Le Test

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Le Test

Messagepar ButterflyAway le Ven Sep 05, 2014 23:25

Prêt à relever le défi ?

Image


SOMMAIRE




RÉSUMÉ

Spoiler
CHAPITRE 1 - Maître, il y a autre chose...

Une bataille spatiale menée par le Commando Ginyu bat son plein au-dessus de la base militaire de Freezer 74. Tandis que Végéta suit le combat des yeux, à la fois agacé et envieux, Nappa interrompt sa contemplation pour l'informer que Freezer le réclame en tête à tête. Le vieux Saïyen est mal à l'aise, car il sait que Freezer "se méfie" au sujet du prince, mais Végéta l'ignore et se dirige jusqu'à son maître avec détermination. Après lui avoir fait part des dernières nouvelles de la planète Tycross que les trois Saïyens ont conquiers, Végéta lance les hostilités, piqué par les provocations ironiques de Freezer : il lui reproche ainsi de soudainement se désintéresser de lui et de sa force de combattant d'élite pour le déléguer à des missions de basse-classe. Freezer explique qu'il n'a pas le choix, de part son indécision sur un événement dans lequel Végéta et le Commando Ginyu étaient mêlés ; l'implication du prince dans l'affaire le rend-il coupable de trahison ou non ? C'est alors qu'au lieu de le tuer, comme Végéta commence à penser, Freezer se montre soudain compréhensif, et lui accorde une chance de lui prouver sa valeur et sa loyauté : il devra prendre à lui seul la verdoyante planète Lone n°IV.


CHAPITRE 2 - Méfie-toi

Enchanté par le test de Freezer, Végéta se voit déjà conquérir Lone n°IV, retrouver sa place d'élite dans les rangs de l'armée et gagner assez d'argent pour rembourser sa dette (voir plus loin). La veille du départ, il se rend au bar de la base spatiale pour y rencontrer Yuk, un agent camouflé. Ensemble ils évoquent Worm, leur supérieur, qui exige que Végéta le rembourse d'une somme colossale par le biais de Yuk. Mais Végéta refuse en assurant que si Worm lui laisse du temps, il sera en mesure de lui offrir bien plus d'argent qu'escompté. Peu convaincu, Worm finit plus tard par se déplacer de lui-même quelques minutes avant le départ de Végéta pour le prévenir que sa bourde contre le Commando Ginyu aura fait perdre énormément d'argent à leur business, en plus de risquer de les compromettre aux yeux de Freezer. Végéta le contraint toutefois d'attendre son retour pour régler cette histoire et part dans sa capsule spatiale l'esprit assuré.


CHAPITRE 3 - Ils vont arriver !

Végéta débarque sur Lone n°IV, pressé d'en découdre. Son entrain laisse cependant très vite place à de la stupéfaction : la planète est désertique, volcanique... pas du tout telle que Freezer lui avait décrite. Impossible de proposer un bon prix sur une terre aussi délabrée ! Tandis que le Saïyen commence à douter de la bonne foi de son maître, il est interrompu par une voix féminine, cachée derrière un rocher. Végéta n'a pas le temps d'en savoir plus car presque aussitôt sa capsule spatiale tombe dans un gouffre de lave, avec son précieux scouter. Pour couronner le tout, la mystérieuse voix le presse de déguerpir car "ils" vont arriver. Un bruit tonitruant se met soudain à résonner au cœur de la chaîne volcanique et menace de tout détruire sous la force de son amplitude... et Végéta, pris par surprise, se sent anormalement faiblir avant de tomber évanoui.


CHAPITRE 4 - Tu connais la Patrouille Galactique !

Végéta fait un rêve étrange où il se bat contre un adversaire au visage voilé particulièrement féroce, qui lui fait manger le sol en "seulement" trois coups. Il finit par se réveiller au moment où il se laisser avaler par l'immense bouche de son adversaire, tout en remarquant ce même son tonitruant qu'il avait déjà entendu... Puis, allongé près d'un feu de camp sur Lone n°IV, Végéta est rapidement interrompu dans ses pensées par la présence d'une jeune femme, Mirty (la voix féminine du chap 3). Tentant d'abord de se saisir violemment d'elle pour la faire parler, le prince se rend compte qu'il a perdu toute sa force. Étonnée par son comportement, mais serviable, Mirty lui explique qu'elle l'a pris avec elle lorsqu'il s'est évanoui pour se sauver de la "Source Zero" produite par la "Brigade Gelid". Elle est membre de la Patrouille Galactique, celle-là même que Freezer avait éradiquée par le passé. Mirty ajoute que quelques rescapés de la Patrouille, dont elle fait partie, ont pu trouver asile sur cette planète, jusqu'au jour où la Brigade Gelid a commencé à les poursuivre.


CHAPITRE 5 - Je sais ce que j'ai vu

Désireux de retrouver sa force et d'en savoir plus sur ce qui se passe sur Lone n°IV, Végéta accepte d'accompagner Mirty en moto jusqu'au repère de la Patrouille. Il supporte comme il peut les bavardages de la jeune femme sur son chef, Bygone, qui serait selon elle apte à lui redonner ses pouvoirs perdus. Malgré le peu d'infos en sa possession, toutes les pensées du Saïyen sont tournées vers son rêve ; cet inconnu bien plus fort que lui, ce son répété dans le rêve et la réalité, sans compter sa perte de pouvoirs due à la Source Zero... il en est persuadé, cet être existe bel et bien, et il est prêt à l'affronter une fois qu'il aura récupéré sa force. Après une longue route difficilement supportable de part les remarques à la fois naïves et agaçantes de Mirty, le duo arrive près d'un geyser qu'il doit traverser pour entrer dans la caverne où se trouve la Patrouille. Ne trouvant plus d'utilité à Mirty, Végéta en profite pour se débarrasser d'elle en la poussant du haut du geyser. Il pénètre seul dans la caverne, descend un long toboggan terreux et atterrit à l'intérieur d'une galerie habitée par un officier de la Patrouille, un revolver-laser pointé sur lui.


CHAPITRE 6 - Nous avons tout notre temps

La ville-planète Freezer 74, survoltée et grouillante, est envahie par le smog. Kalpis, un être capable de voir la mort au premier regard et également homme de Freezer, s'infiltre incognito dans le secteur Est, le secteur des industries, accompagné de sa taupe personnelle, le tenancier du bar de la base militaire. Ils avancent en secret jusqu'au point de rendez-vous donné entre Worm, Nappa et Yuk, qu'ils ont réussi à intercepter. Durant leur chemin, ils regardent un reportage télévisé dans lequel sont évoqués les pillages industriels effectués depuis quelques temps par la bande rebelle. Les réserves de scouters et autres équipements militaires se faisant de plus en plus rares, ils apprennent que les ouvriers travaillent encore plus pour pallier au problème, générant ainsi le nuage de pollution au-dessus de la planète. Plus tard, Kalpis arrive à retrouver les trois rebelles derrière un entrepôt où travaille l'ouvrier Worm. Il constate que la force et la position de ce dernier sont invisibles aux scouters. Puis, sous les regards intrigués de Nappa et Yuk, il s'interpose et demande à parler à Worm en privé. Les deux hommes semblent en effet se connaître, et Kalpis sous-entend avoir des informations sur le danger mortel qu'encourrerait Végéta.


CHRONOLOGIE

Spoiler
Image
    Nota : cette chronologie s'étoffera à mesure que les chapitres paraîtront. Je n'hésiterai pas à vous renvoyer à ses futures mises à jours.


ILLUSTRATIONS

Spoiler
Fan-art :


F.A.Q. :

    - La plupart des dessins sont tirés des œuvres de Toriyama comme Dragon Ball, Nekomajin, Jaco The Galactic Patrolman, ou divers.

    - Certaines images, notamment les GIF, proviennent de l'anime Dragon Ball Z ou de produits dérivés de l'anime. Tumblr est une source assez inépuisable !

    - Les derniers dessins ainsi que le Végéta de ma signature proviennent du très talentueux mais très japonais-non-traduit Lee.

Nota : une majorité de ces images a été retouchée par mes soins. N'hésitez pas à me demander où je les ai trouvées si certaines vous intéressent.


_________________________________________________________________________________________________________________


Image

BRRRRROAAA. L'éclatement sonore semblait annoncer un orage. Jamais la base militaire de la planète Freezer 74 n'avait été exposée à un événement si spectaculaire. Alors que des soldats présents dans la salle d'entrainement vaquaient à leurs occupations habituelles, ils durent se précipiter devant les baies vitrées, intrigués, pour voir d'où pouvait bien provenir ce terrible son. Ce n'est qu'après avoir découvert un immense vaisseau spatial poursuivit par cinq capsules virevoltant autour de la base que leurs attitudes inquisitrices se transformèrent en expressions d'horreur.

Les petites capsules lançaient des rayons lasers en direction du plus gros engin qui se prenait les charges de plein fouet. Cela ne modifiait pour autant rien à sa croisière, et le colosse tentait maladroitement de répondre aux attaques par le même procédé, sans succès. L'offensive fut habilement contournée par les capsules s'éloignant du vaisseau-mère sous une impulsion collective. Quatre d’entre-elles s'établirent en cercle autour de la dernière qui s'immobilisa au centre. Une minute passa sans qu’aucune n'exécute le moindre mouvement ; elles restaient en constante gravitation, si bien que si elles avaient pu briller, on les aurait confondues avec les étoiles. Le vaisseau-mère en profita pour se positionner à son tour, prêt à charger une nouvelle attaque.

Observateurs attentifs depuis la vitre de la salle d'entraînement, les soldats se détendirent. Ils ne risquaient rien. Les capsules avaient renoncé à se battre trop près de la planète, ne leur restait plus qu'à apprécier l'assaut comme un spectacle.

La capsule située au centre profita de cet instant pour s'élancer droit sur le vaisseau ennemi. Les quatre autres s'activèrent à sa suite, dans une course ponctuée de mouvements élégants plus semblable à un ballet aérien qu'une offensive qui se veut menaçante. Seule la première capsule semblait bien décidée à attaquer : sa vitesse se multipliait à chaque seconde, au point que cette fois-ci il n’aurait pas été difficile de la comparer à une étoile filante. Face à une telle rapidité, l’astronef géant s’arrêta net, ne sachant comment réagir. Son pilote se sentait-il l'âme d'un kamikaze pour se jeter ainsi dans la gueule du loup ? Impossible pour elle d'en réchapper, elle allait se faire pulvériser à cette allure... Coup de théâtre, à la dernière seconde la capsule changea brusquement de trajectoire, esquiva de peu la paroi du vaisseau, puis longea sa droite avec une telle vivacité qu’elle fut presque aussitôt arrivée à l’autre extrémité. Le colosse, pris au dépourvu, se mit à lancer de multiples rayons lasers en sa direction, mais la capsule se fit un malin plaisir à les éviter en imitant les rotations élégantes de ses quatre collègues. Furtives, ces dernières avaient profité de ce manque d’attention pour attaquer ensemble l’autre côté du vaisseau.

– Ouah ! laissa échapper l'un des mercenaires admirant la scène. J'en reviens pas, le Commando Ginyu est génial ! Hé, et si on demandait à Maître Freezer de former un groupe nous aussi ? J'ai plein d'idées de poses qu'on pourrait mettre au point... les gars ?

Le soldat tourna la tête en quête d’approbation et vit que ses compagnons avaient pris la poudre d'escampette.

– Sympa...

Désappointé, il se retourna en direction de la vitre afin de ne pas rater une miette du spectacle spatial qui s’offrait à lui seul. Du moins, le pensait-il…

Un étage sous la salle d'entrainement se situaient les locaux individuels des différents soldats qui composaient le corps de l'armée. Le mercenaire ne se doutait pas qu'en réalité, à travers sa propre vitre, un autre homme avait les yeux rivés sur l’assaut du Commando Ginyu. Si le premier l'admirait avec une bouche béante qui lui donnait un air presque ahuri, le second se limitait à une mine renfrognée qui trahissait une certaine irritation. Assis sur sa couchette face à un hublot, bras croisés et dents serrées, il évaluait chaque détail de la bataille dont il était témoin.

Pour on ne sait quelle raison, plus le combat continuait, plus il semblait nerveux. A chaque fois qu'un bruit retentissait, il ne pouvait s'empêcher de froncer les sourcils en grommelant à voix-haute, sa longue queue marron semblable à celle d'un singe pianotant sur la couchette en des mouvements répétitifs.

La porte du local émit soudain un faible bruit d'entrebâillement. Le soldat sembla l'ignorer car il ne bougea pas d'un pouce, trop absorbé par le combat du Commando. Un homme massif et chauve pénétra lentement à l’intérieur de la pièce. Toujours aucune réaction. Le visiteur attendit un moment que son coéquipier l’invite à parler, mais comme ce ne fut pas le cas, il se permit d’élever une voix peu assurée :

– Eh, Végéta, je te cherchais. Maître Freezer attend ton rapport sur la planète Tycross. Porte vingt.

Il n'obtint aucune réponse. Végéta se contenta de baisser la tête, le visage crispé.

– Heu... Végéta... ? Un problème ?

– Non, il n'y a aucun problème, Nappa, répliqua Végéta d'une voix traînante.

Ils restèrent longtemps sans bouger, les bruits d’explosions de l’assaut en fond sonore.

– C'est du délire, risqua Nappa, le nouveau Commando a vraiment l'air balèze, hein... !

– Peuh !

Cette remarque eut pour effet de remuer Végéta. Il tourna enfin la tête vers Nappa avec un regard lourd de menaces, se leva d'une façon brusque et bouscula son coéquipier pour sortir dans le couloir. Avec une expression de franche incrédulité, Nappa le regarda partir avant de se mettre à sa poursuite.

Végéta marchait aussi vite que possible dans les boyaux labyrinthiques de la base militaire. Le regard fixé devant lui, absorbé par ses pensées, il ne prit pas la peine de saluer qui que ce soit et percuta même certains soldats se présentant en travers de sa route, sans daigner leur adresser un regard ou mot d’excuse, l'air profondément indifférent.

Nappa fermait sa marche, interrogeant du regard les soldats tombés à terre, et le rattrapa sans peine grâce à sa grande taille.

– Vé-Végéta, qu'est-ce que tu vas lui dire ? demanda-t-il, l'air inquiet.

– Que tu suces encore ton pouce pour t'endormir, répondit sèchement l'intéressé. Tu me gênes, retourne donc t'extasier sur le Commando Ginyu avec les autres débiles.

– N'oublie pas que Freezer se méfie encore, insista Nappa, indifférent aux piques lancées par Végéta. Il ne faudrait pas que tu...

– Je t'ai dit de partir !

– Mais... mais...

Merde, Nappa !

Végéta s'était retourné, le poing enfoncé en plein dans l'abdomen de son second. Il aurait semblé très étrange, pour toute personne extérieure à la base militaire, qu'un soldat de si petite taille puisse se montrer aussi impérieux face à l'imposant Nappa. Plié en deux, et devant l'obstination de Végéta, celui-ci rendit les armes en étouffant un murmure plaintif.

Le prince continua son chemin seul. Il s’arrêta devant la porte numéro vingt et entra dès qu'il fut autorisé.

La porte se referma derrière lui. Le bourdonnement continuel de l'assaut spatial s'interrompit aussitôt. Il ne pouvait plus entendre aucun son provenant de l'extérieur, pas plus que les rumeurs des conversations qui habitaient en permanence les couloirs. Seul son cœur battait le rythme, dans une cadence glacée.

La pièce était toute petite et l'espace comprimé. La faible lueur bleue au plafond éclairant seule la scène ne contribuait pas à la rendre hospitalière. L'étroitesse décuplait la pression comme une étreinte invisible. Au bout de la salle, dos tourné, une petite créature assise dans un appareil suspendu à quelques centimètres du sol contemplait un écran géant. Végéta se crut un bref instant de retour face à son hublot : le poste numérique captait les images de la bataille du Commando Ginyu, mais sans aucun son, coupé par automatisme dès la fermeture de la porte d'entrée. Il écuma lorsqu'il vit que les soldats d'élite avaient forcé le vaisseau et le ravageaient de toutes parts à coups d'attaques énergétiques.

Le grincement de ses dents suffit pour que la créature devine sa présence. Elle se retourna pour lui faire face. Le soldat baissa la tête devant son chef dans un signe de soumission protocolaire, mais ne put s'empêcher de lui jeter un regard plein de mépris une fois qu'il l'eut relevée.

– Vous m'avez demandé, Maître Freezer, s'enquit-il la voix légèrement enrouée.

Il avala sa salive. Son acidité lui plomba l'estomac.

– Vous voilà enfin, soupira la créature. Sachez que vous venez de me faire perdre dix minutes, Végéta. Rattrapez ce retard au plus vite.

Le ton employé était sans équivoque.

– Pardonnez-moi si je vous ai fait attendre, dit Végéta sans le penser une seule seconde. Je serai bref : les habitants de Tycross avaient beau posséder une culture phénoménale, ils n'étaient pas du tout expérimentés en combat. Ça a été rapide, même pour Raditz. Nous n'avons gardé en vie que quelques scientifiques, comme ils semblaient susceptibles d'apporter leurs savoirs à votre service. Je pense qu'ils ont de quoi se nourrir suffisamment longtemps si jamais vous souhaitez les rencontrer avant d'estimer la valeur de cette planète.

– Parfait, c'est parfait, commenta Freezer d’un ton mielleux. Je partirai sur Tycross le vérifier moi-même une fois que le Commando Ginyu aura terminé sa mission… Vous recevrez votre solde selon l'intérêt que je porterai à leur vie. Vous pouvez disposer jusqu’à nouvel ordre.

Le guerrier salua de nouveau son maître et pivota afin de quitter la pièce. Le son réapparu soudainement à l’écran. Végéta stoppa sa marche, hésitant.

– Eh bien, allez-y, encouragea Freezer comme amusé, ou bien faut-il que je vous apprenne comment on ouvre une porte ?

Végéta sentit son cœur faire un saut périlleux dans sa poitrine. Ces paroles furent décisives. Les poings serrés, il se tourna à nouveau vers son supérieur.

– Maître, commença-t-il, tentant de conserver tant bien que mal le calme dans sa voix, il y a autre chose...

Freezer haussa d’un œil.

– Oh, vraiment ? Compte tenu des circonstances, je crains que votre temps ne soit compté. Vous disposez d'une minute.

Il appuya sur un bouton situé à l'intérieur de son appareil portatif et tout son se volatilisa à nouveau dans la salle. Le chiffre cinquante-neuf apparu en haut à droite de l'écran, puis un décompte s'entama sur-le-champ, cinquante-huit, cinquante-sept, cinquante-six... le temps dont bénéficiait Végéta. Freezer ne plaisantait pas. Cette façon de faire déplut fortement au soldat qui ne se sentit pas pris au sérieux.

– Pourquoi les avoir missionnés, eux ?! s'exclama-t-il en désignant l'écran géant d'un doigt accusateur. Je ne comprends pas ! Une élite comme moi aurait très bien pu convenir ! Mais non, pendant ce temps, vous préférez m'expédier sur Tycross, cette planète insignifiante...

Végéta voulut poursuivre mais il retint son souffle : l'air pincé de Freezer laissait supposer qu'il le considérait comme une mouche qui agace par ses bourdonnements importuns. Mais, contre toute attente, un rictus se forma finalement sur ses lèvres violettes.

– Une fois de plus vous me prouvez que votre stupide fierté Saïyenne vous aveugle, ricana-t-il. Parce que vous vous imaginez arriver à la cheville du Commando Ginyu, Végéta ? Je n'ai jamais rien entendu d'aussi ridicule !

– Tss ! Mon niveau va bien au-delà des lavettes qui m'entourent, protesta Végéta. Depuis quelques mois je sens comme de la réticence à me laisser exploiter mon potentiel ! C'est bien vrai, n'est-ce pas ? Qu'est que ça signifie, Maître ?

– Je vous aurais cru plus futé que ça, enchaîna Freezer, dont la grandiloquence empestait la fausseté. Vous n'espériez tout de même pas un traitement de faveur après ce qui s'est passé ?

Végéta jeta un coup d'œil nerveux en direction du décompte. Trente-deux, trente-et-un, trente...

- Ce qui s'est passé... répéta-t-il avec lenteur. Je vois... C'est à cause de cette histoire avec le Commando Ginyu, là ? Je vous l'ai dit, j'y étais uniquement pour vous prouver que je vaux tout autant que ce Guldo que vous venez d'engager, Maître (il força le terme plus que nécessaire). Je ne vois pas ce que je pourrais faire de plus pour vous convaincre.

– Ce n'est pas ce qui ressort chez Ginyu, tempéra Freezer en retrouvant un ton plus sérieux. Aucune preuve assez convaincante de votre implication ou innocence dans cette affaire de pillage ne m’a été donnée de leur côté comme du vôtre. Comment voulez-vous que je fasse ? Bien évidemment, je pourrais tout oublier en vous tuant sur-le-champ...

Il y eut un terrible silence. Végéta sentait à nouveau son cœur battre à tout rompre, sachant que toute intervention de sa part pouvait lui être fatale. Sa colère se transforma en frustration. Il se contenta de soutenir le regard de son maître, déterminé.

– Cependant je vous garde sous mes yeux le temps que cette affaire se règle. Et comme vous me l’affirmez de façon assez soutenue, vous êtes un bon élément. Vous perdre n’est pas encore dans mes objectifs. Mais si j'obtiens la preuve que vous y êtes pour quelque chose, n'ayez pas la folie d'attendre un miracle.

Le tyran fit une nouvelle pause, tout à son plaisir de regarder le corps de Végéta se parcourir de spasmes incontrôlés, puis il poursuivit :

– De plus, je remarque que contester mes ordres semble la seule chose que vous soyez capable de faire convenablement. Ce qui n'est pas à votre avantage.

Végéta lui lança un regard aussi hargneux que possible. Il sentit son sang circuler dans ses veines avec une rapidité affolante et il dut opérer de grands efforts pour retenir son envie de frapper, de réduire en miette cette vulgaire petite créature qui se tenait face à lui. Il pouvait toujours essayer, mais la vulgaire petite créature possédait une puissance jusqu'alors incomparable. Il le savait, tout ce qu'il arriverait à provoquer en agissant selon son penchant serait sa propre mort. Ironie du destin, lui qui avait été assuré dès sa naissance de devenir l'homme le plus puissant au monde... Et pourtant, vingt-cinq ans après, l'image renvoyée par chaque miroir lui rendait douloureusement compte d'un prince forcé à obéir tel un esclave. Un esclave appartenant à ce Freezer surpuissant. Ses lèvres se mirent à trembler. Avec ses deux acolytes Nappa et Raditz ils étaient les uniques représentants de la race Saïyenne. Si l'éradication de son peuple ne lui faisait ni chaud ni froid, Végéta s'était intimement persuadé d'une chose depuis son enfance : il était convaincu d'être le meilleur et se devait de travailler à le rester. Être un jour enfin en mesure d'affronter Freezer demeurait son plus grand, et plus vain espoir secret. Quelle joie d'imaginer ce que cela ferait, de satisfaire enfin son désir de vengeance pour toutes ces années d'humiliation, de soumission et d'oppression que sa monumentale dignité peinait à endurer...

Mais cet espoir était une chimère, rien de plus. Il s'était fait une raison. La force de Freezer était insurpassable, chaque année passée sous son commandement l'attestait comme un boomerang lancé dans le vide et revenant encore plus vif qu'il ne l'était auparavant. Affligé, Végéta se força à maîtriser son poing, machinalement serré, sur le point se d'abattre sur le visage de son maître. Freezer l'avait sûrement deviné, car il esquissa un sourire mesquin en toisant du regard le jeune Saïyen qui essayait de contrôler son tempérament agressif. Cette situation semblait le réjouir au plus haut point.

Zéro. Le décompte s'était arrêté. Dès lors retentit un « BIP BIP BIP » aigu, puis le chiffre disparut de l'écran tandis que les détonations énergétiques du Commando Ginyu refirent surface. Freezer ferma les yeux.

– Bon, dit-il après quelques secondes de réflexion, remerciez les prouesses du Commando Ginyu, je suis de bonne humeur. Si vous réussissez à accomplir la mission que je m’apprête à vous confier, peut-être envisagerai-je de réviser mon jugement.

Végéta tendit l’oreille, intrigué. Freezer jeta un coup d’œil furtif à l’écran géant et comme il n’y observa rien qui puisse l’intéresser dans l’immédiat, il appuya sur un nouveau bouton. La bataille spatiale s'éclipsa tout à coup pour laisser place à un clavier virtuel.

– Pour tout vous dire, je suis en pleine négociation avec des individus qui pourraient s'avérer très utiles, expliqua-t-il, ses mains s'agitant dans le vide au-dessus du clavier. Le genre d'individus qu'il me contrarierait beaucoup d'avoir à éliminer en cas de refus. J'envisage de les dompter en leur offrant la plus parfaite des planètes.

Les lettres « LONE N°IV » apparaissaient l'une après l'autre sur l'écran tout au long de son discours. Un programme qui s'apparentait à une espèce d'encyclopédie s'enclencha à leur suite : il aligna automatiquement la distance qui séparait cette planète de Freezer 74, décrivit le nombre de satellites dont elle était composée, ainsi que la température, suivit d'autres données d'ordre environnemental.

– Vous vous en doutez, mon choix s'est porté sur Lone n°IV, poursuivit Freezer. « Verdoyante et densément peuplée » selon nos informations, elle fera une très belle pièce de collection. Vous vous chargerez de me débarrasser des gêneurs. D'autre part, je compte sur votre discrétion, je ne veux personne au courant de tout cela. Pas même Nappa et Raditz, ajouta-t-il en se retournant vers Végéta avant que ce dernier ne puisse élever la voix, c'est un point extrêmement important et j'espère être bien clair. Après avoir réussi à soumettre Lone n°IV par vos propres moyens, et si elle convient, son prix vous reviendra. Vous retrouverez mon entière confiance et vous jugerai digne...

Freezer n'acheva pas sa phrase mais prit un air entendu. Il se contenta de pointer l'écran du doigt. Son sourire s’élargit.

– Vraiment ? s'étonna Végéta devant cet élan de gratitude. Je pourrai faire comme le Commando après ça ?

– Le Commando Ginyu, rectifia Freezer. Oui, en effet, vous pourrez. A condition que vous réussissiez ce petit test, ajouta-il avec un rire mielleux. A présent, disparaissez.

_________________________________________________________________________________________________________________


Spoiler
Image

Si comme Raditz vous avez la tête pleine de questions et que vous cherchez des réponses, la F.A.Q. est faite pour vous !

Foire Aux Questions

"De quoi ça s'agit, ta fic ?"
Ma fanfic se propose d'explorer un peu plus l'intergalaticisme de Dragon Ball, à l'époque où Freezer régnait en maître sur l'univers et où Végéta, Nappa et Raditz étaient sous ses ordres. Le récit se déroule donc quelques temps avant les événements de « Dragon Ball Z ». C'est une partie du manga que j'ai toujours souhaité approfondir depuis quelques années déjà et j'ai hâte de vous en montrer plus.

J'avais d'ailleurs entamé une publication sur fanfic.fr (San999 en attestera) mais je l'ai désactivée à cause d'un événement que je ne souhaite à personne et qui m'a totalement déboussolée. Je reviens à la charge ici d'autant plus que le forum n'a pas les mêmes soucis d'ergonomie que le site de fics...

"C'est donc un midquel ?"
Exactement. L'histoire se déroule pendant un "blanc" du manga, à savoir, selon le point de vue de la Terre, pendant les 5 premières années du mariage entre Goku et Chichi. Si vous avez été bien attentifs pendant la lecture, je donne l'âge de Végéta à un moment donné (25). A priori, c'est censé se dérouler en 757.

"Quid des personnages ?"
Vous retrouverez tous les "méchants" qui composent les sagas Saiyens/Namek, à des degrés différents. Mais je ne cache pas qu'on verra plus souvent Végéta.

"Quid de ton canon ?"
Je me base uniquement sur le manga V3 et au possible les interviews de Toriyama. J'essaie vraiment de faire un truc qui pourrait être cohérent, qu'on pourrait placer dans l'histoire avant les événements de DBZ. Je dois donc être particulièrement vigilante... ne vous en faites pas, j'ai mon début, mon milieu et ma fin (dit celle qui a écouté l'interview de Batroux par niicfromlozane). :p

"Freezer et Végéta se vouvoient ?"
Eh oui. J'essaie de respecter au max les décisions prisent par la V3 et tant bien que mal la façon dont les personnages parlent.




Voilà donc pour ce premier chapitre. 0/

Si vous jugez utile de me faire plaisir, laissez vos impressions !
Dernière édition par ButterflyAway le Sam Déc 05, 2015 15:14, édité 18 fois.
LE TEST
Image

« Je pense qu'on tient avec le Test et le Sacre les héritiers de ce que furent CFC et l'Empereur Saiyen »
- Tierts -
« C'est tellement romanesque, J'AI AIMÉ PU**** ! *o* »
- Kyra1306 -
« On est dans le haut du panier de ce qu'on trouve sur le forum »
- anonymefromlozane -
Avatar de l’utilisateur
ButterflyAway
 
Messages: 1197
Inscription: Dim Fév 23, 2014 20:33
Localisation: derrière un Bingo Destructeur

Re: Le Test

Messagepar kouki le Ven Sep 05, 2014 23:42

/S'envole vers le topic /

A moi ! A moi ! A moi ! A moi !

/S'écrase sur le sol/


.... Aieuh....

Bon bah hum... que dire a part que j'ai bien aimé. J'adore le personnage de Végeta, tu as un style fluide et agréable a lire, je ne peux que t'encourage !
Image

Crédits AVS :

Spoiler
Merci à Anaunsa pour la superbe bannière !
Merci à Bushido et niic pour l'aide-scénaristique.
Merci à niic, Tiguor et goget pour l'aide au niveau des fautes.
Et un grand merci à tous les lecteurs !


News : koukishido ! La chaine DU duo d'LS !
Avatar de l’utilisateur
kouki
Loukoum Fragile
 
Messages: 5610
Inscription: Dim Oct 30, 2011 20:00
Localisation: Squatter le tchat

Re: Le Test

Messagepar Joka le Sam Sep 06, 2014 11:10

Mine !Mine !Mine !Mine !Mine ![/size[size=30]Mine ! Mine ! Mine ! Mine ! Mine !Mine ! Mine ! Mine ! Mine ! Mine !Mine ! Mine ! Mine ! Mine ! Mine !Mine ! Mine ! Mine ! Mine !
...

...

Miiine.

Après ce long mois d'attente qui me paraissait presque interminable, et où je comptais comme un damné les jours les uns après les autres, voici enfin venu la libération ! (*0*)

Bon concernant la fanfic en elle-même. J'aime beaucoup le thème. Je ne m'attendais pas à ce que Végéta soit au centre de l'intrigue (Prfffff). Je n'ai rien à redire que ce soit sur la forme ou le fond. C'est fluide, agréable à lire et surtout c'est (attends ! Ce petit filou de Kouki a déjà dit ça juste avant ! Change vite !).

...

...

Je disais donc que tu avais là un style très agréable à la lecture (je n'en attendais pas moins de ma relectrice officielle (*0*)). Les descriptions sont bien détaillées, on visualise très bien l'action et les caractères des personnages présentés sont respectés. Cependant, même si je ne veux pas faire mon Raditz, je dois t'avouer que j'avais trouvé ça un peu "étrange" que Freezer se mette à vouvoyer Végéta (là où le contraire ne m'aurait pas du tout surpris). Mais après avoir lu le spoiler de fin, je comprends mieux ton choix. Après tout la V3 se veut être la traduction la plus fidèle vis à vis du manga, rien de plus naturel que de vouloir se référer à elle.

Par contre je ne te cacherai pas que j'étais un peu étonné que tu sois arrivée à "centrer" tes titres alors que la balise n'est pas active sur le forum. J'ai bien mis dix bonnes secondes avant de m'apercevoir que c'était du 100% "made of Butterfle" et ce n'est pas pour me déplaire, bien au contraire. Ca rajoute une petite touche artisanale très sympathique et assez originale.

Tu connais déjà mon avis sur la signature. Nickel.

On va passer maintenant à l'autre partie de la fic, on va dire le "un peu moins drôle". Mon QI d'ornithorynque mutant m'a permis de remarquer qu'il y avait deux petites coquilles (arrête de me fusiller du regard ! T-T), rien de grave, ça arrive même aux meilleur(e)s. :p
Spoiler
Butterfle Fanfic a écrit:Il se contenta se pointer l'écran du doigt.

de*
Butterfle Fanfic 2 a écrit:je suis en pleine négociation avec des individus qui pourraient s'avérer très utiles s'il s'alliaient à moi

s'ils*
Bonne continuation ! Aïe hâme loukingue fort ouard tou ridinge ze nexte chat pteur.
Univers 09 : L'Histoire des Terriens
C-33 fait du break dance dans le topic ! !
Avatar de l’utilisateur
Joka
Superstar Méphistophélique de l'Union Sacrée
 
Messages: 4260
Inscription: Jeu Jan 02, 2014 20:40

Re: Le Test

Messagepar Paulemile le Sam Sep 06, 2014 15:16

Le texte est centré parce que ce sont des images 8-)
J'aime bien le style d''écriture aussi. Une fic qui a vocation d'étoffer un peu des parties peu développées du manga, c'est une bonne idée !
Avatar de l’utilisateur
Paulemile
 
Messages: 2034
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:50

Re: Le Test

Messagepar xela26 le Dim Sep 07, 2014 0:13

Une bonne petite nouvelle fiction pour la rentré?
super !

Le premier chapitre démarre bien, j'ai pas grand chose à dire de plus mais j'attends la suite avec impatience :)
Cell: l'ascension de la terreur- Cell a vaincu Son Gohan lors du Cell game!! Quel sort réserve-t-il à la Terre?? Pour le savoir....viewtopic.php?f=42&t=5990
Chapitre 138: publié
Chapitre 139- 145: 90%- relecture, correction

Cell: Damned Souls- Les aventures parallèles de héros de "l’ascension de la terreur". Pour les connaitre:
viewtopic.php?f=42&t=6774
abandonnée
xela26
 
Messages: 1622
Inscription: Lun Oct 03, 2011 20:57

Re: Le Test

Messagepar ButterflyAway le Dim Sep 07, 2014 13:31

Merci à vous, c'est sympa de votre part !

Vu que la "mode" sur le forum est plutôt aux what-if, je me suis demandée si la sauce allait prendre. x)


Joka a écrit:Je ne m'attendais pas à ce que Végéta soit au centre de l'intrigue


C'est quoi ce mensonge ? Image

Joka a écrit:je dois t'avouer que j'avais trouvé ça un peu "étrange" que Freezer se mette à vouvoyer Végéta (là où le contraire ne m'aurait pas du tout surpris). Mais après avoir lu le spoiler de fin, je comprends mieux ton choix. Après tout la V3 se veut être la traduction la plus fidèle vis à vis du manga, rien de plus naturel que de vouloir se référer à elle.


J'étais sûre qu'on allait me le faire remarquer, j'ai anticipé. Dans la V3 Freezer vouvoie un peu tout le monde, notamment Zabon et Dodoria. Il a aussi un langage beaucoup plus châtié. J'adore le passage où le Commando débarque sur Namek, il leur dit quelque chose comme : "Tuez-les tous sans exception, merci bien", "s'il vous plait", j'adore ce décalage BCBG sur un personnage si immonde. Il arrête de vouvoyer Végéta et commence à devenir vulgaire seulement lorsqu'il se bat contre la Dragon Team.

Joka a écrit:c'était du 100% "made of Butterfle"


Paulemile a écrit:Le texte est centré parce que ce sont des images 8-)


C'est ça ! J'ai bidouillé sur un logiciel très connu de tous. C'est le seul moyen que j'ai trouvé pour centrer les titres de chapitres.
Je rêverais (et je ne suis pas la seule :p) de pouvoir centrer les textes ou les justifier sur le forum. C'est pas grand-chose mais perso je trouve que ça rend plus agréable à l’œil et que ça donne peut-être + envie de lire les fics ou autres gros blocs de textes.

Joka a écrit:Mon QI d'ornithorynque mutant m'a permis de remarquer qu'il y avait deux petites coquilles


Oh, et tu n'as pas tout vu ! xD
Niic m'a gentiment envoyé un message pour me corriger les fautes qu'il a vues. J'ai déjà édité le texte. Thanks, guys!

xela26 a écrit:Une bonne petite nouvelle fiction pour la rentré?


Exactement ! J'ai choisis de poster à ce moment-là exprès. Déjà pour moi, histoire de me divertir après la reprise des cours, mais pour vous aussi si c'est le cas.

Merci encore ! :D
LE TEST
Image

« Je pense qu'on tient avec le Test et le Sacre les héritiers de ce que furent CFC et l'Empereur Saiyen »
- Tierts -
« C'est tellement romanesque, J'AI AIMÉ PU**** ! *o* »
- Kyra1306 -
« On est dans le haut du panier de ce qu'on trouve sur le forum »
- anonymefromlozane -
Avatar de l’utilisateur
ButterflyAway
 
Messages: 1197
Inscription: Dim Fév 23, 2014 20:33
Localisation: derrière un Bingo Destructeur

Re: Le Test

Messagepar Batroux le Dim Sep 07, 2014 17:57

J'aime bien.

Je trouve juste que Vegeta paraît enfantin face à Freezer mais peut-être est-ce voulu.

En tout cas j'aime bien.

Ralphanus
Grand intellectuel de l'Union Sacrée,
petit Monarque Diabolical,
Canard Moche Bicosmique,
Chauve-Sourire de la lignée de Lancelot,

Petit agneau égaré un peu c*n.
Cancer (probablement) N°2 de l'Union Sacrée
Avatar de l’utilisateur
Batroux
 
Messages: 6557
Inscription: Jeu Mars 18, 2010 15:19

Re: Le Test

Messagepar ButterflyAway le Dim Sep 07, 2014 18:46

Damn, Batroux qui lit mon chapitre et qui en plus "aime bien". :shock:

Tu fous la pression pour la suite. Merci beaucoup.

...

Bon sérieusement, ça me fait plaisir, d'autant plus venant de ta part.


Pour Végéta face à Freezer, c'est très possible. D'une part j'ai souvent trouvé chez lui des moments où, même âgé de 35 ou 40 ans, il agissait comme un gamin capricieux, notamment lorsqu'il s'agit de chercher du challenge. D'autre part les lecteurs ne savent pas encore tout à fait ce qu'il a pu faire dans le passé, et pourquoi il craint pas mal la "sentence" de Freezer, mais évidemment ça se saura tôt ou tard.

Bon, y a aussi une autre chose... J'en reparlerai au moment où je posterai le chapitre 2. Image
LE TEST
Image

« Je pense qu'on tient avec le Test et le Sacre les héritiers de ce que furent CFC et l'Empereur Saiyen »
- Tierts -
« C'est tellement romanesque, J'AI AIMÉ PU**** ! *o* »
- Kyra1306 -
« On est dans le haut du panier de ce qu'on trouve sur le forum »
- anonymefromlozane -
Avatar de l’utilisateur
ButterflyAway
 
Messages: 1197
Inscription: Dim Fév 23, 2014 20:33
Localisation: derrière un Bingo Destructeur

Re: Le Test

Messagepar Batroux le Dim Sep 07, 2014 18:52

ButterflyAway a écrit:Damn, Batroux qui lit mon chapitre et qui en plus "aime bien".

Tu fous la pression pour la suite. Merci beaucoup.

...

Bon sérieusement, ça me fait plaisir, d'autant plus venant de ta part.


T'es sérieuse là ?
Il m'arrive de commenter les fics et de les aimer :)

C'est quoi cette aura qui m'entoure ? :P

Si ça peut t'aider, te mets pas la pression, moi, je compte pas te la mettre (D'autres seront bien meilleurs que moi, pour ça).

ButterflyAway a écrit:Pour Végéta face à Freezer, c'est très possible. D'une part j'ai souvent trouvé chez lui des moments où, même âgé de 35 ou 40 ans, il agissait comme un gamin capricieux, notamment lorsqu'il s'agit de chercher du challenge. D'autre part les lecteurs ne savent pas encore tout à fait ce qu'il a pu faire dans le passé, et pourquoi il craint pas mal la "sentence" de Freezer, mais évidemment ça se saura tôt ou tard.

Bon, y a aussi une autre chose... J'en reparlerai au moment où je posterai le chapitre 2.


Je suis content, j'ai rien perdu de ma superbe et je relève les petits détails ! :)

Bonne continuation et à bientôt, sûrement.

Ralphanus
Grand intellectuel de l'Union Sacrée,
petit Monarque Diabolical,
Canard Moche Bicosmique,
Chauve-Sourire de la lignée de Lancelot,

Petit agneau égaré un peu c*n.
Cancer (probablement) N°2 de l'Union Sacrée
Avatar de l’utilisateur
Batroux
 
Messages: 6557
Inscription: Jeu Mars 18, 2010 15:19

Re: Le Test

Messagepar Axaca le Lun Sep 08, 2014 20:04

Batroux a écrit:
ButterflyAway a écrit:Damn, Batroux qui lit mon chapitre et qui en plus "aime bien".

Tu fous la pression pour la suite. Merci beaucoup.

...

Bon sérieusement, ça me fait plaisir, d'autant plus venant de ta part.


T'es sérieuse là ?
Il m'arrive de commenter les fics et de les aimer :)

C'est quoi cette aura qui m'entoure ? :P

Si ça peut t'aider, te mets pas la pression, moi, je compte pas te la mettre (D'autres seront bien meilleurs que moi, pour ça).

Bonne continuation et à bientôt, sûrement.


Tu as une réputation de méchant Batroux, c'est tout^^

Sinon j'avoues que ça à l'air sympathique, je vais tacher de suivre :)
« J’ai toujours eu pour principe qu’un peuple qui s’élance vers la liberté doit être inexorable envers les conspirateurs ; qu’en pareil cas, la faiblesse est cruelle, l’indulgence est barbare. »
Avatar de l’utilisateur
Axaca
Le négociateur
 
Messages: 2750
Inscription: Sam Avr 24, 2010 21:47

Re: Le Test

Messagepar Batroux le Lun Sep 08, 2014 21:01

Un petit coup de pression ?!

En version Rap, steuplé! Wesh Patate !

Je te mets la pression !
Tu vas céder Marion !

Je veux que rapidement
Sorte ta prochaine production !
Je veux que sereinement
Tu m'offres ton affiction (jeu de mots) !

Stu veux, je te parle sur Skype !
Te faire montre de mon adoration
Stu veux, je te kiffe sur Skype !
Et t'offre ma bénédiction !

Me laisse pas ruminer !
Je vais m'enrhumer
Ou Je te mets la pression !
Et Tu vas céder Marion !


ça c'est du level. Et je me sens pas du tout con. Alors c'est qui le méchant ?

Ralphanus
Grand intellectuel de l'Union Sacrée,
petit Monarque Diabolical,
Canard Moche Bicosmique,
Chauve-Sourire de la lignée de Lancelot,

Petit agneau égaré un peu c*n.
Cancer (probablement) N°2 de l'Union Sacrée
Avatar de l’utilisateur
Batroux
 
Messages: 6557
Inscription: Jeu Mars 18, 2010 15:19

Re: Le Test

Messagepar ButterflyAway le Lun Sep 08, 2014 21:29

Bienvenue à bord Axaca, et merci pour ton passage ! :)

Batroux a écrit:Un petit coup de pression ?! (...) Alors c'est qui le méchant ?


C'est vraiment pas ce que je croyais hier
T'es cool avec tes potes

J'ai fait en sorte d'assurer mes arrières
Alors range ta camelote
Image


(tu me fais une sérénade comme celle-là à chaque chapitre ? <3)
LE TEST
Image

« Je pense qu'on tient avec le Test et le Sacre les héritiers de ce que furent CFC et l'Empereur Saiyen »
- Tierts -
« C'est tellement romanesque, J'AI AIMÉ PU**** ! *o* »
- Kyra1306 -
« On est dans le haut du panier de ce qu'on trouve sur le forum »
- anonymefromlozane -
Avatar de l’utilisateur
ButterflyAway
 
Messages: 1197
Inscription: Dim Fév 23, 2014 20:33
Localisation: derrière un Bingo Destructeur

Re: Le Test

Messagepar Batroux le Lun Sep 08, 2014 21:33

ButterflyAway a écrit:(tu me fais une sérénade comme celle-là à chaque chapitre ? <3)


Pourquoi pas !
Une sérénade, ça a quelque chose de sensuel, d'amoureux, de sain et mignon. On verra si l'inspiration est au RDV (plus que ce soir, car c'était quand même pauvre.)

Et j'aime faire des déclarations aux yeux de tous ! :)

Bon, je stoppe là, MP si tu veux ? :)

Edit Joka : Utiliser la fonction MP serait effectivement préférable. Merci d'avance.

Ralphanus
Grand intellectuel de l'Union Sacrée,
petit Monarque Diabolical,
Canard Moche Bicosmique,
Chauve-Sourire de la lignée de Lancelot,

Petit agneau égaré un peu c*n.
Cancer (probablement) N°2 de l'Union Sacrée
Avatar de l’utilisateur
Batroux
 
Messages: 6557
Inscription: Jeu Mars 18, 2010 15:19

Re: Le Test

Messagepar ButterflyAway le Dim Sep 21, 2014 0:35

C'est l'heure. L'heure ? Ça sort du four, c'est tout chaud, et ça n'attend que vous. Dépêchez-vous avant que ça ne refroidisse !

Image

C’était inespéré. Un peu précipité, très surprenant aussi, et Végéta avait attendu quelques minutes dans le couloir après son entretien avec son chef pour réaliser que ce qui s'était passé dans l'enceinte de cette petite pièce étouffante était bien réel. En fin de compte, l'assaut du Commando Ginyu n'avait pas été une si mauvaise chose... Freezer lui avait semblé sérieux. Il ne fallait pas attendre qu'il change soudain d'avis. Zou, sans lambiner plus longtemps que nécessaire, Végéta s'était finalement rué jusqu'à à la Tour de contrôle pour fixer une date de départ. Le nom de sa destination comme convenu passé sous silence. Il se garda également d'en dire plus à Nappa et Raditz, les laissant tous deux sur des haussements de sourcils perplexes.

La normale voulait que plusieurs soldats se déplacent ensemble quelque soit l'expédition. Le simple fait que Végéta parte seul était une première. Plus étonnant encore, pourquoi Freezer avait-il décidé de ça alors qu'il surveillait ses moindres faits et gestes depuis ce qui s'était passé ? Et pourquoi ne rien vouloir révéler de sa destination ? Cette discrétion cachait évidemment quelque chose... Hélas pour ses seconds, Végéta resta sourd à leur défiance et rejeta fermement toute parole mettant en doute sa réussite. Mais si ce n'était pas si facile ? avaient-ils insisté en chœur, si cette mission ouvrait droit sur un piège dans lequel il tomberait à pieds joints... ? Impossible, souleva Végéta dans une bouffée d'orgueil, lui, se faire mettre en échec comme un vulgaire pion ? Il entendait déjà le chant des trompettes de la victoire. Selon le logiciel dictionnaire, cet idiot de Freezer lui avait cédé une énième planète aux combattants proches du niveau zéro. Et quand bien même ce serait un piège, il y voyait là l'occasion rêvée pour prouver que personne ne pouvait rivaliser avec sa force de combat. La défaite était comme d'habitude inconcevable. Pour une fois, cependant, Végéta n'allait pas se plaindre. Il se figurait au contraire pleinement gagnant dans cette affaire : en ajoutant son futur succès sur la confiance de Freezer à l'argent gagné grâce à la capture de scientifiques sur la planète Tycross, il arrangeait à merveille sa situation sur tous les tableaux.

C'était donc d'un pas confiant que Végéta se dirigeait le matin du départ vers l'ascenseur menant au sous-sol, en direction de l'unique lieu de détente jamais connu de cette base spatiale : le bar.

Le coin idéal pour faire une pause entre deux missions ou conspirer avec de drôles de personnages. Les habitués étaient généralement des soldats en repos, se réunissant en petits comités pour chahuter, jouer et boire dans une ambiance bon enfant. Pourtant ce couvert divertissant cachait une réalité bien plus particulière : si Freezer savait que quelques mercenaires venaient simplement chercher de quoi s'amuser, il ne se doutait pas que le bar réunissait à lui seul les plus grosses pointures en terme d'insurrection silencieuse. Bandits, maraudeurs et autres marchands frauduleux peuplaient innocemment ce monde souterrain, le tout à son insu et celui de son personnel le plus rapproché. La faute à leur confiance en une organisation plus anarchique que réglée.

Le plus amusant dans tout ça, songeait souvent Végéta, c'était avec quelle logique tout s'était agencé. D'autres stations militaires s'implantaient un peu partout sur les prestigieuses acquisitions du tyran, et pourtant Freezer 74 restait celle dont la renommée n'avait pas d'égal. Freezer, qui avait pour habitude de transiter au moindre caprice, s'y était établi depuis plus de dix ans. Au point qu'il avait fini par installer une mégalopole d'envergure planétaire autour de sa base. Une multitude d'ethnies cohabitaient depuis lors dans les différents secteurs de la ville-planète. Quelle idée alors de se méfier du petit bar du sous-sol de la loyale base militaire tandis qu'ailleurs se multipliaient des zincs corrompus et malfamés ? Cette situation faisait de ce lieu d'imposture le symbole ironique de la dualité présente entre deux mondes : la base aux fonctions créditées pour être dévouées à Freezer, soutenue avec fragilité par le bar qui niche en secret ses plus fervents opposants.

Végéta sortit de l'ascenseur. Les couloirs du sous-sol étaient dans un état déplorable. Leurs murs tapissés à l'origine de longues bandes blanches immaculées approchaient désormais des nuances sépia, abîmés par les substances bizarres fumées par les soldats... ou peut-être était-ce dû aux exhalaisons des potages puant qu'ils étaient contraints d'avaler faute de mieux, sans grogner devant la gamelle.

Comme à l'habitude, dès que Végéta vint poser le pied devant la façade d'entrée et que toute la salle eut rivé les yeux sur lui, la clientèle se mit à pousser un gloussement de stupeur. Les musiciens de fond stoppèrent immédiatement leur mélodie entraînante. Le silence qui s'ensuivit, lui aussi coutumier, était fébrile. Tous regardaient Végéta avec crainte, le souffle coupé, comme s'ils s'attendaient à le voir s'emporter dans une crise de nerfs ravageuse.

Trop habitué à ces entrées, le Saïyen n'y prit pas garde et s'engagea l'air de rien vers le tenancier, au comptoir. Des soupirs de soulagement se firent entendre puis le bourdonnement des conversations reprit, bien qu'un peu moins animé qu'auparavant.

– Tiens, tiens, bonjour Végéta, fit le tenancier, un alien au teint olivâtre arborant un sourire hypocrite montant jusqu'aux oreilles. Ça commençait à faire un bail ! Je vous sers comme d'habitude ?

– Le double, précisa l'intéressé. Et trêve de politesses...

Le sourire se transforma en une moue affectée.

– Il est là.

Le tenancier déposa deux verres remplis sur le comptoir.

– Si je peux faire quelque chose...

Te taire, le rembarra brusquement Végéta sur un ton sans réplique, décidé d'entraver sa fâcheuse tendance à se mêler de tout ce qui ne le concernait pas.

Les deux verres en mains, il s'éloigna du bar l'air amusé devant les gloussements stupides des clients qu'il frôlait en avançant. Il passa devant les musiciens s'employant à jouer un air calme, presque inaudible, de peur que Végéta n'effectue un quelconque reproche sur la futur surdité qui le guettait à force d'entendre leurs aberrantes compositions. Il atteignit ensuite l'autre bout de la salle et scruta l'ensemble des yeux. Dérobé aux regards les plus distraits dans un coin isolé, il finit par remarquer ce client silencieux, le corps emmuré dans un large manteau, assis face à une chaise laissée vide. Il s'en approcha et s'y assit sans attendre.

– Yuk ? interrogea-t-il à l'adresse de l'inconnu.

Son visage demeurait voilé par sa capuche tombante. Il opina doucement du chef.

– Oui.

Un filet de bave se mit à dégouliner sur son vêtement.

– Ça m'étonne que Worm t'envoie étant donné que Freezer est absent depuis hier, poursuivit Végéta en entamant le premier verre. C'est par trouille ou par gloriole ?

– Worm pense que tu devrais arrêter de faire le malin.

Végéta dressa les sourcils. Il ne s'attendait pas à une telle remarque à ce niveau de la conversation.

– Tu t'es pointé uniquement pour me dire ça ? demanda-t-il, ne pouvant retenir un rictus incontrôlé de fendre ses joues devant l'absurdité de la chose. Je sais très bien ce que pense l'englué. Abrège.

– Ben, ça va pas fort, hein, fléchit piteusement la voix de Yuk, ça va pas fort du tout pour les affaires. Worm est mal vu c'que t'as fait l'autre jour, ou plutôt, c'que tu n'as pas fait. Il s'est pas mal remis en question tu sais, et il...

– Combien il veut ? coupa soudain Végéta.

– … Il veut montrer qu’on peut encore nous faire confiance, mais pour ça…

Combien ?

Yuk hésita.

– Il… il te réclame une indemnité totale... que tu dois me donner, heu, tout de suite, ajouta-t-il d'une petite voix.

– Tss, l’enfoiré, je m'en doutais... il est pénible...

Végéta soupira, blasé, puis toisa avec dégoût l'abondante bave visqueuse que son interlocuteur laissait couler au fur et à mesure qu'il ouvrait sa bouche encapuchonnée. Celui-ci s'essuya précipitamment à l'aide d'une manche de son manteau.

– Désolé, ça sort tout seul, s'excusa-t-il.

– Si tu voulais me faire perdre l'appétit, tu as réussi, railla Végéta. Maintenant tu vas la fermer et bien m'écouter.

Son verre achevé, il posa son coude sur la table et pointa un index menaçant en direction du cœur de Yuk. Il poursuivit d'une voix caverneuse qui transperçait d'assurance :

– Tu vas dire à Worm que je n'ai pas son foutu oseille... pour l'instant. Je dois d'abord régler une affaire particulièrement importante pour Freezer. Je me demande si la sale gueule que tu planques là-dessous est capable de faire le lien...

Il entendit Yuk hoqueter. Végéta hocha la tête en ricanant :

– Une fois que j'en aurai fini, j'empocherai une somme largement supérieure à celle que j'ai perdue !

– C... comment ? Largement supérieure ? ne put s'empêcher de répéter Yuk dont la capuche tremblotante s'était tournée en direction l'index que Végéta venait d'abaisser. Mais enfin, tu es sûr de te rendre compte de c'que ça représente... !

– Si je te le dis, débile !

Les yeux de Végéta, bien loin du sourire ironique qu'il exhibait d'usage lorsqu'il se sentait dominant, transpiraient de l'agressivité qui l'habitait en permanence. Yuk approcha une toute petite patte gluante du deuxième verre que Végéta avait apporté, mais ce dernier le choppa juste avant et le bu d'une traite. Il s'amusa à imaginer la trombine vexée du « baveur » qui n'osa risquer un mot, caché bien au fond de son habit. Le Saïyen reposa le verre sur la table avec une grimace d'aversion et approcha son index pour le placer cette fois-ci en plein sur le cœur de son interlocuteur, tandis que son autre main s'enfouit dans la poche de son manteau.

– Dernière chose, demande à Worm de trouver mieux que des miteux de ton genre s'il cherche à m'intimider. Le type avant toi s'en souvient encore.

La main de Végéta sortit de la poche flanquée de deux pièces de monnaie qu'elle avait récupérées. Il eut été impossible de savoir quelle expression arborait Yuk, son visage toujours masqué par le capuchon. Mais alors que Végéta le quittait des yeux pour faire signe au tenancier et lui lancer la monnaie d'un geste brusque, il annonça courageusement :

– … Worm en a fini avec toi !

– On verra.

Végéta acheva sur un ton hautain qui invitait au défi, puis s'en alla, toujours indifférent aux chuchotements de la clientèle sur son passage. Yuk resta un moment pétrifié sur place, son long manteau se soulevant au rythme de sa respiration saccadée. Il finit plus tard par se lever de sa chaise et, après un balancement de tête à droite et à gauche, disparut dans la pénombre.

Image

« Capsule de Kiwi parée au décollage... compte à rebours enclenché... »

A l'intérieur de la salle d'attente, l'écran de contrôle affichait la liste des lancements des capsules spatiales. Muni de sa combinaison bleue ainsi que de son armure nouvelle génération à longues épaulettes, Végéta l'observait avec attention, bras croisés sur le torse, sa queue de singe ajustée autour de sa taille telle une ceinture. Son départ pour Lone n°IV allait s'effectuer d'ici trente minutes, et heureusement qu'il n'avait pas lieu en même temps que celui de Kiwi... L'alien mauve possédait en effet le don incroyable de se la ramener d'une façon un peu trop prononcée à son goût. Du plus loin qu'il se souvenait, Végéta ne les avaient jamais supportés, lui et ses sarcasmes abusifs.

Ce n'était pas qu'il prenait pour argent comptant ce qui se disait sur lui ; depuis que Freezer avait laissé deviner sa méfiance, impossible de trouver un semblant de cohérence parmi les divers radotages peuplant chaque recoin de la base. Entre les personnes qui le fuyaient et celles qui le cherchaient – physiquement ou verbalement – il ne voyait aucune différence : tous des envieux, avides de ses performances et qualités de lutte hors du commun. Il ne se défilait jamais lorsqu'un petit malin s'amusait à le provoquer en combat, même pour rire, car la victoire lui était toujours assurée (seul Kiwi n'avait à ce jour jamais lutté physiquement contre le prince Saïyen, préférant la joute verbale, jeu auquel Végéta excellait toutefois autant qu'au combat). Ce qu'il s'imaginait être la jalousie des autres le faisait en vérité plus sourire qu'autre chose. Remettre ces minables en place avait au moins le don de le divertir, mais surtout d'amplifier les indiscrétions sur sa toute puissance, chose à laquelle il était très attaché. Peu importait qu'on l'apprécie ou non, seule la reconnaissance de son potentiel fécond comptait pour lui.

Plongé dans ses pensées, Végéta ne fit pas immédiatement attention aux alertes de l'écran de contrôle, lui signalant pourtant un retard de quelques minutes. Son impatience se fit nettement sentir lorsque le personnel de la Tour de contrôle s'appliqua à l'en tenir informé. Toutes les plateformes d'embarcation s'étaient déréglées, un souci d'appareillage, quelque chose comme ça. Il s'employa dès lors à attendre dans le petit espace vert situé non loin de la salle, afin de profiter d'une aire moins polluée par la ribambelle d'incapables que constituait cette base.

Les écrins de verdure se faisaient de plus en plus rares sur Freezer 74. Celui-ci se composait d'une statue métallisée de Freezer, un index triomphal levé en direction du ciel, encerclée par des herbes dont la hauteur faisait le double d'une taille humaine. Au loin se profilaient les sommets vertigineux des gratte-ciels de la mégalopole, une coloration grisâtre les laissant jouer à cache-cache avec le ciel habituellement clair.

Végéta leva les yeux plus haut encore. Il soupira. Dire que quelques jours auparavant, le Commando Ginyu avait achevé son assaut avec succès juste au-dessus de lui... Il sentit le regard malicieux de la statue de Freezer peser sur lui. Le soupire devint grognement. Il se sentait si petit, confiné entre ces herbes géantes et silencieuses, pendant que les étoiles affranchies lui faisaient sournoisement la nique. Il soutenait leur regard, inflexible, quand une légère secousse se fit soudain entendre à sa droite. Étrange, il était seul... Un bruit de feuilles qu'on écarte se distingua quelques instants après, cette fois d'une telle force qu'il en devenait suspect. A la fois interloqué et intrigué, Végéta s'enfonça dans l'herbe tous les sens aux aguets, jusqu'à ce que la vision insolite d'une paire d'yeux noirs à quelques mètres devant lui et, le plus étrange, plantée au beau milieu du sol vint le conforter dans ses suspicions.

Ces yeux ne le trompèrent pas. A peine Végéta avait-il deviné qui s'y cachait derrière qu'ils disparurent aussi vite qu'ils avaient surgi. Après s'être assuré que personne ne pouvait l'observer ou le suivre, il s'accroupit, tâtonna le sol humide et découvrit une herbe recourbée en forme de poignée. Presque instinctivement, Végéta fit comme s'il avait à l'actionner. Un monceau de terre s'éleva instantanément face à lui ; cette herbe servait en réalité à l'ouverture d'une trappe. Sans doute un accès secret, songea le Saïyen dont la curiosité croissait à mesure que se déroulaient les évènements. Sans plus attendre, il se laissa tomber dans la brèche jusqu'à ce que ses pieds touchent le sol, claquant contre de la terre humide.

Il avait atterrit à l'intérieur d'une espèce de bourbier très mal éclairé. Y régnait une atmosphère pestilentielle, résultat d'un savant mélange de fange poisseuse, de vides-ordures laissés à l'abandon, mêlés à quelque chose d'autre que Végéta préférait ne pas connaître. Devant lui se trouvait une petite galerie étranglée par des coulis d'immondices. Venant de sa part, ce trou répugnant n'était pas vraiment une surprise. Il commença à s'avancer à l’aveuglette, quand tout à coup la paire d'yeux apparut brillante face à lui ; une patte à trois doigts crochus dégoulinant de bave sortit de l'ombre pour lui effleurer le bras afin de lui signaler sa présence. Végéta étouffa illico une exclamation de surprise qui se métamorphosa en haut-le-cœur. Il s'était retrouvé devant ce qui paraissait être une larve nue à la taille aussi haute que son poids était spectaculaire. Le corps mou et graisseux, composé de six petites pattes visqueuses presque comprimées dans le lard, était d'une blancheur transparente ; Végéta pouvait y percevoir à travers quelques-uns de ses organes hâlés. Sa large bouche dessinait des lèvres tombantes pleines de gerçures moites sous des yeux noirs perçants, eux-mêmes encadrés par deux antennes accaparant l'espace. La vision était immonde. Se confronter à Worm avait toujours de quoi dégoûter, même après des années. Pire, la larve géante venait tout juste de lui imbiber le bras de sa bave abjecte !

Tandis que Worm le dévisageait d'un air tendu, Végéta frotta son bras plus que nécessaire contre la paroi. Malgré toute la répulsion qui l'habitait, il devait passer outre.

– Salut, Worm… lança-t-il, feignant une attitude détachée contredite par sa posture. Alors, il paraît que t'en bave... ?

– 'Fallait que j'te vois avant ton dépawt, dit Worm. C'est mwoi qu'a cassé les platefowmes.

Une traînée de salive s'échappa aussitôt de sa bouche, exactement comme Yuk. Sa voix coassante semblait provenir du plus profond de ses entrailles, si bien que les mots formés par ses cordes vocales peinaient à sortir de façon intelligible. Végéta répondit d'un souffle moqueur :

– Ooh... ! Tu as fait ça ! C'était donc vrai, tu en as bel et bien fini avec moi. C'est même pour ça que t'as risqué d’exposer ta petite personne face aux larbins de Freezer…

Worm bomba le torse, dessinant une ombre gigantesque sur le Saïyen.

– Awête tout d'suite d'faiwe l'malin, baragouina-t-il avec fermeté. Tu cwois vwaiment qu’j’ai du temps à pewdwe avec tout c’que dois géwer apwès ça ?

– Après ça, quoi ? répéta Végéta goguenard, tout en prenant soin d'éviter les mares de bave que Worm laissait couler.

– Tu sais twès bien c'que j'dis ! Joue pas à c'petit jeu awec moi ! Si tous mes collabowateurs lâchaient leuws chawges dès qu'ils cwoisaient l'Commando Ginyu, j...

– Je n'avais pas le choix ! s'emporta soudain Végéta piqué au vif. Combien de fois faudra-t-il que je te le dise ? Ils se sont ramenés à la dernière minute, je ne pouvais pas le prévoir ! T’aurais préféré qu’ils découvrent notre petite alliance, peut-être ?

Le cœur de Worm se mit à cogner de plus en plus vite contre son épiderme translucide. Il aurait blêmit s'il le pouvait davantage.

– Tu t’es montwé twop sûw d’toi, et maint’nant c’est moi qui doit payer ton impwudence…

– Ne me fais pas rire, l'englué, rétorqua Végéta d'un ton cassant. Je nous ai sauvé la mise. A ma place tu serais déjà mort, et tu le sais. Une chance pour toi, Freezer m’a appris quelque chose de très intéressant...

– Vég'ta...

Végéta interrompit la larve en levant une main ferme.

– Quelque chose qui prouve que j'ai agi pour le mieux quoiqu'en disent tes réflexions stupides. Alors ouais, il m'observe depuis ce qui est arrivé, c'est vrai. Mon double-jeu n'a jamais été aussi près d'être découvert. Mais là, il me donne l'occasion de lever le doute, il faut en profiter ! Je vais sur sa planète, là, je réussi son test, je te rembourse, et on continue gentiment nos combines sous son nez sans qu'il se doute de quoique ce soit... le flair, ça s'entretient... profitons qu'il le gaspille ailleurs pour remettre de l'ordre dans nos affaires !

– Me wembouwser... ? Mais t'imagines même pas la valeuw de c'que t'as pewdu ! maugréa Worm d'une voix étranglée.

– Cet idiot de Yuk ne t'as pas dit ? ricana Végéta, les yeux étincelants d'une lueur crapuleuse. La confiance retrouvée de Freezer a son prix... de quoi laisser songeur, n'est-ce pas...

Worm eut un moment d'hésitation où il semblait mesurer toute la portée de ses dires. Puis, lorsque son immense queue se mit à dandiner pour balayer le sol huileux qui l'entourait comme une langue qui se lèche les babines, Végéta devina qu'il avait tapé juste.

– Végéta, répéta la larve, d'accowd, j'cache pas qu'j't'ai toujouws fait confiance... J'ai pas b'soin d'pawler d'ta wéputation dans l'buisness, tout l'monde admiwe c'que t'as pu faiwe dans l'dos d'Fweewer, même si t'as un style, d'sons, discutable...

– Peuh ! Je m'en fous. L'avis des trouillards m'intéresse pas.

– Il n'empêche qu't'as mewdé comme un débutant suw s'coup-là, poursuivit Worm, une ombre d'amertume se dessinant sur son visage. C'pas qu'une question d'awgent, comme tu sembles l'penser. La wépewcution totale qu'ça a est considéwable, t'sais.

Il fit une pause, ses yeux noirs fixant Végéta avec insistance, mais ce dernier ne lui fit pas le plaisir de le prendre en pitié et demeura silencieux. Worm finit par soupirer.

– O.K., j'suppose qu'j'ai pas l'choix. Mais j't'pwéviens qu'j'veux pas d'entouwloupe : si j'ai pas mon awgent à ton wetouw, compte plus suw moi. L'Mawché mettwa tout en œuwre pour t’obliger à payer, quitte à c’qu’y laisse ta peau, tu compwendwa pas c'qui t'awivewa. Et on t'connais bien, Végéta, prévint-il sombrement. Méfie-toi. Qu'ce soit pouw moi ou Fweezew, t'as intéwet à te démener pouw wéussiw ton « test » !

– Ho ! Ho ! Ho ! Intéressant... Encore faudra-t-il que l'un des crétins que tu m'envoies soit capable de m'attraper !

Végéta esquissa un sourire taquin et provocateur sous le nez de Worm – si on pouvait appeler cela un nez – qui resta planté sur place, son corps vouté sous le dépit. Il allait voir... ses menaces allaient bientôt laisser place à un torrent de remerciements...

Le Saïyen mit fin à la conversation et remonta à la surface. Une fois la trappe bien rabattue sur le sol humide du petit espace vert, il contourna la salle d'attente pour atterrir sur la plateforme d'embarcation. L'heure n'était plus aux plaisanteries mais à la concentration. La capsule spatiale fin prête, il monta à l'intérieur et programma le voyage. Cela allait durer plusieurs semaines. Il se prépara donc à s'assoupir un petit moment, en pensant avec jubilation à la tête de Freezer une fois sa mission accomplie, à son ignorance à l'égard de son alliance avec les trafics de Worm contre son système, aux futures batailles et autres interventions géniales qu'il allait effectuer dans un futur proche, à la jalousie de Kiwi et de ses comparasses et enfin, à ce qui pouvait bien l'attendre sur Lone n°IV...

Spoiler
Image

Et tandis que ça roupille sévère dans la capsule en route pour Lone n°IV, c'est l'heure de la...


Foire Aux Questions

"Hold-up, Butterfly ! On sent comme l'influence d'une certaine saga cinématographique - Star Wars pour ne pas la nommer - dans ce chapitre. Jusqu'à quel point c'est volontaire ?"
Hé là, œil de lynx. Moi qui pensais que ça passerait totalement inaperçu... :P
Effectivement, Star Wars m'a grandement influencée - tout comme ça a inspiré Toriyama lui-même - et j'en assume les références dans ce chapitre, notamment parce que, alerte! argument béton, elles sont à l'origine de ma fic. C'est en rererereregardant l'épisode 4 de la saga de Lucas que l'idée de cette histoire a soudain germé dans mon esprit. On dit souvent qu'une idée part d'un rien, d'une image, d'une phrase... ce fut le cas. Après, si tout part de là, la suite ne sera évidemment pas la même. Le destin des personnages sera tout à fait différent de ceux de Star Wars.
(Pour ceux qui n'auraient pas vu Star Wars, d'une c'est mal, de deux, c'est mal.)

"Tu introduis des personnages inédits dans ce chapitre. Une petite présentation s'impose..."
En effet !

Mini foire aux noms

Worm : de l'anglais, "ver" ou "asticot"
Yuk : de l'onomatopée anglaise "yuck" signifiant le dégoût
Planète Tycross : de l'anglais cross, "traverser", "franchir", "croiser", pour symboliser l'activité majeure de l'armée de Freezer, la traversée des différentes Galaxies. C'est aussi un clin d’œil à un personnage totalement secondaire de Harry Potter, Wilkie Tycross, moniteur de transplanage dans Le Prince de Sang-Mêlé.


Et nous avons fait le tour, je crois ! N'hésitez pas à poser vos questions vous aussi, qu'elles soient pertinentes ("Pourquoi tu ne révèles pas le nom de Lone n°IV ?") ou plus cocasses ("C'est bien une tétine que Végéta a dans sa bouche sur l'image ?!"), elle sera peut-être sélectionnée pour la prochaine FAQ !
LE TEST
Image

« Je pense qu'on tient avec le Test et le Sacre les héritiers de ce que furent CFC et l'Empereur Saiyen »
- Tierts -
« C'est tellement romanesque, J'AI AIMÉ PU**** ! *o* »
- Kyra1306 -
« On est dans le haut du panier de ce qu'on trouve sur le forum »
- anonymefromlozane -
Avatar de l’utilisateur
ButterflyAway
 
Messages: 1197
Inscription: Dim Fév 23, 2014 20:33
Localisation: derrière un Bingo Destructeur

Re: Le Test

Messagepar Joka le Dim Sep 21, 2014 10:48

*Arrive un peu tard et fait réchauffer le chapitre dans le micro-onde de LS*

Le double-jeu de Végéta et les petites manigances qu'il prépare dans l'ombre de Freezer étaient très intéressante. J'aime bien cette idée d'alliance avec de puissants acteurs extérieurs à l'empire mais qui restent néanmoins trop effrayé pour se manifester au grand jour. Ca fait genre organisation "underground" avec des magouilles, des pactes mais aussi des trahisons, j'adore !

Le système du bar était aussi très bien pensé, et en y réfléchissant, c'est même un peu logique qu'il existe une sorte de quartier libre pour les moments de détente des soldats ou autre. Et puis Végéta est toujours fidèle à lui-même. Il envoie de bonnes répliques ("alors, tu baves ?"), il menace et il en impose. J'ai par contre eu un peu de mal au début avec "l'accent" spécial de Worm mais on y s'habitue très vite, d'autant que le personnage en lui-même est assez marrant.

C'était un très bon chapitre. Je me languis de voir ce que tu nous prépares pour la suite !

Questions pour la prochaine FAQ (si elles sont sélectionnées) :
Spoiler
1) En plus d'être assez sûr de lui pour ne pas lésiner sur les mots (il menace Végéta de le traquer quand même), Worm semble avoir une très grande influence dans ce monde souterrain. Mais quid de sa force de combat ? Est-ce un combattant redoutable ou simplement un chef de mafia avec de grands pouvoirs de persuasion ?

2) Ce sera une parution mensuelle pour sûr ?

3) Si l'image de Végéta avec la tétine le rend encore plus badass que d'habitude, elle colle aussi parfaitement avec le contexte. Nice shot, Butterfle. (*0*)
Univers 09 : L'Histoire des Terriens
C-33 fait du break dance dans le topic ! !
Avatar de l’utilisateur
Joka
Superstar Méphistophélique de l'Union Sacrée
 
Messages: 4260
Inscription: Jeu Jan 02, 2014 20:40

Suivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 8 invités

cron