Fanfic : L'épée de Trunks (one shot).

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Fanfic : L'épée de Trunks (one shot).

Messagepar RMR le Lun Mars 15, 2010 22:38

L'épée de Trunks.



Trunks se retourna dans ses draps en grommelant, resserrant machinalement le tissu. Il frissonna malgré la couverture. Bien que la ville soit dans une région tempérée, le lac proche rendait les sous-sols humides et frais. Il essaya de se recroqueviller sur lui-même, émergeant lentement du sommeil. Il se redressa soudainement. Paniqué, il regarda son réveil, éteint. Il se dit qu'il avait dû se rendormir après l'avoir éteint une première fois sans s'en rendre compte. Cela devait faire une heure qu'il aurait dû se lever. Il sauta hors du lit et enfila ses habits à la va-vite. Il se précipita à travers les couloirs caverneux de l'abri jusqu'à l'aile ouest où les travaux étaient censés continuer.
-«Tiens! Bonjour Trunks!» lança Sangohan en passant la tête depuis une porte latérale.
-«Bonjour Sangohan!» répondit Trunks sans s'arrêter, se précipitant vers la pièce où les travaux s'étaient stoppés la veille au soir.
-«Tu cherches ta mère? Elle est ici, avec moi» lança l'adolescent à travers le corridor.
-«Merci!» répondit le garçon aux cheveux lavandes en revenant rapidement sur ses pas.
En entrant dans la pièce, il vit sa mère penchée sur des plans.
-«Maman! Pourquoi m'as-tu laissé dormir?» se plaignit-il.
-«Mais c'est une bonne chose que tu te reposes un peu, Trunks!» répondit-elle.
-«Je n'ai pas besoin de me reposer plus que toi! Je veux travailler au moins autant que toi!»
-«Sauf que moi, je suis un adulte et que toi, tu n'es encore qu'un enfant! Tu as besoin de ce repos pour bien grandir!»
Elle fit glisser ses ongles sur la nuque de son fils, provoquant des éclats de rire chez ce dernier. Sangohan, derrière, laissa échapper un petit sourire en les regardant.
-«Je ne rigole pas, maman! Dis-moi ce que je peux faire! Il est grand temps que je m'y mette!»
Il regarda par dessus l'épaule de sa mère.
-«Qu'est-ce que c'est?»
-«Un système que je suis en train d'élaborer pour isoler le bunker de l'humidité. Tu peux reprendre la mise en place des piliers de soutien dans les murs de la pièce D25? Sangohan ira avec toi.»
Sans attendre, le jeune garçon se mit au travail.
Ce bunker était le trente-septième qu'ils mettaient en place. Il fallait plusieurs mois pour achever d'un bout à l'autre un bunker sous-terrain. La forte densité de population de Landcell Town avait motivé le choix de cette ville pour posséder cet abri. Il s'agissait évidemment d'une mesure de précaution en cas d'attaque des cyborgs. La présence d'un bunker ne pouvait être détectée sans qu'on n'en connaisse l'existence car il n'y avait aucune modification du terrain en surface. Ils étaient équipés de différentes réserves et chambres froides remplies d'aliments, boissons et autre commodités suffisantes pour tenir un siège d'un mois pour tout les habitants. Il y avait de nombreux dortoir sommaire et des douches collectives. Les citoyens, si leur ville était encore en état, vivaient normalement à leur domicile. Cela pour des raisons pratiques, les domiciles étant bien souvent plus confortable que les dortoirs des bunkers. En cas d'attaque cyborg, tout le monde devait se réunir dans le bunker. Tout un réseau d'ouvertures dissimulées parcourait la ville, permettant aux gens, où qu'ils soient, de regagner rapidement l'abri des sous-sols sans que cela ne puisse alerter les cyborgs. Bien sûr, lorsque ceux-ci trouvaient une ville fantôme, de dépit, ils la réduisaient en cendres. Mais les attaques de surface des cyborgs n'endommageaient pas les abris sous-terrains conçu pour leur résister.
Pendant que Sangohan rassemblait les piliers nécessaires à l'achèvement de la façade, les emmenant à bout de bras, Trunks et les ouvriers mettaient en place les tréteaux qui permettraient de soutenir l'ébauche de plafond pendant la mise en place des piliers. Le mur serait ensuite façonné autour des piliers avant que le plafond ne soit achevé. La force de Sangohan et Trunks permettait aux travaux d'avancer assez rapidement, mais cette force ne permettait pas des miracles. La majorité des travaux nécessitaient une grande précision pour que le bâtiment soit stable et solide. Et dans ce domaine, les demi-saïyens n'était guère avantagés par rapport aux ouvriers. Ce matin là encore, lors de la mise en place des piliers, on vit Trunks tirer la langue en transpirant, tentant pour la cinquième fois de suite de placer le pilier bien dans l'axe sol-plafond.

Cinq heure plus tard, à midi, Bulma décida de prendre une pause. Elle exigea de Trunks et Sangohan qu'ils en fassent autant. Les ouvriers, eux, avaient déjà été relevés depuis longtemps par une autre équipe. Bulma prit son repas dans la salle de travail afin de pouvoir continuer à superviser l'avancement des travaux. Les fils de Sangoku et Végéta retournèrent en surface se dégourdir les jambes.
Ils s'étaient écartés de la ville, s'installant dans une clairière où ils purent manger tranquillement. Trunks en était à son quatrième sandwich sur sa ration de cinq, ce qui représentait toujours cinq fois plus que la part à laquelle avait droit les autres habitants. La nourriture était rationné, car l'approvisionnement se faisait difficile. Beaucoup de forêts et de grands espaces naturels avaient été brûlés ou détruits par les cyborgs. Le petit garçon décida d'attendre avant de manger son dernier sandwich. Sangohan, lui, avait su mieux se restreindre, en en gardant deux pour la fin de la pause. Le fils de Bulma s'étendit à son tour dans l'herbe, goûtant comme son aîné au plaisir éphémère de la paresse, les rayons du Soleil réchauffant délicatement sa peau. Cette clairière entourée de bois et côtoyant une rivière abritait encore une faune riche. Le chuintement du ruisseau était accompagné du pépiement des oiseaux, faisant planer une aura paisible sur les lieux que les deux guerriers affectionnaient tant. Le ventre de Sangohan cria famine, suivi de celui de son ami. Mais ils l'ignorèrent. Ils avaient l'habitude d'avoir faim. Trunks se redressa après un moment. Il attrapa son dernier sandwich lorsqu'une main le poussa dans le dos.
-«C'est toi le chat! Essaie de m'attraper!» dit Sangohan en souriant.
Trunks se mit à sourire à son tour et lâcha son sandwich.
-«Tu vas voir!»
Le fils de Sangoku partit en courant à travers les bois, Trunks sur ses talons. Il le laissa le rattraper petit à petit avant de sauter sur un arbre et de prendre appuis contre son tronc pour repartir dans l'autre sens, prenant le petit garçon au dépourvu. Puis il s'envola, toujours poursuivit. Les deux volèrent en rasant la cime des arbres, mais cette fois, Sangohan distança le fils de Bulma. Il se mit à monter en ligne droite, et Trunks redressa sa course pour le rattraper. Le premier traversa une couche de nuage cotonneux. Son poursuivant passa à son tour à travers et ressortit de l'autre côté. Mais il ne vit pas Sangohan.
-«Hein?»
Il se concentra et le ressenti à l'intérieur de la couche nuageuse. Il partit à toute vitesse à sa poursuite mais bien sûr, en s'approchant, il provoqua le départ de son ami. Ils repassèrent au dessus de la clairière et Trunks s'arrêta soudainement, les yeux exorbités. Une espèce de grosse salamandre se tenait au milieu, son sandwich dans la gueule.
-«Hé! Lâche ça tout de suite!» cria l'enfant en fondant vers le sol.
La salamandre regarda l'humain de ses yeux globuleux. Puis il avala le sandwich tout rond avant de s'éclipser dans la végétation.
-«Et zut!» s'écria le garçon dépité.
Sangohan atterrit à ses côtés.
-«Tiens, prends l'un des miens.» dit-il en tendant l'un de ses deux sandwichs à son compagnon.
-«Je ne peux pas accepter, Sangohan! C'est par négligence que je l'ai perdu. J'en assume les conséquences.» protesta l'enfant, ignorant la faim qui lui tenaillait le ventre.
L'adolescent haussa les sourcils.
-«Moi aussi, j'ai laissé mes sandwichs par terre. Tu n'as juste pas eu de chance. Arrête de dire des bêtises et prend ce sandwich.»
Trunks fronça les sourcils mais finit par le prendre. Sangohan entama le sien pendant qu'ils faisaient le trajet retour en marchant, comme à leur habitude depuis un mois qu'avaient commencés les travaux pour Landcell Town.

-«Où est-ce que tu penses qu'on ira, pour la prochaine ville?» demanda Trunks.
-«Ta mère a parlé d'Orange City, juste à côté, très peuplé aussi, mais également de Logue Town, une grande ville insulaire dans les mers du sud. Enfin, je pense que son choix se portera sur Orange City, puisque tout le matériel sera déjà pratiquement sur place.»
L'enfant s'arrêta, regardant la route. Plus loin, sur le trottoir, au milieu de draps, un étrange petit vieux à la peau rouge semblait dépérir. Sans rien dire, Trunks se mit à trottiner jusqu'à lui.
-«Vous allez bien, monsieur?»
-«On fait aller comme on peut...» répondit-il d'une voix éraillée avant de tousser à en fendre l'âme.
Trunks lui tendit le sandwich que lui avait donné Sangohan.
-«Si vous avez faim, vous pouvez prendre ça.» dit-il en souriant.
Le petit vieux le prit entre les mains.
-«Tu es d'une grande bonté, mon garçon! Merci beaucoup!»
-«Je pars devant reprendre le travail, tu peux t'occuper de lui, Trunks.» dit Sangohan en s'éloignant.
-«D'accord Sangohan.»
Trunks se tourna de nouveau vers l'inconnu.
-«Vous ne devriez pas rester ici, monsieur. Je vais vous indiquer un endroit où vous serez à l'abri si vous le voulez bien. Suivez...»
-«Sangohan?! Vous êtes Sangohan?!» cria le vieillard en se levant.
Le jeune homme ainsi interpellé se retourna, intrigué.
-«Oui, c'est bien moi. Pourquoi?»
-«Je vous ai cherché si longtemps! Enfin je vous trouve! Je dois vous parler de quelque chose de la plus haute importance!»
-«Dites-moi rapidement. Je vous écoute...»
-«Oui, oui! Bien sûr!»
Il sortit une petite boîte avec une manivelle du tas de draps et la leva bien en vue de Sangohan et Trunks.
-«Vous voyez ça? Là-dedans, il y a de quoi mettre fin à la terreur des cyborgs!»
-«Hein?!» fit Trunks.
Sangohan croisa les bras, un sourcil levé. Il hésita à simplement partir, laissant ce vieillard à ses élucubrations.
-«Et bien débarrassez-nous des cyborgs, alors.» demanda-t-il finalement.
-«D'accord. Pour cela, il suffit d'ouvrir cette boîte à musique.» répondit son interlocuteur en lui tendant la boîte.
Sangohan s'en saisit et prit la manivelle dans une main. Il tenta de la tourner, mais elle ne bougea pas. Il força un peu plus, mais rien n'y fit.
-«Si je la casse, ça vous embête?» demanda-t-il au vieil homme.
Il avait senti une résistance pas naturelle. De la simple rouille n'aurait jamais autant résisté à la pression qu'il avait déjà mit.
-«Oh non, bien au contraire!» lui répondit-on.
Il y mit toute la force qu'il pouvait sans se transformer mais ne la fit pas bouger d'un pouce.
-«Je peux?» demanda Trunks.
Sangohan la lui donna, pensif.
-«Qu'est-ce que c'est que cette matière? Je n'en connaît aucune qui pourrait résister à une telle pression...» se dit-il pendant que Trunks tentait en vain de faire jouer la boîte.
-«D'où vient cette boîte? D'une autre planète?» demanda Sangohan.
-«Je vais tout vous raconter, mais pourrions-nous nous installer tranquillement quelque part?»

L'adolescent guida le vieil homme jusqu'au bunker. Ils s'installèrent tous trois dans une pièce chauffée qui servait de salle de repos.
-«Je m'appelle Hoï et comme vous l'avez deviné, je viens d'une lointaine planète, Konatz. Il y a de cela un millier d'année, un fléau s'abattit sur notre pauvre planète, créé par un groupe de sorciers démoniaques. Avec une puissance absolument dévastatrice, ce fléau nommé Hildegan se mit à ravager notre monde. Heureusement, mon fils, Tapion, parvint à le vaincre, accédant au statut de héros. De dépit, les mages s'en prirent à lui. Ne pouvant le vaincre à la loyale, ils l'ont enfermé dans cette boîte à musique avec une puissante magie. J'ai tout essayé pour le libérer, je me suis même initié à la magie, mais je n'ai jamais pu ouvrir cette boîte.»
Il joignit les mains sous son menton, fermant les yeux avec force.
-«Si vous le libérez, je vous promet qu'il sauvera aussi votre monde! S'il vous plaît! Je ne suis qu'un vieil homme qui veut revoir son fils!»
-«Je veux bien...» dit Sangohan.
-«Mais nous n'y arrivons pas non plus...»
-«Utilisez les dragon balls! Je vous en prie!»
Sangohan écarquilla les yeux.
-«Comment avez-vous appris l'existence des dragon balls et leur localisation?»
-«Si mes connaissances en la magie ne m'ont pas permis de libérer Tapion, au moins cela m'a-t-il permis de soutirer des informations utiles. J'ai appris d'anciens soldats de l'armée de Freezer, l'armée dont faisait parti les hommes qui ont attaqué votre planète dans votre enfance, qu'il existait des dragon balls sur Namek capable de réaliser n'importe quel souhait. J'ai obtenu les coordonnées de cette planète, mais il n'y avait rien que le vide de l'espace sur place. J'ai alors décidé de tenter ma chance sur Terre, bien que d'après les dernières données, il n'y existait plus de dragon ball. C'était la seule piste qu'il me restait. J'ai failli être découragé en découvrant cette planète et son état. Mais j'ai rapidement entendu parler de vous, Sangohan, l'un des protecteurs de ce monde. Il ne pouvait s'agir que du même Sangohan, fils de Sangoku, vivant sur Terre, qui figurait dans les données de l'armée de Freezer.»
-«Comment ça se fait que l'armée de Freezer en savait autant? Je croyais qu'ils avaient péris peu après que vous les ayez rencontré.» demanda Trunks à son aîné.
-«C'est vrai. Mais tu te rappelles de ce que je t'ai raconté? On avait d'abord eu la visite du frère de mon père puis celle de ton père et d'un de ses camarades. Ils portaient des appareils qui servaient aussi d'émetteurs radios. C'est ainsi que les soldats de Freezer ont pu noter dans leurs données mon existence, celle de mon père et la disparition des dragon balls suite à la mort de Piccolo avant qu'on n'élimine Freezer.»
-«Je ne savais pas que vous étiez impliqués dans la disparition de ce Freezer. Mais si par miracle vous avez des dragon balls, c'est le seul moyen de sauver mon enfant!»
Sangohan regarda par terre, un voile de tristesse assombrissant ses yeux.
-«Nous avions récupéré les dragon balls, en effet... Mais... Nous les avons de nouveaux perdus... A cause des cyborgs...»
Hoï s'effondra sur sa chaise. Il bredouilla quelques mots.
-«Et vous ne sauriez pas où je peux en trouver?»
-«Il est possible qu'il y en ait sur la nouvelle planète Namek, là où a émigré le peuple Namek, mais nous n'avons absolument aucun moyen de savoir où elle se situe. Et n'espérez pas trouver des informations sur la localisation de cette planète, cette fois. Les nameks vivent en totale autarcie, personne ne peut savoir où ils se trouvent...»
Hoï serra ses petits poings en tremblant.
-«Merde!» cria-t-il en jetant la boîte à musique par terre.
-«Putain de merde! Qu'est-ce que je vais faire?!»
Il poursuivit en pensées.
-«Je ne peux pas me contenter de la partie inférieure d'Hildegan! Je veux avoir sa toute puissance!»
-«Il faut en parler à ma mère! Je suis sûr qu'elle pourra trouver une solution!» s'écria Trunks.
-«C'est une magicienne?» demanda le petit vieux.
-«Non, mais c'est un génie! Elle pourra sûrement trouver une solution technologique à ce problème de verrou magique!»
-«Inutile, merci.» répondit froidement Hoï.
-«Imbéciles, je n'ai pas envie de perdre du temps à vous laisser faire mumuse avec la boîte à musique, surtout que si je dois chercher au hasard cette nouvelle Namek, ça risque de me prendre des siècles!» ajouta-t-il en pensées.
-«Allons, vous n'avez rien à perdre à nous laisser essayer, il ne vous reste plus que ça.» lança Sangohan.
Le sorcier grimaça.
-«Si je persiste à refuser, ça paraitra louche. Ce n'est pas vraiment le genre de personne chez qui il faut que j'éveille des soupçons... Après tout, je ne suis plus à quelque jours près...»

Ils allèrent donc voir Bulma à qui ils expliquèrent l'affaire en détail.
-«Alors c'est dans cette boîte que devrait se trouver le héros capable de tuer les cyborgs?»
Par acquis de conscience, elle tenta d'actionner la manivelle, en vain. Puis elle fronça les sourcils.
-«Le problème, c'est qu'il faudra que je fasse toute une batterie de test, et ça prendra du temps. On a besoin de moi, ici. Et je doute que ce Tapion puisse vraiment vaincre les cyborgs.»
-«Moi aussi, j'ai du mal à y croire.» répondit Trunks.
-«Mais même si ce n'est qu'une toute petite possibilité, il faut s'en saisir! Ce qu'on fait actuellement avec les bunkers, ce n'est que gagner du temps sur les cyborgs. La moindre opportunité de régler définitivement leur cas doit être exploitée à fond et en priorité.»
Bulma regarda son fils avec un mélange de fierté et de tristesse. Cette maturité anormale pour un enfant de huit ans n'était pas dû qu'à son héritage, mais aussi à la vie difficile qu'il avait vécu. Elle aurait tellement aimé offrir autre chose à son enfant.
-«D'accord, mais il faut retourner au laboratoire sous-terrain de la Capsule Corp. Je n'ai pas ici le matériel pour analyser correctement cette boîte à musique.»
C'est ainsi que Bulma, Sangohan, Trunks et Hoï se rendirent à la capitale de l'Ouest, ou du moins ce qu'il en restait. Ici comme dans les capitales de l'Est, du Sud, du Nord et du Centre avaient été construits les premiers bunkers. Les quatre arrivants rejoignirent l'ancien domaine de la Capsule Corp. et accédèrent par une entrée dérobée aux sous-sols. Après qu'ils aient installé leurs affaires, ils se retrouvèrent dans la pièce où se trouvait tout le matériel d'analyse. Bulma installa la boîte à musique sur une table d'étude. Elle scanna la boîte et la passa à toutes sortes de rayons.
-«Il n'y a pas moyen. J'ai beau utiliser des faisceaux de particules ou des ondes, tout ce que j'emploie ricoche sur l'alliage de cette boîte. Impossible de voir le contenu.»
-«Evidemment!» siffla doucement Hoï avec un air dédaigneux.
Trunks entendit et fronça les sourcils. La gratitude ne semblait pas être le point fort de ce père de héros.
Bulma entreprit ensuite d'étudier l'alliage composant la boîte dans une autre pièce. Mais elle se heurta à un nouveau problème. Ni les lames les plus fines, ni les lasers ne parvenaient à élimer la surface de la boîte. Elle ne put pas récupérer la moindre poussière. Hoï partit rejoindre sa chambre, rapidement lassé.
La scientifique décida de faire les tests directement sur la boîte. Bien sûr, rien ne parvenait à l'attaquer, pas même le plus violent des acides. Certains composés chimiques réagissaient étrangement au contact de l'alliage, formant des précipités jamais vus ou prenant des teintes inédites. Bulma rassembla du papier et se mit à faire de savants calculs afin de pouvoir déterminer ce qui pouvait provoquer ce genre de réaction. Après plusieurs heures, les garçons partirent à leur tour dans leur chambre.
Le lendemain, Trunks demanda où en était l'avancée des travaux à sa mère.
-«J'ai beaucoup de mal à comprendre ce qu'il se passe avec cette boîte. Mais j'ai peut-être une piste. Il semble que l'alliage qui compose cette boîte provoque une oxydation des composés nickelés. Enfin, je dis ça, mais quand je met directement du nickel au contact de l'alliage, rien ne se produit, ce n'est que par des intermédiaires chimiques qu'on peut approcher un tel résultat. Mais si je parviens à exploiter ça, je pourrais éventuellement transférer des charges électriques dans la boîte ce qui peut peut-être déverrouiller le système.»
Les travaux se poursuivirent les jours suivants. La piste du nickel fut abandonnée au profit d'une autre, puis d'une autre, et encore d'une autre.

Un matin, Trunks arriva dans le laboratoire et vit sa mère mollement accoudée contre un panneau de commande, les paupières lourdes. Elle n'avait pas dormi de la nuit.
-«Repose-toi un peu, maman. Tu continueras cet après-midi.»
-«Continuer quoi?» fit-elle d'une voix plaintive.
-«Tout ce que j'entreprends me donne des résultats absurdes et inexploitables. Il n'y a rien à tirer de cette fichue boîte à musique!»
-«Raison de plus pour aller te coucher.» répondit-il en la tirant hors de sa chaise.
Il la vit sortir tristement. Il se retrouva seul dans la pièce, la boîte à musique par terre, au milieu. Trunks serra les poings.
-«On a besoin de toi, Tapion! La sieste est terminée!»
Il dirigea son énergie dans le creux de sa main droite. Une orbe d'énergie concentrée se matérialisa. Après que Trunks y ait mit le maximum de puissance, il jeta la sphère sur la boîte. Au lieu d'exploser à son contact, le kikoha éclata comme une bulle. La boîte se mit à luire, et des ondes de lumières se propagèrent selon les motifs ornant la boîtes dans un son mélodieux avant de se dissiper.
-«Que... Qu'est-ce que c'était que ça?» se demanda-t-il.
-«Ma...» commença-t-il à crier avant de se raviser.
Qu'importait si sa découverte allait être décisive, sa mère avait mérité un bon moment de repos.
Lorsque Bulma se réveilla cet après-midi là, elle fut accueillit par un Trunks tout excité qui avait déjà montré sa découverte à Sangohan et Hoï.
-«En effet, c'est drôlement intéressant... On dirait que les motifs de la boîte conduisent l'énergie selon des directions bien définies.» dit-elle après avoir observé le phénomène.
Elle entreprit de faire des schémas précis des motifs et du sens de conduction, mesura la densité de matière avec un densiomètre de son invention prévu pour les solides, tentant de déterminer s'il y avait une clef dans l'usage de l'énergie.
Le lendemain, tout le monde se rassembla dans la pièce. Bulma déposa des feuilles devant Trunks.
-«Tu reconnais la boîte à musique?»
Trunks hocha la tête. Il distinguait les formes de l'objet au milieu des flèches et indications en tout genre.
-«Très bien. Commence par envoyer un rayon d'énergie sur le sommet de la boîte. C'est la surface la plus plane, je pourrais t'y indiquer de la meilleur façon quelle quantité d'énergie tu vas devoir envoyer.»
Le garçon envoya du bout de deux doigts un faible rayon sur le sommet de la boîte. Il l'intensifia lentement. Bulma observait attentivement la façon dont se propageait l'énergie lorsqu'elle reconnu la quantité idéale. Elle stoppa Trunks, lui demanda de réduire très légèrement la puissance de son rayon car il avait dépassé l'idéal, puis lui demanda de bien mémoriser la puissance utilisée.
-«Maintenant, tu vas envoyer ton rayon à partir de là et tu vas suivre les flèches en rouge du schéma pour le déplacer.»
-«D'accord.» dit Trunks en se concentrant.
Il passa plus d'une heure à faire des tentatives, Bulma l'arrêtant à chaque fois qu'il s'écartait un tant soit peu du schéma ou lorsqu'il laissait son rayon s'affaiblir ou se renforcer. Au bout d'une heure trente, il parvint à faire le parcours parfait. L'énergie se diffusa de partout sur la boîte, mais aussi à l'intérieure, bien que cela ne se voyait pas à l'œil nu. Les ondes de lumières chatoyantes se répondaient les unes aux autres dans un envoutant ballet de lumières. Le son qui émana commença a former une étrange mélodie dissonante. Tout le monde, même Hoï, était crispé en observant la boîte. Puis un grincement suraiguë se fit entendre s'achevant sur un silence pesant. Après quelques minutes, les quatre observateurs se relâchèrent, constatant l'échec.
-«Quel dommage! J'y ai vraiment cru!» dit Bulma.
-«Attendez... C'est un objet magique, il faut peut-être faire la même chose avec de la magie!» s'écria Sangohan.
-«Mais oui! Comment n'y ai-je pas pensé plutôt?!» se réprimanda Bulma.
La bonne humeur revint aussi vite qu'elle était partie. Hoï lui-même était bien plus emballé dès lors que de la magie était impliquée. Ils recommencèrent l'exercice de régulation sur le sommet de la boîte avec Hoï envoyant un flux magique du bout des mains avant de passer aux tentatives de déverrouillage. Le petit vieux était bien plus malhabile que Trunks, et il lui fallu un petit peu plus de deux heures pour réussir le parcours parfait.
Le même jeu de lumière se produisit, mais le son qui l'accompagna fut cette fois harmonieux, laissant entendre une douce mélodie triste. Dans un chuintement cristallin, la boîte s'entrouvrit.

-«Victoire!» cria Trunks au comble de l'excitation.
Hoï écarquilla les yeux, la bouche entrouverte. Il écarta les bras pour accueillir ce qu'il avait tant cherché, ses yeux brillants de convoitise.
-«C'est l'association de la magie et de la science qui l'emporte! Ha! Ha! Ha! Ha!» s'exclama Bulma en claquant sa main dans l'une de celles, levées, de Hoï qui, décontenancé, s'efforça de faire un sourire qui ressembla plus à une grimace.
Un nuage de fumée s'échappa en rafales de la boîte, s'élevant au dessus du sol. Il se dissipa, laissant apparaître un homme élancé aux oreilles pointues et portant une crête de cheveux rouges. La musique qui se faisait entendre depuis la boîte sortait désormais d'un ocarina dont jouait l'homme.
Hoï recula, ne voulant pas que ses "amis" le voient agir. Il serait stupide de mourir au dernier moment. Il utilisa la formule pour invoquer la moitié inférieure d'Hildegan. Mais il se rendit immédiatement compte que la mélodie de Tapion annulait sa magie. La boîte à musique explosa dans un grand fracas.
Tapion, l'homme qui venait d'apparaître, atterrit et ouvrit les yeux, mettant un terme à la mélodie.
-«Te voilà enfin de retour, mon fils!» dit Hoï en faisant un sourire qui découvrit toutes ses dents, le regard mauvais.
Le bout d'une épée s'arrêta devant son visage.
-«Donne-moi une seule bonne raison de ne pas te tuer, Hoï! Comment m'as-tu libéré? Réenferme-moi!»
-«Voyons Tapion! Tu ne veux quand même pas retourner dans ta prison?! Et la boîte à musique n'est plus...»
La main de Tapion se crispa sur la garde de son épée.
-«Vous n'êtes pas content d'avoir retrouvé votre liberté?» demanda Trunks.
-«Ce que vous avez fait est terrible! Je dois m'en aller! Comment puis-je sortir d'ici?»
Tapion se retourna vers la porte.
-«C'est assez grand ici, je vais vous guider.» dit Bulma.
Sangohan, Trunks et Bulma se dirigèrent vers la sortie, suivis de Tapion.
-«Où est passé Hoï?» demanda Sangohan à voix haute.
Personne n'avait fait attention à sa soudaine disparition.
-«Pourquoi vous ne vouliez pas être libéré?» demanda Trunks à Tapion.
-«Cela ne vous regarde pas. C'est à moi de régler mes propres problèmes.»
-«Votre père... Enfin, si c'est bien votre père... Pourquoi vous a-t-il libéré, si c'était dangereux?»
-«Ce n'est pas mon père mais mon pire ennemi.» fut la seule réponse qu'il obtint.
-«Est-ce que vous êtes fort?» demanda-t-il ensuite.
Tapion posa son regard vert sur l'enfant.
-«Tout est relatif.» répondit-il évasivement.
-«Vous ne voulez peut-être pas qu'on se mêle de vos problèmes, mais pour être honnête, nous espérions que vous vous occuperiez d'un de nos problèmes...» poursuivi l'enfant sur sa lancée.
-«C'est donc pour ça que vous m'avez libéré...»
-«Non! Enfin, si... Mais nous étions aussi content de permettre de libérer un héros. Ecoutez-moi! C'est très égoïste de notre part de demander ça, mais notre monde est ravagé par deux cyborgs comme le votre le fut par Hildegan... Enfin, si le vieil homme n'a pas menti... Toute notre planète vit dans la peur. Si vous en êtes vraiment capable, pourriez-vous vaincre ces deux monstres?»
-«Je suis désolé. Je dois m'occuper de mon propre problème. Si je ne suis pas assez fort, votre monde sera en plus grand péril encore!»
Ils arrivèrent à l'extérieur. En voyant l'état de la ville, Tapion se mordit la lèvre. Cela lui rappelait amèrement Konatz dévasté. Il ne fallait pas aggraver la situation de ce monde ni permettre que cela ne se reproduise ailleurs.
-«Il est temps pour moi de vous dire adieu. Je vous souhaite bonne chance avec vos cyborgs.»
Il s'éclipsa en quelques bonds.

-«Et bien... Pour la fin des cyborgs, ça m'a l'air foutu...» lança Bulma.
-«De toutes façon, bien qu'il soit fort, il est loin d'être ne serait-ce qu'à notre niveau.» dit Sangohan.
-«Il baisse peut-être sa force... Ou bien c'est peut-être de la magie qui lui confère de grands pouvoirs!» proposa Trunks.
-«Quoi qu'il en soit, il ne veut pas nous aider.» reprit le fils de Sangoku.
-«Si ce Tapion n'est pas si fort, alors son problème n'en sera peut-être pas un pour nous. C'est déjà une bonne chose.» reprit Bulma.
-«...» fit Sangohan, ayant un mauvais pressentiment.
-«Tapion ne veut pas nous aider à cause de son problème, mais si nous le libérons de ses obligations, il pourra peut-être nous apporter une aide précieuse!» lança Trunks.
-«Je vais le suivre.» conclua-t-il.
-«Je vais partir à la recherche de ce Hoï. Il ne m'inspire pas confiance...» dit Sangohan.
Les deux demi-saïyens s'envolèrent, le premier en suivant la trace énergétique de Tapion, l'autre en volant au hasard au dessus de la ville. Bulma soupira, resserrant les pans de sa veste sur elle et partit se faire un café chaud.
Sangohan sillonnait la ville dans tous les sens, scrutant les rues et les ruines du regard. Celui qu'il cherchait, Hoï, n'avait pas un niveau d'énergie différent du reste des habitants, il ne pouvait donc pas lui tomber dessus en claquant des doigts. Il continua ses recherches, attendant une erreur de sa cible. En contre-bas, la tête de Hoï dépassant d'un mur à un croisement, observait Sangohan. Il ricana avant de s'enfoncer dans un bâtiment à moitié détruit.
La signature énergétique de Tapion s'était immobilisée. Trunks découvrit qu'il avait choisi pour domicile une vieille usine désaffectée que même les cyborgs n'avaient pas pris la peine de détruire. Le guerrier à l'épée s'était assis en tailleur, yeux fermés, comme pour méditer. Il réfléchissait à toute vitesse aux possibilités qui lui restaient. Il ne pouvait pas se suicider, cela ne détruirait que la partie supérieure d'Hildegan. Et plus que tout, il voulait protéger son frère. Ce n'est pas mort qu'il le pourrait. Il se réprimanda pour ne pas avoir tué Hoï juste avant, quand il en avait l'occasion, mais il ne pouvait ignorer la possibilité que Hoï ne soit pas le seul sorcier survivant en quête d'Hildegan. Cela risquerait de ne pas résoudre le problème. Il en était là de ces réflexions quand il entendit des bruits de pas. C'était l'enfant aux cheveux lavandes.
-«Nous sommes fort, vous savez! Vraiment très fort! C'est de notre faute si vous êtes sortis, on peut sûrement...»
-«Fiche le camp! Rester près de moi est dangereux!»
Trunks s'immobilisa, bras croisés.
-«Quel que soit le danger que vous représentez, si il suffit que je m'éloigne pour être à l'abri, c'est qu'il n'est pas si dangereux. Les cyborgs, même si je m'éloigne d'eux, je ne peux pas les oublier comme si le problème était réglé.»
-«... Et bien tu me déranges! C'est tout! J'ai besoin de pouvoir me concentrer, je ne veux pas avoir à protéger quelqu'un d'autre en même temps que je lutte.»
-«Me protéger?»
Trunks sourit avec chaleur.
-«Si vous voulez me protéger, c'est que ce n'est pas vraiment vous, le danger! Expliquez-moi, s'il vous plaît!»
Un puissant grondement se fit entendre, et tout le bâtiment trembla. Tapion se précipita dehors, suivi de Trunks. Des jambes gigantesques se déplaçaient en détruisant tout ce qui tenait encore debout au milieu de la ville. Tapion ouvrit grand la bouche, un cri s'étouffant dans sa gorge. Ses pupilles tremblèrent.
-«Hi... Hildegan!!!»

Trunks se retourna vivement vers lui.
-«Hildegan?! Je croyais que vous l'aviez vaincu?!»
Sangohan n'en revenait pas. Ces jambes monstrueuses étaient comme sorties du néant. Et elles commencèrent à tout détruire. Sans perdre une seconde, le demi-saïyen se précipita sur le monstre qu'il frappa au bassin d'un coup de pied. Mais au moment de le toucher, il disparut en volutes de fumées. Il réapparut une dizaine de mètres plus loin. Sa queue s'abattit sur Sangohan qui recula pour l'éviter. Mais la queue fut si rapide qu'elle cingla son visage. Une gerbe de sang jaillit de la partie gauche de sa figure. Il hurla de douleur et se posa dans des ruines, une main sur son œil gauche, du sang coulant entre ses doigts. Il n'osa pas retourner à l'attaque, encore sous le choc. Ce monstre était terriblement plus puissant que les cyborgs. Seul le bout de sa queue avait frôlé son visage. Si il avait bougé un centième de seconde plus tard, il serait actuellement mort. Il constata que les gens s'enfuyaient dans le bunker, comme en cas d'attaque cyborg. Cela le rassura. Soudain, le monstre s'immobilisa. Il matérialisa un jet de flammes depuis un peu au dessus du moignon de son bassin, qui fusa vers le sol, le désintégrant. Sangohan s'envola et vit qu'une grande partie du complexe souterrain avait été détruit. Des milliers de gens venaient encore de mourir. Il se transforma en super saïyen en faisant grincer ses dents. Soudain, la mélodie de la boîte à musique s'éleva. Il vit Tapion et Trunks sur sa gauche, le premier jouant de son instrument. Quelque chose attira son attention sur sa droite. Il vit Hoï grimacer tandis que le demi-monstre ne bougeait plus. Il finit par disparaître en fumerolles qui se dissipèrent dans le néant. Hoï s'enfuit en courant, faisant preuve d'une vitesse étonnante pour sa faible force.
Trunks observa l'endroit où se tenait le monstre une seconde plus tôt, incrédule. Il s'était littéralement évanoui dans la nature, comme envouté par la mélodie de Tapion. Il détourna son regard vers celui-ci et entrouvrit la bouche en le voyant.
-«Tapion... Vous pleurez?»
Le grand guerrier posa son regard sur l'enfant. Deux sillons d'un liquide clair coulaient sur ses joues.
-«Mon frère est mort.» dit-il d'une voix tremblante.
-«Quoi? Il était là?» interrogea Trunks.
Sans répondre, Tapion s'éloigna, disparaissant dans les décombres. Trunks pensa le suivre, mais il se ravisa. Cette fois, il méritait vraiment la paix qu'il réclamait.

Trunk et Sangohan retrouvèrent Bulma au-dessus du sous-terrain de la Capsule Corp. Ils emmenèrent le fils de Sangoku dans l'infirmerie du bunker qui n'avait pas été touchée.
-«Tu as eu de la chance, Sangohan! Tu as bien faillis perdre ton œil.» lui expliqua Bulma après qu'il ait reçu les premiers soins.
-«J'ai faillis perdre bien plus que ça.» rétorqua-t-il avec un demi-sourire, une grosse entaille passant sur toute la longueur de la partie gauche de son visage.
-«En tout cas, tu restes ici deux jours. Il faut bien te soigner.»
Pendant les deux jours qui suivirent, Bulma avança les travaux sur l'espace-temps qu'elle avait abandonnés pour s'impliquer davantage dans la construction des bunkers. Trunks, lui, alla aider à déblayer toute la zone détruite du bunker et à déplacer les blessés vers l'infirmerie. Il résista à la tentation d'aller voir Tapion. Le jour du rétablissement de Sangohan, il décida enfin d'aller le voir.
Lorsqu'il pénétra dans l'usine, il vit Tapion à moitié assis, à moitié allongé, dans un coin. Il n'eut aucune réaction tandis que Trunks l'approcha, ses yeux ouverts sur le vide. Le garçon, inquiet, posa une main sur son épaule. Tapion sursauta, faisant sursauter le métis à son tour.
-«C'est toi! Zut, j'ai failli m'endormir...»
Il se releva et se frotta les yeux. Il tenait difficilement sur ses jambes et transpirait.
-«Vous ne dormez pas? Vous ne mangez pas non plus, on dirait... Si j'avais su, je vous aurais apporté quelque chose...» dit Trunks.
Tapion ne répondit pas, encore désorienté. Il ne savait plus que faire. Même s'il se donnait la mort, il resterait une moitié de démon en liberté. Il aurait dû l'absorber lors de leur dernière rencontre plutôt que de le repousser dans sa dimension démoniaque.
-«Je vais vous chercher de quoi manger et des couvertures.»
-«Je ne peux pas dormir. Si je le fais, l'autre moitié d'Hildegan qui est enfermé en moi sera libérée.»
-«Je comprends mieux...» dit Trunks.
-«Mais vous ne pourrez pas résister longtemps à la fatigue... Je vais vous apporter à manger. Quand vous vous endormirez, mon ami et moi détruirons totalement cet Hildegan! C'est promis!»
-«Ne raconte pas de bêti...»
Il se ravisa.
-«D'accord... Merci beaucoup.»
Trunks sourit en s'éloignant.
-«Au fait, je ne me suis pas présenté... Moi, c'est Trunks!»
Et il s'envola pour la Capsule Corp. Une fois seul, Tapion saisit son épée en regardant le ciel.

Lorsque Trunks revint avec ses cinq sandwichs du midi dans l'intention de les partager avec Tapion, il entendit des éclats de voix. En se dirigeant vers l'origine du bruit, il vit une foule rassemblée au pied d'un immeuble qui tenait debout presque par miracle. Au sommet se tenait Tapion, son épée dirigée vers son cœur.
-«Montre-toi, Hoï! Montre-moi ton Hildegan! Si tu ne le fais pas, je me transperce le cœur! Et tu pourras dire adieu à la totalité de ton monstre!»
La rumeur de la foule s'amplifia. Mais ni Hoï ni Hildegan ne firent leur apparition.
-«Je ne plaisante pas! Je préfère mourir avec la moitié du démon que de te laisser les deux moitiés!»
Il enfonça légèrement la lame dans son torse, faisant couler du sang sur ses vêtements.
-«Quel emmerdeur ce Tapion! Pourquoi ne veut-il pas simplement dormir? Je n'ai plus le choix!» pensa Hoï, dissimulé dans la foule.
-«Je t'invoque, Hildegan! Viens à moi!» cria-t-il.
-«Ca tourne mal!» se dit Trunks.
Il éleva son niveau d'énergie au maximum pour attirer l'attention de Sangohan. Les jambes du monstre surgirent d'une sorte de trou dimensionnel, retombant lourdement sur le sol de la ville.
-«Il est temps qu'on en finisse...» murmura Tapion en portant l'ocarina à sa bouche.
-«Vite! Attaque-le! Assomme-le! Ne lui laisse pas le temps de jouer sa mélodie! Et surtout ne le tue pas!» hurla Hoï en désignant Tapion du doigt.
Le monstre se tourna vers le musicien. Il s'apprêta à l'attaquer, mais une sphère d'énergie le frappa de plein fouet, le faisant se détourner de Tapion. C'était Trunks, une main levée, qui était à l'origine de l'attaque. Sangohan apparut à ses côtés. La musique de Tapion s'éleva dans les airs. Hildegan lança sa queue vers Trunks.
-«Tapion! Attaque Tapion, bon sang! Ignore les autres!» hurla Hoï.
Le demi-démon se tourna de nouveau vers le guerrier à l'épée, ramenant sa queue vers lui. Mais ses mouvements ralentirent.
-«Nooooooon! Attaque!!!» cria le sorcier au désespoir.
Le monstre s'immobilisa totalement. Puis sa queue partit d'un seul coup, fauchant Tapion en plein ventre. Il laissa tomber son instrument, crachant du sang sous le choc. Le héros s'écroula au sol, au pied de l'immeuble, inconscient. Hoï, couvert de transpiration, tremblant de la tête au pied, poussa un cri de joie.
-«Tu l'as fait! Il est temps de renaître, Hildegan!»
Il hurla de rire tandis que des traînées de fumées sortirent du corps de Tapion avant de provoquer l'ouverture d'un trou dans le ciel. Une grande lumière s'échappa qui vint frapper la limite de la partie inférieure d'Hildegan.
-«Après tout ce temps à attendre, l'univers entier va enfin s'incliner devant moi! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha!»
-«C'est bien ce que j'avais cru comprendre, c'est toi la tête pensante de ce monstre.»
Hoï s'étrangla dans son rire. En tournant la tête, il vit Sangohan derrière lui.
-«Si je t'élimine, ce monstre aura une capacité destructrice bien moins grande, je pense...»
Hoï resta totalement muet, terrorisé. Le jeune combattant posa une main sur le ventre du sorcier qu'il envoya dans l'au-delà d'un rayon d'énergie.

Hildegan gronda, totalement formé. Hildegan, c'était une tête de mort sur un gigantesque corps de monstre avec une longue queue. Il cracha des flammes sur la foule qui était venu aux cris de Tapion, les tuant tous.
-«Trunks! Il n'est pas très malin! Si on ruse, on peut l'avoir, bien qu'il soit bien plus fort que nous. Il faut juste le perturber en l'attaquant de partout pour qu'il ne puisse pas décider d'une cible!» cria Sangohan.
Il n'obtint aucune réponse. Il chercha Trunks du regard, paniqué. Il le vit, l'ocarina en main, en train d'aider Tapion à reprendre conscience. Il se retourna de nouveau et vit le monstre fondre sur lui.
-«Merde... Je ne te laisserai pas mon monde, pas plus qu'aux cyborgs!» cria le fils de Sangoku en se transformant en super saïyen.
Il se jeta vers la tête d'Hildegan mais fut avalé dans un jet de flamme. Lorsque celles-ci se dissipèrent, le demi-saïyen se tenait immobile dans les airs, les pupilles entièrement blanche, la peau fumante. Il s'effondra tout en perdant sa forme super saïyen. Trunks l'attrapa en plein vol et, accompagné de Tapion, ils fuirent vers la Capsule Corp. récupérer Bulma. Hildegan les poursuivit. Il cracha un nouveau jet de flamme juste au moment où ils attrapèrent la scientifique. Tout le laboratoire enseveli fut détruit. Mais le temps que le monstre en termine avec son attaque, ils s'éclipsèrent dans les montagnes voisines. Même depuis là-bas, ils pouvaient le distinguer attaquer aveuglément les alentours.
-«Je suis désolé, Sangohan! J'aurais dû t'aider!» dit Trunks d'un ton lourd de tristesse.
La voix rauque du blessé s'éleva.
-«Non, tu as bien agis. C'est moi qui ai fait une erreur. Nous ne l'aurons pas, même par la ruse. Son niveau est invraisemblablement plus élevé que le notre.»
Tapion prit l'ocarina des mains de Trunks.
-«Laissez-moi mettre un terme à toute cette histoire.»
-«Tapion, non! Je sais ce que vous voulez faire!» cria Trunks.
Sangohan écarquilla les yeux.
-«Ca peut marcher!» murmura-t-il d'une voix où perçait l'excitation.
-«Sangohan!» cria Trunks, indigné.
-«Non! Je parle des cyborgs! Si on les amène à faire face à Hildegan, ils pourront y trouver la mort!»
-«Ca ne nous débarrassera pas d'Hildegan...» protesta Trunks.
-«Hildegan et les cyborgs sont deux problèmes distincts. Si on peut utiliser l'un pour résoudre l'autre, même si ça ne résout pas le premier, on est gagnant! Combattre le mal par le mal!»
-«Si vous allez voir les cyborgs pour leur demander d'affronter Hildegan, ils vont vous rire au nez et vous tuer...» dit Bulma, inquiète.
-«Pas forcément. Ils se prennent pour les êtres les plus puissants de l'univers. Si on joue habilement sur la provocation, ça peut marcher.» précisa l'adolescent.
Il vit que Bulma et Trunks paraissaient tout deux sceptiques.
-«Trunks, c'est bien toi qui a dit ceci: "Mais même si ce n'est qu'une toute petite possibilité, il faut s'en saisir! Ce qu'on fait actuellement avec les bunkers, ce n'est que gagner du temps sur les cyborgs. La moindre opportunité de régler définitivement leur cas doit être exploitée à fond et en priorité.", n'est-ce pas? Tu n'y crois plus?»
Trunks resta pensif quelques instants.
-«C'est vrai. Les cyborgs nous laissent dans une impasse complète. Depuis des années qu'il font souffrir tout les habitants de la Terre, nous ne pouvons plus le tolérer. Utilisons Hildegan.»
Tapion intervint.
-«Utiliser Hildegan?! Vous êtes complétement fou! Si c'est vraiment ce que vous voulez faire, alors vous ne valez pas mieux que Hoï!» cria-t-il.
-«Ca n'a rien à voir! Hoï voulait l'utiliser pour son intérêt personnel! Nous, nous voulons l'utiliser pour en finir avec les cyborgs, pour le bien de tous!» cria à son tour Trunks.
-«Hildegan n'est pas un jouet, gamin! Il a détruit tout mon peuple et en fera de même avec le tien! Il faut l'éliminer le plus vite possible et non pas vouloir l'utiliser dans des plans hasardeux!» reprit Tapion en haussant encore la voix.
-«Je sais que ce n'est pas un jouet! Je ne joue pas! Tu crois être le seul qui à souffert pour son peuple? Notre quotidien, c'est la faim, la peur, les regrets, le désespoir et la perte des êtres chers. C'est notre quotidien à tous! Mais tu connais ça, hein, héros? Alors crois bien que je ne m'amuse pas! J'essaie de sauver les miens! Je dois le faire contre Hildegan, mais aussi contre les cyborgs! J'ai mon propre destin! Si tu n'es pas capable de le comprendre, alors n'interfère pas! Ici, c'est mon monde! Et ce que moi et mes amis sommes prêt à tenter pour le sauver ne regarde que nous!» hurla l'enfant de toute la force de ses poumons.
Tapion et Trunks se mitraillèrent du regard. Puis ils se tournèrent le dos d'un même mouvement.
-«Faites ce que vous voulez. J'ai moi aussi mon propre devoir à accomplir.» dit froidement le héros de Konatz en s'éloignant à petits pas, son épée dans une main, l'ocarina dans l'autre.

-«Je vais aller provoquer les cyborgs.» dit Sangohan.
Il se redressa sur un coude et se mit à trembler. Il toussa et cracha du sang.
-«Attends au moins d'être remis...» le pria Bulma.
-«On ne peut pas attendre. Si on attends, Hildegan risque de disparaître avec Tapion. Et même si Hildegan ne disparaît pas, je n'ai pas envie que Tapion meurt.» répondit Trunks.
Tapion, dix mètre plus loin, marqua un temps d'arrêt. Il regarda Trunks en coin. Puis il reprit sa route, la tête baissée.
-«Mais enfin! Tu vois bien que Sangohan n'est pas en état!» le réprimanda sa mère.
-«C'est moi qui vais y aller.» dis Trunks fermement.
-«Non!» protesta Sangohan.
-«Les cyborgs ne te connaissent pas! Je ne veux pas que ça change!»
-«Avec un peu de chance, ils ne me connaîtrons que pendant les quelques minutes qu'il leur restera à vivre.» dit Trunks en souriant.
Sangohan se releva brusquement. Il trébucha et se retrouva de nouveau allongé par terre.
-«Ne fais pas ça, Trunks!»
-«J'y vais.» répondit-il.
Une main attrapa la manche de sa chemise. C'était Bulma, les larmes aux yeux.
-«Je t'en supplie, mon chéri, n'y vas pas! Je ne veux pas te perdre!»
Elle étouffa un sanglot. Trunks la prit dans ses bras. Une explosion se fit entendre depuis la capitale de l'Ouest. Hildegan venait d'enflammer les réserves d'essences.
-«Ecoute, maman. Je vais sauver le monde.» dit-il contre son ventre.
-«Tu n'es qu'un enfant!» gémit-elle.
-«Juste un enfant!»
Trunks l'écarta doucement puis pris son envol.
-«TRUUUUUUNKS!!!!» hurla-t-elle en larmes.
-«Merde!» jura Sangohan, le corps meurtri, frappant le sol de ses poings.
Bulma se tourna vers lui, vit dans quel état il était, puis elle se tourna dans l'autre direction.
-«Tapion! Je vous en supplie! Il n'y a que vous qui puissiez poursuivre mon fils! Sauvez-le!» cria-t-elle à l'adresse de l'homme qui s'éloignait. Il s'arrêta de nouveau.
-«Je suis désolé... J'ai essayé de vous dissuader, mais il a choisi son destin. J'ai choisis le mien.»
-«Ne partez pas!» pleura-t-elle en tendant une main vers lui.
Il serra les poings et s'en alla en direction d'Hildegan, s'envolant à son tour.
Bulma tomba sur les genoux, le corps secoué de hoquets.

-«Il y a trois jours, ils étaient encore en train de sévir dans une région proche de la capitale de l'Est. C'est pratiquement de l'autre côté du monde...» se dit Trunks.
Lorsqu'il survola le petit village attaqué par les cyborgs trois jours plus tôt d'après les informations, il ne vit que des décombres. Il survola les environs, cherchant d'autres villes et villages attaqués. Il en trouva quelques uns, puis finit par perdre la trace des cyborgs. Après plusieurs heures de vol, il se posa enfin quelques minutes. Il se rendit compte seulement à ce moment-là qu'il tremblait. Il allait faire face pour la première fois aux cyborgs en vrai, s'il menait son plan à terme. Si seulement il maîtrisait déjà le super saïyen... Il était en train de se demander s'il ne faisait pas une erreur quand il entendit une explosion. Il se rendit sur les lieux et vit les jumeaux sur une place de village. Le garçon aux cheveux noirs avec un foulard rouge était debout, au milieu, une école en face de lui. Des enfants couraient en tout sens et quelques adultes, poussant des cris horrifiés, au milieu d'un tas de cadavres. L'air embêté, le cyborg fit apparaître une sphère d'énergie dans sa main.
-«Bon, tant pis pour le strike. Avec un peu de chance, ce sera un spare...»
La fille aux cheveux blonds et aux yeux bleus, assise sur le rebord de la fontaine centrale, semblait sceptique.
-«Maintenant, les quilles se sont toutes dispersées, je vois mal comment tu comptes t'y prendre... Dire qu'on a attendu vingt minute cette stupide cloche de fin des cours.»
C-17, le garçon, sourit en coin, ignorant les balles de pistolet qui lui heurtaient le visage, tirés par un homme massif avec une impressionnante moustache grise. Il poussa un bref cri et son kikoha s'intensifia. Puis d'un ample mouvement du bras, il fit partir l'attaque qui glissa juste au dessus du sol avant de heurter un groupe d'enfants. Ils furent entraînés avec l'attaque jusqu'au mur d'enceinte de l'école. Une énorme explosion s'ensuivit qui balaya tout le village, ne laissant qu'une plaine vide.
-«Spare!» s'exclama C-17.
-«Evidemment... Avec des boules grosses comme ça...» fit remarquer C-18, son acolyte, en dépliant son corps qu'elle avait recroquevillé pour protéger ses vêtements.
Une attaque d'énergie vint heurter la tempe du garçon. Il leva les yeux et vit Trunks. Celui-ci se rendit immédiatement compte qu'il n'avait pas utilisé la méthode la plus diplomatique pour entrer en contact avec eux, mais il n'avait pas supporté un tel spectacle.
-«Quelle surprise! Il semblerait qu'il y avait une quille sacrément costaud dans cette école!» fit C-17.
-«Je m'appelle Trunks. Je suis le fils de Végéta.» dit-il, furieux.
-«Oh! Vraiment?! Et qu'est-ce qui t'amène dans ce coin paumé?» demanda C-18.
-«Je viens simplement vous annoncer que votre règne est terminé! Une créature bien plus puissante que vous à fait son apparition dans la capitale de l'Ouest.»
Les yeux des deux cyborgs s'arrondirent. Ils échangèrent un regard avant d'éclater de rire.
-«Qu'elle y vienne, cette créature! On l'attend de pied ferme!» lança C-17 en ricanant.
De la transpiration se mit à perler sur le front de Trunks.
-«Si vous la laissez agir, elle détruira tout, et vous n'aurez plus rien pour vous amuser!»
-«Tu as vu ça, C-17? On dirait qu'il veut vraiment très fort nous faire venir à la capitale de l'Ouest. On dirait presque un piège!»
Trunks tenta de réprimer ses tremblements. Il recula d'un pas. Puis sauta dans les airs pour fuir à toute vitesse. Mais sur sa trajectoire se tenait C-18.
-«Et bien, mon garçon? Tu voudrais déjà nous quitter après nous avoir annoncé une nouvelle si fracassante? On a besoin d'être rassurés, nous! Voyons voir si je suis faible...»
Elle enfonça son coude dans le dos du garçon qui fut projeté vers le sol dans lequel il s'enfonça en l'éclatant. Il en ressortit le visage ensanglanté. A peine eut-il le temps de relever la tête que la fille cyborg l'avait rejoint. D'un coup de pied, elle l'envoya s'écraser plus loin où il racla le sol, laissant une trace dans la terre sur son passage. Il saisit son ventre entre ses mains, gémissant de douleur. L'ombre du cyborg s'étendit sur lui. Il jeta un kikoha que la blonde arrêta d'une main, le faisant éclater d'une simple pression. Elle souleva le garçon par le col.
-«Vas-y mollo, C-18. Je ne crois pas qu'il soit aussi résistant que le prince des saïyens.»
-«Tu n'as même pas un petit super saïyen à nous montrer?»
Sans réponse de la part de l'enfant, elle le lâcha et lui heurta le ventre avec son genou avant qu'il ne touche le sol. Trunks roula par terre en crachant du sang à plusieurs reprises.

Elle tendit deux doigts vers l'enfant. Un rayon en sortit qui lui brûla la jambe droite au niveau du genou. Elle tendit les doigts vers l'autre jambe puis se ravisa. Elle attrapa la jambe à mains nues et la tordit, se délectant des cris de l'enfant.
-«Alors? Tu penses toujours que ton monstre peut nous faire peur?»
-«Vous n'auriez pas la moindre chance contre lui.» articula Trunks en défiant le cyborg du regard.
-«Bon, c'est déjà ennuyant...» dit-elle en pointant ses deux doigts vers le cœur de l'enfant.
-«Tu devrais appeler ton monstre au secours.» dit C-17 en ricanant.
C-18 plongea son regard dans les yeux de Trunks. La haine qu'elle y lisait, elle ne la connaissait que trop bien. Nombre de ses victimes l'exprimaient avant leur mort. Si au moins cette haine était teintée de fierté, comme ça avait été le cas chez le prince saïyen, elle aurait eu du plaisir à éteindre cette lueur de défiance. Elle n'avait ici qu'un enfant apeuré et en colère. Il était temps d'en finir.
Soudain, elle sentit quelque chose de froid dans sa nuque. L'instant d'après, elle s'écrasa contre le sol. Tapion lui avait sauté dessus, tenant son épée à deux mains, une tenant la garde, l'autre le bout de l'épée. Il avait appuyé de toutes ses forces la lame contre la nuque du cyborg en utilisant aussi la force de sa chute, dans l'espoir de la trancher, mais il n'avait réussit qu'à la pousser par terre. Il se redressa, Trunks sur ses épaules, du sable dans sa main libre.
-«T'es qui, toi?» demanda C-17.
Pour toute réponse, Tapion lui envoya le sable dans les yeux. C-17 cria de surprise, momentanément aveuglé. Il envoya aussitôt un kikoha là où il avait vu son agresseur. Tapion tenta de s'envoler, mais l'attaque le frappa dans le dos, lui causant une vive douleur et faisant couler du sang de sa bouche. C-17 enchaîna avec une attaque concentrée. A ce moment précis, C-18 se releva, et ce fut elle qui se prit le kikoha de son frère. Elle se retourna vers lui, furieuse.
-«Qu'est-ce qu'il te prend?» lui cria-t-elle.
-«Je suis aveuglé!» se défendit-il.
Il retrouva la vue et tout deux regardèrent dans la direction vers laquelle étaient partis leurs adversaires. Ils s'étaient dépêchés de disparaître. Comme il était impossible aux cyborgs de ressentir les énergies, leurs proies semblaient bien leur avoir échappé. C-17 regarda par terre. Une feuille verte avec un petit cercle rouge s'envola sous l'effet du vent.
Même pas un kilomètre plus loin, derrière un talus, Tapion et Trunks récupéraient, allongés à même le sol qu'ils couvraient de sang.
-«Je suis désolé, je n'ai pas la force de nous amener plus loin. Je suis également désolé d'avoir tardé à intervenir, je ne savais pas comment te tirer de leurs griffes. Vous aviez raisons, ils sont monstrueusement fort...» dit Tapion à son compagnon.
-«Tu... Tu as pu te débarrasser d'Hildegan?» demanda Trunks.
-«Non. Je t'ai suivi tout de suite après ton départ.»
-«Pourquoi? Je croyais que tu voulais avant tout en finir avec Hildegan.»
-«Et bien moi aussi, je n'ai pas envie que tu meures, Trunks.» répondit le guerrier à l'épée en souriant, réveillant la douleur dans son dos.
Trunks sourit à son tour. Il se redressa contre le talus. Il ne pouvait pas bouger ses jambes et tout son corps lui faisait mal.
-«D'où vient-il, cet Hildegan? C'est Hoï qui l'a créé?» demanda Trunks.
-«Entre autre, oui. Sur Konatz, il y avait une statue magique qui absorbait le mal de notre monde. Grâce à elle, la paix régnait sur toute la planète. Malheureusement, certaines personnes échappèrent à son pouvoir purificateur. Embrassant les forces du mal, ces personnes formèrent un clan de sorciers, dont faisait parti Hoï. Ils utilisèrent la magie noire pour donner vie à la statue avec tout le pouvoir maléfique qu'elle avait cumulé. C'est ainsi que naquit Hildegan.»
-«Comment une moitié de ce monstre s'est-elle retrouvé en toi?»
-«Hildegan dévastait notre monde. Personne n'était en mesure de le vaincre. Heureusement, il nous restait certains objets magiques liés à la statue. Une épée et deux ocarinas.»
-«L'épée et l'un des deux ocarinas sont ceux que tu portes, c'est ça?»
-«Exactement. Un grand prêtre de notre peuple parvint à trancher le monstre en deux avec l'aide de cette épée. En utilisant les deux ocarinas, mon frère et moi avons piégé une partie du corps d'Hildegan chacun, moi la partie supérieure, lui la partie inférieure.»
-«C'est pour ça que tu as pleuré après avoir vu les jambes d'Hildegan. Cela signifiait la mort de ton frère...»
Tapion resta silencieux. Trunks posa une main réconfortante sur son épaule.
-«Par beaucoup d'aspects, tu me rappelles mon frère, Minosha.» confia-t-il au fils de Bulma.
Celui-ci mit une petite pression amicale sur l'épaule de Tapion.
-«Que s'est-il passé ensuite?» demanda Trunks, très curieux de son histoire.
-«Les sorciers n'abandonnèrent pas leur quête de puissance pour autant. Ils permirent aux deux moitiés d'Hildegan d'entrer en résonance. Ainsi, si l'un de nous relâchait sa garde, l'attraction qui s'effectuait entre les deux moitiés tirait la moitié enfermée dans le corps de celui qui a baissé sa garde hors de celui-ci. Il nous était dès lors impossible de dormir. Pour remédier à ce problème, la prêtrise conçu les boîtes à musique dans lesquels mon frère et moi fûmes scellés, scellant Hildegan par la même.»
-«C'est horrible! Vous avez sauvé leur monde et ils vous ont condamné à vivre éternellement dans des boîtes à musique!» s'écria Trunks.
-«Il n'y avait aucune autre possibilité de nous protéger tous. Et même malgré toutes ces précautions, la résonance entre les deux parties d'Hildegan mettait en péril l'intégrité des boîtes. Elles furent donc envoyées dans différentes galaxies afin d'estomper l'effet de résonance.»
Les deux blessés restèrent un moment silencieux. Puis Tapion sentant ses forces lui revenir décida d'aller chercher de l'eau et de la nourriture.

Le soir, ils mangèrent froid, craignant qu'un feu ou l'usage d'énergie ne les fasse repérer des cyborgs qui pourraient être encore à leur poursuite. Trunks mangeait sa deuxième cuisse de lapin quand il confia son sentiment de défaite à Tapion.
-«Finalement, tout ça n'aura servit à rien. Les cyborgs n'ont pas cru une seconde qu'il puisse y avoir une créature qui leur soit supérieure et ont même flairé un piège... J'ai mis en danger nos vies et nous ai fait perdre du temps pour rien. C'est toi qui avais raison, Tapion.»
-«Tu as essayé. C'est ce que tu devais faire. Tu sais, je m'excuse pour la dispute de tout à l'heure. Hildegan est mon cauchemar, et je ne me pardonnerais pas de perdre une chance de l'éliminer. C'est pourquoi j'ai réagis si violemment. Mais j'ai oublié que chacun pouvait avoir son propre cauchemar.»
Il regarda les étoiles d'un air songeur.
-«Trunks, demain, on en finira avec Hildegan.»
-«Tapion, met-toi bien une chose en tête. Je ne te laisserai pas mourir!»
Tapion sourit. Puis les deux garçons s'endormirent dos à dos.
Le lendemain, ils étaient prêts à reprendre la route. Trunks ne pouvait pas marcher, mais il pouvait voler. Ils se rendirent dans la région de la capitale de l'Ouest. Depuis la veille, Hildegan avait beaucoup bougé. Mais un tel géant laissait une trace des plus faciles à suivre. Ils le retrouvèrent en train de brûler un port plus au sud.
-«Alors, quel est le plan?» demanda Trunks.
-«Je vais enfermer tout Hildegan en moi. Puis je repartirai pour Konatz. La prêtrise là-bas étudieras quelle solution idéale apporter au problème. Peut-être qu'en un millier d'années, ils ont pu créer des boîtes à musiques suffisamment puissantes pour qu'une seule d'entre elle contienne tout Hildegan.» expliqua Tapion.
-«Tu ne crois pas que Hoï se soit assuré de la disparition de la prêtrise avant d'entreprendre sa quête?» demanda Trunks à son aîné.
-«C'est une possibilité. Mais la chance doit quand même être tentée, n'est-ce pas?»
Le fils de Végéta sourit à son ami. Tapion rasa le sol au milieu des entrepôts en feu pour échapper au regard d'Hildegan. Une fois suffisamment près, il commença à faire résonner la douce mélodie du sortilège qui permettait d'absorber le monstre. Celui-ci chercha du regard l'origine de ce bruit. Un kikoha en plein visage le détourna de son objectif. N'ayant pas Hoï pour lui rappeler l'ordre de ses priorités, le démon pourchassa Trunks. Il sauta prestement en l'air, et abattit un poing droit vers le demi-saïyen. Mais le poing disparu juste avant l'impact. Dans un grondement sinistre, le monstre se dissipa entièrement, absorbé dans le corps de Tapion.

Trunks se précipita vers son compagnon, s'immobilisant quelques centimètres au dessus du sol.
-«Tu as réussis! Tu vas pouvoir essayer de retrouver ta planète!»
Tapion sourit à son jeune ami.
-«Oui, avec un peu de chance, le cauchemar sera...»
Tapion tomba à genou en pleine phrase, grimaçant de douleur.
-«Que se passe-t-il?! Tapion?!»
-«Aaah... J'ai surestimé la résistance de mon corps... Je n'arrive pas à le contenir!»
Sa blessure dans le dos se rouvrit. Du sang s'écoula de ses oreilles également.
-«Laisse-le sortir! Tapion!» cria Trunks.
D'un geste brusque, Tapion sortit son épée. Son corps tremblait violemment. Toutes ses forces le quittaient. Il avait été trop optimiste. Il n'avait même plus la force d'abattre l'épée sur son cœur. En faisant pivoter ses doigts, il parvint à présenter la garde à Trunks. Il plongea son regard dans les yeux de son ami.
-«S'il te plaît... Trunks!»
Celui-ci écarquilla les yeux.
-«Non! Non! Non! Non! Non! Non! Non! Je t'ai dis que je ne te permettrai pas de mourir! Tu n'espères quand même pas que je vais te tuer!»
Tapion hurla de douleur.
-«Si... Si tu ne le fais pas maintenant... Qui sait si l'occasion se... présentera de nouveau? Trunks... nous n'avons pas pu... vaincre... les cyborgs... Si on échoue aussi à... à... à vaincre Hildegan, les forces du mal... auront triomphé...sur tout les plans! Il ne faut... pas laissé... faire ça... Tout le monde compte... compte sur nous!»
-«Non!» gémit Trunks, ses yeux se remplissant de larmes.
-«S'il te plaît... laisse-moi... rejoindre mon frère... en ayant la joie... d'avoir accompli... ma... argh... mission... Dépêche-toi, Trunks! Je t'en supplie!»
L'enfant saisit la garde de l'épée, des larmes salées coulant le long de ses joues.
-«Trunks!!!» cria Tapion.
-«...» fit-il en regardant son ami.
-«Je ne peux pas. Je ne peux pas tuer un innocent, mon ami qui plus est! Le monde est déjà assez atroce comme ça. Ce n'est pas la peine d'en rajouter. Je veux sauver tout le monde! Je veux sauver tout le monde!!!» cria Trunks en larmes
Le corps de Tapion commença à laisser échapper des fumerolles. Il releva la tête pour voir l'enfant qui lui épargnait la vie au mépris du danger. Ses yeux s'élargirent quand il vit ce qu'il vit.
Trunks s'apprêta à lâcher l'épée, bien décidé à ne pas l'abattre sur un innocent. Mais il sentit quelque chose sur sa main. Une autre main. Celui à qui elle appartenait se tenait derrière lui. Il tourna la tête et vit le cyborg numéro 17. Il poussa un cri de terreur en croisant son regard froid.
-«C'est comme ça qu'il faut s'y prendre.» dit le nouveau venu.
Avant que Trunks n'ait eu le temps de réagir, C-17 d'un mouvement vif, lui fit planter l'épée dans le cœur de Tapion.
-«NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON!!!!!!» hurla l'enfant.
-«Tapion!!!» cria-t-il, le débit de ses larmes redoublant.
Tapion vit le sourire mauvais de C-17. Il le fixa du regard et chuchota, la bouche mi-close:
-«Toi... Tu as sans doute commis ta seule bonne action, à l'instant... J'espère que ton tour viendra bientôt... monstre.»
Ses paupières se fermèrent.
-«Minosha...» murmura-t-il avant de rendre son dernier souffle.

D'un coup violent, Trunks libéra sa main de celle du cyborg.
-«Je vais te tuer!» hurla-t-il, fou de rage.
Derrière lui, la fumée qui s'échappait de Tapion de son vivant se mit à tournoyer autour du corps du héros. Trunks abattit la lame sur le cyborg qui l'arrêta d'une main.
-«Pourquoi t'es venu? Je croyais que vous vous en moquiez du monstre! Et elle est où, C-18?» cracha le fils de Végéta en tentant de toutes ses forces de faire avancer la lame.
C-17 répondit en tenant négligemment l'épée à bout de bras.
-«Il y a eu des tremblements de Terre ces derniers jours, dans la région de la capitale de l'Est où nous étions, ce qui est inhabituel. Alors j'ai eu un très léger doute. Je me suis demandé s'il n'y avait pas une part de vrai dans ton récit. Oh! Je n'ai jamais douté d'être le meilleur, bien sûr. Mais s'il y avait un adversaire de valeur à terrasser, ça pouvait m'intéresser. Bon, la façon dont tu as présenté ça puait le piège, alors plutôt que d'y aller directement, j'ai préféré vous suivre, toi et ton ami. Bien que vous ayez d'abord réussi à nous échapper, j'ai facilement pu vous retrouver aux trainées de sang. C-18 n'était pas intéressée, elle ne croyait pas un mot de ton histoire, et elle ne m'a pas accompagné. Elle doit être en train d'essayer des vêtements dans une boutique dont elle aura tué le personnel à l'heure qu'il est. Quand j'ai vu la force de frappe et la vitesse de ce monstre, j'ai trouvé ça inquiétant, bien que je me sois sûrement fait des idées. Tu connais la fin...»
Trunks renonça à faire passer l'épée à travers la défense du cyborg. Il la ramena en position de garde.
-«Tu payera cher tout tes crimes!» siffla l'enfant.
-«Quels crimes? Je n'ai rien fait, là. Toi, par contre, tu as tué ton ami.»
-«C'est toi qui a tué Tapion!» hurla Trunks fou furieux.
-«Je n'ai presque rien fait. C'est bien toi qui a pris l'épée entre tes mains alors qu'elle était dirigée vers ton ami. Je me trompe?»
-«Ordure...»
-«Tu sais, mon garçon, tuer, c'est mal. Je vais devoir te punir.»
Le cyborg attrapa l'épée par la lame et tira d'un coup sec pour la récupérer. Mais Trunks ne la lâcha pas, tenant bon. Soudain, il sentit une force derrière lui. En tournant la tête, il vit les fumées qui tournaient autour du corps de Tapion s'élever, prenant la forme d'un Hildegan déformé. Un cri inhumain retenti, vrillant les tympans des deux adversaires. Un bras immatériel faucha l'air et traversa les deux combattants. Trunks hurla de douleur, s'effondrant par terre auprès de la dépouille de Tapion. C-17, lui, resta immobile, les yeux dans le vague.
-«Qu'est-ce que c'était que ce truc...?»
Il cracha du sang et tomba à son tour. Le monstre de fumées se dispersa dans un dernier cri.
Trunks se traîna jusqu'à l'épée qu'il saisit, au bord de l'inconscience. C-17 se releva, sonné mais encore capable de bouger et lucide. Il vit Sangohan debout à côté de Trunks.
-«L'occasion est trop belle! Tu es seul et affaibli. Prépare-toi à mourir.» dit le fils de Sangoku.
-«Moi? Mourir? Quelle plaisanterie!»
C-17 se mit en garde, une goutte de sueur à la tempe. Sangohan en fit autant. Le cyborg jeta un regard sur le côté. Puis il envoya un kikoha au sol, créant un nuage de poussière et s'enfuit.
-«Vous me payerai ça très cher! Vous apprendrez ce qu'il en coûte de déshonorer le numéro un universel!» pensa-t-il en sauvant sa peau.
Il partit à la recherche du rayon que devait lancer C-18 vers le ciel pour qu'il puisse la retrouver.
Sangohan s'écroula par terre, soupirant de soulagement. Il était bien loin d'être remis de ses blessures et le bluff n'était vraiment pas son fort. Ils avaient tous eu vraiment très chaud. Bulma apparut à son tour. Elle se jeta sur Trunks qu'elle serra contre elle de toutes ses forces. Le fils de Sangoku prit le corps de Tapion dans ses bras.
-«Retournons à Landcell Town. Nous devons continuer à protéger les gens grâce à la construction des bunkers.» dit-il, le regard triste.
Bulma repensa aux restes calcinés de son laboratoire. Tout était détruit. Cela allait encore retarder son projet de machine à voyager dans le temps.
Trunks, soutenu par sa mère, observa l'épée de Tapion.
-«Plus jamais tu ne frapperas un innocent. J'en fais le serment!» dit-il le regard grave.
Et il la glissa dans sa ceinture.


FIN

Spoiler
Same story, but in english ! I do it paragraph by paragraph.

Trunks' sword.



Trunks rolled over in its bed, mumbling, gripping mechanically the sheets. He shivered despite the blanket. Even if the city was in a temperated area, the nearby lake made the undergrounds humid and chilly. He tried to curl up, waking up slowly. He stood up straight suddenly. In a panic, he looked at the alarm clock who was off. He thought he fell asleep again after turning it off whithout noticing it. He should be awake since one hour. He jumped out of the bed and put on his clothing in a rush. He dashed through the cavernous hallways of the shelter to the west wing where the construction was supposed to continue.
-"Hey! Hello Trunks!" yelled Gohan sticking out his head from a side door.
-"Hello Gohan!" answered Trunks without stopping, dashing to the room where the construction stopped the last evening.
-"Looking for your mother? She's here, with me." sent Gohan through the corridor.
-"Thank you!" answered the boy with lavander hairs, promptly coming back.
As he entered the room, he saw his mother leaning on plans.
-"Mom! Why did you let me sleep?" he complained.
-"But it's good for you to rest a little, Trunks!" she answered.
-"I don't need more rest than you do! I want to work at least as much as you do!"
-"Except that I am an adult and you are still a child! You need that rest to grow well!"
She let her nails slide on her son's neck, making him produce gales of laugher. Gohan, in the background, let slip a little smile looking at the two.
-"It's not fun, Mom! Tell me what I must do! It's time I go to work!"
He looked upon his mother's shoulder.
-"What is it?"
-"A system I'm creating so the bunker is isolated from humidity. Can you continue putting the pillars for the wall of room D25? Gohan will go with you."
Without hesitating, the young boy began to work.
This bunker was the 37th they constructed. It needed several month to go through the whole construction of an underground bunker. The high density of population of Landcell Town was the reason they choose this city to construct this bunker. Obviously, it was a conservation measure in case of an attack from the androïds. A bunker's existence was impossible to perceive without knowing the localisation because the surfacing grounds weren't modified. They were equiped with several kind of storehouses and cold rooms filled with food, drink and amenities enough to last out a siege of one month for all the citizens. There was a lot of dormitories and community showers. The citizens, if their town was in an enough good condition, lived as usual in their own houses. This was for practical reasons, the houses being often more comfortables than the bunker's dormitories. In case of an attack from the androïds, everyone should reunite in the bunker. A network of hidden opening traveled across the city so the people, wherever they are, can quickly shelter in the underground without being noticed by the androïds. Of course, when they found a ghost city, through spite, they reduced it to ash. But the surfacing attacks didn't dammage the underground shelter constructed so they can withstand.
While Gohan gathered the pillars they needed to achieve the wall, carrying them with his arms, Trunks and the workers put in place the trestles used to hold the ceiling during the time they put the pillars in place. The wall would be construct around the pillars before finishing the ceiling. Gohan and Trunks' strenght allowed the work to progress quickly, but this strengh couldn't make miracles. Most of the work needed to be very accurate so the building would be steady and solid. In that field, the half-saiyans didn't have any advantage on the workers. This morning again, when they put the pillars in place, we could see Trunks sticking his tongue while sweating, trying for the 5th time to put the pillar in the right position with the ceiling and the floor.

Five hours later, at noon, Bulma decided to take a break. She demanded Trunks and Gohan to do the same. The workers have been relieved since long by another team. Bulma ate her lunch in the working room so she can supervise the progress of the work. The sons of Goku and Vegeta went back to the surface to stretch their legs.
They moved away from the city, sitting down in a clearing where they could eat in peace. Trunks was eating his 4th sandwich on the five of his allowance, which was still five times more than the allowance of other citizens. A rationing was imposed on the food, because the supply of provisions became difficult. Most of the forests and large natural spaces were burnt or destroyed by the androïds. The little boy decided to wait before eating his last sandwich. Gohan, for his part, succeeded better in restraining himself, saving two sandwiches for the end of the break. The son of Bulma too lied down in the grass, enjoying like his elder the short-lived pleasure of laziness, the rays of the sun warming gently his skin. This clearing surounded by woods with a nearby river still housed a luxuriant fauna. The hissing of the stream was accompanied with the chirping of birds, creating a peaceful aura on this place the two warriors liked so much. Gohan's stomach complain of hunger, followed by his friend's. But the two of them ignored it. They were used to be hungry. Trunks got back on his feet after a moment. He took his last sandwich when a hand push him from the back.
"Tag, you're it! Try to catch me!" said Gohan, smiling.
Trunks too smiled and let down his sandwich.
-"You'll see!"
Goku's son fled runing in the woods, Trunks on his feet. He let him catch up to him little by little before jumping on a tree and using it as a support to flew in the reverse way, surprising the little boy. Then he flew in the air, Trunks on his track. The two of them flew upon the top of the trees but this time, Gohan outdistanced Bulma's son. He began to fly higher vertically and Trunks straightened up his trajectory so he can catch up to him. The first one went through a layer of cottony clouds. The pursuer also went through and leaved from the other side. But he couldn't see Gohan.
-"What?"
He focused and sensed him inside the layer of clouds. He went with all his speed but, of course, as he came near, his friend leaved. They went over the clearing again and Trunks stopped suddenly with wide open eyes. Some kind of big salamander was in the middle, his sandwich in the mouth.
-"Hey! Let it down right now!" shouted the kid, swooping down on the ground.
The salamander looked at the human with bulging eyes. Then he gulped the sandwich all at once before disappearing in the vegetation.
-"Damned!" exclaimed the boy, peeved.
Gohan landed next to him.
-"Here, take one of mines." he said handing one of his two sandwiches to his comrade.
-"I can't accept, Gohan! It's my carelessness who caused it. I must take on myself the consequences." protested the kid, ignoring the hunger tormenting his stomach.
The teenager raised an eyebrow.
-"I too let my sandwiches down. You just lacked chance. Stop being silly and take that sandwich."
Trunks frowned but at last accepted it. Gohan began to eat his while they where on their way back, walking, as usual since one month when the works began for Landcell Town.


Spoiler
-"In which city do you think we'll go next time?" asked Trunks.
-"Your mother mentioned Orange City, nearby, with a lot of people too, but also Logue Town, a big island city in the South Seas. Well, I think she'll choose Orange City because all the equipment will be almost on site."
The kid stopped, looking at the road. Further away, on the sidewalk, covered in sheets, a strange little old man with red skin seemed to decay. Without a word, Trunks walked quickly to him.
-"Are you fine, sir?"
-"I'm bearing up..." he answered with a hoarsed voice before coughing in a way you can't help but feel sad for him.
Trunks handed to this man the sandwich Gohan gave him earlier.
-"If you are hungry, you can take this." he said with a smile.
The little old man took it in his hands.
-"You have a pure heart, my boy! Thank you very much!"
-"I go ahead to carry on the work, you can take care of him, Trunks." said Gohan, leaving.
-"Okay, Gohan."
Trunks turned back to the unkown person.
-"You shouldn't stay here, sir. I will show you a place where you'll be safe if you agree. Follow..."
-"Gohan?! Are you Gohan?!" yelled the old man standing up.
The young man turned around, intrigued.
-"Yes, it's me. What is it?"
-"I searched for you for so long! Finally I find you! I have matters of the highest importance to discuss with you!"
-"Please keep it short. I'm listening..."
-"Yes, of course !"
He took out a little box with a handle from the sheets and showed it clearly in the field of vision of Gohan and Trunks.
-"Do you see? Right in there, there is something who can stop the terror of the androïds!"
-"Eh?!" goes Trunks.
Gohan crossed his arms, raising an eyebrow. He hesitated over simply leaving, letting the old man with his crazy words.
-"Well, get us rid of the androïds then." he finally asked.
-"All right. To do so, opening the music box is enough." answered the conversation partner handing the box.
Gohan seized it and caught the handle in a hand. He tried to make it move but it didn't work. He put a little more strenght, but in vain.
-"Do you mind if I break it?" he asked to the old man.
He had the feeling that the resistance wasn't natural. Mere rust couldn't resist that much to the pressure he put on it.
-"Oh no, quite the opposite!" was the answer he received.
He put all the strength he could use without turning super saiyan but it didn't moved an inch.
-"Can I?" asked Trunks.
Gohan hand it to him, thoughtful.
-"What is this matter? I don't know any which could sustain that much pressure..." he was thinking while Trunks tried in vain to make the box play his song.
-"Where does this box come from? Another planet?"asked Gohan.
-"I will tell you anything, but could we move to a more isolated place?"


Spoiler
The teenager leaded the old man to the bunker. The three of them sat down in a warmed room used as a break room.
-"My name is Hoï and, just as you guessed, I'm from a faraway planet, Konatz. One thousand years ago, a scourge descended upon our miserable world, created by a guild of evil wizards. With a devastating power, this scourge named Hildegan began to ravage our world. Fortunately, my son, Tapion, managed to defeat it, wining the status of hero in the process. Through spite, the wizards took revenge out on him. Because they couldn't defeat him in a fair battle, they sealed him in this music box with a powerful magic. I tried everything to free him, I even learned a little magic, but I never could open this box."
He joined his hands under his chin, closing his eyes forcefully.
-"If you set him free, I swear he will also save your world! Please! I'm just an old man who wants to see his son again!"
-"I'm willing to help you..." said Gohan.
-"But we either can't open it..."
-"Please use the dragon balls! I beg you!"
Gohan opened his eyes wide.
-"How did you learned the existence and the whereabouts of the dragon balls?"
-"My magic knowledge didn't allow me to set Tapion free, but at least it allowed me to extract some usefull informations. I learned from former soldiers of Freeza's army, the same army which sent the men who attacked your planet when you were young, that dragon balls which can grant any wish existed on Namek. I obtained the coordinates of this planet, but there was nothing there but space's nothingness. Then I decided to try my luck on Earth, even if in the last pieces of data, there was no more dragon ball here. It was the only lead left to me. I almost get discouraged when I first saw the state of this planet. But I quickly learned about you, Gohan, one of the guardian of this world. I was sure it was the same Gohan, son of Goku, living on Earth, that appeared in Freeza's army's data."
-"How did Freeza's army learned that much about us? I thought they perished soon after you met them." asked Trunks to his elder.
-"You are right. But do you remember what I told you? We were first visited by my father's brother then by your father and one of his comrades. They were wearing devices who were also there for radio transmittors. It's why Freeza's soliders could write in their data that me and my father existed and that the dragon balls dissapeared after Piccolo's death, before we killed Freeza."
-"I didn't know you were involved in that Freeza's disappearance. But if by any miracle you have dragon balls, it's the only way to save my child!"
Gohan lowered his eyes with an expression of sadness.
-"We took back the dragon balls, that's true... But... We lost them again... Because of the androïds..."
Hoï fell down on his chair. He mumbled some words.
-"And you don't know where I can find some?"
-"It is possible there are some on the new Namek, where the Namekians emigrated, but we have no means to know where it is. And don't think you can find informations about its whereabouts, this time. The namekians are totally self-sufficient, nobody can know where they are..."
Hoï clenched his little fists, shaking.
-"Shit!" he shouted throwing the music box to the ground.
-"Godammit! What will I do know?!"
He went on in his thoughts.
-"I can't be satisfied with only the lower part of Hildegan! I want all of his power!"
-"We should discuss with my mother! I'm sure she can find a solution!" exclaimed Trunks.
-"Is she a magician?" asked the little old man.
-"No, but she's a genius! She will probably find a technological solution to this problem of magical bolt!"
-"It's useless, thanks." answered coldly Hoï.
-"You imbeciles, I don't want to lose time letting you play with the music box, especially if I have to look randomly for this new Namek, which will probably need centuries!" he added in his thoughts.
-"Come on, you have nothing to lose by letting us try it, it's the only thing you can still do." told Gohan.
The wizard grimaced.
-"If I insist on declining, they'll find it suspect. It's not the kind of person on whom I should awake suspicion... After all, giving them a few days won't kill me..."


Spoiler
So they went to see Bulma to whom they explained the story in details.
-"So it's in this box that should be situated the hero able to kill the androïds?"
Just to be sure, she tried to activate the handler, in vain. Then she frowned.
-"The problem is I'll have to do a series of tests and it will cost time. I'm required here. And I don't think this Tapion guy can really defeat the androïds."
-"For me too, it's hard to believe." answered Trunks.
-"But even if the chance is minimal, we have to try it! What we are doing right now with the bunkers, it's only saving time against the androïds. The least opportunity to solve this problem once and for all must be seized with high priority."
Bulma looked at her son with mixed feelings of pride and sadness. This abnormal maturity for an eight years old kid wasn't only due to it's legacy, but also because of the difficult life he lived. If only she could have offered something different to her son, was she thinking.
-"Okay, but we have to go back to the underground laboratory of Capsule Corp. Here, I don't have the material I need to analyze accurately this music box."
That is how Bulma, Gohan, Trunks and Hoï went to the West Capital, or at least what remained of it. Here, as for East, South, North and Central Capitals, were built the first bunkers. The four arrivals went to the former domain of Capsule Corp. and through a hidden entrance reached the undergrounds. After they settled in, they gathered in the place where all the analyzing material was. Bulma put the music box on a table for study. She scanned the box and tried all sorts of ray on it.
-"There's no way. No matter if I use a beam of particles or waves, all what I use rebound on this box's alloy. It's impossible to see through it."
-"Of course." said softly Hoï with a nasty voice and a disdainful look.
Trunks heard him and frown. It seems like gratefulness wasn't the strong point of this hero's father.
Then Bulma began to study the alloy of the box in another room. But there was a new difficulty. Nor the finest blades neither the lasers succeeded in scratching the box's surface. She could't get any dust from it. Hoï went back to his room, quickly bored.
The scientist decided on testing the box directly. Of course, nothing could damage it, not even the fiercest of the acids. Some chemical compounds reacted oddly in contact with the alloy, forming never seen precipitates or changing with unprecedented shades. Bulma gathered some sheets of paper and began to do complicated calculations in order to determinate what could induce that kind of reactions. After a few hours, the boys get back to their rooms too.
The next day, Trunks asked if the work of his mother was progressing.
-"I'm having a hard time trying to understand what happen with this box. But I may have a lead. It seems the alloy that form this box induce an oxidization of the nickeled compounds. Well, that being said, when I directly put nickel in contact with the alloy, nothing happens, it's only through the intermediary of chemical that we can come close to such a result. But if I achieve to make use of this, I may be able to transfer électrical charges in the box which could maybe unbolt the system."
The work followed the next days. The nickel lead was abandonned for another one, then another one and again another one.

One morning, Trunks arrived in the laboratory and saw his mother half-heartedly leaning on a control panel, with her elbows resting on it and sleepy eyes. She didn't sleep the whole night.
-"Take some rest, Mom. You'll continue this afternoon."
-"Continue what?" she said with a complaining voice.
-"Anything I try gives me absurd and unusable results. There's nothing to get from this stupid music box!"
-"All the more reason to go to sleep." he answered, pulling her out from her chair.
He saw his mother leave sadly. Then, he was alone in the room, the music box to the ground in the middle. Trunks clenched his fists.
-"We need you, Tapion! Your nap is finished!"
He guided his energy in the palm of his right hand. An orb of condensed energy appeared. After Trunks put all his power in it, he threw the sphere on the box. Instead of blowing up at contact, the kikoha burst like a bubble. The box began to shine and waves of light spreaded according to the patterns decorating the box with a melodious sound before vanishing.
-"Wha... What was that?" he asked to himself.
-"Mo..." he began to shout before changing his mind.
No matter how much important this discover will be, his mother deserved a long rest.
When Bulma waked up this afternoon, she was welcomed by an overexcited Trunks who already showed his discover to Gohan and Hoï.
-"Indeed, that's very interesting... Seems like the patterns on the box guide the energy according to precise directions." she said after observing the phenomenon.
She began to schematize precisely the patterns and the way of conduction, she measured the density of matter with a densiometer of her invention conceived for solids, trying to determinate if there was a key in the use of energy.
The next day, everybody gathered in the room. Bulma put down papers in front of Trunks.
-"Do you recognize the music box?"
Truks nodded with agreement. He could see the shape of the artifact in the middle of arrows and all kind of indications.
-"Very well. At first, throw a ray of energy on the top of the box. It's the planest surface, here I can guide you in the best way so you'll know how much energy you'll have to use."
The boy threw from the tip of two fingers a frail ray on the top of the box. He intensified it slowly. Bulma was looking carefully at the way the energy spreaded when she recognized the perfect amount. She stopped Trunks and asked him to decrease very slightly the power of his ray because he already went past the perfect amount, then asked him to remember the power used.
-"Now, you'll have to throw your ray from this point and to follow the red arrows on the schema to move it."
-"Understood." said Trunks, focusing.
He spent more than an hour trying, Bulma stopping him each time he moved aside the slightest bit from what the schema showed or when he let his ray weakened or strenghtened. After one hour and half, he succeeded to do the perfect route. The energy was spreading everywhere on the box, but also inside, even if no one could see it with bare eyes. The shimmering waves of light matched one another in a bewitching ballet of lights. The sound produced began to turn into a strange dissonant melody. Everyone, even Hoï, were tensed looking at the box. Then a high-pitched screech could be listen, terminating with a heavy silence. After a few minutes, the four observers loosened, acknowledging the failure.
-"What a shame! I really believed it!" said Bulma/
-"Wait... It's a magical artifact, maybe we have to do the same thing but with magic!" exclaimed Gohan.
-"Of course! How didn't I think of this earlier?!" said Bulma blaming herself.
The good mood came back as quickly as it leaved. Hoï himself seemed a lot more excited since magic was involved. They did the regulation exercice again on the top of the box with Hoï sending a flow of magic from the tip of his hands before trying to unbolt the box. The little old man was a lot more clumsy than Trunks, and he needed a little more than two hours to succeed doing the perfect route.
The same interplay of lights happened, but the accompanying sound was this time harmonious, letting escape a soft and sad melody. In a crystaline hissing, the box half-opened.


Spoiler
-"Victory!" shouted Trunks at the height of excitation.
Hoï opened wide eyes, the mouth half-opened. He raised his arms to welcome what he was looking for for so long, his eyes glowing with greed.
-"It's the association of magic and science which prevailed! Ha, ha, ha, ha!" exclaimed Bulma slaping one of her hand in one of the raised ones of Hoï who, surprised, tried a smile which looked like a grimace.
A cloud of smoke slipped out in gusts from the box, raising above the ground. It dissapeared and in its place appeared a slender man with pointed ears and a mohawk of red hairs. The music which could be heard from the box was then coming from an ocarina the man was playing.
Hoï stepped back, because he wanted his "friends" to not see him taking action. It would be stupid to die at the last moment. He used the spell meant to summon the lower half of Hildegan. But he immediately realised that Tapion's melody was canceling his magic. The box blew out in a ruckus.
Tapion, the man who just appeared, landed and opened his eyes, putting a stop to the melody.
-"Finally you're back, my son!" said Hoï with malicious eyes and a large smile showing his teeth.
The tip of a sword stopped in front of his face.
-"Give me only one reason not to kill you, Hoï! How did you freed me? Seal me back!"
-"Oh please, Tapion! Don't tell me you want to come back to your prison?! And the music box is no more, you know..."
Tapion tensed his grip on the guard of his sword.
-"Aren't you happy to regain your freedom?" asked Trunks.
-"You did something terrible! I have to go! How can I leave this place?"
Tapion turned to the door.
-"It's rather huge here, I'll guide you." said Bulma.
Gohan, Trunks and Bulma went to the exit, followed by Tapion.
-"Where is Hoï?" asked Gohan out loud.
No one noticed his sudden disappearence.
-"Why did you not want to be freed?" asked Trunks to Tapion.
-"That's none of your business. It's my duty to solve myself my problems."
-"Your father... Well, not sure if he's really your father... Why did he freed you if this is dangerous?"
-"It's not my father but my worst enemy." was the only answer he obtained.
-"Are you strong?" he asked then.
Tapion let his green eyes linger on the kid.
-"Everything is relative." he answered evasively.
-"You may not want us to interfer with your problems, but to be honest, we hoped you could help us with one of our problems..." continued the child sustaining its momentum.
-"So it's the reason why you freed me..."
-"No! Well, yes... But we were also glad to free a hero. Listen to me! It's really egoistical of us to ask this, but our world is devastated by two androïds like yours was by Hildegan... Well, if the old man wasn't lying... Our whole planet live in fear. If you are really able of it, could you defeat these two monsters?"
-"I'm sorry. I have to solve my own problem. If I'm not strong enough, your world will be in an even worse danger!"
They reach the surface. Seeing the state of the city, Tapion bit his lips. It brought back bitter memories of the devastated Konatz. The situation here shall not be worsen and shall not happen anywhere else, he was thinking.
-"It's time for me to say farewell. I wish you good luck with your androïds."
He slipped away with a few jumps.


Spoiler
-"Well... About the end of the androïds, we're screwed..." told Bulma.
-"Anyway, even if he is indeed strong, he is by far under even our level." said Gohan.
-"Maybe he hides his power... Or maybe it's magic which gives him great powers!" suggested Trunks.
-"Whatever, he don't want to help us." replied Goku's son.
-"If this Tapion isn't that much strong, then maybe we won't meet difficulties dealing with what he can't manage. This in itself is a good thing." replied Bulma.
-"..." did Gohan who had a bad feeling about it.
-"Tapion don't want to help us because of his own problem, but if we free him from his duty, maybe he could provide a precious support!" told Trunks.
-"I'll follow him." he concluded.
-"I will look for this Hoï. I'm worried about his plans..." said Gohan.
The two half-Saiyans flew away, the first one following Tapion's energy trail, the other flying randomly above the city. Bulma sighed, tightening the flaps of her jacket, and leave to have a hot coffee.
Gohan flyed back and forth across the city, examining the streets and the ruins. The one he was looking for, Hoï, didnt have a level of energy recognizable from the rest of the citizen, so he could'nt find him just by clicking his fingers. He continued, waiting for a miss from his target. Below, the head of Hoï was sticking out of a wall at a crossroad, he looked at Gohan. He sniggered before fleeing in an half-destructed building.
Tapion's energy trail stopped moving. Trunks discovered that he took up residence in an old shut down factory even the androïds didn't take the trouble to destroy. The swordsman was sitting cross-legged, the eyes closed, like in meditation. He was thinking at full speed about the options he still had. He couldn't commit suicide, only the upper part of Hildegan would be destroyed. And more than anything, he wanted to protect his brother. Dead, he could not do it anymore. He blamed himself for not killing Hoï a moment ago, when he had the chance, but he couldn't ignore the fact that Hoï may not be the only wizard in a quest for Hildegan's release. Maybe it wouldn't resolve the problem. He was at this point in his thoughts when he heard footsteps. It was the kid with lavender hairs.
-"We are strong, you know! Really strong! It's our fault if you are released, we probably can..."
-"Get lost! Near me, you are in danger!"
Trunks stood still, crossing his arms.
-"No matter what danger lies behind you, if I'm safe just by moving away, then it's not that dangerous. The androïds, even when I move away from them, I can't forget them like the problem was solved."
-"...Well, you bother me! That's all! I need to focus, I don't want to have someone else to protect when I'm fighting."
-"Protect me?"
Trunks smiled warmly.
-"If you want to protect me, then you don't really are the danger itself! Please give me explanations!"
A powerful rumble could be heard and the whole building shook. Tapion rushed outside, followed by Trunks. Huge legs were moving, destroying all what remained standing in the city. Tapion opened a wide mouth, a shout deafening in his throat. His pupils were shivering.
-"Hi... Hildegan!!!"

Trunks turned quickly to him.
-"Hildegan?! I thought you defeated him?!"
Gohan couldn't believe it. Those monstrous legs were like materialized from nothingness. And they began to rampage. Losing not even a second, the half-Saiyan rushed to the monster and hit him in the pelvis with a kick. But at the moment he should have touched him, the monster dissapeared in plume of smoke. He reappeared thirty feet afar or so. His tail fell down on Gohan who stood back in order to dodge it. But the tail was so fast it lashed his face. A splatter of blood spouted from the left part of his face. He yelled in pain and landed in ruins, a hand on his left eye, blood flowing between his fingers. He dared not return attacking it, shocked. This monster was dreadfully stronger than the androïds. It was only the tip of his tail which brushed against his face. If he had move one hundredth of second later, he would be now dead. He noticed that citizen were fleeing in the bunker, as if it was an attack from the androïds. He was reassured. Suddenly, the monster stopped. He threw flames from above his stumped pelvis to the ground, desintegrating it. Gohan flew in the air and saw that a large part of the underground complex was destroyed. Again, thousand of lives were lost. He turned super saiyan while grinding his teeth. Suddenly, the melody from the music box could be heard. He saw Tapion and Trunks on his left, the first one playing his instrument. Something caught his attention on his right. He saw Hoï grimacing while the monster stopped moving. Finally, he turned into smoke which disappeared in nothingness. Hoï fled running with a surprising speed for his weak strenght.
Trunks was looking incredulously at the place were the monster was one moment before. He litteraly vanished into thin air, like bewitched by Tapion's melody. He turned his eyes to him and half-opened his mouth when he saw him.
-"Tapion... You are crying?"
The tall warrior let his eyes linger on the kid. Two lines of a clear liquid slipped out on his cheeks.
-"My brother is dead." he said with a trembling voice.
-"What? He was here?" asked Trunks.
Without answering, Tapion moved away, disappearing in the rubble. Trunks thought of following him but he changed his mind. This time, he desserved the peace he demanded.


Spoiler
Truns and Gohan gathered with Bulma above the undergrounds of Capsule Corp. They took the son of Goku to the bunker's infirmary who wasn't damaged.
-"You've been lucky, Gohan! You almost lost your eye." explained Bulma after he received first aid.
-"I almost lost a lot more than this." he answered with a weak smile, a big cut going through all the left part of his face.
-"Anyway, you stay here for two days. You need a good treatment."
For the two next days, Bulma made her work on space-time progress, a work she left abandoned when she got more involved with the building of the bunkers. Trunks helped clear out the destructed area of the bunker and to move the injured persons to the infirmary. He resisted the temptation of visiting Tapion. The day Gohan got better, Trunks decided to finally pay Tapion a visit.
When he entered the factory, he saw Tapion half seated, half lying down, in a corner. He didn't react when Trunks approached, his eyes looking at nothing. The worried boy put a hand on his shoulder. Tapion jumped with surprise, making the mixed-race kid jump with surprise too.
-"It's you! Damn, I almsot got asleep..."
He stood up and rubbed his eyes. He could barely stand on his feets and was sweating heavily.
-"You don't sleep? It seems like you don't eat too... If I'd have known it, I'd have brought food..." said Trunks.
Tapion didn't answered, still disoriented. He didn't know what to do anymore. Event if he commited suicide, a half of the demon would still be free. He should have absorbed it the last time he met it rather than repeling it in its evil dimension.
-"I'll bring you food and blankets."
-"I can't sleep. If I do, the other half of Hildegan which is sealed in my body will be freed."
-"I understand better..." said Trunks.
-"But you can't resist the tiredness for long... I'll bring you food. When you will be asleep, my friend and me will entirely destroy this Hildegan! Promised!"
-"You don't know what y..."
He changed his mind.
-"Understood... Thank you very much."
Trunks smiled while leaving.
-"By the way, I didn't introduced myself... I'm Trunks!"
And he flew off for Capsule Corp. Once alone, Tapion took his sword, looking at the sky.


Spoiler
When Trunks came back with his five sandwiches for noon that he intended to share with Tapion, he heard a loud voice. Aiming for where the sound came from, he saw a crowd gathered at the bottom of a building which stood barely still. At the top was Tapion, his sword turned against his heart.
-"Show yourself, Hoï! Show me your Hildegan! If you don't, I'll stab my heart! And you'll say farewell to your reunified monster!"
The rumbled in the crowd amplified. But neither Hoï nor Hildegan appeared.
-"I'm serious! I'd rather die with a half of the demon than let you have both halves of it!"
He lightly pushed the blade in his torso, letting blood run on his clothes.
-"What a pain in the ass, this Tapion! Why does he don't just sleep? I've got no choice!" thought Hoï, hidden in the crowd.
-"I summon you, Hildegan! Come to me!" he yelled.
-"It turns bad!" thought Trunks.
He raised his level of energy at maximum to draw Gohan's attention. The legs of the monster appeared from some kind of dimensional hole, landing loudly on the ground of the city.
-"It's time we put an end to this all..." whispered Tapion while puting the ocarina in his mouth.
-"Hurry! Attack him! Knock him unconscious! Don't let him play his melody! And above all don't kill him!" yelled Hoï pointing a finger at Tapion.
The monster turned to the musician. He was about to attack him when a sphere of energy hit him head on, making him turn away from Tapion. It was Trunks, a hand raised, who did the attack. Gohan appeared next to him. Tapion's music began to play around. Hildegan threw his tail to Trunks.
-"Tapion! Attack Tapion, bloody hell! Ignore the others!" shouted Hoï.
The half-demon turned to the swordsman again, bringing back his tail. But his moves slowed down.
-"Nooooooo! Attack!!!" yelled the wizard in despair.
The monster completely stopped. Then suddenly, he threw his tail which hurt Tapion in the stomach. The hero let fall his instrument, spitting blood because of the impact. He collapsed to the ground, at the bottom of the building, unconscious. Hoï, heavily sweating, shivering from head to toes, let out a cry of joy.
-"You did it! It's time to be reborn, Hildegan!"
He howled with laughter while smoke trails slipped out of Tapion's body before provoking the opening of a hole ine the sky. A large ray of light went out and hit the limit of the lower half of Hildegan.
-"After all this time waiting, the wole universe will bow in front of me! Ha! Ha! Ha ! Ha ! Ha!"
-"It's exactly what I thought it was, you're the mastermind behind this monster."
Hoï made himself hoarse in his laught. He turned his head so he can see Gohan behind him.
-"If I kill you, this monster will lose a lot of his destructiveness, isn't it...?"
Hoï stayed silent, horrified. The young fighter put a hand on the wizard stomach and sent him to the Other World with a ray of energy.


Spoiler
Hildegan rumbled, completely formed. Hildegan, it was a skull on a gigantic monstrous body with a long tail. He blew fire from his mouth on the crowd gathered because of Tapion's shouts, killing them all.
-"Trunks! This thing is not smart to say the least. If we trick it, we can defeat it, even if it's way stronger than us. We just have to disturb it by attacking it from all sides so it can't lock onto a target!" yelled Gohan.
No answer. He looked for Trunks, in a panic. He saw him, the ocarina in one hand, helping Tapion to regain consciousness. He turned back to see the monster falling on him.
-"Shit... I won't let you have your way with my world, no more than I'll let the cyborgs do!" shouted the son of Goku turning into super saiyan.
He flew to Hildegan's head but was surrounded by flames. When they dissapeared, the half Saiyan was unmoving in the air, with completely white pupils, the skin steaming. He collapsed while his super saiyan form disappeared. Trunks caught him in fly and, in the company of Tapion, they fled to the Capsule Corp. to take Bulma with them. Hildegan followed them. He spitted flames again just when they caught the scientist. All the underground laboratory was destroyed. But while the monster continued his attack, they went hiding in the mountains nearby. Even from there, they could distinguish it attacking blindly the surroundings.
-"I'm sorry, Gohan! I should have helped you!" said Trunks with a sad tone.
The rough voice of the injured raised.
-"No, you did well. It's my mistake. We can't defeat him even with a trick. His level is improbably higher than ours."
Tapion took the ocarina from Trunks' hands.
-"Allow me to put an end to this all."
-"Tapion, no! I know what you intend to do!" exclaimed Trunks.
Gohan opened wide eyes.
-"It could work!" he whispered with a voice where a bit of excitation could be heard.
-"Gohan!" shouted Trunks, indignant.
-"No! I mean the androïds! If we bring them to face Hildegan, they could die in the process!"
-"It won't resolve the problem with Hildegan..." protested Trunks.
-"Hildegan and the androïds are two different problems. If we can use one to solve the other, even if the previous isn't solved, it's good for us! Fight fire with fire!"
-"If you go see the androïds to ask them to fight Hildegan, they will laugh in your face and kill you..." said Bulma, worried.
-"Not sure. They think they are the strongest in the universe. If we cleverly play the card of being provocant, it can work." clarified the teenager.
He saw both Bulma and Trunks looked sceptical.
-"Trunks, isn't it you who said this: "But even if the chance is minimal, we have to try it! What we are doing right now with the bunkers, it's only saving time against the androïds. The least opportunity to solve this problem once and for all must be seized with high priority.", right? You don't think so anymore?"
Trunks stayed thoughtful a few moments.
-"It's true. We are in a complete deadlock with the androïds. It's been years since they make all the inhabitants of Earth suffer, we can't tolerate this anymore. Let's use Hildegan."
Tapion took part.
-"Use Hildegan?! You are totally crazy! If you intend to do that, you're not better than Hoï was!" he shouted.
-"It has nothing to do with it! Hoï wanted to use it for his own interest! We want to use it against the androïds, for the good of everyone!" said Trunks shouting too.
-"Hildegan isn't a toy, kid! He destroyed my people and will do the same to yours! We have to eliminate it as soon as possible rather than trying to use it in some crappy plans!" answered Tapion raising again his voice.
-"I know it's not a toy! I'm not playing right now! Do you think you are the only one who's suffered for the sake of his people? Our everyday life is hunger, fear, regrets, despair and loss of loved ones. It's the everyday life of us all! But you know that, don't you, hero? So don't you think I'm having fun! I try to save my people! I must do it against Hildegan, but also against the androïds! I have my own destiny! If you can't understand it, then don't interfere! This is MY world! And what my friends and me are ready to try to save it is our own business!" howled the kid with all the strenght of his lungs.
Tapion and Trunks looked daggers at each other. Then they turned their back to each other simultaneously.
-"Do what you want. I have my own duty too." said coldly the hero of Konatz moving away slowly, his sword in one hand, the ocarina in the other.

-"I'll go provoke the androïds." said Gohan.
He stood up on an elbow and began to shake. He coughed and spit blood.
-"Wait at least until you recovered..." asked Bulma.
-"We can't wait. If we do, Hildegan may disappear with Tapion. And even if Hildegan doesn't disappear, I don't want Tapion to die." answered Trunks.
Tapion, thirty feet afar, stopped an instant. He looked at Trunks of the corner of his eyes. And he walked again, the head hung down.
-"Come on! Can't you see Gohan isn't in condition!" reprimanded his mother.
-"I will go." said Trunks resolutely.
-"No!" protested Gohan.
-"The androïds don't know you! I don't want this to change!"
-"With a little luck, they'll only know me for the few minutes they'll still have to live." said Trunks smiling.
Gohan brusquely stood up. He stumbled and fell down again.
-"Don't do this, Trunks!"
-"I'm going." he answered.
A hand caught a sleeve of his shirt. It was Bulma with tears in her eyes.
-"I beg you, darling, don't go! I don't want to lose you!"
She deafen a sobbing. Trunks took her in his arms. An explosion was heard in the West Capital. Hildegan just ignited the oil reserves.
-"Listen, Mom. I'll save the world." he said against her belly.
-"You're only a kid!" she moaned.
-"Just a kid!"
Trunks softly pushed her back and flew off.
-"TRUUUUUUNKS!!!!" she yelled bursting into tears.
-"Fuck!" sweared Gohan, the body heavily hurt, hitting the ground with his fists.
Bulma turned toward him, saw how injured he was, then turned into the other direction.
-"Tapion! I beg you! You are the only one who can follow my son! Save him!" she shouted to the man who was moving more and more afar. He stopped again.
-"I'm sorry... I tried to dissuade you, but he chose his destiny. I chose mine."
-"Don't leave!" she said crying, extending a hand to him.
He clenched his fists and left toward Hildegan's direction, flying.
Bulma fall on her knees, the body shaking with hiccups.


Spoiler
-"Three days ago, they were still on their wrongdoings around the East Capital region. It's almost to the other side of the world..." thought Trunks.
When he flew above the little village attacked by the androïds three days ago according to the news, he only saw rubbles. He flew around, looking for cities and villages assaulted. He found some but then lost the track of the androïds. After a few hours flying, he finally landed for some minutes. It's only at this moment he noticed he was shivering. It will be the first time he faces the androïds for real if his plans were to go to completion. If only he already knew the super saiyan... He was wondering if he wasn't doing a huge mistake when he heard an explosion. He flew to the place and saw the twins on the village square. The boy with black hair and a red scarf was stooding up, in the middle, a school in front of him. Children were running in all directions, and some adults too, crying in horror in the middle of a pile of corpses. Seeming bothered, the androïd made appear a sphere of energy in his hand.
-"Well, too bad for the strike. With a little luck, I'll do a spare..."
The girl with blond hairs and blue eyes, sitting down on the edge of the central fountain, seemed sceptical.
-"Now, the pins are all scattered, I cannot see how you intend to go about it... To think that we waited twenty minutes for this stupid ring to announce the end of the classes."
Number 17, the boy, smirked, ignoring the bullets hitting his face, shot by a massive man with an impressive grey mustache. He shouted briefly and his kikoha intensified. Then, with a large movement of the arm, he threw the attack who slided just above the ground before colliding with a group of children. They were dragged with the attack to the outer wall of the school. A huge explosion followed which wiped out the whole village, an empty plain taking it's place.
-"Spare!" exclaimed Number 17.
-"Obviously... With a ball this size..." pointed Number 18, his acolyte, stretching her body she curled up to protect her clothing.
An energy attack hit the temple of the boy. He raised his eyes and saw Trunks. The latest immediately understood he didn't use the most diplomatic way to get in touch with them, but he couldn't stand such a sight.
-"What a surprise! Seems like there was some sturdy pin in this school!" told Number 17.
-"My name is Trunks. I'm the son of Vegeta." he said, enraged.
-"Oh! Really?! And what was it which brang you in this one-horse village?" asked Number 18.
-"I'm simply here to tell you your reign is over! A creature way more powerfull than you appeared in West Capital."
The androïds opened wide eyes. They exchanged looks before bursting in laugh.
-"Let that creature show up, then! We'll wait resolutely!" told Number 17 sniggering.
Sweat appeared on Trunk's forehead.
-"If you let it go, it will destroy anything and you won't have nothing left to toy with!"
-"Did you see, Number 17? Looks like someone badly want us to go to West Capital. It almost looks like a trap!"
Trunks tried to suppress his shivers. He stepped back. Then he jumped in the air to flee at high speed. But on his trajectory was Number 18.
-"What now, my boy? You'd want to leave us after announcing that thunderous news? We need to be reassured, now! Let's see if I'm weak..."
She pushed her elbow in the boy's back who was projected to the ground in which he dug in by smashing it. He came out with a bloody face. He just had the time to raise his head, the androïd girl was on him. With a kick, she threw him crashing afar where he scraped the ground. He took his stomach in his hands, moaning in pain. The shadow of the androïd stretched out on him. He threw a kikoha that the blond girl stopped with one hand, bursting it with one simple push. She lifted the boy by the collar.
-"Be gentle, Number 18. I don't think he is as much resistant as the prince of Saiyans."
-"Don't you have at least a little super saiyan to show us?"
Without answer from the kid, she let him fall and hit his stomach with a knee before he touched the ground. Trunks rolled over on the ground, spitting blood several times.


Spoiler
She raised two fingers toward the kid. A ray appeared and burnt his right leg at the knee. She raised the fingers toward the other leg then changed her mind. She took the leg with her bare hands and twisted it, taking great delight from the kid's cries.
-"So... You still think your monster can afraid us?"
-"You wouldn't stand a chance against it." articulated Trunks, challenging the androïd with his eyes.
-"Okay, that's already annoying..." she said while pointing the two fingers at the heart of the kid.
-"You should call your monster for help." said Number 17 sniggering.
Number 18 stared at Trunks eyes. The hatred she could see in it, she knew it all too well. A lot of her victims showed it before dying. If at least there was some shades of pride behind this hatred, like it was the case with the prince of Saiyans, she would have been pleased to extinguish this light of defiance. All she had here was a kid full of fear and anger. It was time to put an end to this.
Suddenly, she felt something cold on her neck. The moment after, she was crashing on the ground. Tapion had jumped on her, holding his sword with two hands, one on the guard, the second on the tip of the sword. He had pushed with all his strengh the blade against her neck with the speed of the fall, hoping to cut through it, but he only managed to push her against the ground. He stood up, Trunks on his shoulder, some sand on his free hand.
-"Who the hell are you?" asked Number 17.
In reply, Tapion throw the sand on his eyes. Number 17 shouted with surprise, momentarily blinded. He threw immediately a kikoha where he saw his attacker. Tapion tried to fly out, but the attack touched his back, causing a sharp pain and making blood run down his mouth. Number 17 continued with a focused attack. At this exact moment, Number 18 stood up, and she was hit by her brother's kikoha. She turned toward him, furious.
-"What do you think your doing?" she shouted.
-"I'm blinded!" he answerd to justify himself.
He regained his sight and the two of them looked at the direction their ennemies were fleeing to. They had rushed to disappear. As the androïds weren't able to sense the energy, it seemed like their prey escaped. Number 17 looked at the ground. A green leaf with a red circle flew away because of the wind.
Not even three thousand feet away, behind an embankment, Tapion and Trunks were resting, lying down the ground they covered with blood.
-"I'm sorry, I don't have the strengh to get us further away. I'm also sorry to be late, I didn't know how to get you out of under their thumbs. You were right, they are unbelievably strong..." said Tapion to his companion.
-"Did... Did you get rid of Hildegan?" asked Trunks.
-"No. I followed you as soon as you departed."
-"Why? I thought you wanted to put an end to Hildegan above all."
-"Well, me too, I don't want you to die, Trunks." answered the swordsman smiling, waking up the pain on his back.
Trunks smiled too. He sat up straight against the embankment. He couldn't move his legs anymore and felt pain in his whole body.
-"From where did this Hildegan came? Is it Hoï who created it?" asked Trunks.
-"Among others, yes. On Konatz, there was a magical statue which absorbed the evil in our world. Thanks to it, peace reigned over the whole planet. Sadly, some persons escaped it's purifying power. Embracing the forces of evil, this persons established a guild of wizards, Hoï was one of them. They used black magic to give life to the statue and all the evil power it gathered. Thus was born Hildegan."
-"How did a half of this monster entered your body?"
-"Hildegan was destroying our world. No one could defat it. Fortunately, we still had magical artefacts linked to the statue. One sword and two ocarinas."
-"The sword and one of the ocarinas are yours, right?"
-"Exactly. A great priest of our people managed to cut the monster in half with the help of the sword. With the two ocarinas, my brother and me, each of us, sealed one half of Hildegan's body, I took the higher part, he took the lower part."
-"It's the reason why you cried when you saw Hildegan's legs. It meant you brother perished..."
Tapion stayed silent. Trunks put a comforting hand on his shoulder.
-"For many reasons, you remember me of my brother, Minosha." he confide to Bulma's son.
The latest gently pushed Tapion's shoulder as a sign of friendship.
-"What happened next." asked Trunks, curious about his story.
-"The wizards didn't gave up on their quest for power. They allowed the two halves of Hildegan to resonate with each other. This way, if one of us let his guard down, the attraction between the two halves would have extract the half from the body of the one who let his guard down. We couldn't sleep anymore. To resolve this problem, the priesthood created the music boxes in which my brother and me were sealed, sealing Hildegan in the process."
-"It's horrible! You saved their world and they doomed you to live forever in music boxes!" exclaimed Trunks.
-"There was no other way to protect us all. And even with all these measures, the resonance between the two parts of Hildegan was endangering the integrity of the boxes. They were then sent to different galaxies so this effect weakend."
The two injured stayed quiet for a moment. Then Tapion felt his forces returning and decided to go seek water and food.


Spoiler
In the evening, they ate their food cold, because they feared a fire or a ray of energy would alert the androïds in the case they were still on their track. Trunks was eating his second rabbit's leg when he spoke about his feeling of defeat with Tapion.
-"Finally, all what I did was useless. The androïds didn't believe one second there could be a creature more powerful than they are, and they even smelled a trap... I put our lives in danger and make us lose time for nothing. You were right, Tapion."
-"You tried. It's what you had to do. You know, I'm sorry for the argument earlier. Hildegan is my nightmare and I wouldn't forgive myself if I losed an opportunity to eliminate it. It's why I reacted this violently. But I forgot anyone can have his own nightmare.
He stared at the stars, thoughtful.
-"Trunks, tomorrow, we'll put an end to Hildegan."
-"Tapion, you must understand one thing. I won't let you die!"
Tapion smiled. Then the two boys fell asleep, back-to-back.
The next day, they were ready to depart. Trunks couldn't walk, but he could fly. They went back to the West Capital region. Since the previous day, Hildegan moved a lot. But such a giant left behind an easy track to follow. They found him burning a port more in the south.
-"So, what's the plan?" asked Trunks.
-"I'll seal the whole body of Hildegan in myself.Then I'll go back to Konatz. The priesthood there will search for a solution to this problem. Maybe in one thousand years, they created music boxes powerful enough so one of them could seal the whole body of Hildegan." explained Tapion.
-"Don't you think Hoï made sure the priesthood was no more before seeking for his quest?" asked Trunks to his elder.
-"It's possible. But we must seized the opportunity, right?"
Vegeta's son smiled to his friend. Tapion went down the ground between burning warehouses so he can escape Hildegan's sight. Once he was near enough, he began to play the soft melody from the enchantment used to absorb the monster. The latest looked for where the sound came from. A kikoha in the face diverted it from his first goal. Without Hoï to make it remember what had the highest priority, the demon hunted down Trunks. He jumped in the air and threw a punch toward the half-saiyan. But the fist disappeared a moment before the impact. In a sinister growl, the monster entirely vanished, absorbed by Tapion's body.


Spoiler
Trunks rushed toward his companion, stopping some inches above the ground.
-"You did it! You can now try to come back to your planet!"
Tapion smiled to his young friend.
-"Yes, and with a little luck, the nightmare will..."
Tapion fell on his knees in the middle of his sentence, grimacing from pain.
-"What's happening?! Tapion?!"
-"Aaah... I overestimated the resistance of my body... I can't contain it!"
His injury on his back reopened. Blood flew from his ears too.
-"Let it out! Tapion!" shouted Trunks.
With an abrupt move, Tapion drew his sword. His body was shaking violently. All his forces were leaving him. He was too optimistic. He didnt even have the strengh to sink the sword in his heart anymore. By spinning his fingers, he managed to show the guard to Trunks. He looked in the eyes of his friend.
-"Please... Trunks!"
The latest opened wide eyes.
-"No! No! No! No! No! No! No! I told you I wouldn't allow you to die! Don't expect me to kill you!"
Tapion yelled in pain.
-"If... If you don't do it now... Who knows if the opportunity... will appear again? Trunks... We couldn't... defeat... the androïds... If we fail to... defeat Hildegan too, the forces of evil... will triumph... on all fronts! We can't... allow... this... Everyone... is counting on us!"
-"No!" moaned Trunks with tears in his eyes.
-"Please... let me... meet my brother... with the satisfaction... of having fulfill... my... agh... duty... Hurry up, Trunks! I beg you!"
The kid took the guard of the sword, salty tears runing down his cheeks.
-"Trunks!!!" shouted Tapion.
-"..." he did, looking at his friend.
-"I cannot. I can't kill an innocent, even less my friend! The world is atrocious enough the way it is. We must not worsen it. I want to save everyone! I want to save everyone!!!" yelled Trunks in tears.
Smoke began to escape from Tapion's body. He raised the head to look at the kid who was sparing his life without regard to the danger. His eyes opened wide when he saw what he saw.
Trunks was about to drop the sword, determined to not hit an innocent with it. But he felt something cold on his hand. Another hand. The one who owned it was behind him. He turned his head and saw androïd number 17. He shouted with terror when he saw his cold eyes.
-"You must do this that way." said the newcomer.
Before Trunks could react, Number 17 with a fast move, made him sink the sword in Tapion's heart.
-"NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO!!!!!!" yelled the kid.
-"Tapion!!!" he shouted redoubling of tears.
Tapion saw the malicious smile of Number 17. He stared at him and whispered, the mouth half closed:
-"You... You probably have perpetrated your only good deed right now... I wish for your turn to come soon... monster."
His eyes closed.
-"Minosha..." he whispered with his last breath.


Spoiler
With an abrupt move, Trunks freed his hand from the androïd.
-"I'll kill you!" he howled in rage.
Behind him, the smoke which was escaping from Tapion when he was alive began to swirl around the hero's body. Trunks stroke the androïd with the blade but the latest stopped it with one hand.
-"Why did you come? I thought you don't care the monster! Where's Number 18?" shouted Vegeta's son trying to move the blade forward with all his strength.
Number 17 answered while holding flippantly the sword with one arm.
-"There was eathquakes those last days, in the East Capital region where we were, which was unusual. So a subtle doubt was bothering me. I wondered if there wasn't some parts of truth in you story. Well, the way you displayed it, it smelled like a trap, then I decided to not go directly, I prefered to follow you, you and your friend. Even if you first succeed in escaping from us, I easily tracked you down because of the blood on the ground. Number 18 wasn't interested, she didn't believe a word of your story, she didn't come with me. She may be trying clothes in a shop which staff she killed right now. When I saw the striking force and the speed of this monster, I thought it was worrying, even if I probably exagerated it. You know the end..."
Trunks gave up on passing the sword through the androïd's defense. He took it back in a guarding position.
-"You'll pay dearly for all your crimes!" said the kid with anger.
-"Which crimes? I didn't do anything here. But you, on the contrary, you killed your friend."
-"YOU killed Tapion!" yelled an enraging Trunks.
-"I did almost nohing. It is you who took the sword in your hands and pointed it toward your friend. Am I wrong?"
-"You jerk..."
-"You know, boy, killing is bad. I must punish you."
The androïd caught the sword by the blade and pulled it abruptly to get it. But Trunks didn't let it go, sustaining. Suddenly, he felt a power behind him. Turning the head toward it, he saw the smokes swirling around Tapion's body rising, taking the shape of a deformed Hildegan. An inhuman cry could be heard, hurting the eardrums of both ennemies. An unsubstancial arm stroke the air, passing through both warriors. Trunks shouted in pain before collapsing near Tapion's corpse. Number 17 stayed unmoving with vacant eyes.
-"What was that thing...?"
He spat blood and fell too. The smoky monster vanished with a last cry.
Trunks crawled to the sword he caught, about to lose consciousness. Number 17 stood up, stunned but able to move and lucid. He saw Gohan standing at Trunks' side.
-"The opportunity is too good! You are alone and weakened. Prepare to die." said Goku's son.
-"Me? Dying? What a joke!"
Number 17 stood on guard, a sweatdrop on the temple. Gohan did the same. The androïd looked from the corner of his eyes. Then, he threw a kikoha to the ground, rising a cloud of smoke, and fled.
-"You'll pay dearly for this! You'll know what it costs to disgrace the universe number one!" he thought while saving his skin.
He went looking for the ray Number 18 should throw in the sky so he can come back to her.
Gohan collapsed to the ground, sighing with relief. He was far from having recovered from his wounds and bluffing wasn't his strong point. The tragedy was narrowly dodged. Bulma appeared too. She rushed toward Trunks she took in her arms with all her strengh. The son of Goku took Tapion's body in his arms.
-"We should head back to Landcell Town. We have to continue protecting the people with the building of the bunkers." he said with a sad look.
Bulma thought of the burnt remnant of her laboratory. All was destroyed. Because af that, her time machine project will be delayed.
Trunks, supported by his mother, looked at Tapion's sword.
-"You will never strike an innocent again. I swear!" he said with a serious look.
And he slipped it in his belt.

THE END






J'ai écris cette histoire suite à un débat sur la possibilité que l'épée de Trunks du futur soit bien celle de Tapion. L'avis de ceux qui pensaient que c'était possible m'a inspiré ce one shot. Cependant, je ne pense pas que ce soit possible pour plusieurs raisons. Je pense que si Hoï en est venu à chercher les dragon balls, c'est qu'il n'y avait pas d'autres possibilités pour ouvrir la boîte. Tapion n'a donc jamais pu être libéré dans le monde du futur dépourvu de dragon balls. Par ailleurs, le fait qu'ils invoquent Shenron dans le film signifie qu'il a passé au strict minimum huit mois depuis la fin de la saga Boo (invocation pour ressusciter les victimes de Végéta -> quatre mois -> invocation pour effacer Boo de la mémoire des terriens -> quatre mois -> libérer Tapion) ce qui me semble incohérent avec le fait que personne n'ait changé d'un poil, physiquement, que ce soit les enfants, les adolescents ou Bulma et ses trente-six coupes de cheveux. Enfin, si Trunks du futur avait connu Tapion et Hildegan, je pense qu'il n'aurait quand même pas oublié d'en parler à ses amis du présent pour qu'ils ne fassent pas confiance à Hoï. Je pense donc qu'en fait, dans le futur, Hoï a été tué par les cyborgs ou a fui sur une planète plus paisible. Trunks s'est procuré son épée par ailleurs.

Pour débattre sur l'épée de Tapion, merci de rejoindre le topic approprié.
Dernière édition par RMR le Mer Déc 06, 2017 17:49, édité 25 fois.
Avatar de l’utilisateur
RMR
Légende de l'Union Sacrée
 
Messages: 13843
Inscription: Jeu Juin 28, 2007 19:58

Re: Fanfic : L'épée de Trunks (one shot).

Messagepar Foenidis le Lun Mars 15, 2010 23:33


Excellente fic très bien écrite...

On voit que tu t'es éclaté à écrire autre chose que du pur combat... et c'est une totale réussite... ^^


C'est bizarre, je croyais que Trunks disait quelque part où il avait eu cette épée... mais apparemment, je me trompe...
Le futur me donne un peu trop souvent l'impression d'avoir les mots de Dante « Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance » gravés en lettres sombres sur son fronton.
Avatar de l’utilisateur
Foenidis
 
Messages: 11366
Inscription: Mar Avr 28, 2009 22:33
Localisation: Suivez mon actualité sur Twitter, cherchez @Foenidis


Re: Fanfic : L'épée de Trunks (one shot).

Messagepar Rusk le Lun Mars 15, 2010 23:43

C'est ce genre d'histoire dont je parlai!

Vraiment bien écrite! J'adore même si c'est vrai que ça semble peu probable, c'est quand même sympa à lire :)
Image
Avatar de l’utilisateur
Rusk
 
Messages: 1695
Inscription: Dim Déc 19, 2004 22:58

Re: Fanfic : L'épée de Trunks (one shot).

Messagepar RMR le Lun Mars 15, 2010 23:49

Merci beaucoup Rusk! Spéciale dédicace pour vous, cette fic, puisque c'est vous (et les autres débattants) qui me l'avez inspiré!
Avatar de l’utilisateur
RMR
Légende de l'Union Sacrée
 
Messages: 13843
Inscription: Jeu Juin 28, 2007 19:58

Re: Fanfic : L'épée de Trunks (one shot).

Messagepar Rusk le Lun Mars 15, 2010 23:58

Merci, la classe 8)
Une fic écrite spécialement pour moi :mrgreen:

N'empêche, ça à l'air simple mais c'est bien plus compliqué que ce qu'il n'y parait parce qu'il faut réussir à intégrer tous ces éléments sans empiéter sur l'histoire de Trunks déjà existante, chapeau :wink:
Image
Avatar de l’utilisateur
Rusk
 
Messages: 1695
Inscription: Dim Déc 19, 2004 22:58

Re: Fanfic : L'épée de Trunks (one shot).

Messagepar RMR le Mar Mars 16, 2010 0:17

A ce sujet, je me suis justement permis une petite liberté. Dans le film, on apprend que Minosha est envoyé dans un coin de l'univers et Tapion dans l'autre, dans leurs boîte à musiques. Et le coin de Tapion, c'est la Terre... Comme de par hasard! Là où on trouve des dragon balls ouvreuses de boîte à musique... J'ai donc décidé de corser un peu la tâche de Hoï qui a d'abord trouvé Minosha et le moyen de le libérer, puis il a trouvé Tapion et à ce moment-là seulement, il a pu commencer à chercher un moyen de le libérer, ce qui l'emmena sur Terre, comme il le raconte à Sangohan. Ca me paraît plus intéressant que les gros hasards de la TOEI.
Avatar de l’utilisateur
RMR
Légende de l'Union Sacrée
 
Messages: 13843
Inscription: Jeu Juin 28, 2007 19:58

Re: Fanfic : L'épée de Trunks (one shot).

Messagepar Rusk le Mar Mars 16, 2010 0:30

Oui c'est vrai aussi, mais je n'était pas sûr donc je n'avais rien dit.
Je préfère comme ça aussi, plutôt que comme par hasard c'est encore sur la Terre que ça tombe.
Image
Avatar de l’utilisateur
Rusk
 
Messages: 1695
Inscription: Dim Déc 19, 2004 22:58

Re: Fanfic : L'épée de Trunks (one shot).

Messagepar Dr_Leon_Soldier le Mer Mars 17, 2010 3:18

J'ai beaucoup aimé cette fanfic :)

J'ai jamais vu le film avec Hirudegarn et Tapion, mais je croyais que Tapion était plus fort que les cyborgs, il devait être bien inutile dans le film.

J'ai beaucoup aimé que C-17 ai eu une petite frousse à la fin avec le ''fantôme'' d'Hirudegarn à la fin, même si j'aurais préféré qu'il se soit frotter d'assez près à Hirudegarn pour avoir la certitude d'être surclassé :D
viewtopic.php?f=42&t=6790 Apocalypse, one shot sur les anciens Kaïoshins
viewtopic.php?f=42&t=3343&p=170561#p170561 Sasuke vs Végéta
viewtopic.php?f=42&t=3343&p=193963#p193963 Superman vs Végéto (p.1)
viewtopic.php?f=42&t=3343&p=194083#p194083 Superman vs Végéto (p.2)
viewtopic.php?f=42&t=3343&p=214487#p214487 Avengers vs Buu
Avatar de l’utilisateur
Dr_Leon_Soldier
 
Messages: 873
Inscription: Dim Août 16, 2009 20:36

Re: Fanfic : L'épée de Trunks (one shot).

Messagepar RMR le Mer Mars 17, 2010 3:34

Merci beaucoup, Dr_Leon_Soldier!

Pour Tapion, on ne sait tout simplement rien de son niveau (à part qu'il est bien en dessous d'Hildegan puisqu'il ne le combat pas), parce qu'il ne se bat pas physiquement. Il utilise la magie de son ocarina pour aspirer Hildegan dans son corps. Il génère un bouclier capable de résister aux flammes d'Hildegan, mais sachant qu'il le fait en jouant, il est probable qu'il soit aussi magique. C'est moi et ma hantise des personnages sortis de nulle part qui dépassent Freezer qui mettons Tapion à un niveau bien moindre.
Avatar de l’utilisateur
RMR
Légende de l'Union Sacrée
 
Messages: 13843
Inscription: Jeu Juin 28, 2007 19:58

Re: Fanfic : L'épée de Trunks (one shot).

Messagepar Many le Mer Mars 17, 2010 23:07

Très bien! Comme l'a dit Foenidis,il n'y a pas que le scènes de combat que vous arrivez à bien retranscrire. J'ai beaucoups aimé,vraiment! On accroche du début à la fin. Rien que le "sujet" de la fanfic m'attirait à la base,je ne l'avais jamais envisagé à vrai dire. Malgré les quelques "incohérences" que vous avez vous même décrites,je trouve que l'histoire s'integre à merveille au manga. Le suspense est gardé jusqu'au bout (Perso,je n'ai plus revu le film depuis quelques années,et je l'ai redécouvert ici),à la fin j'ai vraiment cru que Trunks ne tuerait pas Tapion et qu'ils allaient devoir trouver un autre moyen pour se debarasser de Hildgean.. C-17 m'a surement autant surpris qu'à Trunks :mrgreen: . J'aime beaucoups la fin en tout cas.
J'aurai quand même bien aimé une altercation entre les Cyborg et Hildegan... M'enfin ça aurait été impossible,ils se seraient fait déglingué d'un seul coup xD

Bref,merci pour cette lecture! =)
Image Image
Avatar de l’utilisateur
Many
 
Messages: 1419
Inscription: Mar Fév 16, 2010 19:37
Localisation: MrGreenCity

Re: Fanfic : L'épée de Trunks (one shot).

Messagepar San999 le Mer Mars 17, 2010 23:40

Vooooilà! Je commente enfin!

Donc, déjà, j'ai aimé comment tu as planté le décors au début. J'aime bien les détails sur les bunkers. C'est ce genre de chose qui donne vie à une histoire, car on voit qu'il y a un fond derrière. Le coup des habitants qui ont peu à manger permet aussi d'approfondir la trame et de montrer la misère dans laquelle vivent les héros.

Logue Town... Hé! Hé!

J'ai aimé que tu ancres un peu mieux Hoi dans l'univers Dragonball, avec sa recherche auprès des soldats de Freeza et tout. On a un peu moins l'impression qu'il sort de nulle part que dans le film. Ouais, c'était bien que la boîte à musique de Tapion ne soit pas sur Terre.

Cette phrase de Trunks m'a plu: «Quel que soit le danger que vous représentez, si il suffit que je m'éloigne pour être à l'abri, c'est qu'il n'est pas si dangereux. Les cyborgs, même si je m'éloigne d'eux, je ne peux pas les oublier comme si le problème était réglé.»
Je ne sais pas pourquoi. Peut-être parce qu'elle montre vraiment la souffrance et la crainte dans lesquelles il vit et que cela montre sa maturité.

Le désaccord entre Trunks et Tapion était intéressant aussi. Deux souffrances qui s'affrontent...

Tu as merveilleusement ou peut-être devrais-je dire horriblement bien décrit les cyborgs et leur comportement. Vraiment glaciaux et cruels comme on ne peut imaginer. Le coup du bowling à l'école... Brr!

J'aurais aussi aimé que N°17 et N°18 se retrouvent réellement confrontés à Hirudegân. Mais ce n'est pas très important, après tout. Et N°17 a eu sa leçon d'humilité, avec le coup que Hirudegân lui a porté à la fin. Mais la façon dont il tue Tapion... Vraiment le genre de N°17 du futur. ^^'

Bref! J'ai beaucoup aimé. :p
Avatar de l’utilisateur
San999
Phœnix Violet
 
Messages: 11407
Inscription: Sam Mars 10, 2007 18:06
Localisation: À côté de la plaque... Toujours à côté... -_-'

Re: Fanfic : L'épée de Trunks (one shot).

Messagepar RMR le Jeu Mars 18, 2010 0:11

Vous ne pouvez pas imaginer comme vos commentaires me font plaisir, Many, San!

C'est le première fois que j'écris une histoire structurée, car dans Versus, les combats sont facilement amenés et facilement achevés, suffit d'utiliser le bouton on/off de la machine de Bulma... Ici, en effet, je voulais vraiment créer le monde du futur (enfin, une ébauche). Ce que vous dites me fait donc sacrément plaisir!

Grâce à vous, j'ai l'impression d'avoir fait mouche sur plein de choses que je voulais transmettre à travers ma fic (notamment le désespoir des terriens et le courage des héros qui continuent à sourire à la vie malgré tout, la cruauté des cyborgs, le lien particulier entre Trunks et Tapion etc...)

Encore une fois, merci!
Avatar de l’utilisateur
RMR
Légende de l'Union Sacrée
 
Messages: 13843
Inscription: Jeu Juin 28, 2007 19:58

Re: Fanfic : L'épée de Trunks (one shot).

Messagepar Redd le Jeu Mars 18, 2010 20:01

J'ai beaucoup aimé.

Déjà, le monde sinistre de Trunks est bien rendu. Ahhh, si seulement le manga avait pu détailler plus longtemps cet univers et la terreur qui l'imprègne. Bien que le TV Special soit à mes yeux génial, j'en aurais voulu plus.

Donc, déjà, ça m'a donné envie de lire la fic.

Ensuite, j'aime beaucoup les caractères de Bulma, Gohan et Trunks. On ressent leur détresse, mais aussi leur volonté de s'en sortir et de trouver des solutions pour survivre. Trunks est génial. Mature à souhait.

L'intégration de Hoi, comme Thibarik en avait parlé sur le topic consacré, est bien retranscrite. On le voit comme étant un petit malin, un fourbe qui fait croire que Tapion est son fils (j'adore !), que Tapion sauvera le monde des Cyborgs (extra !). Mais on le voit aussi peu patient (il veut se barrer quand il apprend que les Dragon Balls ne sont pas là).

La façon d'ouvrir la boite, fallait y penser ! J'y ai vraiment cru quand Trunks a passé des heures à balancer son rayon d'énergie. Je ne m'attendais pas à ce que ça échoue ! Et finalement, idée de génie supplémentaire de la part de Gohan : la magie !

Le coup de la cicatrice de Gohan est bien joué !

Par contre, d'où sort le jet de flamme de la partie inférieure d'Hildegard ?

J'aime bien le fait que ce soit Gohan qui tue Hoi. Ça me rappelle Piccolo, tuant Babidi.

La discussion entre Trunks, Gohan et Tapion, sur le fait d'utiliser Hildegard est passionnante. Celle avec Bulma est déchirante.
Quand Redd passe, les moustiques trépassent.
Avatar de l’utilisateur
Redd
 
Messages: 2956
Inscription: Jeu Oct 18, 2007 10:31
Localisation: Lille

Re: Fanfic : L'épée de Trunks (one shot).

Messagepar RMR le Ven Mars 19, 2010 0:18

Merci à toi, Redd, de me faire part de tes impressions! Ca me fait très plaisir!

Redd a écrit:Mais on le voit aussi peu patient (il veut se barrer quand il apprend que les Dragon Balls ne sont pas là).


Dans cette fic, Hoï n'est, c'est vrai, pas très patient. Mais il n'a surtout foi qu'en la magie et est persuadé que Bulma n'arrivera à rien. Donner du temps, il veut bien, mais perdre du temps, ça l'embête.

Redd a écrit:Par contre, d'où sort le jet de flamme de la partie inférieure d'Hildegard ?


J'aurais dû décrire plus en détail. Pour moi, il l'a matérialisé par magie. Le jet de flamme part depuis un peu au dessus du moignon de son bassin. La partie inférieure d'Hildegan ne fait pas ça, dans le film, mais ça me paraît plausible. Tiens, je vais éditer mon texte pour être plus clair!

Redd a écrit:J'aime bien le fait que ce soit Gohan qui tue Hoi. Ça me rappelle Piccolo, tuant Babidi.


Faut dire que la TOEI a pompé à mort sur Babidi pour faire Hoï, ça aide... La différence, c'est que Boo sans Babidi n'en devient que plus dangereux, détruisant à grande vitesse les villes. Tandis qu'Hildegan sans Hoï fait n'importe quoi et attaque aussi bien des villes surpeuplés que des cités où les cyborgs sont déjà passés, ne détruisant que de la caillasse...
Avatar de l’utilisateur
RMR
Légende de l'Union Sacrée
 
Messages: 13843
Inscription: Jeu Juin 28, 2007 19:58

Suivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités