[Fanfic] La saga de Hanasia, Reine des Saiyens - chaps 1 à 5

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

[Fanfic] La saga de Hanasia, Reine des Saiyens - chaps 1 à 5

Messagepar Salagir le Ven Déc 10, 2004 18:27

[EDIT presque 10 ans après]
La nouvelle version de la fic est entièrement visible ici :
http://www.dragonball-multiverse.com/fr ... ter-1.html


Hello tout le monde !

Je suis en train d'écrire une longue fanfic et j'aimerai vous en faire profiter en avant-première :)

Il y a longtemps que je voulais raconter une histoire se passant dans le monde des Saiyens, le pur, celui avant que Freezer n'arrive... Et puis parler du Guerrier Légendaire / Millénaire aussi ^_^

Je posterai les chapitres au fur et à mesure que je les écris, j'attends vos commentaires, je modifierai les passages mauvais en conséquence !

PS : attention, dès le début je contredis les fait "officiels" de Dragon Ball (ceux qui sont cités en anglais), mais si je ne le fais pas, les Saiyens viennent de nulle part (ou d'un mystérieux vaisseau et 50 ans avant personne n'avait entendu parlé d'eux..... bof), et en plus je voulais mettre les Tsufuls dans l'histoire alors si ces derniers n'ont rencontré les Saiyens il n'y a qu'une seule génération... ca m'arrangeait pas, quoi ! ;)
Dernière édition par Salagir le Dim Mars 13, 2005 2:09, édité 4 fois.
Mes diverses créations : BD Hémisphères - BD Super Dragon Bros Z , et....
Image
Image Image Image Image
Avatar de l’utilisateur
Salagir
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 1273
Inscription: Mar Sep 28, 2004 19:50

Messagepar Salagir le Ven Déc 10, 2004 18:27

La classe d'histoire de Monsieur Tabirak
Monsieur Tabirak est prof d'histoire. Il travaille dans l'Ecole Intermondiale, qui enseigne à des millions d'élèves venus des quatres coins de la galaxie. Cette formidable école fut rendue possible grâce à de hautes technologies comme le voyage spacial avancé, les interfaces de discussion par onde (emulation de téléphatie pour se comprendre entre espèces intelligentes), et des fonds pratiquement illimité. Toutes ces ressources existent grâce à un seul être, une entité pratiquement divine que l'on appelle communément le Grand Maître.
Cet être est, par définition, omniscient, omnipotent, omni tout ce que vous voulez, mais il est. Un bloc d'énergie intelligente créé par le hasard de l'univers. Et cet être fait de son mieux pour aider les autres... par paquets de 10 000 galaxies à la fois.
Dans cette galaxie, Le Grand Maître a instauré des milliers d'institutions inter-mondiales, comme la police intermondiale, l'école intermondiale, l'internet intermondial, avec un lien (ténu mais existant) avec les internets des autres galaxies. Depuis, des espèces se rencontrent de partout, et apprennent plus les uns sur les autres.
Il est reconnu que toute personne travaillant directement pour le Grand Maître est toujours honnête, prend son métier à coeur et est parfaitement compétente. Les rumeurs vont jusqu'à dire que le Grand Maître lobotomise ses employés pour parvenir à un tel résultat.

Monsieur Tabirak est employé du Grand Maître, il n'est pas lobotomisé, il est honnête, compétent, et prend son métier plus à coeur que n'importe qui. Monsieur Tabirak adore son métier. Lorsqu'il était petit, il aimait l'Histoire, lorsqu'il a été adolescent, il s'est intéressé à l'Histoire, lorsqu'il est devenu adulte, il s'est passionné pour l'Histoire. Mais depuis qu'il a rencontré le Grand Maître, il vit pour l'Histoire, et il vit pour la faire connaître aux autres.
Le Grand Maître sait tout. Il sait tout car des conséquences, il déduit les causes, et, dit-il, l'univers est rempli de traces de ce qu'il c'est passé. Après la destruction d'un système, il arrive encore à lire, dans les résiduts, la vie de la population de chacun des êtres qui ont peuplés les planètes autour.
Le Grand Maître a raconté, à Monsieur Tabirak, un petit morceau d'Histoire. Pas beaucoup. Juste ce qu'un être humain, en lisant des livres et en les comprennant sur le champs, apprendrait en 100 000 ans de lecture intensive. Pourvu en un instant de telles connaissances, Monsieur Tabirak doit partager tout cela avec les autres.
Comprendre comment le Grand Maître a pu savoir autant de choses sur une galaxie qu'il a peine effleurée n'est pas dans les capacités de Monsieur Tabirak. D'ailleurs on dit que le Grand Maître est tellement puissant qu'il pourrait modifier la structure de l'univers et faire du passé qu'il inventerai son vrai passé.
Monsieur Tabirak adore son métier. Dans son amphithéatre, il a des milliers d'élèves, d'espèces qu'il ne connait pas et ne connaitra jamais, de monstres étranges qui, à son grand étonnement, comprennent ce qu'il dit; tous, passionnés par une chose : l'histoire de leur galaxie.

Monsieur Tabirak est équipé pour leur montrer au mieux les merveilles du passé. La salle entière peut devenir un univers virtuel où par le simple biais de sa pensée, le professeur emmène les élèves.
En ce jour, les élèves tout comme lui étaient assez excités. Depuis quelques temps un roman avait été intermondialisé. Ce roman racontait la biographie d'un être qui avait changé le destin de la galaxie. Pratiquement tous l'avaient lu, vu ou entendu, selon la version créée dans leur monde. Ce héros, dernier représentant d'une espèce éteinte, avait sauvé plusieurs fois la galaxie de monstres surpuissants, mis fin au règne de terreur des Démons du Froid qui occupaient une moitié de la galaxie depuis des milliers d'années, et était maintenant adulé des foules.
Le héros s'appellait Son Gokuu et il était le dernier des Saiyan-Jins. Le cours allait porter sur l'histoire de cette espèce.

" - Je pense qu'il est inutile de vous raconter la fin de l'histoire, vous la connaissez tous puisqu'elle est dans le roman. Freezer a détruit la planète Plant/Vegeta, ainsi que sa population. Commençons alors par le début."

Maître Kaioh du Nord dans \"Le plan pour détruire les Saiyan-Jins\" (fansub) a écrit:A long ago, Planet Vegeta used to be called Planet Plant and it was inhabited by Trufurus, who created a highlty advanced scientific civilisation.
One day Saiyens arrived to the planet on a wrecked space ship and asked for help from the Tsufuru. The Tsufuru allowed Saiyens to come down and settle on to their planet, and the two races started to live together on the same planet.
A man was born with an extraordinary brain which was as good as Tsufurus. The man, who was later called King Vegeta, led the Saiyans to rebel against the Tsufurus.
Ever since then, the planet was renamed planet Vegeta and Saiyens had become the rulers

Timeline dans Shonen Jump / Art Book DBZ (?) a écrit:Approximately 550 A.D. The first Saiyan land on the planet Plant in a mysterious ship.

720-730 A.D. The Saiyan unite and begin a war against the Tsufuru-jin for control of the planet Plant. The Tsufuru-jin are completely destroyed by the Saiyan. The Saiyan take control of the planet and re-name it Vegeta. They adapt Tsufuru technology. The Saiyan begin space travel and meet aliens from other planets.

731 A.D. The Saiyan begin their partnership with Frieza and start conquering planets for sale.

732 A.D. The birth of Prince Vegeta.

737 A.D. Kakkarotto is born to the Middle Class fighter Bardock. In his first few days alive he's sent to the planet Earth to destroy it when he grows older. King Vegeta's revolt against Frieza ends in failure with his death. Frieza demands the death of all Saiyan. Bardock dies trying to protect planet Vegeta.


" - Ces sources sont fausses. Elles sont déformée dans la but de rendre l'apparition des Saiyans mystérieuse. Pourtant aucune espèce n'est apparue mystérieusement, même dans les cas les plus incroyables comme pour les Démons du Froid. Les Saiyens existent sur la planète Plant depuis plus de 100 000 ans. Avant cela, ils étaient nommés Homo Gorillus. Les Tsufuls, de leur côté, descendent du Reptilo Fongus. Malgrès les différences qui les caractérisent, ces deux espèces auront cohabité depuis la nuit des temps. "

Le générateur d'hologramme se mets en marche et la salle entière se trouve plongée dans une vue de l'espace. Une planète s'approche des élèves à grande vitesse jusqu'à ce que ces derniers se trouvent assis dans une plaine herbeuse. Le élèves sont habitués à ce genre de zoom, mais ca fait toujours autant plaisir de se sentir voler à grande vitesse. Certains imaginent déjà les guerriers du livre voler comme eux, avec en plus l'exaltation du vent sur leur figure.
Les images diffusées par ce projecteur viennent directement du cerveau du professeur. Tout est reconstitution, puisque personne n'a jamais filmé les Saiyens, sinon les Tsufuls, dont les archives encore en état sont assez rares.

Préhistoire
Un gros singe passe, totalement incapable d'imaginer qu'il est à la fois un être reconsistué à partir des connaissances de Monsieur Tabirak, un ancètre des Saiyens, et observé par une foule d'élèves exaltée. L'animal cherche sa nourriture. Il n'avait pas, comme l'aurait son equivalent préhistorique Homo Sapiens, un bâton avec une pierre au bout, ni même une pierre. Mais l'on pouvait voir qu'il avait un certain niveau d'évolution puisqu'il portait quelques peaux de bêtes mal accrochées.
Subitement, il saute en l'air d'un bond gigantesque et retombe juste à côté d'un herbivore (Brochiosaure, 5 mètres de long, 2 tonnes) qui sursaute, et se prépare à fuir, mais c'est trop tard. Le prédateur lui a déjà sauté sur le dos. D'un puissant coup de poing, il écrase la colonne vertébrale de sa victime. Immédiatement, l'Homo Gorillus Sapiens arrache un membre de l'animal pour le manger cru.
Monsieur Tabirak passe sur la scène et ammène à la suite. L'être a encore faim.

Ses pas l'ammènent à une forêt, et il sent l'odeur de ces petits animaux qu'il aime croquer. Il avance entre les arbres lentement, marche sur une branche sans la remarquer, et déclanche un piège. Par un habile système de rotation, un tronc d'arbre entier au bout duquel est accroché un énorme rocher tenu par des lianes dans les arbres foncent sur lui. Grâce à la vitesse de rotation, la massue a une vitesse extraordinaire et la pierre s'abat sur sa tête.
Les Tsufuls ont eu beaucoup de mal à placer ce piège. C'est qu'un rocher pareil ne se porte pas tout seul ! Surtout sur une planètes où la gravité est de 11,65 G. Malheuresement pour eux, ce Saiyen est fort et rapide, et il a le temps de placer ses bras devant son visage avant l'impact. Il est projeté à des dizaines de mètres, et transperce un arbre de son corps. Il saigne des bras mais a la vie sauve. Il sourit bêtement en sentant l'odeur du sang et reprends sa marche sans faire attention aux multiples carapaces de tortues de métal accrochées au piège qui tintaient en se cognant les unes contre les autres faisant un bruit épouvantable.

Les tortues de métal ont évolué jusqu'à avoir des carapaces lisses et brillantes, plus résistantes que du béton armé. Même les Saiyens n'arrivent pas à les manger : ils n'arrivent pas à mettre leurs doigts dans les petites ouvertures d'où sortent la tête et les pattes de la bête, et n'arrivent pas à arracher les deux parties de la carapace. Et quand ils tappent dessus, il les déforment sans les casser.
Les Tsufuls, dans quelques milliers d'années, construiront leurs premières armes en fer et inventeront le pied de biche, qui permettra enfin d'ouvrir les tortues qui jusque là n'avaient plus eu de prédateurs.
Pour le moment, ils tuent juste des tortues en les brulant, puis utilisent leur carapace comme objet à musique... ou comme pierre au bout de leurs bâtons.

Dans une clairière, les Tsufuls entendent au loin le tintement d'alarme. Ils s'affolent. Ils sont loin du camps. Ils se mettent à courrir. Mais c'est trop tard, le prédateur les a trouvé, et il court maintenant. Il est deux fois plus grand qu'eux. Les derniers du groupe se retournent alors en pointant vers le monstre leurs armes ridicules. Bâton avec silex en pointe, massue avec carapace de tortue, épine de chardons géants.
La lance à silex est envoyé vers le singe qui la voit arriver et a largement le temps de l'envoyer balader d'un coup de main. Arrivé à leur hauteur, il se rit du coup de massue que lui a envoyé, au maximum de sa force, le Tsuful. Le dernier lui plante son épine dans le ventre. Le singe est éraflé et emet un grognement. Le Tsuful peste que sa pointe n'ai pas été empoisonnée. Cela ne l'aurai pas sauvé mais le Saiyen n'aurait certainement pas pu poursuivre les autres après ça.

Par chance pour les autres, le Saiyen n'avait plus très faim et il se contenta de ces trois courageux arrière-gardes.
Ensuite il revint vers chez lui, dans la plaine. Ici, deux Saiyens dormaient paresseusement, digérant leurs repas, un enfant s'amusait à briser des cailloux en faisant du bruit ce qui ne semblait pas gêner les dormeurs. Le dernier Saiyen était assit en regardant au loin. On pouvait l'imaginer en train de réfléchir sur le sens de la vie, se demandant s'il y avait un Dieu ou au moins se demandant s'il allait pleuvoir. Mais bien qu'il ait les capacité actuelles pour penser à cela, le Saiyen se demandait pourquoi l'herbe bougeait d'avant en arrière alors que le vent, lui, soufflait toujours dans le même sens. Ce à quoi il se répondit intérieurement : "Groump". Cette réponse lui parut satisfaisante dans la mesure où l'on pourrait la traduire par "Bah.".

Notre Saiyen passe à côté du gamin et sans prévenir lui envoit un coup de pied dans les côtes. Le petit Saiyen tombe 4 mètres plus loin en criant. Contrairement aux dormeurs, lui trouvait le bruit le gênant. Il s'approche du "penseur" et lui fait tomber sur la tête les peaux de bête que les Tsufuls qu'il avait mangés portaient. Les élèves comprennent alors qu'à cette époque, les Saiyens ne font même par leurs habits eux mêmes, ils les reconstituent avec des habits Tsufuls.
Fier de son cadeau, le Saiyen dit : "Groump". Ce qui est interprêté par l'autre comme : "Alors, on baise ?"
Ce a quoi ce dernier réponds positivement en ne lui envoyant pas son poing sur la gueule.
En enlevant ses propres peaux de bête, vous remarquez que le Saiyen que nous avons suivi depuis le début est une femme. La plupart des élèves l'avait déjà vu, mais vous n'auriez rien remarqué j'en suis sûr. Monsieur Tabirak propose de l'appeler Lucy, personne ne comprends pourquoi.

Ainsi vivaient au temps préhistorique les Saiyens, les Tsufuls, les Tortues de métal, les Brochiosaures, et tout plein d'animaux qu'on a pas encore vu, plus ou moins heureux.

Le cours continue sur les différentes époques de cette planète.
Le lendemain, le cours est beaucoup plus épique. Le professeur va parler précisément de la légende du Guerrier Millénaire.

Lire le chapitre suivant
Dernière édition par Salagir le Lun Mars 07, 2005 0:24, édité 2 fois.
Mes diverses créations : BD Hémisphères - BD Super Dragon Bros Z , et....
Image
Image Image Image Image
Avatar de l’utilisateur
Salagir
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 1273
Inscription: Mar Sep 28, 2004 19:50

Messagepar Tomgoku le Ven Déc 31, 2004 16:28

Et bien, je dois avouer que jusqu'à aujourd'hui je ne l'avait pas lut (faut dire qu'en voyant la masse que c'était, j'ai un peu lacher l'affaire...) mais c'est maintenant chose faite et je dois dire que c'est extrèmement bien rédigé et que tout ceux qui prendront la peine de lire cette fan fiction ne le regreteront pas...en tout cas, moi je ne le regrette pas ^^

On retrouve de l'humour (si si) qui se case parfaitement dans le contexte et c'est une façon différente et plus rationelle de voir l'évolution des éspeces (en l'occurence les saiyajins et les tsufuls) ! ça coupe un peu avec "l'apparition pleine de mystères" des saiyajins dans l'univers, enfin en gros j'ai trouver ça très interessant...ça change grandement des fan fictions habituelles.

Moi j'attend la suite, d'autant plus que si on s'en tient au derniers petit paragraphe, le sujet abordé dans cette suite est dés plus interessant.

++
Avatar de l’utilisateur
Tomgoku
 
Messages: 994
Inscription: Sam Sep 25, 2004 16:11
Localisation: Local Host

Messagepar Salagir le Sam Jan 01, 2005 19:07

Cool ! Bon, je suis content :)

Je vais adapter la suite en code phpBB et vous la poste dans un ptit moment !

Edit: mon super script qui traduit le html en code phpBB est fini ! (j'en ai cherché sur le net mais je n'ai rien trouvé à ma convenance)
Voici donc la suite :)
Dernière édition par Salagir le Dim Jan 09, 2005 15:55, édité 1 fois.
Mes diverses créations : BD Hémisphères - BD Super Dragon Bros Z , et....
Image
Image Image Image Image
Avatar de l’utilisateur
Salagir
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 1273
Inscription: Mar Sep 28, 2004 19:50

Messagepar Salagir le Dim Jan 09, 2005 15:52

Il y a 2000 ans

Les Saiyans regardent le crépuscule tomber. Ils sourient car ce soir c'est fête.
Les enfants sont sortis des habitations, des espèces de tentes avec du bois et des peaux de bêtes, car les Saiyans ont horreur de construire, alors tant que ça tient (de façon assez inexpliquée la plupart du temps), on s'arrange pour que ce ne soit pas tout cassé par accident. Les Saiyans quittent le village et vont dans une prairie éloignée. Tout est calme, la plupart des animaux sont cachés au fond de leur terrier. Ils savent ce qui va arriver. Les Tsufuls les premiers, qui vivent au fond d'habitations creusées au plus profond dans le sol.
Au milieu du groupe, un gamin regarde le ciel fièrement, comme pour les autres gamins de son âge, c'est la première fois qu'il verra enfin la pleine lune. Son cycle particulier ne lui permet d'apparaître pleine que tous les huit ans. Un adulte le bouscule. Le gamin lui file une claque qui l'envoie voler à plusieurs centaines de mètres. En effet, l'enfant était déjà de loin le plus fort du village, il s'appelait Brasca.


La lune se découvre. Et tous les Saiyans la regardent droit dans les yeux. Ils se mettent à grandir. A changer. En l'espace de quelques instants, ils sont tous devenus des gorilles géants. Les Saiyans regardent le monde de cinquante mètres plus haut. Tout semble si petit, ils rient de leur puissance. Ils se mettent à courir, à enjamber des collines avec exaltation.
Un bébé sautille de partout. Il est petit par rapport aux autres, mais dépasse déjà les plus hauts arbres de la forêt. Malgré sa taille, il ne se sent pas lourd, et rit en courant entre les jambes des adultes. L'un d'entre eux l'envoie voler au loin comme un ballon de football. Depuis la nuit des temps, les Saiyans éduquent leurs enfants en leurs faisant comprendre quand ils sont ennuyeux, d'un coup de pied.


Dans un coin, un Saiyan qui a gardé son apparence pleure. Il ne faut surtout pas que les autres le voient. Il a perdu sa queue dans un accident il y a quelques années, et avait espéré qu'elle aurait repoussé à temps mais ce ne fut pas le cas.


Des forêts entières sont détruites. Des milliers d'animaux écrasés, le paysage dévasté. Mais quand les Saiyans font la fête, ils la font bien.
Un hurlement se fait entendre. Les gens se retournent. Ils voient Brasca en proie à un étrange manège. Il fait gonfler ses muscles et hurle comme s'il souffrait.
Du vent commence à tourner autour de lui, comme cela arrive lorsque les Saiyans les plus puissants qui existent à leur époque se concentrent pour rassembler leur énergie et mettre la pâtée à tout ce qui bouge. Le singe commence à flotter, une chose que nul n'a jamais vu. Il continue à rassembler de l'énergie et à monter. Une véritable bourrasque l'entoure. Soudainement, la couleur de ses poils change. Il se met à briller et devient tout jaune. La force de son énergie fait tomber tous les villageois.


Brasca souffre. Il reçoit de l'énergie et encore de l'énergie. D'un seul coup il ouvre la gueule et crache une boule de feu d'une puissance qui restera inégalée pendant des siècles sur toute la galaxie. La boule part à l'horizontal et traverse une montagne comme si c'était du beurre. Sur sa trajectoire, les arbres se plient jusqu'à toucher le sol à cause de la déflagration. Un Saiyan, sur le chemin, est détruit comme s'il était un moustique sur le trajet d'un tir de blaster. La boule de feu semble monter vers les étoiles, mais en fait elle va simplement tout droit et s'éloigne de la courbure de la planète. Sa puissance est si forte qu'elle n'est pas attirée par la gravité. Elle se perd dans l'espace où elle finira aspirée par une étoile.
Le gorille doré se tape sur la poitrine pour laisser éclater sa fureur. Il s'attrape la queue et l'arrache d'un coup. Il redevient alors normal et perd connaissance. Il tombe et s'écrase au sol.


Sur le continent voisin, cachés au fond des montagnes dans des villes souterraines pour que les Saiyans ne les trouvent pas, les Tsufuls ont observé cette brusque montée d'énergie et s'inquiètent. Ils décident d'envoyer des espions sur place.
Armés de simples armes à feu envoyant des balles pointues et empoisonnées, à dos de véhicules certes bruyants mais ayant l'avantage de rouler à peu près aussi vite qu'un Saiyan coure, les Tsufuls ont évidement très peur de ces Saiyans qui n'hésitent pas à les manger sans même se soucier d'où ils peuvent venir.


Le lendemain, Brasca se lève assez tard. Il a mal à la tête. Rien ne se passe pendant plusieurs semaines et il dit ne pas se souvenir de ce qu'il s'est passé.
Mais un soir, lors d'une grande colère due à une discussion très animée sur un sujet inintéressant, la bagarre tourne mal. Brasca tue un de ses contradicteurs. Ce n'est pas la première fois que ca arrive, mais les autres sont remontés. Ils se mettent à plusieurs contre lui mais se font dégager sans difficulté. Ils se relèvent et ré-attaquent, très sérieusement. La tension monte lorsque l'un d'eux se fait arracher le bras par Brasca. Tout cela reste quand même assez classique chez les Saiyans.
Loin d'ici, du haut d'un arbre, cachés entre les feuilles, deux Tsufuls observent la scène à la jumelle.


D'autres Saiyans se joignent à la bagarre, parmi eux se trouvent de puissants combattants. Le chef du village voisin charge son énergie en faisant tournoyer l'herbe autour de lui. Il est temps de montrer à ce gamin ce qu'est un véritable guerrier. Brasca reconnaît la force d'un vrai combattant et lâche le visage du Saiyan qu'il écrasait entre ses doigts.
Il ouvre sa main et une boule de feu apparaît. Certains reconnaissent cette chose qu'ils ont vu la nuit de pleine lune et instinctivement s'éloignent. Le chef regarde la boule luisante avec intérêt puis fonce sur son adversaire. Brasca lance la boule comme s'il lançait une pierre. Elle touche le chef dans un fracas d'explosion, qui est arrêté dans sa course et tombe en arrière.
Il se relève dans la fumée, ses habits sont tout déchirés et il saigne par-ci, par-là. Et il est en colère. Il fonce à nouveau sur Brasca qui lui aussi se charge, et ils combattent un petit moment. Les spectateurs, Saiyans comme Tsufuls, ne se posent pas de question : il est clair que Brasca a le dessus.


A terre, presque vaincu, le chef du village voisin crache un peu de sang. Il est ennuyé. Il n'a pas perdu de bagarre depuis longtemps. Alors il se relève. Et concentre son énergie. Il donne un gigantesque coup de poing dans le torse de Brasca, mais celui ci ne pare même pas, et ne bouge pas d'un pouce, comme s'il n'avait pas senti le coup. Et il sent l'énergie monter en lui. Sans fin.
Une bourrasque de vent l'entoure et ses cheveux se dressent sur sa tête, deviennent raides et jaunes. Une aura jaune l'illumine.


Les Tsufuls sont ébahis. Après un instant de contemplation, ils mettent en marche le calculateur d'énergie. L'aiguille tourne plusieurs fois sur elle-même puis se met à trembler et fait des oscillations de plusieurs tours. C'est incalculable. Ils remettent les jumelles pour voir ce que va faire cette chaudière qui produit plus d'énergie que leurs usines à charbon.
La chaudière semble se téléporter. En fait, Brasca se déplace en un instant juste devant son adversaire et lui file un coup de poing. Le sang gicle et son adversaire tombe, mort en un coup.
Avec un sourire mauvais, il se tourne vers les autres qui s'enfuient en courant. Brasca lèche sa main ensanglantée et se met à rire. Il étend les bras et l'énergie afflue encore et encore. Il crée une boule de feu et l'envoie à ses pieds. Le sol s'ouvre, explose, et toute la plaine est détruite. Les espions tremblent en voyant que les dégâts se sont arrêtés à peine à quelques mètres d'eux. Brasca tourne sont regard vers eux. Il les a détectés.


Les espions Tsufuls sont entraînés. Depuis la nuit des temps, les Tsufuls ont vécu sur la coopération. Depuis toujours, face à un Saiyan il n'y a qu'une seule solution. Une partie des personnes en danger doit faire face à l'ennemi et le retenir pendant que les autres fuient. Ils sautent tous les deux de l'arbre, en sortant leur bras droit. A terre ils regardent la main que l'autre tend. L'un faisait le signe des ciseaux, l'autre du caillou.
Ils montent sur leurs motos, qu'ils avaient jusque là utilisés en mode silencieux. Ils déclenchent le starter et débloquent l'accélération. Les silencieux sortent des tuyaux éjectés par les gazs surpuissants de démarrage. Les fusées s'allument et chacun part dans une direction opposée. L'un des deux fonce vers Brasca. Prêt à mourir, il n'a pas peur. Il devrait.
Quelques mètres avant contact, le Tsuful tourne brusquement pour passer à côté du guerrier. Etonné par la réactivité de l'engin ennemi, Brasca le regarde s'éloigner dans un nuage de fumée noire. Le guerrier tousse. Cette odeur de pollution lui est insupportable. Il déploie son énergie et toute la fumée est éloignée. Il s'élance, et en un instant rattrape l'engin qui s'éloignait à 250 km/h. Il attrape la moto en écrasant le métal de la carrosserie, et s'envole avec sa proie.
Le Tsuful est tiré dans tous les sens, mais s'accroche, il sort son arme et tire, à bout portant, sur le torse de son ennemi qui semblait plus grand et plus musclé qu'avant. Les balles s'écrasent et rebondissent. Les balles les plus puissantes des Tsufuls, capable de transpercer un Saiyan, à 100 000 zenis pièce !


Le guerrier écrase alors entre ses mains la moto, une jambe de l'espion avec. Ce dernier crie de douleur et se plie en deux. Mais en profite pour recharger. Cette fois, il tire au visage. Mais c'est le résultat est identique. "Je sais ce que tu penses !" Dit alors le Saiyan, en pointant vers la forêt. On voyait la fumée des réacteurs de l'autre moto sortir entre les arbres. L'espion se rend alors compte qu'ils étaient à une centaine de mètres du sol.
Brasca crée à nouveau une boule n'énergie et l'envoit dans la forêt à la poursuite de la moto. La boule de feu détruit tous les arbres sur son passage et la cible entend un bruit suspect derrière lui. L'autre espion se retourne pour voir l'objet dévastateur se rapprocher de lui à la vitesse du son ! Il tourne brusquement à 90 degrés et coupe le moteur en s'écrasant le moins violemment possible entre des buissons.
L'explosion envoie des morceaux de pierre et d'arbre partout. L'espion est transpercé par un débris.
Du ciel, Brasca se met à rire méchamment, lorsqu'il se retourne vers son otage, qu'il voit dégoupiller un objet rond et gris. Dans un cri de rage, le Tsuful s'approche du corps du Saiyan et tend sa main qui agrippe fermement la grenade vers son visage. Une explosion retentit, déclenchant les autres grenades qu'il avait sur lui. La moto est déchirée en morceaux ainsi que son occupant. Mais le guerrier sort de la fumée sans une égratignure.


Un moment après, les Saiyans reviennent en groupe. D'autres villages se sont vidés pour voir ce qu'il se passe, quelles sont ces explosions. Les Saiyans fuyants avaient donné l'alarme et beaucoup accourent en espérant faire un combat exaltant.
C'est un champ de bataille. De la fumée sort du sol brûlé. Il y a des débris d'un truc en métal bizarre, et au milieu, Brasca, qui a doublé de volume.
Il était devenu une montagne de muscles, et l'enfant était maintenant plus grand que tous les autres Saiyans. Entouré de son aura jaune, ses yeux devenus blancs, il était extrêmement impressionnant.
Beaucoup de Saiyans moururent ce jour là.


L'espion Tsuful réussit à bander sa blessure tant bien que mal et à revenir à la côte. Là un bateau l'attendait, caché dans une crique, et c'est ainsi qu'il put rendre compte de ce qu'il s'était passé.
Chez les Tsufuls, on s'affaire dans tous les sens. Pendant les jours qui suivent, Brasca tue des dizaines de Saiyans, détruit des paysages, et s'approche dangereusement de villes cachées des Tsufuls. Une longue recherche dans les archives donne un résultat. Il y a 1000 ans, un Saiyan aux cheveux jaunes avait aussi été remarqué. Il était beaucoup plus puissant que les autres, et était mort très jeune, peu après s'être transformé.
- C'est clair, dit un scientifique. C'est un phénomène récurrent. Et il va en s'améliorant.
- Rien ne semble le toucher. Il aspire l'énergie autour de lui, il est indestructible et infatigable !
- Il faut le détruire, sinon il détruira notre monde. Si rien ne l'atteint physiquement, il faudra l'attaquer par un autre moyen.
- Des gaz ? Du poison ?
- Non, aucun gaz ne reste près de lui à cause du vent qu'il crée, et pour le poison je doute que ca transperce sa peau, quant à lui en faire manger... je vous rappelle que depuis qu'il s'est transformé, il n'a rien mangé ni bu !
- Le problème est réglé, dit subitement quelqu'un.
Les scientifiques se retournèrent tous vers le messager qui venait d'entrer.
- Brasca est mort ce matin. Il est tombé tout seul, détruit par sa propre énergie.


Chez les Saiyans comme les Tsufuls, c'était la libération.
- Vous pensez qu'une telle chose se reproduira, chef ? demande un Tsuful pendant l'archivage des données pour un usage futur.
- Oui répond-il, dans 1000 ans, oui. Et il sera plus stable encore. Il ne mourra pas avant peut être, quelques semaines. Voire plus. Il détruira le monde, car son pouvoir augmente au cours du temps de façon exponentielle.
- Dans 1000 ans... nous aurons la technologie pour le détruire !
- J'espère bien... j'espère bien.

Lire le chapitre suivant
Dernière édition par Salagir le Lun Mars 07, 2005 1:10, édité 3 fois.
Mes diverses créations : BD Hémisphères - BD Super Dragon Bros Z , et....
Image
Image Image Image Image
Avatar de l’utilisateur
Salagir
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 1273
Inscription: Mar Sep 28, 2004 19:50

Messagepar Tomgoku le Jeu Jan 13, 2005 0:03

J' attendais d'avoir un peu de temps pour pouvoir lire ce second chapitre. et j'aimerais poser une question non pas à Salagir pour commencer mais aux autres membres du forum (sauf Boyeu car je crois savoir qu'il lit cette fan fiction ^^)! Pourquoi vous ne lisez pas pas ou ne postez pas vos remarques, vous n'en avez rien à foutre ou quoi ??? Quand je vois ça, je comprend un peu mieux pourquoi Salagir hésitait à poster la suite...enfin bref, passons.

J'ai trouver que ce chapitre était très bien par plusieurs points.
Pour commencer, je trouve que c'est toujours aussi bien rédigé et je n'ai eu aucune peine à comprendre le déroulement de l'action ^^ (d'ailleurs en passant, c'est parce que les saiyajins sont encore plus des animaux que des hommes qu'il y' a si peu de dialogues ? et dans ce cas, est ce que ça veut dire que par la suite, la fic sera enrichie de plus de phases de discussions ?). J' adore ce côté un peu plus proche d'un roman que d'une fan fic habituelle (ou il n'y a que des dialogues et pour ainsi dire, pas grand chose d'autre) au niveau de la narration, je trouve que ça change grandement l'image que je m' étais faites des fan fictions.

Si je devais reprocher quelque chose (vu que tu sembles y tenir) ce serait peut être le manque de mysticisme (corrige moi si je me trompe ^^) lors de la transformation de brasca en ssj (d'ailleurs Brasca, c'est en rapport avec lord Brasca dans final fantasy 10 ou je m' égare complètement ?). Je m' attendais à quelque chose de diront nous plus...hmm...quelque chose qui fasse plus légende quoi ^^

Sinon j'ai crus constater une ou deux petites erreurs au niveau de la tournures des phrases, si je me plante, faites le moi savoir car je suis loin d'être une référence en la matière...

Salagir a écrit:D'autres Saiyans se joignent à la bagarre, parmi eux sont des puissants combattants. Le chef du village voisin charge son énergie en faisant tournoyer l' herbe autour de lui. Il est temps de montrer à ce gamin ce qu'est qu'un guerrier. Brasca reconnaît la force d'un vrai combattant et lâche le visage du Saiyan qu'il écrasait entre ses doigts.


Ce qu'est "un" véritable guerrier non ?

Salagir a écrit:A terre, presque vaincu, le chef du village voisin crache un peu de sang. Il est ennuyeux. Il n'a pas perdu de bagarre depuis longtemps. Alors il se relève. Et concentre son énergie. Il donne un gigantesque coup de poing dans le torse de Brasca, mais celui ci ne pare même pas, et ne bouge pas d'un pouce, comme s'il n'avait pas senti le coup. Et il sent l'énergie monter en lui. Sans fin.


Il est ennuyeux ou bien il est ennuyé ?

Voila c'est tout, si il y' a une suite, je la lirais volontiers.
Avatar de l’utilisateur
Tomgoku
 
Messages: 994
Inscription: Sam Sep 25, 2004 16:11
Localisation: Local Host

Messagepar Boyeu le Jeu Jan 13, 2005 9:31

Je dois avouer que je n'ai pas encore eu le courage de lire le second chapitre, fautes de temps, puisque j'ai pas mal de boulot ces temps ci... Mais ça ne serait tarder je pense.

Puis je pense aussi que pour le reste des membres c'est plus de la flémmardise qu'autre chose, car Salagir a quand même posé un petit pavé de lecture, et faut avoir un minimum de courage pour se lancer dans cette lecture ^^

Mais bon je suis d'accords avec toi, ne serait-ce que pour encourager Salagir, ça serait sympas de laisser des critiques sur sa création, qui, comme tu l'as dis est très interessante (du moin la première partie puisque j'ai pas encore lu la deuxième ; ))
-= Baka =-
Avatar de l’utilisateur
Boyeu
 
Messages: 741
Inscription: Lun Sep 20, 2004 22:38
Localisation: Lodoss, l'île maudite

Messagepar Salagir le Jeu Jan 13, 2005 13:31

Tomgoku a écrit:J'ai trouver que ce chapitre était très bien par plusieurs points.
Pour commencer, je trouve que c'est toujours aussi bien rédigé et je n'ai eu aucune peine à comprendre le déroulement de l'action ^^

Merci !

Tomgoku a écrit:(d'ailleurs en passant, c'est parce que les saiyajins sont encore plus des animaux que des hommes qu'il y' a si peu de dialogues ? et dans ce cas, est ce que ça veut dire que par la suite, la fic sera enrichie de plus de phases de discussions ?).

C'est une façon de voir les choses. Je ne pense pas qu'un langage s'apprenne en 1000 ans donc les personnages de se chapitre parlaient certainement, simplement il n'y avait pas besoin de dialogues.
Ces deux chapitres sont une introduction (et oui la vraie histoire commence au prochain chapitre! :) ) donc il n'était pas nécessaire d'entrer dans les détails, surtout lorsque ceux-ci n'ont que peu d'importance.
De plus c'est fait exprès que le type de narration soit différent, d'ailleurs ces chapitres sont écris au présent, la suite sera au passé.
Donc oui, la suite contiendra plus de discussion. J'essais quand même au maximum de limiter les verbiages inutiles. D'autant que du Saiyan au français, y'a beaucoup de perte à la traduction (lol)

Tomgoku a écrit:J' adore ce côté un peu plus proche d'un roman que d'une fan fic habituelle (ou il n'y a que des dialogues et pour ainsi dire, pas grand chose d'autre) au niveau de la narration, je trouve que ça change grandement l'image que je m' étais faites des fan fictions.

J'en suis ravis! On trouve un peu de tout au niveau des fanfic, et moi j'ai du mal à me limiter. J'avais réussi à le faire dans mes 2 précédentes mais là j'ai bien trop d'idées, ca doit être une saga :)

Tomgoku a écrit:Si je devais reprocher quelque chose (vu que tu sembles y tenir) ce serait peut être le manque de mysticisme (corrige moi si je me trompe ^^) lors de la transformation de brasca en ssj. Je m' attendais à quelque chose de diront nous plus...hmm...quelque chose qui fasse plus légende quoi ^^

Hum je vois :)
En fait cela vient aussi du fait que je parle de Guerrier Millénaire (et considère Broly comme Guerrier Millénaire, et considère que "Légendaire" n'est qu'un autre terme), et cet état plutôt comme une malédiction, une mutation génétique qui s'auto-détruit.
Donc évidement, c'est pas très glorieux :p
Outre ca, je suis allergique aux légendes avec fanfare et tompette, héros élu qui réussi tout et a la toute puissance.

Tomgoku a écrit:(d'ailleurs Brasca, c'est en rapport avec lord Brasca dans final fantasy 10 ou je m' égare complètement ?).

Heu non, je connaissais pas ce personnage. En fait, ce nom suit une tradition dans l'univers DBZ, et ce à deux niveaux... Tradition que je n'ai pas suivis pour les autres personnages parce que je voulais pas les appeller rutabaga, haricots et choufleur.
En l'occurance j'ai décidé que les Guerrier millénaires auraient des noms d'espèces de broccoli, ce qui nous donne donc Broly et Brasca. ^_^

Tomgoku a écrit:
Salagir a écrit:Il est temps de montrer à ce gamin ce qu'est qu'un guerrier.

Ce qu'est "un" véritable guerrier non ?

Tout à fait. Tu vois, on a beau se relire...

Tomgoku a écrit:
Salagir a écrit:A terre, presque vaincu, le chef du village voisin crache un peu de sang. Il est ennuyeux. Il n'a pas perdu de bagarre depuis longtemps.

Il est ennuyeux ou bien il est ennuyé ?

Effectivement c'est peu clair. En fait Brasca trouve le chef ennuyeux, parce qu'il a beaucoup d'endurance et continue à se relever alors qu'il a perdu.
Je vais retoucher ça.

Tomgoku a écrit:Voila c'est tout, si il y' a une suite, je la lirais volontiers.

^_^
J'ai déjà un chapitre d'avance, je retouche, je relis... et puis je vous posterai ca (mais pas trop vite faudrai pas que vous prenniez l'habitude de chapitres qui sortent tout seuls! :p )
Mes diverses créations : BD Hémisphères - BD Super Dragon Bros Z , et....
Image
Image Image Image Image
Avatar de l’utilisateur
Salagir
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 1273
Inscription: Mar Sep 28, 2004 19:50

Messagepar Salagir le Dim Fév 20, 2005 3:27

Il y a 1000 ans.

Le monde des Saiyans et des Tsufuls avait bien changé, dit M. Tabirak, en 1000 ans. Les Saiyans n'avaient pas beaucoup évolué mais construisaient quand même enfin des maisons en bois et en pierres. Ils avaient même quelques grandes villes tout en pierre, des écoles (dans ces grandes villes), une armée et un Roi. Cela restait quand même un pays très rural, et bien qu'il n'y ait en rien une classe supérieure, les habitants des rares villes étaient d'un niveau largement supérieur aux villageois.
Les Saiyans connaissaient maintenant l'art de voler et une partie de la population en était capable. Tous les Saiyans adultes savaient lancer des boules de feu (ou alors savaient bien cacher qu'ils n'y arrivaient pas).
Les Tsufuls, de leur côté, étaient passés de l'ère industrielle à l'ère informatique. Ils construisaient des robots qui volaient silencieusement, des champs protecteurs et des capteurs capables de surveiller la planète entière. Ces technologies leur étaient bien utiles pour survivre sur la même planète que les Saiyans.
Les villes Tsufuls étaient maintenant à l'air libre, sur des îles éloignées des pays Saiyans. Leurs champs protecteurs s'étendaient sur une grande partie de la mer autour et déconcertaient les êtres qui s'en approchaient. Ceux ci perdaient tout sens de l'orientation et se perdaient, finissant toujours par revenir chez eux sans avoir trouvé les villes Tsufuls.
Les Tsufuls gardaient contact avec le Roi des Saiyans et les rares Saiyan instruits. Pour ce faire, ils envoyaient souvent un robot diplomate à leur place, leur permettant une visioconférence. Les Tsufuls les plus pacifiques avaient fini par prendre les Saiyans pour leurs "petits frères", qu'il fallait surveiller et protéger. De cette manière, ils avaient lancé des satellites espions et prévenus les Saiyans peu avant qu'un volcan engloutisse une large surface d'une région habitée.
Et ils avaient évidemment prévenu le Roi Saiyan de celui qu'on appelait maintenant le Guerrier Millénaire et de son danger. L'histoire s'était transformé en légende parmi les Saiyans. Tout le monde espérait que son enfant serait le Guerrier Millénaire, le plus puissant de tous les Saiyans... Par définition, il deviendrait Roi.


Le Roi Saiyan avait donc pris plusieurs dispositions pour accueillir -et détruire- ce guerrier. Il avait agrandi les rangs de son armée et l'entraînait jusqu'à la limite. Ne négligeant aucune piste il envoya aussi certains de ses guerriers dans des quêtes insensées, comme la recherche de la Tortue de Métal d'Or, qui rendrait immortel d'après la légende, la recherche du démon mystique qui pouvait tuer rien qu'en vous touchant, la recherche des citées cachées des Tsufuls qui devaient bien cacher une arme extraordinaire quelque part, et la recherche dans les archives de la bibliothèque.
Les Saiyans étaient très sceptiques et ne croyaient en rien aux légendes susnommées. Ils avaient pour beaucoup du mal à croire en l'existence du Guerrier Millénaire. Le Roi lui-même ne portait pas d'espoir en ces légendes, mais il en portait plus en la bibliothèque.
Peu de Saiyans savaient lire. En fait, pour savoir lire, il fallait être faible, bête et lâche au point de se mettre sous la protection du Roi et de gérer la bibliothèque, pour y lire et écrire. Lorsqu'un Saiyan de haut rang allait chercher une information historique (cela arrivait heureusement rarement), il savait que ces scribes étaient utiles mais ne pouvait s'empêcher de ressentir un dédain immense pour cet insecte qui passait sa vie dans ces écritures.
Des études, des projets scientifiques avaient été conduits par des Saiyans (encore des lâches et des tapettes) et leurs résultats gardés précieusement. Le Roi connaissait leur intérêt et une attaque envers la bibliothèque était punie de mort. Le peuple avait fini par accepter que "tous ces érudits étaient des merdes mais avaient certainement une utilité".


Le grand général à la retraite Stagarnos était à la bibliothèque. Il était sûr que cela n'avait pas d'utilité. Mais il obéissait au Roi car il était le plus loyal de ses hommes. Cela faisait déjà plusieurs minutes qu'il attendait et il trouvait le temps long.
- Voilà, fit l'érudite, une Saiyanne encore plus vieille que lui, avec des dents en moins, toute courbée, qui revenait. Un déchet à ses yeux. J'ai retrouvée les documents. Ceux qui parlent du moyen d'atteindre la force suprême pour un Saiyan.
- Mouais, alors ?
- C'est une étude de Léanord, il a vécu il y a deux cents ans. Il disait que les Saiyans n'utilisent qu'une portion de leurs capacités et peuvent devenir bien plus puissants. Et la clef pour atteindre cette force est l'empathie.
- L'an quoi ?
- La capacité à ressentir les sentiments des autres. A partager leur douleur, à être triste pour eux, et, ajoute-t-il, à souffrir s'ils souffrent.
- Mais c'est complètement con !
L'érudite lui lut et expliqua tous les détails de la théorie en question. Après bien des discussions Stagarnos reparti, il avait compris sa mission : il devait trouver une lopette, et en faire le guerrier le plus puissant.


Stagarnos expliqua ceci au Roi, qui l'envoya chercher son guerrier empathique. Il partit donc et voyagea de villages en villages, en pensant qu'il perdait son temps... mais le Roi avait raison, toutes les pistes devaient être suivies.
A des centaines de kilomètres, un Saiyan qui avait trouvé une tortue de métal dorée essaya par tous les moyens de se rendre immortel en se frottant dessus, lorsqu'il comprit que la tortue s'était juste salie avec un truc brillant.


Au loin dans un village, loin de la ville, loin de tout, une Saiyanne mourrait.
Cela arrivait tous les jours.
Mais celle-ci n'était ni vieille ni blessée. En fait, c'était bien pire, elle était malade. Une bien minable façon de mourir. Cela n'allait pas gâcher la journée de son homme. Dehors il faisait beau et il avait des occupations, en tant que chef du village. Mais alors qu'il passait devant la maison où sa femme n'en finissait pas de mourir, il lâcha en direction de la porte : "Sors de là bordel !" ce qui aurait pu paraître vraiment vraiment disgracieux si l'on ne savait pas qu'au pied du lit se trouvait leur fille, qui pleurait sur le sort de sa mère.
Notre chef du village, nommé Hatonek, est très tolérant. Il pouvait comprendre qu'un Saiyan pleure, surtout s'il est jeune. Un Saiyan peut pleurer s'il a vraiment très mal, ou après une très amère défaite. Mais pleurer parce que sa mère meurt, ça il ne pouvait pas comprendre. Tout le monde meurt un jour !
"- Sors d'ici enfin ! Sors maintenant !" Ordonna-t-il.
La fille finit par sortir, elle avait encore les yeux rouges. "N'as-tu donc pas honte, dit-il, de faire souffrir ta mère on lui montrant dans ses derniers instants rien d'autre que ton visage qui pleure ?" "Tu ne comprends rien." répondit-elle en fronçant les sourcils. "Ca c'est sûr. Rends toi plutôt utile et va chasser quelque chose pour manger."
La fille se mit à flotter -c'était rare dans ces contrées- et s'envola au loin. Le père entra dans la maison. Lui et sa femme étaient restés 20 ans ensemble. De la part de Saiyans à l'époque, c'était énorme. Evidemment, ils s'étaient bien séparés de temps en temps pour voir ailleurs, mais revenaient toujours ensemble, et avaient éduqué leur fille unique pendant bien longtemps, alors que la plupart des gamins étaient souvent éduqués particulièrement par l'un des deux géniteurs, et de manière générale par tout le village.
Sa femme était éveillée. "Elle te cause bien des soucis", lui dit-il. "Ce n'est pas grave." Répondit-elle faiblement. Hatonek laissa un silence puis ajouta "Tu ne veux pas en finir ?" "Non, fait-elle. Je veux voir la mort venir." Elle était une vraie Saiyanne.


Le soir arrivait et les Saiyans étaient pour la plupart assis à table, à boire et se détendre, devant leurs maisons. Les tables et autres lieux de vie étaient toujours à l'extérieur, une maison ne servant qu'à dormir et garder des choses.
Tous tournèrent la tête lorsqu'ils virent leur chef sortir de sa maison, avec sa femme dans ses bras. Ils comprirent qu'elle était enfin morte. Cela faisait plusieurs jours qu'elle était malade et les Saiyans ne sont pas habitués à voir des gens mettre du temps à mourir. "Hanaaaaaaasiaaaa !!!" cria Hatonek pour appeler sa fille qu'il savait présente pas loin. Instantanément, jaillissant d'entre les maisons, sa fille se retrouva à côté de lui. Son regard était anxieux et ses yeux se mouillèrent en voyant sa mère.
Hatonek prit une inspiration et avec force, lança en l'air la dépouille de sa femme. Il lança le corps haut dans le ciel. Par respect pour leur chef, tous les villageois firent silence en la regardant monter à grande vitesse dans le ciel. Hatonek l'avait lancée très haut. Cela voulait dire qu'il lui témoignait beaucoup de respect. Et plus il attendait, plus il augmentait ce respect. Alors il attendait, le poing serré et concentrant son énergie. Hanasia fit de même.
La dépouille commençait à redescendre. Tous les villageois préparèrent leur poing et le chargèrent, s'éloignèrent de la table ou se levèrent, prêt à tirer, car c'était en général à ce moment là qu'on le faisait. Mais ils attendaient bien sûr qu'Hatonek donne le premier coup.
Le corps descendait toujours. De plus en plus vite. Certains devenaient anxieux. Si le corps retouchait terre, c'était alors détruire toute sorte de respect. Pour les morts que l'on détestait, la tradition était de tirer dès qu'on le lançait, sans même lui laisser le temps de monter. Mais retomber sur le sol, c'était pire que tout. Les Saiyans étaient trop terre à terre pour penser que cela portait malheur ou autre, c'était juste une histoire de respect.
Voyant le corps tomber vraiment très vite, certains hésitaient presque à tirer tout de suite. Mais ils n'osaient pas. Les deux Saiyans les plus forts du village étaient au milieu, Hanasia et Hatonek, et si Hatonek était trop lent, Hanasia tirerait sûrement. Elle pouvait se permettre de prendre le pas, mais eux, non, sûrement pas. Ils le paieraient cher. Alors ils regardaient les deux Saiyans en attendant un signe. Les deux avaient le poing prêt, et maintenant fermaient les yeux. Ils étaient décidément bizarre ces deux là.
Un villageois émit un mouvement mais fut arrêté aussitôt par son voisin. Le sol n'était plus qu'à une demi seconde de la femme. Et soudainement, ses deux parents ouvrirent les yeux et lancèrent leurs boules de feu sur le corps, immédiatement suivis par tout le village. Une explosion retentit juste au-dessus des maisons et seules quelques cendres tombèrent sur le sol.
Ainsi étaient traités les morts chez les Saiyans.


Un élève s'excite brusquement, comme s'il venait de recevoir un choc. Il prend la parole. "Cela ressemble à la façon dont Végéta tue Nappa, monsieur ! Il le lance en l'air et lui envoie une boule de feu !"
Les élèves réfléchissent un moment, en regardant la scène du village ayant tiré en unisson. Elle est fixe et la fumée est figée sur le dôme 3D. "Nappa venait de se faire battre et Végéta l'a rejeté, disant qu'il était devenu inutile... de la part de Végéta cela voulait tout aussi bien dire qu'il le considérait comme mort..." "...et il a quand même voulu lui rendre un certain respect en l'enterrant à la manière traditionnelle des Saiyans." M. Tabirak conclu : "C'est bien possible, je n'y avais même pas pensé."

Lire le chapitre suivant
Dernière édition par Salagir le Dim Mars 13, 2005 2:12, édité 2 fois.
Mes diverses créations : BD Hémisphères - BD Super Dragon Bros Z , et....
Image
Image Image Image Image
Avatar de l’utilisateur
Salagir
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 1273
Inscription: Mar Sep 28, 2004 19:50

Messagepar Boyeu le Dim Fév 20, 2005 13:17

Bon, après un certains temps de lecture je viens de lire d'une traite ces trois chapitres, et j'ai quelques points à soulever:

Le premier c'est les quelques fautes qui trainent par ci par là, rien de très grave si tu faisais une petite relecture.

Ensuite, les références à "notre histoire" que tu reprends durant tout le déroulement de ton histoire (si je ne me trompe pas biensur). Par éxemple, Lucie, Leanord et surement d'autres encore. C'est une bonne idée surtout que ça s'intègre bien ^^

Par contre, le dernier chapitre est un peu bizarre, je ne comprends pas trop le rapport avec les deux premiers chapitres, et on reste un peu sur notre fin. A la fin du deuxième chapitre, et au vue du titre du 3ème, on s'attendrait à ce qu'un autre guerrier millénaire émerge d'un des villages (Hanasia probablement ?!). Ca ressemble plus à une sorte de préambule, et de ce fait, ça aurait pê été plus judicieu d'aller un peu plus loin dans l'histoire, pour qu'on sâche à peu près ou est-ce que ce chapitre va nous mener. Mais bon celà dit, ca ne donne qu'envie de lire la suite quand elle arrivera.

Dernier point, qui est pê un peu éxagéré de ma part, c'est que si l'histoire était légèrement illustrée (et je sais que tu en es capable), ca aurait pus donner un tout autre intérêt et renforcer le tout.

Donc voilà, pour conclure j'aime beaucoup cette histoire, et j'attends la suite : )
Dernière édition par Boyeu le Dim Fév 20, 2005 14:28, édité 1 fois.
-= Baka =-
Avatar de l’utilisateur
Boyeu
 
Messages: 741
Inscription: Lun Sep 20, 2004 22:38
Localisation: Lodoss, l'île maudite

Messagepar Tomgoku le Dim Fév 20, 2005 13:44

Et bien moi, c'est de loin le chapitre que je préfère parmis les trois déja publiés. Le fait de voir comment les différents peuples évoluent au fil des siècle, de voir des sociétés qui deviennent de plus en plus structurées et développées, c'est vraiment très bien.

Par ailleur, la remarque de cet élève à la fin est vraiment super je trouve. C'est une bonne manière de mélanger la fiction et l'histoire originale de Toriyama.

Quant à moi, j'ai rien remarquer de très génant si ce n'est quelques petites fautes par ci par là comme l'a fait remarquer Boyeu, rien de bien méchant. :D
Avatar de l’utilisateur
Tomgoku
 
Messages: 994
Inscription: Sam Sep 25, 2004 16:11
Localisation: Local Host

Messagepar Le Chauve le Dim Fév 20, 2005 14:42

Peut pas lire... Trop long !!! :shock:

Edit de Boyeu: Ben....... Si tu ne veux pas lire... Pas la peine de faire des commentaires comme ça : o/
Message tapé avec une disposition BÉPO

Image

Auteur de Kuroki, la fic garantie pas comme les autres.
Avatar de l’utilisateur
Le Chauve
 
Messages: 720
Inscription: Ven Oct 08, 2004 18:55
Localisation: Capitale de l'Ouest

Messagepar Salagir le Lun Fév 21, 2005 2:42

Boyeu a écrit:Le premier c'est les quelques fautes qui trainent par ci par là, rien de très grave si tu faisais une petite relecture.

Ben justement j'en fais... mais peut-etre trop petite ^^

Pour les fautes, n'hésitez pas à me les mailer, par exemple en m'écrivant juste le mot faux, celui d'avant et celui d'après, puis la correction, moi je fais un ptit rechercher/remplacer et c'est bon ;)
Evidement, vous sentez pas obligés de jouer au correcteur si vous avez la flemme ;)

Boyeu a écrit:Ensuite, les références à "notre histoire" que tu reprends durant tout le déroulement de ton histoire (si je ne me trompe pas biensur). Par éxemple, Lucie, Leanord et surement d'autres encore. C'est une bonne idée surtout que ça s'intègre bien ^^

Je ne comprends rien à ce que tu dis dans cette phrase ^^l
Quelle "notre histoire" ?

Boyeu a écrit:Par contre, le dernier chapitre est un peu bizarre, je ne comprends pas trop le rapport avec les deux premiers chapitres, et on reste un peu sur notre fin. A la fin du deuxième chapitre, et au vue du titre du 3ème, on s'attendrait à ce qu'un autre guerrier millénaire émerge d'un des villages (Hanasia probablement ?!). Ca ressemble plus à une sorte de préambule, et de ce fait, ça aurait pê été plus judicieu d'aller un peu plus loin dans l'histoire, pour qu'on sâche à peu près ou est-ce que ce chapitre va nous mener. Mais bon celà dit, ca ne donne qu'envie de lire la suite quand elle arrivera.

Effectivement, les 2 premiers chapitres étaient des préambules. La seule, la grande histoire, c'est celle d'Hanasia. Donc effectivement, l'identité du nouveau Guerrier Millénaire ne sera pas tout de suite révélée.
L'histoire commence à peine.
Donc la suite va arriver, faudrai juste que je finisse de l'écrire :) Je bloque sur une scène un peu difficile.

Boyeu a écrit:Dernier point, qui est pê un peu éxagéré de ma part, c'est que si l'histoire était légèrement illustrée (et je sais que tu en es capable), ca aurait pus donner un tout autre intérêt et renforcer le tout.

Ouais c'est exagéré ;p
J'ai une tendance forte à ne pas mélanger dessins et textes (ce que je faisais beaucoup avant). Mais j'avoue que je n'ai pas pu m'empecher de crayonner quelques persos, juste histoire de.
Ayant peu de temps (mes dernieres occupation dessinatrices ont été accées sur Geek's World et la prochaine mise à jour de C.E.D. qui va tout déchirer ceci dit en passant ;) ) je n'ai pas pu les finaliser, mais quand ce sera le cas vous les verrez.

Si quelqu'un de talentueux veux me faire quelques dessins je suis tout ouvert, je peux lui poster des descriptions (en fait je pourrais même les intégrer dans l'histoire mais j'ai toujours eu du mal à décrire. D'ailleurs c'est trop tard j'ai présenté les persos... mettre une desc après ca ferai bizarre)... DBZwarrior ? (cligne)
Mes diverses créations : BD Hémisphères - BD Super Dragon Bros Z , et....
Image
Image Image Image Image
Avatar de l’utilisateur
Salagir
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 1273
Inscription: Mar Sep 28, 2004 19:50

Messagepar Boyeu le Lun Fév 21, 2005 9:29

Je ne comprends rien à ce que tu dis dans cette phrase ^^l
Quelle "notre histoire" ?

Ah ben pê que je me trompais finalement, mais je trouvais que "Leanord" sonnait avec Leonard (De Vinci) surtout dans le contexte d'une personne ingénieuse qui inventa des trucs... Dont on ne comprend pas tjrs le sens. Et Lucie comme le premier descendant direct de l'homme (ou le plus vieux trouvé jusqu'à présent), bien qu'il y ait eu, il me semble, des réfutations de ce coté, mais c'est pas le topic pour en parler ^^. C'est dans ce sens là que j'entendais "notre histoire".
-= Baka =-
Avatar de l’utilisateur
Boyeu
 
Messages: 741
Inscription: Lun Sep 20, 2004 22:38
Localisation: Lodoss, l'île maudite

Messagepar Salagir le Lun Fév 21, 2005 17:55

Boyeu a écrit:Ah ben pê que je me trompais finalement, mais je trouvais que "Leanord" sonnait avec Leonard (De Vinci) surtout dans le contexte d'une personne ingénieuse qui inventa des trucs... Dont on ne comprend pas tjrs le sens. Et Lucie comme le premier descendant direct de l'homme (ou le plus vieux trouvé jusqu'à présent), bien qu'il y ait eu, il me semble, des réfutations de ce coté, mais c'est pas le topic pour en parler ^^. C'est dans ce sens là que j'entendais "notre histoire".

Ah oui ! (j'étais à l'ouest [*])

Effectivement, ce sont tous deux des clins d'oeil, et tu as vu juste pour Leanord comme pour Lucie.

[*] rien de nouveau d'ailleurs
Mes diverses créations : BD Hémisphères - BD Super Dragon Bros Z , et....
Image
Image Image Image Image
Avatar de l’utilisateur
Salagir
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 1273
Inscription: Mar Sep 28, 2004 19:50

Suivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 21 invités