[fic en duo] Cogito Gero Sum

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Toi, oui toi, vénéré lecteur, vénérée lectrice, ton avis global sur CGS nous intéresse !

3/10 ou moins
0
Aucun vote
4/10
0
Aucun vote
5/10
0
Aucun vote
6/10
0
Aucun vote
7/10
0
Aucun vote
8/10
0
Aucun vote
9/10
2
15%
10/10
2
15%
10/9
3
23%
Complètement WTF et j’ai détesté
0
Aucun vote
Complètement WTF et j’ai adoré
5
38%
Complètement WTF et je m’en ballec.
1
8%
 
Nombre total de votes : 13

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Max le Sam Jan 16, 2016 1:02

Réponses aux commentaires :

Spoiler
Bon, Omurah-tan a pratiquement tout dit, j'vais me contenter d'exposer mon point de vue, et j'vous remercie également encore une fois.

Niic -->

[spoiler]De même, les phrases sortent naturellement, et il est très rare que je reprenne une phrase, à moins qu'elle soit très laide. Ce qui peut donner cet effet, c'est peut-être le mélange un peu étrange de deux écritures dans le chapitre, qui sont à l'origine assez différentes.
On fera probablement une FAQ dans pas longtemps afin d'exposer quelques trucs qu'on aimerai partager avec vous, donc en expliquant rapidement, on était parti pour faire une fic borderline, un truc original et qui surprendrai. On a donc concocté un scénario a partir d'idée prenant la majorité à contrepied (enfin, on a essayés) et on y a collé des idées de fics non parues / en projet, dont on a quand même bien modifié les lignes.
Pour répondre au compliment d'Omurah dans sa réponse, j'dirai que mes justifications, ça vient surtout de ta manière de poser pas mal de questions et à proposer des idées dans nos BS. Chercher une justification foireuse après coup, c'pas bien compliqué, d'ailleurs j'en ai une prête là (voir plus bas).
Comme l'a dit mon collègue, le fait d'être deux joue énormément.Ça permet entre-autre de spot les incohérences de l'autre, et surtout de proposer une vision des choses différentes, des idées qu'on aurait pas eu soit-même.


Paulemile -->

Spoiler
En fait, il peut se connecter à internet avec sa queue. Mais c'est secret défense :s
Pour le nom de Vegeta, c'est peut-être un peu raté, mais c'est une manière de montrer qu'il est mort pour lui (Et comment !) et que retenir le nom d'un cadavre est inutile.


Imate (OMG) -->

Spoiler
Déjà, on peut te décerner le titre de meilleur commentateur du topic pour l'instant je crois xD En plus d'être longues, comme l'a dit Omurah, tes critiques sont constructives, et ça fait toujours plaisir de voir tes théories et tes remarques, souvent pertinentes. Donc :
omurah a écrit: Et pour ça, merci.

Omurah a très bien répondu à ton commentaire, je vois donc pas trop ce que je peux ajouter de plus, en étant constructif. Pour Vegeta, on n'en avait pas discuté, mais dans ma vision des choses, qui ne matche pas forcément toujours, Vegeta avait reprit l'entrainement, malgré ses paroles. Je suis de ceux qui le voient SSJ2 avant son majin, et il me parait inconcevable qu'il ai rattrapé autant de retard juste en s'entrainant quelques jours avant le tournois.


Bref, merci à tous, et on se retrouve dans quelques jours pour le cinquième, qui est également un gros pari. Ça doit être le chapitre qui comptabilise le plus d'heures dessus, de la part de chacun, on espère qu'il vous plaira ![/spoiler]

Oyé Oyé, nous sommes vendredi et je suis ici pour livrer le chapitre 5 de Cogito Gero Sum. Ce Chapitre 5 est celui qui nous aura donné le plus de mal tout en étant le peut-être le plus intéressant à rédiger. Etant donné sa taille, nous l’avons coupé en deux afin de faciliter la lecture, et l’un de nous postera la seconde partie dans quelques jours. N’hésitez pas à critiquer notre prise de risque ou la manière dont il est rédigé, bien que cela nous fera probablement cracher du sang (mais faîtes le quand même, c’est important)
Nous remercions ENCORE Abysse pour son magnifique fanart, la petite bande de Nihiliens au complet.






Image



Chapitre 5 (1/2) : Fair play


—Tu vas payer ça ! Je ne te le pardonnerai jamais ! poursuivit le super sayen 2.

Winter ne put suivre le mouvement ; Gohan lui brisa net les deux bras d’un seul coup de poing pour ensuite le rouer de coups encore plus mortifères, laissant bientôt l’empereur dans un état plus déplorable que tout ce dont la tyrannique Cold 444 pourrait se vanter à ce jour. Son bras fermement immobilisé, et ses deux genoux verrouillés par la plante des pieds du métis, Winter ne put rien tenter d’autre, sinon stopper son aggresseur par télékinésie, mais rien n’y fit, rien ne put arrêter le monstrueux coup de genoux qui vint achever son estomac.

— Tu penses avoir gagné ?! beugla le dernier des démons du froid recrachant une gerbe de sang, sans même pouvoir essuyer sa bouche encrassée ; puisqu’ayant les deux bras cassés et ballants. Je me ferai battre par un sayen le jour où Dæbé le phœnix aura des dents !

Gohan haussa un sourcil. L’objet de sa colère — bientôt relativisée par l’existence des boules de cristal, décidément très commodes — était complètement vidé et clairement trop affaibli pour constituer une quelconque menace à présent. Krilin ou n’importe qui d’autre pourrait terminer le travail… et le métis pourrait presque se permettre de retourner en classe avant la fin de la récréation. Alors qu’est-ce que cette loque qui se tenait face à lui pourrait bien faire de plus ?

Un éclair orangé jaillit du néant en réponse, autour du nihilien trois fois grand, trois fois millénaire. Puis un deuxième… ; il déploya son aura, drapé dans un tissu de foudre qui forma bientôt une pelote lui recouvrant entièrement le corps.

La terre commença alors à trembler, et des dizaines de nuages se formèrent en haute atmosphère, recouvrant le ciel d’une teinte funeste. Au loin, des tornades naissaient d’un claquement de doigt, balayant leurs environs. Des milliers de cailloux se mirent à s’élever ; et le démon, toujours caché aux yeux du super sayen, poussa un hurlement depuis l’intérieur de son cocon solidifié. Cocon que Gohan tentait de broyer à la force de ses bras ; pensant même que le hurlement qui venait de l’intérieur… était un hurlement de douleur.

L’air ambiant se réchauffa rapidement, et une intense vapeur se forma aux abords du cocon, brouillant la vue du jeune métis aux mains déjà brûlantes, tellement qu’il lâcha la boule solide avec dans l’idée de l’atomiser d’un Masenko, à demi-chargé vu l’urgence.

Il s’était remis à pleuvoir, une pluie froide, acide, qui n’annonçait rien de bon. Le vent hurlait aux oreilles du défenseur de la Terre, qui se laissait progressivement gagner par l’inquiétude et la réticence.

Un coup de poing monstrueux perfora le cocon, annulant le Masenko en préparation et projetant le super sayen 2 sur des dizaines de kilomètres ; l’onde de choc détruisant tout sur son passage et laissant à la traîne un sillage d'électricité statique ; ou la poudreuse bientôt mortelle pour toute créature ayant eu le malheur de s’en trouver trop près.

Un éclair s’abattit au sol quand un coup de pied vertical projeta le vainqueur du Cell Games loin au dessus des nuages. Gohan se rétablit avec toutes les peines du monde… et avisa son adversaire d’un regard ne s’embarrassant pas de dissimuler la panique qui y valsait.

La métamorphose physique du démon du froid était impressionnante… au point que le métis avait du mal à en détacher ses yeux pour se recentrer sur le combat. La peau de Winter était littéralement en train de fondre. Non… non c’est plutôt sa couleur dorée qui fondait… ou plutôt qui se délavait, comme sous l’effet d’un puissant diluant dans lequel Winter aurait été plongé.

On aurait dit du mascara coulant sous l’effet d’un torrent de larmes ; ou encore de la peinture à l’huile devenue liquide pour ensuite se détacher du corps du nihilien. Ladite peinture dorée s’écoulait jusqu’à la pointe de ses pattes… pour ensuite poursuivre sa course dans le vide et se déverser sur le plancher des vaches. L’espace d’un instant… Gohan se demanda si c’était la pluie acide qui diluait ainsi la teinte dorée de Winter… ou si c’était lié à son passage dans son drôle de cocon opaque.

Le métis finit par supposer que c’était l’infernale vapeur se dégageant du corps du nihilien qui détartrait ainsi sa peinture dorée. En tout cas, quelques secondes de cette étrange scénette plus tard…… Winter était entièrement blanc.

Blanc comme neige. Il ne restait plus une trace d’or, sinon quelques résidus séchés par le vent avant d’avoir pu couler jusqu’au sol. Si la symbolique de l’or était celle de la Quintessence, de l’absolu. Alors…… quelle était celle du blanc ?
Gohan se posait la question, une boule dans la gorge.

Le métis allait se ruer sur l’empereur quand une nouvelle constatation le coupa dans son élan. Voilà autre chose…… Winter était apparemment lui aussi parcouru d’une électricité filamenteuse qui ne semblait déjà plus vouloir le quitter. Gohan n’attendit pas d’autres révélations à son désavantage et mit finalement fin à l’accalmie en libérant toute la puissance que pouvait lui offrir son niveau de super sayen 2, en prévision du prochain assaut, à son initiative cette-fois.


~~~~~~~~


Piccolo, toujours à ramasser à la cuillère, tentait vainement de suivre le cours du combat qui opposait les deux monstres de puissance. Gohan était parvenu à raviver son état de super sayen 2 en full-power et déployait enfin la puissance dont il avait fait montre face à Cell.

A présent, il ne restait plus à Piccolo que la prière et la gravité dans le regard ; s’illuminant à chaque coup de foudre dans le ciel.

Winter ressentait à nouveau l’extase du combat de haut niveau, qu’il avait cru effleurer durant les moments forts du combat avec Végéta. De sentir au sens propre chaque dommage qu’il infligeait à son adversaire, ainsi que ceux qu’il recevait. De savoir que cette fois-ci, son combat ne serait gâché par rien ni personne. Qu’il y aurait un vainqueur et un vaincu.

Il avait eu très peur, plus tôt. Mais, heureusement pour lui, sa dernière carte avait à nouveau fait pencher la balance de son côté. Mais ça, pour l’instant, lui seul le savait… ; les autres voyaient juste deux monstres de puissance caractérisés par un champ électrique comparable. Mais Winter savait que Gohan bien que de force égale… n’était plus qu’un moucheron désormais. Alors à moins que le métis ait aussi un dernier Joker à présenter… l’affaire était entendue.

Le dernier coup d’éclat de Winter n’était à proprement parler pas une nouvelle forme d’augmentation comme les précédentes. Pour comprendre ce nouvel état dans lequel l’empereur se complaisait, il fallait remonter aux origines même de son peuple, qui avait dû survivre dans des conditions incroyablement hostiles, bien plus hostiles que tout ce qu’aurait pu connaître l’histoire du peuple sayen ; des conditions sans doute similaires à celles qu’il avait subies sur Cold 444. De là venait la supériorité des nihiliens sur les sayens. De là venait en essence la supériorité d’une quelconque race donnée sur une autre : les conditions de vie, à l’échelle de plusieurs millénaires, et autant de générations.

Certains essayaient bien de tricher sur l’œuvre du temps et sur leurs prédispositions, en soumettant leurs corps à un entrainement simulant ce genre de conditions difficiles, mais ce ne serait jamais-là qu’une contrefaçon du pauvre ; seuls le temps et la génétique étaient artisans et codeurs authentiques de la puissance. Une fois la barre de la sélection naturelle passée évidemment.
La même barre sur laquelle beaucoup d’espèces se cassaient les dents.

Pourtant, sa race à lui avait survécu ; et en nombre. Par quelle astuce ?

La réponse lui était apparue sur l’enfer qu’avait été Cold 444. Pour subsister dans de telles conditions, le code génétique des nihiliens avait fini par intégrer la potentialité de survivre à des mutilations — mortelles pour toutes les autres espèces. En exemple, certains nihiliens parvenaient à rester assez longtemps en vie, même en ayant perdu tout une moitié de leur corps, voire leur tête, paraît-il.

Mais surtout la nature leur avait donné cette capacité toute singulière, rendue innée par les siècles mais latente par le destin, de récupérer à 100% de leurs blessures, à chaque fois qu’ils se transformaient. Aller jusqu’à maîtriser librement cette capacité — hors transformations successives — était certainement l’atout n°1 de la plus puissante race façonnée par la Nature et le Temps. Lors d’un terrible orage magnétique sur Cold 444, il avait éveillé cette aptitude.

En se servant non pas de son Ki périssable mais de son énergie vitale — désormais renouvelable — comme combustible, il parvenait à atteindre une puissance en tous points égale à celle de Gohan mais surtout, il parvenait par ce procédé à maitriser complètement l’absolue totalité des capacités latentes de son espèce.

Il était devenu un nihilien accompli.

Un coup de poing brisa son monologue intérieur.
Peu importait, ses blessures guérissaient dans la seconde même.

Il dévia le kikoha du super sayen par la pensée, avant d’agripper le métis grâce à sa queue, régénérée pour le coup ; Winter mitrailla Gohan de coups de poings invisibles à l’œil nu — même de Piccolo — tout en l’étouffant. Il tracta alors sèchement le métis et lui flanqua un coup de boule suivi d’une balayette pour terminer sur un écrasement du plat du pied venant d’au-dessus ; Gohan se dégagea au moyen d’une subite explosion de son aura qui fit dégringoler puis reculer le roi de l’univers ; le métis poursuivit sans temp mort en fusillant le nihilien d’une infinie myriade de kikohas, lesquels projetèrent l’empereur sur une centaine de mètres à reculons, les bras en croix.

Les avant-bras de Winter finirent carbonisés. Très, très douloureux…
… mais rien de bien méchant, dans l’absolu ; sa capacité unique couvrait ses arrières.

Il libéra à nouveau son aura flamboyante, laquelle différait des émanations de Ki habituelles. Elle semblait moins éthérée, plus pâteuse, et semi-matérielle, mais pas moins colorée et étincelante. Elle l’était même plus que l’aura de KI classique. Et à voir l’intensité de ce fantastique bain à remous qui lui dansait autour, Winter en avait encore très clairement sous la pédale. Ses brûlures se résorbaient à une vitesse folle, alors que le sayen en face en était encore à reprendre son souffle après les coups qu’il avait lui-même portés.

Ce combat prenait un tournant affreusement injuste : Le jeune métis ne pouvait que regarder avec découragement les blessures s’accumuler sur son corps et taper dans ses réserves, là où l’alien pouvait soigner ses plaies les plus lourdes en quelques instants. Le deux poids deux mesures était tout bonnement démotivant. De quoi baisser les bras séance tenante… et lever le drapeau blanc. A moins que la capacité de régénération du nihilien ait une limite quelconque, la victoire avait dors et déjà choisi son camp.

Ce coup-ci, s'il fallait comparer cet affrontement à une partie de jeu vidéo, il s'agirait pour Gohan d'un match à handicap face à un adversaire de potentiel égal mais dont les vies remontent. Un grand classique de l’univers vidéoludique ; Gohan avait déjà affronté pas mal d’adversaires de ce genre sur console, quand Chichi le laissait rejoindre des amis, c’était ceux qu’ils prenaient tout le temps, tel que le Seigneur Boros ou Alucard. Et Gohan — à force d’être confronté à ce dilemme — avait fini par dégager 3 options pour espérer gagner:

1) Paramétrer la partie pour éviter que le temps du match soit infini au risque d'avoir une probabilité de défaite de 100%.
2) Faire baisser les vies de son adversaire plus vite qu'elles ne montent.
3) One-shooter l'adversaire.


Il n’y avait plus qu’à tenter ces options dans la vraie vie…… et prier ; comme Dendé à cet instant-même.

Gohan relâcha le bouton pause et relança la partie. Le corps-à-corps devint rapidement plus intime, et mille fois plus dangereux pour la nature qui en accouchait. D’une pierre blanche serait gravé ce duel ; qui conglutinait les deux plus grandes sources de puissance de l’univers connu, jumelées dans le ventre-même de la troisième plus grande puissance après eux.

Le “décès en couche” de la nature omnipotente n’était plus très loin.

Poing contre poing, pied contre pied, tête contre tête ; de chaque impact jaillissait une pluie d’étincelles, de vapeur et d’électricité dispersée par cette autre pluie glaciale qui laissait les corps glissants et la vue difforme. Leurs auras se mêlaient à leur sueur, à leur sang… et entre elles-mêmes, tentant chacune de prendre symboliquement le dessus sur l’autre ; parfois le bleue dominait, parfois le violet ; souvent le mélange était trop complexe et hétérogène pour vraiment savoir.

La vue de Gohan se divisa soudain en deux écrans dissemblables. Celui de droite était flouté par la pluie. Celui de gauche était flouté par la pluie et rouge. Son arcade avait été ouverte. De toute façon… ces deux écrans-là n’étaient pas les plus consultés à cet instant du combat.

Dans le marbre de l’histoire serait gravé ce duel. La race des sayens avait été anéantie par un empereur nihilien, et celle des Démons du froid avait été exterminée par un super sayen. Le présent choc des titans était celui de deux avatars incarnant le développement du potentiel respectif de leur race à la perfection. La providence qui s’ennuyait avait entremêlé le fil de leurs destins, et regardait le match depuis les tribunes, en compagnie de leurs étoiles respectives.

De même taille, les étoiles. La providence avait tout prévu. Winter en se transformant aurait très bien pu se découvrir une puissance inférieure à celle de gohan, que ça aurait été logique. Il aurait très bien pu se découvrir une puissance peu ou prou supérieure à celle de Gohan, que ce serait resté admissible. Au lieu de quoi, il avait reçu exactement le même niveau. Le hasard n’avait plus sa place.

Providence et les deux étoiles contemplaient donc le match depuis les tribunes. L’un des deux camps était vide, le joueur s’était fait attaquant. L’autre était quant à lui protégé avec conviction. D’un coté du terrain : le Démon blanc électrique, l’attaquant ; qui déployait toute son énergie pour l’excitation du jeu ; et de l’autre : le garçon presque ordinaire, qui se battait pour préserver ses cages, son quotidien.

— Il faut que je te remercie, Super Sayen…, interrompit brutalement Winter, en plaçant sa main sur le visage de Gohan qui lui donnait un coup de tête. Après avoir survécu à l’enfer de Cold 444… je ne pensais vivre d’aventure à la hauteur de mes fantasmes. Et je pense qu’après toi… tout ce que je vivrai me paraîtra bien fade en comparaison. Parmi la myriade d’êtres que j’ai rencontrés dans ma longue existence… Tu es le premier à avoir résisté aussi longtemps !

Ce n’était toutefois pas tout à fait vrai. A une certaine époque, il avait rencontré un immortel sur une planète lointaine et s’en était dégagé très rapidement, comprenant le danger. D’autres êtres, comme la Magicienne du Chaos, ou la Bête d’Elundra étaient parvenus à survivre à leur rencontre avec lui.

Winter reprit l’affrontement exactement là où il l’avait laissé et porta le visage de Gohan à son genou avant de faire à nouveau éclater son aura ; laquelle bouillonna à travers tous les pores de sa peau. Gohan tituba en arrière. L’écran gauche n’était plus seulement flouté et rouge. Il était maintenant cassé. Le dernier des nihiliens quant à lui avait déjà récupéré de ses blessures, et présentait à nouveau une peau immaculée ; le sang et la sueur s’évaporant immédiatement au contact de son épiderme brûlant.

Le sang et la sueur de Gohan, évidemment.

S’il ne fallait retenir qu’un seul signe physique témoignant de l’état de santé du métis, ce serait le fait que les arcs électriques qui le parcouraient se faisaient de plus en plus rares. La Déchéance du héros était en marche et la Destination Finale à quelques pas seulement.

Winter aux bras croisés s’arrêta à nouveau subitement et para — en se couchant à l’horizontale — les deux poings de Gohan, par la plante de ses deux pattes griffues ; qui enserrèrent rapidement les deux mains fermées, histoire d’immobiliser totalement le métis.

— Je ne te ferai pas l’affront de t’inviter à rejoindre l’empire… Qui ne m’intéresse pas plus que ça. En revanche, en récompense pour m’avoir diverti à ce point, je t’accorderai une mort rapide… Et sois assuré que ta planète restera intacte, ainsi que tous ses habitants, apparemment aussi pacifiques que toi. Mais pour ça il faudrait qu’on s’arrête un instant et que tu me laisses le temps d’aller avertir la “fée des nihiliens”… autrement vous êtes tous fichus, proposa Winter d’un ton plutôt calme.

En guise de réponse, Gohan fit exploser deux Kikohas dans ses poings, décrochant immédiatement les pattes d’un Winter déboussolé ; le métis avait par là même sacrifié l’intégrité de ses mains et c’est amèrement qu’il porta ce qu’il en restait à son front pour enchainer sans temp mort avec un Masenko à bout portant ; lequel creusa l’écart entre les deux adversaires de plusieurs centaines de mètres en quelques secondes. Gohan n’avait utilisé ce Masenko intermédiaire qu’afin de prendre suffisamment ses distances pour ensuite convertir cette même longueur d’écart en temps de répit ; et charger aussi profusément que possible un ultime Kaméhaméha.

Malheureusement le Masenko qui se perdait vers le coucher du soleil ne poussait que le vide ; tout à l’autre bout. Le nihilien s’en était déjà détaché et se trouvait dans le dos du métis qui le pensait être encore éjecté vers l’horizon. Le nihilien lui flanqua un coup de boule à l’arrière du crane, suivi d’une balayette pour terminer sur un écrasement venant d’au-dessus de la tête sonnée de Gohan ; qui vit l’ombre du pied de la mort fondre sur son visage ; le coup fut pourtant paré ; uniquement parce qu’il correspondait à une séquence d’enchainement déjà utilisée par Winter quelques instants plus tôt ; qui ne s’en souvenait déjà plus, contrairement à Gohan.

Ce dernier avait amorti la patte du nihilien avec son avant-bras ; le second coup de pied, venant aussi d’en haut, fut paré avec moins de délicatesse : Winter y perdit la jambe tandis que Gohan n’encaissa “que” de très violents tremblements ; dans un souffle qui balaya les gouttes de pluie pendant quelques secondes. Au bout d’intenses crépitements énergétiques, le membre perdu s’était déjà reconstitué tout seul, et Gohan ne le savait pas encore puisque ça se passait au dessus de sa tête embrouillée.

Le métis bondit à l’aveuglette, au petit bonheur la chance et en ligne droite, poing dressé ; bien lui en prit, il décrocha la mâchoire du nihilien qui le surplombait ; Winter anticipa néanmoins — par habitude et expérience — la seconde moitié de l’attaque, en rebond latent dans son dos ; et bien qu’incapable de refreiner son irrésistible ascension verticale… pivota assez sur lui-même pour éviter la chute de Gohan qui ne rencontra que le vide avant d’encaisser un obus incendiaire pile entre les omoplates… immédiatement et simplement pulvérisées. Gohan se retrouva à plus de trois cent mètres du point d’impact en l’espace d’un battement de cil.

Il ne prit cette fois ni le temps de retrouver son souffle coupé sec, ni celui de crier de douleur, ni celui de pétrir et chauffer correctement son énergie … ni même celui de se redresser de sa position mal fichue ou encore celui d’attendre que la projection dont il avait fait l’objet s’estompe ; il profita simplement de l’élan miraculeux avant de se le voir à nouveau confisqué.

— Kaaa… meee… haaa…, frissonna pathétiquement le métis au souffle cruellement manquant.

Winter toisa du regard le jeune garçon qui formait une décharge bleutée entre ses petites mains adolescentes, aux doigts encore tâchés de l’encre d’un stylo bleu ; l’empereur écarta les bras, les traits de son visage passant instantanément de flammes chiffonnées à lac platement gelé ; une large poche de vapeur se libéra soudain de son corps, aux veines bientôt excessives.

— Meee…. haaaaaaaaaaa !! hurla Gohan au bord de l’asphyxie.

L’empereur fixa du regard la vague monumentale lui fondant dessus… puis libéra un immense canon de gauss dans un écrin de plasma blanc qui faisait au bas mot la taille de son propre corps ; lequel canon dissipa l’énorme Kaméhaméha juste après l’impact, comme s’il s’était agi d’un courant d’air déconstruit par un avion lancé à pleine vitesse. Dans sa position de tir déjà très inconfortable, Gohan n'avait aucune chance d'esquiver le faisceau flamboyant bardé d’électricité ; et effectivement, le rayon s'écrasa sur sa cible ; s’en suivit une immense explosion, sans doute visible depuis l’espace.

Mortellement atteint, le super sayen chuta comme une pierre, englouti par les nuages.

L’alien haletait en se redressant très fièrement, un brin de panique résiduelle dans le regard. S’il avait été touché par la dernière attaque du métis, sa capacité de régénération ne lui aurait alors été d’aucun secours… puisqu’il aurait été entièrement englouti de la tête aux pieds. Or il ne pouvait pas se régénérer à partir de rien.

La vague qu’il venait de libérer pour contrer le baroud de sa némésis n’était pas constituée de Ki, mais principalement d’une matière à la densité supérieure : le plasma. Lequel coûtait facilement trois fois sa valeur destructrice, en termes d’énergie. Une frappe au plasma faite dans les règles de l’art était aussi plus lourde à supporter pour son corps, étant un élément instable pouvant facilement le détruire de l’intérieur — et demandait un temps de charge très conséquent, à moins d’en payer le prix en énergie brute pour accélérer ledit temps, puisqu’il était question de chauffer l’énergie à blanc.

En contrepartie, une telle attaque dissipait aisément le Ki et n’importe quelle protection énergétique, au contact. En réalité Winter, en manque de temps — et connaissant ses limites — avait dû traficoter le tout en fourrant le cœur de l’attaque au moyen d’une charge magnétique répulsive, pour compenser le plasma manquant. Il n’empêche qu’il venait de faire exactement ce que Végéta avait fait contre lui. A savoir miser gros — très, très gros — niveau dépense d'énergie, dans une seule attaque, en pariant sur le fait que ce serait la dernière.

Et ce coup-ci, le calcul était bon. Sans bouclier en béton armé préparé à l’avance, Gohan était cuit comme une dinde et raide comme un bout de bois. Winter de son côté accusait la folle dépense d’énergie. Après ce genre de déferlante plasmatique, sa forme finale — tout de blanc vêtu — lui devenait très pénible au maintien.

Son état d’intouchable avait été pensé par la nature pour échapper à un cataclysme d’échelle planétaire s’étalant sur la durée, pas pour un combat court et nerveux. Bien que ses facultés de guérison atteignaient désormais théoriquement tous les sommets… elles étaient dépendantes de sa concentration, laquelle n’était pas un long fleuve tranquille… puisqu’elle-même dépendante de ses émotions et de son état énergétique. Autant de paramètres beaucoup plus fluctuants durant un combat à mort que durant une sécheresse ou la hausse brutale de la température à la surface d’un monde.

Autrement dit… ses capacités de régénération puisaient dans son stock énergétique. S’il épuisait ce même stock dans des attaques trop gourmandes… il lui faudrait alors en contrepartie un plus long temps de concentration pour se régénérer entièrement. Il en était à une seconde pour une régénération complète… avant sa précédente attaque de plasma. Il tombait donc maintenant à dix.

De par son nouveau statut général, ses muscles se voyaient aussi saturés d’électricité, les rendant certes plus destructeurs, mais aussi beaucoup plus fragiles — outre nouvelle dépense d’énergie pour amortir au premier plan — lui valant donc de lourds dégâts au premier coup reçu, voire au premier mouvement un peu trop brusque. C’est pour toutes ces raisons… qu’il aurait maintenant peur d’un simple coup de poing bien placé…… s’il n’était pas déjà certain d’avoir mis K.O son adversaire.

A présent, il tremblait ô combien et ses jambes se dérobaient, il était vide, totalement vide d'énergie ; n’empêche, il lui suffirait de se reconcentrer une seconde pour retrouver un état suffisamment potable pour pouvoir se déplacer ; et dix secondes pour redevenir comme neuf. En attendant, il se sentait bien. Paradoxal, mais le fait est qu'il avait vraiment apprécié cet échange de coups avec le Super Sayen.

Après mille années d’ennui, c’était bien là le plus beau cadeau qu’on aurait pu lui faire. Il hésita un instant entre l’option de se régénérer d’abord totalement… et celle de s’assurer avoir définitivement terminé le sayen déchu. De toute façon il n’y avait plus de guerriers à combattre en dehors de ce dernier, Végéta étant définitivement mort. La victoire était actée. Winter choisit donc la seconde option, celle de vérifier la mort de Gohan avant de se régénérer.

Il descendit lentement… cherchant à repérer son adversaire pour s’assurer de sa mort de visu. Il esquiva de justesse un rayon perforant qui aurait clairement pu le terminer, dans son état actuel. Encore le namek ! Il l’avait totalement oublié !

— Je vois, tu es revenu… étais-tu même jamais parti ? En tout cas… tu aurais dû rester caché ! haleta Winter.

Six kikohas carrés le heurtèrent de plein fouet dans le dos.
Il chuta de tout son poids avant de se stabiliser à l’envers aussi sèchement que possible ; pour ensuite se retourner, furieux.

— Mais vous êtes combien à la fin ?! Et pourquoi vous arrivez aussi tard ?! Vous cachiez vos énergies ou quoi ?! Vous êtes donc tous si pressés de mourir ?! hurla-t-il au triclope qui venait de l’attaquer et qui perdait déjà de l’altitude en même temps que Winter, tous les deux exténués ; l’un juste un peu moins que l’autre.

Les yeux de l’empereur rougeoyèrent encore une fois, alors qu’une colère sourde et implacable l’envahissait.




Précédent /!\ Suivant
Dernière édition par Max le Mar Jan 19, 2016 23:54, édité 1 fois.
Cogito Gero Sum[Terminée] : Fic en duo avec Omurah.
Avatar de l’utilisateur
Max
 
Messages: 1454
Inscription: Lun Fév 20, 2012 15:01
Localisation: Dans un univers imaginaire

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Paulemile le Dim Jan 17, 2016 15:26

Bon ok, il fallait bien trouver un truc pour résister à Gohan :mrgreen:
Je trouve que ça fait un peu sorti de nulle part, même si l'explication sur la race Nihilienne et Cold 444 rendent le truc un peu plus digeste.

Je commence vraiment à accrocher à votre style mi-sérieux mi-absurde. C'est suffisamment original et bien fait pour apporter un vent de fraîcheur à la lecture.
Après, l'intensité du combat fait qu'on ne lit pas grand chose à part du bourrinage des deux côtés. Au bout d'un moment, ça fatigue un peu :lol:

Et sinon, sans être un fan de Tenshinhan, je pense que 6 kikohos dans la gueule de Winter sont largement assez suffisants pour le défoncer.
Enfin, appréciation perso ne visant pas à lancer un débat sans fin sur les puissances :mrgreen:

Hâte d'entendre reparler de Gero, cela dit. Son C-F me plaît bien.
Avatar de l’utilisateur
Paulemile
 
Messages: 2028
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:50

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar omurah le Dim Jan 17, 2016 17:31

Paulemile a écrit:Bon ok, il fallait bien trouver un truc pour résister à Gohan :mrgreen:

Le thème prédomine ici sur les considérations de puissances, qu'il s'agisse de Gohan, de Végéta ou de Winter, et ce depuis le chapitre 1. Le thème de la relation sayen/nihilien et de la symbolique mystique qui la chapeaute : la main de Dieu (qui n'a rien d'une simple image ici) avec pour pierre angulaire le parallèle entre inné et acquis. La substance du combat et le calcul des puissances en lui-même sont totalement secondaires et ne valent qu'en tant qu'ils servent ce propos. Que cela n'ait pas marqué ton esprit est un signe d'échec de notre part, parce que c'est ça qu'on a cherché à véhiculer depuis le début, et pas la justification d'un quelconque retour en force de Winter (si la puissance de Winter avait été un problème pour nous on l'aurait tout simplement mis SSJ3 d'emblée, ça n'aurait choqué personne puisque tout le monde s'attendait à un lvl SSJG blue). Mais je comprends que ce concept tranche un peu trop avec ce qu'on sait de DB et du coup que ça passe plus pour de l'habillage vaguement métaphorique que pour un thème sérieux :)

Paulemile a écrit:Je commence vraiment à accrocher à votre style mi-sérieux mi-absurde. C'est suffisamment original et bien fait pour apporter un vent de fraîcheur à la lecture.

Merci ^.^

Paulemile a écrit:Après, l'intensité du combat fait qu'on ne lit pas grand chose à part du bourrinage des deux côtés. Au bout d'un moment, ça fatigue un peu :lol:

Tout à fait vrai. On en avait même tellement conscience qu'on a coupé le chapitre en 2 pour limiter le coup de marteau sur la tête :mrgreen:

Paulemile a écrit:Hâte d'entendre reparler de Gero, cela dit. Son C-F me plaît bien.

C6 incessamment sous peu ;)


__________________________________________________


Chapitre 5 (2/2) : Fair-play


Winter évita instinctivement un disque blond, dont il se doutait déjà des spécificités. Cette attaque-là ne lui aurait rien fait de trop dérangeant, tant qu’il possédait ce mode de guérison ultime. Mais les deux précédentes… si, elles l'auraient tué ! Il ne devait sa survie suite au Makkankosappo en pleine tête qu’à sa chance, et celle suite aux kikohos qu’au fait d’avoir fait monter ses défenses et ses vies, après le Makkankosappo, au cas où. Le bilan restait pourtant sans appel : de dix secondes… il passait bêtement à quinze secondes nécessaires pour se régénérer entièrement. Il s’apprêta à en utiliser six… pour au moins se régénérer de moitié avant d’être dans le rouge niveau “vies”.

Et à cet instant… six petites secondes lui parurent plutôt six grosses secondes. Impossibles à capitaliser tant qu’il se ferait canarder à bonne distance comme ce fut bientôt le cas ; par Piccolo, qui avait plus ou moins compris que Winter avait besoin de temps et que le but du jeu devenait donc de faire perdre du temps pour l’un et d’en gagner pour l’autre.

Lorsque la fumée fut assez épaisse pour tromper le regard du namek — s’il lui prenait la mauvaise idée de s’y fier — Winter s’entoura temporairement d’un bouclier, pour pouvoir penser au calme, et accessoirement dissimuler son énergie. Dix secondes… il estima la résistance de son bouclier à dix secondes. Dix secondes pour faire le point. Finalement, il fit ce qu’il avait appris à faire sur Cold 444 … et sonda les environs, n’ayant apparemment plus la latitude d’aller vérifier l’état de Gohan de visu.

Le talent de Winter pour ce qui était de la détection d’énergie tenait moins de la vitesse — il était très lent et avait besoin de concentration — que de la précision. Laquelle lui permettait dans ses bons jours de calculer formellement la puissance et l’état énergétique de n’importe qui. Et lorsque Sorbet vérifiait avec son scouter… Winter avait souvent vu juste à la décimale près.

Ce coup-ci, le nihilien cherchait à évaluer le niveau de dangerosité de Gohan pour déterminer la personne à abattre en priorité. Lui ou le namek ; qui aurait déjà fait céder son bouclier si Winter ne le faisait pas virevolter anarchiquement dans tous les sens à travers l'épais nuage de poussière grandissant, pour gagner un temps éminemment précieux.

400 unités. Pathétique. Gohan n’était plus qu’une loque tombée dans une flaque de boue et de sang. La priorité était donc cette sangsue de namek qui ne lui laisserait apparemment pas le temps de se régénérer correctement. L’empereur tenta pourtant le coup ; son bouclier pouvait encore tenir quelque chose comme 6 secondes… ça tombait bien, c’était de 6 secondes dont il avait besoin. Il voulut les utiliser entièrement pour se régénérer… et réussit.

Du moins pour 2 secondes sur 6. Car à cet instant précis, une secousse plus prononcée que les autres l’avait fait paniquer. Et la panique neutralisait sa capacité à se régénérer. Cette secousse était anormale. En le touchant, Winter se rendit bientôt compte que son bouclier était largement fissuré sur toute la face avant. Renforcer n'était plus possible, il fallait déconstruire pour reconstruire…

Jusqu’ici le namek tirait ce qui pourrait s’apparenter à des balles de calibre 64 en cherchant la submersion. Mais sur ce coup la déflagration faisait plus penser à une grenade qu’autre chose. La seconde d’après, un fin rayon perfora subitement la sphère protectrice du nihilien d’un bout à l’autre, lui arrachant l’appendice auditif droit. Et la seconde qui suivit… le bouclier se voyait subitement décapsulé par une attaque Kikoha massive, manquant d’un cheveu d’emporter la tête de Winter avec elle vers l’horizon.

Le namek variait apparemment la nature de ses attaques pour pallier le manque d’informations sur ce qui se passait à l’intérieur de l’épais nuage de fumée. Winter se rendit rapidement compte que c’était lui la tête du groupe…, raison pour laquelle il avait su manœuvrer, l’air de rien, pour rester en vie jusqu’ici — contrairement à Végéta — et pour rester frais et dispo — contrairement à Gohan.

Oui, tout s’éclairait… depuis le début, ce type… premier arrivé, temporise, retourne dans l’ombre en donnant l'impression que c'était pas fais exprès, participe au Final Flash de Végéta pile au bon moment…… ; ce type contrôlait tout ce qu’il pouvait en ayant plusieurs fois fait mine d’avoir été mis sur le banc de touche pour attendre ensuite très sagement les meilleures opportunités de revenir sur le terrain. Depuis le début…… c’était lui l’épine chiante dans le pied !

Winter fit imploser son bouclier pour aller solder ses comptes avec le namek.

Dans la microseconde où il était sorti de sa bulle — et pourtant toujours terré dans l’épais nuage de poussière — l'empereur était devenu une cible aussi claire qu’un oiseau blanc dans un ciel noir. Il fusa à contre-courant de la pluie de balles de feu — qu’on eut dit pluie de météores embrasés, à le vivre — s'abattant sur la cible directe qu’il était devenu.

Un bras en rempart devant ses yeux fermés, Winter accéléra la cadence dans l’optique de démolir l’adversaire en lui rentrant complètement dedans de toute sa masse. La distance lui parut plus longue que de raison… certainement le namek reculait-il en parallèle. Puis vint le choc. Winter sentit être entré dans un mur. Il l’avait finalement rattrapé… et percuté.

Piccolo – dans les vapes — tomba comme une pierre en direction du sol. Deux de moins. Winter se serait bien amusé à tendre l’oreille pour capter le bruit que ferait le namek en s’aplatissant par terre ; ce qu’il fit d’ailleurs, en se déplaçant aléatoirement pour éviter une quelconque attaque en traître venant des autres survivants. Il tendit l’oreille, mais de bruit aucun. Piccolo avait probablement trouvé le moyen d’amorcer un atterrissage forcé — plus ou moins subtilement — avec le peu d’énergie vitale qu’il lui restait. Winter s’apprêtait à piquer du nez pour aller lui rentrer définitivement dans le lard… quand une sphère d’énergie vint le heurter sans crier gare…

… ou plutôt elle heurta le plat de sa main et fut déviée ailleurs. Elle venait de la forêt en contrebas, à trois heures. Le Super Sayen, aux pathétiques 400 unités ? Etrange dans ce cas… le sous-estimait-il encore au point de lui envoyer ce genre de projectiles plutôt négociables avec un peu d’huile de coude ? Winter tendit la main en direction de la forêt, estimant à la louche la fenêtre de tir…

… Quand un immense choc à l’arrière du crâne lui fit perdre ses moyens comme de la claque d’un maître d’école sur la tête d’un enfant de 8 ans en train de roupiller ; puis un choc dans le dos — d’origine inconnue — le plia en deux, dans le mauvais sens. Les deux coups venaient du Sud alors qu’il avait toujours pris garde — dans son jeu de placement — à ce qu’il n’y ait jamais personne derrière-lui, c’était insensé !

Winter pivota sèchement sur 360°……… personne.
L’empereur venait de frapper dans le vent.
Et là… ce fut le début du carambolage furieux. Le drame.

Winter eut à peine le temps de cligner des yeux ou de comprendre ce qui lui arrivait que ses jambes tombaient dans le vide ; bientôt suivies par son bras gauche. C’est seulement à la quatrième agression que ses réflexes surentraînés — secondés par un zeste de réflexion-éclair et d’intuition — annulèrent l’attaque à destination de son visage ; le visage, oui, forcément le visage. Le bras droit c’était du bluff. Winter avait intercepté “l’œuf” d’une main, la dernière rescapée.

“Œuf” était le mot juste… c’était une sphère d’énergie légèrement ovale — au rayonnement solaire intense — et surtout… c’était précisément la même, à l’origine des quatre attaques en traître !! Et en pivotant sur lui-même en pensant trouver et frapper quelqu’un, il avait juste fait le jeu de cet “œuf”. Il le devina au fait que la sphère gigotait encore au creux de sa main ; on l’eut cru animée par la vie.

Les traits du dernier prince de l’univers débordaient d’une haine innommable où moment où il écrabouillait la balle gigoteuse entre les cinq derniers doigts qu’il lui restait… les stries rouges qui sillonnaient ses globes oculaires exorbités — asséchés par le vent mordant — donnaient à l’ensemble des allures de désert de glace gercé au possible et mort comme un clou dans une porte.

Winter qui avait beaucoup trop de plomb dans l’aile, perdit de l’altitude malgré lui ; tout en tombant, il le chercha partout, en tournant dans tous les sens… et il le vit enfin. C’était un humain. Un balafré comme lui-même. Un moins que rien d’humain, inconnu au bataillon, venait de se poser comme une fleur sur un champ de bataille déjà réservé ; et surtout il venait d’avoir sa peau, par une astuce débile !

Les yeux de l’empereur blanchirent et rougirent encore plus fort — si c’était seulement possible — en se posant sur l’illustre lambda qui avait osé lui prendre ses deux jambes et son bras gauche. Illustre lambda dont les jambes se mirent immédiatement à trembloter, contre sa volonté. Ce qui était d'autant plus étrange que son regard, au contraire, fixait l’empereur d’un air profondément inflexible et intensément empreint de défi et de conviction. Ou alors était-ce son regard qui tremblait et ses jambes qui étaient fixes ? En fait… Yamcha était en plein bug système. Et pourtant… et pourtant… il venait ni plus ni moins que d’abattre Winter, alors qu'il venait tout juste d'arriver sur le terrain, il n'y avait même pas une minute complète à tout casser. Pour dire, il avait encore sa brosse à dent dans la bouche…

L'empereur avait commis l'erreur grossière d'utiliser son joker sans apprendre à connaître sur le bout des doigts les propriétés de cette carte en situation réelle. Une attitude typique de l'ex-empereur… et cette seule idée fila à Winter la nausée. Il ne comprenait que maintenant le vrai mécanisme de sa régénération. Elle n’était en réalité qu’une bulle d’air. De manière schématique, en encaissant les six kikohos de Tenshinhan ou en utilisant des attaques spirituelles tout en étant dans son mode “régén”, Winter pouvait passer d'un plafond de 2000 patates de vies à 1000 patates. Ces 1000 patates qui étaient auparavant le pallier… devenaient le nouveau plafond. Si Winter tombait à 400 patates — et même en ayant le corps redevenu tout neuf — Yamcha qui tape à 80 patates en devenait moins négligeable.

Winter se souvint de l’extrême fragilité de son corps, du fait de la surcharge électrique. Il pensa à sa négligence par rapport au bilan des dégâts encaissés : les six kikohos de Tenshinhan, les assauts répétés et acharnés de Gohan et de Piccolo, tout ça ensemble faisait beaucoup trop ; et surtout il avait été pressuré à flux tendu, sapant le temps dont il avait besoin pour se régénérer. Mais le poste le plus lourd du bilan était assurément l’erreur de Végéta qu’il avait finalement lui-même commise : sacrifier toute son énergie dans une putain de décharge plasmatique qui le laissait désormais vide, sans défense et submersible par la quantité des attaques en dépit de leur qualité.

Et finalement, à cela s’était ajoutée la cerise sur le gâteau : une attaque cyclique et vicieuse façon “quatre en un” ; attaque dont il n’avait compris le fonctionnement que trop tard ; raison pour laquelle il n’avait pas fait monter ses défenses quand il le fallait. Il avait au contraire tendu sa main vers la forêt en misant tous ses jetons au niveau du “poste attaque” ; encore un des mécanismes bluffeurs sur lesquels reposaient la technique de cet humain, et l’empereur avait sauté dedans à pieds joints.

Oui……. Winter pensa à tout ça et compris : ça se passe toujours comme ça dans une partie de poker intelligente : l’adversaire vous endors… et c’est toujours à la toute fin… que vous vous rendez compte que vous avez été battu depuis le début ; par accumulation de petites défaites ; et les petits ruisseaux ont encore fait la grande rivière : on ne lui laisserait plus une seconde de répit pour se régénérer. Il était au bord de l’échec et mat. Le nihilien pointa lentement l’index en direction du terrien, bien décidé à l’emmener avec lui dans la tombe, au pire. Il n’en eut pas le temps et ne put parer la main du métis revenu d’entre les morts… lequel métis le trancha en deux.

—Toi… ! Comment ?!

Gohan ne répondit pas, continuant de marteler à tout-va la partie à laquelle était encore raccordée la tête ; le métis frappait avec une force totalement anormale vu l’état dans lequel l’avait laissé l’attaque plasmatique de tantôt.

Winter ignorait comment le petit avait pu récupérer aussi facilement de cette dernière… il ignorait d’ailleurs comment il pouvait lui-même être encore en vie alors qu’il ne lui restait que la tête et ¾ du tronc ; mais quelle importance, haut les cœurs… il lui restait encore un bras et sa capacité de régénération ! Il faudra juste trouver le moyen de libérer du temps.

Beaucoup, beaucoup de temps…

En attendant, Winter accepta de perdre un œil et dix dents pour pouvoir en échange envoyer de nouveau la némésis de sa race s’écraser en forêt d’un martèlement du poing ; avant de concentrer à nouveau son énergie au creux de sa main. Son corps brûlant fumait, mis à rude épreuve. D'autant qu'il ne pouvait charger un tir et se régénérer en même temps. Or, il était allé au plus urgent et concentrait à nouveau une frappe de plasma, la dernière cette fois-ci. Il serait trop épuisé après ça pour maintenir la concentration inhérente à son statut d’intouchable. Mais une fois le sayen définitivement tombé, les autres pourraient plus ou moins se gérer, avec un peu de chance.


D’ailleurs………

……… où était le petit chauve de tout à l’heure ?


— Qu’est-ce que…? balbutia soudain Winter ou ce qu’il en restait, en voyant foncer vers lui un énième Kaméhaméha.


La vague l’engloutit complètement, détruisant par la même occasion le peu de plasma en formation, qui lui explosa à l’intérieur du corps. Dans un affreux cri de souffrance, Winter disparut… pour ensuite reparaître hors du nuage de fumée balayé par quelque trombe de vent ; complètement carbonisé, le tronc cette fois désintégré pour plus de la moitié. Gohan était en train de l’avoir à l’usure. Les os de la cage thoracique du nihilien transparaissaient déjà à l’air libre.

Il attendit une régénération qui ne vint jamais. Ses yeux s’injectèrent alors du peu de sang qui ne fuitait pas déjà de partout, tandis qu’il se cognait l’épaule, comme on cognerait sur une télévision déréglée en espérant faire revenir l’image.

Savoir que tout ce qu’il lui suffirait de faire pour redevenir flambant neuf était d’atteindre l’absolue concentration pendant quelques secondes (30 à 50… vu les dégâts) mais qu’il était — là maintenant — trop effrayé de ne pas y arriver, et donc trop en colère pour y parvenir, le rendait fou. S’il n’était pas en situation réelle… si sa vie n’était pas en jeu pour de vrai, il l’aurait fait facilement.

Mais là l'irrationalité de la situation le faisait paniquer… comment se faisait-il qu'à chaque fois que le petit partait s'écraser au sol… il en revenait comme si de rien n’était ? Ce sol était magique ou quoi ?!

L’empereur à moitié déchu soufflait bruyamment, saignant d’un liquide mauve qui fumait et brillait.

— Moi, réduit à un tel état… Ça suffit ! Je n’en peux plus !

Ce duel n’avait que trop duré. Il avait cessé de l’apprécier ! Le petit avait triché d’une manière ou d’une autre, ce n’était pas possible autrement. Dans ce cas le fair-play auquel l’empereur s’astreignait lui-même jusqu’ici n’avait plus lieu d’être de son côté non plus.

Winter misa tout ce qu’il lui restait comme “jetons” dans un bouclier de la dernière chance sur lequel s’écrasaient déjà les tirs de Piccolo — lui aussi apparemment revenu d’entre les déchus — et de Gohan… bientôt rejoints par Tenshinhan et Chaozu ; les quatre défenseurs terriens hésitaient encore entre combat rapproché et abattage à distance de sureté.

Ce nihilien était retord, et la mort hasardeuse de Gohan, très mauvaise pour les affaires de la Terre. Piccolo par contre comptait pour du beurre en comparaison et le savait…… aussi prit-il le parti d’aller bille en tête.

Winter avait sciemment généré un bouclier opaque à dessein de dissimuler aux yeux de ses ennemis le fait qu’il perdait progressivement les attributs et signes physiques de ses précédentes métamorphoses… tendant même à régresser eu égard à son point de départ. Son corps était en surchauffe. Il le fit chauffer encore plus… et prit Piccolo de court à la dernière milliseconde.

Le poing rageur du namek ne rencontra que le vide ; le bouclier et son occupant s’étant propulsés exprès juste avant l’impact, en un éclair droit vers les froides hauteurs, Piccolo du fait de la latence imprévue ne put rivaliser de vitesse, Gohan s’était lui-même lancé avec du retard. Pour finalement être retenu par le bras, par son mentor.

Winter, charcuté ; mourant ; cul-de-jatte ; avec plus qu'un bras… ; se retrouva, le premier, loin, très loin au dessus du plancher des vaches.

— Fini de jouer bande de tricheurs ! Je vais faire sauter cette planète !



Précédent/!\ Suivant
Dernière édition par omurah le Sam Jan 23, 2016 15:01, édité 1 fois.
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3102
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Paulemile le Dim Jan 17, 2016 18:46

omurah a écrit:Le thème prédomine ici sur les considérations de puissances, qu'il s'agisse de Gohan, de Végéta ou de Winter, et ce depuis le chapitre 1. Le thème de la relation sayen/nihilien et de la symbolique mystique qui la chapeaute : la main de Dieu (qui n'a rien d'une simple image ici) avec pour pierre angulaire le parallèle entre inné et acquis. La substance du combat et le calcul des puissances en lui-même sont totalement secondaires et ne valent qu'en tant qu'ils servent ce propos. Que cela n'ait pas marqué ton esprit est un signe d'échec de notre part, parce que c'est ça qu'on a cherché à véhiculer depuis le début, et pas la justification d'un quelconque retour en force de Winter (si la puissance de Winter avait été un problème pour nous on l'aurait tout simplement mis SSJ3 d'emblée, ça n'aurait choqué personne puisque tout le monde s'attendait à un lvl SSJG blue). Mais je comprends que ce concept tranche un peu trop avec ce qu'on sait de DB et du coup que ça passe plus pour de l'habillage vaguement métaphorique que pour un thème sérieux :)


Je suis peut-être long à la détente aussi :D
En fait, j'ai compris votre parti pris dans la partie 1 du chapitre 5, malgré mon commentaire. Enfin je me suis dit "ouais, c'est pas possible que ce soient des coïncidences", et puis l'explication vient clairement ensuite, avec la providence. Effectivement, j'ai peut-être mis longtemps à comprendre du fait que ça sorte du cadre habituel de DB.
Je n'ai rien contre cette idée mais il faudrait savoir si je suis le seul dans ce cas, à ne pas avoir compris direct : si oui, pas de souci, c'est moi qui ai un problème. Si d'autres ont été troublés aussi, c'est peut-être qu'il faut changer la manière de l'expliquer. Là, comme ça, je ne vois pas comment :lol: Peut-être donner plus d'infos sur cette fameuse "providence", cette "main de Dieu"... même parcellaires.

Du coup, je me demande si le manque de dialogues et de réactions des personnages est lié à tout ça. Ca pourrait se comprendre même si ça me gêne. Là, on a quand même un chapitre (enfin une partie 2 de chapitre) entièrement vue du point de vue de Winter. Et le peu de dialogues sont de lui. On voit les autres intervenir, mais rien de ce qui se passe dans leur tête. Dans les chapitres précédents pourtant, le point de vue change de temps en temps. Je ne saurais pas dire si c'est une chose mal faite ou si c'est juste moi que ça dérange pour des préférences de lecture tout à fait subjectives.

Avec tout ça, je ne sais pas si j'aime Winter ou pas, en fait. Dans cette fic pour le moment, je reste bloqué sur Gero, dont je trouve le traitement bien plus intéressant. De base, je trouve le personnage bien plus intéressant qu'un nouveau Nihilien ajouté à l'univers. de Dragon Ball.
Ce qui est bien ensuite, c'est que vous publiez souvent. C'est plus simple de se rendre compte de ce que veut nous raconter un auteur (ou deux dans votre cas) quand les chapitres s'enchaînent.

J'aime toujours beaucoup, cela dit. Mon commentaire aurait pu faire penser le contraire :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Paulemile
 
Messages: 2028
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:50

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Imate le Lun Jan 18, 2016 20:29

Alors là, je l'ai pas vu venir. Le retour de Winter était pour moi inattendu, je le voyais déjà atomisé par Gohan. Ceci dit, je n'ai pas bien saisi comment le fait de perdre sa forme Golden a pu le rendre si fort. S'il revient à une forme blanche, n'est-ce pas là la simple forme finale ? Et alors, comment peut-il encore rivaliser avec un SSJ2 ?
Par contre je trouve sympa le fait de revenir sur la capacité de régénération cumulé avec les métamorphoses. Un détail anodin dans le manga, parfaitement repris et retravaillé ici. Un aspect très sympa, même si ça rend Winter complètement cheaté^^ Ceci dit avec les limites de ce pouvoir, il reste plus bridé que ne l'était Buu, c'est mieux équilibré.

La chorégraphie des combats est plaisante, et je crois que je n'ai jamais vu un méchant douiller autant et tenir bon. Winter se retrouve charcuté de partout, à vrai dire dans le même état que Freeza. Donc pour le coup, à moins d'une nouvelle régénération, je le vois mort d'ici le prochain chapitre, échouant dans sa tentative de destruction planétaire du fait d'une intervention surprise (Gero et C-F ?)

Pour autant, je crois que ce que j'aime le plus dans ce combat, outre les innovations reposant sur la régénération et le petit nouveau des attaques énergétiques j'ai nommé le plasma, c'est bien la dimension psychologique très développée au travers de l'esprit en miettes de Winter plongé en plein désespoir. Ce développement mental se fait certes au détriment de toutes réactions venant des autres personnages (effectivement dommage, surtout pour l'absence totale de dialogues, je l'avoue ça manque quand même pas mal car le chapitre se trouve comme amputé, on sent une sorte de vide) mais il reste vraiment plaisant.
On a cette impression d'être dans la tête de Winter cette fois-ci, plus que dans celle de Gero. On a tous de ses émotions, et le fait de ne rien voir des dialogues ou répliques des autres personnages ni leur pensées, pour moi ça illustre parfaitement le flou total dans lequel est embrumé Winter complètement aveuglé par la colère et isolé de l'extérieur pour essayer de se concentrer et penser calmement. Ça reste donc de fait un choix très intéressant.

Je suis également ravis de l'intervention des terriens, qui jouent un rôle des plus honorable ! Même s'il arrive à la fin pour achever un ennemi meurtri, ils n'en demeurent pas moins les dignes défenseurs de la Terre venus en renforts pour ce cas d'extrême urgence. Et pour le coup, ils réussissent l'opération "Achevons l'éclopé" (ou en tout cas à moitié, puisque c'est tout ce qu'il reste de ce bon Winter) et c'est d'autant plus jouissif

Et puis bon...BON ! YAMCHA ! (coucou fanboy^^)
C'est tout bonnement énorme de le voir dans ce rôle, celui du loup rusé qui parvient à porter l'attaque surprise décisive ! J'ai tout de suite penser à son Sokidan en voyant Winter chercher un ennemi invisible, cette scène est tout bonnement idéale pour redorer son blason, et ça j'adhère. En plus vous insistez sur lui et son intervention, on est clairement pas limité à l’anecdote ! Et puis j'adore l'imaginer sur le champ de bataille la brosse à dent dans la bouche, je le vois même affublé de son pyjama à peine sauté du lit, c'est excellent^^
Merci d'avoir tenu compte de ma réclamation en tout cas :lol:

Mais ce n'est pas seulement pour lui que je suis ravi, mais pour chacun des humains qui se battent vaillamment (le sextuple Kikoho de Ten Shin Han a été une surprise très plaisante), et pour Piccolo en fin stratège et leader du dernier rempart se dressant face au nihilien. Un vrai régal de tous les voir avec un rôle aussi important que celui des Saiyajins, malgré que l'histoire soit centrée sur l'opposition Saiyajins/Nihiliens, les terriens (+Piccolo) ont toujours leur mot à dire.

La suite promet, tout en restant floue concernant les vrais rôles de Gero et C-F. Néanmoins, je n'avais peut être pas complètement tord concernant le sort de Winter et la suite de l'histoire, la sentence que j'avais prédit est simplement retardée^^
« Un Général...ne doit jamais faillir à son devoir »

Image
(Portrait de Danmarine par Kouki)
Dragon Ball Extended Universe : Les Chroniques d'une Guerre
(statut : en cours ; 31 chapitres publiés ; chapitre 32 en cours d'écriture)
Avatar de l’utilisateur
Imate
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 2430
Inscription: Ven Sep 04, 2015 0:23
Localisation: Amiens, Somme, Picardie

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar omurah le Mar Jan 19, 2016 14:24

Paulemile a écrit:Du coup, je me demande si le manque de dialogues et de réactions des personnages est lié à tout ça. Ca pourrait se comprendre même si ça me gêne. Là, on a quand même un chapitre (enfin une partie 2 de chapitre) entièrement vue du point de vue de Winter. Et le peu de dialogues sont de lui. On voit les autres intervenir, mais rien de ce qui se passe dans leur tête. Dans les chapitres précédents pourtant, le point de vue change de temps en temps. Je ne saurais pas dire si c'est une chose mal faite ou si c'est juste moi que ça dérange pour des préférences de lecture tout à fait subjectives.

Pas si subjectives que ça ;) (je développe juste en dessous)

Imate a écrit:Ce développement mental se fait certes au détriment de toutes réactions venant des autres personnages (effectivement dommage, surtout pour l'absence totale de dialogues, je l'avoue ça manque quand même pas mal car le chapitre se trouve comme amputé, on sent une sorte de vide) mais il reste vraiment plaisant.
On a cette impression d'être dans la tête de Winter cette fois-ci, plus que dans celle de Gero. On a tous de ses émotions, et le fait de ne rien voir des dialogues ou répliques des autres personnages ni leur pensées, pour moi ça illustre parfaitement le flou total dans lequel est embrumé Winter complètement aveuglé par la colère et isolé de l'extérieur pour essayer de se concentrer et penser calmement. Ça reste donc de fait un choix très intéressant.

Tu résumes encore parfaitement la réflexion en amont. D’ailleurs rétrospectivement certaines remarques en commentaire depuis C4 (auxquelles je m'étais retenu de répondre pour ne pas spoiler) montrent bien que cet angle de mise en scène a atteint son objectif (par exemple Paulemile qui pensait que Piccolo était hors-jeu, or si on avait fait parler Piccolo… ça aurait foutu l’immersion en l’air).

Donc j’en profite pour répondre à Paulemile sur ce point. Je voulais te répondre depuis un moment Paulemile mais j’avais lâché l’affaire (là c’est le commentaire d’Imate qui m’y pousse). J’avais lâché l’affaire parce que je m’étais dit que quelle que soit l'explication que je pourrais donner... elle ne pèse rien face au ressenti du lecteur. Si ça t'a gêné c'est que c'est gênant, s'too. Max et moi devons juste "Deal with it" haha. En fait il m'arrive parfois de me montrer complaisant dans mes réponses. Pas que ce soit une stratégie de com ou quoi mais je me mets à écrire des pavés avant de poster... et quand je me rend compte que le pavé est dégelasse et pédant... je zappe total et j'envoie une ligne avec un smiley au bout lol. Et là en l'occurrence pour répondre à ta remarque il me faudrait un autre pavé lourdingue comme celui plus loin en dessous par rapport à la white form de Winter. Et j'ai vraiment pas la foi :lol:

Mais juste pour satisfaire votre curiosité, peut-être, essayez de vous figurer une tentative maladroite de se rapprocher des effets du cinéma muet. Ou plutôt l'effet quand tu es sous l'eau et que des gens te parlent en étant hors de l'eau. Ou plutôt comme ces photographies en gris mais où t'as une partie du corps (genre les lèvres et les yeux) qui sont en couleur. Et t'y ajoutes un certain jeu de caméra sinon plus ou moins subtil... au moins très, très utile sur ce combat.

Tout comme Winter vous ne saviez pas que Krilin était déjà arrivé (depuis le chapitre 4) et avait géré la situation de Piccolo sur la plage en contrebas. Sans compter le fait (compris par Winter dans la seconde partie du chapitre 5) que Piccolo ayant compris l'écart entre eux s'était lui-même jeté sur le banc de touche en laissant son niveau d'énergie très bas malgré le haricot consommé.

Tout comme Winter vous n’avez jamais eu durant le C5 les indications d’emplacement des membres de la Z team. Vous ne saviez jamais où ils étaient ou ce qu’ils faisaient tant qu’ils n’étaient pas directement dans le champ de vision de Winter (donc dans votre champ de vision à vous). Et tout comme Winter, vous ne savez pas que Gero traîne dans le coin depuis le début… même si on ne le voit pas ^^

Gohan incarne quelque chose dans ces deux chapitres. Ici l'idée était d'en faire un enjeu plus qu'un personnage. Et un enjeu n'a pas besoin de bouche, sinon il devient un personnage. C'est très clair au niveau du C5... quand Winter prend le parti d'engager la conversation et faisant une proposition très claire et on a Gohan qui ne s'y intéresse même pas. Ils ne sont pas sur le même plan, il y a un écran entre eux. Yamcha et Krilin aussi d'ailleurs, ils incarnent ici des enjeux très précis, un peu plus que Piccolo. Et ce qu'ils incarnent se lit à travers le regard de Winter. En fait vous étiez presque censé découvrir la Z team en même temps que lui, comme si vous ne les connaissiez pas ; avoir ce même sentiment de "cé ki eux ?" plutôt que "je les connais, c'est mes gars sûrs". Bref vous étiez censés être Winter. En fait il y a un certain combat de CFC qui m'a marqué et qui m'avait laissé réellement cette forte impression d'être de l'autre côté du miroir et de voir pour une fois le gentil comme l'étranger. Et ce même étranger avait justement là-bas le statut d'enjeu plus qu'autre chose.

Voilà ce qu'il coûte d'essayer d'approcher la maestria d'un Tierts sans en avoir le talent, tu te brûles les ailes :lol:

Par contre Tenshinhan est un peu raté dans la mesure où, vu son rôle tampon, il aurait pu servir de pont entre les deux perspectives, autrement dit il aurait dû avoir des lignes de dialogue. Pour permettre de sortir la tête de l'eau vite fait. Mais, en même temps, au fond, ici, en l’occurrence, sur cet arc Winter, les dialogues sont superflus, honnêtement.

Winter dès l’instant où il débarque est en plein délit de sale gueule parce que tout le monde reconnait sa filiation, d’autant qu’il y a eu le passage de Chill un peu plus tôt. De là y’a aucun besoin d’épiloguer 107 ans, sinon apporter un souffle de vie au récit, oui. Mébon… à part Végéta qui aime raconter sa vie (d’où le fait qu’avec lui le blabla se justifiait et a été dûment posé)…

Image [playback]Je n’aime pas me battre. Barre-toi et personne n’aura bobo.[/playback]

Image Tu m’as volé la moitié de ma réplique, élève indigne !

Image Désolé maître. J’ai cherché wallah, mais j’ai vraiment rien trouvé d’autre à dire en fait…… et j’avais les lèvres sèches et tout. T’es arrivé avant moi hein, t’aurais pu la sortir.

Image Ouais j’aurais pu le dire… mais c’était quoi l’intérêt ? … on sait tous très bien qu’il le fera pas. La vérité… j’avais la flemme.

Image C’est pour le principe. On doit rester in-character.

Image …. *sigh*, ok je m’y colle. Hé, le nouveau méchant qui veut [insert objectif lambda de méchant] et qui va bientôt jarter pour céder la place à un autre méchant qui va lui aussi jarter dans la saison 3 (et Krilin meurt au chapitre 9)… tu m’écoutes ?

Image C’est marrant que vous décrétiez comme ça que je suis le nouveau méchant sans même me poser la question.

Image …………..

Image …….

Image …….

Image … Je suis payé au mot. J’ai un quota.

Image Ah… je vois. Comme quoi… il y a toujours pire que soit.

Image

Image Et sinon…… la famille, les cousins…

Image Eh bien. Tu as tué mon cousin ce matin justement.

Image Oh…. Et tu viens le venger c’est ça ?

Image Non, ranafoutre. Quota mec. Quota. (Ma Bugatti… je l'aurai un jour, je l'aurai !)

Image Bon en attendant, tu ne voudrais pas envisager l’option de retourner tranquillement d’où tu viens et nous on fait comme si on avait rien vu. Genre…. sérieusement quoi… ma proposition est très sérieuse bordel…. Je parle SERIEUSEMENT !!

Image Hahahahahaha !! ……………………..Image

Image …… C’est bon Gohan… t’as eu ce que tu voulais. Tu peux le massacrer maintenant et retourner en classe avant la fin de ta récréation ? Pas que je te stalke et que je sais que ton sandwich au thon est en train de se faire descendre par les pigeons à travers la fenêtre hein… mais bon. Allez, Gohan… colère, colère et trucidage. Pense à quelque chose qui fait mal.

Image ...

Image Bien. C’est de ça dont je parlais. L’image de la mort de Végéta viens de te foudroyer l’esprit hein ?

Image RIP mon… sandwich… au thon….

Après, encore une fois… le lecteur est roi et son ressenti fait office d’argument d’autorité ^^

En tout cas une chose est sûre... je regrette le manque de mise en scène du passage en SSJ2 au chapitre 4, souligné à juste titre par Imate. Et sur le C5 si j'ai un regret c'est qu'avec un peu de recul c'est un peu lourd parfois et apparemment pas explicite au niveau des axes de mise en scène. Si Niic nous tombe dessus pour le coup on l'aura pas volée haha.

Imate a écrit:La suite promet, tout en restant floue concernant les vrais rôles de Gero et C-F. Néanmoins, je n'avais peut être pas complètement tord concernant le sort de Winter et la suite de l'histoire, la sentence que j'avais prédit est simplement retardée^^

Le c6 devrait emmener de nouvelles questions et quelques ébauches de réponses ;)

Imate a écrit:Par contre je trouve sympa le fait de revenir sur la capacité de régénération cumulé avec les métamorphoses. Un détail anodin dans le manga, parfaitement repris et retravaillé ici. Un aspect très sympa, même si ça rend Winter complètement cheaté^^ Ceci dit avec les limites de ce pouvoir, il reste plus bridé que ne l'était Buu, c'est mieux équilibré.

Yup, on a voulu creuser un peu les capacités naturelles des nihiliens et on s’est demandé qu’est-ce qu’il pourrait y avoir au-delà de la cinquième forme qui ne soit pas simplement une sixième forme avec un autre chara-design (d’où le fait qu’on a opté ce coup-ci pour un changement physique trèèèèès neutre… pour bien montrer qu’il ne s’agit pas d’une sixième forme mais plutôt d’une transcendance).

Imate a écrit:Alors là, je l'ai pas vu venir. Le retour de Winter était pour moi inattendu, je le voyais déjà atomisé par Gohan. Ceci dit, je n'ai pas bien saisi comment le fait de perdre sa forme Golden a pu le rendre si fort. S'il revient à une forme blanche, n'est-ce pas là la simple forme finale ? Et alors, comment peut-il encore rivaliser avec un SSJ2 ?


Attention, pavé :?

Spoiler
C'est pas précisément la même nuance de blanc, celui de Freezer est plus terne, ici c'est vraiment le blanc qui brille façon neige, mais c'est peut-être un peu imprécis dans le texte ^^. Pour ce qui est du Golden, en fait il le perd parce qu'il n'en a plus besoin, comme un serpent qui mue. Il n'en a plus besoin parce que sa white form est déjà en elle-même un stade ultime, donc avoir par dessus le golden ne consistait en aucune valeur ajoutée.

En fait pour comprendre le fonctionnement de la forme "régén" il faut peut-être lire → ça ← d'abord. La vision d'RMR du KI et de l'énergie vitale a fondé le Winter de CGS. Dans le principe c’est Max qui a géré les caractéristiques du perso et de sa White Form (et j’aime beaucoup ce qu’il en a fait) en hommage à un certain perso de One Punch Man. Ici donc, Winter utilise comme moteur son esprit et comme carburant son énergie vitale au lieu de son KI. Laquelle énergie vitale est très mortifère, on l'a vu dans le manga avec Tenshinhan (ou le Kaïoken comme suggère Redd). Normalement rien que la première attaque au plasma de Winter aurait dû le tuer.

Sauf qu'étant en white form son énergie vitale est renouvelable et donc potentiellement infinie... elle lui permet ainsi de régénérer en temps réel quand il se consume lui-même ou quand on le frappe (tant que le moteur, donc l'esprit, est opérationnel) ; en gros Winter est devenu une voiture marchant à l'énergie renouvelable plutôt qu'une voiture gasoil. Cette même énergie vitale est aussi le nouveau carburant de son triptyque : vitesse, endurance, force. Carburant déjà de base beaucoup plus rentable que le KI à "quantité" égale or ici, en plus, la quantité est infinie. Efficacité absolue donc.

En tout cas c'est ce que Winter croyait jusqu'à ce qu'il se rende compte que son corps ne marchait pas exactement comme ça. Sa régénération a beau être de 100% à chaque fois... ces 100% varient en fonction des dégâts reçus. C'est une mécanique de jeu vidéo en fait (sur fond de prédominance biologique de la cicatrisation sur la régénération, dans le cas de Winter) ... ; pour en rester sur le jeu vidéo… tu vois God of War par exemple (ou autres jeux) ? La barre de vie peut décroître en termes de PV mais aussi de "capacité de PV". Tu peux passer d'une capacité de 1000/1000 max à une capacité de 400/400 max... par contre si tu tombes à 120/400 ta potion de PV te rend les 280 restants.

Y'a aussi un côté idle game dans le fonctionnement de son réservoir d'énergie vitale (d'où la gestion du temps ou le pourquoi du comment de la cicatrisation qui induit la baisse de capacité de PV) mais cet aspect-là, je vous l'épargne, c'est pas important à savoir, ça n'empêche pas de suivre l'action ^^


Imate a écrit:Et puis bon...BON ! YAMCHA ! (coucou fanboy^^)
C'est tout bonnement énorme de le voir dans ce rôle, celui du loup rusé qui parvient à porter l'attaque surprise décisive ! J'ai tout de suite penser à son Sokidan en voyant Winter chercher un ennemi invisible, cette scène est tout bonnement idéale pour redorer son blason, et ça j'adhère. En plus vous insistez sur lui et son intervention, on est clairement pas limité à l’anecdote ! Et puis j'adore l'imaginer sur le champ de bataille la brosse à dent dans la bouche, je le vois même affublé de son pyjama à peine sauté du lit, c'est excellent^^
Merci d'avoir tenu compte de ma réclamation en tout cas :lol:

;)

Encore merci mille fois pour ces commentaires très constructifs, Paulemile et Imate, on n'en mérite pas tant.
Et t'inquiète pour les critiques Paulemile, on est, dieu merci, pas sur Skyrock ;)
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3102
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar niicfromlozane le Mar Jan 19, 2016 16:54

Encore merci mille fois pour ces commentaires très constructifs, Paulemile et Imate, on n'en mérite pas tant.


Si vous comptez faire crever Krilin au chapitre 9, je confirme.

Blague à part, j'ai pas le temps de pondre le pavé que je voudrais pondre, mais il finira par venir. Une chose est sûre, et ça a été dit, c'est qu'au-delà du délire de fandom et en faisant abstraction de quelques de quelques soucis techniques, le texte est vraiment bon à lire. Vous essayez des trucs, vous tentez, et si quelques fois ça foire, globalement c'est vraiment doux, un peu comme un pull lavé avec mirlaine qu'on enfilerait à sec avant une soirée au coin du feu, après l'avoir laissé chauffer sur le radiateur.

Bref, je voulais me manifester pour dire que je lis. J'essaierai de faire mieux la prochaine fois.
Avatar de l’utilisateur
niicfromlozane
Voyageur du Temps
 
Messages: 5072
Inscription: Lun Avr 15, 2013 23:22
Localisation: Lôzane, Rock City, mais ailleurs dans le temps

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar omurah le Mar Jan 19, 2016 17:38

niicfromlozane a écrit:Si vous comptez faire crever Krilin au chapitre 9, je confirme.

Hahahahaha… mais non, mais non… le Krilin own count restera inutilisé cette fois ;)
(Bon, où est ma gomme, Max…… on est mal) xD
Arrivera-t-on seulement au chapitre 9 ? ;)
C’est une fic assez courte au final. Mais pas trop non plus x)

niicfomlozane a écrit:Blague à part, j'ai pas le temps de pondre le pavé que je voudrais pondre, mais il finira par venir. Une chose est sûre, et ça a été dit, c'est qu'au-delà du délire de fandom et en faisant abstraction de quelques de quelques soucis techniques, le texte est vraiment bon à lire. Vous essayez des trucs, vous tentez, et si quelques fois ça foire, globalement c'est vraiment doux, un peu comme un pull lavé avec mirlaine qu'on enfilerait à sec avant une soirée au coin du feu, après l'avoir laissé chauffer sur le radiateur.

Lol, j'adore l'image du pull xD ; que tu compares cette fic à ça est assez touchant :cry:
Sinon, oui, on essaye, parfois c'est bien, parfois on se casse les dents. C'est assez expérimental comme approche. Content de voir que globalement, le bien l'emporte pour toi :)

niicfromlozane a écrit:Bref, je voulais me manifester pour dire que je lis. J'essaierai de faire mieux la prochaine fois.

Le mieux est l'ennemi du bien, ce genre de commentaires est déjà très très motivant :D
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3102
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Paulemile le Mar Jan 19, 2016 18:59

:lol: :lol:
Enorme ton post, Omurah. Mythique, collector, tout ce que tu veux.

Je suis pas forcément d'accord avec toi sur le fait que le lecteur soit roi. En tous cas, pas dans un format de fic postée chapitre par chapitre, ce qui gâche parfois quelques effets (mais bon, obligés de procéder comme ça).
Mais bon, même si le lecteur critique, il peut aussi faire l'effort d'essayer de se mettre dans la tête de l'auteur au maximum.
En ce sens, j'ai bien compris que les chapitres focalisés sur Winter sans aucune info dispo sur ce qui se passe autour était un choix assumé. C'est d'ailleurs très original et c'est un truc que j'ai parfois essayé de faire pour mes propres fics. Mais bizarrement, j'accroche pas, alors que je devrais. Enfin je veux dire, c'est bien écrit, c'est rafraîchissant, ça sort des sentiers battus, alors pourquoi j'ai envie de lire du DB classique avec réactions, dialogues de protagonistes placés au bon moment à chaque fois... etc. ?
C'est pour ça que je dis : critique et ressenti totalement subjectifs, parce que d'autres gens aimeront forcément. Et puis bon, c'est pour un temps donné seulement, la fic n'est pas entièrement écrite comme ça (ce qui serait d'ailleurs un putain de défi à relever un jour :mrgreen: ). Le scénario me plait à mort, je vais pas lâcher pour ça :lol:
Avatar de l’utilisateur
Paulemile
 
Messages: 2028
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:50

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar omurah le Jeu Jan 21, 2016 18:27

Paulemile a écrit:alors pourquoi j'ai envie de lire du DB classique avec réactions, dialogues de protagonistes placés au bon moment à chaque fois... etc. ?

C'est normal, le revers de médaille du style narratif pour lequel on a opté c'est qu'il jette un froid relatif et peut empêcher l'empathie (et donc l'implication) de se faire correctement. Une histoire désincarnée... c'est un documentaire, quelque part. Et encore y'a des documentaires où t'es cramponé à ton coussin et où tu te bouffes les doigts frileusement.

Merci pour ce post, qui m'a donné le sourire :)
À genre... demain ou après-demain, pour le C6 (ou peut-être ce soir)
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3102
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Max le Sam Jan 23, 2016 14:43

On en avait discuté en interne, donc mon point de vue c'est tout pareil qu'Omurah, du moins en gros.

Place au C-6, on fera sans doute une FAQ au prochaine chapitre. Bonne lecture '-'

Chapitre 6 : La mort ou tchitchi


Il venait de gratter trois petites secondes pour se régénérer à l’emporte-pièce. Moins que ça et ce serait un coup d’épée dans l’eau. Plus que ça et il se prenait une attaque à distance de derrière les fagots, paumé qu’il était… dans sa bulle de concentration.

Son regard fier et hautain se posa alors indistinctement sur tout ce qu’il dominait depuis sa position… l’index haut vers le soleil. Il se figea un instant… redressant le regard vers le firmament. Plus exactement vers la direction d’où se tenait encore stationné ce qui restait de vaisseaux potables à l’empire. Sans compter le vaisseau-mère auquel il tenait comme à la prunelle de ses yeux. Le fait est qu’il ne s’était jusqu’ici pas vu faire sauter ce monde dans ce genre de circonstances… aussi avait-il commandé à Sorbet de les en approcher sans grande retenue.

Là, il évaluait la distance, se demandant si le souffle de l’explosion de la Terre était à-même de se répercuter sur l’amoncellement de vaisseaux actuellement figés dans l’espace, pas si loin que ça.

Il y tenait vraiment autant qu’à sa queue, à ces vaisseaux. Sans eux… plus de voyages, plus de secrets de l’espace à découvrir… plus de casinos, plus de longues méditations entre sommeil et délires, plus de bagarres de bistro bien glissantes. Plus de revanche sur Cold 444…

Une lueur naquit au bout de son index dressé tandis que ses yeux redescendaient en direction de la Terre. Non, à cette distance, ça irait… pas de problème en théorie. Le bouclier du vaisseau-mère au moins tiendrait le coup. La lueur se fit ampoule et l’ampoule se fit astre modèle réduit… tandis qu’un violent coup de chaud inondait les environs.

La contre-attaque vint avant l’attaque elle-même. Un Kaméhaméha étincelant d’un bleu profond venait les cueillir, lui et sa bombe.
Mais à quelle vitesse aussi, ou plutôt à quelle distance…

Ces gens avaient-ils donc espéré — en le voyant partir en altitude — qu’il s’en soit allé, simplement… ?

Une inspiration et une expiration plus tard… il descendait calmement le doigt, accompagnant le bras entier dans un harmonieux mouvement d’ensemble. Et la sphère immense comme deux gratte-ciels se détachait alors de sa zone d’influence magnétique… partant à l’encontre de cette Terre de tous les déshonneurs ; dans la droite trajectoire du Kaméhaméha, tant qu'à faire.

Le bang qui suivit eut de quoi être traumatisant. Surtout pour l’empereur qui se découvrit l’immense stupeur de voir sa propre sphère lui revenir à vitesse grand V. Il avait cru la première impulsion suffisante pour au moins donner suite à un bras de fer âprement disputé, puisqu’il y avait mis absolument tout ce qu’il lui restait comme énergie, ayant tout juste gardé de quoi rester conscient ; et c’est maintenant la folie dans le regard qu’il tendait la main pour tenter de stopper par télékinésie — dernière source d’énergie qu’il lui restait, ses réserves de KI étant à zéro — la folle progression de la salve mortelle, surmontée par sa propre attaque.

Mais ça allait… ; le plus important, c’est qu’il avait eu le temps de lancer le signal.
Il n’y avait plus qu’à croiser les doigts et tenir assez longtemps pour que la fée des nihiliens lui vienne.

En contrebas trois Kikoho massifs venaient soudain de percuter la boule de la mort de plein fouet, depuis la base déjà attaquée par le Kaméhaméha de Gohan. Tenshinhan relança par là-même la machine, en faveur des habitants de la Terre. Winter n’en menait pas large… sa dernière “transformation” avait été une erreur… le même genre d’erreur que l’on ferait en forçant sur les 100 premiers mètres d’un marathon de 5 kilomètres. L’erreur qui avait coûté la vie à Végéta, en somme.

Winter n’allait plus faire ce genre d’erreur. Il n’allait plus faire ce genre d’erreur parce qu’il allait mourir. Oh ça oui, il allait mourir.

Il n’avait même pas été nécessaire que Yamcha et Krilin agrémentent l’attaque des défenseurs terriens par deux Kaméhaméha bien sentis. Il l’avaient quand même fait… peut-être par volonté inconsciente de pouvoir penser, pour une fois, avoir été directement impliqués dans la mort d’un ennemi de taille. Piccolo quant à lui était peut-être moins frustré… plus fier aussi ; ayant retenu ses Gekiretsu Kôdan dans la mesure où le seul ajustement correcteur de Tenshinhan avait suffi, Gohan lui-même n’avait plus besoin de refaire chauffer les moteurs.

Les souvenirs de Winter lui semblaient désormais se perdre et l’incompréhension le gagner.

N’était-ce pas lui qui avait parlé quelques temps plus tôt d’excès de prudence ? Qui avait raillé Cold et ses fils ? Alors quoi ? A quel moment exactement avait-il commis le même genre d’erreur que ces simples d’esprit là ? Ces imbéciles heureux-là ?

Et à mesure qu’il réfléchissait…, et à mesure qu’il remontait le fil de ses décisions…, à la recherche de celle en faute…, il finit par réaliser. La décision stupide à la base, c’était tout bonnement celle…… d’être monté dans ce pod qui lui était venu, sur Cold 444.

Un sourire trouva le temps de se poser sur ses lèvres… et soudain……… : la colère. Non, cette défaite n’était pas de sa faute. Il avait bien envoyé un signal, là. Apparemment tombé dans l’oreille d’un sourd. Et tandis que sa vue s’inondait progressivement à l’approche de la mort… Winter maudissait la fée des nihiliens, qui ne tarderait pas à le rejoindre en enfer.

La lumière du Kaméhaméha — qui n’était autre que l’ombre de la mort — finit par se faire si prégnante… qu’au bout du compte… il lui sembla se trouver dans un environnement d’un blanc immaculé. Winter entendait les cloches. Et lorsqu’il se rendit compte que cela n’avait rien des derniers égarements d’un esprit sur le fil… il orienta sa tête par-dessus son épaule gauche. Une main était posée dessus.

Non pas celle d’un père qu’il n’avait jamais connu… non pas celle d’un enfant qu’il n’avait jamais eu… juste celle du plus illustre des inconnus. Un être apparemment masculin, humanoïde, grand, royal, cireux de teint. Des espèces de cornes rouges pointaient des deux côtés de sa tête tandis que le bleu dominait son accoutrement. C’est à peu près tout ce que l’empereur put capter comme impression, l’apparition n’ayant duré tout au plus qu’une seconde… avant de se fondre totalement dans le blanc partout présent.

Winter en ressortit d’autant plus perplexe qu’en portant presque hasardeusement le regard au niveau de l’endroit où la main de l’étranger s’était posée — son épaule gauche donc — il y constata la trace imprimée des phalanges de cette même main ; trace lumineuse… très lumineuse même. Elle donnait l’air d’un tatouage blanc fluorescent. Et alors qu’il s’en étonnait encore, n’ayant pas de temps de cerveau disponible à accorder à la mort qui lui venait dessus en ligne droite, l’incroyable se produisit.

C’était le cas depuis le début. Mais il ne s’en rendait effectivement compte que maintenant, il aurait même pu ne pas s’en rendre compte du tout… et crever bêtement. Mais, là, il s’en était rendu compte. Toute son énergie avait été restaurée dès l’instant où l’étranger avait posé sa main sur son épaule. Il était tout simplement rechargé à 100%. Pas à 110 ni à 200… il n’avait pas été amélioré d’un iota, n’empêche que ces 100% représentaient une seconde chance inestimable. Littéralement la chance de sa vie. Gratuite, la chance ? La question la plus importante — le reste il s’en fichait un peu — mais ce n’était raisonnablement pas le moment de se la poser.

Winter pensa rapidement à jouer sur l’effet de surprise, personne ne savait qu’il avait retrouvé toute son énergie, tous le pensaient aux abois. Il ne pouvait laisser passer ce joker en or, il fallait… tout donner… d’un coup, pour créer un déséquilibre instantané et irréversible. Ses muscles doublèrent immédiatement de volume et sa crispation n’eut d’égale que la rage qui l’habita à cet instant.

Tout donner… en une seconde, non, non… en beaucoup moins que ça… sinon ça ne marcherait pas. Winter, lorsqu'il comprit qu'il lui faudrait descendre en dessous de la barre de la seconde, laissa immédiatement retomber la rage et perdit tous ses gros muscles. La colère était antinomique avec son objectif d'atteindre ou de tendre vers l'unité temporelle irréductible. La rage était chaos, là il avait besoin de l'inverse… simplifier un corps astral aux facettes infinies à une seule dimension, linéaire, à un seul élément, un seul aspect, un seul mot.

Feu.


Ni Gohan ni qui que se soit d’autre parmi ceux impliqués dans le bras de fer énergétique ne comprirent goutte. La sphère était déjà devant eux, quasiment à leur chatouiller les poils du nez, quand elle se trouvait complètement à l’opposé l’instant d’avant. Leurs bras et leurs esprits totalement connectés au bras de fer — au point d’y faire corps — avaient accusé le traumatisme d’une résistance et d’un contrecoup soudain. Traumatisme très bref et passager mais très fatal aussi, il en fallait trois fois moins pour tous les condamner.

Mais c’était sans compter sur ceux qui heureusement avaient à cet instant les bras croisés tout en étant frais et dispos. Piccolo et Chaoz donc. Le fait qu’ils n’étaient pas connectés à l’attaque au moment du revirement fit que de tous les défenseurs de la Terre… ils furent ceux avec le temps de réaction le plus court. Deux Dodompa explosifs s’étaient déjà écrasés sur la sphère en descente, freinant sa chute toute proportion gardée, tandis que deux immenses grenades d’énergie volcanique s’était donné pour ambition de faire suffisamment reculer le tout pour rendre aux actifs de premier plan la marge de manœuvre dont ils avaient besoin pour reprendre l’ascendant. Il en fut peu ou prou ainsi… au soulagement du namek et de l’ex-disciple de Tsuru Senin. Lequel, au grand étonnement de Piccolo, pointa à nouveau deux doigts décidés et décisifs… mais pas en direction du bras de fer énergétique qui faisait désormais rage en prenant de nouvelles dimensions.

— Que fais-tu ? lança Piccolo en croisant les bras pour dissimuler son état de fatigue et ses tremblements.

— J’en finis avec lui.

— Tu m’étonnes qu’il te reste du jus après tes deux attaques de simulateur, cracha le namek. Bon… pourquoi pas……, mais il sait que nous avons l’avantage du nombre et s’est sûrement entouré d’un bouclier renforcé à l’avant. Tu peux l’atteindre d’ici ?

— Lui, je ne sais pas…

Chaoz décocha deux rayons qui fusèrent en hors-champ à une vitesse défiant toute concurrence. Ces rayons plutôt que de se diriger vers la position de l’empereur… semblaient être allés se perdre dans le vide de l’espace. Quelques instants plus tard… une série d’explosions incroyables retentissait très haut dans le ciel… le spectacle sonore et visuel était à en donner la chair de poule. Un son plus distinct que les autres parvint aux oreilles sensibles de Piccolo qui s’en étonna.

— Noooooooonnn !!

A partir de là tout s’accéléra. Gohan fut le premier à ressentir la perturbation dans la force et donna à cet instant tout ce qu’il avait pour creuser l’écart, déployant toute son aura, poussant à corps et à cri ; l’instant d’inattention de Winter lui avait été fatal. Il se fit rapidement submerger sans aucune chance de retourner à nouveau l’ascenseur… ; bientôt rattrapé par l’agglomération d’énergie hétérogène, il en fut emporté encore plus loin dans le ciel… droit vers ses chers vaisseaux.

Trois secondes plus tard… la série d’explosions s’affolait dans une cacophonie intersidérale ; la boule de la mort ayant définitivement mis le feu aux poudres. Plus haut, au dessus de la tête des six terriens, se tenait un véritable brasier en apesanteur. Un tableau infernal se dessinait et se contorsionnait, entre colonnes de flammes et plaques de métal gigantissimes pleuvant des cieux.


~~~~~~~~


Il fallut bien deux minutes complètes pour que les esprits au sol tiédissent et que les premiers mots se fassent entendre. A commencer par les questions. A commencer par Piccolo ; dans un grognement.

— Il y avait de la poudre en suspension dans l'atmosphère ou quoi ? Tu vas pas me dire que tu as réussi à viser les moteurs à cette distance. C'était bien les vaisseaux de ce gars-là ?

— Oui. Et… je ne sais pas s'il y avait de la poudre en suspension. Mais j'ai cru comprendre que les gens dans les vaisseaux s'apprêtaient à utiliser leur meilleur canon et à tirer droit sur le continent pour perturber et déséquilibrer Gohan. Celui que le nouveau Freezer appelait « la fée des nihiliens » possédait une bague qui lorsqu’elle était branchée à la connectique du canon principal du vaisseau amiral… pouvait faire exploser la Terre en un seul tir. Et quand j'ai vu plus tôt le nouveau Freezer regarder vers en haut… j'ai compris qu'il calculait…. par rapport aux vaisseaux. On m'a dit que si je tirais vers la petite lumière verte qui clignotait dans le ciel… je pourrais tout faire exploser…

— Et d'où est-ce que…

— Par télépathie. Winter… il s’appelait Winter, le neveu du père de Freezer. On m'a expliqué des choses dans ma tête, alors que je n'avais rien demandé, je le jure.

Piccolo hésitait encore entre l’indignation que lui inspirait la crédulité de Chaoz et la colère suscitée par la frustration de ne pas comprendre comment ils en étaient arrivés là… en passant par la satisfaction d'avoir finalement bouclé le problème sans avoir recours aux dragon balls actuellement inactives ou à l'aide de Goku qui avait la fâcheuse tendance à se faire trop indispensable ces derniers temps.

Gohan, lui, reposait sur l'herbe de tout son long, les cheveux noirs et poussiéreux. De tous, il était celui qui avait le plus donné… et même s'il ne comprenait à peu près rien ni de qui ils venaient d'éliminer ni de comment… et bien il était content. Krilin était assis à ses côtés, et lui intimait depuis plusieurs secondes d'avaler ce foutu haricot avant de s'évanouir bêtement.

Quelques minutes plus tard, Yamcha et Tenshinhan revinrent au sol, certifiant la disparition de toute trace de KI en hauteur. Les débris par contre étaient assez impressionnants, un peu partout.

Piccolo fut finalement le dernier à quitter les lieux, cinq minutes plus tard. Un dernier regard vers le tableau apocalyptique qui se délavait lentement dans le ciel entaché… et son esprit se détacha définitivement du cas Winter. Un adversaire intéressant, calculateur. Goku en général se prenait d'affection pour tous ses adversaires et clamait toujours que tel ou tel aurait fait un très bon rival ou un très bon partenaire d'entrainement. Piccolo était beaucoup plus réservé sur ces questions. Mais ce Winter-là……

Dommage.


~~~~~~~~


Il n'existait plus. Cette sensation de ne plus exister était très étrange. C'était comme après s'être fait arracher une dent, quand on ne sent plus la partie inférieure de sa mâchoire. Lui c'est tout ce qui le définissait matériellement qu'il ne sentait plus. Pas comme s'il lui restait beaucoup de matière de toute façon. Freezer à côté… suite à l'explosion de la planète Namek, restait très présentable. Lui par contre, il ne lui restait vraiment plus rien pour se définir… à part peut-être les yeux.

Ces mêmes yeux rouges comme un drap nuptial au matin. Que n'aurait-il donné pour qu'il lui reste n'importe quoi d'autre. Mais pas les yeux. Ces mêmes yeux qui du coup n'avaient d'autre choix que d’observer impuissants… le sourire moqueur de cet enfoiré de scientifique… qui le regardait en silence ; qui le regardait à travers son espèce de scaphandre grossier ; qui se délectait de le voir flotter dans cette condition pathétique qui était la sienne. Ah ! s'il avait encore une bouche…, si seulement…

Les yeux rouges de l’empereur s’injectèrent, non pas de sang… mais de curiosité. Le scientifique semblait ne pas voir venir l'immense plaque de métal à la dérive dans sa direction. Winter ou ce qu'il en restait en vint à prier pour que cette plaque percute le misérable sans qu'il ne comprenne ce qui lui arrivait… mais il savait que ça ne se ferait pas… l'ex-empereur aux côtés du scientifique ne laisserait pas faire, dès qu'il se rendrait compte de l'imminence du danger.

Le nouvel empereur garda le regard figé vers cette plaque géante… sa vue floutée par à-coups ne lui avait jusqu'ici permis d'en distinguer qu'un contour grossier… mais à mesure que la structure se rapprochait… il comprit qu'il n'était pas question d'une plaque de métal… mais d'un vaisseau rescapé. Un vaisseau parfaitement intact.

Etait-ce là un coup de pouce du destin ? Ou un leurre désuet pour se moquer de lui une dernière fois ? S’il ne s’agissait pas d’une mauvaise blague… alors comment diable était-il censé tirer parti de la chose, dans cet état où n’existait pratiquement plus de lui que ses yeux ? Non, tout compte fait… la présence de ce vaisseau n'avait rien à voir avec lui, et l’empereur se sentit soudain comme ces gens qui lèvent une main en réponse à la main levée d’une autre personne… avant de se rendre compte que le salut ne leur était pas adressé à eux, mais à quelqu’un derrière. Ce n'était pas le destin qui venait discrètement… c'était juste le hasard qui passait, sans un regard ni pour lui ni pour Gero.

— C'est pas la grande forme dis-donc. Hein C-F, il donne envie de se pendre les yeux, là, le monsieur ?

L'interpellé ne répondit rien. Mais Winter sentait aussi son regard l'objectifier, l'avilir ; ce genre de regard outrancier, qui lui projetait à la figure toute l'étendue de son actuelle petitesse. Même un cafard eut mérité plus de respect que lui à cet instant.
C'était plus qu'il ne pouvait en supporter en une vie. Malheureusement, il avait paumé le bouton pour mourir.

— Tuez-moi.

— Ohohoh, tu entends ça C-F ?

— En… enfoiré. Qu'est-ce que tu fais-là… pourquoi m’avoir trainé jusqu’ici ? Ne… peux-tu pas te suffire d'avoir gagné ?

— Je n'ai aucune pitié pour quelqu'un qui envoie son frère à la mort. Mais bon, je n’en ai pas vraiment non plus pour quiconque d’autre à vrai dire. Les êtres vivants sont tous plus insupportables d'égoïsme les uns que les autres. Tu n’as rien d’original.

— Casse-toi.

— Tu ne veux même pas savoir comment ça se fait que tu sois mort ? Enfin… presque mort.

— …

— Tu sais que tu es passé à ça de t’en sortir vivant ? C-F était dans le coin tout ce temps... mais il est tombé en panne au pire moment possible. On a dû improviser un truc. Heureusement que Chaoz est particulièrement réceptif à la télépathie.

— …

— Alors, je suis curieux… Freezer c’était quoi pour toi ? Ton neveu ? Ton cousin ? Ta sœur ?

Winter connaissait ses droits et garda le silence.

— En tout cas C-F que tu vois-là dispose vraiment de fonctions très étonnantes. Je suis assez satisfait des bonds que j'ai pu faire avec lui par rapport à mes autres créations. Et de tous ces livres ésotériques pseudo-scientifiques que j'ai pu lire. Mais je les choisis… et bien, mine de rien. De toutes les sciences paranormales… la télépathie m'a toujours paru comme la moins fantasque et la plus scientifiquement justifiable. Un jour… communiquer par la pensée sera aussi banal que de parler au téléphone. Si tu savais comme c'est facile et accessible en réalité, cette science-là. Comme toutes les sciences d’ailleurs, remarque.

Winter s'étouffa. Apparemment cet imbécile d'humain n'était là pour rien d'autre que le plaisir de contempler sa mort en racontant ses salades. Et bien soit. Il allait endurer cette sentence. Il ne lui restait plus que quelques minutes à vivre de toute façon.

Il pouvait bien tenir jusque-là… pour être enfin libéré de cette vie qui lui semblait tomber le masque sur la fin… et faire étalage de sa vraie nature mesquine et sadique. A croire qu'elle lui avait tout donné durant toutes ces années… uniquement pour le plaisir de tout retirer en une seconde, de la plus dégueulasse des façons. Et alors qu'il avait absolument, totalement, complètement omis cette option… elle lui revint à l'esprit, par les mystères de la mémoire et de la pensée.

— Tu es un homme de science…. c'est bien toi qui a transformé l'ex-empereur en cette boîte de conserve ?

— Si fait.

— Emmène-moi avec toi. Transforme-moi comme lui. Si ça peut me permettre de continuer à vivre.

— Et pourquoi donc ferais-je une chose pareille ? Chill, ton frère, lui aussi aurait bien aimé continuer à “chiller” en vie. Et puis franchement c’est trop drôle de regarder un mourant en pariant sur la seconde précise du départ pour un monde meilleur. Au fait, savais-tu que le néant est et restera toujours l'option la plus crédible pour ce qui est de l'après-mort. Tu penses vraiment que ça valait le coup de naître ?

— … Tu n’es quand même pas venu jusqu’ici… uniquement pour me dire ça… si ?

— Et pourquoi pas ? Non, je suis venu pour récupérer le vaisseau que tu vois flotter derrière moi, et tout le matériel stocké à l’intérieur. Merci pour le self-service au passage ; une telle largesse… c’est à ça qu’on reconnait les bons rois, pas vrai ?

— Ces gens-là, ceux que j'ai combattu. Sorbet m'a fait comprendre que tu te prétendais leur ennemi juré.

— Si fait.

— Pourquoi les avoir aidés ? C’est bien toi qui a donné le signalement de mes vaisseaux à leur sniper ?

— J’ai juste accompli ma bonne action de la semaine, histoire d’être au chaud niveau Karma, on ne sait jamais. Mais si ça peut te rassurer… leur temps viendra bien assez tôt.

— Je peux t'aider. Si tu le souhaites.

— Non merci.

— …… Très bien.

— C'est tout ? Tu tiens si peu que ça à cette vie ? T'ai-je déjà dis que le néant était l'option la plus crédible ?

— Tu as suivi mon combat ? Tu as vu le moment où mon attaque est repartie vers tes ennemis… alors que je perdais clairement ?

— Je crois que je me souviens de ce moment, oui, lâcha Gero avec un léger sourire se retenant enfin de persister dans la méchanceté gratuite. Tirer sur des ambulances, ça va deux secondes.

— Tu penses que j'aurais attendu d'avoir le couteau sous la gorge… pour tenter de renverser la vapeur ? J'étais réellement foutu. Quelqu'un est venu m'aider à ce moment-là. Quelqu'un qui pourrait vaporiser la Terre bien plus facilement que moi. Et cette même personne ne m'a pas aidé pour rien. Il y avait manifestement une convergence d'intérêts.

— J’entends bien. Et donc… je devrais te ramener avec moi et te transformer en robot… pour t'utiliser dans l'optique de défendre la Terre contre cette personne, c'est ça ?

— Pas en robot……, pas en robot. Ta boîte de conserve là, elle a encore une conscience propre ?

— Je crains bien que non. C'est juste un légume qui fait très bien illusion.

— A cela alors je préfère mille morts.

— Tu préfères la mort ? Et si je te ne laissais pas le choix ?

— …. Alors je prie pour ton âme et celle de ton fils… s'il se trouve que le néant n'est pas la destination de mon âme.

Piqué sur un sujet qui fâche, Gero allait malgré lui se montrer un peu plus incisif…
… quand une série de bips provenant de C-F l’interpella. Curieux, il lui lança un regard interrogateur.

— Une série de 3 supernovas à intervalle de temps réduit vient d'être enregistrée. Occurrence anormale. Scan rapide en cours.

— Non, lance un scan approfondi, et je veux des images. Ça date de quand ça ? Qu'est-ce que tu racontes C-F ?

— Temp restant : 59 minutes. Premières captures vidéos dans : 35 minutes. Calcul de trajectoire en cours.

— Trajectoire ? Détaille un peu boîte de conserve.

— OVNI en approche. Analyse rapide en cours. Procédure CP-9 en cours.

— Lance un scan radiométrique… voire un calcul de puissance.

— Impossible et impossible, désolé.

— Quel est ton nom humain ? murmura presque imperceptiblement l'empereur, déchu aux trois quarts, 50 centimes.

— Quelle importance, s'il te plaît ?

— Aucune. Reste que tu vois bien qu'il se passe quelque chose de pas net.

— Tu as gagné, Winter, je te prends avec moi.

— Y a-t-il une chance que ma conscience subsiste après ma transformation ?

— Ce qui m'intéresse surtout c'est la puissance que je pourrais bien tirer de l'épave que tu es devenu.

—Ça c'est une considération qui te regardes. Moi je m'en moque. Je veux savoir si ma conscience survivra.

Gero ne répondit pas et lança un regard à C-F dont l'IA très élaborée décoda facilement les tenants. Le robot enroba alors la carcasse de Winter dans une bulle d'énergie, à l’intérieur de laquelle semblaient se confondre deux “liquides” immatériels très étranges, dans lesquels Winter baigna bientôt ; toujours à même d'observer la situation à l'extérieur, à travers les parois translucides.

— Temps restant : 55 minutes.

— Ecoute-moi Winter, ouvre bien tes oreilles.

— …

— Je ne peux pas faire de miracles… et personnellement je me fiche bien que tu sois un androïde inconscient ou un cyborg encore doté d'une âme. Mais sache que tu me seras soumis quelle que soit l'issue. Soit par un programme informatique soit par une bombe.

— La bombe me dérange moins que la mort, semble-t-il.

— Alors survis… survis jusqu'à ce qu'on arrive à mon labo… et là peut-être — si ta bonne étoile est en forme — peut-être que je pourrais te remettre sur pied sans que le fil de ta vie n'ait à se rompre dans le processus. Mais si tu meures durant le trajet d'ici à mon laboratoire… sache que je ne suis ni magicien ni voyageur du temps, ni ta mère.

— J’entends bien… je jouerai ma partition… pour moi et uniquement pour moi… qu'attends-tu pour partir ?!!

— Nous sommes déjà en mouvement imbécile. Vis, crétinus, vis… pour toi.

— Ferme-là !!

L'adrénaline montait à la tête de Winter. Cela faisait trop d'infos d'un coup. Trop d'enjeux d'un coup. Ou plutôt un seul. Un seul enjeu mais tellement important. L'enjeu d'une vie. Etre ou ne pas Etre… voilà le jeu auquel Winter était tenu de se soumettre en cet instant inoubliable. Un jeu pour lequel il était seul face à lui-même… seul contre l'univers qui s’en foutait royalement. Seul à comprendre l'importance de ce moment. Seul à trouver de l'importance à ce moment. Un jeu qu'il était le seul à vouloir gagner… et le seul à pouvoir perdre.




Précédent/!\ Suivant
Dernière édition par Max le Sam Fév 20, 2016 12:53, édité 1 fois.
Cogito Gero Sum[Terminée] : Fic en duo avec Omurah.
Avatar de l’utilisateur
Max
 
Messages: 1454
Inscription: Lun Fév 20, 2012 15:01
Localisation: Dans un univers imaginaire

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Lamantin_Furtif le Sam Jan 23, 2016 16:25

gros gros chapitre que voilà.

Bon, autant il y a ce gros défaut, à savoir que c'est en grande partie de l'exécution de méchant comme on en a dans beaucoup de fanfics.

L'avantage, c'est qu'ici, au lieu d'être un point culminant, ce n'est quasiment qu'un prélude à ce qui va suivre, et la hype est vraiment bien instalée. Les dialogues sont vraiment agréables, même si parfois un peu bizarres, mais on sent que vous vous donnez pour ce qui est d'insuffler une vraie personnalité aux personnages. Et les personnages, parlons-en !

Si la plupart des persos "canon" sont traités assez rapidement, j'apprécie vraiment la touche d'humour et de dérision que vous leur rajoutez, ça apporte de la légerté et un ton détendu à la fic, qui colle parfaitement au léger parfum de wtf permanent qui s'en dégage (parce que c'est quand même une grosse réécriture de FnF à votre sauce, disons-le).
Quant aux deux OCs principaux (et je ccompte Gero comme un OC) :
Winter : Il gère. Il gère comme pas deux. Clairement, c'est un méchant top tier dans sa personnalité et dans son style. Un hédoniste égoïste et mégalo, mais qui ne poursuit au final aucun grand dessin maléfique. Le but est sûrement d'en faire un antihéros ( :P ) qu'on prendra plaisir à suivre, et jusque là c'est réussi.
Géro est lui aussi très réussi, que ce soit sous son aspect de vieil homme fatigué qui ne sait plus où il en est, sous celui de savant fou machiavélique, de père attentionné qui veut empêcher juste repartir de zéro, et même de la fusion de ces trois aspects. $

Bref, cette fic ne cesse de me surprenddre agréablement. L'écriture est fluide, mais sait prendre des risqes, les personnages sont bien respectés et intéressants, l'humour est omniprésent, mais discret. Et pis ces petites référencces, c'est comme des petites friandises que vous nous jetez alors qu'un ne s'y attend pas.

D'ailleurs, Omurah (je suis pratiquement sûr que c'est toi sur ce coup), tu m'as bien fait bugguer avec celle-là : :lol:
Max a écrit:simplifier un corps astral aux facettes infinies à une seule dimension, linéaire, à un seul élément, un seul aspect, un seul mot.

Feu.

(c'est un passage de ma fic)

ce passage avec Dabra, d'ailleurs, ainsi que la mention de ces supernovas...
Image

Bref, amènez la suite !
"Dorenavant votre rage me parviendra comme un sketch de Gad Elmaleh"
Many, 12 juin 2016


Mes Fics (dans l'ordre de parution)
Guerres Glacées
Une couronne à terre
Alpha et Oméga
Héritage

Image
(on remerciera kouki pour cette bannière)
Avatar de l’utilisateur
Lamantin_Furtif
 
Messages: 1044
Inscription: Dim Nov 04, 2012 19:39
Localisation: Juste derrière vous.

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Paulemile le Sam Jan 23, 2016 18:08

Ah bah on poste au même moment un chapitre qui parle de télékinésie pour appuyer une attaque de Ki, marrant ça :mrgreen:

J'ai bien aimé ce chapitre, comme les autres en fait. Le discours entre Gero et Winter est cool. Je suis comme prévu très content de revoir notre cher roboticien et je suis curieux de voir ce qu'il va faire de Winter.
J'aime bien aussi, comme l'a fait remarquer Lamantin, que la défaite du méchant soit conséquence directe de la suite de l'histoire et pas une fin d'arc en soi. Encore une originalité de l'histoire qui vous fait marquer des points 8-)

Très surprenant, l'intervention éclair de Dabra. Plus encore le fait que Winter dise que Dabra pourrait défoncer la Terre bien plus facilement que lui. C'est quoi le niveau de Dabra dans cette fic ? :lol:
Ca et les supernovae, ce qui me fait forcément penser à Beerus...
Un beau bordel comme on les aime !
Avatar de l’utilisateur
Paulemile
 
Messages: 2028
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:50

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar ricou le Sam Jan 23, 2016 18:27

C'était Dabra ? Je pensais que c'était Kibito (même si je trouvais ça bizarre) !
En tout cas, la fic est cool depuis le début :D
Avatar de l’utilisateur
ricou
 
Messages: 462
Inscription: Ven Oct 31, 2014 13:56

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Paulemile le Sam Jan 23, 2016 19:05

Kibito n'a pas de cornes. Ou alors elles sont planquées sous ses cheveux et il s'est fait un chignon avant de soigner Winter :mrgreen:
Mais Dabra n'a pas franchement le pouvoir de soigner. Et s'il était si fort, il serait intervenu lui-même (enfin faut voir quel est son objectif). Ou alors il aurait balancé quelques crachats bien placés.
Avatar de l’utilisateur
Paulemile
 
Messages: 2028
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:50

PrécédentSuivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 10 invités