DBM vs Fanfics

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Re: DBM vs Fanfics

Messagepar broly97 le Lun Août 05, 2019 8:10

DBM vs la z-team vs l'Organisation du Commerce des Mondes



Soundiata vs Bra P4



Stabilisant sa position suite à un roulé boulé aérien, Bra profita des quelques instants de répit qui lui était offert pour récupérer au maximum et surtout pour faire le point. Elle avait beau être sûre de ses capacités, elle ne l’était pas assez pour se faire des illusions sur sa situation : depuis le début des hostilités ce vieil homme la dominait sur tous les plans. Quelque chose qu’elle n’aurait jamais cru possible autrement qu’en se battant contre Gohan ou son père. Une situation inédite qui bien que déplaisante était également des plus grisants pour la jeune fille, qui n’aurait jamais espéré rencontrer un semblant de défi aussi tôt dans la compétition. Tout particulièrement d’un humain qui semblait ne même pas avoir souffert durant un combat qu’il avait mené de bout en bout. Pour la super saïyanne, il était temps d’inverser la vapeur.

Estimant que l’accalmie qu’il avait accordée à son adversaire n’avait que trop durée, Soundiata fonça, tel un oiseau de proie vers Bra qui, par réflexe, envoya un kikoha, aussitôt neutralisé par celui lancé par le vieux mandigwan. Les derniers éclats de ki coloré s’étaient à peine évanouis que Bra s’entoura d’une multitude de kikoha qu’elle lança aussitôt. Soundiata virevolta dans les airs, évitant les successivement les boules d’énergies avant de passer aux manœuvres aériennes lorsque les kikohas avaient révélés leurs fonctions de têtes chercheuses. A force d’efforts, le vieil homme pût mettre assez de distance entre lui et les projectiles pour semer un champ de mines énergétiques, lesquelles firent exploser les têtes chercheuses à leur contact.

Les détonations se succédaient et les ondes de choc s’enchaînaient, mais Soundiata était toujours resté attentif, ce qui lui permit de parer le coude de son adversaire à travers la fumée, avant de contre-attaquer. Le poing du vieillard brisa littéralement en mille morceaux le corps de la jeune femme désormais entièrement coloré de violet, à la grande stupeur de ceux qui avaient pu suivre. Ayant déduit que Bra s’était en fait substituer à une réplique d’elle-même faite d’un gel étrange, Soundiata remarqua également que les morceaux du gel qui étaient restés collé à son bras avaient maintenant durci et s’étaient largement alourdis.

« Haa ! Je vois, une fois que cette substance est au contact de l’adversaire, sa densité augmente exponentiellement. Mauvais pour moi.»

Cette constatation faite, le mandigwan remarqua la présence de Bra juste en face de lui. Un sourire goguenard aux lèvres et la paume tendue vers le vieillard, qui leva immédiatement sa main en opposition.

-Final Cannon !

Retenant au mieux le torrent de ki pressant sa main libre, le guerrier multicentenaire ne pût empêcher sa reculade jusqu’à ce qu’il s’écrase contre le bouclier protégeant les gradins, une fois de plus secoué par une terrible décharge. À l’explosion illuminée de mille feux et aux violentes rafales de vent chauffées, suivit un large nuage de poussière, aussitôt balayé par la main égratigné de Soundiata. Le mandigwan ne s’accorda cependant pas le luxe de se plaindre et préféra fixer l’horizon, là où la silhouette nettement distinctive de la saïyanne l’éblouissait du fait de la réverbération de la lumière artificielle sur les deux lames de ki recouvrant ses mains.
Une brusque et puissante impulsion suffit à la saïyanne pour se mettre à portée de son adversaire qui, même handicapée par le gel ultra lourd rendant ses déplacements gauches, se démena pour esquiver ses tranchants assauts. Suite à un empalement fort maladroitement évité, Soundiata ne put que mettre son avant-bras en opposition pour amortir aux mieux le coup de pied de la super guerrière qui l’expulsa tout droit vers le sol, avant de le poursuivre.
Mobilisant aussitôt ses forces pour ralentir sa chute, le mandigwan fixa au loin la super saïyanne qui tiqua en constatant son malicieux sourire. À la surprise générale, l’aura blanche du vieil homme s’élargit d’un coup, se changeant dans l’instant en une multitude de pointes qui assaillirent la jeune femme.
Faisant fi de sa stupéfaction, la super guerrière allia force, agilité, et savoir-faire, pour esquiver, repousser et trancher les pointes de ki. Durant presque dix bonnes secondes elle tînt bon mais la onzième seconde atteinte, trois des piques, heureusement arrondit à leurs bouts, frappèrent avec violence son abdomen, lui coupant net le souffle. Profitant de l’avantage, Soundiata réunit l’ensemble des pointes, les changeants en deux grands poings joints qu’il abattit sans douceur contre Bra qui faillit s’évanouir suite à son premier ricoché sur la planète-ring.
Le mandigwan croyait sa besogne achever quand la super saïyanne disparue d’un coup, au même titre que son aura, réapparut dans l’instant juste sur sa droite.

« Téléportation! » Déduit Soundiata au moment où la jeune femme avait fini de charger son énergie

-Big Bang Kaméhaméha !

À l’instant où son attaque fût lancée que Bra encaissa un magistral coup de genou du vieil homme sur la joue. Un impact d’une telle violence que la super saïyanne tomba à la renverse, complètement inconsciente

Constatant que la concurrente de l’univers 16 ne se relevait pas, l’arbitre en profita pour passer au décompte.

-Son Bra est à terre ! Nous commençons le décompte : 1, 2, 3…

Alors que certains spectateurs et combattants essayaient de remettre un peu d'ordre dans le déroulement de la dernière phase de combat qu'ils n'avaient pas bien suivi, voire pas du tout pour beaucoup, d'autre à l'œil bien plus aiguisé avaient une idée très précise sur le pourquoi de la situation en cours.

-Est-ce que je rêve ou ce Soundiata a utilisé le Déplacement instantané pour esquiver la dernière attaque de Bra ? Demanda le Gohan de l'univers 16 qui se doutait déjà de la réponse.

-Non tu n’as pas rêvé. Il a bien utilisé cette technique, confirma Vegetto. Je me demande comment ce type a pu l'apprendre ?

-Tu penses qu'il serait allé chez les Yardrats ?

-Bien que ça me paraisse la solution la plus probable j'ai tout de même du mal à le croire. Lorsque Goku est allé apprendre la technique, le doyen de la planète l'a informé qu'il était le premier étranger à qui ils ont bien voulu l'apprendre. Après je dis ça, mais beaucoup d'années sont passées depuis, il se peut bien que ce type soit passé entretemps. De plus les choses se sont peut-être passées différemment pour les Yardrats dans l'univers 9. Qui sait ?

-De toute manière, le problème reste le même. Comme Piccolo l’a dit, cet homme a pris un sérieux ascendant sur Bra. Je ne pensais vraiment pas que l'on pouvait trouver des gens à ce niveau dans les autres univers. Du moins à part Buu et nous-même.

-Effectivement, c'est curieux.

Lorsque le décompte arriva à la dix-huitième seconde, Bra reprit conscience et commença à se relever, non sans quelques difficultés.

-…20, 21, vingt… Son Bra s'est relevée ! Le combat peut continuer !

Alors que les spectateurs donnaient la voix pour que cette rencontre pleine d'entrain reprenne, Bra, qui avait quelques difficultés à trouver un souffle convenable, demanda :

-T… Tu connais aussi le Déplacement Instantané ?

-Eh oui, confirma Soundiata. Tous les guerriers d'élites de ma nation maîtrisent cette technique afin de pouvoir intervenir en tout lieu et à tout instant. Vous savez, dans le métier que nous exécutons, mes collègues et moi, nous avons besoin d’être multitâches.

Nombre de question s’étaient automatiquement imposé à la fille de Végetto suite à la réponse du vieil homme. Ainsi, ils existaient d'autres comme lui maîtrisant la technique de téléportation. Peut-être même qu'ils étaient aussi forts. Si telle était le cas, pourquoi Shibito ne leur avait rien dit sur l'existence de tels guerriers ? D'ailleurs, pourquoi ne se sont-ils pas manifestés dans leur univers ? Telles étaient les questions que la fille de Vegetto se posait. Des questions qui devront attendre avant de trouver des réponses car elle devait gagner le combat, chose qui sera beaucoup plus difficile que prévu. En effet, suite et aux efforts déployés lors des différents corps à corps, Bra commençait à se fatiguer sérieusement, contrairement à son adversaire qui semblait encore être globalement en forme. Toutefois, rien n’était tout à fait perdu, le vieil homme était encore prisonnier de son gel, ce qui lui donnait l’avantage niveau vitesse malgré son état. Il y avait encore son étrange technique qui lui permettait de se servir directement de son aura comme arme, mais ça devait être le genre à pomper pas mal d’énergie et à nécessité un certain niveau de concentration. En faisant attention, elle devrait l’épuiser assez pour se donner une ouverture.

Comme s’il avait lu les pensées de la jeune femme, Soundiata avisa son bras entravé.

-Bon, je pourrais encore continuer à combattre avec mon aura, mais utilisé une telle technique dans ces conditions me fatiguerait rapidement. Mais bon, ce ne sera plus nécessaire, car…

Tout à coup, le gel se craquela largement avant de se briser en petits morceaux. L’exploit laissa Bra bouche-bée.

-Im… Impossible ! Quand j’ai créé cette technique, j’ai fait en sorte que même mon frère aîné ne pourrait pas la brisée. Comment t’as fait, papy ?!

-Depuis le moment où j’ai été entravé par votre étrange substance, j’ai déployé mon aura en son sein afin de toucher les points sensibles, jusqu’à ce que sa structure s’effrite. Une technique assez classique mais très utile contre les objets et matériaux faits à base d’Energie. Le seul inconvénient étant qu’il faut se défendre durant le processus et que ça peut vraiment prendre du temps selon la nature de la substance et la qualité de sa création.

N’en revenant pas que sa technique pouvait être défaite de la sorte, Bra grogna à nouveau. Loin de se moquer du désarroi de la fille de Vegetto, le mandigwan lui accorda un sourire compatissant.

-Ne soyez pas trop dure avec vous-mêmes. Je suis l’aboutissement de siècles d’efforts et d’investissements reposant sur des millénaires de savoirs, qui ont été eux-mêmes nourris et perfectionnés par des millions d’années d’échanges et de conflits de toutes sortes. Je ne suis pas une chose que l’on peut vaincre si aisément.


Loin de contenter Bra, la réplique du vieil homme renforça au contraire son désir de poursuivre le combat malgré tout. Devinant, aux regards de la super saïyanne, qu’elle n’était pas prête à jeter l’éponge malgré sa situation désavantageuse, Soundiata poursuivit :

-De toute manière, vous me paraissez bien fatiguée, jeune fille. Cela ne sert à rien d'aller plus loin. Tout ce que vous y gagnerez c'est d'être blessée davantage.

Pour la fille de Vegetto, il était vrai que l'abandon était le choix le plus logique. Son adversaire ne semblait pas avoir trop souffert de l'affrontement, alors qu'elle avait des difficultés à tenir sur ses jambes. Seulement, elle n'avait pas encore tout montré. Il lui restait une dernière carte à jouer. Une carte très dangereuse, mais la saïyanne n'avait pas envie de perdre dans ce tournoi réunissant les meilleurs guerriers de tous les univers. Peu importe ce qu’il lui en coûterait, elle ne permettra à personne de la vaincre, hormis son père, Vegetto.

-Ne crie pas victoire trop tôt, papy. J’ai encore quelque chose à te montrer. Je n’étais pas censée le faire durant ce tournoi, mais très franchement je préfère perdre la tête, plutôt que de perdre ce combat.

-Comment ? Que voulez vous dire par perdre la tête ?

-Je veux dire ça ! raaaaaaAAAAAAAAAAAA…. !!


Alors que la puissance de la super saïyanne montait en flèche, les habitants de l'univers 16, Vegetto et Gohan en premier, comprirent ce qu’elle s'apprêtait à faire, provoquant la panique dans leurs rangs.

-NON, BRA ARRÊTE ! PAS ICI ! Cria Vegetto alors qu'une forte lumière dorée vînt recouvrir le corps de la jeune fille, avant d'illuminé l'ensemble du stade.

Une fois qu'il pût rouvrir les yeux, Soundiata constata que son adversaire avait quelque peu changé. Auparavant attachés en queux de cheval, les cheveux de la jeune fille étaient désormais hérissés vers le haut et semblaient être plus dorée qu'auparavant, à l'instar de son aura désormais parcourue d'éclair bleue. Ses muscles étaient un peu plus saillants qu'auparavant, lui conférant un aspect plus impressionnant. Ces quelques changements physiques faisaient cependant bien pâle figure en comparaison à l'incommensurable augmentation d'énergie de la super saïyanne dont le niveau d’énergie n’avait plus rien à voir à ce qu’elle avait déployé jusqu’à maintenant. Bien qu’impressionné par tous ces détails, Soundiata était pour sa part surtout alerté par l'expression de la jeune fille qui semblait maintenant être dépourvue de toute trace de raison. Sentant venir les problèmes à l’horizon, le mandingwan releva encore l'unique manche de sa tunique, découvrant cette fois un tatouage vert luminescent en forme de demi-lune.

Juste au moment où le vieil homme effleura le tatouage, qu'un coup de poing ganté d'une terrible puissance vînt s'écraser sur son visage, l'envoyant se cogner brutalement contre le bouclier protégeant le public. Les combattants les plus attentifs prirent un certain temps pour constater l'action ainsi que celui, ou plutôt celle, qui avait été à l'initiative.

-Wow ! Qu… Quelle vitesse cette fille possède ! fit Krilin totalement impressionné à l'instar de ses amis et de C-21.

À l'instant où Soundiata s'était décollé du bouclier, il fût rattrapé par la super saïyanne , maintenant de niveau deux, qui profita de sa nouvelle vitesse de déplacement pour l'assaillir de tous les côtés, faisant valdinguer le vieux mandingwan de toute part.
À chaque impact sur le corps ébène du mandingwan, une onde de choc d'une puissance titanesque faisait trembler le stade tout entier, et tressaillir de peur les spectateurs, largement intimidés par la frénésie destructrice de la saïyanne qui ne semblait pas faiblir.

Inquiets pour la première fois depuis le début de la rencontre pour le guerrier mandingwan, les combattants de l'univers 9 se demandaient comment une jeune fille aussi jeune pouvait être pourvue d'une telle puissance. Une puissance qu'eux-mêmes ne pourrait pas atteindre, du moins s’ils comptaient sur des méthodes conventionnelles.
En effet, suite au tournoi par équipes qu'ils avaient remporté dans l'Outre-Monde, les aînés de la z-team avaient très tôt abandonné la simple augmentation d'énergie au profit de technique leur permettant d'optimiser beaucoup plus vite leurs capacités au combat. Et cela en utilisant des méthodes inspirées par l'entraînement qu'ils avaient subi au sein de l'Empire Mandigwan. Toutefois, un tel entraînement n'était vraiment pas nécessaire pour cette Bra dont la puissance avait atteint des sommets.

Plus que conscient de la catastrophe à venir, le saïyan aux potalas de l'univers 16 se déplaça en hyper vitesse pour rejoindre l'univers 1, surprenant au passage les kaïoshins.

-Maîtres Kaïoshins, ce serait trop long à vous expliquer donc je vais faire court : lorsque Bra est dans cet état, elle ne se contrôle plus et peut causer de gros dégâts. Laissez-moi intervenir pour la calmer, s'il vous plait !

Après avoir de nouveau observé la super saïyanne de niveau deux, qui s'acharnaient toujours autant sur son adversaire de manière inconsidérée, les dieux réfléchirent à toute vitesse sur la proposition du saïyan.

-Je… Je suis d'accord fît le Kaïoshin du Sud.

-Pareille, acquiesça la Kaïoshin de l'Ouest. Ne le prenez pas mal Vegetto, mais cette fille semble être devenue folle.

-Je ne le sais que trop bien, c'est pour ça que je vous propose d'intervenir !

-Hum ! Pour moi aussi c'est d'accord, fît le Kaïoshin de l'Est. Votre cœur et vos pensées m'indiquent que vous dites vrai.

-C'est d'accord aussi pour moi, acquiesça le Kaïoshin du Nord.

-Dans ce cas c'est décidé, nous vous autoriserons à intervenir une fois que l'adversaire de votre fille sera hors combat, trancha le Grand Kaïoshin.

-Ok ! Ça me v…


Avant que Vegetto ne puisse finir sa phrase, un projectile s'écrasa, telle une météorite, dans l'espace 1, forçant les dieux et la fusion saïyan à se protéger les yeux de la poussière qui s'était soulevée lors de l’impact. Le voile de fumée dissipée, ils constatèrent que le projectile en question n'était nulle autre que Soundiata dont les vêtements couverts de poussières indiquaient qu'il avait salement pris. Tous ceux présent dans l'espace 1 tournèrent leur regard vers Bra sur le pont de charger son adversaire. Vegetto avisa rapidement les Kaïoshins qui firent de même.

-Allez-y, fît le Grand Kaïoshin d'un air grave.

-Très bien ! Dit Vegetto tout en se transformant en super saïyan. Je vais…

-Kasokeneya ! Fît une voix derrière les kaïoshin et le super saïyan qui virent dans la seconde un éclair grisâtre passé à côté d'eux avant de fondre vers Bra.

Trop concentrée sur la rage qu'elle ressentait pour le vieil homme, la fille de Vegetto n'eut pas la présence d'esprit d'esquiver l'éclair qu'elle reçue de plein fouet.

-HAAAAH ! Hurla Bra, énervée d'être enfermée dans une sorte d'aura grisâtre crépitant tel un éclair en suspension.

La super saïyanne mobilisa toute sa force pour bouger, en vain. Cette aura foudroyante semblait restreindre tous ses mouvements.

À l'instar de l'ensemble des spectateurs, Vegetto et les Kaïoshins fixèrent Bra d'un air incrédule avant que la voix de Soundiata ne vienne accaparer leur attention.

-Ne vous inquiétez pas, ce sort entrave juste ses mouvements, elle ne souffre pas. Tout au plus ne ressent-elle que de petits picotements.

En se retournant, les kaïoshins et la fusion saïyan virent que Soundiata était déjà sorti des décombres et marchait d’un pas sûr dans leur direction. À la surprise du quinté divin et du saïyan, il ne semblait n’avoir reçu aucune séquelle du terrible passage à tabac qu’on lui avait administré, si l’on exceptait les quelques traces de poussière quasi imperceptible sur sa peau ébène. Toutefois, le plus impressionnant était son niveau de ki qui n’avait désormais plus rien à voir avec tout à l’heure, au point de laisser sans voix les kaïoshins et Vegetto qui ressentit même un étrange frisson. Un niveau de ki symbolisé par une aura verdâtre entourant son corps, désormais un peu plus robuste, et se reflétant sur ses ténébreuses pupilles qui parachevaient son regard tranquille et affirmé.


Concurrent n°0908L34623, Soundiata à la Lueur Ténébreuse (2 ème Limite brisée)

Origine : Guerrier d’élite Mandigwan
Capacités : Maîtrise martiale extrêmement avancée, Capacités physiques exceptionnelles.
Puissance : Classe A, Rang supérieur
Niveau de Désastre : Deva



Arrivé au niveau des possesseurs de potalas, le mandigwan se tourna vers le super saïyan.

-Monsieur Vegetto, laissez-moi m'occuper de votre fille. Non seulement je risque d'être éliminé pour avoir reçu une aide extérieure, mais je me sens responsable de la situation. J'aurais dû abréger le combat lorsque je m'étais rendu compte des limites de sa première transformation.

-C'est très louable de votre part, mais sans vouloir vous offusquer, je doute que vous parveniez à la calmer. Sa puissance n'a désormais plus rien à voir par rapport à tout à l'heure. Je crois qu'il serait plus sage que je m'en occupe moi-même.

-Ne vous inquiétez pas pour moi, assura tranquillement le vieil homme souriant. J'estime que votre fille est aussi forte qu'un Wagaal en pleine puberté. Ça devrait aller.

-Wagaal ? Qu'est-ce que c… ? Non, franchement vous ne devriez pas la sous-estimer. Elle peut…

-Pensez-vous pouvoir gérer cette situation, Soundiata ? Coupa le Grand Kaïoshin tout en abhorrant un air grave.

-Je vous l'ai dit, ce sera sans problème.

-Très bien, allez-y.

-Merci. Fît Soundiata avant de se déplacer en hyper vitesse.

Vexé d'avoir été ainsi écarté de la discussion, Vegetto darda le dieu obèse avec un regard plein de reproche.

-Vous ne vous doutez pas dans quel bourbier vous l'avez envoyé. Ne venez pas pleurer lorsqu’il va se faire tuer.

À la surprise du saïyan, les traits du Grand Kaïoshin se détendirent avant qu'il ne lui réponde :

-Monsieur Vegetto, vous et votre fille êtes assurément des êtres incroyables, au point même de faire partie des créatures les plus puissantes de votre univers. Cependant, je vous invite à suivre ce qui va se passer, car je vous assure que cet homme est au moins aussi extraordinaire.

Interloqué par la confiance que le chef du quinté divin accordait à ce Soundiata, Vegetto resta interdit avant de désactiver sa transformation en super saïyan. Si le Grand Kaïoshin disait vrai, alors cela s'avéra intéressant.

Emprisonnée par le sort du mandingwan, Bra mobilisait toutes ses ressources afin de s'en défaire, mais elle avait beau se démener, elle n'était toujours pas capable de bouger un muscle, attisant toujours plus sa colère et sa frustration. Soudain, la cible de la jeune fille se posta en face d'elle, tout en l'avisant d'un air neutre qui, chose rare, tendait un peu vers la sévérité. Un visage qui intimida la super saïyanne de niveau deux, dont l'expression passa de la rage à la stupéfaction.
D'un geste du mandingwan, l'aura grisâtre disparue autour de Bra qui prit immédiatement ses distances, surprenant un peu Soundiata.

-Oh ! Ainsi vous avez encore l'esprit de conservation. Finalement cette transformation avec les éclairs ne vous a pas complètement fait perdre le sens commun. Hmm… ! peut-être pourrais-je essayer quelque chose alors…

Les sens en alerte maximale, Bra fixa son adversaire avec une appréhension à peine dissimulée. Bien que sa transformation lui ait enlevé une grande partie de sa raison, la super saïyanne avait néanmoins gagné en intuition. Une intuition lui indiquant que ce vieillard était clairement un danger de premier ordre qui ne permettrait aucune espèce de fuite. Ainsi, la demi-saïyanne choisit ce qu'elle savait faire de mieux, attaquer.

-RAAAAH ! Cria Bra tout en se jetant sur le mandingwan.

Ce dernier se posa ultra-rapidement sur le ring, avant d’effectuer un pas latéral tout aussi véloce, évitant de justesse le tranchant de la main destiné à l’écraser. À peine le membre de la super saïyanne avait-il frappé la surface du ring, que ce dernier se fendit en deux dans l’instant, suivit du terrain juste en dessous dont la faille s’étendit plusieurs centaines de mètres au-delà du stade. Tandis que les spectateurs et combattants écarquillaient les yeux d’effarements devant ce tour de force et que les vargas paniquaient en constatant que la structure du stade s’était largement dégradée, Soundiata analysaient rapidement les dégâts provoqués par la saïyanne.

« Oula ! Encore quatre ou cinq coups comme ça, et elle va détruire le stade. Mieux vaut ne pas esquiver ses assauts ».


Suite à cet échec, la super saïyanne lança de suite un nouveau tranchant filant tout droit vers le cou du vieil homme. Cette attaque, encore plus violente que la précédente, fût parée d’une main ferme par Soundiata, tant et si bien que le stade n’eut à déplorer qu’une très légère brise.

« In… Incroyable ! Pensèrent les Piccolo des univers 16 et 18 impressionnés. Il a tellement bien paré ce coup monstrueux qu’il a totalement amorti son impact. Quelle maîtrise !

Bra voulut retirer son poing, mais elle avait beau tirer, elle ne parvînt pas à faire céder la poigne du vieil homme. Qu’a ne cela ne tienne, elle l’attaqua de son autre poing. D’un mouvement du poignet aussi rapide qu’habile, le mandigwan projeta son adversaire cau loin. Du fait de son état second, la saïyanne n’accusa nullement le coup et repartit immédiatement à la charge, rejoignant dans l’instant son adversaire qui leva de suite sa main en réponse aux poings lancés par la guerrière.
Des secondes durant, Bra martela sans répit le mandigwan qui bloqua et détourna l’ensemble de ses assauts comme si de rien n’était.

« Fais chier ! Fais chier Fais chier ! Je vais y arriver ! JE VAIS Y ARRIVER !! JE VAIS… !! »

Soudain, alors qu’elle s’apprêtait à lancer encore et toujours ses attaques, Bra sentit que ses poings étaient repoussés sur les côtés par la main de son adversaire qui profita de l’ouverture pour se préparer à frapper. Le regard incisif du vieil homme figea la super saïyanne désormais à sa merci.

-À mon tour maintenant, annonça Soundiata.

Au moment où le mandigwan lança son poing vers son visage, toute trace de colère, de ressentiment et de frustration disparut de Bra. Ne restait plus que la peur.

« I… IL VA ME TUER !! » Pensa-t-elle alors que les phalanges adverses n’étaient plus qu’à quelques centimètres de son visage.

Malgré le formidable kiaï butant contre sa surface, le bouclier des gradins protégea complètement le public qui eut alors toute l’aise d’observer les évènements se déroulant sur la surface de combat.

Baignant de sueur froide du front jusqu’aux orteils, Son Bra portait désormais ses yeux écarquillés d’angoisse vers le poing qui venait de frôler sa joue droite. Lentement mais sûrement, elle s’obligea à tourner le regard vers le vieil homme dont la froide expression augmenta son rythme cardiovasculaire déjà bien emballé.
Si depuis qu’elle s’est transformée en super saïyanne 2, elle était guidée par une rage de vaincre aveugle, la terreur qu’elle ressentait en ce moment l’avait complètement éveillé sur ses limites par rapport à cet homme.

-Bien, il semble que vous vous soyez enfin calmé et que vous ayez même retrouvé un certain contrôle de vous-mêmes. Je n’espérais pas ce dernier résultat, mais tant mieux. Vous serez peut-être à même d’écouter ce que j’ai à vous dire.

Le vieillard s’éloigna de deux pas avant de poursuivre :

-Vous devez sans doute vous dire que je suis un monstre hors du commun. Ses affirmations sont peut-être vraies de votre point de vue, mais de là d’où je viens, dans « cet endroit », je ne suis qu’un simple monstre parmi une multitude d’autres. Ces autres monstres hors de votre commun, que vous croiserez inévitablement si vous vous aventurer dans « cet endroit », ne vous feront pas de cadeau et ne retiendront pas leur coup comme moi. Vous êtes certes très douée, voire un véritable génie du combat, mais croyez-moi qu’ils connaissent mille et une façons pour s’occuper des surdoués de votre acabit, et à l’heure où je vous parle, ils sont sans doute en train d’en inventer des dizaines d’autres. À coup sûr, ils vous battront, et vous mettront en pièces sans état d’âme et avant même que vous n’esquissiez le moindre geste. Alors en sachant l’enfer qui vous attend là-bas, voulez-vous vraiment continuer à combattre pour vous y rendre ?

Bra pris un certain temps pour digérer pleinement ce que son adversaire venait de lui avouer. Il y avait donc bien d’autres personnes aussi puissantes que cet homme qui approchait dangereusement le niveau de son père, peut-être même plus. Si tel était le cas cela voudrait dire qu’il y avait possiblement un palier au-dessus. Un palier au-dessus de Vegetto. Un palier qu’elle n’avait jamais osé rêvée jusqu’à maintenant.

Au grand étonnement de Soundiata, Son Bra lui accorda un sourire féroce avant de s’envoler dans les airs. De sa position surélevée, la fille de Vegetto serra des poings et concentra son énergie, densifiant ainsi son aura dorée qui ne cessait de s’intensifier. Le surplus d’énergie engendra rafale et bourrasque à travers le stade, forçant les spectateurs à se protéger la vue.

-Tu m’as demandé si je voulais continuer à combattre pour m’y rendre papy ! Et je te réponds : Et comment !

Soupirant devant la réponse de la saïyanne, le vieil homme s’envola pour se mettre à la même altitude qu’elle, afin d’être audible.

-Il semble que vous n’ayez pas pris pleinement conscience de mes avertissements, jeune fille. Rien de bon ne vous attendra là-bas.

-Oh que si, j’ai été très attentive, papy. Je suis maintenant parfaitement consciente que je ne fais probablement pas le poids contre les mecs de « ton endroit », et peut-être que je ne m’y rendrais jamais en sachant cela. Cependant, je n’abandonnerais pas tant que je n’aurais pas pleinement mesuré l’écart qui me sépare de toi et de tes compères.

Les mains grandes ouvertes, la super saïyanne écarta ses bras. Une fois chacune de ses paumes éclairées d'une grosse lueur bleutée autour de laquelle serpentaient des éclairs jaunes, la super saïyanne colla les bases de ses paumes tous en les tendant vers le mandingwan. Ce dernier ne manqua de voir que les lueurs avaient fusionnée entre-elles, formant une autre trois fois plus grosse. Durant le processus, chacun des sensitives purent mesurer la quantité phénoménale d'énergie accumulée par la guerrière, et ils en tremblaient.
En analysant la posture prise par la super guerrière, le Buu de l'univers 4 avait déjà deviné quelle sorte de technique la fille de Vegetto allait utiliser. Au vu de l'énergie cumulée, le djinn estimait que l'attaque à venir était plus que suffisante pour annihiler des milliers de fois celui qu'il avait été à l'époque où il avait absorbé Son Gohan. Il était même convaincu qu’elle pourrait aisément réduire en poussière Vegetto dans son premier stade de super saïyan. Il se pouvait bien que la fille de Vegetto puisse gagner en fin de compte.

Tout en pivotant son buste et en pliant ses bras, la saïyanne s’écria :

-Allez papy ! Si toi et les autres êtes si forts, tu pourras sans doute faire face à ça sans problème !

Soundiata resta interdit quelques secondes avant que son habituel sourire débonnaire ne fasse de nouveau son apparition.

-Vous-êtes déterminé et pourvu d’un potentiel hors du commun. Peut-être aurez-vous les épaules pour survivre à cet endroit, mais pour l’instant c’est encore trop tôt.

Le mandigwan croisa alors ses bras, ce qui étonna son adversaire qui s’était attendue à ce qu’il charge une attaque de ki à son tour.

-Allez-y, lancez.

-Qu… Quoi ! T’es sûr ?!

-Oui, oui. Lancez votre attaque, jeune fille.

-Tu ne pourras pas dire que je ne t’avais pas laissé le temps, papy. Final Kaméhaméha ! cria Bra alors qu'un large rayon d'énergie bleu entouré d'éclairs jaunes sortant de ses paumes fonçait à une vitesse fulgurante vers le mandingwan.

À n'en point douter, l'ensemble des participants du tournoi auraient d'instinct cherché à esquiver l'attaque de la super saïyanne, même si l'écrasante majorité d'entre eux aurait tout de même été fauché puis désintégré par cette dernière du fait de sa rapidité. Et pourtant, Soundiata demeurait calme et immobile. Il se contenta juste de décroiser ses bras et, lorsque que la technique énergétique fût suffisamment prête, il prit une courte inspiration.

-HAAAAAAAAAAAAAH ! Hurla brièvement le mandingwan.

Dans l'instant, le Final Kaméhaméha implosa, illuminant ainsi le stade d'une puissante lumière tout en forçant les autres concurrents et les spectateurs les accompagnants à se cramponner pour supporter le souffle qui suivit. La bourrasque passée et la lumière dissipée, chaque spectateur du stade constata que le concurrent Soundiata était ressorti indemne de l'attaque. Non, en fait il serait plus judicieux de dire qu'il l'avait annulé avec…

-Un… un kiaï ! Bégaya Bra qui n'arrivait pas à en croire ses yeux écarquillés. Il… Il a dissipé mon Final Kaméhaméha avec un kiaï !

Complètement abasourdie, la super saïyanne se rendit à peine compte que ses lèvres se courbèrent pour former un sourire.

-Ce… C'était…

Sans que personne ne puisse voir quoi que ce soit, Soundiata apparut derrière le dos de la super saïyanne et frappa son cou d'un double tranchant de la main.

-… Carrément démentiel, finit Bra tout en chutant dans l'inconscience alors que ses cheveux reprirent leur teinte violette.

Soundiata rattrapa délicatement la fille de Bulma au vol au moment où l'arbitre commençait le décompte. Une fois redescendu au sol, le vieil homme se dirigea tranquillement vers l'espace 1, qu'il atteignit juste au moment où le décompte prit fin.

-… 28, 29, 30 ! Son Bra n'ayant pas repris conscience, le vainqueur de la rencontre est donc Soundiata de l'univers 9 !

Tandis que les spectateurs exultaient après cet incroyable spectacle, le mandingwan tendit Bra, toujours assommée, à son père, qui l'a saisi.

-Et voilà, votre fille comme promis.

-Merci…Dites-moi Soundiata, qui êtes-vous réellement ? Ça fait longtemps que je parcours l'Univers en long et en large et je n'ai jamais entendu parler de vous.

-Ho, ho ! Comme je l'ai dit à votre fille, je ne dirais rien à personne, sauf-ci vous êtes capable de me battre.

Cette phrase fît apparaitre un sourire prédateur sur Vegetto.

-Très bien. Vu votre niveau, on finira tôt ou tard par se rencontrer, et là vous finirez bien par me dire tout ce que je veux savoir sur vous.

-Hé, hé ! Nous verrons bien Vegetto, nous verrons bien.

Et sur ce, le vieil homme à la peau noire s'éloigna du saïyan qui n'avait toujours pas lâché son sourire. En effet, au moment où le vieillard avait utilisé son kiaï, Vegetto avait ressenti une brève montée en puissance. Une puissance qui dépassait clairement celle que lui procurait son premier niveau de super saïyan. Peut-être même que ce n'était pas son maximum. Même si le saïyan y avait moyennement cru au moment où il s'est inscrit au tournoi, il allait peut-être avoir un combat digne de ce nom. Peut-être même plus jouissif que celui qu'il a effectué contre Broly, qui s'était résumé à un simple échange de coups sans finesse. Si tout se passait bien, il aura l'occasion de donner tout ce qu'il a en quart de finale contre ce Soundiata, tant d'un point de vue physique que technique. Il en salivait d'avance.


Dans l'espace 17, Cell tremblait encore par ce qu'il venait de voir. Une telle force, une telle maîtrise… Il était pour lui inconcevable qu'un humain, quel que soit son âge, arrive à un tel niveau. Un niveau qu'il n'aurait jamais osé rêver, il y a quelques jours de cela. Et pourtant c'était la réalité, ce Soundiata a complètement dominé la super saïyannne qui le dépassait allègrement en puissance. Le pire c'est que ce vieux débris n'avait pas semblé être à fond à aucun moment du duel ! Non, en fait le pire c'est que de toute vraisemblance le Krilin de l'univers 9 ne lui avait pas mentit et que cette super élite toute puissante existait vraiment. Mais où pouvait-elle bien se trouver ? Cela le clone n'en avait aucune idée et il savait encore moins ce qu'il ferait s’il avait l'information, car si bien sûr il tremblait de peur à l'idée de tomber sur l'un de ces êtres dans son univers, une certaine excitation l'avait pris à l'idée qu'il existait des êtres aussi forts. Une excitation bien plus jouissive que de massacrer les êtres pathétiques qu'il a croisés au cours de son voyage dans l'espace.

La rencontre d'aujourd'hui avait rappelé de douloureux souvenir à Bojack. Il y a plus de 300 ans, le mandingwan n'avait utilisé qu'une infime partie de la force qu'il a déployé aujourd'hui pour le capturer lui et sa bande, il avait été donc curieux de voir ce que ça donnait lorsqu'il se lâchait plus sérieusement et force de remarquer qu'il n'a pas été déçu. Et dire que l'Empire Mandigwan possédait d'autres guerriers de ce calibre, s'en était effrayant. Pour le coup, le héra trouvait qu'il avait fait une belle connerie à l'époque en s'attaquant à un monde mandingwan. Non seulement il avait perdu la grande majorité de son équipage dans le processus mais il s'était fait la cible d'un véritable monstre. Une erreur qu'il n'allait plus réitérer.

Le pirate se tourna vers ses deux derniers subordonnés avant d'ajouter :

-Bon, j'ai vu ce que je voulais voir. On met les voiles.

À peine Bujin et Zangya lui avaient répondu par le positif que le héra à la cicatrice se dirigea vers la femelle vargas en charge de l'univers 6.

-Hé, le piaf. On se casse.

Etonnée dans un premier temps, la vargas se rappela que plus aucun des participants de l'espace dont elle avait la charge n'était dans le tournoi. Dans le doute elle tenta de les faire changer d'avis.

-Vous voulez rentrer maintenant ? Vous ne voulez pas voir la suite du tournoi ?

-On s'en fout.

Sans plus de cérémonie, Bojack se tourna vers la sortie de son espace, suivit par ses subordonnées.
Voyant que leur cible s'en allait, la chef du groupe de fille héla la vargas à son tour.

-On va en profiter pour rentrer aussi.

-Bon…Suivez-moi, alors, fît la vargas surprise par cette succession de demande soudaine.

C'est ainsi que les résidents de l'univers 6 s'en allèrent du tournoi, bien qu'une ultime aventure les attendais dans leur univers…

Tout en regardant avec une appréhension certaine le vieux mandingwan retourner dans l'espace 9 , où il fût rejoint par ses amis qui le félicitèrent, C-21 se disait qu'il allait de Charybde en Scylla au fur et à mesure que les membres du petit groupe dévoilaient leur carte. En effet entre la mystérieuse transformation de Yamcha, lui assurant une puissance monstrueuse, les techniques bizarres d'Upa, la force physique monstrueuse de Krilin et l'incommensurable puissance de ce vieillard, ses chances de victoire commençaient vraiment à partir en fumée. Finalement peut-être qu'il devrait utiliser la ruse pour gagner… Non ! Il était C-21 le plus grand génie de l'Univers, il n'utilisera pas de moyen détourner pour les avoir et il se défilera encore moins. En tout cas pas après le pari qu'il a fait avec cette femme. Même si cela lui prendrait dix ans, il trouvera le moyen de se perfectionner afin de pouvoir écraser ces insectes de ses mains. Rien ne lui était impossible, et surtout pas sa vengeance.

Après s’être assurés avec Vegetto que la jeune Bra était bien vivante, les kaïoshins laissèrent la fusion rentrée dans son espace, avant de fixer le mandigwan au loin. La victoire de Soundiata ne fût aucunement une surprise pour les dieux de l'espace 1. Non, en fait le véritable objectif de ces derniers, à commencer par le Grand Kaïoshin, était que le mandingwan leur montre une partie de ses capacités. En effet, depuis des centaines de millions d'années, le Kaïoshinkoku, le pouvoir central des kaïoshins, déployait des moyens infinis afin de surveiller la situation de plusieurs dimensions jugées à haut risque. L’Outre-Monde, la dimension d’où venait le mandigwan, était en tête de cette liste.
Outre le fait qu’y pullulaient guerriers, entités et autres monstruosités capables de faire trembler le Macro-Univers par leurs seules présences, on trouvait dans l’Outre-Monde bien pire que ça : de véritables nations bien structurées, vastes et quelquefois même raffinés qui rivalisaient de trésors d’ingéniosité pour prendre l’ascendant sur l’autre dans une folle course de conquêtes et d’influence. Elles consacraient ainsi de lourds investissements pour leurs armements, ainsi que pour leurs guerriers qui ne cessaient de se renforcer de jour en jour, ce qui faisaient d’eux des menaces toujours plus redoutables pour le Macro-Univers et les kaïoshins. Ce Soundiata, formé par l’armée du mandigwan, étaient l’un de ceux-là et faisaient même partie du gratin. Analysé ses performances durant le tournoi constituera à n’en pas douter une formidable mine d’informations concernant les tactiques de combat des guerriers mandigwans. Finalement ce tournois multi-universel qui n’avait pour but que d’être une simple récréation s’avérait être une véritable aubaine. Ce n’était pas le quinté divin qui allait se plaindre de cet état de fait.
Avatar de l’utilisateur
broly97
 
Messages: 979
Inscription: Mar Avr 10, 2012 19:48

Re: DBM vs Fanfics

Messagepar broly97 le Mar Août 13, 2019 4:44

Chapitre spécial que j'ai déjà posté il y a peu mais que je reposte ici car utile à l'intrigue.

Cours (chapitre spécial)


Cette histoire se passe dans les 20 univers, participant au tournoi multi-universelle à une date inconnue


Shinsoké finit d’apprécier la dégustation de son thé avant de reposer sa tasse sur la surface rocailleuse au-dessus duquel il était assis à califourchon. Le kaïoshin sortit son instrument de mesure du temps portatif qu’il vérifia rapidement. Presque l’heure avant que le groupe n’arrive. D’un claquement de droit, il fît disparaître son service à thé afin d’éviter de donner mauvaise impression.
Pour faire passer le temps, son regard contempla de nouveau la vaste plaine du kaïoshinkaï marquée çà et là par quelques plans d’eau reflétant le magnifique espace jaunâtre du Valhalla, le monde des morts local dans lequel se mouvait la planète servant de domaine au groupe de kaïoshin auquel il appartenait. Une position qui leur permettait d’avoir un point de vue idéal sur ce qui se passait dans l’ensemble groupe de galaxies qui leur étaient attribuées.

Le kaïoshin consulta une nouvelle fois l’heure puis tourna le regard vers les quelques rangées roches semblables à celle sur lequel il était assis. À l’instant prévu, un petit groupe se matérialisa juste devant lui. Il était composé d’une trentaine de kaïoshins au stade infantile. Tous issus d’un échange de gamètes entre deux kaïoshins adultes de sexe opposés, ces derniers étaient appelés kaïoshinkogomos par leurs pairs. Ce qui était un peu le contraire des kaïoshinkajumos, qui eux étaient des kaïoshins nés par l‘intermédiaire des Kaïoshinboku, les arbres divins, et qui a ce titre naissaient directement adulte, de corps comme d’esprit. L’asexualité étant la norme biologique chez les kaïoshins, seule une minorité s’adonnait au coït nécessaire à la formation d’un kaïoshinkogomos. Peut-être dans un curieux esprit d’équilibre, les lois de l’évolution et la nature avaient fait en sorte que la période de gestation précédant la naissance des kaïoshinkogomos soit quelques millénaires moins longs que le processus donnant naissance à un kaïoshinkajumos.
Un ensemble de caractéristiques que les kaïoshins avaient jugés bons de ne pas modifier, du moins jamais de manière significative.


Les kaïoshinkogomos fraîchement téléportés tétaient accompagnés d’une kijin, l’une des subordonnées des kaïoshins. Comme tous ses compatriotes, cette dernière était vêtue selon les normes vestimentaires de ses divins maîtres et créateurs, et elle était coiffée d’une longue chevelure blanche. Plutôt élancée, et l’épiderme de couleur bleutée, la kijin arborait des traits stricts qui la durcissait, empêchant pratiquement toute personne extérieure de deviner sa nature bienveillante, un dernier détail que Shinsoké et ses confrères déploraient.

-Bonjour Shinsoké shenseï ! Saluèrent les kaïoshinkogomos avec une coordination indiquant que cet acte de politesse était coutumier.

-Bonjours les enfants, installez-vous je vous prie.

Les kaïoshinkogomos remercièrent la kijin de les avoir téléportés avant de se rendre à la place qui leur était attribué. La kjin se tourna vers Shinsoké et abaissa son buste avec déférence.

-Maître Shinsoké, je vous présente mes salutations.

-Bonjour à toi, Kiséna. Comment te portes-tu ? Shaïnzaké m’a informé que la mission sur Appex avait été mouvementé. Tu t’es bien remise depuis ?

-Merci de vous inquiéter pour ma santé, maître Shinsoké, mais ne vous en faîte pas pour moi, même si ce virus est d’ordinaire virulent pour plusieurs espèces de mortels (*), il ne m’a laissé qu’une légère toux. C’est dérangeant lorsque je dois me téléporter sur de longues distances, mais rien de sérieux. Dans un jour ou deux ce problème appartiendra au passé.

-Tu m’en vois ravi.

-Vous m’excuserez mais je ne peux m’attarder plus longtemps. Maître Shinkago veut que je l’aide à traduire un grimoire syngaso. Comme d’habitude je viendrais les prendre à l’heure dit.

-Excellent, dans ce cas je ne te retiendrais pas. Bonne chance pour ton travail et à tout à l’heure. Les enfants !

-Au revoir Kinesa !

La kijin accorda un sourire bienveillant aux petits kaïoshins avant de se téléporter de nouveau. Les kaïoshinkogomos reportèrent leur attention vers Shinsoké qui prit la parole.

-Bien, comme d’habitude, nous allons commencer par quelques minutes de méditation afin que vous mettiez de l’ordre dans vos esprits. Allez-y.

Avec plus ou moins d’enthousiasme, les enfants kaïoshins se concentrèrent tout en fermant leurs yeux. Les uns après les autres, ils firent le vide dans leurs esprits, permettant à leur aura de s’écouler plus librement à travers leur corps. La méthode permettait non seulement de les relaxer mais aussi à Shinsoké d’analyser bien plus précisément leur signature de Ki. Il pouvait deviner plus aisément qui était plus propice à l’agitation durant la journée. Une des nombreuses méthodes qui aidaient l’enseignant qu’il était à gérer son groupe d’élève, même si elle n’était pas fiable à 100 %.

Shinsoké attendit que l’aura de tous ses élèves soit stable pendant quelques secondes supplémentaires avant de taper des mains.

-Très bien ! Vous pouvez vous arrêter. Nous allons commencer l’étude.

L’annonce fut accueillie avec soulagement par les enfants kaïoshins qui pouvaient maintenant ressentir les bienfaits découlant de leur méditation qui, du point de vue des mortels vertébrés, équivalait à une longue séance d’étirement.

-Nous allons débuter par un petit récapitulatif de notre dernier cours. Shaïnvé peux-tu me définir ce qu’est une civilisation, d’un point de vue universelle ?

La petite kaïoshin désignée grimaça tout en se triturant la tête. Cette notion avait été traité en toute fin du dernier cours, et de toutes évidences elle n’avait pas été attentive à ce moment-là.

-Eh bien… Euh !.. Ben une civilisation c’est… je dirais un groupe de personne qui partagent des valeurs ou quelques choses comme ça.

-Hmm ! ce que tu viens d’essayer de nous expliquer se rapproche plus de la définition d’une société, c’est-à-dire un groupe organisé d’êtres vivants ayant établi des relations durables et qui vivent sous des lois communes(**). Mais ce n’est pas la définition que j’attendais… Shino ?

Le kaïoshin interrogé se racla brièvement la gorge avant de déclarer :

-Une civilisation constitue l’ensemble des caractéristiques spécifiques à un groupe d’individus dans plusieurs domaines donnés(***).

-Qu’entends-tu par groupe ?

- Une nation, une société, ou un peuple donné.

-Excellent, Shino. Shaïnva, cite-moi quatre domaines caractérisant une civilisation ?

-Alors on a… le domaine artistique, social… ,scientifique, et après il y a le domaine poli...Euh ! Comment on dit ça déjà… poliptic ?

-Politique, corrigea Shinzoké.

-Ah oui c’est ça, politique !

-Bien. Maintenant, est-ce que quelqu’un peut me rappeler qu’elle est « l’Echelle de Shaïnkov » ?

La quasi-totalité des kaïoshinkogomos avaient levé la main pour répondre. Après tout, la question était assez facile car la notion était assez célèbre au sein de la société kaïoshin, à défaut d’être connu de manière acceptable. Shinsoké désigna Shaïnvé de nouveau afin qu’elle rattrape son impair du début.

-L’Echelle de Shaïnkov , c’est la méthode de classement standard que nous, les kaïoshins, nous utilisons pour classer les civilisations de mortels vivant du Macro-Univers.

-Excellent. Shinbaë, peux-tu me dire comment s’organise l’Echelle de Shaïnkov ?

-C’est une échelle à huit valeurs et chacune de ses valeurs correspond à un niveau de civilisation donné. Donc on a des civilisations de niveau 1 à 8.

-Bien, et est-ce que quelqu’un parmi vous pourra m’expliquer comment on attribue le niveau correspondant à une civilisation spécifique avec l’échelle de Shaïnkov ?

La question parut quelque peu compliquée car l’ensemble des élèves s’abstinrent de levée la main afin de mieux réfléchir. Au bout d’une quinzaine de secondes, Shinsoké commença à se résoudre de donner la réponse lorsqu’une main timide s’éleva.

-Oui, Shindi ?

-Eh bien… je dirais que l’on regarde la taille de la civilisation et que si elle est très grande on lui attribue un niveau élevé et au contraire si elle est petite on lui donne un petit niveau.

-Cette donnée joue effectivement un rôle, mais ce n’est pas ça.

-C’est la puissance militaire ! proposa immédiatement une autre élève.

-On s’y rapproche, mais ce n’est toujours pas la bonne réponse.

Alors que les esprits bouillonnaient de nouveau, une troisième élève demanda soudainement la parole avec une assurance telle que l’on aurait juré qu’elle avait reçu une subite illumination. Shinsoké lui accorda la parole avec la conviction qu’il tenait la réponse correcte. Il ne fut pas déçu.

-Avec un système à points !


-Exact ! Afin de déterminer avec un maximum de précision le degré d’aboutissement d’une civilisation, Shaïnkov a créé un système de notation en se reposant sur plusieurs grands critères. Plus une civilisation excelle dans un critère en particulier, meilleure sera sa note dans ledit critère. Et en faisant la somme de ces notes, nous obtenons un score final qui nous permet de déterminer le niveau d’une civilisation particulière. Sans rentrer dans les détails, est-que quelqu’un peut me rappeler ces grands critères ? Ceux-ci sont au nombre de cinq. Deux d’entre eux ont d’ailleurs déjà été trouvés par vos camarades.

L’élève qui avait trouvé la bonne réponse demanda de nouveau la permission qui lui fût accordée :

-Il y a déjà la puissance militaire et la taille du territoire !

-Bien, et les trois autres ?

- Alors, on a aussi le niveau technologique, après on a… euh !...le quatrième qui est… euh !… Désolé, shenseï, mais je sèche là.

Devant l’embarras de son élève, Shinsoké n’attendit pas plus longtemps pour venir à son secours.

-Les deux derniers sont la qualité d’exploitation de l’énergie et le degré d’organisation de la civilisation, acheva l’enseignant. À mes yeux, il s’agit des deux plus importants parmis les cinq que l’on vient de lister. Une saine gestion de l’énergie exploitée, engendre une prospérité et une stabilité permettant les plus grandes avancés et une efficace organisation des institutions favorise une meilleure maîtrise des moyens à disposition. Sans une efficace gestion de l’énergie, puissance et savoir nous sont en grande partie inaccessibles. Et sans une intelligente organisation de la société, savoir et puissance ne sont que vains outils. Retenez bien ça. Bon, tant que l’on y est, est- que quelqu’un peut m’éclairer sur la zone d’expansion typique d’une civilisation de niveau 1 et 8 ?

Encore une fois, seuls quelques mains s’étaient levées. Après avoir été sûr qu’il n’aurait pas davantage de choix, Shinzoké désigna un autre de ses élèves.

-Les civilisations de niveau 1 se sont généralement celles qui sont toujours sur leur planète d’origine, tandis qu’une civilisation de niveau 8 peut contrôler plusieurs grosses galaxies.

-Effectivement. Une civilisation de niveau 1 n’a pour ainsi dire pas les moyens nécessaires pour étendre son influence au-delà de son monde d’origine, tandis qu’une civilisation de niveau 8 possède les ressources nécessaires pour contrôler, exploiter et sécuriser totalement plus de 7 galaxies de taille importante. Toutefois cela ne constitue pas une règle absolue. Une civilisation dont la sphère d’influence se limite uniquement à une seule galaxie peut être de catégorie 8. Une civilisation de niveau 7 voire 6 peut être plus étendue, même si leur puissance militaire et la qualité de leur organisation sont de bien moindre qualité.

D’un claquement de doigt, Shinsoké fît apparaître une représentation en trois dimensions du Macro-Univers juste devant lui. Ce dernier était représenté sous forme d’une bulle ovale ou de nombreuses zones illuminées flottaient dans un fond obscur. Via un certain procédé, l’instituteur zooma vers l’une des zones, jusqu’à ce que la bulle n’affiche plus que des galaxies flottantes à leur tour sur le fond noir.

-Comme vous le savez tous, le Kaïoshinkoku nous a affecté à la région 305, qui est constitué de combien de galaxie déjà ?… Oui, Shaïnsé.

-81 galaxies ! Sans compter les galaxies naines, qui sont au nombre de 223.

-Bien, bonne précision. Tu ne les as pas comptés j’espère, demanda Shinsoké tout en montrant malicieusement sa représentation.

-Non, ma génitrice m’a rappelé que l’on attribuait toujours deux kaïoshins veilleurs par galaxie à surveiller, et elle m’a dit qu’ils étaient grosso modo 160 kaïoshins à surveiller les galaxies de taille non-naine de la région 305.

-Bon conseil. Même si, en fait, ta génitrice t’a uniquement donné une moyenne. Dans la plupart des cas, un seul kaïoshin est bien suffisant pour surveiller une galaxie car elles comprennent le plus souvent que des civilisations de niveau modeste. Par contre pour d’autres galaxies comportant des civilisations de niveaux supérieurs nous sommes contraints de leurs assignés davantage de veilleurs. À cause de quoi Shindo ?

-Euh… Ah oui ! Parce que quand ils échangent beaucoup entre eux, les mortels sont meilleurs .

-C’est cela. Les échanges fréquents entre plusieurs groupes d’individus favorisent leurs innovations technologiques, militaires et sociétales. Plus des groupes d’individus communiquent et échangent entre eux, et plus exponentielle sera leur évolution. C’est pour cela que le Kaïoshinkoku peut affecter jusqu’à une quinzaine de veilleurs pour une galaxie car il est important pour nous, kaïoshins, de toujours prévoir l’évolution des mortels. Surtout lorsqu’elles sont significatives.

Quelques petits rires désinvoltes retentirent dans l’assemblée.

-Y a-t-il quelque chose de drôle dans mes paroles ?

-Eh bien un peu shenseï, répondit Shaïnzé. Je me suis toujours demandé pourquoi on s’embarrasse tant à surveiller l’évolution des mortels. Nous, les kaïoshins, nous sommes largement plus avancés et plus puissants qu’eux dans tous les domaines. Qu’est-ce que tous ces efforts pourraient nous apporter en plus ?

-Bonne question, Shaïnzé, et je vais commencer par te répondre avec une vérité incroyable mais vrai. Nous, les kaïoshins, première race du Macro-Univers actuel, et dont l’histoire est longue de plusieurs milliards d’année standard, nous ne savons pas tout à propos des mortels ni de la dimension dans laquelle on vit.

Les shinkogomos s’échangèrent des regards d’étonnement et de perplexité. Leurs géniteurs leur avaient quelquefois permis de se mêler aux mortels pour les voir évolués dans leurs milieux naturels. Même si l’expérience s’était révélée très divertissante, il ne voyait pas en quoi ces êtres primitifs, avec leur très éphémère vie monotone, pouvaient leur apprendre quoique ce soit de nouveau. Surtout que les centres de savoir du Kaïoshinkoku étaient tellement vastes qu’elle pouvait recouvrir une bonne dizaine d’astre de tailles similaire à des étoiles si tous étaient consignés en livre papier. Leur shenseï, devait sans doute leur raconter des histoires à dormir debout.

Le scepticisme de ses élèves fit sourire Shinsoké.

-J’imagine sans doute que vous pensez que parce que l’on est largement plus développé que les mortels ils n’ont rien à nous apprendre pas vrai ? Eh bien détrompez-vous. Sachez déjà que le rythme de leurs évolutions est déjà fantastique en soi, car ils se développent bien plus rapidement que nous jadis.

Les yeux des shinkogomos s’écarquillèrent d’étonnement, motivant ainsi Shinsoké à poursuivre.

-Eh oui, le fait que les Kaïoshinboku, qui donnent naissance à la plupart des nôtres, descendent de la seule espèce végétale ayant survécu à la destruction du précédent Macro-Univers puis à la construction du Macro-Univers actuel, a fait que nous avons évolué dans un environnement beaucoup plus homogène que les mortels qui sont, en quelque sorte, stimulés par la pression environnementale découlant de leur hétérogénéité. En plus de l’intérêt biologique que cela représente, il est dans notre intérêt de les étudier, car cela nous permet de comprendre davantage des civilisations bien plus avancés d’autres dimensions qui pourraient nous être hostile. Cette surveillance constante des mortels entre alors dans notre grand plan de surveillance servant à prévenir tout danger pouvant menacer le Macro-Univers.

D’un ample mouvement de la main, l’enseignant fît apparaître d’un coup des centaines d’images en relief qui tournoyaient autour de ses élèves qui tournaient leurs regards de tous les côtés dans l’espoir de distinguer l’ensemble des hologrammes. Chacune de ces images représentait soit de redoutables guerriers de divers horizons, soit des bêtes d’apparence féroces, ou soit de puissantes entités de toutes natures. Même si les élèves ne reconnaissaient évidemment pas l’ensemble de ce riche bestiaire, chacun d’entre eux pouvait au moins identifier quelques-uns de ses éléments en se souvenant d’histoires et de contes que leurs géniteurs leur avaient raconté, ou via des descriptions et des images, mouvantes ou pas, qu’ils ont lu et contemplé par le passé. Ils étaient d’autant plus fascinés et curieux par ce qui allait suivre.

-Voyez-vous, le tissu de la réalité est, faute de meilleur terme, extrêmement vaste, même selon les normes kaïoshins. Il est garni d’innombrables dangers aussi difficilement concevables que variés. Empêcher que ces dangers extradimensonnels n’affectent trop durement les mondes kaïoshins ainsi que le Macro-Univers constituent la préoccupation majeure des Kaioshins Supérieurs. Ils consacrent ainsi d’infinie moyens pour étudier ces menaces et les repousser, lorsque cela s’avère nécessaire. Mais ne vous y tromper pas, même si c’est dans une moindre mesure, neutraliser les menaces intra-macrounivériens constitue également un effort conséquent.

-Vous pensez que les mortels macro-univériens peuvent réellement représenter une menace pour nous ?

-Parfaitement. Et ils nous l’ont déjà démontré par le passé. Vous n’imaginez pas le nombre de kaïoshins veilleurs qui ont succombé, à cause du fait qu’ils aient sous-estimé les mortels et qu’ils n’ont pas appliqué de stratégie suffisamment efficace, voire qu’ils ont fait preuve de négligence. Dans certains cas, heureusement extrêmement rares, on peut même parler d’un groupe presque entier de veilleur qui a été éliminé suite à la brusque apparition d’un mortel ou d’un groupe dépassant largement les normes en puissances de la région.

Les regards interloqués s’échangèrent entre les kaïoshinkogomos. Ils avaient bien du mal à imaginer qu’eux, les divinités du Macro-Univers, puissent se faire tuer par des êtres primitifs du Macro-Univers. Tandis que ses condisciples étaient quelque peu choqués par l’information de leur instituteur, l’un des élèves leva sa main. Tout en faisant disparaître les images en relief Shinsoké lui accorda la parole.

-Shenseï, si ce que vous dites est vrai, cela veut dire que l’on peut intervenir dans le monde du bas. Mais d’après ce que mes géniteurs m’ont dit, les kaïoshins ne doivent pas se mêler des affaires des mortels. Je ne comprends pas pourquoi dans certain cas on ne les laisse pas se débrouiller comme d’habitude.

-Excellente question, Shinsëy. Vois-tu, nous laissons le plus souvent les mortels à leurs problèmes car cela leur permet d’apprendre et d’avancer dans plusieurs domaines sur le long terme, même si nombre d’atrocités sont commises lors du processus. Toutefois lorsqu’une menace d’envergure risque de mener à une extinction excessivement massive et trop rapide, nous sommes obligés d’intervenir, car non seulement cela nous prive d’un matériel d’étude conséquent mais cela peut surtout poser de grave problème sur le Grand Flux des âmes.

-En quoi ce flux nous concerne, shenseï ?

-Eh bien, voyez-vous, après leur mort, les âmes des mortels circulent directement dans les différents courant du Flux pour rejoindre un des domaines des morts qui leur ait attribué pour juger de leur purification avant une réincarnation. Si par malheur, le nombre d’âme parcourant le Flux augmente trop brusquement et atteint son seuil critique dans un cours laps de temps, un nombre incalculable d’entre elles peuvent s’en extirper et c’est alors là que commencent les problèmes. Dans certains cas, ces âmes peuvent revenir dans le monde des vivants et le tourmenter, engendrant au passage des catastrophes qui accentue le problème à terme. Dans d’autres cas, elles peuvent s’agréger entrent-elles et former des légions de créatures aussi puissantes que dangereuses. Et enfin, elles peuvent s’en aller perturber les mondes souterrains, comme Helheim pour la région 305, engendrant davantage de fuites d’âmes qui vont envenimer ou déboucher sur les deux premiers problèmes. Ce danger n’épargne aucunement les mondes kaïoshins, loin de là. L’évènement connu comme « La Grande Fuite de l’Hadès » a fait plusieurs milliers de victimes dans les mondes kaïoshins et bien davantage de blessés. Et ce triste incident est parti d’un horrible massacre perpétué simultanément dans dix galaxies de la région 545. Vous voyez maintenant pourquoi il nous est important de surveiller les éventuels dangers pouvant apparaître dans le monde du bas et pourquoi l’on ne doit laisser aucune menace extérieure d’envergure entrer dans le Macro-Univers ?

Shinsoké laissa ses élèves discuter de l’information entre-eux afin qu’ils la digèrent mieux. Même si lui-même n’avait jamais connu le stade l’enfance, cela lui avait aussi fait un choc lorsqu’il avait appris à quel point leur sort était à ce point liée à celui des mortels. C’était précisément cette prise de conscience qui l’avait motivé à devenir veilleur, et plus tard instructeur pour la progéniture de ses collègues.

Estimant que ses élèves avaient eu assez de temps pour prendre pleinement conscience du problème, Shinsoké décida d’enchaîner avec une autre question.

-Maintenant que l’on parle de menace, ou de désastre, vous n’êtes pas sans savoir qu’on a adopté une échelle pour différencier leurs importances. Est-ce que vous avez une idée du nombre de niveau de désastre que l’on répertorie en utilisant l’échelle de Shaïnkov ?

-Huit, comme le nombre de civilisation ! Cria l’un des élèves

-Mais non c’est Six ! Répondit un autre

-Cinq !

-Sept !

-Trois !

Shinsoké leva immédiatement la main pour couper court à l’avalanche de réponses potentielles qui étaient sur le point de l’écraser.

-La bonne réponse a déjà été donnée. Lesquels d’entre vous pensent que c’est huit ?

Quatre mains s’élevèrent. L’instituteur posa la même question pour les quatre autres possibilités. Shinsoké remarqua que moins d’un quart de la classe avait eu bon. Une petite réunion avec certains géniteurs de ses élèves ne seraient pas de trop pour qu’il leur fasse un topo sur les connaissances de base à leur transmettre.

-La bonne réponse était cinq. Bravo à ceux qui ont trouvé. Maintenant pouvez-vous me citer les noms de ces cinq niveaux de désastres.

De nouveaux, une nuée de bras s’éleva dans les airs, tant et si bien que l’instituteur eut l’embarras du choix.

-Shaïnva ?

-Le premier niveau de désastre c’est le niveau « Mortel » !

L’enseignant lui accorda un signe d’acquiescement avant que le cercle à l’extrême droite ne se change en lettres kaïoshin formant le mot « Mortel ».

-Bien, aux autres maintenant. Ne vous inquiétez pas, vous pouvez les donner dans le désordre. Leur classement ne nous intéresse pas pour le moment.

Malgré les encouragements de l’instituteur, aucune main ne s’était encore levée cette fois-ci. Il fallait dire que la réponse la plus facile avait déjà été donnée, ce qui força les élèves à réfléchir plus intensément pour trouver les autres réponses. La réflexion générale dura jusqu’à ce qu’une élève ne dresse sa paume avec tant de conviction que Shinsoké la désigna.

-Il y a le niveau trois, « Asura » !

-Bonne réponse, fît l’instituer tout en changeant la troisième sphère en le mot « Asura ».

Galvanisés par le succès de leur consœur, les kaïoshinkogomos redoublèrent d’efforts dans leurs réflexions, jusqu’à ce qu’un nouvel élève ne lève timidement la main.

-Je me souviens qu’il y a un niveau qui s’appelle « Dÿva ».

-Presque. C’est le niveau « Deva », qui est le quatrième niveau de désastre.

Une fois que la sphère s’était changée en le mot susnommé, Shinsoké encouragea les élèves à rechercher les deux derniers niveaux de désastres restants. Toutefois, ces derniers avaient beau se triturer le cerveau, aucune réponse ne semblait germée. Shinsoké n’était pas vraiment surpris. Les deux dernières réponses étaient celles qui étaient le moins souvent retenue. Le deuxième niveau n’était pas vraiment significatif et les kaïoshins avaient très peu à faire avec le cinquième niveau de désastres par rapport aux autres. Ne voyant véritablement rien venir, l’instituteur kaïoshin se dit que le moment de la réponse était venu.

-Le deuxième niveau de désastre correspond se nomme « Rakshasa », tandis que le cinquième et dernier niveau de désastre se nomme niveau « Gautama ».

Les deux derniers orbes se changèrent en mots, au même titre que les trois premiers. Les cinq termes écrits, Shinsoké utilisa un petit sort simple pour les illuminés brièvement, histoire d’attirer l’attention de ses élèves.

-Mortel, Rakshasa, Asura, Deva et Gautama, constituent les cinq niveaux de désastres de la Mesure de Shinyaän. Cette dernière est utilisée par le Kaïshinkoku pour des raisons de logistiques. En effet, même si d’un point de vue morale, toute menace mérite d’être traitée, nous ne pouvons être partout à la fois. La réalité nous impose malheureusement de délaisser bon nombre de cas pour nous occuper convenablement des menaces significatives. Cela peut paraître cruel, mais croyez-moi que les mortels peuvent s’occuper de la plupart des problèmes qui les assaillent par eux-mêmes, ce qui nous facilite grandement les choses.

Shinsoké illumina de nouveau le mot « Mortel » avant de reprendre la parole.

-Le niveau de désastre dit Mortel constitue le niveau de base de la Mesure de Shinyaän, et donc les menaces correspondant à ce niveau sont plus ou moins dommageables pour les civilisations de niveaux 1. Cela peut aller à un petit groupe d’individus ayant une maîtrise extrêmement limitée dans le ki, et n’utilisant que des technologies primitives, d’un point de vue kaïoshin. On peut ajouter aussi dans le lot des catastrophes d’ampleurs planétaires. Ils constituent le type de menace les plus faibles, mais sont de loin les plus nombreuses.

Le mot Rakshasa s’illumina à son tour.

-Rakshasa, provenant du nom d’entité spectrale jadis rencontré dans le Macro-Univers, rassemblent les menaces pouvant inquiéter des civilisations de niveau 2 et 3. Ce sont souvent des catastrophes d’ampleurs stellaires ou des individus ayant une maîtrise que l’on considère comme convenable du Ki ou de la magie, ou maîtrisant un niveau technologique suffisamment notable.

Une main se leva dans les rangs de la classe. La permission de s’exprimer fût accorder à l’élève.

-Shenseï, depuis tout à l’heure vous parlez d’individus qui correspondent à un certain niveau de désastres. Ce serait possible d’avoir des exemples, s’il vous plaît ? Parce que personnellement je ne visualise pas très bien.

Bien embêté par la doléance, Shinsoké cogita quelques secondes. Il pouvait se lancer dans des explications exhaustives, mais il savait qu’il perdrait sa classe en quelques minutes. Il lui fallait trouver un exemple assez clair pour que tous ses élèves puissent visualiser ces informations. L’exemple, ou plutôt les exemples, parfaits lui vinrent alors comme une évidence.

D’un claquement de doigts, Shinsoké fît apparaître deux images en relief représentant deux êtres humanoïdes.
Le premier était doté d’une peau rouge sang et d’une paire de cornes de caprins. Le menaçant sourire formé par ses dents pointues et le regard mauvais lancé par ses yeux reptiliens lui conférait des traits féroces.
Le second était, quant à lui, détenteur d’une paire d’ailes aviaires du même blanc éclatant que sa peau scintillante. La sournoise expression sur son visage indiquait une nature profondément vicieuse et trompeuse.

Shinsoké laissa ses élèves observer, avec craintes et fascination, les images en reliefs qui étaient les représentations typiques des êtres démoniaques et angéliques qui étaient sans aucun doute les ennemis les plus détestés et les plus connus des divinités du Macro-Univers. Les kaïoshinkogomos avaient entendu dire que les âmes constituaient les mets favoris de ces deux types d’entités qui, bien qu’elles se nourrissent le plus souvent de celles des mortels, préféraient largement recueillir les âmes des kaïoshins jugées bien plus riches et goutteuses. Ainsi lorsqu’ils en avaient l’occasion, les anges et les démons ne se gênaient pas pour attaquer les mondes kaïoshins et les diffrents domaines des morts. Leurs constantes exactions faisaient qu’ils étaient considérés comme de la vermine, à juste titre.


-Les démons mineurs ainsi que les fantassins angéliques lambda, représentés ici, sont généralement considéré comme des menaces de niveaux Mortel ou, pour les plus redoutables, de niveau Rakshasa. Ils ne sont peut-être rien pour nous les kaïoshins, mais dans les civilisations mortelles les plus primitives, leurs venues peuvent sonner le glas pour des milliards d’êtres sensibles.

L’instituteur remarqua que les froncements de sourcils et les regards circonspects ss’étaient fais plus rare. Signe que cet exemple avec les démons et les anges avaient fait mouche. Rassuré, il s’empressa d’illuminer le mot « Asura ».

-Là on commence à toucher aux menaces notables, car c’est à partir de cette tranche que les kaïoshins vont commencer à se mêler des affaires du monde du bas. En effet, les dangers de niveau Asura peuvent faire tomber en poussière des civilisations de niveau 5, voire 6 si les circonstances si prêtes. Il est déjà arrivé que ce soit tout simplement des catastrophes d’envergures galactiques, le plus souvent provoqué accidentellement par une civilisation de niveau supérieur ayant mal maîtrisé une technologie ou une magie particulièrement instable et puissante. Mais cela peut tout aussi bien être un individu ou un groupe aux pouvoirs et aux capacités pouvant poser de réels problèmes aux kaïoshins.

D’un claquement de doigt de l’enseignant, l’apparence de l’ange et du démon changèrent. Leurs tenues se firent plus sophistiquées et une deuxième paire d’ailes poussa derrière le dos de l’ange ;

-On considère que les archanges et les seigneurs-démons entrent dans cette catégorie. Du fait qu’ils soient capables de diriger par eux-mêmes un domaine dans les différentes dimensions démoniaques et angéliques. Maintenant il est temps de passer au niveau suivant.

Quand le mot « Deva » s’illumina, l’instructeur prit de nouveau la parole.

-Les menaces au niveau « Deva » sont capables de déstabiliser lourdement voire de faire tomber une civilisation de niveau 8. Si une telle menace est constatée, les kaïoshins veilleurs doivent immédiatement avertir le Kaïoshinkoku qui avisera selon l’évolution des évènements. Très rares sont les catastrophes ou les individus pouvant être classés comme telles. Et pour comptes, entrent dans cette catégorie des événements comme un problème majeur provenant d’un des Mondes des Morts.

-Un peu comme la « Grande Fuite de l’Hadès » ? Demanda un élève.

-Oui, tout à fait.

L’instructeur claqua une nouvelle fois des doigts, et l’image montrant l’ange et le démon se modifia une deuxième fois. Tandis que leur accoutrement s’étoffait, gagnant même quelques riches cuirasses, l’ange gagna une troisième paire d’aile tandis que les cornes du démon s’allongèrent davantage.

-Les individus entrant dans la catégorie des Déva peuvent être considérés comme les égales des archi-démons et des chérubins. C’est dire à quel point ils ne doivent pas être pris à la légère.

Les jeunes kaïoshinkogomos pensèrent aussitôt aux histoires de leurs géniteurs contant les batailles sanglantes entre les guerriers du Kaïoshinkoku et ses anges et démons de catégories supérieures, dont l’intensité avait atteint de telles strates que des territoires aussi étendus qu’une galaxie avait été durablement éprouvé. Que des mortels, surtout ceux du Macro-Univers, puissent atteindre de tels niveaux de destruction étaient, pour ces divins enfants, une effrayante perspective.

Un détail interpella néanmoins l’un des élèves qui s’empressa de demander la parole.

-Mais Shenseï, et s’il y a une menace de niveau Deva dans le Macro-Univers et que des mortels n’arrivent pas à gérer la situation, on fait quoi ?

-Les solutions peuvent varier. Le plus souvent, les Kaïoshins Supérieurs envoient des troupes de la Grande Armée. Mais lorsque la situation risque de devenir trop dommageable, ils finissent par envoyer un ou plusieurs kaïoshins gardiens pour être sûr que la menace soit réglée sans trop de dommages collatéraux.

En entendant le mot « gardien », les visages des kaïoshinkogomos s’illuminèrent d’un coup et un frisson d’excitation les prirent. Les kaïoshins gardiens étaient considérés comme la force de frappe ultime de l’armée du Kaïoshinkoku. Chacun de ces combattants d’élites était l’héritier de milliard d’années d’expérience martiales et d’art de la guerre qui leur servaient à accomplir des exploits plus extraordinaires que les plus grandes légendes. Ils étaient ainsi extrêmement respectés parmi leurs pairs et étaient l’équivalent d’idoles pour certains d’entre-eux, en particuliers pour les jeunes kaïoshins, dont une partie non négligeable rêvait d’intégrer ce corps de légendaires guerriers.


Patient, Shinsoké laissa ses élèves rêver et partager des commentaires enthousiastes sur les gardiens pendant une minute. Une fois qu’il jugea qu’il était temps de reprendre le cours, il illumina le dernier des cinq mots plus fortement que les autres, recentrant ainsi l’attention des élèves dont l’enthousiasme se changea en fascination.

-Cette fois, nous touchons le pire du pire. Les catastrophes parmi les catastrophes. Les menaces de niveau Gautama. Parmi les milliards de civilisations peuplant le Macro-Univers, seule une poignée, se comptant sur les doigts de ma main, peuvent un tant soit peu supporter ce type de menace. Ce sont justement ces dernières qui justifient les efforts que le Kaïoshinkoku déploie dans le Macro-Univers et au-delà.

Une nouvelle fois, Shinsoké claqua des doigts et l’image de l’ange et du démon changea pour la troisième et dernière fois. Leur métamorphose achevée, l’ange et le démon était plus impressionnant et menaçant que jamais. Outre la quatrième paire d’ailes ayant poussé chez l’ange et les branches qui s’étaient multipliés pour les cornes du démon, leurs cuirasses et leurs habits bien plus fournis laissaient penser que tenter de leur arracher leur vie équivalait à subir mille sacerdoces.

-Faire face à une menace de niveau Gautama revient à affronter au combat un séraphin ou un dieu démon. Si l’on parle de catastrophe naturelle, on peut prendre pour exemple « La Sixième Plaie Universelle » qui a failli condamner le tiers du Macro-Univers.

D’un claquement de doigt, Shinsoké fît apparaître diverses scènes. En les visionnant les unes après les autres les shinkogomos étaient davantage fascinés et baignés de sueurs froides.

-Tout individu considéré comme une menace de niveau Gautama possède des capacités de nuisance qui repoussent l'étendue de l'imagination commune à des limites extrêmes…

Spoiler
« Armés de ses deux sabres astraux pouvant fendre la réalité elle-même, un guerrier appréciait les derniers instants de son adversaire, un immense rapace cosmique dont les profondes blessures ne permettaient plus à son puissant esprit de stabiliser les innombrables réactions thermonucléaires constituant son enveloppe céleste.»

« Usant simultanément de sorts complexes et d’enchantement suprêmes par centaines, un mage absolu repoussait les assauts d’un Univers sensible qui ne cessait de générer fléaux et catastrophes d’impensables natures pour se débarrasser du visiteur impromptu »


-…D'un certain point de vue ces êtres peuvent être considérés comme des chefs d’œuvres. L'aboutissement de séculaires et riches héritages marqués par de perpétuelles innovations …

Spoiler
« Appréciant le vent chaud qui faisait remuer sa longue et sombre chevelure touffue, un combattant à l’aspect sauvage se prélassait sur la gigantesque dépouille d’un séculaire et tout-puissants titan cosmique dévoreur de mondes qu’il a eu grand plaisir d’abattre en combat singulier »

« Un guerrier humanoïde embrasait des milliers de mondes de ses obscures flammes mystiques qui rongeaient aussi bien les alliages les plus solides que la plus frêle créature. Malgré les distances démesurées séparant les lieux de ses exactions, l’omnipotente vision que lui conférait son troisième orifice oculaire reptilien permit au génocidaire d’apprécier aisément son massacre dans toute son ampleur »


-…C’est comme-ci ils étaient le Pourquoi des forces les plus fondamentales de la Réalité et des innombrables évènements ayant jalonné le Temps et l’Espace jusqu’à aujourd’hui …

Spoiler
« Tandis que des troupes de colosses aux pouvoirs aboutis usaient de tous leurs forces et capacités pour échapper aux prises et aux attaques de sa forêt tueuse, un humanoïde renard aux traits élégants observait d’un œil expert son chef d’œuvres boisé massacrer les célestes géants ».

« Flottant à califourchon dans un vide spatial à coloration écarlate, un moine-soldat encapuchonné exerçait ses vastes pouvoirs mentaux pour faire tournoyer, autour de sa personne, des dizaines d’étoiles qu’il maintenait réduit à la taille de billes par la seule force de sa pensée »


-...Ces individus peuvent ainsi être considérés comme le sommet de la chaîne alimentaire. Vous ne serez donc pas surpris que si une menace de niveau Gautama apparaissait, on peut considérer qu’une partie significative du Macro-Univers, voire le Macro-Univers tout entier, soit en réel danger de destruction. Et surtout gardez bien à l’esprit que même les kaïoshins gardiens n’ont aucune garanti de victoire s’ils leur faisaient face.


Les kaïoshinkogomos se regardèrent cette fois d’un air apeuré. Si les gardiens ne faisaient pas le poids, ce seraient pour ainsi dire la fin du Macro-Univers, la fin des Mondes des Morts, la fin des mondes Kaïoshins. En bref la fin de tout.

-Allons, allons. Inutile de céder à un catastrophisme mal placé. Les chances pour qu’une telle menace nous parvienne ne sont certes pas à exclure, mais extrêmement faible. De base, ce n’est pas tous les millénaires qu’une menace de ce genre apparaît. En plus, le Kaïoshinkoku et l’ensemble des kaïoshins veillent constamment à ce qu’elles n’arrivent pas jusqu’à nous. Et quand bien même cela arrivait ne mettez pas nos kaïoshins gardiens perdants. Je peux vous garantir qu’ils sont pleins de ressources. Si l’on n’a pas confiance en nos propres forces, comment pourrait-on faire face aux menaces ?

Un peu plus rassurés par les dernières paroles de leur instituteur, les élèves acquiescèrent silencieusement. D’un claquement de doigt, Shinsoké fît disparaître l’ensemble des images en reliefs.

-Bien maintenant que l’on a passé en revue tout ça, prenez de quoi écrire. Il faut que vous notiez tous ce que l’on vient de dire avant votre temps de pause.


Note de l'auteur :

(*) Mortel : Dans mes fics, les kaïoshins nomment les hbitants du monde du bas par le terme mortel, non pas parcequ'ils sont eux-mêmes immortels, mais parceque leurs durée de vie est démesurément longue par rapport à eux (la durée de vie d'un kaïoshin se chiffre en dizaine de million d'années standard, tandis que le smortels avec la plus longue durée d evie peuvent espéré vivre "que" quelques milliers d'années standard)

(**)Sociétés : Définition prise/inspiré dans ce site : https://ramf-mf.fr/2014/04/19/societes- ... s-valeurs/

((***)Civilisation : Définition prise/inspiré dans ce site : http://www.toupie.org/Dictionnaire/Civilisation.htm
Avatar de l’utilisateur
broly97
 
Messages: 979
Inscription: Mar Avr 10, 2012 19:48

DBM vs la z-team vs l'Organisation du Commerce des Mondes

Messagepar broly97 le Lun Août 26, 2019 7:20

DBM vs la z-team vs l'Organisation du Commerce des Mondes


Temps d'attente


Lorsqu’ils avaient décidé de venir dans ce tournoi multi-universel, les résidents de l’Univers 16 s’étaient doutés que ce serait un évènement extraordinaire qu’ils n’allaient pas oublier de sitôt. Et ils ne s’étaient pas trompés. Les retrouvailles avec de vieux ennemis et la découverte d’un monde où Végéta et Goku étaient toujours séparés valaient déjà allègrement le déplacement. Toutefois, ce dont ils ne s’étaient pas attendus c’était le niveau des confrontations qui atteignaient des sommets toujours plus haut, à mesure que la compétition avançait. À tel point que leur championne, Bra, s’était déjà fait sortir lors de ce second tour. En effet, pour tous ses proches, la saïyanne aux cheveux mauves était, l’incarnation même de l’invincibilité dans sa forme la plus insolente. Et pourtant, même en utilisant toute la puissance de son super saïyanne de niveau 2, elle s’était fait battre par ce vieil homme de l’univers 9, ce Soundiata.
Outre la stupéfaction que leur inspirait le résultat de la rencontre, Gohan et les autres étaient surtout inquiets par la réaction de la jeune fille lorsqu’elle se réveillera à l’issue des soins apportés par le guérisseur namek. En effet, connaissant la haute confiance que Bra plaçait en elle-même et son mauvais caractère, ils craignaient tous qu’elle accuse le coup plus que nécessaire.

Après deux bonnes minutes de soins, il fallait bien cela pour remettre sur pied une saïyanne de ce niveau, le guérisseur namek cessa sa technique de soin au moment où Bra commençait à ouvrir les yeux. Elle se redressa d’un coup et regarda dans tous les sens. Elle ne vît que les visages préoccupés de sa famille et de ses amis. Comprenant immédiatement ce qui s’était passé, elle poussa un soupir puis se redressa. De son nouveau point de vue, elle se permit un nouveau tour d’horizon. Pendant que les vargas et les nameks s’assuraient que les spectateurs des gradins allaient bien, des ingénieurs vargas usaient de télécommandes pour guider des centaines de droïdes volant dans les airs. De formes et de tailles diverses, une partie d’entre-eux amenaient du matériel dans la grande faille, creusée au beau milieu du stade, suite à une attaque de la super saïyanne durant le match. Sans doute allaient-ils s’arranger pour réparer la faille avant le début des prochaines rencontres.

-Ça va sœurette ? Demanda finalement Goten avec une inquiétude dont il ne se serait jamais cru capable d’adopter vis-à-vis de sa surpuissante sœur cadette.

-… Ouais, ça va, Goten, répondit la concernée sans le moindre signe d’animosité ou d’énervement, surprenant ainsi l’auditoire. Alors, qu’est-ce qui s’est passé pendant que j’étais dans les vapes ? Enfin, question conne cela dit, il est évident que j’ai été assommé par l’ancêtre.

-Oui, lui confirma Vegetto d’un air interdit. Après avoir dissipé ton attaque, il s’est glissé derrière toi et t’a assommé en un coup.

-Je… Je vois, fît Bra l’air résignée.

Ému par la réaction de sa sœur, Gohan jeta un regard de reproche à son père. Il estimait qu’il aurait pût mettre les formes pour annoncer cela à Bra, qui n’était pas habituée à subir une défaite. Le fils de Chichi décida de prendre les devants et se tourna vers sa sœur.

-Bra j’imagine que cette première défaite dois te peser. Tu dois être très déçue de ton élimination, et j’en suis désolé. Cependant il est possible que ce ne soit pas le dernier combat que tu perdes. Ce fût notre lot à tous, même pour papa, si l’on compte celles de Goku et de Végéta. Mais j’imagine que maintenant tu vas chercher à t’isoler un peu afin de réfléchir à tout ça. Je comprends, mais sache que lorsque tu te sentiras prête à en discuter nous serons tous là pour toi.

Bra releva lentement son regard vers son grand frère. Elle avisa l’air perplexe.

-Abattue ? Désolé ? Déçue ? Tu penses que c’est ça uniquement que je ressens, Gohan ?

-Non, pas vraiment… J’imagine que tu dois être en colère … que tu dois être furieuse, n’est-ce pas ? demanda Gohan désormais prêt à faire face à une éventuelle crise de colère de sa petite sœur, comme tout le monde dans l’espace 16.

Personne ne s’attendait donc au large sourire que Bra aborda. Une expression à la fois enthousiaste et emplis de satisfaction, dénuée de toute trace de son habituel arrogance. Chose qui n’arrivait que rarement. C’était comme-ci l’affrontement lui avait offert le cadeau le plus libérateur qui soit.

- Si je suis déçue par ma défaite grand frère ? Ha, ha, ha, ha ! Non mais tu veux rire ?! Ce fût le truc le plus génial qui m’est arrivé jusqu’à maintenant !

-Heu ! Ça va bien p’tite sœur ? Tu es sûre que la guérison namek s’est bien passée ? Demanda Trunks, qui était, comme tous les autres, éberlué par cette réaction de la saïyanne.

-Mais bien sûr crétin que ça va ! Et pas qu’un peu, après un combat aussi classe !

-Donc… tu n’es pas frustrée d’avoir perdu la rencontre ? risqua Piccolo.

-Frustrée ?! … Ouais, quand même ouais. Mais bon, à quoi bon s’arrêter sur ça ? Ce vieil homme, était largement plus fort que moi sur tous les points. Je pense même qu’il m’aurait battu si j’étais même un peu plus fort que lui. Nan, il n’y a pas de quoi être frustré. Et puis, il m’a apporté une chose de vachement plus enthousiasmant qu’une simple victoire.

-Quoi donc ?

-Ce vieillard m’a tout simplement montré qu’il y avait un sommet à atteindre et que j’en était encore à des années-lumière. A des milliers d’années-lumière peut-être.

En même temps qu’un sourire satisfait se dessinait sur les lèvres de la combattante, une légère aura dansa autour de son corps sous l’impulsion de son excitation grandissante.

-Et si ce qu’il m’a dit à propos de là d’où il vient est vrai, je suis convaincue qu’il y en a encore beaucoup d’autres que lui sur ce sommet. Des combattants qui transcendent les limites des combats. Et vous savez ce qu’est le plus bizarre ? J’ai même l’impression qu’il y en a peut-être des comme-ça chez nous, qui n’attendent que nous ! Ha, ha, ha, ha ! Vous pouvez pas savoir comme je suis contente !

Si cette éventualité enthousiasmait Bra, les autres résidents de l’espace 16 ne voyaient pas vraiment ce qu’il y avait d’emballant. Eux qui s’étaient définitivement crus hors de dangers avec Vegetto et Bra comme protecteurs, ils n’étaient maintenant plus aussi tranquilles en sachant qu’il y avait potentiellement d’autres monstres de puissance comme ce vieillard qui pouvaient défaire la fille de Bulma, et peut-être même rivaliser avec leur champion tout-puissant. C’était à se demander si les vingt ans qui venaient de s’écouler n’étaient pas en vérité qu’un énième sursis avant le déclenchement de nouvelles crises largement plus terribles que celle de Majin Buu. Une telle perspective suffit à faire légèrement frissonner ceux qui avaient connu le conflit d’il y a vingt ans, à l’exception d’une seule personne, Vegetto.
Depuis la fin du combat et suite à la petite discussion qu’il a eu avec ce Soundiata, le saïyan aux potalas étaient plongé dans un étrange état. A l’instar de sa fille il était plus qu’excité de l’existence d’un tel guerrier qui avait potentiellement le niveau pour le pousser à ses limites, tant en termes physiques que martiales. Et puis il avait… ce frisson. Le même frisson qu’a ressenti Goku lorsqu’il s’était trouvé confronté à Jackie Choun, Tenshinhan, Piccolo, Végéta, Freezer, et les créations de Gero. Le parfait équilibre entre la plus profonde appréhension et la plus effervescente extase. Une sensation qui lui a fait cruellement défaut depuis plus de vingt ans et qu’il a désespérément recherché au cours de ses voyages à travers le cosmos. Mais cette fois-ci, et il en était certains, il n’y aura plus de fausses promesses, plus de déception. Il allait enfin pouvoir exprimer pleinement l’ensemble de ses capacités. Une opportunité qu’il a attendue depuis le moment de sa naissance et qu’il n’allait certainement pas laisser filer.

La discussion allait reprendre lorsqu’un tremblement de terre, ou plutôt d’astéroïde, secoua la famille de Vegetto et l’ensemble des personnes se trouvant dans le stade.

<< Chères spectatrices et spectateurs, suites aux dégâts provoqués lors de la précédente rencontre, nos équipes sont en train d’opérer quelques travaux d’urgence pour remettre en état le stade et l’astéroïde sur laquelle nous nous tenons. Ne vous inquiétez donc pas des secousses qui vont se déclarer durant les opérations qui devraient approximativement durer une heure si tout se passe bien. Nous nous excusons d’avance pour ce temps d’attente. Nous rappelons également que le prochain combat verra s’opposer Tenshinhan de l’univers 9 à Gotenks de l’univers 16. Nous recommandons donc aux deux concurrents de bien vouloir se préparer en attendant.>>


L’annonce à peine achevée, que Bra se tourna vers Trunks et Goten.

-Alors les deux guignols ce sera bientôt à vous ! Annonça Bra tout en tapant virilement l’épaule de ses deux frères. Ne nous faites pas hontes avec vos pitreries.

-Eh bien, ta défaite t’a peut-être rendu moins soupe au lait, mais t’es toujours aussi enquiquineuse. On a été vachement idiot de s’être inquiété pour toi, se plaignit Trunks tout en se massant l’épaule.

-Eh ouais ! En tout cas, soyez attentifs, et surtouts faites pas vos conneries habituelles, sinon ça va se retourner contre vous à-coups sûrs.

-T’es sûre que ce Soundiata ne t’as pas cogné trop fort p’tite sœur ? Parce que là… t’es en train de nous donner un conseil là.

-Evidemment, triple buse ! Il ne reste plus que papa et vous en course dans notre groupe. Même si ça passe par vous, j’aimerais autant que notre univers aille le plus loin que possible dans le tournoi.

- Relax sœurette, si Tenshinhan est aussi puissant que Krilin ou cet Upa, cela devrait aller. Gotenks sera tout de même largement supérieur à lui.

-Bra à raison Trunks, intervînt Piccolo. Il se peut que, comme Krilin et Upa, Tenshinhan possède une technique spéciale qui lui permettra de pallier la différence de niveau.

-T’inquiète Piccolo, Gotenks est lui aussi plein de surprise, ne l’oublie pas. On gagnera, et après on vengera notre petite sœur.

-Commencez déjà par remporter ce match, et l’on discutera du suivant, gronda Bra.

Gohan qui était depuis un moment soulagé se tourna en direction de l’espace 9, et fixa Soundiata, qui discutait avec certains de ses amis dans l’espace 9.

<< Mais qui êtes-vous vraiment, vieil homme ? >>.



Tranquillement adossé sur la rambarde de l’espace 9, Yamcha soupirait déjà d’ennui. Certes le dernier combat avait fait de sacrés dégâts, mais il était tout de même pénible d’avoir à attendre tant de temps avant le début du prochain combat qui allait voir s’opposer Tenshinhan contre ce Gotenks. L’ex-bandit tourna son regard vers son ami triclope en train de méditer dans la position du lotus à l’écart du groupe. Si on ne se basait que sur la puissance, il était clair et net que le guerrier fusionné avait l’avantage. Cependant, Tenshinhan avait par le passé montré qu’il était un combattant rempli de surprise. Il était plus que probable qu’il trouve un moyen pour s’en sortir.
Yamcha fût soudain interrompu par un signal sonore s’échappant de son poignet qui attira l’attention de l’ensemble de ses amis, à l’exception de Tenshinhan qui était trop profondément plongé dans sa méditation pour se laisser distraire par un détail de ce genre. Yamcha tira son protège poignet afin de révéler sa brigtwatch dont les chiffres en rouges clignotaient en continue.
Il laissa échapper un nouveau soupir puis se tourna vers son fils et ses amis qui savaient déjà tous ce que ce signal signifiait.

-Bon et bien il est temps de lui laisser la place pour la journée, fît Yamcha qui n’était pas particulièrement ravi.

-C’est trop bête qu’il prenne les manettes à deux matchs de ta rencontre, se plaignit Trunks. Tu ne peux pas exceptionnellement négocier un délai avec lui le temps que tu finisses ton match ?

-Tu sais très bien que ce n’est pas possible, fils. Il est très à cheval concernant notre accord. Particulièrement lorsque c’est une semaine où il ne peut assurer le contrôle que pendant une journée.

-C’est vrai, admit Trunks tout en se grattant la tête.

Yamcha fût secoué par de nouveaux spasmes qui précédèrent de désagréables picotements à travers l’ensemble de son corps.

-Gnn ! On dirait que je tarde trop au gout de monsieur. Enfin, je vous donne rendez-vous pour demain après-midi. A plus !

Yamcha attendit que ses amis lui répondent avant de fermer les yeux pour se concentrer. Une aura violette l’entoura alors. Elle pénétra à travers les pores de son épiderme qui blanchit à vue d’œil. Le teint de sa peau devenue quasi cadavérique, l’humain aux cicatrices rouvrit ses yeux qui avait eux aussi changé de couleurs. Le blanc de ses globes oculaires avait totalement noirci, tandis que ses iris s’étaient teintées de rouge écarlate. Maintenant aux commandes du corps du mari de Bulma, celui qui s’était lui-même nommé l’Esprit prit grand soin de s’étirer et de craquer ses articulations. L’air renfrogné, il tourna son regard sur tous les angles, prenant ainsi ses repères dans ce nouvel environnement auquel il était peu habitué. Après avoir reniflé l’atmosphère du stade il se tourna vers le fils de son copropriétaire et ses amis, qui avaient patiemment attendu qu’il s’adresse à eux.

-Humph ! Je trouve qu’il y a un peu trop de monde à mon goût, mais bon ça à l’avantage de changer de chez « moi ». Enfin bref, salut à tous. C’est pour quand mon combat déjà ? demanda l’Esprit, d’une voix plus grave et caverneuse que celle de Yamcha.

-Après les deux rencontres qui suivront. Pourquoi, tu comptes combattre ? Demanda Cole curieux.

-Evidemment. J’ai quand même attendu pour profiter de notre corps, et ce tournoi est l’occasion idéale pour m’amuser dans le monde extérieur. Au fait c’est qui déjà mon adversaire ?

-Ce grand type vert là dans l’espace 7, l’informa Cole tout en montrant le concerné du doigt.

L’attention de l’Esprit se braqua vers Gast, l’hyper namek. Comme à l’accoutumée, ce dernier se tenait droit comme un « I », attendant calmement que le tournoi reprenne.

-Tien donc. Allons regarder ça de plus près.

Sans prévenir, l’humains au teint diaphane se déplaça hyper-rapidement, prenant au dépourvu les résidents de l’univers 9 qui, comme l’ensemble du stade, se tournèrent immédiatement vers l’espace 7 pour constater la présence de l’Esprit juste en face de l’hyper namek.

Malgré sa surprise première, Gast n’avait pas esquissé le moindre geste et se permit même de refermer ses yeux. Il n’y avait de toute façon pas de quoi s’inquiéter. Non seulement il était protégé par le règlement, mais il ne sentait aucune intention belliqueuse dans l’aura de son futur adversaire. Une aura qui avait bien changé d’ailleurs. C’est comme-s ’il avait affaire à une personne tout à fait différente de son adversaire désigné.

Fixant avec profondeur les yeux clos du namek dans un premier temps, l’Esprit poussa nonchalamment un bref soupir, avant de tourner lentement autour de son futur adversaire. L’examinant des pieds jusqu’aux antennes, et ce sur tous les angles.
Jugeant que la situation était inappropriée, le vargas responsable de l’espace 7 s’approcha du participant de l’univers 9.

-Excusez-moi monsieur, mais je vous prierais d’arrêter d’importuner le concurrent Gast, sinon je pourrais prendre cela comme une tentative d’agression de votre part, et vous serez renvoyé dans votre univers.

L’Esprit s’arrêta net et accorda un regard peu avenant aux Vargas qui en eût des sueurs froides.

-B… Bien sûr, ce n’est pas comme-ci v… vous l’avez agressé à..à proprement parler. V… Vous pouvez continuer t… tant que vous ne f… faites rien de préjudiciable.

L’humain poussa un bref grognement et poursuivit son drôle d’examen du guerrier namek.
De nouveau en face de son adversaire, l’homme aux iris rouge fixa de nouveau Gast qui avait entretemps ouvert ses yeux, lui accordant une expression dénuée de toute hostilité, mais emplit d’assurance et de sang-froid. L’Esprit tira un sourire. Une expression qui se voulait décontractée, mais qui lui donnait l’air naturellement inquiétant.

-Hmm ! Ton aura et ton corps sont puissants et forment un bon équilibre, et pour couronner le tout tu as un excellent regard.

Le participant de l’univers 9 fît demi-tour et enjamba le mur mitoyen d’un bond. Sous le regard sans expression de Gast, l’Esprit entama d’un pas tranquille sa marche vers l’espace qui lui était réservé.

-Je sens que l’on va bien s’amuser, le grand vert, fît le guerrier aux cicatrices sans se retourner.

Juste après avoir enjambé la rambarde de l’espace 9, l’Esprit fût rejoint par ses co-résidents, qui n’étaient pas vraiment ravis de cette petite escapade surprise. A commencer par Krilin.

-Hep ! La prochaine fois, préviens-nous lorsque tu auras décidé de faire un de tes petits numéros.

-Relax, petit chef. Tout ce que j’ai fait c’est d’aller jeter un coup d’œil à mon futur adversaire.

-Peut-être, mais les organisateurs pourraient prendre ça comme une tentative d’agression de ta part, et on serait tous obligé de revenir dans notre univers.

-Pff ! Et alors ? Même si ces oiseaux m’empêchent de me divertir, j’aurais encore ma journée. Et puis cela ne sera pas grave pour vous, non. Ce ne sera pas comme-ci vous risquez vos vies.

-Tu devrais t’en préoccuper pourtant. Rester le plus longtemps possible dans ce tournoi est dans notre intérêt à tous, à cause de qui tu sais.

Krilin indiqua C-21 d’un mouvement de tête. L’Esprit remarqua que le cyborg à la sombre carnation lui jetait des regards intrigués. De toute évidence il avait lui aussi comprit, que quelque chose d’inhabituel était arrivé à Yamcha.

-Pas faux, petit chef. C’est vrai que nous aurons besoin de toutes les infos possibles sur monsieur tresse.

-Content que tu vois où sont tes intérêts.

Sans répondre à la dernière remarque du nouveau maître des Tortues, l’Esprit se tourna vers le fils de son copropriétaire.

-Tu as de la nouveauté pour moi, Trunks ?

Le fils de Bulma sortit une capsule de sa poche sur lequel il cliqua avant de l’envoyer vers l’alter-ego de son père qui rattrapa au vol le lecteur MP3 et les écouteurs qui y étaient branchés.

-Les derniers morceaux de reagdanze tout droit sorti de la Zone Grise de l’Outre-Monde. Il y a largement de quoi t’amuser pour des semaines là-dedans.

-Excellent, merci. Bon, si vous me cherchez, je serais assis pas loin.

L’homme à la peau diaphane configura l’appareil tout en cherchant un endroit pour se poser un peu plus loin. Une fois confortablement installé, il mit ses écouteurs dans ses oreilles et ferma les yeux afin de mieux profiter de sa musique, le tout sous l’œil amusé de Maïa.

-Eh bien ! à le regarder comme ça, on ne dirait pas qu’il ait un caractère si difficile. Il semble même attendrissant.

-Au fait, ça se passe toujours bien chez vous, avec lui ? demanda Cole à Trunks.

- T’inquiète. Mes parents et lui ont bien géré le deal. Il prend possession du corps de papa deux fois par semaine en moyenne et ça nous va comme ça. Et puis, il ne faut pas se fier à son caractère d’ours mal léché, il se tient tranquille. Généralement il se contente juste de longues promenades à l’extérieur, ou il reste dans la maison à lire toute la journée tout en écoutant sa musique. Il y a pire comme colocataire, quoique difficilement plus bizarre.

-Vous avez de la chance Trunks, intervînt Soundiata. Il arrive que la cohabitation avec un fayekono soit bien plus compliqué. Celui de ton père à son caractère, certes, mais il est loin d’être le pire.

-Oui, on peut dire qu’on l’a échappé belle, si je crois ne serait-ce que la moitié de ce qu’il nous a raconté après que vous lui ayez fais rencontrer ses semblables.

-Aaah oui ! ce jours-là…


***

Il y a quelques années de cela, dans Outre-Monde, au sein d’un certain endroit de l’Empire Mandigwan.

Talonnant Soundiata depuis plusieurs minutes déjà, Yamcha se demandait où débouchait le long couloir dans lequel il marchait avec le vieux mandigwan. Tout ce qu’il lui avait confié s’était qu’il l’emmenait dans un endroit où son récent… problème pourrait être réglé. Yamcha espérait qu’il dise vrai, car depuis quelques jours, son entraînement était perturbé par cette espèce de loup spectral dans sa tête. Si ça continuait comme ça, il ne serait jamais prêt à temps pour le tournois par équipe dans lequel lui et ses amis avaient été embarqué bien malgré-eux. Pour son bien et pour celui de ses camarades, Yamcha espérait que le vieil homme ait dit vrai. Enfin, il n’avait pas vraiment de quoi douter. Depuis qu’il était arrivé dans cet empire extra-dimensionnelle il avait l’impression que tout et n’importe quoi était vraiment possible.

-C’est encore loin, maître Soundiata ?

-Non, Yamcha. On y est presque.

Les deux hommes finirent par arriver devant une porte close dépourvue de poignet, ou de dispositif électronique d’ouverture. Soundiata posa délicatement sa main et caressa un point bien précis de la porte. Un nombre incroyablement élevé de cliquetis se firent entendre et la porte s’ouvrit d’un coup, permettant à Yamcha de découvrir un nouveau couloir, de taille beaucoup plus modeste, au fond duquel se trouvait une nouvelle porte. Le guerrier aux cicatrices interrogea du regard le vieil homme qui lui accorda un de ses sourires malicieux.

-Pardonne l’aspect un peu excessif de nos procédures en matière de sécurité, mais les personnes qui se trouvent là où l’on se rend ont soit une très grande valeur pour l’Empire Mandigwan, ou au contraire, ils sont potentiellement trop dangereux pour rester dans la nature. Du fait de leur caractère particulier, qui est aussi le tien, ils sont très recherchés dans l’Outre-Monde. Nous ne pouvons laisser nos ennemis leur mettre la main dessus.

-Ah ok. Et… Et qu’est-ce qui se serait passé si c’était moi qui avais essayé d’ouvrir la porte ?

-Eh bien, si quelqu’un de non habilité ou ayant des intentions hostiles envers l’empire mandigwan tente de forcer cette porte, il sera transporté dans une dimension de poche créer sur mesure par nos architectes et resterait prisonnier jusqu’à ce que l’on vérifie si quelqu’un est toujours prisonnier dedans.

-Oh ! Et ça arrive beaucoup que des gens se fassent piéger dans ses trucs dimensionnels.

-Je ne sais pas trop, mais il ne doit pas y en avoir tant que ça vu que, d’après une connaissance à moi, on vérifie les dimensions de poches tous les 22 ans environs.

-Tant que ça ?!

-Oh ne t’inquiètes pas si le prisonnier à de la chance, il n’a pas de quoi s’ennuyer dans la dimension de poche où il est prisonnier. Avec toutes les créatures sauvages et la flore hostiles que les architectes ont installé à l’intérieur de leur monde prison, il aura de quoi s’occuper. Enfin, s’il survit suffisamment longtemps à l’expérience.

-Et vous appelez ça de la chance ?

-Un peu. Des fois, lorsque les architectes sont en manque de temps et d’inspiration, ou si l’employeur l’exige, ils aménagent justes des portes avec une dimensions piégée entièrement sombre, sans rien dedans. Je plains les pauvres hères qui en serait prisonnier.

-Euh… Ok ! Bon on y va ?

-Oui, inutile de nous attarder plus longtemps. Allons-y.

Une fois devant la deuxième porte, Soundiata se contenta cette fois de toucher sa surface tout en faisant varier son aura, pour qu’elle coulisse. Yamcha entra à la suite du mandigwan dans la pièce, un drôle de tableau se présenta à lui. Assis sur des nattes, une centaine d’individu, pour la plupart des humains, étaient disséminés en des groupes de trois jouant chacun au même jeu de sociétés. Le conjoint de Bulma remarqua que les joueurs avaient tous pour point commun d’avoir une couleur de peau anormalement pâle et des yeux aux iris dorées. Ces détails mis à part, ce qui frappa le terrien était les auras des joueurs. Elles semblaient toute être constituées de deux esprits autonomes harmonieusement mélangés. Cette constatation faite, Yamcha se sentit étrangement soulagé. C’était comme un pesant sentiment de solitude en lui s’était évaporé.

-E… Est-ce que ces gens sont… comme moi ? Demanda l’ex-bandit du désert déboussolé.

-Eh oui, et dorénavant c’est là où tu vas passer les prochains jours.

-D… D’accord.

-Aaaah ! Maître Soundiata, ça fait longtemps !

Le duo se tourna pour constater la présence d’une femme de forte corpulence et à la peau sombre s’approcher d’eux. Elle avait une chevelure crépue, très dense et arrondie. Son sourire avenant et ses traits joviaux laissait entrevoir un naturel doux, patient et intelligent.

-Hapsatou, comment ça va ?

-Très bien et vous ?

-Aussi bien que le permet mon âge.

-Dit-il. Mais dites-moi, quel est ce jeune homme qui vous accompagne ?

-C’est Yamcha. Comme tant d’autre ici, il a un certain problème avec son soit antérieur.

-Oh ! Je vois, fît Hapsatou tout en tournant son regard vers le terrien qui s’empressa de la saluer.

-Enchanté de faire votre connaissance, madame.

-De même jeune homme… De même, répondit la mandigwane tout en examinant Yamcha d’un œil expert.

Le manège dura encore vingt bonnes secondes durant lesquelles Yamcha n’était pas très à l’aise.

-Hmm ! Intéressant, celui-là, vraiment intéressant. Je dirais même pas mal du tout. Hmm !

-Alors qu’est-ce que tu en dis ? finit par demander Soundiata.

-Effectivement, il s’agit bien d’un des nôtres. Je peux sentir son fayekono. Il ne semble pas du genre à se laisser faire et semble avoir du caractère. Un sérieux client en sommes.

-Mon quoi ?

-Ton fayekono, répéta Soundiata. Hapsatou t’expliquera mieux que moi, mais en gros il s’agit d’un morceau de ton subconscient qui a acquis son indépendance. En somme, une sorte de véritable double personnalité qui s’est éveillée en toi.

-Je… Mais… Et, et c’est grave ça ?

-Pas si l’on s’en occupe préventivement. Alors Hapsatou, tu penses pouvoir faire quelques choses ?

-On peut toujours faire quelque chose, maître Soundiata. Cependant comme je vous l’ai dit, son fayekono possède un caractère assez fort. Ça ne va pas être facile de le faire coopérer.
Toutefois, l’avantage dans tout ça, c’est que ton protégé possède un corps plutôt solide et un esprit fort qui, malgré quelques petites failles, semble être plutôt assuré et équilibré. Ce qui est un bon signe, car généralement tout cela adoucit le fayekono. On peut espérer avoir des résultats satisfaisants dans les prochains jours.

-Excellent ! Je pourrais donc te le confier.

- Me confier ? Vous ne resterez pas ?

-Non, je dois continuer à m’occuper de l’entraînement de Krilin et des autres. Mais ne t’inquiète pas Yamcha, tu es entre d’excellentes mains. Hapsatou est pour ainsi dire l’une des meilleures spécialistes concernant les fayekonos et leurs hôtes dans toutes l’empire Mandigwan, ce qui signifie beaucoup. S’il y a une personne qui peut t’aider c’est bien elle. Et lorsque tu l’auras résolu, soit assuré que ton problème deviendra un atout non négligeable pour vous lors du tournois.

Yamcha s’apprêta à poser une nouvelle question, lorsqu’une nouvelle aura l’obligea à tourner le regard. Enveloppée d’une aura violette sombre, Hapsatou avait, comme tous les joueurs de la salle, une peau dont la couleur avait considérablement pâli, aux antipodes de ses yeux dont le blanc avait fait place à l’obscurité et de son iris devenue jaune dorée.
Yamcha était scié. La puissance de cette femme avait été au moins multiplié par mille, et encore, elle était au repos.

-Si toi et ton fayekono, vous êtes capables de vous entendre suffisamment bien, vous serez capable de puiser dans la force cachée qui sommeille en chacun de vous, et même de l’améliorer considérablement. Expliqua la mandigwane l’air souriant. Alors jeune Yamcha, es-tu prêt à entrer dans la table des négociations avec ton fayekono ?


Le terrien resta pantois encore quelques secondes avant qu’un sourire n’apparaisse entre ses lèvres.

-On commence quand ?...

***

« Nos ingénieurs viennent de nous transmettre une bonne nouvelle chère spectatrices et spectateurs. Les dégâts dans la faille, semblent moins importants que prévu, et qu’ils pourront cautériser la faille dans une trentaine de minutes environ. Merci de votre attente. Nous encourageons d’autant plus Gotenks de l’univers 16 et Tenshinhan de l’univers 9 à se préparer ».


L’annonce tira Soundiata de ses pensées. Le vieux Mandigwan dirigea son regard vers l’espace 16 ou les deux jeunes gens composant Gotenks discutaient entre-eux, sûrement pour savoir qu'elle approche ils allaient adopter. Il porta son attention vers son ami à trois yeux qui poursuivait sa méditation. Le vieil homme se demandait alors ce que l’ami de Chaozu avait bien préparé dans l’optique de se battre contre son adversaire, car de la préparation, il en aurait besoin.

-Bah ! On verra ce que donnera le match, fît Soundiata pour lui-même.
Avatar de l’utilisateur
broly97
 
Messages: 979
Inscription: Mar Avr 10, 2012 19:48

Re: DBM vs Fanfics

Messagepar broly97 le Lun Sep 30, 2019 3:49

DBM vs la z-team vs l'Organisation du Commerce des Mondes

Tenshinhan vs Gotenks P1


Trois quart d’heure étaient déjà passé depuis le début des travaux dans le stade, et même si les secousses ne les inquiétaient plus, les spectateurs commençaient tout de même à s’impatienter. Heureusement, suite à une dernière secousse, la faille finit par se fermer d’un coup sec. Des droïdes sondes volant s’empressèrent de souder le sol avec leur rayon laser quelques minutes durant. Leur besogne achevée, ils s’envolèrent rejoindre leurs concepteurs.

« Mesdames et messieurs, nous avons le plaisir de vous annoncer que les travaux sont terminés. Nous pouvons donc reprendre le cours de la compétition avec le match qui va opposer Tenshinhan de l’univers 9 à Gotenks de l’univers 16. Les deux concurrents sont invités à se rendre sur le ring.


Tenshinhan qui avait passé les quarante et quelques dernières minutes à méditer à califourchon se leva d’un bond. A l’exception de l’Esprit, il fût rejoint par l’ensemble de ses coéquipiers qui ne tardèrent pas à l’interroger.

-Alors, tu penses pouvoir rivaliser avec ce Gotenks ? Lui demanda.

-Oui et non. Même s’il est moins fort que le Goku de l’univers 18, vous comme moi savons tous que je ne ferais pas le poids.

-Mais tu as tout de même dit « oui ». Cela veut dire que tu ne t’avoue pas encore vaincu. Tu as sans doute une idée derrière la tête.

-Effectivement, je vais essayer de le finir avant qu’il ne prenne sa forme de super saïyan aux longs cheveux. Au pire, j’ai une solution de secours qui, je l’espère, me donnera la victoire.

-Est-ce que cette solution de secours serait… « La Voie de la Sublimation » ? risqua Upa.

-Non. A l’origine, je l’avais créé pour combattre ceux que je jugeais maléfique, et ces deux garçons sont loin de l’être. Je n’aurais pas cœur à l’utiliser contre eux. De plus, dans la mesure du possible je préférerais garder cette technique secrète le plus longtemps que possible.

Tous les regards convergèrent vers C-21, qui accorda une moue méprisante à ses ennemis avant de détourner son attention ailleurs.

-Durant vos combats respectifs, vous : Upa, Krilin et Yamcha, lui avez déjà révélé en partie la Voie de l’Ecoulement Paisible, la Voie de la Renonciation et la Voie de la Cohabitation. L’absence de Chaozu ne nous aide pas tant que ça, car le combat de Maïa lui a aussi révélé l’existence de l’Essence. Il en sait assez pour établir déjà une stratégie efficace. Autant ne pas lui faciliter la tâche.

- En d’autres mots, cela fait de toi notre arme secrète, plaisanta à moitié Upa.

-Si l’on veut, répondit Tenshinhan tout en jetant un bref coup d’œil vers Cole.

« Enfin, pas tant que ça vu que Cole a utilisé le Kayamata Ki Aga, et que j’ai dût moi-même utiliser un peu de ma technique lors de mon premier match. Ce n’est pas énorme, mais évitons d’en révéler trop».

Sous les encouragements de ses amis, le triclope s’envola finalement vers le ring où le combattant fusionné l’attendait déjà, les bras croisés et arborant une expression narquoise au visage.

-J’ai bien faillis attendre, Tenshinhan.

-Excuse-moi pour le retard, mais on avait à parler stratégie, mes amis et moi.

-Je vois, mais ce sera bien inutile face aux grand Gotenks !

« Ah oui ! J’ai failli oublier son énorme égo. Cela pourrait me servir », pensa le triclope impassible.


-Vous-êtes prêt ? Commencez !

Sans tarder, Tenshinhan porta sa puissance à son paroxysme. Faisant remuer son débardeur au rythme des pulsations de son aura blanche. Les sensitifs avertis notèrent que le triclope dégageait une puissance comparable à celle de Krilin, juste avant qu’il n’active sa technique spéciale. Le Végéta de l’univers 13 était l’un d’entre-eux, et, encore une fois, des veines saillantes palpitèrent sur les tempes de son visage courroucé. Cet humain, à l’instar de ses trois autres compagnons et du grand-père de l’univers 9, était plus fort que lui. Ça ne faisait pas un pli.

Malgré le déluge de Ki généré par son adversaire, Gotenks n’était pas plus inquiet que ça. Il affichait même un de ses, trop nombreux, sourires goguenards.

-Pas mal du tout Tenshinhan, mais pour l’instant, le Grand Gotenks ne voit rien qui pourrait l’inquiéter. Gooooooooo pour le super saïyan !

L’être fusionné ponctua ses vantardises par une transformation en super saïyan. La bourrasque ainsi dégagée éteignit d’un coup l’aura du terrien de l’univers 9, telle la flamme d’une bougie soufflée par une violente rafale. Une goutte de sueur perla sur la tempe du triclope, et s’écoula jusqu’aux niveaux de la grimace formée par ses lèvres, qui n’était qu’un des nombreux éléments façonnant son masque d’appréhension.

-Et voilà devant vos yeux ébahis la venue de Super Gotenks ! Déclara le frère de Son Bra qui ne se priva pas d’effectuer une série de poses grotesques, au grand dam des résidents de l’univers 16, qui n’en pouvaient déjà plus, et au grand intérêt des membres des commandos Ginue et Sauzer qui appréciaient beaucoup le style du saïyan, même s’il était encore perfectible de leur point de vue.

Bien qu’un peu secoué, Tenshinhan prit immédiatement sur lui et le calme supplanta aussitôt ses émotions les plus primaires. Une telle situation avait de toute façon été prévu. Même s’il était dépassé, il ne s’agissait pas encore de la transformation aux longs cheveux. L’astuce pouvait encore faire la différence.

Enflammant de nouveau son aura, Tenshinhan bondit vers son adversaire qui venait de délaisser sa dernière pose ubuesque. L’humain effectua un mouvement hyper rapide juste en face du super saïyan, qui leva de suite son avant-bras, bloquant celui de son adversaire. Le poing du saïyan fusa en direction du visage du triclope qui se pencha en arrière pour esquiver. Il riposta d’un coup de genou, évité au dernier moment par une véloce reculade de Gotenks qui repartit aussitôt à l’assaut.
Sous l’œil attentif ou subjugués des spectateurs et des participants, l’être fusionné et celui aux trois yeux s’échangèrent leurs coups à une vitesse vertigineuse. Il apparut néanmoins assez rapidement pour tous les experts que malgré son attitude de guignol, Gotenks avait pris un avantage certain qui ne cessait de se creuser de secondes en secondes, jusqu’à ce que Tenshinhan ne concède l’ouverture de trop.

-Super Miracle Punch !

Un formidable direct percuta le plexus de Tenshinhan qui failli s’étouffer au cours du vol planée qui suivit. Contre toute attente, il parvient néanmoins à tenir debout à l’issue de sa reculade forcée, malgré quelques signes d’inconfort. Un exploit qui ne laissa pas Gotenks indifférent.

« Bizarre, au moment où je lui ai porté mon Miracle Punch, c’est comme si j’avais eu l’impression de frapper un mur… Bah ! tant pis »

D’une impulsion, Super Gotenks se positionna à hauteur de son adversaire, non sans avoir fait tournoyer son bras au préalable.

-Super Rolling Thunder Punch !

Malgré le parfait timing de l’attaque de Gotenk, sa fabuleuse technique ne toucha que du vide, à son grand étonnement. Cet instant de flottement fût celui de trop pour l’être fusionné qui reçut un coup de genou supersonique à la joue qui l’envoya paitre quelques mètres plus loin où il pût se poser sans mal, enfin si l’on exceptait la douleur au niveau de son oreille qui sifflait légèrement. Tout en massant sa tempe, le super saïyan se tourna vers Tenshinhan qui s’était déjà mis en garde.

-Aïe, aïe, aïe ! Comment t’as fait pour te déplacer assez vite pour esquiver mon Rolling Thunder Punch et que je te perde de vue ?

-Ça c’est mon secret jeune homme, répondit le triclope tout en repartant à l’assaut.

Bien qu’un peu frustré de s’être laissé avoir, sans même savoir ce qui s’était vraiment passé, Gotenks mit cette légère douleur de côté et se prépara à livrer le nouveau corps-à-corps qui suivit.
Comme tout le monde s’y était attendu, ce fût le saïyan qui prit de nouveau le dessus. Une nouvelle ouverture ne tarda pas à apparaître, cette fois au niveau des côtes du triclope.

- Super Dynamite… !

« Maintenant ! Corps d’Acier !» pensa Tenshinhan tout en concentrant son Ki sur ses muscles contractés

-… Kick !

L’attaque fît de nouveau voltiger le terrien qui pût de nouveau se remettre sur ses deux pieds, non sans quelques difficultés, au grand dam de son adversaire qui avait mis un peu plus de force sur ce deuxième coup. Sans tarder, le triclope effectua un mouvement en hypervitesse qui mit les sens de la fusion en alerte.

-Inutile je te vois venir !

La fusion, qui avait suivi le mouvement de son adversaire, lança aussitôt une attaque sur son flanc. Cette dernière ne brassa malheureusement que de l’air.

-Qu… Outch ! Gémit Gotenks, surprit d’avoir à encaisser le coude adverse au visage.

Il se remit néanmoins assez vite, et darda son adversaire du regard. Il n’en fallut pas plus à Tenshinhan pour amorcer un nouveau déplacement hyper rapide. Encore une fois le super saïyan suivit le mouvement de l’humain et lança son attaque. Et pour la troisième fois ne toucha rien. Confus, Gotenks encaissa un coup de genou au foie qui le fît légèrement chanceler avant que Tenshinhan n’amorce son nouveau mouvement. Le manège se poursuivit alors encore et encore, tant et si bien que certain commençait à s’interroger au sein de l’espace 16.

-Ben, pourquoi c’est Tenshinhan qui mène le combat alors que Gotenks est plus puissant ? Demanda Pan interloqué.

-Il change simplement de rythme, se contenta de lui répondre Piccolo.

-Comment-ça ?

-Eh bien, c’est assez simple Pan, reprit Vegetto. Tenshinhan effectue une première attaque, qui va forcément être anticipé par Gotenks qui réagit. C’est à ce moment où il effectue un autre mouvement, beaucoup plus rapide celui-là, pour lui porter une autre attaque. Gotenks qui s’est déjà mis en position pour contrer sa première charge, qui est en fait une feinte, est alors pris à contrepied et se retrouve en position de vulnérabilité.

-Ça veut dire qu’il cache sa vraie vitesse alors ?

-Je dirais oui et non. En fait, il a déjà montré sa vraie vitesse depuis le début du combat, sauf qu’il a une espèce de technique pour accélérer radicalement.

-Hein ?! Comment ça ?

-Si tu regardes bien, juste avant d’amorcer son second mouvement, il tape cinq fois sur le sol avec le pied avant de se déplacer beaucoup plus vite. L’autre humain aux cheveux rouge là, ce Cole, a utilisé la même technique lors de son premier match pour surprendre Dabra.

-Wow, pas mal !

-Tout de même, malgré cette technique de déplacement hyper rapide, Gotenks a les capacités pour suivre Tenshinhan. Pourquoi il n’y arrive pas ? demanda Gohan.

-Eh bien, c’est en partie dût aux faites que ton frère n’utilise pas toute la puissance de sa forme super saïyan, mais en fait c’est…

-… à cause de la fierté exacerbé de ce Gotenks ainsi que de son manque de prudence, finit Krilin dans l’espace 9 à l’adresse de ses amis.

-Je vois ce que tu veux dire, reprit Soundiata. Ce jeune homme fusionné est tellement fier de ses compétences, que sa frustration de ne pas toucher Tenshinhan se change en colère qui le déstabilise. Ce qui l’empêche de prévoir le mouvement de Tenshinhan au moment où il effectue le Pas de la Tortue lors de son deuxième déplacement.

-Tout juste. Et plus il est frustré…

-… Et plus il sera déstabilisé et donc aura plus de mal à capter les mouvements de Tenshinhan et donc à le toucher.

-Exact.

-Bien pensé, fît Trunks. Toutefois maître Tenshinhan ne pense tout de même pas gagner comme-ça j’espère. Même s’il s’est créé un petit avantage, je ne pense pas que ce sera suffisant pour ébranler ce Gotenks, même sous cette forme. Pourquoi continue-t-il ainsi ?

-J’imagine qu’il compte sur la fin de la fusion entre les deux garçons, répondit Soundiata.

-Hein ? Mais pourquoi compte-t-il sur ça ? Ce Gotenks ne va surement pas se scinder pour le plaisir.

-Cela va sans dire, mais, comme toute chose, une technique de fusion n’est jamais gratuite ou est soumise à quelques restriction. Pour certaines de ces techniques, l’esprit de l’être fusionné doit rester mentalement stable et équilibré pour que la technique se maintienne. Pour d’autres, l’environnements extérieur joue un rôle crucial. Et enfin il y en a d’autres qui sont limitées dans le temps. Quel que soit les conditions et les restrictions d’une technique de fusion, si tu parviens à les deviner on peut dire que tu as fait la moitié du travail.

-Je vois. Et étant donné la stratégie de maître Tenshinhan, il doit sans doute penser que la restriction pour cette fusion-ci est le facteur temps.

-Oui, je le pense aussi. Lorsqu’ils ont combattu contre leurs doubles de l’univers 18, du fait de la situation ubuesque lors de leur confrontation, ces deux jeunes saïyans de l’univers 16 avaient de multiples occasions pour se déconcentrer avant que leur fusion ne s’annule. Donc soit le facteur de l’harmonisation des deux esprits n’a joué aucun rôle, soit-il ne constitue pas la restriction qui a permis la scission entre les deux.

-Il y a encore le facteur de l’environnement, mais Trunks et le fils de Son Goku ont vécu toute leur vie sur Terre, hors l’atmosphère du stade correspond presque en tout point à l’atmosphère terrestre. Ça ne peut donc pas être ça non plus. En toute logique il ne reste donc plus que le facteur temps, comme on l’a supposé.

-Effectivement, Trunks. Seulement, lors de leur combat, les deux Gotenks avaient été surpris lorsque leur transformation s’était arrêtée, et les quatre garçons l’étaient davantage lorsque leurs fusions respectives avaient cessé. De toute évidence, il y a un autre facteur qu’ils ont négligé à ce moment-là et qui a réduit leurs temps de fusion.

Trunks réfléchit quelques secondes avant que ses traits ne s’illuminent et qu’il claque des doigts.

-Ah, je vois, la puissance ! Gotenks était peut-être trop puissant pour que la fusion dure longtemps

-Sûrement, confirma Soundiata satisfait. Il arrive que certaines fusions cessent brusquement parce que les deux êtres séparés sont devenus plus fort sans fusionner pendant une longue période de temps.

-Mais si vous dites vrai, pourquoi ce Gotenks est toujours là ? Demanda Maïa qui avait suivi toute la conversation. Si je m’en rappelle bien, il s’est séparé en deux à peu près à ce moment-là quand il a combattu son double.

Encore une fois Trunks claqua ses doigts avant de répondre.

-C’est sans doute sa transformation aux longs cheveux qui a annulé sa fusion lors de son premier match. Souviens-toi, lorsque les deux Gotenks l’avaient utilisé, ils se sont scindés en deux en moins d’une minute.

-Ah ! Cela explique pourquoi il ne l’a pas sorti d’entrée de jeu. Mais dans ce cas, cela risque d’être compliqué pour maître Tenshinhan.

-Oui, car la question maintenant c’est : combien de temps va durer la fusion ?

Sur le ring, Tenshinhan poursuivait son pugilat endiablé. Supportant de temps à autres les coups de Gotenks qui l’atteignaient grâce aux Corps d’Acier, il multipliait frappes et déplacements pour déstabiliser son adversaire, gagnant ainsi du temps jusqu’à ce que la fusion cesse. Une stratégie simple et efficace, mais nécessitant des efforts conséquent.

« Cela fera bientôt dix minutes que j’attaques sans relâche, et leur fusion est encore active, et en plus il ne semble pas encore s’en préoccuper. Cela voudrait dire que cette fusion dure surement plus longtemps dans des conditions optimales. Je ne sais donc pas quand, ni comment elle pourrait s’annuler. Ce n’est pas bon du tout, j’aurais beaucoup plus de chance de gaspiller mon énergie dans un effort dont je ne connais même pas la fin. »

A la surprise de tous, Tenshinhan s’éloigna d’un bond de Gotenks qui était couvert de bleus. Cependant, les combattants et les spectateurs les plus attentifs notèrent que le concurrent de l’univers 9 semblait beaucoup plus accusé le coup que l’être fusionné qui, malgré ses blessures et son évidente frustration, était encore frais et dispo. De toute évidence, l’infortune de Gotenks a été moins éprouvante à supporter que les efforts déployés par son adversaire.

-Pourquoi t’as arrêté ? Tu as senti que le vent tournait à la faveur du grand Gotenks ?

-On peut dire ça. Encaisser tes attaques et me déplacer comme je le fais me demande beaucoup d’énergie et j’aurais finis par me fatiguer pour rien.

Malgré sa longue déconvenue, Gotenks bomba le torse et accorda un sourire à son adversaire, qui avait l’impression que le nez du super saïyan s’était allongé.

-Ha, ha, ha, ha, ha ! Donc tu admets ta défaite et ma supériorité, alors ?!

-Ta supériorité ? Oui. La défaite ? Pas encore.

Le triclope fouilla dans sa poche et, à la surprise générale, en sortit une petite fiole. Tandis que l’ensemble du public se demandaient ce que le concurrent de l’univers 9 allait bien tenter, certains savaient exactement ce qui allait se passer. C’était bien sûr le cas des concurrents de l’univers 9 qui avaient tous vus ou entendu parler de cette fameuse technique qui a permis à Tenshinhan d’enfermer Piccolo Daïmao. C’était également le cas pour Goku et Vegetto qui avaient, à leur façon, vu cette technique de leurs propres yeux. Les Piccolo des univers 16 et 18 avaient eu un léger frisson. Même s’ils savaient parfaitement contrer cette technique, les souvenirs de leurs père victime de celle-ci n’étaient pas vraiment agréable. Dans l’univers 3, ledit père, ou l’équivalent, avait eu des sueurs froides. Quand bien même il n’était pas visé par la technique, l’expérience l’avait assez traumatisé pour qu’il ne reste pas de glas.

Sur le ring, Tenshinhan réfléchit sur ses marges de manœuvres. Même si ce Gotenks était plutôt imprudent, il pouvait très bien se douter de quelque chose et l’attaquer avant qu’il n’exécute la technique ou qu’il casse la bouteille, réduisant ses chances de victoire à néant. Il fallait faire en sorte que cela n’arrive pas, et il avait peut-être une solution.

-Gotenks, est-que tu vois cette bouteille ?
Avatar de l’utilisateur
broly97
 
Messages: 979
Inscription: Mar Avr 10, 2012 19:48

Re: DBM vs Fanfics

Messagepar Rebel O'Conner le Lun Sep 30, 2019 10:16

broly97 a écrit:-Gotenks, est-que tu vois cette bouteille ?


hum. déjà fait :lol:
ImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Rebel O'Conner
 
Messages: 1086
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:48
Localisation: Derrière toi à observer ton cou appétissant, pauvre mortel!

Re: DBM vs Fanfics

Messagepar broly97 le Lun Sep 30, 2019 13:29

Rebel O'Conner a écrit:
broly97 a écrit:-Gotenks, est-que tu vois cette bouteille ?


hum. déjà fait :lol:


Moi je dis à chacun son tour :wink: .
Avatar de l’utilisateur
broly97
 
Messages: 979
Inscription: Mar Avr 10, 2012 19:48

Re: DBM vs Fanfics

Messagepar broly97 le Lun Oct 14, 2019 15:52

DBM vs la z-team vs l'Organisation du Commerce des Mondes


Tenshihan vs Gotenks P2


Au moment même où Tenshinhan avait sorti cette petite bouteille de sa poche, que Gotenks s’était mis sur le qui-vive. Il avait, certes, une haute confiance en ses capacités, mais le combattant de l’univers 9 avait déjà fait preuve d’une rare habilitée qui lui a permis de prendre temporairement l’avantage. Même si Gotenks était loin d’avoir porté ses capacités à leur paroxysme, il n’était pas question pour lui de foncer tête baissée dans ce qui semblait être un piège.

Tenshinhan de son côté décida de ne pas se hâter. Contrairement à Piccolo Daïmao , dont l’attention avait été détourné par ses amis, le super saïyan l’avait continuellement en ligne de mire. Il fallait jouer le coup avec finesse et occuper son attention quelques secondes, le temps qu’il lance sa technique, et l’ami de Chaozu avait justement une idée. Tout en préparant sa ruse, le triclope remarqua alors que son adversaire semblait bien timoré tout d’un coup.

« Hum ! il semble qu’il soit plus prudent qu’il y a quelques secondes, cela peut jouer en ma faveur. Allons-y. »

L’humain mit davantage la bouteille en évidence, alertant d’autant plus l’être fusionné qui se préparait à toute éventualité. D’un air grave et solennel Tenshinhan demanda alors :

-Gotenks, est-ce que tu vois cette bouteille ?

-Euh… Ouais ? Répondit la fusion circonspecte.

-Tu la vois ?

-Ouais.

-Je la pose par terre. Tu la vois ?

-Ouais !! Et alors ?! Fît Gotenks qui commençait à s’agacer de ce petit manège.

Tenshinhan se redressa et commença à tendre ses bras vers l’avant.

-Très bien. MAFUBA !!!

Une sorte de courant d’énergie verte s’échappa du corps du triclope en direction de Gotenks qui se prépara à le repousser d’un kiaï. Seulement quelque chose d’inattendu se passa alors. Le super saïyan, sentit en effet son corps se tendre, puis être aspiré de plus en plus vers le haut.

-WAAAAAAAAH !!! Cria l’être fusionné au moment où ses appuis se décollèrent du sol.

Le public eut l’impression de voir la silhouette de Gotenks s’étirer davantage à mesure qu’il s’enfonçait dans le siphon d’énergie. Un spectacle à la fois fantastique et effrayant pour le plus grand nombre et drôle pour certains, comme Buu dans l’espace 4.
Une fois qu’il était certain que sa cible était totalement prisonnière du courant énergétique, Tenshinhan vérifia une dernière fois la position de la bouteille du coin de l’œil.

-Bien, allons-y ! DAAAH !

Le combattant de l’univers 9 abaissa ses mains d’un coup, et le courant d’énergie dans laquelle Gotenks était en train de tourbillonner s’écoula au sein de la bouteille, tel un djinn des contes et légendes dans sa lampe magique.
La vague d’énergie complètement engloutit, le combattant de l’univers 9 sortit immédiatement le bouchon de la bouteille de sa poche. D’un mouvement hyper rapide, il ferma hermétiquement la bouteille d’un geste habile et assuré.

-Très bien ! exulta le guerrier de l’univers 9 essoufflé par ses efforts, mais soulagé par sa réussite.

Deux secondes suffirent aux spectateurs béats pour mesurer pleinement la facilité avec laquelle la fusion saïyanne était tombé dans le piège du triclope. Et alors, ce fût avec une synchronisation parfaite que l’ensemble des spectateurs manifestèrent leur consternation commune par une tape générale sur leurs fronts respectifs.

Dans l’espace 16 particulièrement, le dépit et une certaine honte se faisaient sentir.

-Pff ! Se faire avoir comme ça, quelle belle bande de naïfs, on ne les refera pas ! se plaignit Bra qui n’était pas franchement étonné qu’une ruse aussi grossière ait pût marcher sur ses deux frères.

-Bon, Gotenks est emprisonné dans la bouteille, et après ? Tenshinhan va attendre 15 minutes, le temps que la fusion cesse, avant d’ouvrir le bouchon ? demanda Videl qui voulait rapidement passer à autre chose.

-Non, intervînt Piccolo. Quoi qu’il arrive nous n’aurons pas à attendre si longtemps. Lorsque les vargas vont constater que Gotenks est dans la bouteille, donc hors de leurs champs de vision, ils vont enclencher le décompte. Si Gotenks ne trouve pas un moyen de se libérer d’ici là, il sera disqualifié.

-Toi qui as les souvenirs de quelqu’un qui a été victime du Mafuba, tu penses qu’il y a moyen de s’en évader ? Demanda Vegetto, intéressé.

-A vraie dire, je n’en sais rien. J’ai quelques hypothèses mais elles méritent d’être vérifiés.

-Donc tout n’est pas forcément perdu pour Gotenks ! Conclut Pan.

-Peut-être, ou peut-être pas. Nous verrons cela dans les prochaines secondes.


Au sein de la tour de contrôle du stade, les vargas chargés de surveiller le bon déroulement de la rencontre, vérifièrent une nouvelle fois leurs instruments.

-Bon je confirme, le concurrent Gotenks est dans la bouteille. Il n’est pas devenu invisible ou un truc dans le genre.

-Très bien dans ce cas on peut le considérer comme hors de vue, conclut le deuxième vargas tout en activant son micro. Gotenks étant hors de vue, nous déclenchons le décompte ! 1, 2,…

***

Une fois qu’il était enfermé par le Mafuba dans un réceptacle donné, la malheureuse victime se retrouvait dans un environnement clôt et mystérieusement doté de conditions viables où il avait durablement accès à une atmosphère respirable. Ce qui expliquait pourquoi Gotenks ne mourrait pas d’asphyxie alors qu’il était en train de gigoter dans tous les sens, paniqué qu’il était par la situation.

-Merde, merde, merde, merde !!!!! Je me suis fait avoir comme un bleu ! En plus le décompte a déjà dû commencer, qu’est-ce que je vais faire ! J’ai déjà regardé en long en large et en travers, et pas la moindre issue ! Qu’est que je pourrais f…

L’être fusionné s’arrêta net. Une idée lui vînt soudainement à l’esprit, dessinant pratiquement une expression de triomphe sur son visage.

« Hé ! Mais s’il n’y a pas d’issue à la prison, je n’ai qu’à la détruire ! »

Gotenks contracta son corps et se concentra, prêt à déployer sa puissance maximale.

« Je peux rester environ une minute en super saïyan 3, mais le décompte doit être à plus ou moins 15 secondes maintenant. Autant tout donner, sinon je serais disqualifié de toute façon.»

Le saïyan laissa exploser son aura, tandis que les échos de ses hurlements raisonnaient à travers l’ensemble de sa prison en céramique.

***

Alors que le décompte venait tout juste d’entamer la douzième seconde, Tenshinhan sentit l’aura de son adversaire augmenter de façon drastique. Une première craquelure apparut alors à la surface de la bouteille, suivie aussitôt par une multitude d’autres.

-Enfer !

Sans attendre, le combattant de l’univers 9 prit la bouteille de ses deux mains et y concentra habilement l’ensemble de son énergie. La progression des craquelures à sa surface ralentit nettement. En renforçant la bouteille de son Ki, il la solidifiait, compliquant ainsi la tâche à Gotenks qui était désormais obligé de déverser davantage d’énergie. Même si Tenshinhan s’était douté que Gotenks allait peut-être utiliser son aura pour briser la bouteille, il ne s’était pas attendu à ce qu’il trouve l’astuce aussi vite. De toute évidence, il l’avait sous-estimé, tout comme les résidents de l’espace 9.

-Ho ! Ce Gotenks est plus astucieux qu’il en a l’air, constata Krilin impressionné. Si Tenshinhan se relâche ne serait-ce qu’un instant le saïyan pourra sortir et à lui la victoire.

-Mince ! jura Cole tout en se mordant l’ongle du pouce. C’est dommage pour maître Tenshinhan qu’il ait compris ça aussi vite. Ça va se jouer serrer.

-C’est sûr, mais rien n’est encore perdu. Il reste moins de dix secondes maintenant.

Sur le ring où Tenshinhan était en train de poursuivre ses intenses efforts. Les veines saillantes, et la forte de transpiration coulant le long de sa musculature contractée à son paroxysme indiquaient, même aux non-initiés, que l’humain était loin de ménager ses efforts pour empêcher la libération de Gotenks qui avait presque réussit à briser la bouteille.

-… 26 !...

Malgré le ki du triclope recouvrant la bouteille, des effluves d’aura doré toujours plus intenses s’échappaient des multiples fêlures créées à sa surface.

« Allons ! plus qu’un petit effort ! », s’encouragea Tenshinhan.

..27 !...

À force de pression venant de l’aura du saïyan, le réceptacle était désormais pris de violentes secousses, indiquant que le point de rupture était désormais proche.

« Un tout petit peu ! »

…28 !..

Des rayons de lumière sortaient maintenant en grand nombre des fentes du récipient qui était sur le point d’exploser.

« Plus… Plus qu’une seconde ! !

-…29 ! et…

Sans crier gare, l’aura de Gotenks s’échappa d’un coup, brisant la bouteille d’où elle était confinée en mille morceaux, repoussant l’humain au loin et émettant un bref mais puissant flash lumineux qui ne manqua pas d’éblouir le public. Lorsque la vision des premiers spectateurs se rétablit complètement, ils purent apercevoir le saïyan passé de sa forme de super saïyan 3 au simple super saïyan juste à temps, surement pour ne pas se faire surprendre par une fission impromptue lorsque le combat reprendrait. Enfin, si combat il y aurait, car pour ce dernier point cela dépendait de la décision des Vargas. Un Tenshinhan complètement esseulé, et un Gotenks bien embêté tournèrent machinalement leur regard vers la tour, attendant comme tout le monde le résultat de cette bataille d’usure peu commune.

-Gotenks est sorti en 29 secondes et 6 dixièmes. Le combat peut donc continuer !

A l’instar de leur concurrent, toute l’espace 16 poussa un soupir de soulagement, tandis que les résidents de l’espace 9, à l’exception de C-21 qui riait sous cape et de l’Esprit qui n’avait rien à faire du match en cours, poussèrent des jurons de dépit.
Exténué par tous les efforts déployés durant l’ensemble du match, Tenshinhan avisa son adversaire, qui s’était déjà mis en garde. Bien qu’il fût légèrement essoufflé, Gotenks semblait tout à fait à même de mener un combat de plusieurs minutes. Et puis quand bien même Tenshinhan arriverait à tenir jusqu’à ce que son adversaire se scinde en les deux jeunes, il aurita à faire face à deux adversaires. Ils seraient certes largement moins redoutables que Gotenks, mais affaiblit comme il l’était, l’avantage du nombre sera décisif. Quelle que soit la direction que prendra le combat, le résultat sera au mieux incertain pour lui.

-J’abandonne le combat ! Annonça Tenshinhan résolu.

-Abandon de Tenshinhan. Le vainqueur du match est Gotenks de l’univers 16 !

-YEAAAAAAAH !! Exulta fièrement Gotenks tout en mettant bien en évidence un double V de la victoire au public qui récompensa les deux concurrents par une salve d’applaudissements.

Le super saïyan se tourna lorsqu’il sentit Tenshinhan s’approcher. Ce dernier lui accorda un sourire plutôt frugal, mais sincère.

-Félicitation à toi, jeune homme, fît Tenshinhan. J’ai sous-estimé ta clairvoyance. Je ne me doutais pas que tu aurais trouvé si rapidement le moyen de t’évader de ta prison.

Flatté, le super saïyan se frotta sous le nez.

-Oh ! tu sais Tenshinhan, pour un génie tel que moi c’est le minimum que je puisse faire. Ha, ha, ha,ha, ha !

-J’imagine bien. Bonne chance pour la suite de la compétition.

Une fois qu’il eut reçu les remerciements du saïyan, Tenshinhan s’envola vers l’espace 9 où ses amis l’attendaient pour le réconforter.

-Désolé pour ton match. C’est trop bête, tu y étais presque, se lamenta Krilin.

-Ce n’est pas grave, c’est le jeu, relativisa Tenshinhan. Et puis je ne suis pas exempt de reproche. Si j’avais préventivement renforcé la bouteille avec mon ki depuis le tout début, j’aurais pu gagner une seconde ou deux et remporter le match. Je ne dois m’en prendre qu’à moi-même.

-Oui, c’est vrai, mais c’est tout de même rageant. À quatre dixièmes de seconde près c’était la victoire.

-Eh oui ! mais ces quatre dixièmes de différences sont dû à ma propre négligence et à l’esprit vif de ses deux jeunes. Franchement, il n’y a pas grand-chose à regretter, juste quelques nouvelles leçons à apprendre.

N’ayant plus grand-chose à ajouter, et étant d’accord dans le fond avec l’analyse de son ami, Krilin se contenta juste d’acquiescer de la tête. Cole profita de la fin de cette première conversation pour intervenir.

-Maintenant que j’y pense maître Tenshinhan, Gotenks a pu briser le réceptacle du Mafuba en augmentant son aura. Mais alors pourquoi Piccolo Daïmao ne s’est toujours pas enfui de sa prison ?

-Oh ça ! Tout simplement parce qu’il n’est pas assez puissant pour détruire l’autocuiseur dans lequel il est emprisonné. À titre de comparaison, lorsque l’on y a emprisonné Coola, ce dernier avait brisé l’autocuiseur en un peu moins d’une journée - ce qui, soit dit en passant, nous a donné juste assez de temps pour nous entraîner convenablement dans la Salle de l’Esprit et du Temps. Mais pour en revenir au sujet, la différence de puissance entre Coola et Piccolo Daïmao est abyssale. Et celui entre Coola et ce Gotenks est carrément cosmique. Même s’il n’avait pas découvert l’astuce, le réceptacle ce serait briser tout seul en deux ou trois minutes, à cause de sa puissance latente. Dans des conditions de combat réelles, le Mafuba n’aurait été d’aucune aide contre un adversaire comme lui, hormis peut-être pour préparer une nouvelle attaque décisive ou pour prendre la fuite en dernier recours.

- Mais tout de même, intervînt Trunks, cette technique aurait été utile contre vos anciens ennemis, non ? Enfin, pas tous. D’après ce que vous m’avez raconté, Son Goku avait, d’une façon ou d’une autre, pu trouver une contre-mesure avant votre affrontement final, mais pour les autres cela aurait été vachement utile non ? Contre les cyborgs par exemple.

-Concernant les cyborgs c’est assez simpke. Lorsqu’on l’a affronté avec ses cyborgs, Gero nous avait très clairement signifié qu’ils connaissaient toutes nos techniques, le Mafuba compris. Ils nous auraient contré à coup sûr. Et cela aurait surement valu aussi pour C-17 et C-18, ainsi que pour C-21 et sa bande.

-Quant à Dabra, reprit Krilin, nous avions des techniques plus sûres et moins gourmandes en énergies pour en finir avec lui. Le Mafuba n’aurait été qu’une option de la dernière chance. Et encore, je pense que Dabra aurait pu trouver l’astuce pour en sortir encore plus vite que Gotenks ou il ne nous aurait même pas laissé l’occasion de l’utiliser, même si ce n’est que pure spéculation de ma part.

-C’est vrai que ce n’est pas forcément faux, admit Trunks.


Pendant que la discussion autour du Mafuba battait son plein dans l’espace 9, au sein de l’espace 16, Gotenks, qui venait de s’y poser depuis peu, ne se gêna pas pour se vanter grassement de sa victoire âprement obtenue.

-Ha, ha, ha, ha, ha ! Alors qu’en dites-vous ?! Une nouvelle fois, le grand Gotenks a encore triomphé !

-Mouais ! Je dois avouer, ce n’était pas mal, admit Bra avec un sourire malicieux aux lèvres. Mais sais-tu qui sera ton futur adversaire ?

-Ben oui, le vainqueur du match précé… Gloup !

-Ouais tout à fait. Le vieillard qui m’a battu. Alors t’as un plan contre lui, tout en sachant très bien que moi-même je peux t’aplatir quand je veux ?

-Hmmm !... Eh bien, c’est vrai que c’est fâcheux, mais ne t’en fait pas, le grand Gotenks va trouver une solution. Ha, ha, ha, ha, ha !

« Et merde, je suis foutu si je ne trouve rien avant demain. »


***

Les yeux clos et les bras croisés , la réplique de Maïa s’était plongée dans un délicat effort mental qui avait nécessité toute sa concentration depuis plus de deux longues heures, soit depuis le départ de Krilin de la chambre réservée à la z-team de l’espace 9. La troisième heure était déjà bien entamer lorsque les résultats de son labeur lui parvinrent.

« Je m’appelle Yxx, que voulez-vous ? »

« Bonjours je m’appelles Granhg . Que puis pour vous ? »

« Mon nom c’est Ygzö. Qu’est-ce qui vous fera plaisir ? ».


Tandis que des milliers de voix se bousculaient dans sa tête, le visage de la réplique se fendit d’un triomphal sourire malin.

-Excellent ! Tout se passe sans accroc. La phase une est sur le point de s’achever…, commença la copie de Maïa tout en reprenant sa méditation.

Une deuxième réplique, qui jusque-là s’était occupée à bouquiner, ferma son ouvrage et se leva de sa chaise.

-… J’imagine donc qu’iI est grand temps de préparer la phase deux, acheva la deuxième copie avant de s’asseoir à califourchon et se concentrer à son tour sur la délicate tâche qui lui incombait désormais.
Avatar de l’utilisateur
broly97
 
Messages: 979
Inscription: Mar Avr 10, 2012 19:48

Re: DBM vs Fanfics

Messagepar broly97 le Mar Déc 24, 2019 7:10

DBM vs la z-team vs l'Organisation du Commerce des Mondes


Tableau du tournoi


Première partie de tableau :

Spoiler
-Upa (u9) vs Goku (u18)

-C-21 (U9) vs Buu (U11)

-Nappa (U13) vs Nail (U10)

-S. Kaioshin (U1) vs Uub (U18)

-Pan (U18) vs Coola (U8)

-Krilin (U9) vs Cell (U17)

Vegeta (U18) vs Trunk (U12)

Cole (U9) vs Bojack (U6)[/b]


Deuxième partie de tableau :

Spoiler
-Soundiata (U9) vs Son Bra (U16)

-Gotrunk (U16) vs Tenshinhan (U9)

-Vegetto (U16) vs Piccolo Daïmao (U3)

-Gast Carcolh (U7) vs Yamcha (U9)

-Eilem (U19) vs L'Unique (U5)

-Raïshi (U3) vs Végéta (U13)

Baddack (U3) vs Cold (U8)

-Maïa(U9) vs Buu (U4)



Explications


Le combat entre Gotenks et Tenshinhan n’ayant pas engendré de dégâts significatifs, les Vargas n’eurent pas à faire attendre trop longtemps le public pour annoncer la prochaine rencontre.

-Vegetto de l’Univers 16 et le Roi Démon Piccolo de l’Univers 3 sont demandés sur le ring.

Tandis que le namek maléfique de l’univers 3 s'envolait déjà vers la surface de combat, Vegetto, qui n’avait pas toujours pas bougé, ne faisait strictement aucun effort pour dissimuler son ennui et sa lassitude.

-Pff ! Quelle perte de temps.

-Allons papa, toi qui te plains depuis tout à l’heure de ne pas faire assez d’exercices, maintenant que c’est ton tour tu ronchonnes pour t’y mettre, il faut savoir à la fin. Et puis on ne sait jamais, peut-être qu’il te réserve de bonnes surprises.

-Tu crois vraiment à ce que tu viens de dire, Gohan ? demanda Vegetto d’un ton sarcastique.

-Là n’est pas la question, papa. Et puis tu es de toute façon obligé d’aller le combattre si tu veux faire face à des adversaires plus puissants lors des prochains tours.

Même s’il admettait que son fils avait marqué un point, Vegetto se permit néanmoins un dernier grognement avant de s’envoler à son tour. Lorsqu’il se posa sur le ring, le saïyan détailla le soi-disant roi démoniaque. En plus de 40 ans, il n’avait pas du tout changé. Toujours le même air malveillant et toujours les mêmes vêtements avec le kanji « Démon » brodé au niveau du torse. En somme, L’exacte copie de celui qui a été tué par Goku dans sa prime jeunesse. Enfin pas exactement, car il y avait tout de même quelque chose qui différait par rapport à avant, et non des moindres : sa puissance de combat. En effet, le simple fait qu’il puisse se mouvoir comme un rien sous une gravité 100 fois supérieure à celle de la Terre était la preuve que le géniteur de Piccolo Jr n’était plus du même calibre qu’auparavant. C’était déjà un début encourageant, même si cela était très loin de représenter le minimum aux yeux de Vegetto

-Vous êtes prêt ? Commencez !

Malgré les encouragements du public, les deux adversaires n’avaient pas bougé suite au signal de départ. Après avoir silencieusement soutenu le regard de son perfide adversaire, Vegetto se décida à briser le silence.

-Bon, comme tu as l’air d’avoir fait quelques progrès, je te laisse une avance de cinq minutes. Allez vas-y épate-moi, je ne vais pas répliquer.

-Eh bien, eh bien, on dirait que tu me connais bien. M’aurais-tu vaincu dans ton univers ?

-Non, mais on va dire que c’est plutôt une de mes proches connaissances qui en a finis avec toi.

- Eh bien, ton ami a dû avoir beaucoup de chance, mais n’espère pas réaliser la même performance que lui.

-Tu m’ôtes les mots de la bouche, il est clair que je ne vais pas autant galérer que lui pour t’aplatir. Tu es bien trop faible pour me livrer une opposition un tant soit peu décente.

-Faible ? Moi ? Hé, hé, hé ! Je n’en suis pas si sûr !

D’une brève concentration, le roi démon rassembla l’ensemble de son énergie qu’il lâcha d’un coup sous la forme d’une aura blanche qui entoura sa personne. Désormais stimulé par son ki et arborant sans complexe un sourire aussi démoniaque qu’assuré, le namek fixa d’un air sanguinaire le saïyan aux potalas qui comprenait mieux pourquoi l’alter ego du Tout-Puissant était aussi confiant. A supposé que ce Piccolo Daïmao avait jadis eu la même puissance que celui qui a affronté Goku, l’écart qui le séparait de celui qu’il avait été il y a une quarantaine d’année de cela était des plus conséquents, et pas qu’un peu.

- Alors qui est faible maintenant, misérable avorton ? Inutile de prendre la peine de me répondre, ton futur cadavre ensanglanté sera une réponse des plus adéquates. Ha, ha, ha, ha !

Concurrent n°0304LP34623: Le Grand Roi Démon Piccolo

Origine : Guerrier namek maléfique échoué sur Terre depuis des siècles
Capacités : Capacité physique au-delà du commun ; Magie namek ; Capacité de régénération des namek
Niveau de Puissance : Classe C rang supérieur
Niveau de Désastre : Rakshasa


Tous ceux ayant connu ou entendu parler de la moitié maléfique du Tout-puissant furent largement surpris par sa montée en puissance. Bien sûr, ils s’étaient attendus à ce qu’il soit plus fort que jadis, mais pas à ce point-là. La stupéfaction était partagée par les nameks de l’univers 1, qui n’avaient jamais vu un de leur compatriotes à un tel niveau. Une partie d’entre eux, qui avaient lu certains textes antiques, se demandaient même si ce Piccolo ne serait pas un de ces Super Nameks que l’on trouvait jadis dans la séculaire et mythique Collectivité Namek, une puissante nation respectée et admirée de tous au sein des Quatre Galaxie et au-delà avant qu’un très long déclin, marqué de crises et de conflits divers, ne précède son effondrement, voilà des dizaines de millénaires de cela.

Sur le ring, Vegetto qui avait déjà levé son sourcil suite à ce coup de théâtre inattendu, l’éleva davantage lorsqu’il constata, ou plutôt ressenti, un autre détail chez son adversaire.

-Tiens, mais ce n’est pas le Tout-Puissant ?...

Dans l’espace 18, Piccolo ne pût réprimer une expression de totale stupeur.

-C’est moi ! Mais… comment ?

-Hein ? C’est toi quoi ? demanda Son Goku qui ne comprenait pas la remarque.

-Ce démon Piccolo, ce n’est pas seulement ma partie maléfique. Il a aussi fusionné avec le Tout-Puissant ! Il est complet, comme moi quand je me suis battu contre C-17 et Cell dans sa première forme, il est réunifié !

Surpris par la nouvelle le saïyan sonda plus attentivement le namek maléfique et ne pût que constater que son ami avait dit vrai. Il se demanda alors comment Piccolo premier du nom avait-il pût convaincre le Tout-Puissant de fusionner avec lui. L’avait-il forcé ? L’avait-il fait chanter ? Est-ce que ça a été une solution de secours pour faire face à une quelconque menace beaucoup plus sérieuse ? Ces trois raisons à la fois ? Voilà des questions qui avaient au moins le mérite de hausser davantage l’intérêt de ce match.

Vegetto qui avait déduit les mêmes conclusions que le Piccolo de l’univers 18 sourit légèrement.

- Tu t’es donc réunifié avec le Tout-Puissant, amusant. Dis-moi, comment l’as-tu convaincu de fusionner avec toi ? Inutile de me raconter n’importe quoi, je sais de source sûre qu’il ne t’était pas possible d’effectuer ce genre d’union sans l’accord de ta seconde moitié.

-Hé, hé, hé ! Tu connais aussi notre histoire, alors. Cependant ne compte pas sur moi pour te raconter quoi que ce soit. Tout ce que je peux te dire c’est qu’il n’a pas eu le choix.

- Pas grave. De toute façon ce n’est pas si important que ça finalement. Par contre je suis un peu plus intéressé de savoir ce que valait le namek qui s’est scindé en vous deux. Bon pour te récompenser d’avoir éveillé mon intérêt, j’élève ton temps de grâce à dix minutes. Allez-vas-y, attaques moi comme tu veux, je ne répliquerais pas.

-Pauvre idiot, ton stupide orgueil te perdra ! hurla le roi démon tout en fonçant vers le saïyan, pour le plus grand plaisir des spectateurs qui en avait marre de voir les deux concurrents palabrer sans rien faire.

À l’instar du public, les résidents de l’espace 9 étaient eux aussi satisfaits que le duel commence vraiment, surtout qu’ils ne s’attendaient pas non plus à voir le démon Piccolo à ce niveau. Bien sûr, ils savaient qu’il n’avait aucune chance face à ce monstre qu’était Vegetto, mais ils étaient curieux de savoir jusqu’où pouvait aller un vieil ennemi.
Soundiata, qui n’était pas aussi concerné que ses amis par la portée symbolique de la rencontre s'en désintéressa presque immédiatement, l’énorme écart de force étouffant dans l’œuf toute forme de suspens. C’était donc l’occasion idéale pour lui de faire quelque chose qui lui turlupinait l’esprit depuis un moment déjà. À l’aide d’un bref signal télépathique, il s’arrangea pour attirer discrètement l’attention de Maïa. Lorsque le regard de la jeune femme se braqua sur lui, il lui indiqua de le suivre avant de s’éloigner quelques mètres en arrière, à l’abri des oreilles indiscrètes.
Quand il constata l’expression un peu agacé de la jeune femme qui venait de le rejoindre, le vieux mandigwan comprit instantanément qu’elle savait de quoi il voulait lui parler. Il ne s’en formalisa pas, cela facilitera les choses.

-Inutile de tourner autour du pot, maître Soundiata, je sais que maître Krilin vous a déjà mis dans la confidence à propos de mon pari avec C-21. Inutile de me faire la morale, ce qui est fait est fait et je ne changerais pas d’avis.

-Même si les termes de votre accord ne me plaisent guère, je ne vais pas perdre mon temps à essayer de te convaincre de renoncer. Par contre je m’inquiète tout particulièrement sur les moyens que tu vas utiliser pour gagner ton prochain combat.

-C’est maître Krilin qui vous a dit que j’allais l’utiliser ?

-Oui, même si je m’en étais douté au fur et à mesure de sa confidence.

-Evidemment, ajouta la fille d’Upa tout en jetant un bref regard chargé de reproche au maître des Tortues qui était trop occupé à regarder le combat en cours pour remarquer le mécontentement de Maïa.

-J’imagine qu’il est inutile de te raconter certaines histoires qui courent à propos de cette technique. On parle d’une floppée d’utilisateur de l’Essence, dont certains bien plus expérimentés que toi, qui s’en sont mordu les doigts, voire qui se sont complètement détruit en l’utilisant. D’ailleurs, j’ai ouï dire que tu as déjà eu quelques problèmes avec ça il y a quelques années de cela.

Une amère et triste grimace, chargée de honte et de regret, déforma aussitôt le visage de Maïa lorsque les images de ce qu’elle considérait comme la pire période de sa vie se succédaient dans son esprit.

- O… Oui, c’était quelques semaines après que maître Chaozu m’ai appris comment l’utiliser. À l’époque il pensait que j’étais assez prête pour la maîtriser, ou tout du moins gérer la situation, et honnêtement moi aussi. Ce fût notre grande erreur. Sans même que je m’en rende compte je me suis laissé envahir par ce pouvoir qui a fini par me submerger. Au bout d’un moment, maître Chaozu l’a découvert et il s’est aussitôt employé à arrêter ça. Il a heureusement réussi, mais cela aurait pu très mal finir.

-Aïe, aïe, aïe ! Et tu penses être capable d’éviter ce genre de désagrément lors de ton combat ?

-Voyez-vous, depuis « l’incident » maître Chaozu et moi-même avons réfléchi, et nous pensons avoir trouvé un moyen efficace pour gérer le problème, même si une préparation poussée soit nécessaire pour que ça marche en théorie.

-En théorie ?

-Oui, car ce sera la première fois que je vais vraiment utiliser cette méthode en combat réel.

-Bon, on va dire que c’est mieux que rien. En tout cas sache tout de même que si ça échoue, je serais là.

Le visage de la fille d’Upa s’embellit d’un sourire gratifiant.

-Je n’en aie jamais douté maître Soundiata. Et c’est l’une des raisons pour laquelle j’ai décidé d’y avoir recours.

- Mais tout de même Maïa, j'aimerais comprendre, pourquoi risquer ton être et ton propre futur dans une entreprise aussi incertaine ?

Dans un premier temps circonspect, la fille d’Upa finit par détendre les traits de son visage jusqu’à arborer un nouveau sourire.

-Eh bien pour tout vous dire, ma principale raison, ou plutôt mes principales raisons à cela sont mes ambitions.

-Tes ambitions dis-tu ?

-Oui. Sans fausse modestie, j’ai toujours eu la fâcheuse habitude de voir beaucoup plus loin que la grande majorité de mes semblables. Et ce que j’ai toujours vu c’est que nous, les terriens, avons largement le potentiel pour construire une civilisation infiniment plus avancée, efficiente et puissante. En bref une société largement plus efficace que celle que l’on a actuellement, et qui élèverait des hommes bien meilleurs que ceux d’aujourd’hui. Il ne me faut pas aller bien loin pour en voir les prémisses d’ailleurs. Il n’y a qu’à constaté les prouesses que Bulma et la Capsule Corporation ont réalisé, et les hommes que sont devenus mon père et ses amis. En poussant ces exemples à l’échelle planétaire, nous pourrions créer une nation d’ampleur intergalactique prospère, tournée vers le progrès et repoussant toutes les limites techniques, biologiques et physiques. Peut-être même pourrons-nous nous approcher au niveau des nations de l’Outre Monde, comme l’Empire Mandigwan, avec assez de temps. Toutefois, si j’entrevois les multiples chemins pour parvenir à cet avenir tant convoité, les obstacles m’ont également sauté aux yeux.

-Notamment, le facteur temps j’imagine, fît remarquer Soundiata.

-Particulièrement oui. J’ai réfléchi en long en large et en travers, mais bien que toutes les ressources clés pour parvenir à mes fins soient atteignables, cela prendrait 15 à 20 fois la durée de vie d’un terrien lambda pour les obtenir et surtout les exploités correctement. Un temps désespérément long. Au point même que j’ai abandonné la possibilité de voir mes ambitions se réaliser de mes propres yeux, du moins jusqu’à il y a quelques jours.

Maïa, jeta un coup d’œil discret vers C-21 qui regardait également le match en cours. Le cyborg aux tresses lâcha un lourd bâillement qui en disait long sur l’enthousiasme qu’il retirait du spectacle offert par le namek et le saïyan fusionné. Une expression s’approchant de la gratitude éclaira alors le visage de la jeune femme.

-Et puis il est arrivé, cet homme si menaçant avec sa technologie si fascinante. Si mes estimations s’avèrent être juste, en m’appropriant les ressources qu’il a sa disposition, je pourrais atteindre mes objectifs de mon vivant et peut-être même davantage.

-Hé, hé ! Un vrai miracle en somme.

-Et une chance inespérée à saisir, ajouta la sœur de Cole alors qu’un voile de convoitise et de détermination recouvrait ses traits. Je suis parfaitement consciente que ce que je suis en train de faire relève de l’égoïsme pur et que je fais risquer gros à mes proches, mais je m’en voudrais toute ma vie si je ne faisais pas tout pour obtenir la pièce maîtresse à mes futurs projets tant que c’est encore possible. Désolé si je vous déçois en vous disant cela maître Soundiata, mais c’est comme ça que j’entrevois les choses.

-Eh bien, on va au moins reconnaitre que cette explication a l’avantage d’être franche et sans détour.

-Hé, hé ! Je pense même que c’est mon argument le plus solide, plaisanta Maïa avant de prendre une expression plus contemplative. Et puis, pour être totalement franche avec vous j’ai aussi fait ce pari car je ne souhaite pas vraiment la mort de C-21 au cours d’une éventuelle bataille entre lui et nous.

-En somme, tu veux une issue sans guerre et sans victime, où tu obtiendras tout ce que tu désires. Toutefois, cela n’est envisageable que si ce jeune homme a la volonté de respecter votre accord, car dans le fond absolument rien ne l’oblige à tenir ses engagements.

-Je sais, toutefois, croyez-le ou pas, j’ai l’intime conviction qu’il le fera.

-Sacrée confiance que tu lui accordes au regard des enjeux. Y-a-t-il le moindre signe qui puisse appuyer tes impressions ?

-En toute franchise, aucune de vraiment solide. Je sens juste que je peux lui faire confiance sur ce point-là. C’est une sorte d’instinct que l’Essence m’accorde de temps à autre, comme une sorte de sens nouveau qui me guide lors de rare occasion plus ou moins critique. C’est assez semblable à la sensation que je ressens lorsque je laisse l’Essence guider entièrement mes mouvements ou quand il me permet d’anticiper les attaques de mes adversaires.

-Donc cet… « Instinct d’Essence », dirons-nous, est plutôt fiable alors.

-Plutôt oui, mais en même temps il très vague. C’est un peu comme-ci l’Essence me confirmait juste que je regarde dans la bonne direction pour arriver à mon objectif, mais il ne m’indique pas le chemin précis, ni les indices à suivre pour y parvenir. Pour cela je dois me reposer sur le bon vieux raisonnement logique et sur ma capacité de jugement.

- Bon en imaginant que cela te permet d’obtenir ce que tu veux, qu’elles seront tes projets pour ce C-21 ? Au vu du danger qu’il représente pour vous, j’imagine que tu ne veux pas le garder en vie uniquement par bonté d'âme et qu’il a forcément quelque chose à t’apporter d’autre que sa technologie.

Etonnée dans un premier temps, mais agréablement surprise par la sagacité du vieil homme, Maîa lui accorda un sourire complice qui lui conférait un regard conspirateur et plein de malice. Une expression qui amusa grandement Soundiata car elle tranchait avec son habituelle attitude un peu insouciante qui, le guerrier mandigwan était certain, se révélait être une façade bien utile pour dissimuler un esprit profondément méthodique et calculateur.

-Dans le mille. Se passer de la si précieuse ressource que représente son génie, en le tuant, serait un véritable désastre pour mes ambitions et mes projets qui se verraient drastiquement ralenties. Je veux donc faire de lui mon assistant. Son expertise me sera en effet particulièrement utile lorsque je voudrais exploiter sa technologie.

-Mais dans ce cas, même s’il respecte sa parole dans la forme, n’y a-t-il pas un risque qu’il déforme tes projets de telle manière à ce qu’il arrive finalement à ses fins ? Après tout, en imaginant qu’il ne s’attaque pas à vous frontalement, rien dans votre accord ne l’empêcherait de trouver des failles dans tes ordres pour atteindre petit à petit ses objectifs.

-C’est malheureusement un risque bien réel à prendre en compte, admit Maïa non sans avoir poussé un lourd soupir. Dans le fond, ses objectifs sont les mêmes que les miens -à savoir mener les terriens à l’excellence et à la prospérité, sauf qu’il prévoit de purger la majorité de l’espèce humaine pour l’accomplir. Si on écarte l’idée de l’envoyer à six pieds sous terre, ma seule réelle chance d’empêcher définitivement ses projets criminels, c’est de lui faire admettre que ma vision des choses est la meilleure alternative pour nous permettre d’atteindre notre objectif commun. Il faut qu’il admette, mais surtout il faut qu’il l’embrase.

-Tu veux ainsi déjouer la menace qu’il représente en lui faisant renoncer à ses méthodes. En d’autres mots, tu as choisi la voie la plus difficile. Amener un individu à changer son point de vue et ses certitudes est une épreuve mille fois plus ardues que de le vaincre dans un combat ou de le contraindre via un pari ou un accord quelconque. Dans l’éventualité où tu le gagnes, cette tâche de le changer représentera assurément une corvée de tous les instants qui va te demander beaucoup de temps, d’habilité et de patience. Et le fait que ce jeune C-21 ne semble pas être homme à se laisser convaincre ou amadouer aisément n’arrange pas les choses.

-Vous ne croyez pas si bien dire. Toutefois, c’est une perspective que j’ai pris en compte lorsque j’ai posé les termes de ce pari. Si je veux à la fois sauver les habitants de la Terre d’une épuration de grande ampleur et obtenir ce que je veux, il faudra bien me préparer à ce sacerdoce, je n’ai pas le choix.

-J’imagine, et puis qui sais …

Le mandigwan jeta un bref coup d’œil vers l’univers 18 où Goku et sa bande suivaient, avec plus ou moins d’enthousiasme, la rencontre en cours.

-… peut-être que si tu manœuvres bien ce jeune C-21, il pourrait s’adapter à cette nouvelle vie que tu lui imposerais et peut-être même se réhabiliter dans votre société terrienne un jour.

La remarque du vieil homme amusa beaucoup Maïa qui ne pût s’empêcher d’imaginer le cyborg discuter tranquillement avec des collègues de travail ou se prélasser dans son salon à regarder ses enfants s’amuser joyeusement avec leurs jouets. Ces scènes lui allait tellement peu qu’elle ne pût retenir un bref esclaffement, avant d’accorder un sourire sceptique au mandigwan barbu.

- C’est vrai qu’in fine ce serait la solution rêvée, mais ne vous faites pas d’illusion maître Soundiata. En m’appuyant sur le bref entretien que nous avons eu tous les deux, je pense que c’est quelqu’un qui a été élevé avec l’extrême conviction qu’il valait mieux que la masse, voire qu’il valait mieux que quiconque. Et malheureusement ses compétences indéniablement extraordinaires, et la vie horriblement peu commune qu’il a sans doute vécu jusqu’à maintenant n’ont fait que le conforter dans cette vision d’être supérieur qu’il a de lui-même. Même s’il pourrait respecter sa parole par fierté, jamais il ne prendrait plaisir, ou même supporterait, de côtoyer plus que nécessaire des êtres ordinaires. De même qu’il sera encore moins tenté par une vie de terrien standard avec une petite famille bien tranquille et tout ce qui va avec. Le mieux que l’on puisse espérer sur ce coups-là, c’est qu’il soit assez séduit et occupé par nos projets commun pour qu’il se désintéresse de ses rêves de génocide mondial et de son désir de vengeance envers mon père et ses amis. Contrairement à Goku et à sa bande, nous n’aurons surement pas le luxe d’espérer un quelconque miracle de ce côté-là.

Soundiata soupesa la réponse de Maïa qui ne manqua pas de le voir caresser sa barbe blanche, signe d’une intense réflexion de sa part.

-Oui tu as sûrement raison. Dommage, ça aur…

Le vieil homme fut brusquement interrompu par un grand bruit, plus fort que les autres, au niveau de la surface de combat qui précéda à un grand silence. Lorsque la rousse et le mandigwan barbu se tournèrent vers le ring, ils ne furent pas du tout étonnés de voir Piccolo Daïmao étendu inconscient par terre, devant un Végétto embêté qui se grattait la tête.

-Désolé vieux, je sais que les dix minutes ne sont pas totalement écoulées, mais je n’en pouvais plus.

Voyant que le démon ne se relevait pas, les vargas déclenchèrent le décompte qui s’écoula de longues secondes durant sans que le roi démon ne montre un quelconque signe de réveil.

-…28…29… 30 ! Le Roi Démon Piccolo ne s’étant pas relevé, Végetto de l’Univers 16 est déclaré vainqueur !

Bien que beaucoup de spectateurs aient jugé le spectacle bien moins épique que les précédents, notamment due au fait que Vegetto n’avait clairement pas souffert, une petite partie du public applaudit quand même le saïyan aux potalas qui retourna dans son espace l’air boudeur et blasé.

-Bon et bien il semble que ce soit fini, constata la fille d’Upa tout en se tournant vers le mandigwan. On va rejoindre les autres, maître Soundiata ?

-Oui, de toute façon tu m’as donné toutes les réponses que j’attendais.

-Ravie de vous l’entendre dire.

La fille d’Upa et le vieil homme rejoignirent leurs amis qui avaient une discussion à propos de du combat qui venait de se terminer.

-Comme on s’y attendait, il n’y a eu aucune surprise et ce n’était pas très divertissant, fît Tenshinhan un peu déçu.

-Parlez pour vous, maitre Tenshinhan, commença Trunks. Pour ma part je ne suis pas déçu d’avoir enfin pu voir le fameux Démon Piccolo et le niveau de celui qu’il avait été avant sa séparation avec le Tout Puissant.

-Mouais, c’est vrai que c’était plutôt sympa de ce côté-là, admit Cole. Ce Piccolo Daïmao là était moins fort que Coola dans sa forme ultime, mais pas trop loin non plus de son niveau.

L’estimation était partagée par Krilin qui voyait maintenant pourquoi le Tout-Puissant avait sérieusement pensé à s’unir avec Piccolo si jamais ils n’avaient pas pu vaincre Coola à l’époque. Avec cette force, il aurait pu finir le tyran intergalactique après qu’il eut été affaiblis suite à leur combat. Heureusement il n’en était pas venu à de telles extrémités, car il n’y aurait plus eu de Dragon Ball pour ressusciter certains d’entre eux.

-Tiens vous êtes revenus vous deux, remarqua Upa à l’adresse de Maïa et de Soundiata.

-Oui, l’issue de la rencontre ne faisant aucun doute, nous en avons profité pour discuter de deux ou trois choses, répondit tranquillement Soundiata.

-Je peux vous comprendre, il est vrai que la rencontre en elle-même n’était pas vraiment passionnante.

Le mandigwan hocha la tête et lança un discret regard à Krilin qui comprit qu’il avait parlé à Maïa. Le maître des tortues fixa la fille d’Upa. À voir son air tranquille il semblerait qu’elle n’avait pas du tout changé d’avis suite à sa discussion avec le mandigwan. Cela n’étonna guère le petit chauve, le vieil homme n’était pas vraiment du genre à faire la morale à autrui, mais au moins Krilin savait qu’il n’était pas seul dans la confidence et cela le rassura beaucoup.

****

Après avoir examiné les dernières données qu’il avait pu tirer de la rencontre entre le namek et le saïyan aux potalas, l’Unique éteignit l’écran flottant sur lequel elles défilaient. Comme il l’avait prévu, l’évidence avait triomphé et la collecte de donnée s’était révélé superflue. Tant pis.
Une lumière bleutée, autres que celles émises par les écrans flottants, illumina davantage la chambre de l’espace 5, amenant l’Unique a pivoté le dossier de sa chaise. Le concurrent de l’univers 5 fixa les hologrammes de deux êtres vêtus de cape à capuche couvrant entièrement leurs silhouettes. Une fois qu’ils étaient sûrs que leurs maîtres les fixaient, les Eléments Supérieurs 237 et 34 inclinèrent légèrement la tête en guise d’acte d’obédience.

-Elément Suérieur 237 et 34, qu’en est-il de votre mission ? Demanda l’Unique sans cérémonie, ni passion.

-Nous l’avons achevée avec succès, Suprême Elément, répondit l’Elément Supérieur 34 de la même voix sans émotion que son maître.

-Les ressources sont arrivées à bon port et sont en cours de traitement, compléta l’Elément Supérieur 237 sur le même ton.

L’hologramme s’étendit et les pupilles illuminés de bleus de l’Unique purent contempler les deux kaïoshins de l’univers 11 récemment capturer par ses subalternes. Blessées et dans un état second, les deux divinités étaient prisonnières dans une grande cuve vitrifiée où elles étaient entourées par une sorte de halo qui les faisait léviter tout en restreignant leurs mouvements.

-Quelles ont été les pertes durant l’opération ?

-Comme vous l’avez prévu, la capture des deux ressources a été assez laborieuse, Suprême Elément.

-Les Eléments Supérieurs 99 et 147 ont reçu des dommages notables mais sans gravité majeure et l’Elément Supérieur 315 a reçu des dommages critiques. Son utilité future étant fortement compromise nous allons récupérer les éléments essentiels encore intact avant de procéder à une élimination.

-Avez-vous déjà commencé l’extraction des données ? demanda machinalement l’Unique sans s’étendre davantage sur les pertes.

-Affirmatif, affirmatif, Suprême Elément, mais comme prévu nous rencontrons quelques difficultés.

-Il nous est impossible de décoder leurs signaux cognitifs de quelque façon que ce soit pour les convertir en quelque chose d’exploitable. C’est comme-ci on les brouillait.

-De toute évidence, il semble que les kaïoshins de cet autre univers utilisent également la même technologie inconnue ou la même magie complexe qui nous empêchent de pénétrer dans leurs esprits ou de les manipuler de quelques manières que ce soit. Et c’est probablement le cas dans les 18 autres univers participant à ce tournoi.

-Nous, l’Unique, supposons qu’il est donc également impossible d’exploiter leurs énergies vitales à des fins utiles.

-Affirmatif, affirmatif, Suprême Elément, comme les kaïoshins de notre univers, ils émettent une énergie ésotérique dont la longueur d’onde nous est encore inconnue, donc inexploitable, même pour une conversion.

-Nous, l’Unique, voyons.

-Devons-nous procéder à une élimination, Suprême Elément ?

-Négatif, Elément supérieur. Contrairement au précédent kaïoshin, ces ressources ont assez de vitalité pour résister à des interrogatoires plus conventionnels. Maintenez-les encore en état d’inconscience, leur interrogatoire ne débutera que lorsque nous, l’Unique, jugerons que notre participation à ce tournoi ne nous sera plus nécessaire.

-Vous allez donc opter pour le choix du Grand Exode, Suprême Elément ?

-Affirmatif. Effectuez tous les préparatifs d’usage en attendant notre signal. La réalisation du Grand Destin en dépend.

-Bien reçu, bien reçu, Suprême Elément, firent en chœur les deux encapuchonnés avant de couper la communication.

Une fois l’hologramme de ses serviteurs évanouit, l’Unique réévalua ses marges de manœuvre dans un noir silence. Quand bien même ses subordonnées parvenaient à faire parler les deux kaïoshins rien ne garantissait que les informations nécessaires à sa guerre seraient suffisantes, ni même si elles seraient arrachées à temps. Dans le pire des cas, les deux kaïoshins pouvaient lui livrer des informations erronées. Que ce soit l’une ou l’autre de ses possibilités, il n’en saurait surement pas assez sur ses ennemis pour renverser le cours du conflit qui l’opposait à eux. S’il restait davantage chez lui, à terme suivra l’échec puis la destruction, mettant fin au Grand Destin avant même qu’il n’ait commencé. Impensable. Impossible.

Le Suprême Elément fixa de nouveau ses écrans flottants lui montrant successivement les concurrents, ceux qui les accompagnait ainsi que le public. Si les moyens, et le temps qu’il avait à disposition dans son univers ne suffisaient pas, ils pouvaient en gagner ailleurs, afin de mieux rebondir, et ce tournoi était tout à fait ce qu’il lui fallait pour cela et ainsi lui permettre d’accomplir le Grand Destin.
Avatar de l’utilisateur
broly97
 
Messages: 979
Inscription: Mar Avr 10, 2012 19:48

DBM vs Paternité - la nouvelle génération.

Messagepar Rebel O'Conner le Lun Jan 06, 2020 20:38

j'ai laissé tomber paternités après la perte totale de mes données, mais j'ai envie de vous donner un petit aperçu de ce que j'avais en tête.

voici donc
DBM vs Paternité - la nouvelle génération.

— Prologue — 


Les Vargas et les Nameks travaillaient d’arrache-pied pour que le stade soit près à l’arrivé des participants, sous la direction du Kaioshin du Nord.
Les trois autres kaioshins se trouvaient dans la première zone, mais leur chef, le grand kaisoshin, discutait
avec une invitée inattendue dans la zone 2.
— Je comprends. Je n’y vois bien sûr aucun inconvénient, disait le grand kaioshin.
— Merci, grand kaioshin, répondit la kaioshin du temps. Je vais chercher mon équipe. Il y a trois combattants, mais j’imagine que les spectateurs pourront participer s’il reste des places.
— Je vais avertir les vargas. Et j’espère que tout se passera bien.
— Moi aussi.


Plusieurs heures avaient passé, et deux individus passèrent la porte de la deuxième zone.
Le premier était un jeune homme aux cheveux mauves, vêtu d’un grand manteau, et portant une épée dans le dos. Il était suivi par une créature féminine à la peau mauve, dépourvue de nez et avec des tentacules sur la tête.
— Ah, vous voici, fit le grand kaioshin. Vous êtes donc l’équipe de kaioshin du temps.
l’homme s’approcha du muret et s’inclina.
— Bonjour, je m’appelle Trunks, je suis son assistant, et voici mon amie Bee, notre agent temporel.
l’interpelée hocha la tête silencieusement en réponse.
— Ne devrait-il y avoir d’autres personnes ?
— Si, nous avons choisi des guerriers dans le temps, ils arrivent. Enfin, quand je dis « nous »…
Avant qu’il ait pu ajouter quoi que ce soit, un groupe de personne arriva dans la zone de l’espace numéro 2.
en premier arriva une femme, de petite taille, aux cheveux noirs. Elle portait un kimono violet.
La suivait une femme aux cheveux mauves, vêtue d’un tailleur strict mais élégant. Elle ressemblait fortement à Trunks, mais plus âgée. Ensuite arrivèrent deux garçons adolescents, des jumeaux, simplement habillés de jeans et T-shirts.
Une grande femme blonde, dominant tous le monde d’au moins deux têtes entra ensuite. Elle portait un débardeur et une mini-jupe. Elle avait aussi une queue de singe, qui s’enroulait autour de celle de la femme qui la suivait. Celle-ci était musclée, avec des cheveux noirs et vêtue d’une armure saiyane.
Puis entra un jeune homme, mince et athlétique, avec les cheveux noirs qui pointaient à la verticale. Il portait un kimono orange.
En dernier, entra un homme dans la quarantaine, grand et musclé, avec de longs cheveux noirs, des lunettes, une chemise à carreaux et un pantalon de toile simple.
La première arrivée s’inclina devant le grand kaioshin.
— Bonjour, maitre. Merci de nous accueillir.
— je vous en prie. Vous êtes donc les combattant envoyés par la kaioshin du temps.
— Oui. Je me nomme Pan. Voici Bra, Cauliflower.
— Je préfère Flo.
— Sa compagne Wasabi, qui est aussi ma grand-tante.
— Vous avez pourtant l’air jeune, dit Trunks à la saiyane.
— Je suis la plus jeune des quatre. j’ai plus de quarante ans de moins que mon frère.
Pan toussa ostensiblement pour les faire taire.
— Voici ensuite mes frères, Bento et Belial.
Les jumeaux levèrent le bras et parlèrent de concert.
— Bonjour monsieur !
— Voici Jerkin.
Le jeune homme hocha la tête et se fendit d’un...
— Bonjour.
— Et enfin voici Baddack Junior.
— Ravi de vous connaitre, j’ai beaucoup entendu parler de vous. En fait j’aimerais beaucoup discuter avec vous, si vous avez le temps à un moment.
— BJ ! s’écria Pan d’un ton de reproche.
— Quoi, c’est une occasion unique.
Le grand kaioshin se mit à rire de bon cœur.
— Écoutez, monsieur Baddack Junior...
— Vous pouvez m’appeler Junior, ou BJ, comme Pan.
— Hé bien, monsieur BJ, ça sera avec plaisir. Peut-être ce soir, si j’ai le temps.
Puis les Kaioshins s’éloignèrent.
— Bon, plus qu’à attendre, dit Pan.
— Tiens, tiens, tiens, pour une surprise !
La voix venait de l’espace de l’univers suivant, le troisième. Buu regardait le groupe, les bras croisés. Et plus particulièrement l’amie de Trunks.
La dénommée Bee eu un mouvement de recul.
— Reste où tu es, Buu ! Fit Trunks.
Le majin leva les mains en signe paix.
— Du calme, voyons. Je m’étonnais juste de voir un ancien de mes clones. Tu en as fait du chemin, dis-moi.
La petite majin se ressaisit. Elle parla d’une voix très aigüe.
— Tu ne me contrôles plus, je ne suis plus toi.
— Et j’en suis bien content pour toi. Je dirais que je suis même fière de toi pour avoir trouvé ton propre destin. Je te souhaite un bon tournoi.
Buu s’éloigna pour regarder les autres participant qui arrivaient.
Pan s’approcha de Trunks.
— Elle a fait partie de Buu ?
— Oui, la brigade temporelle sauve des individus juste au moment de leur disparition. Bee a été sauvée au moment où Buu allait faire disparaitre tous ses clones.
— Vraiment bizarre, fit Pan.
— Pas autant que de voir mon père plus jeune que moi, fit Jenkins en s’approchant. j’aimerais bien connaitre ton histoire...

Deux heures après, un vargas s’approcha du groupe.
— Excusez-moi, mais le grand kaioshin m’a dit que des spectateurs de votre groupe pouvait participer si nous manquions de combattants, et avec le vingtième univers, nous n’avons que 61 participants.
— Il vous en faut donc trois en plus ?
— Oui, s’il vous plait.
Pan regarda ses mais.
— Qui est intéressé ?
— Surement pas moi, dit Bra d’un air dégouté.
— Mauviette, persiffla Flo.
— Je laisse ma place à mon idiote de cousine.
— Tu sais ce qu’elle te dit, ton idiote de cousine, mi-portion ?
— Qu’elle est une crétine ?
— Pimbêche !
— Débile !
— Ça suffit, vous deux, ou j’en prends une pour taper sur l’autre.
— Elle se déteste ? demanda Trunks a son fils alternatif.
— Non, pas du tout, elles s’adorent.
— Hé ! Fit Flo.
— C’est vrai, Flo risquerait sa vie pour moi, et je ferais surement de même. Par contre, les compliments sont proscrits entre nous.
— Et c’est très lassant. Alors, Flo, Was’ , ça vous intéresse ?
— Bien sûr ! Il y a qui ?
— Pas moi, dit Junior. Je ne suis là qu’en tant qu’observateur.
— Donc on a nos trois supplémentaires. Vous pouvez noter Caubi, Beln et Jerkin.
— Parfait, votre univers a donc six participants, dit le vargas en s’éloignant.
Trunks resta pensif un instant.
— Attendez ! Six ? Mais vous n’êtes que cinq !
— Tu ne participes pas ? Demanda Jerkin.
— Moi ? Non, j’ai pas le niveau. j’ai affronté Cell il y a tous juste trois mois.
— Vraiment bizarre, ces changements temporels.
— Si tu ne participes pas, qui est le sixième ? Demanda Pan.
— C’est moi.
En entendant la voix nasillarde, tous se mirent en garde alors qu’une silhouette apparaissait sous l’arche qui menait aux vestiaires.
— Qu’est-ce que tu fais là, Freezer ?
L’alien eu un sourire narquois.
— Mais la même chose que toi, Pan. Je suis en mission pour le seigneur Zen-Oh.

À suivre...
ImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Rebel O'Conner
 
Messages: 1086
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:48
Localisation: Derrière toi à observer ton cou appétissant, pauvre mortel!

Re: DBM vs Fanfics

Messagepar Rebel O'Conner le Dim Jan 12, 2020 18:51

Premier combat : Freezer vs Cooler.

Alors que le combat entre Tidar et Ubb faisait rage, Pan regardait le participant de la zone 20. elle était soulagée, mais aussi intriguée.
Elle pensait avoir fait un retour dans le passé, mais l’équipe qui avait participé au même tournoi quinze ans auparavant n’était pas là. Était-ce une autre réalité ? Le temps avait-il déjà été modifié ? Elle se promit de poser la question à la kaioshin du temps.
Pendant qu’elle réfléchissait, le combat prit fin par la victoire de Ubb. Puis vint un combat entre Reecoom et Nail, que le namek gagna assez rapidement.
— Le combat suivant opposera Cooler, de l’univers 9, à Freezer, de l’univers 2.
— Il était temps, fit le tyran galactique avant d’aller se placer sur la petite planète-ring.
Cooler se posa devant lui, affichant une mine perplexe.
— Freezer, tu restes en forme de réduction ?
— Hum ? Oh, oui, c’est vrai, je n’y pensais plus.
— Tu sais, j’aurais pu te tuer directement en arrivant sur le ring, mais je préfère être fairplay, je te laisse te transformer, fit l’ainé de Cold, un sourire ironique affiché sur son visage.
Freezer lui rendit son sourire.
— Ne t’en fais pas pour ça, tu peux m’attaquer.
— Tu es sûr ?
— Oui, bien entendu.
Pour seule réponse, Cooler tira un rayon droit sur le front de son frère.
Qui le dévia vers l’espace d’une simple pichenette.
— Sois un peu sérieux, s’il te plait.
Coller en resta coit. Puis se reprit et fonça sur son frère.
Freezer évita l’attaque et lui envoya son genou dans le ventre.
Une nouvelle attaque fut évitée, et le démon du froid de l’univers 2 envoya celui de l’univers 9 au sol d’une simple gifle.
— Quelle faiblesse, c’est d’un triste. J’ai bien fait de te tuer dans mon univers.

Dans l’espace de l’univers 9, Freezer redoublait d’effort pour ne pas exulter ouvertement.
— Jeece, quelle est sa puissance ? Celle de mon double ?
Le soldat enclencha son scouter.
— Je… il doit y avoir une erreur, sa force n’est que de 5000.

Cooler se releva, furieux.
— Toi, tu m’as tué ? Par surprise, surement.
— J’avoue. Mais c’était tellement plaisant.
— Je ne sais pas comment tu fais pour utiliser ta force finale sous ta forme de réduction, mais ça ne marchera pas. Tu oublies une chose.
— Ah oui ? Laquelle ?
La puissance de Cooler explosa, alors qu’il commençait à se transformer.
— Je suis un vrai guerrier, moi, pas un petit administrateur comme toi ! Je me suis entrainé dur pour trouver cette forme d’augmentation !
Freezer bailla.
— Oui oui, c’est bien. Peux-tu abréger, s’il te plait, ce combat me lasse.
— TU VAS ARRÊTER DE TE MOQUER DE MOI !!
Cooler fonça et frappa son frère à la tête. Puis il enchaina par un coup au ventre, et, tournoyant sur lui-même, par un coup de queue au flan. Il voulut enchainer par un coup de pied, mais il fut stoppé net.
Freezer lui tenait fermement la cheville.

Dans l’espace de l’univers 18, chacun était focalisé sur le combat.
— Il sait comment contrôler son énergie, dit Son Goku.
— Oui, ils sont du même niveau, je dirais, ajouta Son Gohan.
— Sauf que Freezer n’est pas transformé. Est-ce que sa puissance augmenterait encore ? Se demanda Piccolo.
— C’est sûrement lié à son groupe. Il y a des saiyans, et même une femme qui ressemble à Bulma, dit Végéta.
— Il y en a aussi une qui me ressemble, fit remarquer Videl.
— Est-ce que c’est grâce à eux qu’il est devenu plus fort ? Demanda Goku.

Freezer repoussa Cooler.
— Bon, j’imagine que je vais devoir m’y mettre un peu. Je vais utiliser ma véritable forme.
— Si tu crois que je vais te laisser tranquille le temps que tu te transformes, tu te trompes !
Il y eut un flash et Freezer se tenait devant son frère, en forme finale.
— Tu disais ?
— Co...comment ?
— Je ne me suis pas entrainé pour avoir ta grotesque forme d’augmentation, mais pour me transformer instantanément, entre autres.
Hurlant, Cooler tenta de frapper Freezer de toutes ses forces, mais ce dernier avec disparu, pour se placer directement derrière son frère.
Une lumière apparut sur chacun de ses doigts, et il tira dix rayons qui transpercèrent le concurrent de l’univers 9 qui s’effondra.
— AAAARGH !
Freezer lui mit son pied sur la tête.
— Je vais être clément. Admet mon immense supériorité, et abandonne.
— Plutôt mourir !
— Comme tu veux.
d’une pression des orteils, il lui fit éclater la tête.
— Mort de Cooler, vainqueur, Freezer ! Le combat suivant opposera Végéta, de l’univers 10, à Végéta, de l’univers 18.
Alors que Barta emportait le corps de Cooler, Freezer croisa Végéta en retourna à son stand.
— Nous nous affronterons au deuxième tour, Végéta, ça me fait très plaisir. Je vais adorer ce combat.
— Pour une fois, nous sommes d’accord, Freezer. j’ai hâte moi aussi.
Le démon du froid se posa et s’installa tranquillement contre le mur, ignorant les autres qui l’ignorèrent aussi.

— En tous cas, ils n’ont pas l’air amis, dit Piccolo 18.
— il m’avait l’air aussi fort que Cell parfait, estima Gohan.
Goku secoua la tête.
— Non, il était loin d’être à fond. Il est bien plus fort que ne l’était Cell à son retour.

Le tournoi se poursuivit, après la victoire sans appel de Végéta 18, par un match Baddack 10/ Pan 18 que même Freezer trouva honteux.
Le match Dabra/Cell paru douteux à ceux qui avaient affronté Cell.
Le match suivant, ou Pan de l’univers 16 fut massacrée par Bojack rappela de très mauvais souvenir à la Pan adulte.
Quand Son Bra faillit disqualifier l’univers 16, Pan remarqua que Freezer lui lançait un regard entendu. Elle préféra l’ignorer pour l’instant.

Les matches suivants n’eurent que peu d’intérêt, même si Krilin de l’univers 9 eux une belle victoire face à Sauzer.

— Il m’a l’air bien moins fort que le nôtre, dit Junior.
— Et plus vieux, aussi. Ça doit être la barbe, ajouta Flo.

Les vargas déclarèrent la fin de la moitié du premier tour, et indiquèrent que le repas allait être servi.

Alors que le groupe de l’univers 2 s’attablait, Freezer restait en retrait.
— Bonjour, Freezer.
l’interpelé se retourna.
— Bonjour, Freezer.
— J’ai beaucoup aimé ton match, que dirais-tu de déjeuner avec nous ? Je doute que tu veuilles partager la table de saiyans.
— Avec plaisir.

— Freezer, j’aimerais te demander, comment es-tu devenu aussi fort ?
— Avec un entrainement intense. Nous sommes les mortels les plus forts de l’univers, mais à cause de ça, nous avons tendance à nous reposer sur nous acquis. À cause de ça, j’ai perdu trois fois contre les saiyans.
— Trois fois ? Fit Cold, surpris.
— Oui, et je suis mort deux fois.
Le silence se fit à la table.
— Excuse-moi, mais si tu es mort, comment es-tu là ? Demanda Freezer.
— la première fois, je me suis échappé de l’enfer. La seconde fois, les saiyans m’ont rendu la vie. Je m’étais arrangé pour qu’ils aient une dette envers moi.
— Et ça en vaut la peine ? demanda Cold.
— Oh oui. Si tu avais pu voir leurs regards à ce moment.
— Et quel a été ton entrainement ? Si tu l’as fait, j’imagine que je pourrais faire de même.
— Hmmm. j’ai trouvé une planète géante, avec une gravité incroyable, sans compter une température et une pression atmosphérique hors normes. j’y suis allé de plus en plus loin, de plus en plus longtemps. jusqu’à ce que je supporte le tout sous ma forme originale. Puis j’ai recommencé sous ma première forme de réduction. Et ainsi de suite.
— Ooh, il faudra que j’essaye, dit l’autre Freezer, avec un grand sourire. Freezer de l’univers 2 regarda Cold, et sourit à son tour. Il imaginait parfaitement pourquoi son double voulait être plus fort. Et il voyait que ça ne serait pas aussi simple.
— Et tu es donc en guerre contre les saiyans ? Demanda Cold.
— Non, nous avons, disons, une trêve. Je leur laisse leur petite galaxie, et je m’occupe du reste de l’univers.
— Ah, tu mets donc ton univers à feu et à sang.
— Pas vraiment. j’ai un autre objectif bien plus grand. j’ai compris qu’éliminer ses propres hommes n’est pas la meilleure chose à faire.
— Quel objectif ?
Freezer éluda la question.
— J’entraine aussi mes hommes personnellement. Les plus faibles sont désormais au niveau du regretté Ginue. Et mon meilleur général serait parfaitement capable de vous vaincre tous en même temps en combat singulier.
Les démons du froid tressaillirent en entendant ça, mais restèrent le plus stoïque possible.
Plus personne ne parla à cette table, jusqu’à l’annonce des vargas.

— Le tournoi va reprendre avec le match entre Végetto de l’univers 16 et l’inconnu de l’univers 20.

À suivre...
ImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Rebel O'Conner
 
Messages: 1086
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:48
Localisation: Derrière toi à observer ton cou appétissant, pauvre mortel!

Re: DBM vs Paternité - la nouvelle génération.

Messagepar Hercule Satan le Lun Jan 13, 2020 14:31

Rebel O'Conner a écrit:[i]j'ai laissé tomber paternités après la perte totale de mes données
Putain non rebel fait pas ça j'adore ta fanfic, et je ne suis pas le seul tu vas décevoir un max de monde
Avatar de l’utilisateur
Hercule Satan
 
Messages: 157
Inscription: Mar Juin 09, 2015 22:24

Re: DBM vs Paternité - la nouvelle génération.

Messagepar Rebel O'Conner le Lun Jan 13, 2020 23:05

Hercule Satan a écrit:
Rebel O'Conner a écrit:[i]j'ai laissé tomber paternités après la perte totale de mes données
Putain non rebel fait pas ça j'adore ta fanfic, et je ne suis pas le seul tu vas décevoir un max de monde


malheureusement, mon PC a grillé, et mon disque dur à été totalement perdu. j'avais 2T de données qui sont passées à la trappe, y compris tout ce que j'avais sur la fic.
il faudrait tout réécrire en partant de zéro ou presque, et je ne suis pas sûr d'en avoir le courage
ImageImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Rebel O'Conner
 
Messages: 1086
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:48
Localisation: Derrière toi à observer ton cou appétissant, pauvre mortel!

Re: DBM vs Fanfics

Messagepar Masenko le Lun Jan 13, 2020 23:18

Ben tu peux repartir de ce qui est publié sur les forums, etc.

non ?
- Masenko -


Fanfiction : A.G.P.

Chapitre 14 : Super Trahison

IL EST ARRIVE
Avatar de l’utilisateur
Masenko
 
Messages: 866
Inscription: Sam Oct 21, 2006 15:33
Localisation: Liège, Belgique

Re: DBM vs Fanfics

Messagepar broly97 le Lun Nov 09, 2020 4:48

DBM vs la z-team vs l'Organisation du Commercer des Mondes


Résumé des chapitres précédents :

Spoiler
Dans leur recherche de combattants puissant pour leur tournois multiverselle, les vargas ont ramené un groupe de combattants terriens composé deKrilin, Tenshinhan, Upa et Yamcha, ainsi que les enfants des deux derniers : Cole et Maïa (enfants d'Upa et de Suno) et de Trunks (fils de Yamcha et de Bulma). Ce petit groupe est accompagné d'un vieux combattant multicentenaire appelé Soundiata qui est un humains d'une autre dimension (l'Outre-Monde) qui s'est jadis lié d'amitié au groupe il y a quelques années de cela (rencontre fait hors champs). Ensemble le petit groupe sont les représentant du neuvième univers au tournois. Ce que le groupe de Krilin ne savait pas c'est que les vargas avaient entretemps récupéré un de leur vieil ennemis pour participer au tournois, C-21, le fils adoptif du Dr Gero. Ce dernier, qui a jadis été battu par Krilin, Tenshinhan, Yamcha, Upa et Chaozu, veut se venger du quinté qui l'a humilié. Il a donc accepter d eparticiper afin de se faire une idée du niveau de ses ennemis avant d eles attaquer une fois de retour dans leur univers.

Durant le premier tour, l'ensemble des conccurent de l'univers 9 se sont illustré, à telle point que sur les 9 candidats inscrits, huit d'entre-eux ont passé le premier tours, Trunks ayant été le seul éliminé.
Lors du deuxième tours, Upa s'est fait éliminé par Son Goku (U18) non sans posé beaucoup de difficulté aux super saïyan. Dans le amtch suivant, C-21 a, grâce à une ruse, pût vaincre et tuer facilement le Majin Buu de l'univers 11. Sa ruse a nottament permis la libération du Kaïoshin du Sud et du Grand Kaïoshin de l'univers 11 par accident. Après que leurs homologues de l'Univers 1 leur ait globalement expliqué leurs situation, les deux kaïoshins survivants de l'univers 11 ont put rejoindre leur univers d'origine.
Après une succesion de match disputé, vînt le tour de Cole qui, grâce à son esprit tactique a pût vaincre Bojack qui lui était physiquement supérieur. Cette victoire du fils d'Upa signe alors la fin de la première moitié du second tour.

Voyant que Krilin et sa bande était largement plus puissant que ce que ses prévissions lui laissaient croire, C-21 a voulu profité de la pause déjeuner pour s'introduire dans la chambre d'un Krilin endormi (fatigué à cause de l'utilisation sa technique de la Voie de la Renonciation au cours de son match contre Cell) afin de l'empoisonné. Il fût néanmoins surpris dans sa tentative par Maïa qui a utilisé la technique des Quatre Corps pour laisser une copie d'elle afin de surveiller un Krilin des plus vulnérables. Suite à une brève conversation ou la paire ont un peu échangé leur propre vision sur le meilleur futur possible pour la civilisation terrienne, C-21 et Maïa ont convenu d'un pari : si l'un d'entre eux parvenait à gagner le tournois, l'autre devra lui jurer une allégeance pleine et entière

Une fois le déjeuner terminer, la seconde partie du second tour a pu débuter.
Dans le premier match le vieux Soundiata, guerrier d'élite mandigwan, a fait preuve d'une puissance et d'une maîtrise peu commune en gagnant facilement contre Son Bra, pourtant une des favories du tournois.
Durans le match suivant, Gotenks a fait preuve d'une bel vivacité d'esprit qui lui a permis de s'extirper du piège tendu par Tenshinhan et de remporter le combat.
Le troisième match quant à lui fût sans surprise : Vegetto a facilement terrasser le Grand Roi Démon Piccolo, malgré le fait qu'il ait bénéficié de la fusion avec le Tout-Puissant.

Au cours d'une nouvelle pause, tenue à cause des dégâts survenus au cours du premier match de la seconde partie de tableau, Yamcha a laissé place à une seconde personnalité interne qui se nomme elle même l'Esprit. D'un commun accord, établit il y a des années, les deux se partagent le corps du père de Trunks et c'est aujourd'hui au tour de l'Esprit de prendre le contrôle. Chose dont ses amis semblent plutôt habitué.

En parrallèle de tout ça, l'Unique, le mystérieux conccurent d el'univers 5, a capturé dans leur domaine le Grand Kaïoshin et le Kaïoshin du Sud de l'univers 11 (accidentellement libérer par C-21 au cours de son combat contre le Buu de l'univers 11). Mais qui est donc cet Unique ? Et quel noir dessein prépare t-il ?




Récapitulatif des personnages

Spoiler
II-3) Personnages principaux



Krilin :

[spoiler]Chef de file du groupe (même s'il ne revendique pas ce statut), Krilin est dans cet univers plus assuré, plus calme et plus sombre que ses homologues des univers 16 et 18, en raison de ses nombreuses années à combattre directement les forces du mal. Et puis si les Son Goku des univers 16 et 18 ont eu un impact positives sur la personnalité des Krilins de leur univers, en leurs donnant ainsi un caractère plus jovial, celui de l'univers 9 l'a assombri à cause des meurtres qu'il perpétrait.
Toutefois, Krilin est quelqu'un de juste et de généreux, même s'il ne le laissera pas parraître au premier abord.

Age : La cinquantaine



Yamcha :

[spoiler]Bien qu'il ait à peu près la même personnalité que ses homologues du 16 et du 18, le Yamcha de l'univers 9 est tout de même plus assuré que ses homologues. C'est aussi le blagueur du groupe, qui aime bien détendre l'atmosphère. Il est marié avec la Bulma de son univers avec laquelle il a deux enfants, Trunk et sa soeur Bra.
Yamcha héberge en son subconscient une sorte de vie ectoplasmique indépendante appelée "L'Esprit", avec lequel Yamcha semble tenir une relation assez tendu. Toutefois, il semble que les deux ont trouvé un accord, concernant le contrôle du corps de Yamcha.

Note : L'Esprit est aussi présent dans DBOM, mais son homologue y est largement plus agressif et tente de prendre le contrôle du corps de Yamcha par la force, et en le torturant mentalement.

Age : La cinquantaine


Upa :

Fils de Bora, Upa est actuellement le gardien de la Tour Karine. Parmi tout les membres du petit groupe, Upa est celui qui est le plus impulsif et celui qui déteste le plus les saïyens, et tout particulièrement Son Goku, qui a causé de nombreux ravages dans leur monde. Il a deux enfants avec Snow, (qu'il a rencontré durant l'un de ses entraînements) et est très protecteur envers eux.

Note : A l'instar du Krilin de son univers, cet Upa là est plus dure que son homologue de l'univers 18 (enfin pour le peu que l'on ait vu), et celui de DBOM qui ont des caractères plus ouvert. Notamment grâce à l'influence de Goku.

Age : Presque cinquante ans


-Le Kaméhaméha :

Tenshinhan :

En tout point semblable à ses homologues des univers 16 et 18. Calme, prudent et courageux.

Puissance et capacité : Après que Bujin, ait analysé sa puissance avec ses fils, il est explicite que Tenshinhan possède une force supérieure à celle de Bojack.
Tenshinhan maîtrise aussi un art appelé le "Ki magmatique" qui lui a permi de brûler les bras de Bujin au cours de leurs duel.

Age: la cinquantaine


Cole :

Fils d'Upa et de Snow, Cole est depuis son enfance très friand des récits des aventures de ses maîtres, et les admire énormément et s'entraîne ainsi beaucoup afin d'être à leur calibres. Malgré son goût pour l'entraînement, Cole ne se sent pas toujours à la hauteur de ses espérances. Un défaut dont son maître Krilin tente de résoudre avec lui.

Age : Environs au milieu de la vingtaine

Puissance et capacité : Comme l'a fait remarqué Goku lui même, Cole est plus puissant que lui sous sa forme ssj full power au moment du Cell Game.


Maïa :


Soeur jumelle de Cole et donc fille d'Upa. Doué d'une grande intelligence
Maïa est une jeune femme gentille et optimiste qui essaye de voir le bien en chaque individu. Toutefois, elle est loin d'être naïf, et à une forte détermination, bien qu'elle ait un comportement peu orthodoxe parfois.

Age : Environs au millieu de la vingtaine


Trunks :

Fils de Yamcha et de Bulma. Meilleur ami de Cole, qu'il connait depuis l'enfance Trunk est moins acharné sur l'entraînement que ce dernier, mais tien tout de même à rester un guerrier digne de ce nom. Au cours de l'aventure du groupe dans l'Outre Monde, Trunk a intégré l'Ordre de la Lame -une puissante organisation regroupant de talentueux maître d'armes- et y est resté durant un temps indéterminé. De retour sur Terre, il entame maintenant des études d'ingénieur afin de trouver un poste dans l'entreprise de sa mère.

Age : Environs au millieu de la vingtaine


II-4) Autres personnages :

Soundiata :

Puissant guerrier très âgé, Soundiata est un ami des z-fighters. Soundiata est originaire de l'empire du Mandigwa, l'un des plus importants de l'Outre-Monde, qui l'a jadis envoyé dans la région 279 du Macro-Univer, afin de traquer Bojack et sa bande qui ont été coupables d'exactions. Après avoir rempli sa tâche (avec aisance), Soundiata s'est lié d'amitié avec le Kaoshin de l'Est. 314 ans plus tard il est retourné sur Terre, et après avoir remporté très facilement le tournois des arts martiaux auquel les z-fighters participaient, il s'est églement lié d'amitié avec eux.
Soundiata est quelqu'un de gai, qui aime profiter des bonnes choses de la vie, et qui se lie facilement d'amitié avec les autres.

Age : Au moins 420 ans


C-21 :

Fils adoptif du Dr Gero, cet homme qui s'est transformé en cyborg est sans pitié, ambitieux et presque dénué de scrupules. Ennemi juré de la z-team, C-21 est un adversaire extrêmement dangereux à cause de son intelligence hors norme, qui est maintenant renforcé par une inépuisable connaissance, qu'il a acquise depuis son exil forcé dans l'espace après sa défaite. Cela lui permit d'améliorer son corps de cyborg, et de construire une armure de combat des plus redoutables.

Age : Plus âgé que les personnages principaux, donc il a sans doute dépassé les soixante ans,


L'Unique (univers 5)

Aussi appelé le Suprême Elément par ses mystérieux subordonnées, l'Unique est d'après ses dires le seul survivant d'une terrible catastrophe, qui a ravagé la région 279 de l'Univers 5. Doué d'une science surpassant de loin celle des Vargas, il a obtenu sa participation aux tournois en réparant le vaisseau d'un des équipages Vargas. Il semble que l’objectif de ce persopnnage soit de se débarrasser d'un groupe d'ennemi anonyme, avec qui il est en conflit dans son univers.

Age : inconnu



Récapitulatif de l"univers

Spoiler
DBM VS La z-team vs l'Organisation du Commerce : Réapitulatif rapide

I) Univers de mon topic.

Dans l'ensemble de mes fics, les quatre galaxies dans lequel la z-team évolue forme une petite région d'un espace beaucoup plus vaste appelé le Macro-Univers. Ce derniers est divisé en district appelé Région, qui sont plus ou moins grandes entre elles.
Chaque régions est protégée par une équipe de Kaoshin, qui tout en laissant le libre arbitre aux habitants veillent à ce qu'aucun menaces majeurs (du genre Buu) n'apparaissent. Sinon ils éliminent ladite menace. En clair les Kaoshins jouent un peu le rôle de la Green Lantern Corp.
La région dans laquelle évolue Goku et ses amis est la Région 279. Etant donnée que ses habitants sont dans l'ensemble paisible et avec un très faible potentiel, les Kaoshins n'ont envoyé que six des leurs pour y assurer la sécurité. Ainsi, d'autres régions sont susceptibles d'abriter davantage de Kaoshins.

I-1) Le Macro-Univers dans le concept du multivers :

Comme vous le savez tous, les participants des 20 univers de ma fic, sont tous issue d'un univers différents. Toutefois, ont peut dire que ces 20 univers différents sont en faite 20 Macro-Univers différents, et les participants sont sélectionné dans la région 279 propre à chacun de ces Macro-Univers.
Ainsi, Goku et ses amis sont issus de la région 279 du Macro-Univers 18. Freezer et sa famille sont eux originaire de la région 279 du Macro-Univers 8, ect....


I-2) L'Outre-Monde :

le Macro-Univers (ou au moins la région 279) est relié à d'autres dimensions (comme le Makaï ou la Zone Morte). Parmi elles, il y en a une appelée l'Outre Monde.
A l'instar du Macro-Univers, cette dimension abrite de nombreuses races, mais ces dernières sont en moyenne plus puissantes que ceux trouvé dans le Macro-Univers. Pour vous donner une idée, il est assez facile de trouver quelqu'un d'aussi fort que Cell dans sa forme parfaite.
Il y a des centaines de millions d'années, les Kaoshins ont bloqués l'accès entre les deux dimensions via un sort appelé la Barrière, qui empêchent nombre d'intrusions des deux côtés. Toutefois, il est possible de franchir la Barrière, par divers moyens qui sont tout de même limité en efficacité.

I-3) L'Outre Monde dans le concept du multiverse :

Tout comme chaque univers à son Makai, chaque univers à son propre Outre-Monde. Toutefois, les participants du tournois n'ont jamais eu affaire à quelqu'un de l'Outre- Monde (si l'on excepte ceux qui ont déjà eu affaire à Bojack et sa bande par le passé) ,


II) Présentation de mon univers 9

Dans les grandes lignes le principe reste le même que l'univers 9 original. Soit que Krilin et le reste des humains de la z-team ont affronté différentes menaces extraterrestre sans l'aide de Piccolo et des saïyens, et s'en sont sortie bon an mal an.

II-1) Arcs narratifs et bref résumés de l'histoire de l'univers de la z-team vs l'OCM :

1) Arc Piccolo Daïmao : Semblable au Piccolo Daïmao de l'univers 18 il a été libéré pour une raison inconnu, et a retrouvé sa jeunesse grâce au dragon ball comme dans l'univers 18. Durant le combat contre les terriens, il a de nouveau été victime du Mafuba.

2) Arc Son Goku / Kakarotto : Fils de Baddack, et frère de Radditz, ce saïyan a été durant un temps le fléau de la Terre. Pendant son règne de terreur il a libéré une armée de démon qu'il a dirigé afin de garder le contrôle de la Terre. Comment a t-il obtenu cette armée ? Cela sera révélé dans une de mes fics à l'avenir. Il a heureusement été tué par la z-team suite à son troisième combat face eux.

3) Arc saïyan : Partis tous les trois pour conquérir la Terre au nom de Coola, Végéta et sa bande ont trouvé la mort après s'être frotté à la z-team.

4) Arc OCM : Suite à la mort des saïyens, Coola a envoyé ses troupes conquérir la Terre afin de balayé la menace que représentait la z-team. Après bien des batailles contre les troupes du démon du froid, les z-fighters se sont retrouvés confronté à ce dernier qui a finalement péri après un combat très disputé.

5) Arc cyborgs : Voulant se venger de Krilin qui a détruit l'armée du ruban rouge -mettant ainsi un frein à ses ambitions-, Le Dr Gero a construit des cyborgs afin de tué le petit chauve ainsi que ses amis. Il fût pour le coup aidé par un jeune homme anonyme qui deviendra le futur C-21.
Note : Dans cet univers, c'est le jeune homme qui a transplanter le cerveau du Dr Gero dans le corps du cyborg 20, au lieu que ça soit C-19 qui se charge de la besogne.

6) Arc C-17 et C-18 : Cyborgs renégats du Dr Gero, les jumeaux ont d'ailleurs tué ce dernier à l'instar de leurs homologues dans différents univers. Contrairement aux jumeaux des univers 16 et 18 qui étaient de bonne personnes malgrés leurs cybernétisation, les C-17 et C-18 de cet univers ont été des monstres sanguinaires à l'instar de leurs homologues des univers 12, 14 et 15. Heureusement pour la Terre, la z-team veillait et les a envoyés en Enfer, bien qu ça soit dans de drôle de circonstances.

7) Arc Cold : Après la mort de son fils, des mains des défenseurs de la Terre, le roi Cold a décidé de venger ce dernier. Pour cela il s'est aidé d'un curieux commando d'élite, qui a donné bien du mal aux z-fighters, qui ont eu encore plus de mal à ce débarrassé de Cold.

8) Arc Babidi: Arrivée sur Terre dans le but de délivrer Buu, le terrible monstre de son défunt père, Babidi et ses forces se sont attaqués aux habitants de la Terre afin d'y collecter l'énergie nécessaire à la résurrection du monstre. Heureusement aidé par Kaoshin, les z-fighters, ont pût terrasser le sorcier et surtout Dabra le souverain du monde des ténèbres.

9) Arc attaque de C-21: Ayant survécut au conflit des cyborgs, le jeune homme anonymes s'est lui même transformé en cyborg, et s'est constitué une petite troupe afin de prendre possession du monde par un moyen inconnu. Toutefois comme son pèe adoptif, ce dernier à échoué.
Note : Comme je l'ai dit plus tôt, l'attaque de ce C-21 est à quelques différences près identique à celle fait par son homologue dans DBOM.

10) Arc Outre-Monde : Plus de 300 ans après avoir battu (avec facilité) Bojack et sa bande dans la région 279, Soundiata est retourné par ses propres moyens dans le Macro-Univers afin de visiter une nouvelle fois la région 279 (cette fois dans le cadre de vacances prolongés qu'il a omis de dire à ses supérieurs). Quand il est arrivé sur Terre, il s'est lié d'amitié avec les z-fighters et pour une raison inconnue, les a emmené avec lui au sein de l'Empire Mandigwan afin qu'ils suivent un entraînement qui leur a permis de considérablement augmenté leur puissance.

11) Arc Tournois-Inter Région : Suite à leur aventure dans l'Outre-Monde, les z-fighters ont été invité à participer à un nouveau tournois. Au cours de celui-ci, Yamcha a battu Upa, et Krilin a semble t-il été contraint d'utilisé une technique spéciale.

II-2) Différence entre mon l'univers 9 et l'original :

-Son Goku est connu des z-fighters, mais contrairement à son homologue de l'univers 18 est devenu un tueur sans scrupule.
-Upa fait parti de l'équipe
-Trunk ne connaît pas Videl
-Yamcha n'est pas devenu le cyborg 17 à la place du jeune garçon inconnu. Ainsi, lui et sa soeur ont été cybernétisé par Gero comme dans l'univers 12 par exemple.
-Soundiata est rentré en contact avec l'équipe après leurs aventures
-Les z-fighters de cet univers sont bien plus puissant que ceux de l'univers 9 originel.
-Le garçon qui est devenu C-21 n'existe pas dans l'univers 9 original, ou n'a jamais rencontré Gero.




Tableau du tournoi

Première partie de tableau :

Spoiler
-Upa (u9) vs Goku (u18)

-C-21 (U9) vs Buu (U11)

-Nappa (U13) vs Nail (U10)

-S. Kaioshin (U1) vs Uub (U18)

-Pan (U18) vs Coola (U8)

-Krilin (U9) vs Cell (U17)

Vegeta (U18) vs Trunk (U12)

Cole (U9) vs Bojack (U6)[/b]


Deuxième partie de tableau :

Spoiler
-Soundiata (U9) vs Son Bra (U16)

-Gotrunk (U16) vs Tenshinhan (U9)

-Vegetto (U16) vs Piccolo Daïmao (U3)

-Gast Carcolh (U7) vs Yamcha (U9)

-Eilem (U19) vs L'Unique (U5)

-Raïshi (U3) vs Végéta (U13)

Baddack (U3) vs Cold (U8)

-Maïa(U9) vs Buu (U4)




Gast vs Yamcha/l’Esprit P1


Balançant sa tête au rythme des fonds musicaux et de la voix des artistes qui se succédaient, l’Esprit se délectait des derniers morceaux de Reagdanze berçant ses oreilles. Le fayekono de Yamcha appréciait particulièrement ce style musical très populaire dans l’Outre-Monde où les artistes décrivaient, à travers leurs voix profondes dont les tonalités étaient accompagnées de rythmes lents, le difficile quotidien de peuples et de sociétés confrontés à la misère ou bousculés par de terribles conflits à grands renforts de figure de styles subtils et d’expressions bourrues.
Bien sûr comme tous courants musicaux, le Reagdanze avait, à travers ses millénaires d’existence, eut largement le temps d’évoluer de multiple façon. Ainsi des chansons aux rythmes un peu plus rapides, à la base musicale plus mélodieuse, avaient depuis longtemps germés. Des morceaux que l’Esprit affectionnait énormément, comme celui qu’il écoutait en ce moment.


Ahhh Boyzs, Dhigitäl, woyne woyne
Conixx hegeyn
Well nuff a tolke bout buss
Buss wot?
Lef some a dem a wet a di buss staup
Nuff gait di buss and gau foll auff trak
And siddung a buss bak a wèt fi buss bak
Beut gueis what, Selassi I alaune mi salute
All weyn ly a di trend Conixx a talk di truth
Say mi nah do weh babilaune want mi dou
Dem inna streght jeans mi inna khakee suite

Oll wein mi a di onlee mhane weed pents pon weste
Mi nah falla nobbhaudie
Heind weyn the waule Jhamayka a bliche deime fëse
Mee nah falla nhaubaudee
Taill dem a mi mhane, A mi seime one
Sitlle Phaupa Conixx paune di maïcraufone stend
Oll wein a mi ehlaune a singüe raghthöus songüe
Mi nah follah naubaudee

Teill deïme trendez issy fi follah
Hit nuh issy fi seite
Neuffe seyttle fi the laiss
Ay procid fi the beist
Heind if yu finq a laï peuet mi to the teist
Gi mi a bit heind a mic mi nuh nid nuttin laisse
Mi si dem a drinqüe rheum butte mi nah sip-heup
Heind mi no wah drunqüe till mi kan't geyt heup
Sey mi nah sing nau sonueg bout di parti büque
Waurste mi nah chauww mi hender peints fi buss

Oll wein mi a di onlee mhane weed pents pon weste
Mi nah falla nobbhaudie
Heind weyn the waule Jhamayka a bliche deime fëse
Mee nah falla nhaubau…


Soudain, l’oreille droite de l’Esprit ne capta plus du tout le son sortant de l’écouteur, remplacé par la bouillie sonore formée par les dizaines de millier de conversations se tenant à travers le stade. Légèrement contrarié qu’on l’ait coupé à son plaisir, le fäyekono entrouvrit son œil gauche pour constater que Trunks se tenait devant lui, son écouteur droit à la main. Son visage était marqué par un certain mécontentement.

-Allez, on se lève le paresseux, c’est à ton tour !

L’intervention de Trunks fût accueillie par un grognement de l’Esprit qui, de mauvaise grâce, se remit sur pied d’un bond.

-Tu devrais te dépêcher, il faut que tu sois sur le ring avant deux minutes, sinon, papa et toi, vous serez éliminés.

-J’ai donc largement le temps. Ne me presse pas, répondit le fäyekono tout en commençant à dégourdir ses membres avec de rapides étirements, au grand dam de Trunks qui aurait voulut que l’Esprit se dépêche.

Krilin qui connaissait également le naturel capricieux de l’Esprit ne prit même pas la peine d’essayer de lui faire accélérer le mouvement. Il se contenta juste de s’approcher avant de demander :

-Comment tu sens ce match contre ce Gast ? Hormis créer la sensation, ta petite escapade dans l’espace 7 t’as sans doute permis de te faire une idée de son niveau.

-Peux-pas te le dire avec certitude. Mais si je me fie à mon instinct, je dirais que le Grand Vert à probablement le niveau pour participer aux phases finales du Tournois Inter-Région.

L’estimation fit tiquer Krilin. Le Tournois Inter-Région était une éminente compétition réunissant de puissants combattants venant des quatre coins du Macro-Univers. Jugés dignes par les dieux du Macro-Univers, les compétiteurs étaient le plus souvent des guerriers qui avaient aidé un groupe de kaïoshin à se débarrasser de très grandes menaces, un peu comme Krilin et son groupe lorsqu’ils ont aidé Shin à arrêter Babidi et ses sbires. Le niveau y était donc extrêmement relevé et sortir des phases éliminatoires constituait un des plus grands exploits qu’un être vivant du Macro-Univers pourrait réaliser au cours de sa vie. Ainsi, même si Krilin s’était depuis longtemps douté de la grande force de ce Gast, il ne s’était pas douter que ça pouvait être à ce point.

-Outch ! Ce sera donc serré, estima Krilin. Tu penses pouvoir faire le poids ?

-Je ne sais pas trop, je verrais bien durant le match. En tout cas, je sais que vais bien m’amuser, déclara l’Esprit tout en arborant un sourire satisfait.

Le fayekono lança son lecteur mp3 à Trunks, avant de s’envoler tranquillement vers la planète-ring.

Ayant précédé son adversaire depuis un moment déjà, Gast Carcolh attendit que l’humain se pose sur le ring avant de daigner décroiser ses bras. Cet humain était son premier adversaire de ce tournoi, mais il paraissait clair pour le namek qu’il était loin d’être le plus orthodoxe des compétiteurs. A sensation d’aura, c’était comme-ci il avait à faire à une tout autre personne que celui qui a éliminé le Cell jr au premier tour. Une impression renforcée par l’exceptionnelle blancheur tapissant sa peau et par la teinte écarlate de ses pupilles sur fond noir. Il n’avait jamais rien vu de semblable. Restait à savoir ce qu’un tel phénomène allait changer sur la physionomie du combat.

Maintenant que l’Esprit s’était enfin posé, le commentateur Vargas ne fît pas attendre plus longtemps les spectateurs ainsi que les deux combattants.

-Vous pouvez commencer !

Malgré le signal de départ, les deux adversaires ne bougèrent toujours pas. Détendu, l’Esprit avait même les mains bien enfouies dans les poches de son pantalon parachevant sa nonchalante posture.

-Allez ! c’est quand tu veux, le Grand Vert.

-Pour toi c’est namek, Yamcha, ou qui que tu sois en vérité.

-Oh ! Tu as remarqué la différence. Enfin ce n’est pas extraordinaire en soi, un gosse s’en serait douté.

-Surement, mais votre étrange cas m’a l’air encore plus curieux qu’il en a l’air. Ce n’est pas un vulgaire dédoublement de la personnalité ou une possession. Non, c’est… comme-ci toi, celui qui contrôle actuellement ce corps, tu étais une partie d’un tout qui a divergé à un moment ou à un autre. C’est difficile à expliquer.

A la lumière des conclusions du namek, une moue pensive se dessina sur le visage du fayekono.

-Pas mal, pas mal du tout. C’est grosso modo ce que nous avaient appris les mandigwans à l’époque. T’as une bonne intuition dit donc.


« Les mandigwans ? J’ai entendu ce terme venant de ce Soundiata, qui a combattu Son Bra. Je me demande ce que cela veut dire ? »

-Enfin bref. Si tu veux prendre cela comme un motif pour me disqualifier, cela ne prendra pas. Comme tu viens de le dire, Yamcha et moi faisons partie d’un même moule. En gros « moi c’est lui et lui c’est moi », même si nous avons chacun notre petit jardin à nous dans notre tête. Pas de bol pour toi le Grand Vert.

-Ce n’étais nullement mon intention. Pour ce combat, je serais parfaitement capable de te battre.

-Ooooh ! Il n’y a pas à dire, c’est pas la confiance qui t’étouffe toi. J’imagine que t’es plus fort que la créature bleue que Yamcha a défoncé. Remarque, ça m’étonnerait pas, mon instinct me trompe rarement. Reste à savoir…

Gast mit aussitôt ses sens en alerte lorsque l’Esprit décolla nonchalamment son pied du sol.

-… jusqu’à quel point !

D’un mouvement aussi vif que brutal, l’Esprit écrasa la semelle de sa chaussure sur la surface de combat qui se déforma sur le coup. De puissante secousses firent trembler le ring, rendant incertains les appuis du guerrier namek perturbé par cette entrée en matière.

-Tu t’es relâché, le Grand Vert !! Gueula l’Esprit tout en amorçant une fulgurante avancée.

Sans aucune once de douceur le genou du fayekono frappa le nez de l’hyper namek complètement pris au dépourvu et projeté plusieurs mètres en arrière sur le coup. Toujours les mains plongées dans ses poches, l’Esprit effectua un mouvement hyper rapide afin de réceptionner son adversaire au vol. Au moment il enclencha son coup de pied retourné, il fût grandement surpris de n’avoir frappé que du vide.

-Vif ! marmonna l’Esprit avant de bondir pour esquiver le poing du namek qui avait tenté de l’avoir par derrière.

D’un second bond, le fayekono revînt aussitôt au contact du namek, qui réagit en conséquence. Dans l’instant l’air artificiel du ring fût brièvement secoué par le choc entre les genoux des deux guerriers.
Quelques secondes durant les deux adversaires supportèrent l’épreuve de force. Gagnant puis perdant quelque centimètre de terrain sous l’effet de leurs efforts opposés. Comprenant que la seule issue de leur obstination aboutirait à une impasse, ils se désolidarisèrent d’un coup avant d’enchaîner sans attendre sur un intense corps-à corps. S’élevant au fur et à mesure que leur belliqueux échange s’intensifiait, le duo finit par s’immobiliser à dix mètres au-dessus de la surface de combat au moment où l’avant-bras de Gast intercepta le tibia du fayekono, produisant un bref halo blanchâtre qui précéda une tout aussi brève, mais puissante, onde de choc.
Le bras tremblant par l’effort, un Gast imperturbable jeta un bref coup d’œil à la jambe de son adversaire puis à ce dernier dont les mains étaient encore et toujours fourrées dans ses poches.

-Un conseil, si tu veux gagner tu devrais prendre ce match beaucoup plus au sérieux et utiliser tes bras.

- Désolé de te décevoir mais je ne m’en sers que quand je me sens dans la panade, et pour l’instant ça va nickel chrome.

-A ta guise.

D’un geste brusque, l’hyper namek rejeta le genou de son adversaire et reprit aussitôt son assaut. Quelques secondes écoulés et quelques centaines de coups échangés suffirent à l’Esprit pour comprendre que son adversaire s’était largement retenu jusque-là. Il avait nettement moins d’aise pour repousser ses assauts et clairement moins d’occasion pour porter ses propres offensives. Alors que le sourire du fayekono de Yamcha se ternissait petit à petit, il parvînt, grâce à ses réflexes supérieur, à esquiver d’extrême justesse le poing de Gast destiné à sa tempe.

« Oups là ! mauvais, mauvais ! Son rythme commence à devenir un peu trop gênant là !»

A peine cette constatation faite qu’une nouvelle feinte trompa l’Esprit qui réalisa qu’il n’aurait pas le temps d’esquiver le direct filant tout droit vers sa joue.

« Tss ! Chier ! », jura le fayekono tout en faisant aussitôt le vide dans son esprit, relâchant instantanément toute tension dans son corps.

Le poing du namek censé frapper la joue de l’humain sembla comme glisser à sa surface, suite au mouvement vif et souple de ce dernier, à la grande surprise de Gast, qui n’en cru pas ses yeux.

-Mais c’est… Outch ! gémit le namek lorsque sa tempe fut frappé par un coup de pied fulgurant de son adversaire qui l’envoya paître quelques mètres plus loin.

Malgré la déconvenue le namek parvint, grâce à un bref flip- flap, à retomber sur ses pieds. L’air circonspect, il fixa l’Esprit dont le sourire carnassier en disait long sur le plaisir qu’il retirait de voir l’expression du guerrier de l’univers 7.

-Ce que tu viens de faire à l’instant… ce qui t’as permis d’esquiver mon attaque, si je ne me trompe pas, il s’agit bien de la technique de ce jeune homme aux long cheveux rouge de ton univers, Cole si je m’en souviens bien. C’est celle qui lui a permis d’esquiver toutes les attaques de son précédent adversaire. Je me trompe ?

L’Esprit poussa un bref esclaffement avant de répondre :

- Je vois que t’es du genre observateur, c’est bien.

Lentement mais sûrement, le fayekono se posa ventre à terre et plia son corps de telles sorte qu’il pût ramener ses pieds justes devant son visage, cela sans présenter le moindre signe de difficulté et avec une souplesse dépassant clairement celles des plus grands maîtres yogi terriens. Un petit spectacle qui impressionna le public, ravit de cette démonstration de contorsionniste de haute volée.

-Tu vois le Grand Vert , J’ai toujours été du genre à apprendre rapidement certaine technique et ce petit tour de la « Feuille Flottante » que Cole nous a montré tout à l’heure va bien me servir. Hé, hé, hé !



Dans l’univers 9, le spectacle laissa également Cole bouche-béé, mais pas pour les mêmes raisons que celui du public.

-Im… Impossible ! Jamais je n’avais montré cette technique à maître Yamcha jusqu’alors, et encore moins à lui, et il a fait cette technique sienne en un instant. In… Incroyable !

-Ce n’est pas si étonnant que ça, intervînt Soundiata. Les fayekonos ont tendance à apprendre plus vite certaines choses que l’individu avec qui il partage leur corps, notamment tout ce qui traite aux art-martiaux et aux sports de manière générale. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles ils sont activement recherchés par plusieurs nations dans l’Outre-Monde.

-Aaaah ! Sa explique pas mal de chose, ne pût s’empêcher de remarquer Trunks qui observait l’Esprit d’un œil nouveau, comme si la réponse à une obscure énigme qui avait longuement tourmenté son intellect était soudainement apparut devant ses yeux.

-Comment ça « ça explique pas mal de chose » ? Il y a un problème avec lui ? Demanda Cole.

-Hmm ? Non, non, aucun problème. En fait c’est juste par rapport à ce qu’a dit maître Soundiata à propos des fayekonos qui apprennent rapidement certaines choses, cela explique comment il a pu hisser son niveau au kogungi aussi rapidement. Tellement rapidement que grand-mère estime qu’il a largement le niveau pour passer l’examen pro de joueur de kogungi.

-Le kogungi ? Ce jeu de plateau tellement compliqué et zarbi qu’il me ferait regretter mes cours de physique fondamentales ? Et Mme Brief sait y jouer ?

-Evidemment ! confirma Trunks visiblement vexé que son ami ne l’ait pas cru aux premiers abords. Dans sa jeunesse elle a été le troisième plus jeune champion de la Zone Ouest. D’ailleurs tout le monde à l’époque s’accordait à dire qu’elle aurait aussi pu remporter la « Coupe des Cinq Zones », mais elle s’est désintéressée de la compétition lorsqu’elle a rencontré grand-père et qu’elle s’est trouvé une passion pour la cuisine et le jardinage. Maintenant elle préfère largement l’enseigner à Bra et jouer avec elle de temps en temps. C’est d’ailleur grâce à ses enseignements que Bra a pu passer pro et remporter la « Coupe Interzonales des Jeunes Lions» l’an dernier.

-In… Incroyable ! M…Mme Brief championne de Kogungi… Wow ! Je pense que c’est le truc le plus dingue que j’ai appris depuis que l’on est arrivé ici.

Trop abasourdis par la révélation, Cole ne remarqua pas le regard agacé de Trunks qui n’aimait pas que l’on mésestime les capacités de sa grand-mère, même s’il devait bien admettre qu’avec ses manières d’étourdis elle ne faisait pas grand-chose pour qu’on la prenne au sérieux non plus.


Sur le ring, l’Esprit qui venait de se redresser, remit ses mains dans ses poches, et c’est avec une confiance couplé une certaine nonchalance qu’il demanda :

-Alors, le Grand Vert, on reprend ? A moins que tu préfères jeter l’éponge.

-Je ne crois pas non. Cette technique est certes utile mais elle n’est pas sans défaut, loin de là. Je sais d’ailleurs comment la contrer.

-Ho, ho, ho ! Eh bien ça c’est de la confiance… ou du bluff.

-On verra bien si je bluffe, acheva Gast avant de charger de nouveau son adversaire.

Sans attendre, l’hyper namek reprit son assaut, multipliant des offensives qui glissèrent sur le corps détendu de l’Esprit pas inquiet le moins du monde. Il parvînt même à placer une contre-attaque lorsque le rythme d’attaque du namek déclina. Une contre mesure qui fût bloquer par l’avant-bras du combattant de l’univers 7 qui fût tout de même repousser plusieurs mètres en arrière.

-… C’est bon, chuchota Gast avant de retourner à l’assaut.

Sous la pression des coups, le corps extra-souple de l’Esprit virevolta aussi facilement qu’une feuille portée par le vent. Une feuille humaine guidée par son sens du touché qui lui permettait non seulement de prévenir les attaques de l’hyper namek, mais aussi de les esquiver encore plus aisément grâce à sa nouvelle souplesse. Fatalement, les tentatives de Gast échouaient les uns après les autres, malgré les efforts de ce dernier qui prit même davantage de risques dans ses offensives, créant ainsi des failles dans sa garde qui, mit bout à bout, offrirent alors l’ouverture que le fayekono avait attendu jusque là.

« Excellent ! »
Pensa l’Esprit tout en lâchant un middle kick au niveau des côtes du namek.

Au moment où le fayekono allait esquisser un nouveau sourire, qu’il sentit une frappe d’une rare violence déformer sa mâchoire. Juste avant que son cerveau ne puisse interpréter les signaux envoyés par cette explosion de douleur, l’Esprit pût, l’espace d’un court instant, constater que son coup de pied avait été bloquer par le genou de son adversaire qui avait pu contre-attaquer avec un revers bien senti.

-Touché, fit simplement Gast avant que son adversaire ne fasse une voltige de plusieurs mètres en arrières, entrecoupé par de rude ricochet sur la surface de combat qui n’arrangea pas l’expérience. Le voyage s’acheva lorsque le fayekono parvînt, bon an mal an à retombé sur ses pieds.

-Co… Comment tu… ? Eu tout juste le temps de bégayer l’Esprit avant d’être aussitôt rejoint par Gast qui n’attendit pas davantage pour reprendre les hostilités.

Comme tout à l’heure le namek assaillit le fayekono qui parvînt néanmoins à retrouver assez de calme pour esquiver l’ensemble des frappes du namek avec la technique de Cole, jusqu’à ce qu’une nouvelle opportunité ne se crée.

« Jouable », estima l’Esprit tout en entamant sa contre-offensive, pensant que cette fois sera la bonne.

Qu’elle ne fût pas sa désagréable et douloureuse surprise lorsque le poing du namek frappa une nouvelle fois son visage, cette fois en pleine sur le nez. Traîné à terre par la puissance du coup, le dos de l’Esprit creusa un sillon de dimension appréciable avant qu’il ne puisse se redresser de nouveau d’un bond.

L’humain n’eut pas le temps de pester que Gast était déjà presque arrivé à sa hauteur.

« -F…. Fais chier ! »

D’un mouvement reflexe, la main du fayekono s’extirpa de sa poche et attrapa de justesse le poignet du namek, stoppant net le poing de ce dernier à quelques centimètres de son visage.
Malgré le fait qu’il s’en soit sorti de justesse, l’Esprit se permit néanmoins un petit sourire satisfait.

- Je ne pensais pas avoir à utiliser mes mains aussi tôt. Félicitation le Grand Vert, tu as pu me faire la misère malgré la Feuille Flottante et en un temps records. Pas mauvais du tout.

-En tout honnêteté, ce n’était pas sorcier. Si lorsque tu esquives ton corps est parfaitement détendu et tes muscles totalement relâchés, quand tu veux attaquer ce n’est pas la même histoire .Tes muscles sont obligés de retourner à leur tension habituelle pour que tu puisses contre-attaquer, te laissant vulnérable à mes attaques. Le tout c’est de parfaitement anticiper ce retour tension et donc…

-Et donc par deux fois t’as laissé des ouvertures exprès pour que je t’attaque afin de pouvoir répliquer au moment propice. J’ai tout bon ?

-Je n’aurais pas pu mieux l’expliquer.

-Hé, hé, hé ! Il semble que la technique de Cole me soit désormais inutile. Dommage je m’amusait bien avec.

-Alors, tu vas prendre ce match un peu plus au sérieux maintenant.

Rassure-toi le Grand Vert, commença l’Esprit tout en commençant à extraire sa seconde main. C’est désormais mon intention !

La phrase était à peine achvé que l’Esprit se trouvait déjà devant un Gast aux yeux écarquillés de surprise. Un sourire exalté à la bouche, le fayekono lança son bras armé droit vers son adversaire estomaqué par sa soudaine vélocité. D’un réflexe surnamek, Gast se baissa juste à temps pour ne pas subir le tranchant de la main hypersonique de l’Esprit avant d’amorcer une contreoffensive aussitôt parer par l’avant-bras adverse. Les deux guerriers se lancèrent alors dans une valse d’attaques, toutes plus redoutables les unes que les autres. Aussi redoutables que leurs sens du combat qui leur permirent tour à tour de détourner, d’esquiver et de bloquer leurs offensives respectives qui prirent brutalement fin suite à un coup de poing simultanée à la joue qui les repoussèrent plusieurs mètres en arrières.

Une fois leur position stabilisée, l’Esprit et Gast frottèrent brièvement le filet de sang coulant de leurs lèvres inférieures avant de se fixer chacun d’un regard interdit. Ce dernier acte, acclamé par le public, fût l’occasion pour tous les compétiteurs, éliminés ou non, de se faire une idée sur le potentiel des deux combattants, et l’univers 18 ne faisait pas exception.

-Eh bien ! il n’y a pas à dire, ce Yamcha là 9 est super fort. Il n’est vraiment pas loin du niveau que j’avais quand j’ai combattu le petit Buu. Vraiment impressionnant, estima Son Goku plutôt content de cet état de fait.

-C’est vrai, renchérit Gohan. Ça doit sans doute venir de cette drôle de transformation. Je me demande comment il a fait pour l’obtenir ?

-Impossible à dire, admit Piccolo pas plus renseigné que ses amis sur le sujet. Mais il faut admettre que ça lui octroie une puissance vraiment extraordinaire. De plus, à en juger par ses mouvements, il a une technique et un sens du combat qui est comparable à la tienne, Goku.

-Oui c’est ce que je pense aussi, répondit l’intéressé pas gêné le moins du monde par cette information, bien au contraire.

- Impressionnant, reprit Piccolo. Toutefois n’oublions pas son adversaire, ce Gast, qui ne démérite pas. Il s’est peut-être laissé surprendre au début, mais après il a fait plus que se défendre. Je l’estime légèrement en avance, même si ça ne tient pas à beaucoup.

-Je te trouve étrangement partial sur ce coups-là Piccolo, railla Végéta. Serait-ce parce que c’est un namek ?

L’ancien mentor de Gohan répondit au sourire malicieux du prince des saïyans par un autre du même acabit.

-Il y a de ça. Ce Gast est tout de même composé de l’ensemble du peuple namek de son univers, et à ce titre je ne peux pas nier que je ressens une certaine sympathie à son égard, en plus d’attendre beaucoup de lui.

Loin de se moquer des attentes que Piccolo plaçait en ce namek d’outre-univers, Végéta comprenait parfaitement l’ancien dieu de la Terre. Il avait les mêmes espérances vis-à-vis de Vegeto qui était en quelques sortes un autre lui-même. Il était d’autant plus fier de ses succès car, d’une certaine manière, s’étaient aussi un peu les siens. Piccolo devait sans doute ressentir la même chose avec ce Gast.

Sur la planète-ring, Gast, était sur le qui-vive. Celui qui contrôlait le corps de ce Yamcha était fort, mais rien n’était perdu, loin de là. Même s’il était quatre ou cinq fois plus puissant, il pourrait toujours l’avoir aisément s’il s’y mettait. Il avait indéniablement l’avantage.

Les mains appuyées sur ses genoux fléchis, l’Esprit fixa le namek avec un sourire carnassier qui lui allait redoutablement bien.

-Hé, hé, hé ! Tu te débrouille bien mieux que prévu. Si l’on ne prend en compte que les conditions habituelles t’es largement plus fort que tous les autres de mon univers, si l’on excepte le vieux bien sûr. Je parie même que tu caches encore une plus grande partie de ta puissance. T’es vraiment impressionnant tu sais.

-Cette perspective n’a pas l’air de te gêner outre mesure.

-Non pas vraiment, car j’en ai moi aussi sous le capot, vois-tu.

Tout en se redressant l’Esprit décolla ses mains de ses genoux avant de les serrer. Gast remarqua alors que qu’une aura viollette commençait à apparaitre autour de celui qui contrôlait le corps de Yamcha.

-Tu penses sans doutes que je ne suis pas loin de ma puissance maxi et qu’elle est grosso modo aussi élevée que celle que Yamcha a utilisé lorsqu’il a battu la créature bleue au premier tour. Eh bien, le Grand Vert, laisse-moi te dire que T’ES COMPLETEMENT A CÔTE DE LA PLAQUE !!

D’un coup, l’aura violette émanant de l’Esprit s’étendit largement, réduisant à l’état de cratère la partie de terrain sur laquelle il s’était tenait debout jusqu’alors. Ce nouveau coup de théâtre dépassa largement les pronostics de Gast dont le visage se fendit d’une expression de totale stupeur, à l’instar de tous les sensitifs du stade. La puissance dégagée par cet autre Yamcha n’avait clairement plus rien à voir avec celle que Yamcha avait utilisé pour en finir avec le Cell Junior. C’en était complètement impensable.
C’était également ce que pensais Cell dans le dix-septième univers qui en avait des sueurs froides. Si l’on faisait exception de son Perfect Bust, ce Yamcha à la peau blanche le dépassait, cela ne faisait pas un pli.

Le phénomène n’étonna nullement la bande Krilin dans l’univers 9 qui avaient déjà vu l’Esprit déployé son véritable niveau auparavant, mêmes s’ils pouvaient noter qu’il était maintenant plus élevé qu’auparavant. Soundiata en particulier était même le dernier à être surpris par le spectacle. Pour certaine raison, le fayekono, l’esprit intérieur, d’un combattant particulier était, dans la grande majorité des cas, plus à même d’exploiter le potentiel du corps qu’il dirigeait que celui qu’on appelait le « possesseur primaire ». Etant donné que Yamcha, le possesseur primaire, avait déjà une puissance élevée, celle déployé par l’Esprit ne pouvait être que gigantesque.

Stimulés par le relâchement quasi-complet de son ki, l’Esprit se satisfaisait une dernière fois des traits effarés de son adversaire avant de tendre sa paume droit vers le namek. L’aura qui entourait son corps tout entier s’agita davantage à mesure qu’une boule d’énergie rouge grandissait à vue d’œil devant sa paume, jusqu’à prendre les dimensions d’une sphère pleine de 50 cm de diamètre.
Gast tressaillit en sentant l’énergie accumulé dans ce kikoha. Il y avait largement de quoi blesser gravement un guerrier de son calibre, voire même de le tuer.

-J’espère que t’es prêt le Grand Vert car je t’assure qu’avec ça, ça va péter et pas qu’un peu !! gueula l’Esprit tout en laissant son kikoha fuser, tambour battant, vers le guerrier namek.


Concurrent n°0904(bis)LP34623 : l’Esprit

Origine : Fayekono (véritable seconde personnalité indépendante issue du subconscient) de Yamcha.
Capacités : Capacité martiale exceptionnelle, Capacité d’adaptation évolué, Capacité physique hors du commun.
Classe de Puissance : Classe A rang intermédiaire
Niveau de désastre : Asura


Devant le danger imminent, le namek laissa ses crainte le gagner un bref instant durant, avant que sa volonté ne reprenne pleinement ses droits. D’un mouvement hyper rapide, il ramena sa main, contracta ses muscles à fond tout en y concentrant toute l’énergie qu’il avait accumulé.

-RAAAAAAAH ! Cria Gast tout en effectuant un puissant tranchant de la main qui, non sans d’horrible difficulté, balança la boule d’énergie en direction de l’obscurité spatial.

Sa trajectoire aidant l’attaque finit par percuter une des lunes artificielles gravitant autour de l’astéroïde supportant le stade, engendrant alors une gigantesque explosion. Une détonation dont l’éclat, pourtant lointain, éblouit les spectateurs des gradins et dont le souffle forçat bon nombre de participants et accompagnant à s’accroupir sous la pression.

Appréciant particulièrement le souffle chaud fouettant la surface de sa peau, l’Esprit profita de la sensation un instant supplémentaire avant de baisser son buste vers l’arrière, esquivant le coup pied fouetté du namek qui venait de déplacer hyper rapidement pour le rejoindre. Il enclencha de suite un revers de sa main, qui ne toucha qu’une image rémanente. Loin de paniquer, il stoppa promptement la contre -attaque adverse à l’aide de son avant-bras avant d’entamer à son tour une nouvelle riposte, préambule d’une nouvelle lutte ultra-véloce. Beaucoup plus intense que la précédente cette dernière passe-d ’arme donnait énormément de fil à retordre à ceux qui essayaient de suivre rencontre, quand bien même on parlait des concurrents expérimentés de ce tournois. Et ce n’était pas les Gohan des univers 16 et 18 qui allait affirmer le contraire, car non seulement ils ressentaient un réel inconfort pour décortiquer l’ensemble des mouvements de la paire, mais surtout, ils doutaient sérieusement pouvoir supporter un tel rythme s’ils s’étaient retrouvé à la place d’un des deux combattants.

Une feinte de l’Esprit amena finalement à une erreur d’interprétation de la part de Gast, immédiatement sanctionné par un coup de poing sur la joue, suivie d’un coup de paume à l’abdomen qui le fît pouffer de douleur. Complètement désarçonné et littéralement plié en deux, le namek ne pût qu’encaisser un coup des deux poings joints derrière la nuque qui l’expulsa hors du champs d’attraction de la planète-ring, plus précisément au niveau de l’espace 13 où Vegéta et ses sous-fifre furent rejetés en arrière par l’onde de choc résultant du terrible crash du namek sur le sol, désormais déformé, de leurs espace.

Plus rapide à se relever que ses subordonnées, l’empereur Végéta rejeta sa cape en arrière avant de s’avancer prudemment vers le cratère qui rejetait une belle quantité de particules poussiéreuse, l’empêchant de constater si oui ou non le namek était toujours en état de combattre. Non pas qu’il s’inquiétait de son état, loin de là, mais comme tout le monde il voulait savoir jusqu’où l’endurance de ce Gast, largement plus puissant que tous les nameks qu’ils avaient tué jadis, pouvait aller.
L’empereur saïyan détourna son attention du lieu du crash au moment où l’Esprit s’y posa à proximité. Les bras croisés, le fayékono toisa du coin de l’œil l’ex-prince qui, bien qu’il n’eût pas baisé les yeux, ne pût cacher un certain malaise devant le regard inquisiteur de l’homme à la peau diaphane. Après avoir poussé un bref soupir, le fayekono se désintéressa du leader de l’univers 13 pour reporter son attention vers le cratère.
Le prince Végéta ? Pfff ! Juste une vieille relique d’un passé depuis longtemps révolu qu’il pourrait balayer d’un seul coup. Quand bien même celui-ci pourrait se transformer en l’un de ses super machins aux cheveux jaune, l’instinct de l’Esprit lui disait que ce pathétique ennemi ne ferait pas du tout le poids face à ses camarades de l’univers 9. Peut-être que Cole se ferait battre, mais c’est tout ce que cet empereur de pacotille pourrait espérer, et encore. Rien à voir avec ce Gast qu’il savait pratiquement indemne.

-Hep ! Le Grand Vert, relève-toi ! Ne me dis surtout pas que cette petite pichenette a suffi à t’envoyer au tapis pour de bon, ça m’énerverait plus qu’autre chose !

Le voile de poussière en suspension fût alors balayé d’un coup, dévoilant alors un Gast parfaitement calme. Lévitant doucement au-dessus du sol déformé, l’hyper namek jeta son regard neutre vers son adversaire qui lui répondit par un sourire bien garnis. Et pour cause, le « Grand Vert », comme il l’aimait tant l’appeler, était entouré par une puissante aura. Indice parmi tant d’autres que son niveau de ki augmentait de seconde en seconde, et pas qu’un peu. Les sensitifs du stade constataient que le niveau de ce Gast se rapprochait dangereusement de celui de son adversaire, ce qui était loin de déplaire à ce dernier.

-Excellent ! Tu te décides enfin d’enclencher la seconde ? poursuivons donc notre petit jeu !

-Désolé de te décevoir, mais je ne suis pas là pour m’amuser. Je vais en finir maintenant avec ce combat.

-Ha,ha, ha ! Eh bien viens donc alors !

à suivre
Dernière édition par broly97 le Lun Nov 30, 2020 6:01, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
broly97
 
Messages: 979
Inscription: Mar Avr 10, 2012 19:48

Re: DBM vs Fanfics

Messagepar broly97 le Lun Nov 30, 2020 3:26

DBM vs la z-team vs l'Organisation du Commercer des Mondes


Gast vs Yamcha/l'Esprit P2


Sans lâcher du regard le fayekono, qui lui accordait son habituel sourire narquois, Gast se posa lentement sur le sol de l’espace 13. Il devina aisément le plaisir qu’avait cet humain à poursuivre ce duel, tenant davantage de la récréation à ses yeux. Le namek connaissait ce genre d’individu, il avait largement eu l’occasion d’en côtoyer au cours de sa longue quête pour se séparer. Ils avaient cependant été très rare à avoir eu le potentiel pour ne serait-ce qu’être un motif d’inquiétude pour lui. Ces cas se comptaient d’ailleurs sur les doigts de ses mains, qui n’en avaient que quatre chacune, et celui qui contrôlait le corps de Yamcha faisait aisément parti de cette liste. C’est dire son mérite et surtout la puissance qu’il avait à disposition. Mais était-ce vraiment surprenant au vu des monstres qui s’étaient manifestés au cours de ce tournois ? Pas vraiment aux yeux de l’hyper namek, qui aurait aimé éviter d’affronter ce genre d’adversaire jusqu’aux tout derniers tours de la compétition. Tant pis, il faudra qu’il s’y mette plus sérieusement que prévu pour s’imposer, ce qui sera loin d’être une mince affaire. Gast entama, d’un pas pesant mais solennel, son approche vers l’Esprit, lequel consentit à décroiser les bras pour imiter son opposant.

Intimidés par ce qu’ils considéraient être deux forces de la nature, Végéta et ses subordonnées reculèrent de quelques pas afin de laisser le champ libre au namek et au terrien qui achevèrent leur avancée lorsqu’ils se retrouvèrent nez à nez, l’un devant l’autre. De sa plus haute stature, l’hyper combattant de l’univers 7 obliqua son cou vers le bas afin que ses traits, chargés d’une froide sévérité, défient l’expression emplie d’audace de l’Esprit tournée vers le haut. Au duel de regards, vint s’ajouter la confrontation d’aura. L’énergie empourprée de l’Esprit et le ki éclatant de Gast entrèrent alors dans une belliqueuse valse. Un violent, intimidant mais néanmoins fascinant interlude avant l’imminent spectacle qui allait suivre.

-Amène-toi, invita l’Esprit.

-Avec plaisir.

Un crochet de Gast, aussitôt capté par la paume de l’Esprit, balaya d’un coup les deux auras, rejetées aux quatre vents par une puissante vague d’air à haute pression. Le phénomène déforma la moitié du sol de l’espace 13 sous l’œil médusé de ses résidents qui eurent à supporter une brève mais forte secousse. Tout laissait supposer que cette phase de combat n’allait pas être plus tranquille que la précédente.

Pas vraiment affecté par l’attaque et loin d’être contrarié de devoir s’y mettre vraiment pour retenir le poing qui faisait trembler son bras, le fayékono accorda un large sourire au namek.

- Balaise, admit l’Esprit.

Pour toute réponse, Gast lança un coup de pied fouetté vers la tempe de son adversaire. Son avant-bras permit au fayekono de bloquer l’attaque adverse avant de lancer son genou, dont la seule prise fût une image rémanente du namek. Le mirage laissé par la transposition n’avait pas fini de s’évanouir que l’Esprit disparut à son tour en hypervitesse, laissant la charge par derrière du namek brasser de l’air. D’un mouvement réflexe Gast envoya son coude sur le flanc, contrant celui de son opposant.
L’entrechoc fît vibrer l’air du stade au même titre que le coude des deux opposants, aussitôt contraints de reculer de quelques mètres en arrière sur le coup. La poussière soulevée par le vis-à-vis avait à peine entamé sa phase descendante que les deux opposants avaient déjà assurés leurs appuis avant de bondir l’un vers l’autre.
Les tympans des spectateurs grondèrent au rythme des frappes des deux concurrents qui gagnaient peu à peu en altitude tout en poursuivant leur belliqueuse valse. Même s’ils étaient bien incapables de discerner un dix-millième des coups échangés, les spectateurs des gradins en percevaient bien assez pour comprendre qu’ils contemplaient un combat de haut niveau, et ce n’étaient surement pas les concurrents ainsi que ceux qui les accompagnaient qui allaient prétendre le contraire. Pour leur part, Buu et Gohan estimaient que Gast et ce Yamcha auraient pu vaincre à coups sûrs le Buu qui avait absorbé Piccolo et Gotenks il y a vingt ans de cela. Un constat qui inspira stupéfaction et interrogation pour le saïyan et ravissement ainsi que convoitise pour le djinn.

Un rapide et habile décalage latéral permit à Gast de laisser non seulement passer la semelle de l’Esprit, mais aussi d’attraper ce dernier au niveau du tibia. Le fayekono eut à peine le temps de prendre conscience de sa situation, qu’il était déjà en train de tournoyer autour du namek toujours plus entraîné dans son mouvement rotatoire.
Estimant avoir atteint une vitesse angulaire suffisante, Gast lâcha sans autre forme de procès l’humain à l’épiderme blanche droit vers la planète-ring. Un gigantesque geyser de poussière et de pierres ponctua la violente collision entre le fayékono et la surface de combat, marquée pour le coup par une profonde cavité qui ne fût pas voilée bien longtemps par le nuage de micro-débris en suspensions. Et pour cause un puissant souffle dispersa aussitôt la purée de pois, dévoilant ainsi l’humain à la peau diaphane qui s’était déjà remis debout. L’expression de ce dernier se fît féroce et son œil courroucé fixa la position de Gast Carcolh qui fonçait déjà pour le rejoindre.
Sans attendre, il créa plusieurs boules d’énergie rouge sang, gravitant activement tout autour de sa personne.

-Sokidan ! Annonça le concurrent de l’univers 9 tout en envoyant les projectiles écarlates vers son opposant.

Si dans un premier temps, Gast parvint à éviter l’ensemble des kikohas, il manqua d’être fauché de peu par le dernier qu’il avait déjà esquivé auparavant.

« Quoi ! Mais…. », s’étonna le namek avant de jeter un bref coup d’œil vers l’autre Yamcha qui fixa la scène tout en agitant frénétiquement les doigts de sa main gauche. « Tss ! téléguidés ».

Usant adroitement de ses sens sur-développés et de ses réflexes supérieurs, l’hyper namek évita successivement l’ensemble des sokidans tout en analysant leurs trajectoires.

« … Maintenant ! » Pensa le combattant de l’univers 7 tout en accélérant brusquement.

Il profita que la plupart des boules soient à l’arrêt pour les découper du tranchant de sa main en un instant. Son forfait accompli, Gast s’éloigna une trentaine de mètre plus loin en un clin d’œil, juste avant que les sokidans n’explosent de concert.

-Ce n’est pas finis !

Alerte, l’hyper namek tourna son regard pour constater que son adversaire se trouvait désormais à ses côtés, les doigts de sa main recroquevillée tels les serres d’un féroce rapace. D’instinct, l’hyper namek dressa immédiatement une garde en croix au moment où l’Esprit cria :

-La Griffe du Loup Obscur !

Aussi vifs que la foudre et aussi implacable qu’un tsunami, les doigts surpuissants du fayekono frappèrent sans faillir la garde du namek qui eut alor une bien mauvaise surprise. Au lieu que la force résultante de l’attaque ne se propage à travers tout son corps, elle resta inexplicablement concentrée au niveau de la zone d’impact, transperçant même la garde pour enfoncer le torse du namek dont la mâchoire s’ouvrit en grand pour laisser s’écouler une lourde quantité de salive.
Son ennemi complètement à sa merci, l’Esprit ne se fit pas prier pour profiter de la situation. Durant les quelques secondes qui suivirent, le corps de Gast s’agita au rythme des attaques de percussions du fayekono qui ponctua le traitement par un coup des deux poings joints derrière le crâne. La chute du namek s’acheva, non sans tonitruance, sur la planète-ring qui gagna un deuxième fossé, encore plus profond et étendu que le précédent.
Sa tâche achevée et sa frustration désormais envolée, l’Esprit se posa tranquillement à proximité de la fosse. De nouveau les bras croisés il observa avec satisfaction l’hyper namek étendu et à moitié enterré sous la roche. Une position qu’il avait lui-même occupée il y a peu.

-Hé, hé, hé ! À charge de revanche, le Grand Vert.

Constatant que le concurrent de l’univers 7 ne se relevait pas, l’arbitre de la rencontre décida d’agir.

-Gast est à terre ! Le décompte commence : 1, 2, 3,…

Malgré la satisfaction, que lui avait procuré sa performance, l’Esprit ressentait comme un goût d’inachevé. Comme si cette rencontre n’avait pas livré son plein potentiel. Sa frustration rejaillit aussi sec, mais cette fois pour d’autre motif.

-Humph ! Est-ce là les limites de ta motivation, le Grand Vert ? Je dois dire que je suis un peu déçu.

Cette dernière remarque de l’Esprit n’avait pas eu pour vocation d’être entendu. Toutefois, l’exceptionnelle ouïe namek aidant, Gast n’avait raté aucune des syllabes émises par son adversaire malgré son état précaire. Cela le mit hors de lui. Cet étranger se moquait ni plus ni moins de la volonté d’un peuple entier qui a sacrifié le luxe de l’individualité pour non seulement se sauver d’un génocide annoncé mais aussi pour débarrasser son univers de ses pires menaces. Il ne fustigeait pas particulièrement cet homme et ses motivations purement fantaisistes, mais il ne lui permettrait sûrement pas de se moquer de l’esprit de son peuple sans réagir.
Dans un sursaut d’orgueil, le namek fit fît de sa douleur et mobilisa ses forces. Lentement mais surement, il se redressa jusqu’à se remettre sur pied, non sans un incroyable effort de concentration. Il parvînt même à sauter hors du cratère pour se tenir devant l’Esprit, soutenant de nouveau son regard de façon convenable.


- Gast s’étant relevé, le combat peut reprendre !



Malgré cette remontée, dans tous les sens du terme, l’hyper namek avait le souffle un peu court, les attaques qu’il avait subies pesaient encore lourdement sur son corps.

-Eh bien, eh bien ! T’as pas l’air dans ton assiette, le Grand Vert. Ça va être ok pour toi ?

-Tss ! Ne t’inquiète pas pour moi. Parlons plutôt de ton coup de tout à l’heure. L’attaque était bien plus puissante qu’elle l’aurait dû être. Laisse-moi deviner, tu concentres l’ensemble de ton ki sur ton poing puis le relâche au dernier moment afin de concentrer la force d’impact sur une zone limitée du corps pour décupler les dommages subit, n’est-ce pas ?

l’Esprit poussa un sifflement amusé.

-Oh, oh ! Pas mal, pas mal, Rutherford ! Je ne pensais pas que tu aurais trouvé le truc aussi vite, même si c’est un peu plus compliqué à faire qu’à dire. Dis-moi, comment as-tu fait pour deviner du premier coup ?

-Je n’ai pas deviné du premier coup.

-Hmm ?

-Cette technique-là, « la Griffe du Loup », avaient également été utilisé par ce jeune homme aux cheveux roux, ainsi qu’un dérivé par l’homme aux trois yeux de ton univers durant leur combat respectif. L’impact de leurs attaques étaient plus importante qu’attendu. J’avais pensé à plusieurs hypothèses, mais ce ne fût qu’après avoir encaissé ton attaque moi-même que j’ai pu trancher.

-Hé, hé, hé ! Je vois. Malheureusement pour toi, cela ne te sert pas à grand-chose de comprendre le fonctionnement de mon attaque. Si on est à égalité question vitesse de déplacement, j’ai par contre l’avantage niveau puissance de frappe. Les jeux semblent être faits le Grand Vert.

-Non, je ne pense pas.

En même temps qu’il se concentra, Gast poussa une longue et profonde inspiration, sa masse musculaire se réduisit significativement, lui donnant une apparence plus élancée. A l’instar des spectateurs, le phénomène intrigua l’Esprit, qui ne se laissa pas impressionner pour autant. Le namek effectua un bond en arrière pour prendre ses distances, avant de se mettre en position de combat. Une position laissant deviner que son premier coup viendrait de son poing.

-¡ El Canon…, commença Gast l’air solennel. 

Sentant que son adversaire préparait quelque chose de tout sauf agréable pour lui, l’Esprit renforça son attention et se prépara à réagir à toute éventualité.

…de los siete dragones ! acheva-t-il tout en lançant son poing.

Grâce à des réflexes salvateurs, la tête de l’Esprit se pencha immédiatement sur le côté, esquivant d’extrême justesse le projectile qui est venu à lui à une déconcertante célérité. Encore choqué par cet événement inattendu, l’Esprit sentit à peine le petit filet de sang jaillir tel un geyser de sa joue légèrement égratignée par l’attaque du namek. Ayant un tant soit peu encaissé le choc de la surprise, le fayekono tourna son regard afin de confirmer si ce qu’il avait vu était bien ce qui avait manqué de le frapper. L’une des tâches rose typique parsemant les bras de ces nameks fût sa première vision. Une tâche anormalement étirée du fait du bras considérablement allongé de son adversaire dont le poing a failli le frapper.

« Putain de merde ! Ça, le Démon Piccolo ne l’avait jamais montré »

Constatant que son adversaire ne s’était pas tout à fait remis de la surprise, Gast réagit aussitôt. Il lança son deuxième bras qui s’étira à son tour à une vitesse incroyable, agrippant dans l’instant l’épaule du fayekono désagréablement surpris une fois encore.

-Fait chier ! Jura l’Esprit qui tenta en vain de faire lâcher sa prise au namek, dont le premier bras avait déjà repris des proportions normales.

-¡ La Hoz…

D’une brève contraction des muscles, Gast força le bras agrippant son adversaire à reprendre ses dimensions d’origines, lui permettant de rejoindre son adversaire, le bras paré à frapper.

-… de los siete dragones ! Annonça le namek au moment où son avant-bras cogna le torse adverse avec une force inimaginable.

En plus d’avoir coupé net le souffle de l’Esprit et d’avoir complètement mis sa tête en vrac grâce à se détonnant lariat, Gast lui offrit en supplément un formidable vol plané. Un parcours qui s’acheva brutalement lorsque le dos de l’humain cogna le bouclier protégeant le public, forçant la bouche du fayekono à laisser échapper un puissant cri de douleur.
Gast s’envola immédiatement vers son adversaire, et arrivé à mi-chemin il s’arrêta net tout en lançant ses jambes étirées dont les pieds s’accrochèrent aux aisselles de son opposant. D’une rapide torsion, le namek enroula ses jambes, formant un ensemble ressemblant à une corde solidement liée à l’Esprit. Sans attendre, le namek bascula son torse en arrière et souleva le fayekono haut dans le ciel via la corde formée par ses deux jambes. Ce fût ce moment que Gast choisit de relâcher toute la tension liant ses deux jambes tout en abattant l’autre Yamcha tout droit vers le ring.

-¡ El Martillo de los siete dragones !

Lorsque l’Esprit fracassa le ring, ce dernier fût amputé du cinquième de sa surface, envolé dans le ciel sous forme de débris et de poussière. Gast, dont les membres ont entretemps repris leurs tailles initiales, atterrit aux bords du nouveau cratère fraichement formé par ses soins. En son centre était allongé l’Esprit complètement dans les vapes.

-Et à charge de revanche, humain, répliqua ironiquement le namek.

-Yamcha est à terre ! Nous commençons le décompte ! 1, 2,3…

Si dans les premières secondes du décompte, le fayekono ne remua pas un cil, au bout de la vingt-cinquième il s’extirpa du cratère d’un large bond, atterrissant à environs une dizaine de mètres de son opposant. La respiration bruyante et haletante de l’humain confirma au namek qu’il était tous sauf indemne après cet enchaînement d’attaque. C’était de bon augure pour la suite.

-C…Haa ! C’était… Haa !... Quoi ce numéro de … Plastic Boy… Haa ?

- Vois-tu, les tissus de notre corps à nous, les namek, sont naturellement souples, à un point tel que l’on peut modifier la taille de nos membres à des dimensions que tu n’imagines même pas.

Comme pour donner un exemple, Gast saisit l’un de ses doigts qu’il tira, le faisaient s’étirer de plusieurs dizaines de centimètres, puis l’enroula autour de sa main avant de le laisser prendre ses dimensions d’origines.

-Pour ma part j’ai, sans me vanter, poussé cette caractéristique à son paroxysme, et maintenant mon corps est quasiment aussi élastique du caoutchouc. Ainsi, en profitant de l’élan que je donne à mes membres lors de mes attaques, je peux ajouter un large surplus de force cinétique à mes attaques qui ont l’avantage d’être plus redoutables que les précédentes en plus de pouvoir t’atteindre à distance.

-Haaa… Haaa… Pas … Haa… Pas mal. Mais… Haa… Pourquoi tu t’en… Haaa es pas servis plus tôt ?

-Je ne sais pas si tu l’as remarqué, mais les attaques que j’utilise sont un brin grotesque, pour ne pas dire loufoques. Dans la mesure du possible je préfère ne pas les utiliser, mais tu ne me laisses pas vraiment le choix.

-Hé… Haa !...Hé, hé ! Dommage que… Haa ! Tu sois si… coincé… Haa ! Cette… Haa !... Technique dépote. Enfin, la … Haa… Bonne nouvelle c’est que… Haa… il semble que Haa… Je t’ai repoussé dans tes… retranchements.


Malgré l’inconfort généré par la douleur, l’Esprit prit sur lui-même pour prendre une position bien connue par tous ceux qui ont connu un Yamcha dans leur univers respectif, particulièrement Goku et Vegetto qui ne purent que reconnaitre la marque de fabrique de l’ex-bandit du désert.

-Il est… temps de me repousser dans mes retranchements également.

Grâce à son œil aguerris, Gast eut à peine le temps de voir son adversaire tapé cinq fois au sol ultra rapidement, avant de disparaître d’un coup, surprenant le namek au passage. De suite, Gast enclencha un direct qui toucha une image rémanente du fayekono en pleine charge qui le traversa.

-Technique du Loup Obscur… susurra l’Esprit qui se trouvait juste à côté du namek.

Par réflexe, Gast lança sa jambe vers son adversaire qui s’était entretemps éclipsé, laissant une seconde image rémanente, produit de son nouveau déplacement hyper rapide. De nouveau surpris de n’avoir brassé que de l’air, Gast remarqua un instant trop tard que l’humain était maintenant posté juste devant lui, les doigts des mains férocement pliés et prêt à être déployé.

-… La Déferlante Lycantrophique !


Gast eu tout juste le temps de mettre ses mains en opposition pour parer les premières attaques de son adversaire, qu’elles furent suivies par des milliers d’autres dans la seconde. Dès l’amorce de l’offensive, le combattant de l’univers 7 sentit aussitôt que les dégâts infligés par chaque coup se trouvaient anormalement concentré sur la zone d’impact, augmentant ainsi sa douleur et rendant la défense beaucoup plus difficile à maintenir.

« Mince ! Il enchaîne ses Griffes du Loup ! A ce rythme-là, je… AAArgh !»

N’y tenant plus, le namek relâcha finalement sa garde, une opportunité que l’Esprit saisit immédiatement, en plaquant ses deux paumes sur le torse du namek.

-Technique du Loup Obscur : …

« Enfer ! vite… ! »

-…La Patte du Canidé Sauvage !

-¡… de los siete dragones !

Un kiaï d’une formidable intensité s’échappa des paumes de l’Esprit, traversant le torse du namek dont les organes internes subirent une terrible compression. Gast ne pût alors que sentir une profonde et horrible douleur tirailler chaque centimètre carré de son être. Une torture d’un nouveau genre qui était si intense, que le namek remarqua à peine qu’il vomissait encore son propre sang pourpre lorsque ses souliers purent enfin stopper sa glissade non consentit.
Gravement atteint par l’attaque et lourdement soumis à la douleur qui en a résulté, le concurrent de l’univers 7 haletant se mit à genou presque sans résistance. Il parvînt néanmoins à rassembler assez de force et de volonté pour fixer son adversaire.

-Haa !... Haa… ! Tu… Tu as relâché un impact d’énergie qui… Haa ! Haa !... ne cause que Haa !... que des dégâts internes. N… N’est ce pas ?

-Bien deviné le Grand Vert je n’en attendais pas moins de toi, lui confirma l’Esprit avec un sourire satisfait, qui ne pouvait néanmoins pas dissimuler une certaine perplexité visible sur ses traits. Par contre il semble qu’elle n’a pas vraiment marché comme prévu. Normalement t’aurait dût en baver beaucoup plus, et tomber dans les pommes pour un bon moment. Laisse-moi deviner, t’as utilisé une autre de tes techniques louches, c’est ça ?

Gast profita de ces quelques instants d’accalmie pour se remettre de l’attaque. Fort heureusement sa nature de namek, ou plutôt d’hyper namek, faisait qu’il pouvait autorégénéré discrètement ses organes touchés, même si cela lui coûtait une quantité non négligeable d’énergie et que quelques dizaines de secondes supplémentaires étaient nécessaire pour compléter le processus. Il fallait qu’il gagne davantage de temps avant d’engager le combat de nouveau.

-«El Chaleco de los siete dragones »,cita Gast. T… Tout comme mes bras et mes jambes tout à l’heure, cette technique me permet d’augmenter l’élasticité de mon torse et de mes organes internes. Même si de base, l’impact créé par ta technique aurait uniquement dût se concentrer sur la partie ventrale de mon corps, j’ai pu grâce à cette technique absorber le gros du choc en répartissant l’impact à travers l’ensemble de tout mon corps. Même si ton attaque m’a atteint, elle n’a pas été décisive.

-Hmm ! En gros tu t’es transformé en gilet par balle ambulant. Pas mal du tout.

-Gilet parbale ?... Même si je ne sais pas de quoi tu veux parler, je pense que tu as globalement compris, fît Gast tout en se redressant pleinement.

- En tout cas ce que moi j’ai compris c’est que vu l’état dans lequel t’es, avec deux ou trois coups comme ça ton compte sera bon, le Grand Vert.

-Il faudrait déjà que tu m’attrapes, et contrairement à ce que tu veux nous faire croire, toi non plus tu n’es pas ressorti indemne de mes dernières attaques. Il ne m’en faudra pas tant que ça pour te terrasser.

-Hé, hé, hé ! Cela reste à voir, le Grand Vert, assura l’Esprit tout en reprenant sa garde, suivit de Gast plus que jamais sur le qui-vive.

Les yeux braqués vers la planètes-ring, les spectateurs et concurrents avisèrent les deux combattants sans emettre le moindre son. Ce silence quasi-religieux s’expliquait en partie par cette étrange atmosphère précédant l’acte décisif d’un vis-à-vis. Peu importait leur force et l’étendue de leur expérience au combat, tous ceux présent dans le stade avait l’étrange sensation que la phase à venir serait la dernière.
De longues secondes durant, les deux adversaires s’échangèrent ainsi leur regard le plus profond, espérant déceler la moindre faille dans la garde de l’autre ou au moins le plus petit signe d’inattention sur le visage adverse. Cette tension palpable s’étendit même à leurs auras qui valsèrent lentement autour du duo. Finalement, pour on ne sait quelle raison, une pierre du ring se cassa toute seule en deux, émettant un bruit sec qui alerta les deux combattants. Rejetant d’un coup leur aura respectives, Gast et l’Esprit se foncèrent aussitôt dessus, aux grands ravissements des spectateurs qui n’en pouvaient plus de l’attente.

D’un nouvel entrechoc de leur poing, ils firent de nouveau trembler le stade.
Une rencontre de leur crochet respectif, et ce fut une seconde secousse qui suivit.
L’impact entre leurs avant-bras provoqua un troisième tremblement d’astéroïde.
La collision de leur tibias précéda une quatrième réplique.
Puis une cinquième.
Puis une sixième.
Et enfin une septième au cours duquel ils finirent par se repousser simultanément en l’arrière sur plusieurs dizaines de mètres, suite à l’accrochage de trop.

A peine avait-il assuré ses appuis que Gast prépara déjà sa prochaine attaque, au même titre que son adversaire.

-¡ El canon…

-La Technique du Loup Obscur :…

-… de Los siete dragones !

-… le Poing fermé du Loup Obscur !

En un instant, le poing élastique de Gast se cogna à une vitesse folle contre le poing d’acier du fayekono, malmenant une nouvelle fois l’air artificielle du stade via une nouvelle onde de choc destructrice. Cette nouvelle confrontation aboutit à une impasse, forçant Gast à ramener son bras à sa dimension d’origine et à repenser son approche. Il ne fallait surtout pas laisser souffler l’humain, si une attaque ne suffisait pas alors une multitude d’autres devrait l’acculer. L’hyper namek prépara alors ses deux poings serrés.

-¡ El Bombardeo de los siete dracones !


Si dans un premier temps, l’Esprit pût repousser de justesse les premières salves d’attaques aux poings du namek, il remarqua au fur et à mesure que la fréquence des assauts augmentait sensiblement, le mettant de plus en plus en porte-à-faux. S’il restait cantonné à la défense il allait se faire avoir à coup sûr. A force de patience, le fayekono parvint néanmoins à saisir plus ou moins le rythme des attaques de son opposant, et ce fût lors d’un furtif moment de répit qu’il amorça la contre-attaque.

-La Technique du Loup Obscur : La Déferlante lycantrophique ! fît l’Esprit tout en lançant sa propre rafale de coups de poing pour bloquer celle du namek, mettant petit à petit les deux combattants sur un pied d’égalité.

La surface de combat ne tarda alors pas à être davantage ébranlée par les chocs successifs entre les deux adversaires qui ne ménageaient pas leur effort pour lancer leurs poings en continu à une inimaginable célérité qui dépassait, sans aucun doute, plusieurs centaines de fois la vitesse du son.
Un ultime impact plus puissant que les autres finit par déséquilibrer les deux concurrents qui cessèrent aussitôt leur offensive pour mieux se reprendre. Fixant sa semelle droite au sol, Gast élança, au sens propre du terme, son pied gauche vers l’Esprit qui contra avec son propre pied. Loin d’être découragé, le namek ramena sa jambe vers lui, avant de la relancer, cette fois avec bien plus d’entrain.

-¡ La Ráfaga de los siete dracones !

-Et tu penses vraiment que ça suffira ?! cria l’Esprit tout en lançant sa jambe pour bloquer les innombrables attaques qui lui étaient destinés.

Les centaines de coups de pieds échangés à la seconde firent tourner la tête de plus d’un spectateur qui n’avait pas l’œil assez entraîné pour suivre convenablement. Toutefois le public dans les gradins n’en avait cure et décida de les encourager davantage. Durant de longues secondes la clameur monta jusqu’à atteindre son paroxysme au moment où la paire, érodée par ces couteux efforts, mit un terme à cet échange interminable de concert. Seuls les plus habiles perçurent alors le saut hypersonique du duo qui suivit, ainsi que le reste des évènements.

Les deux protagonistes se boxant sévèrement la mâchoire.
Gast se posant puis disparaissant de la surface de la planète-ring, aussitôt fracassée par le poing de l’Esprit.
Le fayékono contrant de son poing une attaque par derrière.
Un mouvement ultrasonique d’un côté.
Une impulsion ultrarapide de l’autre.
Et un nouveaux coup simultané encaissé à la joue.

Le pugilat se poursuivit au rythme des déplacements toujours plus rapides et des attaques toujours plus percutantes à travers toute la surface de combat jusqu’à ce que Gast, qui a encaissé l’attaque de trop, ne montre finalement des premiers signes d’une véritable défaillance qui le fît trébucher.

-Mince ! jura le namek.

« Jouable » pensa l’Esprit tout en préparant son coup.

-La Technique du Loup Obscur : Le Poing fermé du Loup Obscur !

Sûr et certain d’avoir son adversaire, l’Esprit fût d’autant plus effaré lorsque son attaque ne toucha qu’une image rémanente. Ce fût à ce moment que Gast réapparut juste devant lui, les deux bras allongés en arrière sur plusieurs dizaines de mètres au bout desquelles les deux paumes étaient maintenant parées à frapper le fayekono qui savait qu’il ne pourrait se soustraire à ce qui allait suivre.

-¡ El Doble canon de los siete dracones !

En moins de temps qu’il n’en fallait pour l’imaginer, les deux bras se rétractèrent d’un coup et Gast projeta ses paumes chargées d’énergie cinétique en plein sur la ceinture abdominale de l’Esprit qui en eut le souffle coupé juste avant de cracher son sang écarlate et de défaillir.

Bien que satisfait que sa ruse ait réussi, Gast fût pour le moins perplexe. Au moment où il avait frappé l’humain, il avait clairement senti que le torse de ce dernier avait été beaucoup plus solide qu’à l’accoutumée. Gast n’eut pas le temps de pousser plus loin la réflexion qu’il sentit la semelle de son adversaire pilé brutalement sa chaussure. Interloqué dans un premier temps, le namek tenta de faire bouger son pied, en vain. Surpris que l’autre Yamcha puisse encore déployer une telle force après avoir encaissé sa dernière attaque, Gast tourna son regard vers le visage de son adversaire qui lui adressa un regard triomphant, malgré la grimace indiquant l’évidente douleur qu’il devait supporter pour maintenir ses efforts.

-Hé, hé ! Bien utile le « Corps d’Acier » de Tenshinhan. Enfin, maintenant que je t’ai eu cette fois tu ne fileras plus le Grand Vert !

Le fayekono plaqua sans attendre les paumes de ses mains sur le torse du combattant de l’univers 7 qui, à sa grande horreur, savait ce qui allait suivre et se prépara en conséquence.

-Technique du Loups Obscur : La Patte du Canidé Sauvage !

-¡ El Chaleco de los siete dragones !

L’hyper namek eut tout juste le temps de renforcer l’élasticité et la souplesse de son corps entier que son adversaire lança un formidable kiaï qui le traversa de part en part, compressant de nouveau ses organes interne de la plus terrible des manières. Alors que l’horrible douleur éclata de nouveau à travers le corps de Gast, l’Esprit qui savait très bien que son adversaire avait résisté à l’attaque sourit de plus belle.

-Coup Double !

-Chié ! fît Gast tout en balançant aussitôt un kikoha à ses pieds


Presque aussitôt que l’explosion retentit les spectateurs attentifs purent apercevoir une silhouette s’échapper de la déflagration tout juste provoquer. En tournant leur regard vers le haut, ils constatèrent que ladite silhouette n’était nulle autre que Gast. Le souffle plus court que jamais, le namek semblait avoir été atteint par la dernière attaque de son adversaire. En effet, il compressait les doigts de sa main sur son torse afin de rendre la douleur moins pénible. En se tournant cette fois vers le ring, les spectateurs aperçurent l’Esprit qui lui était resté sur les lieux de l’explosion. Pas plus perturbé que ça par les retombés du kikohas, le fayekono, qui avait lui aussi accumulé un nombre conséquent de blessure, fixa Gast dans les airs avec mécontentement.

-Putain de merde ! À cause de sa foutue boule d’énergie, il a pu abimer le ring afin de donner assez d’espace à son pied pour se retirer et donc éviter le gros des dégâts de ma deuxième attaque. Chio… Urgh !

Une vive douleur aux côtes rappela au fayekono que même s’il avait fini par dominer cet échange cela ne s’était pas fait sans mal, loin de là. Il fallait qu’il finisse la rencontre au plus vite, et il avait la technique idéale pour ça. Une aura bleue marine commença alors à se manifester autour de son avant-bras droit…

Lorsqu’il remarqua que l’autre Yamcha préparait quelque chose, un Gast blessé et largement essoufflé fixa davantage son regard vers son adversaire. Les jambes pliées et parées à bondir, le fayekono brandissait son poing entièrement recouvert par une espèce de construction énergétique en forme de tête de loup aux traits féroces. S’étendant de l’avant-bras jusqu’aux phalanges, l’imposante construction bleue marine, qui semblait être un énorme gantelet de combat, dégageait une impressionnante quantité d’aura. Pratiquement l’ensemble des réserves de cet autre Yamcha. La perspective des dommages qu’il pourrait lui occasionner fît froid dans le dos au namek l’espace d’une seconde.

-Le Ceste du Loup ! Gueula l’Esprit en grande fanfare, comme pour inviter son opposant à venir le défier.

Au vu de la quantité d’énergie concentrée en un seul poing et de l’état de fatigue du propriétaire dudit poing, il ne faisait aucun doute pour l’hyper namek que son adversaire allait chercher à en finir avec cette ultime offensive qui serait sans nulle doute aussi brutale que frontale. Bien que Gast avait déjà imaginé deux ou trois tactiques pour prendre son adversaire à revers, il n’était en ce moment pas d’humeur pour la contre-attaque subtile. Tant pis pour la prudence, il allait contrer ce dernier coup avec un autre encore plus incroyable.
Rassemblant la quasi-totalité de son énergie et de ses nutriments utiles, Gast malaxa l’ensemble tout au long de son bras. Sans détourner son regard volontaire de son adversaire, il brandit alors son poing vers le haut. Un poing qui prit d’un coup de gargantuesques dimensions, au même titre que le reste du bras qui était devenu celui d’un véritable géant.

-¡La Garra gigantesca del dragon !

La stupéfaction suivit de l’appréhension frappèrent le public et nombre de concurrents, tandis que ce fût l’ébahissement qui en submergea d’autres.
L’Esprit pour sa part entrait dans la deuxième catégorie. Il lui fallut un peu de temps pour se remettre les idées en place et se préparer pour ce qui allait être le clash final selon toute vraisemblance.

-Voilà donc ta réponse à mon Ceste du Loup, le Grand Vert ! Excellent, je n’en attendais pas moins de toi. En avant !!

Relâchant d’un coup toute la tension placée sur ses genoux, l’Esprit prit alors son envol de la planète-ring, dont les derniers vestiges se disloquèrent avec fracas suite au décollage.
Gast réagit immédiatement, fonçant à toute vapeur vers le bas. Il se retrouva presque aussitôt à bonne distance d’attaques, au même titre que son adversaire.

-¡ El Gigantesco Canon de los siete dragones !

-Le Poing Enragé du Loup Obscur !


Écrasant. Outrageusement écrasant. Voilà ce que ressentirent les spectateurs des 20 espaces, lorsqu’ils furent à moitié compressé par la vague de choc engendrée par la collision entre les deux attaques qui submergea l’ensemble du stade puis de l’astéroïde, soumis à de violentes secousses.
Certains qui n’avaient pas eu la chance d’être protégés par le bouclier vargas furent épargnés de cette désagréable sensation d’écrasement grâce à des proches à la puissance assez élevée pour que leurs simples présences suffisent à détourner les effets de l’entrechoc. Soundiata était de ceux-là, et bien qu’il sût que ses amis auraient aisément pu supporter ce désagréable phénomène par eux-mêmes, il s’était tout de même permis de déployer sa propre aura au moment opportun, pour qu’ils ne ressentent tous qu’une simple petite brise. Pour le commun des mortels, et même des utilisateurs du Ki, la performance relevait de l’extraordinaire, mais pour un guerrier mandigwan d’élite de son acabit cet exercice n’était pas plus compliqué que d’avancer le pied gauche devant le droit et vice-versa. Il avait alors eu tout le loisir d’assister à la conclusion du match. De la collision entre la gigantesque main et du ceste énergétique, suivit des efforts déployés par les deux parties pour dominer ce bras de fer, et enfin du moment où le perdant fût finalement emporté par la force supérieure du vainqueur. Ainsi lorsque que le vaincu marqua le centre du stade d’un ultime impact, le vieux mandigwan ne pût s’empêcher de dire :

-Dommage.

Toute sa résilience fût nécessaire au vainqueur du duel afin pour atterrir un tant soit peu convenablement sur l’un des derniers morceaux flottant du ring. De ce nid d’aigle improvisé, il eut une vue imprenable sur le gouffre trouant le milieu de la grande cour entourant les 20 espaces. Un cratère dans lequel gisait son adversaire inconscient.


« Yamcha est à terre, nous commençons le décompte : 1, 2… !


Gast compta de lui-même les secondes dans sa tête. Pratiquement certain que l’autre Yamcha avait eu son compte mais un peu anxieux que le contraire soit possible. Et cette anxiété s’accentua davantage lorsque l’Esprit émergea lentement du trou au-dessus duquel il lévita avec grande difficulté. Malgré le pitoyable état de l’humain recouvert de plaies de sang, Gast grogna avant de se remettre âprement en position de combat. De toute évidence un dernier effort salvateur lui serait nécessaire. L’hyper namek attendait juste que l’arbitre de la rencontre lui confirme la reprise des hostilités, lorsqu’un détail le frappa : le sourire fayekono. Un sourire qui, chose incroyable, était complètement dénué de sa malice habituelle. Une expression qui respirait satisfaction et reconnaissance

-J…J’me suis bien marré. M… Merci… Le Grand Vert.

Sans se départir de sa joyeuse expression, le fayekono épuisé ne pût que se laisser choir sur le sol. Dans le doute, l’arbitre interrompit le premier décompte pour commencer un nouveau, sous prétexte de perte de connaissance. Et au bout d’une trentaine de secondes, le résultat tomba.

- Yamcha ne s’étant pas relevé à l’issue du décompte, nous déclarons Gast de l’Univers 7 vainqueur !

Alors que le public applaudissait le vainqueur du combat et son malheureux opposant, l’hyper namek se permis de souffler un peu avant de faire reprendre à son corps ses dimensions normales. Ses muscles s’hypertrophièrent d’un coup, lui rendant son ancienne apparence. Il laissa volontiers un namek de l’univers 1 le soigner. Il pouvait bien sûr le faire lui-même, mais cela prendrait davantage de temps.

L’Esprit qui avait lui aussi reçu des soins remercia brièvement les guérisseurs namek avant de rejoindre le groupe de Krilin dans son propre espace. Ceux-ci lui firent part de mots encourageant pour lui remonter le moral. Des attentions accueillies avec indifférence par l’Esprit qui se contenta juste de demander à Trunks son lecteur mp3 et ses écouteurs. Mais au moment, où il allait prendre l’objet de ses désir que les doigts de Trunks se refermèrent. Agacé, le fayekono s’aperçut que Trunks lui accorda des regards accusateurs.

-Alors, j’imagine que tu as trouvé une excuse pour ne pas avoir demandé l’aide de mon père ?

-Aucune, j’avais juste envie de m’amuser tout seul. Et quoi que tu dises ne changera pas le fait que ton père et moi sommes éliminé. Donc que tu sois satisfait de ma réponse ou pas, entre nous je m’en fiche totalement. Maintenant mon lecteur et mes écouteurs, Trunks.

A contrecœur, le fils de Yamcha laissa ses affaires au fayekono , ainsi que le champ libre pour qu’il aille se rendre dans son coin. Toutefois, après quelques pas, il s’arrêta.


-Et puis de toute façon même si j’avais demandé l’aide de Yamcha ça n’aurait pas été aussi facile que tu le penses.


-Hein ?! Pourquoi ça ?

L’Esprit tourna son regard vers Gast qui s’était de nouveau posté dans son espace, debout et les bras croisés comme à son habitude.

-J’ai juste le sentiment que le Grand Vert n’aurait pas été sans défense et qu’il avait encore une autre carte à jouer.

-Qu’est-ce qui te permets de dire ça ?

-Mon instinct, répondit simplement l’Esprit avant de remettre ses écouteurs dans ses oreilles et d’aller se poser plus loin pour écouter sa musique.

Cole et Trunks s’échangèrent des regards circonspect avant de hausser les épaules.

Suite au combat ayant opposé Soundiata et Bra, les vargas avaient ramenés davantages d’équipements de leurs univers. Ainsi la reconstruction du ring et de l’astéroïde ne prirent guère plus qu’une quinzaine de minutes. Le speaker eut alors les coudés franches pour annoncer la prochaine rencontre.


- Dans une minute Eilem de l’univers 19 et l’Unique de l’univers 5 seront appelés sur le ring.


A l’instar de nombre de spectateurs, la plupart des concurrents se tournèrent tous vers l’espace 5, impatients qu’ils étaient de découvrir ce nouveau challenger qui restait un mystère complet.
L’Esprit qui était sur le point de se perdre volontiers dans sa musique fût soudainement parcouru par un désagréable frisson suivit d’un violent sursaut. A la surprise des membres du groupes de Krilin, il se releva d’un coup et fixa l’espace 5 avec une appréhension qui ne lui était pas famillière. La chose désagréable qui titillait son instinct depuis qu’ils étaient arrivé dans ce stade allait sortir sous peu, il le sentait. Circonspects Krilin et sa bande tournèrent également leur regard vers l’espace 5 et lorsque l’Unique sortit à l’air libre, ils eurent peine à croire ce que leurs yeux leurs montraient.

C-21 qui avait fait peu cas de la venue d’un être qui ne le concernait en rien, et qu’il ne rencontrerait potentiellement qu’en final (ce qui avait peu de chance d’arriver selon lui), n’avait fait preuve d’aucune curiosité concernant le concurrent de l’univers 5. Toutefois, le cyborg remarqua les regards interloqués que ses pires ennemis lui accordèrent avant de fixer à nouveau l’espace 5, comme s’ils voulaient être bien sûr de ce qu’ils avaient vu.
Autant agacé qu’intriguer, le cyborg numéro 21 porta son attention vers l’espace 5 à son tour, et alors ce ne fût pas seulement la surprise qui s’afficha sur ses traits, mais la stupeur la plus profonde et totale. D’un seul coup d’œil, il savait qui était l’Unique, ou il serait plus exact de dire qu’il en savait assez pour deviner qui il pouvait bien être. Et cela était loin de le rassurer.
Avatar de l’utilisateur
broly97
 
Messages: 979
Inscription: Mar Avr 10, 2012 19:48

PrécédentSuivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 14 invités