futur imparfait

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

futur imparfait

Messagepar Claude Lindsay le Mer Juil 21, 2021 12:50

chapitre un

-«Ça y est!» dit Bulma en brandissant sa nouvelle invention. Elle s’essuie le front avant de poursuivre.
-«Avec ça vous n’allez faire qu’une bouchée des cyborgs!»
Gohan et Trunks, incrédules, émettent un silence mêlé de scepticisme et de gêne. Visiblement, l’enthousiasme de Bulma n’est pas partagé.
-«Tu sais maman... Sans vouloir t’offenser... Ta dernière invention m’a pratiquement explosé à la figure quand j’ai voulu m’en servir sur C-17 et si Gohan n’avait pas sacrifié son bras pour me protéger du kienzan de C-18, je ne serai plus de ce monde à l’heure qu’il est.»
La mère de Trunks soupire.
-«Je ne suis plus aussi douée qu’autrefois... Je le sais. Depuis que ce fragment d’ogive m’a traversé la moelle épinière, je ne suis plus tout à fait la même.»
Une expression de dépit se dessine sur son visage. Bulma quitte sa table de travail à l’aide d’un fauteuil roulant. Le fauteuil, estampillé Capsule Corp., flotte à quelques dizaines de centimètres du sol, lui permettant d’être face à face avec ses interlocuteurs.
-«Le chronoTaser est un échec. Je l’admet. Dans sa conception. Mais aussi dans sa planification. Vouloir envoyer ces monstres dans un lointain passé pour s’en débarrasser n’était pas la bonne stratégie. Qui sait si on aurait pas créé un présent bien pire?»
Trunks comme Gohan approuvent en opinant du chef. Le fils de Goku esquisse un sourire avant de prendre la parole.
-«Parle nous plutôt de cette nouvelle invention. Je suis sûr qu’elle est très prometteuse.»
Le visage de Bulma s’illumine. Une expression radieuse se dessine sur son visage. Gohan ressemble énormément à son père dans cette tenue orange et noire. Exception faite de ces cicatrices et, bien évidemment, de son bras manquant. Il a ce don que possédait Goku pour redonner espoir dans les situations les plus mal engagées .
-«J’ai appelé ça... les "patalos".» dit Bulma avec fierté en brandissant deux magnifiques bracelets aux couleurs chatoyantes.
-«Pa..."patalos"?» répète Gohan alors qu’une gigantesque goutte de sueur perle sur son front.
-«Oui. L’idée m’est venue en préparant des pâtes et en les mélangeant avec de l’eau.»
Cette explication de texte ainsi faite, Bulma se lance dans un interminable laïus sur le fonctionnement de son invention. Les minutes paraissent des heures pour Trunks et Gohan. Alors que leurs paupières sont sur le point de se fermer, Bulma en arrive à la conclusion de son discours.
-«...Et ainsi vous deviendrez bien plus forts que les cyborgs.»
Cette phrase réveille brusquement son auditoire, tel un électrochoc. Ces deux interlocuteurs ne peuvent s’empêcher de bâiller et de faire des étirements. Le fils de Goku saisit l’un des bracelets et fait mine de l’examiner.
-«C’est super tout ça. Mais s’il faut porter ces deux bracelets pour augmenter sa puissance, je ne suis pas le bon candidat avec mon bras unique.»
Le visage de Bulma se renfrogne. Saisissant l’autre bracelet Trunks prend la parole.
-«Moi je pourrai les mettre. Mais vu que que je ne peux pas devenir super saiyen et que je suis plus faible que Gohan sous sa forme ordinaire, lui-même inférieur aux cyborgs, il faudrait que ces potalas...»
Bulma l’interrompt aussi sec.
-«"PATALOS"! Pas potalas! Et vous n’avez rien écouté de ce que j’ai dit!» s’écrie la mère de Trunks folle de rage.
Son fils et celui de Goku se grattent l’arrière de la tête, très gênés. Tels deux élèves devant leur maîtresse, pris la main dans le pot de confiture, ils sourient, l’air embarrassés. Gohan tente de tempérer.
-«Peut-être qu’avec de l’entrainement et un peu de temps ces potalas augmenteraient suffisamment la force de Trunks pour...»
Cette fois s’en est trop pour Bulma qui fulmine dans son fauteuil les bras croisés.
-«"PA-TA-LOS". C’est pas compliqué à retenir, si? Et je n’ai pas conçu ces bracelets pour une seule personne. Mais pour deux.»
Ces deux interlocuteurs écarquillent les yeux d’incompréhension. Au grand désarroi de la mère de Trunks qui lève les yeux au ciel.
-«Tu veux dire que si Gohan et moi nous enfilons chacun un de ces potalas, on deviendra chacun plus fort? »
Bulma réplique du tac au tac avec un aplomb déstabilisant.
-«Non. Je veux dire que si toi et Gohan enfilez chacun un PA-TA-LO, vos deux corps se mélangeront. Comme les pâtes se mélangent à l’eau. Pâtes à l’eau? Tu saisies? Le résultat de cette fusion serai, selon mes calculs, quinze fois plus puissante que la simple addition de vos deux forces réunies. De quoi vous permettre de venir à bout des cyborgs. »
Gohan et Trunks exultent de joie. Il s’empressent d’enfiler chacun un bracelet, avides de tester l’invention. Mais à leur grande déception rien ne se passe.
-«Ça ne fait rien.» dit le fils de Bulma d’une voix consolatrice à l’attention de sa mère.
-«Au moins tu as essayé.» ajoute Gohan sur un ton emphatique.
-«Oui. Peut-être qu’avec du temps et quelques petit réglages...» commence Bulma avec des trémolos dans la voix. Elle-même ne croit pas en ses propres paroles. Pas plus qu’en ces talents d’inventeur érodés par le temps.
Un grésillement se fait entendre. Les bracelets se mettent à luire. Le corps de Trunks s’illumine. En une fraction de seconde, il devient super saiyen.
-«Qu’est ce qui m’arrive?» demande le fils de Bulma, désarçonné par sa propre transformation. Il se tourne vers Gohan et découvre, stupéfait, que lui aussi s’est métamorphosé. Mais pas en super saiyen. En quelque chose de différent. Quelque chose de beaucoup plus puissant. Ses cheveux ont conservé leur couleur noire d’origine mais ont considérablement poussés vers l’arrière. Ses sourcils ont disparus. Une mèche de cheveux lui barre le visage. Ses pupilles ne sont plus visibles. Le fils de Goku observe la paume de ces mains. Comme s’il découvre son corps pour la première fois.
-«Je crois que ces bracelets poussent notre génétique au summum de son potentiel avant de...»
Gohan n’a pas le temps de finir sa phrase. Son corps et celui de Trunks s’attirent mutuellement, produisant un flash de lumière aveuglant. Le faisceau lumineux s’estompe lentement, dévoilant peu à peu un nouveau personnage avec un bracelet à chaque poignet. Il se tourne vers Bulma, le sourire aux lèvres.
-«Je crois qu’il est temps pour C-17 et C-18 de faire connaissance avec Gohtrunks.»
-«vous savez pourquoi la justice a un bandeau sur les yeux ?»
-«non.»
-«c’est pour cacher qu’elle est en train de dormir.»
Avatar de l’utilisateur
Claude Lindsay
 
Messages: 824
Inscription: Dim Jan 03, 2021 23:51

Re: futur imparfait

Messagepar Claude Lindsay le Sam Juil 24, 2021 4:17

chapitre deux


Chaozu s’enfuit aussi vite que possible. Son corps flottant à quelques mètres du sol. Il se sent comme un animal traqué. Poursuivi par deux prédateurs trop rapides pour lui.
-«Quand vas-tu arrêté de t’amuser avec lui?» demande C-17.
-«Je le trouve trop mignon.» répond sa sœur avec insouciance.
C18 disparaît et réapparaît devant le compagnon de Tenshin Han. Elle le saisit par le col avant de l’observer minutieusement. Totalement impuissant, Chaozu se débat dans le vide. Ses membres courts brassant de l’air.
-«En tout cas il ferait un excellent ventilateur.» ajoute C17, sarcastique.
C18 laisse échapper un petit rire sournois.
-«Ah! Ah! Ah! Je vais le garder un ou deux siècle avec moi. Et quand j’en aurai assez je m’en débarrasserai.» dit la jeune fille.
Terrifié à l’idée de passer l’éternité aux côtés d’assassins, Chaozu se met à hurler.
-«Laissez-moi tranquille! Je ne veux pas vous suivre! »
-«Mais qui t’a demandé ton avis? » rétorque C-18 en lui décochant une pichenette du petit doigt.
Le coup, bien que léger, projette Chaozu au loin, à plusieurs mètres de distance. Il est sur le point d’entrer en collision avec un rocher quand une main salvatrice le retient. Son sauveur le pose délicatement au sol.
-«Tu n’es pas blessé? » demande l’homme.
Chaozu hoche la tête de droite à gauche. Il n’ose pas parler. Son sauveur ressemble trait pour trait à Végéta, ce qui le déstabilise. À ceci près qu’il porte deux balafres au visage et qu’une partie de ces cheveux est violette. Il est aussi plus grand que le prince des saiyens. Il a une épée dans le dos et deux bracelets scintillants à chaque poignet.
-«Qui c’est celui-là? » dit C-18, agacée.
-«Il n’est pas répertorié dans les datas de mon processeur interne. » poursuit-elle, suspicieuse.
-«Pas plus que dans les miennes. » ajoute C-17.
-«Comment c’est possible? » demande sa sœur.
-«On a des données sur tout le monde. Donc techniquement ça ne l’est pas. » répond C-17.
Le jumeau de C-18 s’avance d’un pas hostile vers Chaozu et son sauveur. Une légère tension se lit sur son visage.
-«T’es qui, toi? » lance-t-il familièrement.
L’homme ne répond pas. Il reste placide. Son visage, inexpressif.
-«Je t’ai posé une question! » crie C-17, énervé.
L’homme ne répond toujours pas. Il fait signe à Chaozu de se mettre à l’abri. Sortant l’épée de son fourreau, il l’arme dans son dos en la tenant à l’envers. La lame se met à scintiller. Une lumière éblouissante s’en dégage.
-«Fais attention, C-17, sa lame est chargée d’énergie. »
-«J’avais remarqué, figure-toi. Ne t’en mêles pas. Il mérite une bonne correc...»
Un hurlement l’interrompt.
-«GOHTRUNKS SLASH! »
Un kikoha en forme de deux lames croisées s’abat sur le cyborg. L’attaque, acérée comme une guillotine, lui entaille le torse en diagonale, déchirant une partie de ces vêtements. Frappé de stupeur, il n’a pas le temps de reprendre ses esprits. Une deuxième salve se prépare déjà. L’adversaire de C-17 arme à nouveau son épée dans son dos. Des crépitements se font entendre. Sa lame brille plus fort, cette fois-ci. Des éclairs se sont invités autour de l’acier. Ils apparaissent et disparaissent de manière intermittente, tourbillonnant autour de la lame. La main qui tient le manche de l’épée dégage une fumée au contact de l’arme.
-«La même attaque ne marchera pas deux fois sur moi. » fanfaronne C-17 en levant les bras.
Une lueur bleue apparaît autour de son corps révélant un bouclier d’énergie dont les crépitements font penser au son des cigales.
-«Qui a dit que j’allais utiliser la même attaque? » rétorque son adversaire.
Gohtrunks se prépare à lancer un nouvel assaut. L’épée dans son dos crépite de plus en plus fort. Les éclairs se multiplient. La lame vibre fortement, produisant un son distinct des crépitements. L’épée semble soudainement animée d’une vie propre. Comme si elle voulait libérer une énergie trop grande pour elle. Un surplus que la lame peine à contenir. Les pieds de Gohtrunks s’ancrent dans le sol. Deux petits cratères se dessinent lentement autour de ces chaussures. Les quelques débris et cailloux qui en résultent s’élèvent lentement.
-«GOHTRUNKS SPECIAL ATTACK! » dit le métis saiyen.
Aussitôt, une aura vert-émeraude irradie de son corps. Le halo éclaire ces cheveux, lui donnant un faux air de super saiyen légendaire.
-«Pff! Ridicule! » raille dédaigneusement C-17.
Dans un mouvement circulaire ascendant, Gohtrunks repasse l’épée devant lui. Le geste libère toute la puissance de la lame. Un kikoha vert émeraude s’en échappe. Il percute le bouclier de C-17 de plein fouet. Le cyborg sue à grosses gouttes. Sa protection s’effrite d’abord. Puis des fissures apparaissent. Rapidement, le bouclier est détruit.
-«Alors? Qui est ridicule? » demande Gohtrunks.
C-17 ne répond pas, trop occupé à contenir l’attaque adverse de ses mains. Il recule de plusieurs mètres, traçant des sillons dans le sol. Dans un effort désespéré et surhumain, il parvient à repousser le kikoha à la verticale. Celui-ci s’envole en direction de l’atmosphère. Comme une étoile filante. Le cyborg est éreinté. À bout de souffle. Il s’essuie la bouche avec la manche de son avant-bras.
-«Dans moins d’une minute j’aurai parfaitement récupéré. Et là tu vas comprendre ta douleur. » annonce le jumeau de C-18.
-«Ça tombe bien. Tu n’as pas une minute. » répond du tac-au-tac Gohtrunks en faisant des mouvements bizarres avec son épée.
Le kikoha vert émeraude bifurque et quitte l’atmosphère, tel un missile téléguidé. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, il réapparaît, ciblant C-17.
-«Merde! Il faut que je l’esquive! » lâche le cyborg en prenant ses jambes à son cou.
S’ensuit une course poursuite endiablée. Quel humiliation pour C-17. Lui qui avait jusqu’ici tenu le rôle de prédateur, le voilà relégué au rang de proie! Le jumeau de C-18 tente de semer la "Gohtrunks Special Attack". D’abord à travers les collines. Puis entre les montagnes. Mais rien n’y fait. Le kikoha, commandé au sol par le métis saiyen, esquive les obstacles avec grâce et dextérité.
-«Je pourrai faire ça éternellement, tu sais? Mon énergie est illimitée. Tes bras se fatigueront de faire des moulinets avec ton épée bien avant moi. » lance le cyborg à son adversaire.
Imperturbable, Gohtrunks continue ses mouvements avec une extrême concentration. Ses gestes se font plus précis. Moins brusques.
-«Il mijote quelque chose. Je n’aime pas ça. » dit C-17, l’air renfrogné.
Le cyborg a vu juste. Derrière lui, le kikoha vert émeraude se scinde en deux. L’une des deux moitié se retournant pour prendre la direction opposée. L’autre continuant à le traquer.
-«Il veut me prendre en sandwich! » s’exclame C-17.
Le frère de C-18 a compris les intentions de son adversaire. Trop tard. Une lueur verte éblouissante lui fait face. La lumière s’abat sur lui. Une explosion assourdissante retentit à des kilomètres à la ronde. Un nuage de fumée en résulte. Lorsqu’il s’estompe, le corps sans vie du cyborg gît aux pieds de Gohtrunks.
-«vous savez pourquoi la justice a un bandeau sur les yeux ?»
-«non.»
-«c’est pour cacher qu’elle est en train de dormir.»
Avatar de l’utilisateur
Claude Lindsay
 
Messages: 824
Inscription: Dim Jan 03, 2021 23:51

Re: futur imparfait

Messagepar Claude Lindsay le Sam Juil 24, 2021 12:30

preview chapitre trois


Spoiler
-«Co... Comment as-tu réussi à vaincre C-17? » demande C-18, terrifiée.
La question est purement rhétorique et n’appelle pas vraiment à une réponse. Toutefois, Gohtrunks, galvanisé par sa victoire, se fait un plaisir de répondre.
-«Grâce à la parfaite maîtrise que j’ai de ma technique, j’ai divisé mon kikoha en deux pour prendre ton frère à revers. Il s’est retrouvé pris entre deux feux et n’a pas eût le temps de réagir. La suite, tu la connais... » dit le métis saiyen fièrement.
-«Keuf! Les hommes tous les mêmes. » s’exclame la jeune fille avant de reprendre.
-«Ton explication m’a permit de gagner suffisamment de temps pour... ÇA! »
Un kienzan rose jaillit brusquement entre ces mains avec la particularité d’être vertical et non horizontal. Son adversaire comprend immédiatement qu’il s’agit d’une variante inhabituelle de la technique classique.
-«Si tu comptes m’attaquer avec ça, je te le dit tout net : je n’aurai aucune difficulté à le couper en deux avec mon épée. » prévient Gohtrunks en armant sa lame.
Son opposante esquisse un sourire carnassier.
-«Qui t’a dit que tu étais ma cible? Ce n’est pas toi que je vise. » rétorque C-18.
Elle fait un demi-tour sur elle-même et lance le kikoha quelques mètres au-dessus de sa tête. Le kienzan s’élève verticalement avant de se stabiliser en hauteur. Vu de dessous, Gohtrunks remarque qu’il ressemble davantage à une brèche dimensionnelle qu’à un kienzan.
-«C-17 et moi avons épargné la moitié de la ville avant que tu n’arrives. On voulait la garder pour plus tard. Le temps peut paraître affreusement long quand on est éternel. Mettre quelques humains de côté pour les tuer dans plusieurs années n’est pas une mauvaise idée. En tout cas, c’est ce que je pensais... jusqu’à maintenant. »
Le kikoha émet un bruit strident. Une multitude de kienzan roses plus petits s’en échappent et partent aux quatre coins de la ville. L’un d’eux se dirige dangereusement vers Chaozu. D’un mouvement d’épée, Gohtrunks créée un courant d’air assez puissant pour lui sauver la vie. Le mini-kienzan part en fumée.
-«Bien joué. Est-ce que tu te sens capable de faire pareil pour chaque habitant de la ville? » ironise C-18.
Son adversaire est confronté à un dilemme. S’il la tue, des villageois mourront à chaque seconde passé à la combattre. S’il lui laisse la vie sauve, elle ira tuer des gens ailleurs. C-18 nargue Gohtrunks en mimant les aiguilles d’une horloge avec ces deux indexes.
-«Tic... Tac... Tic... Tac... » dit elle d’une voix railleuse.
Le front de Gohtrunks est couvert de sueur. Le temps ne joue pas en sa faveur. Il doit prendre une décision. Maintenant.
-«vous savez pourquoi la justice a un bandeau sur les yeux ?»
-«non.»
-«c’est pour cacher qu’elle est en train de dormir.»
Avatar de l’utilisateur
Claude Lindsay
 
Messages: 824
Inscription: Dim Jan 03, 2021 23:51


Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 29 invités