Les Chroniques du Peuple Saiyan

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Les Chroniques du Peuple Saiyan

Messagepar SSJ Writer le Mar Août 21, 2018 20:30

Bonjour à tous !
Tout d'abord je tiens à me présenter, SSJ Writer ! Auteur en herbe d'un certain âge, disons que j'ai connu Dragon Ball avec le Club Dorothée alors je suis "vieux".
Après une longue hésitation je me suis dit, et pourquoi pas, si tant d'autres le font pourquoi pas toi nom d'un Kami sama !
Bref, je vous présente donc le premier chapitre de mon histoire inspirée de l'univers et des personnages créés par Akira Toriyama.

Ma fic est un What If ? qui narre une timeline ou Freezer n'a pas détruit la planète Vegeta mais où Goku a quand même été envoyé sur Terre et où Baddack n'a jamais reçu de pouvoir de vision du futur.
Je ne parle pas de ce qui arrive à Goku, tout étant très similaire à Dragon Ball, de Pilaf à Piccolo. J'ai puisé en revanche des idées et des concepts par ci par là ne me limitant pas à l'univers canon de Dragon Ball. Si Baddack et Gine, la mère de Goku sont encore sujets à conversation au niveau de leur implication dans le canon de l'histoire j'ai décidé de les incorporer malgré tout. J'ai en revanche décidé de ne pas prendre en compte le Dragon Ball Minus, faisant des circonstances du départ de Goku quelque chose de beaucoup plus proche de l'OAV sur l'histoire de Baddack.
Voilà pour ce qui est de cadrer l'image, le reste je vous laisse être seuls juges et serait ravi de répondre à vos questions par la suite.

Donc pour ceux que ça intéresse, bonne lecture. :)



I . L'Offensive des Saiyans.

Saturne tournait paisiblement sur elle même tout en continuant sa très longue course autour du soleil. Rien n'aurait put troubler le calme et le parfait mouvement de la planète au milieu de cet univers si bien fait. Et pourtant, au loin se mirent à briller sept petits objets reflétés par le soleil. Les objets non identifiés s'approchaient à très grande vitesse de la planète et dans un bruit assourdissant traversèrent ses gigantesques anneaux perturbant quelques temps l'harmonie de ces derniers. Aussi vite qu'ils étaient arrivés, les sept objets s'en allèrent sans perdre de leur vélocité vers le centre du système solaire. Quelques minutes s'écoulèrent et le calme revint autour de la planète. Pourtant ces objets apportaient avec eux un carnage d'un genre que ce petit coin de l'univers n'avait encore jamais connu. Car ces objets étaient des capsules spatiales et à leur bord dormaient sept féroces Saiyans.

Une intense lumière rouge se diffusa dans sa capsule et les bips distinctifs de l'ordinateur de bord se mirent en marche. Comme une machine bien huilée la capsule réveilla son passager paisiblement. L'homme, dormant les bras croisés se réveilla de son hyper sommeil. En guerrier qu'il était il se prépara aussitôt. D'une main il enfila son scooter, de l'autre il pianota sur l'ordinateur de bord. La planète Terre était toute proche, encore une petite heure de trajet et ils seraient à destination. Il appuya encore sur quelques boutons et parla enfin :

- Nous serons bientôt arrivés, j'espère que vous êtes tous en forme.

A l'unisson cinq voix d'hommes et une voix de femme lui répondirent par l'affirmative. Apparemment satisfait il s'installa confortablement dans le fond de son siège, mais très rapidement on vit dans son regard des sentiments mitigés, de la méfiance et de l'impatience. Il activa de nouveau la communication afin de faire taire ses doutes.

- Rappelez vous les ordres du Roi Vegeta, aucune communication par scooters, nous emporterons avec nous les modules de nos capsules. Cette opération doit rester secrètes aux oreilles de Freezer, c'est bien clair ?

Encore une fois les occupants des autres capsules lui répondirent leur accord à l'unisson. Le calme revint au sein des objets célestes. Pourtant le module de communication du patron de cette troupe sonna, signalant alors une conversation privée. Il l'activa bien qu'assez énervé d'être ainsi perturbé dans sa préparation mentale.

- Que veux-tu Radditz ?
- Tu penses qu'il est toujours en vie ? Je veux dire, cela fait quand même 25 ans qu'on l'a envoyé...
- Kakarotto est un Saiyan et cette planète n'était autrefois peuplée que de faibles créatures, je suis certain qu'il est toujours en vie et qu'il a accompli sa tâche. Maintenant concentre toi, même si j'en doute on ne peut effacer la possibilité qu'il reste des adversaires sur cette planète.
- Bien...oui tu as sûrement raison.
- Ce sera tout ?
- Oui...père.

Baddack coupa le module et se réinstalla dans son siège, croisant à nouveau les bras. Pour lui revoir un fils qu'il n'avait jamais connu ne lui faisait ni chaud ni froid. Il allait juste chercher un soldat de plus en vue de la guerre qui se préparait. Il ne portait pas le jeune Roi Vegeta dans son coeur, trop arrogant et égoïste, mais il n'y avait pas plus puissant que lui dans leur monde et Baddack partageait avec lui un trait bien particulier, sa haine pour Freezer. La guerre éclaterait bientôt mais il fallait aux Saiyans plus de guerriers c'est pourquoi le Roi Vegeta avait ordonné que l'on rapatrie tous les enfants Saiyans envoyés sur d'autres planètes. Mieux valait une armée de faibles que pas d'armée du tout avait-il conclu. Dans le vague souvenir que Baddack avait de son plus jeune fils, sa puissance était microscopique mais elle avait certainement fleuri avec le temps. Peut-être était il devenu...

Le guerrier s'était peut-être égaré trop longtemps dans ses pensées car il sursauta presque lorsque l'ordinateur de bord annonça la fin du voyage. Le regard rivé sur la planète bleue à travers le hublot de sa capsule Baddack était bien décidé à ramener Kakarotto sur la planète Vegeta.

* * *


C'était une journée ensoleillée qui resplendissait au dessus de la Capitale de l'Ouest. Au centre de celle ci se dressait le haut bâtiment de la Capsule Corporation très animé en cette journée. De grandes banderoles avaient été tirées et des tables disposées. Un grand buffet occupait presque toute la longueur du jardin et une large sono laissait échapper une musique d'ambiance. Mais le plus gros du tumulte venait des invités de cette journée de fête car tous étaient là. Tortue Géniale était arrivé le premier, trop désireux de revoir Bulma pour d'obscènes raisons. Krilin l'avait bien évidemment accompagné ainsi que Oolong, laissant le soin à la tortue de garder la maison. Les trois compères dévoraient avec entrain les divers plats du banquet même si sous ses lunettes de soleil le vieux maître laissait ses yeux traîner vers les formes des femmes présentes. Yamcha était là bien évidemment au beau milieu de ce qui semblait être une énième dispute avec Bulma et pourtant ces deux là s'aimaient pour le pire et pour le meilleur. Plume volait autour de son vieil ami apparemment plus amusé par la dispute qu'autre chose. Leurs petites querelles semblaient d'ailleurs amuser aussi le Docteur Brief et sa femme, sirotant un thé à une table à l'écart. Guymao faisait sauter dans ses bras son petit fils Son Gohan sous les regards inquiets de Chichi. Pour l'occasion même Ten Shin Han et Chaozu étaient venus, eux ne quittant que rarement leurs montagnes. Enfin, le héros de ce monde, celui sans qui la Terre aurait fini sous le joug du démon Piccolo était aussi là. Son Goku comme à son habitude s'empiffrait volontiers des divers mets à disposition.

Quatre ans s'étaient écoulés depuis la défaite de Piccolo au dernier Tenkaichi Budokai, et la paix régnait depuis. Bien que le démon soit toujours en vie quelque part grâce à la clémence de Goku, les habitants de la Terre profitait d'une paix trop longtemps troublée. Les amis fêtaient aujourd'hui des retrouvailles trop rares et les quatre ans du petit Gohan. Et rien, pas même l'attitude perverse de Tortue Géniale ne pouvait en ce jour troubler la joie des festivités. Les guerriers discutaient volontiers des combats passés et de l'entraînement qu'ils suivaient chacun de leur coté. Bulma bien que volontiers amie avec Chichi se confortait dans l'idée de ne pas avoir d'enfant, tout du moins pas pour l'instant, tant cela semblait épuisant surtout avec un mari comme Goku. Guymao quand il n'était pas accaparé par Gohan parlait avec joie avec son ancien maître à propos du temps jadis, ravis tout deux de voir la nouvelle génération de combattants. Goku faisait même parfois l'effort de quitter son assiette afin de plaisanter avec ses vieux amis.

- Goku, je suis sûr qu'avec un peu d'entraînement je pourrais enfin être à ton niveau, plaisanta Yamcha ne croyant pas un seul instant ses propres mots.
- Si tu veux on peut se battre pour voir, commença sérieusement Goku toujours avide de tester sa force.
- Non non, je ne faisais que plaisanter, tu devrais travailler ton second degré Goku !
- Il est peut-être fort mais il n'a jamais été futé pas vrai Goku, lança Krilin en empoignant Goku autour des épaules.

La candeur de Goku étant aussi légendaire que sa force, l'audience ne put que s'amuser du commentaire du guerrier chauve. Pourtant les rires se turent soudainement, tous les guerriers regardèrent en l'air quasiment en même temps. Chaozu déjà très pâle de nature sembla devenir translucide tellement il avait peur. Tortue Géniale jusque là farceur et provocateur redevint aussitôt très sérieux, la lueur du guerrier brilla dans ses yeux. Lentement Goku retira sa serviette et se leva de sa chaise, la mâchoire serrée il regardait vers le ciel. Ten Shin Han fut le premier à parler.

- Qui est-ce ? Piccolo ?
- Non je sens trois forces se diriger vers nous, commenta Goku.

Tous restèrent là à visualiser le ciel. Les femmes et les non guerriers regardaient aux aussi avec une mine inquiète. Gohan, ayant rarement vu son père dans cet état se réfugia derrière les jambes de sa mère.

- Maman ?
- Ne t'en fais pas, ton père va nous protéger.

Soudain trois points se discernèrent dans le ciel, devenant de plus en plus gros au fur et à mesure de leur avancée. Les silhouettes se dessinèrent progressivement, trois hommes aux allures de combattant s'approchaient à grande vitesse de la Capsule Corporation. Ceux ci se posèrent non loin de Goku et ses amis et la peur de tous fut à son comble. Le premier était un colosse, haut d'au moins deux mètres, une masse de muscle se terminant par un crane chauve. Hormis les sourcils seule une fine moustache se dessinait au dessus de ses lèvres. L'autre était assez grand et très costaud lui aussi, une immense cascade de cheveux noir lui arrivait à mi-mollet. Mais ce qui remplit d'effroi l'assemblée était le dernier des trois. C'était tout bonnement Son Goku tout craché à ce si près qu'il semblait plus vieux et que rien dans ses traits ne laissait supposer une quelconque sympathie.

- Go...Goku, marmonna Krilin, qui sont-ils ?
- Je n'en sais rien, qui êtes vous, tonna Goku sans vraiment se soucier d'être face à un clone.

Le géant chauve se pencha vers la copie conforme de Goku.

- Oy Baddack, non seulement ton rejeton n'a pas accompli sa mission mais en plus il a perdu la mémoire...regarde, il n'a même plus de queue.
- Je me passerais de tes commentaires Nappa...Kakarotto, pourquoi les habitants de cette planète sont encore en vie ?

Goku fut interloqué un instant mais rétorqua de plus belle.

- Je ne sais pas de quoi vous parlez. Si vous êtes venus pour détruire la terre je vous en empêcherais.
- Nous en empêchez petit frère, nargua Radditz, tu es déjà en retard, nos camarades ont déjà commencé à le faire.
- Comment ?

De son coté, restait en retrait derrière Yamcha, Bulma attrapa une petite tablette qu'elle avait dans la poche. Elle tapa quelques instants avant d'être horrifiée par les nouvelles.

- Il...il dit vrai, la Capitale de l'Est a été ravagé par des hommes en armure semblables à eux...

Bien que les combattants de la Terre soient tous très doués pour ressentir les énergies il leur était encore trop compliqué de sentir les forces sur une telle distance. Dans leur insouciance aucun d'eux n'aurait pensé à se concentrer suffisamment pour savoir si quelque chose n'allait pas.

- Qui êtes vous, pourquoi vous attaquez la terre, lança Ten Shin Han.
- Nous sommes venus pour lui, lança Baddack en pointant Goku du doigt, je suis venu récupérer mon fils.

La peur laissa rapidement la place à la stupeur. Tous sauf un se laissa ébranler.

- Je ne suis pas votre fils, tonna Goku, je suis un Terrien.
- Faux espèce de vermine, tu es un Saiyan et tu es mon fils, s'énerva Baddack, tu as été envoyé ici encore bébé pour détruire cette planète.
- Kakarotto, pourquoi tu n'as pas accompli ta mission et pourquoi tu n'as plus ta queue, demanda Radditz tout aussi énervé.

Sur ces mots l'aîné de Baddack laissa flotter sa queue plutôt que de l'enrouler autour de sa taille. Sans aucun doute chacun ici reconnut la même queue que Goku avait autrefois et que le jeune Gohan laissait librement flotter derrière lui.

- Maman, pourquoi les vilains ils ont une queue comme moi ?

A ces mots Baddack regarda le rejeton et reconnut immédiatement en lui un jeune Saiyan, on ne pouvait pas s'y tromper.

- Tu as échoué dans ta mission, tu as perdu la mémoire, tu protèges ce monde et tu t'es même accouplé avec une vermine pour créer ce...ce bâtard !
- Ne parlez pas comme ça de mon fils, tonna Goku qui commença à faire monter sa puissance.

Le scooter de Nappa bipa alors il fut surpris un instant de voir la puissance de Goku grimper avant de se ressaisir.

- Il semble qu'il soit capable de contrôler sa puissance, il était à 334 sur nos scooters tout à l'heure et il vient de grimper aux 400 et ça augmente encore. Rien de bien impressionnant en somme, les autres ne sont que des minus mais je reste surpris du nombre de guerriers qu'il y a ici. La présence d'un Namek était déjà surprenante...
- Namek, marmonna Krilin.
- Oui, rigola Nappa ce qui fit courir des frissons dans le dos de Krilin, une créature alien verte avec des antennes sur la tête, vous ne saviez pas qu'il y en avait un sur votre planète.
- Qu'avez vous fait à Piccolo, lança Goku dont la rage ne semblait pas diminuer.
- Il est mort, comme beaucoup d'autres, conclu Nappa avec un sourire carnassier.

L'assemblée se pétrifia pour deux raisons. La première étant que ces hommes étaient assez puissants pour avoir tué le démon Piccolo et ressortir indemne du combat là où Goku lui même avait presque été tué par celui ci quatre ans auparavant. La deuxième étant que, Piccolo étant la part sombre de Kami, celui ci était mort aussi emportant avec lui les Dragon Ball. L'espoir de pouvoir ressusciter les morts était d'ores et déjà perdu.

- Je crois que tu ne nous laisses pas le choix, mon fils...
- Je ne suis pas votre fils !

Tous les guerriers présents prirent une posture de combat...

* * *


- Gine ? Gine tu m'entends ?

Baddack se tenait assis sur une pile de gravas au milieu de la capitale de l'Ouest entièrement ravagée. Au loin Radditz et Nappa finissait de tuer les quelques humains encore en vie. Les modules de communication des capsules assuraient le secret de la mission mais n'étaient pas très performants quand il s'agissait d'émettre des signaux longue distance. Une voix féminine finit par répondre bien que le signal soit très parasité.

- Oui, alors ?

Baddack esquissa un mince sourire. Sa femme n'était pas du genre à s'étendre en conversation, préférant aller directement à l'essentiel.

- Toma vient de me contacter, la destruction est en bonne voie et la résistance est minimale, on devrait avoir le contrôle entier de la planète d'ici 24h tout au plus.
- Et lui ?
- Il lui est arrivé quelque chose. Ce n'est plus un Saiyan que par la race...il a fallu le rendre inconscient, il se prenait pour un Terrien.

Gine à l'autre bout soupira un long moment.

- Je l'ai déjà dit plusieurs fois, annonça-t-elle, nous les envoyons trop jeunes. Il n'avait même pas un an. Même si il avait déjà tous les outils pour survivre sur cette planète va savoir ce qui lui est arrivé, si sa capsule n'a pas été endommagé...
- En tout cas il est à notre merci, j'ai peur qu'il ne soit pas prêt de nous aider. Je ferais mieux de le tuer ici et maintenant.
- Peut-être, un faible et un rebelle d'autant plus ne serait qu'un poids. Mais...
- Mais, demanda Baddack légèrement hésitant.
- Il reste notre fils ainsi que notre échec...à nous de réparer ça.
- Soit.

Un moment passa qui semblait être une éternité pour le couple de Saiyans seulement perturbé par le grésillement du module de communication. Baddack regardait son fils allongé non loin de là, couvert de blessures et inconscient pour un moment. Pourquoi avait-il fallu que les choses tournent ainsi ? Son Goku...c'est ainsi que les autres l'avait appelé. La plus grande peur de Baddack à l'instant était que Kakarotto était bel et bien mort et qu'il ne restait plus que ce Son Goku. Peu importe comment il tournait la situation dans sa tête il savait bien que jamais ce Son Goku ne deviendrait un allié.

- Autre chose à signaler avant notre arrivée ?
- Non. Il y avait d'autres guerriers mais particulièrement faibles. Tu connais Nappa il aime les massacres...il n'en a fait qu'une bouchée. Radditz a été un peu amoché mais il s'en remettra rapidement. Toma de son coté m'a dit qu'il n'avait rien croisé de particulier jusque là. En revanche...

Baddack tourna sa tête vers le coté. La Capsule Corp était presque entièrement détruite et là gisaient les cadavres de tous les héros. Le Docteur Brief et sa femme étaient morts à quelques mètres l'un de l'autre tendant la main l'un vers l'autre dans un ultime acte d'amour avant la mort. Non loin de là le corps sans vie de Yamcha pendait d'un rebord de mur, un large trou à travers la poitrine. Le corps de Chaozu était introuvable mais sa tête ornait maintenant le jardin des Brief. Ten Shin Han avait été projeté plus loin, couché sur le dos, ses trois yeux sans vie. Krilin avait été avec Goku celui qui avait combattu le plus longtemps mais son corps reposait maintenant sans vie à quelques encablures de son vieil ami. Même le vieux Tortue Géniale face au danger s'était montré farouche mais, le corps couvert de brûlure il avait lui aussi trépassé. Enfin Guymao était mort lui aussi la poitrine perforée afin de protéger sa fille en vain car Chichi gisait morte, la nuque brisée, à même le granit. Oolong avait disparu ainsi que Plume mais leurs chances de survie étaient bien maigres compte tenu de l'étendue du carnage provoqué par les Saiyans. Seuls restaient Bulma et Son Gohan, tous deux inconscients mais apparemment indemnes.

- Nous avons capturé une femme, une scientifique. Elle possède une technologie intéressante qui pourrait devenir un atout. J'ai dû empêcher Nappa de la tuer elle aussi. Et...

Les yeux du Saiyan se tournèrent vers son petit fils.

- Et..., insista Gine qui sentit l'hésitation de son homme.
- Nous avons un petit fils, un bâtard à moitié humain, nous l'emmenons avec nous.
- Un bâtard, tonna Gine presque dégoûtée, et pourquoi voudrais-tu le ramener, tu devrais le tuer sur le champ !
- Quand j'ai dit que Radditz avait été amoché, c'est par ce gamin...il n'a même pas cinq ans et sa puissance semble inexistante et pourtant pendant quelques instants il est monté jusqu'à 1305 unités.
- 1305...mais, comment ?
- Je ne sais pas, peut-être sa part humaine lui donne plus de force. Quoiqu'il en soit j'ai jugé qu'il pourrait nous être utile. Quand arriveras-tu avec le vaisseau de transport ?
- D'ici quelques heures.
- Bien, contacte moi lorsque vous approcherez de l'atmosphère, nous vous rejoindrons avec nos passagers à votre point d'atterrissage afin de partir plus vite, je ne tiens pas à m'éterniser ici.
- Bien reçu.

Le communication s'arrêta là ne laissant plus comme bruits autour de Baddack que les explosions lointaines causées par Nappa et Radditz ainsi que les éboulements fréquents des immeubles en ruine. Baddack rumina, cette expédition avait un goût particulièrement amer. Il n'y avait pas moins paternel que lui et pourtant, tout au fond de lui, était né l'espoir de retrouver un fils. Tout ce qui lui restait maintenant c'était un ennemi de plus et un fort sentiment de honte. Lui, le fier guerrier de Troisième Classe qui avait réussi à s'élever dans les rangs de l'armée si bien qu'il était devenu Capitaine de sa propre unité. Il n'était pas autant admiré que les soldats de Première Classe comme Nappa mais il avait réussi à s'échapper du carcan des faibles. Il avait vu Radditz son aîné grandir et devenir très puissant mais depuis plusieurs années maintenant son potentiel ne semblait plus augmenter. Quant à Kakarotto il ne voulait même plus y penser. Baddack ne laisserait derrière lui que des faibles. Même ce gosse, son « petit-fils », bien que prodigieusement puissant, n'en restait pas moins qu'une erreur de la nature. Il fut à nouveau tiré de ses pensées par le bip strident du module de communication.

- Oui, Toma ?
- Baddack, nous arrivons de suite...nous avons rencontré de la résistance nous aussi.
- Et ?
- Pumbukin est mort.
- Mort, comment ça, qui est assez puissant pour l'avoir éliminé, demanda Baddack en se levant soudainement, prêt à voler aux secours de ses hommes.
- Un androïde fabriqué par un scientifique dans des montagnes au sud...on a failli le rater mais le scooter de Selypa à localiser une faible énergie venant de là. On y a trouvé un laboratoire et des prototypes de cyborgs encore endormis. Le scientifique à ordonner au robot de nous attaquer et Pumbukin a été tué.
- Un robot aussi puissant ?
- Très, il a fallu que l'on s'y mette tous pour l'arrêter. On a détruit le labo mais j'ai décidé d'emmener le scientifique avec nous, j'ai pensé que sa technologie pourrait nous être utile.

Baddack médita quelques instants sur le rapport de Toma.

- Très bien ramène le, si il obéit et peut construire à nouveau des androïdes aussi puissants cela pourra nous être profitable. Et Pumbukin ?
- Nous ramenons son corps. Il mérite de reposer sur la planète Vegeta.
- Bien.

Sans plus de cérémonie les deux hommes finirent la conversation.

* * *


Dans un fracas violent le vaisseau Saiyan se posa au milieu d'une grande plaine. Les engins s'arrêtèrent et un grand sas s'ouvrit. Gine fut la première à sortir escortée par quelques hommes. Ce vaisseau était à la fois une prison et un laboratoire capable d’accueillir beaucoup de monde, seul moyen pour eux de rapatrier Kakarotto et d'emporter avec eux tout ce qui pourrait leur être utile. Sans trop de cérémonie, Gine salua son homme qui tenait sur son épaule le corps inconscient de son fils. Derrière lui Nappa tenait Bulma sous un bras et le jeune Son Gohan sous l'autre. Radditz assis non loin de là, une partie de son armure brisée, semblait ruminer une certaine colère à l'idée de voir le rejeton rentrer avec eux sur la planète Vegeta. C'est à peu près à ce moment là qu'arrivèrent Toma, Selypa et Totapo, ce dernier portant le corps sans vie de Pumbukin sur son épaule. Tout en se posant au sol, Toma jeta sans délicatesse le scientifique au sol. Il semblait un vieil homme aux longs cheveux blancs et à la barbe épaisse de la même couleur. Ses yeux étaient mauvais emplis de malice et de cruauté. Il savait sa situation catastrophique mais il n'allait pas donner le plaisir à ces monstres de montrer de la peur. Pourtant il écarquilla les yeux lorsqu'il reconnut Son Goku sur l'épaule d'un homme lui ressemblant énormément.

- Son Goku...lui aussi...alors vous avez...anéanti tout le monde...

Toma asséna une claque sur le dos du vieillard le réduisant au silence.

- Personne ne t'a donné l'autorisation de parler vieil homme.

Le Saiyan releva avec force le scientifique et l'emmena avec lui dans le vaisseau. Celui ci bien que sonné lança un dernier regard vers Son Goku. Il ne l'avait jamais porté dans son cœur, loin de là et préparait sa revanche depuis des années. Le voir ainsi le soulageait un peu mais l'inquiétait tout autant. Quelle était la réelle puissance de ces extraterrestres si ils avaient réussi à mettre Son Goku à terre. Lui, le jeune homme qui avait autrefois, à lui seul, anéanti l'armée du Ruban Rouge. Pour le moment il le savait, il n'avait pas d'autre choix que de suivre ces hommes et d'obtempérer où il finirait bientôt par manger les pissenlits par la racine. C'est ainsi que le Dr Gero pris place au sein de l'une des cellules du vaisseau Saiyan.

Pendant ce temps Gine examinait son fils. La ressemblance avec Baddack était plus que troublante mais il n'y avait dans son visage inconscient aucune marque de la hargne Saiyan, pas même un soupçon de méchanceté. Elle se renfrogna à l'idée d'avoir mis au monde un être aussi faible. Mais le comble fut quand elle croisa du regard le visage du microbe qui lui servait de petit fils...et c'était un Saiyan sans aucun doute, il suffisait de voir sa queue pour en être certain. Enfin elle regarda la femme et recula soudainement.

- Je croyais que tu ramenais une scientifique, pas une reine de beauté...elle n'a rien de...
- Crois moi elle en vaut certainement la peine, coupa Baddack.

De son armure il retira une sorte de toute petite capsule, suffisamment petite pour tenir dans le creux de sa main. Il appuya une fois dessus et jeta la capsule au loin. Dans un grand boum et un épais nuage de fumée, la capsule avait laissé place à une sorte d'avion suffisamment grand pour qu'un petit groupe monte à bord.

- Comment est-ce possible, s'exclama Gine.
- Je ne sais pas, répondit Baddack, mais il semble qu'ils aient une technologie pour rapetisser les objets. Imagine si nous pouvions garder nos Capsules, voir nos vaisseaux à portée de main et ne pas craindre de les voir être détruits ou volés.
- Et c'est elle qui a créé ça ?
- Non son père, mais elle sait aussi comment faire, elle l'a pratiquement hurlé lorsque j'ai fait comprendre que nous emmenions son père avec nous.
- Et le père ?
- Je l'ai tué. Il était déjà sévèrement blessé et vous ne seriez jamais assez vite arrivés pour le transporter dans un caisson d'urgence.
- Soit. Ce sera tout ?
- Oui. Même si j'ai remarqué quelques petits choses assez utiles mais je dois méditer dessus.
- Comme tu voudras.

Gine ordonna à ses hommes de préparer l'embarcation et de déjà calculer la trajectoire du vaisseau pour la trajet retour. Toma, Selypa et Totapo prirent le temps de recevoir des soins tandis que Baddack, Radditz et Nappa repartaient à la recherche de survivants et de quelconque éléments utiles à emmener avec eux.

Il ne fallut pas longtemps à l'équipe de Saiyan pour finir la destruction de la Terre. Si il restait des survivants ils ne seraient jamais assez nombreux pour reconstruire ce monde. Gine fut la première à partir lorsqu'elle reçut le rapport de Baddack expliquant qu'ils avaient fait le tour et qu'il ne restait plus rien d'intéressant. Lui, Nappa et ses hommes rejoignirent leurs capsules et s'en allèrent...laissant un monde en ruine.

* * *


Une légère brise entra dans la pièce aux murs blancs et balaya son visage. Il fut tiré de son sommeil et sa première sensation fut celle de son corps meurtri. Il se leva difficilement encore troublé de son combat titanesque et constatant que son énergie lui manquait encore. Pire encore il savait exactement où il se trouvait et imaginait déjà ce qui s'était passé. Il se maudissait d'avoir été sauvé, plus encore par lui. Il marcha dans un couloir au bout duquel une lumière intense jaillissait. Une main appuyée sur le mur afin de ne pas chanceler il alla jusqu'au bout, bien décidé à en avoir le cœur net. Arrivé dehors il fut un temps ébloui par la lumière mais le reconnut aussitôt. Il se tenait là, de toute sa superbe et enveloppé dans sa longue toge blanche et sa cape bleue.

- Je n'aurais jamais cru dire ça mais je suis heureux que tu sois toujours en vie, Piccolo...
- Kami...
SSJ Writer
 
Messages: 26
Inscription: Mar Août 21, 2018 19:56

Re: Les Chroniques du Peuple Saiyan

Messagepar Artikod le Mar Août 21, 2018 21:06

Alors, tout d'abord, bienvenue dans la section fanfic, et sur le forum !

Je vais t'avouer qu'avant de commencer à lire, je m'attendais à trouver un truc bon, sympa, rien de plus (même si c'est déjà pas mal) et en fait, j'ai été choqué par la qualité tant le niveau est au top.
Clairement, j'ai presque aucune remarque à faire xD

Mais j'en ai quand même quelques unes :

Déjà, je trouve que ça manque de virgules. Après, c'est peut-être selon ma propre appréciation, mais j'ai vraiment eu l'impression qu'il n'y en avait clairement pas assez, mais en soit, c'est pas quelque chose de très gênant.
Ensuite, j'ai remarqué 2-3 faute d'inattention, et de conjugaison, mais c'est possiblement lié, je sais pas. Mais je tiens quand même à souligner le fait qu'il y en ait si peu, c'est rare.
Et enfin, même si on connait tous ceux de la Z-team, c'est clairement pas le fait des Saiyan qui apparaissent dans ce chapitre, tout le monde n'a pas vu les films/OAV et, à ce propos, je trouvais dommage de ne pas trouver de description physique, au moins pour les visages, qu'on puisse imaginer à qui on a affaire :/

Sur ce, je te souhaites une très bonne continuation, et ton histoire promet d'être très intéressante :wink:
Une sayenne arrive sur Terre en même temps que Goku. Pourquoi ?
Goku et Érana (Fanfiction terminée !)

Tarble arrive sur Terre. Sa mission ? Récupérer Kakarotto.
Tarble : La honte des Saïyans

Érana travaille depuis son enfance pour Freezer. Vient le moment où elle doit détruire la Terre.
Ragnarök
Avatar de l’utilisateur
Artikod
 
Messages: 779
Inscription: Ven Mars 13, 2015 17:51

Re: Les Chroniques du Peuple Saiyan

Messagepar SSJ Writer le Mar Août 21, 2018 21:25

Je me disais justement aussi après avoir posté que ça manquait de description ce que je compte arranger dans les prochains chapitres.
Surtout que le nombre de personnages un peu obscur voir inventés vont se multiplier donc il vaudra mieux s'y mettre. Même chose pour les lieux, les vaisseaux, les armures...tout ce qui fait "l'ambiance" en quelque sorte.
Pour les fautes je vais faire gaffe même si je ne promet pas un chapitre parfait sans aucune faute. Les virgules, peut-être un tic d'écriture, je vais essayer d'y faire attention la prochaine fois quitte à faire des phrases un peu plus longues dans certains cas.

En tout cas merci pour ce premier commentaire très encourageant et le message de bienvenue ! :)
SSJ Writer
 
Messages: 26
Inscription: Mar Août 21, 2018 19:56

Re: Les Chroniques du Peuple Saiyan

Messagepar xela26 le Mer Août 22, 2018 2:32

Bienvenue sur la section fanfic SSJwriter, ça fait longtemps que des "nouveaux" ne se sont pas manifestés, c'est cool!

a part quelques petites fautes d'inattention, ça va vite c'est bien écris et ça ce laisse lire.
Les sayans y vont vraiment fort, je suis pressé de voir la suite de leurs aventures sur la planète Végéta !
Cell: l'ascension de la terreur- Cell a vaincu Son Gohan lors du Cell game!! Quel sort réserve-t-il à la Terre?? Pour le savoir....viewtopic.php?f=42&t=5990
Chapitre 136: publié
Chapitre 137: 0%

Cell: Damned Souls- Les aventures parallèles de héros de "l’ascension de la terreur". Pour les connaitre:
viewtopic.php?f=42&t=6774
abandonnée
xela26
 
Messages: 1549
Inscription: Lun Oct 03, 2011 20:57

Re: Les Chroniques du Peuple Saiyan

Messagepar SSJ Writer le Mer Août 22, 2018 13:31

Oui je n'avais pas envie de m'étendre sur la destruction de la Terre.
Je pense que tous peuvent imaginer à quoi ressemble l'annihilation d'une planète organisée par une bande de Saiyans sanguinaires et préparés.
Le gros de mon action doit se dérouler sur la planète Vegeta j'ai donc eu envie d'y arriver au plus vite.

Merci encore pour le commentaire, la suite devrait arriver ce soir ou demain. :)
SSJ Writer
 
Messages: 26
Inscription: Mar Août 21, 2018 19:56

Re: Les Chroniques du Peuple Saiyan

Messagepar SSJ Writer le Ven Août 24, 2018 12:35

II . Geôliers et captifs.

Goku ouvrit enfin les yeux. Sa première impression fut les douleurs qui traversaient son corps. Mais il en avait vu d'autres, il supporterait celle-là. Puis la sensation de ne pas pouvoir bouger comme il le souhaite se réveilla soudain. Les yeux grands ouverts il se trouvait dans une salle plongée dans l'obscurité à l'exception d'une lumière rouge diffusant un halo à peine perceptible. Dans cette quasi-obscurité Goku discerna cependant que ses pieds et ses mains étaient comme pris dans d'étranges étaux de fer et il avait beau tenter d'y mettre toute sa force, ces « menottes » ne bougeaient pas d'un poil. Blessé, seul, immobilisé dans un lieu qu'il ne connaissait pas, le héros de la Terre n'avait jamais connu pareille situation. Sa colère se mêla à sa tristesse en se rappelant du carnage qu'il avait vécu. Il s'était battu comme jamais, même son combat contre Piccolo semblait être un simple entraînement en comparaison et pourtant...pourtant il avait perdu. Sa femme, ses amis, son ancien maître, tous étaient morts et en quelque sorte, tous ceux qu'il avait connu. Seul son fils et Bulma étaient encore en vie au moment où celui qu prétendait être son frère lui asséna le coup qui lui fit perdre connaissance. Cette question le tourmentait, sa dernière amie et certainement sa plus vieille amie était elle encore en vie ? Et son fils ? C'était encore un enfant, ayant à peine quitté l'état de nourrisson. Goku n'était pas le genre paternel et ne prenait que peu part dans l'éducation de son fils si ce n'est pour s'amuser avec lui mais il l'aimait profondément.

Une lumière intense l'aveugla un instant tandis qu'un sas s'ouvrit face à lui. Il s'habitua lentement à la lumière remarquant que la pièce où il se trouvait était vide. En guise de cellule trois murs et face à lui une grille de laser jaune. Avec empressement il regarda ses pieds et ses jambes entièrement engloutis jusqu'aux chevilles et poignets dans de grosses machines elle même soudées dans le sol et le plafond. En ce qui concernait son état, il avait une forte douleur à la mâchoire et à l’œil droit et bien qu'il ne pouvait le constater il pouvait l'imaginer. Sa tunique, déchirée de l'épaule gauche au rein opposé laissait apparaître des bleus, des coupures et des contusions mais rien de plus grave. Pour le meilleur et pour le pire il survivrait à ces blessures. Enfin il fit face à son visiteur. C'était une femme d'un âge indéfini devant lui arriver à hauteur de poitrine. Elle n'était pas très musclée mais son corps finement bâti était celui d'une guerrière. Elle portait le même genre de combinaison que les guerriers qui avait détruit la capitale à l'exception qu'elle n'avait qu'une épaulette sur la droite et qu'elle n'était pas noire mais d'un bleu sombre. La tunique qu'elle portait en dessous de l'armure était grise et s'arrêtait à mi mollet. Pour finir une paire de botte de la même couleur que l'armure à pointe rouge. Elle avait des cheveux en pics tombant en une courte mais épaisse cascade jusqu'à ses épaules. Les yeux noirs, des sourcils fins et des traits assez anguleux, elle n'était pas sans rappeler quelqu'un mais Goku n'aurait sut dire qui. Cette étrangère, très certainement alliée des hommes qui les avaient attaqués parla la première et ses paroles furent aussi venimeuses que son regard était assassin.

- Tu es enfin réveillé vermine, un vrai Saiyan le serait déjà depuis longtemps.
- Je ne suis pas un Saiyan ou quoi que ce soit, je suis un terrien, tempêta Goku tentant tant bien que mal de détruire ses liens.
- Tu peux t'acharner autant que tu veux, le métal dont sont faîtes ses menottes supporterait les attaques d'un Oozaru sans broncher.

La Saiyanne le laissa s'échiner pendant un moment, gardant son regard fixé sur lui. Puis au bout d'un moment, à bout de force Goku abandonna.

- Tu es enfin calmé ?
- Je le serais quand vous me libèrerez et m'affronterez à la loyal bande de lâches !
- Lâches ? Loyaux ? Que je sache tu as été battu à la loyal par ton père et ton frère il y a de cela deux jours à peine...tu veux remettre ça ? Je ne te le conseille pas, à moins de risquer de détruire ce vaisseau et de mourir dans l'espace.

Goku écarquilla les yeux prenant le temps d'enregistrer les informations. Il avait été inconscient presque deux jours et se trouvait apparemment dans l'espace. Peut-être dans un vaisseau de ces monstres. Puis son inquiétude devint palpable.

- Qu'avez vous fait sur Terre, où est Bulma, où est mon fils ?!

La Saiyanne sembla un instant s'amuser de la détresse de son captif avant de lui répondre.

- La femme et ton rejeton sont dans la même situation que toi, dans ce même vaisseau, prisonniers et en direction de la planète Vegeta, elle marqua une pause afin d'entretenir l'angoisse de Goku, la Terre est intacte mais je crois bien que l'immense majorité de ses habitants sont morts.
- Vous me le paierez monstres, vous me le paierez, hurla Goku en tentant à nouveau de se défaire de ses chaînes, vous me le paierez...

Il resta là un instant, complètement à bout de force et réveillant inutilement ses douleurs. Il n'avait rien perdu de son esprit combatif, prêt à se battre à la seconde où ces maudites menottes lui seraient ôtées. Mais pour le moment il se savait dans l'incapacité d'agir, mieux valait glaner le plus d'informations possibles. Il s'accrochait tant que possible à son seul et unique réconfort, Gohan et Bulma étaient encore en vie et non loin de sa cellule à en croire la femme.

- La planète Vegeta, qu'est-ce que c'est ?
- La patrie de notre race, les Saiyans...tu as donc bel et bien perdu la mémoire.

La femme pris une posture plus confortable et se lança dans un monologue.

- Toi, moi, les guerriers qui ont détruit ta précieuse planète, nous sommes tous des Saiyans, habitants de la planète Vegeta. Nous naissons avec une queue comme celle ci, fit elle en faisant violemment tournoyer la sienne, bien que tu sembles avoir perdu la tienne. Cette queue nous donne la capacité de nous transformer en gorille géant si nous venons à observer la pleine lune.

Goku rumina ces paroles car elles étaient vraies. Tout benêt qu'il était il savait qu'il n'avait jamais rencontré qui que ce soit sur Terre avec une queue comme la sienne ou celle de Gohan. Cette histoire de gorille géant lui était familière, apparemment l'un d'entre eux avait détruit l'arène du Tenkaichi Budokai ou encore le château de Pilaf. Ses souvenirs de ces événements étaient très troubles, à croire qu'elle avait peut-être raison. Peut-être s'était-il transformé sans se souvenir. Et il y a une chose qu'il ne pouvait nier, sa ressemblance frappante avec le dénommé Baddack, celui qui disait être son père.

- Notre métier globalement consiste à aller conquérir des planètes afin de les revendre au plus offrant. Ta splendide Terre subira le même sort et viendra remplir les caisses de notre gouvernement. Nous sommes une race de guerrier, rien ne nous anime plus qu'un bon combat face à un adversaire puissant. Nous aimons nous battre, nous entraîner et toujours se dépasser afin de devenir plus puissants.

Encore une fois, hormis la partie mercenaire sadique et destructeur de civilisation elle venait de décrire parfaitement le tempérament qu'il avait depuis toujours. Il n'avait jamais reculé face à un combat, il aimait ça même si cela signifiait parfois mettre sa vie en danger et jamais, jamais il ne s'était senti aussi bien qu'en échangeant des coups avec un adversaire à sa hauteur.

- Mais nous avons un système hiérarchique très sévère qui découpe la population selon leur force. Les enfants nés trop faibles sont envoyés très jeunes à travers l'espace dans des capsules spéciales. Ces capsules sont censées servir d'espace vital pour permettre à l'enfant de grandir sans en sortir, certains voyages sont tellement longs que certains bébés atteignent des âges autour de 4 à 5 ans au moment de l’atterrissage. Les enfants sortant des capsules sont complètement sauvages et dangereux, l'état le plus primaire de notre race en somme. Dans cet état il traque, il chasse et il tue sans discernement et sans s'arrêter. Des prédateurs lâchés sur des planètes sans danger afin de les détruire très lentement.

Goku se concentrait tant bien que mal mais n'avait pas tout compris. Où était Bulma quand on parlait de choses scientifiques ? Ah oui, prisonnière elle aussi. Tout ce que son cerveau réussit à analyser fut que l'on mettait des bébés dans des vaisseaux pour qu'ils aillent détruire des planètes. Son grand père lui même lui avait dit autrefois l'avoir trouvé dans la forêt. Goku en avait toujours eu conscience mais se pourrait-il alors...

- Mais pas toi. Je ne sais pas ce qui t'es arrivé mais tu n'as pas accompli ta mission. Baddack s'attendait à retrouver un sauvage, certes totalement hors de contrôle et sachant à peine parler mais au lieu de ça il a trouvé un homme se prenant pour un Terrien.

Elle marqua là une pause et se renfrogna. Un court instant on crut même voir de la tristesse dans ses yeux jusque là dénués de sympathie. Elle s'approcha un instant, son regard de nouveau noir.

- Aussi fou et sauvage soit-il je m'attendais à retrouver mon fils...mais je ne te reconnais pas.
- Votre...votre fils, dit Goku assez choqué.
- Je suis ta mère, je me nomme Gine, et l'homme qui te ressemble est ton père, Baddack, toi, lui et moi sommes des Saiyans.

Elle se tut alors détournant quelques instants le regard. Goku lui ne savait plus où donner de la tête. Difficile de croire des meurtriers qui venaient de tout lui prendre, mais son discours semblait si sincère et encore une fois il lui était très difficile d'oublier toutes les similitudes qu'il partageait avec eux.

- Si je suis votre fils, pourquoi m'avoir envoyé sur une autre planète, jamais je ne ferais ça à mon fils...

A la fois amusé et triste il pensa en son for intérieur que de toutes façons Chichi ne laissait pas Gohan aller plus loin que la forêt bordant leur maison.

- Comme je l'ai dit nous envoyons les enfants trop faibles sur d'autres planètes sans discernement, c'est ainsi...tu étais très faible alors et tu l'es encore aujourd'hui. Tu étais peut-être le plus fort sur Terre mais parmi nous tu n'es qu'un guerrier de très basse classe.
- Relâchez moi et vous verrez si je suis faible, pesta Goku blessé dans son orgueil de...Saiyan ?

A cette pensée et ses rappelant le caractère qu'elle avait expliqué auparavant Goku se renfrogna soudain. Être traité de faible l'avait piqué au vif et son excitation était montée d'un seul coup à l'idée de se battre contre elle et de faire ses preuves en tant que guerrier. Prouvant encore une fois qu'il était très similaire à ce qu'elle avait décrit auparavant.

- Tu ferais mieux de te reposer, le voyage sera là. Des hommes viendront pour te nourrir et te soigner. Inutile de résister, tous sont beaucoup plus puissants que toi.

Sur ces mots elle lui tourna le dos et rejoignit le sas.

- Attends, tempêta Goku en essayant pour une énième fois de se défaire de ses liens.

Mais elle quitta la pièce et dès que le sas fut refermé derrière elle, la pièce redevint aussi sombre qu'auparavant. Gine était partie laissant derrière elle un Goku plus en proie au doute que jamais il ne l'avait été dans sa vie.

* * *

Piccolo n'en revenait pas. Toute cette histoire semblait sans queue ni tête, mais peu importe la haine qu'il portait pour son alter ego il savait que ce dernier disait la vérité. Depuis l'attaque des Saiyan le démon récupérait ses forces dans la demeure de Dieu et celui ci avait partagé l'histoire de ses plus anciens souvenirs. Piccolo avait ainsi appris qu'il était un extraterrestre lui aussi, un Namek. Kami était arrivé il y a très longtemps de cela à bord d'un vaisseau. Il avait été mis en sécurité par son village et envoyé dans l'espace afin d'échapper au cataclysme qui s'abattait alors sur leur planète. En devenant le Tout Puissant il recréa les Dragon Ball à l'image de celle qui existait sur la planète Namek.

- Piccolo Daimao partageait les mêmes souvenirs que moi, expliqua Kami, il est possible que lorsqu'il t'a engendré il ne t'as transmis que ses souvenirs les plus récents et sa haine. Voilà pourquoi tu ne te souviens pas de tout ceci. Moi même j'ai beaucoup de mal à me souvenir de choses aussi lointaines.
- Parle moi plus de ces Saiyans, lança le guerrier Namek.

Kami soupira un instant. Il n'avait pas espéré un miracle mais prendre ainsi soin de son alter ego maléfique aurait peut-être pu adoucir son cœur. Mais il n'était que colère et violence, à peine plus respectable que ces Saiyans.

- Je ne sais que très peu de choses à leur sujet si ce n'est, comme tout le reste, que de très anciens souvenirs.

Apparemment fourbu de cette longue conversation, Kami s'assit dans une chaise en osier face au lit de Piccolo. Il soupira de nouveau avant de reprendre son récit.

- A l'époque c'était une race quasi légendaire, du temps où je vivais encore sur Namek aucun n'est jamais venu nous voir. Mais les aînés de mon village nous racontait des histoires sur ce peuple sauvage et dangereux qui aimait se battre et tuer. Mais rien n'était certain, les histoires venant de voyageurs en escale sur notre planète qui eux mêmes les tenaient d'autres voyageurs...ce n'est que lorsque je les ai observés que je me suis souvenu de ces vieilles légendes. Elles sont bien réelles et pires que ce que j'imaginais.

Piccolo pris le temps de réfléchir à tout ce qu'il venait d'entendre. La théorie de l'extraterrestre n'était pas plus étrange que celle d'être un démon. Il pouvait se concilier avec ce morceau de l'histoire, mais c'était tout de même beaucoup d'un seul coup. Ils n'étaient donc pas seuls dans cet univers et il existaient, bien qu'il ait du mal à l'admettre, des personnes bien plus dangereuses que lui. Il s'assit face à son alter ego, il n'avait pas fini de s'informer sur la situation.

- Tu as dis qu'ils avaient emmenés Son Goku avec eux, car c'est un Saiyan lui aussi ?
- En effet. Ils ont aussi emmené son fils, Son Gohan, Bulma la jeune scientifique et le Docteur Gero, lui aussi un...
- Je me fiche d'eux, coupa Piccolo, tout ce qui 'importe c'est que mon ennemi est maintenant loin d'ici.

Piccolo se leva et enfila son habituelle armure à cape blanche ainsi que son casque. De son point de vue immédiat il n'avait plus d'ennemis sur Terre, cela faisait de lui le plus puissant. Il n'avait plus qu'à prendre son dû. Enfin, il deviendrait le maître de ce monde. Seul Kami pouvait l'en empêcher mais ce vieux débris n'avait, depuis longtemps, plus la force de se battre. Piccolo pouvait toujours l'enfermer grâce au Mafuba si celui ci lui posait problème.

- Et que comptes-tu faire maintenant Piccolo ? Rêgner sur un monde en ruine. D'ici je peux sentir les vies parcourant encore la Terre et...c'est catastrophique.

Kami se plia légèrement en deux sous la douleur. Depuis si longtemps il avait été le gardien invisible et silencieux de ce monde, une sentinelle aimante et appréciant de sentir autant de vie grouiller en dessous de son palais. Aujourd'hui il ne restait plus que des bribes de ce qu'avait été la vie de ce monde, des restes très faibles tentant de survivre à l'annihilation. Ces derniers jours avaient été très contraignants pour lui, obligé de rester sur son palais à vivre chaque mort, sauver son double maléfique et prendre soin de lui.

- Combien reste-t-il d'êtres humains encore en vie, demanda Piccolo alors qu'il se tenait debout dans l'encadrement de la porte.
- Tout au plus un millier, isolés, perdus et morts de peur au quatre coins du monde.
- Nous pourrions les ramener à la vie...
- Pour que tu sèmes la terreur, que tu satisfasses ton désir de gouverner et de destruction, lança Kami en se levant brutalement, je n'hésiterais pas une seconde à sacrifier ma vie pour t'arrêter !

Piccolo ne bougea pas. Il savait qu'il était dans une impasse. Il n'avait aucune utilité à gouverner un monde en ruine, il était un démon mais jamais il n'aurait imaginé anéantir la population toute entière. En utilisant les Dragon Ball il aurait un monde sur lequel régner mais Kami ne le laisserait jamais faire. Ce bougre décrépit préférerait mourir et les emporter tous les deux plutôt que de laisser la Terre à la merci d'un autre tyran. Peu de perspectives s'offraient à lui et aucune ne lui plaisait, sans compter que, en son fort intérieur, le démon qu'il était ne pouvait pardonner au Saiyan la destruction de la Terre et de ses habitants.

- Que pouvons nous faire alors ? Ces monstres sont partis loin d'ici et ont tué où emmené avec eux les seuls scientifiques capables de fabriquer un vaisseau, pesta Piccolo, sans compter que...

Il se tût soudainement, n'appréciant pas du tout ce qu'il était sur le point de dire.

- Tu es trop faible pour te battre contre eux.

D'un coup de poing dans le cadre de la porte Piccolo fit voler en éclat une très large partie du mur, provoquant un tremblement de la structure toute entière. Kami regarda la rage de son acolyte et ne pouvait que le comprendre. Autrefois, alors qu'il ne faisait qu'un avec Piccolo Daimao, il était lui même un grand guerrier et aimait l'idée d'être puissant, de n'avoir aucun rival. En sacrifiant sa part de méchanceté il avait essentiellement gardé ses capacités magiques mais le souvenir du guerrier restait intact.

- Il y a un moyen pour les retrouver, commenta Kami, il y a un vaisseau. Mais toi et moi devons avoir de nouveau une longue conversation à ce propos.

Piccolo se retourna brusquement, levant presque la main quitte à faire parler ce vieil emmerdeur en le bourrant de coup de poings. Mais le démon se calma et revint se poser face à Kami.

- Dis moi tout.

* * *

- Les monstres vous m'écoutez, est-ce que je pourrais au moins être enfermée dans une cellule, je ne supporte pas ce type, tempêtait Bulma à l'adresse de ses geôliers.

Les deux Saiyans qui gardait la cellule de la jeune scientifique ne lui accordèrent même pas un regard, continuant leur étrange jeu de dés. Bulma les foudroya du regard avant de revenir s'asseoir dans un coin de la cellule, aussi loin qu'elle pouvait du Dr Gero. Leur cellule était plus confortable que celle de Son Goku et plus ressemblante à celle sur Terre. Chacun avait un lit et une sorte de table de chevet. Pas de grille laser pour eux mais de bons vieux barreaux à l'ancienne faits dans le même alliage que les menottes du héros. Face à eux un espace assez grand où l'on pouvait apercevoir d'autre cellules entièrement vides. Au centre une simple table à laquelle les Saiyan discutaient ou jouaient à divers jeux, pariant des sommes dans une monnaie inconnue. Derrière eux une sorte de buffet où il se servaient sans vergogne, sans se soucier de leurs prisonniers dont l'appétit n'était pas vraiment satisfait.

- Vous vous fatiguez pour rien mademoiselle Brief, annonça Gero, ces créatures sont aussi bornées que douées dans leur travail.
- Je ne vous ai pas sonné vous le scientifique fou, ne croyez pas que je vais oublier de si tôt tous les problèmes causés par l'armée du Ruban Rouge !
- Vous me blâmez pour des choses que je n'ai pas commis, je n'étais que l'un des scientifique de l'armée, pas un soldat, ironisa-t-il.
- Arrêtez votre cirque une seconde, je vous connais depuis longtemps vieux fou, mon père m'a parlé de vous...

Bulma s'arrêta là un instant en repensant à la mort de son père de la main de ces monstres. Sa mère, Yamcha, tous ses amis étaient morts et elle était en chemin vers une planète inconnue remplis de Saiyans. Mais la femme forte qu'elle était avait décidé de ne pas se laisser abattre, Goku était encore en vie et à bord du même vaisseau. L'espoir était encore permis et si lui, Gohan et elle arrivait, d'une manière ou d'une autre, à revenir sur Terre, elle se jura de faire tout son possible pour reconstruire le monde et aider ses habitants.

- Je sais tout de vos « travaux scientifique », vous avez été rejeté par la communauté de la science pour vos idées folles et vos pratiques sur des cobayes humains encore vivants !
- Vous êtes tellement limitée dans votre vision, je suis un visionnaire, un homme qui voit dans la machine un futur, une manière de prolonger sa vie, voir d'atteindre l'immortalité !
- Vous vivez dans un conte de fée mon pauvre ami !

Bulma fit soudain la moue et se coucha sur son lit plus énervée encore qu'elle ne l'était auparavant. La situation était ainsi, enfermée avec un fou, dans un vaisseau spatial rempli de guerriers fous, l'emmenant vers une planète de fous. Pourquoi avait-il fallu qu'elle soit à la fois belle et intelligente, pourquoi les Saiyans s'étaient-ils intéressés à la technologie des capsules. Pendant une seconde elle aurait souhaité mourir avec les autres. Mais cet état d'esprit n'était pas le sien, elle voulait vivre, peu importe les ténèbres du futur à venir ! Maintenant qu'elle y pensait, qu'ils emmènent Goku et Gohan c'était une chose, les Saiyans cherchaient des guerriers apparemment...et Goku et Gohan étaient des Saiyans eux aussi. Ce point là la turlupinait, mais son esprit pratique ne pouvait nier les faits. Ceux qui étaient venus sur Terre et tous ceux qu'elle avait croisé sur le vaisseau partageaient le même genre d'attribut que Goku et son fils. La queue, les cheveux, l'appétit à en juger comme ils pillaient le buffet régulièrement, et l'attrait féroce du combat. Goku était donc, comme l'avait dit son « père » un Saiyan lui aussi, envoyé d'une autre planète quand il était tout petit. C'était invraisemblable, comment Goku, le protecteur de la Terre pouvait appartenir à la même race que ces démons. Pourtant, les preuves étaient là, et elles étaient irréfutables. Maintenant elle, bien évidemment les capsules et leur technologie. Mais que voulait en faire les Saiyans ? Ils avaient des vaisseaux spatiaux capable de traverser l'univers à une vitesse incroyable, des appareils permettant de calculer la puissance d'un adversaire ! Bon dieu pourquoi avait-il besoin de rapetisser des objets ! Mais lui, le Dr Gero, que faisait-il là ?

- Pourquoi ils vous ont emmené, demanda Bulma brutalement.
- Je crois qu'ils sont intéressés par mes créations, mes androïdes, mes cyborgs.
- Et pourquoi ça ?
- L'un de mes prototypes a tué l'un des leurs.

Bulma se releva soudainement, comment ça tué un des leurs ? Ce vieux fou avait créé une machine assez puissante pour se battre contre ces monstres. Gero remarqua qu'elle le regardait avec beaucoup de questions. Il émit un rire faible mais sincèrement amusé.

- Oh je sais ce que vous pensez, oui je suis capable d'un tel prodige, je vous l'ai dit mademoiselle Brief, je suis un visionnaire.
- J'ai peur de connaître leurs intentions, je pense qu'ils veulent vous utiliser pour fabriquer plus de machines...pour une armée, ils ont parlé d'une armée.

Gero se renfrogna soudainement, il parla de nouveau mais plus pour lui même qu'autre chose.

- Je ne m'abaisserais jamais à construire une machine pour eux, jamais ! J'ai beau être, selon vos standards, un monstre moi aussi, je n'en reste pas moins un habitant de la Terre. Si mes plans avaient réussi autrefois j'aurais gouverné le monde, je ne l'aurais pas détruit.
- Vous les méchants et votre mégalomanie, conquérir le monde, ironisa Bulma.
- Vous pouvez dire ce que vous voulez mademoiselle Brief, mais je vous assure que, si j'avais eu un peu plus de temps, j'aurais finalisé mes androïdes et rien ne les aurait arrêté...même lui.

Bulma pensait se tromper, mais à la fin de la réplique de son partenaire de cellule, elle avait cru discerner une pointe de tristesse. Encore une fois le Dr Gero se parla plus pour lui même que pour une quelconque audience.

- C-16 n'était qu'un prototype très loin d'être achevé, j'ai dû le réveiller pour me défendre mais c'était trop tôt, beaucoup trop tôt...une fois terminé il aurait été dix, non, cent fois plus puissants que les Saiyans !

La jeune femme ne crut pas un instant les mots du docteur mais il semblait capable de créer des androïdes aux capacités remarquables. Au fond, pensa-t-elle, c'était une honte qu'un aussi brillant intellect serve des causes aussi sombres. Mais aussi dangereux soit-il, comme elle, il ne semblait pas porté les Saiyans dans son cœur. Peut-être, et bien « peut-être », pouvait elle profiter de sa rancœur afin de faire avancer les choses dans son sens. Rien n'était certain, mais elle allait mettre chaque parcelle de son intelligence à la réalisation de son désir, fuir et rentrer sur Terre avec Son Goku et Son Gohan.

* * *


Gine regardait l'enfant endormi face à elle. Elle devait l'admettre, ce rejeton mi Saiyan mi humain avait des traits semblables au sien. Il émanait de son visage une douceur naturelle peu commune chez ceux de la race des guerriers. Gine elle même, plus jeune, bien qu'ayant toujours été une Saiyanne convaincu avait cette forme de douceur dans le visage qui fut la cause de nombreuses railleries. Le petit Son Gohan, puisque c'était apparemment son nom, dormait paisiblement au sein d'une cellule adaptée pour les petites créatures, ou dans ce cas, un enfant. C'était la première fois qu'elle venait ici depuis le début du voyage, comme pour se rassurer, pour vérifier que ce n'était pas réel. Mais cela l'était. Cette vermine était sans aucun doute un Saiyan, et son petit fils.

Les analyses n'avait montré chez lui aucun réel potentiel, sa puissance de base avoisinant les 3 unités. Mais lorsqu'il se mettait à pleurer, éprouvait une grande peur, elle montait rapidement en flèche sans qu'il ne sache ni la maîtriser, ni l'utiliser. Le pic observé depuis sa capture était de 843 et elle pouvait encore augmenter. A croire que cette engeance était douée sans le savoir, qu'il pourrait, avec de l'entraînement, surpassé les meilleurs. Il avait fallu à Radditz des années pour atteindre les 1200 unités et ce petit l'avait fait, sans même s'en rendre compte, en moins de cinq ans.

Aussi dégoûtée soit-elle par son existence même, Gine ne pouvait s'empêcher d'être intriguée par ce métis aux capacités surprenantes. Elle était né avec une puissance assez basse elle aussi et s'était hissée péniblement aux alentours des 1800 faisant d'elle une guerrière tout juste adhérent à la seconde classe. Cependant c'est son intellect qui primait et ses prouesses, en particulier dans l’étude des autres espèces et de leur technologie, lui avaient permis de se hisser au rang du conseil scientifique de la planète Vegeta. Par conséquent, son intérêt pour le petit était purement scientifique, elle voulait comprendre ce qui le rendait si fort. Qui y'avait-il dans son organisme, son ADN ou même son génome qui lui permettait d'être aussi fort. Le laboratoire du vaisseau n'était pas suffisant, il fallait attendre d'être arrivé. Encore un mois de trajet. Les capsules de Baddack et des autres arriveraient à destination quelques jours avant eux...elle comptait sur son homme pour faire un rapport complet au Roi et préparer le terrain pour l'arrivée des « acquisitions » de la planète Terre.


(Désolé pour le double post. Enjoy. :) )
SSJ Writer
 
Messages: 26
Inscription: Mar Août 21, 2018 19:56

Re: Les Chroniques du Peuple Saiyan

Messagepar Lalilalo le Ven Août 24, 2018 13:30

Pas de problème, les doubles-posts sont autorisés dans les fanfictions pour justement permettre de bien séparer les chapitres.

(Bienvenue accessoirement).

J'ai lu le premier chapitre, il est pas mal, j'ai juste été perturbé par le fait que les Pods puissent faire du bruit… dans l'espace.
Batroux a écrit:
Bon Ok...

Lalilalo avait raison, j'avais tort.


Avatar de l’utilisateur
Lalilalo
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 2961
Inscription: Ven Oct 22, 2010 15:18

Re: Les Chroniques du Peuple Saiyan

Messagepar SSJ Writer le Ven Août 24, 2018 14:04

Merci à toi Lalilalo. :)

Oui si l'on s'en tiens à la science, effectivement normalement on n'aurait droit qu'à un grondement très sourd, plus une simple vibration en fait.
Mais j'ai toujours eu ce souvenir de l'anime avec les Capsules produisant ce sifflement très particulier tandis qu'elles traversaient l'espace. C'est l'effet que j'ai voulu retranscrire. ^^
SSJ Writer
 
Messages: 26
Inscription: Mar Août 21, 2018 19:56

Re: Les Chroniques du Peuple Saiyan

Messagepar SSJ Writer le Dim Août 26, 2018 1:34

III . Entrevues entre les puissants.

A chacun de ses pas sa longue tresse se balançait dans son dos. Sa haute taille et sa carrure imposante ajoutait à la superbe de sa peau bleu clair et de sa chevelure vert émeraude. Il avait pour l'occasion enfilé sa plus belle armure, ses brassards roses et ses jambières bleus ainsi qu'une grand cape blanche. Pour compléter sa panoplie, deux boucle dorées ornait ses oreilles ainsi qu'une diadème en argent serti d'une fine pierre rouge. Tel était l'étalage de la richesse et de l'importance de ce personnage, telle était la prestance de cet homme, tels étaient les avantages de la garde personnelle de l'empereur Freezer. Zarbon se trouvait beau, se savait beau et n'hésitait pas à en jouer. Il était de son devoir de s'accaparer de ses meilleures atouts lors de cette visite diplomatique sur la planète Vegeta. En aucun cas il ne s'agissait là de respect, mais un moyen pour lui de montrer à l'arrogant Roi Vegeta qu'il lui était supérieur.

Il était escorté de deux hommes de sa troupe personnelle. L'un était un alien à la peau orange et recouverte de petits picots. Il n'arrivait qu'aux épaules de Zabon mais possédait une musculature sur-développée. Son visage tout comme son crâne était dépourvu de pilosité mais ses imposantes arcades sourcilières étaient bardées de petites cornes blanches. Cachés par la taille de ses arcades, deux petits yeux gris aux pupilles noires. Il n'avait pas de nez à l'exception d'une simple fente lui barrant horizontalement le milieu du visage. Enfin pour finir une bouche tout ronde qu'il semblait incapable de fermer et laissait apercevoir une rangée de fines dents en pointes. L'autre était un colosse, dominant Zarbon de deux bonnes têtes. Celui ci avait une musculature assez fine et longiligne mais sa taille à elle seule avait de quoi impressionner. Il avait une peau grise tachetée de blanc au niveau des jambes et des avant bras. Une masse de cheveux blancs noués en chignon serré ornait un visage presque humain aux sourcils blancs, aux yeux bleus et au nez fin. Le bas de son visage était masque par une sorte de masque à oxygène. Ces deux gardes du corps de l'envoyé de Freezer portaient tout deux la même armure à bretelle. Elle était blanche pour sa majeure partie, hormis les bretelles qui étaient noires. En dessous une combinaison grise se terminant en slip et une paire de botte entièrement blanche. Tels étaient les hommes de confiance de Zarbon, Manji le colosse gris et Zinarut le fou orangé. Zarbon avait un niveau suffisant pour se défendre, il était après tout plus puissant que le Roi Vegeta lui même. Mais chaque visite sur cette planète était sujette à tensions et discordes, si l'envoyé de Freezer n'y prenait pas garde, ces macaques pouvaient tous se ruer sur lui. Mais Manji et Zinarut étaient assez forts pour tenir tête aux soldats de Première Classe de ce monde, on ne tenterait pas de se battre contre eux à moins d'être prêt à mourir.

Lui et ses hommes traversaient un long couloir au bout duquel les attendaient deux Saiyans à l'apparence bien trop similaire pour être décrite. Aux yeux de Zarbon ces macaques se ressemblaient tous et un seul, à l'heure actuelle, était digne d'intérêt. Sans leur demander la permission, Zinarut ouvrit la grande porte qu'ils gardaient et entra dans la pièce la plus somptueuse du palais royal. C'était une pièce assez sombre éclairée seulement par des braseros produisant d'étranges flammes bleus. Au milieu s'étendait un long tapis rouge qui terminait sa course au pied des marches du trône. Celui ci était très grand, taillé dans un immense bloc de marbre et garni d'épais coussin rouge pour plus de confort. Le reste de cette immense pièce comportaient une série de colonnes gravées et ornées de banières finement cousues. Sur le trône siégeait le Roi Vegeta, reconnaissable entre tous. Il arborait une armure blanche et épaulettes noires par dessus une combinaison noire qui lui recouvrait tout le corps. Il avait couvert ses mains et ses pieds de gants et de bottes gris sombre. Deux boutons en or disposés à la base des épaulettes tenaient derrière lui une longue cape rouge sombre.

Zabon fit un tour de la salle du regard, le roi des singes s'était bien entouré pour cette entrevue. Juste à sa gauche, l'ancien Roi Vegeta et père de l'actuel. Peu importe les années, c'est à peine si il semblait avoir vieilli, et il portait toujours son hideuse moustache et sa ridicule barbe. Il n'était peut-être plus roi, mais à l'exception de la cape qu'il avait cédé à son fils, il avait gardé des attributs vestimentaires dignes du Roi. A coté de lui, Abergia, la femme Saiyan la plus puissante de la planète. Ses cheveux noirs étaient assez longs, reliés en queue de cheval par un nœud rouge. Elle avait une peau très blanche ce qui faisait encore plus ressortir la noirceur de ses yeux et de ses cheveux. Elle avait à peu près la même taille que le roi, une musculature assez imposante pour une femme et une quasi absence de poitrine. Son visage était en revanche assez harmonieux et adroitement sculpté, de ses sourcils fins, aux yeux en amandes, en passant par un nez aquilin et une bouche aux lèvres roses et légèrement pincées. Elle portait elle aussi une combinaison intégrale rouge clair, complétée d'une jupe blanche. Pas de gants pour elle mais des brassards blancs, tout comme ses bottes à l'exception de leur pointe de la même couleur que sa combinaison. Pour finir elle portait une armure blanche en forme de bustier, et tenue par une seule bretelle sur son épaule gauche. Enfin à sa droite, les jumeaux Topinabo et Belito. Tout deux étaient assez grands et costauds, au moins autant que Zabon lui même. Ils avaient une coiffure en brosse, droite et épaisse garnie des pics caractéristiques de leur race. Le même visage assez anguleux, ce même nez légèrement retroussé et cette même tâche de naissance au dessus de l'oeil gauche. Quoique la légende voulait que l'un se soit lui même brûlé la peau pour que ne puisse pas le différencier de l'autre. Tout deux arboraient une combinaison bleu se terminant en short et couvrant leurs bras jusqu'au coude. Une armure blanche aux épaulettes jaunes, des brassards noirs et des bottes blanches complétaient leurs vêtements.

Zabon fut légèrement impressionné, Vegeta avait simplement rassemblé ses meilleurs guerriers pour l'entrevue. Dans une telle situation il s'en sortirait bien évidemment indemne mais Manji et Zinarut pourrait y laisser des plumes...mais après tout ils étaient là pour ça !

- Le seigneur Freezer doit se sentir seul sans toi Zarbon, lança subitement Vegeta.

Comme à son habitude le jeune roi était arrogant et provocateur. Zarbon n'avait jamais apprécié ça chez lui, appréciant bien plus la nature plus docile de l'ancien roi. Cependant, depuis longtemps déjà Freezer semblait apprécié le jeune Saiyan. Déjà autrefois l'empereur du froid avait reconnu chez le jeune Vegeta une volonté et une ambition semblable à la sienne, sans compter que, comme à l'image de Freezer, Vegeta n'avait aucun autre rival autour de lui. Tout deux régnaient de façon suprême sur leurs sujets. A de rares occasions, l'empereur s'amusait même parfois de l'indocilité du Saiyan, un être aussi faible faisant preuve d'autant de caractère était source de plaisir pour lui. Oh bien entendu Freezer considérait Vegeta, un macaque indiscipliné tout juste bon à faire la guerre. Mais à l'instar d'un jeu malsain du chat et de la souris, Freezer prenait grand plaisir à voir ce petit Saiyan grappiller ce qu'il pouvait de pouvoir et d'influence tout en restant sous son joug.

Zarbon ne partageait pas cet état d'esprit. Il était de ceux qui, il y a longtemps déjà, bien que considérant les Saiyans comme une force armée utile et rentable, les voyaient comme une menace. Peu nombreux à la base et trop occupés par les guerres, les Saiyans ne s'étaient reproduits qu'en petit nombre. Mais depuis leur intégration dans l'Empire du démon du froid et particulièrement depuis le couronnement du jeune Vegeta, les Saiyans vivaient une ère de paix. Quand ils n'étaient pas en train de conquérir des planètes ils se retrouvaient ici et se reproduisaient sans discontinuer tels les sauvages qu'ils étaient. Aucun d'entre eux ne possédaient un grand potentiel, mais leur nombre devenait de plus en plus inquiétant. En son for intérieur il aurait préféré assister à la destruction de la planète Vegeta quelques 24 ans en arrière comme cela avait été envisagé. Mais Freezer en avait jugé autrement, confiant en sa capacité à tous les anéantir, peu importe leur nombre, si ils venaient à se rebeller.

- Je te remercie de t'inquiéter du bien être de mon maître Vegeta, tu seras ravi d'apprendre qu'il est entre de bonnes mains, annonça Zarbon tout en s'avançant, sans compter que Doria est toujours à ses cotés.

En réalité Freezer serait très certainement venu lui même si il n'avait pas eu à répondre à une demande de son père, le tout puissant Roi Cold. Freezer n'avait pas partagé avec ses hommes la raison de cette entrevue avec son père, mais il avait envoyé Zarbon sur la planète Vegeta pour rêgler quelques petites affaires.

- Mon maître s'inquiète de la lenteur des rapports venant de ta planète, quand est-il de l'élimination des rebelles Bosan, de la conquête de la planète Del'Fzir, de la planète Quaterma, et des patrouilles Saiyan autour des frontières Nord de l'Empire ?

Zarbon marqua là une pause, remarquant aussitôt que Vegeta ne semblait pas un instant secoué par l'étendue des retards.

- La liste est encore longue même si elle ne concerne pour la suite que des simples questions économiques ayant moins d'importance, mais le fait est là...tenteriez vous de nous cacher quelque chose ?

Encore une fois Vegeta ne montra aucun signe d'inquiétude. Un sourire en quoi il fit un signe de la main à son père qui lui apporta une petite pile de dossiers. Le roi lui même se leva et apporta les papiers à Zarbon. Face à face on pouvait bien voir que l'alien dominait le Saiyan de par sa taille et pourtant Zarbon avait l'impression que c'était lui que l'on regardait de haut lorsqu'il plongeait ses yeux dans ceux de Vegeta.

- Tout est ici Zarbon, fit Vegeta en lui tendant les papiers, nous sommes des guerriers, pas des bureaucrates, la paperasse nous prend du temps surtout si l'on considère l'ampleur des tâches demandées par Freezer.
- Le SEIGNEUR Freezer, répondit Zarbon en insistant, a le droit de vous donner tout le travail qu'il souhaite. La réalisation de ceux ci ainsi que des rapports doivent passer avant toutes autres considérations.

Vegeta regarda un instant avant de finalement lui tourner le dos et de retourner s'installer dans son trône. Il prit alors une attitude encore plus ennuyée avant d'annoncer.

- En ce cas tu diras au SEIGNEUR Freezer que j'ai reçu des rapports tout frais concernant les plus récentes affaires. Les planètes jumelles Al'Lyu et Il'Lyu ont été conquises pas plus tard qu'hier, mes hommes sont déjà sur le trajet retour. Les combats pour la prise de la Lune de Suol viennent de commencer ainsi que ceux sur l'usine astéroïde du Directeur Awaka. Concernant les patrouilles nous avons envoyé trois unités de plus comme prévu à la frontière Est, et pour le volet économique comme tu l'as si bien dit, c'est de moindre importance.

Zarbon se renfrogna à l'idée de ne pouvoir blâmer Vegeta plus amplement. Son rapport était simple, concis et exemplaire, d'autant plus qu'il concernait les toutes dernières affaires en date. Il n'avait même pas besoin de jeter un coup d'oeil aux papiers qu'il avait à la main pour savoir qu'ils étaient tout aussi solides.

- Freezer ne supportera pas un nouveau retard de ta part Vegeta, tu devrais faire attention à ton attitude.

Zarbon tourna le dos sans saluer le roi, il n'en avait pas l'obligation et encore moins l'envie. Maudit soit le jour où ce Saiyan avait pris la couronne. Il quitta la salle du trône totalement humilié, il pensait arriver ici et semer la peur et la confusion dans l'esprit de ces singes mais s'était retrouvé face à un homme totalement préparé. Le pire dans l'histoire serait la réaction de Freezer ! Zarbon connaissait bien son maître et le voyait déjà rire doucement de l'audace du Saiyan tout en félicitant l'efficacité de son travail avant d'ajouter une menace si jamais un retard venait à se reproduire. Mais le bel alien savait que ce n'était qu'une menace de plus car Freezer ne considérait que l'utilité des Saiyans et non le reste. La colère grondait en lui tandis qu'il rejoignait son vaisseau.

- Ces Saiyans mériteraient qu'on les anéantisse, pas vrai maître Zarbon, marmonna Zinarut tout en produisant un sifflement par les fentes lui servant de narines.
- Ça viendra Zinarut, j'en fais la promesse !

* * *


Vegeta regarda d'un air grave la porte se refermer derrière Zarbon. Ils avaient été chanceux cette fois ci mais les travaux demandés par Freezer prendraient de nouveau du retard. Il lui été impossible d'assemblé et de préparer une armée dans le plus grand secret tout en suivant le rythme imposé par le démon. Il manquait cruellement d'hommes depuis qu'il en avait envoyé aux quatre coins de l'univers à la recherche des enfants Saiyans envoyés sur d'autres planètes.

- Nous serons bientôt découverts mon fils, déclara Vegeta premier du nom.
- Je le sais bien, répondit le roi, mais nous ne pouvons pas nous le permettre, pas encore.
- C'est pourtant ce qui nous pend au nez, ironisa Topinabo, nous n'avons aucune chance si ce n'est de mourir au combat.

Vegeta se leva soudainement, frappant violemment Topinabo à l'abdomen ce qui mit ce dernier à genoux en un instant.

- Je le sais pauvre imbécile, ne crois-tu pas que j'y ai déjà songé, je pense à cette révolte, à notre guerre depuis si longtemps que je n'étais pas encore Roi à l'époque, ne crois-tu pas que j'ai déjà envisagé tous les scénarios possibles, hurla presque Vegeta.

Un silence perturbant s'installa de nouveau dans la salle du trône, personne n'aurait osé ajouter quoi que ce soit. Surmontant la douleur, Topinabo se releva sous le regard inquiet de son jumeau. Le Saiyan de nouveau sur ses jambes s'inclina face à Vegeta.

- Pardonnez moi mon Roi si je vous ai offensé.

Vegeta lui adressa un regard en grognant quelques mots indescriptibles avant de s'en retourner sur son trône. Il posa son menton sur ses mains jointes.

- Jusque là nous avons réussi à tromper la méfiance de Freezer et nous devons continuer à le faire. Par chance nos expéditions pour récupérer les enfants Saiyans seront bientôt terminées ce qui nous laissera plus d'hommes pour s'en tenir à l'agenda de ce monstre...j'ai bien fait de mettre fin à cette tradition idiote.

Vegeta, peu après son accession au trône avait décidé de ne plus envoyer les jeunes guerriers trop faibles sur d'autres planètes. Il n'avait pas plus d'estime pour eux qu'avant, préférant ne pas s'encombrer d'hommes aussi faibles, mais il avait choisi de le faire. Le plus important dans les combats à venir était le nombre d'hommes et malgré tous les efforts accomplis depuis ces dernières années, l'armée de Freezer les dominait facilement à 20 contre 1.

- Combien reste-t-il de corps d'expédition, demanda Vegeta.
- Celui de Fenil vient d'arriver sur la planète Darem à la recherche de sa nièce, Ceresia. Artikadus et son équipe ont retrouvé Protiro sur la planète Havana, mais le combat prend du temps, Protiro est selon eux juste devenu complètement fou, énonça Abergia, l'équipe de Noxis vient de repartir, malheureusement son fils Taruffa semble avoir été tué par les autochtones il y a bien longtemps.

Vegeta grommela, même un seul guerrier en moins était une lourde perte.

- Et ensuite, demanda-t-il brutalement.
- L'équipe de Baddack sera bientôt de retour de la Terre, ils ont réussi à capturer son fils, Kakarotto...selon leur dernier rapport ils ont aussi fait l'acquisition de technologie intéressante et d'un métis.
- Un métis, demanda subitement l'ancien Roi.
- Il semble que le fils de Baddack est perdu la mémoire lors de son arrivée sur Terre et se serait pris pour un Terrien pendant des années, expliqua Abergia, il aurait pris une femme, une Terrienne et aurait enfanté un rejeton métis.
- Mais pourquoi le ramène-t-il, demanda Belito, nous n'avons pas besoin d'un être humain.
- Selon Baddack, le métis possède une très grande force qu'il ne contrôle pas encore ainsi qu'une queue. Selon lui il est plus un Saiyan qu'un humain.

Vegeta restait pensif. Depuis qu'il avait demandé le retour des guerriers en missions solitaires il obtenait toujours le même genre de résultat. On mettait la main sur eux, parfois avec un semblant de jugeote, parfois plus à l'état d'animal que d'homme. Quoiqu'il en soit, une fois rapatriés, on commençaient leur rééducation et cela se déroulait généralement sans accroc. Mais le rapport de la planète Terre était de loin le plus surprenant.

- Nous inculquerons à ce Kakarotto qui il est, quitte à tuer le Terrien qui est en lui à coups de poings, commenta Vegeta, en ce qui concerne son fils...nous verrons ce dont il est capable.

Autrefois, encore enfant, le Roi aurait certainement demandé l'élimination de Kakarotto pour sa traîtrise et de son engeance, cette erreur de la nature. Il n'avait pas grandi pour être moins cruel, mais tout du moins pour être plus sage. Il comptait bien tirer parti du moindre avantage même si cela demandait des efforts. Vegeta se sentit soudainement fatigué de ces histoires, de la politique et des rapports de missions.

- Retirez vous, ce sera tout pour aujourd'hui, que l'on me prévienne lorsque Baddack et Nappa seront de retour.

Topinabo encore chancelant, Belito et Abergia firent face au trône, s'inclinèrent et se retirèrent discrètement. Seul l'ancien roi resta aux cotés de son fils. Ayant posséder ce titre et celui de premier conseiller aujourd'hui, cela lui donnait des privilèges que les autres n'avaient pas.

- Je suis fier de toi mon fils, jamais je n'aurais eu l'ingéniosité, ni même le courage de mettre en place tout ce que...
- Je n'ai pas besoin de ta fierté, j'ai besoin de conseils, coupa Vegeta, j'ai besoin de l'homme qui a un jour mené la guerre contre les Tsufuls, j'ai besoin de ce général.

Personne n'avait oublié comment, encore jeune, Vegeta, un guerrier exceptionnellement fort s'était élevé en tant que chef parmi les Saiyans. A la fois fort mais aussi brillant tacticien, il avait mené son peuple au combat contre la civilisation plus avancée des Tsufuls, sur le point de gagner la guerre. Les exploits de Vegeta avaient permis au Saiyan de remporter la guerre. La planète Plant devint la planète Vegeta, la technologie Tsuful devint la technologie Saiyanne et Vegeta devint Roi, le premier du nom. Il n'avait beau plus être Roi, il était difficile pour un tel homme d'être oublié.

- Tu es sur le point de mener une guerre sans commune mesure avec celle que j'ai mené, et nos ennemis sont cette fois beaucoup plus puissants et mieux organisés.

L'ancien roi se mit à faire les cent pas devant le trône de son fils, tripotant le bout de sa barbe d'une main, l'autre plaquée contre son ventre.

- Sans parler de Freezer dont la puissance est sans égal, ses gardes du corps, Zarbon et Doria sont eux aussi redoutables. Mais le pire reste l'élite de l'armée du démon, le commando Ginyu, lista Vegeta, et tous sont plus forts que toi mon fils.
- Je sais, fit Vegeta blessé dans son estime, et tu oublies qu'il y a aussi un grand nombre de simples soldats dans leur armée dont le potentiel est aussi dangereux, comme ce Kiwi...

Le père et le fils se regardèrent un instant, tout deux bien conscients du fait que, peu importe les préparations, le combat était très loin d'être gagné. Mais Vegeta se leva soudainement, une expression farouche dans le regard. Il se tint très droit, le bras droit le long du corps et frappa son torse de sa main gauche.

- Mourir en guerrier !
- Mourir en guerrier, répéta son père en imitant la posture et le geste de son fils.

* * *


L'immense vaisseau survolait une planète à la surface étrangement jaune. Deux visages regardaient la planète à travers le massif hublot de la salle panoramique. La salle était quasiment vide à l'exception d'un immense siège. L'un des deux occupants était un immense alien à la peau violette, une tête au crane bleu et aux excroissances blanches ornées de deux immenses cornes noires. Il portait une armure reprenant la couleur de son crâne, agrémentée d'une cape bleu nuit. A ses côtés, comme paresseusement installé dans un siège volant, un bien plus petit être aux attributs physiques quasi semblable à ce si près que l'un semblait être adulte, et l'autre un simple enfant. C'étaient eux, les plus grandes menaces de l'univers, les deux êtres les plus puissants, le Roi Cold et l'Empereur Freezer.

Tous deux restaient à admirer la planète lorsque soudainement, la surface de celle ci se craquela soudainement laissant échapper de telles volutes de fumées et de lave que le désastre était visible depuis l'espace. Lentement, mais sûrement, la planète fut entièrement recouverte d'explosions, les fissures ses multiplièrent, le manteau de la planète se soulevait. Soudainement, dans un éclair de lumière aveuglant pouvant être discerné à des milliards de kilomètres, la planète explosa. Les deux tyrans n'échangèrent aucun mot durant tout le long du spectacle, ils ne clignèrent pas une seule fois des yeux lorsque la lumière de l'explosion sembla embraser tout l'espace. Leur vaisseau fut violemment secoué par l'onde de choc, et malgré le son des alarmes retentissant ils ne bronchèrent pas. Ce n'est que lorsque la lumière se dissipa et qu'il ne restait à travers le hublot que d'immenses rochers et un gigantesque tourbillon de poussière là où s'était trouvée la planète que Cold réagit enfin. Il tourna simplement le dos à la scène, un air satisfait sur le visage.

- C'en est fini des rebelles Daragoniens.

Il alla s'asseoir dans l'immense siège qui se trouvait être le sien et s'installa, apparemment très ennuyé. Freezer dirigea son fauteuil vers son père.

- Père, tu ne m'as pas fait venir ici uniquement pour assister à la destruction de ces faibles, pas vrai.

Cold regarda son fils, à peine plus impressionné par la destruction de la planète qu'il ne l'était lui même.

- Non. Mais je tenais à partager ça avec toi, prends en bonne note, voilà le sort que nous devons toujours réserver à ceux qui s'opposent à nous.
- Alors de quoi s'agit-il ?

Le regard de Cold se durcit face à son fils, ce simple changement d'attitude suffit à faire courir un frisson dans le dos de Freezer.

- Je tenais à te voir seul à seul pour te parler de ton entêtement...
- Mon, mon entêtement, fit Freezer assez surpris, comment...
- Plus les années passent et plus tu nourris l'animal qui finira par te mordre, c'est une obsession que je ne comprends pas et il est grand temps qu'elle cesse.

Le jeune démon ne savait quoi répondre tellement il était abasourdi. Son père avait toujours été de son coté, toujours à le soutenir. Cold avait même autrefois cédé une partie de son empire à Freezer afin que celui ci puisse construire le sien. Jamais il ne l'avait grondé, et rien ne faisait plus peur au démon du froid que de s'attirer la colère de son père.

- De quoi veux-tu parler ?
- Des Saiyans, encore les Saiyans...je ne comprend pas pourquoi, pourquoi alors que tous te conseillaient de les anéantir il y a plusieurs années tu as décidé de les laisser vivre.

Les Saiyans, Freezer était certainement le seul dans cet univers à ne pas avoir de problème avec eux. Mais depuis qu'il avait annexé leur planète et fait d'eux une force de sa propre armée, il n'avait reçu qu'un seul conseil, les détruire. Il avait décidé autrefois, main dans la main avec l'ancien Roi Vegeta, de leur laisser une part d'autonomie à la condition qu'il conquiert des planètes pour lui. Depuis tous ce temps jamais une seule fois ils n'avaient failli à la tâche, et à ce jour, un bon quart de son empire était le fruit des conquêtes Saiyannes. L'ancien Roi Vegeta ne se serait jamais opposé à lui, trop intelligent pour comprendre qu'il n'avait aucune chance. Même depuis l'avènement du jeune Vegeta les choses n'avaient que peu changées. Certes ce Vegeta était plus arrogant et moins docile que son père, mais les résultats étaient toujours là.

Du point de vue de Freezer les Saiyans, bien que répugnants étaient à la fois utiles et amusants de par la simplicité de leur mentalité et leur efficacité au combat. Eux si certain d'être la race des plus puissants guerriers de l'univers, il s'était donné un malin plaisir de leur rappeler que ce n'était pas le cas. Il lui plaisait de voir danser Vegeta dans la paume de sa main tandis qu'il le nourrissait des miettes de son empire. Et si jamais les choses venaient à se compliquer, il anéantirait la planète à l'image de Daragonia. Il fut presque énervé d'entendre son père aborder ce sujet.

- Je contrôle les Saiyans aussi bien que le reste de mon empire, ils me sont loyaux et...
- Tu les contrôles, marmonnant Cold entre ses dents.

Ne lâchant pas son fils des yeux, le roi fit gronder son énergie autour de lui n'améliorant pas l'état de son vaisseau.

- Si tu crois pouvoir contrôler les Saiyans, tu es un imbécile !

Freezer en resta bouché bée, sans compter qu'il n'aurait jamais osé répondre quoi que ce soit compte tenu de l'énervement apparent de son paternel. Tous savaient que les démons du froid étaient puissants, ils n'avaient aucun rivaux. Le démon du froid lui même était certain de sa propre force, que ce soit sous cette forme, où les autres. Mais ce qu'il savait aussi, c'était à quel point son père lui était supérieur. Freezer fronça cependant les sourcils, il ne remettrait pas en question son père mais c'était un être d'une autre époque. Il avait déjà tout vu, anéanti tous ses ennemis, son empire était si vaste qu'il restait à peine à Freezer de quoi s'étendre, il craignait tellement peu d'avoir à nouveau se battre qu'il gardait cette forme depuis...aussi longtemps que Freezer se souvenait.

- Je connais les Saiyans depuis bien plus longtemps que toi, à une époque où ils n'étaient guère plus que des singes. Je n'ai jamais croisé de créatures moins civilisés qu'eux, moins indomptables. Ce sont des prédateurs, ni plus ni moins...si je ne les ai pas moi même détruit à l'époque c'est qu'ils n'étaient même pas capable de voyager dans l'espace. - Seuls sur leur caillou je n'avais rien à craindre d'eux...
- C'est encore le cas, ils sont faibles et...
- Le sont-ils ?

La question était rhétorique bien entendu. Cold le savait, et Freezer aussi. Depuis plusieurs années le nombre des Saiyans ne faisaient qu'augmenter, ainsi que leur potentiel. L'accès aux technologies des Tsufuls, ainsi que de l'empire leur avait permis de progresser et de se multiplier. Les Saiyans bénéficiaient de meilleurs outils pour s'entraîner et devenaient chaque jour plus forts. Les caissons de régénération avaient drastiquement diminué le nombre de Saiyans tombés au combat, laissant d'autant plus d'hommes et de femmes pour engendrer une nouvelle génération. Et c'était sans parler de leur capacités naturelles de combat. Un Saiyan frôlant la mort tendait à voir son pouvoir augmenter si il en réchappait. Leurs meilleurs combattants pouvaient même augmenter leur potentiel pendant un combat si celui ci était assez stimulant. Il leur était facile de copier les techniques d'autrui voir de se les accaparer. Et c'était sans parler de leur transformation en Oozaru et de la fameuse légende du Super Saiyan.

- Non père...ils ne le sont pas.

A dire vrai, depuis que Freezer avait annexé leur planète il pouvait affirmer que le potentiel total de toute leur race avait doublé, voir triplé. Et la cadence était encore en augmentation depuis que le jeune Vegeta avait pris le trône. Le véritable danger venant de leur nombre et là encore son père avait entièrement raison, la population Saiyanne était en augmentation. De quelques milliers lors de leur arrivée sur la planète Plant ils étaient aujourd'hui proche des cent mille, et le nombre augmenterait encore. Bien que la majorité d'entre eux soit encore très faible, le classement de leur société avait changé. Pour le peu auquel Freezer s'y était intéressé, il savait que la société Saiyanne était découpée en trois classes selon le niveau de puissance. Lorsqu'il fit d'eux ses mercenaires attitrés, le Roi Vegeta et son fils formaient à eux seuls la Première Classe...elle comptait aujourd'hui une dizaine d'autres guerriers...et encore une fois, la constante augmentait.

- Mais aucun d'eux ne peut nous faire de mal. Vegeta lui même cherchant à s'en prendre à moi serait incapable de faire couler la moindre goutte de mon sang...

Cold regarda son fils, décidément incapable de lui faire comprendre son inquiétude.

- Je ne sais pas si tu es trop sûr de toi où si tu les sous estimes, à moins que ce ne soit les deux.

L'immense alien se leva, revenant admirer le spectacle de la planète en morceaux. D'une voix lourde il annonça enfin, comme une sentence.

- Je t'ai dit autrefois que je ne m'impliquerais pas dans les affaires de ton Empire, que tu devais voler de tes propres ailes, mais il s'agit là de quelque chose que je ne peux laisser passer.

Toujours aussi solennellement et tournant le dos à son fils il continua.

- Je te laisse un an pour que tu comprennes ton erreur et que tu réduises leur planète en cendre à l'image de celle ci...avec tous les Saiyans en même temps...autrement je viendrais moi même m'en charger.

* * *


- Baddack, oy Baddack, réveilles toi.

Le Saiyan ouvrit les yeux, un peu énervé par la voix de Nappa. Ce gorille lui tapait sur le système depuis le départ. Heureusement le voyage s'achevait enfin, la planète Vegeta était presque en vue. D'ici quelques jours le vaisseau de Gine arriverait à son tour.

- Un commentaire à faire Nappa ?

Baddack répondit à l'appel, Nappa ne l'avait pas réveillé par simple courtoisie, d'autant plus qu'il passait par un canal privé.

- Non. Je tenais juste à te dire que maintenant que nous sommes sur le point de rentrer, je reprends ma place. Tu sais ce que ça implique.
- Oui...général.

La communication se coupa là, Nappa devais être satisfait de redevenir l'un des général de l'armée Saiyanne. Baddack lui même ne comprenait toujours pas pourquoi le Roi avait fait ce choix. Au moment du départ il lui avait semblé logique de partir à la recherche de Kakarotto, c'était son fils après tout. Mais lorsqu'il appris que Nappa se joindrait à eux, il s'attendait à le voir prendre le commandement de la mission. Nappa était après tout bien plus fort que lui, l'un des plus puissants guerriers de Seconde Classe pendant des années, un général des armées Saiyannes. Depuis peu il avait même rejoint le rang très privé des Premières Classes. Sans oublier que depuis toujours, il était le garde du corps personnel du Roi. Ce fut donc une surprise pour tout le monde lorsque Vegeta donna le commandement de l'expédition à Baddack. Nappa fut complètement enragé mais jamais il n'aurait désobéi à un ordre du Roi. Il avait donc vidé toute sa frustration sur les habitants de la Terre à tel point que même pour un Saiyan, il avait été assez monstrueux.

Leurs capsules pénétrèrent sur la planète Vegeta sans qu'aucune autre communication ne vienne perturber le voyage. Les six capsules se posèrent presque en même temps sur les plate-formes souples prévues à cet effet. Très vite plusieurs Saiyans s’affairèrent autour des capsules afin de recevoir des guerriers. C'étaient des médecins et des mécanos en grande partie, présents dès l'atterrissage afin de réparer les dégâts qu'ils soient humains ou mécaniques. Baddack fut le premier à sortir, jetant un coup d'oeil à Nappa ayant atterri à ses côtés. Autour de lui, un groupe de guerriers vint aussitôt le féliciter pour son retour et la réussite de sa mission. Hormis le médecin et le mécanicien, il n'y avait personne pour Baddack. Une main lourde se posa pourtant sur son épaule, son plus vieux compagne, Toma.

C'était un Saiyan de haute taille parmi les mieux bâtis. Il avait un long visage rectangulaire se terminant par un menton proéminent. Il possédait des cheveux en brosse épaisse à l'exception d'une mince queue de cheval hérissée nouée en haut de sa nuque. Baddack lui sourit et vit avec joie Selypa et Totapo arrivés derrière lui. Selypa arborait son habituelle coupe à la garçonne et sa tunique rose en dessous d'une armure noire en forme de bustier. Elle portait des genouillères ainsi qu'un collant jaune sur sa jambe gauche, complétant sa tenue avec des gants et des bottes blanches. Totapo était un géant plus grand que Nappa lui même et tout aussi musclé. Une large calvitie sur le haut du crâne révélait trois larges cicatrices sur son front. Ce qui restait de ses cheveux, sur les cotés et l'arrière du crâne, se dressait fièrement en pics épais. Il portait un pantalon de toile bleu et des bottes grises. Le haut de son corps était couvert par une armure à bretelles vertes foncées et des brassards de la même couleur. Ils étaient ses hommes et tous formaient une équipe depuis aussi longtemps qu'il s'en souvenait. Les voir ainsi rentrés tous ensemble sains et saufs chez eux ne lui faisait que ressentir plus encore la douleur de la perte de Pumbukin.

- Pas d'honneur pour nous hein Baddack, plaisanta Toma, on devrait avoir l'habitude pas vrai.
- Une fois ça serait bien, d'avoir des admirateurs, fit Totapo étrangement bougon.

Selypa donna un coup dans les côtes au géant, lui intimant de ce taire.

- Imbécile, comme si on en avait besoin, pas besoin de crétin venus lécher le hublot de notre capsule pour savoir qu'on a fait du bon boulot, laisse ces soi disant honneurs à ce macaque de Nappa.

Baddack rigola doucement de l'ardeur de sa partenaire. Tous pouvaient en effet affirmé que les honneurs n'étaient pas de mises. Leur équipe n'avait jamais combattu pour ça, mais pour se dépasser et gagner des galons par eux mêmes.

- Capitaine Baddack, fit une petite voix proche d'eux.

Baddack se tourna. C'était Celiro, un jeune Saiyan et le page du Roi. Être le serviteur du roi était un honneur mais aussi une épreuve, surtout quand ce roi était Vegeta. Encore trop jeune il ne portait pas d'armure mais à l'instar de son Roi il portait une combinaison noire lui couvrant tous le corps, des gants et des bottes blanches. Ses cheveux formaient une crête épaisse et hirsute au milieu de son crâne. Le petit Saiyan était impressionné par la prestance de ses aînés mais il ne se démonta pas pour autant. Après tout, il avait un message à transmettre.

- Vous êtes appelés dans la salle du trône, le roi veut votre rapport immédiatement.

Baddack fit un signe de tête à ses compagnons et s'empressa de suivre l'enfant. Il faudrait être fou pour faire attendre Vegeta. Non loin de là Nappa avait remarqué le départ de Baddack. De colère il serra tant les dents qu'il put sentir des morceaux d'émail voler en éclat. Pourquoi ce n'était pas lui que Vegeta faisait convoquer ?
SSJ Writer
 
Messages: 26
Inscription: Mar Août 21, 2018 19:56

Re: Les Chroniques du Peuple Saiyan

Messagepar Mirai no Mayo le Mar Août 28, 2018 17:56

Salut !
j'aime bien cette fic : je trouve l'idée de faire interagir Gero et Bulma interessante (l'éthique scientifique, le Ruban Rouge... J'espère des rebondissements ! j'imagine leurs tortueux dilemmes.)


Je suis gênée par deux choses :
-trop de descriptions de vêtements : ça n'est pas très utile à mon sens de décrire des habits sauf si vraiment ils sortent de l'ordinaire ou qu'ils sont important (tu décris des leggings et des plastrons. J'ai pas une connaissance universelle de DB, mais je vois vite ce dont tu veux parler : ils ne portent ni jeans ,ni T-shirt). Par contre si il y en a un qui se met a arborer un béret....

-Le deuxième truc qui me chagrine c'est comment il peut y avoir Végéta et son père en même temps ? c'est vraiment contre le principe de la monarchie. ( je suis bon public et je vais passer la dessus !)

Sinon je ne suis pas une star de l'orthographe, j'ai repéré des fautes (mais honnêtement je m'en fiche tant que l'histoire est sympa).

il faut juste corriger dare-dare celle ci : voire (c'est un adverbe) et voir (c'est un verbe)
Avatar de l’utilisateur
Mirai no Mayo
 
Messages: 24
Inscription: Dim Mars 04, 2018 0:12

Re: Les Chroniques du Peuple Saiyan

Messagepar Gaetan23 le Ven Août 31, 2018 14:38

Salut ! Je viens de lire les quelque chapitres que tu viens de poster et je dois bien admettre avoir été surpris, autant par la qualité de l'écriture que par l'idée du scénario. Je m'attendais à quelque chose de correct tout au plus mais j'ai été agréablement surpris, et j'ai noté ce qui m'a le plus sauté aux yeux:

-Pour commencer, je vais aller droit au but, tu écris bien. J'ignore si tu as écris d'autres fanfic ou un/des roman(s), mais la qualité d'écriture est loin d'être ridicule, encore plus lorsque tu as expliqué au début que tu étais un auteur en herbe. Donc, je ne m'attendais pas à voir une écriture aussi bonne, bien qu'il y ait des petites fautes par ci par là, mais on en fait tous, donc ce n'est pas grave tant que les fautes ne brûlent pas les yeux. Autre point au sujet de la forme, les virgules sont parfois mal placé ou n'existe pas, ce qui peut être gênant dans la lecture, pas de quoi détruire l'expérience, mais c'est un détail à noter, mais là encore, tu débutes (tout comme moi, alors je ne juge pas les petites erreurs).

-Maintenant, pour rentre dans l'histoire, je dois bien avouer que je m'attendais à autre choses de la part du caractère de Gine (et un peu de Baddack/Bardock). Il me semble que tu avais dis que tu ne prenais pas en compte Dragon Ball Minus, hormis pour le personnage de la mère de Goku. Et dans ce cas, j'accepte qu'elle soit OOC, puisqu'il me semblait avant d'avoir ton histoire qu'elle était plus douce et moins... violente. D'autant plus qu'elle n'était pas une guerrière et qu'elle aimait avoir une vie différente des autres saiyans, dans Minus, elle avait un boulot et il me semble qu'elle n'allait pas à la conquête de planètes comme le faisait Baddack. Ce dernier est plutôt bien respecté dans ta fic puisqu'on le sens vraiment saiyan et cruel, mais je m'attendais à ce qu'il soit un peu moins froid avec sa femme, comme dans Minus en fait.

-Après, je suis plutôt content du traitement de Végéta et du peuple des saiyans. Ils n'en peuvent plus d'être commandé par Freezer et ils se préparent à la guerre. Bon point, je les aurais mal imaginé heureux d'être esclave de Freezer. Ici, ton Végéta (le fils et non le padre) est plus sage, comptant sur tous les autres saiyans, même les plus faibles, donc c'est un bon point pour ce personnage. Il est froid, impitoyable et bien préparé mentalement pour affronter Freezer et son armée. Cependant, je me demande bien comment il va le vaincre, sa puissance doit être soit égale au canon ou inférieur, logiquement puisqu'il n'a pas pu combattre et s'entraîner autant que dans le canon lorsqu'il servait Freezer, du coup il ne peut même pas lui donner un coup de poing. Seul solution, attaque surprise et transformation en ozaru, mais là encore, il serait trop faible. Donc la grande question est de savoir comment il va faire pour tuer Freezer, s'il parvient à le tuer, le fait qu'il échoue est très probable.

-Ensuite, passons à Kakarot et les terriens qui ont survécu. Je trouve que le traitement de Bulma est sympa, le dialogue avec Gero étant plutôt cool, d'un point de vue éthique et scientifique notamment. Hâte de voir s'ils vont devoir travailler ensemble pour se défaire de leurs geôliers.
Ensuite, Goku. Alors je le trouve plutôt bien exploité, on voit franchement qu'il est détruit mentalement, plus violent et agressif, puisque l'on sait qu'il ne sait pas que Piccolo est toujours en vie. Goku n'a plus d'espoir de revoir ses amis et sa femme ( je suis bien content qu'on ne la revoie pas avant un moment, je ne peux pas la supporter), Krilin est (encore) mort, et les autres aussi, et puisqu'il croit que les DB sont plus en état de marche, Goku risque de changer et d'être plus agressif pendant un premier temps, avant (surement) de rentrer dans un petite phase de déprime. Je me demande comment il va changer et à quel point. Il ne va peut-être pas se transformer en tueur de sang froid, mais il y a possibilité qu'il le devienne s'il doit protéger Bulma et Gohan, qui sont les deux dernières choses qui le rattache à son passé sur Terre. Je pense, sans aucun doute, que s'il s'en sort, Goku ne sera plus jamais le même homme gentil et un peu naïf. J'ai envie de dire que c'est logique, comment pourrait-il rester le même après avoir vu ses amis mourir devant lui, un vrai massacre. D'ailleurs, je suis VRAIMENT surpris que Goku n'ait pas pété un câble lorsque Krillin est mort pour la seconde fois, pas qu'il aille en super saiyan, mais qu'au moins il puisse s'énerver assez pour mettre K.O Raditz ou un autre saiyans.

-Après on a Gohan. Gros cas ici, il va très certainement survivre puisque Végéta veut des soldats et que le gamin a un bon potentiel, mais reste à voir comment il va évoluer. Il est encore très jeune et influençable, donc pas de doute possible, s'il commence à tuer avec les autres saiyans, il ne sera jamais le Gohan qu'on aura dans le canon. Donc hâte de voir comment il va évoluer dans cet environnement hostile. Personne ne l'aime hormis Bulma et Goku, et il est peu probable qu'il les voit souvent...
Gine le hait, de même que tous les autres saiyans, le fait étant qu'il est considéré comme un sang-mêlée, une abomination de la nature selon ceux aux sang-pur. Donc, sans famille ni ami auprès de lui, il n'a aucune vrai valeur et sa vie ne vaut pas grand chose, et s'il ne tue pas, il ne survivra pas. La logique voudrait qu'il change drastiquement de ce que l'on connait dans le canon.
(A ce sujet, je connais un fanfic en anglais qui est excellente, elle traite d'un Gohan ayant été kidnappé par son oncle et ayant été forcé de vivre comme un saiyan durant toute sa vie. Elle s'appelle The long road (voilà le lien: https://www.fanfiction.net/s/9385549/1/The-Long-Road)

Sur ce, je n'ai pas d'autre chose à rajouter, alors j'attends ton prochain chapitre, au revoir !
Mes fanfics :

Le souhait de Gohan: viewtopic.php?f=42&t=8969&p=445791#p445791

Raditz, frère de Goku: viewtopic.php?f=42&t=9084&p=446296#p446296
Avatar de l’utilisateur
Gaetan23
 
Messages: 44
Inscription: Dim Fév 04, 2018 23:19
Localisation: Namek

Re: Les Chroniques du Peuple Saiyan

Messagepar SSJ Writer le Dim Sep 02, 2018 13:13

Merci beaucoup pour vos commentaires. C'est très encourageant pour moi.

Fait surprenant je ne pouvais plus venir sur le forum depuis quelques jours, un problème de sécurité via Chrome.
De plus c'est la rentrée, et travaillant dans un lycée je vais avoir moins de temps pour écrire mais je ferais en sorte de garder un bon rythme.
L'idée serait d'un (voir deux) chapitres par semaine, mais je ne promet rien. :)

En tout cas merci pour vos analyses, c'est aussi très formateur.
SSJ Writer
 
Messages: 26
Inscription: Mar Août 21, 2018 19:56

Re: Les Chroniques du Peuple Saiyan

Messagepar Mirai no Mayo le Lun Sep 03, 2018 18:58

SSJ Writer a écrit:L'idée serait d'un (voir deux) chapitres par semaine, mais je ne promet rien.
SSJ Writer a écrit:L'idée serait d'un (voir deux)

Il me tarde de lire la suite, mais tu me donnes l'impression d'être Mamie Nova en train de faire du Yaourt (aucun smiley adapté)

c'est pas grave si tu ne tiens pas les délais, l'histoire est sympa ! "voire" très intrigante.
Avatar de l’utilisateur
Mirai no Mayo
 
Messages: 24
Inscription: Dim Mars 04, 2018 0:12

Re: Les Chroniques du Peuple Saiyan

Messagepar SSJ Writer le Dim Sep 09, 2018 18:33

IV . Fin et début de voyage.

- Baddack, ton rapport.

Le Roi Vegeta n'était pas le genre à vouloir perdre du temps, c'était une qualité appréciable considérant l'urgence de la situation. Baddack se tenait face à son roi, à quelques mètres du trône, un genou au sol. L'ancien Vegeta était la seule encore présente. Il avait assisté avec son fils à tous les rapports d'expéditions, possédant parfois un regard plus avisé que son fils.

- Votre Majesté, salua le capitaine, nous avons trouvé sur Terre plus que nous pensions mais aussi notre lot de déception.
- Raconte moi tout, dans les moindres détails.
- Nous avons ramené mon fils, Kakarotto, mais il semble avoir perdu sa mémoire et son identité. Les Terriens l'appelaient Son Goku et lui même répondaient à ce nom. Il ignore tout de sa véritable nature et n'a pas hésité à se retourner contre nous.
- Est-il fort, demanda Vegeta.
- Non. La gravité terrestre l'a handicapé toute sa vie, c'est un combattant très médiocre. Il lui faudra un entraînement rigoureux ainsi qu'une violente rééducation afin qu'il se souvienne qui il est.
- Et le métis, continua Vegeta dans son enquête.
- Il est très faible, à peine plus qu'un terrien, mais dans sa colère il a violemment frappé Radditz, brisant un morceau de son armure.

Vegeta écarquilla les yeux. Le premier rapport de Baddack parlait de la force du petit mais pas dans une telle ampleur. Il fallait une grande fore pour abîmer une armure de combat, ce petit devait avoir un très grand potentiel. Baddack, comme comprenant les interrogations du roi, continua son rapport.

- Il ne semble pas savoir utiliser sa force, guidé seulement par ses émotions, mais avec l'entraînement adéquat il pourrait faire un très bon guerrier...bien que...
- Bien que l'idée d'avoir une créature comme lui dans nos rangs te répugnes. Moi aussi Baddack, mais je déciderais du sort de cette chose plus tard...la suite.
- Nous avons ramené une Terrienne, une scientifique, elle possède le secret d'une étrange technologie capable de rapetisser les objets et de les loger dans une capsule de ce genre.

De sa tunique Baddack sorti l'une de ces fameuses capsules ayant fait la renommée et la richesse de la famille Brief. Cette capsule était la même que celle utilisée pour convaincre Gine d'emmener la dénommée Bulma. Le vieux Vegeta s'approcha et pris la capsule des mains du capitaine. Il n'y voyait là qu'un petit objet de métal sans importance.

- Comment cela fonctionne, demanda-t-il.
- Pressez le bouton sur le dessus et lancez là dans un coin de la salle avec de l'espace, expliqua Baddack à son ancien souverain.

Ce dernier s'exécuta, peu confiant dans la réussite de l'expérience et pourtant dans un « boum » caractéristique, le même avion apparu dans la salle du trône. Vegeta se redressa sur son trône alors que son père se recula un instant, apparemment très surpris. Ce fut lui qui pris le premier la parole.

- C'est tout bonnement incroyable, comment une planète aussi arriérée peut-elle posséder une technologie pareille.
- C'est pour répondre à cette question que nous avons décidé d'emmener la scientifique.

Vegeta depuis son trône regardait l'avion et jugeait de l'utilité de la chose. Bien des idées lui vinrent en tête mais ce serait pour une autre fois. Pour lui, Baddack avait pris la bonne décision mais il n'était pas utile de s'étendre plus sur le sujet, pour le moment.

- Autre chose ?
- Nous déplorons une victime votre majesté, l'un de mes hommes, Pumbukin.
- Y'avait-il un guerrier aussi fort sur Terre ?
- Pas un guerrier votre majesté, un androïde...d'un genre que nous ne connaissions pas. Je ne l'ai pas croisé moi même, ce sont mes hommes qui l'ont affronté. Au prix de la mort de Pumbukin ils ont réussi à le détruire.
- C'est fort dommage, commenta Vegeta premier du nom, nous perdons un soldat et une machine que nous aurions pu analyser.
- Nous pourrons premier conseiller, car nous avons aussi ramené l'inventeur de ce robot...nous pensons qu'avec la motivation nécessaire et l'accès à nos technologies il pourrait fabriquer d'autres soldats de ce genre.

Vegeta eut un rictus d'énervement. L'idée d'employer des machines pour se battre sonnait, pour le guerrier qu'il était, comme une honte. Mais si ce fabriquant d'arme était capable de réitérer son exploit, peut-être que quelques robots en première ligne pourrait être un sérieux avantage. Surtout si ils avaient un pouvoir suffisant pour tuer un Saiyan, ce dont peu d'autres espèces de cet univers pouvaient se vanter.

- Est-ce là tout ?
- Non votre majesté, les guerriers de la Terre était faible mais, ils utilisaient des techniques étranges qui ont bien failli nous mettre en difficulté. Sans Nappa avec nous, la situation aurait pu devenir compliquée.
- J'ai adjoint Nappa à votre expédition pour parer, justement, aux difficultés, maintenant, quelles techniques ? Je doute que des guerriers aussi médiocres puissent avoir créer des techniques dignes de ce nom.

Vegeta n'aimait de nouveau pas l'idée qu'un peuple de vermines comme les Terriens puissent avoir causer des problèmes. Pourtant il devait bien l'admettre, la technologie de la scientifique, le robot si puissant et le métis au pouvoir enfoui étaient au delà de ce qu'il avait envisagé. Bien au delà. Dans tout ce tableau, le cas le plus décevant était sans conteste le fils de Baddack.

- Nous avons eu beaucoup de mal à tous les éliminer car ils ont appris à masquer leur Ki. Pendant le combat certains se cachaient afin de nous attaquer par surprise, nos Scooters étaient incapables de les trouver. A l'inverse ils pouvaient augmenter leur force, nos chiffres ne voulaient plus rien dire, leur force augmentant et diminuant constamment.
- Tu insinues qu'ils étaient plus forts que ces les Scooters indiquaient, questionna le vieux Vegeta.
- Oui et l'augmentation soudaine de leur puissance fut parfois dangereuse pour nous, Radditz en a particulièrement fait les frais.

Le Roi leva un sourcil. Cette technique était des plus utiles. Tellement utile qu'il se maudissait même de ne pas y avoir pensé avant. Si il était capable de contrôler ainsi son Ki il pourrait passer inaperçu aux Scooters de l'ennemi et d'attaquer à pleine puissance quand il ne s'y attend pas. Une armée de Saiyan avec cet avantage pourrait être redoutable. L'idée était tellement intéressante que Vegeta regretta la décision d'anéantir les Terriens. Certains guerriers aurait pu les aider à acquérir cette compétence...il ne fallait plus compter que sur un traître ayant perdu la mémoire.

- De plus votre majesté, ils étaient tous capables de sentir notre énergie sans Scooter.

Vegeta se redressa encore violemment sur son trône.

- Comment ?!
- Aussi simplement que je vous le dit, ils pouvaient sentir notre énergie et même l'évaluer sans recourir à une quelconque technologie.

Le Roi n'en revenait pas. Une telle capacité était tout bonnement indispensable à leur arsenal. En alliant la capacité de contrôler son Ki à celle de sentir celui de l'ennemi les Saiyan pourraient se cacher et attaquer au moment le plus opportun. Une tactique lâche aux yeux du souverain mais qui viendrait à point nommé lorsque les combats contre les puissants hommes du démon du froid commenceraient. Le capitaine ne bougea pas d'un pouce bien que Vegeta prit un long moment pour prendre en considération tout ce qu'il venait d'apprendre. La décision lui revenait, et il s'agissait de prendre la meilleure possible. Il se leva et s'approcha de Baddack afin de lui donner ses ordres.

- Crois-tu être capable d'assimiler leurs techniques ?

Baddack fut un instant surpris par la question mais en y réfléchissant un instant, il acquiesça d'un simple mouvement de la tête. Vegeta le savait bien, Baddack était un atout considérable. Depuis toujours il faisait parti des castes inférieurs de la société mais il fallait être stupide pour les renier ses qualités. Le capitaine était un homme dont le potentiel augmentait à chaque combat. Il partageait ce point avec tous les autres Saiyans mais Baddack était chanceux, rares étaient ceux dont le potentiel augmentait autant à chaque fois qu'il frôlait la mort. C'était un tacticien accompli, et un génie du combat...si il avait été plus fort il aurait put tenir sur le trône. Un homme comme lui pouvait sans conteste assimiler les techniques terriennes en les ayant simplement observé. Vegeta espérait de lui qu'il transmette ensuite son savoir au maximum de soldats.

- Tu feras en sorte d'apprendre ces compétences et de les transmettre à d'autres, en commençant par moi. Tu prendras aussi sous ton aile le jeune métis, il est de ton sang et je compte sur toi pour faire de lui un guerrier accompli, si il est la moitié de ce que tu dis il pourra devenir un excellent combattant, expliqua Vegeta, tu placeras les deux scientifiques dans notre division, qu'ils soient surveillés mais accordons leurs des avantages. Je veux que Gine les encadre, d'autres de nos savants seraient peut-être plus compétents mais elle aura établi un contact avec eux durant le trajet, cela facilitera les choses.

Baddack n'avait aucun souci à voir sa femme se charger des deux scientifiques terriens. Elle avait le savoir nécessaire pour rapidement assimiler leurs connaissances et travailler avec eux. Si jamais ils venaient à se rebeller elle avait aussi le pouvoir et l'autorité nécessaire pour les mater. Concernant les techniques il avait déjà l'intention de travailler dessus, les transmettre à son roi était un honneur et il ferait de son mieux pour étendre ce savoir aux autres guerriers. La seule chose qui ne lui plaisait pas était l'idée de passer du temps avec son petit fils. L'idée même d'avoir à entraîner cette créature lui donna envie de vomir, mais c'était l'ordre de son roi et en conséquence à force de violence il ferait de ce bâtard un vrai Saiyan. Baddack baissa la tête vers le sol, signe ultime de soumission et d'accord envers son suzerain.

- Il sera fait comme vous l'ordonnez votre majesté.

Il releva pourtant la tête, une question lui trottant en tête, un point qui n'avait pas été abordé.

- Quand est-il de mon fils ?
- Il s'endurcira avec Nappa...puis je m'en occuperais personnellement.

* * *


Gine éteignit le module de communication. Plus que quelques jours avant leur arrivée sur la planète Vegeta et le roi avait donné ses ordres. Elle avait été très surprise par la décision de ce dernier de s'occuper lui même de la rééducation de son fils. Ce faible ne méritait pas un tel honneur, même cette brute de Nappa restait trop important pour le déchet qu'était devenu Kakarotto sur terre. Tels étaient pourtant les ordres de sa majesté et elle n'était pas la personne qui allait le contredire. Depuis son accès au trône il avait changé beaucoup de choses tout en changeant lui même. Dans un autre contexte le prince d'autrefois serait certainement devenu une brute uniquement avide de combat et de destruction. Tout jeune il avait montré une forte disposition à la violence, bien plus que d'autres Saiyans, et son arrogance lui faisait même mépriser son propre peuple. Les bruits de couloirs d'autrefois disait de lui qu'il mènerait les Saiyans à la ruine et pourtant, il avait changé bien des choses. Arrogant il l'était encore mais en jouait afin d'endormir les doutes du démon du froid. Personne ne savait trop comment ou pourquoi mais Vegeta s'était rapproché de son peuple autant que faire se peut et l'avait uni derrière un but commun. A l'instar de son père autrefois pendant la guerre des Tsufuls il avait pointé un ennemi public numéro et depuis ce jour, les Saiyans mangeaient, dormaient, se battaient et s'entraînaient sans jamais oublier la menace de Freezer.

De son coté la scientifique avait ses propres ordres, travailler avec ses deux homologues terriens. Elle restait sceptique quant à l'utilité véritable de leur savoir mais il fallait tout de même tenter l'expérience. Elle avait déjà établi un contact, bien que déplaisant, avec eux, c'est pour cette raison qu'elle avait été choisi pour travailler avec eux. Mais cette femme était tout bonnement insupportable, elle avait oublié la destruction de son monde à peine avaient-ils quitté l'atmosphère et n'avait fait que se plaindre depuis. Elle était faible et tout bonnement irritante, aucun homme ne pourrait, en y réfléchissant un peu, supporter une telle personne...sa vie prendrait fin à la seconde où ses secrets seraient décryptés. L'homme en revanche, quoique très froid, semblait plus enclin à partager son savoir, mais il y avait quelque chose de malsain chez lui. Gine ne doutait pas une seconde qu'il utiliserait chaque moyen mis à sa disposition pour se rebeller. Le concernant il allait falloir garder un œil constant sur lui.

Elle se dirigea vers leurs quartiers de détention et d'un simple geste intima aux deux gardes présents de quitter les lieux. Commandante à bord, ils s'exécutèrent aussitôt alors qu'ils étaient au beau milieu d'un repas. D'un coté de la cellule, le Dr Gero semblait profiter d'un sommeil agréable allongé sur sa banquette, de l'autre la terrienne la foudroyait déjà de ses grands yeux bleus.

- On est bientôt arrivés, lança violemment Bulma.

Gine s'approcha des barreaux de la cellule, offrant à son interlocutrice un regard tout aussi agréable que le sien.

- Nous sommes proches et...
- Tant mieux ! Entre une planète de barbares et ce vaisseau pourri je préfère encore la planète de barbare.

Gine dut contenir une brusque envie d'ouvrir la cellule et de tuer cette écervelée.

- Le Roi Vegeta m'a ordonné de vous mettre au travail, vous et l'autre Terrien, expliqua Gine en pointant Gero d'un signe de tête, vous devrez user de vos technologies à l'embellissement de la civilisation Saiyanne.

Furibonde, Bulma se leva et s'approcha des barreaux tout en gardant une petite distance de sécurité.

- La civilisation Saiyanne peut bien aller se faire...
- Nos technologies, fit la voix soudaine mais calme de Gero, ne vous appartiennent pas.
- Si vous nous l'imposez, vous serez torturés jusqu'à ce que vous soyez plus coopérants, énonça Gine aussi simplement que si elle parlait du beau temps, je n'aurais pas de temps à perdre, une fois sur la planète Vegeta, avec vos insubordinations, ce sera le travail ou la souffrance et la mort.

Bulma se raidit soudainement, aussi courageuse qu'elle tentait d'être, l'idée même de se faire torturer venait de flétrir sa détermination. Gero resta impassible, dans sa tête l'idée de mourir n'était pas agréable mais il avait l'expérience des menaces et savait masquer son trouble.

- Qu'avons nous à y gagner, demanda-t-il.
- Si vous coopérez et que vos technologies satisfont le roi, probablement une longue vie d'aisance au sein de notre société.

Gine ne mentait pas, depuis longtemps déjà les Saiyans avaient pour coutumes de garder captifs les quelques aliens utiles à leur essor. Très souvent des scientifiques, ces derniers vivaient certes sous un statut de prisonnier mais disposaient d'avantages généralement voués aux membres importants de la société Saiyanne. Le Roi Vegeta n'avait rien changé à ces coutumes et si ces deux là apportaient une contribution utile et généreuse, tel serait probablement leur avenir. Gero semblait tourner l'information dans son esprit avant d'annoncer.

- Pourrons nous faire des demandes à votre roi ?
- Si vos efforts sont payants, que vous prouvez votre fidélité et que le roi se montre généreux, c'est possible en effet.
- Bien.

Gero en resta là, personne ici ne savait quelles étaient ses véritables intentions. Gine restait méfiante, cet homme, bien qu'un faible terrien semblait doter d'une intelligence sans limites. Il ourdissait déjà un plan, elle en était sûre. Où, quand et comment le mettrait-il en place étaient autant de questions auxquelles elle n'avait pas encore de réponse.

- C'est bien ce que je pensais, un monstre comme vous ne pouvais que s'allier à ces démons, pesta Bulma.

La jeune terrienne retourna s'installer sur sa banquette et sembla bouder avec un air bien trop enfantin pour l'adulte qu'elle était. Gine voyait encore là un mystère insoluble. Comment une femme comme elle pouvait appartenir à la même caste de scientifique que le dénommé Gero, ils n'avaient rien en commun. Pour tout dire rien jusque là chez cette Bulma ne semblait laisser deviner une quelconque intelligence supérieure.

- Vous n'aurez pas d'autre choix que de vous soumettre Terrienne, que ce soit sous mes ordres où ceux d'un autre Saiyan moins compréhensif que moi.

Bulma la regarda, la situation était critique. A son grand dégoût elle avait essayé pendant le trajet de parler avec Gero, mais ce dernier restait très évasif et ne semblait pas vouloir partager quoique ce soit avec elle. Ce vieux fou allait certainement s'allier aux Saiyan pour continuer ses travaux maléfiques. Elle n'avait toujours pas de nouvelles de Goku ou du jeune Gohan, si ce n'est qu'ils étaient toujours en vie quelque part dans le vaisseau. Elle réalisait alors qu'elle s'était peut-être bercé d'espoirs en vain. Peut-être allait-elle devoir travailler pour ces monstres afin de survivre. Peut-être finirait-elle sa vie en tant qu'esclave où sous les coups de l'un de ses geôliers. Le seul, et maigre espoir, qui lui restait était Son Goku. Le héros de la terre arriverait peut-être à se défaire de ses chaînes, vaincre les méchants et ensemble ils se sauveraient. Mais là encore, le guerrier qu'il était avait été défait par un tout petit nombre de ces Saiyan, que pourrait-il faire face à tout un peuple.

* * *


Goku ouvrit les yeux, le corps secoué de douleur. Il n'avait rien lâché, jamais il ne le ferait. A chaque fois qu'on lui apportait à manger, qu'on venait le soigner, il profitait des quelques instants où ses chaînes le quittaient pour attaquer. Il ne comptait plus le nombre de coups reçus depuis le début du voyage. Le guerrier quasi invaincu de la terre vivait sa plus longue série de défaite. Même l'esprit optimiste et candide du guerrier ne pouvait supporter un tel traitement. Il n'abandonnait pas mais au fond de lui quelque chose s'était brisé, et une peur grandissait petit à petit dans ces entrailles. Goku, toujours sans peur, craignait de ne plus voir la Terre, de ne pas pouvoir changer les choses. Il craignait que ses poings ne soient jamais assez puissants pour se sortir de là alors qu'ils avaient toujours ses meilleurs alliés. On ne lui parlait jamais, même la Saiyanne disant être sa mère n'était pas revenu. Il vivait reclus, dans un cercle sans fin de coups, de soins légers et de repas. La pièce était noire et c'était pour le mieux. Les lumières annonçaient l'arrivée de ses gardiens et avec eux la rage, la rébellion et la souffrance qui en découlait.

Mieux valait, pour le moment, fermer les yeux et se laisser aller. Sa seule consolation était l'idée qu'ils arriveraient bientôt. Un garde avait laissé échapper cette information en quittant sa cellule quelques jours plus tôt. D'ici là, il suffisait de fermer les yeux.

* * *


Piccolo se massa les épaules et fit craquer sa nuque et ses phalanges. Il venait de survivre à l'enfer mais en était sorti métamorphosé. Jamais dans ses rêves les plus fous il n'aurait pensé devenir aussi puissant. Dans l'état actuel des choses il était au moins dix fois plus fort que les Saiyans, si ce n'est plus. Kami le regarda et sans un mot reconstitua à son alter ego une tenue décente malmenée par son entraînement intensif. Piccolo le toisa avec amusement, qui aurait imaginé que ce vieux fou possédait une chose aussi utile sur son temple.

- Cette salle aurait put me tuer, commenta Piccolo.
- Je comptais sur ta ténacité pour y survivre, répondit Kami, mais je suis tout de même surpris, Goku lui même lors de son entraînement dans cette salle n'a pas tenu plus d'un mois.

Rien n'aurait pu faire plus plaisir à Piccolo même si il n'en montra rien. Il avait vaincu Son Goku d'une certaine manière en survivant à deux ans d'enfer dans cette salle. Il ne lui restait plus qu'à rejoindre ce vaisseau dont lui avait parlé Kami et rejoindre la planète des Saiyan. Enfin prêt le guerrier Namek, Kami et Mr Popo s'en allèrent en direction du vaisseau. Sur ordre de Kami, Mr Popo avait cherché pendant plusieurs jours la localisation de cette étrange maison qui avait abrité le Namek encore enfant. Il n'avait presque aucun souvenir de cette époque mais il s'était souvenu de cet abris aux formes saugrenues. Son intellect en avait conclu que ce n'était pas une maison mais certainement le vaisseau qui l'avait emmené sur Terre. Mr Popo, en fidèle serviteur avait retrouvé le vaisseau et s'était empressé de confirmer son bon état à son maître.

Il ne fallut pas très longtemps à l'étrange trio pour atteindre la région de Yunzabit. Haut dans le ciel ils admirèrent un instant le vaisseau. Il était blanc et couvert de poussière, par endroits des mousses avaient commencé à pousser, mais il était encore en parfait état. Ils se posèrent non loin de lui et s’avancèrent en dessous, au milieu des quatre pics lui servant de support. Piccolo prononça son propre nom comme il le lui avait été expliqué. Un socle s'ouvrit alors sous le vaisseau, formant une sorte de passerelle sur laquelle il grimpa. Il se tourna vers son alter ego. Il ne partait pas pour sauver Son Goku, mais bien pour prendre sa revanche sur les Saiyans.

- Tu sais que quand je reviendrais, Son Goku sera mort et que je prendrais le contrôle de ce monde.
- Je t'attendrais Piccolo et je t'en empêcherais.

Piccolo eut un simple rictus et annonça de nouveau son nom. La plate forme se souleva, le faisant entrer dans le vaisseau. Bientôt il ne put plus voir les regards inquiets de Mr Popo et Kami. Il s'approcha du siège sans penser à rien d'autre qu'à partir, il s'installa et prononça dans un Namek quasi parfait.

- Planète Vegeta.

Quelques secondes passèrent, puis d'autres, une minute s'écoula, enfin une autre...

Piccolo s'énervait de plus à plus, pourquoi cette machine ne bougeait pas ? La passerelle fonctionnait encore et c'est bien ce nom là que les Saiyans avaient utilisés pour leur planète. Kami lui même les avait entendus prononcer ce nom du haut de son perchoir. Est-ce que ce vieux fou s'était moqué de lui ? Furieux il sortit du vaisseau tombant nez à nez avec un Kami qui ne cachait pas son inquiétude ?

- Que se passe-t-il ? Il ne marche plus ?
- Je n'en sais rien, il ne réagit tout simplement pas, toi, cria Piccolo en pointant Popo du doigt, je croyais qu'il suffisait de parler pour faire bouger ce tas de ferraille.

Popo se recula, par peur du Namek et bredouilla.

- C'est le cas...en voulant le tester, je suis allé vers, il ravala sa salive, vers Mars, c'était hier...vous devez me croire.
- Alors pourquoi il ne bouge pas ?

L’énervement de Piccolo devenait lentement incontrôlable, sa puissance grondait tellement que le sol se mit à trembler sous leurs pieds. Le climat déjà instable de la région se gonfla d'électricité, des nuées d'éclairs frappèrent les paysage aux alentours. Si une solution n'était pas rapidement Piccolo se jura d'anéantir ce monde pour de bon. Kami, inquiet par la tournure de la situation, tentait tant bien que mal de trouver une solution. Soudainement, il eut une suggestion, un simple raisonnement qui tenait parfaitement la route.

- Piccolo, peut-être que...
- Quoi ?!
- Ce vaisseau, je suis arrivé avec il y a environ 500 ans de ça...peut-être qu'au moment où il a été programmé, la planète des Saiyans ne s'appelait pas ainsi.

Le guerrier Namek sembla se calmer, mais sa colère restait toute entière. Il lui fallu toute se force de concentration pour réfléchir aux paroles de son aîné. Ils n'avaient aucune preuve mais son raisonnement n'était pas inintéressant.

- Leur planète aurait un autre nom, mais comment le connaître ?
- Peut-être en demandant à nos semblables, suggéra Kami.

Piccolo se tourna vers son homologue.

- Je devrais aller sur la planète Namek...

L'idée ne lui plaisait pas. Pour lui, retourner sur sa planète d'origine était comme avoué définitivement qu'il n'était pas de ce monde, qu'il n'était pas un démon et qu'il n'était pas unique en son genre. Mais il dut se résoudre car il n'avait tout simplement pas d'autres choix.

- Et toi que feras-tu, demanda-t-il à Kami.
- Je resterais ici, j'utiliserais les Dragon Ball pour rendre à ce monde son visage afin qu'au retour de Goku son cœur soit en paix.
- Toujours bercé d'illusion espèce de vieux fou, si je pars c'est pour une seule et unique raison, tuer moi même Son Goku et anéantir l'espèce dont il est issu afin d'être certain que personne ne se mettra en travers de ma route pour conquérir ce monde.

Comme un maniaque, Piccolo se mit à rire, savourant déjà son futur triomphe.

- Ce doit être horrible pour toi, continua-t-il, tu pourrais m'arrêter ici et maintenant en mettant fin à ta vie, mais je suis ton seul espoir pour retrouver le précieux héros de la Terre et tu tiens trop à veilleur sur les Terriens pour te suicider...pathétique.

Quelques minutes plus tard, le vaisseau était déjà loin. Piccolo était en route pour la planète Namek. Au sol, Kami ne lâchait pas le coin du ciel où avait disparu son ancienne maison. Popo restait là sans un mot, inquiet pour l'état dans lequel devait se trouver son cher maître.

- Vous êtes sûrs qu'il reviendra avec Son Goku.
- Je ne peux être sûr de rien, mais Piccolo s'en va vers notre monde, j'ai bon espoir qu'au contact des autres Nameks son cœur s'apaise.

Il n'osait le dire, car il n'y croyait pas, il ne voulait pas y croire. Sa haine pour son homologue était telle qu'il ne pouvait admettre un tel changement. Lui même qui autrefois s'était séparé de sa part maléfique pouvait sentir les vibrations du cœur de Piccolo. Sa jeune et puissante version ne le savait pas encore, mais il n'était déjà plus le démon qu'il pensait être.
SSJ Writer
 
Messages: 26
Inscription: Mar Août 21, 2018 19:56

Re: Les Chroniques du Peuple Saiyan

Messagepar goget le Dim Sep 09, 2018 19:46

J'ai hâte de voir ce que tu vas faire de Gero, surtout de sa cybernétisation, car d'après mes souvenirs, c'est parce qu'il était sur le point de mourir de vieillesse qu'il est devenu C-20, mais est-ce que les Saiyans le laisseront devenir un être plus puissant que même Freezer ? je pense pas, donc il a de grandes chances de mourir assez vite, à moins qu'il ne se change en un cyborg beaucoup moins puissant, auquel cas, le problème se pose pas vraiment
Mais je pense que le fait que tu aies ramené le cadavre de Pumbukin n'est pas anodin, avec un corps de Saiyan au lieu de 2 petites frappes terriennes pas si fortes (C-17 et C-18), je pense que le cyborg qui en résultera sera autrement plus dangereux

Par contre, tu as l'air d'avoir un avis très arrêté mais je trouve que le racisme dont les Saiyan font preuve envers les sang-mêlés est un peu étrange, surtout par rapport à l’œuvre originale où Vegeta pense que la clé du Super Saiyan se trouve chez les métis et (bon là je crois que c'est que l'anime mais) Nappa et son compère pensent même à aller copuler avec les terriennes pour se faire une armée de petits métis , et puis Radditz n'a pas l'air de vouloir défoncer Gohan à mort en apprenant que c'est un métis et son neveu
Avatar de l’utilisateur
goget
 
Messages: 2576
Inscription: Mar Jan 13, 2015 23:02
Localisation: Chez le fermier qui me déteste

Suivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités