[one-shot] une couronne à terre

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

[one-shot] une couronne à terre

Messagepar Lamantin_Furtif le Mer Déc 11, 2013 21:53

Hop, un deuxième one-shot de ma conception (un vrai, celui-ci)
pour ne pas répéter les erreurs de mon précédent projet, je l'ai intégralement terminé avant de mettre le moindre bout en ligne. Bref, j'ai tapé ça pour répondre à une idée un peu dérangeante qui me traînait dans la tête depuis un moment. En espérant que ça vous plaise.



Une couronne à terre


1) Le soldat

Planète Cold 413. Un autre matin se lève sur la capitale, le cinquante-et-unième depuis la catastrophe, et pourtant, la vie suivait son cours, comme si il ne s'était rien passé. Les aéroglisseurs continuaient à circuler paisiblement, les gens sortaient, pas plus de violence que d'habitude dans les rues, pas de bande de maraudeurs venus piller la planète, pas de tyran improvisé venu dicter sa terrible loi, aucune horde de déserteurs paniqués et violents. Cette planète restait comme dans une bulle hors du temps.

Et c'était grâce à lui. Wandro, ex-membre des forces spéciales de Cold, et maintenant colonel des services secrets... Enfin, quand cela signifiait encore quelque chose. Plus aucun grade, plus aucune fonction administrative ne n'avait le moindre sens maintenant que la poigne de fer qui maintenait les quatre galaxies dans un carcan de paix s'était effondrée, disparue sous les coups du super sayen; Cold 413 devait être l'un des derniers oasis de paix dans tout l'univers. Et elle le resterait tant que la réputation de l'ex-commando serait intacte, et qu'aucune créature capable de surpasser ses 40 000 unités ne se présenterait. Cela n'allait pas durer éternellement.

Déjà, ses contacts lui indiquaient que le général Ragha avait fini de rassembler les restes de l'armée de feu Freezer, et était probablement en chemin pour Freezer 13, le centre nerveux de toute la galaxie est. Cooler était parti en vendetta pour tuer le super sayen et personne ne se faisait d'illusions sur son sort face au meurtrier de Cold. Les pirates du cercle extérieur avaient conquis plus de trente planètes depuis trois semaines, et leur expansion ne faisait pas mine de s'arrêter. On lui rapportait les nouvelles de failles ouvertes vers le makaï par des sorciers désespérés en manque d'aide, d'une planète ravagée par les armes nucléaires, de milliers de déserteurs incontrôlable... Et la guerre civile n'avait pas deux mois.


Wandro était perdu dans ces pensées, devant son café matinal, et lisait consciencieusement les rapports de ses subordonnés qui, disséminés à travers la galaxie, lui envoyaient des nouvelles toujours plus alarmantes. Même assis dans son fauteuil et atténué par les années, il restait impressionnant, ses amples toges ne cachaient pas la largeur de ses épaules, ni les cicatrices qui émaillaient son large visage rougeâtre au nez ramassé. Une seule corne ivoire pointait encore fièrement vers le ciel: l'autre avait été brisée bien des années auparavant.

Les nouvelles étaient alarmantes : plusieurs sources concordaient quant à la destination prise par le formidable détachement que Ganduro avait réuni. Ce malade était le deuxième plus redoutable des militaires encore en vie après que le commando de Cold se soit fait tuer sur Yadrat, et que Sauzer ait accompagné son maître dans sa mission suicide. Et le premier, Taris, restait les bras croisés à la capitale. Wandro grommela, passa au message suivant...

Un vaisseau se posa soudain avec fracas sur le pont VIP du bâtiment officiel. Une douzaine d'individus en sortit, tous assez puissants, pour ceux que le commandant reconnut par la fenêtre. Surtout un.

Dang (un colosse à la peau noire comme de l'obsidienne) introduisit dans le bureau le nouvel arrivant, qui prit la parole en premier, sur un ton énergique et volontaire. Plus grand que Wandro, il contrastait violemment avec lui, autant par sa taille nettement supérieure et sa peau bleue tachetée, que par sa jeunesse éclatante, là où le poids des années se faisait clairement ressentir sur son interlocuteur.


« Commandant Obi, pour vous servir. Je n'ai pas l'habitude de tourner longtemps autour du sujet, alors permettez moi d'être direct...

- Je sais très bien qui tu es, gamin. C'est mon métier, figure-toi ! l'interrompit Wandro. Je sais aussi pourquoi tu es là, et c'est une excellente raison : Ganduro ne doit pas parvenir à ses fins ou cette guerre civile va s'éterniser pendant un siècle.

Obi prit un air surpris.

- Vous saviez... et vous n'avez pas agis ? Il faut absolument faire le plus vite possible !

- Je t'attendais, figure-toi. Vu que monsieur Taris ne se bougera visiblement pas, tu es le plus grand atout de notre côté ; et tu ne sais pas précisément où aller, je me trompe ?

Obi resta muet face au vétéran, et Wandro acheva en passant par la porte.

Trois vaisseaux nous attendent dans le hangar des gens bien élevés, prépare tes troufions, on part dans vingt minutes. »

Le jeune commandant mit quelques instants à accepter la situation, puis fit rapidement demi-tour pour rassembler sa petite escouade.



Environs 70 heures plus tard, Obi put observer par l'une des baies vitrées du vaisseau la surface boisée et vierge de toute infrastructure moderne de leur destination. Plusieurs milliers d'années auparavant, pour des raisons oubliées, deux frères, ancêtres de la dynastie de tyrans récemment déchus, s'étaient affrontés. Incapable d'achever son frère, et pris d'un génial instinct de prévention, le vainqueur choisit de l'enfermer dans un champ de stase, afin que sa lignée ne soit jamais complètement détruite, même si le pire devait arriver. Le lieu choisi fut dissimulé et protégé. On perdit les coordonnées, détruisit les codes d'accès, retrouva par hasard le lieu mythique, tenta de le détruire, sacrifia des milliers de personnes pour le conserver intact et secret... Et, par-delà les éons, le tombeau avait survécu, seulement connu d'une poignée d'élus.

Élus dont faisait à présent partie le jeune commandant, que venait de rejoindre son nouveau mentor. Ils s'étaient liés d'amitié durant la traversée, et Obi n'attendait plus que de pouvoir jeter un œil sur les collègues de Wandro, dont on lui avait conté les exploits passés.


Les trois navettes déversèrent la quarantaine de soldats qu'elles contenaient près d'un véritable QG de campagne, peuplé par environs le même nombre de combattants arborant les couleurs des forces spéciales de Cold. Les deux groupes se connaissaient pour beaucoup, et se fondirent l'un dans l'autre en quelques minutes, presque sans phase d'observation. Obi, jusque-là interdit et tranquille, tressaillit lorsqu'un impressionnant personnage mal taillé, mais dans des proportions clairement exagérées vint étreindre Wandro avec une sorte de croassement répété qui pouvait passer pour un rire. À proprement parler, la créature était effrayante et laide : son bec sûrement capable de briser un crâne comme une noix peinait à mimer un sourire, et les quelques plumes éparses qui restaient encore attachées à sa chair lui donnaient un air encore plus repoussante Ses deux petits yeux noirs et sans sourcils aggravaient encore l'affaire. Il en déduisit que cela devait être...

- Vimia ! Ça fait plaisir de te revoir, ma grande !

- Toujours d'attaque, commandant. Répondit la guerrière de sa voie torturée. C'est lui le nouveau que vous nous amenez ? Opi, c'est ça ?

- Obi, en fait. Mais presque. Corrigea Wandro. Kragg n'est pas avec toi ?

La parodie d'expression du visage se mua en quelque chose de plus triste.

- Il s'est fait cueillir sur Freezer 89... C'est cet enfoiré de Ragha. Mais je suis sûre qu'il s'en est sorti, c'est un dur à cuire.

- Tu le connais, il a survécu à bien pire... Vous êtes là depuis longtemps ?

- Deux jours... Ça s'est avéré plus compliqué que prévu.

- Les gardiens posent problème ?

- Attendez, des gardiens ? Interrompit Obi. La tombe est gardée ?

Wandro lui adressa un regard mi-amusé, m-irrité.

- Bien sûr qu'elle est gardée, qu'est ce que tu crois ? Mais pas par des êtres vivants, le geôlier n'avait pas confiance (à raison, remarque).

- Et par quoi, alors ? Quand même pas de pauvres machines rouillées ? Répliqua Obi.

Ce fut Vimia qui lui répondit :

- Non, je te rassure, ils auraient pourri depuis longtemps. Ce sont des golems qui gardent la tombe. Des êtres de pierre et de boue, animés par magie. Ils sont éternels, ne mangent pas, ne dorment pas, ne réfléchissent pas, et ne relâchent jamais leur attention. En plus, ces saloperies mettent un temps fou à crever.

- Suffisamment pour te retenir toi et ta troupe depuis deux jours ? Reprit l'ancien d'un ton dubitatif.

- Non, non... C'est autre chose...



2) L'impératrice


À une centaine de kilomètres du camps des soldats impériaux, était installé un second QG de campagne. Un véritable forêt de tentes, de petits vaisseaux d'assaut, et de bâtiments en préfabriqué s'étendait autours du gigantesque croiseur de classe Manta qui trônait en son centre. Il ne restait presque aucun de ces engins encore en activité, et aucun autre n'arborait le double trident pour emblème, ainsi ne restait-il pas de véritable doute sur l'identité de sa propriétaire.

Elle était de toutes façons la seule personne capable à la fois de rassembler une dizaine d'équipages pirates par des temps de pillages si alléchants, et de les tenir sous sa coupe. La seule personne également à avoir une telle rancune envers l'empire, et une telle peur de le voir resurgir. Et par-dessus-tout, la seule personne a avoir une combinaison de puissance, d'influence, de volonté de vengeance monomaniaque, et d'alliés fidèles pour avoir finalement, après plusieurs décennies d'exploration, déniché la tombe du dernier démon du froid. Elle avait à présent l'occasion rêvée pour frapper, et ne s'en était pas privée.

Dans la salle de commandes de son vaisseau personnel, entourée d'une dizaine de capitaines craints et renommés, l'impératrice légitime, héritière du trône Alertien, fulminait. Sa peau grise légèrement écailleuse avait adopté des nuances fuchsia, alors que ses yeux d'un rose plus assumé jetaient des éclairs aux alentours. Personne dans la pièce n'ignorait que, sous cette apparence de jeune femme à peine sortie de l'adolescence, se dissimulait un être âgé de plus de soixante ans, à la volonté de fer, et largement assez puissante pour massacrer l'élite de la piraterie sans verser une seule goutte de son précieux sang. Plus de deux mètres dix de hauteur (sans compter ses deux cornes orangées), une paire grosses de lunettes de pilote avec scouter intégré, un attirail de colifichets clinquants et précieux, des crevées de chair indiquant les branchies sur le cou, une impressionnante tresse noir qui lui descendait aux chevilles, et surtout son double trident doré ne laissaient aucun doute sur l'identité de la princesse Hariel Peixès, la pirate la plus crainte des quatre galaxies.


Les trois premiers jours de son arrivée s'étaient déroulés à merveille : ils avaient facilement repéré la localisation du tombeau, et plusieurs attaques parfaitement coordonnées leur avaient permis d'analyser et de détruire un grand nombre de golems. À ce rythme, deux jours de plus auraient très largement suffit pour pénétrer la tombe, trouver le démon en stase, et le tuer avec la bombe à antimatière qu'elle avait pris soin d'apporter. Mais ces abrutis de loyalistes étaient intervenu, et une poignée de frappes chirurgicales avaient brisé sa belle organisation. La dernière escarmouche à l'entrée du tombeau lui avait coûté une vingtaine d'hommes contre trois pertes seulement chez ses ennemis, qui avaient exploité les golems pour les occuper. Résignée à ne pas pouvoir les contenir et attaquer la tombe en même temps, elle avait finit par préparer avec ses lieutenants un plan d'attaque sensé écraser les commandos restants, mais voilà que l'arrivée de renforts venait tout compromettre. Ces types étaient incroyablement forts, et, malgré son lourd avantage numérique, elle ne tenait plus la victoire comme acquise, en cas de confrontation directe.

Ces réflexions n'étaient pas épargnées aux commandants qu'elle avait réuni au QG, et personne ne s'arrangeait véritablement sur la stratégie à adopter. Certains souhaitaient fuir, mais une telle occasion de renverser l'empire définitivement ne se ratait pas, et, exaspérés par les tactiques de harcèlement, d'autres envisageaient d'attaquer quand même les troupes d'élite, quittes à y laisser des plumes. Le dénommé Kansh, un ancien baroudeur manchot et rusé comme un renard préconisait quant à lui une attaque furtive d'un groupe d'élite au cœur du tombeau, accompagné par une distraction du gros des troupes... Ce qui revenait à sacrifier leurs équipages.

Rien ne satisfaisait l'héritière, mais il fallait agir, car eux ne s'en priveraient pas. Soudain, un grand type maquillé à la tenue fantaisiste fit brusquement irruption dans la pièce. C'était l'un des pirates de Zâro, grand reptile à forte mâchoire qui le somma de s'expliquer en agitant sa main mécanique d'un air menaçant. Mais le pirate ne fut même pas perturbé par l''injonction, tant il l'était par ce qu'il avait à dire.

« On a détecté Ganduro, il arrivera avec toute son armée d'ici une heure. »

L'annonce jeta un froid dans l'assemblée. Hariel vit plusieurs capitaines se remuer sur leurs sièges, comme pris d'une irrépressible envie de fuir. Les regards se faisaient inquiets, personne ne comptait combattre un tel ennemi, et ils savaient tous qu'ils en seraient de toutes façons incapables. Kansh prit la parole en élevant la voix :

« Bon, c'est une bonne nouvelle, finalement. Ce vieux salaud va tuer tous les loyalistes en un rien de temps, et il ne réveillera certainement pas le vieux démon. Si on se casse maintenant, on est gagnants. On peut piller tant qu'on veut, ou conquérir deux-trois patelins pour se poser un moment. Ça sera comme avant en mieux ! Allez, on décarre en vitesse. »

Un brouhaha d'approbations généralisées s'ensuivit, ça semblait une excellente idée à tout le monde, les choses s’emboîtaient d'elles-mêmes dans une excellente configuration. Le seul visage à rester grave dans la cohue était celui de la princesse, qui n'avait pas ouvert la bouche depuis le début des discussions. Elle se leva soudain, dominant l'assemblée de sa taille et attendit que les capitaines se taisent.

« Les loyalistes vont passer avant que Ganduro n'arrive. »

Le silence se fit devant cette constatation à laquelle personne n'avait voulu penser.

« Deux personnes presque aussi fortes que moi viennent de les rejoindre, selon les éclaireurs. Wandro, et un jeunot des forces de Freezer. Si ils attaquent les golems avec Vimia et l'ensemble de leurs troupes, il passeront en dix minutes. Il va falloir les retenir, au moins le temps pour Ganduro d'atterrir.

- Mais... Si on fait ça, on va y passer ! S'exclama un Bagry, un petit capitaine colérique au gros nez rougeaud. Ganduro est un vrai salaud, il va juste nous buter ! Et encore, ça c'est si tes trois rigolos nous ont pas découpé avant !

- Ce sera une mission suicide. Confirma Hariel. Mais si on ne l'accomplit pas, l'empire va ressusciter, plus fort que jamais. Une occasion pareille ne se représentera plus : pour la première fois depuis des millénaires, il existe une chance de libérer la galaxie du joug de ces monstres ! Mes ancêtres sont toutes mortes en se dressant contre les démons du froid, et je compte bien mettre un terme à cette malédiction. Capitaines ! Aujourd'hui, vous pouvez décider d'abandonner la galaxie à une nouvelle ère d'esclavage, ou d'offrir la liberté à des millions de peuples. À des milliards de milliards de personnes ! N'êtes vous que des pillards avant d'être des hommes libres ? »


Il s'écoula environs une minute, où chacun sondait le fond de son âme, où une conscience depuis longtemps tue réclamait à grands cris un baroud d'honneur, une ultime bravade à la face de l'univers et de ces démons tant haïs.
Le capitaine Edgard Newgate, un géant âgé musculeux à la fière moustache blanche se leva le premier et, sans un mot, se plaça aux côtés de la princesse, avec un sourire résolu sur les lèvres. Puis, chacun son tour, les autres se décidèrent progressivement, certains s'en allant la tête basse, les autres rejoignant les kamikazes. Quand le dernier capitaine choisit finalement de la rejoindre après mûres réflexions, Hariel se fendit d'un sourire carnassier. Des têtes allaient tomber, ce soir, et pas seulement les leurs.



3) Les gardiens


Les golems étaient très différents les uns des autres, pour ce que pouvait en voir Wandro. Ou alors étaient-ce les combats qui les avaient endommagés ? Si oui, ils n'en laissaient rien percevoir. Ils avaient en commun une forme vaguement humanoïde, et une composition minérale, mais c'était tout : Certains étaient entièrement de pierre et de graviers, d'autres s'apparentaient à des tas de boue dans lesquels roulaient de gros cailloux, on apercevait des mottes d'herbe et de plantes grimpantes sur un bon nombre d'entre eux, aussi Wandro déduisit-il qu'ils se déconstruisaient et se reconstruisaient petit à petit, afin de survivre à l'érosion. Ils n'avaient pas de point sensibles à viser, et étaient quand même dotés d'un moyen de les repérer, car ils se tournèrent en bloc dans leur direction quand leur petite armée les approcha. Sur son ordre, ils se dispersèrent pour entamer la destruction de manière optimale : le temps leur était compté.

Il comprit rapidement pourquoi les pirates avaient mis tant de temps à des éliminer : ces horreurs refusaient obstinément de crever, peu importe la quantité de coups dont il fallait les bourrer. Les couper en deux n'apportait rien, car les deux moitiés continuaient le combat indépendamment, ou finissaient par se recoller toutes seules. La technique la plus efficace restait de les désintégrer complètement, mais cela consommait une lourde quantité d'énergie. Il vit du coin de l’œil Dang martelant des ses immenses poings noirs une des créatures à terre jusqu'à ce qu'elle ne bouge plus. C'était la méthode plébiscitée par l'ensemble des soldats, avec un succès variable. Si la force de l'ex-commando le mettait relativement à l’abri des attaques, ce n'était clairement pas le cas de tout ce qui se situait en-dessous de 10 000 unités, c'est à dire presque tous leur combattants. Un grand nombre était déjà blessé, et, si les golems, incapables de décharge d'énergie, peinaient à les achever, ils étaient implacables et écrasaient uns par uns les soldats les moins puissants, à moins que les meilleurs ne gaspillent du temps et de l'énergie à les sauver.

Enfin, ils avançaient malgré tout, c'était l'essentiel. Les pirates devaient être occupés à mettre les voiles, et dans quelques minutes, ils seraient dans le tombeau. Après cela, ce serait presque gagné. Tout se passait correctement. Il jeta un regard à sa droite, où une grande femme aux cheveux blancs amenée par Obi finissait de se débarrasser d'un autre golem, détourna le regard le temps de désintégrer son opposant, puis, un cri lui fit porter à nouveau son attention sur la demoiselle. Leurs regards se croisèrent brièvement, alors qu'elle s'effondrait dans un hoquet de surprise, le torse percé en trois points. Wandro n'eut pas le temps de crier qu'une monumentale onde de choc éclata sur le flanc gauche, envoyant bouler également les golems et les soldats. Edgard Newgate. Un cri de guerre retentit, un combattant incandescent passa au-dessus de lui en bombardant de champ de bataille de napalm, et le chaos s'empara du lieu. À peine eut-il esquivé la salve de feu liquide qui lui était destinée qu'il sentit la triple morsure si caractéristique de l'arme de son ennemie lui mordre le flanc. Un réflexe bienvenu lui permit de parer à moitié le coup de pied sur lequel elle prévoyait d'enchaîner et de remettre ses esprits en place. Pris entre les pirates et les golems, ils pouvaient sûrement encore s'en sortir, mais en combien de temps ?



Il dut arrêter ses réflexions en cours pour fuir la série de coups de pieds qui lui auraient autrement brisé la tête. Il recula de plusieurs mètres pour prendre un peu de répit, mais la princesse l'engagea immédiatement après, le forçant à esquiver le redoutable de trident. Il était presque impossible pour Wandro de placer la moindre attaque dans ces conditions, zoné comme il l'était par l'allonge des jambes et de l'arme. Les pointes lui entaillèrent finalement l'épaule, arrachant à sourire à chacun des adversaires, mais pour des raisons différentes. Wandro saisit immédiatement l'arme sur laquelle la prise adverse s'était affaiblie, et s'en servit pour s'approcher brutalement de son ennemie, passer sous sa garde et la bourrer de coups de toutes ses forces, surtout dans les bras, pour la contraindre à lâcher son arme. La manœuvre finit par porter ses fruits lorsque le trident glissa des bras endoloris pour s'écraser au sol, mais Hariel se reprit immédiatement, une aura rose fuchsia éclata bruyamment autours d'elle, elle écrasa le torse de Wandro entre son coude et son genou, puis l'envoya au sol d'un double coup de poing descendant ; pulvérisant sans difficultés le maigre avantage pris par le colonel.

Le duel se prolongea au sol, le vétéran s'efforçait d'esquiver les coups adverses, mais ne parvenait tout simplement pas à atteindre son ennemie bien trop puissante, grande et rapide. Ses tentative de se rapprocher étaient immédiatement sanctionnées, et la fatigue qui commençait à l'atteindre alors que Hariel transpirait à peine lui interdisait de simplement échanger de l'énergie, ou de trop recourir aux kikohas. Il réussit cependant à placer une prise particulièrement sournoise à l'issue d'une parade fructueuse, et abattit son genou sur sa tempe de toutes ses forces. Le choc propulsa l'héritière au sol, mais une chose entraîna Wandro avec elle : la tresse s'était enroulée comme un tentacule autours de son coude et raffermissait son emprise au fur et à mesure qu'elle évoluait vers la gorge. Wandro sentit l'implacable masse capillaire lui enserrer le cou, et, paniqué, prépara hâtivement une lame d'énergie pour la trancher. Une main palmée l'interrompit sans efforts, alors que l'autre poing de Hariel venait percuter son crâne à pleine vitesse.

La tête bourdonnante et à moitié étouffé, Wandro accusa les coups suivants complètement impuissant. Il sentait le monde tourner autours de lui, frappa avec les forces qui lui restaient le torse de sa tortionnaire, mais rien n'y fit, il se sentit perdre conscience quand, soudainement, une chose percuta la princesse dans le dos et lui fit lâcher prise. Le commandant Obi, toujours fidèle au poste. Wandro se releva péniblement, prêt pour le deuxième round, mais son jeune coéquipier le retint par le bras.

« On a dégagé un passage vers la tombe, vas-y avec Vimia. Je me charge de la pirate. »

Il acquiesça d'un brusque hochement de tête, et s'engagea aussi vite qu'il le pouvait dans le vague défilé que ses soldat peinaient à maintenir face à la pression croissante des gardiens minéraux. Il ne prit même pas le temps d'aider le petit combattant tacheté qui, blotti dans son champ de force, comptait les secondes avant que les golems ne le broient ; esquiva de même un grand échalas androgyne qui venait de s'effondrer à sa droite, un moignon sanguinolent à la place du bras, et ne prit le temps que de préparer le coup de poing qui lui permit de passer au travers du tas de boue venu obstruer l'entrée. Le colonel y retrouva Vimia, occupée à achever un grand golem (de métal, celui-ci). Deux portes aussi blindées que résolument fermées s'offraient à présent à eux.

Vimia tendit deux pattes crochues, et vaporisa simultanément les deux panneaux de métal. D'un geste de la tête, ils se mirent d'accord, et Wandro fusa vers la gauche, alors que sa coéquipière au bec acéré prenait à droite. Il ne leur restait plus beaucoup de temps pour trouver leur objectif.


4) Les guerriers


Obi se releva du coup qu'on venait de lui porter, fit craquer ses articulations, cracha un caillot de sang par terre et refit face à son adversaire pour un énième round. Plusieurs mètres plus loin, Hariel, haletante, lâcha un juron dans une langue inconnue en le voyant de retour en si bon état. Si le commandant à la peau bleue n'en montrait rien, il était profondément troublé par la détermination farouche qu'on lui opposait, et qui, d'une certaine manière, lui rappelait sa propre attitude. Si il avait été plusieurs fois remis en place en combat, jamais il n'avait été engagé dans un tel duel d'endurance, où aucun des deux camp ne laissait ne serait-ce qu'envisager à l'autre la possibilité d'une rémission. Leurs puissances pratiquement égales n'arrangeaient rien, depuis environs cinq minutes, ils échangeaient des coups de plus en plus brutaux, sans interruption. Obi s'était fait une réputation d'exceller dans ce genre de combats, mais la princesse, dont le sang fuchsia maculait à présent les vêtements, tenait la distance et lui rendait coup sur coup avec une hargne phénoménale.

Bien que le moment fut on ne put moins opportun, il se surprit à trouver un certain charme dans les yeux roses brûlants de haine qui le fixaient. Ils s'engagèrent une fois de plus dans une série de passes d'armes au corps à corps, qui s'interrompit sur un puissant kikoah que Hariel déclencha à bout portant, pour dégager son poignet de la prise d'Obi qui l'aurait sinon brisé. Elle recula rapidement en décochant au passage un taquet du pied dans la tête du commandant. Celui-ci repassa immédiatement à l'attaque pour un nouvel engagement, où il parvint à enchaîner une paire de frappes dévastatrices dans l'abdomen et le sternum de la pirate amphibie, avant qu'une manchette ne lui écrase la trachée, suivie d'un coup de genou directement dans le menton. Obi, prévoyant la suite de l'enchaînement, saisit la tresse qui se dirigeait furtivement vers son cou, et l'empoigna comme une massue pour écraser violemment Hariel au sol une fois, puis deux, puis une troisième. Il lâcha enfin prise pour l'éjecter sur une trentaine de mètres grâce à une puissante boule d'énergie. La mâchoire en feu, il tenta de distinguer, sans son scouter détruit, un mouvement ennemi dans le nuage de poussière soulevé. Ce furent des dizaines de tirs d'énergie de la couleur si caractéristique qui lui vinrent en guise de réponse, directement suivis d'une jeune et furieuse héritière hurlant à la vengeance.



Wandro tituba jusque dans la salle suivante, les mains poisseuses de composés mécaniques de haut technologie. Finalement, il y avait eu des robots... Il broya la serrure électronique, et entra dans la salle suivante, la plus profonde qu'il ait pénétré jusque-là. Et soudain, il le vit. Un caisson de stase, d'un modèle antédiluvien, mais visiblement en état de marche. Les tableaux de commande tout autours étaient intacts. Fou de joie et grandement soulagé, il s'affala dans un des fauteuil et commença à désamorcer les systèmes de protection, via les codes soigneusement gravés dans sa mémoire.



Avec l'horrible crissement qui accompagne toujours le métal tranchant le métal, la peau noire de Dang céda face au gigantesque couperet manié par le pirate au regard hypnotique qui avait déjà causé tant de pertes dans leurs rangs. Mais, au grand désarroi de celui-ci, le massif majordome de Wandro vit son sang noir et gluant coaguler en une seconde. Deux monstrueuses paluche vinrent empoigner la tête chapeautée de l'emplumé qui lui faisait face. Celui-ci, faisant preuve d'un remarquable sang-froid, profita de l'ouverture pour tenter de placer un ultime et fatal coup horizontal sur le colosse. Mais la lame, recouverte du sang solidifié, avait perdu tout son tranchant, et rebondit inefficacement contre le ventre à nu, tandis qu'un craquement mouillé accompagnait la mort d'un pirate supplémentaire entre les poings du soldat. Dang, satisfait, s'autorisa un regard tranquille sur le champ de bataille. Il n'avait pas été inquiété une seule fois depuis le début du l'escarmouche, comme d'habitude. Le terrain commençant à se vider, il chercha quelque chose d'autre à faire... Quand, tout à coup, à moins de dix mètres de lui, s'écrasèrent du ciel à l'unisson les deux plus puissants guerriers de la planète. Le géant métallique s'avança d'un pas nonchalant au bord du cratère nouvellement formé. Il y vit Obi, à califourchon sur le ventre de la jolie pirate, lui meulant brutalement le corps à coups méthodiques et répétés. Dang nota avec curiosité que le visage avait été relativement épargné. L’enchaînement se poursuivit encore quelques secondes, puis, l'ex-soldat de Freezer se releva, les yeux dans le vague et la joue gauche enflée. Il avait manifestement encaissé bien plus que son quota de dégâts. La capitaine ne bougeait plus.

Comprenant que le commandant attendait quelque chose de lui, il leva simplement son pouce avec un sourire tranquille. Il pouvait tout gérer, maintenant que la gamine était HS. Obi le remercia d'un signe de la tête, et puis se précipita dans le bâtiment, en détruisant aussi vite que le lui permettaient ses forces restantes les golems qui menaçaient ses hommes.

Un éclair blanc se lança à sa poursuite, mais Dang l'intercepta tranquillement d'une seule main. Il s'agissait d'un vieux costaud à large moustache presque aussi grand que lui, qui tendit simplement son bras vers le visage interrogatif et souriant du guerrier de métal. L'onde de choc que dégagea la main laboura le sol sur plusieurs dizaines de mètres à la ronde, mais Dang vacilla à peine. Cela suffit quand même au vénérable pirate pour se dégager de l'étreinte glacée, et abattre un poing vengeur directement dans la face de Dang, en l'accompagnant d'une de ses fameuses ondes de choc.

Le sourire tranquille disparut du visage métallique comme si il n'y avait jamais eu place. Il allait devoir s'y mettre sérieusement pour écraser ce vieillard.

Le capitaine Newgate recula de quelques pas pour jauger son adversaire. La tension augmenta graduellement entre les deux guerriers, quand un léger bruit électrique répété vint interrompre leur concentration. Leurs yeux se déportèrent vers le cratère occupé par le corps de Hariel Peixès. Le scouter inclus dans ses lunettes s'était mis à biper furieusement, et s'emballait de plus en plus. Les deux ennemis échangèrent un regard inquiet, et se tournèrent à l'unisson vers le ciel, où l'on voyait déjà percer une dizaine de vaisseaux de débarquement.



5) L'héritage


Wandro maudit les deux cadavres à ses pieds. Ces enflures de pirates auraient détruit toutes les installations, si il n'avait pas fait mur de son corps. L'armure avait disparue sous les tirs de kikohas et sa peau s'était couverte de cloques là où les flammes ne l'avaient pas tout simplement décollée. Il avait horriblement mal, et il allait falloir retaper une bonne partie des commandes. Sans siège, vu qu'un de ces abrutis avait vaporisé tous les fauteuils. Il s'attela à la tâche en grommelant plus que jamais.




Ganduro ne mesurait que tout juste un mètre soixante-dix. Ainsi ne pouvait-il pas décoller du sol les deux géants dont ses doigts déchiraient les gorges. Il se contenta de s'assurer que les spasmes d'agonie se tussent, et lâcha ses deux prises de chaque côté, faisant jouer ses doigts pour les débarrasser de l'étrange substance noire craquante.

De petites lunettes noires dissimulant ses yeux plissés trônaient sur son nez aplati aux larges narines. Complètement chauve, et sa large bouche plantée de crocs proéminents, il avait le visage encadré par de très longues oreilles pendantes qui atteignaient la base de son cou. Son uniforme de gouverneur recouvert de médailles diverses parfaitement ajusté à sa carrure toute en largeur s'anima rapidement, alors qu'il entrait d'un pas pressé dans la tombe, suivit de trois massifs guerriers. Derrière lui, des centaines de soldats pleuvaient du ciel pour exterminer les derniers pirates, loyalistes et golems encore présents.




Wandro avait presque fini de rentrer les derniers codes, quand un bruit de course se fit entendre dans son dos. Il ne se retourna pas et accéléra le rythme, finit de taper la dernière commande, posa presque le doigt sur le bouton d'entrée, mais fut projeté sur plusieurs mètres par le titanesque impact de poing qui le cueillit à la tempe dans la seconde. Il s'écrasa, impuissant, sur un mur blindé, et releva la tète vers son futur bourreau. Déjà disgracieux au naturel, Ganduro devenait hideux une fois ses traits déformés par la colère. Il frappa Wandro deux fois du revers de la main avec une rage difficilement contenue, lui brisant plusieurs dents, puis, se tourna vers son plus monstrueux et reptilien garde du corps, qui, manifestement atteint de troubles psychologiques, jubilait à l'idée de pouvoir massacrer une créature sans défenses de plus. Ce ne fut que quand le gouverneur s'écarta pour laisser passer le monstre gris et squameux, que Wandro remarqua la plume ensanglantée qui était restée fichée dans son uniforme. Vimia n'y avait pas échappé... Même au sommet de ses forces, jamais le vétéran n'aurait pus espérer se tirer d'une pareille situation, ainsi se contenta-t-il de prier pour une improbable intervention divine, alors que l'exécuteur désigné préparait avec un sourire pervers une lame d'énergie pure entre ses doigts.

Le son caractéristique d'un guerrier approchant à vitesse maximale le fit réagir brusquement. Il observa, surpris, l'entrée de la pièce, que franchit en moins d'une fraction de secondes un éclair bleu en armure fracassée. Wandro se baissa instantanément, alors que le lézard, percuté dans le dos par un Obi lancé à pleine vitesse, se mangeait le mur sur lequel l'ex-commando s'était adossé ,avec assez de violence pour que sa lame énergétique le coupe lui-même en deux, éclaboussant la moitié de la pièce de sang. Obi ne s'arrêta pas en si bon chemin, et profita du choc contre le mur pour rebondir, grâce à une puissante poussée des jambes, droit dans la tête de Ganduro, qu'il jeta au sol par la force de l'impact.

Le Zunien au crâne allongé qui suivait Ganduro passa rapidement le bras devant le cou de l'homme de Freezer, et le maintint en arrière le temps que son chef se relève d'un saut carpé, fasse craquer son cou, et fiche profondément son poing dans la poitrine de l'inconscient. La manœuvre avait duré environs une seconde. Bien plus qu'il n'en avait fallut à Wandro pour achever le processus de réanimation. Affalé sur le tableau de commande, il adressa un sourire railleur et édenté à son vieil ennemi.



Le visage de Ganduro se décomposa au fur et à mesure que le flot de vapeur d'eau s'échappait des systèmes de refroidissement de la tombe de stase. Une sirène retentit trois fois, et la porte s'ouvrit finalement sur une créature semblable au seigneur Cooler, mais recouverte de plaques d'armures plus nombreuses et épaisses, surtout sur les épaules et le torse. Le regard vitreux, l'air hagard, le démon hésita quelques pas dans le silence général, et manqua de peu de trébucher sur un débris de chaise. Son regard se fixa, toujours mal assuré, sur Ganduro, qui, à à peine deux mètres de lui, tremblait de rage et de pouvoir mal contenu. La main gauche refermée autours de son poignet droit, il concentra sa plus puissante attaque dans sa main, qui se recouvrit d'une sorte d'armure brillante et épaisse. Sous les yeux papillonnants du dormeur, il abattit en hurlant un puissant atemi, directement dans la gorge vulnérable.

Le regard du démon se durcit légèrement, et, vaguement conscient de la menace, il laissa son formidable instinct de survie prendre le dessus. Sa main intercepta facilement la frappe, en s'écorchant légèrement sous l'impact. La douleur fut tout ce dont ses neurones mal réveillés eurent besoin pour se convaincre d'enclencher la machine à tuer dont ils avaient les commandes. Un brusque claquement retentit, comme si cent fouets frappaient à l'unisson, et Ganduro disparut, en même temps qu'un vague sac de viande et d'os brisés emballé dans un uniforme barbouillé de sang frais apparut contre le mur auquel le nouveau seigneur galactique faisait face.

Les deux hommes de main de Ganduro prirent leurs jambes à leur cou, mais le démon du froid se contenta de lever la main droite pour les immobiliser en plein vol. Deux horribles craquements d'os plus tard, un bruit flasque de corps broyés tombant au sol remplaça leurs cris. Seuls restaient Wandro et le démon. Celui-ci s'avança vers le survivant, sembla vouloir lui adresser la parole, puis, se ressaisir, et posa deux doigts sur chaque tempe du soldat. Wandro sentit un esprit effleurer le sien, absorbant toutes les connaissances auxquelles il lui laissait accéder, et lui communiqua toute l'histoire. Cold, ses fils, l'empire tel qu'il était et tel qu'il était devenu, leur mission désespérée... Tout.

L'être plusieurs fois millénaire sourit d'un air tranquille, et finit par adresser la parole à Wandro, d'une voix cassées par les éons.

« N'aie pas d'inquiétude, je ferai ce que vous attendez de moi, Ce super-sayen n'a pas volé son repos après tout, autant le laisser tranquille et éteindre le feu qu'il a allumé avant qu'il n'engloutisse plus de braves gens. Je ne suis pas un de ces tyrans avides de pouvoir et de vengeance ; c'est bien ce qui nous séparait, mon frère et moi. »

En disant ces mots, il se dirigea calmement vers la sortie, comme si son emprisonnement n'avait été qu'une formalité agaçante. Le vieux colonel saisit précautionneusement le cadavre d'Obi entre ses bras, et le suivit en boitant. Quand les renégats virent l'aïeul de leurs maîtres se détacher dans l'encadrement de la porte, ils s'agenouillèrent immédiatement à l'unisson, bien conscients de l'inégalité d'un affrontement. Ils avaient joué, et perdu. À présent, seule la miséricorde pouvait les sauver.

L'être marqua une pause pour contempler d'un air orgueilleux la plaine jonchée de cadavres frais et de soldats soumis. Il adressa un regard légèrement désapprobateur à Wandro qui, dans son ombre, ne parvenait pas à détacher les yeux du corps d'Obi. Il cru bon de justifier une telle dévotion :

« C'était un véritable héros. Il nous a tous sauvé du pire, vous le savez...

- Et je lui suis éternellement reconnaissant de cela seulement. Fit le démon du froid d'un ton sans appel.
Les héros... Il cracha au sol. Ils sortent de nulle part, se battent, renversent les méchants, la plèbe les acclame, puis ils meurent aussi bravement que possible, et le lendemain, on se demande qui se chargera de diriger le navire.

Tout en monologuant, il avait marché droit à travers le champ de bataille, et venait d'atteindre la frontière du cratère où Hariel reprenait lentement conscience, son formidable organisme pansant lui-même les plaies dont il était criblé. Il n'avait pas cessé de parler.

- Ce sont précisément les héros qui apportent le mal. Qui amènent le chaos et la violence là où régnait l'ordre et la paix. Cold était un grand héros. Cooler, et ce Sauzer en étaient de plus grand encore. La petite princesse des mers est une héroïne, elle aussi. Et le super sayen, ne t'en déplaise, est le plus magnifique d'entre tous ! »

Sa voix se fit murmure, à tel point que Wandro ne perçu qu'à grand peine la haine glaciale qui enrobait ses mots.

« Mon frère était un héros. »

Il s'était finalement immobilisé, droit comme un piquet, toisant de toute sa hauteur la femme, à quelques centimètres d'elle. Il planta son regard sur les ravissants yeux, qui clignèrent plusieurs fois avant que le visage de leur propriétaire ne se transforme en masque de terreur et d'affliction.

« Dis moi, au juste, que savez-vous faire à part détruire et mourir ? »

Ce furent les derniers mots qu'entendit Hariel Peixès. En achevant de les prononcer, le démon abattit impitoyablement son pied sur la face que feu Obi avait voulu protéger, réduisant le crâne princier en miettes, et répandant pour la toute dernière fois le sang fuchsia des impératrices.

« Crois moi, Wandro, le monde se porterait bien mieux avec un peu moins de héros et un peu plus de gens comme nous. »



FIN


Ou peut-être pas tout à fait

Spoiler
« Dis moi, que savez vous faire à part détruire et mourir ? »

Le regard rougeoyant et hautain du démon du froid ne lâcha pas les yeux de Hariel Peixès, alors que son pied à trois doigts s'abattait inexorablement vers le visage de la princesse.


L'univers avait un nouveau seigneur. Aussi impitoyable et puissant que Cold et Freezer, celui-ci ne lui réserverait sans doutes pas un meilleur sort. Tous les efforts de la princesse pirate s'étaient avérés vains, la victoire du super-sayen n'avait rien changé au sort des petits : Au final, tout le monde se retrouverait à nouveau asservi par ces monstres. Elle avait échoué. Non. Sept générations d'impératrices, dont elle était la toute dernière, avaient échoué. Toutes tuées par un de ces monstres, toutes leurs colonies ravagées, toutes leurs armées balayées, toutes leurs rébellions avortées. Elle avait senti la victoire proche, mais maintenant, c'était fini.

Les larmes n'eurent pas le temps de se former dans ses yeux que la mort la frappait. Pour la énième fois.


L'esprit de ce qui avait un jour été la pirate la plus dangereuse de l'univers revint au présent. Pour peu que « présent » veuille dire quelque chose, ici, dans la file d'attente la plus interminable de l'univers. Le petit nuage qu'elle était devenue, semblable en tout et pour tout aux millions d'âmes qui l'entouraient se perdit un peu plus dans le bruit des conversations environnantes. Les morts parlaient de tout, tout le temps, et dans un dialecte universellement intelligible. C'était tout ce qu'il y avait à faire, ici. On ne pouvait pas se mouvoir, pas se battre, pas se gêner mutuellement, pas dormir... Seulement parler, et se souvenir...


Après la mort, l'âme reste soudée au cadavre pendant encore longtemps. Les victimes non vengées peuvent également s'attacher à leur meurtrier, mais Hariel était bien trop dégoûtée et démoralisée par celui-ci et avait dès que possible brisé le lien psychique qui les unissait. Elle ne percevait plus rien non plus de son cadavre depuis longtemps, mais elle se souvenait encore de ses derniers pirates, qui avaient bravé le barrage impérial pour emporter sa dépouille profanée, ainsi que celles de ses lieutenants. Elle se souvenait encore de ses funérailles. Pas par ses yeux, mais par son esprit, elle avait capté toute la scène mieux que quiconque.


************


Nouvelle-Alera, une planète encore majoritairement sauvage, sans intérêt particulier et surtout, aussi éloignée du centre galactique et de ses rois infernaux que faire se pouvait. Là s'étaient réunies les miettes de son peuple, qu'elle avait réussi à sauver du génocide, après des années d'exil. Un million maximum, mais aucun zodian ne serait absent pour la fin de la toute dernière sang-fuchsia.

Des centaines d'arbres avaient dû être abattus et séchés en temps record, pour réaliser une tombe inflammable de telle ampleur. Disposé sur un plateau montagneux, le bûcher s'élevait haut, afin que nul ne puisse rater ses flammes, même à des centaines de kilomètres à la ronde. Elle reposait au centre, dans ses atours royaux, un splendide masque de porcelaine là où aurait dû se trouver son visage, et sur un lit aussi luxueux que ce que le mode de vie austère des zodians avait permis. Plus bas, sur une sorte de marche sous-élevée, reposait un second cadavre : son plus fidèle champion, le prince Nammor, s'était fait hara-kiri à l'annonce de sa mort, juste après avoir demandé à brûler sur le même feu que son impératrice bien aimée.

Et tout autours, la foule. Immense, et si ténue à la fois. Un million de zodians de toutes castes, rassemblés pour voir la plus grande et puissante d'entre toutes s'éteindre. Il avaient intimement conscience, que leur race ne perdurerait plus, qu'un jour ou l'autre, sans sang-fuchsia à leur tête, ils se déchireraient dans une guerre civile, ou se feraient tout bonnement attraper par les démons du froid. C'était le dernier hommage d'un peuple tout entier, pas seulement à l'impératrice déchue, mais à la vie elle-même qui les avait à présent quittés.

C'était Marouk qui menait la cérémonie. Avec la perte de Nammor, son sang mauve le plaçait au sommet de l'échelle de noblesse parmi les Zodians. Le torse nu recouvert de peintures cérémonielles malgré le froid mordant, il jeta la torche, et, les flammes rugissantes s'emparant du bûcher, porta sur sa formidable voix de basse la première note du chant funèbre qui durerait, repris par un million de gorges éplorées, jusqu'à ce que le feu se soit totalement consumé.


**************


Hariel revint à elle. Toujours les nuages, toujours la file d'attente. Depuis... Une éternité ? Elle n'avait aucun moyen de s'orienter dans le temps, cela pouvait très bien faire des centaines d'années. Lassée de se réfugier dans se souvenirs, elle entama la conversation avec un esprit voisin ; apprendre la vie des autres était tout ce qui lui restait, quand elle n'en pouvait plus de revivre la sienne.



Ailleurs dans la file d'attente, feu le commandant Obi décida de se couper des conversations ambiantes pendant quelques instants. La multitude et l'indifférence des âmes qui l'entouraient lui infligeait une importante leçon d'humilité : Aux yeux des dieux, il était, malgré sa force, sa loyauté et ses galons, du même rang que l'ouvrier alcoolique avec lequel il venait de parler. Ou était-ce il y avait des années ? Impossible à dire. De même que déterminer si la notion d'années avait cour ici. Il avait parlé, et découvert tant de vies depuis son arrivée... Cela lui avait remis les idées en place quant à l'importance de l'empire, des dirigeants, de la politique galactique. La plupart des gens ici ne savaient même pas qui était (ou plutôt avait été) Freezer ! Le nom de Cold trouvait un peu plus d'échos, mais sans s'avérer véritablement probant. Une tentative discussion avec une femme dont l'espèce voyait encore le feu comme un dieu protecteur et vorace avait achevé le moral du commandant. Que ce qu'il ferait ici, après sa mort, soit dépourvu de sens, passe encore, mais que toute sa vie n'en ait pas plus ? Comment l'accepter ? Il se terra dans son dernier souvenir, avant que son cadavre ne soit enterré avec les autres héros de guerre, et que les murs froids de son tombeau ne deviennent la dernière image qu'il emporterait avec lui.


*******************


Son enterrement . Sur Freezer 1, face au palais des héros. Là où il avait reçu ses galons de commandant des mains de Freezer en personne. Des centaines de militaires s'étaient rassemblés pour l'occasion, afin de lui offrir un ultime hommage. Tous parfaitement alignés dans leurs uniformes, ils se tenaient immobiles alors que le colonel Wandro se chargeait de mener la cérémonie, rappelant à tous le courage et la force d'Obi, qui s'était dressé entre la barbarie et la civilisation au prix de sa vie, pour permettre l'avènement d'un nouveau seigneur galactique. Tout l'univers lui était redevable d'avoir sauvé l'empire, et par là même, sans doutes des millions de vies. Si le grand roi n'était pas à pour la cérémonie, il n'en avait pas moins commandé les préparatifs en personne, et le commandant avait été gratifié d'un cercueil de toute beauté, dont le champ de stase destiné à protéger son cadavre durerait approximativement jusqu'à ce que la planète arrive en fin de vie.

Le vieux colonel finit enfin son discours, et, la larme à l’œil, posa une fleur bleue dans la gouttière prévue à cet effet qui entourait le cercueil. Uns à uns, les proches de Obi, militaires ou civils, vinrent apporter une fleur, une pièce, un colifichet qu'il lui destinaient... Une chose en souvenir de la personne qui s'en allait. Le cortège fut assez court : Obi n'avait pas grand-chose dans sa vie à part son métier. Quand c'en fut terminé, les automates de maintenance emportèrent le corps dans la crypte du palais, où il serait entreposé pour l'éternité, avec les autres héros défunts.


***********


Obi se rendit compte que plusieurs nuages l'avaient déjà plus ou moins inclus dans leur discussion politique alors même qu'il rêvait. Tout naturellement, il ajouta son grain de sel au débat. Étonnamment, même si les référentiels culturels étaient radicalement différents, tout le monde parvenait à se comprendre (sans toutefois se mettre d'accord, car il s'agissait tout de même de politique). Tous avaient eu vent de rois, de tyrans, d'empereurs, de démocrates ; seuls les noms changeaient, les actes restaient constants. Obi se pris presque au jeu, jusqu'à ce qu'il se rende compte que le grand héros militaire auquel son voisin de droite faisait référence n'était autre que le commandant Obi d'un autre lieu, d'une autre époque. Sa plaie ravivée encore une fois, il se replia dans ses souvenirs comme un bernard-l’ermite dans sa coquille.

Il tendit l'équivalent d'un œil vers la porte d'entrée du paradis. Il était pratiquement sûr qu'elle s'était éloignée depuis la dernière fois. Et que des gens arrivés des décennies après lui devaient déjà l'avoir franchie.

« Ce n'est pas une file d'attente » , murmura-t-il pour lui-même.
« C'est un purgatoire. »


************


« Votre nom ? »

Hariel fut brutalement éjectée hors de ses souvenirs par la voix bourrue du roi Enma.

« Alors, c'est quoi votre nom ? Reprit le roi, agacé par ces formalités

- Hariel. Hariel Peixès.

- Hariel... Voyons voir... Ah, oui. Vous allez au paradis, félicitations. Charon, tu t'occupes d'elle ?

Un petit fonctionnaire cornu comme le personnel du paradis en comptait tant apparut en un instant, et fit signe au nuage-Hariel de le suivre. Il avait des lunettes carrées et un air jovial, quoiqu'un peu maladif. Il s'adressa à elle d'un ton rassurant et professionnel.

- Bonjour, je vais vous accompagner dans vos premiers pas au paradis. Vous allez voir, l'endroit est génial ! Vous allez pouvoir y passer environs cinq cent ans, sauf si vous voulez vous réincarner avant, bien sûr.

- Hum, c'est gentil, mais...

- Avant toute chose, on va vous fournir un corps, vous voulez bien ? L'interrompit Charon.

De son vivant, Hariel l'aurait au moins fait mettre aux fers pour une telle impudence, mais sa fougue, sa violence, et surtout son orgueil avaient disparus, usés par la file d'attente, et elle se contenta d'opiner. Elle attendit sagement que le fonctionnaire lui place une auréole sur le tête, et que la fumée qui la composait se solidifie pour former un corps, pour poser sa question.


********


« Vous y êtes resté six mille cent vingt ans. » Fit Pluton, du ton jovial qui ne semblait jamais le quitter.

Obi resta interdit. Il ne savait si cette durée était ridiculement trop longue ou trop courte pour ce qu'il avait l'impression d'avoir vécu dans le file d'attente. À la réflexion, cela devait être la bonne. Cela faisait beaucoup plus que ce qu'on lui proposait de passer au paradis. Avait-il été si mauvais ? Et surtout pourrait-il revoir ses proches ? Mais le petit fonctionnaire rondouillard, prévenant, semblait avoir anticipé son angoisse.

« Je suppose que vous voulez retrouver quelques proches, n'est-ce pas ? Ne vous inquiétez pas pour le temps, c'est assez abstrait, ici. Commença-t-il en faisant apparaître un ordinateur portable. Quelqu'un qui vous est cher en particulier ? »

Le commandant s'autorisa un instant de réflexion, puis, se dit qu'il vaudrait mieux assumer ses erreurs au plus vite. Il lui devait tant, et devait faire ses excuses à son seigneur.

- Oui. Freezer. Ça s'écrit F-R-E-E-Z-E-R.

- LE Freezer, fils de Cold ? Fit Pluton dans une moue à mi-chemin entre le choc et le dégoût.

- Oui, voilà, exactement.

Obi ne savait plus trop comment interpréter la réaction de Pluton. De toutes manières trop las et heureux de pouvoir revoir son suzerain, il n'en avait plus vraiment cure.

- Monsieur, Freezer a détruit des planètes. Dit Pluton avec le ton qu'on réserve pour les évidence douloureuse. Il est responsable de milliards de décès, et d'innombrables autres crimes et vices. Il est en enfer, Obi.


*************


« En enfer ? Comment ça en enfer ? » Hurla presque Hariel avec ses cordes vocales tout justes revenues.

- Bah, c'est que votre ancêtre, là, c'était pas une enfant de chœur.

Le monde de Hariel s'écroulait autours d'elle. Toute sa vie, elle avait vécu sous l'égide de cette figure mi-historique, mi-mythologique : la dernière souveraine d'Alera, qui avait défié Cold jusqu'à la mort, et lui avait balafré la joue de son trident. Celle qui avait mené tout son peuple dans le plus grand combat pour la liberté, contre les démons du froid jamais entrepris. Plus qu'une simple héroïne, elle avait été son modèle, sa mentor silencieuse qui avait observé d’œil sévère et maternel chaque agissement de Hariel, la poussant à se surpasser sans cesse.
Comment que qui avait été un temps une déesse parmi les mortels pouvait-elle ne pas être la reine au paradis comme elle l'avait été sur Alera ? N'y avait-il donc aucune justice non plus en ce monde-ci ?

- Campagnes de propagande, remise en service de l'esclavage alors qu'il avait été aboli depuis 10 000 ans dans cette région, guerres inutiles à des fins cupides, génocide des sangs-ocre ! Cette femme a utilisé des armes nucléaires sur son propre peuple !

Charon avait presque hurlé la dernière phrase, si choqué par ce qu'il retrouvait dans les archives de l'au-delà qu'il en perdait son flegme habituel. Pour Hariel, c'en était beaucoup trop. Sa résistance psychologique poussée à bout par les millénaires d'attente inutile, elle recula de plusieurs pas, cherchant un coin où se cacher, pour laisser exploser les larmes que, à bout de nerfs, elle ne parvenait plus à contenir. Mais il n'y avait nulle part où se cacher. Juste Charon qui, compatissant, l'avait attrapée par l'épaule, et tentait de la réconforter malgré tout.

- Hariel... Commença-t-il. Vous avez commis des choses dont vous n'avez pas à être fière, mais vous avez toujours fait ce que vous croyiez bon. Vous valez mille fois cette femme. Ne vous laissez pas détruire ou construire par quelqu'un d'autre, vous vous suffisez largement à vous même.


**************


Les éclats de voix ne parvinrent aux oreilles d'Obi qu'à travers le voile d'abattement qui recouvrait son esprit. Il émergea finalement, et tourna presque instinctivement la tête vers sa gauche. Ses yeux bleus vinrent se ficher droit dans ceux de Hariel qui, de son côté, avait agi symétriquement. Sans qu'ils y prêtent attention, Charon et Pluton leur souhaitèrent bonne chance et disparurent aussi vite qu'ils étaient apparus.

Sans qu'ils aient à esquisser un geste, ils se retrouvèrent à environs un mètre l'un de l'autre. Le face à face dura quelques instants, aucun ne sachant comment réagir face à cette nouvelle présence.

Finalement, quittes à tout perdre et recommencer, autant le faire à deux. Un bref regard fut encore échangé, qui fit naître un sourire triste sur leurs visages. Et comme ils avançaient côte à côte vers les portes du Paradis, ce sourire se fit de plus en plus grand et clair.


(Vraie) FIN
Dernière édition par Lamantin_Furtif le Mar Avr 29, 2014 9:35, édité 5 fois.
"Dorenavant votre rage me parviendra comme un sketch de Gad Elmaleh"
Many, 12 juin 2016


Mes Fics (dans l'ordre de parution)
Guerres Glacées
Une couronne à terre
Alpha et Oméga
Héritage

Image
(on remerciera kouki pour cette bannière)
Avatar de l’utilisateur
Lamantin_Furtif
 
Messages: 1045
Inscription: Dim Nov 04, 2012 19:39
Localisation: Juste derrière vous.

Re: [one-shot] une couronne à terre

Messagepar Milank le Ven Déc 13, 2013 20:12

il y a une suite ? j'ai vraiment bien aimé ce texte intéressant et bien construit mais si tu me dis que c'est tout je serais un poil déçu ^^
L'origine du règne
Ma fic centrée sur un nihilien des millions d'années avant Son Goku et l'ère des Colds !
Avatar de l’utilisateur
Milank
 
Messages: 30
Inscription: Lun Nov 26, 2012 20:00

Re: [one-shot] une couronne à terre

Messagepar San999 le Ven Déc 13, 2013 20:54

Ah! C'était intéressant de voir les conséquences de la mort de la famille Cold. Une bataille entre les fidèles et les rebelles. J'étais persuadé que les rebelles allaient gagner, mais de toute évidence, ce one-shot semble être un prologue pour un prochain sequel. Ou je me trompe?

Les personnages sont peu développés, mais bon, c'est le format one shot avec plein de personnages, du coup, on ne peut t'en tenir rigueur. Et puis, malgré ça, Hariel et Obi ont réussi à me plaire. Je crois qu'avec Wandro, ce sont les trois personnages que tu as pu développer quand même. En tout cas, c'est marrant de voir à quel point les fics de Tierts et de MV sont devenues influentes. XD Avec leurs personnages souvent repris. Faut dire que ce sont de bonnes fics. Et tu as aussi pris le nom et l'apparence de Barbe Blanche. XD

Ah! Et malgré sa courte apparition, j'aime bien le Nihilien cryogénisé, son discours sur les héros et le fait qu'il se fiche de la vengeance. C'est marrant qu'il mette Cold et Gokû dans la même panier. lol

Bref! Sympathique one-shot qui semble servir de prélude à une autre fic plus longue.
Avatar de l’utilisateur
San999
Phœnix Violet
 
Messages: 12048
Inscription: Sam Mars 10, 2007 18:06
Localisation: À côté de la plaque... Toujours à côté... -_-'

Re: [one-shot] une couronne à terre

Messagepar Lamantin_Furtif le Ven Déc 13, 2013 23:28

Merci de votre attention, et content que ça vous aie plu :D

Milank a écrit:il y a une suite ? j'ai vraiment bien aimé ce texte intéressant et bien construit mais si tu me dis que c'est tout je serais un poil déçu ^^


San999 a écrit: mais de toute évidence, ce one-shot semble être un prologue pour un prochain sequel. Ou je me trompe?


Bweuuuuh, pas vraiment, en fait. :oops:
Pour deux raison, principalement :
Primo, il ne reste plus vraiment de trucs à même de menacer le nouveau Nihilien, du coup, on devine facilement qu'il va reprendre les rênes de la galaxie et gouverner aussi bien que ce que vous pouvez déterminer de sa personnalité suggère. Le dernier tome de CFC traite un peu le même thème, il me semble (démon du froid à l'assaut de l'univers), mais avec plus de liberté au niveau des intervenants, et donc plus d'intérêt. et puis, ça ne me semble pas assez intéressant pour être traité. (quoique, il me vient des idées)
Secundo, le plus important : Comme vous l'aurez peut-être remarqué (et mon premier essai en porte les marques), j'ai beaucoup de mal à fournir un travail constant et régulier. Pour les nouvelles, ça va, mais je me vois mal tenir une vraie fic en plein de chapitres.

désolé.... :(

Et tu as aussi pris le nom et l'apparence de Barbe Blanche. XD

Ah, je me disais bien que tu ne le raterai pas, celui-là. ^^
Mais si tu fais attention, chaque pirate, à l'exception de Hariel est une discrète référence à One-Piece.

J'essaierai d'en poster une autre, si il me vient des idées.
"Dorenavant votre rage me parviendra comme un sketch de Gad Elmaleh"
Many, 12 juin 2016


Mes Fics (dans l'ordre de parution)
Guerres Glacées
Une couronne à terre
Alpha et Oméga
Héritage

Image
(on remerciera kouki pour cette bannière)
Avatar de l’utilisateur
Lamantin_Furtif
 
Messages: 1045
Inscription: Dim Nov 04, 2012 19:39
Localisation: Juste derrière vous.

Re: [one-shot] une couronne à terre

Messagepar Milank le Dim Déc 15, 2013 19:49

Dommage ça aurait pu être intéressant.

Par curiosité comment s'appelle ce Nihilien ?
L'origine du règne
Ma fic centrée sur un nihilien des millions d'années avant Son Goku et l'ère des Colds !
Avatar de l’utilisateur
Milank
 
Messages: 30
Inscription: Lun Nov 26, 2012 20:00

Re: [one-shot] une couronne à terre

Messagepar Lamantin_Furtif le Dim Déc 15, 2013 19:52

ça dépend, tu voudrais qu'il s'appelle comment ?
(je n'ai absolument rien prévu pour lui, j'avoue ^^)
"Dorenavant votre rage me parviendra comme un sketch de Gad Elmaleh"
Many, 12 juin 2016


Mes Fics (dans l'ordre de parution)
Guerres Glacées
Une couronne à terre
Alpha et Oméga
Héritage

Image
(on remerciera kouki pour cette bannière)
Avatar de l’utilisateur
Lamantin_Furtif
 
Messages: 1045
Inscription: Dim Nov 04, 2012 19:39
Localisation: Juste derrière vous.

Re: [one-shot] une couronne à terre

Messagepar niicfromlozane le Mar Déc 17, 2013 13:31

Hello!

Comme promis, je passe lâcher un com après une seconde lecture :)

D abord, j dois dire que j ai prefere la seconde fois. Je ne sais pas exactement a quoi ça tient. Le truc, c est que je me suis rendu compte que l action était légèrement confuse; je pense que ça tient au rythme, mais je vais y venir. La fin et le début, par contre, juste excellent!

Pour détailler un peu:

Ce que j apprécie, c est avant tout tes persos. Très vite, on est attaché a eux. Ils sont très vivants, naturels. On saisit sans problème leurs motivations, l histoire est originale, le fait de fonctionner avec trois camps plutôt que deux donne du corps a l action, et les ellipses sont bien faites. Les combats également sont intrinsequement rythmés et clairs.

Il y a cependant 2-3 trucs qui m ont dérange:
-le premier c est le souci de rythme dont je parlais: il y a une partie de combat, au milieu, ou tous les paragraphes se ressemblent (visuellement, j entends) et le texte est si dense qu on s y perd un peu. Si on décroche un chouïa, on ne sait plus trop qui combat qui et un retour en arrière est complique par l organisation. Il manque peut être quelques dialogues a ce moment.

- toute ton idée sur l héroïsme a la finest vraiment bien sentie, mais je ne suis pas sur qu elle soit bien amenée. Peut être que la notion d héroïsme aurait gagnée a être développée par d autres persos précédemment. La, on a un peu l impression que ça sort de nulle part, mais ça passe grâce a quelques répliques vraiment mythiques du nihilien. Mais j pense que l ensemble gagnerait en cohérence en anticipant le traitement, par exemple avec le perso de la pirate, dont la vision de l héroïsme est certainement très différente.

Voilà.

Sinon j'ai bcp aime croiser ces persos :)

++

Niic
Dernière édition par niicfromlozane le Mer Déc 18, 2013 0:01, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
niicfromlozane
Voyageur du Temps
 
Messages: 5244
Inscription: Lun Avr 15, 2013 23:22
Localisation: Lôzane, Rock City, mais ailleurs dans le temps

Re: [one-shot] une couronne à terre

Messagepar Lamantin_Furtif le Mar Déc 17, 2013 20:55

Ah, le comm tant attendu. :D

Au sujet des points forts que tu cites, rien à ajourer : j'étais inspiré et motivé pour mes persos, leurs motivations, et le contexte, et ça s'est ressenti, je suppose. Je suis content que tu soulignes l'effet des ellipses successives, vu que je l'ai trouvé assez sympa à écrire.

Je prends note du combat central, je tenterai de faire une chose plus espacée et claire à l'avenir. Les scènes de combat sont un vrai casse-tête à organiser.

- toute ton idée sur l héroïsme a la fin est vraiment bien sentie, mais je ne suis pas sur qu'elle soit bien amenée. Peut être que la notion d'héroïsme aurait gagnée a être développée par d'autres persos précédemment. La, on a un peu l'impression que ça sort de nulle part, mais ça passe grâce a quelques répliques vraiment mythiques du nihilien. Mais je pense que l'ensemble gagnerait en cohérence en anticipant le traitement, par exemple avec le perso de la pirate, dont la vision de l'héroïsme est certainement très différente.


Je n'ai pas grand-chose à ajouter : c'est vrai; j'aurai dû lancer le thème bien avant, au moins avec Hariel, le premier discours de Vimia, et développer bien plus... J'ai voulu la sortir le plus vite possible, paniqué à l'idée qu'elle puisse moisir sur mon pc pendant une éternité, et je n'ai pas pris le temps de faire la lourde refonte qui s'imposait, avec le recul. :|

enfin, tant mieux si ça t'a plu.
"Dorenavant votre rage me parviendra comme un sketch de Gad Elmaleh"
Many, 12 juin 2016


Mes Fics (dans l'ordre de parution)
Guerres Glacées
Une couronne à terre
Alpha et Oméga
Héritage

Image
(on remerciera kouki pour cette bannière)
Avatar de l’utilisateur
Lamantin_Furtif
 
Messages: 1045
Inscription: Dim Nov 04, 2012 19:39
Localisation: Juste derrière vous.

Re: [one-shot] une couronne à terre

Messagepar Tendou Buu le Sam Déc 28, 2013 3:14

Très bon one shot,magnifiquement écrit avec une histoire intéressante mais le véritable atout de cette histoire est le Nihilien cryogénisé et son discours sur les héros qui est tellement vrai et bien vu et qui montre à quel point ce survivant est intelligent.J'aimerais beaucoup lires d'autres histoires sur ce personnage.
Celui qui excelle à résoudre les difficultés les résout avant qu'elles ne surgissent.

Celui qui excelle à vaincre ses ennemis triomphe avant que les menaces de ceux-ci ne se concrétisent.


Sun Tzu


La quête de savoir absolut d'un homme peut avoir des répercussions sur toute la réalité: viewtopic.php?f=42&t=6013
Avatar de l’utilisateur
Tendou Buu
 
Messages: 1437
Inscription: Dim Mars 06, 2011 22:09

Re: [one-shot] une couronne à terre

Messagepar Lamantin_Furtif le Mar Fév 11, 2014 21:58

Un petit post assez anecdotique (ou pas, vous voyez).

J'ai demandé à une dessinatrice désœuvrée de me faire un petit dessin de Hariel, la grande nouvelle de cette fic.
Voici donc une image à lui associer (apparemment un dessin plus précis arriverait quand elle aura le temps de le faire)
Image
tumblr de l'artiste: http://landofartandcraft.tumblr.com/

Et j'en profite pour répondre à tendou Boo:

Ravi que mon histoire t'ai plu (et désolé pour l'attente de réponse). Comme expliqué, je ne comptais pas à la base faire de sequel impliquant ce nouveau démon du froid (au passage, si vous voulez vous en servir, son nom est Nordis), mais vu l'enthousiasme qu'il entraîne, je vais surement changer d'avis. à voire, donc, mais ne soit pas trop impatient.
"Dorenavant votre rage me parviendra comme un sketch de Gad Elmaleh"
Many, 12 juin 2016


Mes Fics (dans l'ordre de parution)
Guerres Glacées
Une couronne à terre
Alpha et Oméga
Héritage

Image
(on remerciera kouki pour cette bannière)
Avatar de l’utilisateur
Lamantin_Furtif
 
Messages: 1045
Inscription: Dim Nov 04, 2012 19:39
Localisation: Juste derrière vous.

Re: [one-shot] une couronne à terre

Messagepar ButterflyAway le Sam Mars 15, 2014 14:02

Plop.

J'avais annoncé un commentaire, le voilà ! J'ai relu rapidement une seconde fois avant de me lancer et pour bien me souvenir de tout.
Je précise aussi que je n'ai pas lu les fics de Tierts et de Majin-Vegeto, donc je ne sais pas exactement quel perso appartient à qui, mais ce n'est pas le plus important...

Alors, déjà je trouve que tu n'as pas à rougir autant du fond que de la forme. Le scénario me plaît bien, il y a un vrai challenge et cette idée de nihilien cryrogénisé me botte carrément. Il est le clou du spectacle, il y a une réelle attente jusqu'à ce qu'il s'anime. L'idée des pirates est sympa aussi, et j'adore les références à One Piece. :D

Au niveau de l'écriture, c'est plein de bonnes idées de mises en scène. Les chapitres, placés selon les points de vues, sont bien pensés, de ce fait on est rapidement immergés. Quelques maladresses d'expression, mais c'est vraiment pour chipoter. Je suis d'accord avec Niic pour les combats : ils sont bien décrits, intenses, mais le format gros blocs de textes est un peu lourd. J'aurais également bien vu quelques dialogues, histoire de renforcer les personnalités des protagonistes. Mais j'ai déjà bien aimé le fait qu'Obi ne veuille pas toucher le visage de Hariel (et que Nordis le fasse à la fin).

Ce qui est embêtant avec ton idée, c'est que le format nouvelle ne se prête pas tellement à un nombre élevé de personnages. Comme l'on souligné d'autres, ils n'ont pas tous le temps d'être décrits en profondeur, et cette intrigue aurait peut-être mérité cela. Cela dit, moi je me suis quand même attachée à eux, principalement Obi. Le nihilien aussi, mais là tout le monde est d'accord pour dire qu'il envoie du pâtée.

Je vais relire ton autre "one-shot" (qui n'en est finalement plus un :P ).
LE TEST
Image

« Je pense qu'on tient avec le Test et le Sacre les héritiers de ce que furent CFC et l'Empereur Saiyen »
- Tierts -
« C'est tellement romanesque, J'AI AIMÉ PU**** ! *o* »
- Kyra1306 -
« On est dans le haut du panier de ce qu'on trouve sur le forum »
- anonymefromlozane -
Avatar de l’utilisateur
ButterflyAway
 
Messages: 1197
Inscription: Dim Fév 23, 2014 20:33
Localisation: derrière un Bingo Destructeur

Re: [one-shot] une couronne à terre

Messagepar Lamantin_Furtif le Mar Avr 29, 2014 9:34

Bon, je ne réponds qu'avec d retards, mais la fic était sortie depuis très longtemps, et je ne souhaite pas établir de dialogue à chaque commentaire.

Bon, mintenant que je suis là, merc beaucoup, déjà (les comms, ça fait vraiment chaud au cœur)
ButterflyAway a écrit:Mais j'ai déjà bien aimé le fait qu'Obi ne veuille pas toucher le visage de Hariel (et que Nordis le fasse à la fin).


C'est cool que tu l'ais remarqué, je m'étais appliqué à souligner la différence entre les deux duos Nordis/Wandro et Obi/Hariel. Je croyais presque que c'était passé inaperçu.
Bon, sinon, tu tombes globalement d'accord avec les autres, je vais travailler à faire des combats plus reposants à lire, mais c'es difficile...


Le vrai sujet de ce comm est de préciser l'ajout d'une parenthèse à "une couronne à terre", qui est parue lors du concours de fanfic. Elle se trouve en spoiler, sous la fanfic originale. J'en suis assez fier, il travaille un peu les personages principaux. enjoy ! :D
"Dorenavant votre rage me parviendra comme un sketch de Gad Elmaleh"
Many, 12 juin 2016


Mes Fics (dans l'ordre de parution)
Guerres Glacées
Une couronne à terre
Alpha et Oméga
Héritage

Image
(on remerciera kouki pour cette bannière)
Avatar de l’utilisateur
Lamantin_Furtif
 
Messages: 1045
Inscription: Dim Nov 04, 2012 19:39
Localisation: Juste derrière vous.

Re: [one-shot] une couronne à terre

Messagepar Pensyves le Mar Avr 29, 2014 18:04

Bonsoir,

ta parenthèse est géniale, peut être même encore meilleur que la fic. Tout y est: emotion, sensibilité, background approfondi, situation spatio temporelle fascinantes, j'adore ce moment d'attente qui est un plus essentiel à ta fic! bravo
Pensyves
 

Re: [one-shot] une couronne à terre

Messagepar Pedro le Jeu Mai 01, 2014 20:59

C'est vraiment chouette!!
Avatar de l’utilisateur
Pedro
 
Messages: 181
Inscription: Mar Mars 15, 2011 16:09

Re: [one-shot] une couronne à terre

Messagepar Chocoloutre le Lun Mai 04, 2015 1:06

Bon c'est pas le genre de commentaire que je laisse d'habitude, mais je dois avouer que je suis agréablement surpris : c'est excellent, je ne m'attendais pas à accrocher autant. J'aurais quelques remarques à faire sur la forme mais ça n'a pas vraiment de sens vu l'ancienneté de l'histoire, j'en ferai peut-être si je lis tes trucs plus récents. Sinon je n'ai pas grand-chose à rajouter de plus que ce qu'on déjà remarqué les gens avant moi.

J'ai su dès le début que ça allait me plaire car j'adore ce qui a trait à l'Empire et il faut avouer que tu as une excellente idée en t'intéressant aux conséquences de la mort de Freezer. Je crois que j'ai encore davantage aimé ce qui se trouve en spoiler, ça apporte du fond aux personnages de façon assez élégante. J'ai beaucoup aimé l'ambiance de ce passage, ça m'a fait penser à quand Lestat s'enterre dans le livre de Anne Rice.
On pourrait peut-être dire qu'il manque (sur tout le texte) un peu de description de l'environnement mais ça te réussit bien pour la partie en spoiler parce que ça apporte justement une touche d'irréel, d'ethéré.

Non vraiment, c'est loin d'être parfait mais c'est très bon, good job.
Avatar de l’utilisateur
Chocoloutre
 
Messages: 4543
Inscription: Ven Déc 31, 2004 18:55

Suivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités