan et Chaozu, qui étaient venus à la Capsule Corp. pour assister à un combat, se retrouvèrent finalement eux-mêmes dans la fameuse salle d'entraînement virtuel afin de se battre. Krilin prit les commandes pour préparer la session. Il murmura en réfléchissant.
-«La dernière fois, j'ai affronté virtuel Nappa, et si je n'avais pas pris de risques pour le jeu, ça aurait été un combat très facile... J'avais pensé affronter virtuel Zabon d'ailleurs...»
Une goutte de sueur perla sur sa tempe droite tandis qu'il envisageait de nouveau cette possibilité.
-«Je préfère combattre virtuel Doria, pour l'instant...»
Il le programma donc parmi les adversaires. Tenshinhan, ayant entendu le monologue de Krilin, prit la parole.
-«Ce virtuel Zabon... J'aimerais bien le combattre.»
Son interlocuteur le regarda en coin d'un air ennuyé.
-«Vantard...»
-«Je ne le choisis pas spécialement parce que tu ne t'es pas senti à la hauteur, mais simplement parce que j'ai compris qu'il tournait autour de notre niveau puisque tu y as pensé. Je veux relever le défi.» se défendit le combattant aux trois yeux.
-«Je sais. Je plaisantais.»
Le père de Maron rajouta donc virtuel Zabon.
-«Qu'y a-t-il comme adversaire un peu plus faible que les vôtres?» demanda Yamcha, pas très rassuré.
Krilin chercha un peu dans la base de données.
-«A un niveau encore en dessous de virtuel Doria, il y a un certain virtuel Kiwi.»
-«Je ne connais pas tous ces gens... Ca le place à quel niveau, ce virtuel Kiwi?»
-«Et bien... Apparemment, il est presque aussi fort que l'était Végéta lorsqu'il a attaqué la Terre.»
-«Vé... Végéta?!» s'exclama l'homme au visage deux fois balafré.
-«... A cette époque, je fus le premier à mourir... Contre l'un de ces vulgaires petits combattants sortis de terre... Et aujourd'hui, je défierais un équivalent du prince saïyen lui-même?»
Il serrait le poing droit, le bras replié au coude, légèrement tremblant. Puis il se mit à rire et déglutit, son visage exprimant simultanément du contentement et de la peur, une goutte de sueur coulant en sinuant le long de sa joue.
-«Hé! Hé! Pourquoi pas? Ca m'excite!»
Krilin ajouta donc virtuel Kiwi à la liste des adversaires.
-«Tu as une idée d'adversaire pour Chaozu?» demanda Tenshinhan au mari de C-18, bras croisés.
-«Hum... Il y a pas mal de combattants d'un niveau suffisamment moindre. Ce virtuel Apple, par exemple, devrait faire l'affaire.»
-«Merci beaucoup.» dit Chaozu avant que Krilin ne termine la préparation de la session d'entraînement en ajoutant virtuel Apple et en mettant en place l'environnement de Namek.

Soudain, le seul terrien du groupe à avoir été sur cette planète interpella Tenshinhan.
-«Au fait, ton adversaire est différent des nôtres, il...»
L'homme aux trois yeux leva une main pour l'interrompre.
-«Je verrai bien en combat.»
Krilin haussa un sourcil, surpris.
-«Comme tu veux...»
Les quatre adversaires issus de l'armée de Freezer apparurent regroupés en face des terriens. Ils se trouvaient sur une grande surface de terre plane couverte de l'herbe bleue typique de Namek. Au loin, une eau verte les entourait de toutes parts.
-«Hé! Hé! Hé! Tous les trouble-fêtes sont réunis.» lança virtuel Doria en faisant craquer les jointures de ses doigts dans le creux de sa main gauche.
Virtuel Zabon regarda brièvement les adversaires.
-«Ils sont quatre, comme nous.»
Il appuya sur un bouton du détecteur placé au niveau de son œil gauche. L'appareil émit quelques bruits avant d'afficher plusieurs données.
-«Ils sont tous en dessous de cinq mille. Apple, il vaut mieux que tu t'occupes du plus petit, c'est le seul que tu puisses vaincre.»
Le combattant ainsi nommé hocha sa tête rallongée en arrière et ponctuée de taches sombres.
-«Moi, je combattrais bien le grand costaud!» lança virtuel Doria, le gros guerrier rose, avec un sourire torve.
-«Qui voudrez-vous combattre, monsieur Zabon?» demanda virtuel Kiwi, l'homme à la peau granuleuse, violette, et au crâne légèrement fendu sur le dessus, crâne orné de deux excroissances circulaires.
-«Ca m'est égal, choisis celui que tu veux, Kiwi.» répondit l'homme à la peau verte et portant une tresse.
En entendant le nom de son adversaire, Yamcha le défia du regard. Virtuel Kiwi plissa ses yeux.
-«Le type aux cicatrices est pour moi.»
-«Bien, je m'occupe de l'autre petit.» conclut virtuel Zabon en regardant Krilin.

-«Ca va être vite réglé!» cria virtuel Doria en sautant vers Tenshinhan.
Une aura entoura le corps de Krilin qui se mit sur la trajectoire du gros guerrier au crâne parcouru de pics. Il le frappa à la joue d'un coup de pied, le repoussant sur le côté.
-«C'est moi, ton adversaire!» lança-t-il.
-«Mais... C'est toi qui m'a déjà frappé tout à l'heure pour récupérer le petit namek!» s'écria la victime du coup, reconnaissant enfin Krilin malgré ses cheveux.
-«Il est temps que je te rende la monnaie de ta pièce, morveux!»
-«C'est pas un rigolo, celui-là! Il va falloir tout donner!»
L'aura autour du mari de C-18 s'intensifia tandis qu'il criait. Il s'envola à grande vitesse vers virtuel Doria qu'il frappa de nouveau d'un coup de pied à la joue. Cette fois, sa cible fit un roulé-boulé dans les airs jusqu'à s'encastrer dans un petit monticule rocheux. Il repoussa la roche d'un geste rageur.
-«C'était un coup de pied à moins de cinq mille, ça?!»
Il appuya sur son propre détecteur qui se mit à calculer la puissance de Krilin sous les yeux de plus en plus élargis de virtuel Doria. Brusquement, son détecteur explosa.
-«Sa... Sa puissance dépasse les vingt mille!!! D'où sort ce type?!»
Virtuel Zabon ayant perdu l'adversaire qui lui était originellement destiné, il se retourna vers Tenshinhan.
-«Toi aussi, ta puissance est encore supérieure à celle que j'ai d'abord vue?» demanda-t-il.
Un petit sourire en coin, l'homme chauve répondit:
-«Je te laisse le découvrir...»
Une aura d'énergie l'entoura à son tour. L'appareil du combattant à la tresse explosa lui aussi en essayant de mesurer la force de son adversaire.
-«En effet, plus de vingt mille.»
-«C'est complètement dingue! On devrait appeler le commando Ginue!» cria virtuel Doria.
-«Du calme. Nous aussi avons une puissance supérieure à vingt mille. Et le commando Ginue arriverait bien après l'issue de la bataille, quels qu'en soient les vainqueurs.» tempéra virtuel Zabon.
-«A mon tour!» lança Yamcha en augmentant sa propre puissance avec un sourire malicieux.
Virtuel Kiwi activa son détecteur d'une main tremblante.
-«Ah... Quinze mille!» lança-t-il en soupirant de soulagement et en souriant.
Son détecteur explosa soudainement. Yamcha, énervé de ne pas l'avoir détruit par son seul dégagement d'énergie, l'avait réduit en poussière d'un kiaï.
Chaozu resta immobile comme une statue, bras le long du corps, en développant en dernier son aura. Virtuel Apple enclencha son appareil avec appréhension. Les bruits que la machine se mit à faire entendre accélérèrent tandis que son porteur commença à trembler de tout son corps, la bouche entrouverte.
-«Qua... Qua... Qua... Quarante-cinq mille?! Je rêve?!» hurla-t-il.
-«Je ne savais même pas que mon détecteur pouvait supporter une telle puissance!» siffla-t-il en l'arrachant de son oreille et en le jetant par terre.
Discrètement, Chaozu fit avec ses doigts le signe du V de victoire à l'adresse de Tenshinhan. Celui-ci sourit. Le petit être doté d'un unique cheveu avait utilisé ses pouvoirs pour trafiquer le résultat de l'appareil de son adversaire.

-«Toi, j'ai pas l'intention de te ménager!» lança Krilin à virtuel Doria en ouvrant ses mains qu'il tenait sur ses côtés.
Il les rejoignit devant lui et un rayon d'énergie condensée assez lent prit le monstre rose pour cible. Celui-ci sauta pour éviter l'attaque, mais au lieu de lui passer en dessous, le rayon fila vers les cieux où il explosa en une quantité phénoménale de kikohas.
-«Virtuel Nappa n'avait pas beaucoup apprécié cette technique... A pleine puissance, qu'est-ce que toi tu vas en penser?» s'interrogea le petit terrien.
Les sphères d'énergie foncèrent sur virtuel Doria qui en chassa une première vague de rapides coups de ses deux mains jointes. Comprenant qu'il s'épuiserait avant d'en venir à bout, il sauta au milieu des attaques et slaloma entre les boules énergétiques mouvantes jusqu'à passer de l'autre côté du nuage de kikohas. Il poursuivit à pleine vitesse sa course dans les cieux, pourchassé par les sphères. Mais plus il s'éloignait, plus les boules, attirées par leur cible, s'alignaient sur sa trajectoire. Après quelques secondes, virtuel Doria se retourna et envoya de ses deux mains un gigantesque rayon qui avala tous les kikohas. Une goutte de sueur au visage à cause de l'effort, il sourit légèrement, satisfait de son exploit. Cela ne dura pas, car derrière les boules d'énergie, c'était Krilin lui-même qui arrivait. Il lança son poing avec tout l'élan de sa course dans le ventre de virtuel Doria dont l'armure s'enfonça sous l'effet du coup. Le serviteur de Freezer gémit de douleur. Il leva ses deux mains bien haut et les abattit dans le dos offert du terrien. Celui-ci chuta en grimaçant jusqu'à terre où il se reçut à quatre pattes, fissurant le sol aux quatre points de contact.
-«Il est plus fort encore que Nappa, pour une vitesse et une puissance énergétique immensément meilleure! C'est loin d'être gagné...»

Tenshinhan enfonça son pied dans le ventre de virtuel Zabon en se tenant au dessus de lui avec la danse de l'air. Celui-ci cria de douleur en s'écrasant par terre et en envoyant des mottes de terre dans toutes les directions. Il se redressa et fit craquer son cou.
-«Vous avez une idée de qui nous sommes? Trois d'entre nous représentent l'élite de l'univers. Nous tuer ne va pas être simple. En fait, ceux qui vont mourir, c'est vous!»
Il vola vers Tenshinhan et lui envoya un coup de coude dans la tête, l'envoyant à son tour au sol où il se rétablit sur ses pieds. Il mit ses mains sur son côté droit puis les ouvrit en joignant les bases des paumes en direction du combattant de Freezer. Il cria en envoyant un kaméhaméha qui emporta son adversaire dans les cieux. Celui-ci s'immobilisa en altitude, l'armure fumante mais le corps intact. Il empoigna son bras gauche avec sa main droite et envoya une puissante décharge d'énergie qui fondit sur l'homme aux trois yeux. Celui-ci l'attrapa à deux mains, l'empêchant de lui frapper le corps, mais ne parvint pas à la détourner. Il redoubla d'efforts, des veines saillantes sur son crâne chauve, et put finalement la rejeter dans le ciel. Virtuel Zabon le regarda d'un air contrarié.
-«Visiblement, il ne sera pas facile de vous tuer non plus...»

-«Brrr! La force de Végéta...» se remémora Yamcha.
-«Je me fiche de savoir que ton détecteur me juge moins fort que toi ou pas. J'ai bien plus que juste de la force pour gagner!» lança-t-il à son adversaire en serrant les dents.
Il replia son avant-bras droit à quarante-cinq degrés, devant lui, ouvrant la paume de sa main vers le ciel, et saisit de l'autre son poignet. Une forte concentration d'énergie enveloppa la main qu'il tenait ouverte. Elle se matérialisa sous forme d'une sphère d'énergie dense.
-«Avec ça, tu vas comprendre l'importance de la technique! Sokidan!»
Il jeta la boule en avant sur virtuel Kiwi qui mit ses bras en croix. La sphère les cogna, repoussant un peu sa cible, mais sans lui faire mal. Celle-ci sourit en regardant malicieusement Yamcha par dessus ses bras croisés.
-«C'est tout? Pas terrible.»
Il écarta vivement les bras, retournant le sokidan vers l'envoyeur. L'ancien voleur tendit deux doigts en avant et l'attaque fit un demi-tour complet pour rentrer puissamment dans le ventre désormais non protégé du soldat de Freezer. Celui-ci en eut le souffle coupé. Relevant son autre main vers le haut, Yamcha provoqua l'ascension de la boule qui frappa le menton de virtuel Kiwi au passage. Celui-ci tomba à la renverse, furieux. Il se releva en serrant les poings. La sphère redescendit droit sur lui, guidée par les mouvements de bras rapides de l'ami de Plume. Le combattant en armure contracta les muscles de ses bras et frappa de toutes ses forces la sphère de ses deux mains jointes. Elle repartit à grande vitesse vers le ciel et Yamcha peina pour arrêter son mouvement. Le visage couvert de sueur, il redirigea le sokidan dans le dos de son adversaire qui croyait s'en être définitivement débarrassé. Lorsque la boule d'énergie le frappa, il roula par terre.
-«Putain! C'est quoi ce truc!»
Cette fois, il se lança lui-même sur la sphère d'énergie téléguidée. Il la frappa d'un coup de poing avec la force de la colère, l'envoyant droit sur Yamcha qui ne parvint pas à la rediriger à temps et fut frappé au visage. Il se redressa et, avant d'avoir eu le temps de reprendre le contrôle de son attaque, son adversaire avait rejoint le sokidan qu'il envoya s'écraser dans les sous-sols d'un coup de haut en bas.
-«Il... Il est vraiment impressionnant...» murmura l'ancien voleur en nage.

-«Il... Il va me tuer avec sa puissance de malade!» pensa virtuel Apple, la bouche entrouverte.
Chaozu, un mètre au dessus du sol, leva un index à côté de lui. Une petite boule lumineuse apparut au bout de son doigt.
-«Dodompa!» cria-t-il en envoyant un rayon d'énergie très concentrée vers le soldat de Freezer. Celui-ci l'esquiva de peu en sautant sur sa droite. Le dodompa laissa un petit trou très net dans le sol. Virtuel Apple regarda là où était passé le rayon, les yeux exorbités. Son adversaire leva de nouveau le doigt.
-«Aaaah! Si ça me touche, je meurs! Je dois retourner sous la protection de sa majesté Freezer!»
Le guerrier en armure quitta le champ de bataille à toute vitesse. Chaozu le poursuivit en envoyant son dodompa que sa cible esquiva en incurvant sa trajectoire. Voyant qu'il ne le toucherait pas, il envoya toute une série de dodompa très faible pour forcer virtuel Apple à se fatiguer en esquives et à se laisser rattraper, tout cela sans perdre beaucoup d'énergie. Le petit terrien au teint de plâtre finit par doubler son adversaire, terrifié. Celui-ci fit demi-tour et se précipita vers ses alliés, mais aucun d'entre eux ne s'était débarrassé de son adversaire. Lorsque Chaozu le rejoignit de nouveau, il fut contraint de danser sur place pour éviter toutes les attaques. Il voulait tenir jusqu'à ce que ses compagnons se libèrent, mais rapidement, le souffle lui manqua. Il finit par trébucher et un dodompa le frappa en plein torse. Il ferma les yeux, attendant de sentir la morsure du rayon passant au travers de son corps. Puis il les rouvrit, ébahi. Même son armure n'était pas endommagée.
-«Je... Je n'ai utilisé qu'un millionième de ma force.» lança Chaozu de sa petite voix aigüe sur un ton peu convaincant.
Les yeux de virtuel Apple s'élargirent. Il grinça des dents, poing fermés.
-«Alors mon détecteur était défectueux! Et toi... Tu t'es bien foutu de moi, nabot!»
Il rejoignit son adversaire en un instant et le frappa à la joue de toutes ses forces, envoyant le petit être rouler dans la poussière. Les épaulettes de son armure se soulevaient et se rabaissaient au rythme de sa respiration saccadée.
-«Kuh! Avoir perdu autant d'énergie à cause d'une ruse si mauvaise! Quelle honte...»
Il se jeta sur Chaozu qui envoya un dodompa à pleine puissance.
-«Tu ne m'auras plus avec tes attaques min...» commença le soldat avant de se prendre le rayon en pleine poitrine à en avoir le souffle coupé.
-«Pfff! C'est mieux, mais c'est loin d'être suffisant.» lança-t-il après avoir récupéré.

Krilin remonta si vite que son ennemi ne parvint pas à suivre son mouvement. Il se reçut un coup dans le ventre qui lui fit cracher sa salive. Il donna une série de coups de poing que le terrien esquiva avant de donner à son tour un coup de pied en diagonale qui fit pencher sur le côté le buste du monstre rose. Celui-ci saisit à deux mains la tête de son adversaire et lui donna un gros coup sur le front avec son crâne orné de pics. Le coup laissa une marque sur la tête de Krilin. Il attrapa les bras de son adversaire et s'en servit d'appui pour lever les deux jambes et le frapper de ses pieds joints sous le menton. Virtuel Doria tituba en arrière et montra les dents en se stabilisant dans les airs. Il était essoufflé à cause des coups puissants de son adversaire, son corps était déjà bien marqué par les blessures. De la sueur coulait sur ses joues. Il se rendait petit-à-petit compte de son infériorité.
-«Je vais te crever, petite merde!» hurla-t-il, les bras au ciel.
Il se mit à avancer et reculer ses bras en envoyant des salves d'énergie en continu, provoquant une zone d'explosion de plus en plus importante. Krilin se protégea derrière ses bras avant de disparaître dans la déflagration des attaques incessantes de l'homme de main de Freezer. Toute la région vibra sous l'intensité de l'explosion générale générée par la multitude de petites détonations. L'environnement fut baigné dans la lumière fluctuante du nuage d'énergie. Virtuel Doria mit un terme à son attaque lorsque presque toute son énergie y fut passée. Il avalait de grandes goulées d'air, à bout de force. Son souffle fut complètement coupé quand il vit son adversaire réapparaître dans la même position défensive. Ce dernier décroisa les bras, les vêtements en lambeaux et des marques légères sur le corps.
-«Argh! Il m'a pas loupé! J'aurais dû rester sur mes gardes et esquiver... Bon!»

Il descendit jusqu'au sol. Une fois sur la terre ferme, il leva sa main droite au dessus de lui et matérialisa un kienzan. Il laissa échapper un petit rire en pensant:
-«Si tu le permets, je t'emprunte cette tactique, Végéta.»
Il cria ensuite à l'adresse de virtuel Doria.
-«L'élite de l'armée de Freezer, hein? Je parie que ton gros corps ne peut même pas encaisser ça!»
-«Keuf! Tu crois pouvoir me vaincre en une seule attaque?!»
Krilin lança le kienzan droit sur son ennemi.
-«Imbécile! Je vais en faire de la bouillie!» cria sa cible.
Le soldat en armure mit un bras en arrière et matérialisa un puissant kikoha qu'il envoya sur le disque d'énergie qui fondait sur lui.
-«Prends ça!» cria-t-il.
La sphère rejoignit rapidement le kienzan qui la coupa net en deux. Les deux moitiés de l'attaque explosèrent instantanément.
-«Que... Quoi?!»
Virtuel Doria plia les jambes et ramassa son corps vers le bas. Le disque tranchant lui passa au dessus de la tête avant de disparaître au loin. Il regarda en arrière dans la direction qu'avait prise l'attaque qu'il venait d'éviter.
-«Si j'avais encaissé... Ce truc m'aurait coupé en deux!»
-«Zut! Quel manque de pot! Son attaque l'a alerté sur la dangerosité de la mienne...»

Krilin redressa les épaules, prêt à en découdre. Il envoya toute une série de kienzans à l'aide de rapides mouvements des bras. Son adversaire les esquiva, la peur au ventre. Lorsqu'il fut hors de danger, il regarda le terrien avec des yeux emplis de haine.
-«Je ne te laisserai pas me tuer!!!» hurla-t-il en se jetant sur lui.
Lorsqu'il fut à son niveau, il abattit son énorme poing sur son ennemi. Mais il lui passa au travers.
-«Qu'est-ce que c'était que ça?!»
Il se retourna pour voir le vrai Krilin lancer à bout portant un ultime kienzan.
-«M... Merde!»
Il se pencha violemment sur le côté, mais cela ne suffit pas. Le kienzan entailla en diagonale la partie supérieure droite de sa tête, lui arrachant la peau. Sa boîte crânienne était partiellement mise à jour. Des échardes d'os créés par le frottement du disque contre le crâne saillaient de-ci de-là. Du sang violet inondait son visage rose. Il hurla de douleur en secouant sa tête dans tout les sens, projetant de l'hémoglobine à chaque mouvement. Il porta une main à sa blessure et la mit devant son visage. Elle était trempée de sang. Virtuel Doria se mit à trembler comme jamais il ne l'avait fait.
-«Je... Je vais mourir!»
Krilin détourna le regard, les poings fermés, les bras le long de son corps.
-«Je voulais te tuer proprement. Je ne voulais pas que ça finisse comme ça...»
-«D... Dégage!»
Avec la force de l'agonie, le blessé envoya un surpuissant coup de coude qui rejeta le terrien par terre, l'étourdissant.
-«Il me faut une cuve régénératrice! Zabon! Seigneur Freezer! Aaaah!»
Il s'envola dans une direction au hasard, n'ayant plus son détecteur pour savoir où trouver son maître ni l'esprit clair, promis à une mort certaine dans les minutes suivantes. Krilin se releva, un filet de sang au coin de la bouche. Il déploya toute son énergie au maximum et disparut pour réapparaître au dessus de son adversaire agonisant. Il envoya une décharge d'énergie à deux mains dans la blessure de virtuel Doria qui explosa. Son corps retomba au sol, les yeux vides, son sang imprégnant la terre sur laquelle reposait sa tête.

Tenshinhan rejoignit virtuel Zabon dans les airs et les deux adversaires engagèrent une joute au corps à corps. Les coups pleuvaient entre les deux titans, mais le bras droit de Freezer perdait du terrain. Il envoya un large coup de ses poings joints dans le torse du terrien chauve qui fut projeté mais s'immobilisa presque immédiatement. Il leva un doigt en arrière au bout duquel crépita une boule lumineuse.
-«Dodompa!» cria-t-il en envoyant un rayon d'énergie qui frappa l'épaule droite de virtuel Zabon, la perforant légèrement.
De sa main gauche, celui-ci s'en saisit, stoppant la coulée de sang qui s'échappait du trou.
-«Je reconnais que ta force dépasse de loin la norme des hautes puissances de l'univers. Tu as assez facilement renvoyé mon attaque tout à l'heure...»
Virtuel Zabon se concentra, contractant ses muscles. Il fit un mouvement éclair auprès de Tenshinhan, une main devant le visage du terrien, l'autre serrant de nouveau son bras d'attaque.
-«Et à bout portant?!!»
-«Zut!» s'exclama l'homme aux trois yeux avant de se recevoir le coup sans pouvoir esquiver.
Il tomba à la renverse, tête la première, et s'écrasa par terre.
-«Pfiu! Quand même...» se dit l'assaillant qui n'avait jamais rencontré une telle résistance auparavant.

Son adversaire se releva, le regard dur. Il fit rouler ses épaules pour détendre ses membres.
-«Haïkyuken.» dit-il calmement.
Puis il cria en joignant ses deux mains devant lui, plissant les yeux de telle manière qu'ils ressemblent à des accents circonflexes.
-«Il me fait quoi, là?» se demanda son ennemi, un sourcil haussé.
Tenshinhan fit un saut qui le propulsa à toute vitesse sur virtuel Zabon. Il arriva penché sur le coté et porta un coup de poing qui projeta au dessus de lui le corps du soldat en armure. Avant que celui-ci ne puisse se ressaisir, le terrien lui porta un coup du plat des deux mains, l'envoyant encore bien plus haut. En pleine ascension non contrôlée, le guerrier de Freezer vit virtuel Doria se faire trancher un bout de la tête.
-«Et zut! Cet imbécile est mort! Ca va devenir coton pour nous avec son adversaire sur le dos!»
-«Et maintenant, c'est ton tour!» cria Tenshinhan en le dépassant, ayant vu la victoire de son ami et deviné les pensées de son propre adversaire.
Il frappa d'un coup de poing à la façon d'un joueur de volley le corps de virtuel Zabon qui chuta jusqu'au sol où il s'écrasa en soulevant un grand nuage de poussière. Le guerrier chauve, qui n'avait pas bougé, tenait ses mains en dessous de son visage, pouces écartés à quarante-cinq degrés, paumes ouvertes, les doigts et pouces se croisant. Il pouvait voir par l'espace carré que formaient ses mains la zone où s'était écrasé le bras droit de Freezer. Une grande aura enveloppa l'homme aux trois yeux.
-«Kikoho!»
Un impact d'énergie vitale frappa tout ce qui se trouvait à la verticale de Tenshinhan, creusant même profondément le sol sous ses pieds. La trace d'énergie finit par se dissiper. L'utilisateur du kikoho souffla un grand coup, relâchant sa tension corporelle. Soudain, il ressentit une énergie nouvelle en dessous de lui. Surgissant du trou créé par l'attaque, un monstre au corps granuleux et épais et aux dents pointues visibles dans sa large bouche ouverte sur un cri de rage, l'armure en miette, la peau couverte d'écorchures, fondit sur Tenshinhan qui n'en revenait pas. Ce n'était autre que virtuel Zabon qui s'était transformé.

-«Ca, ce n'était que la mise en bouche.» lança fièrement Yamcha en souriant.
-«Ah ouais? Tu m'as l'air bien fatigué après une simple mise en bouche.» répondit virtuel Kiwi en ricanant.
Il se jeta sur le voleur du désert qu'il frappa à la poitrine d'un grand coup de pied. Il enchaîna sur un coup de poing dans le ventre qui fit gémir sa cible. Un coup de pied latéral au visage finit de faire perdre l'équilibre au terrien qui glissa contre le sol, laissant un sillon dans la terre. Il se releva, du sang coulant légèrement sur la gauche de son front. Il donna un coup de poing que l'ancien rival de Végéta esquiva en sautant par dessus. Celui-ci frappa l'arrière de la tête de son ennemi d'un coup de pied en revers qui obligea Yamcha à avancer de trois pas. Le compagnon de Plume se retourna en envoyant un kaméhaméha qui emporta virtuel Kiwi quelques mètres plus haut.
-«Joli.» lança-t-il à son adversaire de la Terre avant de lui foncer dessus, un kikoha à la main.
Il plaqua sa paume contre le torse de Yamcha, provoquant l'explosion de la boule d'énergie et l'expulsion de son adversaire plus loin, un trou dans le haut de son dôgi, sa peau noircie en dessous. L'ancien voleur posa un genou à terre, le corps endolori.
-«Et si on passait au dessert, maintenant?» demanda virtuel Kiwi en souriant narquoisement.
-«Ca, c'est une bonne idée!» répondit l'ex de Bulma.

Il se mit en position d'attaque, faisant passer son bras droit devant lui, trois doigts repliés en un crochet, et positionnant son bras gauche en arrière, tous les doigts repliés en un bec.
-«La technique du loup!»
Il fondit sur le soldat et fit pleuvoir une série de coups de poing que son adversaire esquiva et para avec une grande facilité. Yamcha donna un coup de pied transversal que virtuel Kiwi évita en sautant. Le voleur du désert frappa finalement de ses deux mains aux paumes jointes à leur base. Son ennemi passa à côté et frappa d'un uppercut le visage du terrien qui tomba au sol, sur les fesses.
-«Ca ne va pas se passer comme ça!» pesta l'homme à terre.
Il retourna au devant de virtuel Kiwi et enchaîna les coups de la technique du loup. Cette fois, son adversaire ne fit qu'esquiver. Il se rendit alors compte que plus son opposant poursuivait sa technique, plus la puissance et la vitesse des coups augmentait. Il sourit devant la vacuité de cette tentative de le surpasser. Il glissa un coup de poing au milieu des coups adverses, ce qui stoppa net l'attaque en faisant saigner Yamcha du nez. Il repartit pourtant sans faillir à l'assaut, reprenant du début la technique du loup. Virtuel Kiwi le chassa d'un grand coup de pied. Il regarda autour de lui avant de prendre la parole.
-«C'est totalement vain! Je suis bien trop puissant pour que tes coups, aussi nombreux soient-ils, ne puissent me blesser! Même si Doria est mort, Zabon s'est transformé. Il tuera tes deux amis, je te tuerai, et alors nous nous occuperons bien du petit dernier, si il survit jusque là à son combat contre Apple! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha!»
-«Enfoiré...»

Chaozu se releva d'une énième série de coups, avec des mouvements hésitants. Comme il le faisait depuis que son ennemi avait découvert la supercherie du chiffre de puissance, il leva les mains devant lui. Virtuel Apple lui donna plusieurs coups de pied, le dernier envoyant le petit bonhomme à la peau blanchâtre s'écraser plus loin. Celui-ci se releva et tendit encore les mains devant lui.
-«Je ne sais pas ce que tu fabriques, mais ça ne te mènera nulle part!»
Le soldat de Freezer chargea un kikoha entre ses deux mains et l'envoya sur Chaozu. La sphère explosa contre l'ami de Tenshinhan et des fumerolles s'étendirent derrière son corps. Il tremblait sur ses jambes. Tout de suite derrière, le guerrier en armure arriva à son tour et enfonça son genou dans son petit ventre, propulsant toujours plus loin son adversaire. De nouveau, la cible des coups se releva en gémissant et émit un petit rire crispé, bras tendus devant lui, paumes des mains ouvertes en avant. Virtuel Apple respirait lourdement, tirant de plus en plus loin dans ses réserves d'énergie.
-«Tu vas crever, oui?!»
Il frappa de nouveau le petit être d'une série de coups de poing, finissant par un coup plus large qui coucha au sol le petit terrien. Cette fois, il ne se releva pas. Le soldat croisa les bras en riant. Son adversaire finit par se remettre debout. Virtuel Apple lui lança un sourire sinistre.
-«Mais t'en redemande, en plus!»
Il avança pas à pas vers son petit adversaire aux mains levées, plein d'assurance.
-«J'ai mangé un truc qui passe pas ou quoi? J'ai de plus en plus mal au ventre et c'est pas le moment...» pensa-t-il, intérieurement agacé par cette douleur au ventre qui le taraudait depuis peu.

Virtuel Zabon arriva devant Tenshinhan avant même qu'il n'ait eu le temps de réagir. De la paume de sa main tournée vers son adversaire, il lui frappa la joue. Sa cible eut l'impression que sa tête se dévissait. Il en fut projeté sur le côté mais parvint à s'immobiliser. Le monstre transformé était de nouveau sur lui et lança un coup de poing. Le guerrier aux trois yeux passa en dessous et lui mit un coup de bas en haut qui releva la tête du soldat. Sans la rebaisser, celui-ci darda ses pupilles sur son ennemi et le frappa de ses deux mains jointes. Tenshinhan commença à chuter mais se ressaisit et se posa sur le sol.
-«Je vois. C'est donc de ça que voulait me parler Krilin. Tant mieux, voilà qui rend les choses plus intéressantes.»
Il se déplaça presque instantanément au niveau de virtuel Zabon et, dans la continuité de son mouvement, lui donna un coup de genou dans le ventre. Le monstre cracha du sang avant de s'éloigner à l'opposé du terrien.
-«C'est... pas possible! Tu avais encore autant de forces cachées?!»
-«Et oui. Tu n'es pas encore tiré d'affaire.»
-«Kuh... Salopard...»

La créature verdâtre se jeta sur Tenshinhan qui tendit brusquement une jambe contre son visage, éclatant son nez épaté qui se confondait avec sa face depuis sa transformation. Virtuel Zabon se saisit de sa jambe et fit tournoyer son adversaire avec force jusqu'à l'envoyer vers le sol. Cette fois, celui-ci ne put que s'enfoncer dans la terre meuble de Namek, créant un cratère. Il se releva promptement pour foncer sur le bras droit de Freezer qui en faisait autant. Lorsqu'ils se rencontrèrent, ils se mirent à échanger des coups avec une vitesse phénoménale, se frappant souvent mutuellement. Virtuel Zabon donna un coup de poing que Tenshinhan bloqua au niveau du poignet avec sa propre main. Le montre transformé lança son autre poing qui fut bloqué de la même manière. Il força sur ses deux bras pour se libérer, penchant son corps à droite, à gauche, mais n'y parvenait pas.
-«Si tu ne me lâches pas, le combat n'ira pas bien loin...» grommela-t-il.
Tenshinhan souriait. Deux bras s'élevèrent au dessus de son dos. Les mains se joignirent pour frapper l'adversaire sur le sommet de la tête. Ne l'ayant pas lâché avec ses deux premiers bras, il empêcha virtuel Zabon d'être projeté. Ce dernier releva la tête, du sang coulant depuis sa chevelure et sinuant sur son visage. Tenshinhan mit ses deux mains libres, index et majeurs tendus, devant son troisième œil duquel jaillit un rayon d'énergie. Ce rayon frappa le soldat au front. Le terrien lâcha son ennemi qui tomba en arrière, un filet de fumée se formant depuis son front blessé. L'homme aux trois yeux forma deux fois le carré servant au kikoho avec ses quatre mains, les alignant.
-«Et un double kikoho, ca te calmerait? Pas sûr...»
Virtuel Zabon remonta à toute vitesse et tenta un uppercut que Tenshinhan esquiva en reculant le buste. Son adversaire se retrouva plus haut que lui et tenta un deuxième coup en se jetant sur le terrien. Celui-ci l'évita en remontant, étant ainsi positionné au dessus de son ennemi, lui-même allongé en plein coup de poing. Il resserra l'espace carré entre ses mains en les faisant glisser les unes contre les autres.
-«Allons-y pour un double kikoho concentré alors! Kikoho!!!»
Cette fois-ci, l'impact énergétique fut très fin, suivant toujours une verticale se perdant dans le ciel d'un côté et frappant la terre de l'autre. Au beau milieu de cette verticale, virtuel Zabon eut le torse transpercé au niveau du cœur. Il trembla, à l'arrêt, quelques secondes.
-«Non... Pas moi!»
Puis il chuta, lentement, et s'échoua au sol où il rendit son dernier souffle.

Yamcha était vraiment dans un sale état. Des contusions parcouraient tout son corps et des filets de sang zébraient ses bras et les parties de ses jambes qui apparaissaient dans les trous de ses vêtements. Il enchaîna des attaques, continuant à se battre selon le style de la technique du loup. Virtuel Kiwi esquivait la totalité des coups. Il n'en parait plus aucun car ses membres commençaient à s'endolorir sous le nombre des impacts. Il passa entre deux attaques et frappa d'un coup large le visage du terrien qui recula. L'ancien rival de Végéta, le bras toujours tendu selon le coup qu'il avait donné, reprenait son souffle. Son adversaire sourit.
-«On dirait que tu fatigues...»
-«Et alors?! T'es à moitié mort, toi! Même si j'ai perdu pas mal d'énergie, c'est moi qui t'aurai à l'usure!»
Yamcha laissa échapper un petit rire.
-«La technique du loup!»
Il donna les coups suivants à une vitesse phénoménale. Virtuel Kiwi parvenait cependant à les esquiver en reculant petit à petit. Soudain, un éclat passa dans les yeux de son adversaire. C'était le moment. Il rompit sa série d'attaques pour pointer deux doigts de sa main droite vers le haut. Une sphère d'énergie sortit de terre et s'écrasa contre le dos du soldat de Freezer qui grimaça à cause du choc. Mais au lieu d'exploser, la boule resta dans le dos du guerrier, le poussant en avant.
-«J'avais patiemment gardé mon sokidan pour un moment comme celui-là!» cria Yamcha.
-«Que...» commença virtuel Kiwi en reportant son regard sur Yamcha qui se tenait devant lui.
Mais il ne put pas en dire plus. Une pluie de coups s'abattit sur son corps. Il hurla de douleur, incapable de reculer à cause du sokidan, de se défendre ou de riposter à cause de la vitesse des coups adverses et de sa propre fatigue. Il était totalement soumis à la série d'attaque qui assaillait son corps. Le terrien criait, frappant de plus en plus vite, de plus en plus fort.
-«Ses coups ne cessent de se renforcer! Sa puissance dépasse les quinze mille affichés par mon détecteur!»
Et Yamcha frappait encore. Et encore. Le sang se mit à s'échapper par giclées de la bouche de son ennemi.
-«C'est loin d'être fini!» hurla le voleur du désert en redoublant d'agressivité.
-«Im... Impossible!» pensa virtuel Kiwi dont les pupilles disparurent.
L'attaquant porta finalement le coup des deux mains dans une position similaire à celle du kaméhaméha qui conclut la technique du loup. Virtuel Kiwi resta statique deux secondes, le regard vide. Puis il tomba sur les genoux. Et enfin son buste s'étala par terre en soulevant un petit peu de poussière.
Krilin observait le combat, en ayant fini avec virtuel Doria.
-«Quel dommage que Yamcha se décourage si facilement! Il a une rage de vaincre extraordinaire. Si ses amis et adversaires avaient toujours été à son niveau, il serait allé très loin. Je suis sûr que sur lui, le pouvoir du Grand Chef aurait eu un résultat fantastique!»
Yamcha leva les bras au ciel.
-«Yahaaaaa! J'ai vaincu Végéta!!!» cria-t-il fièrement.
-«Kiwi... Il s'appelle Kiwi...» lui rappela d'un air blasé Krilin qui l'avait rejoint.
-«Puis à hurler comme ça, le vrai Végéta va t'entendre.» ajouta-t-il.
-«Quoi?! Il peut nous entendre?!» cria le vantard, paniqué.
-«Mais non. Aucun son ne peut franchir les murs de la salle tant qu'il y a un environnement virtuel. Tu imagines sinon le boucan dans la Capsule Corp. à chaque combat?» le rassura son camarade en soupirant, mi lassé, mi amusé.

Chaozu se défendait désormais, tout en gardant ses mains levées pour utiliser son pouvoir. Lui et virtuel Apple se rendaient coup pour coup. Ce dernier tentait de reprendre le dessus sur son adversaire, mais chaque mouvement qu'il faisait provoquait les sensations mêlées d'un incendie dans son estomac et de pointes d'acier lui transperçant les entrailles. Chaozu donnait des coups de pied, des coups de talon, tournait sur lui-même pour donner de l'élan à ses petites jambes. Il esquivait les attaques en glissant au dessus du sol, volant à une quinzaine de centimètres en hauteur. Ses déplacements sans mouvements du corps et son regard fixe ajoutés à la douleur qui paralysait presque complètement virtuel Apple donnait à ce dernier une étrange sensation de malaise, comme si son adversaire était surnaturel. Comme s'il se trouvait soudainement dans un autre monde que celui des guerres auquel il était habitué, et que sa force de combattant ne lui serait d'aucun usage. Il parvint à placer un grand coup de pied qui envoya Chaozu racler le sol. Celui-ci recevait à présent les attaques sans une seconde baisser les bras. Il se remit en lévitation et revint au combat, enchaînant les coups de pieds partout sur le corps de virtuel Apple, le couvrant de divers bleus et contusions. Celui-ci baissa les bras, entourant son ventre qui le torturait bien trop désormais. Un large sourire s'étala sur la face de porcelaine du terrien.
-«Enfin, ma magie opère totalement. Il avait de sacrées défenses.»
-«C'est... trop bête...» siffla le soldat entre deux gémissements.

Chaozu le roua de coups, rassuré de pouvoir mettre un terme à ce combat sans dangers. Rassuré sans savoir que son adversaire était un soldat d'élite, raison pour laquelle il faisait partie des hommes dépêchés pour une mission aussi cruciale que celle de la recherche de l'immortalité de Freezer. Sans savoir qu'il était entraîné à aller au delà de la douleur.
-«C'est trop bête!» hurla virtuel Apple en desserrant l'étreinte de ses bras sur son ventre.
Le soldat saisit de ses deux mains les bras de Chaozu. Il lui mit un coup de genou dans le ventre et écarta les bras de sa victime pour lui mettre un second coup dans la tête. Mais il ne le fit pas. Au moment même où il avait écarté les bras de son adversaire, son mal de ventre s'était totalement interrompu. Il regardait son ennemi, médusé. Puis il serra les dents.
-«C'était donc toi!»
Sans lâcher ses bras, il le passa à tabac à coups de genou et de pied. Chaozu sentit ses dernières forces le quitter. Mais le guerrier à la solde de Freezer passa par dessus le petit terrien et s'écrasa plus loin. Yamcha atterrit devant Chaozu en souriant. Il avait frappé virtuel Apple d'un coup de genou dans le dos. Ce dernier se releva.
-«Monsieur Kiwi a perdu?! Mais il était plus fort que toi! Meeeerde!»
Il se jeta à la rencontre de l'homme au visage marqué de deux cicatrices, mais il vit un autre adversaire arriver de face à toute vitesse. C'était Krilin. Il tenta de le frapper lorsqu'ils se rejoignirent, mais Krilin, plus rapide, le renvoya d'où il venait d'une simple droite avant de lever son pouce en direction de Chaozu. Le combattant en armure se releva, sonné.
-«Monsieur Doria aussi?! Enfoirés...! Profitez bien de vos victoires, Monsieur Zabon a dû se transformer et va tous vous éradiquer!»
Un dodompa lui passa en travers du torse, venu de derrière.
-«Pas... possible...»
Le dernier combattant virtuel s'écroula, mort.

Namek disparut, laissant la place à la salle en dôme. Tenshinhan posa sa main sur la tête de Chaozu, surmontée d'un chapeau avec un petit pompon amoché.
-«Tu t'es bien battu! Je suis fier de toi.»
Le visage du petit combattant à la peau blanchâtre rayonna de joie.
-«On s'est tous bien battu.» précisa Krilin en regardant ses amis en souriant.
-«On a bien mérité de se reposer pour avoir rousté les meilleurs soldats de Freezer après le commando Ginue!» conclut-il.
-«Attends! Krilin!» clama Tenshinhan.
-«Je voudrais me mesurer à toi, maintenant!»
-«Hein?! Tu... Tu ne veux pas plutôt affronter Yamcha?»
-«Sûrement pas! Je suis complétement vidé, moi!» se défendit Yamcha.
-«Je ne t'oblige pas. Mais j'aimerais vraiment confronter mon niveau au tien. Savoir si j'ai compensé mon retard par rapport au gain de puissance que tu as eu sur Namek.» dit l'homme aux trois yeux.
-«... C'est juste que tu es vraiment très fort et que j'ai eu ma dose de combat... Mais si ça te tient vraiment à cœur, je suis ton homme.»
Tenshinhan sourit.
-«Merci, Krilin! Tu peux reprogrammer un terrain virtuel?»
-«Sauf si tu veux te retrouver dans un style d'endroit particulier, on peux se battre ici. Même sans environnement virtuel, les murs gardent la même capacité d'absorption des attaques.»
-«Dans ce cas... Prépare-toi, car j'arrive!»
Tenshinhan se mit en garde, suivit de Krilin tandis que les deux autres se mettaient à l'abri dans un coin.

Les deux adversaires partirent au même moment, volant l'un à la rencontre de l'autre. Ils s'immobilisèrent en heurtant leurs avant-bras. L'homme aux trois yeux donna un grand coup de pied qui fit s'élever son opposant. Il le rattrapa par le col de sa tenue et le jeta contre le sol. Krilin fit une roulade contre les dalles de la salle et se rétablit sur ses pieds avant de se jeter sur son adversaire et d'enfoncer son poing dans son ventre. Celui-ci tenta un nouveau coup de pied large mais le plus petit des deux combattants l'évita en se baissant. Le père de Maron voulu mettre un second coup de poing dans le ventre de son opposant, mais celui-ci bloqua l'attaque dans une de ses mains. De son autre bras, il donna un coup de coude en revers qui rejeta Krilin de l'autre côté de la pièce.
-«Dans cet espace limité, il va être beaucoup moins facile d'échapper à ça!» lança Krilin en chargeant de l'énergie dans ses mains qu'il tenait sur ses côtés.
Il envoya le rayon de son kikoha explosif à tête chercheuse. Tenshinhan recula jusqu'à l'opposé de la pièce en prévision de l'apparition de centaines de sphères d'énergie. Et en effet, le rayon remonta jusqu'au plafond et explosa en de nombreux kikohas qui convergèrent vers leur cible.
-«Ca n'a pas marché avec ce Doria et tu essaies contre moi?» dit l'ami de Chaozu en se lançant vers le nuage de kikohas.
-«Oh, tu m'as vu faire?»
-«A quoi crois-tu que cela me serve d'avoir trois yeux?»
Tenshinhan traversa le regroupement de kikohas en les esquivant de-ci de-là. L'ensemble de boules d'énergie se resserra sur lui, mais il arrivait de l'autre côté et allait bientôt sortir. Cependant, Krilin, toujours au sol, entra en action. Il leva brusquement ses deux bras et libéra un kiaï dans un cri. Sa cible, c'était ses propres kikohas. Il les repoussa ainsi vers le haut, repositionnant son adversaire en plein milieu du nuage d'énergie. La pluie de kikohas finit de se resserrer autour de l'homme aux trois yeux, l'entraînant dans une puissante série d'explosions.

A moitié descendant, à moitié tombant, Tenshinhan revint au sol, le corps fumant. Il soupira un grand coup et se redressa, de nouveau prêt au combat. Il se mit en position d'attaque et fonça sur Krilin qui ne s'attendait pas à ce qu'il récupère si vite. L'élève de Tortue Géniale se mit à parer les coups, pris de court et ne trouvant pas le temps de contre-attaquer. Il finit par s'envoler en arrière, mais il savait que le plafond n'était pas loin et qu'il ne pourrait fuir indéfiniment. De son côté, Tenshinhan réfléchissait à un moyen d'empêcher son adversaire de parer tous ses coups. Ils arrêtèrent au même moment leur joute et placèrent leurs mains devant leurs visages, doigts écartés. Ils crièrent simultanément.
-«La morsure du Soleil!»
Et tous deux furent éblouis par la technique de l'autre. Incapables de se battre, ils se posèrent au sol.
-«Ha! Ha! Ha! Un coup pour rien.» lança Krilin en tentant de retrouver la vue.
-«Hé! Hé! Ma technique contrée par ma technique. C'est assez ironique.» répondit Tenshinhan en en faisant autant.
Tous deux reprenaient leur souffle. Leur combat venait seulement de commencer, mais leurs précédents affrontements leur avaient déjà coûté beaucoup d'énergie.

Tenshinhan leva un doigt où brilla une boule d'énergie.
-«Dodompa!» cria-t-il en envoyant un rayon.
Krilin croisa les bras et encaissa l'attaque. Il se mit à courir vers son adversaire en gardant sa posture défensive. Arrivé aux pieds de son opposant, il décroisa violemment ses bras, faisant reculer l'homme aux trois yeux. Il profita de l'ouverture qu'il venait de créer et plaça une série de coups de poing. Tenshinhan subit le temps de quelques frappes puis il mit ses index et majeurs devant son troisième œil et envoya un rayon d'énergie. Krilin l'évita en faisant un bond en arrière, mais cela permit à son adversaire de reprendre l'initiative ainsi que de blesser et faire reculer le mari de C-18 sous ses attaques. Ils finirent tout deux par faire quelques bonds en arrière, se retrouvant à l'opposé de la salle l'un par rapport à l'autre. Leurs échanges de coups ne donnaient pas d'avantage net. Et ils étaient prêts à tenter l'affrontement direct. Ils placèrent leurs mains sur le côté et une aura d'énergie enveloppa chacun d'entre eux. Et ils dirent d'une même voix:
-«Ka... Me... Ha... Me...»
Ils concentrèrent toutes leurs forces avant de tout relâcher contre l'autre.
-«Haaaaaaa!!!»
Les rayons se heurtèrent dans un grand fracas, faisant vibrer toute la pièce. La frontière entre les deux flux d'énergie oscillait, se déplaçant un coup un peu à droite, un coup un peu à gauche. Tenshinhan amplifia encore son niveau énergétique, faisant ainsi gagner du terrain à son rayon. Krilin luttait comme il pouvait, mais la pression du rayon adverse était vraiment supérieure à la sienne. Il cria en libérant toute la puissance dont il était capable. Son kamehameha augmenta de volume et, au lieu de repousser celui de Tenshinhan, il se mit à l'avaler. Il franchit en un instant la distance le séparant de l'ancien élève du maître des grues qui arrêta son attaque pour se mettre en urgence en position de défense. Lorsque le calme revint, l'homme aux trois yeux était par terre. Il se releva difficilement après une dizaine de secondes.
-«On arrête là?» demanda Krilin.
-«Hé! Hé! Tu crois que c'est tout ce que j'ai en réserve?» rétorqua Tenshinhan.

Il se concentra et fit rejaillir ses deux bras supplémentaire depuis son dos.
-«La technique des quatre bras? C'est tout?»
-«Non, ce n'est pas tout. Regarde bien, Krilin!»
L'utilisateur du kikoho mit ses quatre mains autour de son front, paumes vers l'intérieur, doigts écartés.
-«Mais... Qu'est-ce que tu...»
Tenshinhan interrompit son adversaire en criant:
-«La brûlure du Soleil!»
Un jet d'énergie lumineuse frappa le visage de Krilin qui hurla de douleur. Il plaqua ses deux mains contre ses yeux fermés qui le brûlaient atrocement. Il s'attendait à recevoir une pluie de coups, mais il n'en était rien.
-«Ah... Aïe... Pourquoi tu n'en profites pas pour m'attaquer? Tu vas gâcher ta chance...»
-«Justement, c'est ce que tu crois...»
Krilin entendit comme étouffée la voix de son adversaire. Il put enfin ouvrir les yeux, mais tout était flou. Il se rendit compte qu'il avait du mal à seulement garder son équilibre.
-«Qu'est-ce que tu as fait? C'est quoi, cette brûlure du Soleil? C'est pas juste une super morsure du Soleil?»
-«La méthode est différente. Comme tu le sais, lors de la morsure du Soleil, les mains servent à diriger le flux d'énergie pour qu'il ne soit pas trop diffus. On peut faire une morsure du Soleil sans les mains, comme virtuel Cell tout à l'heure, mais l'attaque perd beaucoup en puissance car l'énergie est diffuse. Avec mes quatre mains, je concentre totalement l'énergie dans une unique direction. Il m'est impossible d'atteindre plusieurs personnes en un coup avec la brûlure du Soleil, mais son effet est redoutable. Au lieu de simplement perturber les sens de la personne le temps de l'attaque, le flux d'énergie est si dense qu'il laisse un impact sur le cerveau de celui qui l'a reçu au travers de ses rétines. Pour les cinq minutes suivantes, la personne sera incapable de voir, d'entendre, de se tenir et de ressentir les énergies et les déplacements d'air correctement. Il me reste quatre minutes pour profiter du fait que tu sois totalement inoffensif.»

Tenshinhan vola à toute vitesse jusqu'à Krilin qu'il frappa d'un coup de pied. Celui-ci n'avait pas pu prévoir du tout l'attaque et fut propulsé jusque contre la paroi de la pièce. Son adversaire l'y rejoignit et le mitrailla de coups avec ses quatre bras, le plaquant contre le mur absorbeur d'énergie. Puis il l'attrapa au niveau du cou à deux mains et se précipita vers le plafond où il cogna la tête de Krilin. Il le lâcha et, avec ses deux autres mains, le projeta vers le sol grâce à un coup. Il fondit sur son adversaire qui se relevait difficilement. Ce dernier se mit à envoyer des kikohas dans toutes les directions dans l'espoir de toucher Tenshinhan mais celui-ci esquiva toutes les attaques, attrapa dans le creux d'une main la tête de Krilin et l'écrasa au sol. Il attrapa à deux mains l'une de ses jambes et le projeta contre une autre paroi. Il le rejoignit et plaça une manchette. Mais il passa au travers du terrien chevelu. Il se retourna promptement et vit son adversaire qui avait du mal à seulement voler. Il lui envoya un kikoha dessus mais cela le traversa de nouveau. En balayant la pièce du regard, il vit qu'il y avait une vingtaine de versions de Krilin.
-«Zut! Il essaie de gagner du temps jusqu'à avoir retrouvé l'usage de ses sens. Où est le vrai?»
Il scruta la pièce de ses trois yeux. Soudain, il en vit un bouger. Il lui sauta dessus et porta un coup de pied qui passa au travers.
-«Désolé, mais même si tu vois le vrai, ça ne veux pas dire que tu l'atteindras! Je suis capable de passer d'une de mes transposition à l'autre.»
Tenshinhan observa de nouveau attentivement la pièce. Lorsqu'il repéra le vrai, il se déplaça en une fraction de seconde auprès de lui et le frappa d'un coup de poing à la façon d'un joueur de volley. Krilin chuta jusqu'au sol.
-«Il suffit que je sois assez rapide pour t'atteindre avant que tu ne changes de position!» lança l'ami de Chaozu.
Et il fila vers sa cible à terre qu'il frappa d'un coup de poing. Mais c'est le sol qu'il heurta, se faisant mal à son propre poing. Il avait traversé une transposition, une fois de plus. Il tenta de se concentrer de nouveau. Pendant les trois minutes restantes, Tenshinhan et Krilin rivalisèrent de rapidité et de technique, l'un pour s'échapper le temps de retrouver ses sens, l'autre pour affaiblir au maximum son adversaire avant que la bataille en règle ne reprenne.

Ce duel particulier prit fin lorsqu'au lieu de fuir, Krilin para une attaque et frappa le ventre offert de son adversaire. Celui-ci s'éloigna alors.
-«On dirait que tu as retrouvé la vue... Grâce à ta méthode de multiples transpositions, tu t'en es sorti plutôt bien... J'espère qu'on va pouvoir reprendre un combat plus direct.»
Le père de Maron, éreinté mais assez fier de la façon dont il avait partiellement échappé aux assauts de son opposant, souriait légèrement.
-«Ne t'inquiète pas. Je sais bien que je ne pourrais pas utiliser efficacement la transposition de façon offensive contre toi. Mais en revanche, je ne me laisserai plus prendre à ta technique. Je me protégerais les yeux en cas de danger.»
-«Bien, dans ce cas, c'est toi contre moi au corps à corps. Avec mes quatre bras, tu as déjà perdu!»
-«Tu parles! On sait déjà comment contrer ça!»
En déplaçant vivement ses bras, Krilin donna l'impression d'avoir huit bras. Tenshinhan sourit en coin. Puis il en fit autant et donna l'illusion d'avoir seize bras.
-«Alors? On fait quoi?» demanda malicieusement le guerrier aux trois yeux.
-«... Et zut...»
Le plus petit des deux adversaires arrêta ses mouvements de bras, aussitôt imité par le plus grand affichant un sourire satisfait.
L'homme au torse traversé par une cicatrice se jeta sur son rival, ses quatre bras relevés. Décidé à se battre jusqu'au bout, Krilin se lança lui aussi à l'attaque. Un coup de poing de Tenshinhan rencontra un coup de poing de son adversaire. Celui-ci tenta de placer un autre coup par dessus leurs bras joints mais fut bloqué par une autre main. Un bras s'éleva au dessus de l'enchevêtrement et frappa le disciple de l'école de la tortue qui encaissa le coup et s'écarta légèrement de son adversaire pour lancer un coup de pied. Le dernier bras de Tenshinhan l'attrapa à la cheville. Il souleva brusquement Krilin, le renversant, tête en bas. De ses trois autres bras, il roua son ami de coups avant de l'envoyer au loin d'une attaque plus puissante. Le mari de C-18 se releva, cracha un mélange de salive et de sang et se passa le revers du poignet droit sur la bouche. Les deux opposants se relancèrent simultanément à l'attaque. Ils échangèrent des coups violents mettant en jeu toutes les forces qu'il leur restait. Krilin reculait, dépassé par les quatre bras. Il fut finalement projeté au loin.
-«Encore un peu et ce sera terminé.» s'encouragea Tenshinhan en reprenant son souffle.

Son adversaire se redressa en émettant un petit rire. Il fonça tout droit sur l'homme aux quatre bras mais s'immobilisa brutalement à un mètre de lui. Il se mit à donner des coups en se penchant pour pouvoir atteindre le corps de son adversaire et en se redressant après chaque coup, conservant soigneusement un mètre d'écart. Tenshinhan tenta de contre-attaquer, mais ses deux bras normaux étaient systématiquement parés et les deux autres systématiquement évités. Et il continuait de se prendre coups sur coups. Il tenta un large crochet du droit en avant mais Krilin lui passa sur le côté et enfonça son coude dans son dos, l'étalant par terre. Tenshinhan se redressa d'une pirouette mais son adversaire s'empressa de rétablir l'écart d'un mètre. L'homme à la cicatrice fut de nouveau mis en difficulté. Il transpirait abondamment, frappant de son mieux avec ses quatre bras. Le petit combattant s'accroupit soudainement et faucha vivement les jambes du plus grand, provoquant sa chute. Avant qu'il n'ait atterri, Krilin utilisa un kiaï des deux mains qui propulsa son adversaire jusqu'au mur opposé de la pièce. Il s'écroula par terre.
-«Pourquoi...? Pourquoi est-ce que je perds?»
Krilin s'approcha en souriant chaleureusement.
-«Les deux bras que tu fais pousser partent de ton dos. Ils doivent d'abord contourner tes omoplates avant de passer devant toi. Ca réduit considérablement leur portée. En me maintenant à une certaine distance, je rend très facile pour moi leur esquive. Quant au deux bras restants, ils sont beaucoup plus faciles à gérer quand tu te concentres sur quatre d'entre eux que quand tu n'utilises que ces deux-là de façon naturelle. Cet avantage me permet de parer plus facilement tes coups qu'en combat simple.»
-«Je vois...»
Il fit disparaître ses deux bras supplémentaires.
-«Tu as gagné. Me battre de toutes mes forces avec quatre bras en vain a épuisé mes dernières forces. Je ne peux même plus serrer le poing... Tu restes plus fort que moi.»
-«C'est vite dit. Tu as affronté un adversaire bien plus dangereux que le mien avant notre combat, cela t'a fait partir avec une bonne pénalité. Et tu ne t'es pas battu sérieusement, sinon tu aurais employé le kikoho.»
-«C'est valable aussi pour toi qui n'a pas utilisé le kienzan. On ne peux pas utiliser des techniques aussi dangereuses en match amical.»

Chaozu rejoignit Tenshinhan, le félicitant pour son combat. Yamcha complimenta les deux adversaires en souriant. Ils se dirigèrent enfin tous vers la sortie, éreintés mais heureux. Même Chaozu qui avait été défait. Ce qui le rendait heureux était d'avoir tous ces amis qui se moquaient de son étrangeté et étaient prêt à l'entourer même dans les difficultés. Soudain, Krilin interpella Tenshinhan.
-«.Je viens de penser à un truc... La fille un coup blonde, un coup brune qui était avec nous aux vingt-deuxième et vingt-troisième éditions du championnat du monde et qui en pinçait pour toi, tu vois de qui je veux parler? Tu ne l'aurais pas revu depuis cette époque?»
-«Lunch? Elle vit avec Chaozu et moi.» répondit Tenshinhan.
-«Ah bon?! Quelle surprise! Elle t'a finalement trouvé! Et alors... Ca marche bien entre vous?» dit le père de Maron d'un ton plein de sous-entendus en lui mettant de petits coups de coude dans les côtes.
-«Je n'ai pas de temps à perdre à ça. C'est simplement notre amie. Elle a décidé d'elle-même de rester chez nous et elle y est la bienvenue.»
-«Rabat-joie...»
Ils arrivèrent sur le palier de la Capsule Corp.
-«Bon, je vais retourner à Kame House.» dit Krilin.
-«Je vais avec lui, j'ai laissé Plume là-bas avec les autres. Il n'était pas intéressé par le combat entre les virtuels Freezer, Cell et Boo.» ajouta Yamcha.
Tout deux amorcèrent leur envol. Le mari de C-18 héla l'utilisateur du kikoho.
-«Reviens nous voir de temps en temps, quand même, lâcheur!»
-«Et ramène Lunch la prochaine fois!» poursuivit l'ancien voleur.
-«Byyye!» dirent-ils tous deux en faisant un signe de la main avant de disparaître dans le ciel.
Tenshinhan et Chaozu partirent dans leur propre direction.
-«On les reverra bientôt, hein?» demanda le petit bonhomme à la peau de porcelaine.
-«Et bien... Dès que j'aurai un peu de temps quelque part dans mon entraînement, oui.»
-«Mais... Tu t'entraînes tout le temps...»
-«...»
Chaozu se tourna vers son ami de toujours.
-«Ce sont bien nos amis, hein?»
-«Mais bien sûr, enfin! Chaozu... Il y a quelque chose qui ne va pas?»
Le petit être regarda vers le sol et souffla d'une petite voix:
-«C'est juste que... Tu as l'air un peu triste, isolé dans ce désert...»
Tenshinhan ne sut que dire. Il laissa Chaozu retourner à la cabane et partit près d'une cascade provenant de la seule rivière du désert. Son regard se perdit vers l'horizon. Il médita silencieusement de longues minutes.
-«Pourquoi est-ce que je continue inlassablement la même chose? Pourquoi est-ce que j'ai cette impression de ne pouvoir me purifier de mes pêchés passés qu'en éprouvant mon corps encore et encore selon la voie des arts martiaux, l'emmenant toujours plus loin? Quand est-ce que je vais me pardonner mes errances d'autrefois?»
Son regard se dirigea vers la cabane dont les lumières étaient allumées à cause de l'approche de la nuit, annoncée par le crépuscule qui s'achevait.
-«Vraiment, Chaozu, tu me connais si bien. Tu as raison, je ne dois pas me laisser croupir ici. Je m'accomplis dans l'entraînement, mais je n'y trouve pas le bonheur. Et je ne suis pas seul. Toi et Lunch ne méritez pas cette isolation. C'est promis, on ira de temps à autre voir tous nos vieux amis!»
Avec un nouveau sourire, un sourire rempli de chaleur, Tenshinhan retourna vers la cabane en marchant.
-«Merci, Chaozu. Et merci à vous tous, mes amis!»




À suivre...
Avatar de l’utilisateur
RMR
Légende de l'Union Sacrée
 
Messages: 14697
Inscription: Jeu Juin 28, 2007 19:58

Re: Fanfic : Versus.

Messagepar RMR le Jeu Août 11, 2011 19:30

Ce chapitre est inspiré d'un combat de dragon ball multiverse ! Tout comme versus à servi de base pour leur Cell VS Dabra, Salagir et Gogeta Jr. m'ont permis de me servir de leur Nail VS Recoom comme base ! Merci à eux ! Vous pouvez voir ce combat sur dragon ball multiverse à partir de cette page.



NAIL VS RECOOM






Krilin déployait désormais toute la vitesse qu'il pouvait. Il fallait de toute urgence qu'il parvienne à la maison du Grand Chef avant que les forces du mal n'entrent de nouveau en action. Tout reposait désormais sur ses épaules. Il n'arrivait plus à déterminer exactement la raison de sa course. Devait-il aller chercher un dragon ball? Faire révéler sa puissance? A moins que ce ne soit celle de Sangohan, ou encore mieux celle de Sangoku. Mais il ne fallait pas trop y compter, ni Sangoku ni son fils n'étaient à ses côtés. En tout cas, il ne pouvait plus se permettre de perdre une seconde, il sentait une puissance écrasante arriver droit sur lui. Enfin, le pilier de pierre sur lequel se dressait la maison du Grand Chef se profilait à l'horizon. Dans cinq secondes, il serait arrivé. Mais il s'immobilisa en plein vol, paralysé, le corps tremblant, ses sens s'affolant sous l'afflux de puissance maléfique qu'il ressentait. Il se retourna et écarquilla les yeux. Recoom, le type qui avait sauvagement réduit en charpie Végéta, se tenait loin au dessus de lui, le regardant d'un air amusé, les mains sur les flancs oblongs de son armure qui protégeaient ses hanches. Il était entouré d'une aura d'énergie imposante, ténébreuse.
-«Je... Je suis définitivement foutu...» prononça Krilin d'une voix tremblante.
C'est alors qu'il s'en rendit compte. Ce n'était pas lui que Recoom regardait, mais la maison en contrebas. Il sentit autre chose venant de cette habitation. Et il vit Nail sortir. Lui, il était entouré d'une aura lumineuse, bienveillante, apaisante, mais toute aussi imposante que celle du monstre du commando Ginue. Un semblant d'espoir naquit en Krilin. Mais il releva aussitôt la tête en sentant l'énergie de Recoom se concentrer. Celui-ci, avec un sourire dément, appliqua une main par dessus l'autre et projeta un immense rayon d'énergie noire. Il se dirigeait droit vers Nail, et le terrien se trouvait sur sa trajectoire. Au même moment, l'énergie de Nail se concentra à son tour et, les deux mains en l'air, il envoya un immense rayon d'énergie blanche. Krilin se trouvait à mi-chemin entre les deux attaques.
-«Mais... Nail ne m'a pas vu ou quoi? Merde... Il faut que je bouge!»
Mais il était complètement paralysé par la lourdeur des puissances mises en jeu. Il cria alors que les deux rayons finissaient de se rejoindre, l'avalant dans un océan de douleur. Il sentit son corps brûler et hurla d'autant plus fort. Il se redressa en sursautant et étouffa un cri.

Il haleta en reprenant ses esprits dans la pénombre de la chambre de Kame House. Ce n'était qu'un cauchemar. Un cauchemar provoqué par l'étouffante chaleur de l'été dans les mers du sud. D'un rapide coup d'œil, il constata que C-18 dormait encore. Il n'avait dû crier qu'en rêve. A pas feutrés, il se leva et rejoignit la petite salle de bain de l'étage. Il se passa de l'eau fraîche sur le visage en songeant aux deux personnes de son rêve. D'un côté, ce monstrueux Recoom qui avait traité Végéta comme une poupée qu'un enfant s'amuserait à torturer. Sangoku n'était pas encore arrivé, et Krilin figurait sur la liste des victimes de cet improbable guerrier qui semblait absolument intouchable. Un fantôme de douleur traversa son corps jusqu'aux os quand il songea au coup de pied qu'il avait reçu et qui les lui avait brisés. De l'autre côté, il avait été grandement surpris par ce Nail quand il l'avait rencontré. Ayant vu ce que de jeunes nameks apparemment doués au combat avaient subi face à Doria, il n'espérait pas trouver un namek avec une puissance suffisante pour le tuer d'un seul coup. Mais ce Nail avait bien cette puissance, fondamentalement douce, mais qui donnait l'impression qu'il pouvait déplacer une montagne. D'ailleurs, il le pouvait sûrement. Il dégageait également de lui un calme, une sagesse qui semblait infinis. Tout cela le dépassait complètement, Krilin avait été comme un fétu de paille au milieu d'une tempête. Tout en pensant, il avait regagné sa chambre. En ce qui concernait le cauchemar, il en serait quitte pour dormir sans haut de pyjama la prochaine nuit, haut qu'il jeta par terre. Il se glissa sous les draps et observa sa bien-aimée.

La Lune, quasiment pleine, diffusait une lumière bleutée qui, en passant par la fenêtre ouverte de la chambre, venait frapper la peau d'albâtre de C-18. Elle dormait couchée sur le côté droit, le corps légèrement replié sur lui-même, en chien de fusil. Son bras gauche passait par dessus le léger drap et sa petite main se refermait doucement dessus, le tenant contre elle. On aurait presque pu croire qu'elle, au contraire de Krilin, avait froid. Celui-ci entendit distinctement sa respiration dans le calme de la nuit, malgré le chuintement du ressac des vagues, dehors. Elle soufflait régulièrement, doucement, les paupières closes. Sa poitrine se soulevait par intermittence. Elle semblait si tranquille, si confiante. Les premières années, ses nuits avaient été agitées, remplies de cauchemars, mais avec le temps, elle s'était mise à sourire de plus en plus souvent le jour et à dormir de mieux en mieux la nuit. Krilin la regardait tendrement. Elle semblait si fragile... Alors que toutes ces considérations sur Nail et Recoom n'avaient aucun poids à ses yeux à elle, de magnifiques yeux bleus rivalisant de profondeur avec l'océan qui les entourait, nota mentalement Krilin au passage. Elle pouvait les terrasser tous deux avec le petit doigt si elle le voulait. Ses pensées revinrent sur Nail. Bien qu'il était incroyablement puissant, Krilin ne l'avait pas vu combattre. Il savait qu'il avait protégé le Grand Chef jusqu'au bout. Et durant les cent trente jours séparant la résurrection de Krilin du départ de Dendé, ce dernier lui avait appris que Nail et Piccolo ne faisaient plus qu'un. Cette histoire de puissance le travaillait, et il savait ce qu'il pouvait faire pour déterminer qui de Nail ou de Recoom aurait remporté un combat les opposant. Il se pencha et posa le bout de ses lèvres sur la joue de sa femme. Il était l'homme le plus heureux du monde. Il ne fit pas le moindre cauchemar pour le restant de la nuit.

-«Eh bien! Je te vois souvent ces derniers temps! Tu l'aimes bien ma salle d'entraînement virtuel!» dit Bulma en riant.
Krilin émit un petit rire en se grattant l'arrière de la tête. Il ne pensait pas lui-même qu'il trouverait autant d'intérêt à cette salle. Il avait voulu tenter un petit combat face à virtuel Nappa pour se dérouiller. Puis c'est en se rappelant une première fois de la pression subie lors des différents passages critiques pour la Terre qu'il avait eu l'idée d'un combat entre les provocateurs de ces crises, un combat où lui et ses compagnons d'infortune seraient tranquillement spectateurs, détendus. Ca avait été un succès. Puis c'est entraîné par l'enthousiasme combattif de Tenshinhan qu'il s'était retrouvé à combattre contre virtuel Doria puis contre l'homme aux trois yeux lui-même, mais là encore, il ne l'avait pas regretté. C'est un cauchemar qui l'amenait pour la quatrième fois à utiliser la salle d'entraînement virtuel. Il programma virtuel Nail sans trop de problèmes et mit en face un virtuel Recoom déjà programmé par un précédent utilisateur, sans doute Végéta. Il décida que le combat se passerait sur une immense plaine de la planète Namek, proche de la demeure du Grand Chef, un lieu où virtuel Nail aurait intercepté virtuel Recoom en route pour la maison du père de tous les habitants de ce monde. Il s'installa dans la salle d'observation, impatient de voir les prouesses des deux combattants et souhaitant le meilleur à virtuel Nail. Comme prévu, virtuel Recoom apparut dans les cieux de Namek, filant à travers le ciel en direction de la maison du Grand Chef, un sourire mauvais au visage. Il était bien décidé à faire parler les derniers nameks vivants, il fallait savoir comment réaliser le vœu du seigneur Freezer. Sur sa route apparut virtuel Nail, les bras dans le dos, les pans de sa veste bleue foncée flottant dans le vent.

-«Pourquoi souhaites-tu voir le Grand Chef, étranger?»
Virtuel Recoom s'était immobilisé à son tour, sa tignasse rousse étant le seul élément chez lui à se mouvoir imperceptiblement dans le vent.
-«Le "Grand Chef" ou un autre, peu m'importe. Aurais-tu l'amabilité de m'expliquer comment utiliser les dragon ball, ma petite face de limace?» questionna le soldat en faisant un très large sourire faux.
-«L'usage des dragon balls n'est pas autorisé à des créatures cruelles comme vous autres.» répliqua le namek.
-«Ouf! Ca aurait été dommage que tu parles avant que je ne t'éclate. On n'a pas grand chose à se mettre sous la dent par ici, le seigneur Freezer a déjà bien fait le ménage. Prêt pour le massacre?»
-«Si tu veux te battre, c'est d'accord. Mais au sol.» dit-il en faisant un mouvement de tête vers le bas.
-«Je ne veux pas qu'un tir perdu aille frapper le Grand Chef.»
-«S'il n'y a que ça pour te faire plaisir...» répondit virtuel Recoom en amorçant sa descente et en ricanant.
Les deux adversaires se posèrent au sol et s'observèrent mutuellement. Virtuel Nail était déjà en garde, les jambes et les bras légèrement pliés. Virtuel Recoom, lui, toisait narquoisement son ennemi de toute sa hauteur, les poings sur les hanches. Bon, c'était un duel en bonne et due forme, il décida donc de passer à l'action. Il releva le poing gauche à côté de son visage et leva le genou droit bien haut, se retrouvant ainsi en appuie sur une seule jambe.
-«Commando...» cria-t-il.
Il tendit son bras droit à sa droite, main ouverte, et d'un mouvement de balancier la fit venir à l'extrême gauche, passant devant son bras gauche replié.
-«...Ginue!»
Tout son corps suivit à son tour un mouvement de balancier. Il pencha son buste en avant en reposant à terre sa jambe droite. La jambe gauche partie en arrière jusqu'à la verticale, prolongeant son buste lui aussi finalement aligné par rapport au sol. Il redressa la tête pour regarder devant lui, bras le long du corps, poings fermés. Il se retrouva ainsi entièrement à quatre-vingt-dix degrés par rapport à sa jambe d'appui, la jambe droite.
-«Recoom!!!!» hurla-t-il.
Il maintint la pose quelques instants, offrant à son adversaire le privilège de l'admirer au sommet de son art.
-«Cette chorégraphie de présentation est décidément la meilleure! Je fais toujours un effet incroyable avec!» pensa-t-il.
En effet, virtuel Nail le regardait fixement. Mais loin d'être béat d'admiration, il semblait plutôt incrédule, une goutte de sueur glissant sur son front. Virtuel Recoom décida que la récréation était terminée.

-«Toooh!!!» cria-t-il en prenant son envol, se propulsant de sa jambe d'appuis, les bras légèrement redressés en arrière dans une position parfaitement aérodynamique.
Il arriva sur virtuel Nail à pleine vitesse et donna un coup de poing tout en frappant le sol de son pied droit pour freiner son mouvement, soulevant un sillon de poussière sur le passage de sa botte. Le namek se tourna vivement sur le côté et fit un petit saut arrière, ce qui lui permit d'éviter l'attaque. Les pans de sa veste battaient dans le vent dans le sens contraire de son mouvement. Il contre-attaqua d'un très large coup de pied en criant, mais virtuel Recoom se baissa promptement, posant sa main gauche au sol. Le coup de pied passa au dessus. En poussant sur son bras gauche, le soldat de Freezer rejaillit au devant de son adversaire. Il envoya un uppercut que virtuel Nail esquiva en reculant le buste. Le poing du membre du commando Ginue poursuivit sa course en hauteur jusqu'à ce que le gardien du Grand Chef ne se saisisse de son poignet avec la main droite. Les deux guerriers, immobilisés, se regardaient furieusement. Virtuel Recoom tirait pour récupérer son bras, en vain. Lui et son adversaire tremblaient sous l'effort. Puis l'homme en armure sourit en levant le poing droit. Il l'abattit vers le visage de son adversaire qui para de son avant-bras libre. Le namek relâcha enfin le poignet de son adversaire et faucha d'une manchette l'espace devant lui de sa main ainsi libérée. Son adversaire avait pris la fuite en volant en arrière, mettant de la distance entre eux. Virtuel Nail envoya un kikoha que virtuel Recoom frappa d'un coup de poing de haut en bas, le faisant exploser par terre. Le combattant vert avait profité de la diversion pour se déplacer rapidement derrière son ennemi et lança un coup de poing dans son dos. Le roux se pencha promptement en arrière juste avant que le poing approchant ne lui interdise ce mouvement, formant un pont avec son corps, le ventre tendu en hauteur. Il évita ainsi le coup qui passa au-dessus. Il affichait un immense sourire malveillant. Il fit remonter ses jambes, se retrouvant à l'envers, et enserra la tête du Namek entre ses mollets. Il mit ses mains en arrière en les chargeant d'énergie.
-«Hé! Hé! Hé!» ricana-t-il avant de balancer ses bras en avant vers le ventre de virtuel Nail.
Celui-ci souleva son corps en arrière, formant à son tour un pont, mais renversé, ventre tendu vers le bas. La décharge d'énergie passa juste en dessous de ses abdominaux roses. Puis il redescendit abruptement ses jambes, frappant de l'un de ses pieds la tête de virtuel Recoom qui relâcha se prise sur celle du namek. Il se remit en position verticale normale et fit un tour sur lui-même en tendant un bras. Il frappa ainsi à son tour virtuel Nail d'un coup de poing qui le projeta plus loin, à terre. Ils repartirent tous deux à l'assaut et enchaînèrent les coups et les mouvements pour parer au ras du sol, soulevant une grande quantité de poussière à chacun de leurs mouvements ultra-rapides. Au milieu de la pluie d'attaques qui suivit, virtuel Nail reculait lentement, légèrement dépassé par virtuel Recoom. Se rendant compte de son avantage, le soldat concrétisa en frappant d'un large coup de haut en bas, les poings joints. Le namek fut obligé de cesser d'attaquer pour éviter le coup d'un petit mouvement de recul. Le membre du commando Ginue sépara ses mains qu'il tendit vers le bas, paumes à plat.
-«Recoom kick !» cria-t-il en donnant un grand coup de pied remontant qui frappa le menton du garde du Grand Chef.
Celui-ci fit un vol plané en arrière, cracha un peu de sang et retomba par terre sur le dos.
-«Tu en veux encore ?» demanda virtuel Recoom avec son immense sourire malsain.

Virtuel Nail se redressa sur ses genoux, tête basse. Il avait laissé l'avantage à son adversaire plus longtemps qu'il n'aurait dû. Il décrispa un peu ses membres et se releva, décidé à corriger son erreur. Virtuel Recoom tiqua, surpris de voir son adversaire en si bonne forme. Virtuel Nail cria en chargeant son énergie au maximum, une aura blanche l'entourant, des veines saillant sur son front et son torse.
-«Ho!» fit le soldat de Freezer d'une voix légèrement étonnée en réponse aux informations que son détecteur d'énergie lui dévoilait dans des "bips" sonores, le visage pourtant peu marqué par la surprise.
Virtuel Nail vola au devant de son adversaire. Il abattit le poing gauche dans le ventre du membre du commando Ginue dont l'armure explosa sous la force de l'impact. Celui-ci hurla de douleur, cessant instantanément ses mimiques faussement surprises et ses manières. Le namek enchaîna avec un crochet du droit.
-«Urgh...» laissa échapper virtuel Recoom tandis qu'il crachait un peu de sang et que sa tête volait en arrière.
Il entendit encore deux "bips" provenant de son détecteur qui n'avait pas fini de calculer la puissance de l'opposant, étouffés par la distance car l'appareil, arraché de son oreille par le coup, tombait plus loin. Virtuel Nail enchaîna toute une série d'attaques, repoussant virtuel Recoom en arrière qui n'avait pas d'autres choix que de se défendre, les deux bras devant sa tête.
-«Zut! Je ne peux pas me battre longtemps à un tel niveau, et même si j'ai nettement l'avantage, il me faut briser sa défense pour frapper un coup efficace!» pensa le namek.
Il faucha les pieds de virtuel Recoom d'un mouvement circulaire de la jambe. Celui-ci, au lieu de tomber, se mit à voler en arrière, toujours en défense. Virtuel Nail renonça à son assaut et recula à son tour. Soulagé, virtuel Recoom baissa sa garde en souriant.
-«Alors, c'est tout?»
Virtuel Nail sourit à son tour.
-«Idiot...»
Il étira son bras en avant et attrapa le poignet gauche du combattant en armure. Il se tira ainsi à grande vitesse sur son adversaire et le frappa avec le front avant qu'il ne puisse se remettre en garde. Il poursuivit d'un large coup du bras gauche qui envoya le membre du commando Ginue racler la poussière. Il tendit sa main droite devant lui, se saisissant de son poignet avec la gauche. Il développa toute sa puissance.
-«Kaah!» cria-t-il en envoyant un rayon d'énergie concentré sur un virtuel Recoom au sol qui n'avait encore que relevé le buste.
Ce dernier cria à son tour, de terreur, en voyant l'attaque fondre sur lui et l'emporter. Une immense explosion s'ensuivit.

Tout un nuage de poussière avait était soulevé dans le sillon de l'attaque et s'écartait à sa droite et à sa gauche. Virtuel Nail scruta à travers la fumée pour voir la situation de son ennemi. Il étouffa un cri de surprise quand il vit son ombre se dessiner puis son corps, debout, bien droit, être dévoilé par la poussière qui retombait. Il avait la base du gant gauche déchiré, les rallongements oblongs de la partie inférieure de son armure en miettes et toute la partie supérieure gauche de celle-ci détruite. Son corps musclé était couvert d'écorchures. Plusieurs filets de sang coulaient de sa bouche qui affichait un grand sourire amusé. Sa tignasse rouge était deux fois moins épaisse. Il s'épousseta le torse de la main gauche, nonchalamment.
-«Pas mal! C'était vraiment pas mal!»
Puis il écarta les poings, en position de combat.
-«Mais, tu sais, ma petite face de limace, même si je ne suis pas capable d'augmenter ma puissance, je peux par contre décider d'utiliser celle que j'ai plus sérieusement.»
Virtuel Nail serra les dents, redoutant le pire. Virtuel Recoom lui fonça dessus à pleine vitesse. Il lança un coup de poing que le namek esquiva. En effet, la puissance du soldat n'avait pas augmenté et le gardien du Grand Chef esquivait toujours aussi facilement. Cependant, cette fois, un coup de pied vint tout de suite derrière. Virtuel Nail l'esquiva en plongeant en arrière. Virtuel Recoom se déplaça au dessus de lui et enfonça son poing dans son ventre jusqu'à l'écraser par terre. Un nouveau flot de sang violet s'échappa de la bouche de virtuel Nail. Il jeta son poing contre le visage de virtuel Recoom qui recula sous l'impact. Un écoulement de sang glissa hors de son nez. Il le recueillit du dos de son gant droit, toujours souriant.
-«Il est plus fort que moi... Qu'est-ce que je...»
Les pensées de virtuel Nail furent interrompues par un Recoom mach attack lancé sans poses de présentation. Le poing du soldat envoya le namek rouler à terre. Celui-ci se releva, sonné.
-«Bien...» lâcha virtuel Recoom.
Il ouvrit la bouche et de la lumière s'en diffusa légèrement.
-«Recoom eraser gun!» articula-t-il, la gueule béante, en relâchant un puissant rayon d'énergie dense parcouru d'éclairs.
Le rayon avala la distance séparant les deux adversaire sous les yeux écarquillés de virtuel Nail.
-«Merde! Il faut que j'esquive!»
Il amorça un déplacement sur la droite mais fut presque immédiatement happé par l'attaque. Le rayon se perdit au loin, laissant un renfoncement linéaire dans le sol sur toute sa trajectoire. Au milieu du petit fossé, virtuel Nail, tremblant, était allongé. Son bras gauche avait été désintégré, ainsi qu'une partie de son torse descendant jusqu'aux reins. Des os saillaient hors de son moignon sanguinolent qui inondait le sol. Sa tunique avait été quasiment entièrement brûlée, épargnant par contre l'étoffe blanche qui protégeait son cou. Virtuel Recoom, qui l'avait rejoint, le souleva par son dernier bras.
-«Gh...» fit le combattant namek dont la douleur ressentie se démultipliait à cause du mouvement forcé.

-«Je suppose qu'il n'y a plus rien à tirer de toi. Alors, tu veux bien me dire comment utiliser les dragon balls?»
En guise de réponse, virtuel Nail ouvrit les yeux desquels jaillirent deux rayons d'énergie. Ceux-ci transpercèrent le torse du soldat de Freezer dans une gerbe de sang. Ce dernier lâcha le namek et posa le genou gauche à terre.
-«Ooohhh!!!» gémit-il de façon toujours aussi maniérée, malgré la douleur qui se diffusait dans son torse.
Il porta une main à sa poitrine et la regarda, couverte de sang. Dans le même temps, virtuel Nail se redressait.
-«Pas prudent...» railla-t-il en souriant.
Il régénéra entièrement son corps en criant, faisant jaillir un nouveau bras. Puis il arracha le pan de tunique qui restait mollement accroché à son bras droit. Avant que son adversaire ne se ressaisisse, il sauta devant lui et porta un coup de pied en revers qui fit éclater son nez, provoquant une explosion de sang. Le monstre s'écroula enfin au sol. Virtuel Nail se détendit quand il remarqua que la main de son adversaire tremblait, signe qu'il était encore vivant. Il se précipita sur lui en reconcentrant ses forces.
-«Je ne peux pas prendre de risques, je n'ai quasiment plus la moindre énergie!» songea-t-il en levant le pied au dessus du cœur de son opposant.
Il frappa de toutes ses forces pour faire cesser les battements cardiaques de son adversaire par une vive compression de la poitrine. Son pied explosa le sol herbeux. Virtuel Recoom avait déplacé vivement son buste sur sa gauche, les yeux ouverts.
-«Merde!» s'écria virtuel Nail en levant de nouveau le pied.
Le bras du soldat se saisit de l'autre jambe du gardien du Grand Chef et d'un mouvement brusque fit chuter le namek. Les deux combattants se redressèrent, à quelque distance l'un de l'autre.

Le combattant originaire de la planète où ils s'affrontaient respirait difficilement, le corps couvert de sueur. Virtuel Recoom, lui, défiant la logique, se tenait droit comme un i. Il massa sa poitrine de la main gauche en souriant, provoquant des coulées de sang depuis les trous et des ondes de douleurs dans son corps. Sa respiration se faisait sifflante. Et pour cause.
-«Impressionnants, ces rayons, ma petite limace adorée! Dommage qu'ils soient si fins, je n'ai que les poumons de transpercés.»
-«M...Monstre...» jura virtuel Nail.
-«Bon, il me reste environ une demi-heure avant de mourir noyé dans mon sang. C'est largement suffisant pour te tuer et me soigner au vaisseau du seigneur Freezer.»
Il toussa du sang avant de reprendre.
-«En ce qui concerne les dragon ball, il reste deux autres personnes à faire parler, dont ton cher "Grand Chef"! Hé! Hé!»
-«Je t'interdis de porter la main sur le Grand Chef!» hurla le namek en serrant les poings.
Virtuel Recoom élargit son sourire.
-«Je vais te faire l'honneur de ma plus puissante attaque! Recoom...»
Il se pencha en avant, une jambe pliée en arrière, l'autre pliée au niveau du genou par devant, les poings fermés près du sol. Il concentra son énergie dans tout son corps.
-«...ultra...»
Il se releva brusquement, provoquant des jets de sang depuis son torse, les mains levées vers le ciel. Son énergie s'intensifia tandis que le sol se craquelait à ses pieds.
-«...combat...»
Il rabattit ses poings près de son corps.
-«...miracle...»
Il leva le poing droit en arrière.
-«...explosion!!!»
Il frappa le sol de son poing. Puis toute l'énergie de son corps sembla comme aspirée par un vortex vers sa main. Une demi-sphère d'énergie se forma autour d'elle, posée sur le sol, et s'élargit, englobant Recoom puis les environs. Elle devenait de plus en plus grande. Virtuel Nail regarda le phénomène, interdit.
-«Kuuh!» fit-il en se mettant en garde quand le dôme rempli d'énergie l'avala à son tour.
Mais à sa plus grande surprise, il ne ressentit aucune douleur. Il ouvrit les yeux et vit qu'il était pourtant bien entouré d'énergie. Le dôme continua de grandir jusqu'à faire une dizaine de kilomètres de diamètre. Puis virtuel Recoom se mit à rire.
-«Merde!» s'exclama le namek en tentant de sortir de la demi-sphère de toute sa vitesse.
L'énergie se mit à luire, puis une formidable explosion s'ensuivit. Un champignon de fumées s'éleva au dessus du terrain. Le corps de virtuel Nail retomba au sol, fumant. Virtuel Recoom souffla un grand coup, épargné par l'explosion.
-«Il faut que j'aille me faire soigner avant toute chose. Je confie le reste aux copains.»
Il s'envola dans la direction du vaisseau de son maître. Il ne vit pas derrière lui le combattant Namek se redresser, le regard vague. Sa jambe gauche trainait contre le sol, son bras gauche formait un angle bizarre. Il tendit le bras droit vers son adversaire.
-«C... Crève, ordure!»
Un kikoha jaillit et vint frapper le dos du monstre, en plein sur ses trous. Celui-ci cria de douleur et tomba en vrille, finissant dans la mer qu'il avait atteint. Le gardien du Grand Chef s'écroula, le bras toujours tendu. Il n'avait pas la force de se régénérer, ni même celle d'arracher ses membres mutilés et encombrants. Il n'avait plus aucune force. Il rendit ainsi l'âme, souhaitant que le monstre soit finalement vaincu. Celui-ci avait coulé à pic jusqu'au fond de l'eau et reposait sur le dos, encore conscient. Il tenta de se relever, mais les forces lui manquaient aussi. Il avait le choix, inspirer l'eau et mourir noyé tout de suite ou attendre que le sang dans ses poumons s'occupe de le noyer. Il ne parvint jamais à terme, la session d'entraînement virtuel cessant avec la mort de virtuel Nail.

-«C'était encore plus incroyable que ce que je m'imaginais! Ce Recoom est dingue! On dirait qu'il prend plaisir à souffrir et qu'aucune douleur ne l'atteint! Et Nail qui rivalise avec ça... Décidément, cette salle est vraiment extra!» s'exclama Krilin, tout retourné.
Il se demanda si C-18 apprécierait ce genre de spectacle. Il se dit que la prochaine fois, il lui proposerait de venir avec lui.



À suivre...
Avatar de l’utilisateur
RMR
Légende de l'Union Sacrée
 
Messages: 14697
Inscription: Jeu Juin 28, 2007 19:58

Re: Fanfic : Versus.

Messagepar RMR le Jeu Août 11, 2011 19:34

TORTUE GENIALE VS TAOPAIPAI







Tortue Géniale se trouvait devant le bâtiment principal de la Capsule Corporation, dans l'allée centrale. A côté, un petit robot dans une salopette rouge tondait le gazon. Le vieil homme en tenue de ville assez chic regarda rapidement à droite et à gauche avant de donner avec la base de son bâton quelques coups sur la coque métallique du jardinier.
-«Pssst! Toi! Psssssssst!»
-«Je peux vous aider, monsieur?» lui répondit la machine de sa voix éraillée.
-«Va me chercher Trunks. Rapidement.»
-«Je vais voir si monsieur Trunks est là. Un instant s'il vous plaît.»
Délaissant sa tâche, le robot partit vers l'entrée principale. Il s'approcha de la grande double-porte vitrée qui s'ouvrit plus tôt qu'elle ne l'aurait dû. C'était Bulma qui sortait, une sacoche à l'épaule.
-«Tiens? Tu as déjà fini la pelouse?»
-«Je vais chercher monsieur Trunks pour monsieur.»
-«Trunks est à l'école... Quel monsieur?»
Bulma releva la tête.
-«Ca alors! Tortue Géniale! Qu'est-ce qui t'amène ici, vieille canaille?!» lança-t-elle en souriant.
Un peu de transpiration perla sur le visage du maître.
-«Moi? Eh bien... Je...»
Il toussa un peu pour reprendre contenance puis se tint bien droit, le bâton à la main.
-«J'ai entendu parler de ta machine, là! La salle d'entraînement virtuel! Ma visite ne devrait pas te surprendre! Il est plus que temps qu'un grand maître comme moi vienne se mesurer à cette technologie! C'est naturel!»
-«C'est vrai.» dit-elle d'un ton complaisant.
-«Je vais t'y mener et te préparer une session d'entraînement virtuel, alors. Ca me fait plaisir.»
Le vieil homme fronça les sourcils en se penchant en avant.
-«Tu ne t'apprêtais pas à sortir?»
Bulma se retourna vers l'entrée de sa maison.
-«Je voulais faire quelques courses, mais ça peut attendre.»
Puis elle tourna la tête en arrière, vers son interlocuteur, mains sur les hanches, le visage sévère.
-«Ma présence te dérange, peut-être?»
Tortue Géniale grimaça.
-«Non, non, non! Pas du tout!»
Il se racla la gorge avant de reprendre sur un ton grave.
-«Tu vas me montrer comment ça marche?»
-«Ne t'inquiète pas, je vais te préparer moi-même la session et tu n'auras plus qu'à combattre.»
-«Je vois... Tu me prends pour un vieux machin qui n'a plus qu'à attendre qu'on lui serve les choses sur un plateau... Mais la vieillesse, c'est dans la tête! Il ne tient qu'à moi de vivre dans l'ère du temps. Apprends-moi, et j'appliquerai par moi-même!» dit-il d'un ton sans réplique.
Bulma écarquilla les yeux.
-«Euh... Si tu veux, mais ça va être plus long. Au fait, tu vas te battre dans cette tenue?»
-«T'occupe!»
Elle lança sa sacoche au robot.
-«Tiens, va me faire les courses! La liste est dans le sac. Ne te fais pas voler.»
-«Très bien madame.»

-«Alors c'est ça, la salle d'entraînement virtuel?» s'étonna Tortue Géniale, curieux de ce qu'il voyait.
-«Ecoute-moi bien. Je vais t'expliquer comment procéder étape par étape. D'abord, prenons un modèle. Qui veux-tu combattre?»
-«Qui combattre? Heu...»
-«Tu n'es pas venu avec un adversaire en tête?»
-«Oui, bon, ça va! On ne peut pas penser à tout!» siffla le maître.
Il songea naturellement au maître des grues, son vieux rival d'antan. Mais le combat serait expéditif, son ennemi d'autrefois n'ayant pas tenu le rythme de progression du maître des tortues. En même temps, ça l'arrangeait si le combat pouvait se terminer rapidement. Mais en pensant au maître des grues, il pensa alors à une autre personne. Son frère cadet.
-«Taopaïpaï...» murmura-t-il.
-«Taopaïpaï? Le tueur à gages?» demanda tout haut Bulma.
-«Nan! Attends! C'est peut-être un peu risqué...» répliqua précipitamment Tortue Géniale.
Puis il ferma les yeux et baissa la tête.
-«Non... Maintenant que j'en suis là, autant aller jusqu'au bout des choses. Ce sera pour moi l'occasion de m'entraîner comme je ne l'ai plus fait depuis fort longtemps...»
-«Je suis prêt, Bulma. Créons virtuel Taopaïpaï!»
Celle-ci lui sourit aimablement avant d'entreprendre les explications sur l'ensemble des manipulations permettant la création d'une session d'entraînement virtuel.

-«Eh bien avec tout ça, tu devrais pouvoir tout faire tout seul! Maintenant que c'est programmé, tu n'as plus qu'à en profiter. Tu mettras tes connaissances en application la prochaine fois. Bonne chance! Sois prudent!»
Lorsque Bulma referma la porte, Tortue Géniale se retrouva sur une réplique virtuelle de l'île où il avait autrefois entraîné Sangoku et Krilin, avec Kame House un peu plus loin. En face de lui, virtuel Taopaïpaï se matérialisa, les mains dans le dos, portant son éternelle toge rose ornée des mots "kill you" derrière, portée par dessus des vêtements bleus. D'un petit mouvement sec de la tête, il rejeta sa natte devant lui. Ses yeux fins se posèrent sur le maître.
-«Mais qui voilà? Ne serait-ce pas le fameux Tortue Géniale? Je crois que je vais pouvoir faire un immense plaisir à mon frangin en annonçant ta mort, vieux crouton.»
Tortue Géniale retira ses lunettes et les laissa tomber, ainsi que son bâton, à côté, dans le sable. Il posa son regard aux yeux atteints de strabisme mais qui, paradoxalement, exprimaient l'immense sagesse qu'il détenait, sur le tueur.
-«Impertinent. Il est temps que je te donne une leçon qu'un assassin comme toi n'aura pas volé.»
-«Hé! Hé! Hé! Quelle superbe affiche! Le dieu des arts martiaux contre le plus grand assassin au monde! Ta mort fera très bien sur mon C.V.!»
Virtuel Taopaïpaï se mit en position de combat, le corps de profil, les jambes écartées et pliées, un bras formant un angle au coude contre ses côtes, l'autre replié devant son visage, deux doigt relevés en crochet. Tortue Géniale, lui, se tenait sobrement, une main en arrière, une main en avant, tout les doigts repliés formant deux becs. Le tueur à gages se mit à courir en mitraillant le sol de ses pieds, acquérant ainsi une fantastique vitesse. Son adversaire sembla réaliser quelque chose et leva une main devant lui.
-«Temps mort!»
Virtuel Taopaïpaï s'arrêta avec fracas, surprit. Le maître des tortues déboutonna sa belle veste et retira ses vêtements, restant en short et en T-shirt hawaïen.
-«Heureusement que j'avais mes vêtements habituels sous ceux-ci...» marmonna-t-il en pliant soigneusement ses vêtements et en les posant délicatement près d'un palmier avec ses lunettes de Soleil et son bâton.
Le frère du maître des grues le regardait, incrédule.
-«Je crois que j'ai tout intérêt à tuer rapidement ce vieillard sénile, je redoute d'être tourné en ridicule à un moment ou à un autre...»

L'assassin se remit à courir. Arrivé au devant de Tortue Géniale, il abattit son index entre les deux yeux de son adversaire. Celui-ci bloqua le coup en saisissant le doigt à pleine main, forçant pour l'empêcher de franchir les quelques centimètres le séparant de son front. Un petit sourire en coin souleva la fine moustache de virtuel Taopaïpaï qui frappa de son autre index. Promptement, le maître de Sangoku donna un coup de pied de bas en haut vers le menton de son ennemi. Celui-ci sauta dans les airs avant d'être atteint, faisant quelques pirouettes avant de retomber plus loin, les pans de sa toge retombant une seconde plus tard.
-«Si tu as peur de deux doigts, qu'est-ce que ce sera quand j'utiliserai les dix...» railla le tueur à gages.
Tortue Géniale fit un bond qui le propulsa vers son adversaire. Il le frappa d'un coup de genou en plein visage, le faisant voler en arrière. Sa victime laissa une trace dans le sable en retombant. Il se releva, un filet de sang coulant de son nez. Le vieil homme prit la parole.
-«Tu prétends que tu ne te battais pas à fond? Tu devrais... Je ne suis pas une de tes cibles que tu élimines sans même y penser.»
Virtuel Taopaïpaï grimaça de dépit avant de se remettre en garde. Il sauta à son tour droit vers son adversaire qui, lui, bondit à la verticale au dessus de la trajectoire du tueur et tenta de le frapper en vol. Sa cible attrapa le poing qui lui était destiné, fit un demi-tour en le contournant grâce à sa vitesse de déplacement et projeta le vieux maître à terre tout en retombant à ses côtés. Il leva un bras, prêt à abattre son poing dans le ventre du maître des tortues au sol. Celui-ci leva les deux bras au dessus de lui, doigts repliés, paumes jointes, et lança un rayon d'énergie qui passa par le visage de virtuel Taopaïpaï, le faisant tomber en arrière. Les deux adversaires se relevèrent. Le frère du maître des grues avait le visage noirci et fumant.
-«Alors voilà donc ton kaméhaméha...»
-«Eh oui! L'original, le vrai!» clama Tortue Géniale en songeant avec ironie mais aussi avec fierté aux kaméhaméhas des millions de fois plus puissants que ses élèves pouvaient désormais utiliser.

Virtuel Taopaïpaï sauta au devant du maître mais stoppa son mouvement en enfonçant ses pieds dans le sable juste avant de le rejoindre. Il frappa alors d'un coup vif le visage du rival de son frère qui fut projeté jusqu'au palmier où il avait réunit ses affaires. Celui-ci fut rejoint par son adversaire prêt à frapper. Mais Tortue Géniale se saisit alors de son bâton qui était à porté de main et frappa la joue de son adversaire avec le sommet arrondi, lui faisant cracher de la salive. Il en profita pour se relever, toujours armé de son bâton, et lança plusieurs coups que son ennemi esquiva. D'un brusque mouvement de tête, virtuel Taopaïpaï lança sa natte vers le bâton qu'elle entoura.
-«Qu...!» s'exclama Tortue Géniale.
D'un autre mouvement, l'assassin arracha le bâton des mains de son porteur. La natte relâcha naturellement son étreinte, laissant le bâton rouler loin des deux combattants. Le tueur à gages donna un coup de poing. Le maître des tortues passa en dessous et sauta derrière son adversaire.
-«Puisque tu aimes jouer avec ta natte...»
Il saisit à deux mains le prolongement capillaire du meurtrier en série et, d'un large mouvement, fit passer son adversaire au dessus de lui avant de l'écraser par terre. Sans se relever, ce dernier frappa de ses deux pieds le corps de son opposant, ses deux mains en appuis au sol. Le créateur du kaméhaméha fut repoussé. Ils se firent de nouveau face. Virtuel Taopaïpaï était furieux, couvert d'égratignures. Tortue Géniale était, lui, couvert de sueur. Un sourire mauvais se fit jour sur le visage de l'assassin. Il tendit brusquement un doigt devant lui.
-«Dodompa!»
Un fin rayon d'énergie jaillit et frappa le vieux maître dans le creux entre l'épaule et la poitrine. Il roula par terre en criant et se tapa à plusieurs reprises la zone touchée comme s'il voulait éteindre un feu. Il se releva en titubant, le regard légèrement vague. Deux filets de sang coulaient de sa bouche, trahissant que les dégâts étaient aussi internes.
-«Déjà debout? Quelle vitalité...» dit virtuel Taopaïpaï avant de relever le doigt, y faisant briller la lumière d'une nouvelle concentration d'énergie.

Il projeta une seconde fois son attaque meurtrière.
-«Hic!» fit Tortue Géniale en glissant sur le côté, en appui sur la pointe d'un seul pied.
L'attaque passa à côté de lui. Son agresseur le visa et tira de nouveau. Cette fois, toujours en hoquetant, le vieux maître fit un grand écart maladroit qui lui permit de passer sous le rayon. Virtuel Taopaïpaï s'immobilisa en reprenant son souffle. Il gâchait une énergie précieuse en lançant dans le vide des dodompas concentrés.
-«Alors? Déjà plus d'énergie pour faire les dodompas? Quel dommaaaaage!» demanda d'une voix haut perchée le maître dont les joues avaient rosit.
-«Il se fout de moi? Pourquoi joue-t-il les ivrognes?! Je vais lui apprendre à rester sérieux face à un adversaire comme moi!» jura intérieurement l'assassin.
Il se jeta sur Tortue Géniale et lança une manchette. Sa cible sembla trébucher en avant, tombant presque sur virtuel Taopaïpaï. Celui-ci arrêta son attaque qui n'aurait aucun effet à bout portant, ne devenant qu'un léger coup d'épaule.
-«Hic!»
Le maître de Sangoku se redressa, frappant au passage de son crâne la tête de son adversaire. Ce dernier fit un bond en arrière.
-«Je comprends mieux ce qu'il fait... Qu'à cela ne tienne.»
Une lueur menaçante passa dans les yeux de l'assassin. Il bondit de nouveau à l'attaque et lança un coup de poing avec les doigts repliés. Tortue Géniale passa dessous et dans le même mouvement lança sa jambe vers le foie de son ennemi. Celui-ci fit un petit saut qui le mena au dessus de son adversaire, jambes repliées sous son corps. Il balaya l'air d'un pied mais son adversaire évita le coup d'un mouvement arrière accompagné d'un hoquet. L'esquive fut suivie d'un coup des deux mains jointes que l'assassin bloqua avec l'avant-bras gauche.
-«Hic!»
Le pied de Tortue Géniale profita de l'ouverture pour se lancer vers le ventre de son adversaire qui amortit le coup en se rapprochant du vieux maître. Un nouveau coup de poing vint pour frapper la mâchoire du tueur à gages, mais il glissa en dessous, saisit le bras, fit basculer Tortue Géniale et sauta les deux genoux en avant sur son ventre, lui tirant un cri de douleur. Avant qu'il ne puisse réagir, virtuel Taopaïpaï le mitrailla de coups de poings d'une incroyable rapidité. Il le souleva finalement par le col de son T-shirt hawaïen et l'enfonça dans le sol avant d'enfin le relâcher pour reprendre son souffle, un sourire satisfait au visage. La rougeur avait totalement disparue des joues de Tortue Géniale.
-«C... Comment es-tu parvenu à déjouer ma technique?»
-«Hin! Hin! Pas de chance pour toi, papy, mais les réflexes, même hasardeux, seront toujours inférieur à l'instinct meurtrier de la bête en chasse!» lui répondit le tueur avec un regard encore plus fin qu'à son habitude, rempli de vilénie.

-«Monstre...» souffla Tortue Géniale en se relevant.
-«Je ne peux pas te laisser mener ce combat à ton avantage plus longtemps...»
Il retira son T-shirt, dévoilant son corps chétif. Puis il se concentra. Et soudainement, son physique augmenta considérablement de volume, ses muscles, gonflés, saillant de partout. Virtuel Taopaïpaï écarquilla les yeux, inquiet.
-«Je n'avais jamais au grand jamais utilisé cette technique à pleine puissance!» cria le maître des tortues.
Il plaqua ses mains l'une contre l'autre et se concentra de nouveau. Il les écarta en gardant les doigts joints, une lueur brillant dans le creux formé. Il sépara totalement ses mains qui émettaient une lumière crépitante. Et finalement, en criant, il relâcha un rayon électrique qui happa virtuel Taopaïpaï et le souleva dans les airs. Tortue Géniale maintint son emprise sur le rayon, paralysant son adversaire dans le ciel, sujet à une intense électrocution. Le tueur hurlait de douleur tandis que sa moustache se dessinait en dents de scie.
-«Je ne cesserai que lorsque tu seras mort! Mort comme tes innombrables victimes!» hurla le maître des tortues.
-«M... Mer... de!» prononça la victime de l'attaque, incapable de se libérer malgré ses tentatives.
Il lutta pendant plusieurs minutes dans la douleur.
-«Li... Libérez-moi... maître! Je... Je comprends... le mal... que j'ai fais! Epargnez... moi... J'arrête tout! Je deviendrais même... votre... votre élève... Pitié!» articula-t-il en levant tant bien que mal des mains tremblantes.
-«Si seulement tu étais crédible...» murmura l'expert en arts martiaux d'un air triste, raffermissant son emprise sur l'attaque.
-«A... Alors...» continua l'assassin en repliant tout les doigts sauf l'index droit.
-«Crève!»
L'index pointait sur Tortue Géniale. Un dodompa jaillit et vint frapper le torse du vieil homme. La douleur était aussi horrible que lors de la première attaque, mais les dégâts bien moindres grâce au rempart de muscles que lui offrait son corps bodybuildé. Le tueur en série tendit également l'autre index et deux rayons jaillirent pour frapper son plexus solaire. Cette fois, Tortue Géniale s'écroula, libérant son adversaire qui s'effondra dans le sable. Le maître se roula par terre pour étouffer la douleur avant d'enfin se relever, trois points noir fumant ornant son ventre musculeux. La blessure dans l'épaule gauche, elle, saignait toujours. Virtuel Taopaïpaï se releva avec peine. Il serrait les dents, envahi par la rage.

-«Et zut! Il a encore du répondant...» pesta Tortue Géniale.
Son adversaire lui sauta dessus mais fut cueilli par un puissant coup de poing qui le renvoya illico d'où il venait. L'assassin cracha du sang avant de se restabiliser sur ses jambes.
-«Merde! Il est puissant et rapide! Pourtant, s'il ne s'est pas battu ainsi depuis le départ, c'est qu'il doit y avoir un inconvénient...»
Il décida d'attendre l'attaque du rival de son frère. Celui-ci, voyant l'impasse, se lança à l'assaut, souhaitant que son adversaire soit désormais suffisamment fatigué pour que la victoire lui sourit. Il frappa mais son adversaire sauta par dessus le coup qui finit dans le sable. Un coup de pied du meurtrier dévissa la tête de Tortue Géniale qui tenta de le frapper des deux mains jointes. Virtuel Taopaïpaï glissa entre les jambes du maître des tortues et enfonça son coude dans son dos, lui tirant un gémissement.
-«Je vois... Tu as beau être rapide et puissant, tu as perdu en agilité avec ce corps rigide. Et un vieux sage comme toi compte beaucoup plus sur sa technique que sur sa puissance brute. En gros, t'es nul au corps à corps dans cet état...» ricana le frère cadet du maître des grues.
Il s'éloigna d'un pas tranquille, se dirigeant vers la Kame House virtuelle.
-«Où est-ce que tu vas?!» cria Tortue Géniale.
-«Ca ne te dérange pas si je me sers, hein, pépé?»
Il donna un coup de pied contre le bas d'une façade de la bâtisse, y faisant un trou. Il sauta légèrement et frappa le mur en hauteur, y enfonçant sa main. Cette fois, il s'accrocha et arracha toute une planche de bois de la maison allant jusqu'à l'ouverture du bas. Il se retourna vers le vieux maître. Il lança doucement la planche rose assortie à sa toge vers le haut, et quand sa base arriva à hauteur de son visage, à l'aide de rapides coups avec le tranchant de la main, il la tailla en une pointe effilée. Il saisit l'objet deux fois plus grand que lui, le retourna et présenta la lance géante ainsi créé à Tortue Géniale.
-«C'est ta maison qui va te tuer! Heureux?»
Le vieil homme grimaça.
-«Le tout pour le tout! Tu vas goûter à mon meilleur kaméhaméha!»
Il écarta grand les bras sur ses côtés, les doigts légèrement repliés, et les fit pivoter pour les placer l'un au dessus de lui, l'autre en dessous.
-«Ka...»
Il commença à rapprocher ses bras en concentrant son énergie dans le but de les faire se rejoindre devant lui. C'est le moment que choisit virtuel Taopaïpaï, qui avait rejoint son adversaire, pour le frapper latéralement d'un coup de sa lance. Il entailla tout l'immense torse de Tortue Géniale, offert à toute attaque à cause de la chorégraphie du kaméhaméha parfait. Une gerbe de sang jaillit de la coupure et de la bouche du maître qui tomba à la renverse avant de perdre sa monstrueuse masse musculaire et de revenir à son état normal. Tout en riant sournoisement, virtuel Taopaïpaï leva sa lance au dessus de son adversaire.
-«Fin... Fin de la session d'entraînement virtuel!!!» cria le vieil homme menacé de mort.

-«Et voilà! Avec ça, impossible de perdre ses clés! Ca va faire fureur!» s'écria Bulma.
-«Et si on perd ce truc?» demanda Trunks, revenu de l'école.
-«...»
Bulma décida d'ignorer la question de son fils. Soudain, elle regarda sa montre, inquiète.
-«Mais... Ca fait quatre heures que j'ai laissé Tortue Géniale dans son combat... Il serait reparti sans prévenir? A moins que...»
Elle se précipita hors de la pièce, craignant le pire.
-«Qu'est-ce qu'il se passe, maman?»
-«Rien, ne t'inquiète pas!» cria-t-elle en partant.
Elle arriva en moins d'une minute devant la salle d'entraînement virtuel. Elle ouvrit violemment la porte et son cœur rata un battement. Elle plaqua ses deux mains sur sa bouche, les larmes aux yeux. Tortue Géniale était allongé près du pilier central de la pièce, inconscient sinon mort, baignant dans son sang qui trempait sa tenue de ville auparavant immaculée.
-«Mon Dieu! Tortue Géniale!»
Elle le prit dans ses bras, se souciant peu de salir ses propres vêtements, et l'emmena dans une salle de repos des employés. Elle confia le vieil homme qui respirait encore à deux employées qui prenaient leur pause, leur demandant de veiller sur lui et d'appeler une ambulance.
Elle repartit retrouver Trunks afin qu'il aille chercher Dendé le plus vite possible, mais il n'était plus dans la pièce où elle l'avait laissé, et Végéta s'était absenté. Après avoir parcouru les endroits où Trunks, qui était en fait allé voir les animaux dans la serre, était le plus susceptible de se trouver, elle abandonna, souhaitant la venue rapide de l'ambulance.
-«Mais que s'est-il passé?!» se demanda-t-elle.

-«Non, non. Je vous assure que je vais bien! Je suis un grand maître d'arts martiaux, ce n'est rien pour moi, tout ça!» assura encore Tortue Géniale après avoir empêché les deux jeunes filles d'appeler une ambulance.
Il partit vers la sortie quand la porte s'ouvrit avec fracas.
-«Dehors, mesdemoiselles. Merci pour votre aide.» dit froidement Bulma qui venait d'apparaître.
Les employées, voyant son regard, sortirent sans piper mot. Tortue Géniale fit mine de les suivre quand Bulma l'arrêta, un bras sur son chemin.
-«Je suis allé voir l'historique des programmations qui garde vingt-quatre heures les demandes en mémoire...»
-«Ah bon? Beau combat, n'est-ce pas?» lança innocemment le maître des tortues.
-«Sûrement, certes... Cependant, j'aimerais que tu me dise... Pourquoi as-tu programmé une version virtuelle de moi, plus jeune, avec comme modification de caractère "consentante" par la suite?»
Tortue Géniale déglutit avec difficulté.
-«Eh bien, vois-tu, c'est assez compliqué... Je...»
Il fut interrompu par une salve de mitraillette tirée par Bulma.
-«Je vais t'ôter moi-même le peu de sang qu'il te reste!!!» hurla-t-elle à travers tout le bâtiment.
Tortue Géniale, transpercé de partout et toujours sous le feu nourri de Bulma, tenta de fuir par la porte. La mère de Trunks cessa l'attaque.
-«Attends un peu, papy tortue...»
Il s'arrêta, intrigué.
-«Le robot majordome de la maison, celui qui s'occupe de plein de tâches ingrates dans tout les domaines, a depuis longtemps besoin d'une bonne révision. Je crois que je lui ai trouvé un remplaçant le temps qu'ils soit complétement réactualisé. C'est à dire trois semaines.»
-«Moi? Et de quel droit?» siffla l'homme, sur ses gardes.
-«Disons que dans le cas où tu refuserais, il se pourrait par malheur que cette programmation que j'ai accidentellement sauvegardé tombe entre les mains de Végéta...»
Un filet de morve coula du nez de Tortue Géniale qui gardait la bouche démesurément ouverte. Il joignit les mains sous le menton et fit une petite courbette.
-«Je suis à ton service, Bulma!»
-«Ce sera "vous" et "madame Brief" pour toi, papy!» conclut-elle avec un sourire démoniaque.



À suivre...
Avatar de l’utilisateur
RMR
Légende de l'Union Sacrée
 
Messages: 14697
Inscription: Jeu Juin 28, 2007 19:58

Re: Fanfic : Versus.

Messagepar RMR le Jeu Août 11, 2011 19:36

TAPION, GREAT SAIYAMAN VS RADITZ, C-13







Trunks faisait face à Sangoten dans une clairière isolée. Il portait dans le dos, en bandoulière, le fourreau d'une épée, suivant l'exemple de son double du futur. L'arme, elle, se trouvait entre ses deux mains serrées. Il regardait avec concentration son ami qui se tenait en garde. Il poussa un cri furieux en courant vers lui. Puis, faisant glisser à l'opposé ses bras, il porta un large coup en diagonale vers le fils de Sangoku. Celui-ci eut un sursaut, puis cria en plongeant en arrière, avant de s'écraser contre l'herbe, bras écartés, yeux fermés. Trunks prit l'épée dans sa main droite et la tendit à bout de bras vers le corps de sa cible, lui jetant un regard dur.
-«A quoi tu t'attendais, crétin? Va griller en enfer!»
Puis il jeta l'épée en l'air. Il se pencha sur le côté, plaçant l'ouverture de son fourreau, accrochée dans son dos, vers le haut. Il entendit un bruit mat et se retourna. Son épée était fichée en terre.
-«Et zut, encore raté...»
Sangoten se redressa brusquement, les sourcils froncés.
-«J'm'ennuie! On peux pas faire autre chose? En plus, la coupure que tu m'as fait tout à l'heure me pique...»
Il avait une toute petite coupure, comme une griffure, qui faisait un petit trait rouge sur son cou.
-«Allez, c'est rien ça! Fais pas ta chochotte!»
-«Nan, j'en ai marre. Je m'en vais.»
-«Bon, attends! Je vais changer ma fin pour une plus simple. Comme ça, ça réussira à coup sûr. Alors on le fait une dernière fois. D'accord?»
-«D'accord.» fit Sangoten après une hésitation.
Les deux enfants s'éloignèrent. Sangoten se mit en garde d'un côté tandis que Trunks préparait sa charge avec son épée de l'autre. De nouveau, il courut vers son ami et frappa d'un coup de sa lame dans le vide juste devant le ventre du plus jeune des deux garçons. Celui-ci fit semblant d'accuser le coup puis se jeta en arrière en dessinant des spirales avec son corps avant d'enfin heurter le sol.
-«...» fit Trunks en voyant la façon de chuter choisie par son ami.
-«Tu dis pas ton texte?» murmura le "mort".
-«Ah...»
Il tendit brusquement l'épée vers Sangoten.
-«Ce... C'en est fini de toi, démon! Va rejoindre tes ancêtres!»
Puis d'un large mouvement du bras, il pointa son épée juste devant l'ouverture de son fourreau, derrière lui. Il lâcha alors l'arme qui tomba dans la protection et glissa à l'intérieur dans un chuintement métallique. Trunks siffla de contentement, les poings sur les hanches.
-«C'était classe! Moins que l'épée jetée en l'air qui fini dans le fourreau, mais quand même!»

-«Ouais, c'est cool!» rajouta Sangoten en se levant.
Trunks fronça les sourcils.
-«T'étais obligé de chuter en faisant un triple axel?»
-«Un triple à qui?»
-«Tomber en tourbillonnant, quoi. Tu devais prendre un coup mortel, pas faire du patinage artistique!»
-«Mais... C'était classe, aussi!»
-«Ma parole, tu n'y comprends rien à ce qu'est la classe!»
-«Même pas vrai! Avec Sangohan, quand on joue à l'enfant justicier contre le méchant Saïyaman, il tombe souvent en tourbillonnant et c'est cool!»
-«Great Saïyaman n'est pas cool du tout...»
-«Y'a pas plus cool que mon frère!!! Et puis c'est un héros, lui, alors il est forcément cool!»
-«Ton frère craint!!! C'est pas parce qu'on est un héros qu'on est cool! Tapion, ça, c'est un héros qui a la classe!»
Les yeux de Sangoten s'humidifièrent. Il répondit d'une petite voix.
-«Tapion est cool, mais mon frère aussi...»
Trunks soupira.
-«Pfff... Franchement, j'aime bien ton frère, mais il a aucun style.»
-«Ouais, ben d'abord, mon frère, il écrase Tapion avec le petit doigt!»
-«Ca n'a rien à voir! C'est pas parce qu'on est fort qu'on est classe! C'est avec la façon dont on utilise notre force qu'on l'est!»
-«Ah ouais? Et ben pourquoi l'autre jour, quand tu as voulu me montrer un beau combat, tu as tout de suite cherché les plus forts?»
-«Parce que je voulais te montrer un combat intense, pas spécialement classe... Attends... On n'a qu'à comparer Tapion et Great Saïyaman avec la salle d'entraînement virtuel!»
Les yeux de Sangoten retrouvèrent instantanément leur lueur joyeuse.
-«On va jouer avec la salle?»
-«Ouais! Suis-moi!»

-«Alors voilà! J'ai trafiqué un peu le programme pour créer deux environnements virtuels distincts totalement coupés l'un de l'autre et qu'on verra sur deux écrans différents. Ainsi, les deux combats n'interagiront pas, ce qui ruinerait la comparaison vu la différence de niveau entre Tapion et ton frère. Je leur ai trouvé des adversaires plus ou moins à leur niveau. Ton frère portera son casque comme tu me l'a demandé sous prétexte que "c'est classe"... Il sera tel qu'il était avant de passer chez les dieux, cela afin qu'il puisse utiliser le super saïyen, parce que, là, c'est vraiment classe. Même si avec le casque, je vois pas l'intérêt... Il affrontera un drôle de cyborg très fort qu'on connait pas dans une grande capitale. La ville sera déserte, j'allais pas créer des tas d'habitants virtuels. Mais virtuel Sangohan ne pourra pas s'en rendre compte. J'ai aussi modifié le cyborg qui pouvait, comme virtuel C-16, se rendre compte qu'il se trouvait dans un environnement virtuel. Il ne le peut plus. Et virtuel Tapion affrontera ton oncle sur Konatz.»
-«Mon oncle? Quel oncle?»
-«Ben Raditz, le frère de ton père. Il n'est pas très fort, j'espère que ça ira.»
-«Ah oui, c'est vrai. C'est mon oncle. Mais au fait, Konatz, c'est la planète de Tapion, hein? Tu l'as déjà vu, toi?»
-«Ben non, mais c'était l'occasion d'innover. Allez, c'est parti!»
Trunks lança la session d'entraînement virtuel.
Dans le premier environnement, virtuel Great Saïyaman volait au dessus d'une grande ville peuplée de buildings. Soudain, il entendit une explosion et vit un nuage de fumées s'élever vers l'ouest. Ne sentant aucune énergie particulièrement élevée, il ne songea pas un instant à une menace particulière, pensant à un accident ou à un attentat. Il partit voir ce qu'il se passait. Dans le second environnement, virtuel Tapion progressait sur une Konatz telle que l'imaginait Trunks. Le sol était parfaitement plat, composé d'un granit gris clair parsemé de tout petits trous comme du gruyère. De ces ouvertures s'échappaient à intervalles réguliers des fumerolles de différents tons ocres qui alimentaient le très léger brouillard jaunâtre présent en permanence jusqu'à dix mètres d'altitude. D'énormes rochers d'une vingtaine de mètres de haut jonchaient le sol ici et là, parfois creusés d'une caverne. De temps en temps, un éclair jaillissait du sommet de l'un d'entre eux pour frapper le sommet d'un autre, rejoignant les deux pierres d'un arc électrique pendant une ou deux secondes. Une rivière courait dans les airs, traçant un parcours improbable. Loin, très loin en hauteur, des sphères d'acier faisaient office de nuages. Et dans le bleu sombre du ciel, un croissant de Lune apparaissait. En entendant un étrange sifflement, Tapion leva la tête pour voir une trainée rougeoyante parcourir la voute céleste et provoquer une explosion en atteignant le sol à quelques kilomètres de distance, projetant des éclats de granit dans toutes les directions.

Virtuel Great Saïyaman rejoignit rapidement la zone sinistrée. Un immeuble était éventré en son milieu, des débris à son pied. Virtuel Sangohan observa les alentours, cherchant la cause de l'explosion, tandis que sa cape rouge flottait dans le vent. Soudain, une lueur sur une vitre attira son attention. Il tourna la tête sur sa gauche pour voir une projection énergétique détruire un bâtiment. En regardant dans la direction d'origine de l'attaque, dans le ciel, il vit un être aux muscles développés, à la peau blanche et bleu, aux yeux entièrement jaunes, arborant des cheveux rouge dressés sur sa tête, un pantalon vert et des gants marrons.
-«Mais... C'est le cyborg-fusion que papa avait éliminé! D'où est-ce qu'il sort?! Il est fort, mais je ne peux pas le laisser faire!»
Virtuel C-13 préparait une nouvelle attaque dans le creux de ses deux mains. Virtuel Great Saïyaman se posa sur le toit d'un immeuble, de profil, et tendit un doigt vers son adversaire.
-«Hé! Toi! Ca t'amuses de tout détruire?»
-«Ca y'est, grand-frère commence! Il est déjà super cool!» lança Sangoten.
-«Hmm...» répondit Trunks.
Le cyborg baissa la tête vers l'homme qui l'avait apostrophé.
-«Sangoku?» murmura-t-il de sa voix gutturale.
De légères lueurs rouges clignotèrent dans ses yeux.
-«Non. Cette voix est plus proche de celle de Sangohan.»
Puis il haussa la voix.
-«Tu as bien grandi, gamin! Mais c'est ton père que je voulais faire venir en détruisant la ville. Tu ne voudrais pas me dire où il est?»
-«Si tu veux combattre, je serai ton adversaire!»
Virtuel Great Saïyaman mit le bras gauche sur le côté, baissant l'avant-bras en angle droit, et fit passer l'autre bras, main tendue, devant la partie frontale de son casque.
-«Car quiconque s'en prend aux habitants de ce monde en répondra devant moi!»
il plia la jambe droite et tendit l'autre pour décaler son buste sur le côté. Et dans le même temps, il fit un moulinet avec son bras en angle droit pour qu'il se retrouve vers le haut tandis que l'autre dessina un cercle entier pour finir tendu en dessous du menton.
-«Je suis le pro...»
Une attaque énergétique détruisit la partie supérieure de l'immeuble où se tenait virtuel Sangohan. Il regarda les dégâts avec horreur, les mains crispées.
-«Toi...»
Il reprit la pose dans les airs.
-«Je suis le protecteur des opprimés!»
Il battit des jambes, frappant à la verticale sous son corps et écarta les bras comme pour faire l'avion. Puis il les croisa, mains tendues, devant son casque.
-«L'ultime défenseur de la justice!»
Il les écarta avec d'amples mouvements, fit une pirouette en arrière et releva les bras comme pour jouer les musclés, mais avec les mains tendues vers le bas vers l'intérieur.
-«Je suis Great Saïyaman!!!»
-«Génial grand-frère! T'as vu ça, Trunks?! Virtuel Great Saïyaman a continué ses super poses dans les airs, comme si il n'avait rien à craindre des attaques de son adversaire! C'est trop trop cool!»
-«...» fit Trunks en haussant un sourcil.
Une nouvelle attaque énergétique fondit droit sur le justicier, cette fois. Virtuel Sangohan la détruisit d'un grand coup du tranchant de la main.

Pendant ce temps, dans le second environnement, la porte de la capsule spatiale qui avait atterrit avec fracas sur virtuelle Konatz s'était ouverte. Une ombre repliée à l'intérieur émergea, apparaissant dans la lumière pâle de la planète. De longs cheveux noirs coulaient en épis dans son dos. Il vit l'homme élancé portant une crête de cheveux rouges en train de l'observer depuis le bord du trou, une épée derrière lui. Un petit sourire se dessina au coin des lèvres de virtuel Raditz, puis il lui tourna le dos. Il marcha jusqu'à rejoindre l'aplat du sol à l'opposée de l'observateur.
-«Je peux peut-être vous aider.» lança virtuel Tapion à l'adresse de l'étrange visiteur.
Celui-ci observa les environs.
-«Quelle étrange planète! Je n'en ai jamais vu de comme ça. Sa majesté Freezer voudra la prendre pour sa collection personnelle, sans doute. Ca va nous rapporter gros, ça!»
Un sourire carnassier barra son visage. Il se tourna enfin vers l'autre homme.
-«Y'a-t-il beaucoup d'habitants sur cette planète?» lui demanda-t-il en élevant la voix.
Virtuel Tapion se sentit mal à l'aise. Il empoigna d'une main son épée, sourcils froncés.
-«Pourquoi cette question?»
-«Juste pour savoir... si je dois uniquement détruire des zones en particulier ou bien raser toute la planète! Hé! Hé! Hé!»
L'épéiste grinça des dents. Il sortit son épée qu'il brandit à deux mains devant lui.
-«Vous n'irez pas plus loin!»
Il bondit par dessus le grand cratère en faisant des pirouettes et se redressa, l'arme tenue en l'air sur le côté, en retombant. Avant qu'il n'arrive sur virtuel Raditz, celui-ci se remit à rire et leva une main vers son assaillant. Une projection d'énergie cueillit le héros de Konatz qui retomba au milieu du cratère, à côté du vaisseau. Il se redressa en gémissant.
-«Qu'est-ce qu'il a fait? De la magie? Quelle puissance! Je vais peut-être être obligé de le tuer...»
Il foudroya du regard l'envahisseur. De la main droite, il leva son épée sur sa gauche. Il frappa d'un coup horizontal légèrement incliné qu'il arrêta devant lui, la lame tendue vers virtuel Raditz. Celui-ci regarda de haut son adversaire, conservant son sourire mauvais.
-«Tu crois me faire peur, avec ton cure-dent?»
C'est alors qu'une moitié de la capsule spatiale sur la gauche de virtuel Tapion se sépara de l'autre, glissant doucement vers le bas avant de se renverser. Le frère de Sangoku écarquilla les yeux.
-«Ma capsule! Enfoiré!»
Il se jeta en volant sur son adversaire qui courut à sa rencontre.

Virtuel Great Saïyaman, dans la ville, monta à la hauteur de virtuel C-13, bras croisés.
-«Allons nous battre ailleurs. Ca te dit de refaire un tour dans le Grand Nord?»
Son interlocuteur sourit. D'un large mouvement du bras, il envoya une attaque énergétique vers le sol.
-«Zut!»
Le justicier envoya un kikoha vers l'attaque pour la détruire avant qu'elle ne frappe la ville. Les deux sphères d'énergie explosèrent en l'air. Virtuel Great Saïyaman brandit le poing devant lui.
-«Qu'est-ce que tu fabriques?! Je t'ai dit qu'on allait se battre ailleurs!!»
-«Pourquoi faire? Je pense avoir plus de chance d'attirer Sangoku en me battant ici-même.»
-«Ordure...»
Virtuel Sangohan se lança sur son ennemi qu'il frappa au visage d'un coup de poing. Celui-ci ne broncha pas. Il donna un vif coup de poing dans le ventre du Great Saïyaman virtuel qui se plia en deux de douleur. Puis il lui attrapa les deux bras, fit un tour sur lui-même et l'envoya traverser un immeuble qui s'effondra.
-«Zut! Je ne suis pas au niveau comme ça! Ah! Mais c'est vrai qu'avec le casque, je peux me transformer sans risques!»
Le héros de Satan City remonta lentement, les pans de sa tunique verte battant contre ses jambes, des ondes parcourant sa longue cape rouge tandis qu'une aura dorée l'entourait. Il cria en se jetant sur le cyborg, laissant une traînée couleur d'or sur son passage. Virtuel C-13 vint à sa rencontre. Virtuel Sangohan prit de l'altitude par rapport à son adversaire, une jambe en arrière, et lui asséna un grand coup de pied dans le visage. La créature bleue se renversa et chut d'une dizaine de mètres. Virtuel Great Saïyaman tendit les deux mains vers lui, paumes ouvertes, et le frappa d'un kiaï, le faisant redescendre d'un mètre, puis d'un autre et encore d'un troisième. Levant brusquement une main, le cyborg envoya un kikoha frapper le ventre de son ennemi. Les deux adversaires se remirent face à face, concentrés.
-«Je ne m'attendais pas à une telle résistance de ta part, Sangohan.»
-«Je suis encore bien plus fort que ne l'était mon père à l'époque.»
-«Je vois...»
Le cyborg contracta ses muscles. Puis il fondit sur le Great Saïyaman virtuel et le frappa avec le coude au niveau du casque dont la vitre explosa. Il cogna de nouveau, écrasant le nez du justicier. Il martela son ventre de coups jusqu'à ce que sa victime fasse une pirouette arrière renversée qui lui permit de frapper avec le talon le front de son adversaire, le projetant contre le pavé, en bas. Celui-ci retomba sur ses pieds, dévisageant son opposant avec froideur.

Sur virtuelle Konatz, Virtuel Raditz passait avec dextérité entre les coups d'épée, mais cela exigeait toute sa concentration et il ne parvenait pas à contre-attaquer. Virtuel Tapion frappait de son mieux, effrayé par les pouvoirs de son adversaire et craignant qu'il ne puisse placer une attaque dévastatrice avant d'être vaincu. Soudain, ce dernier fit une accélération en arrière et projeta d'une main un rayon d'énergie. L'épéiste fit un saut majestueux pour l'éviter. Virtuel Raditz le cibla de son autre main.
-«Continue à faire tes grands sauts, ça fera de toi une cible facile!»
Il projeta un nouveau rayon d'énergie, mais virtuel Tapion prit de l'altitude et l'attaque passa en dessous.
-«Tch! Tu sais donc voler.»
En arrière de virtuel Tapion, un éclair passa entre deux rochers, dessinant les contours du héros d'une légère lueur blanche, son corps s'assombrissant dans le contrejour. Il fondit de toute sa vitesse sur le saïyen, décidé à l'achever. Virtuel Raditz sentit ses intentions meurtrières. Il étira ses lèvres sur un sourire toutes dents dehors. Lorsque virtuel Tapion arriva à son niveau, l'envahisseur plaça un coup de poing surpuissant. Le héros fit alors glisser ses pieds sur le granit, couchant quasiment entièrement son corps. Il passa par dessous le coup et se redressa à côté du torse découvert de son ennemi. Il empoigna son épée à deux mains sous les yeux horrifiés du frère de Sangoku et frappa l'épaule gauche du saïyen avec l'intention de le trancher jusqu'à la partie droite du bassin. Mais au moment de l'impact, il sentit une résistance inattendue et ses poignées plièrent ramenant l'épée dans une position verticale qui ne permettait pas de trancher. Une fois que son épée avait glissé le long de l'armure de son adversaire sans l'entamer, il voulut la ramener contre lui, mais virtuel Raditz, soulagé, le frappa sous le menton, le propulsant dans les airs jusqu'à un rocher où il s'encastra avant de retomber mollement par terre. Il se redressa, la bouche pleine de sang, le souffle court.
-«Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Quelle sottise d'attaquer directement un adversaire dont on ne sait rien.»
Virtuel Raditz se désigna du pouce.
-«Je suis un saïyen! La race de guerrier la plus puissante de l'univers! Et appartenant à l'empire du seigneur Freezer, je dispose des meilleurs équipements de l'univers! Que ce soit la puissance physique ou la technologie, je ne crains rien! Ton peuple est déjà condamné!»
-«Peuf... Peuf... Il est vrai que ton armure te protège admirablement bien... Peuf... Pourtant j'ai découpé sans peine ta capsule. Ne me dis pas que ton empire imbécile fait des capsules moins solide que leurs armures...»
Virtuel Raditz haussa un sourcil.
-«Je t'ai dit que j'étais un saïyen. Je suis puissant, et la résistance de mon armure est d'autant meilleure que mon aura énergétique est dense. Ma capsule, elle, n'était pas renforcée quand tu l'as découpée...»
Ce fut au tour de virtuel Tapion de hausser les sourcils.
-«Aura énergétique? Je suppose que ça a un lien avec la magie qu'il utilise...»
-«Oh!»
Raditz tapota de l'index la fixation de son détecteur vert.
-«Et ceci mesure la puissance de combat. Tu veux savoir de combien tu m'es inférieur?»
Il cliqua en souriant sur un bouton sur le côté.
-«Cinq cent vingt-quatre? Si peu? J'aurais dit plus, vu tes mouvements... Sache que je suis à mille deux cent cinquante-neuf. Prêt à crever?»
Virtuel Tapion sourit en coin.
-«Son appareil doit aussi se baser sur sa propre magie et ne pas prendre en compte la mienne. Niiih.»
Une lueur passa sur les broches dorées ornant les tempes du héros.

La ville, déjà marquée par le combat opposant virtuel Great Saïyaman et virtuel C-13. Dans une ruelle, le cyborg se tenait bien droit, la tête levée vers le ciel. En décollant, l'impulsion énergétique creusa le goudron. Il arriva à une vitesse vertigineuse sur son adversaire et lui enfonça une puissante droite dans le ventre. Le justicier riposta d'une série de coups de poing dont aucun n'atteignit le cyborg qui bougeait à toute vitesse. Il recula alors en mettant les mains sur le côté.
-«Kaméhaméha!»
Un rayon d'énergie jaillit des ses mains ouvertes en avant. Le cyborg plaça les paumes de ses mains vers l'attaque et matérialisa une sphère d'énergie rouge entourée d'une volumineuse barrière composée d'ondes rougeoyantes circulant autour du cœur de l'attaque. Le kaméhaméha s'écrasa contre la partie extérieure de la boule et s'éteignit. Puis le monstre bleu propulsa sa S.S deadly bomber vers le héros. Ce dernier plaqua ses deux mains contre l'attaque, dans l'espoir de la détourner, mais il ne faisait que reculer, des crépitements se faisant entendre au niveau de ses paumes.
-«Z... Zut!»
Il chargea ses mains en énergie et en projeta la totalité d'un seul coup, provoquant l'explosion de la sphère. Il chuta sur quelques mètres, son costume déchiré par endroits, puis se rétablit dans les airs. Il souffla de soulagement, passant un bras sur son casque comme pour essuyer de la sueur. Soudain, son adversaire jaillit sur sa gauche et frappa le côté de son casque. Le Great Saïyaman virtuel fut propulsé mais se rétablit sans mal.
-«Tu comptes sur ce casque pour te sauver?»
Le cyborg revint à l'assaut et, d'un large coup de coude, il frappa de nouveau sur le côté la protection faciale qui se fissura. Etourdi par le choc, virtuel Sangohan tomba sur le toit d'un immeuble. Il se releva avec difficulté. Du sang coulait depuis l'intérieur du casque, apparaissant sur la droite de son visage à l'emplacement de sa visière brisée.
-«A... Aïe... Ca ne peut pas continuer comme ça... L'idéal serait que je me transforme comme contre Cell, je n'aurais alors aucun mal, mais je n'y arrive pas. Si seulement je pouvais me battre comme au début du Cell Game, je n'aurais même pas besoin de me transformer... Je dois me concentrer.»
Virtuel Great Saïyaman serra les poings à côté de ses hanches et son aura dorée s'intensifia.

Une planète très loin de la Terre. Virtuel Tapion courrait sur le côté, suivi d'une série d'explosions provoquées par virtuel Raditz qui se déchaînait. Le héros bifurqua soudainement vers son adversaire. Quand une attaque lui arriva dessus de face, il fit un bond sur le côté puis reprit sa course en avant. Il esquiva ainsi plusieurs kikohas et rejoignit finalement le saïyen. Il lança un coup d'épée en hauteur. Sa cible essaya d'échapper à l'assaut en reculant. Les deux combattants s'immobilisèrent. Virtuel Tapion respirait difficilement, éreinté par sa course folle. Virtuel Raditz grimaçait. Son détecteur se coupa net en deux au niveau de l'écran et la partie inférieure retomba au sol. Une coupure se dessina sur le haut de l'arrête de son nez et du sang coula. Sa grimace s'élargit.
-«Enfoiré de fils de pute!»
-«Eh quoi? Ton torse est protégé, je découpe ta tête.»
Virtuel Raditz plaqua une main contre le ventre de son adversaire et cria en propulsant de l'énergie. Virtuel Tapion cria également en étant écrasé par terre par une boule d'énergie et trainé loin contre le sol avant qu'elle n'explose. Il entoura aussitôt son ventre de ses bras, crachant du sang et gémissant, couché sur le côté. Toujours en serrant sa panse, il roula sur les genoux, front contre le sol. Il se redressa enfin pour voir son adversaire devant lui. D'un coup de pied dans le torse, celui-ci projeta virtuel Tapion dans le ciel. Il traversa une rivière céleste et retomba debout.
-«C'est un monstre! Je n'arriverai jamais à venir à bout de lui avec ma force...»
Un éclair traversa l'espace, partant d'un rocher vers l'autre.
-«Si seulement...»
Le héros virtuel repartit au combat, brandissant son épée. Virtuel Raditz, plus sur la défensive depuis que son visage avait une coupure, esquivait les coups, cherchant une ouverture chez son adversaire. Virtuel Tapion en profita pour multiplier ses attaques. Il finit par donner un grand coup d'épée. Le sifflement de l'arme fut interrompu par le bruit d'une éclaboussure et un jet de sang monta dans le ciel. Virtuel Raditz avait été obligé de parer le coup avec un bras qui était salement entaillé. Sans attendre, l'habitant de cette planète frappa de nouveau. Le saïyen s'envola à toute vitesse pour se mettre hors de portée. Alors qu'il s'éloignait à reculons, envoyant des salves d'énergie, son adversaire, virtuel Tapion, qui les évitait tout en poursuivant son ennemi, observait attentivement les environs. Soudain, il vit ce qu'il cherchait. Un rocher dont le sommet crépitait d'éclairs. Dans moins de deux secondes, la foudre allait rejoindre un autre rocher. Il n'avait pas beaucoup de temps. Il lança son épée. L'arme fendit les cieux en tournoyant. La foudre jaillit du rocher et en frappa un autre. Virtuel Tapion serra les poings, blanchissant ses jointures. Virtuel Raditz, se rendant compte que son adversaire était déconcentré, leva une main qu'il chargea d'un maximum d'énergie. La lame se planta finalement dans une des pierres immenses, une qui se trouvait à l'opposé de la trajectoire du saïyen par rapport au rocher d'où partait la foudre. Virtuel Tapion baissa les bras, dépité. Soudain, l'arc de foudre se tordit et l'éclair s'arracha d'un coup sec au rocher qu'il frappait pour atteindre l'épée dans sa pierre. Virtuel Raditz, dans la trajectoire, fut électrocuté. Il tomba au sol, le corps fumant.
-«Wahouuuuuuu!» hurla Trunks.
-«Ca, c'était terrible! Tu vois, Sangoten?»
-«Ben oui, mais mon frère, dans une ville, il peut pas faire frapper la foudre.»
-«C'est pas vraiment le problème...» répliqua le garçon aux cheveux lavande, l'air blasé.

Virtuel Sangohan, dans son environnement citadin, avait augmenté sa puissance, concentrant toutes ses forces. Il se jeta sur son adversaire qu'il frappa d'un uppercut, renversant sa tête en arrière. Il passa en dessous d'un coup de poing de la créature et envoya son pied dans le ventre de son ennemi. Il s'éleva au dessus de lui, dans son dos. Il mit ses deux mains sur le côté, l'une dans l'autre. Virtuel C-13 se retourna pour faire face à son adversaire. C'est le moment que celui-ci choisit pour ramener ses deux mains en avant.
-«Masenko!»
Il projeta le rayon à bout portant. Le cyborg, touché par le masenko, était poussé vers le sol. Le Great Saïyaman virtuel se rendit compte qu'il allait l'envoyer dans un gratte-ciel. Il rompit son attaque. Le cyborg se stabilisa.
-«Et alors? C'est tout?»
Un sourire mauvais apparut sur son visage.
-«Oh! Je vois! Tu as eu peur qu'il n'arrive quelque chose à ceux-là.» dit-il en tendant une main vers l'immeuble dans lequel il allait s'écraser.
Une projection d'énergie vint frapper le bâtiment, provoquant son effondrement.
-«Naaaaaaaaaaaan!!!» cria le héros, horrifié.
Il se jeta avec rage sur son adversaire. Quelques petits éclairs apparurent dans son aura. Instantanément devant le cyborg, il le frappa trois fois au ventre, ses poing écrasant sa mécanique interne. Il saisit ses cheveux dans l'une de ses mains gantée et cogna son visage avec son autre poing. Il plaqua ses deux mains contre son torse et le projeta avec un rayon dans les décombres de l'immeuble. Il prit de l'altitude et souffla. Son aura n'était plus parcourue d'éclairs.
-«Zut, je l'aurais bien recouvert de kikohas, mais ça aurait fait du dégât. Quelle poisse de se battre dans un lieu habité! Je dois en finir.» dit-il, ne s'étant pas aperçu de sa brève transformation.
-«Tu veux que je te dise, Sangoten? Ton frère à la classe avec les éclairs. Il avait fait pareil au tournoi.»
Sangoten hocha joyeusement la tête.
-«Quel dommage qu'il ne semblait pas maîtriser ça et qu'il ne puisse plus se transformer désormais...» ajouta-t-il malicieusement.
-«...»
Dans le monde virtuel, virtuel C-13 se relevait péniblement. Il cracha par terre un mélange de salive et d'un liquide huileux.
-«Ah... Je croyais pas avoir fait autant de dégât!» s'exclama virtuel Great Saïyaman, surprit.
-«Il faut que j'en profite! C'est maintenant ou jamais!»
Il fondit vers son adversaire de toute sa vitesse.
-«En... Enfoiré...» grommela le cyborg bleu.
Il leva deux mains et projeta une nouvelle S.S deadly bomber.
-«Je ne me laisserai pas faire cette fois! Tu as fait assez de victimes!» hurla virtuel Sangohan.
Il se jeta contre l'attaque. Il ressentit une pression au contact de la barrière énergétique mais poursuivit son mouvement. Les frictions de son aura contre le champ de force provoquèrent des crissements. Il finit par totalement s'enfoncer dans la S.S deadly bomber. Il attrapa le cœur rouge dans une main et redescendit avec toute la boule. Son gant se désagrégeait tandis qu'il serrait les dents. Il parvint au sol et enfonça le noyau d'énergie dans le ventre de virtuel C-13 qui hurla. Il balaya d'une jambe les pieds du cyborg et d'un grand mouvement du bras, l'envoya, lui et son attaque, dans les cieux. La création du docteur Gero et sa S.S deadly bomber explosèrent au dessus de la ville. Le souffle qui en naquit fit virevolter la cape du Great Saïyaman virtuel qui était remonté en haut d'un gratte-ciel.
-«La justice triomphe encore, grâce à Great Saïyaman!» s'écria-t-il.
Il commença une série de poses mais disparu en même temps que la ville.

Dans le même temps, dans l'autre environnement virtuel, virtuel Tapion écarquillait les yeux, hébété. Virtuel Raditz s'était très rapidement relevé, l'armure noircie, la peau légèrement brûlée, des mèches rebelles dans ses cheveux touffus. Le héros avait tout juste eut le temps de récupérer son épée dans la roche.
-«Aaaah... Je n'arrive pas à y croire! Il s'est prit au moins trente millions de volts!»
Son épée pendait au bout de son bras droit baissé. Puis il serra les dents en reprenant fermement une position de combat.
-«Puisqu'il faut mourir face à ce monstre, ce sera dans la dignité!!!»
Il se mit à courir de toute la force de ses jambes vers l'invincible saïyen qui hurlait de rire comme un dément.
-«Pauvre vermine!» cracha-t-il.
Il esquiva un coup d'épée en se baissant. Il crocheta le menton du héros, laissant entendre un sinistre craquement. Un poing vint s'abattre dans le ventre de l'homme aux cheveux rouges. Celui-ci leva l'épée au dessus de lui en tremblant de douleur. Il l'abattit avec l'énergie du désespoir. Virtuel Raditz sauta en arrière, mais l'épée frappa l'armure. Le claquement aigüe de l'acier contre la matière extra-konatzienne précéda la projection d'éclats de cette matière dans les airs. Une grosse entaille traversait la protection du frère de Sangoku. Virtuel Tapion regardait la coupure, incrédule. Il fit un bond en arrière pour se donner le temps de réfléchir. Il regarda le tranchant de sa lame. Puis il comprit.
-«Sa magie qui renforçait son armure se base sur son énergie. Mine de rien, frappé par la foudre, il en a perdu beaucoup. Peut-être qu'enfin, nous nous battons à armes égales!»
Un rire retentit à ses oreilles, venant du dessus et s'étouffant. Virtuel Raditz montait dans les cieux, si haut qu'il se retrouva au même niveau que les boules d'acier. Il se mit à crier.
-«Tu n'as décidément rien comprit! Je suis un saïyen! Je peux te détruire d'un simple mouvement! Retourne à ta place, misérable!»
Il leva la main de son bras encore intact. Elle se mit à vibrer de puissance tandis que l'aura énergétique semblait danser autour. Puis il balaya l'air du bras et une décharge d'énergie à l'aspect électrique laissant une courte trace dorée sur son passage vint s'écraser au sol. Virtuel Tapion rengaina son épée et croisa les bras devant lui dans le même mouvement. L'environnement devint entièrement blanc alors que l'on pouvait entendre le grondement de l'explosion. Les rochers les plus proches furent détruits sur leurs bases. A des kilomètres d'altitude, les cheveux du saïyen se soulevèrent dans son dos tandis que les sphères métalliques étaient soufflées plus loin. Virtuel Raditz se laissa descendre jusqu'au sol où il se posa en regardant les environs d'un air goguenard.
-«Pfff... Quel têtu...» dit-il en serrant les poings, le regard sombre.
Virtuel Tapion lui faisait face, le corps entièrement ensanglanté. Sans un mot, il se mit à courir.
-«Tsuaaaaaah!» cria-t-il en ouvrant grand les yeux, braquant son épée tenue à deux mains en arrière, vers le bas, tout en se précipitant vers le mortel adversaire.
-«Kuuh!» fit virtuel Raditz en serrant les dents, sourcils froncés, matérialisant une boule d'énergie dans sa main reculée, l'autre épaule en avant.
Les deux adversaires se rencontrèrent. Virtuel Tapion sauta. Il frappa dans le dos son adversaire. Une masse de cheveux se détacha de sa cible. Virtuel Raditz se retourna, ses cheveux s'arrêtant suivant une légère courbe horizontale un peu en dessous de ses épaules. Il avait conservé sa boule d'énergie. L'épéiste leva sa lame. L'un frappa, puis l'autre. Il y eut d'abord un bruit de déchirement, puis une vague d'énergie jaillit du côté du héros et disparut vers l'horizon. Plus aucun mouvement ni aucun son ne suivit. Ce silence fut rompu par le bruit régulier de gouttes frappant le granit. Du sang coulait le long d'une lame avant de retomber par terre. Celle-ci s'enfonçait dans une armure, puis dans le ventre d'un être d'une puissance formidable, et ressortait dans son dos, au niveau des omoplates, couverte d'un sang rouge. La vapeur orangée qui avait été chassée par la puissante attaque aérienne de virtuel Raditz peu avant se reforma, voilant légèrement la scène. Le frère de Sangoku tremblait, du sang coulant de sa bouche.
-«Non... Je... Ce n'est pas...»
Une seule main tenait la garde de l'arme, là où il y en avait deux avant. Le héros ensanglanté faisait face à sa victime avec un seul bras. L'autre avait été arraché par l'attaque énergétique qui était destinée à l'emporter tout entier. Virtuel Tapion commença à retirer l'arme, mais virtuel Raditz s'en saisit à deux mains, la retenant de toutes ses maigres forces.
-«C'est fini, saïyen. Il n'y a plus rien que tu puisses faire, aussi puissant sois-tu.» dit sombrement l'épéiste.
Il retira violemment l'arme, provoquant un geyser de sang.
-«Noooooooooooooooon!» hurla virtuel Raditz avant d'échouer contre le sol.
L'envahisseur mourut en poussant quelques derniers râles. Et la Konatz fantasmagorique de Trunks disparut avec son héros estropié.

-«Ca, Sangoten, c'était un putain de finish...» murmura Trunks, subjugué.
-«Oui, Tapion est très classe! Exactement comme mon frère!»
Trunks regarda son ami d'un air atterré.
-«... Bon, si tu veux... Allons plutôt jouer à la console.»
-«Ouaiiiiiiiiiiis!» cria Sangoten en levant haut les bras.



À suivre...


Et maintenant, deux chapitres spéciaux que San999 m'a fais le plaisir de nous concocter ! MISS MARVEL, PHOENIX VS FREEZER, HILDEGAN, JANEMBA, BOO et JURI VS SANGOHAN
Avatar de l’utilisateur
RMR
Légende de l'Union Sacrée
 
Messages: 14697
Inscription: Jeu Juin 28, 2007 19:58

Re: Fanfic : Versus.

Messagepar San999 le Jeu Août 11, 2011 19:54

Maintenant, les chapitres spéciaux, en commençant par les miens:



Chapitre Spécial 1 : MISS MARVEL, PHŒNIX VS FREEZER, HILDEGAN, JANEMBA, BOO (écrit par San999, approuvé par RMR)
Image Image





-«Je ne comprends pas comment tu as fait pour que les personnes virtuelles qui apparaissent dans ta machine aient des souvenirs auxquels tu n'as pas accès et sur lesquels il n'existe aucune donnée...»
Sangohan ne s'intéressait que peu au combat, mais les capacités de la machine à recréer des pensées et l'apparence de sentiments complexes éveillaient grandement sa curiosité scientifique. Particulièrement la possibilité de créer des informations apparemment à partir de rien et pourtant tout à fait exactes, les souvenirs des personnes qu'imitait la machine à guerriers virtuels, l'intriguait au plus haut point. Bulma souffla.

-«C'est quelque chose que j'évite généralement d'expliquer, car cela prendrait trop de temps. Même si tu es très en avance pour un lycéen, je pense que même pour toi, ce serait un peu trop complexe de te donner tous les détails. Mais je vais essayer une explication la plus simplifiée possible. Tu connais le principe du chien de Hözinger?*»
-«C'est l'un des principes de la physique quantique.»
-«Exactement. Le principe du chien de Hözinger est que le chien enfermé dans la boîte est à la fois vivant et mort. C'est une métaphore pour dire que la matière n'est en réalité pas dans un seul état, mais que chaque particule est en même temps dans tous les états possibles. On peut alors considérer que toute particule a en fait plusieurs réalités.»
-«C'est le principe sur lequel se base l'idée qu'il existe plusieurs univers différents. Mais quel rapport avec ta machine?»
-«J'y viens. Tu connais les ordinateurs quantiques?»
-«J'en ai entendu parler... Ce sont des ordinateurs qui exploitent l'information contenue dans chaque atome le composant, de tous les états quantiques des atomes. Je ne comprends pas très bien les détails, mais cela donne une capacité de calcul quasi infinie à cet ordinateur, car il peut contenir une quantité d'informations infinies.»
-«C'est à peu près ça. Ma machine virtuelle fait usage d'ordinateurs quantiques. Mais j'ai poussé cette technologie bien plus loin que ce qu'imaginaient la plupart des scientifiques. En réalité, je n'ai quasiment rien programmé dans ma machine, c'est elle qui avec les quelques principes de bases que je lui ai fournis, calcule tout. En fait, elle calcule des probabilités. Comme elle a une capacité de mémoire et de calcul infinie, elle peut calculer, d'après les données qu'on entre lorsqu'on lui demande de créer un adversaire, tout ce qui a conduit à ce que cet être virtuel soit tel qu'il est. Sa capacité de calcul infinie lui permet de prendre en compte un nombre infini de facteurs.»
-«Mais dans ce cas, elle pourrait parfaitement reproduire des êtres venus d'autres univers que le nôtre. Pourtant, jusqu'à présent, je n'ai pas vu un seul des adversaires virtuels avoir un comportement étrange par rapport à ce que l'on attendrait de lui.»
-«Ca, c'est parce que la machine calcule aussi les probabilités sur les raisons pour lesquelles on lui demanderait de créer tel adversaire à tel moment. Comme je l'ai dit, son système quantique lui donne accès à une quantité infinie d'informations et une capacité de calcule infinie. Parmi les données de bases que je lui ai fournies, il y a celles qui lui permettent d'identifier dans quel univers elle se trouve. Mais effectivement, elle peut recréer des créatures venus d'autres univers. Après tout, n'est-ce pas ce qu'était Cell?»
-«Et elle pourrait aussi recréer des créatures que l'on ne connaîtrait pas du tout?»
-«Bien sûr. Il suffit de lui demander de faire apparaître un être aléatoirement. Tu veux essayer de voir ce que cela peut donner?»
-«Oui, pourquoi pas?»
-«Suis-moi.»

Bulma guida Sangohan jusque dans la salle de contrôle de la machine à créer des guerriers virtuels. Lorsqu'ils y arrivèrent, ils constatèrent que Sangoku, Sangoten et Trunks étaient déjà sur place. Après les salutations d'usage, Bulma demanda à son vieil ami:
-«Tu es venu ici pour utiliser la machine?»
-«Oui, j'avais envie d'essayer de me battre à nouveau contre le Boo que j'ai combattu sur le Kaïoshinkai, pour voir si mon entraînement a porté ses fruits.»
-«Oh! Je vois... Mais je voulais montrer à Sangohan comment la machine pouvait créer des versions virtuelles de combattants inconnus venus d'autres univers.»
-«On peut toujours remettre ça à plus tard.» concéda Sangohan.
-«On peut faire ça? Je veux voir!» S'enthousiasma Sangoten.
-«Tu le savais Trunks?»
-«Euh... Bien sûr que je le savais!»
-«Mais pourquoi tu ne m'as rien dit?»
-«Quel intérêt?! Les combattants de notre univers sont plus intéressants!»
-«T'es pas drôle!»
Bien entendu, Trunks ne faisait que taquiner son ami, Bulma n'ayant jamais jugé utile de parler à son fils de cette possibilité. Celle-ci interrompit leur petite incartade.
-«Je vous montrerai cela plus tard. Pour l'instant, c'est à Sangoku d'utiliser la machine.»
-«Non. Attends. Je crois que cela m'intéresse aussi, si cela me permet d'avoir peut-être encore plus d'adversaires valables.»

Devant l'air curieux de Sangoku, Bulma se mit face à l'ordinateur et commença à pianoter quelques données.
-«Bon, pour commencer, je pense que je vais sélectionner un adversaire que nous connaissons, pour ne pas être trop dépaysés. Que pensez-vous de Freezer, quand il a attaqué la Terre?»
-«Je préférerais quelqu'un de plus à ma hauteur.»
-«On ne cherche pas un adversaire pour toi, Sangoku. Je ne sais même pas s'il est possible de trouver des puissances aussi élevées que celle de Freezer. Alors chercher quelqu'un à ta hauteur... Mieux vaut commencer plus bas.»
Malgré l'air déçu de Sangoku, Bulma poursuivit ses manipulations.
-«Bon! Ca, c'est bon. Maintenant, je vais ordonner à l'ordinateur de prendre un adversaire venu d'un autre univers au hasard, pourvu qu'il puisse tenir tête à Freezer. Hmm... Voilà, il m'en a trouvé un. Oh! C'est une femme. Son nom est Carol Danvers. Mais elle semble avoir plusieurs pseudonymes: Miss Marvel, Binary, Warbird... Comme c'est étrange. Elle fait partie d'un groupe de super héros, apparemment. Bref! Peu importe, sa biographie ne nous intéresse pas et nous verrons bientôt de quoi elle es capable. Par contre, puisqu'elle est une super héroïne, je vais un peu altérer la mémoire de virtuel Freezer, pour qu'il croit avoir tué des Terriens. Cela devrait motiver cette virtuelle Carol Danvers. Voilà! Il ne reste plus qu'à mettre en place l'environnement et ce sera bon.»

Observant d'un regard bleu le paysage autour d'elle, progressait une jeune femme dans un juste-au-corps noir zébré d'un grand éclair jaune stylisé et ceinturé souplement d'un long morceau de tissu rouge dont les deux bouts pendaient du côté droit. Tout n'était que dévastation autour d'elle. C'était manifestement une ville. La plupart des bâtiments étaient éventrés ou écroulés. Des carcasses de véhicules jonchaient le sol. Elle fronça les sourcils sous son masque noir ne recouvrant qu'à peine le contour de ses yeux. Elle porta nerveusement à sa longue chevelure blonde l'une de ses mains recouvertes de longs gants ébènes, qui faisaient échos à ses bottes remontant jusqu'au milieu de ses cuisses.
-«Qu'est-ce que c'est que cet endroit...? Tout est dévasté. Je me demande ce qu'il s'est passé ici. En tout cas, je ne reconnais pas ce type d'architecture, ni ce type de véhicules... J'ai encore été kidnappée par un maniaque extraterrestre ou est-ce une illusion?»
-«Il y a encore un survivant?»
Virtuelle Miss Marvel se retourna. Mais avant même qu'elle ne puisse identifier qui venait de parler, elle ressentit un impact sur son corps. Ce devait être un rayon énergétique, puisqu'elle venait de l'absorber. Elle leva enfin les yeux sur son agresseur. Celui-ci avait un air surpris, mais pas autant que la blonde.
-«Qu'est-ce que c'est que ça? Encore un alien? Ce n'est pas un skrull en tout cas. Première fois que je vois ce type de créature. Mais je suppose qu'avec mon boulot, je ne devrais plus m'étonner de rien...» pensa Virtuelle Carol.
Devant elle se trouvait une créature étrange, mi-robot mi-organique. Tout ce qui se trouvait en dessous de la ceinture, y compris une longue queue, était mécanisé, ainsi que son bras gauche. Une plaque métallique ornée de deux bulbes verts recouvrait le flanc gauche de l'humanoïde. La moitié droite de sa tête était également robotisée, décorée de trois autres bulbes verdâtres. La partie organique, balafrée en deux endroits, était d'un cuir blanc, à l'exception de deux plaques violettes sur l'épaule et l'abdomen. Deux protubérances semblaient faire office d'oreilles. Mais ce qui attira le plus le regard de l'héroïne était ses yeux d'un rouge sang. Ceux-ci, malgré une certaine curiosité, émettaient une cruauté qui glaçait le sang de la femme qui n'avait pourtant pas combattu que des enfants de chœur, loin de là.

De son côté, l'être devant elle l'observait, l'index mécanique encore pointé sur elle.
-«Tiens... Curieux... Je l'ai ratée? J'étais pourtant persuadé de l'avoir touchée...»
Il fut sorti de ses réflexions par sa proie. Il sourit de façon méprisante à ses propos.
-«Qui es-tu? Es-tu le responsable de ce désastre?»
-«Fu! Fu! Fu! Tu ne connais pas Freezer, l'être le plus puissant de l'univers? Les terriens sont vraiment des paysans. Oui, c'est moi qui vais détruire ta planète, terrienne.»
-«Le plus puissant de l'univers? Rien que ça?» répondit la terrienne sur un ton sarcastique.
-«Encore un mégalo! Tu ne pouvais pas faire plus original?»
-«Niih! Tu ne doutes de rien.»
D'un air dédaigneux, Virtuel Freezer lança à nouveau son rayon mortel. Pour constater qu'encore une fois, celui-ci vint frapper ce qu'il considérait comme un insecte, mais qui pourtant semblait n'en ressentir aucun effet.
-«Comment?!? Mais qu'est-ce que cela veut dire à la fin!?»
Il se mit à tirer plusieurs rayons d'énergie à la suite, mais avec le même résultat. Virtuelle Danvers eut un sourire en coin.
-«En tout cas, je ne te laisserai pas détruire cette planète.»

Sur ces mots, elle s'envola vers son ennemi, qui sous la surprise cessa même ses rafales. Il était surpris par la vitesse de la femme, qui était très lente, même si bien plus rapide qu'un Terrien normal. Il ne comprenait décidément pas comment un tel insecte pouvait résister à ses rayons. Mais sa stupeur fit place à un étonnement encore plus grand, malgré tout étouffé par la douleur. La douleur ressentie par le contact du poing de Virtuelle Miss Marvel avec son menton. Son visage se déforma et sa tête pivota, lâchant des gerbes de sang violet par la bouche et le nez, et il fut projeté vers un bâtiment qu'il traversa, avant de passer au travers de plusieurs autres ruines. Il se réceptionna finalement d'une pirouette, en s'agrippant au sol des deux mains. Une fois stoppé, il vacilla un peu, mais se stabilisa, et porta une main à son visage.
-«Mais qu'est-ce que cela veut dire?! Comment une créature aussi lente peut-elle donner des coups aussi puissants?! Elle m'a beaucoup sonné en un seul coup. Si elle me frappe à nouveau avec une force pareille...»
Elle était à nouveau sur lui. Cette fois-ci, l'alien s'empressa d'esquiver le coup de pied qu'elle voulait lui porter et qui s'enfonça dans le sol. Elle jeta alors sur lui son coude, qu'il évita aussi. Il esquiva ainsi une série de coups très facilement. Finalement, il lui donna un coup des deux mains jointes de toutes ses forces sur le flanc. Elle fut projetée, mais s'arrêta très vite en vol.
-«C'est quoi cette femme!? Je n'y comprends rien! Elle est plus lente que la plupart de mes guerriers réguliers, mais non seulement elle ne ressent aucun effet quand je lui lance mes rayons, mais en plus elle a aussi une force rivalisant avec la mienne et mon coup de tout à l'heure semble l'avoir à peine touchée... Ce n'est même pas une super saïyenne! Comment une simple terrienne peut me résister à moi, l'être le plus puissant de l'univers!?»
-«Cet espèce de lézard mécanique... Il a une vitesse phénoménale! Je n'ai pas réussi à le toucher une seule fois, après ma première attaque. Heureusement, je peux facilement résister à ses coups. Mais je ne peux pas non plus me permettre d'en encaisser indéfiniment. C'est quand même pas des pichenettes.»

Finalement, elle ajouta à haute et provocante voix:
-«C'est tout? C'est ça l'"être le plus puissant de l'univers"? Tu es rapide, d'accord, mais tu tapes comme une fillette!»
Le cyborg crut s'étouffer d'indignation en l'entendant.
-«E... Espèce de... sale ver de terre de merde! Tu ne crois quand même pas qu'un insecte de terrienne pourrait me faire quoi que ce soit!?! Tu vas voir ce qu'il en coûte de me provoquer!»
Il prit un peu de recul en pivotant son corps, puis ramena sa main devant lui et il en partit un énorme faisceau d'énergie, se dirigeant vers Virtuelle Miss Marvel, qui encaissa l'attaque. Tout fut dévasté dans une gigantesque explosion sur des kilomètres devant Virtuel Freezer. Celui-ci eut un sourire satisfait, mais qui fut vite remplacé par de la consternation quand la poussière retomba.
-«Im... Impossible!»
-«Merci pour l'énergie supplémentaire que tu viens de me fournir!»
Virtuelle Carol se précipita vers l'extraterrestre, qui esquiva un coup de poing et d'un genou bien placé dans le ventre propulsa son adversaire au ciel. Celle-ci stoppa rapidement sa montée et toisa son ennemi. Celui-ci se maudit intérieurement:
-«Merde! Je n'arrive à rien! Je n'en reviens pas que je doive en arriver là pour une simple Terrienne!»
De son côté, l'ancienne Binary virtuelle pensait, inquiète:
-«Avec sa vitesse, je ne parviens pas à le frapper comme je voudrais.»
-«Quand je serai à cent pour cent, tu vas moins rire, insecte!» vociféra-t-il à l'intention de la blonde.

Il se mit à se concentrer en criant. Ses muscles commencèrent un peu à se développer. Mais cette croissance fut stoppée nette, lorsque deux mains jointes vinrent lui fracasser le crâne. Il cracha du sang, les yeux exorbités. Sa tête projetée vers le bas, fut réceptionnée par un coup de genou qui lui cassa le nez, expulsant une autre gerbe de sang. Quand deux bras allaient le saisir, malgré qu'il fût sonné, il put malgré tout s'échapper suffisamment vite en reculant.
-«Espèce de sale...»
-«Non mais tu crois au Père Noël? Tu ne croyais quand même pas que j'allais tranquillement te laisser faire ton truc, quoi que cela soit?»
Le tyran ne répondit rien, se contentant de la regarder haineusement. La fureur montait en lui. Mais il décida de se concentrer. Une idée lui vint. Il sourit sardoniquement. Il leva une paume au ciel.
-«Apparemment, les attaques énergétiques ne te font rien. Mais je ne pense pas que tu pourras résister à ça!»
-«Ah oui? Vraiment? On verra bien...»

Virtuel Freezer sourit. Elle allait tombé dans son piège. Il forma un kienzan et le lança sans grande vitesse sur Virtuelle Danvers, qui avait un sourire confiant. Elle allait se le recevoir de plein fouet. Elle allait se le recevoir et être coupée en deux. Elle allait mourir comme la larve qu'elle était. Elle esquiva, reculant légèrement d'un petit pas. L'extraterrestre prit un air choqué.
-«Oh!» fit-elle, en observant le disque énergétique trancher des bâtiments derrière elle.
-«C'était donc ça que tu cherchais à faire?»
Elle se retourna vers son assaillant et constatant son air dépité, ironisa:
-«Ce n'est pas parce que je suis blonde, que je suis idiote. Ca sentait le piège à plein nez.»
Elle regarda son adversaire, qui restait silencieux. Elle vit un léger mouvement de sa main. Elle se retourna soudainement, et vit le disque retourner vers elle, elle esquiva le plus rapidement qu'elle put. Mais elle ne parvint pas à sauver son bras gauche, qui fut tranché net. Prise d'une vive douleur, Virtuelle Carol se mit à hurler en se tenant son moignon. Elle s'était mise à genoux, mais elle perçut le kienzan revenir vers elle. Cette fois-ci, elle laissa une explosion d'énergie échapper de tout son corps. Celle-ci désintégra le disque énergétique.
-«Mon bras! J... J'espère que Wiccan va pouvoir réparer ça. Bon sang! Ca fait un mal de chien!»

Elle utilisa un faible rayonnement issu de sa main encore présente et cautérisa son moignon, avec une grimace. Puis, elle jeta sur son ennemi un regard dont la fureur s'exprimait à travers l'émission d'une lueur jaune. Elle se précipita sur lui à toute vitesse, mais elle était toujours trop lente pour lui et il sauta en l'air sans qu'elle puisse le toucher. Il lui donna alors un coup de sa queue mécanique qui la projeta au sol où elle mordit la poussière. Elle se releva, mais se sentit soudainement paralysée. Regardant Virtuel Freezer du coin de l'œil, elle le vit qui levait les deux mains vers elle. -«Merde! Un télékinésiste!»
-«Je vais te disloquer!»
-«Ne compte pas là-dessus!»
Virtuelle Miss Marvel résistait contre la pression et la torsion exercées sur son corps. Finalement, après moult résistance, elle lança un rayon de sa main valide en direction de l'alien. Ce dernier trop près et trop concentré sur sa télékinésie ne put pas l'esquiver correctement, mais il ne fut malgré tout pas blessé.
-«Ouf! Elle a une résistance et une force colossales, mais ses attaques énergétiques sont à peine mieux que sa vitesse, apparemment.»
Il lança alors un gros rocher sur elle, à l'aide de sa télékinésie, mais elle encaissa sans problème. Il passa derrière elle, et lui donna un coup dans la nuque, qui lui fit voir des étoiles, mais pas de réels dégâts. Elle tenta de se retourner pour frapper, mais il s'échappa. Alourdissant les mouvements de la blonde grâce à sa télékinésie, il la frappa de nouveau, mais au visage cette fois. Il poursuivit ainsi un moment, alternant attaques télékinésiques, coups physiques et esquives. Virtuelle Carol ne pouvait que subir.

-«Ses attaques ne sont pas très puissantes, mais elles ne sont pas non plus sans effet. Il semble s'essouffler de plus en plus, mais si je ne trouve pas très vite une solution, super endurance ou non, je vais finir par me faire tuer! Il faut que je me concentre, que j'essaie de prévoir où il portera son prochain coup, c'est mon seul moyen pour le stopper!»
Après cette réflexion, elle subit encore quelques temps les assauts, mais après quelques minutes, elle finit enfin par trouver le bon moment, elle le saisit par le poignet qui allait la frapper et le tirant vers elle, elle lui fracassa le crâne avec son propre front, le plus fort qu'elle put. Virtuel Freezer eut plusieurs dents brisées et deux de ses bulbes éclatèrent.
-«Avec un seul bras, c'est coton! Mais il faut que je l'achève maintenant!» pensa-t-elle.
De sa main valide, elle lui lâcha le poignet, mais le saisit au visage. D'un geste vif, elle fit tomber son adversaire et lui explosa la tête contre le sol. Ce n'était évidemment pas suffisant pour l'achever. Elle donna donc un grand coup de son pied sur la poitrine de l'alien qui hurla. Elle recommença encore une fois et lui brisa cette fois les deux bulbes sur le flanc, ainsi que plusieurs côtes. Virtuelle Miss Marvel leva cette fois sa main, et vint l'enfoncer dans la poitrine de Virtuel Freezer, lui transperçant le cœur. Il cracha du sang et dans un dernier râle inaudible, il maudit la femme. Quand il fut enfin mort, elle souffla.
-«Ouf! Bon sang! C'était quoi ce truc? Maintenant, il va falloir que je m'occupe de trouver un moyen de rentrer. J'espère vraiment que Wiccan ou l'un des soigneurs des X-Men pourra faire quelque chose pour mon bras...»


La salle de combat virtuel reprit sa forme normale. Dans la salle des commandes, les cinq spectateurs finissaient d'admirer le spectacle.
-«Quel combat! Ces deux-là avaient des capacités, des points forts et des faiblesses très différents. Cette Miss Marvel se débrouille plutôt bien. Elle est loin de notre niveau, mais n'importe qui ne peut pas se vanter de vaincre Freezer. Cependant, j'aimerais bien trouver un adversaire à ma taille.»
-«C'était génial!» s'exclamèrent en cœur les deux enfants.
-«On en veut encore!»
-«Ah! J'ai une idée!» dit Trunks.
Il se leva et se mit à pianoter sur le clavier.
-«Donc, ce Boo-là, le petit, Janemba transformé et Hildegan transformé. Maintenant, je vais demander à l'ordinateur de trouver quelqu'un capable de les affronter!»
-«Tu vas certainement tomber sur Végéto ou Boo après qu'il nous ait absorbés moi ou Gotenks... Je ne vois pas l'intérêt...» les avertit Sangohan.
-«Ah! Trouvé! Alors... Oh! Encore une femme! Nom: Jean Grey, surnommée Marvel Girl ou Phœnix. Elle fait aussi parti d'un groupe de justiciers.»
-«Hein?! Tu as trouvé quelqu'un capable d'affronter ces trois-là...?»

Après que Trunks ait introduit un lieu, la salle de combat se transforma encore. C'était cette fois une plaine désertique. Une femme aux longs cheveux roux toisait les lieux de ses yeux émeraudes. Elle était habillée de façon semblable à Miss Marvel, si ce n'était qu'au lieu d'un juste-au-corps, elle avait une combinaison verte recouvrant tout son corps, avec l'emblème jaune d'un oiseau stylisé au-dessus de sa poitrine, et que ses gants, bottes et ceinture étaient de couleur or.
Elle était entourée de trois créatures. L'une assez petite, rose bonbon, avec une protubérance sur son crâne chauve, portait un pantalon blanc bouffant, retenu par une large ceinture métallique avec un M marqué dessus, ainsi que des bottes et de larges bracelets jaunes et noirs. Une autre créature, entièrement nue, était une espèce de diable cornu rouge et violet avec une longue queue. Le dernier était un monstre géant ressemblant à un croisement entre un démon et un insecte ailé, jaune, brun, violet, bleu et avec une longue queue grise. Les trois monstres sauvages se mirent à hurler.
-«Mais qu'est-ce que c'est que ça!? Qu'est-ce que sont ces créatures et où est-ce que je me trouve?»
Sans même avoir le temps de récupérer de sa stupeur, Virtuelle Phœnix se vit assaillir par Virtuel Boo qui lui fonça dessus. La rousse esquiva, mais la violence du petit démon, la projeta au sol.
-«Mais qu'est-ce qui lui prend?» dit-elle en se relevant lentement.

Mais déjà, Virtuel Janemba était sur elle, elle tenta de s'envoler, mais le démon lança un rayon d'énergie, qui la fit à nouveau chuter. Levant la tête, elle vit le géant Virtuel Hildegan hurler au-dessus d'elle. Il cracha une nuée de flammes sur elle, qui dévasta le sol sur lequel elle se trouvait.
-«Déjà morte? Elle est pas si terrible...»
La déception était visible chez les deux enfants. Mais après quelques instants, Bulma leur dit: -«Attendez... Le combat n'est pas fini, sinon, la salle de combat serait redevenue normale.»
Au milieu du brasier, une forme humaine se leva, puis s'envola.
-«Assez! Je ne sais pas qui vous êtes, ni pourquoi vous m'attaquez sans raison aucune, mais je vais vous montrer qu'il vaut mieux ne pas me provoquer. Alors comme ça, toi, le géant, tu aimes le feu, hein? Tu veux que je te montre MES flammes?»
Virtuelle Jean leva alors les bras vers la tête du monstre et celui-ci cracha sa fournaise sur elle. Mais elle fit elle-même jaillir du feu de ses mains. Les deux vagues de chaleur s'entrechoquèrent et se confrontèrent un petit moment, avant que celle enclenchée par la jeune femme ne prît le dessus, brûlant la tête du démon insecte qui s'écroula. Celui-ci tenta de se remettre debout, mais son crâne était gravement brûlé et il vacillait, émettant des grognements plaintifs.

Soudainement, Virtuel Janemba apparut juste devant la rousse.
-«Dématérialisation, hein?»
Il tendit le bras et plusieurs petits rayons d'énergie partirent d'un coup. Mais elle était déjà plus loin. Elle pencha la tête juste au moment où une main se matérialisait pour la frapper derrière le crâne. Elle mit sa propre main juste à l'endroit où le bras apparaissait dans l'air, pile là où le membre aurait dû se poursuivre. Elle serra les doigts. Le vortex se referma et la transmission moléculaire s'interrompit alors. La représentation de tous les pêchés se mit soudainement à hurler:
-«Shaaaaaaah!»
Il se tenait le moignon du bras, tandis que Virtuelle Phoenix empoignait ce qu'elle venait de lui arracher. Elle le jeta à terre avec un air de dégoût. Elle se retourna pour voir une énorme vague d'énergie se précipiter sur elle. D'un revers de la main, elle la dispersa, puis d'un autre revers, elle envoya des flammes cosmiques à l'assaillant. Virtuel Boo perdit la moitié de son corps. Il se reconstitua immédiatement. Il fonça sur elle, mais à ce moment, le démon géant apparut à côté de la X-Woman, dans un effet vaporeux. Il projeta sa main gigantesque, mais sa cible esquiva.
-«Ton intangibilité ne sert à rien face à moi.»
Elle lança une puissante onde psychique, faisant hurler de douleur la créature, qui se tint la tête des deux mains. Puis, Virtuelle Jean Grey tendit ses deux bras et projeta télékinétiquement au loin son ennemi, qui eut du mal à freiner et s'écrasa au sol.

Quand la jeune femme leva les yeux, elle vit le petit monstre rose qui avait son appendice céphalique tendu vers elle. Un rayon en sortit et la frappa de plein fouet, la transformant en bonbon. Elle tomba au sol. Virtuel Boo vit cela et se mit à tambouriner sa poitrine en hurlant. Mais il finit par cesser quand il remarqua que le bonbon brillait. Soudainement, la sucrerie sembla exploser. La mutante réapparut alors. Cette fois-ci la créature de Babidi la regarda d'un air inquiet. Pendant ce temps, Virtuel Janemba et Virtuel Hildegan s'étaient relevés. Ils ouvrirent tous deux la bouche et des rayons d'énergie en sortirent. Virtuel Boo les imita. Les trois attaques se dirigèrent vers Virtuelle Phœnix. Celle-ci se mit en position de croix, les paumes dirigées vers le ciel, et un brasier cosmique émana de son corps, emportant les trois attaques avec leurs démons. Le diable venu des enfers et l'ancienne statue étaient à terre, conscients, mais blessés. Le monstre rose avait disparu. Soudainement, Virtuelle Jean fut encerclée de petites boules roses qui se précipitèrent vers elle, formant bientôt une pâte dont elle était complètement recouverte. La pâte repris une forme humanoïde et Virtuel Boo apparut, un air satisfait au visage. Il se mit à rire. Mais après quelques secondes, son rire s'atténua jusqu'à complètement se taire et il prit un air intrigué, puis inquiet. Une expression douloureuse au visage, il regarda ses mains, puis les porta à sa tête, qui se mit à bouillonner. Bientôt il explosa et dans une énorme gerbe de feu de la forme d'un oiseau, apparut la femme que la créature croyait avoir absorbée.

-«Tu ne pourras pas m'avoir ainsi! Personne ne peut contenir mon pouvoir et encore moins l'assimiler!»
Après un instant, le petit démon se régénéra sous les yeux de la rousse. La voyant, il fit un pas en arrière, le visage crispé par l'inquiétude et un sentiment d'impuissance.
-«Je vois. Tu peux te régénérer au niveau cellulaire. Mais pourras-tu te régénérer si je te démonte molécule par molécule?»
Elle tendit la main vers lui. Il commença à se désagréger lentement. Il se mit à crier, regardant d'un air paniqué son bras et la partie gauche de son torse disparaître. Pendant ce temps, Virtuels Janemba et Hildegan s'étaient relevés. Ils observaient leur ennemie. Ils firent tous deux un pas en arrière, tremblant. Le géant, grognant craintivement, s'était mis à quatre pattes, dans la position d'un prédateur face à autre plus gros que lui, qui serait prêt à le dévorer. Le diable violet se mit soudainement à rire. Non pas un rire d'amusement, ni d'assurance, mais un rire de peur panique. Les trois démons, tremblant de tout leur corps, regardaient leur opposante de leurs yeux apeurés. Ils firent quelques pas en arrière, avant de s'envoler le plus vite possible, suivant leur instinct animal, tentant de fuir un prédateur dangereux.
-«Vous ne croyez quand même pas que je vais vous laisser fuir! Je vous ai dit que je vous apprendrai ce qu'il en coûte de me provoquer! Vous n'en réchapperez pas! Car je suis... le Phœnix!»
Elle s'envola plus haut et fit exploser des flammes. Mais ce n'étaient pas des flammes normales. C'était une fournaise cosmique capable de tout annihiler sur son passage. L'attaque s'éleva en un oiseau de feu. Les trois démons eurent juste le temps de se retourner pour voir l'explosion qui les anéantirait les rattraper. Ils furent alors désintégrés, en même temps que le paysage sur des kilomètres.
Virtuelle Jean se posa alors.
-«Il faut que je retourne auprès de Scott. Mais je me demande ce qu'étaient ces créatures...»


Alors que la salle de combat retrouvait sa forme originelle, l'audience dans la salle des commandes était muette. Les cinq spectateurs avaient la bouche grande ouverte et les yeux exorbités, éberlués face à ce qu'ils venaient de voir. Sangohan fut le premier à parler.
-«On... On vient bien de voir ce que je crois qu'on vient de voir...?»
-«Oui... Nous venons bien de voir une parfaite inconnue se débarrasser sans le moindre effort de trois de nos plus monstrueux adversaires...» répondit Sangoku, aussi incrédule que son fils.
-«C'é... C'était génial!» s'exclama Trunks.
-«Cool!» renchérit Sangoten.
-«J'ai encore beaucoup d'entraînement à faire pour atteindre un tel niveau. Tout ceci était stimulant! Bulma! Tu crois que tu peux me trouver un adversaire à ma taille et que je ne connais pas encore, que je puisse avoir un combat intéressant?»
-«Il va falloir attendre... Cette Phœnix virtuelle était si puissante que la salle en est arrivée à saturation pour contenir l'énergie de sa dernière attaque... Il va falloir patienter un jour...»


_____________________________________________

* Inspiré du chat de Schrödinger.
Dernière édition par San999 le Lun Août 15, 2011 1:43, édité 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
San999
Phœnix Violet
 
Messages: 11961
Inscription: Sam Mars 10, 2007 18:06
Localisation: À côté de la plaque... Toujours à côté... -_-'

Re: Fanfic : Versus.

Messagepar San999 le Jeu Août 11, 2011 21:38

Chapitre Spécial 5 : JURI VS SANGOHAN (écrit par San999, approuvé par RMR)
Image





-«Tu n'étais pas obligée de m'accompagner, tu sais?»
-«Non, mais tu n'es pas le seul à vouloir t'amuser.» répondit Mamie Voyante avec un petit sourire en coin à son petit frère.
-«Ce n'est pas pour rien que j'ai donné la possibilité de payer mes services en battant mes champions dans un petit tournoi d'arts martiaux. Je n'ai jamais pu apprendre à devenir une grande experte comme toi, mais j'en suis une grande spectatrice. Et puis, je suis curieuse d'enfin voir cette fameuse machine en action.»
Tortue Géniale était allé voir sa grande sœur jusque dans son palais au beau milieu d'un désert, pour lui demander un service. Plusieurs années auparavant, il avait pu voir son ancien élève, Sangohan, faire étalage de ses capacités et de ses progrès, en se battant contre son propre petit-fils. Mais le maîtres des tortues s'était toujours demandé si celui-ci s'était réellement battu au maximum de ses capacités ou s'il s'était retenu par égard pour sa descendance adoptive. C'est pourquoi il avait demandé à Mamie Voyante si elle pouvait ramener pour une journée Sangohan d'entre les morts. Oh, bien sûr, il avait déjà eu mille fois le temps et les occasions de demander un tel service, durant toutes ces années. Cependant, il n'en avait étrangement ressenti le besoin que très dernièrement.
Il s'était rendu compte que s'il était auparavant assez détaché du passé, depuis quelques années, il était devenu bien nostalgique. Peut-être était-ce dû au fait que ses nouveaux élèves, dont faisait justement partie Sangoku, le petit-fils de Sangohan, et d'autres de leurs amis l'avaient depuis longtemps dépassé et de très loin, lui, l'ancien homme le plus fort du monde. Certains d'entre eux poursuivaient encore leur entrainement avec acharnement. Alors que d'autres avaient abandonné les arts martiaux. Mais il se surprenait à beaucoup penser à la belle époque, celle où lui-même s'entrainait sans relâche pour se surpasser, puis à celle où il avait senti avoir atteint le sommet de son art et où il s'était reculé sur une île, se contentant de prendre des élèves de loin en loin et de maintenir sa forme par des exercices simples, satisfait d'avoir atteint un niveau jamais atteint par aucun homme, y compris son propre maître. Puis, peu à peu quand ses élèves avaient commencé à complètement et totalement le dépasser, et affronter des adversaires bien au-dessus de ses propres capacités, il avait commencé à se sentir réellement inutile et vieux, bien que quand on a plus de trois-cents ans, vingt années de plus ou de moins ne changent pas grand chose. Ceux-ci devant se dépêtrer de problèmes pour lesquels il était bien incapable de les aider autrement que par un soutien moral et des conseils. Ce fut là que, peu à peu, la nostalgie du passé avait commencé à l'envahir.
Et ce fut donc ce jour-là qu'il se décida à essayer de satisfaire sa curiosité au sujet de Sangohan. Malheureusement, Mamie Voyante lui avait dit qu'elle ne pouvait pas le ramener dans le monde des vivants, car elle ne pouvait le faire qu'une fois pour un mort donné et pour vingt-quatre heures seulement. Or, le grand-père de Sangoku avait déjà eu ses vingt-quatre heures. Tortue Géniale s'était senti un peu déçu, mais il songea à un autre moyen, qui, s'il ne lui permettrait pas d'avoir de discussion avec son ancien élève, comme il l'aurait pu si sa sœur l'avait ramené sur Terre, lui permettrait au moins de satisfaire sa curiosité sur le véritable niveau du vieux disciple. Il avait pensé à la machine virtuelle de Bulma. Il en parla à la médium et celle-ci voulut alors l'accompagner. Et c'est ainsi qu'ils se retrouvèrent tous deux devant la Capsule Corp.

Un robot domestique leur ouvrit la porte lorsqu'ils arrivèrent devant elle, celui-ci ayant été programmé pour laisser entrer, sans autres formes de procès, tous les amis de Bulma.
-«Pourrais-tu me dire où se trouve Bulma?» s'enquit le maître.
-«Madame Bulma n'est pas ici. Elle est sortie avec monsieur Végéta et monsieur Trunks.»
-«Mince! Voilà qui est embêtant.»
-«Le docteur Brief est là, si vous le désirez.»
-«Oh! Je vois. Effectivement, je pense qu'il pourra nous aider pour ce que nous sommes venus faire ici. Où est-il?»
-«Dans son laboratoire. Je vais vous y conduire.»
-«Ce ne sera pas la peine, merci. Je sais où c'est.»
-«Bien. Je suis à votre disposition, si vous désirez quelque chose.»
Le frère et la sœur se dirigèrent vers le laboratoire. Là, ils y rencontrèrent le père de Bulma, qui était occupé à retaper un sky-car.
-«Oh! Maître Tortue Génial! Que nous vaut cette visite? Ma fille est sortie, elle est allée au parc d'attraction avec Végéta et le petit Trunks. Une sortie de famille.»
-«Oui, le robot domestique de l'entrée nous l'a dit. Ha! Ha! Ha! Végéta qui va au parc d'attraction en famille. C'est étonnant comme il a changé.»
-«Ma fille sait être persuasive. Je ne sais pas de qui elle tient ce caractère.»
-«Ne m'en parlez pas... J'aurais aimé qu'elle soit un peu plus comme votre femme...»
-«Oh! Et qui est cette personne avec vous?»
Mamie Voyante s'avança alors sur sa boule de cristal.
-«Bonjour! Mon frère n'a pas beaucoup de manières, malgré son âge.»
Celui-ci prit un air désolé et gêné, en sortant la langue et en se frottant l'arrière du crâne.
-«Je suis Mamie Voyante, la plus grande voyante du monde.»
-«Oh! Oui, je crois que ma fille m'a parlée de vous. Ravi de vous rencontrer enfin, madame.»
-«Hé! Hé! Si vous avez un jour besoin de mes services pour connaître votre avenir, n'hésitez pas. C'est dix millions par séance, mais je suis sûre que cela ne posera pas de problème pour quelqu'un comme vous.»
-«Non, merci, je n'ai pas envie de connaître mon avenir.» répondit simplement le scientifique, avec un sourire sincère.
-«Hi! Hi! Hi! Hi! Dommage.»
-«Quoi qu'il en soit...» interrompit Tortue Géniale.
-«...nous ne sommes pas venus pour ce genre de discussion. En fait, j'aimerais utiliser la salle d'entrainement virtuel.»
-«Oh! Je vois. Eh bien, vous pouvez y aller.»
-«Euh... C'est à dire que j'ai oublié comment la programmer...» dit-il en rougissant.
-«Ah! Je vous accompagne, dans ce cas.»
-«Merci. J'espère que cela ne vous dérange pas.»
-«Non. Non. Je ne faisais qu'un contrôle de routine.»

Les trois doyens se dirigèrent vers la salle. Une fois arrivés dans la salle de contrôle, le docteur Brief se plaça devant le moniteur et demanda:
-«Hmm... Quel combattant voulez-vous faire apparaître?»
-«Je voudrais que vous programmiez Sangohan, pas le fils de Sangoku, mais son grand-père. Pour ce qui est du contexte, je pense que vous pouvez lui faire croire qu'il est à l'époque où il a été le champion de ma sœur pour une journée, juste avant la visite de son petit-fils. Et bien entendu, le décor sera le ring extérieur du palais de Mamie Voyante. Quant à son adversaire...»
-«Tu ne veux pas te battre?» s'étonna la voyante.
-«Ho! Ho! Ho! Oh non! Je me suis déjà battu, il y a peu de temps, contre un Taopaipai virtuel, et j'en ai encore le corps tout endolori. Je crois que je préfère passer mon tour. En plus, si je me suis fait battre par virtuel Taopaipai, je ne crois pas faire le poids contre Sangohan, qui avait fait tourner en bourrique le Sangoku qui avait vaincu Taopaipai.»
-«Je vois, tu te fais vraiment vieux.» se moqua, la femme âgée.
-«La ferme! Je ne suis juste pas au top de ma forme, aujourd'hui!» protesta son frère.
-«Bref! Je me rends compte que j'ai même pas d'idée sur qui Sangohan pourrait affronter qui serait de son niveau...»
-«Je peux toujours sélectionner un adversaire au hasard, grâce à la fonction multivers de la machine, si vous voulez.» proposa Brief.
-«Ah! Oui, c'est vrai, Krilin m'avait parlé d'une telle possibilité. Eh bien dans ce cas, allez-y. Ah! Et au fait, il m'avait aussi parlé d'un combat où le Végéta de l'époque de son arrivée sur Terre s'était fait vaincre par quelqu'un uniquement grâce à des pouvoirs particuliers. Cela peut être intéressant, mais là, non, je voudrais plutôt un expert en arts martiaux, sans pouvoirs spéciaux qui piperaient le jeu.»
-«Hmm... Dans ce cas, je vais demander à l'ordinateur de tenir compte de cette donnée. Donc... La première proposition est une certaine Juri Han. Cela vous convient-il?»
Tortue Géniale s'approcha de l'écran pour regarder la combattante proposée. Il rougit et une petite goutte de sang perla d'une de ses narines:
-«Elle est très mignonne. Et son petit haut est très...»
Se rendant soudainement compte que sa sœur et le scientifique le fixaient, il rougit encore plus, avant de se reprendre en portant un poing à sa bouche en toussotant et de taper sa canne sur le sol.
-«Oui. Je pense qu'elle conviendra parfaitement. Je voudrais voir comment Sangohan se débrouille contre une femme puissante, voire s'il se laisse troubler si facilement.»
-«Peuh! Mais bien sûr...» répliqua sèchement Mamie Voyante.
-«Quoi?! Tu oses douter de ma sincérité?!» protesta rageusement Tortue Géniale.
Se contentant de l'ignorer, son interlocutrice se retourna:
-«Bien, moi, je vais aller dans la salle.»
-«Hein?! Tu veux te battre?»
-«Bien sûr que non. Ne te fais pas plus stupide que tu ne l'es. Ce combat a lieu sur le ring de mon palais, même s'il n'est que virtuel, il est normal que j'y sois pour arbitrer. Et puis, je n'aime pas voir mes combats à travers un écran, je préfère les regarder de près.»
-«Dans ce cas, je viens avec toi.»
-«Non, il ne vaut mieux pas. Tu risques de perturber Virtuel Sangohan. Et puis, si tu fais la même chose qu'il y a vingt-quatre ans, lors du combat de ton disciple contre mon Homme Invisible, c'est toi qui risques de piper le jeu.»
-«La ferme!» cria le vieux pervers.
-«Faites en sorte que cette Juri Han virtuelle croie être venue me voir pour une raison quelconque, monsieur Brief. Cela rajoutera de la crédibilité.» dit la femme avant de sortir de la salle des commandes.
-«Quelle vieille bique...» murmura Tortue Géniale, qui resta malgré tout sur place.

Quand l'aïeule entra dans la salle, le décors commença à se former. Un ring circulaire dallé entouré d'une pelouse apparut alors au milieu d'une grande marre sur laquelle passaient deux fins ponts en pierre aux deux bouts opposés de l'arène, menant chacun à deux bâtiments hémisphériques surplombés de coupoles et posés sur des plateformes en béton recouvertes de gazon et de quelques arbustes. Il y avait également deux petites pyramides reliées au bâtiment le plus proche des côtes, disposées sur les côtés. Enfin, le tout était reliée à un hall rond qui se trouvait sur la terre ferme. Le paysage n'était que dunes de sable et ciel clair.
C'est alors qu'apparurent les deux adversaires. Virtuel Sangohan portait toujours son gi noir recouvert d'une tunique jaune sans manches et avec des motifs spiralés. Des gros fils noirs la refermaient sur le devant. Il portait un chapeau rond à pompon, mais surtout un masque caricatural de chat blanc qui cachait mal sa moustache grise. Il était chaussé de simples mocassins d'exercice noirs. Une auréole flottait au-dessus de sa tête.
Devant lui se tenait une jeune fille de petite stature à l'air frêle. Son torse n'avait qu'un seul vêtement. Un morceau de tissu violet partant du cou qu'il cerclait avant de s'écarter en losange sur la poitrine jusqu'à sa pointe juste au niveau supérieur de son abdomen. L'étrange habit avait un motif rose et des bords noirs et huit lanières le tenaient en place, partant dans le dos où elles s'y rejoignaient pour former une araignée. Des jambières bouffantes blanches avec des bandes roses et noires parcourant les longueurs extérieures du vêtement, recouvraient un espèce de collant rose, par-dessus lequel elle portait un maillot noir. Une épaisse bandelette violette et rose ceinturait trois fois sa taille, et l'un des deux bouts pendait longuement du côté gauche, des anneaux métalliques attachés régulièrement sur cette partie de la ceinture. Elle aurait été pieds nus, s'ils n'avaient été en partie enrubannés. Elle avait de longs gants lilas foncés et des protèges-mains roses avec des bracelets noirs à piques. Ses cheveux presque ébènes étaient étrangement coiffés. Une frange sur le front, deux mèches bordant son visage, deux couettes coniques partant dans des directions opposées, perpendiculairement à sa tête, deux anneaux roses maintenant la structure. Les yeux roses et effilés sous des sourcils fin portaient un regard prédateur sur ce qui l'entourait, complété par un sourire malicieux.

-«Tu n'es pas l'adversaire que j'espérais... Je croyais que vous m'aviez dit qu'un garçon avec une queue devait venir.»
Pendant un instant, Mamie Voyante fut perdue, ne sachant pas à quoi il faisait référence, quand il s'était ainsi adressé à elle. Mais elle se souvint soudainement qu'à l'époque, elle l'avait amené dans le monde des vivants, car elle avait prédit l'arrivée du garçon qu'elle apprendrait plus tard être son petit-fils adoptif.
-«Ah! Oui. Il va venir. Mais je n'ai pas dit qu'il serait impossible que tu aies d'autres adversaires. J'espère que cela ne te dérange pas.»
-«Si cela avait été quelqu'un d'autre, je pense que non. Mais je n'aime pas me battre avec des filles...»
Il souffla.
-«Mais je suppose que si elle est arrivée jusque-là, c'est qu'elle a dû vaincre Diableman et mérite amplement le fait que je me batte sérieusement. En revanche, je n'ai pas besoin de ça, puisqu'elle n'est pas la personne que j'espérais.»
Il retira alors son masque, révélant un visage ridé et des yeux bridés. Il posa ensuite son accessoire sur le bord du ring, avant de revenir au centre. La jeune fille ayant suivi de façon indifférente ce petit échange, sourit malicieusement en prenant enfin la parole.
-«Alors mon dernier adversaire sera un vieux, hein? J'espère que tu seras aussi amusant à tuer que les autres!»
-«Tu es bien sûre de toi, jeune fille. Tu devrais être plus prudente.»
-«Oh! C'est qu'on se soucie de mon bien-être... Comme c'est gentil! Mais... tu devrais surtout t'inquiéter pour toi, papy. Mon bien-être à moi, je vais m'en occuper dès qu'on commencera le combat!» déclara-t-elle avec une voix et un sourire mauvais, en se passant la langue sur la lèvre supérieure.
-«Eh vieille peau! T'as intérêt à me dire ce que je veux savoir quand j'en aurai fini avec ton "champion" retraité, sinon, je m'occuperai de ton cas. Il faut absolument que je retrouve ce salaud de Vega...»
-«Iiih!» s'exclama la petite femme, ne s'attendant pas à être menacée.

-«Oups! J'ai oublié de programmer virtuelle Juri pour qu'elle n'ait pas envie de tuer Mamie Voyante.» s'exclama le docteur Brief, dans la salle des commandes, d'un air gêné.
-«Hein?! Vous voulez dire que ma sœur va être tuée si virtuel Sangohan ne gagne pas le combat?!»
-«Non, non! S'il le faut, on ouvrira simplement la porte dès que le combat sera fini.»
-«Ouf...!»
-«En espérant qu'il n'y ait pas le même problème que lorsque Végéta n'arrivait plus à arrêter la machine quand il s'est battu contre virtuel Broly...»
-«Quoi?!?»
-«Ah! Non, mais ne vous inquiétez pas! Cela a très peu de chances de se produire, vu qu'ils n'ont pas la même quantité d'énergie et que Bulma a réparé la machine.»
-«Espèce d'inconscient...» rumina son interlocuteur.

Dans l'arène de combat, virtuel Sangohan saluait son adversaire avant l'affrontement, mais celle-ci ne répondant pas, il réprimanda:
-«Tu es décidément bien impolie.»
-«Tss! À quoi bon saluer un futur macchabée?» sourit sardoniquement la malapprise.
-«Désolé, mais je suis déjà mort.»
Virtuelle Juri eut d'abord un air surpris face à une telle déclaration, mais son sourire revint vite.
-«On devient déjà sénile, à ce que je vois.»
-«Je vais t'apprendre les bonnes manières.»
Les deux combattants se mirent en position. Le vieil homme avait écarté ses jambes et replié légèrement ses genoux, écartant légèrement les bras, repliés aux coudes, pour ramener ses mains bien droits perpendiculairement à son visage. Tandis que virtuelle Juri s'était mise en équilibre sur une jambe, avait levé son autre genou le plus haut possible dans cette position. Un bras était parallèle à ses épaules juste derrière elle, en ramenant sa main au niveau de sa tête. L'autre bras était positionné de façon à ce que l'autre main soit au niveau du genou levé.
-«Quelle drôle de position... Elle est en équilibre précaire. Mais pour autant, je n'ai pas l'impression qu'elle soit vulnérable...»
Mamie Voyante déclara alors à voix haute et forte:
-«Go!»

Les deux adversaires restèrent un moment à se jauger, jusqu'à ce que virtuel Sangohan ait déclaré:
-«Honneur aux dames. Je te laisse attaquer en première.»
Virtuelle Juri sourit ironiquement:
-«Trop aimable!»
Et aussitôt elle se lança sur son adversaire, courant quasiment en rase-motte. Arrivée suffisamment près de lui, elle pivota sur une jambe et lança l'autre directement sur la tempe de son ennemi. Il para le coup, en levant le bras, mais elle ramena son pied à terre et prenant appui dessus, elle lança son autre pied sur sa gorge, mais fut également parée par l'autre bras, puis elle ramena son membre contre son corps avant de le rabattre immédiatement et parvint cette fois à frapper le plexus solaire. Virtuel Sangohan fut projeté, mais se récupéra rapidement d'une pirouette.
-«Eh bien... Je lui ai dit d'être plus prudente et moins sûre d'elle, mais apparemment, ce conseil est également valable pour moi... Rapide, puissante, précise et elle vise directement les points vitaux...» réfléchit-il en se massant l'endroit qu'elle avait frappé.
Puis à voix haute:
-«Pas la peine de viser les points vitaux, je t'ai déjà dit que j'étais déjà mort. Regarde, j'ai une auréole.»
La jeune fille regarda là où pointait l'index du défunt. Elle resta un moment interdite, avant d'éclater de rire, penchant sa tête en arrière:
-«Uhuhu... Ah ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! J'ignore si tu es juste sénile ou si tu es vraiment mort, mais même si c'est le cas, on va tout de suite vérifier si je peux faire mourir un mort une deuxième fois! Au pire, je te dépècerai!»
-«Tu as vraiment un problème. Il va falloir que je te calme.»
Sur ces mots, virtuel Sangohan se précipita vers virtuelle Juri. Il lança sa main gauche avec les doigts bien droits, mais elle para de son genou levé, puis il tenta un coup de poing sur son torse dans ce qu'il croyait être une garde ouverte, mais elle étira sa jambe vers le ciel, le repoussant ainsi, puis la rabattit à nouveau, lui touchant la tête et le faisant tomber au sol, elle voulut encore le frapper par terre, mais il se ressaisit, et de ses deux mains posées sur les dalles du ring, se souleva rapidement, lançant un de ses pieds vers l'arrière du genou de la pratiquante de taekwondo, voulant la déséquilibrer, mais celle-ci sauta en l'air et tenta un coup de pied sauté d'une jambe tendue. Cependant, il fit pivoter son corps en tournant ses mains et la frappa aux reins de son propre pied. Elle retomba au sol et se ressaisit immédiatement.
-«Pas mal, papy! Tu m'excites!» dit-elle en se précipitant vers lui.
Il avait repris sa garde et para un premier coup de genou franc, tentant un coup de poing qu'elle esquiva en tournant sur elle-même et en projetant son tibia qu'il évita en se baissant. Elle tourna alors son pied et abattit son talon, qui vint fracasser des dalles alors qu'il s'était reculé. Mais alors qu'il s'apprêtait à attaquer, il fut surpris quand elle profita de la violence de son coup pour relever encore plus violemment sa jambe, qu'il para rapidement de ses deux bras. Il fut encore plus étonné quand tournant sur elle-même, son autre jambe remonta également pour le frapper une deuxième fois, le déséquilibrant, puis, alors qu'elle faisait la roue avec ses deux jambes écartées avec un "yahou" jubilatoire, un autre coup de pied vint le frapper au menton et le projeter en l'air, puis il sentit un genou s'enfoncer dans son ventre, virtuelle Juri ayant sauté pour le rejoindre. Il retomba au sol et esquiva le coup de talon qui s'abattit dans sa direction et, avec quelques pirouettes, s'éloigna d'elle.
-«Bon sang! Elle a une drôle de technique, en n'utilisant que ses jambes, mais c'est rudement efficace!»

Au moment où il finissait cette pensée, la brune courut vers lui et tenta encore de le frapper, mais elle passa étrangement à travers lui.
-«Que...?»
À peine son visage avait-il affiché son étonnement, que déjà deux mains jointes s'abattirent sur l'arrière de son crâne. Elle chuta au sol, mais se ressaisissant des deux mains, elle lança un coup de pied arrière, qui ne vint encore que frapper une image sans consistance, et un coup de pied vint accueillir son menton, la projetant en arrière. Se rattrapant à quatre pattes, elle grogna et lança un regard colérique devant elle. Mais sa colère fut remplacée par la stupeur.
-«Qu'est-ce que c'est que ça?»
Autour d'elle, des dizaines de virtuels Sangohan couraient partout.
-«C'est la technique de la transposition! Alors, jeune fille? Sauras-tu retrouver mon vrai moi?»
Grognant, elle se précipita vers l'un des grand-pères. À nouveau, elle ne toucha que le vide, mais elle se fit toucher aux reins par un autre clone. Elle tenta de le frapper, mais sans succès, se faisant toucher peu après sur son autre flanc. Elle se releva d'un air furieux, mais se calma.
-«Il faut que je me concentre pour trouver le bon.»
Alors qu'elle essayait de se concentrer, l'un de ses adversaires lui fonça dessus, elle frappa, mais constata de nouveau que ce n'était qu'une illusion. Elle leva alors la jambe pour frapper au-dessus d'elle, mais à nouveau, ce n'était qu'une image, et elle ressentit une vive douleur dans son dos, puis un autre coup la fit saigner du nez et un autre, sur l'arrière du genou, la fit tomber sur celui-ci.
-«Espèce de fils de pute! Je vais te buter sale vioc!»
-«Ce ne sont pas des manières, jeune fille.»
Cinq images se précipitèrent vers elle. Mais le vrai virtuel Sangohan eut à peine le temps d'apercevoir une lueur violette dans l'œil gauche de son adversaire, que celle-ci l'avait déjà saisi au poignet.
-«Qu'est-ce que...?»
Un coup de genou dans son ventre d'une violence inouïe lui coupa le souffle. Et avant même qu'il ne put se demander ce qu'était ce phénomène dans l'œil de virtuelle Juri, celle-ci lui avait déjà mis une droite dans le nez, suivi d'un coup de pied sur le flanc, puis sur la tempe, puis une sur les tibias, avant de remonter pour refaire la roue qu'elle avait déjà pratiquée peu avant. Le vieux combattant parvint à se rattraper, avant de percuter le sol.

-«Qu'est-ce que c'est que ça?! Son œil a commencé à briller et soudainement, on aurait dit que son enchainement avait décuplé de vitesse! Et ses coups sont plus puissants!» pensa-t-il.
En face de lui, son adversaire avait repris un sourire sûr d'elle. Elle s'essuya le nez, puis portant sa main à sa bouche, elle en lécha le sang. Le vieil expert fit la grimace en voyant ça.
-«Alors, on se décide à devenir plus sérieuse, hein? Mais comment tu as fait pour soudainement réussir à reconnaître mon vrai moi?»
Posant son doigt à côté de son œil brillant, elle expliqua:
-«Ceci s'appelle le feng shui engine. Il me permet non seulement d'augmenter mes capacités au combat, mais également de mieux analyser mon adversaire et mon environnement... Que...»
Avant de finir son explication, virtuelle Juri eut soudainement un air intrigué et suspicieux.
-«Il... Il y a quelque chose d'étrange... Ta "signature" énergétique n'est pas normale... Qu'est-ce que cela veut dire?»
Comprenant que la jeune fille risquait de découvrir que tout ceci n'était que virtuel, Mamie Voyante intervint:
-«C'est... C'est parce qu'il est mort, il te l'a dit.»
La combattante se tourna vers la médium:
-«Mais cet endroit non plus ne me semble pas naturel. Il se dégage quelque chose de pas naturel de tout ce qui nous entoure.»
-«Ce... C'est parce qu'il y a des esprits. C'est un endroit mystique, ici.»
La coréenne continua de fixer son interlocutrice de façon suspicieuse. La voyante avait une signature énergétique normale. Mais l'attention de la jeune femme fut détournée.
-«Tu devrais plutôt te concentrer sur notre combat!» cria son adversaire qui se jetait sur elle.
Tournant son regard vers lui, elle reprit son sourire narquois et poussa un "tsk»" méprisant. Alors qu'il arrivait sur elle, elle leva la jambe et la rabattit sur sa tête. L'utilisant comme appui, elle sauta derrière lui et lui donna un coup de pied à la nuque qui le fit s'écrouler par terre. Elle jubila d'un sourire cruel:
-«Alors? C'est bon, hein?»
Se relevant, il grogna:
-«Elle est vraiment complètement folle!»
Elle se mit à l'attaquer très rapidement. Il para du mieux qu'il pouvait, mais il encaissait malgré tout quelques coups et n'arrivait pas à contre-attaquer. Soudainement, il se trouva au bord du ring, et crut que c'en était fini de lui. Mais l'assaut cessa soudainement et virtuelle Juri recula.
-«Que... Qu'est-ce qu'il te prend de reculer? Tu aurais pu gagner...»
Souriant sardoniquement, elle se passa la langue sur la lèvre supérieure, puis posant ses mains sur ses épaules en croisant les bras, qui cachaient ainsi sa poitrine, elle se mit à faire des cercles avec ses hanches de façon provocante.
-«Allons, allons! Inutile de nous précipiter. Un chat s'amuse toujours avec sa souris, avant de la dépecer!»
Sur la dernière partie de cette phrase, la brune s'était penchée en avant, avec un regard dément et avait soudainement lancé ses mains en arrière. Virtuel Sangohan resta effaré, ne sachant comment réagir. Voyant qu'il ne se décidait pas à attaquer, la provocatrice croisa ses bras derrière sa tête et fit une petite danse du ventre:
-«Alors, papy, qu'est-ce que tu attends? Je n'attends que toi, moi!»
-«Quelle impertinence! Ton orgueil te perdra!» s'énerva le grand-père.
Il joignit ses mains sur la partie inférieure des paumes, écartant ses doigts et les repliant à leurs bouts, il mit en ensuite ses mains en arrière et incanta:
-«Ka... mé... ha... mé... haaa!»
Au dernier "ha", il projeta ses mains devant lui, dont sortit un rayon d'énergie bleu. Au moment où le rayon partit, virtuelle Juri leva la jambe, une volute d'énergie violette apparaissant autour de son pied, puis au dernier instant, elle abattit violemment son talon et dissipa l'attaque du vieillard. Celui-ci resta stupéfié.
-«Elle... Elle a contré mon kaméhaméha comme de rien... Moi qui espérais qu'elle esquiverait pour pouvoir l'attaquer par surprise...»

Dans la salle des commandes, alors que le docteur Brief, qui ne comprenait pas grand chose aux combats, se contentait d'apprécier le spectacle, Tortue Géniale était scotché au combat.
-«Cette fille, elle est vraiment très forte. Mais je ne comprends pas... Elle semblait avoir sensiblement le même niveau que Sangohan et soudainement, quand son œil s'est mis à briller, elle est devenue beaucoup plus forte...»
-«D'après ce que je lis, elle a un œil bionique, le feng shui engine. C'est ce qui lui a permis d'augmenter ainsi sa force.» déclara le père de Bulma, après avoir pianoté sur l'ordinateur.
-«Je vous avais demandé de prendre un adversaire du niveau de Sangohan, et sans pouvoirs spéciaux.»
-«Euh... Ben, je lui ai dit de chercher un expert en arts martiaux qui avait le même ki que Sangohan et sans pouvoirs spéciaux... Je suppose que comme pour les cyborgs, son œil n'émet pas de ki et à part augmenter ses capacités, il ne lui donne aucun pouvoir spécial.»
Tortue Géniale refocalisa son attention sur le combat.

-«Tu n'es pas le seul à pouvoir jouer avec des vagues d'énergie, papy! Tu veux voir les miennes?»
Elle tourna alors sur elle-même de trois-cent-soixante degrés et leva un pied, dont sorti une vague d'énergie violette qui se précipita vers son ennemi. Celui-ci esquiva de côté. Mais l'assaillante lui envoya encore diverses vagues d'énergie qu'il esquiva toutes. Puis, soudainement, elle se précipita vers lui. Il para le premier coup, mais elle continua de le marteler, parfois avec des volutes d'énergie lilas lui entourant les membres. Il commençait à faiblir.
-«Ha! Ha! Ha! Ha! Eh bien, papy, qu'est-ce que tu attends? C'est pas toi qui disait que tu voulais m'apprendre les bonnes manières?»
Face à cette provocation, virtuel Sangohan s'énerva:
-«Assez!»
Il lui saisit une de ses jambes et la jeta au sol. Mais elle se releva d'une pirouette.
-«Bien! Tu te reprends! Ce serait moins drôle, sinon!»
-«Il va falloir changer de stratégie...»
Pendant qu'il préparait sa nouvelle tactique, virtuelle Juri se précipita sur lui. Au moment où elle allait le frapper, il prit un sourire et un regard hagards et chancela. Elle rata son coup. Il tomba soudainement et s'accrocha à la ceinture de son assaillante qui tomba avec lui.
-«Qu'est-ce qu'il te prend, vieux croulant?!» cria-t-elle.
-«Oups! Hic! D... Désolé... Hi! Hi! Hi!» bredouilla le vieil homme, en hoquetant.
Alors qu'elle allait se relever, il leva soudainement un bras et lui mit ainsi un poing sur la figure. Elle se mit la main au visage en grognant. Il se releva, mais tomba de nouveau, et son coude frappa le crâne de la jeune fille, qui fut sonnée. Mais très vite, elle se reprit et prenant un air furieux, elle se leva rapidement.
-«Tu vas arrêter de te foutre de ma gueule, vieux con!»
Cependant quand elle arriva à son niveau, il hoqueta et trébucha, mais réussit à rester debout en tendant une jambe en arrière, qui frappa le flanc de la combattante. Celle-ci, enragée, lança un autre coup, qui reçut plus ou moins la même parade. Cela continua ainsi durant quelques coups. Elle commençait à s'essouffler. Jusqu'à ce qu'elle hurle:
-«Je vais te buter sale vioc! Ne crois pas te foutre de moi bien longtemps.»
Elle s'accroupit à un mètre et demi de lui, fit un tour sur elle-même et une volute d'énergie violette partie de sa jambe au ras du sol. La vague avait un large périmètre et virtuel Sangohan n'eut d'autres choix que d'arrêter la comédie de l'ivrogne et de sauter par-dessus. Alors qu'il s'apprêtait à répliquer d'un coup de pied, virtuelle Juri avait déjà fait un autre tour sur elle-même et sa jambe se hissa plus haut, et pendant un instant, leurs pieds se touchèrent, leurs jambes se prolongeant parfaitement l'une l'autre, une autre vague d'énergie sortie du pied de l'experte en taekwondo et déséquilibra l'ancien élève de Tortue Géniale. Il n'avait pas encore pu se reprendre que déjà, une autre vague lancée encore plus haut le frappa de plein fouet. Alors qu'il chutait, virtuelle Juri se précipita vers lui et le rattrapa au ras du sol, d'un coup de pied retourné et, avec un voile d'énergie violette qui poursuivait chacun de ses coups, elle se mit à tourner sur elle-même le frappant de plusieurs coups de pieds, en le projetant de plus en plus haut, tandis qu'elle sautait avec lui. Puis, arrivé à une certaine hauteur, elle arrêta la toupie violette et lui asséna un coup de pied sur le crâne qui le précipita au sol. Mais elle fonça elle-même au sol et y arriva avant lui. Au moment où il allait tomber, elle leva une jambe derrière son dos, et le malheureux reçut un violent coup de jambe dans la colonne vertébrale. Le tenant ainsi avec sa jambe, virtuelle Juri ramena son visage vers le sien, le lui caressa et susurra en souriant sadiquement:
-«Alors? Qu'est-ce que tu en penses? J'espère que tu aimes ça.»
Puis, elle pivota son torse de façon à se retrouver face à la jambe qu'elle abattit au sol, explosant son adversaire sur les dalles qui ne tinrent pas le coup.

Elle souffla de fatigue et observa le corps inanimé, pendant que Mamie Voyante tremblait d'effroi. Mais à la stupeur de la jeune fille, le vieillard se leva, bien qu'avec des filets de sang sur son front et au bord de ses lèvres. Très vite la surprise de la femme se transforma en sourire jubilatoire.
-«Impressionnant! Tu aurais dû avoir les vertèbres brisées après un tel coup! Et malgré ça, tu te relèves! Tu es vraiment une vieille souris très amusante!»
-«Je ne voulais pas en arriver là, mais tu ne me laisses pas le choix!»
Il déchira sa tunique et la partie supérieure de son gi. Son torse montra de nombreuses marques de coups. Il ramena ses poings fermés à côté de son corps, au niveau de ses reins.
-«Namamidaken.»
Soudainement, de l'électricité apparut au tour de ses poings. Il se précipita vers virtuelle Juri. Celle-ci comprenant rapidement qu'il ne valait mieux pas encaisser une telle attaque esquiva son poing qui passa à gauche de son corps, mais un éclair partit du poing du vieillard et toucha la jeune fille, qui fut électrocutée. Sous le choc, elle ne put esquiver le deuxième coup de poing, qui s'enfonça dans son ventre, propageant d'autant plus l'électricité dans son corps. Elle hurla. Mais il poursuivit l'assaut en la frappant au visage. La violence du coup couplée à l'électricité sonna complètement la sociopathe. Il tendit alors les mains devant lui en criant:
-«Namamidabutsu!»
La jeune fille fut alors emprisonnée dans un rayon d'électricité que Sangohan tenait fermement. Elle hurlait de douleur.
Dans la salle de combat, Tortue Géniale ressentait une pointe de fierté pour son ancien élève.
-«Eh bien! Moi qui avait inventé cette technique et l'avait utilisée contre lui. Voilà que non seulement il l'a maîtrisée, mais il l'a en plus améliorée en la combinant à des coups physiques classiques...»

Dans l'arène de combat, la combattante virtuelle continuait de hurler.
-«Cela a du bon d'être mort... Je ne peux pas m'épuiser aussi facilement... Tu ferais mieux d'abandonner, sinon tu vas mourir.»
Mais la jeune femme ne répondit rien. Elle serra les dents. Puis elle marmonna:
-«Merde... Pas question... Je ne serai plus jamais... plus jamais faible!»
Elle ouvrit les yeux et virtuel Sangohan y vit de la détermination, de la colère, de la rage, de la démence, mais aussi une autre émotion, bien différente et... profondément dérangeante... Mais avant qu'il ne put l'analyser, l'œil gauche se mit à briller intensément. Son instinct de combattant poussa le vieillard à regarder Mamie Voyante et à lui crier:
-«Vite! Éloigne-toi! Sinon, tu vas mourir!»
La vieille dame fuit avec un petit cri, alors qu'une explosion violette partant de la Coréenne dévasta le ring, soufflant la médium, qui se teint à sa boule de cristal. La poussière de l'explosion commença à se dissiper et on découvrit le vieil homme toujours debout les bras en position défensive et terriblement brûlé. Soudainement, une petite lueur apparut au sommet de ce qui restait de la fumée et virtuelle Juri en sortit. Elle tendit la jambe vers son ennemi et lui tomba dessus. Il fut violemment projeté, mais elle poursuivit l'assaut avec trois autres coups de pied retournés dont le dernier brisa la nuque du vieillard. Il s'écroula alors au sol. La brune se dirigea vers lui et cette fois, avec un regard vide remplaçant son sourire sadique habituel. Ses couettes étaient défaites et ses cheveux lui tombaient sur les épaules. Elle soufflait d'épuisement, et était marquée de brûlures. Elle posa son pied sur la gorge de sa victime, une énergie gazeuse lilas apparaissant autour de son pied, et elle dit simplement:
-«Cette fois, je vais te décapiter.»
Mais elle ne fit rien. Elle resta paralysée. Le grand-père la fixait, intrigué de son inaction.
-«Il y a décidément quelque chose qui cloche. Mon feng shui engine me le dit.»
Et soudainement, elle prit un air effrayé. Elle avait remarqué quelque chose qu'elle aurait peut-être dû déjà avoir remarqué. Sa jambe émettait le même signal énergétique étrange que le vieillard. Soudainement, elle se retourna et se précipita vers Mamie Voyante qui s'était imprudemment rapprochée à nouveau. Virtuelle Juri lui serra alors la main sur la gorge et siffla d'une voix menaçante:
-«Je veux que tu me dises ce qu'il se passe. Immédiatement! Il y a quelque chose de pas normal! Et je veux savoir quoi! Parle ou je te tue! C'est un piège de Vega?»
-«L... Laisse-la...» gémit virtuel Sangohan, qui était totalement incapable de bouger.
-«Non... Pitié... Je...»
Elle se demanda quelles chances elle avait de survivre si elle disait simplement la vérité. Mais elle se rendit compte que cela ne servirait à rien. Elle resta donc coite.
-«Si tu ne veux pas parler, alors meurs.» déclara la jeune toujours aussi froidement.
Elle leva sa main et s'apprêtait à l'abattre, mais soudainement disparut. Virtuel Sangohan n'était plus là et le ring et tout le paysage non plus. La médium tomba et se teint la gorge.
-«On a bien failli frôler la catastrophe.» dit Tortue Géniale qui se tenait au pas de la porte qu'il venait d'ouvrir précipitamment.
Sa sœur le regarda et sourit.
-«Merci.»



Petit bonus: Fin alternative, car j'ai hésité entre les deux:
Dans l'arène de combat, la combattante virtuelle continuait de hurler.
-«Cela a du bon d'être mort... Je ne peux pas m'épuiser aussi facilement...Tu ferais mieux d'abandonner, sinon tu vas mourir.»
Mais la jeune femme ne répondit rien. Elle serra les dents. Puis elle marmonna:
-«Merde... Nooon... Je ne veux plus... plus être faible...»
Elle ouvrit les yeux et Sangohan y vit de la détermination, de la colère, de la rage, de la démence, mais aussi une autre émotion, bien différente et... profondément dérangeante... Mais avant qu'il ne put l'analyser, l'œil gauche se mit à briller intensément. Cependant il cessa immédiatement. L'électricité l'ayant endommagé.
-«Merde... Non. Nooon! Pas maintenant! Pou... Pourquoi ça tombe en panne!?»
Elle referma les yeux, mais jusqu'au bout, refusa d'abandonner et elle finit par mourir ainsi. La pièce redevint alors normale.
-«Quel combat! Je suis fier de mon élève!» dit Tortue Géniale qui se tenait au pas de la porte qu'il venait d'ouvrir.
Sa sœur le regarda et sourit:
-«Oui. C'était un très beau combat.»
Dernière édition par San999 le Lun Août 15, 2011 1:48, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
San999
Phœnix Violet
 
Messages: 11961
Inscription: Sam Mars 10, 2007 18:06
Localisation: À côté de la plaque... Toujours à côté... -_-'

Re: Fanfic : Versus.

Messagepar RMR le Jeu Août 11, 2011 21:41

Tu sais tout le bien que je pense de tes chapitres, San, dommage que je n'ai plus les commentaires plus complets que j'avais pu te faire.
Avatar de l’utilisateur
RMR
Légende de l'Union Sacrée
 
Messages: 14697
Inscription: Jeu Juin 28, 2007 19:58

Re: Fanfic : Versus.

Messagepar San999 le Jeu Août 11, 2011 21:48

Oh! T'es mignon! Tu sais aussi tout le bien que je pense de tes chapitres à toi. ^^
Avatar de l’utilisateur
San999
Phœnix Violet
 
Messages: 11961
Inscription: Sam Mars 10, 2007 18:06
Localisation: À côté de la plaque... Toujours à côté... -_-'

Re: Fanfic : Versus.

Messagepar Firestar le Jeu Août 11, 2011 23:33

Des chapitres excellents dans tous les cas^^.
Firestar, branleur, déconneur et gamer...
Image
Et membre du grand et glorieux CSSM. Actuellement le seul représentant de cette association, cherche membres suffisamment retors et fourbes pour permettre au CSSM de persévérer, faîtes vos dons !
Avatar de l’utilisateur
Firestar
 
Messages: 1168
Inscription: Ven Avr 03, 2009 16:48
Localisation: Le plus loin possible des soucis quotidien ^^

Re: Fanfic : Versus.

Messagepar Dr_Leon_Soldier le Ven Août 12, 2011 16:58

J'ai déménagé dernièrement et mon chapitre est toujours sur l'ordi de mes parents (qui habitent à 3h d'ici) donc je ne peux pas le remettre ici...

Désolé.
viewtopic.php?f=42&t=6790 Apocalypse, one shot sur les anciens Kaïoshins
viewtopic.php?f=42&t=3343&p=170561#p170561 Sasuke vs Végéta
viewtopic.php?f=42&t=3343&p=193963#p193963 Superman vs Végéto (p.1)
viewtopic.php?f=42&t=3343&p=194083#p194083 Superman vs Végéto (p.2)
viewtopic.php?f=42&t=3343&p=214487#p214487 Avengers vs Buu
Avatar de l’utilisateur
Dr_Leon_Soldier
 
Messages: 891
Inscription: Dim Août 16, 2009 20:36

PrécédentSuivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités