Univers 09 : l'Histoire des Terriens

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Re: Univers 09 : l'Histoire des Terriens

Messagepar Anaunsa le Dim Mai 17, 2015 2:43

Que dire de la droite de Vegeta ?!

Non, moi ce qui me frappe, c'est ça :
Spoiler
Image


^^
Fan-fictions
Image Image Image
Avatar de l’utilisateur
Anaunsa
 
Messages: 1143
Inscription: Ven Août 17, 2012 22:04

Re: Univers 09 : l'Histoire des Terriens

Messagepar ll5746 le Sam Mai 23, 2015 17:54

Je viens de rattraper mon retard, les 2 derniers chapitres sont vraiment super. J'ai hàte de voir ce que sa va donner le trio Bulma, Tortue génial et Chichi sur Namek, et aussi une éventuelle rébéllion de Yamcha et violette.

Je sens que Le combat contre Freezer va ètre beaucoup plus difficile maintenant que celui ci à une force beaucoup plus grande. On aura peut-ètre un conbat en 4 vs 1, sa pourrait être bien.
Avatar de l’utilisateur
ll5746
 
Messages: 303
Inscription: Sam Mai 17, 2014 14:56

Re: Univers 09 : l'Histoire des Terriens

Messagepar kouki le Sam Mai 23, 2015 17:55

Anaunsa a écrit:Que dire de la droite de Vegeta ?!

Non, moi ce qui me frappe, c'est ça :
Spoiler
Image


^^


Oups j'ai oublié de répondre mais j'avoue que c'est énorme :lol: !!
Image

Crédits AVS :

Spoiler
Merci à Anaunsa pour la superbe bannière !
Merci à Bushido et niic pour l'aide-scénaristique.
Merci à niic, Tiguor et goget pour l'aide au niveau des fautes.
Et un grand merci à tous les lecteurs !


News : koukishido ! La chaine DU duo d'LS !
Avatar de l’utilisateur
kouki
Loukoum Fragile
 
Messages: 5610
Inscription: Dim Oct 30, 2011 20:00
Localisation: Squatter le tchat

Re: Univers 09 : l'Histoire des Terriens

Messagepar omurah le Sam Mai 23, 2015 17:57

Chapitre... chapitre...chapitre... ???....mine, mine, mine, miiiinnnee..... MINE.

....

oh...

:(

:arrow: []
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3303
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: Univers 09 : l'Histoire des Terriens

Messagepar Joka le Sam Mai 23, 2015 20:44

ll5746's Territory(-ama)
Spoiler
Merci beaucoup pour ton retour ! Je suis toujours très curieux de découvrir les réactions des lecteurs qui lisent par "groupe" de chapitres, et ma foi je suis très content de voir que tout arrive à s'emboîter plus ou moins bien ! =)

ll5746 a écrit:Je sens que Le combat contre Freezer va ètre beaucoup plus difficile maintenant que celui ci à une force beaucoup plus grande.

En effet, Freezer est maintenant bien plus fort qu'il ne l'était auparavant ! On sait d'après le manga qu'il était devenu bien plus fort qu'avant sous sa forme cybernétique - dixit ses propres mots - donc autant exploiter cette information "canon".
Omurah's Territory(-ama)

Spoiler
omurah a écrit:Chapitre... chapitre...chapitre... ???....mine, mine, mine, miiiinnnee..... MINE.

....

oh...

:(

:arrow: []

Haha, désolé ! xD C-29 lutte tant bien que mal en ce moment, c'est un gros filou qui refuse d'écouter ce qu'on lui dit ; il méritera une destruction en bonne et due forme lorsqu'il sera posté ! En contrepartie pour l'attente, je m'engage à euh... continuer de me surpasser comme jamais et prendre de l'avance dans mes chapitres !
Univers 09 : L'Histoire des Terriens
C-33 fait du break dance dans le topic ! !
Avatar de l’utilisateur
Joka
Superstar Méphistophélique de l'Union Sacrée
 
Messages: 4260
Inscription: Jeu Jan 02, 2014 20:40

Re: Univers 09 : l'Histoire des Terriens

Messagepar Axaca le Dim Mai 24, 2015 0:14

A cause de toi j'ai Téléchargé Ginuy Tokusentai sur mon portable. Je te hais.
- T... Tu n'as pas à t'en faire, balbutia-t-il, légèrement intimidé. Je... Je serai aussi pur et inoffensif qu'un papillon...


Quand on connait notre ButterFlyAway national, on peut mettre en doute la pureté du papillon..

Et sympa la référence au bingo, j'ai bien rit.


Dernier chapitre excellent comme d'habitude, rien à redire, sinon:
Accélère!!! Je suis accro maintenant !
« J’ai toujours eu pour principe qu’un peuple qui s’élance vers la liberté doit être inexorable envers les conspirateurs ; qu’en pareil cas, la faiblesse est cruelle, l’indulgence est barbare. »
Avatar de l’utilisateur
Axaca
Le négociateur
 
Messages: 2751
Inscription: Sam Avr 24, 2010 21:47

Re: Univers 09 : l'Histoire des Terriens

Messagepar Joka le Dim Juin 14, 2015 17:02

Axaca's Territory(-ama)

Spoiler
Axaca a écrit:A cause de toi j'ai Téléchargé Ginuy Tokusentai sur mon portable. Je te hais.

Hypnotisant, n'est-ce-pas ? x) Bienvenue au club ! 0/

Axaca a écrit:Quand on connait notre ButterFlyAway national, on peut mettre en doute la pureté du papillon..

*recule brusquement et part se réfugier*

Ravi de t'avoir connu.

Axaca a écrit:Et sympa la référence au bingo, j'ai bien rit.

Yeah ! Bravo pour l'avoir trouvé ! x)

Axaca a écrit:Dernier chapitre excellent comme d'habitude, rien à redire, sinon:

Merci beaucoup, je suis très content de lire qu'à chaque chapitre la qualité reste constante (en très grande partie grâce à ButterflyAway !) ! As always, je vais faire de mon best pour vous offrir les meilleurs C- que j'aie en réserve !

Axaca a écrit:Accélère!!! Je suis accro maintenant !

D'accord, accrochez vos ceintures !!
Image
////////////////////////////////ÉDIT DU 14/06/2015////////////////////////////////

BADABOUM !!!
(ouais, je sais, c'est assez surprenant)

Ça y est, il est enfin là ! Le grand et really fat C-29 est dans la place ! Et sachez juste - à titre d'information - que son nombre de mots dépasse largement les 8.000 *brise son détecteur rose* ! On pourrait presque dire qu'il s'agit là d'un deux-en-un chapitre ou plus communément : double-chapitre ! O_o
Enfiiiiiiiiiin bref, accueillez-le donc comme bon vous semblera ; vous pouvez vous montrer trèèèèès gentil avec lui ou alors trèèèèèès méchant (oui, je suis en panne d’inspiration pour les intros, mais ça reviendra soon :p), mais quoi qu'il en soit, j'espère qu'il vous plaira malgré tout. Et pour conclure, je tiens à adresser un Pouffysmique thanks again à Butterfle pour tout le temps qu’elle a consacrée à corriger ce chrihkjzdkjd de C-29 alors qu’elle avait plein de trucs sur le feu !
Spoiler
Image
(allez, cul-sec ! (*0*) )

BONNE LECTURE !!!
_________________________________________________________________________________________________

Chapitre 29 :
~
Le combat héroïque d'un père !
Organiques Vs. Cybernétiques : un renouveau ?!


C-28 a écrit:Alors que Freezer se remet de ses blessures, les membres du Commando Ginyu rentrent de leur mission avec de bonnes nouvelles : ils sont parvenus à vaincre Slugh, un Namek renégat, rétablissant par la même occasion l’ordre dans les territoires auparavant menacés. Satisfait que tout ce soit déroulé sans accroc, le tyran finit par leur assigner une tâche de la plus haute importance : retrouver Végéta et le ramener en vie.

En parlant de Végéta, ce dernier atterrit sur Hélior et rencontre un Tenshinhan déboussolé. Suite à une discussion houleuse, le prince apprend qu’il ne peut acquérir le Kaiôken, mais en contrepartie, l’existence des Dragon Balls lui est révélée. Voyant là une nouvelle opportunité à ne pas manquer, Végéta décide de faire cavalier seul en direction de Namek, coupant dans le même temps tout lien avec son ancien acolyte qu’il juge désormais inutile.

Pendant ce temps, sur Terre, Satan profite de sa nouvelle vie de champion, sans se douter une seule seconde du danger qui pèse sur lui. De l’autre côté, le docteur Gero, en compagnie de ses deux chefs-d’œuvre, ouvre les hostilités.




Planète Terre - Capitale Centrale.



Depuis sa victoire au 24ème tournoi mondial des arts-martiaux, Satan était parvenu à réaliser son rêve le plus cher : quitter le monde de la précarité et enfin appartenir aux hautes sphères de la Terre. À partir de dorénavant et jusqu’à désormais inclus, le champion croquait à pleine dent une nouvelle vie où acclamations, louanges et hurlements hystériques constituaient son quotidien.

Après avoir passé toute une journée à visiter studios télévisés, stations de radio et autres célébrités publiques, Satan, accompagné de sa fille, s’était retiré au sein d'un opulent hôtel comme il en existait peu dans le monde. Exténué par tous ces déplacements, il s’écroula sur l’un des moelleux sofas tandis que Videl, toujours pleine d’énergie, continuait de s’extasier sur les somptueux éléments qui ornaient la pièce.

— Ouah ! s’exclama-t-elle, le regard scotché sur l’immense écran télévisé. C’est vraiment pour nous, tout ça ?!

— Bien sûr, ma chérie ! confirma le papa-poule d’un ton joyeux. Et tu n’as encore rien vu, demain, on sera logé dans un endroit encore plus incroyable !

A la surprise de Satan qui s’attendait à une toute réaction, la fillette semblait plus déçue qu’enjouée par cette nouvelle. Les yeux rivés sur le sol, elle arborait une moue triste, presque au bord des larmes.

— Quelque chose ne va pas… ?

— Ben... c’est juste qu’on va encore devoir déménager. Je croyais qu’on allait s’installer pour de bon cette fois...

Sa voix étouffée couplée à ses petits tremblements fit se fendre en deux le cœur de Satan. Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre que sa fille portait un différent regard sur leur nouvel environnement. Plus il s’attardait sur son regard dépité et plus il se haïssait d’avoir été à ce point aveugle. Il se sentit coupable, lui qui pourtant remuerait ciel et terre pour exaucer le moindre de ses désirs, de n’avoir jamais remarqué qu’elle souffrait en silence depuis tout ce temps.

Malgré son épuisement et les nombreuses courbatures qui le martelaient, il trouva la force de se relever pour la rejoindre, s’accroupit devant elle et lui empoigna les mains.

— Pardonne-moi, mon trésor, c’est malheureusement la rançon du succès, murmura-t-il avec toute la délicatesse du monde. Mais je te promets qu’on l’aura très bientôt, cette maison rien qu’à nous ! Tu dois juste te montrer un peu patiente, d’accord ?

La fillette se frotta ardemment le visage pour essuyer le début de larmes qui s’apprêtait à couler à flot ; après tout, elle était la fille de l’homme le plus fort du monde, elle se devait d'être courageuse et de montrer qu'elle pouvait elle aussi se montrer forte.

— D’accord...mais je veux que tu restes pour me raconter une histoire, ce soir !

Satan esquissa un long sourire, satisfait de voir une mine bien plus radieuse sur son visage. Il se baissa de nouveau et agrippa l'un de ses auriculaires à l'aide du sien pour sceller leur pacte.

— C’est promis, ma puce ! Mais avant, ajouta-il en sortant deux feuilles de papier de sa poche qui ressemblaient à des curriculum vitae, je dois réviser les cas de ces deux prodiges.

— Ah, mais je les reconnais ! Tu parles des rigolos de tout à l’heure ? Spaghetti et Pyrochouki qu’ils s’appellent, je crois... Ils ont l’air d’être super forts !

— C'est vrai, Ils sont prometteurs pour des rookies. S'ils sont capables de passer mon Test, j'en ferai peut-être mes disciples.

Épris d'un sixième sens, Satan écarquilla brusquement des yeux. Ni une, ni deux, il attrapa Videl par la taille et se jeta au sol quelques mètres plus loin, évitant in-extremis un pilier rouge haut de deux mètres. Son entrée fracassante pulvérisa la fenêtre par laquelle il était passé et détruisit une partie du mobilier qui se trouvait aux alentours.

— Papa !! paniqua la fillette, terrifiée. Qu’est-ce qui se passe ?!

— Qui est là ?! tonna Satan.

La silhouette qui se tenait sur l’extrémité du pilastre afficha un sourire narquois avant de rabattre sa natte derrière son dos d’un air désinvolte. Taille moyenne, yeux de fouine, expression faciale sans vie, fine moustache... Tous ces éléments mis ensemble facilitaient à former autour de sa personne une aura malsaine. Vêtu d’un kimono rose, un œil attentif aurait remarqué qu’à son dos une inscription semblant désigner sa marque de fabrique - Kill You! - était lisible.

— P-Pas possible..., murmura le père de Videl, les yeux exorbités. Toi...!

— « Mister Satan », commença l’inconnu d’un ton monocorde. Autrefois rebut de la société et aujourd’hui champion du 24ème tournoi mondial... Quelle ascension, je suis impressionné.

Par réflexe, le champion agrippa le poignet de sa fille et recula de quelques pas, tout en veillant à ne pas détourner le regard une seconde.

— Mais c’est qui ce monsieur tout maigre et pas beau, papa ? Tu le connais, dis ? C’est l’un de tes copains ?!

Alors que Videl s’attelait à tirer kimono de son père pour obtenir des réponses, ce dernier n’y prêtait aucune attention, restant aussi muet qu’une tombe. Il avait suffi d’un croisement de regard et de quelques dixièmes de secondes pour que ces affreux souvenirs resurgissent. Au moment où il entendit cette voix glaciale, des dizaines de flashs avaient défilés à toute allure dans son esprit ; des flashs où il se revoyait encore dans ce bar pittoresque, accompagné de son ancien maître, savourant une boisson alcoolisée après un rude entrainement lorsque tout à coup, l’homme qui se tenait en face de lui fit son apparition.

— Qu’est-ce que tu fiches ici, monstre ? hurla Satan qui, prit d'un élan paternel, cacha Videl derrière son dos. Qu’est-ce que tu nous veux ?!

— « Nous ? », tu dis ? répéta Tao Paï Paï, presque vexé. Ne t’en fais pas pour ce microbe, je ne travaille jamais gratuitement.

Les bras croisés derrière le dos, il se laissa glisser le long de son pilier jusqu’à avoir pied. A cette distance, bien qu'il semblait moins impressionnant, Satan n’était pas dupe ; il était bien conscient que ce n’était qu’une impression factice à laquelle il ne fallait pas se fier, car derrière cette apparence frêle se cachait une véritable bête assoiffée de sang et dénuée de toute morale.

— Et quant au pourquoi de ma présence ce soir..., continua le mercenaire d’un air plus sinistre, tu te doutes bien que ce n'est pas qu’une simple visite de courtoisie.

Malgré cette menace on ne peut plus limpide aux oreilles de Satan, ce dernier se permit de souffler un gros coup, légèrement soulagé. Du moment que sa fille ne constituait pas de cible, le reste avait peu d’importance. Toutefois, la situation restait grave, pour ne pas dire désespérée. Il connaissait très bien cet homme, tant de renom que pour avoir déjà croisé sa route par le passé, de ce fait, il était mieux placé que quiconque pour savoir que sa réputation n’était pas usurpée.

— Va-t-en, Videl.

— Hein ? Mais pourqu...

— Ne discute pas ! s’écria Satan, le visage ruisselant de sueur. Cours jusqu’à la réception et attends-moi là-bas, ça ne sera pas long...

Un sourire mauvais sur le visage, Tao Paï Paï ne put s’empêcher d’ajouter une petite réflexion en guise de complément d’information.

— Tu ne crois pas si bien dire, champion. Je n’ai besoin ni de mes mains, ni de mes jambes pour te tuer... Ma langue suffira amplement.

Effrayée par la tournure de cette conversation, Videl obéit sans plus tarder et détala de la chambre à toute vitesse avec l’espoir de trouver de l’aide à mi-chemin. Elle longea le long couloir devant elle, prit les longs escaliers à sa gauche et descendit les marches trois par trois. Quelle idiote, elle faisait ; elle regrettait amèrement d'avoir insisté pour qu'ils soient logés au dernier étage (le vingt-quatrième). A mesure qu’elle s’éloignait, son esprit était épris de questions qui revenaient sans cesse : « Qui était cet homme ? » et « Que voulait-il ? ». Plus concentré par les éventuelles réponses qu’elle pourrait apporter à ces interrogations que par sa progression, elle finit dans sa lancée par trébucher et se cogna violemment la tête sur le bord de l’une des marches. Confuse, elle tenta de se relever mais la douleur lancinante qu'elle ressentait l'empêcha d'arriver à ses fins.

— P-Papa.., chuchota-t-elle avant de perdre connaissance.


De leur côté, Satan et Tao Paï Paï poursuivaient leur conversation dont l’objet était sujet à discorde, l’un semblant plus ennuyé qu’autre chose.

— Comme je te l’ai dit, on s’est déjà croisés, assassin ! insista le champion tout en retirant sa cape et sa ceinture dorée. De l’eau a coulé sous les ponts depuis ce jour où tu l’as tué, mais moi, je m’en souviens comme si c’était hier... Et aujourd’hui, TU VAS PAYER !!

Tao Paï Paï avait beau se creuser la tête, il ne souvenait pas de cette soi-disant histoire ; mais en même temps, à cette époque, il n’était encore qu’un novice dans la profession. Il lui était souvent arrivé de tuer pour un rien, ce ne serait donc pas vraiment étonnant que cette plainte soit véridique.

— Non, ça ne me dit vraiment rien. Tu m’excuseras de ne pas me rappeler de tous les insectes nuisibles que j’ai pu écraser, vous êtes si nombreux.

Les yeux de Satan s'ouvrirent grands, scandalisé. Un « insecte nuisible » qu’il avait dit ? C’était tout ce que représentait son défunt maître à ses yeux... ? C’en était trop ! Ce sourire condescendant, cette suffisance dans ses paroles, cette méprise abjecte envers l’humanité, c’était plus qu’il ne pouvait en supporter !

— Rassure-toi ! tonna Satan, avant de se ruer vers l’assassin légendaire. J’ai de quoi te rafraîchir la mémoire !!


Une cheville tordue et une affreuse migraine plus tard, Videl reprenait lentement connaissance. Elle s’assit sur l’une des marches et plaquer les deux paumes de ses mains sur ses tempes pour atténuer la douleur. Combien de temps était-elle restée inconsciente ? Quelques minutes ou plusieurs heures ? Le simple fait d’imaginer qu'il pouvait s'agir de la dernière option l’exhorta à mettre les bouchées doubles pour poursuivre son chemin. Alors qu’elle était sur le point de repartir de plus belle, une voix féminine résonna comme un écho.

Fais demi-tour...

— Hein ?

Surprise, Videl jeta quelques regards autour d’elle mais ne vit personne. Presque convaincu qu'il ne pouvait s'agir que du contrecoup de sa chute qui la faisait divaguer, ce mystérieux timbre, qui lui semblait en plus étrangement familier, retentit de nouveau, avec cette fois plus de distinction.

Dépêche-toi ou il sera...trop tard !

Plus aucun doute possible, quelqu’un essayait bien d’entrer en communication avec elle. Malgré l’étrangeté de la scène, un sentiment indescriptible poussa Videl à croire en cette intonation et s’exécuta sans plus tarder, espérant de tout son cœur arriver à temps avant l’inévitable.



Île privée de Jaguar Batta – Sous-sol.



Au sein d’un vaste laboratoire où l’éclairage était réduit à son minimum, tout était sens dessus-dessous. Debout devant un socle où se tenait un étrange aquarium cubique, le docteur Willow, qui titubait bien malgré lui, fixait d’un œil avide le projet dans lequel il avait consacré tant d‘énergie et de ressources. Tous les détails avaient été finalisés, ce n’était dorénavant plus qu’une question de temps avant que son rêve ne devienne enfin réalité.

— Comment ça avance, Kochin ? demanda Willow, le souffle court.

— D-Dans les meilleures conditions p-possibles, répondit l’acolyte, catégorique. C-Ce ne sera p-pas pour tout de suite, mais il verra a-assurément le jour.

— Parfait... du moment que sa croissance n’est pas interrompue.

Willow se dirigea d’un pas lent vers l’un des rares sièges encore visibles (les autres étant recouverts soit par de la paperasse, soit par des appareils en tout genre) et s’assit pour se ménager.

— En attendant de pouvoir émigrer en son sein, continua-t-il d’une voix toujours aussi faible, je vais devoir me trouver un autre réceptacle. Je pensais pourtant avoir encore un peu de temps devant moi...

Une mare de sang jaillit soudainement de sa bouche, comme pour vouloir infirmer ses dires. Le liquide n'avait rien d'un rouge éclatant comme on aurait pu le croire, mais tendait plus vers un noir jais.

— ...Mais on dirait bien que je me suis trompé, ajouta-t-il, un sourire ironique aux lèvres.

Kochin poussa un cri de terreur, horrifié par cette scène. L’état de son supérieur n’aurait normalement jamais dû s’aggraver aussi vite et encore moins à ce point. Du moins c’était ce qu’il croyait jusqu’à ce qu’il se rappelle que ces derniers jours n’avaient pas été de tout repos ; ce stress permanent couplé à ce surmenage inhumain avaient dû accentuer le processus de rejet.

— J-Je vais vous chercher v-votre m-médicament !

L’assistant se précipita vers l’une des nombreuses tables basses qui pullulaient dans ce désordre sans nom et sortit d’un tiroir une fiole dans laquelle une dizaine de pilules à l’allure de baies bleu-violacé étaient entreposées ; fiole qu’il tendit aussitôt à son chef.

— Combien de candidats encore potables ? demanda Willow tout en ingurgitant cul-sec le contenu de la petite bouteille.

— À l’heure a-actuelle, il ne reste p-plus que le R-Roi Tchapah, Pamputt, les m-maîtres des écoles de la T-Tortue et de la G-Grue, et le tueur à g-gage, Tao Paï Paï.

Willow rassembla toutes ses forces pour réfléchir quant au choix qu’il devrait faire. Même si très puissants, les deux ancêtres étaient bien trop âgés, et donc potentiellement plus fragiles, de ce fait, il les exclue sans seconde pensée. De plus, la soudaine disparition d’un roi aussi célèbre que Tchapah serait vite remarqué ; avec un tel statut ses mouvements se retrouveraient très surveillés et c’était là une chose qu’il ne pouvait se permettre, surtout à l’heure actuelle. Ne restaient donc plus Pamputt et Tao Paï Paï, et au vu des exploits respectifs des deux gaillards, le choix fut vite fait.

— Va pour le dernier, décida Willow. En plus d’avoir une force phénoménale, j’ai cru comprendre que son corps jouissait d’une jeunesse éternelle... Il sera parfait en attendant.

Il leva son bras droit et claqua successivement des doigts. Presque instantanément, une dizaine de petites créatures sortirent de l’ombre et se prosternèrent devant le scientifique, prêtes à répondre au moindre de ses désirs. Très similaires dans la forme à un Saïbaman, seuls leur couleur bleutée et leurs yeux plus arrondis différaient des créations Saïyennes.

— Trouvez ce Tao Peï Poï et ramenez-le-moi vivant, ordonna-t-il d’un ton ferme. Vous avez une heure, alors exécution !

Les dix silhouettes acquiescèrent d’un hochement de tête, puis disparurent aussi vite qu’elles apparurent. Willow se détendit un peu plus et ferma les yeux, de nouveau pensif. Si tout se passait comme prévu, il pourrait poursuivre son plan initial, mais dans le cas contraire, il devait être prêt à toute éventualité, quitte à devoir utiliser son « ultime » atout pour arriver à ses fins. Un bref moment après le départ de ses subordonnés (deux minutes tout au plus), une alarme stridente - le genre qui ne présageait généralement rien de bon - résonna et fit brusquement sortir Willow de sa torpeur.

— D-D-D-Docteur ! bégaya Kochin comme s’il avait vu le diable en personne. C-C-C’est t-t-t-terrible, il-il-il e-e-est…!

— Tais-toi ! pesta le scientifique, irrité.

Plus intimidé que vexé, Kochin fit vœu de silence aussitôt et attendit que son maître prenne les choses en mains. Willow se leva bien malgré lui de son siège, s’approcha d’un pas traînant vers les écrans de surveillance, et dévora des yeux la raison qui avait poussé l’alarme à se déclencher, et son acolyte, de paniquer comme jamais.

— Alors c’est comme ça..., murmura-t-il, le visage dégoulinant de sueurs. Tu t’es finalement décidé à vouloir en finir, Gero.


Lévitant à près d’une centaine de mètres, à cette distance, l’îlot ne semblait guère plus grand qu’un petit point noir perdu au milieu de l’océan. C-20, en compagnie de C-17 et C-18, tenait entre ses mains la tête de l’une des bêtes semi-organiques qui avait tenté de s’en prendre à eux quelques minutes plus tôt, et l’observait avec une certaine curiosité qu’il ne cachait pas.

— C’est le genre de créatures que nous allons affronter, annonça Gero tout en faisant tourner le crâne pour mieux l’examiner. Elles ne paient pas de mine à première vue, mais d'après mes données, elles renferment un composant chimique très nocif, même pour nous.

Violette nota d'un signe quelle resterait prudente tandis que Yamcha, à la place d'en faire de même, fronça subitement des sourcils et pivota la tête un peu partout ; fait étrange que ne manquèrent pas de remarquer ses deux compères. Était-ce vraiment ce qu’il croyait où son imagination lui jouait des tours...?

— Un problème, C-17 ? demanda C-18, intriguée.

— Je ne suis pas vraiment sûr mais j’ai comme un mauvais pressentiment. Quelque chose...je sens qu’il y a quelque chose d’anormale.

Piqué dans sa curiosité, C-20 jeta d’un geste nonchalant le membre encore chaud et scanna les environs à l’aide de son radar interne. Il avait déjà entendu parler de ce mystérieux sixième sens que pouvaient développer certains experts en arts-martiaux, et bien qu’à ce jour il n’ait toujours pas saisi les fondamentaux de cette capacité unique, il restait conscient qu’il valait mieux ne pas sous-estimer ce genre d’intuition. S’il y avait quelque chose d’inhabituelle sur cette île, ses senseurs le repéreraient sans plus tarder.

— Tu as dû rêver, commença-t-il, je n’ai...

Gero, pourtant maître de ses émotions en temps normal, n’avait pu s’empêcher d’exhiber une expression faciale horrifiée après avoir lu les dernières données transmises. Il se tourna vers Yamcha et lui jeta un regard approbateur.

— Alors je ne divaguais pas, cette menace est bien réelle, dit Yamcha, l'air sérieux. Dire que ça se passe sous notre nez...

— Mais quelle menace, à la fin ? Pourquoi je suis la seule à ne rien comprendre ?!

— Peu importe, nous allons immédiatement passer à l’attaque ! coupa C-20, d’une voix paniqué. Connaissant Willow, il a surement déjà dû anticiper notre venue, alors ne baissez votre garde sous aucun prétexte !

— Quoi ? mais attendez une minute, je ne...

Sur ces entrefaites, les Yamcha et Gero fondirent en piqué en direction du luxueux palace, tout de suite rejoins par Violette qui comprit qu'elle n'obtiendrait pas des réponses dans l'immédiat. La courtoisie n’étant pas leur fort, à défaut de sonner à la porte comme toute personne civilisée, ils optèrent pour une manifestation un brin plus brutale : défoncer le toit à coup de rayons oculaires, et traverser littéralement chaque niveau jusqu’à atteindre le souterrain où se terraient les deux scientifiques reclus ; exploit qui ne passa pas inaperçu compte tenu de l’applaudissement peu rythmé que l’on pouvait entendre.

— Et bien, quelle entrée ! Mais il ne fallait pas vous donner cette peine, j’étais sur le point de venir à votre rencontre pour vous souhaiter la bienvenue, mentit Willow d’un ton sarcastique.

— J’apprécie l’intention, mais vois-tu, je n’ai pas pu résister à l’envie de te rendre la pareille pour ce que tu as fait subir à la porte de mon laboratoire, répliqua Gero, rancunier. Nous sommes quittes maintenant.



Pendant ce temps, dans l’hôtel luxueux.



Écroulé sur ses rotules, Satan, criblé de trous, ne cessait de dégobiller du sang dans une quantité impressionnante ; là où le coupable passait pour la vingt-quatrième fois sa langue sur ses lèvres ensanglantées.

— Et bien, j’ai beau me forcer, rien n’y fait : ton sang est juste imbuvable, nargua Tao Paï Paï tout en crachant sur le côté. Mais je tiens quand même à saluer ton obstination. Avant toi, aucune cible ne m’avait résisté aussi longtemps.

Bien que grièvement blessé, le père de Videl se releva tant bien que mal et adopta une position de combat défensif, déterminé à lutter jusqu’à la fin. Il n’arrivait toujours pas à croire qu’il y avait une telle différence de force entre son bourreau et lui. Dire qu’il s’était entraîné durant plusieurs années pour atteindre ce niveau...

— Va au diable, ordure ! s'exclama Satan, au bord de l'effondrement. Dis-moi plutôt qui c’est ! Qui est le lâche qui t’a ordonné de me tuer ?!

Tao Paï Paï ferma lentement les yeux et soupira. Il avait souvent eu droit à ce genre de questions lorsque ses victimes se savaient perdus, et bien que Satan ait fait preuve d’une résistance admirable, il ne ferait pas exception.

— Même si je n’en ai pas l’air, j’ai une conscience professionnelle. Je ne révèle jamais rien en ce qui concerne mes clients, navré mais tu mourras dans l'ignorance.

Satan écarquilla des yeux, incrédule. C’était vraiment le monde à l’envers, alors même un monstre comme lui avait des principes... ? Malgré la surprise, il passa outre cet état de stupéfaction et se concentra sur la seule chose qui comptait maintenant : la victoire. Déterminé à congédier La Faucheuse, le champion rassembla tout ce qui lui restait de force et commença à s’avancer vers Tao Paï Paï, résolu à l'idée de vivre d'autres lendemains, à profiter de la nouvelle vie qu’il avait chèrement acquise, et surtout, de tenir sa promesse à la personne qu’il chérissait le plus au monde.

— Peu importe que tu veuilles parler ou non, je finirai bien par découvrir son identité !

— Très bien, finissons-en alors. De toute façon, je commençais à me lasser.

L’énergie du désespoir l’animant, Satan se rua sur le mercenaire, le tranchant de la main dirigé vers sa nuque. Un coup. Il était persuadé qu’il n’avait besoin que d’un seul coup pour gagner. Si cette manchette meurtrière pouvait parvenir à frapper de plein fouet le cou frêle de l’assassin, même lui, aussi puissant pouvait-il être, n’en ressortirait pas vivant.

— En récompense pour ta persévérance, murmura Tao Paï Paï qui décroisait les bras pour la première fois, je te tuerai d’une manière moins dégradante.

D’une vitesse surhumaine, il se mit à bouger frénétiquement la tête : de droite à gauche, de haut en bas en passant par les diagonales, aucune direction n’y échappa. Au fur et à mesure que la cadence s’accélérait, la boite crânienne de l’assassin disparut, ne laissant de visible qu’une natte de cheveux aussi menaçante qu’un fouet ardent.

je ne mourrai pas, je ne peux pas mourir maintenant ! pensa Satan.

Une fraction de seconde plus tard, au moment même où il pénétra le périmètre de l'assassin, un « miracle » se produisit : Satan avait appris la Danse de l’Air. Ou du moins, ce fut ce qu’il crut lorsque ce soudain sentiment de légèreté l’envahit. Dans les faits, la coupe de cheveux aussi aiguisée qu’une lame de rasoir avait tranché le cou du champion, lui donnant ainsi, l’espace d’un instant, la factice impression de pouvoir léviter.

— Personne n’échappe à sa destinée, chuchota Tao Paï Paï d’une voix pleine de fatalité.

Videl, qui venait tout juste d’arriver, assista bien malgré elle à ce dénouement tragique. Choquée par cette vision d'horreur, elle ne put s’empêcher de fixer d’un air incrédule le tronc baignant dans son sang, ainsi que l’expression d'effroi du membre décapité.

— P-P-Papa... ?

Lorsqu’elle réalisa enfin ce qui s’était passé, son corps réagit au quart de tour : elle vomit tout ce qu’elle avait ingurgité tantôt, s’effondra sur le sol, et éclata en larmes. Bien qu’il s’aperçût de sa présence (les pleurs aidant pour beaucoup), Tao Paï Paï ne daigna pas lui adresser un regard, plus occupé à essayer de contacter son employeur. Employeur qui, pour une raison qu’il ignorait et ne pouvait deviner, ne décrochait toujours pas malgré ses nombreuses tentatives ; il se résigna finalement à laisser un bref message vocal.

— C’est moi, Tao Paï Paï.

Tao Paï Paï.

— La cible « Mark Satan » a été éliminée avec succès, Lord Jaguar Bata.

Lord Jaguar Bata.

— Préparez les trois-cents quarante millions comme convenu, je serai là dans trois jours, termina le mercenaire.

Ces deux noms... C’était donc ainsi que se nommaient les monstres qui en avaient eu après son père, et qui avaient par la même occasion détruit sa vie. « Pourquoi ? » Ce mot interrogatif était l'unique la seule et unique question qui revenait sans cesse dans sa tête.

ESPÈCE DE MONSTRE !!! craqua-t-elle soudainement. Tu as tué mon papa ! Pourquoi t’as fait ça, assassin ?! Dis-moi pourquoi !!

La rage l’emportant sur la peur, elle se jeta sur le meurtrier avec la ferme intention d’obtenir des réponses coûte que coûte. A chaque « pourquoi » qu’elle hurlait, elle lui administrait une multitude de coups de poing sur les jambes, sans grand effet malheureusement.

— Tu n’avais pas le droit de faire ça ! Rends-le-moi !!

Le cœur aussi froid qu’un iceberg, Tao Paï Paï ne se laissa pas le moins du monde attendrir, au contraire, ce genre de caprice l’irrita plus qu’autre chose. Il l’agrippa sans une once de délicatesse par les cheveux et la souleva aussi facilement qu’une plume.

— Je ne tue que lorsqu’on me paie, informa-t-il avant de lancer violemment Videl sur une armoire vitrée.

Néanmoins, comme tout bon commercial et professionnel qui se respectait, il sortit de l’une de ses poches une petite carte avec ses coordonnées et ses honoraires inscrits dessus, et la jeta avec nonchalance au pied d’une Videl encore étourdie par le choc.

— Si tu tiens tant que ça à mourir de ma main, tu n’as qu’à m’engager. Mais en attendant, tu n’as qu’à jouer aux billes !

Ceci fait, Tao Paï Paï se dirigea vers son pilier incrusté au sol, le sortit des décombres sans grand effort, et le projeta à des kilomètres à la ronde ; dans la foulée, il se dépêcha de saisir la tête de Satan - une preuve avait été exigée de la part de son employeur - et sauta d’un bond majestueux rejoindre son moyen atypique de locomotion.

Videl, en position latérale de sécurité, pleurait en silence, les yeux rivés sur la carte de l’odieux personnage. Plus elle fixait le bout de carton et plus elle maudissait son impuissance, faiblesse et fragilité. Si elle avait été plus forte, si elle avait accepté de s’entraîner au côté de son père, peut-être que tout ceci ne se serait jamais arrivé...

Tao Paï Paï, Jaguar Bata... Tao Paï Paï, Jaguar Bata... Tao Paï Paï, Jaguar Bata..., marmonna-t-elle tout en mordillant son pouce, je vous tuerai !



Îlot privé - Les souterrains.



La tension était à son comble, à un tel point que le simple battement d’ailes d’une mouche aurait retentit comme un bruit de tambour. Les deux parties restaient impassibles, préférant attendre que l’autre fasse le premier pas. Gero, bien que toujours sur ses gardes, ne put s’empêcher de jeter quelques regards aux alentours, envieux. Il y avait là tout une gamme de matériels rares et très onéreux dont il aimerait beaucoup mettre la main dessus. De son côté, Willow aussi convoitait avec une avidité non dissimulée une chose que son confrère possédait : Yamcha. Ce corps si vigoureux, cette sensation de puissance qui émanait de lui... Il aurait été parfait s’il avait pu mettre la main dessus.

— Qu’est-ce qu’on attend au juste ? demanda C-18 qui s’impatientait. On peut les écraser facilement !

Gero souffla, déçu de constater que ses avertissements étaient passés sous l’oreille d’un sourd. Il avait pourtant bien précisé dans ses nombreuses mises en garde que Willow n’était un adversaire à sous-estimer au risque de se brûler. Remarquant l’humeur maussade de son confrère, le principal concerné s’esclaffa, non pas du rire simpliste qu’on lui connaissait, mais d’un rire moqueur.

— C’est une ravissante sotte que tu as déniché là. Bien charmante, je le reconnais, mais très stupide.

— Répète ça si tu l’oses, espèce de dégénéré !

— Du calme, C-18, ne tombe pas dans ce piège grossier, tu vaux mieux que ça ! coupa Gero d’une voix ferme. Quant à toi, Willow, je ne t’apprendrai rien en te disant que tu as toujours été trop sûr de toi... Et c’est bien ce qui te perdra aujourd’hui.

Ils se dévisagèrent un bref moment avant que le propriétaire des lieux cède à ce duel visuel et leur tourne le dos. Les mains dans les poches, il s’éloigna de quelques pas pour s'appuyer sur une table et reprit d’une voix puissante.

— Peut-être que oui, peut-être que non, qui peut vraiment savoir ? En attendant, j’ai bien peur que tu ne doives passer par mon comité d’accueil si tu veux t’en prendre à moi.

Soudain, trois ombres menaçantes jaillirent du sol et se placèrent entre les deux factions, surprenant Gero qui grinça des dents. Dire que ces immondes créatures étaient depuis tout ce temps tapi dans l’ombre aussi prêt de sa personne. Ses yeux cybernétiques se posèrent lentement sur chacun d’eux, récoltant au fur et à mesure des données sur leur composition, nature, ainsi qu’une multitude de détails qu’il utiliserait à bon escient.

Près de quatre mètres de haut, une peau aussi lumineuse que le soleil, le corps obèse et huileux de la première créature était recouvert de pustules, prêtes à éclater. Au sommet de son tronc, une petite tête épineuse à l’allure disgracieuse couronnait le tout. Le second sous-fifre était radicalement différent du premier. Plus petit que C-18, sa peau verte à pois rouge arborait les mêmes caractéristiques que celle d’un alligator. Sur ses épaules, cuisses et genoux, de petits embouts noirs dépassaient de quelques centimètres et semblaient avoir une utilité toute particulière. Enfin, le troisième et dernier subordonné restait bien plus impressionnant du fait de son physique herculéen. Ses longs cheveux rouges comme le sang, et sa peau aussi rose qu’un flamant, contrastaient avec l’expression dure et froide qu’il exhibait en permanence.

— Permettez-moi de vous présenter Misokatsun, Kishime et Ebifurya, dit Willow dans un élan de fierté, mes trois plus puissants et loyaux serviteurs.

— C'est ça que tu appelles « puissants » ? se moqua Yamcha, un rictus aux lèvres. On ne doit pas avoir la même définition du terme, tes monstres sont extrêmement faibles !

— Tu n’as pas tort, avoua-t-il sans s’en cacher. Si on en vient au domaine de la force pure, ils ne vous arrivent effectivement pas à la cheville. Cependant, je crois que tu es mieux placé que quiconque pour savoir que sous-estimer ton adversaire peut s’avérer... très dangereux, non ?

Les traits de Yamcha changèrent du tout au tout, à tel point qu’il semblait désormais méconnaissable. L’expression joviale qu’il exhibait en temps normal avait laissé place à une mine sombre, faciès qui intimida un bref moment tous les acteurs présents. Bien qu’il n’ait toujours pas recouvert toute sa mémoire, sa fierté avait été blessée par cette remarque, comme s'il savait qu'il y avait un fond de vérité. Voyant que la situation pouvait se dégrader d’une seconde à l’autre, Gero intervint juste à temps pour calmer les ardeurs de son guerrier.

— Calme-toi, C-17, je vais avoir besoin de toi pour mettre en déroute son armée.

— Oh ! S’exclama Willow, stupéfait. On ne peut vraiment rien te cacher, vieux renard !

— Tss, qu’est-ce que tu crois ! Mes capteurs ont repérés ces étranges sources de chaleur depuis un moment ! Qu’est-ce que ça veut dire, Willow ? Comment as-tu pu en créer autant ?

Ne tenant plus, le scientifique plaqua une main sur ses yeux et éclata d’un rire tonitruant. Voir la tête déconfite de l’homme qu’il considérait comme sa némésis était un rare luxe auquel il se devait de profiter un maximum.

— Mais rien de plus simple, très cher : lorsque l’on a disposition un idiot qui nous laisse puiser à volonté dans ses ressources presque infinies, on peut se permettre ce genre de... petites folies.

— Pauvre fou ! beugla Gero, sidéré face à tant d’irresponsabilités. Tu tiens vraiment à condamner cette planète ?!

Pour toute réponse, Willow lui adressa un long sourire qui en disait long sur ses intentions. Il écarta soudainement grand les bras et hurla à s'en détruire les cordes vocales :

— Prenez vie mes enfants !! Il est temps pour vous de découvrir ce monde !!!

À l’entente de cette voix, l’île entière se mit subitement à trembler de manière anormale. Les vagues fouettaient les falaises avec violence tandis que le volcan, endormi depuis plusieurs siècles, s’était réveillé du pied gauche, balançant de multiples jets de lave qui exprimaient un mécontentement manifeste. Quelques secondes plus tard, un autre phénomène majeur se produisit : sur chaque mètre carré existant, au sein de chaque petite parcelle de terre fertile, une petite créature bleutée similaire à un Saïbaman poussait telle une plante et prenait vie, répondant à l’intonation de Willow comme s’il s’agissait de la lumière et de l’eau dont elle avait besoin pour vivre et s’épanouir. Très vite, la végétation verdoyante, les plaines, les collines, les plateaux et les montagnes furent recouverts d’ une marée de petits monstres bleus à l’allure difforme.

— Mais qu’est-ce que tu viens de faire..., murmura Gero, éberlué.

Grandement épuisé par cet effort considérable, les cheveux de Willow prirent subitement une teinte grisâtre, comme s’il venait de vieillir de plusieurs décennies. Le reste de son corps semblait également avoir été affecté au vu de la perte de poids manifeste et des multiples rides qui ornaient sa peau désormais flétrie. Les jambes flageolantes, il s’écroula sur ses genoux, respirant avec difficulté, mais tout de suite assisté par un docteur Kochin encore plus paniqué que d’habitude.

— Ça y est... ils sont enfin là... mes cents-milles progénitures viennent de prendre vie, chuchota-il, la voix étouffée.

De son côté, Gero fut si absorbé par les effrayantes informations que lui transmettait ses capteurs qu’il ne remarqua même pas le changement drastique chez son confrère. Ce ne fut qu’après plusieurs dizaines de secondes de consternation qu’il décida à stopper cette hémorragie pendant qu’il en était encore temps.

— C-17 ! Ces monstres sont composés d’un élément chimique très toxique capable de détruire toute vie sur Terre, tu dois absolument les empêcher d’atteindre l’océan ! Toi, C-18, tu vas m'exterminer ces trois larbins, veille à ce qu’ils ne le gênent pas !

Comprenant la gravité de la situation, les deux Cyborgs ne donnèrent même pas leur approbation qu’ils quittèrent sans plus tarder le laboratoire pour rejoindre l’extérieur ; action tout de suite imitée par les trois serviteurs de Willow qui n’avaient pas l’intention de les laisser faire ce que bon leur semblaient.

— Tu ne te rends même plus compte de ce que tu fais, Aaron ! pesta Gero. Regarde ce que tu es devenu ! Vois un peu où ta folie t’a conduit !

Appuyé sur son collègue, Willow utilisa toutes les forces qu’il venait d’emmagasiner pour se relever, et fusilla du regard celui qui osait lui donner des leçons. Comment osait-il alors qu'il en aurait fait autant s'il avait été dans sa situation ?!

— La ferme ! Je vénère cette planète autant que tu l’adores ! C’est juste, poursuivit-il, toujours aussi affaibli, que si je ne peux pas l’avoir, alors personne ne l’aura.

C-20 crissa des dents, conscient qu’il restait impuissant face à une telle situation. Au vu de sa force actuelle et de la condition de son confrère, il pourrait facilement en venir à bout, mais quid des éventuelles conséquences ? Et si cette action - aussi tentante pouvait-elle être - venait à provoquer une réaction en chaîne ? Après tout, la probabilité que la mort de Willow vienne à déclencher un système de défense chez ces créatures, empirant encore plus la situation, n’était pas nulle.

Le responsable de cette situation sans précédent se mit à ricaner, amusé. Bien que sa vue ait elle aussi grandement diminuée et qu’il ne percevait désormais plus que des formes floues, il imaginait très bien le faciès déformé par le doute et l'inquiétude qu'arborait actuellement son collègue.

Mais aussi agréable que cela soit-il, toute chose avait une fin.

— Arrête de t’inquiéter, Gero, et suis-moi plutôt. J’aimerais te montrer quelque chose qui me tient beaucoup à cœur et que j’aimerais partager avec toi... pendant qu’il en est encore temps.

— M-M-M-Mais D-D-D-Docteur Wi-Wi-Willow ! s’exclama Kochin qui tombait des nues. V-V-Vous n’y p-p-p-p-pensez p-p-p-pas !

Sans prévenir, une succession de rayons oculaires jaillirent de C-20 et transpercèrent de part en part le corps de Kochin qui rendit presque instantanément l'âme, le visage encore marqué d'une totale incompréhension.

— Je suis déjà assez énervé, maugréa-t-il, une veine saillante sur le crâne. Une nuisance sonore était bien la dernière chose qu’il me fallait !

Bien qu'il fût son collègue de longue date, Willow resta froid devant cette exécution furtive. Il n'avait jamais rien ressenti pour lui, si ce n'était qu'il le considérait comme un outil utile.

— Merci de m’en avoir débarrassé. J’aurais probablement fini par craquer à un moment ou un autre.

Hors de lui d'avoir perdu son sang-froid, Gero s'approcha de Willow et le souleva par le col.

— Il suffit, j’en ai plus qu’assez ! Explique-toi maintenant, qu’est-ce que tu manigances au juste ?!

Le concerné pointa du doigt un coin reculé du laboratoire, précisément l’endroit même où Kochin et lui avaient travaillé sur ce long « projet ».

— Je n’ai plus la force de marcher... Aide-moi et je satisferai ta curiosité.


À l’extérieur de l’île, des affrontements faisaient rage sur plusieurs fronts. Tandis que Yamcha s’attelait à désintégrer les pénibles créatures bleutées une à une, Violette luttait avec hargne contre les trois serviteurs de Willow ; chacun étant occupé avec son propre poison, l’un ne pouvait malheureusement venir en aide à l’autre.

— Bon sang, il y en a beaucoup trop ! fulmina Yamcha, agacé. À ce rythme, j’en ai pour des jours avant de tous les exterminer !

Malgré sa puissance quasi-infinie, C-17 n’en voyait pas le bout. Il avait bien envisagé de faire sauter toute la zone, mais il abandonna aussitôt cette idée lorsqu’il songea aux conséquences : la probabilité que l’une de ces créatures soit expédiée dans l’océan et y répande son fluide nocif était beaucoup trop élevée. De plus, il y avait également un risque non-négligeable que Violette soit prise dans l’explosion, et ça il ne pouvait se le permettre. Et pour couronner le tout, il ne pouvait se défouler sur ces saletés au corps-à-corps comme il l’aimerait sans en payer un certain prix. La dernière - mais aussi unique - fois qu’il avait tenté un contact physique, le mystérieux liquide argenté qui jaillit du corps avait touché son poing, provoquant aussitôt une détérioration des tissus de sa peau qui s’étaient effrités comme de la biscotte.

— Oh, arrête, tu vas me tirer une larme ! répliqua C-18 qui avait tout entendu des gémissements de son compagnon. Je te signale que je dois gérer ces horreurs dotées de capacités très chiantes, et pourtant, tu ne m’entends pas me plaindre !

Malgré sa supériorité écrasante en terme de puissance brute, l’excellent travail d’équipe dont faisaient preuve ses adversaires l’empêchait de prendre le dessus et d’en finir. Le plus énorme et élastique des trois - Misokatsun - servait de bouclier humain quasi-invulnérable, encaissant à chaque fois toutes attaques destinées à ses compagnons.

— Et merde ! Pourquoi tu n’éclates pas, espèce de grosse baudruche ?! tempêta Violette dans un énième assaut de nouveau mis en échec. Mes coups n’arrêtent pas de rebondir sur ta graisse, c’est dégoûtant !

Alors qu’elle essayait de dépêtrer son poing du répugnant corps huileux, Kishime, la créature reptilienne verdâtre, profita de ce moment pour asséner un coup en traître dont il avait le secret. Il empoigna les deux embouts noirs enfoncés dans ses cuisses et les retira d’un seul coup, tenant désormais entre ses mains deux longs os de la taille d’une colonne vertébrale. Sans prévenir, il enroula ces dernières autour de cou de Violette et libéra une décharge surpassant de loin le potentiel électrique de la foudre.

— Bordel ! ragea-t-elle tout en essayant de se libérer de l’étreinte. Je l’avais complètement oublié celui-là !

Kishime répétait inlassablement l’action, libérant toujours autant d'énergie, et au vu de l'odeur de brûlée qui se dégageait du corps de C-18, ses efforts commençaient à porter leurs fruits.

— Violette ! s’écria Yamcha qui remarqua la mauvaise posture de sa compagne.

N’ayant aucune intention de lui laisser le temps d’intervenir, Ebifurya, le dernier des trois lascars, s’interposa à temps pour asséner le coup de grâce. Après avoir inspiré un gros bol d’air, il cracha une gigantesque vapeur bleutée qui frappa de plein fouet l'ancien colonel, la transformant, à la surprise de Yamcha, en statue de glace.


Dans les souterrains, C-20 n’en revenait toujours pas de ce qu’il avait entendu, vu, et surtout comprit en quoi constituait le fameux « projet ultime » de son confrère qu’il aidait à tenir sur ses jambes. Cela lui semblait tellement dément...

— C’est mon chef-d’œuvre, annonça Willow d’une voix emplie de fierté, qu’est-ce que tu en penses ?

Gero reprit consistance et mit de côté sa rivalité pour laisser son objectivité s’exprimer. Lui, qui avait toujours été fasciné par l’innovation, cela ne pouvait pas mieux tomber.

— J’admets que c’est une ascension formidable dans le domaine de la biotechnologie. Par contre, de mon point de vue, je continue de croire que tu es complètement cinglé d’avoir eu l’intention de greffer ton cerveau dans cette chose.

— Et c’est celui qui a transplanté le sien dans un corps artificiel qui dit ça.

Gero roula des yeux, comme s’il s’attendait à ce qu’on lui fasse une remarque de ce genre. Pas de chance pour son interlocuteur, il avait déjà prévu son argumentaire pour la riposte.

— Tu sais aussi bien que moi qu’il y a bien moins de danger à procéder à ce genre de transfert sur des machines qu’avec de la matière organique, les risques de rejets sont incomparables !

— Hé ! Hé ! Toujours là pour avoir le dernier mot, nota Willow, un sourire sincère eux lèvres. Mais je dois t’avouer que c’est un aspect que j’ai toujours apprécié chez toi.

Il se dépêtra de l’épaule de son confrère, s’assit sur le sol poussiéreux et sortit une cigarette qu’il alluma. Conscient qu’il n’avait désormais plus beaucoup de temps devant lui, il décida de jouer franc jeu.

— Tu l’ignorais peut-être mais Brief lui-même à l’époque avait reconnu que ton génie se situait dans une toute autre catégorie. Dire que ça m’a pris plusieurs décennies pour m’en rendre compte...

Gero le fixa d’un œil qui ne laissait transparaître aucune émotion compatissante.

— Chercher à m’amadouer ne te sauvera pas, Aaron. Pour le bien de l’autre, et pour celui de cette planète, l’un de nous devra périr aujourd’hui.

— Je sais. Et je suis aussi conscient que ce sera moi..., avoua-t-il sans chercher à le nier. Je tenais juste à te montrer l’achèvement de toutes ces années de travaux acharnés avant l’inévitable.

Gero s’approcha un peu plus de l’aquarium cubique. Lorsqu’il força davantage sur sa vision, il put voir qu’au milieu de ce formol verdâtre, une petite créature de la même couleur barbotait. Bien qu’actuellement dénuée de toute forme d’intelligence, l’être minuscule observait avec curiosité l’homme cybernétique qui le dévisageait.

— Combien de temps avant qu’il n’arrive à maturation ?

— Tel qu’il est maintenant, dans un peu moins de cinquante-ans, quarante-huit selon Kochin.

— Je pourrais facilement faire en sorte que ça prenne moitié moins de temps sans pour autant changer ses propriétés, affirma C-20 sans une once de vantardise.

— Et bien, je n’en attendais pas moins de...

De nouveau, une importante mare d'hémoglobine jaillit de sa bouche et le coupa ; processus qui se répéta via ses oreilles, yeux et narines. Désormais, Willow était si pâle qu’on avait presque l’impression qu’il pouvait passer l’arme à gauche d’une seconde l’autre.

— Tu es condamné, rien ne pourra te sauver à ce stade, annonça Gero avec fatalité. Mais je peux faire en sorte d’abréger tes souffrances maintenant.

Willow émit un bruit qui ressemblait à un mélange entre un ricanement et une toux sèche.

—Avant..., articula-t-il avec difficulté. Accorde-moi... une dernière... faveur.

Plus les secondes s’écoulaient et plus son état empirait. Ses yeux améthystes avaient perdu de leur superbe, leur couleur si caractéristique et éclatante avait laissé place à un blanc crème, signe que la cécité avait déjà commis son méfait.

— Dis-toujours, même si je ne garantis rien, dit Gero, toujours aussi insensible face à cette vision déplorable.

Willow prit une nouvelle et longue inspiration - la dernière d’après ses estimations - et divulgua tout ce qu’il avait sur le cœur.

— Au fond... toi et moi, on a toujours partagé... le même idéal, non ? On a toujours cherché... à mettre au monde... la plus puissante créature qui puisse exister. Rends ça concret, c’est ma dernière... volonté.

Gero tendit une main vers son confrère et commença à générer une boule d’énergie au centre de sa paume.

— Cet être existe déjà et il se nomme C-17, affirma Gero d’un ton sans réplique. Navré de te décevoir, mais j’ai d’ores et déjà réalisé cet object...

Il s’arrêta net lorsqu’il s’aperçut que son vieux camarade de classe n’était déjà plus de ce monde. La seule chose qui subsista un temps soit peu fut la cigarette qu’il avait allumée tantôt et qui, faute d’appui, finit par tomber avant de se consumer d’elle-même.

— Tu aurais au moins pu me laisser terminer..., chuchota Gero, les poings serrés.

Au même moment, les créatures bleutées faisant office de bombes à retardement écologiques, ainsi que les trois bio-guerriers, fanèrent comme de veilles plantes, comme si la mort de leur maître avait instantanément provoqué la leur.

— Tu avais vraiment tout prévu, imbécile, murmura Gero, frustré de s’être fait mener par le bout du nez.

Il s’approcha de l’aquarium, colla délicatement les deux paumes de ses mains sur la vitre, et dévora des yeux le petit embryon. A mesure qu’il fixait la petite forme de vie, de d’hypothèses sur une éventuelle fusion entre la machine et l’organique lui traversaient l’esprit.

— En hommage à ton génie exceptionnel, je vais respecter ton dernier souhait et faire de cette créature l’être le plus puissant de l’univers, promit Gero d’une voix solennelle. À partir de maintenant, tu m’appartiens, Cell.


Explications + « Forces de combat » :
Spoiler
/// FORCES DE COMBAT TIME \\\

Kishime :
- 30.000 unités (Il est le plus "puissant" des trois du fait de sa capacité spéciale offensive hautement redoutable)

Ebifurya :
- 25.000 unités (un parfait concentré des deux autres bio-guerriers, il possède à la fois la force et la résistance mais sa spécialisation ne lui permet pas d'être le number one du groupe)

Misokatsun :
- 20.000 unités (plus centré sur la défense que l'attaque, son corps huileux et élastique lui permet d'encaisser et de faire rebondir/glisser toute attaque sur lui)

Pseudo-Saibaman :
- 1.200 unités (je leur donne un niveau Raditz qui reste le minimum syndical pour tout soldat lambda chez Freezer, mais ce n'est pas leur force qui doit être redoutée, mais plus le Fluide argenté corrosif qui les compose)

Cell forme embryonnaire :
- 0.00000 unité (aussi fragile et vulnérable qu’une petite larve)

/// MINI-FAQ TIME \\\

- D'où se connaissent Tao Paï Paï et Satan ? Ce background est-il inventé ?
En fait, ils se sont déjà rencontrés il y a quelques années, et nope il ne s’agit aucunement d’une idée à moi mais celle du Maître. C’est lui qui, pour notre plus grand plaisir - en tout cas moi je raffole de ce genre de compléments d’information – nous a divulgué quelques informations croustillantes sur le passé de Satan et Tao Paï Paï. Pour en savoir plus sur le sujet, je vous invite à jeter un œil sur l'excellent topic de référencement de Jak-Ich'an où vous trouverez moult détails sur cette étrange, mais non moins dramatique, relation (catégorie "Dragon team" pour le coup, mais rien ne vous empêche de jeter un œil au sein des autres catégories :p).

- Comment se fait-il que les trois serviteurs de Willow puissent rivaliser avec ta C-18 ? Dans le film d'animation « Le Robot des Glaces », Goku en simple Kaîoken en vient pourtant à bout...
Indeed, mais il s'agit encore une fois d'un choix volontaire et parfaitement assumé.
First of all, il faut savoir qu’au-delà de la force pure et du nombre d'unités qui ne sont que des facteurs secondaires, ce sont les capacités spéciales de ces trois lascars + leur travail d’équipe harmonieux et sans faille qui les rend particulièrement dangereux.
Second, ce sont des êtres artificiels créés de toute pièce ; si l'ami Gero est capable de concevoir de A à Z une entité tel que C-16 (waaaaaaay plus fort qu’un SSJ), je ne vois pas pourquoi Willow - qui reste un génie dans le domaine de la biotechnologie - ne pourrait en faire autant avec de la matière organique ; ajouté à cela le fait qu'il pouvait puiser à volonté dans la richesse de Batta pour se procurer les meilleurs équipements, produits et j'en passe. Third, je n’ai pas inventé lesdites facultés spéciales. Ces trois mousquetaires ont font la démonstration dans le film d'animation cité plus haut, je n’ai personnellement fait qu’augmenter l’efficacité de ces dernières et accentuer au niveau de leur travail d’équipe pour leur donner un avantage certain.

- Pourquoi ce nombre d’unités en particulier pour les trois affreux mousquetaires ?
Il n’y a pas vraiment de raison. A ce stade, ce sont des nombres purement inventés et basé sur mon propre ressenti. J’aurais très bien donner un 1.000.000 à Misokatsun (bon, j’abuse un peu mais c’est pour vous donner une idée :p) et seulement 300 unités pour Ebifurya, ça n’aurait rien changé car encore une fois, ce n’est pas leurs forces qui priment mais leurs facultés spéciales.

- Cell n’était pas censé être la création de Gero ?
Dans le manga oui, mais mon histoire a depuis (très) longtemps divergé du support original (simple exemple parmi tant d'autre : le Yamcha devenu cyborg). Ce que j’ai voulu et cherché à faire avec ce personnage en particulier, c’était introduire et développer la rivalité qu’il y aurait pu y avoir entre les deux scientifiques s’ils s’étaient connus dans le manga, et par la même occasion, démontrer que malgré qu’ils aient tout deux essayé de s’entre-tuer pour arriver à leur fin, il existait malgré tout un respect mutuel vis-à-vis des travaux et avancées scientifiques de chacun.
Univers 09 : L'Histoire des Terriens
C-33 fait du break dance dans le topic ! !
Avatar de l’utilisateur
Joka
Superstar Méphistophélique de l'Union Sacrée
 
Messages: 4260
Inscription: Jeu Jan 02, 2014 20:40

Re: Univers 09 : l'Histoire des Terriens

Messagepar Tiguor le Dim Juin 14, 2015 17:46

Fiiiirst ! :D
...
Quoi ?! Bon ok, c'était un peu naze x)
Aller, c'est parti pour la critique de la joie :

En tout cas, une chose est déjà sûre : 8000+ mots ou pas, à la lecture ça passe très vite ! Tu aurais pas précisé le nombre, bah j'aurais pas vu la différence, tellement j'ai été pris dans la lecture x)
Ensuite : TU N'EST QU'UN VIL MONSTRE ! TU AS OSE TUER SATAN ! THE HERO OF THE EARTH ! T'AVAIS PAS L'DROIT !! :evil:
C'est dommage qu'il soit mourut, mais bon, c'est la vie...Mention spéciale pour la pauvre Videl. Y a de très fortes chances que cet évènement soit le début d'une descente aux enfers, qui la transformera en héroïne badass plus tard. j'ai bien aimé le coup de sa "liste de personnes à tuer" à la Arya stark, nice !

Par contre, j'ai du mal à imaginer qu'un vulgaire acide, aussi corrosif soit-il, puisse abimer le corps des cyborgs. Ils sont quand même d'un niveau SSJ++...ça veut donc dire que ces choses peuvent tuer la Freeza family quoi ! La solution anti-démon du froid était super conne x)
J'ai beaucoup aimé l'enjeu écologique avec les créatures qui peuvent tuer toute vie sur Terre, et Géro en "sauveur", c'était cool.
Hâte de voir comment il va modifier Cell...ou s'il va y arriver, plutôt.

Et hâte de connaître la suite de l'intrigue spatiale, surtout !

Bonne continuation :P
Jugement Dernier One Shot : Et si Goku Black rencontrait les Saiyens de l'Univers 6 dans le futur ?
Avatar de l’utilisateur
Tiguor
 
Messages: 1601
Inscription: Ven Juin 28, 2013 21:30

Re: Univers 09 : l'Histoire des Terriens

Messagepar Bushido le Dim Juin 14, 2015 18:32

Mark Satan, non ! :(

Au moins tu auras réalisé ton rêve de devenir champion du monde avant de périr de la main de celui qui a tué ton bien aimé maître d'arts-martiaux. Mais ne t'en fais pas, ta fille te vengera... Je crois.

Je me demande si Chichi est enceinte...

En tout cas, moi qui m'attendais à voir Kakarotto, je suis surpris de découvrir que Cell arrive dans la partie ! Il sera donc prêt dans 20 ans... Je me demande si on va avoir le droit à un retour dans le passé.
Avatar de l’utilisateur
Bushido
 
Messages: 4749
Inscription: Lun Avr 22, 2013 14:40

Re: Univers 09 : l'Histoire des Terriens

Messagepar omurah le Dim Juin 14, 2015 18:34

Il spoil un poil le titre quand même, nan ? heureusement que je m'en suis rendu compte qu'après lecture du chapitre :P

Je serais bien curieux de connaître la référence cachée du "pour la vingt-quatrième fois" x)

Excellent le twist sur la danse de l'air et en fait non... il s'est juste fait décapiter XD
Et c'est tout aussi sympa le moment où tu vois que Videl capte les noms au passage et tu sens bien que ça va chauffer un jour ou l'autre... ça me rappelle assassin's creed 3 et j'avais adoré ce passage là. Du coup j'ai trouvé le "je vous tuerai !" de trop... la scèné était déjà très forte comme ça, et cette partie aurait pu être laissée à l'appréciation/imagination du lecteur, à mon avis. Mais c'est qu'un détail et cela dit, la PLS + le coup de la carte de visite pro, ça m'a tué XD

Toute la partie au niveau de l'îlot privé était très bonne aussi, avec les plans de willow, les similis-saibamen, l'arrivée assez fracassante des cyborg et la tension + les multiples retournements de situation dans les sous-sols... Bon et Yamcha bordel, il pète la classe! Il me fait penser à Goku mais en mieux XD

J'aime bien d'ailleurs la manière dont tu as huilé le trio... j'en viendrais même à espérer qu'ils restent à trois encore un moment dans l'histoire et que ce pauvre Gero ne meure pas trop tôt x) quoique avec Cell en plus dans l'équation, la donne change un peu donc affaire à suivre. J'ai du mal à deviner la suite des événements.
Au fait vu que willow n'est plus... l'ordre lancé aux créatures à la poursuite de Tao est-il toujours valide ?

En tout cas la scène de la mort de willow avec l'enjeu Cell autour, c'était épique à souhait. Voir touchant. Effectivement c'était la classe le côté "respect mutuel vis-à-vis des travaux et avancées scientifiques de chacun". A ce niveau d'ailleurs j'ai trouvé le comportement de Gero un peu bizarre, un coup il est parfaitement méprisant et à la mort de willow il admet son génie. Dans l'absolu je vois l'idée derrière et c'est intéressant, ça fait un peu Sasuke, mais dans la mise en scène il aurait peut-être fallu aiguiller le lecteur pour bien lui faire comprendre que Gero était dans une posture et n'est pas bipolaire x)

Un très bon chapitre au final, comme d'hab avec toi. T'étais pris dans le feu de l'écriture pour la longueur ou c'est que t'as voulu nous faire cadeau de beaucoup de chaire fraiche depuis le temps x) ?
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3303
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: Univers 09 : l'Histoire des Terriens

Messagepar Joka le Dim Juin 14, 2015 20:55

Et voilà, chose promise, chose due ! Merci encore à tout le monde pour tous vos commentaires !

Tiguor's Territory(-ama)
Spoiler
Tiguor a écrit:Fiiiirst ! :D

Deuuuz ! x)

Tiguor a écrit:Quoi ?! Bon ok, c'était un peu naze x)

Non, non, pas du tout parce que le prochain qui postera sera malheureusement le "troiz’", et qui dit "troiz'", dit troisième place ; vu qu'il n'y a justement que trois places (whaaaaat ? Mais depuis quand ?), ça n’a rien de bien valeureux. :p
(je plaisante)

Tiguor a écrit:Aller, c'est parti pour la critique de la joie :

*heavy breathing*

Tiguor a écrit:En tout cas, une chose est déjà sûre : 8000+ mots ou pas, à la lecture ça passe très vite ! Tu aurais pas précisé le nombre, bah j'aurais pas vu la différence, tellement j'ai été pris dans la lecture x)

Haha, et moi qui m’attendais à recevoir un commentaire du style : « mais c’est trop louuuuuuuuuuurd, tu aurais dû le couper en deux ! », je suis content de voir que ce n'est pas trop indigeste ! xD
Pour tout vous dire, l'idée de couper en deux ce chapitre m’a brièvement traversé l’esprit ce matin pendant que je m'attelais à la mise en page, mais après avoir réfléchi une bonne partie de l’après-midi (l’après-midi porte conseil comme on dit. Mmmh ? Comment ça, ma citation est erronée ? Meuuuuuh non), je me suis dit autant se jeter à l'eau et advienne que pourra, and here it. Après, lorsque je dis 8.000 mots, il faut également compter les informations comprises dans les spoilers et la mise en page, mais ça reste dans la même veine malgré tout.

Tiguor a écrit:Ensuite : TU N'EST QU'UN VIL MONSTRE ! TU AS OSE TUER SATAN ! THE HERO OF THE EARTH ! T'AVAIS PAS L'DROIT !!

Désolé ! Je comprends que tu sois dégoûté pour le coup mais c’était inévitable malheureusement.

Tiguor a écrit:C'est dommage qu'il soit mourut, mais bon, c'est la vie...Mention spéciale pour la pauvre Videl. Y a de très fortes chances que cet évènement soit le début d'une descente aux enfers, qui la transformera en héroïne badass plus tard.

Et bien tu as vu juste ! La mort de Satan fut indispensable car il servira de "déclic" pour Videl, et vu que je compte lui faire arpenter un tout autre chemin que celui du manga, il me fallait préparer le terrain en amont.

Tiguor a écrit:[...] j'ai bien aimé le coup de sa "liste de personnes à tuer" à la Arya stark, nice !

Yeah, bravo ! 0/ Tu es le second membre a avoir grillé la référence ! Comme quoi, c’était effectivement assez gros. X)

Tiguor a écrit:Par contre, j'ai du mal à imaginer qu'un vulgaire acide, aussi corrosif soit-il, puisse abimer le corps des cyborgs. Ils sont quand même d'un niveau SSJ++...ça veut donc dire que ces choses peuvent tuer la Freeza family quoi ! La solution anti-démon du froid était super conne x)

Certes, mais tu précises toi-même que cela aurait été abusé qu'un « vulgaire » acide ait autant d'effet, or ici, il s’agit biiiiiien plus que d’un simple acide (il est argenté, je rappelle :p).
Mais encore une fois, j’ai cherché une alternative autre que la force pure et simple pour « handicaper » un peu les Cyborgs (qui sont quand même waaaaaaaaaaay stronger), et l’idée d’utiliser ce subterfuge semblait coller à merveille dans cette situation.
Après, je tiens également à rappeler que le seul et unique moyen d’être blessé via ces monstres c’est d’entrer en contact direct avec eux, soit d'y aller Many Mano à Many Mano ou Peau Vs. Peau. A la base, ces charmantes créatures sont très faibles individuellement parlant (arf ! j’ai oublié de le préciser dans mon spoiler... -_-). Si Yamcha n’avait pas ses propres raisons (expliqué dans C-29), il aurait fait sauter toute l’île et en serait débarrassé. Donc du point de vue de la Freezer Family, je pense qu'elle ne se serait jamais jamais avoir de la sorte ; Freezer et Co auraient bombardé à distance – comme toute personne censée après s’être fait avoir une fois – à l’aide de vagues énergétiques, et problem solved.

Tiguor a écrit:J'ai beaucoup aimé l'enjeu écologique avec les créatures qui peuvent tuer toute vie sur Terre, et Géro en "sauveur", c'était cool.

Merciiii ! Il faisait un peu office d’anti-héro pour le coup, même si dans le fond il reste un égoïste de première, lorsqu'il s’agit de la Terre (son "territoire" comme il le précise dans C-27), il fera tout ce qu’il faudra pour la sauver.

Tiguor a écrit:Hâte de voir comment il va modifier Cell...ou s'il va y arriver, plutôt.

Hé ! Hé ! Je vous laisse avec vos suppositions mais ne réfléchissez pas trop là-dessus ; ce chapitre m’a servi a introduire Cell en amont comme je l’ai fait avec Babidi, mais d’autres événements arriveront avant. :p

Tiguor a écrit:Et hâte de connaître la suite de l'intrigue spatiale, surtout !

Et bien écoute, l’aventure spatiale reprend justement avec C-30, soit le prochain chapitre !!

Merci encore pour ce long commentaire Tiguor, ça fait toujours aussi plaisir ! =)
Bushido's Territory(-ama)
Spoiler
Bushido a écrit:Mark Satan, non ! Au moins tu auras réalisé ton rêve de devenir champion du monde avant de périr de la main de celui qui a tué ton bien aimé maître d'arts-martiaux. Mais ne t'en fais pas, ta fille te vengera... Je crois. Mais ne t'en fais pas, ta fille te vengera... Je crois.

J’en ai choqué beaucoup avec cette mort on dirait, désolé. X)

Bushido a écrit:Je me demande si Chichi est enceinte...

Image
Bushido a écrit:En tout cas, moi qui m'attendais à voir Kakarotto, je suis surpris de découvrir que Cell arrive dans la partie ! Il sera donc prêt dans 20 ans... Je me demande si on va avoir le droit à un retour dans le passé.

Dans 20 ans... dans 20 ans, peut-être plus, peut-être moins, qui sait ? :p Mais maintenant qu’il est introduit, yep, vous pouvez être certains qu’il fera son apparition tôt ou tard. Pour le retour vers le passé, je ne me prononce pas pour l’instant parce que ce serait du spoil éhonté. :p

Merci de m'avoir laissé tes impressions, Bushido ! =)
Omurah's Territory(-ama)
Spoiler
Omurah a écrit:Il spoil un poil le titre quand même, nan ? heureusement que je m'en suis rendu compte qu'après lecture du chapitre

Hééééééé, tu n’as pas tort. O_o
En temps normal, mes titres servent surtout à teaser histoire d’aider les lecteurs à entrer dans le bain, mais c’est vrai que pour le coup ça spoil limite sévère le dénouement de la première partie. J’ai modifié ça avec quelque chose de plus vague, merci ! x)

Omurah a écrit:Je serais bien curieux de connaître la référence cachée du "pour la vingt-quatrième fois" x)

Ok, Satan est le champion de quel tournoi ? x)
Après il y a plusieurs interprétations possibles, mais comme partout, les autres références cachées peuvent avoir un rapport direct avec Dragon Ball comme à des fanfics voire juste à des private-joke. :p

Omurah a écrit:Excellent le twist sur la danse de l'air et en fait non... il s'est juste fait décapiter XD

Merci ! xD J’ai voulu placer un petit moment de suspense malgré que ça sentait le sapin pour ce pauvre Satan, content que la chute t’ait plu !

Omurah a écrit:Et c'est tout aussi sympa le moment où tu vois que Videl capte les noms au passage et tu sens bien que ça va chauffer un jour ou l'autre... ça me rappelle assassin's creed 3 et j'avais adoré ce passage là. Du coup j'ai trouvé le "je vous tuerai !" de trop... la scèné était déjà très forte comme ça, et cette partie aurait pu être laissée à l'appréciation/imagination du lecteur, à mon avis.

Ah, je n’avais pas du tout pensé à ça à la base (c’était plus une référence à Game of Thrones et à Arya Stark comme Butterfle et Tiguor l’ont fait remarquer), mais je suis content d’avoir réussi à placer un petit clin d’œil à un jeu-vidéo (je ne connais ce jeu que de nom, en fait, excepté les Dragon Ball Budokaï Tenkaïchi, Pokemon et Yu-Gi-Oh, j’ai une culture vidéoludique assez limité malheureusement). Après c'est vrai que j'aurais pu rendre les intentions de Videl encore plus ambiguë si j'avais retiré cette phrase, j'essaierai d'appliquer ça la prochaine fois si l'occasion se présente, merci.

Omurah a écrit:Mais c'est qu'un détail et cela dit, la PLS + le coup de la carte de visite pro, ça m'a tué XD

Haha, ravi que tu aies bien ri pour le coup ! xD L’idée de la PLS m’ait venu après que je m'étais visualisé Videl allongée sur le côté suite à "l'attaque" de Tao Paï Paï. Lorsque je m’en suis rendu compte, je me suis dit que ce serait dommage de ne pas placer un petit clin d’œil complètement gratuit (désolé, Videl, mais je te promets que je me rachèterai).

Omurah a écrit:Toute la partie au niveau de l'îlot privé était très bonne aussi, avec les plans de willow, les similis-saibamen, l'arrivée assez fracassante des cyborg et la tension + les multiples retournements de situation dans les sous-sols...

Merciii ! J’aime personnellement beaucoup lorsque c’est brutal (:p) et qu’on entre directement dans le vif du sujet, il y a une certaine tension qui se dégage dans l’atmosphère qui fait qu’on reste absorbé par les événements.

"Omurah a écrit:Bon et Yamcha bordel, il pète la classe! Il me fait penser à Goku mais en mieux XD

Merci ! J'essaie de consacrer pas mal de temps et de soin sur le traitement du personnage de Yamcha. Vu comment il en a bavé dans le support original, je veux qu’il ait, à défaut d’un bon rôle, de bonnes scènes et un développement un minimum intéressant. Pour le moment, je suis très satisfait de voir qu’il remplit son rôle à Myrtille merveille, on verra si la conclusion que j'apporterai au personnage vous plaira (tease :p). Yamcha for the win, my friend ! 0/

Omurah a écrit:J'aime bien d'ailleurs la manière dont tu as huilé le trio... j'en viendrais même à espérer qu'ils restent à trois encore un moment dans l'histoire et que ce pauvre Gero ne meure pas trop tôt x) quoique avec Cell en plus dans l'équation, la donne change un peu donc affaire à suivre.

Encore une fois merci pour tous ces retours positifs ! Alors c'est sans surprise que je t'annonce que ça pétera effectivement tôt ou tard, la question reste de savoir quand exactement ; et puis comme tu le dis, avec un Cell qui pointe, doucement mais surement, le bout de son nez et les sombres desseins que mijote Gero à son encontre...

Omurah a écrit:J'ai du mal à deviner la suite des événements.

Haha, je ne cacherai pas que j'en suis bien content pour le coup car cela veut dire que la suite reste malgré tout nébuleuse et imprévisible. :p Mais bon il arrivera un jour où tout finira par se recouper. Pour le moment on suit plusieurs "factions" mais lorsque le moment viendra, des clashs inévitables seront à prévoir.

Omurah a écrit:Au fait vu que willow n'est plus... l'ordre lancé aux créatures à la poursuite de Tao est-il toujours valide ?

En fait, ces créatures ont été détruites par les Cyborgs (cf le moment où Gero examine la tête de l’une d’entre elle), rendant donc la mission vaine. Mais ce n’était peut-être pas assez clair dans le récit, j’en ai juste fait part vaguement, sans réellement rentrer dans les détails, désolé pour la confusion.

Omurah a écrit:En tout cas la scène de la mort de willow avec l'enjeu Cell autour, c'était épique à souhait. Voir touchant.

Merci, je ne te cacherai pas que j’avais très peur de votre retour sur ce point (j’en avais fait part à Butterfle d’ailleurs lorsque je lui avais envoyé C-29), donc pour le coup, je suis trèèèèèèèèèèèèès soulagé et surtout heureux de voir que je me faisais du mouron pour pas grand-chose ! x)

Omurah a écrit: A ce niveau d'ailleurs j'ai trouvé le comportement de Gero un peu bizarre, un coup il est parfaitement méprisant et à la mort de willow il admet son génie. Dans l'absolu je vois l'idée derrière et c'est intéressant, ça fait un peu Sasuke, mais dans la mise en scène il aurait peut-être fallu aiguiller le lecteur pour bien lui faire comprendre que Gero était dans une posture et n'est pas bipolaire x)

Oui, je comprends où tu veux en venir, j'essaierai de faire plus attention à l'avenir, merci encore.

Omurah a écrit:T'étais pris dans le feu de l'écriture pour la longueur ou c'est que t'as voulu nous faire cadeau de beaucoup de chaire fraiche depuis le temps x) ?

Haha, disons qu’à la base, le C-29 était déjà assez fat, mais lorsqu’il est rentré au bercail, j'ai appliqué les conseils de Butterfle, et l’ai encore plus gavé en ajoutant/modifiant des passages, parfois pour rendre plus fluide la lecture et d’autres fois pour rajouter quelques petites descriptions sur les ressentis des personnages. Ce qui est bien, c’est qu’en relisant un chapitre à froid après plusieurs jours on trouve toujours - en tous cas chez moi c’est toujours ainsi - des choses à revoir, des choses qu’on aurait jamais pu capter en temps normal, donc en fait plus j’ai du temps devant moi pour me relire, plus j’upgrade mes C- (bon, après il y a juste milieu comme partout, si je m'écoutais je serai bien capable de ne pas lâcher un chapitre car dans ma tête j'estime qu'il y a encore place à un paquet d'amélioration). x)

Omurah a écrit:Un très bon chapitre au final, comme d'hab avec toi.

Merci beaucoup pour tous ces compliments, c’est toujours un plaisir de lire tes retours ! :D
Univers 09 : L'Histoire des Terriens
C-33 fait du break dance dans le topic ! !
Avatar de l’utilisateur
Joka
Superstar Méphistophélique de l'Union Sacrée
 
Messages: 4260
Inscription: Jeu Jan 02, 2014 20:40

Re: Univers 09 : l'Histoire des Terriens

Messagepar goget le Dim Juin 14, 2015 21:12

Satan est mort. :shock: Willow existe. :shock: :shock: Le mec à 30 000 unités survit à un cyborg niveau saiyan. :shock: :shock: :shock: Tao pai pai est immortel. :lol:

Sinon, j'ai adoré le chapitre.
Avatar de l’utilisateur
goget
 
Messages: 3369
Inscription: Mar Jan 13, 2015 23:02
Localisation: Chez le fermier qui me déteste

Re: Univers 09 : l'Histoire des Terriens

Messagepar Joka le Lun Juin 15, 2015 13:05

Goget's Territory(-ama)
Spoiler
Goget a écrit:Satan est mort. :shock:

Personnellement, au cours de l'écriture, j'ai plus été affecté par le traumatisme de Videl que par le trépas de Satan. Mais je comprends que ça puisse surprendre et surtout choquer - sa mort est vraiment brutale après tout - étant donné qu'il reste un personnage sympathique dans le fond.

Goget a écrit:Willow existe. :shock: :shock:

Oh, tu sais, il existe depuis un bail (à peu près 25 ans officiellement et depuis plusieurs chapitres dans ma fic). Mais à titre d'information, Willow est apparu dès lors de la Saga Saïyen (de la Fanfic, je précise :p).

Goget a écrit:Le mec à 30 000 unités survit à un cyborg niveau saiyan. :shock: :shock: :shock:

Ça peut paraître étonnant aux premiers abords, mais comme je l'ai précisé plus haut, il y a une raison qui fait que Misokatsun encaisse les coups de C-18 sans vraiment "broncher" ; son corps a été créé dans ce but précis, après on adhère ou pas, chacun est juge. :wink:

Goget a écrit:Tao pai pai est immortel. :lol:

Alors là, il y a plusieurs hypothèses possibles (même si je n'ai jamais dit qu'il était immortel à proprement parlé). J'ai précisé qu'il jouirait potentiellement d'une jeunesse éternelle à cause de plusieurs petits indices. Vu que Corbeau Génial a jadis été le condisciple de Tortue Géniale dans sa jeunesse, et que ce dernier est âgé d'au moins trois-cents ans, j'ai supposé qu'il devait lui aussi être doté de cette longévité exceptionnelle ; et puisqu'il est dit dans le manga que Tao Paï Paï est son petit frère alors qu'il semble biiiiiiiiiiiiiiiien plus jeune que son aîné (je lui donnerais la quarantaine a vue d'oeil), peut-être a-t-il bénéficié d'un privilège similaire mais qui, au contraire de Tortue Géniale et Corbeau Génial, l'empêcherait de vieillir.

Goget a écrit:Sinon, j'ai adoré le chapitre.

Merci pour ton retour, bien content que tu aies aimé !
Univers 09 : L'Histoire des Terriens
C-33 fait du break dance dans le topic ! !
Avatar de l’utilisateur
Joka
Superstar Méphistophélique de l'Union Sacrée
 
Messages: 4260
Inscription: Jeu Jan 02, 2014 20:40

Re: Univers 09 : l'Histoire des Terriens

Messagepar goget le Lun Juin 15, 2015 14:07

Ce qui m'étonne le plus, c'est quand même le 30 000 unités qui survit au cyborg 18 mais rien d'autre à part la mort de Satan ne m'a surpris.
Avatar de l’utilisateur
goget
 
Messages: 3369
Inscription: Mar Jan 13, 2015 23:02
Localisation: Chez le fermier qui me déteste

Re: Univers 09 : l'Histoire des Terriens

Messagepar omurah le Lun Juin 15, 2015 19:02

Je joue très souvent à Naruto Ultimate Ninja Storm Révolution avec mon frère.
Et je prend la plupart du temps des persos plutôt balèzes genre Rock lee, Kakashi etc. qui t'OS une barre de vie généralement en un enchainement.
Et tu sais avec quoi mon frère me bat tout le temps ? Un combo tout bête... dans le feu de l'action il fait venir le père de gaara en soutient qui m'envoie une pique de sable, laquelle crée une petite brèche dans ma garde, puis Kidomaru (le gamin de la first gen avec les quatre du son) m'envoie une toile d'araignée qui me paralyse deux secondes... ce qui suffit à mon frère pour m'envoyer un Kirin par dessus la tête depuis l'autre bout de la map. Il me fais ça deux fois dans le match et je suis K.O. Pourtant, prises séparément, chacune des composantes de sa stratégie ne vaut absolument rien et sont plus faciles à mettre en échec les unes que les autres ;)
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3303
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

PrécédentSuivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités