La déchéance du Héros

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Re: La déchéance du Héros

Messagepar Batroux le Lun Mars 17, 2014 22:51

Spoiler
desa a écrit:J'ai bien aimé toute la partie avec Végeta. Et cela fait du bien de voir quelqu'un qui ne ressent pas le besoin de rationaliser Gohan et lui fout un bon coup de pied dans les boules(Ça m'a littéralement fait éclaté d'un rire mi-amusé, mi-sadique). Tu as très intégré le discours de Végeta et j'adore leur petite joutte verbale. Un superbe combat en somme.

Je suis ravi de cette appréciation, car c'était tout ce que je voulais faire. Montrer un Vegeta différent dans tous les sens du terme.

desa a écrit:C'est plutôt amusant s'excuser quant on pense que selon les critères de Gohan c'est celle qui la protégeait. Mais la réponse de Gohan est franchement brutale pour le coup. Le discours de Gohan est sûrement celui que je trouve le moins bien placé. Cela vient du fait que quelque seconde avant il était en train de parler à Chichi je pense. Je l'aurais plus vu faire un tel discours au moment où il arrive devant le cocon de Buu.

Et bien c'est ce qu'il fait, il est devant le cocon de Buu quand il fait son discours.
Je voulais que Gohan soit brutal, comme au début de la fic ou il ne reconnait plus personne et n'agit que selon ses instincts sayien.

desa a écrit:Le chapitre sur le combat contre Buu est plutôt décevant pour moi, vu que Buu n'a l'air d'apparaître que pour donner un beau combat à Gohan et cela prend tout le chapitre.

Je comprends ce ressenti. Le poste de Pensyves ne doit pas y être anodin mais comme je lui ai répondu: Si Buu ne vous apparait que pour se faire rouster, cela n'était pas le but, tous les éléments ont été cités. Tout ce que la "Quête Buu" apportait. Cela m'a permit de faire plein de choses que j'aurais pas pu faire autrement.

desa a écrit:Je crois que le deuxième discours de Goku aurait du être mis en premier. Lorsqu'il revient du Makai il est celui qui cherche a convaincre qu'il faut tuer Gohan mais plus tard on le retrouve se disant qu'il ne peut ni le faire ni demander a quelqu'un d'autre. J'aime le fait qu'on nous fasse voir la colère de Bulma face au jeune Gohan qui a laissé Végeta se suicider pour rien(le gars a franchement pas de chance comme dit Gohan ).

Goku ne dit pas qu'il faut tuer Gohan quand il revient du Makaï. Il cherche au contraire à le sauver, à trouver le moyen de le sauver. En lisant l'essaie, en lisant l'unique solution rapportée par les Kaios, il dit qu'il ne peut pas le tuer, qu'il est son fils. Une relation "normale" d'un père à mon sens.
Pour Bulma, cela me paraissait naturel et nécessaire de l'utiliser à contre courant, un peu comme une anti-Krillin pour le coup. C'était intéressant qu'une humaine passe par ces sentiments là, juste d'un point de vue d'écriture.

desa a écrit:Je trouve le changement de Gohan en petit con trop rapide. La dernière fois qu'on le voit au Makai c'est juste un idéaliste s'étant donné une mission et une fois sur terre c'est un salop, narcissique et narquois. Un espèce de Végeta(arrivé sur terre) bis côté caractère. Il voit son dragon se faire exploser et s'en fout. C'est un peu la même chose avec Goku mais avec son second monologue cela passe bien.

Là encore, ce n'est qu'un cheminement que je trouve logique. Dès le début de la fic, Gohan a ce tempérament. Son combat contre Cell, il humilie Vegeta, tue Piccolo, provoque un génocide sur Fendera et s'attaque carrément à l'empire de Cooler. Du coup, il me paraissait naturel de le faire tel qu'il est et malheureusement tel que tu ne l'aimes pas.


desa a écrit:Scarecrow a'à l'air d'avoir ces projets et j'ai bien envie de voir s'il fera encore de vieux os chez le nouveau seigneur. En tout cas ça rigole pas question destruction.

Mention spéciale a la planète de la galaxie est La connerie de Luffy leur enfin coûté la vie.

Scarecrow, vous verrez bien.
Pour le Cross Over, Merci ;)

desa a écrit:J'aime bien l'idée de faire un saut dans le temps pour nous laissé respirer un moment.

Autant pour vous que pour moi. ^^

desa a écrit:Donc les planètes reste détruites, Goku est mort, Piccolo et Krillin sont flics intergallactique, ils vivent au kaioshinkai et Goten a des cauchemars inquiétants.

C'est bien ça.

desa a écrit:e fait que Goten et Trunks se détesteraient s'ils connaissaient m'intéresse particulièrement a ce qui a pu se passer. En tout cas la fin fait pensé a un film d'horreur où quand les héros croit que c'est fini on constate que c'ça risque vite de recommencer(le monstre du cauchemar qui se rapproche, la vérité qui mettrait le feu aux poudres, les mêmes fantômes qu'à l'époque où il était bébé le poussant du côté obscur et Piccolo qui s'inquiète de la disparition du Makai.). De toute façon, il feraient bien de déménager ne serait-ce que pour les petits ait une vrai vie sociale et soit pas obligé de se séparé Marron plus tard.

L'idée et l'image du film d'horreur, c'est assez bien trouvé j'avoue. Pendant l'écriture de ces chapitres j'étais en plein dans Ça de Stephen King et dans Walking Dead, peut-être que cela influençait ma manière d'écrire et mon choix de mot. Je trouve ton idée intéressante.
Déménager, oui mais pour aller où ? Tout ce qu'ils connaissaient a été détruit. :P

desa a écrit:Une chance que Chichi crève. Elle au moins pourra se reposer un peu.

La pauvre ! Cela n'en reste pas faux pour autant :P

Merci Desa de ce long commentaire et d'avoir partagé ton ressenti.

Black_Mass_Priest a écrit:Bon chapitre oui. :D

Merci !

Black_Mass_Priest a écrit:Mais j'espère un bon rebondissement : jusque là j'ai vu pas mal de fics sur un méchant en what if, et je trouvai tout ça assez prévisible : il gagne.
On peut très bien faire une victoire de Goku vs Gohan sans happy end, non ? Allez, SVP !!! :(

Va falloir lire jusqu'au bout, pour savoir. ;)

Black_Mass_Priest a écrit:Vivement ce soir.

Chose promise, chose due ! Avec un peu de retard ! J'ai eu des imprévus.


Et donc voici le nouveau chapitre ! Bonne Lecture !

Chapitre 59: La Déchéance de Scarecrow II


Kibito se rua sur Piccolo. Le Namek était si faible. Il avait donné tout ce qu'il avait, il avait misé sur tout son ki. Il n'avait pas regardé à la dépense, il n'avait pas regardé le fait qu'il pourrait y laisser la vie en dépensant autant d'énergie. Kibito le soigna rapidement.
Piccolo se retourna, sentit et vit sa main empoigner l'épée.
-J'ai réussi. Pensa-t-il.
-Vous avez été prodigieux, Piccolo. Je n'ai jamais rien vu de tel.

Le namek ne répondit pas. Il tourna la tête. Il avait senti quelque chose. Il se releva non pas sans peine. Cette épée était extrêmement lourde. Il avait vraiment du mal à se déplacer en la portant. Difficilement il sortit de l'antre légendaire de la Z-Sword. Il comprit. Krillin portait Goten dans les bras. Guyamo était à genoux devant sa fille inerte. Goku s'était éloigné de quelques pas. Il serrait les poings. Personne ne le voyait, mais sa mâchoire inférieure tremblait. Des espèces de spasmes creusaient ses joues.
-Chichi... il... Chichi... il a... Chichi... Il l'a tué... Chichi... il a tué sa propre mère... Vegeta... la Terre... Chichi...

Kibito, Dendé et Piccolo sentaient encore une fois, cette colère, cette hargne que Goku refoulait. Elle était d'une extrême violence. Les probabilités de réussites étaient minces, l'espoir s'amenuisait à chaque minute, si Goku lâchait prise lui-aussi, s'il se laissait aller comme il l'avait fait sur Terre, s'il abandonnait, rien ne pourrait jamais plus les sauver.

Piccolo était à peu de choses près comme Goku. Mais il s'était trouvé un but, il voulait rétablir l'équilibre universel, il ne savait pas comment encore mais il avait retiré l'épée. C'était déjà un bon début. Depuis l'arrivée des cyborgs sur Terre il s'était retrouvé dans une situation qui ne lui plaisait pas. Il était devenu dépendants des autres. Goku l'avait dépassé et largement en devenant un super sayien sur Namek. Il avait détruit Freezer, là où le namek avait échoué, là où tous avaient échoué. Il était devenu incroyablement fort. La nouvelle menace que représentait les cyborgs était devenue le nouveau prétexte pour progresser et rattraper l'écart qui s'était creusé. L'ancien démon avait changé mais il n'en restait pas moins une fierté et une soif de pouvoir à toutes épreuves. Ces rêves de conquête du monde avaient disparu mais il n'en restait pas moins ce besoin de faire aussi bien que les autres.

Il fît de spectaculaires progrès. Tenant tête à C-20 et même plus, il le surpassait mais la réelle menace était C-17 et C-18 bien plus forts que lui, bien plus forts que Freezer, bien plus forts que Vegeta. Le temps comptait, il défilait rapidement. Goku était hors de combat. Vegeta avait disparu avec Trunks. Et le moral du Namek n'était pas au beau fixe. Il ne lui restait qu'une solution pour rattraper cet écart qui le séparer de ses alliés et l'éloigner des chances de victoire, et même si sur le moment cela le dégoûtait de faire appel à ce procédé encore une fois, il y fut contraint. Il se devait de ne refaire plus qu'un avec Kami-Sama. Il creusa à son tour l'écart, surpassant les super sayien. Il combattit Cell, il combattit C-17, il aurait pu les défaire si le temps avait joué en sa faveur mais il échoua, il échoua comme toutes les fois où il engagea le combat avec un puissant ennemi depuis la mort de Radditz. Aujourd'hui, il avait eu le choix de vivre dans l'ombre de Goku et des autres ou de se révéler par autre chose. Il n'y avait pas que le combat dans la vie, il y avait autre chose, il y avait la stratégie, l'intellect, il y avait la possibilité de faire de grandes choses plus grandes et plus nobles que de tuer l'ennemi. Il y avait tant de moyens pour défaire un ennemi.

L'ennemi était Gohan, il était le seigneur du Makaï. Piccolo se sentait responsable de cet échec. Il se sentait coupable d'avoir pousser l'enfant à devenir ce qu'il ne voulait pas être. Mais s’apitoyer sur son sort, n'était pas dans ses coutumes.
Bien qu'il ne l'avouerait jamais, il en souffrait. Mais clairement il ne voulait pas devenir comme Goku le fut après le Cell-game, cette loque sans vie, sans but, attendant que quelqu'un vienne mettre fin à ses jours ou lui redonne le goût de vivre.
Il se battrait probablement jusqu'à la fin de sa vie pour combattre le fléau qu'il avait crée. Il réussirait ou échouerait, le temps le dirait mais il ne resterait pas à regarder l'univers sombrer dans des abysses infernales sans rien faire. Il ne laisserait pas Gohan devenir ce qu'il était, il ne le laisserait pas réussir.
Le namek serra avec fermeté le manche de l'épée.


Muten Roshi était immobile comme tout le monde, caché comme d'accoutumée derrière ses lunettes de soleil. Elles étaient bien pratiques.
Il réfléchissait encore à cette solution qui lui était venue quelques minutes plus tôt dans le royaume de morts. Il regardait Guymao pleurer sa fille.
Ce grand gaillard souffrait énormément. Il avait perdu sa femme emportée par la maladie, il y avait bien des années. Il s'était interposé face à Dabra et en était mort. Il n'avait pas été le témoin du kidnapping de Goten et heureusement en un sens, il n'avait pas été témoin de la mort de sa fille, jusqu'à aujourd'hui...
Le maître regardait Bulma se contenir elle-aussi. Elle en avait beaucoup vécu, trop et elle tenait bon, elle essayait. Pour elle ? Pour son fils ? Pour Vegeta ? Pour eux ? Qu'importait la ou les raisons, la jeune femme voulait garder un semblant de dignité. Roshi se tourna vers Piccolo et sentit cette conviction qui émanait de l'ancien démon. Il sentait son aura tressaillir d'impatience. Il voulait agir et il le ferait. Rien ne pouvait se mettre en travers de la route de Piccolo.
Le vieux maître des tortues sentait cette colère s'emparait de son meilleur élève. Il en avait vécu, plus que tous les autres et malgré cela il était encore debout. Malgré ce qu'il pensait devoir faire pour préserver l'avenir de l'univers, il était encore debout même si le maître était pris d'un terrible doute.
Est-ce que Goku se sentirait capable d'aller combattre son fils ? Si oui, est-ce qu'il irait pour préserver l'univers ou pour venger la Terre, Vegeta et sa femme ? Est-ce que le père qu'il est pourrait en venir à ses extrémités ? Est-ce que la colère qui l'animait en ce moment même était dirigée contre son fils ou contre lui-même ?

Les différentes réponses auraient un impact considérable dans les futures confrontations. Si la force pure est importante dans un combat, l'esprit combatif l'est d'autant plus. Comment aller combattre son propre fils quand celui-ci est devenu la pire engeance de l'univers ? Est-ce que c'est réellement possible de voir l'enfant que l'on a aimé, que l'on a élevé, comme le pire ennemi que l'on ai connu ?

Roshi avait d'énormes doutes. Si dans la théorie il savait qu'il fallait voir Gohan comme un ennemi, il se doutait que dans la pratique se serait bien plus difficile.
Il s'approcha de Goku doucement, posa sa main sur son épaule et lui dit :
-Il faut qu'on parle.

Le sayien ne regarda même pas son maître. La rage affluait dans tout son corps, comme si elle était dans un état liquide et qu'elle se déplaçait dans tous les canaux sanguins. Roshi se tourna vers Piccolo et lui fit un signe de tête l'invitant à venir les rejoindre. Même s'il ne les avait pas suivis, le namek aurait été capable d'entendre la conversation, en venant il pourrait participer et donner son point de vue.
-Goku, tu viens avec moi, il faut qu'on parle.

Roshi avança, suivi par le sayien et par le namek.
Goku avait toujours été ce leader incontesté. Piccolo était un peu comme son second. Les décisions passaient et devaient passer par eux.

Ils s'éloignèrent de plusieurs dizaines de mètres. Piccolo regarda Goku. Il était anxieux quant à l'état dans lequel le sayien allait se plonger. Il espérait qu'il ne le laisserait pas tout seul, que Goku n'allait pas plonger dans une immense léthargie, dans cet état catatonique que les autres lui avaient décrit avant qu'il ne ressuscite. Il ne se sentait plus la force de faire la morale à qui que ce soit sur ce qu'il fallait être ou ne pas être. Il ne savait même plus quelle posture aborder face à tout ces événements.
-Nous n'avons jamais connu de pareilles situations. Commença Roshi. C'est une hérésie. C'est un acharnement du destin. C'est tout ce que vous voulez mais les faits sont là. Gohan est perdu.

Piccolo et Goku relevèrent la tête au même moment. Les poings se serrèrent, le rythme cardiaque s’accéléra. Le vieux maître enleva ses lunettes.
-C'est comme ça, pour le moment on ne peut rien y faire. Continua Roshi. Il est beaucoup plus fort que vous, il a des ressources insoupçonnées. Nous ne pouvons pas le combattre de front sans risquer nos vies inutilement. Je ne dis pas ça de gaieté de cœur, croyez-moi. Mais il faut que les choses soient claires. Il ne faut surtout pas que vous pensiez à le détruire en combat singulier. Si vous avez des principes, le petit ne semble plus avoir les mêmes que vous.

Goku resta silencieux, Piccolo demanda alors :
-On fait quoi ? On attend qu'il vienne s'occuper de nous ? Il viendra, il trouvera le moyen de venir ici. Nous ne sommes plus à l'abri nulle part.
-Je sais. J'ai réfléchi pendant que nous étions au bureau du poste-frontière. Et j'ai peut-être trouvé un moyen. Une technique que nous connaissons bien tous les deux, Piccolo. C'est pour cela que je t'ai demandé de nous rejoindre. Elle ne résoudrait peut-être pas grand chose mais elle pourrait nous donner un sursis, le temps de trouver une solution.

Piccolo réfléchit quelques secondes. Une technique qui le liait à Roshi ne pouvait être que le Mafuba.
-Tu veux pratiquer le Mafuba sur Gohan ?
-Le Mafuba ? Demanda Goku.
-Rappelle-toi lors de notre rencontre au championnat du monde. Kami-Sama avait tenté de la pratiquer sur moi, pour m'enfermer. Je l'avais retourné contre lui et c'était lui qui s'était retrouvé enfermé dans le récipient.
-En effet, le Mafuba n'est pas une technique mortelle mais elle permet de se débarrasser de ses ennemis même s'ils sont plus puissants que nous. On peut jouer sur l'effet de surprise.
-Cela pourrait fonctionner. Cela nous donnerait énormément de temps pour étudier la question du Makaï, de trouver le moyen de ramener Gohan à la raison. Continua Piccolo.
-Oui, je le pense.
-Comment ça marche ? Demanda Goku.
-Si Piccolo le veut bien, nous allons t'expliquer cette technique.
-Moi aussi ? Questionna l'ancien démon.
-Oui, toi aussi. Il faut non seulement arriver à maîtriser cette technique mais aussi à la parfaire. Quand j'ai combattu ton père, je n'ai pas pu aller au bout. Lors du championnat du monde, Kami-Sama a échoué car tu as réussi à le contrer. Il faut étudier toutes les possibilités pour accroître nos chances de réussite. Comprendre pourquoi j'ai échoué, comment tu as réussi et ainsi de suite. Il ne faut pas que les erreurs du passé viennent entacher notre futur.
-Sûrement. Fit Piccolo.
-Qu'en penses-tu Goku ? Demanda Roshi.

Goku avait tout entendu, tout compris. Il existait une technique qui permettait de se défaire d'un adversaire sans avoir à le tuer. Il fallait juste qu'il l'apprenne, qu'il l'améliore et il pourrait souffler un petit moment. Cette annonce avait tout d'une bonne nouvelle et pourtant il n'arrivait pas à s'en réjouir. Il n'arrivait toujours pas à trouver un quelconque réconfort dans cette nouvelle. Il y pensait tellement. Il ne pourrait pas le pardonner. Gohan avait décimé tout ce à quoi Goku tenait : la Terre, sa femme et même Vegeta. Est-ce qu'il allait s'arrêter ? Est-ce qu'il trouverait encore autre chose pour se venger de son père ?
Cette technique revenait à enfermer son fils dans une boîte et ne plus jamais le laisser sortir. Est-ce que c'était vraiment différent de la mort ?
Les pensées étaient noires et s'entremêlaient entre elles. Est-ce que Goku voulait vraiment sauver son fils de lui-même ? Est-ce qu'il y parviendrait ? Est-ce qu'il arriverait à pardonner ?
Même si Gohan n'était pas lui-même, arriverait-il à le regarder sans voir le visage de Chichi ?
Si Chichi l'écoutait penser, elle serait déjà entrain de hurler sur Goku, l'incendiant du regard et par les paroles. Chichi se serait probablement battue jusqu'à la mort pour ramener son fils. C'est ce qu'elle fit. Elle brava le danger pour aller voir son aîné.
Goku avait vu le vrai visage de Gohan, elle était peut-être là la différence entre le sayien et la terrienne. Chichi a vu que ce qu'elle voulait voir et Goku voyait ce qu'il devait voir.
Que pouvait-il faire ? Se ranger du côté de la raison, comme Vegeta l'avait fait. Essayer de tuer le fruit de ses entrailles alors qu'il savait qu'il n'avait aucune chance ? Ou l'enfermer à tout jamais dans une boîte en espérant trouver, un jour, une solution pour ramener son fils à la raison ?
Et Goten... Les deux situations étaient intenables. Qu'importe le choix qu'il ferait, qu'allait-il dire à son second fils ?
-Tu avais un grand frère. Il s'appelait Son Gohan. Il a tué ta mère, le père de Trunks, a détruit la planète sur laquelle tu devais grandir et il a essayé de détruire l'univers. J'ai dû l'éliminer.
-Tu avais un grand frère. Il s'appelait Son Gohan. Il a tué ta mère, le père de Trunks, Il a détruit la planète sur laquelle tu devais grandir et il a essayé de détruire l'univers. J'ai dû l'enfermer dans cette boîte.

Comment Goten pouvait apprendre ce genre de nouvelles. Comment expliquer à un enfant que son grand frère a été tué ou enfermé par son père sans qu'il ne fasse des cauchemars pour le restant de sa vie ? Comment ?
Il fallait prendre une décision. Essayer de démêler le pire du moins pire. Penser à l'instant présent mais aussi à ce que cela représenterait dans l'avenir... Prendre une telle décision n'était pas chose aisée mais laisser le temps décider à sa place, n'était pas une bonne solution. Goku regarda ses deux amis et dit :
-Apprenez-moi le Mafuba.


Gohan était revenu dans son monde et il marchait lentement, entouré de ses fidèles démons. L'excitation était à son comble. Le nouveau seigneur du Makaï venait de détruire définitivement la créature qui avait crée un chaos sans commune pareille en son temps. Si les Kaio Shins avaient été encore vivants, ils auraient été probablement été fiers de lui ou tout simplement plongés dans la plus gigantesque et extraordinaire terreur qu'ils n'aient jamais connu.
Le seigneur avait été capable d'une chose dont eux étaient incapables. La vie a toujours ce petit côté amusant et ironique.
Il autorisa sa petite horde à prendre congé d'un geste de la main. C'était bien pratique de ne pas avoir à parler pour se faire comprendre.
Le seigneur du Makaï s'envola pour rejoindre son « fidèle » lieutenant : Scarecrow.

L’effervescence commençait à prendre de l'ampleur au sein du Makaï. Les démons les plus faibles sortaient de leur cachettes, ils ne craignaient plus d'être attaqués. Il se passait quelque chose d'important et surtout de diablement positif pour leur petite communauté.
Les démons commençaient à remplir les zones désertiques, par de petites dizaines d'individus mais Gohan pensait en premier lieu et savait qu'ils sortiraient de leur tanières pour assister à l'avènement de leur monde dans l'univers entier. Il ne pouvait en être autrement et il n'en serait pas autrement.

Gohan arriva près de Scarecrow et se posa.
Le démon sourit quand il vit son maître se poser à ses côtés.

« Allez c'est parti pour le grand jeu. Cette espèce de demi-molle, va me demander des comptes. Autant court-circuiter le tout, en avouant de suite... »

-Boss, on a de gros soucis sur les planètes qu'on a attaqué ! Les démons et les dragons ont décimé les populations !
-Ah bon ?
-Oui ! On dirait qu'ils n'ont pas pu s'empêcher de becter du vivant. Pourtant je les avais prévenu à chaque ouverture de portails, « Si vous faites les cons, le seigneur ne sera pas content et vous allez déguster autre chose que de la chair fraîche ! ». Alors soit ces gros abrutis n'ont rien compris de ce que j'ai dit, soit ils en ont fait qu'à leurs têtes.
-Tu sais Scarecrow, je sais que tu es derrière tout ça.
-Quoi ? ! Mais Non...
-Te fatigue pas, je sais que t'es derrière tout ça. Je crois même savoir pourquoi et je ne t'en veux pas.
-Mais Boss ! Je t'assure que...

Gohan regarda Scarecrow dans les yeux. Son nez se retroussa un peu vers l'arrière. Son aura augmenta, légèrement, assez pour que le sol du Makaï vibre.
-Je sais de quoi tu es capable, Dabra m'a expliqué. Et toi aussi tu m'as expliqué, tu te rappelles ? Dans ta grotte... Ne me prends pas pour un abruti.


« Putain, ça sent pas bon... vraiment pas bon.... Trouve un truc, trouve un truc intelligent à dire ! »

-Mais Boss, je t'assure que je t'aime bien. Dabra, je pouvais pas le piffrer mais toi, ça va, t'es cool.
-Trop aimable.
-Allez ! Fais pas la gueule. Je te jure que c'est pas moi ! Faut les comprendre, les gars sortent pas souvent. Ils ont pas grand chose à bouffer non plus. Et puis c'est pas la mort, une ou deux planètes pour leur faire plaisir !
-Ah mais, cela ne me gène pas.
-Bah alors pourquoi tu me chies une pendule ?
-C'est la traîtrise que je n'aime pas.
-Mais, ptain ! Je te dis que je t'ai pas trahi ! T'es dur de la feuille !
-Laisse tomber. J'ai autre chose à faire qu'à t'écouter. Le jour où tu feras un pas de trop, je te « défoncerai » et j'emploi ton vocabulaire pour bien que tu comprennes, Scarecrow.

« Ce petit con est vraiment chiant. Il n'est décidément plus le même. Je l'ai sous-estimé, il est plus intelligent qu'il n'y paraît. Il faut que je me méfie et que j'agisse moins sur le coup de l'impulsion. Il faut que je mûrisse mes idées. Il faut que je me prépare un plan. »

-Tu connais la planète Namek, Scarecrow ?
-Euh non.
-C'est une planète de la galaxie du Sud, il me semble.
-Un bled paumé quoi...
-Oui, tu as raison. Toujours est-il qu'il existe des artefacts sur cette planète que l'on nomme les Dragon Balls.
-Je ne ferai pas cette blague...
-Elles sont capable d'exaucer n'importe quel souhait.
-Et donc tu les veux ?
-Non, je veux qu'on les détruise.
-Hein ? Mais pourquoi ?
-Les Dragon Balls, il en existait sur Terre aussi, j'ai détruit la Terre. Aujourd'hui le seul set qui existe encore se trouve sur Namek, et nous allons les détruire pour que le Makaï survive. C'est une sorte d'assurance. Ma famille et mes amis se servent de ces boules depuis bien trop longtemps. Ils ressuscitent les gens, font apparaître des planètes. Ces boules attirent les convoitises. Si nous les détruisons, ce que nous accomplissons restera éternel. Tu comprends ?
-On pourrait s'en servir, non ?
-Le Makaï n'a pas besoin de ça, il m'a moi. C'est plus que suffisant.
-C'est pas la modestie qui t'étouffe, toi.
-Tu ne crois pas en moi, Scarecrow ?
-Si, bien sûr, Boss.
-Je vais ouvrir un passage, tu vas aller sur Namek et je t'autorise à en tuer autant que tu en trouves. Ils sont faibles, trop faibles mais avec leur Dragon Balls, ils peuvent dicter les règles de l'univers. Et ça, je ne peux pas le permettre.
-Boss, t'es sûr ?

« Ce petit con essaye de me fumer. Il m'envoie sur une planète pour détruire des boules magiques... Alors qu'on peut les utiliser pour le Makaï, ça ne tient pas la route. La petite pédale essaye de me tendre un piège, il teste ma valeur et ma loyauté. Fait chié. Si je savais ce que c'était, je pourrais me tirer de cette merde. »

-Oui, Prendre les Dragon Balls, ici, déjà cela ne fonctionnera pas car il nous faudrait le chef Namek et je ne suis pas sûr qu'il survive ici. De plus ça attirerait le regard de nos ennemis. Le mieux est de détruire les Nameks. On fait d'une pierre deux coups : Nos ennemis seront très ennuyés et tout ce que l'on accomplit ne pourra pas être détruit...
-Et t'as pas peur que ça attire l'attention sur toi ?
-L'attention est déjà sur moi. Grâce à toi et grâce à la destruction de la Terre.

« Bon tant pis. Faut que j'y aille, plus le choix. Je vais essayer de chopper deux, trois démons pour m'accompagner, au cas où. Il n'oserait pas sacrifier ses pécores. »

-D'accord, Boss, je peux me faire une petite troupe ?
-Bien sûr. Bonne idée. Cela ira plus vite.

Scarecrow se retourna et appela une dizaine de démons. Ils s'approchèrent tout en gémissant et hurlant. Ils étaient grands et gaillards. Le démon ne pouvait s'empêcher de regarder par dessus son épaule. Ce qui se tramait ne sentait vraiment pas bon pour lui. Comme il le pensait : « Je vais avoir chaud au cul, cette fois-ci. »
Gohan ouvrit un portail.


Les Nameks sentirent la putréfaction de cadavres qui se décomposent grignotés par les vers, envahir leur atmosphère. Saichoro leva les yeux vers le ciel. Il vit cette immense brèche se créer. Vite rejoins par d'autres habitants de son village. Ils restèrent immobiles avec une seule pensée :
-Qu'est-ce qu'il se passe encore ?

L'univers s'acharnait sur la planète Namek. Il n'y avait pas d'autres issues possibles. D'abord un cataclysme naturel qui fit avec la population un véritable génocide. Il y avait eu l'arrivée de Freezer et de ses troupes, motivés par leur cupidités et leur soif de pouvoir. La découverte de Namek par Babidi et son valet Dabra, pour découvrir l'emplacement du cocon de Buu grâce aux Dragon Ball. Et en ce jour, il y avait ça, et ça, cela n'augurait vraiment rien de bon comme à chaque fois que quelqu'un arrivait sur Namek...

Gohan souriait et cela ne rassurait vraiment pas Scarecrow.
-Bon bah, j'y vais, Boss !
-Oui, c'est ça, vas-y.

« Bordel de merde ! Je le sens gros comme une maison qu'il va me la mettre profonde et que ce sont mes derniers instants. Je ne peux pas y aller... Je vais crever ! Je vais crever pour de bon, buté par ce peuple. Putain ! Putain ! Putain ! Il me laisse y aller ! »

-Scarecrow ?
-Boss ?

« Il se ravise ! Il ne m'enverra pas ! J'ai eu chaud ! »
-Bonne chance et soit prudent, on ne sait jamais ce qu'il peut arriver.
-Mee... Merci, Boss.

Le démon s'approcha et traversa le portail. Il se jeta dans les airs et se laissa tomber comme une enclume. Gohan arrêta les démons qui allaient le suivre avant qu'ils ne traversent le portail.
Il les exhorta à partir d'un mouvement de la tête. Scarecrow sentit cette présence dans son dos, il sentit la mort s'emparer encore une fois de son être comme il y avait des millions d'années, quand il était encore vivant. Il sentit les murmures caresser ses oreilles tandis qu'il tombait.

-Je te l'ai dit Scarecrow, je ne supporte pas la trahison. Avec toi, ce n'était pas très grave. Je n'avais pas confiance dès le départ. Je me doutais que tu me ferais un coup en douce. Je ne sais pas si c'est grâce à Dabra ou si c'est moi qui ait changé. En tout cas je le savais... Tu as bien vécu, peut-être même trop mais Dabra te l'avait déjà dit. Être le second de Léthée ne pourra pas sauver ta vieille carcasse éternellement.. Adieu l'ami.
-Espèce de raclure ! Hurla le démon en guise de réponse.

Scarecrow retomba sur ses pieds. Il se retourna et leva la tête au ciel. Il voyait l'immense faille dimensionnelle.
Une petite boule de ki partit du portail avant que celui-ci ne se referme.
L'énergie rentra en contact avec la planète. Un énorme souffle balaya la surface de la planète. Les maisons, les montagnes, les lacs, les habitants, tout ce qui vivaient sur cette terre fut propulsé au sol. L'astre aux trois soleils se mit à se fissurer dans des tremblements de terre interminables.
Saichoro se releva et regarda le ciel se noircir. Il ferma les yeux. Il mourut en même temps que son peuple, en même temps que sa terre.


Gohan sourit tout en regardant cette planète qui l'avait accueilli deux fois dans le passé. Il grimaça jovialement. Il n'avait qu'un regret : ne pas être là quand ils apprendraient que les Dragon Balls n'existaient plus.
Il ne serait pas là pour voir leur réactions. Ils retomberaient probablement sur leur pieds. Ils avaient dû sauver Dendé. Il serait probablement capable d'en fabriquer de nouvelles où qu'ils soient. Ce serait la prochaine étape : éliminer Dendé.

"Je suis méchant, et c'est bien. Je ne serais jamais gentil, et c'est pas si mal." Ralph


"Mais dès que tu craques un peu le vernis, tu réalises que le coeur du mec a percé les secrets de l'alchimie et que son coeur de plomb est en réalité en or." Niicfromlozane


Membre de la JLUS
Avatar de l’utilisateur
Batroux
 
Messages: 5619
Inscription: Jeu Mars 18, 2010 15:19
Localisation: Entre toi et le bonheur

Re: La déchéance du Héros

Messagepar Sneijder le Lun Mars 17, 2014 23:44

La psychologie de Gohan est exceptionnelle et va bien plus loin que le scénario bien simpliste auquel DB nous a habitués...
Je suis choqué.

Si cette fic était faite en anime ou manga, la même pour la fic de Tierts, je pense que DB serait bien plus populaire qu'il ne l'est...

Magnifique, continue. :D
Sneijder
 
Messages: 13
Inscription: Jeu Août 08, 2013 16:39

Re: La déchéance du Héros

Messagepar xela26 le Mar Mars 18, 2014 1:18

Encore un chapitre publié ?! tout va trop vite ! Je n'arrive plus à suivre le rythme!

Je ne suis pas Cell, encore moins Buu. Mes capacités d’absorption sont plus que limités :)
Cell: l'ascension de la terreur- Cell a vaincu Son Gohan lors du Cell game!! Quel sort réserve-t-il à la Terre?? Pour le savoir....viewtopic.php?f=42&t=5990
Chapitre 136: publié
Chapitre 137: 0%

Cell: Damned Souls- Les aventures parallèles de héros de "l’ascension de la terreur". Pour les connaitre:
viewtopic.php?f=42&t=6774
abandonnée
xela26
 
Messages: 1549
Inscription: Lun Oct 03, 2011 20:57

Re: La déchéance du Héros

Messagepar desa le Mar Mars 18, 2014 5:08

Il semble que j'avais raison de m'inquiéter pour Scarecrow. Je sentais qu'essayer de prendre ne lui réussirais pas très bien. Encore que je croyait pas qu'il y passerais si vite.

Le mafuba ? Ils veulent utiliser cette relique? Mais bon au moins cette technique doit pas dire grand chose a Gohan vu que cela vient de Mutaito.



Pour le déménagement ça doit bien encore excistvec un peuple humanoïde. Et avec la pensionsauveur de l'univers ils doivent pouvoir vivre décemment. Ces petits ont besoins de socialiser.
Avatar de l’utilisateur
desa
 
Messages: 1306
Inscription: Ven Mars 19, 2010 2:51
Localisation: Va voir ailleurs j'y serai

Re: La déchéance du Héros

Messagepar Batroux le Mer Mars 19, 2014 17:50

Spoiler
Sneijder a écrit:La psychologie de Gohan est exceptionnelle et va bien plus loin que le scénario bien simpliste auquel DB nous a habitués...
Je suis choqué.

Si cette fic était faite en anime ou manga, la même pour la fic de Tierts, je pense que DB serait bien plus populaire qu'il ne l'est...

Magnifique, continue. :D

Wouha ! Merci Sneijder !

xela26 a écrit:Encore un chapitre publié ?! tout va trop vite ! Je n'arrive plus à suivre le rythme!

Je ne suis pas Cell, encore moins Buu. Mes capacités d’absorption sont plus que limités :)

Ahaha pour les capacités d'absorptions ! Je publie au rythme infernal du Makaï et de Dabra !
Ne t'inquiète pas. Notes tout sur un petit fichier et déballes tout sur la fin ! Enfin te presse pas ! ;)
L'intention y est, c'est bien réconfortant pour moi !
N'empêche, si je publie pas, je vous frustre et si je publie trop je vous frustre aussi. Je suis un salaud de "frustrateur" :P

desa a écrit:Il semble que j'avais raison de m'inquiéter pour Scarecrow. Je sentais qu'essayer de prendre ne lui réussirais pas très bien. Encore que je croyait pas qu'il y passerais si vite.

Au delà de sa mort, je suis assez content de ses dernières paroles. J'aimais beaucoup le mettre en scène, le petit épouvantail éternel.

desa a écrit:Le mafuba ? Ils veulent utiliser cette relique? Mais bon au moins cette technique doit pas dire grand chose a Gohan vu que cela vient de Mutaito.

En effet ! Je dirai même plus une relique vachement symbolique dans l'univers de Dragon Ball. Je préférai cela à l'élaboration d'une bête et nouvelle technique surpuissante en mode Deus Ex Machina !

desa a écrit:Pour le déménagement ça doit bien encore excistvec un peuple humanoïde. Et avec la pensionsauveur de l'univers ils doivent pouvoir vivre décemment. Ces petits ont besoins de socialiser.

L'avenir le dira ptete ou ptete pas :P

Et pour mettre un autre coup de pression à Xela26, la suite demain dans la journée ;)


Et c'est parti pour le chapitre 60. La fin est proche. Bonne Lecture !


Chapitre 60: La Déchéance d'Enma

Guymao était à genoux aux côtés de sa fille. Il la pleurait encore.
Bulma restait stoïque depuis leur arrivée. Elle avait été touchée mais ce n'était pas le moment de laisser parler son cœur et de se laisser aller tout simplement. La situation était certes insoutenable mais cela allait changer. Elle en avait la conviction. De toutes manières, rien ne serait plus pareil...
Krillin portait toujours Goten dans ses bras. Le petit gigotait mais calmement, pas de cris, pas de pleurs. Juste des mouvements pour se libérer de l'emprise du meilleur ami de son père. Krillin remarqua cette force extraordinaire pour un petit de son âge. Son esprit erra quelques instants dans son passé. Il se doutait que non mais il se demandait tout de même si lui aussi avait eu des prédispositions au combat... Si dès la naissance il était prédestiné à cette vie...

Les Kaios semblèrent s'affoler durant quelques minutes. Ils parlaient tantôt fort tantôt sous forme de messe-basses. Il s'était passé quelque chose de terrible mais personne ne le remarqua. Ils étaient tous dans leur propre monde, à compter les morts, les échecs...

Les Kaios eux ruminaient et réfléchissaient à une manière de dire les choses qu'ils venaient d'apprendre. Namek avait été rasée de l'univers. C'était un poids de plus qui tomberait, assommerait le restant des survivants de la Terre. Fallait-il leur dire ? Kaio du Nord ne le pensait pas. Les tensions étaient palpables. Tout le monde avait perdu des êtres chers, leur annoncer cette nouvelle n'aurait été qu'un énième coup de massue. Muten Roshi et Piccolo semblaient avoir réussi à ramener Goku parmi eux. Il ne fallait pas briser cette petite victoire. Il ne fallait pas que le désespoir se refasse une place de maître dans les esprits de chacun. Parce que c'était le désespoir qui allait se saisir d'eux, à n'en pas douter. La Terre avait été détruite avec les Dragon Balls et il en était de même pour Namek. Bien sûr les pertes étaient conséquentes et maintenant probablement irrévocables. Même si aucun mot n'avait été prononcé à ce sujet, Piccolo, Goku ou tous les autres comptaient sûrement sur les Dragon Balls de Namek pour recréer la Terre, pour ressusciter ses habitants... Mais là...
Peut-être que Dendé pourrait créer de nouveau ces artefacts, peut-être pas. Dans tous les cas, le moment n'était pas opportun pour annoncer cette énième tragédie.


-Le Mafuba est une technique qui peut-être très dangereuse pour son utilisateur. Elle fait appel, en quelques sortes, à toutes les ressources du corps. Il faut parvenir à maîtriser totalement son ki pour arriver à manipuler celui de l'adversaire.
-En gros, c'est comme modifier la trajectoire d'un kikoha ? Demanda Goku à son maître.
-Tu as en partie raison mais c'est plus complexe qu'il n'y paraît et c'est en ça que la technique en devient dangereuse. Il faut arriver avec son propre ki à manipuler le ki de l'adversaire pour parvenir à l'enfermer dans le réceptacle. Si le ki de l'adversaire est trop grand, tu pourrais perdre le duel et te vider de toute ton énergie. Tu pourras t'entraîner toute une vie à manipuler tes kikohas sans arriver à pratiquer le Mafuba. Ten Shin Han en est le parfait exemple. Même s'il n'avait pas eu ce problème avec l'autocuiseur, il y avait peu de chances qu'il parvienne à enfermer Piccolo.Tu comprends la nuance, Goku ?
-C'est pour ça que vous avez échoué face à Piccolo, Maître ?
-Oui, mais l'expérience jouait contre moi aussi. Piccolo avait déjà subi cette attaque. Il avait été enfermé une première fois par mon maître. Il avait dû comprendre les fondements de cette technique.
-En effet, mon père l'avait compris. Rétorqua Piccolo. C'est d'ailleurs pour ça que Kami-Sama n'a pas eu le dessus sur moi lors du championnat des arts-martiaux. Je connaissais cette technique. En plus, j'étais plus fort que Kami, j'ai pu contrer son attaque facilement et la retourner à mon avantage.
-Mais les écarts n'étaient pas si grands entre toi et Kami à l'époque. Pareil pour ton père et Kamé Sennin. Là, on parle de manipuler le ki de Gohan. Ce n'est pas un écart qui existe entre lui et moi, c'est un gouffre.
-C'est vrai, mais tu as l'effet de surprise, il peut-être un allié de premier choix. Le temps qu'il réalise ce qu'il se passe, il y a de grandes chances qu'il se retrouve enfermé. Rassura Roshi. L'effet de surprise est ce qu'il nous manquait face à Piccolo.
-Tout à fait. Appuya le namek.
-Vous pensez que l'on a une chance ? Demanda Goku.
-Je ne t'aurais pas parlé de cette technique si je pensais que tu ne pouvais pas l’exécuter et même l'améliorer, Goku.
-Je sais que tu n'aimes pas ça, Goku, je sais que c'est plus facile à dire qu'à faire mais il faut que tu arrives à faire abstraction de tout ce qu'il s'est passé. Il faut que tu parviennes à faire le vide dans ta tête. Il faut que le jour où l'on passera à l'attaque, ton esprit ne soit focalisé que sur une unique chose. Réussir le Mafuba. Si ton esprit vagabonde sur les pertes, tu n'arriveras à rien et tu ne seras qu'un mort de plus.
-Je sais bien. Je le sais bien.
-Tu t'entraîneras avec moi. Fit Piccolo. Je suis plus puissant que toi si tu ne te transformes pas.
-D'accord. Répondit Goku.
-Vous devriez vous éloigner. Il ne serait peut-être pas judicieux de vous entraîner près des autres.
-Sûrement. Répondit Piccolo au vieux maître. Allez viens, on va s'éloigner.

Piccolo s'envola accompagné de Goku. Ils disparurent rapidement de la vue de Muten Roshi.

Le vieux maître pouvait souffler un grand coup et il le fit. Il avait fait sa part de travail. Depuis combien d'années était-il resté sur le banc de touche avec ce sentiment d'inutilité qui le terrassait. Le vieux maître avait été considéré comme l'homme le plus fort de la Terre, en son temps. Au fur et à mesure que le temps passait et que les ennemis se montraient toujours plus redoutables, il était devenu aussi faible que les terriens lambda, il devenait une faiblesse pour ses élèves. S'il s'était montré lors du combat contre les sayiens, il aurait put y laisser la vie sans arriver à ne serait-ce qu’égratigner le moindre adversaire. Il était comme devenu un poids, quelqu'un de plus à protéger.
Aujourd'hui il s'était prouvé le contraire. Ce n'était pas forcément sa première intention mais il comprit que même s'il n'était plus apte pour les combats, et encore plus pour les combats de cette envergure, il restait une valeur sûre du groupe.

Il était et resterait quoi qu'il advienne ce vieil homme, légèrement loufoque, énormément obsédé mais avant tout le plus grand maître en arts-martiaux que la Terre ait vu naître.

Les deux anciens rivaux se déplaçaient rapidement. Ils se regardaient chacun du coin de l’œil. Leur bouches s'ouvrirent mais aucun mot n'en sortit. Il y avait comme une barrière qui les empêchait de mettre des mots sur ce qu'ils ressentaient. Leur visions des choses étaient souvent proches mais parfois ils avaient des différents. Était-ce vraiment le moment de parler de ce qu'ils ressentaient ?
Ils s'étaient battus l'un contre l'autre. L'un se posant comme protecteur de la Terre et l'autre comme futur destructeur de celle-ci. Par la force des choses ils avaient été obligés de s'allier contre Radditz. Piccolo eut sa victoire mais elle avait une tout autre saveur. Il l'avait ressenti. Le petit lui avait dit que son père pensait qu'il n'était plus aussi méchant qu'avant et l'enfant appuya bien sur ces propos, les acquiesçant.

A peu de choses près, c'était ce que pensait Goku lui aussi. Ils étaient, dans la théorie, voués à se combattre l'un l'autre pour la Terre. Piccolo était né pour tuer le sayien et aujourd'hui il allait être son professeur. La situation était terrible mais cette pensée décrocha un léger sourire au sayien. Un petit air nostalgique qui se dissipa quand Piccolo perdit de l'altitude pour se poser au sol.

Il y avait cette pensée aussi qui les effleura rapidement et qu'ils tentèrent de balayer tout aussi rapidement. A l'époque, Piccolo s'était caché derrière ses désirs impérialistes pour attaquer Radditz tandis que Goku ne souhaitait qu'une chose : sauver son fils. Les deux anciens ennemis se firent la même réflexion, si Gohan n'avait pas été kidnappé, peut-être qu'ils ne se seraient jamais alliés pour aller combattre Radditz. L'enfant avait en quelques sortes forgé la plus grande alliance que la Terre ait connu. Et aujourd'hui, bien que la situation fut différente, l'alliance des deux êtres que tout opposaient : Le démon et le terrien ; le namek et le sayien, fut produite dans l'unique but de sauver l'enfant de cette chose qui le pourrissait de l'intérieur.

-Je ne vais pas te ménager, Goku ! Clama le namek.
-Je m'en doute. Répondit Goku.
-Nous n'avons que très peu de temps et...
-Alors arrêtons d'en perdre. Fit Goku avec un petit sourire.

Piccolo fit apparaître une petite bouteille dans sa main. Il la jeta à Goku. Le sayien dévissa le bouchon et la posa à côté de lui. L'entraînement allait enfin pouvoir commencer.

Piccolo, comme tout le monde, connaissait le génie de Goku au combat. Il était de loin le meilleur. Capable d'assimiler les techniques rapidement et les améliorer en un rien de temps. Un doute persistait tout de même. Il n'avait jamais été plongé dans un tel état moral et psychologique. Peut-être que ce serait plus long. Les interrogations du sayien seraient un frein à l'apprentissage. Cette colère qu'il était parvenu à refouler pourrait ressortir au moment le moins propice. S'ensuivrait alors une déferlante de rage que rien ni personne ne pourrait contrôler. Il fallait avant de commencer que le sayien exorcise ses démons, qu'il trouve une quelconque forme de sérénité. Goku portait sur ses épaules le poids de tous leur échecs et la responsabilité de ce que faisait son fils. Et avec ça, comment trouver la plus petite forme de sérénité ?
Peut-être que finalement une discussion devait s'imposer entre le namek et le sayien.
-Tu es sûr de vouloir faire ça, Goku ? Demanda Piccolo.
-Comment ça ?
-Et bien, d'apprendre le Mafuba et de l'utiliser contre Gohan ?
-J'y suis obligé... Je ne sais vraiment pas ce qui est le pire de toutes façons.

Piccolo releva une arcade.
-Je ne sais pas si le pire est d'enfermer mon fils dans une bouteille pour l'éternité ou de le regarder se détruire et détruire l'univers sans que je ne fasse rien. Ce qui est sûr c'est que je ne peux pas le tuer. Quoi qu'il fasse, il reste mon fils. Le Mafuba est la moins pire des choses.
-Je pourrais le pratiquer, si tu veux. Tu n'es pas obligé de...
-Non, c'est ma responsabilité. C'est mon fils, c'est ma faute. Écoute Piccolo, je sais que tu l'aimes énormément, au moins autant que moi. Je sais que tu te sens concerné, que tu t'en veux toi aussi mais il faut penser à l'avenir aussi. Si j'échoue ce sera de pire en pire et il ne restera plus que toi pour former Trunks et Goten. Tu as été le plus proche de nous. Tu sauras quoi faire.
-Mais...
-Gohan ne pouvait pas tomber avec meilleur mentor. Les petits et les autres auront de la chance de t'avoir si jamais cela tournait mal.
-Je... Je...
-Allez, apprend-moi le Mafuba.

L'entraînement commença enfin. Piccolo expliqua tout ce qu'il savait du Mafuba et en fit même la démonstration à Goku. C'était assez impressionnant. Le sayien s'était retrouvé, sans rien pouvoir faire, attiré vers cette petite bouteille. Son ki ne semblait même plus lui appartenir. Piccolo garda sa mine sérieuse tout en montrant quelques variantes pensées sur le moment. Il déplaça Goku dans tous les sens. Si Goku était un génie du combat, Piccolo pouvait lui aussi être assimilé à ce titre.
Cette technique avait certaines caractéristiques qui rappelait à Goku, cette attaque de Freezer. Le tyran l'avait en quelques sortes enfermé dans une boule de ki, que le démon du froid manipulait à sa guise.

Goku essaya après quelques heures de démonstration lui aussi de pratiquer le Mafuba. Piccolo n'y allait pas de main morte. Il profitait de son avantage énergétique pour riposter et empêcher Goku d'atteindre son but.
Au début, il le laissa faire et brisa la technique juste avant l'enfermement. Puis pendant un long moment, il para dès le début de l'attaque, poussant Goku à se surpasser.
Piccolo n'était pas un tendre dans l'entraînement et encore moins aujourd'hui, encore moins face à Goku sur qui reposait tous leur espoirs.

Petit à petit, les autres membres du groupe arrivèrent. Ils restèrent à des distances raisonnables mais ils venaient regarder l'entraînement de Goku et Piccolo. Bien sûr, en ces temps difficiles, il n'aurait pas dû le penser mais Yamcha lança ça à ses amis après que Roshi le leur ait expliqué.
-Piccolo qui apprend à Goku une technique, je ne peux pas rater ça.

Malgré les circonstances, imaginer le namek, aussi dur et froid qu'il était, tentait d'apprendre une attaque à Goku avait un petit côté ironique et drôle.
Les ennemis devenus rivaux et par la force des choses des amis qui étaient maintenant dans une situation de maître et d'élève, cela avait quelque chose d'assez amusant. Tous s'envolèrent, sentant les ki des deux amis. Ils se posèrent à quelques vingtaines de mètres et ils regardèrent attentivement.

Tous y allèrent de leur petites pensées. Ils repensaient à ce jour béni des dieux où ils rencontrèrent cet étonnant petit garçon à queue de singe. Celui-là même qui était doué d'un cœur pur et d'un courage à toutes épreuves.
Ils envoyaient sans que le sayien ne le sachent, leur courages, leur déterminations, leur espoirs. Tout le monde avait senti le sayien à deux doigts de l'implosion quand ils avaient foulé le sol du KaioshinKai. Il était parvenu à se reprendre, grâce à Piccolo et Roshi. Eux n'avaient rien fait, qu'auraient-ils pu faire ?

Maintenant, c'était important. Même s'il était trop absorbé par son entraînement pour le moment, quand il les verrait, il comprendrait qu'ils ne l'avaient pas abandonné. Goku saurait que même s'ils étaient dépassés, de loin, par tout ce qu'il se passait. Ils restaient là, ils restaient présents pour soutenir leur ami.
Bien sûr, chacun d'eux aurait aimé faire plus. Ils auraient aimé participer, mais ce n'était décidément plus de leur niveau. Ils auraient juste été une gêne.
Alors ils se posèrent là, ils regardèrent attentivement, espérant que Goku se surpasse, qu'il arrive à maîtriser Piccolo, que l'espoir renaisse de ses cendres. Ils n'en doutaient pas, ils en avaient l'intime conviction que Goku réussirait parce qu'il était Goku !

Les menaces humaines, démoniaques ou extra-terrestres ne l'avaient jamais arrêté. Il s'était toujours battu envers et contre tout pour défendre ses idéaux, pour défendre sa planète, pour défendre ses amis et sa famille. Il avait toujours su se dépasser : un surpassement de soi, aussi bien physique que mental. Et là, le voir s'entraîner avec Piccolo, c'était ce Goku que tout le monde revoyait et retrouvait. Celui qui se battait pour protéger ceux qu'il aimait et qui l'entourait mais aussi tous les autres.

-Tu vas y arriver ! Pensa Yamcha.
-Ne perds pas courage ! Pensa à son tour Ten Shin Han.

Le petit homme était convaincu, son ami allait réussir, il ne pouvait en être autrement. Si aujourd'hui il ne pouvait l'aider qu'en lui envoyant des ondes positives, Krillin se faisait un point d'honneur à épauler son ami, une fois que serait fait ce qu'il devait être fait. Parce que les amis étaient là pour ça et surtout parce que Krillin prenait à cœur cette franche amitié qu'il entretenait avec Goku depuis plus de vingt ans.
-Allez, Goku ! Je suis avec toi ! Clama intérieurement Krillin.


Les papiers entassés n'avaient pas fini de voler quand un portail s'ouvrit dans le bureau du poste-frontière. L'effarement était le plus total. Les employés de cette espèce d'immense entreprise mortuaire se figèrent sur place. Les quelques âmes ne comprirent pas ce qu'il se passait. En temps normal, elle ne savait même pas où elles étaient et voir ce déferlement de paperasse voler dans tous les sens ne les aidaient pas vraiment.

Enma resta stoïque face à cette situation ce qui fit montrer la pression d'un cran à tous ses subalternes. Une petite silhouette se dessina alors sur le parquet de bois.
L'équilibre universel était sur le point d'être totalement atteint. La situation était bien plus dramatique que tout ce que l'on pouvait imaginer.
Il se déplaça de quelques pas, épiant les moindres mouvements dans les coins. Un petit sourire apparut sur son visage. Il n'avait rien de rassurant.
Il regarda cette immense salle tout en se déplaçant lentement. Personne n'osa lui faire une remarque. Tous avaient compris qui il était et la raison de sa venue n'avait sûrement rien d'amical.
-L'hypocrisie des Kaio Shin a bon goût, je dois l'admettre. Dit-il sur un ton froid et peu rassurant.

Il contourna le bureau gigantesque d'Enma et quand il voulut aller au delà, il se retrouva en face deux énormes jambes. Le seigneur du Makaï leva les yeux et continua de sourire.
-Tu ne m'empêcheras pas d'explorer ton monde, Enma. En revanche, tu peux choisir de mourir tout de suite dans d'atroces souffrances ou dans quelques heures, comme tous les habitants de ce monde, rapidement.

Le gardien du poste-frontière ne répondit rien, ni par le verbal ni par le physique. Il se contenta de se positionner comme obstacle vivant.
Gohan lévita de sorte d'être bien en face du visage de son interlocuteur.
-As-tu compris ce que je t'ai dit ?

Enma avait toujours ses sourcils froncés, la mine grave. Il n'était pas un combattant malgré le fait que le Kaio du Nord lui ait appris quelques rudiments des arts-martiaux à son investiture. Il n'avait pas besoin de ça pour mener à bien son travail. Les Kaio Shins l'avaient doté d'une étrange et néanmoins puissante capacité. Celle-ci lui avait permis de maîtriser des individus bien plus fort que lui et des les cantonner à l'enfer et à la réincarnation. Il savait néanmoins qui il avait en face lui. Il avait été le témoin de la destruction de Perlea, de la Terre, de Namek et surtout de la défaite de Buu. Cependant, il ne pouvait rester les bras croisés. Il se battrait, cela ne servirait probablement à rien mais il combattrait !

Dans un geste aussi rapide qu'impressionnant, compte tenu de son immense carrure, Enma jeta ses deux bras en avant. Les mains grandes ouvertes propulsèrent le seigneur du Makaï en dehors du Poste-frontière. Un immense et puissant kiaï.
Enma fut forcé de poser un genoux à terre. Ses employés se rapprochèrent de lui en courant pour essayer de le soutenir. Il cracha un espèce de sang de couleur bizarre au sol. Il tenta de relever la tête mais sa nuque le faisait atrocement souffrir, comme cette blessure béante au niveau de son abdomen. Gohan s'envola de quelques mètres au dessus du cœur meurtri d'Enma.
Que s'était-il passé ? Enma ne le savait pas lui même. Il avait réussi à éjecter le seigneur du Makaï en dehors de son bureau, lui faisant traverser le mur du fond. Et la seconde d'après, il sentit cette terrifiante douleur, comme si ses intestins s'arrachaient de l'intérieur.
-Étant plus jeune, je m'étais toujours demandé comment, un être tel que toi, pouvait envoyer en enfer des êtres comme Freezer. Je pense avoir découvert la réponse. Tu manipules le ki de ces âmes. C'est une particularité intéressante mais inefficace contre moi. J'ai beaucoup trop de puissance à manipuler pour toi. Mais c'était bien essayé, Enma.

Enma crachait par litres du sang. Il sentait la mort dans son dos. Il sentait son ki quitter son être.
-Que vas-tu faire... Boaeur... Que vas-tu faire des habitants du royaume de morts ? Se força-t-il a demandé.
-Ils disparaîtront comme toi. Le Royaume des morts n'a plus de raison d'exister maintenant que l'équilibre universel est à deux doigts de se réaliser. Et puis, en détruisant cet édifice, toutes les âmes quelles qu'elles soient viendront dans le Makaï. Il ne faut pas être triste, Enma, vois cela comme une délivrance. Tout ce travail, c'est bientôt fini ! Finit Gohan sur un ton moqueur.
-Tu... Tu ne... Tu ne gagneras pas. Tu... Tu ne le sais pas... encore mais... Ta défaite est imminente...
-Si tu le dis...

Gohan leva son bras droit et frappa d'un coup sec la nuque de l'une des plus vieilles entités de l'univers. L'immense tête tomba et roula sur quelques mètres devant les cris de panique des employés. Ils n'avaient jamais rien vu d'aussi horrible après toutes ces années à servir fidèlement et loyalement Enma.

Gohan sortit du bâtiment, il s'envola au dessus et fit exploser son aura. Les nuages jaunes que Goku semblait tant apprécié pendant son ascension du chemin du serpent semblèrent fuir le déferlement de puissance. Les enfers se découvrirent rapidement laissant apparaître un monde nouveau. Les gardiens regardèrent les cieux. Une telle force était tout bonnement impensable. Leur surprise resta éphémère car ils moururent aussi rapidement que les nameks et les terriens. D'un simple Kikoha les enfers furent remplis de flammes. Les âmes et les gardiens furent tués définitivement. Gohan se posa au début du chemin du Serpent. Il imaginait son père arriver devant ce pont céleste. Et dans un sourire il frappa franchement la queue du Serpent. Cette pierre dans les tons gris, bleus, probablement divine se mit à se fissurer de toutes parts avant de se délabrer. Gohan ne resta pas pour regarder le chemin du Serpent tomber dans les abîmes qu'étaient entrain de devenir le enfers.

Le Royaume des morts était bien plus vaste que ce qu'il imaginait. Il n'avait rien à envier à une planète. Pour le détruire, Gohan procéda par étape, il mit le feu à chaque bâtiment, chaque édifice, forçant les habitants à sortir et il détruisit chaque endroit, chaque place avec une extrême minutie. Quelques un essayèrent de s'élever contre le seigneur du Makaï. Ces êtres à qui l'on avait permis de garder leur enveloppes corporelles, ceux qui avaient vécu comme des nobles toute leurs vies, qui s'étaient battus pour le bien être des autres. De valeureux combattants, de fiers et loyaux individus qui avaient fait de leur vies une quête à rendre celle des autres meilleures. Mais ils ne parvinrent qu'à retarder l'extinction de l'autre monde. Ils disparurent aussi rapidement qu'Enma. Leur pouvoirs, leur ki, rien n'auraient pu ne serait-ce que blesser le Seigneur du Makaï.

Toutes les infrastructures, tous les combattants les plus puissants, tous périrent sous la force de destruction du seigneur du Makaï. Il ne resta plus rien de cette immense édifice que les Kaio Shins s'étaient échinés à construire. Il ne restait que des cendres, que l'odeur de souffre qui émanait à chaque fois qu'un portail s'ouvrait entre le Makaï et une planète ou un monde. Les âmes damnés des enfers disparurent purement et simplement. Les individus qui avaient eu droit à la sentence du paradis subirent le même sort que les damnés, ils disparurent purement et simplement.

Les bâtiments furent détruits à tour de bras, toute cette espèce de civilisation de la vie après la mort fut annihilée en l'espace de quelques heures. Des survivants, il y en avait, un peu, dans de piètres états. Les sbires de Gohan qui arrivèrent plus tard s'en chargèrent.

Cette suite d’événements et d'actions plongea Gohan dans un état de totale allégresse. Tout s'imbriquait pour que le Makaï triomphe. Tout, absolument tout !
Les Dragon Balls avaient été détruites en même temps que la Terre et Namek. L'espoir qu'elles représentaient était proche du néant. Il fallait juste attendre assez longtemps pour pouvoir ouvrir un portail vers le KaioShinKaï, dernière terre d'asile. La mort de Dendé sonnerait la victoire du Makaï, il fallait juste être encore un petit peu patient.
Le Royaume des morts étant détruit, il ne restait plus qu'un endroit où les âmes des défunts pourraient aller : le Makaï.

La totale déchéance des Kaio Shins signait enfin le plus grand événement de l'univers : l'avènement du Makaï.

"Je suis méchant, et c'est bien. Je ne serais jamais gentil, et c'est pas si mal." Ralph


"Mais dès que tu craques un peu le vernis, tu réalises que le coeur du mec a percé les secrets de l'alchimie et que son coeur de plomb est en réalité en or." Niicfromlozane


Membre de la JLUS
Avatar de l’utilisateur
Batroux
 
Messages: 5619
Inscription: Jeu Mars 18, 2010 15:19
Localisation: Entre toi et le bonheur

Re: La déchéance du Héros

Messagepar Warokoo le Mer Mars 19, 2014 22:58

Bon, si la fin est proche alors je sors de ma cachette pour commenter :3.

Les derniers chapitres sont de même taille que d'habitude, c'est assez satisfaisant on reste pas trop sur sa faim ^^ (ou du moins pas trop vite :d). Un peu moins d'actions dans le futur, mais nécéssaire pour rebondir la ou tu en est j'imagines ^^.

Le truc avec l'épée... j'imagines qu'il y aura du "Mystic" ^^ (je sais, "ptet, ptet pas" :d)

La mafuba : c'est vrai que ce truc avait été mis de côté pendant super longtemps lol. Je vois déjà un de tes prochains chapitres : "La déchéance du Mafuba" 8-). Bref, le truc avec Piccolo et Goku est sympathique, ça rend le tout moins sombre, plus jovial ^^.

Enfin voila, pas encore de fight donc mon com sera pas énorme non plus. Maintenant je vais juste continuer a faire ce que je fais d'habitude concernant ton histoire : attendre (enfin ça c'est la partie officielle, tu sais très bien qu'avec niic on va te faire la peau pour que tu sortes tes chapitres plus vite :twisted: (d'ailleurs y'a un mec, qui a le meme pseudo que moi, la même façon d'écrire que moi et le même avatar, et ptet même que c'est moi, qui a dit sur la fic de niic, que t'avais de la concurrence par rapport a son histoire, c'est un ouf le mec :shock:, faut lui montrer qu'il a tort la :twisted:))

Voilà, voilà ^^. Rendez vous au prochain commentaire :3

Spoiler
P.S : Je sais très bien que tu vas faire la feignasse, et que ton dernier chapitre, ou du moins celui ou Gohan sera vaincu, tu l'appeleras "La déchance du Héros" 8-) mdr
Tic, tac, tic, tac. Vous entendez ? C'est votre vie qui s'écoule.

Vous voulez quelque chose ? Alors prenez le !

Montages Musique, Délires, etc : Warokoo
Avatar de l’utilisateur
Warokoo
 
Messages: 806
Inscription: Mar Fév 28, 2012 6:27

Re: La déchéance du Héros

Messagepar Batroux le Jeu Mars 20, 2014 8:46

Warokoo a écrit:Les derniers chapitres sont de même taille que d'habitude, c'est assez satisfaisant on reste pas trop sur sa faim ^^ (ou du moins pas trop vite :d). Un peu moins d'actions dans le futur, mais nécéssaire pour rebondir la ou tu en est j'imagines ^^.

Dans le futur il y a moins d'action, tout simplement pour trancher avec le présent. Comme je l'ai dit, faire un bond dans le temps me permettait de souffler un peu dans la rédaction, à vous aussi. Et puis c'était le genre de scènes que l'on ne voit pas trop dans cette soixantaine de chapitres. "J'avais besoin" d'en écrire un peu. ^^

Warokoo a écrit:La mafuba : c'est vrai que ce truc avait été mis de côté pendant super longtemps lol. Je vois déjà un de tes prochains chapitres : "La déchéance du Mafuba" 8-). Bref, le truc avec Piccolo et Goku est sympathique, ça rend le tout moins sombre, plus jovial ^^.

Ouais, comme le disait Desa, le Mafuba, c'est THE relique. Cela n'en reste pas une technique intéressante ;)
Comme le Genkidama réutilisé contre Buu. Je trouvais ça plus cool à utiliser qu'une invention pure et simple d'une nouvelle technique Overcheaté. J'ai déjà Overcheaté Dabra, je pouvais pas mettre un max de Ki partout. ^^
Par contre, pour le Mafuba:
Attention Spoiler!
Spoiler
Il n'y aura pas de "La Déchéance du Mafuba"
Est-ce que ça indique vraiment un Spoil ? Est-ce que Goku va le réussir ? Est-ce que Gohan va échouer ? Mmhhh vous le saurez assez vite :twisted:


Warokoo a écrit:Enfin voila, pas encore de fight donc mon com sera pas énorme non plus. Maintenant je vais juste continuer a faire ce que je fais d'habitude concernant ton histoire : attendre (enfin ça c'est la partie officielle, tu sais très bien qu'avec niic on va te faire la peau pour que tu sortes tes chapitres plus vite :twisted: (d'ailleurs y'a un mec, qui a le meme pseudo que moi, la même façon d'écrire que moi et le même avatar, et ptet même que c'est moi, qui a dit sur la fic de niic, que t'avais de la concurrence par rapport a son histoire, c'est un ouf le mec :shock:, faut lui montrer qu'il a tort la :twisted:))

J'ai vu ça en me mettant à Timeline ce week end. Il est gonflé ce Warokoo ! :P
Cependant, je ne vois pas Niic comme un concurrent ! Bien au contraire, je le vois plus comme un mentor. D'ailleurs j'en ai eu trois des mentors. San au début, Inikisha au milieu et Niic sur la fin.
Et sa fic vaut le coup d'oeil, elle est très prenante et c'est bien écrit. Du coup et d'ailleurs Dragon Ball: Timeline, si vous avez aimé et continuait d'aimer la mienne, lisez la sienne vous allez adorer ! :)

Warokoo a écrit:Voilà, voilà ^^. Rendez vous au prochain commentaire :3

Vendredi soir, peut-être :P Date de sortie du prochain chapitre.

Warokoo a écrit:P.S : Je sais très bien que tu vas faire la feignasse, et que ton dernier chapitre, ou du moins celui ou Gohan sera vaincu, tu l'appeleras "La déchance du Héros" 8-) mdr

Ah bah, depuis le temps que je veux placer ce titre... Forcément il sera placé ! :twisted: :twisted: :twisted: :twisted:

Merci Warokoo ! A toi et à ton double démoniaque ! Fis du Makaï que tu es ! :P

"Je suis méchant, et c'est bien. Je ne serais jamais gentil, et c'est pas si mal." Ralph


"Mais dès que tu craques un peu le vernis, tu réalises que le coeur du mec a percé les secrets de l'alchimie et que son coeur de plomb est en réalité en or." Niicfromlozane


Membre de la JLUS
Avatar de l’utilisateur
Batroux
 
Messages: 5619
Inscription: Jeu Mars 18, 2010 15:19
Localisation: Entre toi et le bonheur

Re: La déchéance du Héros

Messagepar Warokoo le Jeu Mars 20, 2014 14:30

Batroux a écrit:Cependant, je ne vois pas Niic comme un concurrent !


Tu as raison, tu le vois comme un tortionnaire avoue le :twisted: (ouais le truc du mentor c'est pour faire genre :d)

Hop la, petit coup de pub pour Timeline placé indirectement parce que j'en ai parlé 8-)

Je profites de ce commentaire pour placer un truc que j'avais oublié de dire. Mais cette fois je vais faire simple, en mode Scarecrow :

Spoiler
C'est un enculé Gohan.


Voilà, voilà 8-)
Tic, tac, tic, tac. Vous entendez ? C'est votre vie qui s'écoule.

Vous voulez quelque chose ? Alors prenez le !

Montages Musique, Délires, etc : Warokoo
Avatar de l’utilisateur
Warokoo
 
Messages: 806
Inscription: Mar Fév 28, 2012 6:27

Re: La déchéance du Héros

Messagepar niicfromlozane le Jeu Mars 20, 2014 14:52

Bon, j me sens un peu obligé d'intervenir :)

Cependant, je ne vois pas Niic comme un concurrent ! Bien au contraire, je le vois plus comme un mentor.


Au vu du nombre de procédés narratifs que je t'ai repiqué, je suis pas sûr que ce soit bien moi le mentor…
Ce qu'il y a de vraiment excellent avec ta fic, dans sa globalité et contrairement à l'énorme majorité de ce qu'on peut voir sur le forum, c'est que tu as expérimenté un nombre impressionnant d'angles de vues et de manière de traiter tes sujets - avec plus ou moins de bonheur, forcément, comme dans toute démarche expérimentale.
J'pense que n'importe quel fic-eur DBZ devrait la lire ne serait-ce que pour cet aspect.

Mais non, avec Batroux, j crois pas qu on puisse parler de concurrence. Ou alors dans le sens étymologique, genre "courir ensemble". D'ailleurs le concept-même de concurrence me semble assez absurde en matière d'écriture, voire d'activité artistique non lucrative de manière générale. Mais bon, comme tu ne disais certainement pas ça sérieusement… :)

(Au passage, merci pour la pub et le com', sma touché)


Sinon, je trouve que tout cet arc est encore mieux que le précédent, que ce soit au niveau du rythme, du suspens, des idées ou simplement de la suite d'événements et franchement, c'était pas gagné! Je trouvais le rythme un peu lent au début, mais maintenant qu'on commence à avoir une vue d'ensemble, c'est vraiment très bien conçu et articulé.

Ensuite, je tiens à souligner l'excellence du concept de Goku et Piccolo qui s'allient pour neutraliser Gohan.

J veux dire: Goku + Piccolo VS Gohan

Symboliquement, c'est vraiment très très fort. Et très cohérent. Deja que je trouvais l'idée du Mafuba d'une puissance et d'une cohérence assez sidérale, la voir mise en pratique ainsi c'est juste jouissif.

La partie avec Enma est bien traitée. L'intensité dramatique est assez folle.
Avatar de l’utilisateur
niicfromlozane
Voyageur du Temps
 
Messages: 5067
Inscription: Lun Avr 15, 2013 23:22
Localisation: Lôzane, Rock City, mais ailleurs dans le temps

Re: La déchéance du Héros

Messagepar Gakin le Jeu Mars 20, 2014 17:34

C'est vraiment devenu un salaud ce Gohan :twisted:
Il détruit la Terre, Namek et l'autre monde. Gohan est perdu...à jamais !

Pas mal la mise en scène pour faire sortir la Z-Sword, Piccolo a réussit.
Je pense qu'il y aura un mystic Gokû ou Piccolo, hâte de voir la libération du Rô Dai KaïoShin.

Le Mafuba ? Pourquoi pas, longtemps que cette technique n'a pas été vu et pratiqué. Elle était jetée aux oubliettes, c'était l'un de tes meilleurs chapitres. Marrante la relation Piccolo/Gokû: Ils étaient ennemis, alliés, amis et maintenant éleve/mentor.
Roshi a un rôle à jouer (depuis le temps), ça fait plaisir :)

Hâte de lire la suite ;) peut-être demain ! :lol:
Dragon Ball Renzoku --> Prochainement ...
Avatar de l’utilisateur
Gakin
 
Messages: 1034
Inscription: Ven Mars 02, 2012 13:35
Localisation: Palais de Dendé, un endroit calme et reposant

Re: La déchéance du Héros

Messagepar Batroux le Ven Mars 21, 2014 19:40

Spoiler
Warokoo a écrit:Tu as raison, tu le vois comme un tortionnaire avoue le :twisted: (ouais le truc du mentor c'est pour faire genre :d)

Un Tortionnaire au début. Il faut quand même que vous sachiez que je publie à ce rythme uniquement parce que je le peux. Si la fin n'était pas écrite, vous auriez pu avoir des trous d'un mois encore... :P
Par chance, j'ai pu tout finir comme je le voulais. Il ne me reste plus qu'à poster ;)

Warokoo a écrit:Hop la, petit coup de pub pour Timeline placé indirectement parce que j'en ai parlé 8-)

Parce que tu en as parlé, que tu m'as donné l'occasion et parce que cette fic le mérite tout simplement. Mais je reviendrai sur ce sujet dans le sujet adéquat.

Warokoo a écrit:Je profites de ce commentaire pour placer un truc que j'avais oublié de dire. Mais cette fois je vais faire simple, en mode Scarecrow :

C'est un enculé Gohan.

Voilà, voilà 8-)

C'est ce qui fait son charme de petit adolescent :)

niicfromlozane a écrit:Au vu du nombre de procédés narratifs que je t'ai repiqué, je suis pas sûr que ce soit bien moi le mentor…
Ce qu'il y a de vraiment excellent avec ta fic, dans sa globalité et contrairement à l'énorme majorité de ce qu'on peut voir sur le forum, c'est que tu as expérimenté un nombre impressionnant d'angles de vues et de manière de traiter tes sujets - avec plus ou moins de bonheur, forcément, comme dans toute démarche expérimentale.
J'pense que n'importe quel fic-eur DBZ devrait la lire ne serait-ce que pour cet aspect.

Ah beh ça... Merci ! Merci beaucoup même.

niicfromlozane a écrit:Mais non, avec Batroux, j crois pas qu on puisse parler de concurrence. Ou alors dans le sens étymologique, genre "courir ensemble". D'ailleurs le concept-même de concurrence me semble assez absurde en matière d'écriture, voire d'activité artistique non lucrative de manière générale. Mais bon, comme tu ne disais certainement pas ça sérieusement… :)

Pour le "concurrent", j'ai pris ça un peu pour "adversaire". Et enfin, de mon côté et je pense que du côté de Niic aussi, il n'y a pas de notions d'adversités, bien au contraire.
Pour la notion de mentor, pour moi, c'est quelqu'un qui m'apprend, m'a appris ou m'aide et m'a aidé. Ce que tu as fait.
Tu m'as mis un coup de pied au cul, tu m'as remonté le moral, t'as aimé mon histoire et tu t'es investi dedans. Comme San et Inikisha l'ont fait avant toi. ;)

niicfromlozane a écrit:Sinon, je trouve que tout cet arc est encore mieux que le précédent, que ce soit au niveau du rythme, du suspens, des idées ou simplement de la suite d'événements et franchement, c'était pas gagné! Je trouvais le rythme un peu lent au début, mais maintenant qu'on commence à avoir une vue d'ensemble, c'est vraiment très bien conçu et articulé.

Qu'est-ce que je n'ai pas arrêté de dire quand tu te plaignais du rythme ?
"Tout vient à point à qui sait attendre" "Patience est mère de sûreté" et d'autres sûrement.
En tout cas merci.
En fait pour la rédaction de cet arc, j'ai surtout suivi vos conseils et commentaires positifs sur les trois derniers chapitres, de l'Arc précédent: Prendre son temps, bien décrire = Impact X100.
Sauf qu'au lieu de l'appliquer à deux trois chapitres, je l'ai appliqué à tout un arc.

niicfromlozane a écrit:Ensuite, je tiens à souligner l'excellence du concept de Goku et Piccolo qui s'allient pour neutraliser Gohan.

J veux dire: Goku + Piccolo VS Gohan

Symboliquement, c'est vraiment très très fort. Et très cohérent. Deja que je trouvais l'idée du Mafuba d'une puissance et d'une cohérence assez sidérale, la voir mise en pratique ainsi c'est juste jouissif.


La partie Z commence comme ça et je me disais que faire ce rapprochement vers la fin de ma fic, ne serait pas anodin.
Après tout, tout au long de la fic, j'ai essayé de montrer un Piccolo, fort, plein d'assurance, qui pouvait s'illustrer par le dialogue et qui pouvait chuter aussi.
Comme Goku, pendant tout le manga il est montré comme un héros au coeur pur. Un héros qui n'avait pas à se soucier des conséquences. Le prendre à contre-emploi, et lui faire vivre des choses "nouvelles", le faire réagir, selon mes interprétations, c'était vraiment chouette.

Et si l'on réunit les deux, cela donne des moments forts ou des moments que j'ai voulu rendre forts. Les faire se connaître mieux que quiconque, un regard suffisant à comprendre la pensée de l'autre. Réunis toujours autour de Gohan, comme durant le Cell-Game où Piccolo montre qu'il connait mieux Gohan que son propre père. Je voulais vraiment faire ce genre de relation entre le sayien et le Namek. Un truc centré sur le fils, parce que c'est finalement Gohan qui les a réunit.

niicfromlozane a écrit:La partie avec Enma est bien traitée. L'intensité dramatique est assez folle.

Et bien Merci beaucoup, Niic !

Gakin a écrit:C'est vraiment devenu un salaud ce Gohan :twisted:
Il détruit la Terre, Namek et l'autre monde. Gohan est perdu...à jamais !

Le plus qui m'a choqué quand je me suis relu, c'était le fait qu'au delà qu'il devienne une grosse enflure, le gosse. Il parvient à ses fins. Il vient sur Terre, Il repart en la détruisant. Il envoie Scarecrow sur Namek, il détruit l'unique opposant de son camps et Namek. Il arrive dans le Royaume des morts, il parvient à le détruire.
Je n'ai pas voulu tomber dans le cliché du "Je suis fort, beaucoup trop fort pour eux mais je vais envoyer les sous-mains."
Non, Gohan a un but, il y va jusqu'au bout, lui même.

Gakin a écrit:Pas mal la mise en scène pour faire sortir la Z-Sword, Piccolo a réussit.

Pareil, je voulais lui donner du rôle mais pas n'importe lequel. C'est Piccolo quoi. ^^

Gakin a écrit:Le Mafuba ? Pourquoi pas, longtemps que cette technique n'a pas été vu et pratiqué. Elle était jetée aux oubliettes, c'était l'un de tes meilleurs chapitres.

Je suis un nostalgique. Et puis j'ai passé un Bac éco: "Rien ne se perd, tout se transforme." nous disait souvent notre prof.
Et bien merci ^^

Gakin a écrit:Marrante la relation Piccolo/Gokû: Ils étaient ennemis, alliés, amis et maintenant éleve/mentor.

Je trouvais ça fun et amusant à faire et à écrire et puis ça faisait un moment que j'avais envie de l'écrire !

Gakin a écrit:Roshi a un rôle à jouer (depuis le temps), ça fait plaisir :)

Pareil que pour Piccolo ou les terriens en général. Je voulais leur donner du rôle, pas n'importe lequel non plus. Je voulais pas faire des terriens over-cheatés, juste des terriens capables de survivre, de montrer leur savoir, et ptete même de faire la différence (le plan de l'exode, Krillin qui blesse Dabra avec son Kienzan. Chaozu qui défonce Babidi, ou Roshi qui propose le Mafuba.)


Gakin a écrit:Hâte de lire la suite ;) peut-être demain ! :lol:

Demain soir, entre 18h30 et 19h30. Sauf si j'ai un imprévu comme soirée pizza chez les potes ! :P

Merci en tout cas !


Et voici le Nouveau Chapitre, comme promis ! Bonne Lecture !

Chapitre 61: La Déchéance du Héros – Partie 1

Le KaioShinKaï avait été le terrain d'un entraînement acharné. Il avait aussi été le théâtre de morts. Il deviendrait par la suite un monde de deuil.
Ce ciel rosé s'éteignait tandis que les heures passaient rapidement, comme une nuit noire. Rien dans ce ciel ne laissait présager de la suite des événements. Les plus pessimistes pensaient bien évidemment au pire et les plus optimistes se raccrochaient à ce qu'ils pouvaient pour ne pas sombrer dans un abyssal désespoir.
La mort avait frappé de trop nombreuses fois et si jamais Goku échouait, elle frapperait une dernière fois, peut-être comme une délivrance. Avec de la chance.

Combien de fois avaient-ils échappé à la mort, les uns et les autres ? Combien de fois avaient-ils franchi le bureau du Poste-frontière dans un sens, puis dans un autre ?

Si en ce jour, ils venaient à périr, il n'y aurait pas de retours possibles, il n'y aurait qu'un aller. Un voyage unique vers le monde du Makaï, vers le véritable enfer.
Le poids de leur vies se tenait lourdement sur les épaules du sayien, encore une fois. Le destin de l'univers, lui-même, s'était accroché sur la musculature du sayien. Il ne pouvait que réussir, il se devait de réussir, c'était la seule solution possible et imaginable, sinon à quoi bon avoir survécu durant toutes ces années à ces attaques incessantes de monstres plus forts les uns que les autres. Sinon, à quoi auraient servi ces multiples sacrifices...

Ce ciel rose se voyait maintenant recouvert dans son intégralité par le spectre de la mort. Une mort imminente et probablement douloureuse. Au fin fond de l'univers se jouerait le destin de celui-ci.

Personne ne le dit à Goku. Il devait l'avoir compris lui-même et il l'avait compris.
En ce jour, rien n'avait plus la même saveur. Autrefois, il aurait été excité à l'idée de mener un tel combat, face à un être extrêmement plus puissant mais c'était autrefois.
Il partit, non pas à contre cœur, mais chargé de la responsabilité qui lui incombait. Celle de mettre un terme à un règne, à ce règne qui détruirait probablement toute trace de vie. Il fallait qu'il exorcise ses démons qui le rongeaient et qui avaient tant enlevé à chacun d'entre eux. Il devait corriger une erreur, il devait le faire parce que cette erreur était son fils.

Gohan était devenu tout ce qu'il avait combattu jusque là. La chose ne serait pas facile à exécuter. Le dernier acte d'une tragédie grecque où un père mettait tout en œuvre pour sauver un fils de la folie.
Un sacrifice dramatique pour sauver des milliards de vie, voilà ce qu'il devait faire. Goku fit une promesse à Chichi qu'il ne pouvait sciemment pas tenir. Cela lui arrachait le cœur mais il ne pouvait en être autrement, il ne pouvait rien faire d'autre. Il se le jura, ce serait la dernière fois que l'univers et que les autres passeraient avant sa famille.

Une fois que toute cette histoire serait fini, il se consacrerait à son fils, à son cadet. Il ne ferait plus les mêmes erreurs. Il deviendrait un père exemplaire, il se montrerait à la hauteur de ce que Chichi attendait de lui. Il le ferait pour lui, pour elle et pour leur fils. Il ferait tout pour prendre soin de son beau-père qui avait autant subi que sa fille, si ce n'est même plus. Guymao était un homme bon, il était de ces personnes qui reflétaient tout ce que l'humanité avait de meilleure.

Le mal était déjà fait, il avait été fait à de nombreuses reprises, il avait toujours encaissé, sans jamais se plaindre, sans jamais en parler, à qui que ce soit. Le vieil homme méritait lui-aussi une pause.
Goku avait toujours pensé aux autres et à lui avant de penser à eux. Cela allait définitivement changer. Son égoïsme mélangé à son héroïsme avaient fait bien trop de dégâts, irréparables.

Il serait un héros encore une fois, une dernière fois et alors il redeviendrait un terrien. Il ne serait plus Goku le super sayien, non, il redeviendrait Goku le terrien.

Presque tout le monde s'était endormi dans cette vallée verdoyante. Piccolo méditait et Goku pensait à toutes ces choses. Il pensait à tous ses souvenirs qui enivraient son esprit. A cette première rencontre avec Bulma.
Que se serait-il passé, s'ils ne s'étaient pas tombés dessus ce fameux jour ?
Au delà des questionnements les moments joyeux, heureux, qui le remplissaient de fierté et le rendaient nostalgique vinrent à lui. Ils arrivèrent rapidement comme pour le pousser vers une forme de sérénité.

Il se revoyait partir courtiser des demoiselles pour Muten Roshi, avec Krillin accroché dans son dos. Ah, Lunch... Une femme compliquée...
-Je suis désolé Lunch...

Il ressentait encore une fois cet état d'excitation lors de son premier championnat d'arts-martiaux, après avoir passer les phases éliminatoires et après s'être retrouvé face à ce vieil homme
-Comment il s'appelait déjà ? Ah Oui, Jacky Chun...
Il l'avait complètement battu. Qu'est-ce que ce vieil homme était devenu ? Avait-il subi le même sort que la Terre, où s'était-il éteint avant ? Jamais il n'aurait la réponse. Pourtant ce vieil homme était réellement fort. Il s'était montré encore plus grandiose face à Ten Shin Han.

Ten Shin Han avait été un adversaire redoutable mais aussi un fidèle allié. Quelle chance avait-il eu d'avoir pu faire sa rencontre. Ces techniques ahurissantes qu'il avait montré lors de leur combat...

Krillin, son plus vieil ami n'avait pas démérité lors de ce championnat. Ce match resta l'un des plus amusants que Goku ait fait. Ils n'étaient pas partis du bon pied mais finalement, finalement...
-Krillin... Mon meilleur ami...

« Je vais me battre pour vous, pour vous tous. Je vais donner le meilleur que je puisse vous offrir dans ce combat mais mes amis, ce sera le dernier. J'espère que vous comprendrez... »

Goku se releva. Il était maintenant assis en tailleur. Il s'appuya sur un bras pour se relever et finit par être debout. Il entendit alors une voix, un murmure.
-Je sais ce que tu en penses mais je vais venir avec toi. Lança calmement Piccolo.

Goku leva un sourcil et se mit à sourire délicatement. Piccolo fut surpris. Il revoyait ce Goku qu'il n'avait pas vu depuis maintenant un très long moment.
-Non, Piccolo, ta place est ici maintenant, avec eux.
-Goku ! Il faut mettre toutes les chances de notre côté !
-Tu m'as dit tout à l'heure que je maîtrisais parfaitement le Mafuba. Toutes les chances sont de notre côté. Tu n'as pas à m'accompagner.
-Je sais, mais...
-Ne t'inquiète pas Piccolo. Je vais réussir. Nous avons toujours réussi, toujours. Il n'y a pas de raisons que l'on échoue aujourd'hui.
-Goku, est-ce que ça va ?

Le sayien disparut des yeux du Namek. Il se retrouva derrière lui et comme lui avait fait Piccolo chez Enma, Goku le frappa d'une manchette ravageuse dans la nuque. Piccolo perdit connaissance instantanément. Goku le rattrapa délicatement avant de l'allonger au sol. Il resta un genoux à terre à côté de l'ancien démon. Le regard comme le visage du sayien se changèrent.

« -Tu en as assez fait Piccolo. Et je voulais te remercier pour tout ce que tu as fait. Je ne sais pas trop par quoi commencer, tu... Tu...
Tu as pris mes responsabilités vis à vis de Gohan. Tu as été le père que je n'ai jamais su être. Tu as été capable de changer à son contact, chose que j'ai toujours été incapable de faire. Tu as su te sacrifier deux fois pour lui. Et tu n'as jamais exprimé un quelconque regret, je ne sais pas si j'en aurais été capable...
Je le pense sincèrement, tu en as assez fait.

Aujourd'hui, maintenant, c'est mon tour d'agir en tant que père. « Agir en tant que père », je ne sais même pas ce que cela signifie. Je ne sais même pas si je vais y arriver, je ne sais même pas si j'ai envie d'y arriver... J'ai plus l'impression de devenir encore une fois, le futur bourreau de mon fils.
Est-ce que j'arriverais à vivre en sachant mon fils enfermé dans une bouteille ? Est-ce que je dois continuer de vivre ? Est-ce que je dois élever Goten, alors que j'aurais enfermé son frère pour l'éternité ? Je ne sais pas. Je verrai et j'aviserai. Si je réussis.

Pour l'instant, il faut que tu le saches Piccolo, tu as rempli ton rôle à merveille. Pendant longtemps, j'ai l'impression que je t'en ai voulu mais en réalité, ce n'était pas à toi que j'en voulais, non, c'était à moi. Je n'avais pas réussi le millième de ce que tu étais parvenu à faire. Tu étais le démon et j'étais le père au cœur pur, et pourtant... et pourtant...

Aujourd'hui, j'en ai conscience, à l'époque non. Comment puis-je être admiré par tous et renié par mon fils ? Qu'est-ce que j'ai raté ?
J'espère trouver les réponses aujourd'hui, sinon... Et bien je ne sais pas... Mais il faut que je le fasse... Oui, il faut que je le fasse.
Si jamais j'échoue, tu pourras toujours tenter ta chance. J'espère que tu n'auras pas à le faire. J'espère que je réussirais parce que c'est ma responsabilité, c'est à moi de porter ce fardeau.
Piccolo, je voulais vraiment... je voulais te... Je... Je...
Merci, Piccolo. » 

Goku se releva, l'air à la fois triste et définitivement déterminé. C'était le moment. Ce moment qu'il redoutait le plus. Il savait que le namek tenterait de l'accompagner, il savait que Piccolo se retrouverait inconscient.
C'était comme ça et pas autrement dans la tête du sayien.
Vegeta avait tenté de prendre les devants et il en était mort. Chichi avait, elle aussi, essayé et elle en était morte. Cela n'avait que trop duré, Goku ne pouvait rester caché éternellement, il le savait. C'était avec cette indicible peur qu'il remonta deux doigts sur son front tout en fermant les yeux.

A une dizaine de mètres de lui, Roshi s'était relevé. Goku tourna la tête légèrement. Roshi enleva ses lunettes. Ils se regardèrent quelque secondes. Le maître avait une mine grave tandis que le visage de Goku était maquillé d'un fond d'amertume.
Le maître des tortues changea de regard, il se voulait réconfortant et encourageant. Par pensées, il dit ceci à son meilleur élève, à ce fils à queue de singe :
-Je suis fier de toi, Goku, ne l'oublie jamais. Nous sommes tous fiers de toi et nous serons toujours là pour toi.
Goku ne répondit pas, il ferma lourdement les yeux avant de les rouvrir et il disparut.

Le Makaï, la dernière fois que Goku était venu dans ce monde, il avait bien failli ne pas pouvoir repartir. Le temps avait cet aspect vicieux qui donnait l'impression au sayien que cela faisait des années qu'il n'était pas venu, alors qu'en réalité cela ne faisait que quelques jours. Une poignée de jours considérablement longs et éprouvants.

Il y était.

Le dernier combat de sa vie était maintenant engagé et en cas de réussite durerait jusqu'à la fin de celle-ci.
En foulant le sol de ses pieds, il savait qu'il ne tarderait pas à arriver. Il savait que son fils n'attendait que ce moment.
Il était impossible de le repérer puisque son ki recouvrait la totalité de ce monde alors Goku attendit.

Gohan ne s'attendait sûrement pas à ce que son père vienne dans le Makaï quand il sentit ces particules de ki à la fois si fortes et si familières.
C'était ce que trahissait son regard quand il sentit cette force et qu'il la considéra comme celle de son père. Un léger frémissement puis une lente et douce euphorie s'empara de l'enfant. Cela le rendit joyeux comme tout. L'équilibre universel était pour ainsi dire, totalement renversé. Il ne devait rester au pire qu'une grosse heure et il pourrait accéder au KaioshinKai, il pourrait éliminer Dendé et tous les autres. Mais l'heure n'était pas aux prévisions mais bel et bien à l'instant présent.
Goku était là.

Goku ne se serait pas téléporté dans le Makaï sans un plan, ou alors il l'aurait fait plus tôt. Il avait dû voir Vegeta se faire exploser avec pour unique conséquence : sa mort. Et Vegeta était plus fort que Goku.
Son père marchait peut-être à l'impulsion quand il s'agissait de vengeance pure et dure mais là, cela devait être autre chose. Gohan en avait l'intime conviction. Une dernière tentative de sauvetage, peut-être...

Rien ne servait de réfléchir dans le vent, son père était là, il fallait juste aller lui demander.

Gohan fit exploser une aura monstrueuse tout en restant dans sa forme originelle et il s'envola rapidement.

La terre trembla sous les pieds de Goku. Il ne fallait pas être un expert du Makaï pour comprendre que quelque chose se passait.
Goku n'était pas serein, il avait eu ce petit moment de frayeur avant de se téléporter mais il avait été éphémère. Il était là, parce qu'il devait être là. Il se tenait droit et digne. Il attendit quelques secondes et quelque chose apparut au loin.
Son fils.

Gohan se posa avec une extrême vélocité à quelques mètres de son père. Quand ses pieds heurtèrent le sol, une violente poussière se dégagea. Toute une aura crépitait autour de lui. Sa vitesse était vraiment ahurissante.
Goku ne bougea pas d'un millimètre. Il avait ce regard effroyablement dur, avec un zeste de dégoût quand il vit cette nouvelle incarnation de son fils sortir de ces amas de poussières.

Les deux êtres se firent face, en silence. Deux générations de sayiens face à face, un père face à son fils. Les échecs d'un père qui faisaient face à la rage que ceux-ci avaient fini par faire exploser et donnaient cette macabre situation.


Ils n'avaient nullement besoin de se parler. Tous les deux savaient autour de quoi tourneraient la conversation. Les reproches, la culpabilité, la responsabilité des actes de chacun d'eux. Il était inutile d'en discuter, complètement inutile.
Pourtant, d'une certaine manière Goku aurait aimé mettre son fils face à l'ampleur des dommages collatéraux qu'il avait provoqué. Il aurait voulu l'attraper et le coller au sol, le maintenir au sol et lui hurler dessus :
-Tout ce que tu as fait ! Toutes ces vies que tu as prises sur Terre ! Pourquoi ?! Pourquoi n'as tu pas sauvé ta mère ? Pourquoi ?!

Mais le père n'était pas prêt à entendre les reproches de son fils. Il n'était pas prêt à entendre ses réponses. Comment aurait-il pu l'être ? Comment aurait-il pu entendre et comprendre...
-Et toi, Papa ? Qu'as-tu fais pour la sauver ? Qu'as tu fais pour me sauver ?

Dans l'esprit de Goku, la suite n'aurait été que plus dramatique. Un combat s'en serait suivi, un combat qu'il aurait perdu. Un duel dans lequel il aurait pu attaquer de toutes ses forces en essayant de frapper pour blesser ou juste tuer pour se sauver mais il savait qu'il n'aurait pas réussi.

S'ouvrir à son fils, à ce moment là, c'était comme abdiquer face au mal. C'était poser un genoux à terre et attendre que le tranchant d'une lame vienne faucher sa tête. Et il ne pouvait pas se résoudre à mourir. Non, il ne le pouvait pas. Il y avait tant de mondes derrière lui qu'il devait encore protéger, une dernière, une ultime fois.

Il avait fait des choix, il avait pris des décisions qui l'avaient mené ici, en ce jour. Il ne pouvait plus rien y faire, juste assumer ses choix et en accepter les conséquences. C'était bien sûr plus facile à dire qu'à faire. Il était toujours rongé par ce qu'il devait faire.
L'acte en lui-même ne l'effrayait pas. C'était une technique comme une autre mais ce qui en découlait, ce avec quoi il devrait vivre, si cela marchait, c'était ça qui le terrorisait.
Il ne pouvait se résoudre à repartir et laisser son fils maître de sa destinée. Il ne pouvait pas à l'instar de Krillin qui l'avait fait pour C-18, laisser vivre Gohan. Il y avait trop d'enjeux, il y avait trop de risques, non seulement pour lui, pour ses amis, pour son autre fils et pour l'univers tout entier.
C'était ça : Sacrifier son fils pour l'univers.

C'était tout ce qu'il avait fait depuis la naissance de Gohan. Il avait sacrifié son fils au profit de combats toujours plus acharnés, toujours plus dangereux face à des adversaires redoublant de sadisme.

Gohan restait comme son père, debout sans bouger. Ses lèvres se remontèrent un peu sur un côté. L'enfant souriait. Ce n'était pas du contentement, cela s'apparentait plus à de l'agacement, un étrange agacement comme si la seule présence de son père dans son nouveau monde aurait pu suffire à tout faire exploser. Pourtant, il ne devait pas ressentir ce genre de choses, il ne devait plus les ressentir.
Il y avait tout de même ce malaise entre les deux individus. Il y avait comme une barrière invisible qui prenait place entre eux d'eux et qui les empêchait de... qui les empêchait tout simplement de ressentir les sentiments qu'un père et son fils devraient ressentir en se voyant. Il y avait cette immense fissure entre les deux êtres que rien ni personne ne pourraient combler.

Gohan aurait aimé attrapé son père par la gorge et le levait à plusieurs mètres du sol. Il aurait aimé sentir le flux sanguin de son père venir frapper contre ses doigts, ceux-là même qui obstrueraient méticuleusement la veine jugulaire. Il aurait aimé voir le regard, ce regard si froid, si déterminé petit à petit s'éteindre, s'éteindre comme... comme sa propre vie s'était éteinte le jour du Cell-Game. Le jour où son père l'avait envoyé à la mort, comptant sur une énième colère divine, miraculeuse, pour que la Terre soit sauvée.
Oh, ils l'avaient sauvé !
Mais à quel prix ?
Le prix de l'enfance, le prix d'une vie, de sa vie !

Peut-être qu'en réalité, c'était ça son destin. Peut-être que cette immense force qui n'avait de cesse d'étonner les ennemis comme les alliés, devait se retrouver au service d'une cause, d'une grande cause, la plus importante de tout l'univers.
Il avait combattu des monstres comme Freezer et son armée, comme Cooler, comme Vegeta, comme Cell, comme Babidi. Ils avaient tous ce point commun et son père était comme eux. Ils étaient tous des tyrans en puissance, des dictateurs de la force. Ils se cachaient derrière des buts, des objectifs à atteindre mais ils étaient tous de la même trempe ! La seule différence notable avec son père, c'est qu'eux s'affichaient bel et bien comme des tyrans, comme des dictateurs. Son père n'avait pas le courage de se définir comme tel, et pourtant il l'était.

A se croire tout puissant, à se prendre pour le meilleur, ils essayaient de régir l'univers à leur images, à leur modèles. Mais aujourd'hui, tout changerait. Leur dicta de la force appartenait dorénavant au passé.
Gohan avait pris ce monopole et il l'engagerait au service de l'univers. Il punirait ces engeances, comme son père, comme les démons du froid, comme les cyborgs de Géro. Il appliquerait une justice implacable et irrévocable.

Le Makaï s’élèverait vers des sphères jamais atteintes et toute cette foutue hypocrisie, celle-là même organisée par les Kaio Shins, tout disparaîtrait, absolument tout ! Ne resterait que les cendres d'un univers à reconstruire.

Ce qu'il aurait apprécié de tenir ce discours à son père. Juste lui débiter les paroles. Qu'il acquiesce ou non, cela lui importait peu, il voulait juste qu'il entende et qu'il comprenne. Aujourd'hui et maintenant, il en avait la certitude face à ce père indigne. S'il voulait mener son plan jusqu'à son terme, il devait tuer son père. Il devait lui arracher le cœur et brûler son cadavre. Il devait le faire disparaître. Il avait eu ce doute mais aujourd'hui, c'était devenu une certitude : tuer Goku revenait à contrôler l'univers.

Ils continuèrent de se scruter l'un l'autre sans se lâcher du regard. Gohan se décida le premier :
-Pourquoi es-tu venu ? Demanda-t-il.

Gohan attendait une réponse mais Goku ne répondit pas à la question, il restait muet et immobile face à son fils.

Goku ne laissait rien transparaître. Aucune émotion n'apparaissait sur son visage mis à part ce profond dégoût que lui inspirait la vision de son fils. Il était tout l'inverse de son épouse quand celle-ci vint rencontrer Gohan sur Terre. Il y avait ce malaise entre lui et son fils comme si finalement Goku créait lui-même cette barrière invisible entre eux deux.

S'il avait eu jusqu'à présent de nombreux doutes, Goku n'en avait plus. Il y avait devant lui une abomination. Il y avait un monstre qui expirait la mort à chaque mouvement de poitrine. Il avait certes l'enveloppe charnelle de l'enfant qu'il aimait tant, mais tout le reste, tout ce qu'il dégageait, ce regard à la fois vide de vie et empli de perversions, il n'y avait rien d'autre que la source du mal.
C'était ça qui se dressait en face de lui, les définitions de plusieurs mots : la souffrance, la désolation, la mort. Il fallait coûte que coûte y mettre un terme.
Il n'avait même plus besoin de réfléchir pour savoir ce qu'il devait faire.
S'il avait encore cet intime espoir que son fils pourrait être sauvé, il venait en l'espace de quelques secondes de le tuer et d'en faire le deuil.

-Tu es venu pour me sermonner ? Insista Gohan.
-Non. Répondit Goku avec un léger filet d'amertume. J'ai pris conscience que je ne pourrais plus te sauver.

Gohan marqua un léger temps d'arrêt. La réponse était claire et nette.
-Tu es donc venu me tuer ?
-Je ne peux pas te tuer. Répondit Goku.
-Alors quoi ?! Pourquoi es-tu là ?
-Parce qu'il fallait que je vienne. Il fallait que je vois ce que mon fils était devenu. Que j'en sois sûr.
-Et tu es satisfait ?
-En quelques sortes.
-Explique-toi, Papa.
-Mon fils est mort...

Gohan posa un nouveau regard sur son père.
Il n'était pas comme d'habitude. Cela, il s'y attendait mais quelque chose le gênait profondément.
Leur dernière rencontre, lors de son avènement, avait laissé un profond désespoir dans le cœur de son père. Aujourd'hui, le désespoir l'avait quitté, il avait été remplacé par autre chose. Il n'était clairement pas serein mais il y avait ce petit quelque chose dans le regard, un truc qui aurait pu paraître insignifiant. Ce n'était pas une étincelle d'espoir, c'était quelque chose qu'il n'avait jamais vu, qu'il n'aurait jamais pu soupçonner dans les yeux de son père. Ces paroles « Mon fils est mort ». Cela n'était pas lui, cela n'était pas le père qu'il connaissait.
-...Il est mort le jour où j'ai pu sauver son frère, où on a pu ressusciter sa mère. Son Gohan est mort. Tu n'es pas lui ! Tu ne peux pas être lui !

Son visage changea encore. Il n'était plus celui d'un père venu donner une leçon à son fils, non, ce regard, c'était celui de Goku le terrien, le sayien qui avait été envoyé sur Terre pour la détruire. Le sayien élevé par un simple homme, expert en arts-martiaux : Son Gohan premier du nom.
C'était le regard de l'homme réputé au cœur pur qui se battait pour protéger sa famille, ses amis, sa planète, son univers. C'était celui de Son Goku le sayien élevé sur Terre.

Les pupilles noires qui reflétaient une détermination sans faille se changèrent en bleu azur, renforçant ce sentiment de force et malgré la réalité, d'homme le plus fort de l'univers. Les cheveux noirs commencèrent à se redresser rapidement tout en changeant de couleurs.
Ce blond caractéristique, cette couleur qui fit trembler Freezer de terreur quand il comprit qu'il avait le super sayien de la légende devant lui.

Cela laissa l'enfant songeur et perplexe sans pour autant qu'il s'en inquiète. De toutes façons, rien ne pouvait plus l'inquiéter d'une quelconque manière. Il avait atteint des sommets de puissance que son père n'aurait jamais pu rêver. Rien dans l'univers ne pourrait jamais l'atteindre. Du moins, il le pensait.

Goku hurla de rage. Il exprima toute son amertume en un puissant rugissement. Un cri qui se rapprochait de cette monstruosité qu'était l'Oozaru. Ses cheveux ainsi que ses habits virevoltaient aux mêmes battements que ceux de son aura. Ses réserves de ki étaient pleines et il les utilisa dans leur intégralité. Appelant toutes les forces qui étaient en lui, implorant ses forces cachées de se manifester.
Son aura grandissait pendant de longues secondes. Son niveau avait enfin atteint son paroxysme.
Toujours armé de son regard destructeur et ravageur, il continuait de percer cette enveloppe corporelle censée être son fils. Il sortit de derrière sa ceinture une petite bouteille en verre. Il dévissa le bouchon et posa l'ensemble sur une roche à ses côtés.

Gohan souriait. Il attendait ce moment avec impatience, combattre son père, le pousser au désespoir le plus total. Il le détruirait, il l'attaquerait à mains nues pour sentir les os se briser sous la fureur de ses poings. Il finirait par son visage, il finirait par lui exploser ce visage, ce symbole de la liberté, ce symbole de la puissance, ce symbole de vertus, ce symbole de père abominable.
Et quand il serait à son dernier souffle de vie, il prendrait la peine de regarder ce à quoi ressemble un cœur pur en l'arrachant de sa poitrine.

"Je suis méchant, et c'est bien. Je ne serais jamais gentil, et c'est pas si mal." Ralph


"Mais dès que tu craques un peu le vernis, tu réalises que le coeur du mec a percé les secrets de l'alchimie et que son coeur de plomb est en réalité en or." Niicfromlozane


Membre de la JLUS
Avatar de l’utilisateur
Batroux
 
Messages: 5619
Inscription: Jeu Mars 18, 2010 15:19
Localisation: Entre toi et le bonheur

Re: La déchéance du Héros

Messagepar Black_Mass_Priest le Sam Mars 22, 2014 20:48

Le héros est un des deux, mais lequel ?

En tout cas, bon chapitre de transition car la suite nous met dans la fin, donc.

More the things change, more things are the same Image

Bientôt, soit le désordre sera maitre, soit il n'y aura plus de liberté pour personne.
"Tu vois, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé, et ceux qui creusent. Toi, tu creuses." ( le bon, la brute et le truand )

Voici ma fic sur Broly : viewtopic.php?f=42&t=5769&start=75#p170875
Avatar de l’utilisateur
Black_Mass_Priest
 
Messages: 516
Inscription: Jeu Août 11, 2011 18:14
Localisation: In a Cold and Nameless Grave

Re: La déchéance du Héros

Messagepar desa le Dim Mars 23, 2014 0:45

Je me disait bien que le nom "La déchéance du Héros" devait revenir a Goku. Je vois Goku mourir en essayant de réussir le Mafuba a tout prix et Gohan recevoir une belle frayeur(Un peu comme Kame Sennin et Piccolo). En tout cas le petit a franchement dépassé les bornes en détruisant l'autre monde. Mais bon au moins ça s'excuse par le fait qu'il compte donner le monde au démon et que s'il réussit tout mort se retrouve transformé en démon. Mais ça fait quand même des centaines de milliards de mort(ceux qui étaient déjà mort) et pas mal de torturés(ceux qui vont se retrouvés au cimetière).

Content que Goku soit enfin décider a se débarrasser de Gohan et qu'il est compris que ce n’était plus son fils mais un dangereux fou fanatique. J'aime aussi le fait qu'il mettre Piccolo a terre pour assumer ses responsabilités. Si Goku rate le mafuba comme je le crois Gohan en profitera surement pour foutre des coups de bien bien sentis au corps mourant ou mort du paternel.
Avatar de l’utilisateur
desa
 
Messages: 1306
Inscription: Ven Mars 19, 2010 2:51
Localisation: Va voir ailleurs j'y serai

Re: La déchéance du Héros

Messagepar Batroux le Lun Mars 24, 2014 20:10

Spoiler
Black_Mass_Priest a écrit:Le héros est un des deux, mais lequel ?

En tout cas, bon chapitre de transition car la suite nous met dans la fin, donc.

More the things change, more things are the same Image

Bientôt, soit le désordre sera maitre, soit il n'y aura plus de liberté pour personne.


Oh Yeah ! Snake Plissken !
Trop la classe ! Je m'attendais pas à le voir ici ! Ça fait plaisir !

desa a écrit:Je me disait bien que le nom "La déchéance du Héros" devait revenir a Goku. Je vois Goku mourir en essayant de réussir le Mafuba a tout prix et Gohan recevoir une belle frayeur(Un peu comme Kame Sennin et Piccolo). En tout cas le petit a franchement dépassé les bornes en détruisant l'autre monde. Mais bon au moins ça s'excuse par le fait qu'il compte donner le monde au démon et que s'il réussit tout mort se retrouve transformé en démon. Mais ça fait quand même des centaines de milliards de mort(ceux qui étaient déjà mort) et pas mal de torturés(ceux qui vont se retrouvés au cimetière).

La réponse arrivera bientôt !
Pour le royaume des morts, c'est exactement ça ! Et oui ça fait pas mal de monde ! Un univers entier rempli de démons !

desa a écrit:Content que Goku soit enfin décider a se débarrasser de Gohan et qu'il est compris que ce n’était plus son fils mais un dangereux fou fanatique. J'aime aussi le fait qu'il mettre Piccolo a terre pour assumer ses responsabilités. Si Goku rate le mafuba comme je le crois Gohan en profitera surement pour foutre des coups de bien bien sentis au corps mourant ou mort du paternel.

J'allais pas faire un Goku lâche sur la fin. Il a déjà bien été durant toute la fic ! :P
Il agit en héros, en père. Et il était temps ;)


Voici le nouveau chapitre ! Bonne Lecture !

Chapitre 62: La Déchéance du Héros - Partie 2

L'énergie dégagée par Goku était conséquente mais à des années lumières de pouvoir inquiéter le seigneur du Makaï. Goku le savait bien, il l'avait bien compris. Rien au monde, rien dans l'univers ne pourrait vaincre cet ersatz de fils. Rien ne pourrait combattre sur un pied d'égalité l'actuel seigneur du Makaï. Il fallait ruser, il fallait se montrer plus intelligent que le nouveau roi des démons.

Gohan attendait sereinement que son père passe à l'attaque. Il allait lui montrer que son fils n'était pas mort. Il attendait la première offensive. Comme pour Vegeta, il allait montré à quels points tous les coups que pourrait lui porter son père seraient dérisoires. Mais son père ne bougea pas, il ne fit aucun mouvement.

Le front du sayien se plissa, ses sourcils se froncèrent. Son regard était toujours extrêmement ferme, il aurait été facile de mettre ça sur le compte de la transformation en super sayien mais il n'en était rien.
Son regard exaltait de détermination, rien ne pourrait l'empêcher d'attaquer et d'exécuter parfaitement son attaque. Rien ne pourrait le contraindre à abandonner ses amis et sa famille au KaioShinKai.
Goku était maintenant persuadé que l'être en face de lui n'était plus son fils. Il s'était convaincu que son fils était mort le jour où ils avaient réussi à sauver Trunks et Goten du Makaï.
Même si son fils lui vouait une haine viscérale, même si en tant que père, et il le reconnaissait lui même, il n'avait pas été le meilleur, même s'il avait été le pire. Son fils n'aurait pas pu faire un dixième de ce que cette entité avait fait.

Il leva ses bras et ouvrit ses mains en face de lui, toujours avec ce front tombant sur les sourcils. Ses muscles reluisaient de puissance et donnaient une autre forme à ses vêtements.
Une étrange énergie verte se mit à parcourir ses mains. Elle partit de la paume pour entourer d'une vive aura les doigts, les avant-bras, les muscles saillants et tout le corps du sayien.

Gohan regarda son père bouger ses bras, avec un sourire moqueur. Une vantardise à toute épreuve lui donnait une telle confiance en ses capacités qu'il ne se douta pas de ce que son père préparait.
Il pensait bien que c'était une nouvelle technique, inconnue, qu'il apprit plus rapidement que n'importe qui, enseigné probablement par un habitant du KaioShinKai.
Une technique dévastatrice, une puissance destructrice incroyable mais face à lui, franchement, rien ne pourrait le blesser. Même Vegeta, fier de sa nouvelle puissance, avait su se surpasser et s'exploser dans une attaque suicide, qui n'avait su prendre que sa propre vie.
Il y avait cette part de vantardise mais il y avait surtout une part d'expérience qui donnait à Gohan cette confiance aveugle en ses propres capacités.

Goku rapprocha ses deux mains de sorte que ses pouces et ses index rentrent en contact. Le fenêtre créée par les quatre doigts posés les uns contre les autres permit à Goku d'une certaine manière de confiner le ki de l'ennemi.
Le sayien le sentait, toute cette énergie, tout ce flux qui parcourait sans relâche le corps de son adversaire. Il y en avait énormément, beaucoup plus Goku ne pouvait en produire. Mais il était parvenu à enfermer Piccolo, il y était arrivé et il y arriverait maintenant.

Gohan sentit un espèce de malaise autour de lui. Son ki débordant et extrême semblait se renfermer. Une étrangeté, son ki ne semblait plus parcourir son corps et même, il avait la nette impression qu'il se centralisait en lui, en un point. Il jeta un rapide coup d’œil à son père. Cette technique, cette énergie verte qui entourait ses bras et finit par entourer tout son corps, est-ce que... ?

Toujours avec autant d'aplombs, toujours dans l'idée de sauver ceux et celles qui lui étaient chers, Goku sentit un petit frémissement dans son index. Un léger sursaut qui ne devait pas être là, pas maintenant. Éphémère, certes mais qui s'imposa durant un centième de seconde. Était-ce vraiment la bonne chose ? Oui !
Un dernier cri, une effarante injonction presque comme une maudite prière, même plus comme un supplice libérateur :

-Mafuba ! Hurla-t-il.

L'énergie qui orbitait autour de lui s'évapora de son corps. Elle repoussa à la manière d'un kiai le seigneur du Makaï avant de le ramener, de le forcer à progresser d'un pas. Le flux vert s'empara du corps de Gohan. Il devenait la prison qui contiendrait le ki de l'enfant pendant la pratique de la technique.
Les bras du sayien se mirent à tourner de manière circulaire dans de gestes amples et musclés. Des espèces de rafales de vent vertes se créèrent entre le fils et le père. Gohan sentit son pied avancer vers son père, comme entraîné par un souffle, un puissant souffle, une aspiration de tous les diables.

Un tourbillon, une tornade à l'horizontale se matérialisa sous les yeux des deux adversaires. Elle tournait aussi rapidement et dans le même sens que les bras de Goku.
Gohan sentit son corps le lâchait. Il ne répondait plus à ses ordres. Il essayait de se reculer, sentant le danger mais il n'y parvenait pas. Il était attiré inexorablement par l’œil de cet ouragan. Tout son esprit refusait à son corps d'avancer jusqu'au seuil mais rien n'y faisait.
Les écumes de sueurs débordaient de son front et s'envolèrent attirées par le souffle de cette technique.

Goku n'était pas sans reste. Il savait que cette technique était extrêmement dangereuse. Le maître de Roshi avait péri en l’exécutant, Roshi lui même avait péri en l’exécutant. Peut-être que le sayien y laisserait la vie, lui-aussi. Mais il ne mourrait pas avant d'avoir enfermer l'abomination dans cette bouteille de verre. Non, il survivrait jusqu'au moment où il saurait que tout l'univers est sauf, jusqu'au moment où...

Ses bras, son corps tout entier subissaient une énorme tension. Il sentait son ki affluer dans ses veines, il le sentait sortir de son être pour contenir celui de l'ennemi. Il n'y avait rien d'anormal, non, juste quelque chose de douloureux. Il ne laissa rien transparaître, rien du tout. Il continua les mouvements avec les bras. L'ennemi pliait, comme prévu, sous l'effet de surprise.
Quelques secondes s'écoulèrent mais l'horloge semblait s'être arrêtée.
Une éternité, une dépense physique hors norme pour le corps du sayien. Il comprenait pourquoi Mutaïto et Roshi étaient décédés dès suite de cette attaque. Les effets étaient là, Gohan était maintenant pris dans le tourbillon. Il y était coincé.
Goku accéléra ses mouvements circulaires, il donna encore plus d'ampleur à ses gestes sans pour autant se précipiter. En finir au plus vite, oui, tomber dans l'exaltation de la précipitation, clairement non.

Gohan ne comprenait toujours pas ce qu'il se passait malgré les yeux agrandis et clairvoyants. Enfin, il en comprit quelques bribes, le strict minimum. Son ki était manipulé, il était contraint de rester dans son corps, et c'était ça qui le faisait avancer, reculer.
La stupeur se prit de son visage, le creusant légèrement quand il distingua ce vers quoi il était entraîné : la bouteille.

Objet insignifiant que son père avait sorti et posé à ses côtés.

Comment ? De quelles manières ?

Comme de puissants coups de marteaux, ces questions venaient fracturer son crâne mais l'heure n'était pas aux questionnements mais bel et bien à l'action. Il fallait se défaire de cette énergie qui l'entourait et qui n'était pas la sienne, il fallait qu'il la fasse exploser avant de se retrouver enfermé dans une putain de bouteille !

Comme emporté par la fatalité, comme emporté par un échec aussi puissant qu'immoral à ses yeux, son dernier regard se posa sur le ciel du Makaï. L'équilibre universel était totalement renversé.

Non ! Il ne pouvait pas finir comme cela. Il ne pouvait pas finir enfermé alors qu'il était à un cheveux de réussir, alors qu'il était prêt, alors que le Makaï pouvait devenir libre.
-Noooon ! Hurla-t-il. Je te hais ! Continua-t-il avant de...

Goku continua encore et encore ses mouvements sphériques. Cette tornade de puissance, cet ouragan de délivrance rentrait à une vitesse vertigineuse dans la bouteille, dans le sceau éternel qui contiendrait la plus grande menace de l'univers. Il sentait chaque petite particule d'air, comme si elles étaient palpables, s'éteindre dans le réceptacle. Le vert qui avait subjugué les environs disparut totalement. Dans un dernier effort, Goku se précipita sur la bouteille. Il saisit le bouchon et la referma. Il posa tout et se recula de quelques pas.

Ses cheveux jaunes retombèrent en même temps qu'ils changèrent de couleur. Ses yeux bleus devinrent, à leur tours, noirs. Ses membres étaient tremblotants. L'aspect de son visage était tellement creusé. L'effort avait été surhumain. Les gouttes d'eau dégoulinèrent de son front, de ses joues, de ses biceps endoloris. Il posa un genoux à terre, contraint, ses jambes ne le supportaient plus tellement.
Il appuya son avant-bras dessus, avant de plonger la tête.

Il marmonna d'abord sur un léger ton de soulagement :

-J'ai réussi !

Cling !

Il continua sur un autre ton, sur un ton similaire à l'expression de son visage à son arrivée dans le Makaï : l'amertume.

-J'ai réussi...

Cling !

Les cheveux tombèrent sur un regard vide de joie. Les sourcils se relevaient vers le milieu du visage tandis qu'ils tombaient sur les bords. Le nez se retroussa quelque peu. La bouche serrée mais légèrement relevée en son centre et tombante sur les côtés. Il répéta :

-J'ai réussi...

Cling !

Le souffle du sayien était haletant. D'abord rapide, il se calma rapidement, trop rapidement. Il était à bout de force. Le flux sanguin qui fit augmenter la masse des veines se calma, les veines reprirent un aspect ordinaire, jusqu'à se calmer à un rythme relativement bas, bien trop bas.

-J'ai... réussi...

Cling !

La tête comme prise dans un nuage. Comme si toute la partie de son front flottait dans les airs. Une espèce de sensation qui anesthésiait tout son cerveau. La lourdeur des cheveux qui frottaient contre son front n'était plus une gêne, il ne les sentait plus. Il entendit au loin, un son. Cela lui paraissait lointain.

Cling !

Il se balança en arrière de sorte à se retrouver assis. Il s'appuya sur ses deux bras, l'un d'eux eut une raté, l'autre suivit. Il sentit son corps partir vers l'arrière. Péniblement, il se releva, cette fois-ci, les bras bien enfoncés dans le sol. Et ce son qui lui paraissait lointain était en fait bien plus près qu'il ne le pensait. Il vit, il la vit bouger, la bouteille.

Le cœur s'accéléra rapidement, tambourinant dans la poitrine comme une bête coincée dans son propre corps. Les yeux s'agrandirent d'effarement. Les pires pensées envahirent l'esprit du sayien. Exit la sensation de flottement d'il y avait quelques secondes.
Comme si cela avait un quelconque effet, il essaya de pénétrer la bouteille de son regard. La bouteille arrêta d'émettre ce son, ce « Cling ». Elle arrêta de se tortiller. Il poussa une longue expiration de soulagement tandis qu'un autre bruit se fit entendre, un son qui laissait présager du pire : KriiiiKrikRIIIiiiKRIIiiIIIiiii.

La bouteille commença à se fissurer de toutes parts. Une espèce de fumée jaune commença à sortir de ces minuscules fissures tandis que la fréquence du bruit continuait d'augmenter en intensité.
La bouteille finit par imploser. Des morceaux de verre se répandirent tout autour et dessus le rocher sur lequel elle était posée. Le bouchon tomba à la verticale et roula quelques secondes sur lui-même avant de s'arrêter net.
La fumée jaune, cette violente et virevoltante énergie se matérialisa en un point et fit apparaître la suite du cauchemar que vivait Goku.

Gohan, le seigneur du Makaï était revenu. Une aura jaune l'entourait, des éclairs bleuâtres le parcouraient dans tous les sens, avec une fougue qui laissait présager du pire.
Le gamin avait les yeux exorbités par la terreur, par la peur. Tout son être tremblait de panique. Il regardait avec une puissante colère l'objet de cette frayeur, assis sur le sol, quasiment dans le même état d'esprit que lui.

Le regard du seigneur du Makaï se changea rapidement en une profonde et irrépressible hargne. Une rage mêlée à une folie qui l'enivrait, qui suait par tous les pores de sa peau. L'avènement du Makaï était enfin prêt et il s'était fait avoir par un être inférieur, il s'était fait avoir par son père. Il s'était...

Il se rapprocha de son père. Chaque pas était une démonstration de puissance. Le sol sous ses pieds explosait. Il attrapa son père par son éternel T-shirt bleu et il lui dit la mâchoire serrée :

-Je vais te crever ! T'entends !? Je vais te crever !

Une espèce de boule se créa dans la gorge du père, une espèce de boule de salive qu'il n'arrivait pas à déglutir. Ses bras bien enfoncés dans le sol se mirent à trembler vivement. Ils ne tremblaient plus à cause de l'effort, non, ils tremblaient à cause de cette terrible et oppressante aura qui était en face de lui.

La main qui tenait fermement le T-shirt bleu le déchira, sans s'en rendre compte. Il attrapa alors la tunique orange et il reprit :
-Je vais tous les crever, t'entends !? Tous ! Je vais aller au KaioShinKai, et tu vas tous les voir crever ! Je vais leur arracher les yeux, je vais leur arracher les viscères et je vais te les faire bouffer et après je vais te crever. Je vais tous vous crever ! TOUS !

Gohan projeta avec force le sayien au sol. Le seigneur du Makaï se retourna, regarda le ciel. Tout était en place, tout ! Rien ne pourrait plus l'empêcher d'accéder au KaioshinKai, rien...
Il tendit ses mains devant lui et des éclairs crépitèrent, lentement de prime abord puis de plus en plus rapidement avec une violence à toute épreuve.

Goku tenta de se remettre assis et légèrement droit, il y parvint, il tendit un bras comme pour attraper l'ennemi qui s'apprêtait à faire un véritable carnage. Il cria, il hurla, bien incapable de se lever :
-Arrête ! Arrête !

Gohan ne se retourna même pas. Il n'entendit même pas les injonctions de cette faible créature.
Le portail s'ouvrit, il apercevait le KaioshinKai pour la première fois et une énième fois quand ses souvenirs se mêlèrent à ceux de Dabra et de Léthée.

Goku les vit derrière la silhouette de Gohan. Il les vit, tous présents, tous en groupe. Piétinant le sol de leur impatience. Ils dormaient et là ils étaient réveillés, réveillés pour sentir l'odeur de la mort, pour voir la faucheuse les prendre un par un. Ils étaient là pour comprendre qu'il avait échoué, que rien au monde ne pourrait arrêter son fils. Peut-être que c'était mieux ainsi, peut-être qu'ils devaient tous mourir. Morts ils ne ressentiraient plus l'ampleur de leurs échecs, ils n'auraient plus besoin de se démener pour réparer leurs erreurs, ils n'auraient plus à souffrir, peut-être que...

Gohan traversa le portail porté par cette immense rage, cette fabuleuse colère.

La voix d'Oolong résonna auprès de ses amis. Atteint d'un étonnant bégaiement.
-Gogogo...Gogogo... Gogogogo...han ! Hurla-t-il avant d'être réduit en un tas de cendre.

Tout le monde se retourna pris par la stupeur de la mort d'Oolong et le nez rempli de cette affreuse et horrible odeur de souffre.
Les yeux s'agrandirent démesurément. Ils apercevaient la frêle silhouette, ils apercevaient cette aura jaune et ces éclairs crépitant. Ils virent Goku, immobile derrière. Ils comprirent : C'était la fin.

Il leur jeta de rapides regards à chacun. Son bras se leva et Dendé mourut aussi rapidement que lorsque une balle traverse le cerveau humain dans sa longueur.
Il tourna la tête et regarda Bulma et Krillin côte à côte. Il vit les enfants, il vit ces gosses, le fils de Vegeta et son propre frère, pour qui son père était venu se battre. Il les vit et il ne résista pas à l'envie d'écraser leur boîtes crâniennes l'une après l'autre.

Il fut interpellé rapidement par le regard accusateur de Bulma. La terrienne tentait de le percer du regard. Elle souhaitait toujours autant sa mort, et dans ses yeux bleus, d'ordinaire si doux, cela se lisait.
Mais ceux et celles qui souhaitaient la mort du Seigneur du Makaï devaient mourir.
Il fit un pas dans leur directions.

Krillin était perdu : « Que faire ? Poser le petit au sol, et attaquer ? Poser le petit au sol et défendre Bulma et les deux petits ? Poser... »
Il n'eut pas le temps de finir son raisonnement que Guymao commença à s'interposer entre ses deux petits-fils.
-Arrête Gohan ! Ce n'est pas toi ! Arrête, calme-toi !

Le regard de l'enfant se faisait de plus en plus pénétrant. Il devenait viscéral. Les yeux de Bulma plongea dans les yeux de Gohan et vice versa. Mais le duel, elle ne le gagnerait pas. Gohan cligna plusieurs fois des yeux et à chaque clignements, une image se matérialisa devant Bulma.
Elle vit les désirs malsains de Dabra à son égard. Elle vit ce qu'il pensa d'elle au palais de Dendé avant de kidnapper les petits. Ce n'était pas une attirance sexuelle, non c'était une domination qui se finirait par une mort atroce tandis qu'il jouirait de cet état de fait.
Elle vit le dernier souffle de vie de Vegeta, elle entendit ses paroles : pour son fils, pour elle et pour Goku.
Elle vit son fils devenir un Oozaru dans le Makaï. Elle vit cette folie, elle vit cette destruction, cette rage incommensurable.
Elle pleura.

Tandis que Bulma était plongée dans des visions des plus malsaines. Guyamo fut amputé d'une partie de son abdomen et de la totalité de son flanc droit. Le grand gaillard tomba au sol, éclaboussant Gohan de son sang.

Bulma baissa les yeux, elle les baissa en même temps que sa tête. Des effluves coulaient de ses yeux, de puissantes et alarmantes gouttes d'eau salées se frayaient un chemin entre ses yeux et le sol. Gohan continuait d'avancer. La terrienne était à genoux face à lui.
Krillin se décida finalement à poser l'enfant au sol et à tout faire pour les protéger. Il commença à peine à se déplacer que C-17 était déjà entrain de frapper d'une manchette la nuque de l'enfant. Aucun effet.
Il réitéra l'action avec les jambes, les poings et les kikohas. Il n'y eut strictement aucun effet. Le cyborg volait autour de lui, à quelques mètres du sol. En face du seigneur du Makaï, il se prit une violente boule de feu qui désintégra une bonne partie de son buste et de son visage. Le cyborg était mort.

Une boule de feu arriva pour percuter Gohan. Il la saisit à main nue et la fit partir en fumée dans sa main. Le Sokidan de Yamcha n'avait eu aucun effet. Yamcha s'éteignit en même temps que le feu qui le consuma lentement et douloureusement.

Mais une surprise attendait l'enfant, une surprise de taille.
Ten Shin Han dans les airs, lança, comme pour Cell dans sa deuxième forme, une multitude de Kikoho qui n'eut d'effets que sur le sol. Les explosions achevées, le triclope disparut rapidement. Gohan regarda dans les airs, rien. Il ne tarderait pas à le retrouver.
En face de lui arrivait, la cape soufflée par la poussière soulevée, d'une envolée presque divine, Piccolo avec sa nouvelle amie : La Z-Sword.
L'épée traînait dans le sol et le scarifiait. Non pas sans peine, Piccolo la leva au dessus de sa tête et abattit avec toute sa puissance l'épée. Quand Gohan remarqua Piccolo, il ne put s'empêcher de répondre à l'attaque, il ne pût s'empêcher de contrer en attaquant. L'épée tomba sur l'avant-bras de Gohan et se brisa aussi nettement que de la porcelaine qui tombait par terre.

Le haut de la lame se planta dans le sol tandis qu'un être apparut. Gohan qui comptait tuer Piccolo s'arrêta net, à un mètre du sol. Piccolo en fit de même, regardant avec de grands yeux l'entité qui venait d'apparaître.
Un vieil homme, il avait des oreilles en pointe où étaient accrochées deux boucles d'oreilles couleurs or. Il portait un costume bleu azur et bleu marine. Sur son crâne s'élevait une crête blanchie par le temps et sous son nez, une petite moustache en forme de carré surplombait ses lèvres.
Gohan ne put s'empêcher d’exclamer un :

-Toi ? !


Goku voyait ses amis mourir un après les autres face à la folie gigantesque de cet être. Ce n'était pas possible ! Il voyait les corps mutilés, les corps explosés, les corps brûlés. Une aberration, une décadente folie qui se rapprochait dangereusement de son fils, de celui de Vegeta, de Krillin, de Bulma.

Maintenant à genoux face à ce spectacle innommable. Les poings appuyés sur le sol. Il sentit cette colère monter, cette rage à peu de choses près similaire à celle qu'il avait provoqué en son fils. Il sentit ses bras se gorger d'énergie. Il sentit son cœur battre, battre si fort, si frénétiquement qu'il aurait pu exploser sa poitrine. Il sentit chaque phalanges de chaque doigts exercer une pression sur sa peau et sur la paume de ses mains.

Il sentit l'instinct du sayien l'enivrer comme lorsque Freezer avait tué Krillin. Il sentit ses réserves d'énergie, pourtant intégralement vidée se remplir. Il sentit le sol sous ses pieds vibrer, comme si sa rage, comme si cette colère refoulée au décès de Chichi frappait le noyau du Makaï. Il sentit ses cheveux se dresser sur sa tête. Il vit les éclairs parcourir sa vision troublée par sa femme lui demandant de prendre soin de leur fils. Il sentit cette impuissance à défendre et à sauver ceux et celles qu'il aimait, comme lors de son combat contre Vegeta, comme lors de ses attaques contre Freezer, comme lorsque sa maladie de cœur faillit l'emporter, comme lorsque Gohan tua Cell, comme lorsque Dabra kidnappa Goten devant ses yeux, comme lorsque son fils choisit le Makaï.

Il le sentit au plus profond de lui, il sentit toute cette hargne, toute cette rage remonter du plus profond de ses entrailles, du plus profond de ses souvenirs, de ses plus bas instincts.


D'un coup, le temps semble s'arrêter.

Le bruit d'une épée qui se brise.
Une dernière vision de son fils courant avec son chapeau rouge, ornée de la boule à quatre étoiles.
Un fantasme d'une vie de famille heureuse à quatre apparaît.
Un éclair psychique libérateur frappe l'esprit. Un râle éphémère. Une poussée du cou.
Un mouvement de la tête de bas en haut et finalement une explosion de ki.

À genoux au sol, un bras s'appuie sur une jambe.
Un poing profondément ancré dans le sol commence à se dégager.
Un cercle parfait l'entoure.
Le buste et la tête se relèvent.
Des yeux, un regard pris de fugaces et vives émotions.
Goku se relève rapidement.
Il disparaît pour réapparaître à plusieurs centaines de mètres du sol.
Il ne le voulait pas mais il le doit.
C'est la seule solution.

Il tend dans un premier temps les bras vers lui. Il vise le sol du Makaï puis les ramène dans son dos.
Les sourcils tombent vers l'avant.
Les lèvres sont légèrement relevées et abaissées.
Les dents du haut sont serrées contre les dents du bas.
Un léger filet d'écume apparaît au bord des gencives.

Il ne déclame pas le nom de la technique, il aimerait.
Il sait ce qu'il s'apprête à faire, il pourrait rendre ce dernier hommage à son maître mais il ne le fait pas.

L'énergie se concentre dans ses mains. Elle n'a jamais été aussi puissante, jamais. Il en garde encore en réserve.
Il ferme les yeux une demie seconde.
Il sent l'émotion l'envahir, il ne pleurera pas.
Il sent que la fin est proche.
Quelques mots lui traversent l'esprit, il n'arrive pas à les exprimer.
Il regarde ce monde dévasté, il regarde intensément le sol. Il le sent : c'est la fin.

-Je suis désolé. Sont les seules paroles qu'il arrive à exprimer.

Il renvoi ses bras devant lui. L'énergie bleuâtre est expulsée de la paume de ses mains et traverse les airs à une vive allure.
Elle rentre en contact avec le sol, elle n'explose pas.
Elle continue sur sa lancée, elle avale les mètres intensément et expressément.
Le sayien fait appel à ce ki gardé en réserve.
Il augmente la puissance de son Kaméhaméha jusqu'au paroxysme de son corps.
Il donne tout.
La trajectoire est et reste rectiligne. Rien n'arrête cette vague déferlante, rien.

Il y a une première explosion. Le Makaï tremble violemment.


Gohan est bloqué, quelque chose le pénètre, c'est violent, c'est douloureux, c'est atroce.

Il y en a une deuxième, le Makaï hurle de douleur.

Ses yeux se pétrifient. Si sa terre hurle, lui, il contient cette douleur, il avance de quelques pas, il lève le bras en direction du vieillard.
Sa peau se décharne, elle semble fondre.
Une peau rosée, celle d'un enfant, qui se transforme en un ramassis de chairs qui se calcine.
Les yeux perdent leur éclats, ils deviennent d'immenses trous noirs, tandis que la peau de tout son corps se déchire et se consume.

Il y en a une troisième, une dernière. Un éclair blanc apparaît, il dure un temps limité, à peine perceptible pour l’œil.

Le seigneur finit en un tas de cendre, balayé par la puissance du souffle qui a su se frayer un chemin vers le Kaioshinkai avant que le portail ne se referme.

Le Makaï a explosé, son seigneur a disparu.

Et le temps sembla
reprendre son cours.


La stupéfaction était totale. Il n'était plus là. Krillin s'était jeté sur Bulma pour la protéger de ce déferlement de flammes et de roches qui passèrent par le portail dimensionnel. Il parvint à la protéger, en même temps que les deux petits. Piccolo fut touché, grandement. Assez pour se vider de son sang, insuffisant pour qu'il en meure.
Les êtres en mesure de se relever le firent. Il n'était plus là. La fenêtre sur le Makaï s'était refermée. Il avait réussi. Il était parvenu à... Il avait réussi.

Ce n'était pas la clameur qui résonna dans la vallée, non, c'était des cris, c'était des larmes, c'était des silences.
Parce que malgré cette apparente victoire, les morts revinrent frapper les esprits des vivants.
Parce que chacun d'entre eux avaient perdu un être cher, rapidement, prématurément.
Et parce que malgré cette victoire, il restait un horrible goût de défaite. Goku était mort.

Son dernier cri, cette ultime excuse du sayien ne fut entendue par personne. Ces paroles n'atteignirent jamais la ou les personnes qui étaient concernées.
Peut-être qu'elles étaient pour ce fils qu'il allait tuer.
Peut-être qu'elles étaient pour ce fils qu'il allait abandonner.
Son Goku emporta ce secret avec le Makaï, avec son fils, avec lui-même dans les méandres de l'univers.


________________________________________________________________________________________________________________________
Après propos:
Spoiler
Ce chapitre a été intense à écrire. Il a été à la fois excitant et terrifiant de le coucher, de le nommer. Excitant, d'une part, parce que c'est ce passage, cette "fin" qui me trottait dans la tête quand j'ai publié le Chapitre 1: La Déchéance de Cell. Et terrifiant parce qu'il est l'avant dernier chapitre, parce que tout doit se finir et parce que, putain ! Qu'est-ce que j'ai pris mon pied sur cette fic ! En réfléchissant sur ce qu'elle deviendrait, en travaillant sur la chronologie, en prévoyant mes chapitres, en les écrivant, en mettant en scène les personnages, en lisant les commentaires disant que je m'améliorai, en discutant avec vous de mes choix, en vous faisant patienter. Enfin voilà. J'ai pas la larme à l'oeil mais je suis quand même assez ému de poster ce chapitre.
J'ai quand même pris un pied d'enfer à l'écrire, à le relire, à changer une tournure de phrase, essayer de la rendre meilleure, essayer de rendre le tout meilleur avec tous les conseils qui m'ont été donnés et que j'ai rudement appliqué.
J'espère que vous l'avez apprécié et j'ai hâte de lire vos réactions !
Dernière édition par Batroux le Lun Mars 24, 2014 23:00, édité 1 fois.

"Je suis méchant, et c'est bien. Je ne serais jamais gentil, et c'est pas si mal." Ralph


"Mais dès que tu craques un peu le vernis, tu réalises que le coeur du mec a percé les secrets de l'alchimie et que son coeur de plomb est en réalité en or." Niicfromlozane


Membre de la JLUS
Avatar de l’utilisateur
Batroux
 
Messages: 5619
Inscription: Jeu Mars 18, 2010 15:19
Localisation: Entre toi et le bonheur

Re: La déchéance du Héros

Messagepar Black_Mass_Priest le Lun Mars 24, 2014 21:26

Quelque part, je me doutais bien que Goku tuerait un enfant, mais je pensais que ce serait Goten en prince des démons.

Enfin bref, cela semble être la fin d'un arc. Est-ce le dernier chapitre de la fic ? Peut-être, mais ça montre qu'au bout, personne n'a raison : aucun des deux systèmes n'aurait abouti sur quelque chose de bon.
Le Makai détruit, Gohan mort, Dendé mort, je me demande ce qu'il y aura d'autres.

Goten et Trunks, peut-être. Mais en tout cas, bravo.

PS : je t’enverrais un MP si tu veux savoir pourquoi j'ai mis son image. LOS ANGELES 2013 FOR EVER :wink:
"Tu vois, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé, et ceux qui creusent. Toi, tu creuses." ( le bon, la brute et le truand )

Voici ma fic sur Broly : viewtopic.php?f=42&t=5769&start=75#p170875
Avatar de l’utilisateur
Black_Mass_Priest
 
Messages: 516
Inscription: Jeu Août 11, 2011 18:14
Localisation: In a Cold and Nameless Grave

PrécédentSuivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités