De Métal, de Chair et de Sang

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Jusqu'à présent, quel personnage trouvez-vous le plus intéressant ?

Wheelo
6
18%
Kochin
0
Aucun vote
Gero
0
Aucun vote
Piccolo
7
21%
Metal Cold
4
12%
Son Goku
0
Aucun vote
Son Gohan
3
9%
Vegeta
0
Aucun vote
Skirt
6
18%
Miraï Cold
2
6%
Numéro 16
2
6%
Cell
0
Aucun vote
Super Numéro 15 (lol)
1
3%
Euh, aucun en fait
2
6%
Autre
1
3%
 
Nombre total de votes : 34

Re: De Métal, de Chair et de Sang

Messagepar omurah le Ven Oct 02, 2015 20:14

Moi, je dis.... COMBAT D'INFIRMES DE POULETS DE POKEMOUILLES DE SCIENTIFIQUES ET DE CYBORGS !!
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 2736
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: De Métal, de Chair et de Sang

Messagepar Paulemile le Sam Oct 03, 2015 11:46

Pedro a écrit:Hum, une fic centrée sur Gero et Kochin/Willow (<- je ne connais pas très bien ces derniers)?

J'ai un peu peur que le démarrage sympa en whatif s'estompe au profit du développement des savants fous (surtout ceux de l'OAV). Tout et n'importe quoi est possible avec ceux là.

Bon courage,

Pedro


Le bon courage, ça veut dire que tu ne liras plus ? :lol:
Je ne cache pas que ces gens seront d'importants protagonistes mais je ne peux pas dire que la fic sera centrée sur eux, non.
Je ne saurais d'ailleurs pas dire sur qui la fic est centrée mais bon, y a la Z team quoi :D

omurah a écrit:Moi, je dis.... COMBAT D'INFIRMES DE POULETS DE POKEMOUILLES DE SCIENTIFIQUES ET DE CYBORGS !!


C'est pas mal cette série. J'espère faire un peu mieux que leurs bestioles toutes pétées quand même :lol: .
Avatar de l’utilisateur
Paulemile
 
Messages: 1811
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:50

Re: De Métal, de Chair et de Sang

Messagepar omurah le Lun Oct 05, 2015 19:53

Au fait... tu parles de remake au tout début du topic. Késako ?
Et pour rester dans les détails, tu voudrais pas envisager d'envisager de séparer les dialogues du texte des fois ? Just sayin'

Bon en tout cas hâte de lire la suite (oui, c'est moi qui ai dit ça). Dès que Joka me rend mon argent, j'investi dans les actions Gero-corp, quelque chose me dit que le cours va pas tarder à monter au détriment de willow industries :)
Et s'il reste de la monnaie j'achète une hache pour pressurer Niic qui a bien fait de me rappeler que j'en ai pas...
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 2736
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: De Métal, de Chair et de Sang

Messagepar Joka le Lun Oct 05, 2015 21:54

Ca, c'est cool ! Une future confrontation épique entre deux scientifiques tristement célèbres et aussi mégalomanes l’un que l’autre... Me gusta !

Enfin bon, avec tous ces indices semés il semblerait que ce soit bien le docteur Willow dans le corps de Raditz. Mais pour le coup je vois mal comment il compte s’y prendre pour contrôler autant de réceptacles à la fois, il n’a qu’un cerveau le type. A moins qu’il ait trouvé le moyen de désunir son âme/cerveau en plusieurs morceaux à la Voldy, voire se cloner histoire de gagner plusieurs encéphales en bonus à greffer mais tout en gardant une conscience propre (ouais, je pars loin), ça peut éventuellement le faire.

Sinon Goku était vraiment censé passer quatre mois à l’hôpital ? C’est le diagnostic officiel ou une invention ? Non parce que pour le coup y a moyen de glisser une petite référence, volontaire ou non, à Fukkatsu no F mais je dis ça je dis rien. :p En tout cas j’aime beaucoup la tournure que prennent les événements, j’attends vendredi prochain avec impatience.

Bonne continuation ! 0/

Omurah a écrit:Et pour rester dans les détails, tu voudrais pas envisager d'envisager de séparer les dialogues du texte des fois ? Just sayin'

Je le rejoins là-dessus, ce serait pas mal d’avoir une distinction supplémentaire lorsque tu amorces les dialogues.

Omurah n’a pas oublié a écrit:Dès que Joka me rend mon argent [...]

Spoiler
Image
Univers 09 : L'Histoire des Terriens
C-33 fait du break dance dans le topic ! !
Avatar de l’utilisateur
Joka
Superstar Méphistophélique de l'Union Sacrée
 
Messages: 4260
Inscription: Jeu Jan 02, 2014 20:40

Re: De Métal, de Chair et de Sang

Messagepar Paulemile le Ven Oct 09, 2015 17:12

Spoiler
omurah a écrit:Au fait... tu parles de remake au tout début du topic. Késako ?
Et pour rester dans les détails, tu voudrais pas envisager d'envisager de séparer les dialogues du texte des fois ? Just sayin'


Ah oui, oui ! C'est bien un remake. C'est juste que tu n'as pas encore vu pourquoi :D
Y a d'ailleurs le temps de voir venir mais remake il y aura. De quoi, de quelle étagère ? Je préfère ne pas en parler, ce qui est déjà un indice en soi :lol:
Pour la mise en page, moi j'aime bien les paragraphes bien séparés comme je fais :(
Je testerai ta méthode pour le prochain chapitre, si vous préférez.

Joka a écrit:Sinon Goku était vraiment censé passer quatre mois à l’hôpital ? C’est le diagnostic officiel ou une invention ? Non parce que pour le coup y a moyen de glisser une petite référence, volontaire ou non, à Fukkatsu no F mais je dis ça je dis rien. :p En tout cas j’aime beaucoup la tournure que prennent les événements, j’attends vendredi prochain avec impatience.

Bonne continuation ! 0/


Je me suis inspiré du manga où il doit également passer une longue période à l'hosto, simplement raccourcie par le fait qu'il mange un senzu. Goku a à peine pris moins cher dans le fight de la fic que dans le manga donc oui, 4 mois ça me parait cohérent :D.
EDIT : j'ai oublié de le mentionner mais l'hypothétique future référence à FnF est totalement involontaire. Je n'ai pas vu le film, simplement lu certains de vos commentaires. Du coup je ne sais pas de quoi tu parles :lol:

Merci à vous !


Bon week-end à ceux qui ont leurs week-ends 8-)

Chapitre 05 : Reprise en Main


Cela faisait maintenant deux jours que Vegeta et Nappa avaient échoué à prendre possession de la Terre. Le calme semblait être revenu sur toute la planète.

Du haut de son palais, Kamisama avait passé le plus clair de son temps à épier chaque recoin de ce monde qu’il chérissait plus que tout. Il cherchait toujours à déterminer où se trouvait Raditz, qu’il avait perdu de vue quelques heures après la fin du combat, lorsque le Roi Enma l’avait sommé de le rejoindre sur-le-champ. Le Juge des âmes avait réclamé quelques explications au sujet de quatre Terriens qui patientaient dans son bureau et qui demandaient où se trouvait le Chemin du Serpent. Même un dieu ne pouvait faire attendre le Roi Enma et le vieux Namek fut obligé d’abandonner sa surveillance.

À son retour sur Terre, il n’avait plus retrouvé la trace du Saiyajin aux cheveux longs. Il savait qu’il devait chercher aux alentours de la Capitale du Nord mais dans ces régions montagneuses et reculées, ses pouvoirs extra-sensoriels étaient limités. Il avait pourtant persévéré et estimait qu’il serait en mesure de donner une localisation précise à Goku lorsqu’il serait rétabli… si personne ne le dérangeait d’ici là. Il se mit à sourire. Ses intuitions étaient presque toujours vérifiées et l’impression que quelqu’un allait venir l’importuner se vérifia aussitôt.

Kamisama reconnut immédiatement l’aura de celui qui approchait et en ressentit une certaine appréhension. Il ne serait certainement jamais à l’aise à côté de cet individu… même s’il ne représentait plus un danger quelque longtemps.

“Bonjour, mon jeune… frère… pas trop désagréable pour toi de te rendre dans ce lieu sacré ? ironisa-t-il après que le visiteur se soit posé.
-Tchi ! Épargne-moi tes commentaires pompeux, répliqua Piccolo. Tu sais pourquoi je viens te voir, j’imagine.
-J’ai ma petite idée… mais tu vas devoir l’exprimer par toi-même.
-Bon… si c’est ta seule condition…”

Le plus jeune Namek se résigna à raconter brièvement le déroulement de l’affrontement de l’avant-veille mais, très vite, il s’attarda sur un point précis : leur nature d’extraterrestre à lui et à son interlocuteur.

“Depuis que ce Saiyajin en a parlé, ça m’obsède. Je veux me rendre sur notre planète natale pour rencontrer notre peuple, m’approprier leur culture et leurs connaissances. Ils ont certainement énormément de choses à m’apprendre et de plus, ils ont des Dragon Ball comme celles de la Terre. Je sais que tu n’as jamais voulu que j’utilise celles que tu as créées mais les autres ne poseront pas de problème. Toi qui es arrivé ici il y a très longtemps, tu dois avoir un vaisseau quelque part. Laisse-moi l’utiliser !”

Kamisama soupira gravement en écoutant les paroles de son fougueux congénère et resta silencieux un moment.

“Il existe un vaisseau… commença enfin Mister Popo.
-Et tu n’y toucheras pas ! coupa le dieu. J’ai moi aussi envie de connaître tous ces gens, que je considère en quelque sorte mes neveux ou mes frères ; je ne saurais expliquer pourquoi je me sens si proche d’eux sans les avoir jamais vus mais sois certain que je ressens la même chose que toi. J’ai beaucoup souffert de ma solitude lors de mon arrivée sur Terre et je n’ai jamais compris ce que je faisais là. J’étais très jeune et mes souvenirs sont confus.”

Le vénérable se mit à marcher lentement le long de la corniche, suivi par son alter-ego qui allait protester quand il fut devancé par son aîné.

“Toutefois, ni toi ni moi n’irons sur Namek. Les choses sont trop compliquées ici pour qu’un combattant de ton niveau parte à l’aventure. Figure-toi que je suis allé rendre une visite au Roi Enma, le juge des morts dans l’au-delà. Il m’a assuré que l’âme de Raditz était bien présente en enfer, alors même que vous l’avez affronté avant-hier. Nous avons donc très probablement affaire à quelqu’un qui a pris possession de son corps et qui vit maintenant à l’intérieur. C’est un évènement sans précédent ! De plus, le souhait que tu veux demander au Dragon est du même acabit que celui du Saiyajin nommé Vegeta. Réclamer l’immortalité ou la jeunesse éternelle est contre nature. Entraîne-toi, participe à la victoire du bien, neutralise notre mystérieux ennemi à tous et seulement à ce moment-là je t’autoriserai à y aller.”

Le combattant fixa longuement son aîné avec des yeux plein de rage. Il aurait voulu tuer cet individu mollasson, qui incarnait soi-disant la sagesse mais qui l’empêchait surtout d’accomplir son destin comme il le souhaitait. Bien sûr, lui retirer la vie revenait à se suicider, c’était donc impossible.

“Pfah ! Tu me dégoûtes avec tes paroles bienveillantes ! Ce n’est pas ça qui va nous sauver ! Bien sûr que je vais m’entraîner, quoi qu’il arrive. Mon objectif reste toujours de dominer la Terre et de réduire ses habitants en esclavage.”

Kamisama sourit sachant que Piccolo n’était déjà plus vraiment le démon qu’il avait été autrefois.

“N’oublie pas d’épargner le petit garçon nommé Gohan dans ton entreprise sanguinaire… se moqua l’être divin.”

Le jeune Namek s’apprêtait à repartir sans un mot mais le dieu des Terriens l’apostropha une dernière fois.

“Piccolo… je sais que tu as déjà prévu de parler de tout ça à Goku. Il ne fera pas le lien entre tous ces éléments sans toi et sache que s’il vient me réclamer le vaisseau à son tour, je refuserai catégoriquement pour lui aussi. Nous aurons plus que jamais besoin de vous deux lors des mois à venir… je le sens.”

Cette fois, le fils de Daimao s’envola du palais sans se retourner et disparut rapidement dans le ciel.

╔╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╗
╚╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╝


Le matin du troisième jour, le fils de Goku n’arrivait plus à dormir, installé dans son lit d’hôpital au confort douteux. C’était mieux que d’être allongé par terre dehors mais sa chambre douillette lui manquait. À force de se retourner sans arrêt dans ses draps, il finit par réveiller son père, toujours engoncé dans son armure de plâtres et de bandages. Ce dernier esquissa un sourire paresseux.

“Ça va fiston ?
-Oui, oui, c’est juste que je vais bientôt partir, papa, fit le garçon. Je viendrai te voir autant que je peux.
-Hé ! Hé ! T’as de la chance d’être déjà rétabli, tu vas pouvoir t’entraîner dès aujourd’hui. En plus, tu auras droit aux bons repas de Chichi avant moi. On mange vraiment pas beaucoup ici, j’ai tout le temps faim !
-Tu penses qu’on reverra Piccolo ? demanda Gohan, soudain mélancolique.
-Bien sûr ! Il n’est plus méchant comme avant et c’est grâce à toi. Il sait très bien qu’il reste de nombreux dangers sur Terre et il réapparaîtra quand il pensera que c’est nécessaire. Je suis sûr qu’il aura progressé énormément… tout comme Krilin et nos amis Terriens.”

Gohan fronça les sourcils et tenta de comprendre.

“Ils iront s’entraîner au même endroit que toi ?
-J’espère bien ! C’est un lieu difficile d’accès, où il faut traverser un chemin long d’un million de kilomètres pour avoir le droit de suivre les enseignements de maître Kaio du Nord. C’est un monsieur à l’apparence très étrange mais il est très fort en arts-martiaux… et il fait bien à manger. Hé ! Hé !
-Ouah… s’extasia Gohan. C’est trop bien d’être mort !
-Heu, oui, par certains côtés, s’amusa son père, un peu gêné. À part qu’on est mort, quoi ! Ça reste quelque chose de très désagréable à vivre, tu sais ? Et c’est encore pire pour ceux qui aiment la personne qui vient de perdre la vie.”

Son Goku demanda à son enfant d’approcher. Son regard était plus sérieux.

“Tout le monde n’a la chance de ressusciter comme je l’ai fait, fiston. C’est une opportunité incroyable d’avoir les Dragon Ball en nore possession. Mais si on meurt une seconde fois, c’est fini pour toujours ! La mort n’est pas un sujet sur lequel on peut rigoler. Et s’il y a bien quelque chose que je ne laisserai jamais arriver, c’est que tu sois tué.”

Le Saiyajin fixa Gohan dans les yeux pour s’assurer qu’il avait bien compris, et retrouva son air enjoué.

“Bref ! Nous avons plus urgent à penser. La situation est grave mais j’ai quand même hâte de me confronter à nouveau à Raditz. Allez, va te préparer maintenant. Chichi ne devrait pas tarder.”

Effectivement, la jeune femme brune ouvrit la porte de la chambre une vingtaine de minutes plus tard pour récupérer son enfant. Gyumao était venu lui aussi, également pour souhaiter bon courage à Goku durant les longues journées qu’il allait passer ici sans son fils.

La mère et son garçon rentrèrent chez eux après être restés une bonne heure avec le blessé et prirent un bon repas aux environs de midi. Chichi expliqua à Gohan qu’il allait recevoir les cours d’un professeur à domicile dans moins d’une heure pour rattraper son retard à l’école et qu’il devait ranger sa chambre.

Le petit métis fut toutefois surpris que sa mère le suive dans les escaliers avec un grand sourire. Lorsqu’il poussa la porte de la pièce, il découvrit plusieurs paquets cadeaux posés sur le plancher. La chambre était d’ailleurs parfaitement en ordre.

“Oh ! Merci maman ! Des nouveaux jouets, c’est super !
-C’est pour te montrer à quel point je suis heureuse que tu sois revenu sain et sauf… dit Chichi d’une voix tremblant sous l’émotion.”

Le garçon déballa les boîtes avec avidité et commença immédiatement à faire rouler son camion de pompiers, qui esquivait les tirs imaginaires d’un vaisseau spatial.

La femme de Goku resta un peu plus d’une minute à observer son garçon avec amour, puis elle repartit au rez-de-chaussée en silence. Aussitôt, Gohan s’arrêta de jouer. Il était content d’enfin retrouver sa maison et tout le confort qu’elle apportait. Il avait ressenti un peu de bonheur à recevoir des cadeaux mais il avait volontairement exagéré ses réactions pour faire plaisir à sa mère.

Il abandonna le camion rouge ainsi que la navette futuriste pour s’allonger dans son lit, les yeux fixant le plafond. Il se demandait à quoi pouvait bien rimer d’agir comme les enfants de son âge, de s’amuser et d’étudier à l’école si la planète était menacée par un être aussi puissant que Raditz. Il ne se sentait même pas investi d’une mission, il avait juste perdu le goût des choses simples. Et cela durerait tant que son quotidien resterait parsemé de dangers.

Gohan rêvassa ainsi un bon quart d’heure et il s’approcha de la fenêtre pour regarder les nuages passer tranquillement dans le ciel. Soudain, il ressentit une présence familière et son visage s’éclaira aussitôt. Il descendit les marches de l’escalier en courant et se précipita à l’extérieur en passant devant sa mère, interdite. Il contourna environ un tiers du bâtiment en forme de dôme et tomba devant son ancien maître, vêtu de son turban et sa cape blanche flottant au vent.

“Piccolo !
-Salut, gamin. Content de te revoir. Tu te doutes bien que si je suis là, ce n’est pas simplement pour te passer le bonjour.
-Je crois que je sais… tu veux qu’on s’entraîne ensemble, c’est ça ?
-Avec ton père en morceaux, il n’y a plus que toi qui vailles le coup, lâcha le Namek avec un sourire nerveux. On n’a pas de temps à perdre. Raditz va revenir semer le chaos dès qu’il sera rétabli.
-C’est que… ma mère… elle veut que je…
-On s’en fout de ça ! Ce sont des futilités ! Que tu le veuilles ou non, tu fais partie de l’équipe des gardiens de cette planète tant qu’elle ne sera pas en sécurité. Quand tu auras acquis une puissance suffisante pour te débarrasser de nos ennemis, tu pourras faire tout ce que la mégère qui te sert de mère te demande.”

Gohan baissa la tête et acquiesça. Il était d’accord avec les paroles de Piccolo mais Chichi aurait énormément de mal à le laisser partir. Le garçon retourna à contrecœur dans la maison pour prendre ses affaires, quoi qu’en pense la femme de Goku.

De l’extérieur, le Namek entendit la femme argumenter avec son fils. Le ton monta progressivement jusqu’à ce que la mère se mette à crier. Au début, l’enfant restait calme et penaud mais il finit lui aussi par s’exprimer à grand renfort d’éclats de voix.

Peu après, tout devint silencieux dans la demeure des Son. Piccolo attendit quelques minutes et commençait à s’impatienter lorsque Gohan sortit en trombe de la maison, vêtu d’un jogging et d’un t-shirt faits pour le sport. Il essuya rapidement quelques larmes qui perlaient encore sur ses joues et se força à sourire.

“C’est bon, on peut y aller. Mais j’ai promis à ma maman que je reviendrai la voir tous les deux jours.”

Le Namek soupira mais accepta. Le fait que son élève reparte dormir de temps en temps chez lui n’était pas si préjudiciable que ça et de plus, cela permettrait de le garder motivé et reposé pour les séances d’entraînement.

En silence, les deux partenaires volèrent une petite heure le temps de trouver un lieu tranquille où ils pourraient se battre sans se soucier des dégâts qu’ils causeraient. Dans une région vallonnée, Piccolo finit par apercevoir une immense forêt dont le centre avait été calciné par les flammes. Sur ce plateau noirci entouré d'une épaisse végétation, personne ne viendrait les déranger. De plus, le feu leur avait dégagé plus de place que nécessaire et les escarpements fournissaient de nombreuses cachettes.

Le duo se posa en plein milieu de la clairière improvisée et admira les environs un moment. Mis à part l’incendie qui avait ravagé de nombreux hectares d’arbres, la région était plutôt jolie.

“Bon… lâcha Piccolo. Inutile d’attendre plus longtemps. On va reprendre là où on s’était arrêtés avant que les Saiyajin ne débarquent. Tu peux y aller à fond dès le début, la première étape va être de t’amener à mon niveau actuel.”

Gohan hocha vivement la tête et se plaça à bonne distance de son mentor.

“Tu sais… je suis content qu’on reprenne l’entraînement ensemble !”

N’espérant pas de réponse de la part du Namek qui se contentait de l’attendre les bras croisés, le fils de Goku fit monter son Ki aussi haut qu’il le pouvait avant de foncer vers le grand personnage à peau verte. Quand ce dernier ressentit la force émaner du garçon, il perdit aussitôt son air blasé et leva le bras très vite pour parer un coup qui n’aurait pas dû arriver si rapidement. Toujours sous le choc, Piccolo fut mis à terre dès la seconde offensive du jeune garçon.

Il se releva d’un bond, fit signe à Gohan de s’arrêter et celui-ci obéit sans vraiment comprendre.

“Depuis quand es-tu si fort ? Il y a trois jours, tu étais loin d’avoir ce niveau ! s’exclama le Namek. Que s’est-il passé depuis ton arrivée à l’hôpital ?
-Hein ? Heu… rien du tout, je me suis juste reposé. Je suis plus fort que contre Nappa et Raditz ?
-C’est assez flagrant, oui ! Tu ne t’en rends pas compte ? Je porte encore ma combinaison lestée mais j’ai dû faire appel à toute ma vitesse pour bloquer ton attaque et quand tu m’as mis par terre, je n’ai pas fait exprès de me faire toucher.
-Ah bon ? C’est super ! J’ai progressé sans rien faire !
-Ouais, c’est étrange mais c’est plutôt une bonne nouvelle, déclara Piccolo tout sourire en retirant sa lourde cape et son turban. Ça va nous faire gagner du temps...”
Le Namek se mit en garde et fit un signe à son élève de l’attaquer à nouveau.

╔╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╗
╚╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╝


Un bruit de fond roronnant et presque apaisant vibrait dans toute la forteresse. Aucun incident n’avait été à déplorer depuis l’attaque du cyborg immatriculé 11.

Le vieillard qui vivait ici n’avait pas perdu de temps et s’était affairé pendant plus de quatre jours à l’étude des étranges organismes verts qui avaient accompagné les Saiyajin envahisseurs à leur arrivée. Il songeait qu’il n’aurait plus besoin de lobotomiser des humains pour s’octroyer leurs services. Ses futures créations seraient totalement obéissantes et bien plus efficaces. Il se permit toutefois de penser que ses défunts gardes du corps avaient été utiles une dernière fois en rapportant les restes de ces monstres.

Si quelqu’un avait été présent dans la pièce, il aurait vu Kochin sourire et marmonner tout seul ; une habitude qu’il avait prise à force de vivre seul ici pendant de longues années.

Le vieux en blouse blanche pianota quelques commandes sur un ordinateur et se dirigea avec satisfaction vers de grands cylindres de verre dans lesquels baignaient des embryons ressemblant beaucoup aux Saibaimen. Ils étaient de même taille et avaient la même morphologie mais leur couleur était bleu foncé. Leur tête ressemblait à celle d’une cigale dotée d’énormes yeux rouges. Des Saibaimen améliorés et totalement dévoués.

“Oh ! Quelles sont donc ces nouvelles créations ? demanda poliment une voix dans le dos du généticien qui sursauta.
-Ah, c’est vous, maître Wheelo ! Content de voir que vous êtes réveillé. Vous avez manifestement mené un dur combat.”

Le dénommé Wheelo, que d’autres auraient appelé Raditz, se massa la nuque et s’étira.

“Effectivement, c’était d’un très haut niveau. Mais ce corps de Saiyajin est vraiment fantastique, j’ai bien fait de transférer mon cerveau dedans. Il est loin, le temps où peu après notre chute, je souhaitais kidnapper Kame Sennin pour prendre ma revanche sur celui qui a failli nous anéantir pour de bon.
-Justement, reprit le vieillard. Ces bestioles vont nous aider dans notre tâche. Voyez-vous, nous avons été attaqués durant votre période de convalescence. Nos derniers sujets Terriens ont été tués.
-Hmm, c’est bien dommage, fit le personnage aux cheveux longs. Je m’étais promis que ce seraient les derniers que nous enlèvions pour les enrôler. C’est d’autant plus fâcheux que j’avais de grands projets pour les autres humains que j’ai affrontés il y a… combien de temps j’ai dormi ?
-Environ cinq jours, maître."

Le Saiyajin prit un regard outré.

"Tant que ça ! Bref, tous ces experts en arts-martiaux m’ont échappé alors qu’ils étaient morts, j’ignore encore comment. Je misais énormément sur eux… bien plus que sur ces… Saiyajin. Je suis sûr qu’ils sont enterrés à l’abri, quelque part. Mais je n’ai aucune idée de comment les retrouver. Je ne vais quand même pas fouiller chaque mètre carré de la planète !
-Ne vous inquiétez pas, docteur Wheelo. Ces organismes que vous voyez dans ces caissons sont faciles à reproduire, ce sont des dérivés de créatures que les Saiyajin avaient avec eux et dont ils se servaient comme chair à canon. Grâce à elles, plus besoin de recruter des sbires contre leur gré. Nous avons désormais de la main d’œuvre à volonté et nous pourrons explorer la Terre dans ses moindres recoins. Moins elle nous réservera de mystères, mieux nous serons préparés à toute éventualité.”

Wheelo nota les informations fournies par son collègue et acquiesça lentement, retrouvant sa bonne humeur. Il semblait très satisfait de ce qu’il entendait malgré le relatif revers qu’il avait subi lors du combat.

“Effectivement, on pourra peut-être retrouver les cadavres avec ces machins… fit-il, perdu dans ses pensées. Kochin, tu disais que quelqu’un nous avait attaqués ?
-Oui, dès le lendemain de l’arrivée des extraterrestres. Mais soyez sans crainte. Les trois sujets sur lesquels nous avons travaillé dernièrement ont réussi à défendre le laboratoire. C’était juste, cependant. Le transfert de votre cerveau avait retardé leur arrivée à maturité mais même en les réveillant de manière précoce, ils se sont débarrassés de l’intrus.”

Le maître des lieux fut surpris par cette révélation.

“Un seul homme se serait attaqué à nous ? Et il a fallu que les trois sujets s’associent pour le vaincre ?
-Un homme, non… un cyborg, continua Kochin. Conçu par notre cher ennemi de toujours.
-Comment ? Gero ?
-Tout juste. Sa onzième création, pour être précis.”

Le scientifique vivant dans le corps de Raditz se gratta le menton, perplexe.

“Cette canaille nous a donc retrouvés. Pourtant, nous avions réussi à nous faire passer pour morts lorsque lui et son armée nous ont trahis, il y a cinquante ans. Pourquoi revenir aujourd’hui alors que nous sommes restés cachés tout ce temps ? Enfin, cette nouvelle est à la fois bonne et mauvaise. Mauvaise car nous avons un adversaire de plus ; bonne car nous sommes capables de le contenir et peut-être même de profiter de ses connaissances quand nous serons prêts à agir. Il va falloir tourner les évènements à notre avantage pour sortir vainqueur d’une situation telle que celle-ci. Heureusement, nous avons tout ce qu’il faut pour ça. Mon cher Kochin, il est temps d’utiliser toutes nos ressources pour rendre la vie à ces deux Saiyajin !”
Dernière édition par Paulemile le Ven Oct 23, 2015 17:13, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Paulemile
 
Messages: 1811
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:50

Re: De Métal, de Chair et de Sang

Messagepar niicfromlozane le Ven Oct 09, 2015 18:19

Bon, j'ai gardé quelques commentaires en réserves ; parce que je te parle souvent de ce qui ne va pas, dans cette fiction, -du moins à mon avis- mais pour le coup, j'ai envie de parler de trucs que j'ai bien aimés, et notamment ce chapitre. :)

Déjà, je trouve qu'il y a une nette amélioration dans la mise en scène par rapport à "Entre équilibre et destruction". La caméra a fait un vrai "zoom" sur les personnages, et tu prends le temps de nous montrer d'eux d'autres motivations que "il faut absolument que je devienne plus fort en prévision des prochains combats", même si ça reste ton leight motiv.

Typiquement, ici, la scène entre le Tout Puissant et Piccolo est vraiment porteuse et donne du "sens" à ce que tu fais. J'ai aussi trouvé qu'il y avait un charme certain dans le comportement de Gohan, et la scène où il essaie de "contenter sa mère" en jouant au petit garçon innocent alors que des enjeux supérieurs se sont "saisis" de lui est une vision à la fois nouvelle et cohérente du personnage dans le contexte.
D'autant que le rapport entre les deux s'en trouve renforcé, et la réplique de fin est bien punch-linesque, elle fait plaisir.

Et du coup, la relation entre les deux persos, aka Gohan et Piccolo, prend vachement de sens. à nouveau dans la mise en scène, je trouve très fort la manière dont tu as décrit l'argumentation entre Chichi et Gohan du point de vue extérieur de Piccolo, en te passant de mots, et j'avais failli te conseiller une petite introspection du namek avant de réaliser que justement, ici, ce manque d'introspection rendait la scène à la fois forte, mais également très piccolesque : il se fout bien de ce genre de comportements humains étranges et attend patiemment qu'ils aient fini leur "truc" pour passer à ce qui les intéresse.

Enfin, je t'avais dit tout le bien que je pensais du perso du Viking et comme je regrettais sa disparition prématurée… Il n'empêche qu'à nouveau, la mise en scène sert très bien l'introduction du personnage à demi-mot et ton intrigue. Les réactions des deux savants sont aussi plus naturelles que ce à quoi tu nous avais habitués.

Voilà.

++
Avatar de l’utilisateur
niicfromlozane
Voyageur du Temps
 
Messages: 4859
Inscription: Lun Avr 15, 2013 23:22
Localisation: Lôzane, Rock City, mais ailleurs dans le temps

Re: De Métal, de Chair et de Sang

Messagepar omurah le Ven Oct 09, 2015 20:09

Je plussoies, c'était très sympa les passages avec Gohan. ça aurait été parfait s'il n'avait pas crié sur Chichi, amha, mais détail que ceci :p
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 2736
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: De Métal, de Chair et de Sang

Messagepar GLaDOS le Sam Oct 10, 2015 19:56

Bonjour,

Comme le pseudo à votre gauche l’indique, je suis GLaDOS et aujourd’hui, je suis venu remercier Paulemile pour tous les mots gentils sur ma fic avec un commentaire détruisant les premiers chapitres de sa nouvelle fic. Parce que je suis comme ça.

Non vraiment, crois-moi, j’ai fait de mon mieux pour me retenir aussi longtemps que possible. Ma critique va être un peu rude mais ce n’est pas ma faute. Je te conseille plutôt de blâmer tes fidèles relecteurs, Niic et Pensyves, qui ont passés la semaine précédant l’arrivée de ta fic à la hyper plus fort que Star Wars VII et Batman v. Superman réunis. Dans de pareilles conditions, il était difficile — surtout pour moi — de ne pas ressortir légèrement déçu de ce qu’on avait finalement sous les yeux.

Comme je ne suis pas complètement méchante, je vais tout de même essayer de passer un peu de temps à dire ce que j’ai trouvé de mieux par rapport aux dernières fanfics que tu avais écrites.

Mais avant ça ! Il faut que je parle de ta mise en page, parce qu’il faut vraiment y faire quelque chose. Il va falloir un choix, soit tu fais tout un post pour nous expliquer la logique derrière les moments où tu passes une ligne et ceux où tu ne le fais pas, soit tu finis par adopter la méthode simple qui consiste à passer une ligne entre tous les paragraphes, y compris ceux de dialogues. Cela n’est pas "correct" mais au moins ça permet une lecture fluide sur un écran tout en conservant une logique interne. Parce que ta méthode, je ne la comprends pas. J’ai cherché hein, mais parfois tu passes une ligne alors qu’un paragraphe est une conséquence directe du précédent, parfois non. Parfois tu conclus sur un dialogue, parfois tu commence par un dialogue. Ca part dans tous les sens et ça n’a pas de réel justification.
En plus je ne suis pas la seule à faire des remarques là-dessus, alors je suis bien contente de voir que tu va essayé d’autre trucs prochainement.

Passons maintenant au moment où j’ai dis que je serais gentille.

Déjà, je suis forcé d’admettre qu’il y a eu une certaine amélioration dans ton écriture. On est très loin des fics comme les Saiyajins ou Garlic, même si on est pas à des années lumières non plus des dernières en dates. Encore une fois, tu peux blâmer tes relecteurs qui m’ont fait miroiter une explosion de puissance alors que c’était juste une amélioration notable. Tu passes plus de temps à décrire les environnements et les personnages, ce qui est sincèrement très agréable. Sauf… Sauf quand on tombe sur des trucs comme ça :

De Métal, de Chair et de Sang a écrit:Pourtant, un seul de ces Saiyajin était en train de tous les massacrer. Ce grand gaillard nommé Nappa était une force de la nature. Mesurant plus de deux mètres, il était encore plus grand que Piccolo et Tenshinhan tout en étant doté d’une musculature impressionnante. Son crâne chauve et sa petite moustache ajoutaient encore une touche de virilité à cet homme d’âge mûr qui en avait vu beaucoup et qui s’en était sorti à chaque fois grâce à sa nature de guerrier hors pair.


Et ce n’est pas tout, Ladies… Il est aussi célibataire.
Bon, à part cette phrase finale qui m’a bien fait sourire sur le coup, ce n’est pas pour ça que j’ai pris cette quote. Mais tout de même, de temps en temps, dans tes descriptions, il y a ce genre de précision qui sortent de nulle part et qui ne sont pas du tout dans le même registre que les phrases suivantes et précédentes. C’est le genre de chose à surveiller parce que ça peut te sortir le lecteur de l’action, quelque chose de violent. Notamment là, ou vraiment, c’est une description d’un profil Tinder ou d’un magazine. « Homme d’âge mûr, je suis très viril, j’en ai vu beaucoup et je m’en suis toujours sorti grâce à ma nature de guerrier, cherche femme forte et de caractère. »

Non, ce qui m’a un peu plus gêné, c’est que cette description fait partie d’une suite de trois paragraphes de description qui servent à nous situer la scène du combat entre les Saiyens et les Terriens. Problème donc : on a trois paragraphes entiers de description avant de passer au moindre dialogue, parce que tu nous replaces tout le monde y compris les morts. Ce n’est pas fondamentalement mauvais mais c’est très maladroit.
Je sais que je fais partie des chiants qui insistent pour que tout le monde ait droit à une description même dans les fics où l’on connaît déjà bien les personnages, mais il faut aussi savoir bien les positionner. Je pense que dans un cas comme celui-là, tu gagnerais à faire la description DANS l’action plutôt qu’avant l’action. C’est un peu plus difficile à faire, j’en conviens, mais ça fait gagner en rythme et ça rend la chose beaucoup plus organique. En gros, plutôt que nous décrire le viril et musclé Nappa, tu pourrais faire une petite scène de baston avec des phrases du genre : « Le sol se fissura en un cratère géant sous la pression du bras musculeux du Saiyen, sa silhouette imposante projeta une ombre menaçante sur X qui s’échappait. » En gros, tu fournis exactement les même informations, mais plutôt que d’avoir l’impression d’un arrêt sur image, on voit une vraie scène se dérouler. D’autant plus que dans ce cas précis, on connaît très bien la scène et les personnages, donc ce genre de description un peu trop passives a tendance à ajouter de la lourdeur au récit.

Je pense que je reviendrais sur ce point vers la fin quand j’évoquerai ta narration en général. Alors passons à un autre genre de détail que j’ai repéré : tu utilise toujours autant de péri-phrase pour désigner les personnages. Parfois ça passe, et parfois…

De Métal, de Chair et de Sang a écrit:l’aîné de sa famille biologique


Donc son aîné quoi. Ou son frère aîné.

Il y en avait beaucoup dans tes précédentes fics, il y en a toujours ici mais un peu moins. (Il n’y a plus de belle guerrière par exemple mais c’est sans doute dû à l’absence de perso féminin pour l’instant :p) C’est un grand classique de l’écriture, la peur de la répétition donc on invente 30 000 périphrases qu’on alterne pour être certain de ne pas se répéter. A la longue ça se voit, surtout quand on en arrive à des trucs comme ça. Ce genre de péri-phrase a besoin d’être lié au contexte de la scène pour vraiment fonctionner.

Autre chose, à ce sujet, j’ai repéré plusieurs fois cette façon de décrire certains personnages :

De Métal, de Chair et de Sang a écrit:le vieux à l’apparence de scientifique


Cela m’a pas mal choqué, parce que le terme "le vieux" appartient à un registre entre le très familier et l’injurieux. Or toute ta fic est écrite selon un point de vue plutôt objectif et totalement extérieur. Donc je ne sais pas si tu te rends compte du décalage que tu créé quand on lit ça, mais il existe. Peut-être que c’est voulu et que ton narrateur a quelque chose contre les personnages âgées, je ne juge pas, mais ça me paraît un peu bizarre tout de même.

Mais ça encore, je pense que c’est quelque chose qui va finir disparaître avec l’expérience. Peut-être même avant la fin de cette fic puisqu’on m’en a si bien chanté les louanges.

Avant de passer à l’autre gros souci que j’ai relevé, quelques détails qui m’ont fait sourire, sans vraiment constituer de gros problèmes pour ton histoire :

De Métal, de Chair et de Sang a écrit:Krilin sentit le temps s’arrêter quand il fut transpercé par le Saiyajin.


Et la prochaine fois, sur ClichéTV, Krilin verra sa vie défiler devant ses yeux !

Sérieusement, c’est un tic de langage, c’est classique, c’est pas grave du tout, mais ça se surveille. On y est tous sujets, nous ficeurs et c’est en travaillant ensemble qu’on arrivera à bannir ces expressions vues et revues pour des moments dramatiques. La preuve, cela fait quatre chapitre que le temps ne s’est pas arrêté dans ta fic ! #RéunionsDesFiceursAnonymes

De Métal, de Chair et de Sang a écrit:Sachez qu’il n’y a rien d’autre que la Science, mes mignons…


A ce moment-là, l’hypothèse la plus vraisemblable pour l’identité de Radditz, c’est un mélange de Reecum et de Gero.
Encore une fois, c’est un petit soucis de registre, notamment dans les dialogues. Est-ce vraiment Willow dirait « Mes mignons » a des gens, je ne sais pas, je ne connais pas le perso, mais ça m’a interpellé donc je le note.

De Métal, de Chair et de Sang a écrit:Et son côté lunatique ne me plaît pas du tout.


Je te préviens, je vais continuer de surveiller cette fic, si je vois un perso commencer à être décrit comme fou et changer d’avis comme de chemise tous les deux chapitres : je reviendrai.

De Métal, de Chair et de Sang a écrit:À part qu’on est mort, quoi ! Ça reste quelque chose de très désagréable à vivre, tu sais ?


Huhuhuhu.
Je suis presque sûre qu’elle était fait exprès celle-là, mais ça me fait marrer quand même, parce que je pense que c’est le genre de chose que Goku pourrait dire.

Et justement ! (Transition : Check) Je trouve que tu arrive plutôt bien à gérer certains dialogues, notamment ceux des personnages de Dragon Ball, on sent que tu les traîne avec toi depuis un moment et de fait ça te vient plus naturellement. Mais pas toujours. Parce que par moment, on a des trucs vraiment horribles. Et j’insiste sur le mot, c’est horrible. Plusieurs exemples :

De Métal, de Chair et de Sang a écrit:Bon… c’est parti. Je vais m’occuper de l’autre pendant que le plus costaud se bat. Je ne sais pas quoi penser de tout ça mais c’est une chance qu’un gars de ce niveau ait le même objectif que nous pour le moment. Je n’oublie pas qu’il vient d’assassiner mon meilleur ami et on verra ça quand tout sera fini. Tenez, vous deux, mangez ça, ça va vous requinquer.


Déjà, je ne suis pas fan des phases de dialogues qui s’étalent sur autant de lignes, simplement parce qu’on imagine quelqu’un parler pendant tout le temps qu’on lit. Et autant dans les phases d’explication, ça fonctionne, autant quand il s’agit d’action, ça paraît tout de suite un peu plus bizarre. Intercaler des petites réactions des interlocuteurs permettrait d’éviter ça. Mais dans ce cas-là, il y a pire encore.
Ce dialogue amène trois idées : Goku va se battre avec Végéta, Il est en colère contre Radditz à propos de Krilin et il faut que Gohan et Piccolo mangent. Ok. Ca ne marche pas et c’est un problème de rythme. Comment est-ce que je peux prêter foi à Goku quand il me parle de venger Krilin alors qu’il balance ça entre la poire et le fromage ? C’est sans doute le plus gros soucis de ce genre de dialogue long qui couvrent plein de truc, on ne s’attarde pas assez sur les choses et elles perdent considérablement de leur impact.
C’était déjà un souci important dans tes écrits précédents et autant la narration s’est un peu amélioré, autant les dialogues apportent toujours cette impression de plat assez dérangeante. Bordel, la mort de Krilin pour Goku, c’est pas rien. La première fois il pète un câble et la seconde il se transforme en un Super Saiyen de la Légende (jusqu’à la saga suivante) C’est chaud. Là bah… mouais non, enfin peut-être. Je ne sais pas parce que ton texte manque d’indice descriptif sur Goku et ce qu’il ressent, et malheureusement les lignes de dialogues n’aident pas.

Autre exemple :

De Métal, de Chair et de Sang a écrit:D’ailleurs je vais reprendre où j’en étais avec le gamin si vous le voulez bien. Il m’a mis hors de moi en m’envoyant dans ce gros rocher. Et toi le chevelu, tu attends ton tour !


Ici je n’ai pas tout cité, car c’est surtout la fin qui m’intéresse. C’est un détail mais je pense qu’en relisant ce genre de chose, essaye de le lire à voix haute, puis refais-le en te mettant à la place de Nappa dans la situation. Ok, donc. Est-ce Nappa, l’espèce de gros bourrin qu’on découvre à la Saga Saiyen, serait capable de dire « Il m’a mis hors de moi en m’envoyant dans ce gros rocher. » De façon naturelle ? Dans une situation comme ça ? Déjà, « mettre hors de soi » fait partie d’un registre assez soutenu. C’est plus le genre de chose qu’on sort après les faits. Par exemple, quand on raconte à sa copine que Catherine de la compta est une chieuse, on lui dit qu’elle nous as mis hors de nous. Mais face à Catherine de la compta, on lui dit plutôt qu’elle fait chier, qu’elle nous énerve ou si on est poli, on prend le café et on retourne au bureau.
Je suis très consciente que les dialogues ce n’est pas la partie la plus simple de l’écriture, c’est pour ça que je vais beaucoup insister dessus puisque tu as l’air déjà en voie d’améliorer le reste. Il faut toujours prendre garde au registre dans lequel on fait s’exprimer les personnages. Par exemple, l’expression là ne m’aurait pas choqué chez Freezer, parce que justement il s’exprime tout le temps comme ça, en se donnant un genre un peu noble. Mais chez Nappa ?!

Quelques derniers exemples tirés des interactions de nos chers vieux :

De Métal, de Chair et de Sang a écrit:Quoi ? s’exclama-t-il de sa voix éraillée. Quelqu’un a réussi à trouver notre laboratoire ! Et surtout, il est parvenu à se débarrasser des gardes et à passer les premiers couloirs piégés ? C’est un Terrien ? L’un de ceux qui se sont battus avec mon maître hier ? Impossible, ils sont tous blessés ou ils ont été tués.


Déjà, personne ne parle comme ça quand il est seul. Personne. Vraiment. Ça, c’est juste à bannir de la narration de tout truc qui essaye d’être à peu près correct. C’est sale, déjà, et c’est moche, et c’est visible. Pitié, stop.
Et en plus, si tu lis ça : quelles sont les infos de cette ligne de dialogue que les lecteurs n’avaient pas déjà ? Une seule : les couloirs sont piégés. Tout le reste était complètement inutile puisqu’on avait déjà l’info, on a pas besoin de la relire. Si tu jugeais que le personnage devait le noter, tu pouvais soit l’intégrer dans une narration interne, soit le faire marmonner. Le minimum vital quoi, pour qu’on ait au moins l’illusion d’un truc correct et organique, genre :

« Quoi ? Mais les gardes… Humpf… Il est dans les couloirs. Qu’est-ce que… ? »

Et même ça, je me sens sale en l’écrivant. Ou alors fais le parler à un journal, un truc pour faire un rapport, n’importe quoi.

Même problème dans le dernier chapitre avec les dialogues Willow/Kochin :

De Métal, de Chair et de Sang a écrit:Il est loin, le temps où peu après notre chute, je souhaitais kidnapper Kame Sennin pour prendre ma revanche sur celui qui a failli nous anéantir pour de bon.

* Willow se tourna alors vers la caméra pour adresser un clin d’œil appuyé aux lecteurs *
De Métal, de Chair et de Sang a écrit:Cette canaille nous a donc retrouvés. Pourtant, nous avions réussi à nous faire passer pour morts lorsque lui et son armée nous ont trahis, il y a cinquante ans. Pourquoi revenir aujourd’hui alors que nous sommes restés cachés tout ce temps ? Enfin, cette nouvelle est à la fois bonne et mauvaise. Mauvaise car nous avons un adversaire de plus ; bonne car nous sommes capables de le contenir et peut-être même de profiter de ses connaissances quand nous serons prêts à agir. Il va falloir tourner les évènements à notre avantage pour sortir vainqueur d’une situation telle que celle-ci. Heureusement, nous avons tout ce qu’il faut pour ça. Mon cher Kochin, il est temps d’utiliser toutes nos ressources pour rendre la vie à ces deux Saiyajin !


Exposition, exposition
Ok, je me moque un peu mais j’ai bien conscience de la difficulté de donner des infos aux lecteurs sans que cela ne sonne un peu décalé, mais la méthode que tu as choisi d’utiliser est probablement la pire. Non, pour être exact, tu aurais pu faire pire en faisant chanter Willow comme un méchant de Disney, mais c’est à peu près la seule que j’envisage de pire.
Déjà que ce n’est pas super de finir un chapitre sur ce genre de monologue, il vaut mieux que ça ait la classe plutôt que d’apporter simplement des infos.

C’est là que se situe le plus gros problème qu’il te reste à régler selon moi. Si ton style et tes descriptions se sont améliorés, je pense que tu auras toujours du mal à progresser tant que tu garderas une approche de ton récit aussi objective. Je m’explique : malgré quelques touches de subjectivité par moment dans ton récit, tu as globalement conserver l’idée du narrateur omniscient qui pénètre par moment les pensées de tels ou tels persos. Ce qui n’est pas un mal, pas du tout même, mais il faut vraiment s’en servir. Là, en te lisant, on a plusieurs fois l’impression de lire un compte rendu vaguement romancé plutôt qu’une histoire. Parfois, ça peut donner un effet de style intéressant, comme quand on est avec Piccolo quand la dispute se dispute, mais la plupart du temps j’ai pas l’impression que ça soit fait exprès.
Donc voilà pour moi le souci, tu utilise encore beaucoup trop les dialogues pour faire passer les informations, même quand elles n’ont rien à faire là. Utilise ta narration, bon dieu, elle est là pour ça. Plutôt que de faire parler Kochin tout seul, rentre dans ses pensées. Plutôt que de faire rabâcher à Willow des évènements qui date d’il y a 10 ans et que les deux scientifiques ont connus, fais-lui se rappeler au moment où son collègue lui parle de Gero. Libère toi des dialogues parce que plus ça ira et moins ils auront l’air naturel si tu envisage de faire passer trop de choses par eux.

A l’inverse, ta narration gagnerait grandement à être enrichi d’information supplémentaire et surtout de sensation supplémentaire. Et j’ai bien conscience que ce n’est pas facile, crois-moi, je le sais. Mais si t’as passé tant de temps à t’améliorer sur le style et les descriptions, tu peux aussi le faire pour ta narration et ta méthode. Peut-être que ça t’a déjà été dit et que je verrais ça dans les futurs chapitres mais dans le doute, je le dis quand même. Au pire, cela servira pour la prochaine fic.

Je n’ai pas vraiment commenté le scénario parce que pour l’instant, il n’y a pas assez pour que j’en dise beaucoup. Je suis pas passionné par ce qui arrive, ça pique vaguement ma curiosité pour l’instant, mais sans plus. Par contre, je te garantis que si Willow et Kochin continue d’avoir des dialogues aussi artificielles, ça va très vite être ennuyant s’ils sont destinés à prendre une place prédominante dans ta fic.

J’ai pas mal insisté sur ce point parce que je pense que c’est ce qu’il te faut améliorer en priorité si tu veux vraiment faire un bond en avant en terme de style. Une fois ta narration maîtrisé, je pense que tu pourras améliorer grandement l’intérêt et l’implication du lecteur avec tes personnages. Parce que le contrecoup de ce que j’ai décris, c’est qu’on a souvent une impression un peu plate en lisant tout ça, c’est très neutre et de fait on est pas concerné par ce qui arrive aux persos. Avec un peu de chance, si tu prends un peu plus souvent le point de vue des personnages, on aura peut-être droit à des ambiances plus soigneusement installés. Et je ne veux pas dire par là qu’un narrateur omniscient rend ce genre de chose impossible, simplement que c’est difficile de s’investir sans avoir d’idée de ce que pensent les personnages.

C’est donc une GLaDOS déçue qui poste ici, mais ce n’est pas ta faute et je suis persuadée qu’en continuant ainsi, la marge de progression est encore très grande. N’oublie pas de ne pas me blâmer moi mais tes relecteurs. C’est entièrement leurs fautes si je m’attendais à du CFC tome 4 ou à un Test 2.0, ou… tu m’as compris. Je surveillerai tout de même la suite, pour voir si elle tient ses promesses ou si je devrais revenir une fois de plus pour te hanter. (Cela va passer pour du harcèlement à force, mais t’as qu’à pas te balader avec autant de fanfic aussi, tu es au moins partiellement coupable de ce qui t’arrive)

Je vous laisse là-dessus, en vous rappelant qu’il n’y a que la littérature qui compte, mes mignons.
Le Sacre
Image
« Un très bon style d'écriture. »
- Kouki -
« Mais elle est trop bien ta fic en fait. »
- Lamantin_Furtif -
« Et la lumière fut. »
- Omurah -
Avatar de l’utilisateur
GLaDOS
 
Messages: 168
Inscription: Sam Oct 05, 2013 13:09

Re: De Métal, de Chair et de Sang

Messagepar niicfromlozane le Dim Oct 11, 2015 3:50

Juste au cas où quelqu'un aurait pris ça au premier degré, je tiens quand même à signaler qu'entre l'exagération comique de GLaDOS et la réalité, c'est un peu Umi Game VS Goku SSJ3, à savoir que je me suis tout au plus réjoui deux fois des progrès de paul sur le chan. En général, quand je fais un tease, même pour déconner, c'est quand même un peu autre chose (placement de produit gratuit : checked).

Mais à part ça, de manière globale, j'approuve totalement ce qui concerne les périphrase de manière générale et le manque de folie dans la mise en scène à ce stade du récit, on en a effectivement causé entre nous, mais c'est très bien exprimé ici.
Avatar de l’utilisateur
niicfromlozane
Voyageur du Temps
 
Messages: 4859
Inscription: Lun Avr 15, 2013 23:22
Localisation: Lôzane, Rock City, mais ailleurs dans le temps

Re: De Métal, de Chair et de Sang

Messagepar Paulemile le Dim Oct 11, 2015 11:31

Merci Niic pour ce post tout plein de compliments ! C'est vrai qu'à force de lire uniquement les corrections, on se demande si on n'écrit pas un peu de la merde Image (bon j'exagère pas mal).

Merci à Omurah aussi, ces deux gentils posts m'ont donné la force de prendre le suivant de plein fouet. Passons donc à la critique de Glados :twisted:

GLaDOS a écrit:Non vraiment, crois-moi, j’ai fait de mon mieux pour me retenir aussi longtemps que possible. Ma critique va être un peu rude mais ce n’est pas ma faute. Je te conseille plutôt de blâmer tes fidèles relecteurs, Niic et Pensyves, qui ont passés la semaine précédant l’arrivée de ta fic à la hyper plus fort que Star Wars VII et Batman v. Superman réunis. Dans de pareilles conditions, il était difficile — surtout pour moi — de ne pas ressortir légèrement déçu de ce qu’on avait finalement sous les yeux.


A vrai dire, je me demandais quand t'allais intervenir. Je sentais que ça arriverait mais je ne pensais pas aussi tôt :lol:
Et moi qui n'avais pas tari d'éloges sur ta fic en espérant que ça te rendrait plus indulgente sur la mienne... nan je déconne Image

GLaDOS a écrit: Il faut que je parle de ta mise en page, parce qu’il faut vraiment y faire quelque chose. Il va falloir un choix, soit tu fais tout un post pour nous expliquer la logique derrière les moments où tu passes une ligne et ceux où tu ne le fais pas, soit tu finis par adopter la méthode simple qui consiste à passer une ligne entre tous les paragraphes, y compris ceux de dialogues.


Je sais pas pourquoi j'adopte cette méthode hybride et bizarre. Ca m'aide à me repérer et à développer les idées que je veux placer dans le chapitre. J'avais d'ailleurs dit que je ferais autrement pour le dernier chapitre suite à la demande d'Omurah mais j'ai zappé :oops: Je vais voir pour le prochain.

En ce qui concerne les descriptions mal placées, les périphrases, je pense que ça s'améliore un peu par la suite car Niic m'a déjà fait le reproche plusieurs fois. Je pense bien qu'il y a encore du taf de ce côté mais ça sera certainement... moins relou. Après, notamment les dialogues pendant l'action, c'est parfois voulu. C'est aussi comme ça dans Dragon Ball (plutôt l'animé, remarque) et je voulais rester dans le même délire. Ca passe peut-être pas en mode fic... ok. Le vocabulaire mal adapté aux personnages, je pensais avoir fait le ménage mais faut croire qu'il en reste encore.

De même pour les dialogues rien que pour faire passer des infos. Ca devrait plus passer par des introspections à l'avenir. Je vais faire une repasse de toute manière.

Enfin, je ne vois pas comment faire autrement pour la narration. Quand tu as plusieurs points de vue comme ça, je sais pas faire autrement que le narrateur pseudo omniscient.

Merci pour tes conseils, malgré le fait qu'ils soient assénés comme autant de patates dans ma tête :lol:
Avec autant de progrès à faire en même temps, ça paraissait compliqué de tout résoudre d'une seule fic. Je pensais avoir fait mieux que ça pourtant. J'espère que la suite sera mieux foutue :cry:
Avatar de l’utilisateur
Paulemile
 
Messages: 1811
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:50

Re: De Métal, de Chair et de Sang

Messagepar Pensyves le Dim Oct 11, 2015 11:51

je me souviens même pas d'avoir dit autre chose que: la fic fic de paulemile est bien. Néanmoins la mise en page, je dois avouer qu'elle donne mieux sur le forum de correction que ici ...
Avatar de l’utilisateur
Pensyves
 
Messages: 386
Inscription: Mar Fév 24, 2015 19:56
Localisation: Belgique

Re: De Métal, de Chair et de Sang

Messagepar GLaDOS le Mar Oct 13, 2015 21:09

Paulemile a écrit:J'espère que la suite sera mieux foutue


J'espère aussi :p

Je réponds avec un peu de retard parce que je n'avais tout simplement pas vu ta réponse pendant un moment.

D'abord au niveau de la mise en page, si ça t'aide à t'organiser que d'écrire ainsi, moi je ne peux que te conseiller de continuer à écrire ainsi. Mais, évidemment, de repasser ensuite sur ton texte pour lui donner une mise en page plus uniforme et logique. Parce qu'en l'était, si l'on saisit parfois la raison du passage du ligne, le plus souvent ça va paraître arbitraire au lecteur. Qui plus est, cet exercice pourrait aussi t'entraîner à soigner les liaisons qui relient les différents paragraphes. Ce n'est pas un problème récurrent chez toi mais ce serait toujours ça de pris.

Le vocabulaire non adapté aux personnages, c'est très difficile, je l'admets moi-même, on a tous plus ou moins tendance à transmettre nos façons d'écrire aux personnages. Il faut souvent aller dans la caricature pour qu'on sente une différence mais c'est un entraînement comme un autre. Qui plus est, on m'a soufflé dans l'oreillette que ce genre de locution un peu grosse arrivait dans le manga (notamment à Végéta dans la période qui nous intéresse) donc je peux comprendre que ça ait "pollué ton esprit" tout comme les dialogues pendant les combats. Après je pense quand même que lorsqu'on écrit, il faut faire gaffe au format qu'on utilise, ce qui marche dans un manga ne marchera pas forcément dans une fic.
Notamment le gros soucis que moi je relève pas mal, ce sont les gros blocs de textes en guise de dialogue. C'est très rarement une bonne chose, surtout dans une fic comme ça. Si on l'imagine en manga, ça peut beaucoup mieux passer parce qu'il n'y aura pas forcément d'énorme bloc, mais plutôt plusieurs bulles réparties sur plusieurs cases où le personnage va parler. (Sauf si on est dans un truc comme Death Note où les persos partent dans des diatribes impossible à la moindre occasion mais on fait du DB) Donc je pense que tu pourrais continuer de les faire causer en combat si tu rajoutais en plus des "pauses" dans ces longues lignes de dialogues, pour décrire comment le perso bouge et interagis avec les autres. Parce que lire 4 lignes d'un perso qui parle, sans avoir d'indication sur ce qu'il fait, on risque de se l'imaginer planter dans la dernière position connue en train de déclamer sa truc, et ça fonctionnera pas forcément. Moi je t'avoue que j'utilise beaucoup cet artifice quand je fais parler un personnage. Même sans être italien, les gens bougent en parlant et ça permet de briser la monotonie d'un monologue.

Tu as un narrateur pseudo-omniscient, profites en. Il peut rentrer dans les pensées d'un perso de temps en temps, tu le fais déjà. Je pense juste qu'il faut que tu hésite moins à l'employer pour des phases explicatives. Ca fait beaucoup moins manga, c'est vrai, mais d'un point de vue littéraire, c'est beaucoup plus logique et surtout, même dans les mangas, les méchants ne balancent pas leur plan comme ça quand ils sont tous seuls. C'est souvent un dialogue et de préférence avec quelqu'un qui n'est pas déjà au courant, sinon on va aussi sentir que c'est une façon artificielle de transmettre au lecteur. Je dis pas que c'est facile, ça peut même être très difficile selon le contexte, mais c'est à ce moment qu'il faut profiter des avantages de l'introspection.

Voilà, tout ça c'est des soucis qui ne vont sans doute pas se régler en un jour ou en une fic, mais plus tu les auras en tête, plus tu y feras toi-même attention. Et au bout d'un moment, ça va devenir un réflexe que de vérifier ça. Même les péri-phrases, je sais que c'est une équilibre difficile à obtenir. Hésite pas à abuser des il/elle s'il le faut pour repasser ensuite derrière corriger ça, plutôt que de faire l'inverse parce ce sera plus difficile à déceler.

Bon je vais te laisser tranquille maintenant. Et je te souhaite bonne chance pour la suite de cette fic et pour les suivantes.
Le Sacre
Image
« Un très bon style d'écriture. »
- Kouki -
« Mais elle est trop bien ta fic en fait. »
- Lamantin_Furtif -
« Et la lumière fut. »
- Omurah -
Avatar de l’utilisateur
GLaDOS
 
Messages: 168
Inscription: Sam Oct 05, 2013 13:09

Re: De Métal, de Chair et de Sang

Messagepar Paulemile le Ven Oct 16, 2015 17:08

Bon ! Après toutes ces péripéties, je vous propose quand même qu'on continue. Je vais essayer de vous proposer une mise en page un peu moins moisie.
Franchement, depuis le temps que j'écris comme ça, je pensais que c'était pas dérangeant. Personne ne me l'avait vraiment fait remarquer à part Glados dans un ancien commentaire, mis à part la taille des paragraphes que je devais réduire. Moi je croyais que tout allait bien :lol:

Chapitre 06 : Aaron Wheelo


À Capsule Corporation, un chantier de grande envergure était en cours. Une dizaine d’ouvriers s’affairait à ajouter une extension au complexe scientifique déjà conséquent. Bulma assistait son père dans la supervision des travaux et donnait parfois même quelques coups de main pour l’installation d’appareils complexes. Au bout d’environ deux heures, elle fit une petite pause et s’assit dans une pièce adjacente. M. Brief la rejoignit rapidement et se servit un café.

“Pfou ! soupira-t-il. Je suis content, les travaux avancent bien ! Tout devrait être terminé dans deux semaines.
-Pile quand Goku sortira de l’hôpital, c’est super ! renchérit la jeune femme. Enfin, si ce qu’a raconté de chat blanc est vrai. J’ai du mal à croire à son histoire de haricots magiques, là.
-Cette salle d’entraînement à gravité est particulièrement réussie, je trouve, reprit son père. Goku pourra progresser comme il le souhaite, là-dedans.
-Tant mieux ! conclut Bulma. Qu’il nous débarrasse enfin de Raditz. Je ne me sens pas à l’aise avec ce monstre dans la nature sans personne pour l’arrêter. Et je suis sûrement loin d’être la seule...”

Les deux scientifiques furent interrompus par le son venant d’un poste de télévision accroché au mur. C’était un flash d’informations dont le reportage avait amené quelques journalistes dans un laboratoire proche de la Capitale Est, où avaient été récupérées les capsules spatiales des Saiyajin. Apparemment, les responsables chargés de l’analyse de ces étranges vaisseaux étaient plutôt paniqués.

“Ça s’est passé il y a environ une heure et demi, bégaya l’un d’entre eux. Les deux sphères volantes ont été subtilisées ! Nous n’avons pratiquement rien vu, la scène n’a duré que quelques secondes. Une demi-douzaine de créatures bleu foncé ont fait un trou dans le mur et ont attrapé les navettes comme si elles ne pesaient rien. Il n’y a rien que nous ayons pu faire.”

Bulma lâcha un cri d’effroi lorsqu’elle vit une image des bêtes en question. Son père s’alluma tranquillement une cigarette.

“C’est terrible… soupira celui-ci d’un air absent. Dommage, j’aurais bien aimé avoir ces vaisseaux sous la main, ça aurait permis à notre technologie de faire un bond en avant assez conséquent.
-Ça veut surtout dire que quelqu’un est en train de s’accaparer du matériel très sophistiqué de manière frauduleuse ! répliqua sa fille. C’est affreux ! Sûrement des complices de ce Saiyajin ressuscité. Pour l’instant, on ne peut pas l’en empêcher.”
La femme aux cheveux bleus baissa les yeux et serra le poing.
“Goku… on a besoin de toi au plus vite !”

╔╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╗
╚╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╝


Dans la forteresse sombre perdue en plein cœur des glaces du Nord, les deux savants n’avaient pas chômé. Tandis que leurs nouveaux sbires, qu’ils avaient baptisés Baiomen, avaient été envoyés pour explorer la planète avec minutie, Wheelo et Kochin avaient fait fonctionner leurs appareils les plus performants pour commencer à reconstruire les corps meurtris des deux Saiyajin qu’ils avaient ramenés.

Vegeta était percé de nombreux tubes. Certains évacuaient du sang coagulé et divers déchets tandis que les autres acheminaient dans son organisme de précieux composants conçus par les deux généticiens de génie. Quant à Nappa, sa tête meurtrie était engoncée dans un cube de métal et de plastique à l’aspect compliqué.

L’homme aux cheveux longs était perdu dans ses pensées. Certes, ces Saiyajin possédaient une puissance phénoménale par rapport aux Terriens mais leur métabolisme était extrêmement compliqué à étudier et par conséquent, presque impossible à modifier. En vérité, le scientifique n’avait aucune idée de la manière d’opérer, même après avoir effectué toutes les analyses qui étaient en son pouvoir. Il avait injecté dans leurs corps les mêmes produits qui avaient régénéré le sien.

Toutefois, il n’avait pas pu y ajouter le cocktail très spécial dont lui-même avait bénéficé l’année dernière, lors du transfert de son cerveau dans l’organisme de Raditz. Cela avait eu des effets inespérés qui l’avaient rendu capable de se confronter à des adversaires incroyablement puissants. Mais ce fameux mélange de produits était impossible à synthétiser en moins d’une décennie et il ne possédait plus les ingrédients nécessaires.

Ce qu’il voulait, c’était des sujets humains. Il était bien plus pratique de travailler sur ces corps simples qu’il pouvait manipuler et transformer pratiquement à sa guise. Il en avait eu la preuve irréfutable avec Misokatsun, Ebyfriya et Kishime, tous les trois des malfrats de renom par le passé.

Quand Wheelo avait appris que des humains avaient réussi à sublimer leur puissance au-delà de toutes les espérances grâce aux arts-martiaux, il s’était mis en tête de les récupérer à tout prix pour tenter une expérience d’un tout nouveau genre. Il était passé tout près d’y parvenir mais leur disparition alors qu'il touchait au but s'avérait des plus frustrantes. Wheelo arrêta de broyer du noir, tiré de sa torpeur par son collègue.

“Nos longs et fastidieux travaux portent enfin leurs fruits ! jubila Kochin. Nous allons bientôt partir à la conquête de cette planète une bonne fois pour toutes ! Ensuite, l’univers nous tendra les bras ! Il me tarde de prendre une place de choix à vos côtés au château du roi ! Le plus petit des deux sujets est déjà prêt, réveillons-le maintenant !
-Doucement, mon ami… reprit Wheelo. Je ne tiens pas à me précipiter. Je sais que nous avons attendu un demi-siècle pour réapparaître au grand jour mais c’est une raison de plus pour rester prudents. Je préférerais m’assurer que tout va bien en ranimant l’autre avant… Je crois qu’il s’appelait Nappa, laissons-lui au moins son nom. Notre technique fonctionne bien sur des humains mais nous n’en savons rien en ce qui concerne les extraterrestres. Autant s’en convaincre avec le moins puissant du lot.”

L’homme décharné en blouse blanche fit une grimace qui dévoila une bouche presque sans dents.

“Je n’approuve pas vos réflexions, ces derniers temps. Depuis que vous avez intégré ce corps, vous ne faites qu’agir avec parcimonie alors qu’on devrait en profiter pour presser notre avantage. Nos ennemis étaient à l’agonie et vous leur laissez actuellement le temps de se réorganiser. Nous avons toutes les cartes en main et nous ne les jouons pas. C’est comme si vous refusiez de gagner.”

Raditz regarda son acolyte avec un mélange d’amusement et de compassion. Il savait à quoi il faisait allusion, ils en avaient déjà beaucoup parlé : le pillage des ressources énergétiques et technologiques de la Terre, notamment à Capsule Corporation. Cependant, s’en prendre à une société de cette envergure donnerait lieu à des représailles de l’armée royale. Bien que les armes classiques soient impuissantes face à un individu tel que Wheelo, elles étaient tout à fait capables de détruire son laboratoire et ses travaux. Tout ce qu’il avait bâti jusque-là aurait été réduit à néant.

“Je comprends que tu sois impatient, après toutes ces années… tu sais ce que je pense de tout ça.”

Le vieil homme se renfrogna et s’assit sur une chaise en croisant les bras.

“Les guerriers que nous avons affrontés sont encore en vie on ne sait où, reprit Wheelo. Les Baiomen n’ont pas encore déterminé où ils vivaient. Enfin, nous venons d’apprendre que Gero était toujours aussi doué pour construire des robots. Ça fait beaucoup d’éléments à prendre en compte. Alors s’il te plaît, Kochin. Laisse-moi faire à ma façon. En plus, ce n’est pas comme si tu avais peur de mourir de vieillesse, maintenant !”

Le généticien se mit à rire en observant son collègue qui restait à bouder pour toute réponse.

“Dans deux ou trois jours maximum, tout sera au point, assura le personnage aux cheveux longs. Et à partir de là, ça ira aussi vite que tu le souhaites.”

╔╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╗
╚╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╝


Gohan avait profondément dormi pendant plus de neuf heures lorsque sa mère vint le réveiller. À chaque fois qu’il rentrait d’une séance d’entraînement menée par Piccolo, il était épuisé. Par conséquent, Chichi n’avait pas beaucoup l’occasion de profiter de lui, surtout qu’il revenait uniquement pour se coucher puis prendre un bon petit déjeuner avant de repartir.

“Tu sais… lui dit-elle. Tu pourrais emmener quelques devoirs à faire lorsque tu vois ce vaurien tout vert. Il peut bien te laisser réviser un peu.
-Maman ! On en a parlé plein de fois déjà. On travaille très dur et je te promets que je me remettrai à fond dans mes études quand tout sera terminé. Je vais très bien et je ne perds pas mes bonnes manières.
-Tu vas bien ? Alors pourquoi tu fais cette tête tout à coup ?”

Le garçon avait en effet totalement changé d’attitude et regardait par la fenêtre d’un air inquiet.

“Il vient te chercher et tu as peur, c’est ça ? gémit Chichi. Viens, je vais te montrer un endroit où te cacher, il ne te trouvera pas.
-Nan, c’est pas ça, maman. Ne bouge pas, je reviens tout de suite.”

Sans que la femme aux longs cheveux bruns ne puisse répondre, Gohan sortit précipitamment de table et continua à sonder les environs. Rapidement, il trouva ce qui le dérangeait. Depuis le bois adjacent à la maison, un être humanoïde avançait prudemment en restant caché derrière les arbres. Il cherchait à se faire discret mais il n’y avait aucun doute, il se rapprochait de lui.

Le fils de Goku attendit à l’abri jusqu’à ce que la créature sorte du bosquet et il surgit devant elle pour la surprendre. Sa tentative faillit pourtant se retourner contre lui lorsqu’il découvrit l’apparence repoussante de l’intrus… qu’il avait l’impression d’avoir déjà vu quelque part.

“Tu sais… s’écria-t-il d’une voix forte pour se donner du courage. Ça ne sert à rien de se cacher si tu ne masques pas ton énergie.”
L’étrange petit monstre de couleur bleu nuit émit un son trahissant son incompréhension mais ne répondit rien d’intelligible.

“Je n’ai pas envie de te faire de mal, continua Gohan. Mais je ne veux pas que tu traînes près de ma maison. Rentre chez toi et ne reviens plus jamais par ici.”

La créature prit une position plus agressive, comme si elle n’écoutait même pas son interlocuteur et bondit sur lui sans prévenir. Le métis esquiva l’attaque, ainsi que les suivantes avec une grande maîtrise de ses mouvements. Il tenta de repousser son adversaire plusieurs fois tout en lui disant de se calmer, mais rien ne semblait dissuader l’affreux humanoïde qui s’évertuait à vouloir le blesser.

Gohan effectua alors un saut plus grand pour s’éloigner de son agresseur et une détermination sans faille se dessina sur son visage.

“Ok… tu ne veux pas m’écouter, tant pis pour toi.”

En serrant les poings, le garçon fit voler la poussière et les feuilles tout autour de lui. C’est le moment que choisit la créature pour l’attaquer à nouveau. Le fils de Goku s’élança sur son opposant en criant et l’instant suivant, ce dernier gisait à terre, inanimé.

Quelques secondes plus tard, Piccolo atterrit près de son élève.

“Tout va bien ? demanda-t-il simplement.
-Oui oui, juste ce machin qui est venu m’embêter. C’est bizarre, on dirait vraiment un Saibaiman comme ceux de Nappa, mais d’une autre couleur et avec une autre tête. Il dégage une aura qui leur ressemble un peu, aussi, même s’il était légèrement plus fort.
-J’en ai explosé un aussi de mon côté, expliqua le Namek. Je ne sais pas encore d’où ça vient mais c’est forcément une mauvaise nouvelle et ça ne m’étonnerait pas que ce soit lié au fait que Raditz ait ressuscité.
-Ça ne t’embête pas si on s’entraîne pas trop loin d’ici à partir de maintenant ? J’ai peur qu’il y en ait d’autres qui attaquent ma maman, marmonna Gohan.”

Piccolo resta silencieux un moment puis tiqua et accepta d’un signe de tête.

“Super ! exulta le garçon. Je vais chercher des affaires et j’arrive !”

Dans la maison, Chichi avait tout suivi. Lorsque son enfant fut parti, elle ne put que bégayer :
“Mon… mon petit Gohan.”

La mère du garçon savait qu’il vivait une période difficile et qu’il n’allait peut-être pas aussi bien qu’il le prétendait. Malgré tout, plus les jours passaient et plus elle le laissait faire. Elle était en train de laisser ses émotions prendre le dessus sur son éducation. Et le pire, c’est qu’elle ne n’avait même plus envie de changer les choses.

╔╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╦╗
╚╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╩╝


Après avoir travaillé d’arrache-pied pendant plusieurs jours, Wheelo et son associé étaient enfin prêts. Ils se trouvaient de chaque côté d’un lit médical sur lequel Nappa était allongé, encore inanimé. Son corps avait été totalement reconstruit à la perfection, y compris son visage.

Les deux généticiens étaient depuis longtemps passés maîtres dans la manipulation de l’ADN et leur matériel le plus précieux était capable de redonner sa forme originale à un organisme, même s’il lui manquait un gros morceau du crâne avant l’opération.

“Bien… Kochin, vérifie que l’implant est fixé et opérationnel, fit gravement Raditz. S’il n’est pas sous contrôle, il risque de faire bien plus de dégâts que toutes nos précédentes créations réunies. On va pouvoir commencer le processus de réanimation.”

Le vieillard s’exécuta sans se faire prier et s’approcha du patient. Il lui avait placé un dispositif étrange d’aspect métallique et de couleur dorée qui se déployait tout autour de la boîte crânienne à partir de la nuque, comme une plante faite d’or massif étendant ses racines jusque sur le front.

“Tout est bon en ce qui me concerne… nota simplement l’homme en blouse, après avoir effectué une ultime vérification.”

Presque ému par l’instant, Wheelo actionna alors une commande sur un ordinateur et une machine se mit en marche avec fracas. Des pistons s’activaient en rythme et le mouvement créé remplissait un cylindre de verre avec une fumée brune. Au bout de quelques minutes qui parurent durer une éternité pour les savants, l’intégralité du contenant fut expulsé par des tuyaux directement reliés aux tempes de Nappa.

Au même moment, des impulsions électriques puissantes tentèrent de faire redémarrer son cœur. Dès le premier essai, le colosse de muscles prit une grande et bruyante inspiration. Dans un grognement, il écarquilla les yeux de terreur et ses membres se mirent à trembler.

“Impressionnant. Réveillé au premier coup. On lui administre un calmant qui va faire cesser les spasmes, intervint l’individu aux cheveux longs avec un calme typique des médecins expérimentés.”

En proie à une panique totale, le Saiyajin à moustache tenta de se libérer mais il fut maintenu fermement par l’ancien frère de Goku qui parvint à le maîtriser jusqu’à ce qu’il arrête de se débattre de lui-même. Le regard de Nappa changea et sembla plus apaisé. Ses globes oculaires prirent une teinte orangée, comme celle des défunts gardes du corps de la forteresse, et sa respiration retrouva une cadence normale.

“Eh ! l’interpella Kochin en claquant des doigts. Tout va bien, tu as été ranimé par nos soins, tu es bien vivant. Tu dois juste te calmer. Tu souviens-tu de ton nom ?
-... Heu… je crois… Nappa, lâcha le patient de sa voix habituelle.
-Parfait ! Te rappelles-tu de ce qui s’est passé ?
-Je me… sur Terre, je me battais et j’ai été… tué.
-Par cet homme ?”

Le vieux scientifique avait pointé Wheelo du doigt et aussitôt, un signal sonore retentit depuis l’ordinateur placé sur un bureau proche.

“Il ne vous a pas oublié… maître, remarqua Kochin d’un air amusé. Une grande colère monte en lui mais l’implant se charge de la réprimer et de rendre le sujet obéissant. D’après le programme que nous avons mis au point, tout semble fonctionner à merveille. La force mentale de ce guerrier ne peut pas briser notre protection. Encore une belle réussite de notre part.”

Wheelo s’approcha de Nappa dont l’expression perdue et belliqueuse laissa rapidement place à une attitude plus pacifique.

“Pas envie de me sauter à la gorge, alors ?
-Hein ? Non, pas vraiment. J’ai juste un sacré mal de crâne ! Bordel, Raditz, je savais pas que t’étais doué à ce point en sciences. T’aurais pu faire carrière dans ce domaine et m’en veux pas mais… t’aurais sûrement mieux servi l’empire comme ça. Ah ! Ah ! Bref, c’est toi qui m’as ressuscité, t’inquiète pas pour ce qui s’est passé la dernière fois. Je sais pas pourquoi mais je t’en veux pas, je suis juste heureux que tu m’aies ramené parmi les vivants.”

Le Saiyajin à moustache avait apparemment récupéré son caractère de toujours. La seule différence notable venait de sa soumission à son nouveau maître. Ce dernier se mit à sourire de toutes ses dents tant le sentiment de satisfaction pure envahissait son corps.

“C’est tout à fait normal, Nappa. Tu verras, nous avons de grandes choses à accomplir ensemble. Je voudrais juste qu’à partir de maintenant, tu oublies que je m’appelle Raditz. Mon nom est Wheelo. Aaron Wheelo.
-Hmm, ok, si tu veux, fit le colosse comme si ce changement d'identité était normal.”

Le scientifique aux cheveux longs hocha la tête d’un air satisfait en fixant son nouvel allié.

“Tout se déroule à la perfection ! scanda-t-il. J’aimerais juste te poser quelques questions auxquelles je n’ai pas su trouver de réponses malgré les expériences que j’ai menées sur moi-même et sur vous. Tu veux bien m’aider ?
-Ouais, si vous me laissez manger un morceau et pioncer un coup après, répondit Nappa. Je pourrais bouffer une bonne dizaine de Krootons. C’était combien ton record d’affilée, déjà ? Tu t’en rappelles peut-être pas...
-Non… pas vraiment, lâcha Wheelo. Mais dis-moi, à quoi peut bien servir cette queue de singe que nous possédons tous les trois, avec Vegeta ?”

Le moustachu porta instinctivement la main à ses hanches et constata que son appendice caudal avait été dénoué pendant l’opération qui l’avait ramené à la vie. Machinalement, il l’enroula autour de sa taille.

“Ah ouais, ça… c’est ce qui nous permet de nous transformer en Oozaru.
-En… quoi ?
-Merde, t’as vraiment perdu toute ta mémoire !”

Nappa raconta alors que tous les Saiyajin pouvaient se changer en une sorte d’énorme primate de douze mètres de haut. Un monstre tout aussi rapide mais extrêmement fort et bien plus violent. Si violent que l’individu transformé avait du mal à se maîtriser dans cet état et causait souvent bien plus de dégâts que prévu. À utiliser dans les cas extrêmes seulement, ou pour conquérir des planètes dans un laps de temps réduit. De plus la transition se faisait dans la douleur, une fois les yeux de l’individu exposés à une certaine dose de lumière, souvent celle émise par la pleine lune.

“C’était donc ça… murmura Wheelo, fasciné par le récit du moustachu. Et c’est tout ? dit-il d’un ton qui signifiait que c’était déjà beaucoup.
-Ah non ! Il y a autre chose, se rappela Nappa. Si quelqu’un d’autre nous attrape la queue, ça peut s’avérer très gênant et même aller jusqu’à nous vider de nos forces. Vegeta et moi on s’est pas mal entraînés pour que ça ne nous handicape plus mais toi, tu t’en foutais à l’époque. Je parie que si on essaie, tu vas t’écrouler direct. Ha ! Ha ! ”

Peu rassuré, le généticien jeta un regard troublé à Kochin, qui s’empressa de vérifier si le patient disait vrai. Il empoigna la queue de son acolyte et celui-ci tomba aussitôt à genoux, à la limite de la syncope. Lorsque le vieillard le lâcha, il retrouva son état normal et se releva en tentant de masquer sa honte.

“Bon ! grogna Wheelo. C’est très embarrassant, tout ça. Je n’ai aucune envie de voir mon labo détruit par un gorille géant et enragé. De même, perdre un combat parce qu’on s’est fait attraper la queue… c’est d’un minable ! Le mieux est encore de retirer cette chose inutile. L’homme que nous avons affronté, celui qui avait un kimono rouge, c’était un Saiyajin aussi, non ?
-Ouais, Kakarotto, quoi ! Ton frère… sérieusement.
-Eh bien il n’avait pas de queue et il s’en portait très bien ! conclut Raditz en ignorant la remarque. Tourne-toi, Nappa. Ça va picoter un peu mais ça passera vite.”

Tandis que le grand guerrier chauve s’exécutait sans protester, Wheelo restait dubitatif.

”Et sinon, vous n’avez pas un autre moyen de vous transformer, par hasard ? J’ai l’impression d’avoir détecté quelque chose dans vos organismes en les inspectant mais c’était très diffus.
-Hein ? Comme le font certaines espèces d’extraterrestres pour augmenter leur énergie ? demanda Nappa, un peu perdu. Nan, je crois pas. On a bien une légende qui parle d’un Super Saiyajin super fort mais rien qui mentionne une transformation. Faut dire que la science, c’est pas notre truc. Nous, c’est plutôt la baston !
-Très étrange… je me suis peut-être trompé, admit le scientifique. Enfin, te voilà privé de ton point faible ! Sur ce, ne perdons pas de temps et allons faire profiter Vegeta du même sort avant de le réveiller.”


Notes

Voilà, j'espère que la mise en page est moins pourrave. Dites-moi ce qui pourrait être amélioré si jamais y a encore des trucs qui vous choquent.
Sinon voilà, désolé pour ceux que ça décevra mais Wheelo est bien de la partie dans cette fic. J'ai d'ailleurs gardé le prénom imaginé par Marthym, parce que j'adorais cette fic et que c'est ma seule manière aujourd'hui de lui rendre hommage.
Have fun !
Avatar de l’utilisateur
Paulemile
 
Messages: 1811
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:50

Re: De Métal, de Chair et de Sang

Messagepar omurah le Ven Oct 16, 2015 18:49

Moi je préfère de loin comme ça :)
J'ai jamais été trop fan des guillemets pour les dialogues (en tout cas depuis que j'ai embrassé le tiret cadratin) mais on va pas non plus faire les divas hein.

Je me demandais bien pourquoi cette préférence pour les corps humains... maintenant on a la réponse ^^

“Il vient te chercher et tu as peur, c’est ça ? gémit Chichi. Viens, je vais te montrer un endroit où te cacher, il ne te trouvera pas."
C'était vraiment cool ce passage, j'y ai cru pendant un dixième de seconde :)

C'était aussi pas mal du tout le petit passage "échauffement" de Gohan sur le bioman "perdu". Il était perdu ? Errant ? Ou il venait tester la température ? Néanmoins j'aurais montré au lecteur comment Gohan s'y était pris pour le terminer, ça coutait rien puisque ça a dû être plié en un coup ou deux.

C'est un chapitre qui prend son temps et c'est très bien. Les passages avec Weelo et Kochin n'ont pas été expédiés, tu as pris le temps d'installer une ambiance, de montrer les difficultés auxquelles ils peuvent faire face même en étant plus ou moins en position de force et la manière dont ils les gèrent (le fait de commencer pa Nappa par exemple). Du coup on y croit à la tension du réveil de Nappa, comme si on se trouvait aux côtés des scientifiques à ce moment.

Sinon, t'as laissé tombé les puissances ?
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 2736
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: De Métal, de Chair et de Sang

Messagepar Bushido le Ven Oct 16, 2015 19:06

Un peu dommage cette sous-mission venant de Nappa fraîchement ressuscité. J'aurais plus vu Nappa vraiment revenir à la vie puis recevoir de bon coups d’électricité...
Vous n'avez pas envie de perdre du temps à lire une fan-fiction mais vous voulez quand même en lire une ? Aucun problème ! Half Shot est fait pour vous ! Une série d'histoires courtes que, j'espère, vous apprécierez !

Half Shot - viewtopic.php?f=42&t=8709
Avatar de l’utilisateur
Bushido
 
Messages: 4292
Inscription: Lun Avr 22, 2013 14:40

PrécédentSuivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités