[fic en duo] Cogito Gero Sum

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Toi, oui toi, vénéré lecteur, vénérée lectrice, ton avis global sur CGS nous intéresse !

3/10 ou moins
0
Aucun vote
4/10
0
Aucun vote
5/10
0
Aucun vote
6/10
0
Aucun vote
7/10
0
Aucun vote
8/10
0
Aucun vote
9/10
2
15%
10/10
2
15%
10/9
3
23%
Complètement WTF et j’ai détesté
0
Aucun vote
Complètement WTF et j’ai adoré
5
38%
Complètement WTF et je m’en ballec.
1
8%
 
Nombre total de votes : 13

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar ricou le Mar Fév 02, 2016 13:02

J'ai l'impression de me répéter mais :
Ah les enfoirés.
...
...
Bravo :mrgreen:

:mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
ricou
 
Messages: 482
Inscription: Ven Oct 31, 2014 13:56

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar omurah le Mar Fév 02, 2016 13:51

ricou a écrit:J'ai l'impression de me répéter mais :
Ah les enfoirés.
...
...
Bravo :mrgreen:

:mrgreen:


:mrgreen: content de voir que vous le prenez sur ce ton là :)

Imate a écrit:Faudrait voir à investir dans un smiley "thug life" ça ferait pas de mal :lol:

Honte à moi. Là c'est le moment où je suis censé te filer tout mon dossier de meme et de gif. Sauf que j'en ai pas. Je suis une honte pour la profession :lol:

niicfromlozane a écrit:J'approuve la démarche comprends mieux la référence à Ini et moi. :D

Haha, autrement on aurait pas osé ;)

niicfromlozane a écrit:avec cette alternance entre l'univers purement DB et des passages plus introspectifs et "sentimentaux", le cul un peu entre deux chaises. :wink:

Toutafé. D'ailleurs pour l'arc à venir, on fais un assez gros virage et on passe en mode "back to basics" pour refaire un peu de DB "à l'ancienne" ;)

niicfromlozane a écrit:#grossepression

C'est chaud... c'est très chaud, j'aimerais pas être à notre place :s

Merci à tous les trois, et à bientôt, dans la semaine certainement :3
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3307
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Paulemile le Mar Fév 02, 2016 19:58

Ah donc c'est la fin d'un arc et pas de la fic... vous trollez à plusieurs niveaux, à la fois dans la fic et les commentaires, c'est dur de vous suivre mais c'est marrant :mrgreen:

J'ai lâché un "sérieusement" satisfait tout haut que j'ai lu le nom de ma fic en cours :lol: Sympa le clin d’œil.

Vous avez fait de Gero un personnage super attachant et c'est ce que j'attendais de cette histoire, mine de rien, sans avoir de préférences quant à la manière de le rendre attachant.

Pour le reste, ça manque un peu d'un Goku qui traîne son kimono là où il ne devrait pas. J'aurais beaucoup aimé une confrontation entre les deux. Surtout 5 ans après, c'est à la fin du manga, non ? Enfin à la fin du combat contre Buu. A moins que Buu n'ait jamais existé dans cette fic... quoi qu'il en soit, Goku est vivant donc voilà !

Non en fait mon seul regret c'est que ce soit terminé. Car même si vous avez (tu as) promis une suite, c'est quand même une fin. C'est pour ça que j'aime pas les fics courtes. On s'attache à l'histoire, aux personnages, au style d'écriture... et puis plus rien :cry:
Mais sérieux, beau boulot. Vous avez pondu un truc sacrément original et bien foutu. Ca se sent qu'il y a eu du gros taf derrière et ça paie.

Je vais avoir du mal à me contenter de ça donc j'espère bien que vous n'allez pas prendre une trop longue pause 8-)
Avatar de l’utilisateur
Paulemile
 
Messages: 2034
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:50

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar omurah le Lun Fév 08, 2016 23:39

Spoiler
Merci beaucoup pour ton retour Paulemile ^^
La suite normalement dans la semaine comme d'habitude, donc t'auras pas à attendre très longtemps :wink:
Du reste, je vais répondre globalement à ton commentaire avec une image en lien direct avec l'arc 2 :

Image

Tu comprendras certainement au prochain chapitre, si ce n'est pas déjà fait.


Hello :3
Petit retard dans la prévision, IRL toussa. Max aussi est un peu indispo et s'en excuse lui aussi.
Nez en moins...
Chapitre !


Chapitre 8 : La mort ou Tchitchi (le retour)


Winter sortit en refermant la porte comme il lui avait été demandé ; et avant même qu’il eut entièrement fait volte-face, la légèreté de l’air ambiant et le chant des rouges-gorges le surprirent, contrastant avec les notes cliniques et les couleurs froides ; magistrales en l'enceinte de la demeure pourtant campagnarde. Et lorsqu’il s’était enfin totalement détourné de la maisonnette de Gero, pour prendre le chemin du hangar indiqué par C-F… un long chemin terreux — borné par un treillage — tenait lieu de tapis rouge étalé sous ses deux pattes griffues.

Enfin, une patte et une “jambe de bois”, claquant sur les dalles. Une chose était sûre… Winter n'oublierait jamais son passage sur Terre.

Rouge, le chemin, de par les feuilles automnales jonchant la terre humide et les dalles éparses du couloir étalé sur une cinquantaine de mètres ; que surplombait une superbe pergola en bois et en tranches de verre teintées de bleu ; elle-même surmontée d’un épais espalier épousant parfaitement la forme voûtée du treillage. Gero n’était pas particulièrement riche… mais c’était un homme de goût, remarqua Winter. Des baies serties de roses noires perçaient à intervalles réguliers les flans de la structure boisée, permettant d’en sortir à n’importe quel moment du trajet. Winter ne les emprunta pas… et poursuivit droit devant. Rien ne pressait…

… Sinon — peut-être — le fait de jeter un œil au ciel, comme suggéré par Gero ; impossible tant que Winter se trouvait sous l’espalier couvrant presque entièrement sa vue. Il pleuvait par contre… ça il pouvait l’entendre, le sentir et le voir. L’entendre gronder sur la toiture, le sentir à l’air ambiant, et le voir au travers des baies qu’il dépassait dans sa marche.

Winter se heurta une corne contre un fruit qui pendait un peu trop bas ; l’un des nombreux agrumes — de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel — que comptait l’espalier. Il tenta de n’arracher que le fruit lui-même… mais c’est tout un ensemble de branches qui céda avec… créant un trou béant dans la toiture… et laissant finalement filtrer la pluie. C’est une véritable colonne d’eau qui se déversa alors sans discontinuer… une colonne à la densité moins surprenante que sa couleur. Une eau bleue, comme peinture. Winter ne put croire qu’il s’agissait là de la couleur naturelle de la pluie sur cette planète. La pluie, il l’avait déjà vue plusieurs fois… et elle ne ressemblait pas à ça.

Le nihilien observait encore curieusement la colonne d’eau bleue qui noyait ses pattes… tout en croquant régulièrement dans le fruit mûr… et son regard passa soudain de la simple curiosité à l’état d’alerte. Une attaque surprise. Une boule chargée l’ayant atteint depuis la baie sur sa gauche. Il avait effectué un arrêt-réflexe…… et se tournait désormais dans la direction d’où était venue l’attaque, tout en jetant un œil à la boule qu’il tenait encore dans la main gauche. Quelle étrangeté… elle était plus solide que ce à quoi il s’était attendu mais aussi paradoxalement beaucoup plus fragile. Elle était apparemment revêtue de multiples losanges alternativement noirs et blancs.

Quelle drôle d’attaque était-ce là ? Winter orienta ses deux pupilles en direction du tireur… apparemment, il avait décoché son attaque avec le pied… c’est en tout cas ce que les nouveaux capteurs supra sensoriels du nihilien indiquaient. Ce n’était vraisemblablement qu’un enfant humain ; un enfant qui gesticulait bizarrement… comme s’il attendait de Winter qu’il lui renvoie sa propre attaque.

L’empereur finit par comprendre — plus ou moins — mais ne renvoya pas la balle. A chaque voyage… son souvenir. Il garda avec lui le ballon de foot… et généra une boule plasmatique de même taille, altérant sa polarité de sorte qu’elle ne soit en rien nocive ; il l’enroba d’un mini-bouclier spongieux… et balança le tout à l’enfant estomaqué… avant de reprendre sa marche…… qu’il ne termina pas ; la curiosité l’emportant sur la tenue princière, il s’engouffra finalement à travers la première baie à portée… et se retrouva enfin à l’air libre.

Et là…… Là…… Winter tomba des nues.

Armageddon dans le ciel, ni plus ni moins. Ou alors Dieu était devenu fou ou tellement maladroit qu’il en avait renversé sa table de petit déjeuner sur le firmament. Ou alors un peintre richissime avait pu lui acheter les droits du ciel ; tenu comme seul à la mesure de ses fantasmes et de son cerveau désaxé. Des arabesques ordonnées aux gribouillis démesurés, les cieux faisaient figure d’œuvre d’art moderne à nulle autre pareille. A côté… la pluie bleue était d’un banal.

Les Dieux s’étaient-ils battus dans tout l'univers…… pendant que le nihilien dormait ?

Winter pencha la tête vers l’arrière… encore et encore… à tel point que la partie antérieure de son crâne toucha bientôt le sol, laissant l’empereur étalé sur l’herbe en étoile de mer… avec des yeux de merlan frit.

Tout le ciel… vraiment tout le ciel avait pété les plombs. D’immenses planètes, lunes, étoiles et autres astres de tous poils, de toutes tailles et de tous coloris… le constellaient en rangs plus ou moins serrés. Pas des petits points au loin non ; de géantes… de colossales… d’immenses sphères suspendues dans le ciel et autant de champs d’astéroïdes… là, juste là ; la porte à côté…

Winter fut saisi de vertige et dû fermer les yeux un instant malgré lui.

Il n’y connaissait pas grand-chose en physique des corps et en astronomie… mais même un profane comme lui savait que ça… ce n’était ni normal ni possible. A peine redressé qu’il tournait sur lui-même, totalement paniqué… les jambes flageolantes…… ; partout pareil : la pluie bleue, le tonnerre de huit secondes à chaque fois… et ces horreurs cauchemardesques. Winter se mit soudain à courir, comme un dératé et par instinct, lorsqu’il se rendit compte que haut dans le ciel — mais pile au dessus de sa tête — se tenait Jupiter…

… qu’il aurait juré sur le point de lui tomber dessus.

Il poursuivit sa course folle en jetant des coups d’œil inquiets aux quatre coins du ciel ; on aurait dit un petit chat sur une autoroute… mais Winter, mieux que quiconque, savait qu’on ne s’amuse pas à défier la Nature toute-puissante ; pourtant il n’y avait nulle part où fuir cette même nature, aussi omniprésente. A part…… en vaisseau. Il avait renversé tous les enfants et animaux qui avaient eu la malchance de se trouver sur sa route ; il avait démoli bien des granges innocentes sur son passage ; chassé des hordes de poulets… et même couru dans le purin sans s’en formaliser ; Winter sprintait bientôt si vite qu’il faillit décapiter net…… non il décolla avant et fusa en direction du hangar indiqué par C-F tout en tapotant rageusement sur le voyant incrusté dans son poignet.

Voyant dont on lui avait dit qu’il lui permettrait d’établir la communication avec le “maître des bots”, au besoin.

L’hémisphère rouge passa enfin au vert… à force d’acharnement.

— C’est quoi ce bordel ?!

— Winter ? Tu tombes bien… j’avais oublié de te dire quelque chose.

— Un peu que tu avais oublié de me dire quelque chose, boîte de conserve !!

— Oui. Le code d’accès du vaisseau, tu ne l’as pas. C’est 1234.

— De quoi ???!! Gero est à côté de toi ? Passe-moi Gero !!

— Patientez.

— …

— Quoi de neuf docteur.

— Gero ?

— En chair et en dentier.

— Enfoiré… tout ça c’était de la comédie… tu t’es joué de moi depuis le début…

— De quoi est-ce que tu parles ?

Une veine qu’on eut dit artère pulsa au front de Winter.
Le ton de Gero était faussement monocorde… mais le nihilien entendrait presque se former l’esquisse de sourire derrière.

— Tu n’as jamais eu l’intention de me laisser partir… il n’y a aucun vaisseau dans le hangar… n’est-ce pas ?

— Tu crois ?

— Qu’est-ce qui se passe ? C’est quoi ce bordel dans le ciel ?

— La question à 1000 zenis. Je ne sais pas. Une serre… une prison astrale… un tableau de mauvais goût… la fin du monde… une aberration mathématique, appelle-ça comme tu veux. Certains l’appellent “L’Orangeraie”.

— Depuis quand ? Il y a un rapport avec ce dont je t’ai parlé quand on était dans l’espace ?

— Quatre ans. S’il y a un rapport… je ne sais pas, probablement. Fais attention à ta tête, il arrive que des astéroïdes se détachent de la tambouille sans prévenir.

Winter slalomait furtivement entre les arbres — quand il ne leur rentrait pas dedans — et vit bientôt se détacher devant lui le fameux hangar… son cœur battait à tout rompre…

— Allez, W, revient… sois raisonnable. Mieux vaut mourir mal accompagné que seul.

— Je n’ai aucune intention de mourir vieux gâteux pourri par l’aigreur ! Vaisseau ou pas… je quitterai cette planète !!

— Tu te souviens des calculs de C-F lorsqu’on se trouvait encore dans l’espace ? Les calculs de trajectoire…

Winter ne répondit rien, concentré sur son atterrissage, qui — pourtant violentissime — se fit sans encombre pour lui… ; le paysage immédiat ne pouvait pas en dire autant ; ayant souffert du furieux débarquement de l’empereur comme de la chute d’une météorite.

— Cette chose qui faisait sauter des étoiles comme on casserait des œufs. Cette chose-là… se dirige vers ici, W. Le plus étonnant… c’est qu’après mille et un tests de C-F… les résultats restent identiques : cette chose ne dégage absolument aucune énergie perceptible. Par contre… il suffit de mettre en parallèle son point de départ théorique et sa propension à plisser l’espace-temps pour comprendre que la seule force en principe nécessaire à ce voyage n’a rien à voir avec le KI de Gohan ou ton plasma. C’est autre chose… en nature et en quantité. Je ne pense même pas que ce soit quantifiable.

Winter marchait vite et fort… creusant des trous de la forme de ses pattes à chaque pas.

— Cette chose, W…… elle vient pour toi.

— …

— Elle vient pour toi, j’en suis sûr. Pour toi, Gohan, C-F… Piccolo, moi… Krilin, Lazuli et son frère, Tenshinhan, Chaozu, le vieux pervers… et le Tout-Puissant. Je pense n’avoir oublié personne.

Winter écarta les deux battants du hangar, si fort que ces derniers poursuivirent leur course à l’opposé l’un de l’autre, des deux côtés de la colline et plus loin encore. Winter ferma les yeux… puis les ouvrit… prêt à embrasser la vérité. Cruelle vérité.

— La Terre est encerclée par des corps de masse nulle, sans orbite… et pourtant tout ce qu’il y a de plus solides et lourds lorsqu’ils se “décrochent” et tombent à Terre. La gravité en haute atmosphère, c’est encore plus aberrant : elle peut passer du simple au triple et du triple au centuple dans des zones et sur des distances complètement aléatoires. La communauté scientifique est à genoux et tenue au secret d’état. La réalité elle-même est à genoux. On est fait comme des rats. Tout va bientôt sauter Winter…

Les yeux du nihilien commençaient à rougir… du fait qu’il ne clignait plus des paupières depuis de trop longues secondes. Sa bouche s’ouvrit… puis se referma… et s’ouvrit à nouveau, sans qu’aucun son ne sorte, sa respiration saccadée jeta une buée épaisse… sur la carlingue du nez du vaisseau… juste en face de lui. Winter le toucha… il était bien réel. Ce n’était pas un hologramme farceur.

Oh non…… oh non, non, non… pas cette fois.

— Où est l’arnaque ?

— Quelle arnaque ? Tu as devant toi le vaisseau que tu cherchais… tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mais je te préviens, avec la gravité aléatoire au dessus de nos têtes… tes chances de sortir de “L’Orangeraie”, même avec un vaisseau, sont de l’ordre de 1%. Et les 99% restants… tu devines que c’est pas l’option “atterrissage en douceur”.

Gero se lançait à nouveau dans une diatribe sentencieuse, mais Winter n’écoutait pas, il cherchait le digicode…… qu’il finit par trouver à la queue du vaisseau. Le dernier des nihiliens tapa rapidement « 1234 », curieux de savoir si c’était à ce moment du scénario organisé par Gero… qu’il était censé se faire avoir. Mais Gero ne réussirait plus à le briser, c’était fini, tout ce que Winter faisait désormais… il le faisait sans feu, sans foi, sans attente particulière… autre que la curiosité. Un bip suivi l’entrée du code… et la teinte verte que prit le cadran signala l’ouverture imminente du cockpit. Winter ne jubila pas. C’est tout ce que Gero attendait.

Si ça avait fonctionné cette fois… c’est que l’arnaque était plus loin dans le scénario, c’est tout.

Hiéronimus jouait avec ses nerfs et ses espoirs. Mais encore une fois, c’était fini… Winter ne se laisserait plus ballotté au gré de l’aigreur d’un homme tellement désenchanté par son existence gâchée… qu’il en venait à la bassesse de vouloir faire du mal pour se sentir exister.

Le coup de la “jambe de bois” était une preuve sans conteste.

Oui, c’était clair comme le nez au milieu de la figure… Gero malgré ses sourires et son ton assuré était à cette heure précise un homme éminemment frustré. Frustré d’être si vieux et d’avoir raté sa vie. Frustré d’avoir découvert les joies de la rédemption aussi tard, frustré du fait qu’il ne pourrait probablement pas voir grandir son fils, frustré de n’avoir plus personne à blâmer pour tout ça.

Et — Goku étant mort — celui qui allait arbitrairement payer le prix de cette frustration…

C’était Winter…

… qui avait eu le malheur de lui tomber entre les mains.


Spoiler
“Certains hommes sont sans but logique. On ne peut les acheter, les intimider, les raisonner ou négocier avec eux. Certains hommes veulent juste voir le monde brûler.”


— W, tu es encore en pleine parano. Ecoute-moi pardieu.

— Vous avez dit que tout allait sauter, expliquez-vous, fit nonchalamment le nihilien en s’installant dans le cockpit, paré à la prochaine étape : tenter de faire démarrer le vaisseau, si tant est qu’il y ait réellement du carburant, comme l’en avait assuré C-F.

— Oui, en fait c’est assez simple. Tu as bien vu que la Terre était cernée de toute part… et comme je te l’ai dis tantôt… “la chose” qui fonce à la vitesse de je ne sais pas quoi arrive dans notre direction. Après, j’ai peut-être exagéré tout à l’heure. Cette chose n’en a peut-être pas après nous… peut-être même qu’elle n’est que de passage et va dépasser la Terre. Et c’est là tout le problème. Sa trajectoire exacte est assez imprécise, mais une chose est sûre… elle va passer près de la Terre. A quel point, là est toute la question.

— Elle risque d’entrer en collision avec la Terre ?

— C’est possible. Et si c’est le cas… tout va sauter. Mais elle pourrait aussi entrer en collision avec l’une des planètes encerclant la Terre… et la conséquence finale sera la même, par effet domino. Imagine Jupiter qui explose juste à côté… la Terre passe à la casserole la seconde d’après. Autrement dit… la planète bleue se trouve actuellement au cœur d’un champ de mine. Le scénario idéal serait que la chose qui arrive traverse ce champ sans toucher aucune mine, ni la Terre, ni Jupiter, ni aucune autre planète… ; ça c’est le meilleur scénario, donc la chose nous frôle sans nous toucher et continue sa route dans le vide intersidéral… et elle sera peut-être de retour dans quelques milliers d’années en fonction de la courbure de sa trajectoire, mais ça on s’en fiche un peu… l’humanité se sera déjà détruite elle-même avant ça.

Winter avait enfin plus ou moins compris comment fonctionnait le tableau de bord et s’apprêtait à faire démarrer l’engin. Il avait déjà entré la clé dans la fente prévue à cet effet… ne restait plus qu’à mettre le contact. Dans ses fantasmes, il entendait déjà les moteurs tourner. C’était la dernière étape. Si les moteurs tournaient alors il avait gagné… et en cet instant d’égarement… Winter faillit céder à l’espoir que ça marche pour de vrai. Faillit seulement.

En tout cas… jusqu’ici… tout allait effectivement pour le mieux dans le meilleur des mondes, comme avait prophétisé Gero tantôt.

Oui mais non, Winter cherchait encore l’arnaque… tandis qu’il actionnait le bouton de la porte du garage… qui s’ouvrit bientôt… laissant entrer des trombes de vent dans l’abri de ferraille et de chaume. Winter réfléchissait, la clé de contact toujours entre deux doigts tremblants… il cherchait encore le pot aux roses… et alors que son esprit s’égarait un peu trop loin, il lui sembla finalement comprendre, enfin. Oui, c’était ça… ça ne pouvait être que ça… pour vérifier son idée, il testa Gero.

— Quelles sont les chances que le champ de mines saute ?

— Autrement dit qu’elles sont les chances que “La Chose” qui fonce sur nous touche l’une des planètes encerclant la Terre ou la Terre elle-même ? Comme je te l’ai dis… C-F et moi-même avons pas mal de difficulté à déterminer sa trajectoire, mais au point où nous en sommes… C-F pense qu’il y a 4 chances sur 5 qu’elle heurte une mine du champ. De mon côté je pense qu’il y en a 5 sur 5. Aussi je te le répète… ça ne sert à rien de partir… tu n’auras probablement pas le temps de sortir de la zone rouge et tu seras pris dans le rayon de l’explosion, reviens à la maison. Tu es chez toi ici. Mourrons ensemble W, dans la solidarité et la bonne humeur.

— Pourquoi ne m’avez-vous réveillé que maintenant ?

— ………

Bingo.

— Autre question… vous parlez comme si l’arrivée de la chose était imminente. Combien de temps reste-t-il avant l’impact théorique ?

Un silence courut.

— Hum… je dirai… entre 7 secondes et 77 heures.

Winter sourit. Gero tombait enfin le masque. Sa dernière phrase… il l’avait prononcée en souriant, sans cacher ses intentions, il se savait démasqué. Mais si Winter souriait lui aussi… c’est parce qu’il savait que le plan de Gero ne s’était pas déroulé exactement comme prévu. Ce que le scientifique avait ourdi comme nouveau machiavélisme tenait au fait de lancer Winter dans une nouvelle course contre la montre, comme la première dans l’espace. Une course contre la mort. Voilà la raison pour laquelle il ne l’avait réveillé que maintenant… au moment où l’apocalypse se trouvait “aux portes de la ville”. Winter était ensuite censé courir le monde à la recherche d’un vaisseau pour se tirer… à la manière de Son Goku lors de l’explosion de la planète Namek. Mais avec la pression du « entre 7 secondes et 77 heures » en plus.

Oui mais ce que Gero n’avait pas prévu… c’était que C-F avait son libre-arbitre et l’avait doublé sans le faire exprès ; puisque n’ayant pas été mis au courant du plan, au préalable. Il l’avait doublé en donnant à Winter la position exacte du vaisseau, tantôt. Le nihilien souriait dans son cockpit, il avait coupé la communication et espérait bien ne plus jamais avoir à entendre cette voix. Restait maintenant l’instant de vérité.

C-F avait-il réellement doublé Gero sans faire exprès… ou tout ceci faisait-il partie intégrante du plan de ce cerveau malade ?
Winter ne le saurait qu’en tournant le contact du vaisseau.

Il avait la clé entre le pouce et l’index. Ne restait plus qu’à opérer un tour sur la gauche… pour avoir le fin mot de l’histoire.
S’il entendait les moteurs chauffer… alors il gagnait.
S’il voyait une espèce de clown à l’effigie de Gero jaillir de la boite à gant et lui jeter des confettis… alors il perdait.

Winter actionna la clé.

Les moteurs se mirent à chauffer bruyamment, l’instant d’après.

Le nihilien se laissa choir, tête sur le ballon de foot qu'il avait entre les cuisses ; le visage dirigé vers le plancher… ; il resta ainsi de longues secondes… immobile… et puis, à l’ombre de son visage tourné vers le bas, … un gigantesque sourire se dessina enfin.


L’histoire allait se faire…
L’histoire allait continuer…
Gero n’avait pas menti sur ce point-là, il restait bien entre 7 secondes et 77 heures avant le début de la fin…
L’histoire allait continuer…
… Mais sans lui.
Winter tirait sa révérence et prenait enfin sa retraite, sans regret.
Son histoire à lui pouvait enfin commencer… l’histoire d’une revanche…
Certes en hors-champ, certes plus intime voire inintéressante, certes loin des fards et des projecteurs…
Certes, une histoire qui ne restera pas dans les annales.
C’était quand même son histoire à lui ; … à lui et à Cold 444.
Mais ça…
… C’est une autre histoire.


Dernière édition par omurah le Jeu Avr 21, 2016 1:31, édité 3 fois.
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3307
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar niicfromlozane le Lun Fév 08, 2016 23:55

Énorme.

Rien à redire sur cet excellent chapitre, les quelques maladresses des précédents sont épurées. Tout y est parfait et le style poético-absurde s'y trouve à son apogée. Les conneries font mouche et le caractère de Gero décrit par W y est parfaitement retranscrit. Le coup du diable à l'effigie de gero et du code m'ont achevé.
Avatar de l’utilisateur
niicfromlozane
Voyageur du Temps
 
Messages: 5244
Inscription: Lun Avr 15, 2013 23:22
Localisation: Lôzane, Rock City, mais ailleurs dans le temps

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar xela26 le Mar Fév 09, 2016 0:37

Pfiou....
la fic continue. j'ai vraiment eu peur avec votre annonce fallacieuse de fin de Fic.
Je sais pas comment dire mais votre fic m'a retourné comme peu de fics l'ont fait avant. le mélange d'autodérision, de blazitude et de sérieux est génial.
Je sais pas à quoi vous tourner (de licite ou pas) pour nous pondre tout ça, mais franchement, chapeau bas !
Cell: l'ascension de la terreur- Cell a vaincu Son Gohan lors du Cell game!! Quel sort réserve-t-il à la Terre?? Pour le savoir....viewtopic.php?f=42&t=5990
Chapitre 138: publié
Chapitre 139- 145: 90%- relecture, correction

Cell: Damned Souls- Les aventures parallèles de héros de "l’ascension de la terreur". Pour les connaitre:
viewtopic.php?f=42&t=6774
abandonnée
xela26
 
Messages: 1622
Inscription: Lun Oct 03, 2011 20:57

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar ricou le Mar Fév 09, 2016 18:42

Spoiler
Je tiens les paris sur une mort "surprise" de Winter au prochain chapitre. Croyant jusqu'au bout à une traîtrise de Gero, il décolle, se croyant le plus fort. Sauf que Gero était honnête. Winter va donc mourir bêtement. Ou alors "mourir" et revenir au moment où on s'y attend le moins :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
ricou
 
Messages: 482
Inscription: Ven Oct 31, 2014 13:56

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Pedro le Ven Fév 12, 2016 2:15

C'est bien écrit mais je commence à avoir du mal à accrocher. J'ai l'impression qu'il y a beaucoup de délires persos et des private jokes (c'est un peu pareil ;p) sans avancée du scénario. Voilà pour mon opinion perso.
Avatar de l’utilisateur
Pedro
 
Messages: 181
Inscription: Mar Mars 15, 2011 16:09

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Paulemile le Ven Fév 12, 2016 8:38

Vraiment original, la façon dont ça évolue.
J'adore le style du chapitre. C'est encore mieux écrit qu'avant et le terme poético-absurde de Niic colle parfaitement.
La scène de chaos est super bien décrite et c'est très bien trouvé.
J'ai du mal à imaginer ce qui aurait pu causer un tel bordel... à part Beerus peut-être, ou un OC sorti de votre esprit malsain :lol:
Bref, c'est toujours cool !
Avatar de l’utilisateur
Paulemile
 
Messages: 2034
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:50

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar omurah le Lun Fév 15, 2016 13:21

niicfromlozane a écrit:Énorme.

Rien à redire sur cet excellent chapitre, les quelques maladresses des précédents sont épurées. Tout y est parfait et le style poético-absurde s'y trouve à son apogée. Les conneries font mouche et le caractère de Gero décrit par W y est parfaitement retranscrit. Le coup du diable à l'effigie de gero et du code m'ont achevé.


Image

Ta satisfaction² = notre satisfaction :)

xela26 a écrit:Pfiou....
la fic continue. j'ai vraiment eu peur avec votre annonce fallacieuse de fin de Fic.
Je sais pas comment dire mais votre fic m'a retourné comme peu de fics l'ont fait avant. le mélange d'autodérision, de blazitude et de sérieux est génial.
Je sais pas à quoi vous tourner (de licite ou pas) pour nous pondre tout ça, mais franchement, chapeau bas !

On tourne aux commentaires encourageants comme le tien ;) merci !

ricou a écrit:Je tiens les paris sur une mort "surprise" de Winter au prochain chapitre. Croyant jusqu'au bout à une traîtrise de Gero, il décolle, se croyant le plus fort. Sauf que Gero était honnête. Winter va donc mourir bêtement. Ou alors "mourir" et revenir au moment où on s'y attend le moins :mrgreen:

arrrrrghhh */me se fout un coup de marteau sur la tête pour ne pas spoiler* :mrgreen:

Pedro a écrit:C'est bien écrit mais je commence à avoir du mal à accrocher. J'ai l'impression qu'il y a beaucoup de délires persos et des private jokes (c'est un peu pareil ;p) sans avancée du scénario. Voilà pour mon opinion perso.

C-C-C-Combo Breaker!! :mrgreen:
Malgré tout, c'est plaisant de te voir trainer dans le coin, Pedro :)
Pour le côté délires persos/private jokes, c'est normalement censé passer à 100% en filigrane. Si ça t'as paru exubérant... c'est qu'on s'est planté quelque part. Pour ce qui est du scénario... je ne sais que répondre sinon te demander de nous laisser une seconde chance avec l'actuelle deuxième partie de l'histoire :)

Paulemile a écrit:Vraiment original, la façon dont ça évolue.
J'adore le style du chapitre. C'est encore mieux écrit qu'avant et le terme poético-absurde de Niic colle parfaitement.
La scène de chaos est super bien décrite et c'est très bien trouvé.
J'ai du mal à imaginer ce qui aurait pu causer un tel bordel... à part Beerus peut-être, ou un OC sorti de votre esprit malsain :lol:
Bref, c'est toujours cool !

Très content que le style du chapitre (et le chapitre globalement) ait tes faveurs ^.^
J'appréhendais un peu par rapport à ton commentaire =p
Pour la cause du bordel...... */me se fout un second coup de marteau pour ne pas spoiler* =p
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3307
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Imate le Lun Fév 15, 2016 23:44

Chapitre lu mais...Ouh je suis en retard !

La description de ce monde post-apocalyptique en jette un max, c'est certain. Le ciel orageux remplis de sphères célestes de tailles diverses, l'image quand on la visualise est vraiment frappante. Et la réaction de Winter devant ce spectacle rend le tout encore plus prenant, on se met totalement à sa place tant sa réaction est humaine, ce qui me conforte dans l'idée que malgré ses actes passés, il est nettement plus humain que ne l'était Freeza. Et à sa manière de tomber dans l'herbe, de reconnaître qu'il n'a pas le savoir absolu (ici en astrologie en l'occurrence), il me paraît si simple dans ce chapitre tout particulièrement, il est au sommet de son "humanisation". Quant à savoir qui peut être responsable de ces actes...qui sait ? Beerus ? Je ne pense pas, lui aurait simplement détruit la Terre sans s'embêter, avec un doigts au mieux. Ce style théâtrale, c'est pas vraiment son genre. Mais qui alors ? Dabra ou un (Ma)Kaioshin random ? Allez savoir, je préfère ne rien parier, on a trop peu de pistes :mrgreen:

Gero, une fois encore, notre cynique de service nous vend du rêve. Il prend une fois de plus ce Ragnarok que l'humanité subit comme si de rien était, comme ça vient. Ce qui est inévitable, il ne s'en préoccupe pas. Au contraire, il préfère s'amuser à manipuler Winter pour se divertir en patientant jusqu'à la fin. C'est fou ce que la mort de Goku a pu lui faire prendre conscience que sa vie n'a aucun buts en dehors de la vengeance.

Si dans ce chapitre je me suis tapé un bon kiff, c'est bien quand Winter découvre le pot-au-rose. Ce qui me plaît le plus dans ce passage, c'est la réaction de Gero. Pourtant il ne fait rien de spécial. Quand il réalise qu'il a perdu à son propre petit jeu, il sourit simplement. C'est si révélateur de sa personnalité, j'ai tout simplement adoré ce détail.

Quoi qu'il en soit, je suis surpris de la fin de Winter. Surpris, mais content. Il va peut être pouvoir se retirer en paix. Une telle satisfaction ressort de lui lorsqu'il parvient à faire démarrer le vaisseau, et en sachant qu'aucune intention maléfique n'émane de lui, je ne pouvais pas m'empêcher d'être content pour lui, bizarrement. Je ne sais pas si on le reverra finalement, mais en tout les cas je serai content de ce qui sera fait du personnage je pense.
« Un Général...ne doit jamais faillir à son devoir »

Image
(Portrait de Danmarine par Kouki)
Dragon Ball Extended Universe : Les Chroniques d'une Guerre
(statut : en cours ; 31 chapitres publiés ; chapitre 32 en cours d'écriture)
Avatar de l’utilisateur
Imate
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 2516
Inscription: Ven Sep 04, 2015 0:23
Localisation: Amiens, Somme, Picardie

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Antarka le Mar Fév 16, 2016 9:21

Perso je pense pas que Winter s en tire ainsi.

Enfin... la "chose" responsable de tout ca, qui a une puissance dont les effets semblent enormes, mais ne degage pas d energie...

Cold 444 ? ^^ Enfin c est mon intuition, que la planete soit vivante, ait sauté de son orbite et vienne recuperer son Chouchou.
Come along Pond !
Avatar de l’utilisateur
Antarka
 
Messages: 11980
Inscription: Dim Avr 27, 2008 10:05

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar omurah le Sam Fév 20, 2016 13:41

Imate a écrit:Ouh je suis en retard !

Toi non, mais moi, si xD

La description de ce monde post-apocalyptique en jette un max, c'est certain. Le ciel orageux remplis de sphères célestes de tailles diverses, l'image quand on la visualise est vraiment frappante.

Merci ! C'était la pierre angulaire du chapitre, donc content de voir que tu y a été réceptif :)

Et la réaction de Winter devant ce spectacle rend le tout encore plus prenant, on se met totalement à sa place tant sa réaction est humaine, ce qui me conforte dans l'idée que malgré ses actes passés, il est nettement plus humain que ne l'était Freeza. Et à sa manière de tomber dans l'herbe, de reconnaître qu'il n'a pas le savoir absolu (ici en astrologie en l'occurrence), il me paraît si simple dans ce chapitre tout particulièrement, il est au sommet de son "humanisation".

Tu as l'art et la manière de mettre des mots très précis sur nos idées :)
Et effectivement sur ce coup Winter a perdu son aura de calme et de détachement, là où Gero reste d'une impassibilité totale, pas par indifférence, plutôt en écho à la scène du tout premier chapitre où il décide de ne pas paniquer en voyant le train sur le point de tomber. En fait, Gero est un real thug là où Winter est un wanabe ^^ ; normal, ce dernier a encore des ambitions et des projets, alors que Gero est un peu plus "vide" à l'intérieur" ; On a bien aimé faire ressortir cette dichotomie là, sur ce chapitre.

Quant à savoir qui peut être responsable de ces actes...qui sait ? Beerus ? Je ne pense pas, lui aurait simplement détruit la Terre sans s'embêter, avec un doigts au mieux. Ce style théâtrale, c'est pas vraiment son genre. Mais qui alors ? Dabra ou un (Ma)Kaioshin random ? Allez savoir, je préfère ne rien parier, on a trop peu de pistes :mrgreen:

Normalement, le voile se lève au prochain chapitre ^^

Gero, une fois encore, notre cynique de service nous vend du rêve. Il prend une fois de plus ce Ragnarok que l'humanité subit comme si de rien était, comme ça vient. Ce qui est inévitable, il ne s'en préoccupe pas. Au contraire, il préfère s'amuser à manipuler Winter pour se divertir en patientant jusqu'à la fin. C'est fou ce que la mort de Goku a pu lui faire prendre conscience que sa vie n'a aucun buts en dehors de la vengeance.

Encore une fois, tu as l'art et la manière de mettre des mots très précis sur nos idées :mrgreen:

Si dans ce chapitre je me suis tapé un bon kiff, c'est bien quand Winter découvre le pot-au-rose. Ce qui me plaît le plus dans ce passage, c'est la réaction de Gero. Pourtant il ne fait rien de spécial. Quand il réalise qu'il a perdu à son propre petit jeu, il sourit simplement. C'est si révélateur de sa personnalité, j'ai tout simplement adoré ce détail.

Tu m'en vois ravi o/ ; effectivement c'est un des éléments du puzzle "Gero".

Quoi qu'il en soit, je suis surpris de la fin de Winter. Surpris, mais content. Il va peut être pouvoir se retirer en paix. Une telle satisfaction ressort de lui lorsqu'il parvient à faire démarrer le vaisseau, et en sachant qu'aucune intention maléfique n'émane de lui, je ne pouvais pas m'empêcher d'être content pour lui, bizarrement. Je ne sais pas si on le reverra finalement, mais en tout les cas je serai content de ce qui sera fait du personnage je pense.

Ta réaction suite à cette fin de chapitre est exactement celle qu'on attendait ^^ ; du moins, celle qu'on a essayé de susciter x)

Merci encore pour ce commentaire très encourageant, you rock !

Antarka a écrit:Perso je pense pas que Winter s en tire ainsi.

Enfin... la "chose" responsable de tout ca, qui a une puissance dont les effets semblent enormes, mais ne degage pas d energie...

Cold 444 ? ^^ Enfin c est mon intuition, que la planete soit vivante, ait sauté de son orbite et vienne recuperer son Chouchou.

Je me suis maudit sur 854 générations pour n'y avoir pas pensé :cry:. Mais j'aime tellement l'idée que j'en ferai quelque chose. Probablement pas sur cette fic-ci, mais celle qui viendra après ^^ ; néanmoins on entendra à nouveau parler de Cold 444 :)
Sinon, content de voir que tu lis et que tu es allé jusqu'au chapitre 8 o/
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3307
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Max le Mer Fév 24, 2016 1:30

Plop, petit passage pour vous dire que j'suis pas mort, juste très occupé, et si ya que Omurah qui rép aux coms, c'est que j'suis pas doué pour ça (toujours très court et j'ai l'impression d'etre prétentieux, donc je m'abstiens, mais je les lis tous.)

Merci a tous de nous suivre !
Cogito Gero Sum[Terminée] : Fic en duo avec Omurah.
Avatar de l’utilisateur
Max
 
Messages: 1454
Inscription: Lun Fév 20, 2012 15:01
Localisation: Dans un univers imaginaire

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar omurah le Jeu Avr 14, 2016 17:42

Bonjour !

Alors, alors, comme vous vous en doutez peut-être en lisant ces mots, CGS reprend du service pas plus tard que tout de suite :3

Cette petite absence aura somme toute été salutaire et permis pas mal de retouches diverses et variées sur le fond et la forme de certains chapitres. Sans compter l'avance que ça nous a octroyé à Max et moi (là on est bons pour deux mois de publication régulière, à peu près). Et de l'avance on en a besoin vu qu'on est tous les deux à un mois et des poussières de nos exams.

Bref, tout ces détails sont de l'ordre du osef, l'important c'est qu'on prend les mêmes et on recommence !

On repart donc pour les clins de yeux, le parfum de wtf, mais aussi, je l'espère du moins, un peu de fond quand même, de temps en temps.

__________________________________________

Résumé du chapitre précédent

Winter quitte la maison de Gero et retrouve sa liberté, mais se rend rapidement compte que cette dernière est assortie d’une date d’expiration très prochaine. La Terre est apparemment plongée dans un chaos cosmique et irrationnel, d’origine inconnue, apparu quelques années plus tôt et mis en branle quelques temps seulement avant le réveil de Winter.

Gero apprend finalement au nihilien qu’une “Chose” à la puissance impossible à quantifier se dirige vers l’Orangeraie, constituée de la Terre et des planètes encerclant cette dernière. Cette “Chose” a selon les calculs de Gero 5 chances sur 5 de percuter l’Orangeraie et de la faire sauter. C-F quant à lui estime la probabilité à 4 sur 5. Mais Winter n’a pas l’intention de rester sur place pour connaître le fin mot de cette histoire. Il parvient à faire démarrer le vaisseau mis à sa disposition par Hiéronimus et prend la direction de la sortie de l’atmosphère terrestre, malgré les avertissements répétés du docteur quant à la gravité aléatoire au dessus de leurs têtes.


__________________________________________


Chapitre 9 : Donnez-moi un point d'appui, et je soulèverai Dieu


S'il y avait une chose que Shin détestait encore plus que la couleur jaune… c'était le fait d'avoir l'iroquois mal ajusté.

Et là, en l'occurrence, il était plus ébouriffé qu'un chat metalleux balancé dans un mixeur ; le pire étant qu'il ne pouvait rien y faire… parce qu’il avait les deux bras fermement ligotés dans le dos ; et comme si ça ne suffisait pas, son geôlier s'amusait encore à lui ébouriffer un peu plus les cheveux à chaque fois qu'il lui passait devant, en faisant les cent pas.

— Tu es complètement malade… ne crois pas t'en tirer à bon compte, pas avec ça…

— C'est vrai qu'il fait froid dans votre fichu Kaioshinkaï, fit Démigra en se frottant vigoureusement les bras à travers le cuir de sa tunique.

Il leva le regard vers le ciel azuré ; la voûte céleste semblait beaucoup plus haute ici que partout ailleurs… il ne s'y habituait toujours pas.

— Ton statut de monade supra divine ne te donne pas tous les droits, Démigra… arrête de faire l'enfant et libère-moi. Si tu me libères je te promets de ne rien dire à Enma.

— Et je suis censé avoir peur de ce guignol ? Fayote tant que tu veux… une fois que j'en aurais fini ici.

— Qu'est-ce que tu prépares encore comme bêtise cette fois ?

— Rien que de très classique.

— Mais encore… ?

— Beuh… Effondrement des frontières, fusion des univers, destruction des univers… la routine ! fit Démigra en se lançant soudain dans une complète série d'échauffements musculaires… qui ne présageait rien de bon pour tous les gentils de l'univers infini et au-delà.

Shin fit les yeux ronds et braqua l’encre de ses yeux sur l’Entité Suprême, cherchant à deviner s'il s'agissait d'une mauvaise blague ou pas. Il ne fallut pas plus qu'un regard appuyé — projeté par les pupilles dorées de l'Etre archétypique à la longue crinière rouge — pour que le Kaïo des Kaïos sente son sang se glacer dans ses veines et tétaniser son cerveau. Ce fou furieux ne plaisantait pas du tout. Il avait réellement l'intention… de faire fusionner entre eux les 12 grands univers… pour les faire s'écrouler comme un château de sable !

— D…… Démigra…… tu n'es pas dans ton état normal… détache-moi s'il te plait.

— Dis à ton ami de sortir de sa cachette et je verrai ce que je peux faire, souffla l'Archidémon entre deux séries d'étirement des jambes.

Shin espéra à cet instant que Kibito n'ait pas entendu cette proposition empoisonnée… et surtout qu'il n'ait pas été tenté d'y céder. Peu importait la mort d'un Kaïoshin, si ça pouvait permettre de sauver l'Omnivers. Kibito devait absolument rester caché…
Et tant que ce serait le cas, Démigra l'aurait profondément dans l'os.

S'il était vrai que l'énergie — et donc la présence — de ce dernier étaient imperceptibles pour tous les êtres vivants sans distinction — dieux y compris — la nature avait équilibré le jeu en le rendant lui-même incapable de sentir quoi que ce soit. Il ne pouvait pas repérer Kibito.

Et s'il avait pu trouver et capturer Shin… c'était uniquement par chance, après avoir galéré des mois… peut-être des années par dizaines… à le chercher à tâtons aux quatre coins de l'immense Kaioshinkaï… sans faire de bruit ni quoi que ce soit qui puisse trahir sa présence en ces terres sacrées truffées d'animaux-veilleurs aux mille et un sens exotiques ; terres qui lui étaient expressément interdites, accessoirement.

Si la localisation et la capture de Shin lui avaient pris des années en pratique … c'eût tout aussi bien pu lui prendre des siècles d'errance, voire une éternité. Au jeu de la patience surréaliste et du pari réputé perdu d'avance… Démigra avait clairement gagné.

— Ton ambition de tout faire tomber ne tient pas debout Démigra…

— Je ne te le fais pas dire ! pouffa le concerné, en notant le jeu de mots involontaire.

— Tu ne peux pas faire fusionner les 12 univers. À la manière de techniquement pas. Type : impossible. Il faudrait une quantité d'énergie proprement impossible à posséder ou à capitaliser. Sans compter le savoir-faire. Ce n'est pas accessible à un électron libre, tout suprême soit-il. Tu as vu trop grand. Maintenant détache-moi.

— Tu es d'une telle incompétence que tu n'as même pas remarqué la présence du chantier de mon Grand Œuvre. Au niveau de la galaxie Nord, là où sont entassées comme des sardines les plus grosses pointures de cet univers. La carte du ciel y est une véritable orgie stellaire. Et ça… tu ne le savais même pas avant que je ne te l'apprenne… et ça se prétend Kaïoshin. Pff. C'était mieux avant… avec tes grand-frères et grandes-sœurs… là il y avait du challenge.

— La galaxie Nord ? Im… impossible… le gardien de cette galaxie aurait averti les autorités compétentes.

— Oui… il l'aurait fait… s'il n'était pas muselé par ce cher Démigra. J’avoue que le mental d’un Kaio est particulièrement dur à crocheter, mais ça s’est fait. Les sayens ont leur drôle de capacité à évoluer en frôlant la mort, les nihiliens ont ce don de pouvoir se régénérer entièrement… moi j'ai celui de pouvoir contrôler les esprits à loisir. Ce n'est pas marqué quelque part dans vos fichiers Excel ça ? Vos services de renseignement et votre logistique sont d'un pathétique. Il tient sur un post-it votre manuel de procédure, franchement ? De tout ce qui va bientôt arriver à l'Omnivers… cherchez le responsable dans vos rangs. Mais ne me regardez pas. Moi je n'ai fais qu'entrer en voyant que la porte était ouverte.

— Je la refais : Tu. ne. peux. pas. faire. fusionner. les. univers. Maintenant détache-moi !!

— Encore cette histoire d'énergie ? Tu penses que j'aurais monté tout ce projet — le projet d'une vie, en passant — sans une étude de faisabilité béton, en amont ? Petit cours de géographie… sais-tu où nous nous trouvons actuellement ?

— …

— Au Kaioshinkaï, bonne réponse. Et que représente donc le Kaioshinkaï… par rapport aux 12 univers ?

— …

— Voilà, le centre. Le centre de l'univers 6 dans lequel nous nous trouvons… qui a lui-même arbitrairement été désigné, à concurrence du 7, comme étant le centre des 12 univers. Ce Kaioshinkaï-ci est par conséquent l'épicentre de l'Omnivers.

Shin avait le regard figé en avant… il commençait à comprendre… ses paupières s'écrasèrent bientôt au point de disparaître… et sa bouche s'ouvrit en grand — en très grand — sans qu'aucun son ne parvienne à sortir.

— Eh oui… quand tu veux démolir un bâtiment, rien ne sert de bombarder à la chaine depuis le toit. Une petite dynamite au bon endroit, au niveau des fondations, et la sacro-sainte loi de la gravité fera le reste. Ce que j'ai fais au niveau de la galaxie Nord n'était qu'une phase test à petite échelle… qui m'a accessoirement, coûté les yeux de la tête en termes d'énergie… mais ça s'est avéré assez concluant. Aujourd'hui, je peux donc lancer la phase pratique. Merci de votre coopération. Cordialement, et cætera.

Le vent du Sud se leva à cet instant sur l'immense plaine, faisant danser l'herbe… ainsi que l'iroquois argenté, auquel il ne parvint pas à redonner forme malgré ses gracieux efforts. Shin avait abandonné son regard ahuri au profit d'une mine plus noble…

— Tu t'es trompé de Kaioshinkaï mon grand. Celui-là, tu peux toujours te brosser si tu penses pouvoir te le faire. Ton univers d'origine c'est le n°8 n'est-ce pas ? Huh ! Le petit frère au cours préparatoire. Leur Kaioshinkaï est un grain de riz en comparaison.

— Tu maîtrises mal ton sujet. C'est pas tant un problème de taille qu'un problème de pression. Ton cher Kaioshinkaï à toi subit la pression de l'Omnivers entier qui le comprime… ce qui le rend d'autant plus retord.

— Si tu le dis. Le résultat est le même. Tu as voulu te lancer seul dans une opération qui aurait dû te demander des siècles de préparation, des tonnes d'amulettes de chance… et une équipe du feu de Dieu. Ton ego t’a perdu. Je te donne une dernière chance de revenir en arrière Démigra. Et c'est la toute dernière fois que je le dis : détache-moi.

— Ah tiens…… j'oubliais un truc. Kibito ? Kibito t'es toujours là ?


— ………

— Bon, je vais partir de l'idée que tu es encore là. Dis-moi, cette semaine, t'aurais pas fais un rêve bizarre des fois ? A tout hasard… un rêve fantastique, très coloré, où tu voyageais beaucoup et tout… et la scène finale c’était toi… avec une petite montagne de boules de cristal Namek sur laquelle tu étais assis ? …… Oui ? …… Non ?

— Où tu veux en venir Démigra ? bafouilla Shin, perdu entre scénario catastrophe et coup de poker.

— On t'a pas causé Shin. Kibito… mon ami Kibito, es-tu là ? Alors ce rêve… tu t'en souviens ? C'est bizarre les rêves hein, on fait parfois des choses qu’on n’aurait pas faites à l'état de veille. D'ailleurs, tu ne te rappelles pas avoir fait un truc très con, à la fin ? Du genre… avoir détruit la montagne de boules de cristal ? Mais tu t'es réveillé ensuite… et tu as poussé un grand ouf de soulagement… parce qu'au fond… ce n'était heureusement qu'un rêve…

— Tu…… tu as utilisé Kibito pour voyager à travers les univers ?!

— À ton avis ?? Comment j’ai fais pour me retrouver dans l’univers 6 alors que j’ai rien à fiche ici ? Je peux me téléporter avec mon bâton mais ça reste très basique. Du coup c’était impératif de passer de Kibito en Kibito. Et, grâce à lui, de Namek en Namek. Il y en avait dans l’univers 6, 7 et 2. J’espère que tu ne comptais pas sur les boules de cristal pour nettoyer après mon passage, si ? Il ne reste plus qu'un seul set dans l'Omnivers entier. Et il se trouve dispatché sur Terre, entre le palais de Dieu et l’une des planques d’un scientifique terrien, qui trouve apparemment amusant de cacher les boules de cristal à tout le monde, au soir de la fin du monde.

— …

— Ah tiens d’ailleurs… je me suis aussi occupé de la planète Nakamura… je sais pas si tu connais ?

— …

— En gros les habitants de Nakamura savent plus ou moins voyager dans le temps. Ce qui est assez embêtant pour mon coup du siècle méphistophéliquement parfait. Pour être honnête je ne suis même pas sûr d’avoir neutralisé tous les nakamuriis… vu qu’ils sont plus dispersés dans l’univers que ne le sont les nameks. Cela dit, une fois que j’aurais fais s’écrouler l’Omnivers, les annales akashiques seront effacées et ce ne sera de toute façon plus possible de voyager dans le temps. Ah et j'ai aussi épluché les pages jaunes, pour m'occuper personnellement de tous les sorciers un peu trop casse-bonbons du répertoire. Tu me diras si j’ai oublié quelque chose… mais là, franchement, si avec tout ça vous arrivez quand même à gagner à la fin, moi j’applaudis des deux mains.


Démigra fit une pause à cet instant pour se payer une tranche de la face déconfite de Shin. Ce dernier n’avait même plus la force de garder sa dignité et l’air abattu qu’il affichait témoignait du fait qu’il comprenait maintenant à quel point Démigra était engagé dans son œuvre et précis dans ses anticipations. L’esprit de Shin était désormais soumis. Chaque parole de Démigra serait bue comme argument d’autorité.

L’Archidémon quant à lui guettait la petite goutte. Il la guettait avec une avidité sans bornes. Si jamais une larme pointait au creux des paupières du dieu à l’iroquois, Démigra se jetterait dessus comme un enfant à qui on offre une glace aux trois parfums.

Quelle ne fut pas sa déception quand il vit Shin fermer les yeux et se redresser en retrouvant miraculeusement un semblant de dignité. Démigra ne savait pas pourquoi. Probablement Shin avait-il été frappé par une idée ou une réflexion quelconque…

— Tu ne peux pas repérer les sept piliers d'Hénoch qui soutiennent le Kaioshinkaï… puisqu'ils sont invisibles et mobiles… j'en déduis que tu comptes déchaîner ta puissance d'ici… en espérant les faire trembler au point qu'au moins l'un d'entre eux craquèle et cède…

— Si seulement tu t'étais montré aussi intelligent, bien plus tôt dans cette histoire, je ne serai même pas là à tenir ce rôle.

— Ce n’est donc qu’un rôle pour toi ?

— … Eh bien…… disons qu’être un connard, ça me plaît pas des masses, mais les autres le font tellement mal que…

— Et tu te penses vraiment assez fort pour faire trembler le Kaioshinkaï à ce point-là ? Redescends mon pauvre. Même le vainqueur du tournoi de l'autre monde ne se rêverait pas y arriver. Même moi je n’y arriverais pas.

— Païkuhan ? Tu me compares à Païkuhan ? … Ne m'insulte pas, Shin.

— De toute façon, tu es cuit, souffla ledit dieu, agacé du fait qu'une situation très simple se donnait des airs compliqués pour rien. Kibito ne cédera jamais à la tentation de se montrer… il va prévenir les hautes autorités… et toi, tu auras la bande des terriens aux fesses en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.

Shin sourit légèrement… en observant l'attitude un chouia moins confiante qu'afficha alors Démigra.

— Ah… tu as donc précisément peur de ces gens-là… ? Moi, je disais ça au hasard…

— Je ne sais pas. Je ne suis pas capable de sentir leur énergie ou d’évaluer leur niveau. C’est pour ça que je n’ai pas trop traîné lors de mon petit passage sur Terre. S'ils ont un niveau similaire à ceux de mon univers d'origine… ça peut aller. Surtout que le survivant de Cold 444 est en train de se tailler à l’anglaise, aux dernières nouvelles. Reste C-F. Lui, si ses capacités sont aussi chiantes que celles de son alter-ego de l'univers 8… je te cache pas que ça va être chaud. Les autres du groupe… c'est du cas par cas.

— Mais en groupe… le trio de tête, main dans la main, … là tu as moins confiance… hein ? murmura à nouveau Shin, un peu plus calmement ; semblant même reprendre l'assurance divine, la voix susurrante et la hauteur qui lui donnaient tout son charme.

— Kibito… écoute-moi bien ! hurla soudain Démigra à pleins poumons. Si tu avertis qui que ce soit de ma présence au Kaioshinkaï… et que je sens le plus petit mouvement suspect… l'Omnivers pourra définitivement se passer de Kaïoshin. Je ne sais pas si je te l'ai déjà dis… mais j'ai trouvé le Shinju et je l'ai détruit. Tu sais ce que ça veut dire… ?

— Ne l'écoute pas Kibito… préviens Enma tout de suite ! Hurla à son tour Shin, encore plus fort que l'Entité Suprême.

Démigra pivota sur lui-même et — d'un coup de pied — envoya Shin refaire l'inventaire de ses dents.

— Ça va t'occuper, cracha l’Archidémon. Shin, ton sens des priorités l'emporte sur le simple bon sens apparemment. Toi, mort… il ne reste plus de Kaïoshin. Plus de Kaïoshin = plus de contrepoids au Dieu de la Destruction. Plus de contrepoids au Dieu de la Destruction = univers foutu à terme. La seule différence entre les deux options… c'est qu'avec moi l'univers est foutu plus vite et comme ça on en parle plus.

— Non mais je ne t'écoute même plus Démigra, tu parles dans le vent, fit le dieu à l'iroquois en se redressant noblement, en dépit du sang qui sillonnait son visage. Tu es cuit, les terriens vont bientôt débarquer ici même.

— Ils vont débarquer… avec des auréoles ? Oui là… je dis pas, rit à nouveau Démigra tout tonitruant.

— Tu… tu…… non…

— Si, sourit à nouveau l'Archidémon d'un air angélique.

— Non…… non…

— Si, sourit à nouveau Démigra, d’un air passant bientôt de l’angélique au niais.

— Tu es cinglé, mais pas à ce point-là ?!! hurla Shin comme pour se convaincre lui-même.

— Il est déjà en route.

— Tu n'as pas osé réveiller El Diablo ?!

— Lui-même. Et sauf erreur, il se dirige pile sur la Terre. Les terriens n'auront même pas le temps de dire ouf. Crois-moi, le feu d'artifice en vaudra le détour. Le bon côté des choses : tu ne seras plus le seul à être décoiffé, hahahahaha.

— C'est impossible… la galaxie Nord est à l'opposé de sa demeure. Le trajet est bien trop long… il se sera rendormi à mi-chemin.

— Disons qu'il s'est réveillé du pied gauche.

— Tu bluff ! Kibito ?! Kibito si jamais tu es encore là ne l'écoute surtout pas, il bluff ! Le trajet entre la Terre et le château du Dieu de la Destruction est trop long. Si ce dernier fonce vers la Terre en étant aussi remonté que Démigra le prétend, alors entre le point de départ et le point d’arrivée… il a déjà dû arbitrairement entrer en collision avec un paquet d'étoiles.

— ………

— Kibito, le Dieu de la Destruction, lorsqu'il détruit des astres, est tenu, par la Loi Sacrée, de “faire le ménage”. Il mange ce qu'il détruit… et cela le rend à chaque fois plus puissant… mais plus repu aussi. Au bout de 4 à 5 étoiles plus ou moins grosses… il est plein et tombe de sommeil. Il s’endormira avant d’avoir pu atteindre la Terre comme Démigra le souhaite. Préviens Enma immédiatement et dis-lui de faire venir les terriens !

— Révise tes cours et relis avec le doigt mon pauvre Shin, murmura calmement Démigra, en s'accroupissant tout en faisant dos à son captif, pour ensuite dessiner de drôles de formes dans la terre meuble, avec le doigt. Pourquoi est-ce que tu mens comme ça à Kibito ? Ça ne se fait pas voyons, de manipuler ses propres amis…

— Ne l'écoute pas, Kibito, tout ce que je viens de dire n'est que la pure vérité, surtout reste caché ! scanda Shin tout en se mettant laborieusement debout pour se donner de la hauteur au propre comme au figuré… malgré ses bras encore en croix dans son dos.

— Oui ce que tu as dis est vrai… mais c'est une vérité tronquée. Pourquoi tu ne dis pas à Kibito que la puissance d'EL Diablo fonctionne par cycles indexés sur son sommeil et sa digestion ?

— Parce qu'on s'en fiche. C’est hors sujet.

— Non on ne s’en fiche pas. Tu as bien compris que j'ai réveillé le Dieu de la Destruction à un moment où il était vide et affamé. 5 ou 6 étoiles ne suffisent pas pour le rassasier. Il atteindra la Terre. Il est presque arrivé d’ailleurs.

— Espèce de…

Shin courut vers Demigra en manquant de trébucher et se mit soudain à piétiner rageusement les inscriptions que ce dernier gravait au sol, il eut le temps de les effacer totalement… avant de recevoir une balayette de la main qui l'envoya à nouveau faire l'inventaire de ses dents.

— Tu ne sais même pas ce que j'étais en train d'écrire… qui te dit que je n'étais pas en train de reprendre mes esprits et de me raviser en gravant une incantation pour ramener El Diablo à la niche ? Bravo, tu viens de tout gâcher… j'ai oublié la formule maintenant.

Shin cracha du sang sur le côté, méprisant. Il n'y croyait pas une seconde.

— Tu viens de signer ton arrêt de mort Démigra… tu l’as réveillé…… il va te retrouver…… et il va te tuer. Qu'une question de temps.

— Ah non. Il va retrouver les guerriers terriens, et les tenir pour responsables de son réveil en catastrophe. Moi j’ai rien vu, rien entendu monsieur le commissaire, sur la tête de ma mère.

— Voilà la preuve que tu mens depuis le début. Kibito, il ment ! El Diablo n’a aucune preuve que les terriens soient responsables de quoi que ce soit. Et s’il les traine devant Emma… ce dernier aura les moyens de leur donner raison et de remonter jusqu’à Démigra.

— Ah non. El Diablo ne va pas chercher midi à quatorze heure. L’arme du crime se trouve sur Terre. Les meilleurs guerriers se trouvent sur Terre. Voilà, voilà. Tu le connais, hein…

— Quelle arme du crime ?

— Une aiguille. Je la lui ai enfoncée dans les fesses pendant qu’il dormait. Et là il est toujours en train de hurler dans l’espace et de courir dans tous les sens en rebondissant comme une boule de flipper sur les planètes couvrant sa trajectoire.

— Tu réfléchis par quel trou Démigra ? Si tu fais s'effondrer les univers sur eux-mêmes alors il n’y aura plus ni Paradis ni Enfer ni Poste-Frontière et les lois qui régissent les différents plans d'existence seront totalement effacées… plus rien n'empêchera au Dieu de la Destruction, une fois qu’il s’en rendra compte, de faire tranquillement partir en fumée l'Omnivers entier. Il ne sera plus obligé de nettoyer derrière-lui.

— Et qui te dit que ce n'est pas mon objectif, justement ? Détruire l'Omnivers entier jusqu'au dernier grain de sable ?

— Dans l'Omnivers il y a tout… et dans tout il y a toi… tu partiras en fumée avec tout le reste… au bout du compte… il ne restera plus que le vide et le Dieu de la Destruction flottant dedans pour l'éternité… jusqu'à ce que lui vienne l'idée de détruire tout ce qu'il reste à détruire… c'est-à-dire lui-même.

— Tu ne suis pas, Shin. Fais des efforts aussi, sinon on s’en sort pas. Je t'ai dis y’a deux minutes que ma singularité est de pouvoir contrôler les esprits à loisir. À ton avis comment j’ai fais pour rester infiltré au Kaioshinkaï durant toutes ces années à ne me nourrir que de soleil et d’eau fraîche ? Pourquoi tes animaux-espions n’ont-ils pas signalé ma présence ? Je t’ai déjà dit tantôt que cette opération est l’opération de ma vie… et que j’ai tout prévu dans les moindres détails, même ceux dont je ne te parle pas.

— Foutaises. Il n'y a aucun don sans garde-fou. Ta capacité est limitée, soit quantitativement soit qualitativement. Et si tu l'avais pu… tu serais déjà en train de manipuler El Diablo.

— Et qui te dit que ce n'est justement pas le cas ?! Sourit Démigra de toutes les dents en se retournant pour se pencher sauvagement vers Shin… au point que leurs nez s'effleuraient.

Shin le rétribua d'un immense coup de boule cristallisé au feu de la haine… mais il fut celui qui se retrouva à se rouler au sol comme un chien battu ; une nouvelle coulée de sang sur le front. Démigra quant à lui s'accroupissait à nouveau calmement… pour reprendre son tracé dans la terre, avec le doigt. Il reprit la parole sans s'assurer au préalable de ce que Shin soit encore conscient ou pas.

Or Shin était déjà tombé dans les vapes. Ce fut donc un monologue bête et méchant.

— D'accord… j'avoue… je ne peux pas vraiment contrôler le DD à volonté. Le contrôle que je peux exercer sur X ou Y dépend de la force mentale de l’être en question… laquelle force mentale est souvent proportionnelle à son niveau de puissance brute. Dans le cas d'un gars comme El Diablo… c'est mission impossible. Je n'ose même pas essayer… parce que si je le fais… déjà ça marchera pas, ensuite il se rendra compte que quelque a essayé de le manipuler et voudra ma peau.

— ………

— Par contre, il y a plusieurs niveaux de manipulation possibles… autant qu'il y a de niveaux de conscience. Si s'attaquer directement à la conscience du DD est suicidaire… le subconscient c’est déjà plus envisageable. Surtout qu'à ce palier inférieur-là… il lui est beaucoup plus difficile de se rendre compte qu'il est manipulé et de remonter jusqu'à moi.

— ………

— L'inconvénient c'est qu'au niveau du subconscient, contrairement à la conscience, je ne peux pas donner d'ordres… juste des suggestions, comme une petite voix qui te parle dans ta tête et que tu confonds avec ta propre volonté. L'emprise que j'ai alors sur le manipulé est très abstraite. En général il est le plus réceptif durant son sommeil. Dans tous les cas je dois éviter de suggérer trop de trucs… sinon, il va comprendre que quelque chose cloche dans sa tête.

Shin écoutait silencieusement, d'une oreille, assis en tailleur. Il s'était réveillé quelques instants plus tôt et avait pris en marche le train du monologue de Démigra, à partir de « je ne peux pas donner d'ordres… ».

Shin écoutait d'une oreille très distraite, tout en jetant des coups d'œil nerveux aux alentours… espérant débusquer Kibito. Peut-être ce dernier se cachait-il derrière un rocher ? Ou derrière un arbre ? Peut-être au cœur d'un nuage… ; Shin fit chou blanc pour chaque cachette sur laquelle se posaient ses yeux. Et de guerre lasse… orienta finalement son regard vers le désaxé qui dessinait encore dans le sable.

— Qu'est-ce que tu dessines comme ça, fit le dieu à l'iroquois sans rien cacher de son mépris abyssal.

— J'essaye de calculer la trajectoire d’El Diablo. Comme je viens de te le dire… je le manipule mais seulement au niveau du subconscient. Il est toujours en train de courir aléatoirement dans tous les sens et moi j'essaye d'infléchir sa trajectoire. Ça a plus ou moins marché… il se dirige vers la Terre sans trop le savoir. J'ai même réussi à lui faire contourner quelques étoiles. Malheureusement mon contrôle sur sa direction s'arrête là… et sa trajectoire est très imprécise. Raison pour laquelle j'ai pris la liberté de placer d'autres planètes autour de la Terre… pour augmenter les chances qu'il en fasse sauter une en passant à proximité. Mais tout ça reste très aléatoire. Deux scientifiques terriens ont comme moi tenté de déterminer la probabilité que tout finisse en feu d'artifice.


Démigra dessinait encore dans le sable, concentré, l'air calme et grave pour une fois.

— Deux scientifiques terriens ont comme moi tenté de déterminer la probabilité que tout finisse en feu d'artifice. Et je partage la conclusion de l'un des deux. Affaire à suivre, comme on dit.


______________________________________

Démigra c'est lui : Image
(C’était bien à lui que tu pensais Ricou ? :))

Nda : Dans cette fic, c’est un démon mais il ne s'agit pas vraiment d'un Makaïoshin (je crois que dans Xenoverse non plus), plutôt au dessus en fait. Il peut même être vu comme une entité hiérarchiquement au dessus du Dieu de la Destruction. En fait il n'a pas de supérieur hiérarchique dans la cosmogonie de CGS (mais il reste soumis aux lois universelles, dont Enma est garant). Démigra sert le Chaos, dont la destruction n’est qu’une facette. En réalité il peut être vu comme le contrepoids direct au Créateur Originel de tout ce qui existe.

Voilà, voilà. J'espère que vous avez apprécié ce chapitre ^^
La suite très bientôt :3

Le titre du chapitre suivant : A new challenger has entered the ring.

Précédent / Suivant
Dernière édition par omurah le Jeu Avr 21, 2016 1:29, édité 1 fois.
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3307
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

PrécédentSuivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités