Le Temple d'Ôrin (l'histoire de Krilin)

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Le Temple d'Ôrin (l'histoire de Krilin)

Messagepar San999 le Mer Oct 19, 2011 11:00

Bien, je commence donc une nouvelle histoire. Avant de devenir un disciple de Kame Sennin, Kulilin a été élève au Temple d'Ôrin et y a appris les arts martiaux durant neuf ans. Découvrez sa vie d'alors.

Bon! C'est la première fois que je me lance dans une histoire sans avoir quelques chapitres d'avances. Je sais ce que je vais faire par la suite dans les grandes lignes, mais il y a des détails qui ne viendront qu'au cours de l'écriture. Et je n'écris pas forcément super rapidement, donc patience!

La narration est un peu... spéciale. Mais lisez au moins jusqu'au quatrième paragraphe avant de mettre votre jugement définitif. :)

Bien! Sans plus tarder, voici le premier chapitre:





Chapitre 1: Le départ





Kulilin court partout et de tous les côtés dans sa chambre. Il paraît très content. Il court chercher ses affaires dans tous les tiroirs de sa chambre pour les mettre dans sa valise, posée sur les tatamis. Mais c'est tout en désordre. Il jette juste tous ses habits et jouets dans la valise et essaie d'emporter le plus de choses possibles, mais il pourra pas tout prendre. En voyant ses affaires déborder de la valise, il s'arrête et la regarde avec un air embêté. Il a l'air de comprendre qu'il va pas pouvoir tout prendre. Il fronce son nez (même s'il n'en a pas) et se gratte la tête en passant sa main dans ses cheveux noirs. Il crie:
« Maaaaamaaaaan!!! »

Comme elle n'arrive pas tout de suite, il continue de l'appeler en criant. Finalement, son ombre apparaît derrière les murs en papier tenu par des carreaux de bois. Elle écarte un de ces shoji, qui sont maintenant oranges à cause du lever du soleil, et elle entre dans la chambre.
« Du calme! Je ne peux pas arriver tout de suite juste parce que tu m'appelles! ... Mais... Qu'est-ce que tu fais?! »
Elle a l'air fâché en regardant la valise pleine de choses qui débordent. Il la regarde avec ses yeux noirs, comme s'il ne comprenait pas la question.
« Ben, je fais ma valise, mais j'arrive pas à tout mettre.
- Mais enfin, qui t'a dit de commencer à faire ça tout seul?! Et puis, tu vas au temple Ôrin, pas en vacances à Papaye! Tu vas devenir un disciple en arts martiaux comme ton père l'a été, il y a plusieurs années et comme ton frère apprend à l'être maintenant! Tu n'y vas pas pour t'amuser! Tu prendras juste le strict nécessaire! Un expert en arts martiaux doit être sérieux et se contenter de peu, même si tu as quatre ans! »
Comme elle le gronde, il est presque en train de pleurer.
« Et inutile de pleurer! Kulishô! Tu était là et tu n'as rien dit?! J'ai encore des choses à régler avec ton père et Pibôsan-sensei. Puisqu'il a commencé, aide ton frère à ranger tout ça et à choisir les seules choses dont il a besoin. »

Comme elle a l'air en colère, je me lève et je vais aider mon petit frère. Maman quitte la pièce en remettant son chignon noir en ordre. Elle a mis une robe drôlement jolie, aujourd'hui. C'est un kimono jaune avec des fleurs rouges et elle a une grosse ceinture verte. Maman est vraiment très belle, aujourd'hui, comme quand j'étais parti au Temple. Kulilin tire sur le col de son t-shirt blanc trop large et regarde par terre, prêt à pleurer.
« Maman a dit qu'il ne fallait pas pleurer. Je vais t'aider à ranger tout ça. »
Kulilin se frotte les yeux. Je prends quelques uns de ses vêtements et je les mets dans leurs tiroirs sur la commode du seul mur en bois de la chambre, parce que je sais qu'il n'aura pas besoin de ces habits. Il commence à faire pareil, mais il les met n'importe comment!
« C'est pas comme ça! Donne! »
Je lui prends les vêtements et je commence à les plier. Il me regarde d'un air choqué et commence à pleurer pour de bon.
« Arrête de pleurer, je t'ai dit! Sinon, maman va te gronder! »

Il pleure encore plus fort. Mais enfin, pourquoi il se comporte comme un bébé? Dire que j'étais content qu'il vienne avec moi au Temple d'Ôrin. Comme je suis allé au temple peu de temps après que Kulilin est né, je ne l'ai pas beaucoup vu, sauf durant les vacances où on rentre tous à la maison. Je me disais que je pourrais jouer plus souvent avec mon petit frère. Il avait l'air très content tout à l'heure quand on lui a dit qu'il allait apprendre les arts martiaux au Temple d'Ôrin. Mais s'il pleure aussi facilement, il ne pourra jamais devenir un grand expert en arts martiaux. Quand je suis parti, je ne pleurais pas! Enfin... Je crois... Je ne me souviens plus trop, j'avais quatre ans.

« Kulilin! »
Je l'ai crié tellement fort que cela l'a surpris et qu'il s'est arrêté de pleurer, mais il a l'air d'être sur le point de recommencer, il faut que je le calme.
« Tu veux devenir un grand maître en arts martiaux, n'est-ce pas? »
J'ai réussi à reprendre son attention et après deux secondes d'hésitation, il me regarde et me fait oui de la tête.
« D'accord. Tu crois qu'un grand expert en arts martiaux pleure tout le temps pour rien? »
Il me regarde avec un air étonné, puis il baisse la tête et il fait non avec elle
« Hmm! Hmm ! Tu as raison. Alors, maintenant, il faut que tu arrêtes de pleurer, d'accord? »
Il lève les yeux et répond:
« D'accord!
- C'est très bien, » je le félicite en souriant.
Il me rend mon sourire.

« Bon! Alors, maintenant, tu vas faire comme je te dis.
- Oui! »
Nous nous dépêchons de tout mettre en ordre. Après qu'on a tout mis dans la valise de Kulilin, on s'assoit dessus et on souffle. Je regarde mon petit frère et lui aussi, et je sais pas pourquoi, il se met à rigoler.
« Pourquoi tu ris? »
Il me répond pas et continue de rire, alors je le pousse de la valise, et il tombe, mais il continue de rigoler. Alors je saute de la valise et je le chatouille.
« Alors comme ça, tu rigoles? Je vais te donner une raison de rigoler, moi! »
- Aaaaaah! Arrête! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha!
- Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! Ha! »
Il se met à se tordre dans tous les sens, mais je le retiens.
« Arrêêêête! Sinon je vais faire pipi! Hi! Hi! Hi! Ha! Ha! Ha! Ha! »
Et soudainement, il se met à me chatouiller aussi, et je ris encore plus fort.
« Ca suffit! Pibôsan-sensei t'attend, Kulilin! Il faut y aller. »
À l'air et à la voix sévères de maman, on arrête tous les deux. Puis, quand elle sort de la pièce, je regarde mon petit frère et on ricane une dernière fois. Ensuite Kulilin prend sa valise et la traîne par terre. Mais je décide de la prendre à sa place parce que je suis plus fort. Il me sourit et on va jusqu'à la salle principale de la maison. On pousse un shojo et on entre à l'intérieur.

Comme le soleil est en train de se réveiller, la salle est toute orange, comme la chambre de Kulilin. Elle n'a pas beaucoup changé. Elle a toujours plein de manuscrits en bambou accrochés aux deux murs en bois de la pièce. Il y a quelques meubles sombres et bas et un pare-vent en bambous contre ces murs. Les tatamis ont toujours un bord en bleu. Maman est en train de servir le thé à papa et Pibôsan-sensei. Papa a mis sa tenue de disciple d'Ôrin, comme moi, un shitagi jaune aux manches remontées et un gi orange avec une ceinture brune. Il a pris beaucoup des cheveux blancs, mais ils sont toujours très courts. Pibôsan-sensei est habillé pareil, mais il a une toge rouge. Et comme moi, il a le crâne rasé, avec six points sur le front.
« Il est vraiment dommage que tu n'aies pas pu poursuivre la voie des art martiaux, Kuribôzu, mon vieil ami. Tu avais du talent, à l'époque.
- Malheureusement, Pibôsan, ma blessure n'a pas permis que je poursuive. Dire qu'à l'époque, j'étais meilleur que toi. Ha! Ha! Ha! C'était le bon temps... J'étais fait pour ça. Mais j'ai manqué de chance.
- Allons, allons ! Il faut bien que certains d'entre nous restent au village. Que deviendrait-il si tous les hommes devenaient experts en arts martiaux ? Et puis, tu as pu te marier avec Kuriama et avoir deux fils.
- Oui... »
Papa a l'air triste en disant ça. Maman renverse un peu de thé, et elle s'excuse. Elle n'a pas l'air dans son assiette. Pendant un petit moment, ils ne disent rien. Pibôsan-sensei tousse et recommence à parler.
« Hum... Tes fils ont aussi l'air prometteurs. En tout cas, Kurishô se débrouille très bien ! »
En entendant ça, je suis très content que Pibôsan pense ça de moi. Mais je sais que je suis très doué ! Je regarde Kulilin pour voir sa réaction. Je veux que mon petit frère m'admire ! Il me sourit et dit :
« Moi aussi, je vais devenir fort comme toi. »
Les adultes nous remarquent enfin.
« Ah ! Kulishô ! Kulilin ! Vous êtes là ! Venez vous asseoir !
- Oui, Pibôsan-sensei ! »
On s'assoit en tailleur près de la table. Kulilin n'ose pas regarder Pibôsan-sensei, car il est tout timide et il baisse les yeux.
« Tu vas bientôt entrer au Temple d'Ôrin comme ton frère. Tu vas pouvoir apprendre à devenir un expert en arts martiaux et quand tu en sortiras, tu seras un homme ! Peut-être même que tu y resteras un maître, qui sait. Mais ne croit pas que cela soit facile ! Tous les hommes du village passent par le temple, mais peu deviennent des maîtres...
- Moi, j'en serai un !
- Kurisho ! N'interromps pas Pibôsan-sensei !
- Oui, maman... »
Je déteste quand elle me gronde, surtout devant mes maîtres.
« Excusez-le, Pibôsan-sensei. Dire que vous devez le supporter tous les jours.
- Ce n'est rien, Kuriama, c'est son énergie qui fait de lui un si bon élève. »

Les trois adultes commencent à discuter de tas de choses ennuyeuses. Je n'écoute même plus. J'essaie de ne pas bailler et de rester bien assis pour ne pas que maman me gronde encore. Je m'imagine ce que sera maintenant la vie au temple, avec mon petit frère. Je pense qu'on va sûrement s'amuser. J'étais jaloux que Tachiobô, mon meilleur ami, ait son petit frère, Tachiomon, avec lui. Ils ont l'air de partager des tas de secrets entre eux. Et Tachiomon traite Tachiobô comme une sorte de héros et il fait tout ce qu'il lui dit. Maintenant, je vais avoir Kulilin et je serai son héros et il fera tout ce que je lui dirai ! On va s'amuser. Je vais lui montrer tout ce que je sais faire, et lui apprendre. Mais bien sûr, je vais rester plus fort que lui, pour continuer à être son héros.

Finalement, la discussion ennuyeuse des adultes est terminée.
« Pibôsan, je te confie donc Kulilin. À toi et au Temple. J'espère qu'il ne me fera pas honte et que Kulishô continuera de donner satisfaction aux maîtres du Temple, toi compris. »
Papa et maman sont toujours assis mais ils se penchent en avant, pendant que papa a dit ça.
« Ne vous en faite pas. Je suis sûr que Kulishô continuera de progresser et que Kulilin sera comme son frère. Qu'ils deviennent des maîtres ou non, le Temple fera d'eux des hommes. Kulishô, Kulilin, allons-y. Nous avons deux jours de marche à accomplir, avant d'arriver au Temple d'Ôrin. »
J'entends Kulilin déglutir et je lui souris.
« T'en fais pas, c'est plus facile que tu ne le penses. Et puis, je serai là pour te défendre si des ours attaquent !
- Des... des ours... ? »
Je dis ça surtout pour lui faire peur et aussi l'impressionner. Il n'y a pas d'ours dans le coin. Enfin, j'espère...
« Ca suffit, Kulishô, cesse de lui faire peur.
- Oui, Pibôsan-sensei... »

« Ne nous fais pas honte, Kulilin, » dit maman. Elle le sert alors contre elle. Au moment où je me dis que j'aimerais bien qu'elle fasse pareil avec moi, elle me prend aussi dans ses bras. Elle est toute douce et sent bon. Ca n'arrive pas souvent, alors je suis content quand elle me prend dans ses bras comme ça, ça me fait chaud, mais un chaud agréable. Mon père ne nous dit rien, et part déjà pour travailler dans ses champs. Cela me rend un peu triste. Nous nous mettons donc en marche tous les trois, et Pibôsan me dit de porter le sac de Kulilin, car il est encore petit et que la longue marche qu'on va faire va déjà beaucoup le fatiguer. Cela ne me dérange pas, et puis c'est mon rôle de grand frère, alors je prends son sac. Kulilin me sourit et me dit merci avec un air content.

Nous traversons tout d'abord le village d'Ôrin, où plusieurs personnes sont déjà réveillées pour travailler. Beaucoup de gens disent bonjour à Pibôsan-sensei, et il leur répond. Beaucoup souhaitent bonne chance à Kulilin et me disent d'être un bon grand frère et prendre soin de lui. Évidemment. C'est ce que fait un grand frère. On finit par sortir du village et on arrive dans un chemin plein de terre qui traverse des champs de riz. Certaines personnes ont déjà commencé à travailler dedans, avec leur chapeau de paille rond et pointu et leurs pantalons remontés à cause de l'eau. Je sens que Kulilin est encore un peu timide devant Pibôsan-sensei. Alors, j'essaie de le mettre à l'aise, je le prends par la main et je lui parle de tous mes copains du temple.

« Mon meilleur ami, c'est Tachiôbo. Il arrête pas de dire qu'il est le meilleur. Mais en fait, c'est moi le meilleur. Mais même s'il est un peu bête comme ça, il est très gentil. C'est lui qui est venu me parler, la première fois que je suis arrivé au Temple. Il était là depuis quelques mois. Il m'a dit qu'il m'apprendrait tout ce qu'il savait, mais bien sûr, je suis vite devenu meilleur que lui. Il a un petit frère qui s'appelle Tachiomon. Ils sont tout le temps ensembles et Tachiôbo le défend tout le temps. Tu veux aussi qu'on soit tout le temps ensemble au temple? Je pourrais te défendre! »
Kulilin me regarde et fait un grand sourire, mais il me répond juste en bougeant vite la tête de bas en haut.
« Hmm! Hmm! »
« Mais pour ça, tu devras m'obéir. »
Il hésite un peu, mais finalement, il refait un signe de la tête.
« Hmm! Hmm! »
Je vois qu'il regarde de nouveau Pibôsan-sensei. Il doit encore être un peu timide.
« Et puis, il y a Konomon, il est tout petit, mais il arrête pas de faire des bêtises et il est tout le temps puni. »
Je lui chuchotte: « La dernière fois, il a coupé toutes les feuilles du bonzai de Âmonshu-sensei. Il disait que c'était plus simple que de les couper juste un petit peu toutes les semaines. Si t'avais vu la tête d'Âmonshu-sensei! Il est était tout rouge et une petite veine gigotait sur son crâne! »
En entendant ça, Kulilin rigole.
« Après, il y a Hêzekôzo, il est suuuper grand! Mais il est très rigolo! Il a dix ans! Mais même lui, je suis meilleur que lui! »
D'accord, je mens un peu. Mais c'est pas grave. Je veux que Kulilin voit à quel point je suis un grand frère génial!

Au bout d'un moment, il se met enfin à me demander comment est le temple. Je lui raconte qu'on apprend les arts martiaux par groupes des plus forts au moins forts. Qu'il y a six groupes. La plupart du temps, ce sont les grands qui se retrouvent dans les meilleures classes, même si c'est pas juste car je suis sûr que je pourrais facilement aller dans la meilleure classe. Mais je suis seulement dans la deuxième. Je lui dis aussi que la plupart des élèves quittent le temple quand ils sont grands, à vingt-et-un ans, mais que certains restent et deviennent des apprentis maîtres, puis des maîtres. Je lui dis aussi qu'on a des cours pour apprendre à lire et à écrire, des cours sur des livres, des cours de math, d'histoire générale, d'histoire des arts martiaux, des cours de géographie aussi, et d'autres cours. Mais que tout ça, c'est ennuyeux. Sauf le cours d'histoire des arts martiaux, bien sûr. Les cours de livres peuvent être amusants parfois aussi. Nous discutons joyeusement tout en nous tenant la main, et à un moment, je crois que Pibôsan-sensei nous regarde d'un air amusé.

On finit par sortir des champs de riz et on arrive finalement dans des prairies. C'est le printemps et il y a plein de fleurs partout, de toutes les couleurs. Cela fait un moment que le jour est complètement levé. Le ciel est bleu avec de jolis nuages blancs. Il y a un peu de vent. Les herbes et les fleurs colorées gigotent de tous côtés. Kulilin a l'air de commencer à fatiguer. Voyant ça, Pibôsan se retourne et dit:
« L'entraînement au temple ne sera pas facile. Je sais que tu dois être fatigué, mais si tu veux prouver que tu seras un bon disciple, il faut que tu puisses au moins faire ce voyage à ce rythme. Je ne vais pas très vite, car je sais que tu n'as pas l'habitude. Allez courage. »
Il se retourne et Kulilin a l'air de vouloir commencer à pleurer, alors je sers un peu ma main pour qu'il me regarde et je lui souris pour le consoler. Il me sourit aussi et on recommence à marcher.

Nous marchons pendant encore beaucoup d'heures. Nous faisons quelques pauses, pour manger par exemple, mais aussi parce que Kulilin est fatigué. Finalement, nous arrivons près de la forêt de bambous. Et comme le soleil est en train de se coucher, donnant plein de jolies couleurs au ciel et aux nuages, Pibôsan décide qu'on dormira ici. Kulilin s'assoit par terre.
« J'ai mal aux pieeeeds! »
Il a vraiment l'air fatigué.
« Je peux plus marcheeer!
- Ah oui? Et qu'est-ce que tu vas faire, si un ours attaque? Il faudra fuir!
- Menteur! Piposan-sensei a dit qu'il y avait pas d'ours!
- C'est Pibôsan-sensei et il y a pas d'ours, mais des dinosaures!
- Hein...? C... C'est vrai!
- Hmm! Hmm! » je confirme avec la tête.
Comme je vois que Kulilin est sur le point de pleurer, je vais près de lui et je pose un bras autour de ses épaules.
« Mais je te protégerai!
- C'est... C'est vrai...?
- Oui!
- Mais... Tu peux te battre contre des dinosaures?
- Hmm! Hmm! Bien sûr!
- Promis juré, tu me protégeras?
- Promis juré! »
Il me sourit, mais prend tout de suite un air un peu effrayé.
« Ils... Ils sont gros, les dinosaures..?
- Très très très gros! Ils sont grands au moins comme ça! »
Je monte la main le plus haut possible pour lui montrer. Puis, je mets mes doigts devant ma bouche, pour faire comme des dents et j'essaie d'avoir l'air effrayant.
« Et ils ont des dents longues comme ça! »
Il a l'air d'avoir peur, mais tout à coup, je sens un coup derrière ma tête. Ca fait mal!
« Ca suffit, Kurishô! Cesse d'essayer d'effrayer ton petit frère! Il n'y a pas de dinosaures, ici et aucune bête dangereuse pour nous!
- Oui, Pibôsan-sensei... Pardon, Pibôsan-sensei... » Je baisse la tête, un peu déçu de ne pas pouvoir continuer à essayer d'impressionner mon petit frère.
« Des dinosaures, franchement... Quelles sottises... Quel maître digne de ce nom irait exposer de jeunes disciples à de tels dangers...? Pourquoi pas les plonger dans un lac plein de requins, tant qu'on y est...? »

« ...shô! Kurishô! »
Hmmm... Qu'est-ce que c'est...? J'entends mon nom et je me sens un peu balloté. J'ouvre les yeux. Ah! Où suis-je? Il fait noir!
« Kurishô! »
Je tourne la tête. Mais c'est Kulilin? Ah! C'est vrai, nous sommes en train de dormir à la belle étoile, car nous allons au Temple d'Ôrin.
« Qu'est-ce qu'il y a, Kulilin...?
- Je... J'ai entendu un bruit... Tu... Tu crois que c'est un dinosaure...?
- Mais non! Aller va dormir!
- Mais... Snif... J'ai... J'ai peur... »
Il a un regard très effrayé.
« Dans ce cas, dors avec moi. »
Je soulève ma couverture et il plonge tout de suite à l'intérieur. Il se sert contre moi.
« Bonne nuit, Kulishô. »
Il est tout chaud. Je remets la couverture sur nous et me blottis contre lui. Je vois le ciel noir, avec plein d'étoiles qui brillent et la lune en croissant, un peu cachée par les feuilles noires des bambous. Et je ferme les yeux, sentant mon petit frère respirer doucement à côté de moi.

Depuis que nous nous sommes réveillés, nous avons traversé la forêt de bambous et nous sommes de nouveau dans des prairies pleines de fleurs de toutes les couleurs. Comme hier, nous faisons des pauses, et nous arrivons quand le soleil ne va pas tarder à aller dormir, près de la montagne où se trouve le temple. Il y a de nouveau une forêt de bambous. On monte la montagne et je crois n'avoir jamais vu Kulilin aussi fatigué. Il est sur le point de pleurer, mais Pibôsan-sensei ne s'arrête pas. J'ai envie d'aller aider mon petit frère, je le prends donc par la main. Plus on monte, plus il va lentement, mais Pibôsan-sensei ne ralentit pas et je dois le tirer un peu plus. Kulilin fait des petits bruits, car il est vraiment presque en train de pleurer. Mais finalement, nous arrivons enfin devant le temple. Il y a quelques champs autour, et quelques maîtres et élèves cultivent ce qu'on va manger. Il y a une grande muraille de pierre qui fait tout le tour, comme une forteresse. À l'intérieur, il y a plusieurs maisons blanches très grandes avec des étages de plus en plus petits. À chaque étage, il y a des toits qui sortent avec des tuiles noires, courbés vers le haut. Et le sommet des maisons est pointu. Il y a aussi quelques arbres dans la cours.

Quand nous arrivons, les entraînements ont l'air d'être finis. Mais c'est normal, car il est tard. Quand on passe dans la cours, tout le monde nous regarde. Ils ont des têtes étonnées. Ils voient que j'ai maintenant un petit frère. Cela me rend content. Mais je sais pas pourquoi, certains rient et nous pointent du doigt. J'accompagne Kulilin et Pibôsan-sensei jusqu'au bureau du maître supérieur, Âmonshu-sensei. Les couloirs sont sombres avec juste des fenêtres assez petites. Quand au arrive devant le bureau, Pibôsan-sensei me demande d'attendre. Je regarde Kulilin qui a l'air apeuré. Alors je lui sers la main et lui souris.
« Vas-y! N'aie pas peur. Je t'attends ici! »
Ils entrent et la porte se referme. J'attends devant. Ils mettent des heures à en sortir et je commence à vraiment m'ennuyer. Finalement, Kulilin, Âmonshu-sensei et Pibôsan-sensei sortent. Âmonshu-sensei a toujours l'air aussi vieux, avec plein de rides et une très grosse sur le front. Mon maître me dit de les suivre. Nous marchons un moment dans les couloirs et nous arrivons finalement dehors. Il y a plein d'élèves du Temple assis en tailleur dans la grande cours. Et des maîtres les entourent. Je suis un peu impressionné par tout ce monde et j'ai envie de partir. Mais je me rappelle que c'est comme ça que les nouveaux sont présentés. Et puis, je suis le grand frère, je dois montrer l'exemple. Je sers la main de Kulilin, qui a l'air encore plus inquiet et nous allons devant.

« Kulishô, va t'asseoir avec tes camarades! »
« Mais... Pibôsan-sensei, je ne peux pas rester avec mon petit frère? »
« Non, va t'asseoir. »
Je tape du pied et j'essaie de faire une tête triste, mais cela n'a pas l'air de marcher, alors je lâche la main de mon petit frère et je vais m'asseoir. Je remarque mes copains et je vais m'asseoir à côté d'eux.
« Salut Tachiobô! Salut Konomon! Salut Hêzekozô!
- Le nouveau, c'est ton petit frère, Kulishô? » me demande Hêzekozô.
« Ouais! » je réponds très content.
« Pourquoi il n'a pas de nez? » me demande Konomon.
Hein? Pourquoi il me demande ça? C'est pas normal de ne pas avoir de nez? C'est vrai que maintenant que j'y pense, je ne connais que mon frère qui n'a pas de nez. Quand je vais répondre, Âmonshu-sensei commence à parler et je sais que je fais mieux de ne plus parler. Il n'aime pas quand on bavarde quand il parle. Et les punitions d'Âmonshu-sensei ne sont pas drôles.

« Nous avons maintenant un nouveau disciple qui vient rejoindre notre saint Temple des arts martiaux d'Ôrin. Je vous présente Kulilin, le petit frère de Kulishô, que vous connaissez déjà. Viens, Kulilin, présente-toi à tes condisciples. »
Kulilin a l'air d'hésiter. Mais il avance et il dit doucement:
« Salut... Je m'appelle Kulilin. »
Il regarde par terre et sa voix est toute tremblante. Tout le monde rigole. Ahlala! Mais qu'est-ce qu'il fait? Ensuite, Âmonshu-sensei commence son long discours sur les arts martiaux et sur la responsabilité qu'ils représentent et sur les règles et bla bla bla. Pourquoi il fait ça à chaque fois qu'il y a des nouveaux? Il y en a pratiquement toutes les semaines! Finalement, il arrête de parler et demande au monsieur que j'oublie toujours son nom et qui s'occupe de nous raser la tête et de nous mettre les six points sur le front. Au moment où il essaie de lui passer le rasoir sur le crâne, Kulilin fuit et se met à pleurer! Et tout le monde rit.
« Quel poltron ton frère! » me dit Tachiobô.
Je suis un peu choqué qu'il dise ça. Il m'énerve! Pourquoi il dit un truc aussi méchant? Et pourquoi Kulilin fait l'idiot comme ça! Il me fait honte. Finalement, Pibôsan-sensei lui explique que tous les experts en arts martiaux doivent se raser le crâne, et que s'il voulait vraiment en devenir, il devait accepter de le faire. Kulilin se calme enfin, ils lui rasent la tête et lui dessinent les six points, mais tout le temps, Kulilin pleure. Il m'énerve! Arrête de pleurer! Enfin. C'est pas grave. Je lui expliquerai et il comprendra ce qu'il faut faire.

Quand tout est fini, je me lève et cours vers Kulilin.
« Pourquoi tu as pleuré? Un expert en arts martiaux ne pleure pas! Et c'est normale de se raser la tête! Regarde, moi, je le suis! »
Kulilin me regarde sans rien dire, un peu étonné, comme s'il remarquait que j'étais rasé pour la première fois. Âmonshu-sensei arrive et nous dit:
« Vous vous reverrez demain. J'emmène Kulilin dans le dortoir des disciples du premier niveau. Il doit être fatigué. »
Mon petit frère me regarde comme s'il avait peur. Je lui dis de ne pas s'inquiéter et qu'on se reverra demain. Mais il n'a pas l'air plus rassuré. On se dit tous les deux bonne nuit et quand il part avec Âmonshu-sensei, il me regarde. Je lui fais un signe de la main et enfin il sourit un peu et me répond avec sa main. Je cours rejoindre mes amis.

« T'as vu, Tachiobô? Maintenant, moi aussi j'ai un petit frère! Lui aussi, il va faire tout ce que je lui dirai! Comme Tachiomon avec toi! Et puis, je vais lui apprendre tout ce que je sais! Je suis sûr qu'il deviendra vite très doué! Et je suis sûr qu'on va bien s'amuser! »
Je continue de parler de mon petit frère pendant un moment, car j'ai toujours trouvé injuste qu'il ait son petit frère pour faire plein de trucs avec lui. Et je veux lui montrer que moi aussi, je vais pouvoir faire tous ces trucs! Mais il m'arrête tout d'un coup.
« Arrête avec ton petit frère! Il a l'air stupide et poltron! Il va jamais devenir bon! Et puis, il ressemble à un crapaud sans nez, parce qu'il a pas de nez! Et c'est pire maintenant qu'il n'a plus ses cheveux! »
Konomon et Hêzekozô se mettent à rigoler. Mais pourquoi il a dit ça! Je croyais que Tachiobô serait content que j'aie enfin mon petit frère. Je suis presque en train de pleurer, tellement il m'a fait de la peine. Mais je me retiens. Ce serait la honte! Un expert en arts martiaux ne pleure pas! Je baisse la tête et je ne dis rien, pendant que mes amis retournent dans le dortoir en riant. Je vais faire en sorte que Kulilin ne soit plus aussi idiot et peureux! Ils vont voir! Je suis sûr qu'il deviendra très fort. Mais bien sûr, pas aussi fort que moi.
Avatar de l’utilisateur
San999
Phœnix Violet
 
Messages: 11447
Inscription: Sam Mars 10, 2007 18:06
Localisation: À côté de la plaque... Toujours à côté... -_-'

Re: Le Temple d'Ôrin (l'histoire de Krilin)

Messagepar Majin-vegeto89 le Mer Oct 19, 2011 20:05

bon, j'ai toujours trouvé que DB sans kamehameha, montagne qui explose et tout ça ne m’intéressait pas, mais ayant lu ton autre fic, j'ai pas eu d’à priori pour celle ci^^. globalement, je trouve que ça part pas mal du tout et je continuerai à suivre, même si je t'avoue que le système narratif ne m'emballe pas des masses. le point du vue du frère est déconcertant, mais ça permettra de voir kulilin évoluer d'un point du vue externe mais proche. je ne sais pas si tu comptes rester de ce point de vue?

sinon, j'ai adoré la petite allusion à kame sennin^^. quoi de plus? à oui, je hais les parents, entre le père dépressif de pas avoir continuer et la mère "ne nous fait pas honte" ( :evil: sale garce, encourage ton fils au lieu de le menacer!). bref, je vais suivre la suite avec plaisir :)
Comment Dragon Ball aurait pu tourner si Nekomajin avait été présent? la réponse:
[fanfic] Nekomajin Z

Lors du combat final contre Boo, ce dernier prend une autre décision, qui devait tout changer:
[fanfic]Boo: la quête de la perfection

Sur Namek, le prince Vegeta découvre le super saiyen et élimine Freezer avant de prendre sa place:
[fanfic] L'empereur saiyen

mon avatar est un cadeau de Greg 131982, un immense merci!
Avatar de l’utilisateur
Majin-vegeto89
 
Messages: 1801
Inscription: Ven Jan 08, 2010 16:20

Re: Le Temple d'Ôrin (l'histoire de Krilin)

Messagepar San999 le Mer Oct 19, 2011 20:40

Merci pour ton commentaire, pour commencer! :D

Alors, effectivement, on ne verra pas trop de kamehameha et autres trucs du genre. On restera dans une ambiance d'arts martiaux, ou du moins j'essaierais, mais ce sera du niveau classique. Par contre, j'essaierais le plus possible de mettre des clins-d'oeil ci et là, qui devraient te rappeler le manga original (comme la référence à l'entrainement de Kame Sennin, mais je pourrais faire des clins-d'oeil plus gros aussi). ^^ Vu qu'ils vont étudier l'histoire, l'histoire des arts martiaux et la géographie, qui sait si je ne vais pas essayer d'ajouter quelques éléments tentant d'expliquer des choses sur le monde de Dragon Ball, comme je l'ai fait dans la fic sur les cyborgs, avec le cours sur Gerinovitch. J'ai quelques idées par-ci par-là, mais rien de précis, juste des éventuels thèmes à aborder. Donc, je verrai. ^^

On va effectivement garder tout du long la narration du point de vue du frère de Kulilin. Cependant, il va grandir, et sa façon de raconter les événements va forcément évoluer. Même si j'ai en tête tous les événements clés de l'histoire, les moments où ils se dérouleront ne sont pas encore fixes. Donc, je sais pas exactement à quels âges on le verra parler. Là, il a huit ans. On le verra aussi narrer quand il aura treize et dix-huit ans, en tout cas. J'espère arriver à marquer des différences dans sa façon de parler, quand il aura treize ans par rapport à quand il en a huit et quand il en aura dix-huit.

Et oui, les parents de Kulilin et Kulishô ne sont pas forcément très sympathiques, mais la mère n'est pas complètement irrattrapable, puisqu'elle fait quand même un câlin à ses deux fils. En tout cas, les deux sont très strictes et attachés à la réputation.

Merci encore pour ton commentaire! :D Et content que ce primer chapitre de plaise! ^^
Avatar de l’utilisateur
San999
Phœnix Violet
 
Messages: 11447
Inscription: Sam Mars 10, 2007 18:06
Localisation: À côté de la plaque... Toujours à côté... -_-'

Re: Le Temple d'Ôrin (l'histoire de Krilin)

Messagepar Gemini30 le Mer Oct 19, 2011 21:13

Haaa! Enfin une nouvelle fanfic de mon auteur préféré! :D
Et comme d'habitude c'est génial. Pauvre Krilin, 4 ans c'est un peu jeune, moi je me souviens quand j'allais au judo au même âge mon prof me sortait du tatamis par en m'attrapant par le kimono par ce que j'étais la plus jeune :lol: .
Ses parents sont pas très sympathique dit moi... Tu as un faible pour les parents névrosé non?
En tout cas, je vais suivre cette fanfic de très prêt! :wink:
Et celui qui a dit « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » mériterait un bon coup de pied au cul.
Image
Avatar de l’utilisateur
Gemini30
 
Messages: 196
Inscription: Dim Mars 30, 2008 21:40
Localisation: Sur LV4-26

Re: Le Temple d'Ôrin (l'histoire de Krilin)

Messagepar San999 le Mer Oct 19, 2011 21:19

Merci de prendre la peine de commenter!

Eh oui, on est dans Dragon Ball. On laisse des gamins participer à un championnat de bastons avec des adultes. Donc...

Pour les parents de Kulilin, disons que je verrais mal comment on ne les aurait jamais vu durant tout ce temps, et pourquoi Kulilin vivrait chez Kame Sennin s'il avait des parents sympas.

Merci encore pour ton commentaire et ravi que cela te plaise! ^^
Avatar de l’utilisateur
San999
Phœnix Violet
 
Messages: 11447
Inscription: Sam Mars 10, 2007 18:06
Localisation: À côté de la plaque... Toujours à côté... -_-'

Re: Le Temple d'Ôrin (l'histoire de Krilin)

Messagepar Teen_Gohan_757 le Jeu Oct 20, 2011 17:49

N'étant royalement pas fan du chauve, j'étais pas fort emballer par le sujet de l'histoire mais ayant déjà vu ton talent pour l'écriture (non ta parodie ca compte pas :lol: ), je me suis dit que je devais au moins lire le début et finalement j'ai tout lu, preuve que cela m'a plu (oui je suis capable de lire de fics sans Gohan dedans :lol: ). J'aime beaucoup le style de narration car narrer l'histoire de Krilin, du point de vue de son grand frère, c'est original et intérérssant, je trouve.

D'ailleurs j'aime bien la relation entre Krilin et Kulishô, ca me fait penser a deux autres frères que j'apprécie particulièrement :mrgreen:

Bref, très bon commencement même si le chapitre est un peu long pour moi, mais bon si tu c'est ton habitude de faire chapitres de cette taille, je m'y ferai :wink:

Vivement la suite !
Image Image
Illustrations aimablement réalisées par Mizuumii.
Avatar de l’utilisateur
Teen_Gohan_757
 
Messages: 10912
Inscription: Jeu Août 11, 2011 17:41
Localisation: Paozu Yama

Re: Le Temple d'Ôrin (l'histoire de Krilin)

Messagepar San999 le Jeu Oct 20, 2011 19:01

Eh! Ravi d'être parmi les rares élus à avoir réussi à t'intéresser à une histoire sans Gohan! :D

Content que le narrateur te plaise! :D

Hmm... La relation entre de Kulilin envers Kulishô ressemble un peu à celle de Goten envers Gohan. Cependant, Kulishô est plus "dominant" par rapport à Kulilin. C'est pas tout à fait le terme, mais c'est à peu près ça. ^^' Gohan ne ressens pas le besoin de pousser Goten à l'admirer.

Et oui, à part pour ma parodie, j'ai tendance à faire des chapitres assez longs. Généralement, je décide d'un thème que je vais traiter dans tel chapitre, ou jusqu'à quel point je veux y faire évoluer l'histoire et je ne m'arrête pas avant. Il m'est cependant arrivé une fois de trouver un chapitre trop long et de le diviser en deux. Par contre, il ne m'est jamais arrivé de le trouver trop court.

Merci de ton commentaire et ravi que cela te plaise! :D
Avatar de l’utilisateur
San999
Phœnix Violet
 
Messages: 11447
Inscription: Sam Mars 10, 2007 18:06
Localisation: À côté de la plaque... Toujours à côté... -_-'

Re: Le Temple d'Ôrin (l'histoire de Krilin)

Messagepar Teen_Gohan_757 le Jeu Oct 20, 2011 20:29

San999 a écrit:Eh! Ravi d'être parmi les rares élus à avoir réussi à t'intéresser à une histoire sans Gohan! :D


Hé oui tu es, avec Marthym et Tendou, le seul qui m'ai donné envie de lire une fic sans Gohan ni Goten (faut pas l'oublier le p'tit, hein :mrgreen: )

San999 a écrit:Hmm... La relation entre de Kulilin envers Kulishô ressemble un peu à celle de Goten envers Gohan. Cependant, Kulishô est plus "dominant" par rapport à Kulilin. C'est pas tout à fait le terme, mais c'est à peu près ça. ^^' Gohan ne ressens pas le besoin de pousser Goten à l'admirer.


Effectivement Gohan n'a pas du tout le besoin de que Goten l'admire car ce n'est pas dans son caractère mais merci pour la précision, c'est bon a savoir :D


San999 a écrit:Et oui, à part pour ma parodie, j'ai tendance à faire des chapitres assez longs. Généralement, je décide d'un thème que je vais traiter dans tel chapitre, ou jusqu'à quel point je veux y faire évoluer l'histoire et je ne m'arrête pas avant. Il m'est cependant arrivé une fois de trouver un chapitre trop long et de le diviser en deux. Par contre, il ne m'est jamais arrivé de le trouver trop court.


C'est une assez bonne technique que je devrais appliqué peut etre même si je préfère écrire jusqu'a ce que l'envie d'écrire me passe.

Bref, merci pour ces précisions et vivement le prochain chapitre !
Image Image
Illustrations aimablement réalisées par Mizuumii.
Avatar de l’utilisateur
Teen_Gohan_757
 
Messages: 10912
Inscription: Jeu Août 11, 2011 17:41
Localisation: Paozu Yama

Re: Le Temple d'Ôrin (l'histoire de Krilin)

Messagepar San999 le Jeu Oct 20, 2011 20:45

Teen_Gohan_757 a écrit: C'est une assez bonne technique que je devrais appliqué peut etre même si je préfère écrire jusqu'a ce que l'envie d'écrire me passe.
Arf! Tu crois quand même pas que j'écris un chapitre en un coup? :mrgreen: Cela me prend plusieurs jours, voire semaines. Des fois, j'écris juste un paragraphe en une journée.
Avatar de l’utilisateur
San999
Phœnix Violet
 
Messages: 11447
Inscription: Sam Mars 10, 2007 18:06
Localisation: À côté de la plaque... Toujours à côté... -_-'

Re: Le Temple d'Ôrin (l'histoire de Krilin)

Messagepar Teen_Gohan_757 le Jeu Oct 20, 2011 21:56

Ah Ok, ca me semble plus logique en effet ^^
Image Image
Illustrations aimablement réalisées par Mizuumii.
Avatar de l’utilisateur
Teen_Gohan_757
 
Messages: 10912
Inscription: Jeu Août 11, 2011 17:41
Localisation: Paozu Yama

Re: Le Temple d'Ôrin (l'histoire de Krilin)

Messagepar Tinky Dan Dan le Mer Oct 26, 2011 0:21

J'ai lu et j'aaaime !

J'adore le Krilin de cette fic ! Et Kurisho a l'air d'avoir un caractère intéressant, j'aime bien.

« Des dinosaures, franchement... Quelles sottises... Quel maître digne de ce nom irait exposer de jeunes disciples à de tels dangers...? Pourquoi pas les plonger dans un lac plein de requins, tant qu'on y est...? »


Merci, j'ai bien rigolé sur ce passage. Belle allusion à Tortue Géniale. x)


Ils sont méchant dans le temple, quand même. :(
Kurisho et Krilin me font de la peine.

Et ses parents sont pas mieux.

C'est quoi cette façon de préparer son fils à rentrer dans le temple ?

C'est pas cool de lui rabâcher sans cesse: "Ne nous fait pas honte." :(

alors je sers un peu ma main


Je me trompe peut-être mais c'est pas plutôt: "je serre" du verbe serrer ?


Bref, c'est un excellent premier chapitre. Je n'y trouve pas vraiment de défaut. J'aime plutôt pas mal la relation entre les deux frères.

Vivement la "sweet". x)
Avatar de l’utilisateur
Tinky Dan Dan
Princesse de L'Union Sacrée
 
Messages: 4557
Inscription: Ven Août 12, 2011 0:44

Re: Le Temple d'Ôrin (l'histoire de Krilin)

Messagepar San999 le Mer Nov 02, 2011 0:32

Merci pour ton commentaire, Son Goten! :D

Déjà, tu as parfaitement raison pour le verbe "serrer", je vais corriger cela dès que j'aurais fini de te répondre.

Content que mon allusion à Kame Sennin t'ait fait rire. :P

Ouais, les enfants peuvent être cruels entre eux, parfois. Quant aux parents, comme je l'ai dit, ils sont plus vers la sévérité que vers la tendresse et la compréhension. Ils aiment certainement leurs enfants, mais ils accordent plus à la discipline qu'à l'affection.

Merci encore pour le commentaire et content que cela t'ait plu! :D






[edit]Nouveau chapitre![/edit]






Chapitre 2: La Vie au Temple






C'est sombre et il n'y a pas de bruit. Il fait doux et chaud. Je flotte. Mais tout d'un coup, il y a un drôle de bruit, qui semble venir de très loin. Mais il est de plus en plus fort. Il se répète. Le bruit commence à me faire mal aux oreilles. J'ouvre les yeux. Et là, je reconnais le son du gong du matin. La lumière passe un peu par les fenêtres et me pique les yeux. J'ai pas envie de me lever. Je veux dormir. Mais je sais que si je le lève pas, les maîtres vont me gronder. Donc, je m'assoie, je me frotte les yeux et je baille. Je regarde les murs. Comme le soleil est en train de se réveiller, il y a des taches oranges à cause de la lumière qui passe à travers les petites fenêtres rondes. Mais ils sont fait de grosses pierres grises très lisses. Je sais que les experts en arts martiaux ne doivent pas avoir besoin de beaucoup de choses, mais pourquoi tout doit être aussi ennuyeux? Il n'y a que les futons et quelques meubles et armoires dans la pièce. Super ennuyeux! Je me retombe dans mon futon. Nous dormons à beaucoup dans la même chambre. On nous a divisé par âge.
« Eh! Kulishô! Faut te lever! »
- D'accord! D'accord! Fff... »
Je regarde Hezêkozô, qui me sourit avec toutes ses dents pointues. Des fois, quand il sourit, j'ai un peu peur. Mais je sais que Hezêkozô est gentil, même s'il a une tête de tigre.
« Aller! Il faut te réveiller! »
Il me met un de ses doigts sous le nez. Et ses poils me chatouillent!
« Arrête! Ha! Ha! Ha! »
J'essaie de le pousser en gigotant mes mains partout, mais comme il continue, je finis par éternuer, et il y a plein de morve qui est expulsée de mon nez et qui va sur sa main.
« Aaaaah! Mais t'es dégoûtant!
- Ha! Ha! Ha! Ha! Bien fait! »

« Vous êtes tous les deux aussi bêtes que dégoûtants! Ah! Pourquoi je dois voir vos têtes tous les matins?! »
Je regarde vers celui qui a dit ça. C'est Rakkayama. Il est bête et méchant. Je crois qu'il est jaloux de moi. Il est pas aussi bon que moi pour se battre et en plus, il est tout maigre, il a des yeux qui tombent et un nez crochu! Il est moche!
« Ouais! T'as raison, Rakkayama! »
Et ça, c'est son ami, Kuruhei. Lui, c'est le contraire, il est gros. Mais il est très bête aussi! Je leur tire la langue et je leur dis:
« C'est nous qui avons pas de chance de voir vos sales caboches toutes moches! Et en plus, vous êtes bêtes et vous savez pas vous battre!
- Quoi, non, mais tu vas voir, toi! »
Au moment où ils vont venir vers moi, la porte s'ouvre et Kashusan-sensei entre.
« Aller, les enfants! Préparez-vous! Il faut que vous alliez prendre le petit-déjeuner avant l'entraînement! »
Rakkayama et Kuruhei arrêtent de venir vers moi, mais me regardent d'un air fâché. Je leur tire la langue et ils me regardent encore plus fâchés. Les narines de Rakkayama ont même l'air de s'écarter. Il a une drôle de tête comme ça et je commence à rigoler très fort. Je regarde Hezêkôzô et Tachiobô, et ils rient aussi. Quand Tachiobô rit, il a ses yeux bleus qui se ferment. Il m'a dit qu'il est blond, mais je ne l'ai jamais vu avec des cheveux. Rakkayama a l'air de se fâcher encore plus, en nous voyant rire, et nous on rit encore plus.
« Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a de si drôle ? »
Je me retourne, et je vois Konomon, qui nous regarde avec ses yeux noirs ronds et sa grande bouche ouverte. On rit encore plus.
« Mais quoi ?? Qu'est-ce qu'il y a ? Dites-moi ! Vous êtes pas sympas ! »

---------------------------------------------------------------

Quand on arrive au réfectoire, on va prendre notre table habituelle. Le réfectoire est très grand. Et c'est une des pièces avec le plus de lumière dans le temple, car les fenêtres sont très grandes. Il y a douze très longues tables. On s'assoie à notre endroit habituel, sur les coussins, en nous mettant à genoux. Tachiomon arrive. Il a cinq ans. Il ressemble beaucoup à Tachiobô.
« Eh petit frère ! Viens ! »
Tachiomon s'assoie toujours avec nous pour manger.
« Alors, Mon-kun, tu as bien dormi ?
- Oui, Bô-chan ! »
Il s'appellent toujours Mon-kun et Bô-chan.
« Tu as réussi à refaire l'enchaînement d'hier, durant l'entraînement d'avant qu'on aille se coucher ? »
Tachiobô regarde en bas et fait non de la tête.
« C'est pas grave ! Je vais t'apprendre ! D'accord ? »
Le petit regarde son grand frère avec un grand sourire et fait oui de la tête.

Tout à coup, je vois enfin Kulilin qui entre dans le réfectoire. Il a l'air perdu, il regarde partout et d'autres élèves le bousculent. Je fronce les sourcils et je me lève.
« Lin-kun ! »
Je l'appelle, en essayant de faire comme Tachiobô. Je l'appelle plusieurs fois, mais il a pas l'air de comprendre que c'est lui qui est appelé, mais il regarde mon côté, et me vois bouger les bras. Il vient enfin vers nous.
« Kulishô !
- Appelle-moi Shô-chan !
- Euh... Hein... ?
- Il faut m'appeler Shô-chan !
- … D... D'accord, Shô-chan...
- Je vois que tu as maintenant les six points sur le front ! Le symbole de notre temple !
- Hmm ! Hmm ! Ils l'ont fait ce matin.
- T'as réagi comme hier, en pleurant ? »
Je regarde Tachiobô et il a un air méchant quand il dit ça. Ca me choque. Pourquoi il essaie d'être méchant avec Kulilin ? Mais mon petit frère fait non de la tête.
« Hmm ! Hmm ! Non ! Ca, ça fait pas peur ! Mais j'aimais bien avoir des cheveux !
- Tout le monde doit se raser les cheveux, en venant au Temple ! » dit Hezêkozô.
« Mais toi, t'es pas rasé !
- Ah... Mais moi, c'est parce que je suis un humain-animal ! C'est pas pareil !
- C'est pas juste !
- Et moi, ils m'ont mis les points en coloriant mes poils. Le produit qu'ils m'ont mis grattait ! »
Hezêkozô fait une drôle de grimace et Kulilin se met à rire. Je reprend la discussion que je voulais avoir.
« Lin-kun ! Il ne faut plus pleurer, d'accord ! Sinon, tout le monde va se moquer de toi ! Et puis, un expert en arts martiaux ne pleure pas ! »
Kulilin regarde la table et dit :
« Je sais... Ils l'ont fait, hier avant d'aller dormir. Ils se sont moqués de moi... »
Il a l'air triste et encore sur le point de pleurer. Ah non ! Il va pas recommencer ! Je vais lui dire d'arrêter, mais Tachiomon parle avant :
« Pourquoi t'as pas de nez ?
- … Je sais pas ! Pourquoi tout le monde me pose cette question ! Ils se sont aussi moqués de moi à cause de ça !
- Crie pas sur mon petit frère, crapaud !
- Toi, crie pas sur mon petit frère, Tachiobô ! »
Je regarde méchamment Tachiobô et lui me regarde pareil. Kulilin a l'air de commencer à pleurer.
« Ah non ! Tu pleures pas, Kulilin ! »
Il me regarde choqué, puis regarde la table sans rien dire. Maintenant il boude !? Mais avant que je puisse lui dire quelque chose, Konomon parle.
« Dites ! Vous savez, j'ai une idée super !
- Ah non, Konomon ! On va être encore puni à cause de toi !
- Mais... Vous êtes pas gentils ! Ecoutez, au moins... »
Mais avant qu'il dise quelque chose, Kashusan-sensei passe par notre table et nous met à manger.


---------------------------------------------------------------


Après le petit-déjeuner, nous sortons dans la cours extérieure pour notre entraînement du matin. La cours est très grande avec plein de grosses dalles grises. Il y a des arbres autour, juste à côté des vieux bâtiments du temple. Il fait beau aujourd'hui, c'est pour ça qu'on n'utilise pas le dôjô intérieur. Nous sommes séparés en groupes d'âge. Les garçons de quatre à six ans ensembles. Les sept à neuf ans ensembles. Ensuite, les dix à douze ans ensembles aussi. Puis, les treize à quinze ans. Après, les seize à dix-huit ans. Et enfin, les grands, de plus de dix-huit ans. Moi, j'étais entré à six ans dans le groupes des sept-neuf ans, parce que j'étais très fort ! Mais ils me laissent pas passer dans le groupe des dix-douze ans, maintenant. Mais au moins, j'ai pas besoin de me lever plus tôt pour l'entraînement. À treize ans, on commence l'entrainement plus tôt. Mais on termine plus tard à partir de dix ans.

Aujourd'hui, Pibôsan-sensei apprend aux groupe des grands. Celui qui apprend à mon groupe est Meguzô-sensei. Et Kashusan-sensei s'occupe du groupe de Kulilin, les plus petits. Nous essayons tous de refaire exactement les enchaînements que nous présentent nos sensei et on crie nos kiai, comme ils nous le demandent, à la fin de chaque enchaînement. Je vois que les plus grands, ceux qui ont plus de quinze ans, sont déjà en train de faire des combats. Plus on devient grand, et plus on fait des combats, plutôt que de copier les mouvements des maîtres. Je regarde Kulilin, et il a l'air un peu perdu. Des élèves sont en train de se moquer de lui. Mais pourquoi il fait pas ce que montre Kashusan-sensei ? C'est pas difficile. Son maître vient vers lui, et Kulilin arrive enfin à faire les choses comme il faut. Son sensei le laisse, mais je crois que l'un des élèves dit quelque chose à mon petit frère et il tombe comme un idiot. Tout le monde se met à rire. Mais il est bête ou quoi ?! Il se relève et se remet à faire les mouvements, mais il a l'air de pleurer et fait toujours n'importe quoi. Mais arrête de pleurer et fais les choses comme il faut !
« Ha! Ha! Ha! Ha! Ton petit frère est pas seulement moche, il a aussi l'air bête et totalement nul !
- La ferme, Rakkayama !
- Kurishô ! Arrête de crier et concentre toi sur ce que tu fais ! Tes enchaînements ne sont même plus corrects ! »
Rakkayama rigole, mais je préfère ne rien dire. Je le déteste ! Je recommence et j'essaie de faire les choses mieux. C'est à cause de Kulilin ! Il faut qu'il arrête d'être aussi nul.

Après la fin de l'entraînement, je vais voir Kulilin.
« Mais pourquoi tu fais pas les choses comme il faut !? T'es bête ou quoi ?!? »
Il me regarde choqué, puis baisse les yeux.
« Mais j'essaie... Et je suis pas bête...
- Si, t'es bête ! Sinon tu y arriverais ! »
Je me retourne et je vois que c'est Tachiobô, qui a dit ça. Il sourit d'une manière méchante.
« Arrête d'embêter mon petit frère ! »
Je le pousse.
« Me pousse pas ! Tu veux te battre ?! »
On se met en position de combat.
« Eh ! Pas de bagarre ! Vous deux ! Vous allez me faire une autre série d'enchaînements et ce midi, vous êtes de corvée dans les cuisines !
- Mais Meguzô-sensei...
- Il n'y a pas de mais ! Allez tout de suite faire une nouvelle série d'enchaînements »
Tachiobô et moi allons vers le centre de la cours pour faire notre punition. Mais il me chuchotte :
« Tout ça, c'est la faute de ton frère !
- C'est pas vrai ! C'est toi qui est venu l'embêter !
- Il a qu'à pas être aussi stupide ! »
Mais pourquoi il est aussi méchant...? Je croyais que c'était mon copain. Je retiens quelques larmes. Je veux pas être un pleurnicheur comme Kulilin.


---------------------------------------------------------------


Qu'est-ce que ce cours d'histoire est ennuyeux! Ce matin, j'ai eu les cours de lecture et d'écriture, puis de math. Après, j'ai dû faire ces stupides corvées à la cuisine. Et après avoir mangé, j'y suis encore retourné. J'ai même pas pu parler à Kulilin, parce que Tachiobô et moi avons mangé dans la cuisine. Et en plus, il me fait la tête. Après, nous avons encore fait un entraînement par groupes. Et encore après, les cours ont recommencé. Meguzô-sensei continue sa leçon.
« Les premiers humains-animaux sont donc apparus il y a cinq-mille ans. Avant ça, il n'y avait que des humains-humains et des humains-monstres. À cette époque-là, les humains-humains et les humains-monstres étaient sans arrêts en guerre. Pour obtenir la victoire, les humains-monstres, moins nombreux que les humains-humains, ont créés des humains-animaux après des expériences scientifiques utilisant des humains-humains. Ils pensaient ainsi qu'en en faisant des êtres proches des humains-monstres, ils se mettraient de leur côté. Cependant, ce que les humains-monstres n'avaient pas prévu, c'est que les humains-animaux ne veuillent pas tuer les humains-humains. Et qu'en fait, ils ne voulaient détruire aucun camp. Il y eut un soulèvement de la Générale humaine-animale Lamina, lors d'une bataille décisive à l'ancienne Pékinople, qui est aujourd'hui devenue Nishi no Miyako, et qui était alors un point stratégique important et où les plus importants généraux se trouvaient alors. Elle avait lâché une bombe anti-électronique, qui désactiva toutes les armes des humains-humains et des humains-monstres et les captura tous, avec son armée de soulèvement d'humains-animaux, à laquelle s'étaient alliés quelques humains-humains et quelques humains-monstres, désireux eux aussi de paix. Pendant que de chaque côté, dans chaque capitale des deux camps, d'autres personnes désireuses de paix dans leurs camps, capturèrent les familles royales des deux camps. Sans les familles royales, qui étaient les personnes qui voulaient le plus poursuivre ce conflit millénaire, les humains-humains et les humains-monstres ont pu commencer à faire la paix. Avec la fin des deux familles royales, le monde se divisa en plusieurs pays, mais ils n'étaient plus divisés entre humains-humains et humains-monstres, ni même en humains-animaux. »
Qu'est-ce que je m'ennuie...


---------------------------------------------------------------


Après les cours d'histoire générale et de philosophie, nous avons encore eu un entraînement, et Kulilin a encore été nul et tout le monde s'est moqué de lui et moi. Alors, j'ai décidé de l'entraîner un peu, avant le repas du soir, pendant la pause avant le dernier entraînement de la journée, car après on va dormir.
« Kulilin, je vais t'apprendre à faire les mouvements que tu dois faire. Mais il va falloir faire exactement comme je le dis, d'accord?
- Tu ne m'appelles plus Lin-kun?
- Hein...? Mais on s'en fiche! Fais ce que je te dis!
- D... D'accord!
- Bon! Alors, pour commencer tu dois apprendre à faire ça! »
Je lui montre alors quelques mouvements de base. Il essaie de refaire, mais il ne les fait pas juste. Alors, je recommence. Et on passe comme ça les deux heures de la pause. Il finit par comprendre et il se débrouille bien. Je suis un bon professeur! Je suis content qu'il y arrive enfin. Comme ça, tout le monde va arrêter de se moquer de nous.

Quand c'est l'heure de l'entraînement, je dis à Kulilin:
« Fais tout bien comme je t'ai dit!
- Oui! Promis! »
Il me dit en souriant. Quand je viens vers mon groupe, Rakkayama essaie de se moquer de moi.
« Tu donnais des trucs pour que ton petit frère soit encore plus ridicule?
- Tais-toi! Maintenant, Kulilin sait quoi faire et il va être super! Meilleur que toi, sale caboche!
- Comme si ton crapaud de frère pouvait être plus fort! Il arrive déjà pas à rester sur ses pieds! »
Il m'énerve! Je le déteste! Je regarde Tachiobô, mais il regarde de l'autre côté et il a l'air de me faire la tête. Puisque c'est comme ça, moi aussi je le boude! Du côté de Kulilin, je vois que plusieurs petits se moquent de lui, il a la tête basse. Ils vont voir s'ils vont toujours se moquer de lui!

Je commence l'entraînement, une fois que Meguzô-sensei nous dit de commencer. Un coup de poing en avant. Je replie le bras et je tends le coude. Coup avec l'autre coude et je tends le bras pour donner un coup de poing. Garde. Coup de pied au-dessus de ma tête. Je me retourne et je frappe de l'autre pied. Après quelques minutes, je regarde du côté de mon frère. Et je reste sans bouger pendant un moment, tellement je suis choqué par ce que je vois. Il recommence! Il ne fait rien comme il faut! Tout le monde rit! Pourquoi il ne s'arrête pas!? Il aurait l'air moins stupide, au moins! Mais non, il continue tout le temps et fait n'importe quoi. Il est toujours en retard sur tout le monde, et ses coups ont l'air très faibles.
« Ha! Ha! Ha! Ha! Et tu disais qu'il était meilleur que moi! Il est trop nul! »
Je lance un regard furieux à Rakkayama et à Kuruhei qui rigole avec lui. Je regarde aussi Tachiobô et je vois qu'il sourit. Je suis triste. Pourquoi il est content qu'on se moque de moi? Je regarde de nouveau vers Kulilin. C'est de sa faute! Il fait exprès d'être idiot pour m'embêter ou quoi?!

Quand la fin de l'entrainement arrive, je vais vers Kulilin et je lui crie dessus:
« Mais pourquoi tu as fait ça?! Tu as tout réussi comme il faut, tout à l'heure! »
Ah! Non, maintenant, il se met à pleurer! N'importe quoi!
« Je suis désolé... Snif... Je sais pas pourquoi j'y arrive pas... Quand tout le monde se moque de moi, j'arrive plus à me concentrer et je fais n'importe quoi... Snif... »
Il se frotte les yeux.
« Raaah! J'en ai marre! »
Je m'en vais dans l'autre direction pour aller vers mon dortoir et je le laisse là. Il m'énerve. Je vois Tachiobô qui me regarde d'un air content.
« Ton frère est aussi mauviette que toi, il continue de pleurer! »
Je me tourne vers Rakkayama, vraiment très en colère, et il recule un peu. Je lui saute dessus. Cette fois-ci je vais lui casser la figure! Je me mets à le taper sur le visage, n'importe comment. Kuruhei essaie de m'arrêter, mais je frappe au nez, et il se met à pleurer.
« Kurishô! Qu'est-ce qu'il te prend?! Arrête ça! »
Quand je vois Pibôsan-sensei et Kashusan-sensei venir vers nous avec un air très fâché, je me calme tout de suite. Je regarde Rakkayama et lui aussi pleure, et il est dans un sale état. Bien fait!
« Qu'est-ce que c'est que cette violence! Tu vas voir Âmonshu-sensei, tout de suite! »
Il me prend alors par le bras et me trenne vers le bureau d'Âmonshu-sensei.
« Kashusan emmène Rakkayama et Kuruhei à l'infirmerie. »


---------------------------------------------------------------


Je rentre dans mon dortoir. Je suis privé de pause de l'après-midi pour toute la semaine! Je vais devoir faire de l'entraînement en plus, pendant toute une semaine! Et pendant un mois, je vais être de corvée à la cuisine! Je me frotte les yeux, pour arrêter les larmes. Un expert en arts martiaux ne pleure pas. Tout ça, c'est à cause de Rakkayama! Je le regarde, il est déjà en train de dormir. Je voudrais aller le taper, mais je vais encore être puni. Je me mets donc dans mon futon.


---------------------------------------------------------------


La semaine continue de la même manière, avec Kulilin qui fait l'idiot, Tachiobô qui est devenu méchant avec moi, Rakkayama et tout le monde qui se moque de moi et de mon frère! Et moi, je suis obligé de faire cette stupide punition. Finalement, samedi, nous rentrons enfin chez nous. Cette fois, on prend un sky-bus. C'est seulement quand on vient la première fois au temple, qu'on marche. Il paraît que c'est une épreuve. En sky-bus, on arrive très vite au village d'Ôrin. Je sais pas pourquoi, mais Pibôsan-sensei nous accompagne, Kulilin et moi. Quand on arrive à la maison, papa et maman sont surpris de voir Pibôsan-sensei. Ils nous envoient moi et mon frère dans nos chambres. Je me demande de quoi ils vont parler.
« On va jouer dans ta chambre, Shô-chan? »
Il a l'air très content. Trop content!
« Non! Et ne m'appelle pas Shô-chan! »
Il recule un peu. Quel peureux! Il baisse la tête et chuchotte:
« Mais c'est toi qui m'a demandé de t'appeler comme ça...
- Bah je veux plus! Et je vais dans ma chambre tout seul! T'as qu'à aller dans la tienne! »
Je vais donc dans ma chambre, qui ressemble beaucoup trop à celle de Kulilin.

Après un temps très long, papa nous appelle Kulilin et moi.
« Kulilin! Kulishô! Venez ici tout de suite!! »
Oulah! Il a l'air fâché. Je me demande ce qu'il veut. J'ai un peu peur d'y aller, mais je sais que si je n'y vais pas, ce sera pire. Alors, je sors de ma chambre et j'essaie d'y aller le plus lentement possible. Je vois Kulilin sortir de sa chambre et il fait pareil.
« Dépêchez-vous! »
Là, il vaut mieux y aller vite, sinon il sera encore plus énervé. Quand on entre dans le salon, Pibôsan-sensei n'est plus là et papa et maman nous regardent d'un air fâché. Surtout papa.
« Kulilin! »
Il fait un petit bond quand il entend son nom.
« Pibôsan-sensei m'a dit que tu étais un très mauvais élève! Qu'est-ce que c'est que cette histoire?! T'es pas là-bas pour paresser! Tu vas tout de suite commencer à travailler! Je ne tolérerais pas que tu sois un fainéant! »
Kulilin baisse le regard et va commencer à pleurer. C'est bien fait pour lui!
« Et arrête de pleurer! »
Moi et Kulilin sursautons.
« Et toi, Kulishô! »
Quoi, "moi"? J'ai rien fait!
« Pourquoi tu n'aides pas ton frère à faire mieux?! »
Quoi?! Mais c'est pas juste! J'ai essayé de l'aider! C'est lui qui fait l'idiot et qui fait rien comme il faut!
« Mais c'est ce que j'ai essayé de fai...
- Tais-toi! Ne me réponds pas! »
Je sursaute encore.
« Mais...
- Il n'y a pas de "mais" qui tienne! Non seulement tu n'aides pas ton frère, mais en plus, tu t'es bagarré avec un de tes condisciples! C'est une honte! Vous me faites tous les deux honte! Vous allez tous les deux êtres punis ici aussi, pour deux mois! »
Comme Kulilin, je baisse les yeux. Mais je pleurerai pas. Je pleurerai pas! Après nous avoir grondé, papa sort du salon. Maman nous regarde d'un air sévère. Mais elle finit par souffler et nous regarder plus gentiment. « Aller! Vous allez commencer par balayer devant la maison. »


---------------------------------------------------------------


Pendant tout le week-end, Kulilin et moi faisons des corvées. Tout ça, c'est de sa faute! Ca m'énerve! Finalement, lundi matin, le sky-bus du temple vient nous chercher. Quand on arrive, on commence tout de suite l'entraînement. Je sais pas quoi faire! Kulilin est toujours aussi nul! Je ne comprends pas! Et en plus, il arrête pas de tomber! Il essaie de pas pleurer, mais je vois bien qu'il veut. Quel peureux! En plus, là, on fait des combats. Il n'arrive vraiment à rien faire et se fait taper par son adversaire très facilement. Il est n... J'arrête de penser à Kulilin, quand je me reçois un coup de poing dans la figure.
« Sois plus attentif, Kurishô! »
Meguzô-sensei a raison, il faut que je fasse plus attention à mon combat.


---------------------------------------------------------------


Finalement, il n'y a rien eu de bien de toute la matinée. J'ai pas pu me concentrer comme il fallait durant l'entrainement. Et les cours étaient ennuyeux. Et tous les maîtres n'ont pas arrêté de me poser des questions que je savais pas répondre, durant les cours. Et j'ai pas arrêté de penser à papa, qui m'a grondé alors que j'avais rien fait. Bon, d'accord, sauf me battre avec Rakkayama. Mais il l'avait cherché! L'entraînement d'après le repas de midi est enfin fini et j'ai rien fait comme il fallait.
« Tu commences à être aussi nul que ton frère, Kurishô.
- C'est peut-être de famille!
- Ha! Ha! Ha! Peut-être qu'il va perdre son nez aussi! »
Je mets mes deux mains sur mon nez, choqué. Je vais pas perdre mon nez! C'est pas vrai! Tout le monde rit. Même Tachiobô et Konomon. Je m'en vais en courant. Je veux pas pleurer!


---------------------------------------------------------------


Je me rappelle plus de ce que les senseis ont dit durant les cours. Je vais tout de suite chercher Kulilin et je le traîne vers la cours d'entrainement.
« Mais tu me fais mal, Kulishô! Tu me sers trop fort le poignet!
- Tais-toi! On va s'entrainer! »
Une fois qu'on est dans la cours, je lui dis:
« Attaque-moi!
- Mais...
- Attaque-moi, je te dis! »
Il recule, mais finalement, il va enfin m'attaquer. Mais... C'est fait n'importe comment! Il est tout lent et tout mou! Il lance juste son poing, sans faire de mouvement rotatif – je crois que c'est le mot utilisé par les senseis – avec le bras. Il n'y a aucune technique. J'arrête son coup de poing et je lui donne un coup de pied sur la jambe. Il tombe! Il se relève. On se bat comme ça très longtemps. Mais il fait rien comme il faut. Je fais que le taper et lui, il fait rien de juste. Il se lève tout le temps après chaque coup, mais c'est tout.
« T'es nul! Tu fais exprès ou quoi?
- Non, je...
- Tu m'énerves! Tu veux que tout le monde te déteste et qu'ils me détestent aussi! »
Il me regarde choqué et la bouche ouverte. Je le pousse et il tombe par terre.
« T'es plus mon frère! T'es trop nul! »
Il devient tout blanc et puis, il a la bouche ouverte. Mais il ferme sa bouche et rentre ses lèvres. Ses yeux et ses sourcils font plein de plis, et des larmes commencent à tomber. Il se met à pleurer.
« Ouin! T'es méchant, Kulishô! Je veux pas qu'on soit plus frères! »
Il m'énerve! Il m'énerve! Il m'énerve!
« Bah on l'est plus, quand même! Fiche-moi la paix! »
Et je pars. Je veux plus le voir! Je le déteste!
« Kulishô! Je vais faire des efforts! Reviens! Kulishô! Ouiiiin! »
Il continue de pleurer. Je l'ai jamais entendu pleurer plus fort. Et il appelle mon nom. Ca me rend triste. Mais je suis trop en colère contre lui. Il fait n'importe quoi! Et mince! Je ne dois pas pleurer! Un expert en arts martiaux ne pleure pas, mais j'ai quand même plein de larmes qui me coulent des yeux. C'est sa faute!
« Ouiin! Ku... Kulishô! Ouiiiiin! »
C'est sa faute. Je le déteste. Il continue de pleurer. Je le déteste! Il faut que j'arrête de pleurer!
Avatar de l’utilisateur
San999
Phœnix Violet
 
Messages: 11447
Inscription: Sam Mars 10, 2007 18:06
Localisation: À côté de la plaque... Toujours à côté... -_-'

Re: Le Temple d'Ôrin (l'histoire de Krilin)

Messagepar RMR le Mer Nov 02, 2011 1:04

La fin est très touchante. Le début est assez descriptif, on découvre surtout le fonctionnement des lieux (+1 pour le cours sur les humains-types), mais c'est aussi intéressant. Et puis la "descente aux enfers" des deux frères rend très réaliste.
Avatar de l’utilisateur
RMR
Légende de l'Union Sacrée
 
Messages: 13871
Inscription: Jeu Juin 28, 2007 19:58

Re: Le Temple d'Ôrin (l'histoire de Krilin)

Messagepar San999 le Mer Nov 02, 2011 1:15

Merci pour ton commentaire, RMR! :D

Ravi que la fin t'ait touché, que tu aies trouvé que j'ai été réaliste et que mon petit cours sur les différents types d'humains t'ait plu. Et oui, le début met en place la situation au temple et les protagonistes. Même si pour l'instant, je ne suis pas encore sûr de qui va devenir important dans ma fic (sauf bien sûr Kulishô et Kulilin).

Bref! Merci encore pour ton commentaire!
Avatar de l’utilisateur
San999
Phœnix Violet
 
Messages: 11447
Inscription: Sam Mars 10, 2007 18:06
Localisation: À côté de la plaque... Toujours à côté... -_-'

Re: Le Temple d'Ôrin (l'histoire de Krilin)

Messagepar Teen_Gohan_757 le Mer Nov 02, 2011 2:35

Je continue a apprécier cette fic, c'est vraiment sympa comme histoire. On a eu droit a une sympathique description du temple et de la journée type des élèves. J'ai adoré le cours d'histoires sur l'apparation des humais-annimaux, c'était bien pensé.

Par contre, je pensais pas Krilin si empoté, bon certes il est jeune mais bon, il est un peu bon à rien dirait on :o

Bref, j'ai bien aimé la fin aussi qui est assez touchante tout de même. Je sens bien que la relation entre Kulishô et Krilin va se dégrader de plus en plus et c'est bien triste :cry:

Vivement la suite ! :D
Image Image
Illustrations aimablement réalisées par Mizuumii.
Avatar de l’utilisateur
Teen_Gohan_757
 
Messages: 10912
Inscription: Jeu Août 11, 2011 17:41
Localisation: Paozu Yama

Suivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Lamantin_Furtif et 4 invités