Le fruit de ses tourments

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Re: Le fruit de ses tourments

Messagepar Lenidem le Ven Nov 18, 2016 11:46

Zaagaan Protecteur a écrit:
Lenidem a écrit: Et sur le style, toujours dans le même passage, on ne voit pas vraiment qui s'exprime. Ça commence de façon assez neutre, puis on adopte le point de vue de Freeza, puis on enchaîne sur celui de Thalès. J'aurais trouvé préférable de garder le "point de vue externe" tout du long.


C'est mon habitude de faire des pavés explicatifs. Faut que je change tout ça, ça fait parti de ce que je dois accomplir.
Y a aucun problème avec les pavés explicatifs, je trouve. C'est juste que je trouve préférable que le point de vue ne bascule pas sans réel besoin.
Merci de ton commentaire, il est vrai que tu cites deux bonnes erreurs, je vais voir si je peux encore modifier ça !
Avec plaisir, à bientôt pour ma critique du chapitre 2. :)

Edit. Voilà, j'ai lu le chapitre 2. J'ai bien aimé, j'attends la suite. :)
Me demande sur quel forum est inscrit le Babidi-like...
Et je suis curieux de découvrir comment l'histoire va évoluer. Est-ce que la "joyeuse compagnie" va constituer le groupe de héros de base ? Est-ce qu'ils vont clamser rapidement pour laisser de la place à Thalès ?...
Pas le temps de niaiser
Oh oh. Décidément, les Québécois sont parmi nous !
RMR a écrit:Moi, je peux vous dire qui a raison. C'est Lenidem.
Avatar de l’utilisateur
Lenidem
 
Messages: 4463
Inscription: Mar Août 23, 2011 18:17
Localisation: Bruxelles

Re: Le fruit de ses tourments

Messagepar Point le Ven Nov 18, 2016 14:22

Ah ah Copper n'est pas inscrit sur un quelconque forum mais je constate que mes quelques phrases de références ont un peu raté leur effet ololol

Oui, je m'étais bien marré à écrire cette réplique de Koreshi un peu réf aussi mais Finalement juste random.

Pour ta question, par rapport à l'équipe, tu auras une réponse très rapide dans le chapitre 3.

Teasing: Il arrive très bientôt et j'ai adoré l'écrire.
La révolte
En cours.
Le plus modeste des êtres...Un homme qui fera peur au plus grand des démons...Celui-là même qui en deviendra le guerrier le plus fidèle...


Le fruit de ses tourments
En cours.
Piégé à cause de ses origines, Thalès va tenter de survivre pour venger son peuple. Mais avant tout, il va devoir se battre contre lui-même, et ce sera bien plus dur que ce qu'il imaginait.
Avatar de l’utilisateur
Point
 
Messages: 633
Inscription: Jeu Jan 08, 2015 19:06
Localisation: Pas là où je devrais

Re: Le fruit de ses tourments

Messagepar Point le Lun Nov 21, 2016 20:59

Chapitre 3:


La dune s'était effondrée.
Le sable et les rochers la composant se sont étendus, plongeant tels des tsunamis rouges sur la surface environnante. La ville n'y échappa pas, et les immeubles – les restes calcinés d'immeubles – furent engloutis. Jusque devant l'arbre d'acier la marée venue du désert arriva et fit se baigner les pieds de Copper. Amondo, quant à lui, repoussait le sable avec son aura, créant une nouvelle matière assez peu identifiable, transparente, née du contact entre les deux.

La dune s'était effondrée.
Le paysage dominé par les géants sablonneux venait d'être soustrait d'un membre, lequel s'en était allé étendre son territoire parmi les mortels. Cependant, ce sont eux qui l'ont finalement abattu, ou plus exactement deux d'entre eux, alors que d'autres, à son sommet, se reposaient, profitant de l'hospitalité des cent kilomètres de hauteur.

La dune s'était effondrée.
De la même façon, propulsée vers le haut, Thalès s'était envolé, traversant un nuage, inconscient, puis retomba, tout aussi rapidement, vers le sol. N'attendant pas que le saiyen redescende avant de se coucher, la chute fut plus rude, et les kilomètres plus durs à endurer.
S'écrasant pitoyablement, la partie dorsale de son armure détruite, il ne rouvrit pas les yeux avant une bonne dizaine de minutes, les deux chocs successifs ayant fait effet sur le soldat imposteur.

Les secondes passaient, et le crâne enlisé sanguinolait sous ce sable maintenant si sombre, car justement tâché par cette hémoglobine qui coulait abondamment de son dos meurtri.
Thalès extirpa son corps: il n'était pas mort, loin de là, et ce fut étonnant que l'attaque, le projectile de ki, ne l'ait pas plus atteinte que ça, alors qu'il était le premier à recevoir le choc. Son endurance de saiyen ?

Le chauve fit l'inventaire, encore allongé sur le ventre: son armure ne tenait que grâce aux épaules qui avaient tenues, son détecteur avait disparu, mais son gel anti-cheveux était resté là où il se devait de rester.

Se relevant difficilement, il regarda aux alentours: la dune avait été détruite, et il n'en restait plus qu'un monticule duquel encore glissait du sable dans toutes les directions.
Son détecteur brisé, Thalès ne put pas définir la position de ses alliés. En plus, et pour rajouter de la difficulté à la chose, le soleil tapait trop fort pour que les yeux dépourvus de sourcils puissent rechercher de façon optimale les autres soldats.

Qui étaient les enfoirés qui leur avait lancé cette boule !? Thalès sentait la veine qui commençait à pousser sur son front. Sûrement le super nuttsien ! Sa force fluctuait en continue, il n'était pas à 5000 unités, mais bien au-dessus... Comment vaincre une force pareille ?!
Si seulement il retrouvait son scouter, celui de Sham ou celui de Dalas, il appellerait des renforts. Le Commando Ginue est à l'autre bout de la galaxie en ce moment même, ils n'arriveraient jamais à temps, mais il doit bien y avoir sur la base un général compétent qui pourrait venir, voire sur une base plus proche.

C'est avec cette pensée qui rappela à Thalès son impuissance qu'il commença à marcher dans le sable rouge pour trouver ses compagnons.
S'il volait, il serait sûrement repéré par le monstre, et il préférait ne pas encaisser une seconde boule d'énergie. Il opta pour la marche à pieds si peu pratique.

Continuant d'avancer en balayant l'horizon sablonneux du regard, il faillit tomber à la renverse butant sur un objet inanimé au sol. Son pied engendra alors un choc qui fit tomber le sable sur le-dit objet et dévoiler...

...un long tentacule brûlé.

Thalès recula d'un coup.
Pas loin du tentacule, vers la droite, deux énormes monticules dissimulés, de formes similaires, rattachées au fameux tentacule. Le sable avait rougit entre les deux parties, très certainement du sang.

Le saiyen chauve n'avait pas besoin de s'approcher, il savait ce que c'était.
Il le fit quand même, pour être sûr, et remarqua alors qu'il avait eu raison !

Juste devant lui, le cadavre découpé en deux de Koreshi.

Aucun regret de la part du saiyen, si ce n'est que Sham devra piloter seul et que ce sera moins pratique. Et d'ailleurs, le seul sentiment de Thalès, à ce moment-là, c'était de la crainte !
L'attaque a découpé Koreshi en deux, alors que c'était une boule d'énergie... Mais quel genre de kikoha est capable de ça ?
Si ça se trouve, la boule n'a pas explosé en contact avec le sable, elle l'a traversé, et a attendu que celui-ci se tasse pour pouvoir diffuser le ki et faire des dégâts. Thalès n'était donc pas le premier à prendre des dégâts, mais plutôt ceux sur le centre du haut de la dune, comme Koreshi.

Il n'empêche, le pauvre n'aurait eu aucune chance de s'en sortir, car découpé assez primitivement en deux.

Quoiqu'il en soit, rien de plus grave que la mort de ce soldat. En même temps, il l'avait cherché. Il aurait dû être plus fort, sûrement un manque d'entraînement. Enfin bon, Thalès lui ne s'était pas grandement entraîné non plus pour avoir cette force, mais on ne va pas confondre habiletés naturelles et mise à niveau.

Le chauve passa donc son chemin: inutile de tergiverser, Koreshi était mort et il n'y avait aucun moyen de le ressusciter dans tout l'univers. Des soldats comme lui, il en arrive tous les jours.

Mais des boules de ki vert pomme, moins.

Thalès attrapa instantanément le projectile qui fusait jusqu'à son crâne avec une main et le projeta vers le sol, lequel explosa et projeta du sable partout.
La vision de Thalès obstruée, et la surprise évitée de peu ajouta à l'immobilité et l'effarement du saiyen qui ne vit pas le poing lui écraser le nez et le projeter jusqu'à une dizaine de mètres en arrière.

Sans avoir pu comprendre, toujours pas, il dut subir un enchaînement de coups de pieds et de coups de poings. Les coups n'étaient pas puissants, mais nombreux, et Thalès, du sable sous les paupières, ne put comprendre.

Entendons nous bien: son seul problème était qu'il ne voyait rien.

Le guerrier saiyen attrapa un des poings et le tordit. Il soumit alors l'assaillant en se remettant sur pied et en continuant de tordre la main impuissante, tout en essuyant ses yeux.
Le-dit assaillant continuait, même si s'écrasant toujours inexorablement sous la puissance de Thalès, de frapper son torse.

Quand enfin il put percevoir, Thalès contempla l'agresseur, et eut un fou rire:

- J'y crois pas! AH AH AH AH AH !

Sa puissante voix monopolisa l'attention du désert. On l'entendait à des kilomètres à la ronde.
En fait, Thalès riait tellement qu'il s'en foutait du bruit qu'il faisait. La situation était tellement drôle, tellement improbable, que la seule idée qui passa par la tête du saiyen, c'était de rire !
Pas par plaisir, pas par gêne, pas par sadisme, mais par dédain, parce que l'improbabilité de l'événement ne donnait qu'une envie: Se moquer !

- Alors Sham !? On s'amuse !?

Le dénommé serrait des dents en contemplant sa main réduite en bouillie. Son détecteur souffrait lui aussi en remarquant l'écart des deux niveaux d'unités.

- Enfoiré... C'est de ta faute si on est là en train d'affronter ce monstre ! Connard de chauve !

Le connard de chauve lâcha la main et expulsa son pied dans le plexus de Sham en souriant, lequel se déforma et s'éjecta vers l'arrière. Pour encore plus colorer le sable, un crachat ensanglanté.

- De ma faute, Sham ? De ma faute ? Est-ce moi qui ai demandé à venir sur cette fichue planète ?
- ...
- Est-ce de ma faute si le nuttsien est aussi fort ?
- ...
- Est-ce de ma putain de faute si on a reçu un kikoha d'une puissance phénoménale dans la gueule ?!
- ...

À la place de montrer sa frustration de voir qu'il ne répondait pas en parlant, il lui éclata l'épaule gauche avec le tranchant de la main.

- Bon, je fais quoi Sham là ?
- Tue-moi.
- Ah, on en arrive à là !
- Tue-moi, qu'on en finisse.
- Oh, mais j'y compte bien. Seulement, il me faut un conducteur pour le vaisseau.
- Le vaisseau a dû être enseveli par le sable.

Thalès n'y avait pas pensé.

- Bon, et bien donne-moi ton scouter, je vais appeler des renforts.
- Non, je ne t'aiderai pas.

Encore une fois, Thalès ria. Il leva les épaules:

- Mais tu vas mourir mec ! Qu'est-ce que ça peut te foutre que j'appelle des renforts pour moi ?
- ...

Thalès éjecta Sham dans le sable avec la paume de sa main.

- Bon, Sham, je te dis au revoir du coup. Tu m'as bien fait chier ces derniers mois, je suis ravi de pouvoir enfin te tuer.

Le condamné joua sa dernière carte:

- Que feras-tu si Dalas voit que tu m'as tué ?

Thalès était lassé de rire, mais sinon, il l'aurait fait.

- Ah, tu comptes sur Dalas pour te venger donc ?
- Il est plus fort que toi.
- Et ?
- Il te tuera en sachant que tu m'as buté !
- Ouais, j'avais compris l'idée. Du coup je répète: Et ?
- Et quoi ?
- En quoi c'est censé m'affecter ?
- Bah... Tu vas mourir, t'es complétement con ou tu comprends rien ?
- Mec, là-bas, y'a un monstre plus fort que nous deux réunis, et Dalas sait très bien que sans moi, il crèvera en 5 minutes. Il a besoin de moi.
- Admettons, mais il te tuera juste après.

Un rictus. Un rictus du saiyen chauve. Cette fois, du sadisme.

- Et s'il ne ressort étrangement pas vivant de ce combat ?

Sham recula comme il pouvait, alors rampant sur le dos, apeuré. Enfin, l'homme rouge se rendait réellement compte qu'il n'avait plus aucune chance de survivre, aucune chance de se faire aider, de revoir ses enfants.

En face de lui se tenait le pire des monstres, le pire des enfoirés... et même pire...

Des larmes coulaient sous ses yeux d'habitude froncés. Il implora alors la pitié de Thalès:

- Laisse-moi vivre Thalès. Je m'exilerai tout au fond de la galaxie et je ne dirai rien à personne. Je le jure sur les dix mille dieux de ma planète et sur Freezer !

L'interpellé fit mine de réfléchir:

- Mmmmh... Nan !

Les larmes redoublèrent de volume.

- S'il te plaît Thalès ! JE T'EN SUPPLIE !

À ce moment là, il s'était retourné sur le ventre, même s'il avait atrocement mal, et s'approchait de Thalès, jusqu'à lui attraper une botte:

- J'ai des enfants... Une famille...

Soudainement, et toujours en faisant semblant de réfléchir, Thalès s'agenouilla, et caressa le crâne cornu de Sham:

- Mais tu sais, si je te laisse en vie, ce sera un risque pour moi. Des gens pourraient découvrir ma réelle identité.

- Ta réelle identi...

Il comprit alors. Tous ses soupçons trouvèrent alors réponses. Depuis des mois, il épiait, il analysait, il cherchait à savoir ce que Thalès pouvait avoir à cacher. Et, autant pour rire que pour tenter de glaner des informations, il le traitait de saiyen, et le répétait sans cesse.
Toutes ses réactions, sa force, son humeur... ne collaient pas avec son physique... mais bien avec l'image du saiyen lambda.

Celui dont on sut l'identité attrapa le scouter de Sham sur son oeil et le posa sur le sien, profitant de la stupeur du condamné.
Et quand ce dernier leva enfin les yeux vers Thalès:

- JE LE SAVAIS ! J'AI PAS ARRÊTÉ DE LE DIRE DEPUIS...

Sprotch.


La botte de Thalès sauta sur l'occasion, et par extension aussi sur la tête de Sham, laquelle s'enfonça dans le sol, avant de céder sous la force et le poids de la puissante jambe du saiyen.

Un petit grognement de plaisir, suivi d'un fou rire: Thalès avait définitivement oublié d'être discret, mais s'en foutait éperdument.

Le fait d'avoir pu se libérer de cette sensation d'enfermement perpétuel en dévoilant son identité à quelqu'un lui faisait un bien fou, un bien temporaire, mais nécessaire. Malgré les nerfs saiyens, Thalès ne tiendrait pas toute sa vie en cachant sa véritable nature.

Il ne lui restait plus que Dalas et le Nuttsien à éliminer, et il pourrait jouir de quelques vacances pendant un mois ou deux.


* * *



- Général ? Appela le petit être violet à pois roses, devant son écran.

L'interpellé, qui passait dans le couloir, s'arrêta quand il entendit la voix fluette de son inférieur hiérarchique.

- Que se passe-t-il ? Répondit-il en s'approchant, remettant ses gants correctement.

Le violet cliqua sur un onglet, et l'ouvrit en grand, lequel semblait montrer l'intérieur d'un vaisseau.

Le général, orange de peau, au long crâne en deux parties comme le montre la fente verticale et centrale sur le dessus, aux cavités auditives proéminentes, et aux moustaches sur le menton, posa alors une autre question:

- Cet intérieur m'est familier.

- Oui, Général Danmarine, vous avez emprunté ce vaisseau il y a une semaine, pour venir ici.

- C'est exact, bonne mémoire, félicita le nommé en donnant une tape sur l'épaule de son subalterne.

Le petit être montra un rapport, sur lequel il venait de lire l'information. Il le fit comprendre en déplaçant son curseur dessus en cercle. Danmarine l'ayant capté, il attendit la suite.

- Vous voyez bien l'écran? Regardez la vidéo !

L'image fixe d'une caméra de surveillance postée près d'une fenêtre du vaisseau.
Après vingt longues secondes, du sable jaillit de la fenêtre, l'explosant au passage, et emplit le couloir, lequel fut alors complétement noyé par le composant rouge.

Le petit être à pois expliqua:

- L'unité du Colonel Dalas a emprunté le vaisseau il y a près de douze heures. D'après cette seule image, leur vaisseau a été anéanti par une avalanche de sable. Mon hypothèse étant qu'ils se sont fait attaqués.

- Sur quelle planète ont-ils été ?

- Nutts. Leur objectif étant de tuer un natif de 5000 unités avant de conquérir la planète.

- Simple mission, non ?

- J'essaie de contacter un des trois scouters emmenés par le groupe. S'ils ne répondent pas, est-ce qu'on envoie des renforts ?

- Pourquoi ne répondraient-ils pas ? Le Colonel Dalas n'est pas assez fort ?

- Il ne dépasse pas 5000 unités, malheureusement.

- Pourquoi l'avoir envoyé ?

- Je ne suis pas responsable des missions. Dois-je envoyer des renforts ?

- Je vais faire confiance au Colonel Dalas, je l'ai déjà vu se battre. Je dois partir, on m'attend, abrégea le Général.

Pas qu'il ne se souciait pas du sort de l'équipe de Dalas, mais il était réellement en retard.

Le petit être à pois ne savait pas quoi faire. Il serait dommage de perdre un colonel, surtout qu'il n'y en a que trois sur cette base en comptant le reptilien.

Le petit être préféra essayer. Il chercha les numéros des trois scouters. Les numéros portaient les noms de, dans l'ordre, Sham Maïro, Thalès, et Zamerik Sandich Counotor Dalas.
Il ne réfléchit pas longtemps, et composa le numéro du premier dans l'ordre alphabétique.

- Base spatiale Freezer 715, nous demandons rapport de votre mission en cours.


* * *



Le cadavre de Koreshi disparaissait à l'instant, désintégré par le kikoha de Thalès. Il avait fait la même chose pour celui de Sham, sa dernière victime.
Personne ne savait pour eux, alors il faisait disparaître les preuves. Qui sait, Dalas n'avait pas repéré les fluctuations d'énergie. Si on lui demandait où ils étaient, il suffirait de dire qu'ils sont morts à cause du kikoha destructeur de dune.

Quoiqu'il en soit, le chef d'escouade ne pourrait se passer de Thalès pour tenter d'éliminer le super nuttsien. C'était un bon point pour sa survie, un peu moins pour celle de Dalas.

D'ailleurs, Thalès se devait de le chercher. Alors il explora l'interface du scouter volé de Sham, lequel était un peu inconfortable. En plus, le gars savait pas ranger ses applications. Et sérieux, qui s'abonne à ce genre de pages sur les réseaux sociaux !?
Le saiyen arrêta de fouiller dans les affaires privées du décédé et trouva le contact de Dalas. Juste avant qu'il n'ait pu l'appeler, une sorte de sonnerie se fit entendre, et ce seulement de Thalès bien entendu:

- Base spatiale Freezer 715, nous demandons rapport de votre mission en cours.

C'est quoi ce chiant là ?
Thalès hésita: Avec quelle phrase débuter son discours mensonger, celui sur les disparitions “étranges“ de deux soldats, et sur la situation?

Après une bonne dizaine de secondes, le petit être à pois au bout du fil répéta sa phrase, et c'était seulement à ce moment que le chauve répondit:

- Oui, ici Thalès. La force du super nuttsien fluctue entre 3000 et 9000 unités, voire au dessus ! Nous demandons des renforts !

L'interlocuteur tressaillit:

- Au-dessus des 9000 !? Voulez-vous des renforts ?

Thalès hésita. En fait, il voulait réellement affronter ce monstre, pour avoir une raison de tuer Dalas. Mais s'il pouvait le tuer, et ensuite appeler des renforts pour qu'eux-mêmes tuent le nuttsien et qu'il survive, ce pourrait être une solution intéressante.

- Oui, un maximum !

- Nous allons voir ce que nous pouvons faire. Votre vaisseau a été enseveli par le sable, êtes-vous au courant ?

Alors c'était vrai, pensa Thalès, Sham avait eu raison.

Ignorant le silence de la non-réponse, le petit être poursuivit:

-Restez cachés. Les renforts devraient arriver dans une douzaine d'heures minimum. Pourriez-vous tenir durant ce laps de temps ? Êtes-vous tous en vie ?

PARFAIT ! C'était exactement la question qu'attendait le saiyen pour mener à bien son plan !

- Je ne sais pas si nous tiendrons. L'ennemi est très puissant, et les pilotes Koreshi et Sham sont actuellement décédés. Le colonel Dalas est blessé, je ne sais pas s'il pourra supporter douze heures d'attente ! La nouvelle recrue est portée disparue...

De toute évidence, la situation avait l'air grave. Si seulement elle était entièrement réalité !

Au bout du fil, il était évident qu'on paniquait, et effectivement, l'être aux pois était chamboulé. Il fallait absolument secourir les unités sur Nutts, sinon on perdait de précieux alliés.

Il abrégea donc:

- Nous faisons au plus vite. Tenez bon !

Il raccrocha.

Thalès ne réfléchit pas. Tout se déroulait sans problème et sans qu'on ne vienne le déranger !
Il ne lui restait plus qu'à trouver Sham et à l'assassiner en se servant du super nuttsien. Plus facile à dire qu'à faire, mais il s'est toujours débrouillé. Ce n'était pas la première fois qu'il faisait mourir quelqu'un par l'intermédiaire d'un tiers.

* * *



Copper se retourna juste une seconde. Il venait juste d'ensorceler une nouvelle fois Amondo pour éviter qu'il ne reprenne conscience de lui-même, et ça lui octroyait quelques minutes pour vérifier que l'arbre de fer continuait de sucer l'énergie de la planète.
Le compteur de kilis avoisinait les 400. Lors de son arrivée sur Nutts, il en avait 200 environ, et ça faisait déjà deux semaines qu'il pompait le noyau de la planète. À ce rythme, jamais il n'atteindrait le plafond minimum pour assurer le réveil du djinn le plus puissant de l'univers.

La planète était loin d'être épuisée, mais l'arbre de fer – que Copper avait mis plus de sept mille ans à concevoir – drainait l'énergie si lentement qu'il lui faudrait encore des mois à attendre. De plus, une partie des kilis servait à l'alimentation des corps d'Amondo et de lui-même, lesquels corps demandaient une certaine dose qu'il fallait soustraire à la somme totale d'énergie de la planète volée ! Le natif nuttsien était très puissant, et demandait beaucoup... Pas étonnant que l'arbre se remplisse si peu.

Copper poussa un juron. Heureusement qu'il avait trouvé Amondo, car sans lui il n'aurait pas pu décimer les nuttsiens et n'aurait jamais joui de la puissance d'un garde du corps pour le protéger de l'armée. Ils pourraient tenir des années ici, mais Copper qui vivait déjà depuis des millions d'années commençaient à se lasser d'attendre, ce qui est facilement compréhensible.
Et en plus, son éternel frère et rival – même si le terme frère est ici assez ambiguë – cet enfoiré de Babidi, possède des moyens différents de récolter l'énergie, et bien plus efficace qu'une simple machine.

Normal quand on a le pouvoir de contrôler le roi du Makai !

Le magicien cracha sur le sol. Amondo avait dû tuer les soldats, les cinq gus, en faisant exploser la dune, mais Copper n'avait pas vérifié s'ils étaient bien morts.
Il se concentra et capta ses sondes magiques, positionnées ici et là dans le désert.

Trois présences: une très faible, et deux en bon état.

Amondo avait donc tué deux guerriers, et en avait gravement blessé un. Il ne restait plus qu'à les localiser et les achever. La grenouille grise transféra sa vision dans ses sondes, lesquels purent alors se déplacer à la guise du contrôleur.

Elles localisèrent donc le premier: un chauve en armure grise. Son armure était endommagée, et il n'avait pas l'air mal en point du tout. D'ailleurs, il était seul, ce qui était dommage, et ferait consommer plus de force à Amondo pour les éliminer au cas par cas à distance, dans l'hypothèse où les deux restants étaient aussi dispersés.

Sans se retirer de sa sonde, Copper leva un bras vers son esclave:

- Amondo... dit-il calmement, le guerrier nuttsien levant le menton pour écouter, tu vas lancer un kikoha dans cette direction...

Envoyant mentalement la position de Thalès à son sbire, ils étaient prêts à éliminer le guerrier solitaire. Puis Copper trembla, alerté par une autre sonde. Qu'était-ce de si important ?!

Une autre sonde annonça la venue proche des deux autres soldats, à seulement deux cent mètres !

- Amondo, attends... cria-t-il doucement, en attendant de pouvoir lui communiquer une autre position.

Oui, ça y est, Copper les voyait. Enfin, non, il les sentait. Ils étaient rentrés dans le périmètre proche de la ville en ruine, là où les sondes étaient les plus nombreuses. Sauf que le magicien ne les voyait aucunement. Il connaissait leur position approximative, et plus il attendait de devoir donner leur localisation à Amondo, plus ils se rapprochaient !

Les deux guerriers savaient d'où était venue la boule de ki qui avait détruit la dune !

Copper commença à paniquer. Plus il attendait, plus ils approchaient... et s'il demandait à Amondo de tirer un kikoha maintenant...

... il subirait le souffle de l'explosion !

- Merde... Merde... Merde...! Hurla-t-il dans sa tête.

Il se retourna vite et contempla sa machine. Oui, elle tiendrait le coup non ? Parfait !

- Amondo, tire ! Ordonna la grenouille en sautillant.

Le super nuttsien emmagasina une certaine partie de son ki dans sa main droite. Après quelques secondes, un disque se forma dans le creux de sa paume. Il prit position et la lança sur deux cent mètres devant l'arbre.

Copper laissa échapper une goutte de transpiration et stoppa sa vision magique. Il plaça ses paumes devant lui et après une formule imaginée, créa un bouclier énergétique autour de son corps.
Amondo tiendrait le coup, l'arbre aussi, et lui... espérait.


* * *



Une intense concentration d'énergie, à l'instant. Cela venait de la ville.

Thalès était affolé de voir défiler le compteur d'unités, qui augmentait en continu, passant de 200 unités à 5000 en une poignée de secondes !
Si cette force était destinée à arriver sur lui, il pouvait s'y préparer et s'enfuir, ou alors riposter, même en étant moins fort. Si en revanche elle était pour Dalas – ou pour le gamin – alors Thalès avait là l'alibi parfait. Tout le monde était mort sauf lui, les renforts arriveraient et tueraient le nuttsien, et il serait connu comme ayant survécu à un monstre plus fort que deux fois son niveau en unités !

Mais pour le moment, il ne savait pas si la boule d'énergie allait le toucher, auquel cas il devait vite trouver une solution. Il n'avait pas le temps, et s'il devait choisir une solution entre l'opposition ou la fuite, il préférait, c'est un saiyen, la première.

Aussi fonça-t-il en s'envolant vers la source. Il imagina un cas de figure où le super nuttsien voyait sa puissance fluctuer étrangement, et où le lancer d'une boule d'énergie le faisait passer d'un niveau de 9000 à 1000 durant un court laps de temps. S'il arrivait à temps, et si la boule de ki était destinée à Dalas, alors il pourrait transformer cette théorie en réalité.

Alors qu'il volait, profitant du fait que l'accumulation d'énergie était la principale cible des capteurs des scouters ennemis – si les ennemis avaient des scouters, mais il n'existe évidemment aucun autre moyen de sentir les énergies – il imagina encore une fois le cas de figure où il serait cible du kikoha.

Étant donné la distance, celui-ci ne devait pas être précis. En prenant en compte la vitesse, la forme, la taille du projectile, et la vitesse du saiyen, Thalès pourrait presque aisément esquiver le tir, ce qui lui donnerait du temps pour approcher. Si le nuttsien continuait d'enchaîner les tirs de cette acabit, alors nul doute que lui même prendrait un contrecoup s'il lançait ses kikohas plus proche au fur et à mesure de la progression de Thalès !

Là, le chauve s'était paré à toutes les éventualités. Sa seule crainte était de ne pas pouvoir tuer le nuttsien malgré la fluctuation de son énergie, mais il gardait un autre atout dans son brassard, car il savait quelque chose d'intéressant...

... c'était la position précise de Dalas.

Oui, c'est une information qu'il eut en s'envolant. Son détecteur avait repéré Dalas tout proche de trois autres sources de ki. Il marchait doucement et portait sur son dos un être connu: la nouvelle recrue, qui avait l'air immobile.

Plus loin, le super nuttsien, qui paraissait grand et imposant, ainsi qu'un ridicule nabot d'à peine 22 unités. C'était eux les fauteurs de troubles ? Parfait, il y en avait même un que Thalès pourrait écrabouiller facilement.

Il continuait de voler, et alors il sentit autre chose dans son scouter: Dalas déposait le gamin sur le sol, lequel restait sans bouger, et prépara, instantanément, un rayon diaboliquement puissant d'énergie concentrée, en direction du ciel.

La boule de ki du nuttsien entra en collision avec le rayon de Dalas.

L'explosion souffla toute la zone, et Thalès lui-même fut projeté en arrière.

* * *

Roket chancelait sur le dos écailleux de son supérieur, et s'accrochait fermement même s'il était blessé gravement. En effet, la précédente attaque qui avait mis fin aux jours de Koreshi avait touché son corps de jeune guerrier à la jambe, et le souffle, lui, préféra attaquer le reste, en s'aidant de la hauteur de la dune.
Le soldat novice avait donc dû souffrir d'une jambe brûlée, l'autre brisée, d'une peau calcinée sur le ventre et bas-ventre, d'un bras fracturé, et de côtes fêlées. Pour un garçon de seize ans, même si rompu au combat, c'était beaucoup.

Aussi eut-il la chance d’atterrir, inconscient bien sûr, à seulement une centaine de mètres de Dalas, lequel n'était pas très touché, et lui permit de se relever. Le reptile n'aimait pas qu'on abîme ses soldats, car ayant des valeurs d'honneur et de respect. Il l'attrapa alors et tenta dans un premier temps les premiers secours, mais ne put faire grand chose, si ce n'est apaiser un tant soit peu sa douleur.

Il avait là deux choix, son détecteur de luxe détruit lors de la chute: soit tenter de retrouver Thalès, Sham et Koreshi, afin d'être un maximum pour lutter contre le super nuttsien, ou bien, directement tenter d'éliminer le mal à la source. Le travail d'équipe n'était malheureusement pas un point fort dans sa petite cohorte, surtout pas celui de Thalès, éternel égoïste, mais il les savait compétents dans le besoin, même si le poulpe ne savait pas réellement se battre.

D'après les distances, Dalas était bien plus près de la ville où siérait l'ennemi que de la dune effondrée. Il avisa: Il irait attaquer par surprise le monstre pour lequel il était venu. De plus, et à vrai dire, il ne pensait pas ses alliés vivants. Sinon, car il avait attendu quelques minutes, l'un d'eux serait sûrement déjà venu le voir, le localisant d'après son scouter. Koreshi n'aurait pas pu, effectivement, mais encore une fois, il valait mieux qu'il reste au vaisseau. Là-bas était son rôle premier.

Bien qu'il doive s'embêter d'un semi-cadavre, laisser mourir un jeune garçon serait impardonnable, et de surcroît s'il constituait une personne dont il fallait s'occuper. Il n'eut pas d'autre choix que de tenter de le réveiller, puis une fois ceci fait, de le faire s'accrocher autour de ses épaules. Son poids avoisinant les cinquante kilogrammes, il n'était qu'une gêne pour les mouvements.

Il s'approcha donc des premiers bâtiments qui étaient encore debout, même si soit partiellement découpés, envahis par le sable, brûlés, fondus, fondant, broyés, à l'envers, fusionnés avec un autre, ou juste emboîtés. Il devait rester deux ou trois kilomètres de marche avant de rejoindre l'épicentre du problème, et il ne pouvait se risquer à voler, au risque d'être repéré.

D'ailleurs, il avait un atout racial qu'il pouvait même partager avec Roket, lequel écouta attentivement les consignes de son supérieur pour débuter la mise en place de l'opération. Les habitants de sa planète, et une partie des peuples de celle-ci, les congénères de Dalas, avaient développé, même si devenant moins utiles depuis la colonisation de Freezer, une sorte de pouvoir qu'ils pouvaient utiliser sous réserve de se priver de vue.

Oui, la cécité temporaire leur permettait de rendre leur corps et tous les autres à proximité translucides.

Alors Dalas et Roket eurent l'avantage du duo, car seul le reptilien était victime de l'aveuglement. Le porté, lui, servirait alors de guide visuel, malgré son handicap physique. La seule faiblesse de la technique était que les corps invisibles étaient détectés par les capteurs des scouters, lesquels assuraient donc un avantage stratégique contre eux.

L'anecdote historique étant que des théoriciens disaient que la guerre entre les forces de Freezer et celles de la planète Fràmassonn, le monde d'origine de Dalas, se serait soldée par une victoire de ces derniers si les détecteurs n'avaient pas existé.

Dans tous les cas, l'utilité du pouvoir repose sur le type de détection dont dispose le super nuttsien: s'il possède une détection visuelle, alors il sera difficile pour lui de trouver Dalas, mais c'est improbable étant donné la distance de laquelle le kikoha anti-dune fut tiré. S'il possède une détection olfactive ou auditive, alors c'est d'autant plus étonnant, mais très dangereux à la vue de la distance qu'il restait alors entre les deux. Et pour finir, la détection énergétique ou thermique, qui était le défaut de la translucidité de Dalas.

Le reptilien paria le tout pour le tout et espéra pour la détection visuelle. Après tout, qui sait de quoi l'univers est fait ?

Le duo avança parmi les décombres. Et tout en esquivant à tatillons les obstacles, Dalas constata avec étonnement, malgré sa cécité, une grande qualité chez son acolyte mal en point: Il était extrêmement calme, ce qui lui assurait un ton discret et un sang froid exemplaire. Mieux, il décrivait les alentours comme si Dalas les voyait. Nul besoin d'ouvrir les yeux pour comprendre qu'à travers les ruines, Roket lui expliquait clairement la marche à suivre, et ce, en se dissimulant habilement derrière les immeubles.

Roket était un très bon élément.

Dalas prenait confiance, ils allaient y arriver ! Il allait même assez vite malgré le corps pendouillant derrière lui, et ce dernier reprenait des forces, galvanisé par leur complémentarité !
Le chef d'escouade se plaignait du travail d'équipe de sa petite troupe, mais ce jeune garçon était un atout à ne surtout pas perdre... et ce de façon capitale. Oui, de la folie peut-être mais non, c'était bien plus que ça que le lézard sentait. Oui, c'était autre chose... C'est ça...

C'était une intuition.

Mais bien qu'ils soient tous deux exaltés par cette joie dans le duo, Roket ne perdit pas son attention. Il vit alors au loin une source de lumière qui s'agitait. Cette source de lumière, évidemment, était une boule de ki.

Il ne mit pas longtemps à comprendre que c'était le nuttsien. Il prévint alors Dalas:

- Deux cent mètres devant, l'ennemi s'apprête à attaquer ! Chuchota-t-il assez fort, un minimum paniqué.

Le corps reptilien ne mit pas longtemps à réagir: alors que Roket fermait les yeux, par peur, Dalas les ouvrit, faisant apparaître les deux combattants, et chargea instantanément son énergie, laquelle emplit la paume de ses mains d'un bleu marine très foncé.

Et quand le kikoha ennemi fut projeté en l'air, Dalas était à demi-rassuré: il n'avait pas été pris pour cible, mais quelqu'un d'autre – en l’occurrence Thalès, Sham ou Koreshi – allait devoir encaisser le coup. Il poussa hors de ses mains son rayon d'énergie, qui alla instantanément intercepter la boule nuttsienne, laquelle était allée plus en hauteur pour mieux retomber.

Les deux projectiles explosèrent, balayant malgré leur altitude toute la zone. Dalas para l'énergie exceptionnelle dégagée par le choc avec ses avant bras, en se plaçant juste au-dessus de Roket au sol pour le protéger. Copper, voyant que l'attaque allait exploser encore plus proche qu'il ne le pensait, ajouta encore plus d'énergie dans son bouclier. Amondo ne sourcilla pas: il se contenta de bomber le torse et fermer les yeux. Quant au saiyen, il était assez loin, et put foncer dans le ciel en se servant de l'écran de fumée nouvellement apparu.

Et à ce moment-là, tous les pions restants sur l'échiquier étaient réunis: le Fou blanc se propulsait en un éclair vers le Roi noir et sa Tour, la Tour blanche était en train de reprendre des forces, avec un Pion blanc en mauvaise position derrière lui, et les fameux Roi et Tour noirs ne s'attendait pas à l'offensive.

Ainsi, Copper était en train de tousser. Il avait encaissé l'explosion, mais le souffle l'avait projeté sur l'arbre de fer, en brisant sa carapace. Amondo n'avait rien senti, mais le haut de ses vêtements avait brûlé. Soudainement, il se tint le crâne en hurlant: le C stylisé sur son crâne commençait à s'estomper. Il s'agenouilla, en proie à une douleur intense et criait à la mort.

À ce moment, juste là, et d'un coup d'un seul, une présence atterrit et ne mit pas longtemps à mettre une très violente droite en pleine face d'Amondo, lequel alla s'écraser dans le sable non loin de là, toujours criant. Ce ne fut pas fini: Thalès écrasa son torse avec ses deux pieds, puis attrapa son col noirci et le projeta vers le haut, lui donnant une myriade de coups avant de le ramener vers lui en attrapant sa natte et en lui assénant un coup de boule. Mettant son genou dans son abdomen, il lui coupa le souffle et, les deux mains jointes, écrasa son dos.

Amondo cracha du sang et s'effondra presque inconscient sur le sol. Il ne savait pas où il était, mais il souffrait, ça c'est sûr. Que se passait-il ? Mais surtout, où était il et pourquoi aussi blessé ?
Il avait un énorme trou dans le dos, résultant de l'arrachage des câbles le reliant précédemment à l'arbre d'acier.
Le super nuttsien tenta de se relever, et se retourna, face à la mort, littéralement.

Thalès s'était posé juste devant lui, en tendant sa main, et en préparant une rafale de ki jaune. Il sourit, et lui dit:

- Tu étais bien plus fort il y a quelques minutes, toi. Que s'est-il passé ? T'as eu peur de moi ?

Amondo écarquilla les yeux. Il regarda à droite et à gauche, apeuré, et se rendit compte de l'état de sa planète. Puis, en ajustant son regard sur celui de Thalès, il rétorqua, en bégayant:

- Suis... Suis-je encore sur Nutts ? Je ne... ne reconnais pas ma planète... Pourquoi m'a... m'avez vous fait ça, inconnu ? Les questions se bousculaient, mais Thalès préféra rire plutôt que d'y répondre de suite. Décidément, le saiyen aimait beaucoup rire aujourd'hui, à tel point qu'on se demande s'il savait faire autre chose.

- Je vais te le dire: C'est toi qui as tout détruit, tu ne t'en rappelles pas ? Les nuttsiens ont la mémoire courte !

- Je ne te crois pas, alien ! Je ne comprends pas toutes tes paroles, mais j'ai cru entendre quelques mots idiots. Je ne fais que rarement du mal à mon peuple, avoue ton péché et ne m'accuse pas de tes méfaits misérables !

Thalès ne saisissait pas le sens de tous les mots d'Amondo. La langue commune de l'Empire ne s'était apparemment pas encore suffisamment diffusée sur Nutts. Il comprit cependant le sens, ce qui lui valut de faire se figer son éternel et habituel rictus.

- C'est la capsule de régénération qui se fout de la charité ! Moi aussi j'ai déjà buté des gens de mon peuple et j'en fais pas tout un plat.

Amondo osa et se redressa. Une larme coula sur son front, il se savait condamné mais voulait rester impassible devant l'ennemi.

- Je ne sais pas ce qu'il se passe ici, et je ne comprends pas pourquoi tu veux me tuer. Mais j'accepte mon sort, si tel est mon destin.

Étrangement, si ce n'est l'accent très prononcé, le saiyen avait tout pigé. Il ne put s'empêcher de vouloir se moquer. En revanche, il lui fallait du temps, et qui sait si Dalas n'arriverait pas vite pour profiter de la situation. D'ailleurs, tout s'était mieux passé que ce que Thalès pronostiquait à la base. Et tant mieux.

- Je te résume: ta force bascule entre la moitié de la mienne et deux fois toutes les cinq minutes. T'as détruit toute la région, t'as sûrement balayé la moitié de ton peuple sous tes kikohas et... ah oui, je suis venu pour te buter. Donc bon, moi les circonstances à la base je devrais en avoir rien à foutre. J'espère que t'es content, maintenant "Bye bye".

Amondo serra les poings. Il était impossible qu'un guerrier comme lui ne détruise son peuple. Qu'il le trahisse ok, mais qu'il éradique les gens de sa race, c'était impensable. Le discours sur sa puissance était aussi surréaliste: il savait qu'il était moins fort que le chauve en face de lui, mais que celui-ci prétende le contraire, ça l'étonnait.

Le guerrier à la natte s'agenouilla. Il baissa le crâne et attendit la seconde de son jugement. Qu'aurait-il à gagner à se défendre ? C'était ce qu'on lui avait appris. Les Nuttsiens n'étaient pas des faibles, mais ils savaient se confronter à la dure réalité des choses. Et Amondo ne pensait pas mourir avec déshonneur, au contraire: s'il avait tué tout le monde, il se devait de payer. Si tout le monde était mort, autant qu'il rejoigne les autres au Paradis.

Il s'amusa quand même à ressasser son passé. Qui sait trouvera-t-il des réponses sur la Ô combien énigmatique situation...
Il se souvenait des grandes allées de la ville, des barricades énormes tout autour pour prévenir la mort des dieux-dunes une fois tous les huit ans, des parades où les meilleurs guerriers se montraient pour montrer la toute puissance de la royauté suprême de Nutts, parades auxquelles il participait tous les ans, en tant que garde du corps personnel de Sa Majesté !

Lui, le grand Amondo Sanchez, le fameux guerrier aux kikohas tranchants !

Tout allait si bien dans sa vie: marié, dix-huit enfants dont sept adoptés, de l'argent à foison, une voiture volante de luxe, l'insigne du roi lui-même, les habits – d'habitude – des nobles, et même un nom de rue !

Aussi, même avec la main tendue de Thalès devant ses cheveux, il sourit. Il avait bien vécu, malgré ce blanc, ce vide, ce néant entre son dernier souvenir et maintenant. Entre ce dont il allait se rappeler, et l'agression par le soldat de Freezer...

La crapule, le crapaud, le mage. Oui, c'était ça ! Il avait rencontré un petit être vicelard qui lui avait dit qu'il lirait dans son avenir contre quelques piécettes. Il était alors accompagné de sa femme, et regardé par des centaines de personnes sur la place de la capitale. Les gens rejetaient le petit crapaud extranuttsien parce qu'il n'était pas d'ici, mais parce qu'il se devait d'honorer sa réputation, Amondo alla donner quelques sous...

Il n'aurait jamais pensé que lire l'avenir signifiait détruire toute trace de celui-ci.

Amondo grogna. Où était ce malfaisant manipulateur ? Il oublia une seconde sa situation avant de se rappeler, et cria alors:

- MAUDIT SOIS-TU, SORCIER !

Thalès faillit tirer, surpris. Il eut ensuite un gros fou rire en voyant Amondo trembler:

- J'ai eu peur, j'ai cru que t'allais mourir comme ça sans rien de plus. Ah, ça m'aurait étonné ! Alors, tu rages de crever donc t'accuses quelqu'un ?

Il fit semblant de regarder autour de lui, pour chercher un “sorcier“. Il ne trouva rien de plus que des décombres, des routes sans dessus-dessous, des immeubles effondrés, du sable à perte de vue, un arbre gigantesque, Dalas qui criait, des poteaux de signalisation enfoncés dans le sol, des dalles brisées, une matière translucide, des plantes qui brûlaient, de grands e... Euh.. Attendez...

Dalas qui criait ?!

Thalès n'eut le temps d'achever son nouvel ami, qu'un projectile bleu marine vint déplacer sa main avec violence. Il tituba, déplacé par la puissance du choc, et se retourna pile à temps pour recevoir une violente droite.
Il s'écrasa plus loin sur le sol, et se redressa en hurlant:

- DALAS ?! J'AI VAINCU L'ENNEMI, POURQUOI TU ME FRAPPES ?!

Le reptilien, cette fois seul et sans Roket, toisa du haut de son mètre quatre vingt dix son subordonné, affichant juste au-dessus de ses lèvres une énorme balafre, résultante du choc entre la boule de ki d'Amondo possédé et la sienne.
Il aida Amondo à se relever, et lui chuchota alors:

- Cet homme vous tuera si vous ne coopérez pas. Le sort de votre peuple était inéluctable, nous les aurions tout tués de toute façon.

Amondo voulut alors lui donner un coup de poing pour ce qu'il venait d'annoncer, mais à peine leva-t-il son bras qu'il fut discrètement arrêté par les griffes du lézard:

- Ne tentez rien. Dans votre état, vous ne pourriez pas tenir face à moi, ni contre lui. Vous avez trois choix: essayer et mourir, nous demander d'être tué, auquel cas je laisserai Thalès se charger de vous, ou rejoindre l'Empire et devenir guerrier. Étant donné votre force au maximum, vous deviendrez vite un des plus puissants guerriers de cette partie de la galaxie.

Amondo s'immobilisa. Aucun des choix ne lui allait, mais il n'avait que peu de temps pour répondre. La première solution résulte d'un énorme espoir, espoir qu'il sait futile, donc il oublia cette première idée. La suivante serait dans la continuité des choses, et il paierait pour ce qu'il a prétendument fait. Quant à la dernière et troisième, ce serait... une trahison sans pareille que de rejoindre l'ennemi. Il savait d'autant plus qu'en dehors de Nutts existaient des créatures à la puissance inimaginable, et qu'il ne pourrait tenter une révolte, surtout seul.

Que faire ? Ces quelques secondes lui torturaient l'esprit.

Dalas termina de murmurer:

- Je vous laisse réfléchir un peu, le temps de calmer Thalès. Et après je compte sur v...

Il stoppa sa phrase en plein milieu.
Il avait été étonné que Thalès ne continue pas de crier après que Dalas ne lui donne son coup, pour protester contre d'une, ce coup, et de deux, le recrutement du super nuttsien. Il ne s'attendait pas à voir, devant lui, à seulement trois mètres, un Thalès souriant, les arcades froncées, sadique dans son expression, tendant son bras avant pour tirer un kikoha, mais les yeux fermés, comme endormi en position d'attaque.

Thalès avait l'air de vouloir attaquer Dalas, mais en faisant un petit somme avant. N'était-il pas fou de dormir dans un moment pareil ? Ou bien cela cachait quelque chose ?
Quoiqu'il en soit, il ne serait pas assez puissant pour le tuer, n'est ce pas...? Une différence de 1000 unités n'est pas négligeable et le combat serait gagné d'avance pour le plus haut niveau.

Le reptilien frotta sa balafre et appela son subalterne, lequel commença à trembler, toujours endormi:

- Tu n'oserais pas m'agresser, Thalès, j'espère ?

Et à peine la dernière syllabe crachée par le chef d'escouade, un C stylisé apparut sur le front dégagé du saiyen. Derrière ce dernier, Copper rebranchait le tube qui le reliait au mystérieux arbre d'acier, et hurla:

- Il est encore plus fort qu'Amondo, vous allez me le payer de m'avoir blessé, IMBÉCILES !

* * *


Merci d'avoir lu !
La révolte
En cours.
Le plus modeste des êtres...Un homme qui fera peur au plus grand des démons...Celui-là même qui en deviendra le guerrier le plus fidèle...


Le fruit de ses tourments
En cours.
Piégé à cause de ses origines, Thalès va tenter de survivre pour venger son peuple. Mais avant tout, il va devoir se battre contre lui-même, et ce sera bien plus dur que ce qu'il imaginait.
Avatar de l’utilisateur
Point
 
Messages: 633
Inscription: Jeu Jan 08, 2015 19:06
Localisation: Pas là où je devrais

Re: Le fruit de ses tourments

Messagepar omurah le Jeu Nov 24, 2016 18:23

Mais, mais, mais... mais en fait elle déchire cette fic oO
Je n'ai commencé à la lire que ce matin parce que la story de Thalès, quoi. Autant je devine à ce personnage un potentiel tout à fait exploitable, autant fallait trouver la force de se lancer. Et c'est le commentaire où tu disais avoir pris plaisir à écrire le c3 qui m'a décidé à lire du coup toute la fic, initialement dans le seul but de voir ce que le c3 avait dans le ventre. Mais finalement c'est la fic dans son ensemble qui m'impressionne. Bon, en vrac, je vais poser les trucs que j'ai aimés, puis je vais essayer de me souvenir si y'a des trucs qui m'ont génés x)

J'ai aimé :

- Les modalités de réveil des soldats et l'organisation de l'armée de F en fonction du grade.
- Le tour d'horizon de la piaule de Thalès, à son réveil.
- les enjeux, bien campés.
- Le fait que les poils sayen repoussent très vite.
- L'ambiance de la planète Nutts, avec les dunes.
- Le clin d'oeil à la problématique Kili-ki.
- Le caméo de Danmarine.
- La mise en scène du premier tir à distance d'Amondo.
- Le passage suivant :
Le fait d'avoir pu se libérer de cette sensation d'enfermement perpétuel en dévoilant son identité à quelqu'un lui faisait un bien fou

- Les fonctionnalités des scouters (scaouters, scooters, je sais pu)
- Les passages suivants :
- C'est la capsule de régénération qui se fout de la charité !

Il fit semblant de regarder autour de lui, pour chercher un “sorcier“. Il ne trouva rien de plus que des décombres, des routes sans dessus-dessous, des immeubles effondrés, du sable à perte de vue, un arbre gigantesque, Dalas qui criait, des poteaux de signalisation enfoncés dans le sol, des dalles brisées, une matière translucide, des plantes qui brûlaient, de grands e... Euh.. Attendez...

Dalas qui criait ?!

Putain tu m'as totalement eu sur ce dernier passage :lol:
Je suis passé à côté de la mention de Dalas. GG. On avait tenté un truc du genre avec Max dans CGS (au chapitre 15 de mémoire) mais là c'est totalement mieux fait :mrgreen:

Bon et globalement, toute la partie sur l'avancée des pièces de l'Empire jusqu'à atteindre le Roi et la Tour noires, c'était juste puissant. Je parle aussi bien de la métaphore que des événements en eux-mêmes. Bref, un mot pour qualifier le c3 : épique.

Et les personnages sont bien écrits. Mention spéciale à Amondo.

Ouais, j'attends la suite avec impatience.

ps : ah merde oui, les trucs que j'ai pas aimés.
Euuuuuhhhh......

...

Y'a rien qui m'a frappé. Pas au point que je le note dans un coin. :wink:
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 2722
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: Le fruit de ses tourments

Messagepar Point le Jeu Nov 24, 2016 19:19

:shock: :shock: :shock: :shock:

Mais c'est quoi ce commentaire OMG !?

omurah a écrit:Mais, mais, mais... mais en fait elle déchire cette fic oO


Oulah, je vais commencer par un premier merci !

omurah a écrit:Je n'ai commencé à la lire que ce matin parce que la story de Thalès, quoi. Autant je devine à ce personnage un potentiel tout à fait exploitable, autant fallait trouver la force de se lancer. Et c'est le commentaire où tu disais avoir pris plaisir à écrire le c3 qui m'a décidé à lire du coup toute la fic, initialement dans le seul but de voir ce que le c3 avait dans le ventre. Mais finalement c'est la fic dans son ensemble qui m'impressionne.


A la base, c'était vraiment pas une histoire que j'avais réellement envie d'écrire, la vie de Thalès. Mais en revoyant le film et en voyant toutes les idées de La Révolte que j'avais dû jetées PARCE QUE, je me suis demandé s'il n'y avait pas moyen de faire une histoire de saiyens, de l'empire de Freezer, avec la possibilité de créer des intrigues à partir de celles délaissées et supprimées dans LR, et avec un personnage assez mineur dans le lore Dragon Ball.

Et en fait, ce chapitre 3 avait été plaisant à écrire parce qu'enfin il m'était donné d'écrire un truc badass avec les pouvoirs démesurés qu'on a la possibilité d'utiliser dans Dragon Ball, notamment la scène Thalès VS Sham.

M'enfin, le résultat était apparemment assez satisfaisant, merci ^^


omurah a écrit:- Les modalités de réveil des soldats et l'organisation de l'armée de F en fonction du grade.
- Le tour d'horizon de la piaule de Thalès, à son réveil.


Je constate que ce sont souvent ces détails que j'adore rédiger qui plaisent ah ah.

omurah a écrit:- L'ambiance de la planète Nutts, avec les dunes.


J'essaie de rendre les planètes un peu vivantes, avec une vraie civilisation - enfin dans la mesure du possible, Nutts n'a plus trop trop de civilisation m'enfin- et éviter les planètes un peu bateaux classiques juste désertes ou copiées collées genre Kanassa où y'a que de la roche et deux immeubles.

omurah a écrit:- Le clin d'oeil à la problématique Kili-ki.
- Le caméo de Danmarine.


Un maximum de références pas encore trouvées - en tout cas en comms - dans les chaps déjà dispos, et tellement d'autres à venir ! Je m'amuse beaucoup avec cette fic.

omurah a écrit:- Le passage suivant :

Le fait d'avoir pu se libérer de cette sensation d'enfermement perpétuel en dévoilant son identité à quelqu'un lui faisait un bien fou


Ah bah ce genre de réflexions c'est un peu le...fruit de ses tourments.

Pour tous les passages, merci beaucoup ! J'ai eu énormément de plaisir à les écrire et d'autant plus à recevoir un commentaire positif dessus !
omurah a écrit:Ouais, j'attends la suite avec impatience.

ps : ah merde oui, les trucs que j'ai pas aimés.
Euuuuuhhhh......

...

Y'a rien qui m'a frappé. Pas au point que je le note dans un coin.


Merci x1000 même si je ne considère pas ce chapitre comme sans défauts, m'enfin, merci encore !
La révolte
En cours.
Le plus modeste des êtres...Un homme qui fera peur au plus grand des démons...Celui-là même qui en deviendra le guerrier le plus fidèle...


Le fruit de ses tourments
En cours.
Piégé à cause de ses origines, Thalès va tenter de survivre pour venger son peuple. Mais avant tout, il va devoir se battre contre lui-même, et ce sera bien plus dur que ce qu'il imaginait.
Avatar de l’utilisateur
Point
 
Messages: 633
Inscription: Jeu Jan 08, 2015 19:06
Localisation: Pas là où je devrais

Re: Le fruit de ses tourments

Messagepar CupNero le Sam Jan 21, 2017 23:07

Bon, il paraît que tu as besoin d'amour, me voilà.

Alors, cette fic. Bah moi je trouve que ça envoie du pâté de ragondin tout ça.

Pour répondre le schéma de commentaire d'Omurah, ci-dessus présent, je vais commencer par dire ce que j'aime bien :

- Thalès. C'est con mais j'aime beaucoup ce personnage, et le choix d'explorer ce passé me paraît une idée chouette.
- T'as de l'humour. Tu cases toujours un peu de cynisme via ton narrateur pendant que tu racontes l'histoire, et ça fait zizir parce que ça égaye la lecture. Et t'en fais pas des caisses non plus, c'est bien dosé.
- Le nom de famille d'Amondo. Et son accent. Long life to Sanchez.
- Le fait que tu explores la hiérarchie dans l'armée de Freezer. Ça me botte toujours ces trucs-là.
- Thalès. Pas le choix du personnage, cette fois, le traitement que tu en fais. Le côté psychopathe, très révérencieux envers les saiyans sans vouloir se l'avouer (des traits qu'on retrouve dans le film, d'ailleurs).
- L'équipe de Thalès. On dirait que tu l'as construite façon film de guerre : le chef autoritaire, la tête brûlée qui défie son autorité, le pilote conciliant, le formaliste qui supporte pas les déboires de la tête brûlée, et le petit nouveau innocent et silencieux... Bref, c'est une escouade vraiment intéressante à suivre, même si elle ne dure pas très longtemps, elle met dans l'ambiance.
- Le titre. C'est bien trouvé, c'est funky.
- Copper. Juste... Copper. Fournir ainsi une origine à l'Arbre de Puissance, c'est bien pensé, et ça relie le tout à la saga principale - ce qui est toujours bon.

Voilà, beaucoup de plus en perspective. J'aime beaucoup ta façon de décrire les choses, le tout est très fluide, j'ai enchaîné le prologue et les trois chapitres rapidement !
Si je voulais chercher des petits retours de flamme... Bon, allez, en cherchant vraiment la petite bête, tu as (comme tout le monde, moi le premier) des coquilles ici et là, mais rien qui blesse vraiment l’œil.
Vraiment, le seul truc que je veux vraiment, c'est la suite. J'ai envie de te suivre jusqu'au bout sur ce coup-là !

PS : C'est juste génial.

PS2 : Je laisserais cette fic me prendre les fesses.
Avatar de l’utilisateur
CupNero
 
Messages: 37
Inscription: Sam Jan 14, 2017 17:50

Re: Le fruit de ses tourments

Messagepar Point le Dim Jan 22, 2017 15:20

CupNero a écrit:Bon, il paraît que tu as besoin d'amour, me voilà.


Toujours.

CupNero a écrit:- Thalès. C'est con mais j'aime beaucoup ce personnage, et le choix d'explorer ce passé me paraît une idée chouette.


Ce que j'ai envie de faire, c'est de montrer que ce n'est pas juste une pâle copie de Goku en plus dark sans être un Kakarotto DBM non plus ^^

CupNero a écrit:- T'as de l'humour. Tu cases toujours un peu de cynisme via ton narrateur pendant que tu racontes l'histoire, et ça fait zizir parce que ça égaye la lecture. Et t'en fais pas des caisses non plus, c'est bien dosé.


Je vois ce que tu veux dire je pense, mais j'aimerai possiblement que tu me montres une phrase qui t'as faite penser ça. On m'a déjà fait ce genre de commentaires et ce petit plus qui égaie est un truc que j'aime bien faire pour mettre un peu de lol dans les scènes et casser le ton sérieux.

CupNero a écrit:- Le nom de famille d'Amondo. Et son accent. Long life to Sanchez.


Je vais m'éclater sur les noms cherche pas.

CupNero a écrit:- Thalès. Pas le choix du personnage, cette fois, le traitement que tu en fais. Le côté psychopathe, très révérencieux envers les saiyans sans vouloir se l'avouer (des traits qu'on retrouve dans le film, d'ailleurs).


Quand j'ai revu le film, j'ai remarqué que Thalès était sadique sans hésiter à tuer vite s'il en avait besoin. Je voulais pas juste faire un saiyen écervelé qui tuait pour son plaisir personnel mais un saiyen qui avait besoin de démontrer sa nature sans pour autant être un meurtrier constant ( enfin, actuellement dans l'histoire il tue parce qu'il est frustré de ne pas être libre de pouvoir le faire ).

CupNero a écrit:- L'équipe de Thalès. On dirait que tu l'as construite façon film de guerre : le chef autoritaire, la tête brûlée qui défie son autorité, le pilote conciliant, le formaliste qui supporte pas les déboires de la tête brûlée, et le petit nouveau innocent et silencieux... Bref, c'est une escouade vraiment intéressante à suivre, même si elle ne dure pas très longtemps, elle met dans l'ambiance.


Bah ça c'est un peu involontaire XD J'ai crée la team totalement par rapport aux besoins du scénario et je pensais pas qu'elle obéissait à uns chéma, mais du coup c'est rigolo. Heureux que l'ambiance te plaise parce que je pensais pas que je réussirai aussi bien l'ambiance de Nutts.

CupNero a écrit:- Copper. Juste... Copper. Fournir ainsi une origine à l'Arbre de Puissance, c'est bien pensé, et ça relie le tout à la saga principale - ce qui est toujours bon.


Et les révélations se font encore attendre mouhahahaha #TeaseDuPauvre

CupNero a écrit:Voilà, beaucoup de plus en perspective. J'aime beaucoup ta façon de décrire les choses, le tout est très fluide, j'ai enchaîné le prologue et les trois chapitres rapidement !
Si je voulais chercher des petits retours de flamme... Bon, allez, en cherchant vraiment la petite bête, tu as (comme tout le monde, moi le premier) des coquilles ici et là, mais rien qui blesse vraiment l’œil.
Vraiment, le seul truc que je veux vraiment, c'est la suite. J'ai envie de te suivre jusqu'au bout sur ce coup-là !

PS : C'est juste génial.

PS2 : Je laisserais cette fic me prendre les fesses.


Merci beaucoup ! J'essaie de faire moins de fautes même si de belles conneries s'infiltrent souvent et garder cette fluidité qui est très rare dans mes fics.
La révolte
En cours.
Le plus modeste des êtres...Un homme qui fera peur au plus grand des démons...Celui-là même qui en deviendra le guerrier le plus fidèle...


Le fruit de ses tourments
En cours.
Piégé à cause de ses origines, Thalès va tenter de survivre pour venger son peuple. Mais avant tout, il va devoir se battre contre lui-même, et ce sera bien plus dur que ce qu'il imaginait.
Avatar de l’utilisateur
Point
 
Messages: 633
Inscription: Jeu Jan 08, 2015 19:06
Localisation: Pas là où je devrais

Re: Le fruit de ses tourments

Messagepar Lyne le Dim Fév 05, 2017 19:05

Bon alors, comme convenu je commente ce début de fic !

Chap 1

Sur la forme d’abord :
Pas mal de soucis de concordance des temps. Tu écris au présent puis d’un coup on passe à l’imparfait et on retourne au présent et c’est assez perturbant, limite dérangeant. C’est un peu le genre de « détail » qui peut freiner à la lecture et c’est dommage parce que le style, même si -perfectible- en raison de certaines tournures de phrases, est assez correct. En principe l’introspection, description de lieux, etc, se passe plus dans les temps comme l’imparfait, passé simple, passé composé etc. L’utilisation du présent est plus employé lorsqu’on souhaite faire parler un personnage par exemple. Je pense sincèrement que tu aurais tout à gagner en travaillant et faisant plus attention à cet aspect-là. ☺

Chapitre 2 :
Clairement le meilleur du démarrage de cette fic !

Je suis contente que tu aies corrigé ce défaut de concordance des temps. Le style s’est également amélioré. Un bon point donc !

Par contre , des petites choses à revoir. (bah oui, parce qu’il faut bien que je les mettent en avant pour que tu t’améliores ☺

Pas mal de phrases à rallonges comme celle-ci «
Après plusieurs jours passés dans l'espace, portés par les courants spatiaux, respirant grâce à un oxygène de synthèse, dans les bases, ils se sentaient heureux de pouvoir enfin répondre à leurs besoins vitaux en gaz avec du véritable air, à l'exception cependant de Dalas, qui n'avait pas besoin de tout ça. »
c’est chaud time à lire… Typiquement, cette phrase est bien trop longue et elle pourrait facilement se lire en ajoutant un ou deux points ☺

De même que celle-ci :
- En gros, on peut pas prendre le risque de prendre le vaisseau jusqu'à lui, il va nous faire exploser. Vous me direz qu'il suffit de voler jusqu'à lui, mais c'est pas si simple: ce truc doit avoir un détecteur ultra perfectionné, parce qu'il arrive à ressentir les énergies à bonne distance. Ici, on devrait pas être embêtés, mais en montant tout en haut de cette colline, il y a des chances aussi pour qu'il ne nous capte pas.


Ou des phrases du style : « Le saiyen serra les dents. Enfoiré de lézard... Ta vie ne tient qu'à un fil... » de suite suivie par une description. Est-ce une pensée de Thalès ? J’imagine que oui. Dans ce cas il faudrait que tu prêtes plus attention à l’indiquer plus clairement pour qu’on puisse réellement faire la distinction et pas juste en faire une hypothèse ☺

Je ne suis de loin pas une experte, mais je pense que ton récit serait encore plus meilleur en faisant attention à ces choses-là :)

J’ai bien ris à cette phrase par contre :
... et ne put voir Thalès qui, sautant héroïquement, s'écrasa lamentablement la tête dans le sable.

Se croyant intéressant, le chauve avait plongé en avant, comme à la piscine, se trompant sur la profondeur. La scène qui suivit montra donc un homme, les jambes et le slip à l'air, enfoncé telle une autruche, qui se débattait pour sortir son visage de là.



Sur le fond, je trouve assez sympa de mettre en avant le personnage de Thalès et j’ai hâte de voir comment tu vas le traiter au fil de l’histoire : ) et j’aime aussi cette introduction avec Amondo et Cooper !

Continue comme ça ☺
Dernière édition par Lyne le Dim Fév 05, 2017 19:18, édité 1 fois.
Buu : La quête d'un nouveau destin !
Nouvelle version !

ImageImage

Buu est brusquement aspiré dans un univers parallèle au sien où des rencontres inattendues feront basculer sa vie…

Premier Arc : Terminé
Second Arc : Terminé
Troisième Arc: [Synopsis des chapitres en cours]
Avatar de l’utilisateur
Lyne
 
Messages: 406
Inscription: Lun Déc 02, 2013 20:14
Localisation: Bah ici, ça ne se voit pas ??

Re: Le fruit de ses tourments

Messagepar Point le Dim Fév 05, 2017 19:14

M E R C I !

Par rapport à tous ces soucis de concordance des temps, j'essaie toujours de les régler, c'est mon plus gros problème ololol
Après, les phrases trop longues, j'essaie d'éviter aussi, mais heureusement, j'arrive à les éviter de plus en plus ( surtout dans La révolte ).
Contrairement à mon pseudo, ouai je suis pas un fan des points, mais faut que j'apprenne à les aimer ^^

Enfin, le fond a été apprécié et c'est - pas toujours m'enfin - le principal ! J'espère que tu poursuivras ta lecture !

Merci encore !
La révolte
En cours.
Le plus modeste des êtres...Un homme qui fera peur au plus grand des démons...Celui-là même qui en deviendra le guerrier le plus fidèle...


Le fruit de ses tourments
En cours.
Piégé à cause de ses origines, Thalès va tenter de survivre pour venger son peuple. Mais avant tout, il va devoir se battre contre lui-même, et ce sera bien plus dur que ce qu'il imaginait.
Avatar de l’utilisateur
Point
 
Messages: 633
Inscription: Jeu Jan 08, 2015 19:06
Localisation: Pas là où je devrais

Re: Le fruit de ses tourments

Messagepar Masenko le Mer Fév 08, 2017 21:58

Alors...


...Faut un chap 4 ! Tout ce que j'ai à dire à déjà été dit, j'aime être avant-gardiste et là c'est plus possible, là ! :p

Bon, soyons constructif quand même :

- Fonds :

Ben t'as une super imagination je trouve... Et jusque là c'est assez bien canalisé ! Parce que je pense que ton souci c'est que tu as teeeeeeeellement d'idées que tu peux vite partir en cacahuète... Ben là, non ! Continue bien comme ça ! :)

L'idée d'exploiter Thales et son côté psychopathe à donf même pour un saiyen est assez cool ! Attention de ne pas aller trop loin en le rendant trop linéaire et prévisible... Il ne doit pas être QUE un sale sadique inarettable... J'espère qu'il restera "humain" dans le sens où il y aura des nuances dans sa personnalité (extrêmes sans doute mais nuances quand même :D) :)
J'apprécie aussi le fait qu'on retrouve des éléments familiers, ça donne une bonne impulsion pour rentrer dans l'univers.

Ton histoire est chouette aussi, des intrigues qui peuvent nous apparaître familière (sorcier, force augmentée grâce à l'énergie...) mais bien mises à une sauce originale !

Bref, j'ai bien hâte à la suite ! :D (mais n'oublie pas les Chroniques de Robert, hein !)

- Forme :

Réécris ton premier prologue et premier chapitre, grrrrrrrrrrr ! Bannis le présent dans la narration !

Ce qui est sur, c'est que c'est pas du plagiat, ton style "j'écris comme je parle" est bien là ! :) comme tu sais, venant de moi, ce n'est pas une critique négative... Je répéterai juste que tu dois te forcer à lui mettre des limites à ce style, sans pour autant t'autocensurer ...
Le conseil de mettre entre guillemets les pensées spontanées de Thales (ou de tout autre perso aussi d'ailleurs...) est bon, ça mettra un peu d'"ordre" à ton style... Souviens-toi qu'il faut toujours qu'on sache faire la différence entre l'avis de l'auteur et celui de tes protagonistes !

Attention, parfois tu répètes deux éléments qui veulent dire à peu près la même chose ! J'me permets de te le dire parce que je fais ça aussi... Et en fait, ça alourdit sans forcément amener une précision en plus. J'avais un vrai exemple dans ton texte mais je l'ai perdu :( en gros, c'était un truc du genre "De plus, ajoutons à cela que..." je comprends tout à fait l'effet voulu : rendre le texte plus 'familier' mais en fait, ça alourdit parce que ça rajoute des mots donc le lecteur risque de perdre le fil et donc des infos... Particulièrement quand on a un style comme le tien avec de longues phrases.
Le meilleur conseil que je puisse te donner est de réfléchir un poil plus pour choisir THE mot qui correspondra à ce que tu veux dire :)

J'avoue que je suis pas une suuuper fan des "private joke" dans la narration... Je ne parle pas de ton humour dans le texte (ce qui est relevé par Omurah est effectivement excellent pour moi aussi ! :) ) mais dés que c'est une vanne qui nous fait trop sortir de l'univers, je trouve que ça gâche un peu (du genre le trip avec les réseaux sociaux et les références sexuelles...)

Attention aussi que dans certains dialogues, je te retrouve plus toi, auteur, que le personnage (avantage de te fréquenter sur le chat, je commence à voir comment tu t'exprimes "en live" :) ) Alors mon conseil : écris au feeling pour avoir le bon ton et la bonne ambiance mais relis-toi en sortant de toi-même et en te posant vraiment la question "comment parle mon personnage ? " parce que, inévitablement, certains te ressemblent mais ils ne sont pas toi ! (ou en tout cas, ils ne peuvent pas tous l'être ;) )

Bref, tout ça pour dire que tu manques encore un peu de dosage ! Tu dois absolument garder ton côté foufou (je t'imagine raconter le truc tout enthousiaste et c'est terriiip') mais ça "déborde" un peu trop : concentre-toi bien sur les moments "point de vue externe/interne", fais bien la différence entre impressions de l'auteur et impression des personnages...


CONSEIL GENERAL : plus de nouvelles fics ! Ce que tu fais est trop chouette pour que ça soit inachevé... Alors évite de te disperser pour arriver au bout de tes projets actuels !


... Et continue à être heureux et motivé d'écrire, p'tit Point en manque d'amour ! :)
- Masenko -

Fanfiction : A.G.P.

(Chap 14 : 15%)



+Masenko mi-teubi mi-teucha
+JackLeFlocon et 100% teubé
Avatar de l’utilisateur
Masenko
 
Messages: 641
Inscription: Sam Oct 21, 2006 15:33
Localisation: Liège, Belgique

Re: Le fruit de ses tourments

Messagepar Point le Mer Fév 08, 2017 22:25

MERCI POUR TON COMMENTAIRE !

Masenko a écrit:...Faut un chap 4 ! Tout ce que j'ai à dire à déjà été dit, j'aime être avant-gardiste et là c'est plus possible, là ! :p


En cours d'écriture :p et c'est le prochain truc de moi que vous aurai sur ce fo ^^

Masenko a écrit:Ben t'as une super imagination je trouve... Et jusque là c'est assez bien canalisé ! Parce que je pense que ton souci c'est que tu as teeeeeeeellement d'idées que tu peux vite partir en cacahuète... Ben là, non ! Continue bien comme ça !


Et pourtant...Cette fic est née de ma frustration de ne pas avoir pu intégrer toutes mes idées superflues dans La révolte donc ça m'étonne XD Merci néanmoins, il est vrai que les idées me viennent simplement, faut que je dose ^^

Masenko a écrit:L'idée d'exploiter Thales et son côté psychopathe à donf même pour un saiyen est assez cool ! Attention de ne pas aller trop loin en le rendant trop linéaire et prévisible... Il ne doit pas être QUE un sale sadique inarettable... J'espère qu'il restera "humain" dans le sens où il y aura des nuances dans sa personnalité (extrêmes sans doute mais nuances quand même


Bien entendu, j'essaie moi aussi de faire un saiyen Kakarottesque d'un type nouveau, pour pas tomber dans la redite, un saiyen plus frustré et calculateur que fou et impulsif. Pour le moment, Thalès essaie juste de se libérer de l'étreinte de l'armée, d'où les accès de violence dès qu'il peut !

Masenko a écrit:Ton histoire est chouette aussi, des intrigues qui peuvent nous apparaître familière (sorcier, force augmentée grâce à l'énergie...) mais bien mises à une sauce originale !

Bref, j'ai bien hâte à la suite ! :D (mais n'oublie pas les Chroniques de Robert, hein !)


J'essaie de relier cette histoire à la saga Bou en me servant de l'univers étendu ^^ Pour les RCZ, bah on verra un jour, je préfère m'attarder sur ma fic principale. Cependant, la deuxième est à moitié terminée-commencée, qui sait si elle spawnera un jour lors d'une occasion spéciale ?

Masenko a écrit:Réécris ton premier prologue et premier chapitre, grrrrrrrrrrr ! Bannis le présent dans la narration !

Ce qui est sur, c'est que c'est pas du plagiat, ton style "j'écris comme je parle" est bien là ! :) comme tu sais, venant de moi, ce n'est pas une critique négative... Je répéterai juste que tu dois te forcer à lui mettre des limites à ce style, sans pour autant t'autocensurer ...
Le conseil de mettre entre guillemets les pensées spontanées de Thales (ou de tout autre perso aussi d'ailleurs...) est bon, ça mettra un peu d'"ordre" à ton style... Souviens-toi qu'il faut toujours qu'on sache faire la différence entre l'avis de l'auteur et celui de tes protagonistes !


Ok pour les guillemets, j'y penserai. En revanche, réécrire les chapitres prends du temps, et j'ai pas forcément envie - même en vacances - de refaire des chapitres déjà postés à la place des nouveaux. Mais bon, ça pourra se faire, qui sait ^^

Masenko a écrit:Attention, parfois tu répètes deux éléments qui veulent dire à peu près la même chose ! J'me permets de te le dire parce que je fais ça aussi... Et en fait, ça alourdit sans forcément amener une précision en plus. J'avais un vrai exemple dans ton texte mais je l'ai perdu :( en gros, c'était un truc du genre "De plus, ajoutons à cela que..." je comprends tout à fait l'effet voulu : rendre le texte plus 'familier' mais en fait, ça alourdit parce que ça rajoute des mots donc le lecteur risque de perdre le fil et donc des infos... Particulièrement quand on a un style comme le tien avec de longues phrases.


Ah les longues phrases, c'est un problème dont je ne me soustrairait jamais XD Enfin, pas que ce soit un problème en soit, mais quand c'est pas maîtrisé ça peut bloquer je comprends ! Oui, je fais beaucoup de répétitions, on va veiller !

Masenko a écrit:J'avoue que je suis pas une suuuper fan des "private joke" dans la narration... Je ne parle pas de ton humour dans le texte (ce qui est relevé par Omurah est effectivement excellent pour moi aussi ! :) ) mais dés que c'est une vanne qui nous fait trop sortir de l'univers, je trouve que ça gâche un peu (du genre le trip avec les réseaux sociaux et les références sexuelles...)


Oui, j'ai arrêté ( je crois ) les private jokes, parce que ça me gênait aussi. Cependant, le ton que j'essaie d'utiliser dans cette fic c'est plus ironique, ou décalé, pas sérieux. C'est vraiment ma fic détente avec La Révolte où je suis trop sérieux et ça m'énerve alors je tente de rendre le ton réellement drôle ou divertissant.

Masenko a écrit:CONSEIL GENERAL : plus de nouvelles fics ! Ce que tu fais est trop chouette pour que ça soit inachevé... Alors évite de te disperser pour arriver au bout de tes projets actuels !


Oh oui ! J'ai déjà une nouvelle fic ( secrète ) en cours et ça s'arrêtera là pour longtemps XD Je me connais, je me disperse trop, alors je vais déjà finir mes fics actuelles avant d'en relancer, si tant est que je réussisse à finir La Révolte, ce qui est déjà très difficile.

Masenko a écrit: Et continue à être heureux et motivé d'écrire, p'tit Point en manque d'amour !


TOUJOURS, TU DOUTES DE MOI ????

Merci x1000 pour ton comm !
La révolte
En cours.
Le plus modeste des êtres...Un homme qui fera peur au plus grand des démons...Celui-là même qui en deviendra le guerrier le plus fidèle...


Le fruit de ses tourments
En cours.
Piégé à cause de ses origines, Thalès va tenter de survivre pour venger son peuple. Mais avant tout, il va devoir se battre contre lui-même, et ce sera bien plus dur que ce qu'il imaginait.
Avatar de l’utilisateur
Point
 
Messages: 633
Inscription: Jeu Jan 08, 2015 19:06
Localisation: Pas là où je devrais

Re: Le fruit de ses tourments

Messagepar Point le Lun Fév 13, 2017 20:59

Chapitre un peu court ( même vraiment court ) mais j'ai pas réussi à le faire plus long alors désolé de la quantité d'intrigues présentes ici ^^ Je me rattraperai au prochain. Enfin, ça fait avancer le schmilblick, bonne lecture o/


Chapitre 4


C'est à ce moment précis que les yeux de Thalès reparurent, et cette fois-ci, ils ne seraient pas accompagnés d'un rictus de dédain, ou même de sadisme. Son expression, actuellement, et magnifiée par la marque de possession en son front, transpirait la force, ne signifiait que l'invincibilité, et tout autour de l'armure endommagée du saiyen s'afficha alors une mince enveloppe de ki, laquelle, d'un doux indigo, colora en se réverbérant l'arbre d'acier qui alimentait Copper en énergie. L'énergie de la planète, d'ailleurs, qui semblait désuète en comparaison de celle de l'esclave mental du sorcier, preuve supplémentaire de la toute-puissance de ce dernier, et de la difficulté de le vaincre, dès lors qu'il changea de camp.

En effet, l'échiquier fut renversé sur la table, et les rôles redistribués.

Dalas fut perturbé par l'annonce de Copper. Mais plus aucun doute quand au nouveau statut de son acolyte: Thalès n'était plus en possession de tous ses moyens, mais jouissait alors de nouveaux biens plus dangereux. Par réflexe, le lézard jeta un regard à son bras gauche, où était censé demeurer son scouter, mais par défaut, il ne put que remarquer qu'il avait un très beau bras gauche. Sans aucun doute Thalès dépassait maintenant son niveau, simple déduction quand on vit la différence de niveau – en apparence – entre le Amondo qui faisait crouler les dunes et le Amondo qui gémissait sur le sol.

Alors Dalas attrapa le poignet du nuttsien et le serra fort:

-Tu sais te battre, alors tu vas être utile.

-Nous sommes ridicules face à lui. Nous défendre serait inutile et sans intérêt.

-...Bon écoute, je m'occupe de Thalès. Je vais créer une ouverture, tu en profiteras pour foncer et défoncer le crapaud. Ok ? On est pas des faibles, où est l'honneur du guerrier ?

Amondo toisa alors le corps disgracieux de Copper, lequel arborait un sourire satisfait. Ses dents s'écrasèrent les unes sur les autres. Responsable de la destruction de sa planète, de la mort de tous ses habitants, de ses proches, de sa vie, ce misérable batracien ne méritait que l'enfer. La vengeance n'est pas un motif pur mais si le meurtre de cet homme permettait la sauvegarde de milliers d'innocents, sa disparition ne serait que justice. Alors il se redressa en gonflant le torse:

-Entendu, je ne vous décevrai pas.

A ce même moment, durant la préparation au combat, s'entrechoquèrent déjà les poings: S'étant déplacé à une vitesse supérieure, Thalès abattit sur les deux caboches impuissantes ses masses de doigts. Les réflexes – peut-être l'adrénaline – ayant pour leur part fait tendre les avants-bras des deux guerriers pour se protéger, ils évitèrent la mort de peu, mais déjà Amondo et Dalas se voyaient écrasés, alors que le possédé s'échauffait.

Le saiyen maîtrisait ses adversaires sans problème aucun. Cependant, Amondo concentrait son attention à comprendre l'ouverture de son allié. Se précipiter serait synonyme de défaite, il fallait que le signe sois explicite, sinon quoi on ne calmerait pas le saiyen. Le saurien décida d'attirer l'attention de Thalès, oralement. Était-ce ceci l'ouverture ? Non, Amondo devinait que le lézard se faisait plus malin, il ne bougea donc pas.

-Thalès, nous n'avons jamais été en bons termes, mais je peux aisément te promouvoir au sein de l'armée. Qu'en dis-tu ?

Le chef d'escouade moustachu savait qu'il n'aurait pas de réponse, que sa tentative de corruption échouerai, ayant déduit que l'état mental de son acolyte s'était détérioré. En revanche, il ne s'attendait pas à prendre deux vents successifs, au lieu du seul de la réponse: Le second fut littéralement un coup, et Thalès projeta Dalas ainsi qu'Amondo sur deux mètres supplémentaires, le temps de s'approcher sans riposte, si tant est qu'il eut peur d'une riposte. Le lézard se redressa aussitôt, faisant glisser ses pattes griffues sur sa balafre en maugréant. Il siffla alors, laissant les courants d'air porter son message vers son allié de fortune:

-Maintenant.

La vision de Thalès ne se trompa pas: Dalas s'était bien eclipsé. Même le natif de Nutts s'étonnait de sa disparition, alors quel maléfice se voyait responsable du bazar ? Le saiyen possédé tourna sur lui-même, hypothétisant une attaque dans le dos, même si croire qu'il l'avait dépassé en vitesse lui paraissait impossible. Et il avait raison. Le seul élément qui lui manquait dans l'équation, c'était l'aptitude raciale de son chef d'escouade, l'invisibilité pour la cécité.

Cependant, le jeu fut de courte durée, parce que l'offensive se poursuivait, et celle-ci se matérialisa sous la forme d'un coup de pied vertical de Dalas – réapparaissant – dans l'entrejambe. S'il y a bien une attaque qui peu importe l'adversaire humanoïde masculin en face fonctionne, c'est bien ce genre de coups de bas, et Thalès n'avait aucune raison d'avoir des couilles en acier. Dans le subconscient du lézard, il avait gagné le droit à un combo. Dans la réalité, fut accueillit avec fougue le coude de Thalès par la joue écailleuse de son vieux supérieur.

Alors à sa merci, le verdâtre moustachu ne pouvait que s'étonner de l'inefficacité de son assaut, mais de la réussite de son gain de temps: Thalès ne remarqua que trop tard qu'Amondo était parti, trop occupé à se positionner au-dessus de sa victime pour l'achever, laquelle impuissante espérait qu'on vienne - la providence ? - le secourir.

Et le destin choisit de faire s'enclencher comme secours la douleur ultime !

Pitoyablement, le possédé s'écroula sur le sol en tenant ses parties. Le métabolisme saiyen put se soustraire quelques secondes à la réalité de cette souffrance, mais les choses finissent inévitablement par se produire et il en paya les frais. Pour profiter de l'occasion, Dalas tenta d'enchaîner – toujours au sol – quelques coups en se propulsant grâce à sa queue.

Sans succès. Dalas comprit que le sol poussiéreux serait son dernier repas.

Là, même s'il saisissait encore son paquet pour masquer une certaine souffrance, Thalès écrasait d'une main le crâne de Dalas contre le sable. Malgré tout, l'attention du possédé avait bien été détournée, et même au bord de l'inconscience, la part du marché du chef d'escouade avait été remplie. Le second homme, lui, s'attelait à sa part: Ayant déjà détalé vers un Copper étonné, il n'y avait pas plus enragé dans une course que lui dans tout l'univers.

Mais car un message télépathique serait trop dérangeant, et ayant déjà subit le même genre de sorcellerie, donc l'anticipant, Amondo n'alla pas au corps à corps pour mettre fin aux agissements de Copper: De sa fabrication, un kikoha rougeoyant fusa jusqu'au batracien.

C'est ici que les milliers d'années d'expérience de Copper entrèrent en jeu. Ayant déjà affronté des ennemis capable de tirer des kikohas, et ce malgré sa faible magie, il avait apprit une capacité bien utile, et profita de la distance entre le nuttsien et lui, soit une vingtaine de mètres encore, pour enclencher le processus...

...et dévier de sa trajectoire le kikoha vers le sol.

Un épais pan du sol se retourna sous le choc de l'explosion, laquelle enveloppa la scène d'un nuage de fumée et de sable d'un étonnant orange magmatique. Camouflant les deux cotés, Copper ne se reposa pas pour crier victoire: La dépense d'énergie nécessaire à l'annulation du kikoha lui valut l'abandon du contrôle mental de Thalès. Sentant son énergie, il entreprit d'instantanément reprendre son esprit en esclavage pour diriger son corps vers un Amondo qui ne se laisserait pas arrêter par quelques molécules de gaz un peu folles.

Puis il toussa ses poumons alors qu'il trébucha lamentablement.

Que s'était-il passé ? Le lien mental n'avait pas pu être établi...mais Copper trouvait difficile le repérage de la présence de son meilleur sbire, comme s'il n'avait pas assez d'énergie pour cela. Ça n'était pas arrivé depuis Nutts, qu'il soit à cours, et ça n'avait aucun sens de le concevoir, car il était en permanence alimenté par le...

Un mouvement de bras du nuttsien dégagea la fumée pour permettre à la vérité d'être éclaircie. Et la grenouille grise croisa trois regards enflammés, respectivement d'un Dalas titubant ensanglanté, d'un Thalès libéré et sachant où poser son regard emplit de haine, et d'un Amondo qui, d'un index presque fendu de rire, détourna la vue du sorcier vers l'arrière de sa position.

Le fil d'acier reliant Copper à l'arbre de fer avait été rompu.

Tranché chirurgicalement, le seul et unique moyen pour l'annihilateur du peuple nuttsien de se rapprovisionner en énergie se soustraya de ce dernier après avoir encaissé le kikoha d'Amondo. Car effectivement, sont spéciales et traitres les boules d'énergies du champion de la planète, qui se servent de l'impulsion du choc de toute la partie externe à la boule de ki pour diriger instantanément et en ligne droite – affutant donc le trait de lumière – la partie centrale du projectile. L’appellation de kikoha tranchant se voit donc logique.

Dalas se permit, parce que personne ne bougeait, de bafouiller malgré son visage brisé une dernière exclamation, pour pousser ses deux alliés à achever leur adversaire, pour se moquer, et pour faire sortir Copper de sa tétanisation actuelle:

-T'es à cours de jus, nabot ?

Le guerrier à la natte s'avança d'un pas décidé, prêt à perpréter son premier assassinat, mais la volonté du sorcier l'emporta sur l'acceptation d'une défaite. Il n'avait pas la force de reprendre le contrôle mental de l'un des trois, mais l'avait largement pour fomenter un plan des plus improbables.

A cours d'énergie, hein ? Pas exactement.

Profitant des quelques mètres de sûreté, Copper agrippa son bras gauche avec le droit, et ses pupilles illuminées un instant, marmonnant dans une langue inconnue un maléfice, signifièrent que son plan fonctionnait. Contre toute-attente, et les dents pointues serrées, Copper immola – dans une lueur noire et lumineuse – son membre, qui disparut proprement, laissant la corruption ténébreuse sectionner son bras proprement.

Ainsi le misérable batracien, par la magie nécromantique sacrificielle, insuffla par la perte, de l'énergie dans son corps faiblard. Amondo ne se tenait plus qu'à sept mètres en courant, mais Dalas à beaucoup moins de Thalès. Parce qu'un temps de déni face au contrôle mental n'existe pas pour une personne blessée sévèrement à la tête, c'est un lézard moustachu possédé qui bondit sur Thalès et l'attrapa – par derrière – à la gorge, les griffes léchant dangereusement le cou nu du saiyen chauve.

Situés derrière lui, Amondo ne distingua pas l'action, et ne s'en rendit compte que lorsqu'il, à son tour, saisit le crapaud maléfique à hauteur du poitrail, par le vêtement, le hissant à hauteur de poing, fermé et prêt à en découdre. La supériorité de puissance du nuttsien expliqua son choix de comprendre la situation en se retournant, mais il déduisit aussi qu'il ne pourrait pas vaincre Copper juste en l'assommant: La vie de Thalès était en jeu. La voix nasillarde – malgré la transpiration abondante de douleur et de stress – de la grise créature geint les termes du contrat:

-Donner un ordre sera instantané et le torse-nu sera tué avant que je ne meurs moi.

-Que dois-je en conclure ?

-Pose moi et je ne le tuerai pas.

-En vérité, je ne connais pas ces personnes, leur vie m'importe peu.

-Tu les laisserais mourir !? Toi, un guerrier si noble ? se permit de rire Copper, insupportable crapaud, voulant jouer sur les émotions.

-Que je te tues ou non, tu nous fera mourir, d'une manière ou d'une autre, alors quel intérêt de ne pas te faire taire !? S'emporta Amondo, décontenancé parce que son ennemi avait compris qu'il avait menti, en effet il ne laisserait pas mourir ces alliés qui l'avaient sans le vouloir sauvé.

-Si tu me laisses vivre, je ferai de toi mon esclave le plus puissant, gémit-il de rire avant d'enchaîner sur une série de hoquetements.

Il était piégé. La gorge de Thalès se voyait déjà contrainte à ne pas respirer sous risque d'être percée par les puissantes griffes immobiles, mais trop véloces et malheureusement si l'ordre venait à être donné. Et une seconde injonction – tuer Amondo – ne s'estompera que trop tard après la mort du nuttsien, que Copper meurt avant ou non. Surtout que le champion à la natte ne voulait même pas entreprendre le meurtre de son pire ennemi, par son pur sens de l'honneur.

Une situation désespérée, dont Copper ne se soustrairai qu'en obtenant victoire...et Amondo alla abdiquer...

...quand intervint, inespérément, la providence.

Laquelle se fit connaître sous la forme d'un coup de poing, et une droite. En direction sans escale du coude de Dalas, sa puissance - d'une énergie organisée à l'avance - fut telle qu'elle permit alors la distorsion instantanée et sans bavure - juste des éclats, c'est rien - de l'os du coude du reptile. Enfin,il s'était fait pété le coude, en gros. Le bras écailleux était celui qui tenait à la gorge Thalès, la gravité ainsi que la force du piégé dégagèrent le membre cassé, et le ventre du lézard se targua de pouvoir accueillir le coude du saiyen, lequel projeta en se retournant, libéré, le possédé à la moustache.

Faisant craquer ses poings, Thalès exprima – et sa fierté obligea à manifester du dédain malgré l'obligation de coutume – ses remerciements d'un regard droit dans les yeux à son sauveur – l'incarnation de la providence donc – de Roket, qui actuellement se tenait le poing droit brisé en tentant de ne pas s'écrouler sur son propre poids, ses jambes n'ayant pas l'air de vouloir supporter plus longtemps le reste.

Copper mugit pitoyablement, et ferma sa bouche quand Amondo décida de l'expulser en un éclair vers le sol en rapprochant son crâne du sein. Il n'était pas mort, mais hors d'état de nuire pour le moment. L'arbre de fer derrière lui se tenait toujours debout et continuait de pomper l'énergie du cœur de Nutts, ce qui frustra le natif: Il faudrait détruire le végétal – même s'il n'avait d'arbre que l'apparence – pour empêcher quelqu'un de s'approprier autant d'énergie.

La mission était donc un succès: Hors d'état de nuire, il ne manquait qu'à tuer Copper, rentrer à la maison et empocher la prime, pour ceux qu'ils restaient...et ça aurait été la suite logique des évènements s'il n'y avait pas eu Thalès, à ce moment-là, dans la partie. Ou plutôt, ça n'aurait pas été la même chose si le guerrier à l'armure grise – même si actuellement elle était en pièces – n'avait pas senti un liquide jaunâtre se déverser doucement le long de ses cuisses.

La sensation désagréable perturba le principal intéressé dans un premier temps, mais plus par étonnement que parce qu'il comprenait. Pendant une seconde, il émit l'hypothèse de s'être pissé dessus, ce qui aurait eu un certain impact sur sa crédibilité. Il ne se gêna pas pour tenter de trouver l'origine de cette mixture, et en tâtant son entrejambe, il aurait dans d'autres circonstances poussé un cri d'effroi.

A cause d'un certain coup de pied de Dalas, son tube de crème anti-poils s'était fendu.

Et Thalès n'avait aucune idée du temps qu'il avait passé inconscient, sûrement moins d'une heure, mais chaque minute compte. Il avait passé dix heures de voyage en vaisseau, et une heure ou deux sur Nutts. La crème peut tenir un peu plus d'une demie journée, laquelle arrive à son terme sans qu'il ne puisse relancer le compteur.

Alors qu'Amondo se tenait, reprenant son souffle, plus loin, ne sachant pas quoi faire entre chercher des éventuels survivants et nouer contact avec les soldats de l'armée de Freezer ici-présents, que Roket s'était assit pour se reposer les jambes, et que Dalas essayait de rester conscient, le chauve réfléchissait à un plan pour s'échapper de cet enfer, enfer étant le synonyme de l'arrivée des renforts qu'il avait lui-même commandés. Sham serait plié de rire dans sa tombe.

Puis, il se calma. Oui, chez les saiyens, il possédait une qualité rare: La patience. Enfin, relative parce qu'il restait un guerrier de l'espace, mais il savait se poser parfois et réfléchir. Littéralement, il se posa donc, assit sur un rocher. Il faudrait trouver une solution, de comment temporiser et obtenir soit un échappatoire, soit un nouveau tube de crème, ce qui fut quasiment sans espoir. D'ailleurs, ce qu'il restait entre ses jambes ne suffirait pas, en l'état, une bonne partie s'en étant déjà écoulée et se voulait inutilisable.

La solution se manifesta sous la forme d'une voix étouffée.

Se redressant, le lézard moustachu blessé, le crâne broyé et le museau éclaté, Dalas, s'approcha en maugréant de son soldat. Pour une fois, sans colère aucune, sans une once de rage:

-Tu t'es bien débrouillé, malgré tout...Thalès.

Sans que cette phrase ne soit emplie d'affection, le petit général salua la bravoure de Thalès de s'être opposé au début du combat directement à Amondo et Copper. Même si la suite ne tourna pas en sa faveur, Thalès eut le mérite d'être un des acteurs principaux du combat. Dalas complimentait en fait Thalès sur ce sang-froid incroyable qu'il afficha, s'opposant avec cette hargne injustifiée qu'il pouvait manifester en combat.

Le saiyen chauve fixait dangereusement les pupilles noires de son supérieur. Et un sourire malsain se dessina sur ses lèvres, mouvement qui s'accompagna de celui de son corps musculeux vers le reptilien sans défenses. Il susurra, assez fort pour que ça ne soit pas considéré comme un chuchotement:

-Et je vais même faire encore mieux !

Le balafré n'eut aucun temps. Aucune seconde, aucune fraction d'une de celles-ci, et même pas moins. Le cerveau mets du temps pour entreprendre une réaction. L'espace lui-même – déjà réduit – entre les deux personnages se rapprocha, c'est à dire, entre le bras armé de Thalès, et le visage déjà amoché de Dalas. Roket et Amondo ne réagirent pas, ne comprenant certainement pas la situation. Mais le guerrier à l'armure grise savait très bien ce qu'il faisait.

Il répondait à son problème comme à ses tourments.

Dalas ne sut alors pas et ne saurait certainement jamais comment il fut tué. La vérité étant que Thalès perça son corps d'innombrables coups de poings, avant de lui briser la cage thoracique. Il expira bien avant cette dernière frappe, cependant. Quand enfin son corps rajouta du rouge au sable de Nutts, la terre gagna un peu de poussière supplémentaire après la carbonisation kikohesque du général moustachu.

Roket ne se permit pas de répondre. Il avait apprécié la compagnie de Dalas comme un bon chef, mais l'armée lui avait appris à se taire si un membre d'escouade mourrait, les sentiments entravant la capacité des soldats à se concentrer. Il resta donc assit, observant, en espérant secrètement qu'il ne soit pas le prochain. Le nuttsien, lui, s'étonna grandement et s'approcha même de Thalès en s'attendant à tout, mais ce fut plutôt au saiyen de se diriger vers le guerrier à la natte, automatiquement. Il dévoila à ses deux complices la suite des opérations:

-Toi, le orange, c'est quoi ton nom ?

-Amondo Sanchez.

-Tu sais que tu es moins fort que moi n'est ce pas ?

-Oui.

-Tu comptes m'attaquer en traitre si je te tourne le dos ?

-Ce serait contraire à mes principes.

Thalès se tourna vers le gamin:

-Toi, tu es quasiment mort alors ne tente rien. Tu ne me sers à rien, et je t'aurai fait disparaître si je ne t'en devais pas une. Tu m'as sauvé, donc ma dette est de te laisser en vie, t'as compris ?

-Oui, bredouilla Roket.

Le saiyen en armure avait devant lui une dizaine d'heures. Son sommeil ultra-léger le préviendrait d'une éventuelle attaque d'Amondo ou Roket, voir de quelqu'un d'autre, mais il se devait de prendre des forces en compensation de celles perdues contre Copper. Juste avant de profiter de quelques heures de repos avant l’atterrissage des unités de Danmarine, Thalès déclara, aussi étonnant que cela puisse paraître, à voix haute ce qu'il n'aurait jamais dit en d'autres circonstances:

-Des cheveux et une queue vont pousser pendant que je pioncerai. Vous étonnez pas. Je suis un des derniers saiyens de l'univers.

L'information ne fit pas tiquer les deux autres. Amondo parla pour deux:

-Un saiyen ?

-Vous ne connaissez pas les saiyens ?

-Je n'en ai jamais entendu parlé.

-Oubliez, alors, souffla-t-il en s'éloignant.

Se hissant, dans les décombres d'un immeuble renversé, Thalès se plaça près d'un mur qui – de par son angle – camouflait les deux soleils de Nutts. Ainsi plongé dans la pénombre, il savait qu'il s'était entouré de deux personnes de confiance, malgré sa paranoïa qui le poussait à se méfier. Il s'assoupit donc automatiquement sans que cela n'entrave ses réflexes, et dégagea ce repos bien mérité de cette journée bien fatigante.

Les heures suivantes seraient peut-être ses dernières, mais son plan se mettait doucement en marche.
Dernière édition par Point le Ven Fév 17, 2017 20:48, édité 2 fois.
La révolte
En cours.
Le plus modeste des êtres...Un homme qui fera peur au plus grand des démons...Celui-là même qui en deviendra le guerrier le plus fidèle...


Le fruit de ses tourments
En cours.
Piégé à cause de ses origines, Thalès va tenter de survivre pour venger son peuple. Mais avant tout, il va devoir se battre contre lui-même, et ce sera bien plus dur que ce qu'il imaginait.
Avatar de l’utilisateur
Point
 
Messages: 633
Inscription: Jeu Jan 08, 2015 19:06
Localisation: Pas là où je devrais

Re: Le fruit de ses tourments

Messagepar Rebel O'Conner le Lun Fév 13, 2017 22:20

chapitre court, certes, mais qui comprend la scène d'action en entier, donc ça va.

par contre, il y a un tas de coquilles assez surprenantes.

voilà ce que j'ai noté. c'est subjectif, la plupart du temps, mais il y a certaines phrases que je trouve difficile à lire, bien que le sens soit correct.

Spoiler
Ses dents s'écrasèrent sur les autres.

c'est assez bizarre, comme formulation.
peut être "les unes contre les autres" irait mieux.


A ce même moment, la préparation au combat, s'entrechoquèrent déjà les poings:

il manque quelque chose pour bien faire comprendre que ça se passe pendant la préparation du combat.
"durant ce moment qu'était la préparation du combat" par exemple.




Cependant, Amondo concentrait son énergie à comprendre l'ouverture de son allié.

"concentrait son attention" serait plus clair

il fallait que le signe sois explicite, sinon quoi on ne calmerait pas le saiyen.

hum, mélange entre "sinon on ne calmerait pas" et "au lieu de quoi on ne calmerait pas" à mon avis


Code: Tout sélectionner
l'aptitude raciale de son chef d'escouade, l'invisibilité pour la cécité.

là il m'a fallu relire trois fois pour comprendre que la cécité était le coût de l'invisibilité. ça gagnerait à être éclairci


et Thalès n'aurait aucune raison d'avoir des couilles en acier.

"avait". le conditionnel n'a pas sa place dans le paragraphe qui est entièrement au passé.



Dans le subconscient du lézard, il avait gagné le droit à un combo, mais dans la réalité, fut accueillit avec fougue le coude de Thalès par la joue écailleuse de son vieux supérieur.

là, il a fallu que je relise cinq fois pour comprendre.
le fait de changer de sujet (d'abors Dalas dans la première partie, et Thales dans la seconde) au sein de la même phrase rend la lecture lourde.

Alors à la merci, le verdâtre moustachu ne pouvait que s'étonner

"Alors à sa merci" ou "Alors à la merci du saiyan"
il y a toujours quelque chose qui se rapporte à la merci.



Thalès ne remarqua qu'Amondo était parti que bien trop tard, trop occupé à se positionner au-dessus de sa victime pour l'achever,

il manque une demi négation dans chaque partie de la phrase pour qu'elle ait un sens.
"Thalès ne remarqua pas qu'Amondo n'était parti que bien trop tard"
et dans ce cas, une double négation alourdi la phrase
"Thalès ne remarqua pas qu'Amondo était parti bien trop tard "


Et le destin choisit de faire s'enclencher comme dit secours, la douleur ultime !

là, j'ai pas compris ce que tu veux dire.



Pour profiter de l'occasion, Dalas tenta d'enchaîner – toujours en sol – quelques coups en se propulsant grâce à sa queue.

toujours au sol, plutôt


Puis il toussa ses poumons alors qu'il trébucha lamentablement.


il toussa tout court, ou "cracha ses poumons" pour une description plus imagée


d'un index presque fendu de rire, détourna la vue du sorcier vers l'arrière de sa position.

si c'est le type qu'on voit dans l'OAV, je suis presque sûr qu'il n'a pas de bouche sur son index, lequel ne peut donc pas sourire


Car effectivement, sont spéciaux et traitres les boules d'énergies du champion de la planète,

"spéciales"
boules: féminin pluriel


Ainsi le misérable batracien, par la magie nécromantique sacrificielle, insuffla par la parte de l'énergie dans son corps faiblard.

pas compris non plus


Il était piégé. La gorge de Thalès se voyait déjà contrainte à ne pas respirer sous risque d'être percée par les puissantes griffes immobiles, mais trop véloces et malheureusement si l'ordre venait à être donné.


malheureusement quoi?
il doit manquer quelques mots

Une situation désespérée, que Copper ne gagnerait qu'en obtenant victoire...

pléonasme de compet'.
le principe d'une victoire, c'est qu'on gagne.



-Et je vais même encore mieux le faire.

"et je vais même faire encore mieux" est bien moins bancal


L'information ne fit pas tiquer les deux autres. Amondo expliqua pour deux:

il demanda ou posa la question, mais il n'explique rien, puisqu'il ne sait rien
ImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Rebel O'Conner
 
Messages: 1051
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:48
Localisation: Derrière toi à observer ton cou appétissant, pauvre mortel!

Re: Le fruit de ses tourments

Messagepar Point le Lun Fév 13, 2017 22:50

Woaw. Je ne saurai que dire. Merci, là je suis bluffé pour tout ce temps que t'as dû prendre pour me corriger, et par mes propres fautes qui sont soient horribles soient juste cheloues. Je corrige ça et je te donne des précisions:

Rebel O'Conner a écrit:là il m'a fallu relire trois fois pour comprendre que la cécité était le coût de l'invisibilité. ça gagnerait à être éclairci


J'ai pas jugé ça utile, vu que Dalas le fait aussi dans le chapitre 3, je pensais qu'on s'en souviendrait.

Rebel O'Conner a écrit: " Et le destin choisit de faire s'enclencher comme dit secours, la douleur ultime ! "

là, j'ai pas compris ce que tu veux dire.


La phrase juste avant était: " [ ... ] laquelle impuissante espérait qu'on vienne - la providence ? - le secourir. " Je vois pas l'incohérence. Mais je vais l'enlever si ça gêne ^^

Rebel O'Conner a écrit:
il toussa tout court, ou "cracha ses poumons" pour une description plus imagée


et

Rebel O'Conner a écrit:si c'est le type qu'on voit dans l'OAV, je suis presque sûr qu'il n'a pas de bouche sur son index, lequel ne peut donc pas sourire


Deux formulations faites exprès XD

Rebel O'Conner a écrit:Ainsi le misérable batracien, par la magie nécromantique sacrificielle, insuffla par la parte de l'énergie dans son corps faiblard.


" Insuffla par la perte, de l'énergie "

Merci encore pour tout ça !
La révolte
En cours.
Le plus modeste des êtres...Un homme qui fera peur au plus grand des démons...Celui-là même qui en deviendra le guerrier le plus fidèle...


Le fruit de ses tourments
En cours.
Piégé à cause de ses origines, Thalès va tenter de survivre pour venger son peuple. Mais avant tout, il va devoir se battre contre lui-même, et ce sera bien plus dur que ce qu'il imaginait.
Avatar de l’utilisateur
Point
 
Messages: 633
Inscription: Jeu Jan 08, 2015 19:06
Localisation: Pas là où je devrais

Re: Le fruit de ses tourments

Messagepar Lyne le Mar Fév 14, 2017 19:20

Bon...

Bon.

BON !!

Alors, ce chap 3 et 4! Je suis pas du tout douée pour faire des commentaires hyper constructifs, donc ne te formalise pas pour ça ^^

Mais globalement, que du bon! Il y a encore des coquilles, des tournures de phrases un peu étranges et des soucis de concordances des temps, mais tu continue de progresser, c'est COOl !

J'ai beaucoup aimé l'ambiance de la planète Nutt avec les dunes... Les combats Cooper et Amondo sont intriguant. Dommage que Cooper n'ait pas pu rétablir le contrôle mental :D j'ai hâte de savoir ce qui va se passer!

Força !!!
Buu : La quête d'un nouveau destin !
Nouvelle version !

ImageImage

Buu est brusquement aspiré dans un univers parallèle au sien où des rencontres inattendues feront basculer sa vie…

Premier Arc : Terminé
Second Arc : Terminé
Troisième Arc: [Synopsis des chapitres en cours]
Avatar de l’utilisateur
Lyne
 
Messages: 406
Inscription: Lun Déc 02, 2013 20:14
Localisation: Bah ici, ça ne se voit pas ??

PrécédentSuivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités