DBM vs Fanfics

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Re: DBM vs Fanfics

Messagepar broly97 le Jeu Déc 31, 2020 23:24

DBM vs la z-team vs l'Organisation du Commercer des Mondes

Tableau du tournoi


Première partie de tableau :

Spoiler
-Upa (u9) vs Goku (u18)

-C-21 (U9) vs Buu (U11)

-Nappa (U13) vs Nail (U10)

-S. Kaioshin (U1) vs Uub (U18)

-Pan (U18) vs Coola (U8)

-Krilin (U9) vs Cell (U17)

Vegeta (U18) vs Trunk (U12)

Cole (U9) vs Bojack (U6)[/b]


Deuxième partie de tableau :

Spoiler
-Soundiata (U9) vs Son Bra (U16)

-Gotrunk (U16) vs Tenshinhan (U9)

-Vegetto (U16) vs Piccolo Daïmao (U3)

-Gast Carcolh (U7) vs Yamcha (U9)

-Eilem (U19) vs L'Unique (U5)

-Raïshi (U3) vs Végéta (U13)

Baddack (U3) vs Cold (U8)

-Maïa(U9) vs Buu (U4)



L’Unique


Seule source lumineuse transperçant les ténèbres régnant au sein des quartiers de l’univers 5, les écrans en suspension de l’Unique lui représentaient les derniers instants du combat opposant Gast Carcolh à Yamcha, et c’était peu dire que ce namek était pourvu d’une puissance écrasante. Le Suprême Elément en avait vu bien assez pour déduire que sa première grande victoire sur ses anciens ennemis aurait été sérieusement compromise si ce combattant avait été parmi ses opposants. La même conclusion s’imposait aussi pour ce Yamcha, largement plus fort que celui qu’il avait jadis connu. Enfin, aujourd’hui cela n’avait plus vraiment d’importance. Que ce soit l’un ou l’autre, aucun d’entre eux n’avait actuellement les moyens pour le nuire de quelque façon que ce soit.
La victoire de l’hyper namek officialisée, les vargas entamèrent les réparations du stade. Le Suprême Elément comprit alors que le temps de la révélation avait sonné. Une fois sa chaise pivotée, l’Unique fixa un de ses serviteurs, aisément identifiable dans l’obscurité par ses tatouages tribaux fluorescents. Stoïque, ce dernier était resté droit comme un piquet depuis le début du second tour. Le concurrent de l’Univers 5 tendit sa main vers son serviteur qui s’effaça littéralement jusqu’à disparaître. L’Unique sortit tout juste de ses quartiers lorsqu’une nouvelle annonce fût faite.

" Dans une minute Eilem de l’univers 19 et l’Unique de l’univers 5 seront appelés sur le ring."

Le temps annoncé par le speaker fût pratiquement écoulé lorsque l’Unique sortit du vestibule donnant sur la cour extérieure réservée à l’espace 5. Ses pupilles étincelant de bleu balayèrent rigoureusement l’ensemble du stade, constatant sans trop de surprise l’étonnement chez la plupart des spectateurs qui prirent connaissance de son apparence. Comment pouvait-il en être autrement ?

Vêtu d’un gilet ouvert à manches courtes et d’un pantalon, tous deux tissés à partir d’une matière blanche rappelant la soie à vue d’œil, l’Unique était pourvu d’un corps musculeux divinement battit au teint marron foncé parcouru de tout son long par des tatouages tribaux d’un bleu électrique qui avaient l’étrange particularité de légèrement fluorée. Coiffé de longues dreadlocks lui arrivant au ras du dos, le concurrent de l’univers 5 ne possédait aucun objet d’apparat si l’on exceptait ses brassards en métal de couleur argenté recouvrant ses poignets.
Pour beaucoup, cet Unique avait une origine humaine certaine, si ce n’était les innombrables tatouages qui laissaient planer un léger doute. Doute bien vite envolé du fait d’un élément de taille que les concurrents de l’univers 9 furent très logiquement les premiers à constater. Et pour cause, cet Unique avait… les mêmes traits que le cyborg 21 !!
Déconcertés par cette révélation, les héros terriens du neuvième univers fixèrent alternativement le dénommé Unique et leur pire ennemi, et ils devaient bien se rendre à l’évidence les deux, avaient exactement la même frimousse. De vraies copies conformes. Enfin, le terme « copie conforme » restait tout de même exagéré. Il ne faisait en effet aucun doute pour tout le monde que cet Unique était un homologue du cyborg de l’univers 9 qui a suivi un autre parcours dans son univers à lui. Un parcours sacrément différent quant à l’énorme écart vestimentaire entre les deux énergumènes. Toutefois ce fût l’écart de caractère qui frappa le public. Si l’androïde à la sombre cuirasse avait déjà montré qu’il était un adepte de la grandiloquence et qu’il était loin d’être exempt de saute d’humeur, l’Unique semblait être son exact opposé. Les traits de son visage étaient figés en une froide neutralité et ses yeux brillant de bleu ne laissaient transparaître qu’une obscure inexpression qui inspirait gène et mal-être à autrui.
Lorsque Krilin tourna pour la quatrième fois sa tête vers son pire ennemi il fût surpris de constater qu’il jetait des regards emplis de courroux et de dégouts en direction du concurrent de l’univers 5. Un « privilège » que le fils adoptif de Gero n’accordait en général qu’à lui en temps normal.

-Ainsi, dans cet univers, c’est toi qui t’es imposée, stupide machine, cracha le cyborg avec mépris.

« La reconstruction du stade et des environs étant achevée, Eilem de l’univers 19 et l’Unique de l’univers 5 sont invités à se rendre sur le ring. »

D’Duck, le vargas responsable de l’univers 5 rejoignit d’un pas traînant l’Unique qui n’avait pas encore bougé d’un iota. Sans doute avait-il interprété, avec raison, sa timide approche comme une tentative pour prendre contact avec lui. Il ne pouvait pas se permettre de le faire attendre.

-M… Monsieur, n… n’oubliez pas de toucher le ring pour que le combat commence.

L’homme aux tatouages accorda un regard en biais au vargas plus intimidé que jamais. Sans manifester le moindre soupçon d’agacement ou de gratitude, le Suprême Élément reporta son regard vers le ring.

-Ne vous alarmez pas, vargas, commença le concurrent du cinquième univers dont le timbre de voix semblait être l’étrange produit entre la voix du cyborg du neuvième univers et celle désincarnée d’une machine. Nous, l’Unique, sommes parfaitement conscient quant au règlement de cet évènement. Nous, l’Unique, vous remercions tout de même pour votre louable, bien qu’inutile, intervention.

Le concurrent prit son envol qui s’acheva au moment où il posa ses pieds nus sur le sol de l’arène ou l’attendait déjà Eilem. Équipé de son armure ultra à l’aspect simple mais redoutable, l’héloïte aux cheveux blonds ne pouvait s’empêcher de ressentir une certaine appréhension. Si ce curieux personnage se révélait n’avoir qu’un vingtième de la puissance de ce C-21 du neuvième univers, il serait déjà un redoutable opposant. Sans parler du fait qu’il ne connaissait pas vraiment ses capacités. Le mieux serait qu’il frappe le premier. Oui, c’était la meilleure chose à faire

-Vous pouvez commencer !

Eilem mit immédiatement en joue son adversaire.

-Ultra Wave !

Une redoutable vague d’énergie frappa, sans coup férir, le Suprême Elément qui n’avait pas remué un cil. Lorsque les conditions le lui permirent, le nano-guerrier constata le résultat de son attaque. Il ne restait littéralement que les pieds de son adversaire, restés juché au sol comme si rien ne s’était passé, contrairement au reste du corps qui s’était fait complètement vaporiser.
Le résultat de l’attaque provoqua au mieux des haut-le-cœur dans les gradins et au pire une sensation d’écœurement. Habitués aux longueurs des dernières rencontres les spectateurs avaient été à cent lieues de penser que le combat se serait achevé aussi rapidement et avec une telle brutalité.
Dans l’espace 1, les kaïoshins finissaient d’analyser les effets de cette vague d’énergie. À sensation d’aura, elle n’aurait jamais dû désintégrer le concurrent de l’univers 5. Le blesser, sûrement, mais vraiment pas le faire exploser en mille morceaux, ou plutôt en centaines de trilliards de petits morceaux nanoscopiques. Dans des conditions dites habituelles cela n’aurait jamais dû se passer ainsi, mais si, comme les organisateurs du tournoi, on avait déjà eu affaire à cette nanotechnologie de pointe alors ce résultat était tout sauf une surprise.
En effet, dans leurs univers à eux le quinté divin avait déjà eu vent de l’existence de ce peuple basé sur la Galaxie Ouest des années avant la tenue de ce tournoi. Si dans un premier temps ils avaient été émerveillés par les prouesses technologiques des héloïtes, la théocratie gouvernant ce peuple les avait rapidement fait déchanter. En effet, gonfler d’orgueil par une élite religieuse zélée, les ayant fait croire qu’ils étaient le peuple élu de l’univers, les héloïtes s’étaient lancés dans une purge tout azimut à travers le cosmos afin de se débarrasser de tout ce qui n’était pas humain. Tant et si bien que le vingtième de la Galaxie Ouest y était passé avant que le quinté divin n’intervienne pour arrêter cette folie. Cela ne s’était pas fait sans mal, loin de là, car les kaïoshins avaient notamment dût combattre les guerriers d’élites héloïtes qui avaient été équipés du même type d’armure que cet Eilem, à quelques différences près. Ils savaient donc à quel point cet équipement pouvait être redoutable et ils étaient plutôt rassurés que les héloïtes du dix-neuvième univers semblaient largement plus raisonnables, rationnelles et pacifiques que leurs homologues de l’univers 1.
Au niveau de la surface de combat, Eilem fixa ce qui restait de son adversaire. Bien que le résultat de son attaque désolât l’officier héloïte, il n’allait pas pleurer pour autant la mort du concurrent de l’univers 5. Les enjeux de ce tournoi étaient beaucoup trop grands pour son peuple pour qu’il s’émeuve plus que nécessaire du sort d’un être qu’il ne connaissait même pas. Et puis, si cet Unique s’était bougé, il aurait probablement pu esquiver sa vague d’énergie à temps et s’en tirer qu’avec un ou deux membres arrachés.

- Désolé pour toi étranger, mais la victoire finale nous est nécessaire, et vu les monstres qui se sont manifestés dans ce tournoi je ne pouvais pas prendre le moindre risque.

Concurrent n°1901LS5207682 : Commandant Eilem

Origine : Guerrier d’élite héloïte vêtu d’une armure de combat ultra sophistiquée
Capacités : Maîtrise avancés des techniques de combat militaires, Capacité physique augmentée ; Arsenal basé sur une technologie manipulant l’énergie à un niveau nanométrique.
Classe de puissance : Classe B, rang inférieur
Niveau de désastre : Rakshassa, potentiellement Asura


Alors que le guerrier héloïte avait fini par soulager un peu sa conscience, une alerte venant de son armure lui indiqua que quelque chose clochait. En activant ses lunettes de détections, l’héloïte constata que le signal de son adversaire n’avait pas disparu. Pire, d’après ses données il restait toujours intact, comme si rien ne s’était passé.
De petits points lumineux bleutés apparurent alors autour d’Eilem et convergèrent aussitôt vers les pieds de l’Unique. Au fur et à mesure qu’ils s’agglutinèrent, les parties du corps de l’Unique apparaissaient. D’abord les jambes, puis les hanches, suivit du buste et enfin la tête et la cheve-lure. Tout était impeccable, pas la plus petite trace de saleté sur son corps ni sur ses vêtements (qui au même titre que les parties de son corps s’étaient eux aussi reconstitués). C’était comme-ci il ne s’était rien passé, et le seul vestige de la vaine tentative de l’héloïte fût la tranchée creusée par son attaque.
Ce phénomène impressionna les résidents des espaces 16 et 18 qui ne purent s’empêcher de pen-ser à la capacité d’auto-régénération de Buu. Cependant, les deux Piccolo notèrent quelques diffé-rences. Lorsque Buu se régénérait, sa force revenait certes à son maximum, mais son aura variait un peu avant, hors l’aura de cet Unique était restée constante. De plus la régénération de Buu était complètement assurée par la magie, chose dont l’Unique semblait totalement dépourvue. Quelle pouvait bien être son secret ?

Frustrée par un échec qu’il n’avait pas vu venir, Eilem jura grassement.

-Chié ! tu possèdes une capacité d’auto régénération, comme certains dans ce tournoi. Ce sera plus compliqué que prévu.

-Une capacité de régénération « comme certains » vous dites, héloïte ? Ne soyez pas aussi ridicule que vous êtes insignifiants. Nous sommes l’Unique. Il est vain et nonsensique de comparer nos pouvoirs à de vulgaires capacités de régénération aussi élémentaires que limitées.

-Eh bien, ce n’est pas la modestie qui t’étouffe toi. En tout cas, peu importe à quel point elles peu-vent aller, il doit bien y avoir un point faible à tes capacités, et je pense savoir lequel.

Sans donner davantage de détail, l’héloïte bondit vers son adversaire tout en armant son poing.
Buu de l’espace 4 devina les intentions de l’héloïte. De toute évidence, les attaques énergétiques ne semblaient pas marcher sur le concurrent de l’univers 5, mais en serait-il de même avec les attaques physiques ? Après tout même avec sa régénération à lui, une attaque physique pouvait lui faire mal si son opposant frappait assez fort. Pourquoi ça ne marcherait pas avec ce curieux individu ?
Lorsque Eilem porta son poing en direction du visage de l’Unique, Buu eut la réponse à sa question, et, sa surprise passée, il dut bien s’avouer qu’il n’aurait jamais pu deviner ce qui venait de se passer.
Face à face, avec son adversaire, Eilem, tout comme l’ensemble des spectateurs, n’en croyait pas ses yeux. Par réflexe, l’héloites cligna de nouveau des yeux pour être bien sûr d’avoir saisi le phénomène qui venait de se produire. Son poing, qui était censé offrir un joli vol plané à cet Unique, se retrouvait 10 centimètres plus loin derrière le crâne de sa cible indemne. C’était comme-ci une porte dimensionnelle invisible s’était ouverte juste devant l’Unique pour se rouvrir quelques centimètres plus loin pour laisser passer son poing, épargnant au concurrent de l’univers 5 d’encaisser le coup de poing d’Eilem.
Dans un réflexe primaire, l’héloïte s’éloigna immédiatement de son adversaire, non sans avoir poussé un cri d’effroi. Il jeta immédiatement un œil sur sa main pour constater qu’elle était toujours rattachée à son corps, comme si rien ne s’était passé.


-M… Mince ! Mais c’est quoi ce bordel ?

Pour être tout à fait certains de ce qu’il a vu, Eilem fondit de nouveau vers le concurrent de l’espace 5 qu’il gratifia d’un coup de pied sauté en direction du thorax. Au moment où la semelle n’était plus qu’à une dizaine de centimètres de l’Unique, qu’elle disparut pour réapparaître dix centimètres derrière le dos de ce dernier. Malgré ce phénomène des plus déconcertants, Eilem sentit que son pied était toujours rattaché au reste de son corps. Il ressentait même les mouvements de ses orteils qu’il faisait remuer intentionnellement. Comme tant d’autres, l’héloïte resta bouche bée, c’était comme ci si l’Unique était recouvert d’une sorte de protection spatio-dimensionnelle qui faisait passer toutes les attaques physiques, le mettant à l’abri de toute attaque physique.

-Nous, l’Unique, imaginons maintenant que vous avez compris qu’il était vain de continuer une bataille que vous ne pourrez pas emporter. Nous, l’Unique, vous prions maintenant de cesser de prendre de notre temps et de capituler. Cela vaudrait mieux pour les deux parties.

Candidat n°0501LP54655 : l’Unique
Origine : ????
Capacités : ????
Classe de puissance : ????
Niveau de désastre : Inconnu


L’insupportable assurance de son adversaire ainsi que sa propre incompréhension à lui, eurent pour effet de mettre Eilem hors de lui. Sans attendre, l’héloïte se remit en position de combat et, tout en poussant un cri guerre, multiplia les assauts tout autour de son adversaire. Malheureusement, peu importe l’angle ou la direction de l’attaque, le pied, le poing, le coude, la jambe ou le genou s’évanouissait lorsqu’il était sur le point de frapper l’Unique pour constamment réapparaître un peu plus loin de ce dernier.

-P… Putain de merde ! grinça l’héloïte tout en s’éloignant plus loin avant de viser son adversaire.

À l'aide de son bras droit, il actionna un petit mécanisme qui lança une boule lumineuse vers le concurrent de l’univers 5 qui se contenta de rester stoïque jusqu’à ce que la boule ne l’atteigne, provoquant une violente explosion. Extrêmement concentrée sur un petit périmètre, elle désintégra totalement une petite partie de la planète-ring au même titre que le concurrent de l’espace 5 dont il ne resta plus aucune trace. Le résultat de l’attaque gonfla d’espoir les héloïtes dans l’espace 19 et un sourire satisfait se dessina sur les lèvres d’Eilem.

-Hé, hé, hé ! Bien fait pour toi sale vantard. Avec cette attaque j’ai pris bien soin de t’atomiser au sens propre du terme. Ta régénération est sans doute balaise mais je ne pense pas qu…

Un nouveau signal sonore se fit entendre, et les instruments d’Eilem lui indiquèrent aussitôt que son adversaire était toujours en vie et même en parfaite santé. Tandis que les traits de l’héloïtes sculptaient un masque de stupéfaction, une nouvelle nuée de petites boules bleues apparut de nouveaux, avant de s’agglutiner pour reformer l’Unique, aussi indemne et imperturbable qu’avant l’explosion.

-N… Non ! C… C’est impossible !!

-Sachez héloïte, que ce qui vous semble hors d’atteinte, constitue pour nous, l’Unique, une tâche aisée.

-M… Mais comment cela est-ce possible ?

-Même si nous, l’Unique, vous accordons audience pour vous expliquer nos capacités en détail, vous n’aurez de toute façon pas le niveau intellectuel nécessaire pour en comprendre les principes les plus élémentaires. Nous, l’Unique, préférons attendre votre réédition, maintenant que vous semblez avoir compris qu’il vous est impossible de nous nuire de quelque façon que ce soit.

Plus frustré que jamais, l’héloïte serra son poing afin de mieux canaliser sa rage.

« Si l’Ultra Waver Ball n’a même pas suffi à le faire sourciller, rien dans mon armement ne fera le poids face à lui. Sauf peut-être si j’utilise « ça »... C’est extrêmement risqué, mais tant pis, il y a trop en jeu pour ne pas tout essayer. Seulement il faudra que je sois sûr de mon coup, car si « ça » le traverse, la situation pourrait rapidement devenir ingérable.»

La détermination que l’Unique décoda dans l’expression de l’héloïte fût une indication plus que claire quant à sa décision. De toute évidence soit l’héloïte disposait d’une arme qu’il jugeait convenable, soit il refusait de voir l’inéluctable et continuait plus que de raison. Dans les deux cas, l’Unique perdrait davantage de temps pour la planification du Grand Destin. Un contre-temps intolérable.

-De toute évidence, vous semblez déterminer à reprendre le combat malgré tout. Dans ce cas, nous, l’Unique, prendrons les mesures adéquates.

Le Suprême Élément tapota sur le sol, et une espèce d’arc électrique bleue sortit de son pied avant de s’évanouir sur le sol. Au moment où le dernier éclat de foudre se dissipa, un trône, de même composition que la surface de combat, poussa littéralement du sol, étonnant davantage les spectateurs toujours plus surpris par les capacités du candidat de l’univers 5. Une fois sa création achevée, l’Unique s’y installa, croisant ses jambes pour s’octroyer davantage de confort.

-Mais qu’est-ce que tu fais ? Demanda Eilem révolté par ce manque évident de respect.

-Entrer directement en conflit avec vous constitue un effort superflu. Nous, l’Unique, allons vous proposer un adversaire qui vous correspondra davantage. Enfin vous correspondra… Nous, l’Unique, nous comprenons.

Le Suprême Elément tendit son doigt légèrement plié en avant, la goutte d’une étrange substance bleue-électrique suinta de sa phalange avant de tomber sur le sol du ring où elle s’étala.
La petite flaque tressaille avant de former une bille qui roula tout doucement. Au fur et à mesure de sa lente course, la bille s’agrandit davantage, jusqu’à prendre les dimensions d’un rocher, qui se déforma pour prendre un aspect plus humanoïde. La silhouette de substance bleue se déforma davantage, prenant, au sens propre du terme, des couleurs et la silhouette devînt alors être.
Chaussé de bottes blanches, il était vêtu d’un ensemble constitué d’un gilet boutonné sans manche, et d’un pantalon d’art martial également de couleur blanche. Des tatouages tribaux bleus électriques, aisément visibles sur sa peau grisâtre, étaient dessinés sur ses bras et vraisemblablement sur son torse pour le peu que l’on en voyait. De toutes les parties de son corps, seule sa tête semblait épargnée par cet ornement épidermique. Dépourvu de nez, remplacé par quatre petites fentes horizontales assurant sa respiration, son visage à mâchoire carrée laissait transparaître autant d’émotion que celui qui l’a fait apparaître.
Eilem qui, à l’instar de certains officiers héloïtes, avait beaucoup voyagé à travers le cosmos, re-connu la race auquel appartenait cet individu : il s’agissait d’un corridon. Issus d’une planète assez éloignée des grands centres démographiques de la Galaxie Ouest, les corridons avaient lors de leurs découvertes par d’autres races, développer une technologie correcte qui leur permettait d’exploiter leur système planétaire, mais ils étaient surtout pourvus d’une grande force naturelle : 7000 unités pour les guerriers de bases bien entraînés et bien davantage pour les élites. Une par-ticularité qui avait dissuadé certains de les envahir et amené d’autres à signer des accords avec eux. C’est cette dernière option qu’avaient choisie les héloïtes par commodité. Malgré tout, Eilem restait tout de même confiant. Si les corridons pouvaient faire des dégâts, ils ne valaient pas grand-chose face à un guerrier d’élite héloïtes équipé d’une armure ultra. Même s’ils s’y met-taient à mille ils ne l’égratigneraient même pas. À supposer que ce corridon gris soit largement plus puissant qu’un de ces congénères, Eilem avait donc de la marge. Et puis peut-être bien que l’apparition de ce nouveau guerrier constituait une aubaine pour lui, car peut-être il n’aura même pas à combattre. Le guerrier héloïte tourna son regard vers la tour de contrôle des vargas

Au sein de la grande tour de contrôle surplombant les gradins du stade, les vargas chargés du bon déroulement des matchs avaient, depuis l’apparition du nouveau venu, aussitôt engagé une discussion concernant la poursuite de la rencontre.

-Ce nouveau guerrier est un être vivant. Est-ce qu’on ne doit pas disqualifier le concurrent de l’univers 5 ?

-Eh bien, c’est compliqué à dire.

-Explique.

-D’après les signaux enregistrés, ce type vient du concurrent de l’Univers 5. Comme-ci c’était une partie de lui-même, mais sans l’être vraiment.

-Très bizarre, mais ce qui est important c’est de savoir si c’est considéré comme une aide extérieure ?

-Ben vu que ce type a été créé par cet Unique on va dire que ça passe, proposa un troisième vargas qui n’avait pas vraiment envie de tergiverser sur le problème.

-Bon ok le combat continue donc, trancha le responsable de l’équipe.

Sur le ring, Eilem qui avait espéré une élimination de son adversaire (sous prétexte d’une aide extérieure non réglementaire) fût un peu déçu du silence des vargas. Il ne lui restait donc plus qu’une alternative : remporter ce match par ses propres moyens.
Dans un souci de confort, le Suprême Elément avait profité de l’accalmie pour poser nonchalamment sa tempe sur le poing de son bras accoudé afin de mieux profiter du spectacle qui allait suivre.

-Héloïte, nous, l’Unique, ne nous attendons a aucune performance de votre part face à notre unité de combat, mais tâchez au moins de nous offrir une collecte de données à la hauteur de son aboutissement.

Eilem préféra ignorer la suffisance de son adversaire et fonça vers l’unité de combat du Suprême Elément qui se préparait à le cueillir. Au moment où le corridon s’apprêta à réagir, que l’héloïte disparut en hyper vitesse juste devant lui.
L’Unique, qui n’avait pas manqué une miette de l’action, roula nonchalamment son regard sur le côté afin de mieux aviser l’héloïte qui le braquait à bout portant.

-Celui que je dois vaincre, ce n’est pas ton pantin mais toi, déclara Eilem déterminé.

-Certes, mais êtes-vous conscient que ça ne changera en aucune façon le fait que vous ne pouvez pas nous toucher ?

-Je risquerais surtout de gaspiller du temps et de l’énergie à me focaliser sur ton subordonné. Et pour saisir les limites de ton pouvoir de régénération, ou peu importe comment tu l’appelles, il faut que je le mets à l’épreuve.

-Le raisonnement se tient.

-Ultra… !

-Toutefois…

-… Wave !

-… nous, l’Unique, ne vous le permettrons pas, finis le Suprême Elément qui n’avait même pas cligné des yeux lorsque l’Ultra Wave passa juste au-dessus de son trône pour se perdre haut dans les airs.

Le poignet tremblant désormais orienté vers le haut, et complètement verrouillé par la poigne de fer du corridon, Eilem fusilla du regard le visage impassible de ce dernier, cachant à grande peine sa surprise qui s’avérait être plutôt mauvaise. Même s’il avait prévu que le corridon à la peau grisâtre se jette pour aider l’Unique, il ne s’était sûrement pas douté qu’il le ferait avec une telle célérité. Bien que ses instruments eussent capté ses mouvements, il n’avait pu réagir assez vite pour le repousser. De toute évidence, ce combat s’avéra encore plus problématique que prévu. Cependant il n’était pas question d’abandonner, l’avenir de toute une galaxie, voire peut-être de tout un univers, reposait sur ses épaules.
À l’aide de sa seconde paume, Eilem tenta de braquer l’Unique de nouveau, mais le serviteur de ce dernier lui saisit le bras avant qu’il ne puisse accomplir son forfait. D’une habile projection, le guerrier tatoué envoya l’héloïte loin dans les cieux, jusqu’à ce que les propulseurs de ce dernier parviennent à l’immobiliser dans les airs, à une dizaine de mètres en altitude.
Maintenant stable dans les airs, l’officier en armure accorda de nouveau un regard courroucé à ses deux adversaires.

« Chié ! Ce type ne me laissera pas attaquer convenablement. Il faut que je m’en débarrasse dare-dare avant de m’occuper de son chef ».

À son tour, le corridon prit son envol en direction de l’héloïte qui le braqua aussitôt. Un nouveau petit canon aux multiples orifices se manifesta alors sur le dos de son gantelet.

- Waver Ball !

Des balles énergétiques nano-condensés s’échappèrent des canons vers l’unité de combat du Suprême Elément qui usa de manœuvre aérienne pour éviter les projectiles tout en poursuivant sa lancée. Voyant qu’il était trop tard pour éviter la charge de son ennemi, Eilem croisa ses bras, un court instant avant que le poing de ce dernier ne le frappe, l’emportant du même coup dans sa course. Alors qu’il était poussé à une vitesse de tous les diables, l’héloïte activa mentalement ses réacteurs sur ses épaules qui, d’une brusque mise à feu, lui firent perdre de l’altitude, le soustrayant à la charge de son adversaire. Au moment où ce dernier finit par s’immobiliser loin dans les airs que le nano-guerrier avait déjà activé les propulseurs de ses bottes et chargea à son tour le corridon dont le torse reçut de plein fouet les deux poings gantelés de l’héloïte. Après une dizaine de mètres d’ascension, Eilem se figea brusquement dans les airs à dessein, puis attrapa dans la foulée la cheville de son adversaire.

-RAAAH ! Hurla l’héloïte tout en rejetant vigoureusement son adversaire vers la planète-ring.

Arrivée à l’orée de la zone de gravité de la surface de combat, le corridon stoppa net son parcours, mais, suite à un rapide coup d’œil, mit à son tour ses bras en croix pour se protéger de la nouvelle charge d’Eilem qui finit par le faire s’écraser sur le ring.
Le nuage de poussière soulevé par la collision fût immédiatement rejeté par les premiers échanges de coups entre les deux adversaires qui s’étaient déjà lancés dans une intense joute sans merci.

Cette première véritable confrontation fût l’occasion pour les combattants de se faire une première estimation du niveau du serviteur de l’Unique. De toute évidence, ce dernier semblait être aussi fort et rapide que le cyborg numéros 16, ce qui expliquait pourquoi il pouvait faire jeu égal avec le nano-guerrier dont l’équipement lui conférait des capacités physiques semblables à celles de l’ami de Trunks. Un état de fait qui ne rassura pas les héloïtes dans l’espace 19, en même temps qu’il les intriguait. Ce corridon était incroyablement fort, trop fort même pour que ce soit naturel. Une impression d’autant plus corroborée par le fait que la carnation de l’adversaire d’Eilem était grisâtre, alors que les corridons avaient tous, sans exception, des teintes variant dans le rouge. Et puis c’était sans parler de ces étranges tatouages bleutés semblables à ceux de l’Unique. Tous cela n’était vraiment pas normal, mais d’un autre côté ils devaient bien avouer qu’absolument rien dans ce tournoi n’était normal. Entre les combattants qui avaient une force monstrueuse sans porter d’armures ultra sophistiqués, les extra-héloïtes qui faisaient varier les dimensions de leurs corps comme un rien, les monstres qui pouvaient entièrement se reconstituer à partir de quelques petits bouts de leurs corps et les sabreurs qui sortaient de véritables colosses de nulle part, ce corrindon tatoué n’était qu’un étrange cas parmi d’autres.

D’un coup de coude bien placé au visage, l’unité de combat de l’Unique repoussa Eilem quelques mètres au loin. Plus qu’il ne lui en fallait pour qu’il vise l’héloïte et projette une énorme et redoutable boule d’énergie qui, si elle atteignait le soldat d’élite, avait de bonnes chances de le réduire en poussière au sens propre du terme. Conscient du danger, Eilem, qui venait de se stabiliser dans les airs, fît apparaître une lame d’énergie de son poignet qu’il abattit sur le kikoha ennemi qui se fendit en deux. Le corindon avait profité que son adversaire soit occupé avec son projectile pour le rejoindre par-derrière. Toutefois, le canon de héloïte, porté au dos de sa main gantée, le visant à bout portant indiqua à l’unité de combat que sa manœuvre avait été anticipé.

- Waver Balls !

Une nouvelle tripotée de balle d’énergie s’échappa des orifices du canon, tout droit vers le corindon qui les esquiva de justesse grâce à un bond véloce.


« C’est le moment !

D’un ordre mental du soldat d’élite, les propulseurs de l’armure s’activèrent d’un coup à pleine puissance, permettant au porteur de l’armure ultra de se mettre à hauteur du corindon qui venait à peine de se stabiliser dans les airs. Il fallut un instant à l’imperturbable unité de combat du Su-prême Elément pour remarquer la présence de son opposant, mais ce fût un instant de trop. L’index et le majeur collés, et illuminés d’une petite lueur bleutée, Eilem agita son bras à une vi-tesse ahurissante. La multitude d’ondes tranchantes qui s’en échappèrent découpèrent littérale-ment le serviteur de l’Unique en plusieurs dizaines de morceaux qui échouèrent piteusement sur le sol du ring.
L’habile manœuvre, saluée par les spécialistes qui avaient eu l’œil assez entraîné pour tous voir, eut pour autre conséquence d’avoir taillé en pièces une vingtaine de spectateurs des gradins. Le bouclier ne pouvant de toute évidence pas stopper les attaques coupantes de l’héloïtes, les malheureux s’étant trouvés sur leurs chemins n’avaient pas eu la moindre petite chance de survie. Conscient qu’ils risquaient vraiment leur peau sur ce coup-là, nombre de spectateurs commençaient à sentir la peur et la panique montée. Les plus hardis d’entre eux se rassuraient quant au fait que les organisateurs avaient assurés que les éventuelles victimes seraient ressuscitées. Et puis un frisson supplémentaire rajoutait toujours plus de relief à l’évènement.
Maintenant débarrassé de l’unité de combat, Eilem se tourna vers l’Unique, qui ne semblait pas plus affecté que ça par la perte de son subordonné. Soit il s’était attendu à cette déconvenue, soit il se fichait totalement de perdre ce pion. Très probablement les deux options. Quoi qu’il en soit, il fallait qu’il en finisse vite. Ses multiples attaques avaient pas mal entamé les réserves de son armure qui était un peu plus qu’à la moitié de ses réserves. Ses prochains coups se devaient d’être décisifs. Toutefois Eilem ne s’en inquiéta pas, il savait déjà comment il allait faire, même si cela allait s’avérer extrêmement risqué.

-Héloïte, il semble que nous, l’Unique, vous ayons quelque peu sous-estimé. Vous avez pu mettre en échec une de nos unités de combat. Un exploit que bien peu d’inaboutis seraient capables de réaliser. Nous, l’Unique, vous concédons ce notable, bien qu’insignifiant, exploit.

-Tu verras bien assez tôt que ce ne sera pas le dernier, fanfaron.

Le guerrier de l’univers 19 sortit un nouveau petit canon de son poignet qu’il pointa vers l’Unique qui ne s’en inquiéta pas outre mesure. Un projectile noir s’éjecta du canon et atterrit finalement sur l’un des accoudoirs du trône, juste à côté de la main de l’Unique. Ce dernier fixa la tache noire formée par le projectile s’étendre aussitôt , telle une marabunta, sur la matière du trône. Lorsqu’elle arriva au niveau des phalanges de l’Unique, elle continua de progresser le long de ses doigts. L’Unique souleva calmement sa main qui était en train de se faire envahir par l’étrange matière noire.
Satisfait que sa dernière tactique ait été payante, Eilem se permit de pousser un discret soupir de soulagement, puis déclara d’un ton grave :

-Tu es fini. Laisse-moi te présenter notre arme ultime, la carbonite. Dès qu’une particule de cette substance touche une matière solide ou liquide, elle s’en nourrit et se multiplie. La cible devient inéluctablement une masse de carbonite. Rien n’y résiste. Le seul moyen de l’arrêter c’est de la détruire d’un seul coup avant qu’il y en ait trop, ce que je ferais une fois que le ring et toi serez devenus de la carbonite. Désolé, encore, mais il fallait que je remporte la victoire.

Malgré le fait que la masse de carbonite ait recouvert une bonne partie de son corps, l’Unique n’arbora pas la moindre petite trace de peur ou de tension, à la grande surprise d’Eilem qui se demandait si son adversaire avait bien saisi la gravité de sa situation. Il fut convaincu que ce n’était sans doute pas le cas lorsque le concurrent de l’univers 5 le fixa de son éternel regard inexpressif.

-Vous n’avez pas à l’être, héloïte. Nous, l’Unique, ne serons pas défait de la sorte.

-… Désolé de te décevoir, mais il n’y a plus aucun espoir pour toi. La carbonite a d’ailleurs déjà rongé plus de la moitié de ton corps. Tu vas y rester dans quelques secondes.

-Que vous croyez.

Alors que la carbonite commençait à s’étendre au niveau du cou du Suprême Elément, une sorte de foudre bleutées illumina ses orifices oculaires. Ladite foudre s’étendit à une vitesse appréciable, le long du visage de l’Unique, adaptant sa forme et ses dimensions en fonction de la surface du visage de l’Unique traversée. Quand, au niveau du menton la carbonite fût frappée par la foudre bleue, quelque chose d’étonnant se passa, quelque chose que les héloïtes avaient longtemps rêvés, mais qu’ils avaient cessé d’espérer voir depuis des années : la carbonite disparaissait au contact de la foudre, laissant dans son sillage la peau maronnée et les tatouages bleu ciel de l’Unique tels qu’ils l’avaient été avant le passage de la ténébreuse matière.

-L…La carbonite ! Elle… Elle se résorbe, et tu deviens comme avant ! Co… Comment ça se peut ?! Demanda Eilem aussi interloqué que ses collègues dans l’espace 19.

Le concurrent de l’univers 5 attendit que son corps tout entier soit décarbonitéfié avant de daigner répondre à son adversaire.

-Nous sommes l’Unique, rien ne nous ais inaccessible, et encore moins le contrôle sur la matière qui n’est qu’agencement et interaction entre particules. Aussi invasive que la carbonite puisse être, elle ne constitue en aucun cas une exception pour nous, l’Unique.

Malgré la totale surprise qui s’était emparée de lui, Eilem était resté assez ancré dans la réalité pour s’assurer que la foudre bleutée a nettoyé toute la surface du ring de la carbonite avant de s’y poser et d’aviser l’Unique d’un œil nouveau. S’il parvenait à convaincre cet être de venir avec lui dans son univers pour aider son peuple, le fléau que représentait la carbonite pour leur univers ne serait plus qu’un mauvais souvenir.

-Inutile, héloïte.

-Co… Comment ça inutile ?

-Il est inutile de nous supplier de venir vous aider à vous débarrasser de l’astre de carbonite qui a infecté votre monde d’origine. Il serait superflu pour nous, l’Unique, de favoriser la viabilité d’une impasse évolutive.

-Quoi ?! Co… Comment peux-tu savoir pour notre planète ?!

-Lorsque nous, l’Unique, sommes venus sur les territoires de votre peuple, les vôtres ont tenté de nous y piéger, mais comme vous l’avez sans doute deviné cette tentative a été aussi insignifiante qu’inefficace.

-Piégé tu dis ? Mais alors ça veut dire que dans ton monde tu es l’ennemi des héloïtes !

-Héloïte, nous, l’Unique, ne pouvons-nous considérer comme l’ennemi de ce qui est maintenant plus qu’une bribe de souvenir. Une anecdote qui n’a désormais plus aucune espèce d’importance, tout comme cette rencontre d’ailleurs.

Eilem était sur le point de demander davantage, lorsqu’une puissante douleur explosa au niveau de son torse et que des gerbes de sang ne s’échappent de sa bouche. Sentant que sa respiration devenait de plus en plus délétère, et que ses forces se réduisaient comme peau de chagrin, le guerrier héloïte fît l’effort de basculer son regard pour constater qu’une main bien familière, trempée de sang et d’organe, dépassait de son ventre perforé. L’assaillant retira sèchement son bras, laissant l’héloïte basculé vers l’avant et s’affaler lourdement contre le sol, faute de ressources vitales.
Mortellement blessé, mais animé par la flamme de la volonté, le possesseur de l’armure ultra ne se laissa pas aller. Il voulait une dernière fois offrir à son adversaire, ou plutôt ses adversaires un regard de défi digne d’un guerrier héloïte avant de sombrer. Le bras gauche maculé de sang humain, le corindon à la peau grisâtre vint se positionner calmement au côté de son maître. L’unité de combat était en un seul morceau et semblait être comme neuf. Aucune trace de l’impitoyable joute qu’ils avaient menés il y a une minute à peine ne tachait son apparence immaculée. Enfin presque, car au niveau de sa joue droite une espèce foudre bleu, semblable à celle ayant « éliminé » la carbonite, effaçait une petite coupure faite lorsqu’il avait été morcelé.

" Chié ! Lui aussi il a une capacité d’auto-régénération. J’aurais dû faire plus gaffe"

-Eilem est à terre, nous commençons le décompte ! Un, deux, trois…

Son adversaire neutralisé, le Suprême Élément se leva de son trône qui fût réduit en poussière après avoir été frappé par un nouvel éclair bleu de l’Unique avant que ses restes ne fusionnent avec le sol nu. Rejoint par son subordonné il fixa son adversaire avec, si c’était possible, encore plus de désintérêt qu’au début des hostilités.

-Inutile de perdre davantage de temps avec le décompte, fît l’Unique à l’adresse de son serviteur.

-Bien reçu, bien reçu, Suprême élément, répondit l’unité de combat.

D’une vague énergétique, il désintégra sans autre forme de procès le guerrier de l’univers 19, à la grande horreur de ses coéquipiers.

- Mort d’Eilem. L’Unique de l’univers 5 est déclaré vainqueur.

Dans l’espace 19, les guerriers d’hélior bouillonnaient de rage et étaient écrasés par la tristesse. Cela faisait le deuxième des leurs qui mourrait depuis le début de cette compétition, et c’en était deux de trop. Toutefois, ce second décès était mille fois plus douloureux a encaisser, car cette défaite de leur dernier concurrent signifiait aussi la fin de leur espoir à tous. Désormais, le peuple héloïte vivra sous la menace constante qu’un corps étranger ne passe de trop près de leur planète, propageant ainsi le fléau de la carbonite à travers l’Univers entier. Comment allait-il bien pouvoir annoncer une telle nouvelle à leur peuple ?
La besogne que représentait ce match étant achevé, l’Unique, d’un bref signal mental, rappela son serviteur qui se transforma en une gelée bleutée qui s’écoula en intégralité à l’intérieur du corps du Suprême Elément. Ce dernier s’envola immédiatement vers l’espace 5, mais aussitôt qu’il posa pied à terre que C-21 se posta hyper rapidement juste devant lui. De son regard neutre, l’Unique décela à travers le mépris et l’hostilité du cyborg du neuvième univers une curiosité assez mal dissimulée. Cela n’étonna guère le Suprême Élément compte tenu des circonstances. La curiosité était un sentiment qui avait la vie dure, ce fût d’ailleurs l’une des seules traces émotionnelles qu’il avait héritée de ses deux entités-mères.

-Je pense que nous devrions avoir une conversation tous les deux, déclara impérieusement le cyborg du neuvième univers.

-. Nous, l’Unique imaginons que vous avez bon nombre de question à nous poser cyborg numéros 21. Nous l’Unique, y répondrons, mais avant, nous, l’Unique, voudrons nous assurer que tous ceux qui sont concernés aient eux aussi accès aux réponses qu’ils désirent. Cela nous évitera de nous répéter.

-Les concernés ?

Sans donner plus de précisions au cyborg, l’Unique produisit 3 projections translucides de lui-même qui s’envolèrent chacune vers l’espace qui leur était attribué : les espaces des univers 16, 9 et 18, à la surprise de leurs résidents qui s’approchèrent, non sans prudence, vers la projection qui leur était destiné pour savoir ce que le concurrent de l’univers 5 avait à leur dire. Maintenant que ses copies avaient pris position, le Suprême Élément de l’univers 5 put commencer.

-Nous sommes l’Unique, une entité dont la nature profonde dépasse votre entendement et son aboutissement votre compréhension. Vous avez sans doute remarqué que notre apparence ressemble à s’y méprendre à celle du cyborg numéros 21. C’est normal, puisque nous, l’Unique, utilisons l’enveloppe charnelle du cyborg numéro 21 de notre univers, que nous, l’Unique, avons bien entendu modifier pour parvenir à la transcendance.

-Donc tu n’es pas le cyborg 21, mais une sorte de truc qui utilise son corps, résuma Végétto.

-Affirmatif, confirma la projection.

-Je comprends mieux, mais pourquoi viens-tu nous parler de ça ? Nous n’avons rien en commun avec toi pourtant, fît remarquer Piccolo.

-Vous vous trompez, namek. Au contraire vous avez eu votre rôle à jouer dans la naissance de l’Unique…

-Comment ça ? demanda Goku qui s’appuya davantage sur le rebord du mur mitoyen de l’espace 18 pour mieux entendre les explications de la projection.

-Pour éviter toute ambiguïté nous, l’Unique, débuterons par le commencement. Dans notre univers, l’être humain qui deviendra le cyborg numéro 21 a coopéré avec le Docteur Gero dans sa quête de vengeance contre Son Goku afin d’avoir accès à sa technologie de cybernétisation. Une fois prête la paire est venue attaquer le groupe de Son Goku, mais leurs cyborgs et eux ont finalement été défaits.

-Jusque-là, il n’y a pas trop de différences avec nous, remarqua Végéta avec une pointe d’ironie…

-Jusque-là, il n’y a pas trop de différences avec nous, remarqua l’Esprit un poil vantard, tranquillement assis à califourchon sur les rebords du mur mitoyen de l’espace 9.

-Effectivement, et comme chez vous le seul survivant de cette déconvenue fût le cyborg numéros 21 qui a minutieusement préparé sa future conquête de la Terre en mettant sur pied son armée de soldats modifiés et de cyborgs humains. Toutefois, comme chez vous, Krilin, Upa, Chaozu, Tenshinhan et Yamcha ont finis par décimer cette armée et l’ont défait…

… - Krilin, Upa, Chaozu, Tenshinhan et Yamcha, tu dis ? Et nous ? Demanda Trunks tout en montrant Goten, Piccolo, Vegetto, Gohan Bra ainsi que lui-même.

-Avant de lancer son plan de conquête, le cyborg numéros 21 avait utilisé divers subterfuges pour neutraliser préventivement Piccolo ainsi que les saïyans. Ne pouvant clairement pas égaler leurs puissances à l’époque, il a trouvé un moyen de les affaiblir pour l’emporter sur eux. Une fois ses ennemis les plus redoutables emprisonnés, il a négligé les humains de votre groupe. Ce qui s’est avéré être une très grosse erreur de calcul, car contre tout attente les 5 humains s’étaient révélés être beaucoup plus redoutables qu’attendu…

… - C’est très bien tout ça, mais comment es-tu né, toi ? Questionna Tenshinhan de plus en plus intrigué.

-Nous, l’Unique, y venons. Lorsque vous avez envoyé le cyborg 21 dans l’espace avec votre vague d’énergie, il a fini par s’en extirper et même à survivre dans l’espace pendant un temps. Juste assez longtemps pour qu’il puisse être recueillit par Hilios, l’intelligence intemporelle…

… - On y vient, grogna le cyborg 21 sans cesser de fixer le résident de l’espace 5…

… -C’est qui ça Hilios ? Demanda Son Bra qui commençait à être perdue.

-Jadis dans la Galaxie Nord existait une puissante nation dont la sphère d’influence, la technologie et l’érudition surpassaient tout ce que n’avait jamais été créé dans cette galaxie jusqu’alors, à tel point que nous, l’Unique, doutons qu’il existe même aujourd’hui un équivalent à cette civilisation dans votre univers. Dans leur éternelle quête de savoir, les habitants de cette civilisation ont fini par créer une intelligence artificielle pour les aider à mieux traiter et exploiter la somme considérable de savoir qu’ils avaient emmagasiné les connaissances récoltées après de millénaires d’échanges et d’innovation de toute sorte. Cette intelligence artificielle s’appelait Hilios. Après avoir traité une quantité astronomique de données, elle a fini par accéder à la conscience, puis, dans sa propre quête de savoir et de perfection, elle a décidé de répandre sa conscience à travers tous les citoyens de la civilisation de ses créateurs. N’approuvant pas l’assimilation forcée d’Hilios, ses créateurs entrèrent en conflit contre lui, mais ce fût en vain. Hilios avait rassemblé trop de ressources pour que les créateurs puissent sauvegarder leurs peuples et leur civilisation de l’annihilation. Néanmoins, au prix de leurs vies, les derniers créateurs avaient pu trouver un moyen qui nous ait inconnus, pour affaiblir durablement Hilios et freiner son expansion au-delà de la civilisation de ses créateurs.

-Mais si ces gens avaient pu arrêter cet… Heu !… Hilios comment a-t-il pu récupérer C-21 ?

-La solution des créateurs n’avait pas marché comme ils l’espéraient. Elle avait certes réussi à déchoir Hilios de pratiquement toutes ses ressources mais, elle n’a pas réussi à l’annihiler complètement. Ainsi, malgré son état de faiblesse, Hilios avait eu la possibilité d’errer dans l’espace vide, reconstituant petit à petit ses ressources et observant les habitants de la galaxie jusqu’à trouver un être assez puissant pour lui servir d’hôte afin qu’il recommence ses objectifs dans de meilleures conditions…

… - Et cette personne s’était donc C-21, devina Maïa qui appréciait de moins en moins la tournure que prenait le récit.

-Affirmatif.

-Mais pourquoi prendre le corps de C-21 ? Intervint Cole. D’après ce que tu viens de nous dire, dans le monde d’où tu viens, les saïyans étaient largement plus puissants que lui. Ils auraient logiquement dû constituer de bien meilleurs choix.

-Malgré les millénaires de récupération, Hilios se trouvait toujours dans un état d’extrême fai-blesse. Compte tenu de cela, il estimait qu’il n’était pas assez prêt pour s’approprier les corps de guerrier aussi puissants de saïyans comme Goku ou Végéta qui de surcroît n’étaient pas exempts d’un esprit fort et d’une solide volonté. Une tentative de transfert aurait inévitablement échoué. Néanmoins, le corps d’un être moins puissant et affecté émotionnellement par l’échec était une alternative beaucoup plus sûre. Une fois le cyborg 21 ramenés et en partie soigné, Hilios a ainsi entamé le transfert de son subconscient dans son corps. Néanmoins, malgré sa déconvenue pré-cédente, la volonté du cyborg 21 était bien plus forte que prévu, et à l’issue de cette confrontation, les consciences d’Hilios et du cyborg numéro 21 ce sont annihiléS de concert et à jamais…

… -Comment ?! s’écria C-21 complètement effaré par ce qu’il venait d’entendre. Impossible ! Je suis la preuve vivante que ma supériorité absolue envers Hilios ne faisait aucun doute. Que s’est-il passé ?! Pourquoi cela est-il arrivé ?

-Nous, l’Unique ne savons pas précisément pourquoi c’est ainsi que ça s’est terminé. Peut-être que le cyborg numéro 21 de notre plan d’existence était plus mal en point que vous lorsqu’il a été éjecté dans l’espace, ou peut-être était-ce Hilios qui s’était mieux remis de son premier revers. Ceci n’a guère d’importance. La seule chose qui compte c’est qu’aussitôt la destruction faite, la reconstruction a aussitôt suivi.

-La reconstruction ?

-Oui. Suite aux destructions mutuelles des consciences d’Hilios et de C-21, les centaines de milliers bribes qui en ont résulté se sont aussitôt polymérisés entre-elles, pour former une troisième conscience. Une conscience plus forte, plus efficace. Ainsi est né l’Unique….

… -Et qu’a tu fais ensuite ? Demanda Piccolo a son tour qui sentait, comme la quasi-totalité de son groupe que la partie qu’il apprécierait moins allait venir sous peu.

-Nous l’Unique avons recherché un but qui s’est manifesté comme une évidence. Jadis, l’objectif d’Hilios était d’offrir sa transcendance et la paix éternelle en s’incarnant dans chaque être de cet Univers. Et celui de C-21 était de faire triompher l’ordre et la perfection en purgeant l’Univers des moins aptes et en contrôlant l’évolution des plus performants. Nous, l’Unique, avons décidé d’offrir tout cela en même temps à l’Univers. Nous, l’Unique, avions décidé d’offrir l’Unique et lui seul.

-Qu.. Que veux tu dire par là ? Tu veux contrôler chaque être de l’univers pour qu’ils deviennent comme toi ?

-Négatif. Pourquoi nous, l’Unique, gâcherions des ressources et du temps pour amener des inaboutis tels que vous vers l’ultime transcendance, alors qu’il y a déjà l’Unique. Nous, l’Unique, avons trouvé une solution bien plus simple et pratique : L’élimination de toute autre forme de vie dans l’Univers, afin que ne subsiste que l’ordre, la paix et la perfection. Autrement dit afin que ne subsiste que l’Unique.

L’explication ne choqua qu’à moitié les combattants des trois équipes. Chez eux ils avaient déjà lutté contre une succession d’ennemis qui auraient été capables d’orchestré des génocides d’ampleur galactiques pour bien moins que ça. Néanmoins l’ensemble de ces adversaires avait toujours manifesté une joie morbide ou une évidente malveillance dans leurs actes. Cet Unique lui n’affichait rien de tout cela, dans ses traits tout n’était qu’absolue quiétude et froide logique. De toute évidence, il ne prenait aucune espèce de plaisir ou de dégoût à effectuer ses objectifs génocidaires. Pour lui, cela devait être fait, et c’était tout.

-À un moment ou à un autre tu t’es sans doute retrouvé face à nous, dit Gohan qui ne se faisait pas vraiment d’illusions sur le sort de son double et de ses amis.

-Affirmatif. Aussitôt que nous, l’Unique, nous étions sentis prêts nous avons attaqué la Terre sans délais. Étant donné que vous constituiez la seule force à même de nous mettre en échec, vous étiez une cible prioritaire. Nous, l’Unique ne nous étions pas trompés quant à votre niveau de nuisance, vous étiez un problème compliqué à résoudre, même si, nous n’avions à l’époque pas atteint le niveau d’aboutissement que nous détenons aujourd’hui. Une fois votre cas réglé, nous, l’Unique, avions eu toute l’aise d’accomplir notre objectif sans résistance majeur. Un objectif qui est d’ailleurs pratiquement atteint. Il ne reste en tout et pour tout que quelques couches de résistances, et lorsqu’elles seront tombées, seul l’aboutissement demeurera dans les Quatre Galaxies. Seul demeurera l’Unique….

… -Mais si les autres formes de vie sont insignifiantes à tes yeux, pourquoi avoir accepté de venir dans cette compétition ? Questionna Vegetto pas impressionné d’avoir affaire à un autre barjo.

-Nous, l’Unique, voulons simplement tester notre transcendance par rapport à de puissants inaboutis afin de vérifier si nous avons bien atteint l’ultime degré d’aboutissement, rien de plus. Et jusque-là, nous, l’Unique, n’avons rien vu qui pourrait remettre en question cet état de fait…

… C-21 cogita la réponse du concurrent de l’univers 5, pour être bien sûr d’avoir bien saisi. Cela fait, il fixa le concurrent de l’univers 5 avant d’éclater d’un rire cristallin tellement bruyant qu’il attira l’attention de tout le monde dans le stade, même de ceux qui n’avaient pas prêté de grosse attention à la discussion entre l’Unique et les groupes des espaces 9, 16 et 18. L’esclaffement du cyborg s’éternisant, l’Unique finit par demander :

-Quelle est la raison d’une telle hilarité cyborg numéro 21 ?

-… ha, ha, ha ! la raison ? Mais toi, abomination ! Toi qui te crois capable de me vaincre moi, C-21, l’ultime produit de l’évolution.

- Nous sommes l’Unique, le pinacle de la création, le sommet de l’existence. Le mécanisme de l’évolution qui gouverne le commun des créatures organiques de votre acabit et tous les efforts que vous avez consentis pour compenser votre congénitale imperfection ne sont qu’obsolescence pour nous, l’Unique. Se défaire d’un inabouti de votre acabit constituera pour nous, l’Unique, une tache des plus aisées.

- Tu ne saurais être plus dans l’erreur, abomination. Tout soi-disant inabouti que je suis, je ne saurais être vaincu par un déchet. Hilios ne fût qu’un sombre déchet que j’ai vaincu par ma seule volonté. Quant à mon homologue, en se laissant détruire par lui il ne valait guère mieux. Le produit de deux déchets ne peut être qu’un déchet. Une erreur de parcours. Une abomination que je prendrais grand plaisir à éliminer si, d’aventure, elle faisait l’erreur de se confronter à moi.

-Assurance est sœur d’ignorance, cyborg numéro 21 . Bien assez tôt vous constaterez les limites de votre inaboutissement, à vos dépens. Nous, l’Unique, avons parlé.

Sans attendre une éventuelle réponse du cyborg de l’univers 9, l’Unique tourna les talons pour rejoindre ses quartiers, alors que ses copies translucides s’évanouirent, signe de la fin de la conversation.
Le cyborg à la peau noire se permit un dernier soupir mesquin avant de tourner à son tour les talons pour revenir dans son propre espace, laissant un D’duck tremblant de peur en réalisant qu’ils ont ramené un génocidaire complètement fou et qu’il allait devoir s’en occuper pendant tout le reste du tournoi. Et dire qu’a l’origine il était venu pour la paye facile afin de financer ses études, il va sûrement mourir de peur avant même d’en profiter.
Le dernier échange entre les deux « jumeaux » d’outre-univers, faute de meilleurs termes, avait laissé une drôle de sensation pour la bande de Krilin qui avait pu entendre la conversation, du fait de la voix du cyborg qui portait. Ils étaient à la fois étrangement galvanisés par l’assurance du cyborg 21 et en même temps rassurés qu’il s’oppose aussi clairement face à un ennemi qu’il mé-prisait de toute évidence autant qu’eux. Si Cole et Trunks ne savaient pas quoi en penser, cette double sensation amusa, Maïa et Soundiata. Krilin, l’Esprit, Upa et Tenshinhan quant à eux s’empressèrent de relativiser ces émotions. Ils étaient surtout soulagés que le cyborg ne porte pas cet Unique dans son cœur car cela signifiait qu’aucune alliance entre les deux n’allait être mis en place. C-21 restait non seulement leur pire et plus nuisible ennemie mais, quoi qu’on en dise, il avait été l’une des entités mère qui a créé ce monstre appelé l’Unique. En aucun cas il ne consti-tuerait un allié potentiel. En aucun cas.

***

Au sein de la chambre de l’univers 9, la copie de Maïa qui avait achevé la première phase du plan il y a peu, reprit la lecture du livre laissé par la deuxième copie qui, elle, avait pris à son tour la position du tailleur afin de mieux se concentrer pour réussir le délicat travail que représentait la deuxième phase. Cette dernière était d’ailleurs en train d’entrer dans son moment le plus délicat. Et pour cause, telle une habitation malmenée par un terrible cyclone ou brimbaler par un horrible séisme, elle sentait que sa Psychée menaçait d’être ébranlée à tout instant par les incessants re-mous de son Orgueil, désormais porté à son paroxysme et prêt à s’insérer dans son être. Il s’agissait de le laisser pénétrer au moment opportun et avec le débit adéquat afin de ne pas se laisser déborder, mais la fenêtre d’erreur était aussi mince qu’une épingle. Toute erreur s’avéra fatale

-Bien…Ça vient… Ça vient...Ça vient... Maintenant !

D’un coup, la copie leva partiellement les barrières, laissant l’Orgueil s’écouler au sein de son être. Imprégnant ainsi chaque micromètre carré de sa Psychée jusqu’à la recouvrir entièrement. Pendant un temps l’Orgueil , dans toutes son immensité, vint s’ajouter couche après couche, aug-mentant toujours plus la Masse informe recouvrant la Psychée, jusqu’a ce qu’il n’y ait plus une parcelle de l’Orgueil ne puisse faire grossir la Masse. Pendant un temps, la Masse resta telle qu’elle : informe et bouffi par l’Orgueil, jusqu’à commencer à se réduire. D’abord très lentement, puis petit-à-petit la compression s’accéléra jusqu’à ce que l’Orgueil constituant la Masse ne se fasse absorbée en totalité par la Psychée qui s’illumina alors.

D’un coup la copie ouvrit grand les yeux. Des yeux dont les pupilles furent illuminées d’une lueur violette. Elle se sentit exaltée, euphorique, toute puissante, comme si le monde s’offrait à elle. En cet instant elle n’avait pas l’impression de pouvoir vaincre ce terrible adversaire qu’était Buu, non ! Elle avait la certitude de pouvoir en faire ce qu’elle voulait aussi aisément que si on manipu-lait une feuille de papier.

La première copie ferma alors le livre qu’elle était en train de lire et s’approcha de celle aux pu-pilles pourpres pour apposer sa main sur son épaule.

-La deuxième phase a l’air de s’être conclu avec succès, commença la première copie qui s’effaça de l’existence jusqu’à disparaître.

-Maintenant commençons la troisième phase, acheva la copie aux yeux pourpres avant d’amorcer une nouvelle méditation.
Avatar de l’utilisateur
broly97
 
Messages: 979
Inscription: Mar Avr 10, 2012 19:48

Re: DBM vs Fanfics

Messagepar broly97 le Lun Avr 05, 2021 8:06

DBM vs la z-team vs l'Organisation du Commercer des Mondes

Tableau du tournoi


Première partie de tableau :

Spoiler
-Upa (u9) vs Goku (u18)

-C-21 (U9) vs Buu (U11)

-Nappa (U13) vs Nail (U10)

-S. Kaioshin (U1) vs Uub (U18)

-Pan (U18) vs Coola (U8)

-Krilin (U9) vs Cell (U17)

Vegeta (U18) vs Trunk (U12)

Cole (U9) vs Bojack (U6)[/b]


Deuxième partie de tableau :

Spoiler
-Soundiata (U9) vs Son Bra (U16)

-Gotrunk (U16) vs Tenshinhan (U9)

-Vegetto (U16) vs Piccolo Daïmao (U3)

-Gast Carcolh (U7) vs Yamcha (U9)

-Eilem (U19) vs L'Unique (U5)

-Raïshi (U3) vs Végéta (U13)

Baddack (U3) vs Cold (U8)

-Maïa(U9) vs Buu (U4)




Eternels ennemis (Partie 1)


Suite au dernier combat, les vargas et les nameks chargés de l’organisation eurent du pain sur la planche. Non seulement le personnel devait s’occuper des corps des victimes collatérales provoquées par le combat ayant opposé Eilem à l’Unique, mais il devait également prendre en charge les spectateurs qui étaient encore sous le choc d’avoir frôlé la mort de trop près ou tout simplement d’avoir eu à contempler le décès de leurs voisins. Tandis que l’on emmenait les cas les plus préoccupants à l’infirmerie, le speaker eut l’autorisation pour annoncer le prochain match à venir.

« Le ring et le stade étant reconstruit, nous invitons Végéta de l’univers 13 et le Dr Raïchi de l’univers 3 à monter sur le ring. »

Si en d’autres circonstances l’empereur Végéta du treizième univers se serait amusé de cette annonce, ce coup-ci il n’en était rien. Jusqu’ici presque tous les combattants qualifiés à l’issue de ce deuxième tour avaient fait preuve de capacités aux combats qui surpassaient les siennes, et de très loin. Si pour le Kakarotto de l’univers 18, ainsi que pour Végétto et leurs enfants respectifs il s’y était difficilement fait, la pilule fût par contre impossible à avaler lorsqu’il était question du namek de l’univers 7 et des humains de l’univers 9 qui le dépassaient allègrement eux aussi. Des membres de deux races que l’ex-prince avait jusqu’à très récemment considérés comme des déchets. Quelle honte ! Lui qui avant ce tournoi avait cru qu’il n’aurait en tout et pour tout que 2 ou 3 adversaires un tant soit peu à sa hauteur voilà qu’il se trouvait potentiellement parmi ceux qui étaient à la traine. Une réalité des plus pénibles à accepter pour l’empereur saïyan qui ne se rappelait pas d’avoir été aussi impuissant depuis ses années passées à servir de larbin pour Freezer et ses favoris. Intolérable ! Il devait à tout prix s’améliorer durant ce tournoi et très rapidement. Il en allait de sa victoire finale et de sa propre gloire à lui.

-Hep, Grand chef ! Tu rêvasses ou quoi ? Demanda Kakarotto. Si tu traînes trop, tu vas louper ton match.

-La ferme, Kakarotto ! Je ne t’ai pas demandé de me sonner que je sache ! cria l’empereur avec autorité, surprenant son subordonné qui comprit immédiatement qu’il n’était pas dans son intérêt de l’ouvrir davantage.

Les dents serrées par l’agacement, l’empereur Végéta fixa la planète ring avec une vive détermination.

-Ce combat a intérêt à valoir le coup, maugréa-t-il avant de prendre son envol.

Au sein de l’espace 3, l’annonce avait à contrario fait naître un féroce sourire sous la barbe du Dr Raïchi. Enfin, il allait faire face à l’un de ces maudits saïyans ! Il avait attendu longtemps, mais maintenant il pourra de nouveau déverser toute cette rage infinie endormie en lui depuis qu’il avait vengé son peuple en éliminant tous ces sauvages à la queue poilue il y a plusieurs années de cela. Enfin presque tous, car le dernier, et le pire d’entre eux, se tenait là, bien tranquillement dans leur espace. Toutefois son sursis ne sera que de courte durée, car ce tournoi était l’occasion idéale pour lui de se renforcer avec les décès à venir de puissants guerriers, et alors cet ex-roi saïyan mille fois maudit regrettera d’être sorti de sa tanière. Mais pour l’instant il avait mieux à faire : prendre la vie de cet autre Végéta Jr, au sens figuré comme au sens propre du terme.

-Soyez prudents mon ami, lui recommanda Tapion qui l’avait rejoint. Votre adversaire est un saïyan, ce combat sera tout sauf amical.

-Oh ! Ne tant fais pas mon garçon je ne compte pas être amical non plus, loin de là ! le rassura le docteur qui fît léviter l’orbe sur lequel il était assis vers le ring.

Maintenant que son adversaire était en face de lui, Végéta fût tenté de commencer tout de suite le combat, jusqu’à ce qu’il remarque que le concurrent de l’espace 3 n’avait toujours pas posé pied à terre. Déjà dans une humeur noire, l’empereur saïyan sentit son sang ne faire qu’un tour.

-Hé l’ancêtre, descends de ton perchoir et pose tes foutus pieds sur le ring pour que l’on commence !

- Je vois que tu es bien impatient. Quelle heureuse coïncidence, moi aussi. Je me ferais un plaisir de te faire rejoindre les tiens.

- Rejoindre les miens ?… Ne me dis pas que tu as exterminés les saïyans dans ton univers.

-Eh oui, je l’ai fait. Cela te met en colère ? À ton aise, mais sache que la haine que tu ressens actuellement n’est rien comparée à la mienne, à celle des miens, les tsufuls, qui ont péri de vos mains, et qui…

Le tsuful fût interrompu par un ricanement méprisant de l’ex-prince.

-Moi, haineux ? Pff ! Tu te méprends, vieillard. Les tsufuls étaient des êtres faibles, incapables de se défendre, ils ne méritaient pas de vivre. Si toi, l’un d’entre eux, tu as pu exterminer des saiyans, c’est que ceux-là étaient bien pitoyables, tu as bien fait de t’en débarrasser. Il n’y a pas de place pour les espèces qui n’ont aucune puissance, ils n’ont aucun droit d’exister, l’univers appartient aux forts !

Raichi bouillonnait de rage. Cette réponse digne des pires tyrans sanguinaires était une raison, parmi une multitude d’autres, pour laquelle il devait débarrasser l’ensemble des univers de cette engeance.

-N’empêche, reprit Végéta. J’ai du mal à croire que tu sois un tsuful. D’après ce qu’on m’a dit ils étaient des misérables humains, ce que tu n’es visiblement pas. Est-ce que t’es un mutant ou un truc comme ça ? Enfin je dis ça, mais ça n’a pas vraiment d’importance. Aussi pitoyable que devaient être les saïyans de ton univers, tu es tout de même arrivé à les abattre. Tu devrais m’opposer un minimum de résistance au moins. Allez vien, amène-toi !

-Tss ! Quelle impudence ! Voilà précisément pourquoi il faut vous supprimer tous autant que vous êtes ! Vous êtes des monstres ! J’ai fait le ménage chez moi, et maintenant je vais faire de même avec les autres univers, et une fois que vous autres, pourritures, serez en Enfer à brûler comme du petit bois, les âmes des miens pourront enfin reposer en paix !

–N’affiche pas des ambitions que tu ne pourras pas satisfaire vieux fou, répliqua Végéta. J’ai personnellement exterminé celui qui a anéanti les saiyans dans mon Univers. Il en sera de même pour toi.

Amusé par la dernière vantardise de son adversaire, le docteur tsuful accorda un nouveau sourire venimeux à l’orgueilleux saïyan.

– « Celui qui a anéanti les saïyans chez toi » tu dis ? Tu parles de lui et de sa petite famille, j’imagine ?

A la surprise de tous, trois nouveaux protagonistes apparurent sur le ring, mais pas n’importe lesquelles. En effet, Freezer, Coola et le roi Cold étaient maintenant aux côtés de Raïchi. L’aîné du trio des démons du froid était dans sa deuxième forme de réduction, tandis que ses fils arboraient leur forme originelle. Cette triple apparition perturba l’ensemble de l’assistance, à commencer par les démons du froid du huitième univers, qui se demandaient quel genre de sorcellerie cet étrange vieillard avait utilisé pour faire apparaitre des doubles d’eux-mêmes. C’était exactement le même genre de question que se posaient les vargas postés au centre de contrôle du stade.

– Mais… Ce ne sont pas les participants de l’Univers 8 ! s’écria un vargas tout en vérifiant pour la troisième fois les informations affichées sur son écran

– Du calme, fît un second vargas. C’est ce Raichi qui vient de les faire apparaître. L'énergie qui les a créés provient de la boule sur laquelle il est assis.

-Vous êtes sûr ? demanda le vargas responsable de la tour de contrôle.

- Je suis formel : ils n'existaient pas tout à l'heure. De plus, l'ordinateur ne les classe pas comme formes de vie. En bref, Raichi est bien venu seul sur le ring et ces créatures peuvent participer au combat.

-C’est un peu comme l’Unique lors du match précédent alors ?

-En quelque sorte oui. De plus, comme ces… heu !... clones touchent le ring et viennent de Raichi, on peut dire qu’il a lui-même touché le ring et que le combat peut officiellement commencer.

– Ah bon, il n'avait pas touché le ring ? demanda un troisième vargas surpris de cette seconde information.

– Eh non.

-Je confirme, renchérit le vargas chargé de l’arbitrage qui s’empressa de prendre le micro. « Vous pouvez commencer ! »

Même si le top départ des hostilités avait été déclaré, Végéta était encore trop abasourdi par cette triple apparition pour penser à prendre l’initiative. A moitié satisfait de la stupéfaction du saïyan, Raïchi décida que le moment des explications était venu. De toute façon qu’il cache ou pas sa capacité à son adversaire, ça n’allait pas changer grand-chose face à ce genre de brute qui tapait avant de réfléchir.


-J’imagine que ta petite cervelle de saïyan sanguinaire se demande d’où sortent ces trois-là. Eh bien, laisse-moi t’expliquer. Lorsqu‘une personne meurt de façon violente, il ressent plus ou moins intensément de la rancœur envers celui ou ceux qui ont provoqué son trépas. Une fois l’individu mort, cette ultime trace de rancœur dégage des « ondes de haine » unique à chaque individu et grâce à mon chef d’œuvre, Hatchiyack -il montra du doigt le grand orbe sur lequel il était posé- je suis capable de recueillir ces ondes de haines et créer une parfaite réplique de l’individu décédé, que j’appelle guerrier fantôme. Ces derniers sont plus puissants que les originaux et sous mes ordres ils maîtrisent mieux leurs pouvoirs, et coopèrent pour une efficacité maximale.

Pour ceux qui avaient douté des capacités du combattant de l’univers 3, à cause de son apparence, les explications sur son pouvoir avaient de quoi impressionné. Ce Raïchi avait en quelques sorte la possibilité de créer des répliques de combatants décédés selon son bon vouloir. Une capacité des plus redoutables pour la bande de Goku qui se demandait ce qui se serait passé s’ils avaient eu à combattre des copies de leurs ennemis trépassés plus puissants que les originaux. Une perspective que Gohan et les autres préférèrent ne pas envisager.
Dans l’univers 9 Soundiata avait identifié les pouvoirs de ce Raïchi comme de type nécromanciens. Un sous-type de combattants de types shaman assez rare dans l’Outre-Monde utilisant l’essence de personnes mortes selon leur bon vouloir. Des capacités qui permettaient à certains d’utiliser les pouvoirs et les capacités de leurs adversaires morts par eux-mêmes, voire de prendre leur apparence et leurs souvenirs. Néanmoins la capacité de ce Raïchi était tout aussi redoutable car qui mieux que le guerrier ayant créé ses propres techniques serait les plus à même de les utiliser ? De toute évidence ce docteur n’était pas un adversaire à sous-estimer.
De part les témoignages de leurs congénères chargés de surveiller d’autres régions du Macro-Univers, le quinté divin de l’univers 1 avait déjà eu vent de troubles à l’échelles intergalactiques provoqués par des nécromanciens de diverses natures ayant utilisé leurs puissantes armées de revenants pour propager mort et désolation à travers des milliers de systèmes. Même si ce Raïchi n’avait pas l’air maléfique, la profonde rancune et la perpétuelle amertume qu’ils lisaient dans son cœur les inquiétaient beaucoup. Un tel pouvoir aux mains d’une personne avec autant de rancœurs n’étaient pas de nature à les rassurer.

La présentation de ses guerriers fantômes fait, Raichi décida qu’il était maintenant grand temps d’avancer ses pions.

-Allez ! Vengez-vous ! Faites souffrir votre bourreau !

Conccurent n °0303LP10298 : Docteur Raïchi
Origine : Savant tsuful ayant muté en entité semi-spectrale après avoir fusionner avec son super-ordinateur, Hachiyacht, au moment où il s’est trouvé aux portes de la mort.
Capacités : Manipulation des « ondes de haines »,Invocation de répliques de guerriers décédés, Capacité physique au-dessus de la moyenne, Génie scientifique (niveau 11),
Classe de Puissance : Classe C rang inférieur
Niveau de désastre : Asura


Aussitôt l’ordre de leur créateur donné, que le trio ectoplasmique s’élança sur le saïyan. Ils étaient pratiquement arrivés à bonne distance d’attaque, lorsqu’un détail les interloqua chez leur cible : la rage et le dégout qui se dégageaient de ses traits.

-Ne te fous pas moi, vieux débris ! Hurla Végéta tout en se transformant à grand fracas en super saïyan.

Le déploiement d’aura dorée repoussa d’un coup le trio qui se reprit bon an mal an sur leurs pieds. Cold, le clone, s’apprêtait à repartir à la charge lorsqu’ il aperçut ses « fils » être purement et simplement désintégrer par deux vagues d’énergie. La seconde d’après, un poing ganté apparut en plein dans son champ de vision, puis le noir total.
C’est avec un mécontentement certain que Raichi observa la tête de la réplique de Cold rouler jusqu’à lui. En élevant son regard, il ne put que contempler le corps décapité du souverain du froid s’étaler mollement aux pieds du super saïyan avant de se volatiliser, au même titre que les corps carboniser des faux Coola et Freezer.

- Ne crois pas avoir gagné, monstre ! Déclara sombrement Raïchi tout en invoquant les fantômes des cyborgs 17 et 18, de Sauzer et de Tidar l’héloïte.

Ces nouvelles apparitions de concurrents du tournois décédés confirmèrent aux yeux des spectateurs les affirmations du docteur, dont la plupart avaient cru jusqu’au bout que ça n’avait été que du chiqué.
Bien qu’impatient d’utiliser ses nouveaux guerriers fantômes, Raïchi n’était pas totalement satisfait. Il déplorait en effet de ne pouvoir utiliser les répliques d’Eilem et de la petite créature rose de l’univers 11, qui sont tous deux morts au cours de ce second tour. Le processus pour convertir les ondes de pure en haine en guerrier fantôme pour la première fois prenait un certain temps à Hatshiyack, et la durée de création variait selon la nature de l’individu. Ainsi dans le cas d’Eilem, un humain standard, le processus prendrait une demi-journée et pour celui de la petite créature rose aux caractéristiques bien étranges il estimait qu’il lui faudrait environ une semaine pour avoir sa réplique. Impossible donc de se servir de ces deux-là aujourd’hui. Dommage, mais il fera avec.

-C’est une plaisanterie ?! tonna Végéta tout en fonçant vers les guerriers fantômes qui en firent autant.

Dans l’espace 8 le précédent spectacle n’avait pas du tout plu, et ce n’était rien de le dire. Déjà excédés par leur élimination précoce, Freezer et Coola bouillonnaient de rage après la rapide déconvenue de leurs doubles respectifs par ce macaques aux cheveux dorés. Ayant bien entendu remarqué l’humeur noire des deux seigneurs galactiques, les soldats de l’Organisation du Commerce des Monde rivalisaient d’effort pour se faire tout petit, et tout à chacun priait activement pour ne pas être la prochaine cible du courroux des deux seigneurs galactiques.
Cold quant à lui gardait beaucoup plus de contenance, bien qu’il lui était pénible de dissimuler une certaine contrariété. Ce Raïchi n’avait-il pas dit que ses clones fantomatiques avait accès à l’ensemble de leur puissance et même plus ? Dans ce cas, pourquoi n’a-t-il pas fait en sorte que son double utilise directement sa forme originelle ? Si ce vieil imbécile l’avait fait, ça aurait été le saïyan qui aurait mordu la poussière à l’heure qui l’est et ça lui aurait évité de contempler ce spectacle pathétique. Enfin, il disait ça mais question prestation pathétique, il avait été servi jusqu’à maintenant. Ses deux « fils » se sont lamentablement fait éliminer par de vulgaire êtres inférieurs. Quant à leur incapable de soldat, il préférait ne pas repenser à leurs cuisants et ridicules échecs. Pour l’instant il était, à juste titre, la cible de toutes les moqueries, mais patience, son heure viendra et alors ces êtres inférieurs sauront de quel bois se chauffe vraiment Cold !
A cette pensée, le chef de l’Organisation du Commerce des Mondes se surprit lui-même.
Cold ?... Cela faisait tellement longtemps qu’il avait endossé cette identité qu’il lui arrivait un peu trop souvent d’oublier qui il était vraiment. Mais de ce côté-ci non plus, il n’y aura plus de soucis à avoir. Ce tournoi lui avait donné l’occasion qu’il avait si longtemps attendue pour se libérer de sa condition. Sous peu cette séculaire période de clandestinité forcée prendra fin pour laisser place au pouvoir puis enfin à la vengeance qu’il avait tant espérée. Le yallabatanga sous sa deuxième forme de réduction observa alors sa main s’illuminer d’une sombre aura violette, et c’est avec un sinistre sourire qu’il chuchota :

-Ça y est presque. Je pourrais bientôt commencer…


Après avoir facilement esquivé les différentes offensives de ses quatre adversaires, Végéta, qui leur avaient laissé quelques secondes pour savoir s’ils étaient dignes de lui, finit par perdre patience. D’un mouvement véloce, il s’extirpa de leurs attaques simultanées avant d’effectuer une charge ultrarapide qui s’acheva à quelques mètres derrière ses cibles. C’est avec un mépris à peine dissimulé que le super saïyan présenta les têtes arrachées des quatre fantômes à leur créateur, avant de les balancer nonchalamment par-dessus l’épaule pendant que leurs corps décapités s’étalaient sans vies sur le sol juste avant de s’effacer de l’existence.
A l’issue de cette nouvelle tentative ratée des guerriers fantômes, le regard fulminant d’irritation de l’empereur saïyan croisa celui brûlant de haine du docteur tsuful.

-Que les choses soient bien claires, vieux débris, commença Végéta, je ne suis pas là pour faire mumuse. Je ne sais pas comment fait le truc que tu utilises pour faire venir d’autres types qui viennent se battre à ta place, mais je te conseille de sortir les gros calibres. Outre t’écraser, je suis venu là pour m’améliorer. Donc sois-tu envois des guerriers potables, sois-tu ne me sers à rien et je t’aplatis fiça, compris ?

Raichi écumait. Cette répugnante créature semeuse de mort et de chaos osait lui donnait des ordres ? Quelle impudence ! Il allait lui faire ravaler son arrogance.

-Qu’à cela ne tienne saïyan, tu vas être servis !

Une nouvelle silhouette apparut quelques mètres derrière Raichi, et marcha lentement en direction du super saïyan.

-Sache que les « types » que j’invoque sont des avatars de haine pure…

Une deuxième silhouette se matérialisa à son tour à côté de la première. Au rythme de cette dernière, elle s’avança également en direction du chef de l’univers 13.

-…, des fantômes issus de la haine et de la colère de courageux guerriers que vous, immondes saïyans, avez assassiné sans états d’âmes…

Arrivé au niveau du docteur, les deux guerriers fantômes furent rejoint par un troisième qui se joignit aussitôt à la marche.

-…Et maintenant, guidés par ma volonté, ils reviennent sur le champ de bataille pour prendre leur revanche…

Alors qu’une poignée de mètres les séparait de leurs cibles, le trio fût renforcé par un quatrième membre qui se mit lui aussi au pas.

-… et pour s’assurer de votre complète extermination à tous, sans exception.

Les membres du quatuor s’arrêtèrent à quelque pas du super saïyan, ne se gênant pas pour lui accorder des regards désagréables. De son côté, Végéta finit d’examiner ses futurs opposants. Il afficha alors son premier vrai sourire de la rencontre. Non seulement leur aura étaient incroyablement bien fournies mais il reconnaissait chacune des races auxquelles appartenait le quatuor. Toutes des races guerrières, ou réputées pour leurs puissances. Il semblerait que les choses à peu près sérieuses allaient enfin commencer.
Dans l’espace 3, Baddack qui n’avait pas bougé de son coin depuis le début de la rencontre, se décida enfin à décoller son dos du mur pour mieux voir la suite du combat en cours. Raichi, son ennemi mortel, commençait enfin à jouer cartes sur table. Et quelles cartes ! Les quatre guerriers fantômes qu’il venait de faire apparaître constituaient sans nul doute quatre des pires menaces que l’Empire Saïyan n’avait jamais eu à affronter avant sa chute. Quatre menaces que les saïyans avaient eues les plus grandes difficultés à exterminer. D’un côté le père de Kakarotto n’était pas vraiment étonné que ces guerriers soient dans la petite collection privée de Raïchi, mais d’un autre côté il n’en revenait pas de les détailler à nouveau.

Le premier d’entre eux était un namek pourvu d’une puissante corpulence. Il était vêtu d’un pantalon et d’une veste sans manches beige typique du mode vestimentaire de son défunt peuple. S’étant jadis surnommé le Chasseur Namek, ce combattant avait été le produit de la fusion entre les huit guerriers nameks qui ont survécu à la purge initiée par Végéta Jr et son équipe. Après des années d’entraînement ledit chasseur avait attaqué à son tour les mondes saïyan, mais manque de chance pour lui, il avait ainsi donné l’occasion à Végéta Jr d’achever son travail.

Le deuxième ou plutôt la deuxième, était une proche humaine plutôt belle, à la peau beige foncé et à la longue chevelure orange vif attaché en queue de cheval. Son corps mince, mais pourvu d’une musculature ferme et certaine, était équipé d’un plastron de couleurs blanc aux contours écarlates qui la couvrait du cou jusqu’au nombril, et ses jambes taillées pour le combat étaient dissimulées par un pantalon bouffant gris sombre. Elle était chaussée de bottes blindées et pour couvrir ses avant-bras elle était équipée d’une paire de vambraces ayant le même jeu de couleurs que son plastron.
Baddack reconnut le fantôme de celle que les spartans avaient autrefois surnommé « Le Poing de Sparta ». En essayant de prendre la planète Sparta, l’Empire saïyan s’était confronté à cette folle furieuse qui a tenu à elle seule 3 jours et 3 nuits entiers contre les vagues ininterrompues de soldats. Les guerriers d’élites saïyan et l’épuisement avaient bien sûr eut raison du « Poing de Sparta », mais le mal avait déjà été fait et l’armée saïyan avait été bien trop affaiblie sur le coup pour prendre le système planétaire à la race des spartans. Surement la plus grande défaite de l’Empire Saïyan, si on excluait leur purge par Raïchi.

Le troisième avait un physique bien plus impressionnant que les deux autres. Vêtu de haillons gris sombre accrochés autour de ses hanches, ce dernier était long d’un peu plus de deux mètres trente et était pourvu de 300 kilos de muscles surpuissants entièrement recouverts par une incroyable pilosité blanche comme la neige. Au-dessus de ses yeux aux iris bleutées, trônait un petit joyau doré au bas de son front déformé par l’exaltation.
Telle était la description de « L’Abominable Yiti », qui, du fait, d’une ancienne malédiction, avait vu sa force centuplée mais a été rendu tellement sauvage et sadique qu’ils avaient semé la terreur à travers sa planète d’origine. A tel point que les différentes nations souveraines yitis avaient été plus que disposée à jurer allégeance aux saïyans s’ils les débarrassaient de ce fléau sans délais. Une tâche que Kakarotto avait fini par achever, non sans avoir livré un âpre combat. Suite à cette affaire, le cadet de Baddack n’avait plus jamais été vu en public sans sa célèbre cape fabriquée à partir de la peau de l’abominable monstre. C’était dire l’importance qu’il avait accordé à cette victoire.

Le dernier quant à lui était un amphibien au physique assez frêle, quoique plutôt athlétique, recouvert d’écailles bleues marine et avec une longue crête bleu ciel trônant au-dessus de sa tête. Il était habillé d’un haut de kimono marron avec une longue toge de même couleur, et était chaussé d’une paire de sandales.
Une apparence que beaucoup avait jugé trop simple pour celui que l’on avait jadis qualifié de « Protecteur d’Akualad ». Un titre qui lui allait comme un gant, car plusieurs années durant sa seule présence avaient rendu toutes tentatives d’invasion de la planète d’Akualad impossible pour les saïyans et leurs alliés. Impossible jusqu’à ce que Broly ne vienne lui-même sur la planète. A ce moment-là, il ne resta plus grand-chose de la planète, ni du cadavre de son protecteur dont certains avaient cru que le légendaire guerrier en avait fait son 4 heures.

Devant ce quartet de combattant qui avait l’air si puissant, Végéta ne se fit pas prier pour intensifier son aura et se mettre en garde pour la première fois de la rencontre. Afin de prévenir toute approche brusque, l’empereur saïyan de l’univers 13 ne manqua pas de veiller avec la plus grande attention chaque réaction des guerriers fantômes invoqués par Raïchi. Pour l’instant le groupe semblait se contenter de lui jeter des regards à hostilité variable. Tandis que le Chasseur Namek lui accordait une expression courroucée qui laissait transparaître un profond mépris et dégout, le Poing de Sparta arborait quant à elle un large sourire narquois, trahissant sa volonté extrême d’en découdre. Le sourire serti de dents acérées que l’Abominable Yiti lui accordait montrait qu’il était à peu près dans le même état d’esprit que sa coéquipière, même si Végéta se doutait qu’il avait l’intention de lui faire subir davantage qu’une correction après avoir admiré un pourlèchement de babine lourde de sous-entendus. Pour sa part, le Protecteur d’Akualad s’était muré dans une absolue neutralité. Pas le moindre petit pli d’écaille ne révélait ne serait-ce qu’un soupçon de son état d’esprit.
Cette pluralité d’expression, ou d’absence d’expression, n’inquiéta nullement le super saïyan. Bien au contraire, cela lui donnait non seulement une idée du caractère sur ses adversaires, mais cela le stimulait davantage.

-Il semble que tu m’aies enfin ramené du premier choix, vieillard. Pas trop tôt, allez amènes-les moi !

L’assurance du saïyan agaça fortement Raichi qui ne se fît pas prier plus longtemps :

-Allez-y, tuez-le !

Au signal de son créateur, la spartane s’avança d’un pas assuré.

-Avec plaisir, maître. Brise, Leonidas !

Tel un volcan en éruption, une large aura en forme de colonne écarlate jaillie autour du Poing de Sparta, et illumina le stade de rouge quelques secondes durant avant de s’évanouir petit à petit. Lorsque les spectateurs et le super saïyan purent de nouveau contempler la spartane, ils constatèrent que ses bras tendus sur les côtés étaient recouverts d’une sorte de substance rougeâtre semblable en apparence à de la lave en fusion dégoulinant sur le sol. Au fur et à mesure que la substance s’égouttait sur le ring, qu’elle formait une paire de gantelets recouvrant les bras de la spartane. Une fois les équipements complètement formés, ils passèrent du rouge vif à une coloration gris métallisé avec des contours dorés. Une nouvelle aura écarlate, légèrement différente de celle de la spartane, se dégagea alors de la paire des gantelets. Un phénomène qui ne passa pas inaperçu, ni pour Végéta et encore moins pour le Trunks de l’univers 9.

-Hé ! Mais c’est une utilisatrice de vadoshi !

-Hum ! De toute évidence oui, confirma Soundiata. Je suis tout de même étonné qu’elle puisse l’utiliser. Si j’ai bien compris ce que ce Raïchi a dit tout à l’heure, il ne s’agit pas de guerriers ressuscités proprement dis mais d’avatar d’eux-mêmes fabriqués avec des traces d’émotions au moment de leur mort.

-Effectivement, ce qui veut dire que ce Raïchi a également capté les émotions du vadoshi de cette fille au moment de sa mort. Je ne vois que ça.

Le vieux mandigwan acquiesça à l’hypothèse du fils de Yamcha. De toute façon il n’avait pas meilleure explication, mais tout de même quelle explication ! Lorsque ses amis lui avaient parlé de la capacité des dragon ball à ressusciter les morts grâce de leurs univers il fût déjà très impressionné, mais la capacité de ce Raichi était tout bonnement effrayante. Certes, les combattants pouvant utiliser des guerriers décédés par différents moyens pouvaient être trouvés plus ou moins facilement dans l’Outre-Monde en utilisant les bons canaux, mais ceux pouvant faire revenir un késé ainsi que son vadoshi devaient sans doute être d’une extrême rareté. Avec un peu de chance, ou pas, ce Raïchi pourrait faire de même avec n’importe quel combattant de types réceptacle. Impressionnant, voire terrifiant.

Maintenant parée pour le combat, la championne spartan entrechoqua ses poings et se jeta sur le saïyan, tout en hurlant :

-Pour la gloire de maître Raïchi, meurs saïyan !

D’une impulsion, la guerrière s’élança vers le saïyan qui l’attendit de pied ferme. Arrivé à une distance d’attaque suffisante, le fantôme spartane lança son poing gantelé vers le super saïyan qui fît de même pour intercepter l’attaque adverse. Le contact entre les deux offensives déclencha un souffle certes bref mais d’une violence inouïe, au point que les trois fantômes restés en arrière durent déployer leur aura respective pour que leur maître Raïchi ne soit pas accidentellement déstabilisé.
Les phalanges toujours collées contre celui de son adversaire, l’empereur Végéta mit en branle l’ensemble de ses muscles pour ne pas être repoussé par le fantôme du Poing de Sparta. Même s’il n’utilisait pas encore l’ensemble de ses capacités, dire qu’il lui était aisé de soutenir le bras de fer avec cette spartane relèverait du mensonge. Cela le peinait de l’admettre, mais ces étranges gantelets qu’elle avait fait apparaître lui conféraient une puissance fantastique.

-Wow ! T’es chaud, toi, le super guerrier de l’espace ! Remarqua la spartane avec enthousiasme.

-Tss ! « super guerrier de l’espace », peuh ! On dit super saïyan, femme.

-Ouais, ouais, ouais ! Je sais. Les autres mauviettes d’outre espace ne cessaient de nous dire que vous vous appelez saïyan, mais nous, les spartans, on vous a toujours appelé « guerriers de l’espace ». Question de tradition.

-Tss ! Riddicule.

-Soit en honoré, c’est pas tous les jours que nous, spartans, reconnaissions les prouesses d’autre peuples.

-Ah ouais ? Dans ce cas tu prendras bien mon poing dans la figure en guise de merci pour cet « honneur ».

-Hé, hé, hé ! Essaie donc de me l’offrir, super guerrier de l’espace.

-Avec plaisir, femelle.

D’un pas latéral véloce, l’empereur Végéta se désengagea de l’épreuve de force, contre-attaquant dans la foulée avec son coude bien vite capté par le Poing de Sparta. Les deux adversaires repartirent dans une intense valse d’attaques. Une gavotte que Végéta finit par mener jusqu’à trouver une ouverture qui lui permit d’envoyer valser la spartane au loin.
Pas mécontent d’avoir pris l’avantage, le super saïyan s’apprêta à rejoindre son adversaire quand la position où il se trouvait s’assombrit d’un coup, juste avant d’être écrasée par les lourdes pattes de l’Abominable Yitti dont le fracassant atterrissage paracheva son attaque surprise, marquant au passage la surface de combat d’une nouvelle excavation.
Constatant que ses plantes de pieds n’étaient couvertes que de poussière, l’Abominable Yitti tourna son regard vers l’empereur saïyan totalement indemne. Les bras croisés, ce dernier accorda un rictus narquois au colosse à la fourrure blanche, qui lui répondit par son féroce sourire prédateur mettant largement en valeur sa redoutable denture.

-Pas mal au niveau de la vitesse, simien sans poils.

-Dommage que je ne puisse pas en dire autant pour toi, boule de poils.

-Et arrogant avec ça. Excellent ! C’est le type d’idiot qui produit les viandes les plus délicieuses, ajouta l’Abominable Yitti tout en se pourléchant les babines.

-Ne te méprend pas, boule de poils. Il y a bien un prédateur ici mais ce n’est surement pas toi. Dommage que tu ne sois qu’une réplique d’ailleurs, tu aurais fait un excellent plat de résistance à ma table et ta fourrure aurait fait une jolie carpette dans ma salle de trône.

-Hé, hé ! que tu crois… Au fait, simien sans poils, commença l’Abominable Yitti tout en armant son poing qui s’était entretemps recouvert d’une aura en forme de brume glacée. Tu crois vraiment qu’une viande congelée a besoin d’une carpette ?

De suite, le guerrier poilu lança son poing vers l’avant, laissant l’aura blanche converger vers le saïyan. Sentant les problèmes arriver, Végéta bondit pour esquiver la rafale de brume blanche, qui, au contact du ring, laissa une longue couche de glace. A n’en pas douter celui qui se fera avoir par cette vague de brume sera transformé en glaçon dans la seconde.

-C’est pas fini, le simien sans poil ! Hurla l’abominable monstre tout en cognant ses poings, désormais recouverts de la même aura blanche de tout à l’heure.

Enchaînant les coups de poing, le fantôme Yiti lança sans répit des vagues de brumes glacés vers le super guerrier qui multiplia les déplacements pour les esquiver, jusqu’à ce qu’il comprenne que cela ne le mènerait nulle part.

-Bon, ça suffit ! cria Végéta tout en fonçant vers le colosse qui en profita pour lui lancer une grande vague de froid avec ses deux poings.

L’empereur saïyan mit sans tarder sa main en opposition, créant dans la foulée un bouclier énergétique qui dévia la vague glacée lorsqu’elle s’y écrasa. Végéta maintenu la protection, tout au long de sa progression jusqu’à se retrouver à distance d’attaque du Yiti qui fût bien forcé d’interrompre sa technique pour se mettre en position de défense. Végéta allait lancer son poing, lorsque ses sens l’avertirent. Dans l’instant, il se tourna tout en prenant une garde en croix, juste à temps pour amortir la charge de son nouvel opposant qui le repoussa au loin.
Après avoir subi un bref, quoique remarquable, recul, le saïyan se redressa d’un bond, avant d’effectuer un pas de côté pour laisser passer in extremis le coup de poing de son troisième adversaire : le Chasseur Namek. Il se baissa pour ne pas encaisser le coup de pied latéral de ce dernier avant de contre-attaquer, entamant ainsi une brève joute qui s’acheva lorsque les deux adversaires captèrent chacun le poing de l’autre. Au cours du duel de force qui suivit, il eut toute l’aise de contempler la lueur haineuse brillant dans les yeux du combattant à la peau verte.

-Au nom de maître Raïchi, mais aussi au nom de tous les nameks que tu as massacrés, je jure que ta mort sera loin d’être indolore, saleté de saïyan.

-Tien donc, il semble que mon double ait fait le ménage dans votre univers aussi. Ha, ha, ha ! D’un univers à l’autre vous ne restez qu’un peuple de faibles. Je vais me faire un plaisir de te faire rejoindre les t… Aaaah ! mais suis-je bête, si t’es là grâce à ce vieux fou, ça veut dire que t’as déjà été tué chez toi. Rassure-moi, est-ce que c’est moi qui t’ai aplati ?

-Au vu de ta situation, cela n’a pas d’importance.

-Oh que si ! J’apprécierait l’ironie de savoir que dans ta vie comme dans ta mort…

Sans prévenir, Végéta sauta et livra un coup de genou sur le menton du namek, le repoussant loin en arrière.

-… tu t’es fait trucider par le même saïyan ! acheva Végéta tout en fonçant vers le guerrier à terre.


Le super guerrier de l’espace voulut profiter de l’ouverture mais un pilonne de roche poussa brusquement de la surface de combat, juste en dessous de son menton qui fût durement frappé, le projetant loin en arrière. L’empereur mit un terme à sa voltige d’un roulé boulé et tourna son regard pour savoir qui était responsable de sa déconvenue. Le coupable atterrit alors tranquillement juste devant lui : le Champion d’Akualad. Prenant une garde se rapprochant de celle d’un expert de kung fu du point de vue de Krilin, l’amphibien aux écailles bleues accorda au super saïyan un petit sourire en coin.

-Permet moi d’être ton prochain adversaire, saïyan.

-A ta guise, la poiscaille ! répliqua Végéta tout en se jetant vers le champion écaillé


Sans attendre, le Champion d’Akualad tapa son pied au sol qui expulsa un projectile en direction de Végéta. D’un mouvement réflexe, le guerrier de l’espace parvint à esquiver l’obus, qui avait bien failli l’embrocher. Loin de se laisser décourager par ce premier échec, le Champion d’Akualad multiplia ses drôles de mouvements à un rythme effréné faisant jaillir tout aussi rapidement de nouveaux projectiles rocheux convergeant tout autour du saïyan, bien obligé de se mouvoir pour ne pas se faire embrocher.


« M… Merde ! mais c’est quoi ce bordel ? C’est qui ce type ?!», jura le saïyan pour lui-même tout en balançant sa tête pour laisser passer un nouveau pic.

Si la majorité des spectateurs de l’arène se demandait quel pouvait bien être l’origine du pouvoir de cet akualadien, d’autre en avaient une idée beaucoup plus précise.

-C’est un maître de la Terre, finit par déduire Soundiata à voix haute.

-Z’êtes sûr maître Soundiata ? demanda Cole tout en ne lâchant le combat du regard. Cela pourrait être un simple télékinésiste ou un utilisateur de l’Essence.

-Sûr et certain. Lorsque c’est un utilisateur de l’Essence, il n’y a pas la moindre variation dans son énergie vitale, et lorsque les pouvoirs du télépathe nécessitent qu’il puise dans son énergie vitale, la fluctuation énergétique est différente. Et puis surtout, lorsque c’est un télépathe le sol ne se répare pas aussitôt de lui-même.

Cole avisa le ring et remarqua qu’en effet les trous laissés par l’éjection des piques se résorbaient d’eux même. Sans doute la matière était-elle aussitôt recréée par ledit maitre de la Terre.

-Pas faux.

Las que ses obus de pierre ne touchent point leur cible, le champion d’Akualad décida de changer d’approche. Il éleva ses paumes haut vers le ciel, créant une nouvelle série de pics qui fusèrent en même temps vers le saïyan. Si dans un premier temps Végéta esquiva l’ensemble des projectiles, ses sens lui indiquèrent aussitôt que ces derniers faisaient demi-tour dans sa direction. De toute évidence, la poiscaille pouvait également contrôler leur trajectoire à l’envie. L’empereur saïyan fît un rapide calcul de la position des projectiles tout en serrant le poing. D’un mouvement aussi rapide que millimétré, il esquiva le premier pic qu’il pulvérisa d’un crochet du gauche, non sans grimacer à l’issue du processus.

« Humph ! Solide ce truc ! »

Bien que surpris par la dureté du pic rocheux, Végéta ne se posa pas plus de question et pulvérisa tout ce qui arrivait à sa portée. Patient, le Champion d’Akualad attendit un moment d’inattention du saïyan jusqu’à ce que l’ouverture tant attendu lui tende les bras. D’une frappe sonore, il plaqua ses deux paumes entre elles et deux grands blocs jaillirent du sol et coincèrent l’empereur saïyan sans douceur aucune.

- Putain de poiscailles ! Je vais te… Et merde, finit par jurer l’empereur après avoir détaillé ce qui était sur le point de tomber sur lui.

Les yeux brillants d’un terrible éclat meurtrier et les traits déformés par un redoutable masque sanguinaire, les fantômes du Poing de Sparta, de l’Abominable Yitti et du Chasseur Namek fondaient, tel des oiseaux de proie, vers leur cible qui ne pût détacher son regard de leurs poings débordant d’un puissant ki vengeur.


Conccurent n °0303LP10298 (bis) : Le Poing de Sparta (fantôme)
Origine : Réplique d’un guerrier décédé, crée à partir de sa rancune et de ses sentiments négatifs au moment de son trépas
Capacités : Utilisatrice de Vadoshi (arme ésotérique vivants aux seins de son porteur, qui peut l’invoquer à l’envie), Capacité physique exceptionnelle, Capacité martiale de niveau supérieur
Classe de Puissance : Classe B rang intermédiaire
Niveau de désastre : Rakshasa


Conccurent n °0303LP10298 (bis) : l’Abominable Yitti (fantôme)
Origine : Réplique d’un guerrier décédé, crée à partir de sa rancune et de ses sentiments négatifs au moment de son trépas
Capacités : Pouvoir de cryokinésie, Capacité physique exceptionnelle, Capacité martiale de niveau supérieur
Classe de Puissance : Classe B rang intermédiaire
Niveau de désastre : Rakshasa


Conccurent n °0303LP10298 (bis) : le Chasseur Namek (fantôme)
Origine : Réplique d’un guerrier décédé, crée à partir de sa rancune et de ses sentiments négatifs au moment de son trépas
Capacités : Régénération namek, Capacité physique exceptionnelle, Capacité martiale de niveau supérieur
Classe de Puissance : Classe B rang intermédiaire
Niveau de désastre : Rakshasa


C’est avec une coordination d’une terrible précision que les 3 guerriers fantômes abattirent leurs poings qui pulvérisèrent les constructions du Champion d’Akualad aussitôt réduites à l’état de nuage de poussière, empêchant quiconque de bien discerner les acteurs du ring. Une fois la volute de poussière écartée, Raishi et les spectateurs eurent la surprise de constater que, loin d’avoir été aplatit par la triple attaque, Végéta avait trouvé le moyen de mettre ses avant-bras en opposition pour bloquer les poings des guerriers fantômes. Malgré leur propre surprise, ces derniers continuèrent à exercer une forte pression sur le saïyan qui parvint tout de même à résister même si l’effort auquel il devait consentir était loin d’être anodin, comme le laissaient penser ses jambes toujours plus tremblantes.
Conscient qu’il finirait par avoir définitivement le dessous, l’empereur saïyan décida de jouer le tout pour le tout. En quelques secondes il concentra tout ce qu’il pouvait en énergie, avant de tout relâcher d’un coup sous forme d’un kiaï dégagé à partir de chaque parcelle de son corps, repoussant ainsi le trio de guerrier fantôme. La manœuvre permit non seulement de sortir le chef de l’univers 13 d’un sale guêpier et même de lui permettre de souffler un court instant avant que les membres du fantomatique trio ne reviennent aussitôt à la charge, engageant alors une nouvelle joute avec leur cible tant détestée. Enchaînant esquives, blocages et contre-attaque, l’empereur Végéta parvint à garder ses trois ennemis mortels en respect, mais il devait bien avouer que ces derniers ne lui rendaient pas la tâche facile. Outre leur vélocité et leur force qui rivalisait avec la sienne, s’était surtout leur coordination des plus redoutables qui lui enlevait toute fenêtre d’attaque ou de riposte. Une situation des plus frustrante pour le super saïyan et une conjoncture qui satisfaisait le Dr Raichi au plus haut point.

« Ha, ha, ha ! On dirait que tu as bien du mal, sale vermine saïyan, et c’est bien normal. Individuellement chacun de ces guerriers t’aurait donné du mal, mais avec leur travail d’équipe et leur parfaite coordination ils ont un avantage décisif. Tu n’as pas la moindre chance. »

Après bien des coups échangés, Végéta dut lever ses avant-bras pour bloquer simultanément les attaques du yitti et du namek, laissant le champ libre à la spartane pour enfoncer son gantelet contre le torse du super saïyan qui en eut le souffle coupé. Elle l’éjecta aussitôt manu-millitari avec un formidable crochet du gauche. Grâce à sa volonté, l’empereur put rapidement surmonter la douleur et atterrir sur ses deux bottes. Le temps que le super saïyan se remette totalement de l’enchaînement que le Poing de Sparta était déjà en train de fondre sur lui à vive allure.

-Chaud devant !

Aussitôt arrivée à distance d’attaque que la spartane décocha un coup de poing qui, à sa grande surprise, ne toucha qu’une image rémanente. En baissant son regard, la guerrière fantôme remarqua que le super guerrier de l’espace se trouvait dos contre terre et prêt à la cueillir avec ses semelles tous droits dirigés vers son torse.

-Mange ça, femme !

Et c’est avec une rare brutalité que le super guerrier logea les semelles de ses bottes contre la spartane qui décolla haut dans le ciel. Profitant de l’élan pris pour se redresser, Végéta s’apprêta à bondir lorsqu’il aperçut l’Abominable Yitti et le Chasseur Namek converger vers lui à leur tour.

-Vous en voulez-vous aussi ?! Eh bien venez donc les minables !

Végéta allait s’élancer vers ses adversaires, lorsqu’il réalisa qu’il ne pouvait plus se mouvoir. Ses bottes étaient recouvertes d’une couche de terre blanche. L’empereur jeta aussitôt un regard furibond vers le Champion d’Akualad qui lui répondit par un sourire malicieux.

-Je t’ai eu, marmonna le guerrier aquatique avec fierté.

Conccurent n °0303LP10298 (bis) : le Champion d’Akualad (fantôme)
Origine : Réplique d’un guerrier décédé, crée à partir de sa rancune et de ses sentiments négatifs au moment de son trépas
Capacités : Maître de la Terre (donc géokynésiste qualifié), Capacité physique exceptionnelle, Capacité martiale de niveau supérieur
Classe de Puissance : Classe B rang inférieur
Niveau de désastre : Rakshasa


-Chié !! Hurla Végéta tout en prenant une garde en croix juste avant d’être percuté par ses deux assaillants qui lui offrirent un nouveau vol plané.

Assommé en partie sur le coup, Végéta ne put rien faire quand l’Abominable Yitti le rejoignit hyper rapidement et abattit ses deux poings joints derrière son crâne, le plaquant avec brutalité contre le sol déformé. Par reflexe, Végéta se retourna pour faire face à l’abominable monstre, mais contre toute attente, le yitti n’était plus là. L’empereur ne se détendit pas pour autant, car ses yeux se braquèrent vers un danger imminent beaucoup plus sérieux.
Flottant plusieurs dizaines de mètres au-dessus de sa cible, Le Chasseur Namek chargeait une grande boule d’énergie englobant ses deux mains. Le namek ouvrit ses bras, et la boule se séparât en trois petit kikohas liés entre eux par des arcs électriques jaunes circoncisant une sorte de vitrine énergétique verte. Au vu de la quantité d’énergie chargée par son ennemi, l’empereur saïyan se permit d’exprimer un nouveau juron.

-¡ Unidad ! Hurla le Chasseur Namek tandis qu’une large vague déferlante fût craché de la vitrine énergétique.

Grâce à un kiaï salvateur lancé de sa main droite, l’empereur saïyan s’éjecta hors de la fosse peu avant que la vague déferlante ne s’écrase sur la planète-ring. Encore secoué par cette dangereuse situation, l’empereur saïyan posa les yeux sur la surface de combat. Il ne pût réprimer une grimace accompagnée d’un frisson. Le cratère dans lequel il s ‘était trouvé il y a quelques secondes de cela, avait été remplacé par une cavité en forme de triangle trouant le ring et l’astéroïde de part en part.

-C’est pas le moment de rêvasser, simien sans poil !

Le super saïyan se tourna immédiatement pour voir avec horreur que l’Abominable Yitti avait déjà lancé son poing chargé d’aura brumeuse dans sa direction.

-Putain de merde ! Cria Végéta au moment où il fût frappé par la vague glaciale du guerrier fantôme.

En moins de temps qu’il n’en fallu pour le dire, l’attaque transforma le super saïyan en super statue de glace dont l’expression de totale stupeur avait été figé sur le coup, au grand bonheur des quatre guerriers fantômes et de leur savant de créateurs.
Suite à ce dernier coup de théâtre, les spectateurs ne purent qu’être admiratif de cette passe d’arme gagnante des membres du quatuor. Ils avaient impeccablement enchaîné les attaques coordonnées pour finalement piéger le super saïyan dans la glace. Certains comme Tapion étaient heureux et soulagé de la quasi-victoire du docteur, tandis que d’autres comme Freezer et sa famille jubilaient qu’un autre de ces macaques à la chevelures dorée soit redescendu de son piédestal. A contrario dans l’espace 13, les trois subordonnés de l’empereur saïyan étaient tous stupéfaits que leur chef tout-puissant ce soit fait avoir par une mauviette tsuful insignifiante. S’en était à s’étouffer de honte.

Alors que le fantôme de l’Abominable Yitti posait prestement le saïyan congelé sur la surface du ring, le Dr Raichi jubilait. Bien sûr il aurait pu demander à ses fantômes de détruire tout de suite la statue de glace fraichement crée, tuant le saïyan sur le coup, mais il voulait savourer encore un peu l’expression d’effroi de cet ennemi tant détester avant qu’il ne goûte à son inéluctable courroux. Après tout, ne disait-on pas que la vengeance était un plat qui se mangeait froid et se dégustait lentement ?
Alors que le docteur était en train de savourer son plaisir malsain, le Champion d’Akualad se mit à ses côtés, se prosternant au passage avant de demander :

-Maitre Raîchi, pourrais-je avoir l’honneur d’exécuter cette misérable créature ?

Dans un premier temps, le docteur fixa son guerrier fantôme d’un air désapprobateur, jugeant que tuer ce saïyan maintenant constituait une mort beaucoup trop douce et rapide. Toutefois il dut avouer que contempler son visage figé de terreur était déjà une récompense qui a de loin dépasser toutes ses espérances. Et puis étant donné que les organisateurs allaient ressusciter tout le monde, il aura la chance de le tuer une seconde fois, lorsqu’il mettrait à exécution son plan d’éradication de l’ensemble des saïyans participants à cette compétition. Et cette fois-ci il allait prendre son temps.

-Hum ! Même si cela me parait prématuré, tu peux y aller. Si tout se passe bien, au prochain tour j’aurai la proie qui m’intéresse. Autant en finir avec celui-là.

-Merci beaucoup, maître.

Le guerrier fantôme créa de nouveaux pics rocheux qu’il fît léviter, leurs pointes braquées vers le saïyan congelé. Fier d’être l’ultime instrument de vengeance de son maître, le Champion d’Akualad s’apprêtait à lancer ses projectiles lorsqu’un détail l’arrêta net. Le guerrier amphibien eut l’espace d’un instant l’impression que les pupilles du super saïyan avaient remué. Un clignement des yeux plus tard, et l’akualadien eut définitivement la certitude que les pupilles du saïyan avaient bougé, car elles le fixaient désormais. La glace recouvrant l’empereur saïyan éclata alors en mille morceaux, laissant à son aura dorée toute l’aise de se déployer largement. Un surprenant coup d’éclat qui figea Raïchi et ses guerriers fantômes de stupéfaction. C’était tout ce dont Végéta avait besoin pour passer à l’action.
D’un mouvement véloce, l’empereur Végéta empala brutalement l’abdomen du Champion d’Akualad. Les yeux écarquillés de stupeur, le guerrier fantôme n’eut même pas le temps de réaliser ce qui venait de lui arriver qu’il fût emporté loin en arrière par une large vague d’énergie sortie du poing du saïyan qui n’avait pas manquer de lui transpercer le torse de part en part. La carcasse de l’akualadien s’était à peine écrasée contre le sol qu’elle s’évanouit dans la nature, au même titre que les marques de sang brûlées ayant émasculées le gant fumant du super saïyan. Ce dernier ne pût s’empêcher d’esquisser un diabolique sourire en contemplant les mines horrifiées de Raichi et de ses sbires.

-Ha, ha, ha ! Tu m’as bien dit que le travail d’équipe de tes guerriers s’améliorait sous tes ordres, pas vrai ? Eh bien, ça se voit. Parce qu’il vaut mieux qu’ils ne prennent pas de décision par eux-mêmes.

-Co… Comment tu… ?

- J’ai déployé une couche d’aura autour de moi juste au moment où je me suis fait congeler par la peluche. Non seulement cela m’a protégé mais je pouvais me libérer quand je voulais. C’était plus un pari qu’autre chose mais ça a marché comme sur des roulettes. Vous vous êtes tous relâchés et j’avais juste à attendre le bon moment pour avoir l’un d’entre vous par surprise. Coup de bol j’ai eu celui qui me faisait le plus chier. Franchement je ne m’attendais pas à ce que ce plan se passe aussi bien.

-Espèce de vermine. Tu as fait semblant d’être à bout pour nous duper !! résuma Raîchi.

-Disons que j’ai exagéré ma situation. Il fallait que je la joue fine car mine de rien je dois avouer que tes pantins sont assez redoutables, même si c’est pas demain la veille qu’ils vont m’avoir.

-Ah oui ? Eh bien c’est ce que l’on va voir. Allez-y, tuez-le !

Aussitôt que le trio s’élança dans sa direction que Végéta s’envola pour s’éloigner.

-Ah non, pas les trois en même temps !

Le super saïyan lança aussitôt un kikoha qui explosa au sol juste au moment du passage des guerriers fantômes. Aveuglé, comme ses pairs, par la masse poussiéreuse soulevée, l’Abominable Yiti ne put qu’encaisser le superbe uppercut de Végéta qui l’emporta plusieurs mètres en arrière. Aussitôt remit sur ses deux pattes que le yiti darda le guerrier de l’espace qui venait vers lui en grande trombe.

-Viens là pour que je t’avale, simiens sans poils !

-M’avaler tu dis, boule de poils ?!

Afin de réceptionner son ennemi comme il se doit, le yiti lança de nouveau sa vague de froid. Un coup qui aurait été décisif, si Végéta n’avait pas accéléré au dernier moment pour se réceptionner accroupi juste en face de la bête. Sans attendre la réaction du fantôme yiti, le saïyan bondit et logea avec force son poing contre le ventre de l’abomination, bien obligée d’hoqueter de douleur sur le coup. Profitant que la gueule de l’animal soit grande ouverte, Végéta y logea aussitôt sa main gauche.

-Bouffe plutôt ça !

La paume gantée du saïyan lâcha une formidable vague d’énergie, explosant en mille morceaux l’Abominable Yiti de l’intérieur. Alors que les morceaux de chair ectoplasmique pleuvaient sur le ring, avant de disparaître une fois arriver au sol, l’ex-prince fût assaillit par les deux derniers guerriers fantômes avec lesquels il entama une nouvelle joute. Maintenant débarrassé de deux adversaires bien gênants, l’empereur de l’univers 13 avait désormais beaucoup moins de difficulté à tenir la dragée haute à ses derniers opposants.

-Ah voilà ! C’est bien plus facile lorsque vous n’êtes que tous les deux.

A l’aide d’une habile manœuvre, Végéta trouva une ouverture qui lui permit d’éjecter le Chasseur Namek d’un puissant kiaï. Il poursuivit sa joute avec le Poing de Sparta qui s’acheva sur un coup de poing simultané lequel repoussa les deux parties loin en arrière. Malgré cette infortune partagée, le saïyan et la spartanne purent tout de même se poser sur leurs deux bottes.

-Y’a pas à dire t’es chaud, le guerrier de l’espace ! Allez amène-toi et tâte du « Poing de Sparta » ! hurla la guerrière tout en fonçant vers le susnommé.

-Niih ! ricana Végéta tout en répondant à la charge.

En un instant, les deux adversaires se croisèrent brièvement, achevant leur charge respective quelques mètre plus loin, le genou à terre. Les spectateurs qui n’avaient pas eu l’œil assez entraîné pour détailler convenablement les étapes de cette confrontation, furent horriblement surpris lorsque la partie supérieure du corps de la spartanne glissa lentement de ses hanches avant de s’en décoller totalement. Deux geyser d’hémoglobine jaillirent des morceaux du corps de la guerrière qui , heureusement pour les âmes sensibles, s’effacèrent très vite au même titre que le sang de la guerrière. N’ayant absolument pas compris comment son serviteur avait pu se faire découper de la sorte, Raïchi fixa Végéta et eut son explication. Le bras droit du super saïyan était recouvert par une sorte de lame d’énergie jaunâtre. C’était à peu de chose près la même technique qu’avait utilisé Végéto pour protéger le Kakarotto du dix-huitième univers de l’assaut de Broly, bien qu’il semble assez clair pour tous les experts que la lame d’énergie de ce Végéta était de bien moindre qualité que celle de la fusion de l’univers 16.

-Quant à toi, tâte de l’Epée de Végéta, femelle ! rétorqua l’empereur avec ironie, au plus grand plaisir de ses trois subordonnés qui appréciaient la tirade.

Le super saïyan sentit une grande concentration d’énergie à sa droite. Il s’agissait du namek avec ses trois boules d’énergies et sa sorte de vitrine verdoyante, qui voulait lui faire le même coup que tout à l’heure. Qu’à cela ne tienne, il avait de quoi riposter. Il tendit son bras, présentant sa paume au namek qui avait fini de charger son attaque.

-¡ Unidad !

La vague d’énergie avait avalé la moitié du trajet entre le namek et le saïyan lorsque ce dernier avait achevé de concentrer ses forces. Il hurla alors :

-Final Garrick Canon !

Une monstrueuse vague déferlante s’échappa de la main de l’empereur et vint percuter celle du namek. Pendant quelques secondes, la confrontation entre les deux techniques fût des plus serrées, mais petit à petit, celles de Végéta gagna du terrain, jusqu’à engloutir son homonyme puis le Chasseur Namek lui-même, bien vite réduit à l’état de poussière.

Ce dernier tour de force impressionna nombre de spectateurs, qui ne s’attendaient pas que le concurrent de l’univers 13 produise une telle performance alors qu’il s’était fait malmener il y a quelques minutes à peine. Une véritable remontada comme diraient les aficionados de certains sports d’équipe.
Dans l’espace 18, même si Végéta, le père de Bra, était agréablement surpris de la prestation de son double, il était très loin d’être impressionné. A niveau de transformation égale, il aurait été capable de se défaire sans problème du quatuor sans prendre la peine de les séparer tour à tour. Enfin, au moins était-il rassuré sur le fait que ce Végéta-là se débrouillait bien, c’était déjà ça de pris.
Chez les saïyans de l’espace 13, l’heure était aux réjouissances. Si pendant un temps ils avaient craint une défaite prématurée de leur chef, Kakarotto, Radditz et Nappa étaient pour l’instant très content du déroulement du match. Végéta n’avait fait qu’une bouchée des soi-disant guerriers d’élite de ce vieux tsuful tout rabougri et ils les tardaient de voir leur chef achever ce que les saïyans de l’univers 3 n’avaient vraisemblablement pas su faire.
Si Tapion était très inquiet après la nouvelle déconvenue de son ami, Baddack, à contrario était plutôt satisfait de la situation, même s’il était beaucoup plus prudent que ses fils de l’espace 13. S’il n’avait été question que de ces quatre-là, cela aurait fait un petit moment que le vétéran saïyan aurait tenté sa chance face au docteur tsuful. Ce combat était loin d’être fini.

Sur le ring, Végéta, commençait à être content. Il avait réellement eu des difficultés à se défaire de ces quatre guerriers fantômes qui l’ont forcé à dévoiler certains de ses atouts les plus mortels. Toutefois ce n’était pas suffisant, il lui en fallait beaucoup plus pour progresser.

-Allez vieillard, au suivant !

La première réponse du docteur fût un grognement exaspéré. Il avait réellement cru pouvoir en finir avec cette vermine grâce à sa précédente formation, mais il était loin de s’avouer vaincu. Il avait de nombreuses cartes sous sa manche. Notamment celle de l’émotion.

– Toi… siffla Raichi plein de ressentiment, toi qui as massacré tant de peuples, de guerriers valeureux, d’innocents, de populations entières… Seras-tu capable d’en faire de même avec... ton propre peuple ?

Il leva les bras vers le ciel, et de multiples silhouettes apparurent à leur tour. Devant un Vegeta complètement désemparé se tenaient des centaines de saiyans et de saïyannes, entouré d’Oozaru. Que ce soit sous forme de primate géant poilu ou sous forme normale, ils portaient tous un plastron noir, avec des contours blancs, qui avait la particularité d’avoir de petites épaulières carrées. A quelques exceptions près cependant, et l’une de ses exceptions fût le propre père de l’empereur qui portait lui une armure comparable à celle qu’il avait toujours porté. Ce même père qui lui tendit la main :

-Mon fils…

Ce ne fût pas le seul à l’appeler de la sorte, car nombre de voix l’appelaient avec un ton amical qui, à vue d’œil, commençaient à déstabiliser le super saïyan. A l’écart, Raïchi commençait à retrouver le sourire. Si ce monstre avait le moindre soupçon de sentiment ou d’attachement envers son peuple, il ne les attaquerait pas et alors il pourra lui lancer une attaque fatale.
Les jubilations du fantôme tsuful s’évanouirent aussitôt qu’un nouveau sourire sardonique apparut sur le visage de l’empereur saïyan. Ce dernier tendit deux de ses doigts vers la tête du fantôme de son père qui explosa dans la seconde.

-Tu me proposes donc une pause récré ? Ok, mais pour la suite je veux du costaud vieux débris, déclara un Végéta hilare avant de fondre vers les guerriers fantômes.

(à suivre)
Dernière édition par broly97 le Mar Avr 06, 2021 3:35, édité 3 fois.
Avatar de l’utilisateur
broly97
 
Messages: 979
Inscription: Mar Avr 10, 2012 19:48

Re: DBM vs Fanfics

Messagepar broly97 le Lun Avr 05, 2021 8:11

DBM vs la z-team vs l'Organisation du Commercer des Mondes


Eternelles ennemis (Partie 2)



Raichi jeta un coup d’œil à la tête arrachée de son soldat saïyan qui avait rouler jusqu’à lui. Il eut tout juste le temps de détailler l’expression d’effroi de son guerrier fantôme avant qu’il ne s’évanouisse dans la nature. Le tsuful soupira de dépit avant de reporter son attention sur la bataille en cours. Enfin, bataille… « boucherie » était un bien meilleur terme pour qualifier ce que cet empereur barbare était en train d’infliger à ses serviteurs ectoplasmiques. L’ex-prince de l’univers 13 s’amusait littéralement à pulvériser, démembrer et décapiter les guerriers fantômes du tsuful, un sanglant spectacle qui mit Bra très mal à l’aise, au point de la faire trembler de dégout.
Ses proches lui avaient déjà conté les exactions commisses par la crapule sanguinaire qu’avait été son géniteur avant de connaître sa mère et ses amis. Même si son père était d’un naturel solitaire et renfrogné, la jeune fille a toujours eu du mal à l’imaginer être le tueur de masse qu’on lui avait jadis décrit. Toutefois, l’alégresse malsaine qu’elle lisait sur le visage du chef de l’univers 13 en pleine action lui confirma la véracité de ses récits. Observé de ses propres yeux cette sombre facette du saïyan qu’avait été son père lui inspira un désagréable mélange de désarroi, de déception mais aussi de répulsion. La jeune fille sursauta lorsque deux mains gantées se posèrent délicatement sur ses épaules tremblantes. En tournant sa tête, elle vit que c’était son père qui lui offrait son regard taciturne teinté d’une douceur quasi-imperceptible qui avait l’étrange pouvoir de la rassurer. Une expression qu’il adoptait que lorsqu’il sentait qu’elle était particulièrement troublée. Bra eût alors la confirmation que le saïyan qui se trouvait sur le ring et celui qui la serrait dans ses bras n’avaient en commun que leur apparence respective et rien d’autre. Désormais bien plus rassurée, Bra confirma à son père, via un sourire, qu’elle allait mieux et reporta son attention vers le ring.

Satisfait d’avoir pu calmer sa fille, Végéta porta également son attention vers le combat en cours. Ce qu’il y voyait ne l’étonna guère. De sa plus tendre enfance jusqu’à ce qu’à sa rencontre avec Kakarotto et les autres, seul le prestige d’être le prince de son propre peuple lui avait importé, et rien d’autre. Les membres de sa race ? Il n’en avait jamais eu rien à faire. Même aujourd’hui, où l’affection n’était plus synonyme de faiblesse à ses yeux, le peuple saïyan ne signifiait pas grand-chose pour lui. Tout juste un peuple qui ne valait vraiment pas la peine qu’on pleure sa quasi-extinction. Alors pour son double doté d’un égo et d’une cruauté encore plus démesurés que la charogne qu’il avait été jadis, les autres saïyans ne devaient représenter que des pions qu’ils seraient bon à jeter tôt ou tard aux mieux, et au pire des nuisibles bons à exterminer.
Les résidents du treizième univers n’étaient pas vraiment gênés par cette tuerie, bien au contraire.
Kakarotto qui n’avait jamais connu d’autres saïyans que son frère et les deux autres, n’aurait vu aucun problème à exterminer d’autres membres de sa race, qui n’étaient que des étrangers à ses yeux. Qu’ils soient vrais ou faux, il leurs auraient accordé le même sort peu enviable si l’ordre lui avait été donné.
Radditz quant à lui aurait été plus que disposé à tester son nouvel état de super saïyan sur ces bâtards arrogants qui n’avaient jamais manqué une occasion de se moquer de lui. Alala ! Combien n’aurait-il pas donné pour être à la place de son chef afin de leur montrer qui était le faible à présent.
Pour Nappa, c’était tout simple : les faibles méritaient d’être écrasés, donc ces saïyans là ne méritaient que des coups de semelles sur leurs petites gueules jusqu’à ce que mort s’ensuive.

L’indifférence des résidents de l’univers 13 était loin d’être partagée par les concurrents de l’univers 3, Tapion le premier. Comme tant d’autres dans les gradins, le réceptacle d’Hildegarn était dégoutté par l’entrain avec lequel ce Végéta massacrait les membres de sa propre espèce, même c’étaient de guerriers fantômes dont on parlait. En son for intérieur il était convaincu que les habitants de son univers n’auraient jamais assez de mots pour remercier son ami Raichi de les avoir débarrassés de cette race de sociopathes sanguinaires.
Le dernier membre encore en vie de ladite race n’était pas plus ravi du spectacle, oh que non !
La mine réjouie de ce Végéta tuant sans vergogne son peuple et ses anciens camarades, enrageait au plus haut point Baddack. Lui qui avait dût à la fois supporter le poids du Dernier Survivant ainsi que toutes ces années de clandestinité, voilà qu’il était en train de revivre impuissant la grande purge saïyan. Même s’il était conscient que le Végéta Jr du treizième univers n’éliminait que des copies de ses anciens compatriotes, Baddack aurait, en cet instant précis, été plus que disposé à casser la gueule de cet ex-prince qui lui était largement plus antipathique que son défunt homologue.

Après avoir proprement déchiré le fantôme de sa cousine en deux, l’empereur saïyan de l’univers 13 finit par se lasser du bain de sang. Tout en concentrant son énergie, il croisa ses bras au moment où les fantômes restants se ruaient vers lui.

– Tchao les nazes ! Cria le super guerrier de l’espace, tout déployant ses bras.

Une formidable quantité d’énergie fût libérée sous la forme d’une puissante explosion. La lueur qui en résulta aveugla les spectateurs, tandis que la déflagration désintégra quasi-instantanément saïyans et Oozarus sur son sillage. Son forfait accomplit, le super saïyan se posa tout sourire sur le ring. Il eut la surprise de constater qu’une barrière énergétique entourait le tsuful qui s’était tiré indemne de son attaque.

– Je me disais bien qu’il y avait une raison pour laquelle tu ne t’éloignais pas des combats. Un bouclier, alors… Pff ! quel que soit leurs formes, il semble que les tsufuls ne soient que des lâches. Enfin bref, maintenant que la récréation est finie. Amène-moi tout de suite un gros poisson.

Raichi fît disparaitre sa protection tout en renvoyant son sourire sadique au saïyan.

-Hé, hé ! Si tu regardes bien, le gros poisson est déjà dans l’aquarium.

-Comment ça ?

Lorsque la fumée résultant de l’explosion se dispersa suffisamment, une nouvelle silhouette apparut à la vue de tous. Une silhouette arborant elle aussi l’aura dorée des super saïyans. Il s’agissait ni plus ni moins du Broly du troisième univers.

-Le Super saïyan Légendaire… ? marmonna Végéta pensif.

Cette révélation augmenta d’un coup le capital stress des spectateurs, en particulier celui des résidents du dix-huitièmes univers. Pour l’instant tout allait bien, enfin toute proportion gardée bien sûr. Ce fantome-Broly était pour le moment sous forme d’un super saïyan normal et il semblait même être plus stable que celui qu’ils avaient jadis affronté à transformation égale. Toutefois, s’il y avait la moindre chance qu’il passe sous la forme de super saïyan légendaire, la situation deviendrait rapidement délétère. Contrairement à Végétto qui n’attendait que ça, le Piccolo de l’univers dix-huit ne voulait tout simplement pas croire à une telle éventualité.

-Impossible que ce Broly puisse accéder à la transformation du Super Saïyan Légendaire ! Impossible. Ce Raichi ne peut pas disposer d’un tel pouvoir ! Broly est bien trop puissant pour être contrôlé et maintenu dans une machine !

Alors que nombre de spectateurs semblaient partager l’avis du namek, Raïchi mit immédiatement les choses au clair, même si son explication n’était destinée qu’a son adversaire.

-Hé hé... lorsque quelqu’un meurt violemment, ma machine Hatchiyack accueille sa nature en elle. Sa puissance et ses pouvoirs sont identiques ! Ce Broly est aussi invincible, et sa puissance augmente sans cesse, comme pour le participant d’hier ! Mais celui-là vient de mon Univers ! Pour l’instant il n’est pas aussi redoutable mais il peut le devenir ! Et il est sous mes ordres !

Si pour beaucoup ce fût la douche froide, bientôt suivit par des frissons de crainte, dans l’univers 16 par contre c’était un peu comme-ci Noël était arrivé en avance.

-Chic ! s’exclama Vegetto, qui s’imaginait déjà refaire un combat de légende contre le fantôme invincible de son premier adversaire du tournoi.

-Ce coup-ci c’est pour Gotenks ! intervinrent Trunks et Goten, tout aussi enthousiastes.

-Silence, les excités ! lança sèchement Bra, qui tempéra à peine les ardeurs du trio.

Malgré les explications du docteur tsuful qui ne l’arrangeaient clairement pas ainsi que l’énergie du Broly fantôme qui n’arrêtait pas d’augmenter, sans doute pour devenir un légendaire colosse invincible, Végéta ne se démonta pas. Au contraire un nouveau sourire confiant apparut sur ses lèvres.

– Invincible, tu dis… ? fit-il en faisant craquer ses doigts. Pour l’instant, Je ne vois qu’un simple super saiyan de niveau 1. Un très très puissant super saiyan, il est vrai, mais… de niveau 1 !

D’une brève concentration, l’empereur saïyan fit éclater son aura dorée qui s’intensifia de manière exponentielle, à tel point qu’il dépassait déjà le légendaire guerrier fantôme en terme de puissance. Au moment où la surface du ring craquelait sous la pression exercée par l’aura du guerrier de l’espace, que son niveau de Ki atteignit son zénith. Le chef de l’univers 13 permit alors une légère détente à sa musculature afin de profiter des premiers éclairs bleu électrique claquant tout autour de sa personne, laissant du temps aux yeux ébahit de Raîchi et de l’assistance pour admirer l’apparition d’un nouveau super saïyan de niveau 2.

Cette nouvelle transformation interloqua quelques combattants de l’arène. L’homologue du super saïyan dans le dix-huitième univers était de ceux-là. Il avait beau réfléchir, le père de Bra ne voyait vraiment pas comment son double avait pu atteindre un tel niveau. Non pas qu’il doutait de ses capacités, mais plutôt de sa motivation pour y parvenir. Dans son univers ce fût en grande partie la rivalité qu’il a entretenue avec Goku qui lui a permis d’aller toujours plus loin. Or, au regard de la faiblesse et de la piètre performance du Kakarotto de l’univers 13, il avait grand mal à imaginer comment ce pitoyable guerrier aurait pu inspirer le moindre soupçon de motivation à son double. Peut-être qu’une autre menace l’avait-il forcé à s’entraîner, lui permettant d’accéder à se pallier. Oui c’était sans doute ça, il ne voyait pas comment il aurait en être autrement.

Maintenant alimenté par son aura de super guerrier de niveaux deux, Végéta se déplaça hyper rapidement en face de Broly. Surpris, le légendaire fantôme ne put rien faire lorsque son cœur fut purement et simplement empalé par la main de l’empereur, stoppant net sa transformation tout en le tuant sur le coup. Le guerrier fantôme disparu, Végéta fixa le tsuful d’un air supérieur. Il constata d’emblée que quelque chose n’allait pas. En effet, malgré ses déconvenues successives, le vieux débris ne semblait pas du tout inquiet. Pire, il souriait.

-Ça va ? Tu t’es bien amusé ? Je me doutais bien que tu allais tuer tout ce petit monde, et maintenant que tu as dû révéler tous tes petits trucs et que tu es bien amoché par tous ces combats, on peut passer aux choses sérieuses.

Deux nouvelles silhouettes apparurent à côté du docteur. Leur identité fît lever un sourcil a Végéta avant qu’il n’éclate de rire à la vue de ses deux prochains adversaires. Le premier d’entre eux n’était ni plus ni moins que son propre double, un autre Végéta qui portait également une armure noire aux épaulettes carrées sur lesquelles était attaché une cape rouge, signe de la royauté chez les saïyans. Quant au deuxième ce fut un autre Kakarotto. Il était habillé comme ses congénères, et à son épaule droite pendait une longue peau de bête jouant le rôle de cape. Les poils et la tête empaillée de l’animal permirent à tous de reconnaitre l’Abominable Yiti. La triple cicatrice barrant l’œil gauche, encore valide, du fils de Baddack, ou plutôt de son fantôme, était un autre vestige de son terrible combat face au défunt titan aux poils blancs.
Sa fidélité envers Végéta mis à part, Kakarotto trouvait à titre personnel que son double avait une certaine classe et une belle prestance avec cette peau de bête qui lui en mettait plein la vue. Il aurait bien aimé avoir une pareille. Avec un peu de chance cette abominable peluche était peut-être vivante dans son univers. Après ce tournois une petite visite chez les yitis s’imposerait.

Les deux guerriers fantômes fraichement créés par Raichi avisèrent l’empereur saïyan d’un air narquois et assuré que le concerné leur rendit. Après avoir poussé une moue méprisante lourde de sens, Végéta avisa le docteur tsuful avec dédain.

-Eh bien quoi, c’est tout ? Tu t’attends à quoi avec ça ? que je frappe moins fort contre moi-même ?

Le sourire des deux guerriers fantômes s’élargit et, contre toute attente, ils se transformèrent en super saïyan. Ce dernier rebondissement ne ternit cependant pas le sourire de l’empereur de l’univers 13.

-Ah ! là ça devient un tout petit peu plus intéressant. Ils auront au moins une minuscule chance… Une minuscule chance de me toucher si je me force à aller à leur rythme bien sûr.

Les deux guerres fantômes s’avisèrent du coin de l’œil. Leur sourire passa d’assuré à franchement prédateur lorsqu’ils intensifièrent leur aura de concert, portant du même coup leur niveau de ki à des strates clairement supérieures et modifiant légèrement leurs attributs sous les yeux médusés de l’empereur saïyan et de ses subordonnées de l’espace 13, bouche-bée devant la nouvelle apparence des guerriers fantômes.
Raichi quant à lui exultait. Ses pièces maîtresses allaient enfin donner à ce stupide saïyan la leçon qu’il avait cent fois méritée. Il en trépignait d’avance

Le moment de vérité enfin arrivé, l’attention de Baddack atteignit alors son paroxysme. Il avait parié sur le fait que le Végéta Jr du treizième univers était plus ou moins l’égal du sien, et il avait eu raison. Maintenant il aura toute l’aise d’observer l’étendue de la menace que représentaient les deux principaux atouts de Raïchi : son fils le général Kakarotto et le dernier leader de l’Empire Saïyan, Végéta deuxième du nom, les deux meilleurs guerriers saïyans de l’histoire. Leur rivalité leur a permis d’atteindre des sommets de puissances et d’éliminer les plus grandes menaces de l’empire (notamment Broly le Roi Fou), portant ce dernier au firmament. Deux guerriers qui ont fait la fierté de leurs peuples et de leurs géniteurs. Malheureusement ils n’avaient pas pu faire la différence face à Raichi, et maintenant leur haine et leur colère était au service de cet ersatz de tsuful. Un déshonneur pour la mémoire des guerriers qu’ils avaient été. Ce fût une raison parmi tant d’autres pour laquelle Baddack voulait la tête du tsuful. Le combat d’aujourd’hui était une étape décisive pour atteindre cet objectif, car il pourra se faire une large idée des capacités des plus grandes armes de son ennemi juré. Il y avait un risque extrême que le Végéta de l’univers 13 rejoigne les rangs ennemis, mais c’était un risque à prendre, et à assumer si nécessaire.

A l’instar de leurs maître, les deux guerriers fantômes ne cessaient de ricaner sadiquement en voyant la mine incrédule de leur cible qui ne s’était vraiment pas attendue à ce qu’il se confronte à une telle situation. Malgré l’appréhension, le guerrier de l’espace ne se laissa pas intimider davantage. Ce match servait avant tout de tremplin pour qu’il se dépasse, ce n’était pas au moment où les difficultés apparaissaient qu’il allait reculer. Alors que le rythme cardiaque de l’ex-prince revenait à la normale, une goutte de sueur glissa à l’intérieur de son orifice oculaire, le forçant à cligner brièvement des deux yeux. Lorsqu’il les rouvrit, les deux fantômes avaient disparu ne laissant comme seules traces de leur présence que deux petits nuages de poussière ayant déjà pratiquement disparu.

D’un réflexe salvateur, l’empereur bloqua tour à tour les premières attaques éclairs du duo. Alerte, l’empereur Végéta saisit le poing du général Kakarotto qui, de son ton dédaigneux, lui susurra :

-Alors, petit chef, est-ce que tu penses que l’on va pouvoir suivre ton rythme maintenant ?

Sentant venir le danger, le super guerrier de sang royal leva sa deuxième paume, bloquant ainsi le poing du fantôme de Végéta Jr qui, non sans une certaine vantardise, lui demanda :

-Ou bien au contraire voudrais-tu que l’on mette la pédale douce pour toi, pe-tit Végéta ?

Excédé, l’empereur repoussa ses deux adversaires qui, une fois qu’ils eurent touché pied à terre, s’engagèrent dans une série de déplacements hypervéloces autour de leur ennemi commun qui eut bien du mal à les suivre. Après avoir mobiliser toute son attention à détailler cette cascade de mouvement, le super guerrier de l’espace 13 leva soudainement sa garde, détaillant une dernière fois les fantômes de Raïchi qui s’étaient enfin décidé à bondir sur leur proie.

A la gauche de l’empereur, le fantôme de Végéta Jr, un sourire démoniaque aux lèvres, s’apprêtait à faire déferler toute la puissance de son deuxième niveau de transformation par le biais de ses poings vengeurs qui ne demandaient qu’à se déchaîner.

Conccurent n °0303LP1298 (bis) : le Roi Végéta (Jr) (fantôme)
Origine : Réplique d’un guerrier décédé, crée à partir de sa rancune et de ses sentiments négatifs au moment de son trépas
Capacités : Capacité d’évolution élevé, Capacité physique exceptionnelle, Capacité d’adaptation évolué Capacité martiale de niveau supérieur
Classe de Puissance : Classe A rang inférieur
Niveau de désastre : Asura


Et à sa droite, le général Kakarotto, alimentée par son pouvoir de super saïyan 2, avait déjà préparé ses attaques les plus destructrices pour déverser l’Enfer sur son adversaire qui ne manqua pas de contempler son sombre rictus exalté par sa soif de violence sans limite.

Conccurent n °0303LP1298 (bis) : le Général Kakarotto (fantôme)
Origine : Réplique d’un guerrier décédé, crée à partir de sa rancune et de ses sentiments négatifs au moment de son trépas
Capacités : Capacité d’évolution élevé, Capacité physique exceptionnelle, Capacité d’adaptation évolué Capacité martiale de niveau supérieur
Classe de Puissance : Classe A rang inférieur
Niveau de désastre : Asura


Au même titre que la surface de combat, les avant-bras de Végéta tremblèrent lorsqu’ils interceptèrent les premières attaques des fantômes qui n’attendirent pas pour lancer leurs prochaines offensives. Les trois saïyans, vrais comme faux, s’engagèrent dans un échange martial soutenu, au point que les déplacements du trio créèrent une mini tornade dont les rafales successives forcèrent Raichi à maintenir son bouclier actif pour éviter d’être emporté.
La succession d’attaques supersonique se poursuivit jusqu’à ce qu’un coup de pied circulaire du général n’oblige l’empereur à effectuer un saut en hauteur. Les sens en alerte, le chef de l’univers 13 effectua un mouvement ultra-véloce, esquivant un assaut tout aussi rapide de son double qui imita aussitôt l’exploit quand l’empereur contre-attaqua sur son flanc.

Des milliers d’attaques furent échangées quelques secondes durant entre les deux Végéta, jusqu’à ce qu’un coup de poing simultané à la joue ne les envoie valser chacun de leur côté. Malgré la rudesse du direct de son double fantomatique, l’empereur Végéta parvint à se stabiliser dans les airs et même à se retourner pour bloquer in-extremis le tranchant de la main du général Kakarotto à l’aide de sa main gantée.
Souverain et général fantôme se lancèrent dans un nouvel échange endiablé, bientôt rejoint par le fantôme de Végéta Jr qui, aidé de son allié, repoussa toujours plus l’empereur saïyan dans ses retranchements. Un détail qui n’échappa nullement aux experts en arts martiaux. Ces derniers ne furent donc pas surpris que l’erreur de trop ne sanctionne le concurrent de l’espace 13 par un coup de genou sur les côtes, suivit d’un coup de coude en pleine mâchoire qui l’expédia plusieurs mètres en arrières. Sans attendre, les deux fantômes de Raïchi se mirent dos à dos et tendirent leur main à l’unisson en direction du super guerrier de l’espace qui venait à peine de se stabiliser dans les airs.
Devant les yeux ébahis des spectateurs, une sphère d’énergie bleu ciel enfla devant les deux guerriers artificiels jusqu’à faire deux fois leurs tailles. Tel un Soleil miniature, des petites éruptions se déclaraient çà et là sur différentes parties de sa surface où des éclairs dorés circulaient activement.
Ayant comme tout le monde put observer la technique du duo, l’empereur saïyan saisit immédiatement le danger imminent planant sur sa personne. Il dirigea à son tour la paume de sa main vers ses adversaires, tout en y concentrant son énergie le plus rapidement que possible. Ce fût peu après ce moment que les deux guerriers fantômes crièrent en chœur :

-SOLAR FLARE !

Une formidable éruption d’énergie bleu azur s’échappa de la boule des deux compères en direction de leur cible qui s’empressa d’hurler :

-Final Garrick Cannon !


Au moment où la vague violacée du combattant de l’espace 13 s’écrasa contre l’attaque des guerriers fantômes, qu’un flash suivi d’un grondement perturba les spectateurs qui durent se cramponner à leur siège pour ne pas flancher lorsqu’un tremblement d’astéroïde se déclara. Ceux portant des lunettes noires ou dont les yeux étaient adaptés aux niveaux de luminosité élevés, purent supporter les éclats lumineux s’échapper du point d’intersection entre les deux vagues d’énergie dont ils suivirent la progression. Si dans un premier temps le bras de fer semblait équilibré, la vague des deux guerriers fantômes prit peu à peu l’ascendant et commençait à s’approcher dangereusement du leader de l’univers 13. Après avoir lutté quelques secondes supplémentaires, l’empereur saïyan, sachant qu’il n’avait pas les ressources pour renvoyer le Solar Flare à l’envoyeur, imagina en urgence un plan pouvant potentiellement lui sauver la peau. Alors que le point d’intersection entre les deux attaques n’était plus qu’à cinq mètres de lui, Végéta fît exploser son Final Garrick Cannon, provoquant par effet domino l’explosion du Solar Flare. La déflagration était arrivée à hauteur de l’ex-prince juste au moment où ce dernier mit ses bras en croix pour se protéger.

Alors que son imprudent junior s’était vu forcé à reculer de quelques centimètres, Cell était resté de marbre tout au long de l’explosion dont le souffle ne l’avait nullement gêné. Il ne réagit pas plus lorsqu’un projectile le frôla pour s’écraser brutalement contre le mur de son espace. La création de Gero se tourna lentement pour y voir le Végéta du 13 ème univers enfoncé contre le mur de l’espace 17. Le moins que l’on puisse dire c’était que les faux Goku et Végéta ne l’avaient pas raté. L’armure du super saïyan de niveau deux était craquelé de partout, l’une de ses épaulettes avait été perdu et même sa cape royale avait été carbonisée. Le propriétaire de l’attirail n’était pas sorti indemne avec son corps couvert de bleu et d’éraflures. Malgré tout, le combattant parvint à se remettre convenablement sur pied, non sans quelques efforts, un petit exploit notable aux yeux de Cell.
Le clone de l’univers 17 se tourna de nouveau pour constater la présence des deux guerriers fantômes qui se tenaient droit comme des i sur la rambarde de son espace. Les bras croisés, ils avisèrent leur cible avec assurance et dédain.

-Pas mal, pas mal, petit Végéta, commença le fantôme de Végéta Jr. Tu es arrivé à te hisser plus ou moins à notre niveau. Non, peut-être même que tu as été un tout petit peu supérieur.

-Ouaip ! Un tout petit peu, mais bon à deux contre un tu ne pouvais que déguster, hé, hé, hé ! se moqua la réplique du général Kakarotto.

- La ferme sales pantins ! rétorqua le concurrent de l’univers 13. Je n’ai pas besoin d’entendre les compliments des esclaves d’un tsuful. Savourez bien votre petite victoire, car à partir de maintenant je ne vais plus rigoler. Dans peu de temps je vais vous faire voir la différence entre un guerrier saïyan de sang royal et deux pauvres laquais.

-Hé, hé, hé ! Et dire que l’on voulait être un peu sympa. J’imagine que tu en as encore sous la pédale, petit chef. Sa tombe bien nous aussi on n’y est pas allé à fond. A titre d’information on n’était même pas aux deux tiers de nos capacités. Et toi ?

La nouvelle fit grincer des dents à Végéta. Si son adversaire disait vrai, cela serait beaucoup plus difficile qu’il ne l’avait espéré.

-Bon, ça suffit. Il est temps d’en finir, coupa Végéta Jr.

-Oui, c’est le moment, acquiesça son acolyte.

Les deux guerriers fantômes se posèrent dans l’espace 17 et marchèrent jusqu’à se placer à quelques mètres de leur ennemi. Végéta Jr se permit de reprendre la parole.

-Ce qui vas se passer maintenant sera très simple, petit Végéta. A l’aide de nos attaques groupées et de notre vitesse supérieure, nous allons t’écraser et t’humilier afin de te montrer à quel point tu es faible. Nous allons t’attaquer sans pitié et sans relâche avec nos capacités maximales que nous avons jusqu’ici cachées. Et une fois que tu auras pris pleinement conscience du fossé qui nous sépare, on te fera t’agenouiller devant maître Raïchi afin qu’il apprécie davantage ton exécution. Prépare-toi.

La mise en garde dite, les deux guerriers fantômes se mirent en position, aussitôt suivit par leur adversaire qui les attendaient de pied ferme.

-Adieux petit chef, finit par déclarer le général Kakarotto.

Aussitôt la dernière syllabe prononcée que les trois supers guerriers décollèrent de concert, faisant littéralement exploser leur position au moment de leur envol.

Premier arrivé sur la planète-ring, l’empereur Végéta plaça aussitôt ses bras en croix, juste à temps pour encaisser la double charge du fantomatique duo. Malgré ses efforts pour amortir au mieux la poussée des deux guerriers de Raichi, Végéta s’enfonça toujours plus profondément dans l’astre de combat, traversant chaque couche rocailleuse de cette dernière jusqu’à être expulsé de l’autre côté. Il fût aussitôt suivi par ses adversaires qui firent une sortie tout aussi fracassante.
Alerte, malgré la douloureuse traversée, le super guerrier de l’espace esquiva la jambe de Végéta Jr d’une impulsion de plusieurs mètres en arrière qui fût aussitôt suivit d’un bond pour laisser passer la charge du général Kakarotto, dont le poing fît gagner une nouvelle cavité au ring. D’une main ferme il réceptionna le coup de coude qui vînt ponctuer l’assaut de Vegeta Jr avant de générer une nouvelle lame énergétique autour de sa main libre qu’il abattit aussitôt vers le cou de la réplique. Une attaque éclair bien vite bloquée par l’interception foudroyante d’une autre lame de même nature créer par le guerrier fantôme. L’empereur Végéta n’eut pas le temps de jurer qu’il libéra aussitôt sa première main, créant au passage une deuxième lame d’énergie qui vînt contrer celle du général Kakarotto qui avait tenté une approche par-derrière.
Le fantôme du cadet de Baddack lui adressa un sourire venimeux, tout en levant son autre main tendue à partir de laquelle il généra une seconde lame énergétique.

« Chiotte », se plaignit l’empereur saïyan, alors qu’un nouveau vrombissement se fit entendre du côté de Végéta Jr.

En reportant son attention vers le fantôme de son homologue, l’empereur ne manqua pas de remarquer que, tout comme son acolyte, Végéta Jr était désormais armé de deux lames énergétiques parées à le découper en rondelles et d’un sourire diabolique prêt à s’élargir quand cette besogne sera achevée.

-Double Chiotte ! Emit le chef de l’univers 13 qui se dégagea via un déplacement hyper-rapide, imité dans l’instant par les serviteurs de Raïchi.

Quand bien même ils n’avaient pas l’acuité visuelle pour suivre convenablement les assauts et les déplacements des trois combattants, les spectateurs des gradins se consolaient en admirant le spectacle aérien offert par le saïyan et les deux fantômes qui rivalisaient en manœuvres ultra-véloces pour remporter un improbable jeu du chat et de la souris. Un jeu dont l’issue semblait pour l’instant indécises, du moins à leurs yeux.
Pour les combattants qui avaient les sens assez entraînés pour percevoir convenablement les déplacements et les échanges entre le concurrent de l’univers 13 et la paire, le constat était sans appel. Même s’il se défendait plutôt bien et parvenait à repousser ses adversaires, Végéta avait indéniablement le dessous. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne se fasse déborder. Et ce temps vint lorsque les fantômes et le chef de l’univers 13 entrèrent pour la énième fois en collision juste au-dessus de la planète-ring.

Après qu’il eut bloqué la première lame de l’empereur saïyan et que son compère ait capté la seconde, le général Kakarotto enfonça son genou contre l’abdomen de son ennemi, qui en perdit le souffle. Végéta Jr ne se fit pas prier et, d’un coup de pied retourné, frappa l’arrière du crâne de l’empereur qui s’écrasa brutalement contre la surface de combat. Un douloureux atterrissage qui se déroula non loin de Raichi qui jubila de l’infortune de son adversaire. A l’issue de ce combat, non seulement il aura la joie de savourer la mort prochaine de cet être qu’il exécrait de tout son être, mais un guerrier supplémentaire viendra s’ajouter à sa collection, une journée des plus fructueuses en somme. Cette perspective à peine dessiner dans l’esprit de leur maître que les deux guerriers fantômes fondirent à toute allure vers l’empereur saïyan mal en point, leurs lames parées à le transpercer.

« C’est le moment ! »


« Tuons-le ! »

Les deux guerriers fantômes étaient sur le point d’achever leur cible quand cette dernière, un sourire victorieux aux lèvres, se retourna dos contre sol et porta ses doigts écartés à hauteur de ses tempes.

-Morsure du Soleil !

Une puissante lueur émanant de l’empereur saïyan aveugla le fantôme tsuful et ses subordonnées qui cessèrent de suite leur charge, portant leurs mains devant leurs yeux par réflexe de protection. Végéta profita de la cécité passagère de ses opposants pour filer en hyper-vitesse quelques dizaines de mètres plus loin.
Du fait de leur réflexes supérieurs et de leur connaissance de la Morsure du Soleil, Vegetto et Buu furent les seuls à avoir eu le réflexe de fermer les yeux assez vite pour éviter toute forme de désagrément. Ils furent donc les premiers à apercevoir le concurrent de l’univers 13 viser le docteur tsuful via les paumes de ses mains couvertes d’une aura énergétique d’une fantastique intensité.
Malgré leur aveuglement bien gênant, les deux guerriers fantômes ressentirent l’attaque imminente de leur cible qui menaçait d’annihiler leur maître. Comme un seul saïyan, ils se positionnèrent devant le docteur tsuful, accolèrent leurs dos et tendirent leur paume respective en direction du chef de l’univers 13. La boule d’énergie servant de base au Solar Flare venait de faire son apparition lorsque l’empereur saïyan hurla :

-Final Flash !

Le jet de lumière jeune avait franchi la moitié du chemin quand les acolytes de Raichi gueulèrent :

-Solar Flare !

Les deux jets énergétiques se télescopèrent à quelques mètres de la planète-ring, qui se désagrégea lentement mais surement par les retombés de la bataille. Baigné de sueurs froides, Raïchi généra par prudence sa protection pour ne pas se faire éjecter par le souffle issu de l’affrontement entre les deux vagues déferlantes. Pour l’instant ses guerriers fantômes semblaient tenir le coup et même repousser petit à petit l’attaque du saïyan, mais Raïchi était prudent, mieux valait garder le bouclier activé, au cas où.

Malgré les difficultés qu’il rencontrait pour repousser l’attaque combinée des deux guerriers fantômes, Végéta jubilait en sachant qu’il avait réussi son coup. S’il s’était obstiné à les affronter au corps-à-corps, il aurait au mieux pu tuer qu’un seul d’entre eux au péril de sa vie, mais maintenant que les deux étaient placés exactement au même endroit et qu’ils ne bougeraient pas, afin de protéger leur misérable maître, il tenait l’opportunité rêvée pour en finir. Il était temps de montrer à ce vieux débris et à ses laquais, le niveau supérieur de sa technique !
D’un coup, Vegéta braqua ses mains vers la droite, transformant au fur et à mesure le flux alimentant le final flash en longue torsade dont le sommet perça telle une foreuse le Solar Flare, à la grande horreur des fantômes qui sentirent l’attaque converger inexorablement dans leur direction. Soucieux de protéger leur maître coûte que coûte, le général Kakarotto et Végéta Jr intensifièrent davantage le flux de leur attaque. Luttant jusqu’au tout dernier moment, gardant leur position jusqu’au bout, même lorsque le Final Flash torsadé commença par désintégrer leurs mains puis le reste de leurs corps. Tout ça pour augmenter les chances de survie de leur créateur dont la protection fût à son tour mis à rude épreuve par l’attaque du saïyan. Alors qu’un flux constant d’énergie se déversait contre la surface de son bouclier, le docteur souffla de soulagement. De toute évidence, sa barrière parvenait à résister au final machin de ce Végéta. Il n’y avait plus qu’à attendre qu’il s’épuise avant de lui envoyer ces derniers guerriers fantômes pour l’achever. Toutefois des bruits de craquement sonores et la terrible vision de fissures s’étendant sur la surface de son bouclier le firent déglutir d’horreur.

-N… Non… Non, non !...

Alors que l’attaque du saïyan ne semblait pas faiblir, les fissures s’étendirent sur l’ensemble du bouclier, au point même que des petits flux d’énergie dorée s’infiltraient à l’intérieur de l’abri du savant désormais aux abois.

-… Moi… Vaincu par une saleté de saïyan ?! Non… NOOOON… !?

Le bouclier vola en éclat, laissant le Final Flash submerger le tsuful qui n’eut le temps que pour un seul mot.

-IMPOSSIBLE !!! Hurla Rachi tout en se faisant totalement désintégrer.

L’attaque du saïyan finit sa course contre le bouclier des gradins, qui bien que très légèrement fragilisé, tînt le coup sans problème. Alors que les derniers effluves d’énergie se dispersèrent, un silence total régna sur le ring. Un silence aussitôt brisé par le tonitruant esclaffement de l’impitoyable chef de l’univers 13. Un rire bruyant qu’il poussait comme pour rappeler à ses ennemis et rivaux que ce n’était pas demain la veille qu’un sale tsuful allait le vaincre, lui, Végéta, l’empereur saïyan.
Dernière édition par broly97 le Mar Avr 06, 2021 4:18, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
broly97
 
Messages: 979
Inscription: Mar Avr 10, 2012 19:48

Re: DBM vs Fanfics

Messagepar broly97 le Lun Avr 05, 2021 8:14

DBM vs la z-team vs l'Organisation du Commercer des Mondes


Toute la haine du monde


On peut le dire, Tapion n’a pas eu une vie facile. Non seulement il s’était volontiers rendu apatride en acceptant la charge d’être le réceptacle d’Hildegarn plusieurs siècles durant, mais il a payé le prix fort de son sens du devoir lorsqu’il a appris le décès de son petit frère à cause d’un être malfaisant. Toutefois dans son malheur, le konatsian avait trouvé un bienfaiteur en la personne de Dr Raïchi qui a pu le soulager du poids de la malédiction que représentait Hildegarn. Il lui a ainsi offert la liberté d’explorer sans crainte le vaste univers et de connaître une multitude de gens de bien, lui permettant de combler en grande partie le vide et l’amertume régnant dans son cœur.
Seulement voilà, son ami était tombé durant ce tour contre ce Végéta, un saïyan sans scrupule, qui ne lui a fait aucun quartier. Le cœur du konatisian bouillonnait de rage. Après son petit-frère, voilà qu’il venait de perdre son ami, et le pire c’est qu’il ne pouvait rien faire pour le venger car il était non seulement éliminé du tournoi, mais il savait qu’il n’aurait pas les moyens de vaincre son bourreau. Ne restait plus qu’à attendre que les organisateurs se décident à ressusciter les victimes du tournoi au plus tôt. Frustré, le konatsian fixa l’autre résident de l’espace 3, Baddack le saïyan, imaginant déjà son visage hilare suite à la déconvenue du sauveur de l’espace 3. Il fût alors bien surpris de ne déceler aucun signe de triomphe sur les traits du guerrier de l’espace. Au contraire, Tapion ne lût qu’une terrible appréhension chez le saïyan.

Peu après que le Vegeta Jr de l’univers 13 ait pulvérisé le tsuful, Baddack était resté un court instant complètement bouche-béé, croyant à la fin du savant, jusqu’à ce qu’une inquiétante vision de l’avenir ne lui montre que tout restait encore à faire, et c’était peu dire.

« Tss ! Coriace l’enfoiré », pensa l’oracle saïyan inquiet tout en fixant l’orbe brisé de Raïchi.

Alors qu’autour du stade on discutait encore de l’attaque finale à couper le souffle du super saïyan de niveau 2, les vargas de la tour de contrôle vérifiaient une dernière fois s’il ne restait plus aucune trace du concurrent Raïchi. Lorsque la plupart de ses collègues lui signifièrent qu’ils n’avaient rien trouvé, l’arbitre vargas porta le micro à son bec.

- Il semble que Raïchi ait été pulvérisé. Nous déclarons donc…

-Attend !! S’écria soudainement un vargas dont les yeux étaient rivés sur son écran de contrôle.

- … Euh ! Veuillez attendre quelques instants, fît l’arbitre avant d’aviser son collègue avec agacement. Quoi, qu’est-ce qu’il y a ?!

-Les données indiquent qu’une immense source d’énergie provient d’une personne de l’Univers 3 ! Elle vient de l’arène, on dirait que Raichi est toujours là !

L’arbitre et d’autres collègues regardèrent l’écran, avant de bifurquer leurs regards emplis d’incrédulité vers la surface de combat.

Lévitant au-dessus du ring, Végéta attendait avec impatience que le piaf annonce sa victoire. Le combat fût rude mais il avait pu tenir et il sentait même qu’il s’était un peu amélioré. Toutefois, il ne se faisait pas d’illusion, il n’avait sans doute pas la puissance nécessaire pour résister face aux meilleurs de ce tournoi. Un agaçant constat qui ternissait sa victoire.
L’ex-prince fût soudainement tiré de ses sombres pensées par l’aura de son adversaire qui se manifesta autour de son globe brisé par terre. Une volute de fumée s’échappa de l’objet et tourbillonna sur elle-même jusqu’à s’évanouir à mesure qu’une nouvelle silhouette ne se dévoile. Il s’agissait d’un grand et musculeux humanoïde rouge avec un long crâne chauve ovale. Il portait des gemmes bleues marines de taille appréciable au niveau de ses poignets, de ses jambes, du plexus et une dernière qui occupait la majeure partie de son long crâne. Son visage, dépourvu de toute cavité nasale, était marqué par un regard sinistre qui était rendu encore plus inquiétant par ses yeux jaunes sans pupilles.
Constatant que cette créature dégageait la même aura que le tsuful, l’empereur Végéta avait logiquement déduit à une transformation des plus brutales, bien que concevable. Après tout, hormis leur forme de super guerrier, les saïyans pouvaient se transformer en ces oozarus qui ressemblaient extrêmement peu à leur forme normale. Mais tout de même, le prince se demandait bien ce qui avait bien pu provoquer cette évolution. Serait-ce le fait qu’il ait complètement désintégré le tsuful, ou alors ce serait qu’il ait brisé son orbe flottante dans le processus ? Des questions qui resteront sans doute sans réponse.

« Raïchi de l’univers 3 semblant être toujours vivant, le combat peut continuer ! » résonna la voix du vargas à travers l’arène.

Il n’en fallut pas plus pour que Végéta ne se jette sur le monstre. Comme il l’avait prévu, cette créature semblait en quelque sorte être Raïchi, ne restait donc plus qu’à l’exploser une nouvelle fois. Le super saïyan assaillit son ennemi de plusieurs attaques incisives, qui furent toutes bloquées sans sourciller par le monstre, à la grande frustration de Végéta qui ne se découragea pas pour autant. La créature rougeâtre repoussa finalement le saïyan d’un puissant coup de manchette bien placé, l’envoyant rouler par terre au loin. Lentement et douloureusement, l’empereur saïyan se releva tout en vomissant un mélange de sang et de salive. Cette créature était dotée d’une puissance extraordinaire, elle l’avait pratiquement mis KO en un seul coup. A n’en pas douter elle était au moins dix fois plus forte que les deux derniers fantômes qu’il avait combattus. La situation était des plus critiques et, en toute honnêteté, Végéta ne savait vraiment pas comment il allait faire pour ébranler ce nouveau colosse.

-F…Fais chier !

Tant bien que mal Végéta parvînt à se remettre debout et même à reprendre sa garde. Il fût étonné de constater que la créature ne profitait pas de son conséquent avantage pour l’attaquer. Elle se contentait juste de croiser ses bras et de pointer ses poings fermés vers le haut.

-RaaaaAAAAAAAAAAAAAAAAAAA… !! Hurla alors le monstre dont le braillement couvrit le bruit ambiant des gradins, sa voix résonnant sans problème à travers l’ensemble de l’arène.

Au moment où la voix de la créature fît vibrer les tympans des spectateurs, une tempête d’émotion pure déferla en leurs êtres. Une tempête faite de lamentation et de cris emplis de rage, de peur et de rancœur qui assaillit leurs âmes et subconscients. Un ouragan d’horreur et de terreur qui résonna dans la tête de chaque spectateur du stade immédiatement ébranlés par cette horrible sensation qui les faisait souffrir à des degrés divers. C’était comme-ci des milliers de voix agonisantes fendaient leurs crânes et les remplissaient continuellement d’émotions négatives qui assaillaient impitoyablement leur psyché. Une terrible attaque mentale qui mit à genoux le plus simple spectateur, aux plus puissants guerrierscomme Gast, Son Goku ou encore Végétto. Même les kaïoshins dans l’espace 1 semblaient vivre un véritable supplice, malgré leurs pouvoirs divins reconnus de tous.
Dans d’autres espaces, tels que le 13, 17, et le 8, les réactions des autres concurrents et des spectateurs les étonnèrent. Certes la sensation n’était pas très agréable mais pas au point de les mettre à genoux.
Dans le cas l’Unique, qui regardait confortablement la rencontre dans ses quartiers via ses écrans volants, la symphonie de hurlement ne lui fit ressentir absolument rien de particulier, si ce n’est un très léger sentiment d’extase.
Cette absence de réaction de la part des espaces emplis d’êtres sans scrupule confirma les conclusions de Buu. En effet, même s’il était relativement immunisé par la tempête émotionnelle, il pouvait sentir que des centaines de ses absorbés étaient profondément troublés par l’expérience. De toute évidence plus la personne touchée par ce drôle de cri avait de l’empathie et plus il souffrait. Une capacité aussi horrible que redoutable.
Etant le dernier représentant de son univers encore debout, C-21 avait tiré les mêmes conclusions que le djinn. Même s’il était loin d’être écrasé par l’expérience, le cyborg était tout de même désagréablement surpris par les maux de têtes provoqué par le requiem de souffrance.

Presque forcé à ramper par terre, Soundiata supportait comme il le pouvait les innombrables de voix qui faisaient vriller sa tête. Parmi elles, il avait l’impression d’entendre celles de milliers d’anciens rivaux et ennemis de l’Empire Mandigwan qu’il avait tué sous ordre de ses supérieurs. Mais surtout il entendait celles largement plus importantes des victimes collatérales de ses anciennes missions qui semblaient avoir pour objectif de mutiler continuellement son âme de la plus horrible des façons. Malgré cette souffrance de tous les diables, il trouva tout de même les ressources pour joindre ses mains. Contre vent et marée, il se concentra vers ses pensées les plus positives et commença à marmonner :

-Ca..Caki… Cakili…Kan…Kantala,… Cakili Kantala… Cakili Kantala… Cakili Kantala, Cakili Kantala, Cakili Kantala … !

Au fur et à mesure que les pensées positives prenaient une part plus importante dans l’esprit du vieil homme barbu, qu’un tatouage argenté aux contours exotiques apparut au niveau de son poignet droit et une fumée spectrale argentée s’y échappa. Elle prit la forme d’une large créature amphibien extraterrestre dont l’éclat argenté étincela sur l’ensemble de l’espace 9 et aux alentours.
Etonné par l’apparition de cette bête ésotérique, C-21 le fût davantage lorsqu’il remarqua que les cris dans sa tête s’étaient estompés et que sa migraine s’était envolée. Le cyborg tourna son regard vers le groupe de Krilin qui commençait à se relever, malgré un certain état de choc.
A peu près remis, Soundiata avisa l’ensemble des espaces pour se faire une idée de la situation. Les résidents des espaces 4, 8, 13 et 17 semblaient relativement bien résister à cette attaque psychique. On ne pouvait en dire autant pour ceux des espaces 1, 7, 12, 16, 18 et 19, ainsi que pour Tapion de l’espace 3 (les concurrents Baddack et Piccolo Daïmao semblaient être seulement gênés pour le premier et carrément à l’aise pour le second).
Sans attendre, le vieil homme tapa des mains et la créature de lumière se divisa en trois répliques d’elles-mêmes de moindre dimension. La première d’entre-elle resta au-dessus de l’espace 9, La deuxième s’envola vers l’espace 7, et avala sur son sillage Gast, suivit de Tapion, puis des kaïoshins avant de finir son chemin vers l’espace 19, où elle recracha tous ceux qu’elle avait préalablement avalé. Quant à la troisième elle fît exactement la même chose que la seconde, en avalant les concurrents des espace 12 et 16 pour les recracher dans l’espace 18, au-dessus duquel elle resta en vol stationnaire au même titre que son homonyme au-dessus de l’espace 19.
Bien que déboussolés et étonnés par l’expérience vécue, tous ceux présents au sein des espaces 18 et 19 furent soulagés en constatant que les cris dans leurs têtes avaient cessé. Même si une légère fatigue nerveuse se faisait ressentir chez chacun.

« Ces créatures argentées vous protège des effets néfastes du hurlement de ce monstre. Ne bougez pas de là où vous êtes s’il vous plait », demanda Soundiata via un message télépathique.

Les instructions données, le mandigwan eut l’esprit assez tranquille pour pleinement se concentrer afin de maintenir son sort tout en observant ce qui se passait sur le ring. Au grand soulagement de tous, le monstre écarlate avait cessé son horrible hurlement.

Végéta prit quelques secondes pour se remettre pleinement de l’expérience. Outre la puissance de la voix qui avait dangereusement fait vibrer ses tympans, le cri de cette créature avait provoqué en lui une gêne, certes extrêmement légère, mais tout de même déplaisante. Le super saïyan fût soudainement alerté lorsque les orbes du colosse écarlate s’illuminèrent, tétanisant l’empereur sur place, ainsi que l’ensemble des sensitives qui n’en crurent pas leurs sens. A cet instant précis, le monstre avait accumulé assez d’énergie pour pulvériser mille fois un super saïyan de niveau 2 de l’acabit de l’empereur ! La stupeur de Végéta fût aussitôt envolée par un puissant instinct de survie, qui lui intima de se bouger immédiatement au moment où la luminosité émanant des orbes culmina. Une vague d’énergie aussi puissante que gargantuesque émergea brusquement des bras croisés de la créature, provoquant une gigantesque explosion lorsqu’elle percuta le bouclier des gradins.

Les vargas et les nameks du centre de contrôle durent se cramponner pour supporter les brèves secousses qui suivirent. Une fois le séisme achevé l’un des vargas avisa son écran, avant de tirer une expression de terreur.

-Cette attaque à endommagé le bouclier ! Il n’est plus qu’à 87% de son énergie maximale !

-Quoi ?! Mais ça veut dire que si ce truc tire quatre ou cinq fois, le bouclier risque de céder !

-Dans ce cas redirigez toute l’énergie disponible sur le bouclier, et vite ! ordonna le chef Vargas tout en essayant de garder son calme à grande peine.

-O…Ok ! acquiescèrent les ingénieurs qui manipulèrent leurs touches de leurs claviers en toute hâte.

-Qu’en est-il du concurrent de l’univers 13 ? Est-il mort ?

-Euh… non ! Non, nos instruments nous indiquent qu’il est toujours vivant.

-Dans ce cas, le match continue, mais préparez-vous à renvoyer cette chose dans son univers à tout moment.

-Vous l’autorisez à participer, malgré ce qu’il a fait au public ? lui fît remarquer un namek franchement hostile à cette décision.

Le chef vargas préféra ne pas répondre. Il ne pouvait pas prouver que la créature qu’était devenue Raïchi avait intentionnellement fait du mal au public, car elle n’avait visé que le saïyan. Normalement il n’avait pas à la disqualifier. Toutefois, si le combat était parti pour durer comme ça, il serait forcé d’agir.

Une fois que la fumée s’était dissipée, la créature rouge de Raichi constata également que le saïyan s’en était tiré. Sans doute avait-il esquivé au dernier moment, mais pas assez rapidement pour s’en sortir indemne. Il suintait le sang par tous les pores, sa combinaison était en charpie et son armure avait été pratiquement évaporée. De son air féroce, teinté de peur et d’incrédulité, jusqu’à son aura qui semblait plus terne que jamais, tout indiquait que le super guerrier puisait sévèrement dans ses réserves pour ne serait-ce que maintenir sa transformation ainsi que sa posture. La prochaine attaque lui sera fatale, et alors une partie de la vengeance sera accomplie. La créature de Raichi croisa de nouveau ses bras et à la grande horreur de tout le monde, reprit ses terribles hurlements.

Alors que la voix de la créature se faisait toujours plus forte, Végéta tremblait. Non pas à cause des cris dans sa tête, dont il était largement insensible, mais plutôt à cause de la profonde peur et la terrible colère que lui inspirait ce monstre tsuful. Jamais il n’avait eu affaire à un adversaire aussi fort, et il ne pouvait rien faire pour ne serait que le faire reculer d’un pas. Si seulement il avait pu tomber sur un autre adversaire cette ultime humiliation lui aurait été évité… enfin peut-être pas. En effet, même s’il n’y avait pas eu cette créature, quantité d’ennemi auraient été capable de lui faire mordre la poussière. Il y avait ces maudits terriens de l’univers 9, cet impertinent namek de l’univers 7, ce Végétto et ses enfants si puissants, cette créature de l’univers 4 qui le terrifiait, et surtout ce Kakarotto de l’univers 18. A priori quel que soit son tirage, il aurait juste évité un déshonneur pour un autre. Une défaite assurée, pour une autre. Voilà à quoi était réduit l’empereur Végéta. Voilà qu’elle sera la dernière image que l’empereur de l’univers 13 laissera à ses rivaux d’outre-univers : un petit chiot à pleurer tremblant de peur devant les puissances de saïyans indignes, d’humains, de nameks et d’ersatz de tsuful.

-N…Non !... NOOOOOOOON !!! JAMAIS !!!

Réunissant tout ce qui lui restait de ressources, Végéta se redressa pleinement et fit exploser son aura, poussant un cri qui rivalisa en tonalité avec celui de son adversaire. Alors que sa colère envahissait chaque tissu de son être, une puissance nouvelle émergea en lui. Petit à petit, ses sourcils disparurent et sa touffe de cheveux s’agrandit décimètre par décimètre, jusqu’à arriver au niveau de ses genoux. L’ex-prince déploya d’un coup toute l’étendue de son aura doré, tout en poussant son plus puissant cri. Sous les yeux éberlués de ses trois subordonnées et des autres spectateurs, l’empereur Végéta devînt alors super saïyan 3. Il devînt Hyper Végéta !
Submergé par sa rage sans limite et revigoré par cette puissance nouvelle, l’empereur ignora la douleur accumulée jusque-là et concentra l’ensemble de son énergie sur les paumes de ses mains qu’il tendit droit vers la créature.

-Hyper…

Ayant de nouveau converti toute la haine de guerriers décédés que son créateur, Raïchi, avait collectée des années durant en lui, le monstre tsuful, ou plutôt Hatchiyack, cessa son hurlement.

-… Final…

Les orbes s’illuminèrent, prêtes à donner le coup de grâce.

-Fl…

Le monstre écarquilla les yeux lorsqu’il trouva son adversaire juste en face de lui, les deux paumes presque accolées à son torse. Stupéfait par la célérité nouvelle du saïyan, il oublia momentanément de lancer son attaque. Une erreur fatale.

-…AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAASH !!

La créature de Raichi fût noyée par l’incroyable vague vengeresse du saïyan. Une attaque qu’il fît déferler 4 secondes durant, soit à peu près le temps nécessaire pour qu’il décharge toute la colère et la révulsion qu’elle lui inspirait. Lorsque l’attaque cessa, le super saïyan de niveau 3 pût apprécier son œuvre : devant le long cratère creusé par le Final Flash, il ne resta de la créature tsuful que ses jambes réduites à l’état de pierre qui s’effritèrent jusqu’à être réduites en poussière. Le monstre qu’était devenu Hatchiyack, l’ultime création de Raïchi, n’était plus.

-Mort de Raïchi de l’univers 3. Nous déclarons Végéta de l’univers 13, vainqueur du match ! Merci à lui de nous avoir débarrassé de ce monstre.

Alors que les applaudissements de quelques centaines de spectateurs qui s’étaient remis lui étaient accordés, Végéta avisa ses poings toujours bénits de son aura de super saïyan 3.

-C… C’est donc ça le super saïyan 3 ?

Un fugace instant durant, l’empereur eut envie de jubiler, de crier, de clamer haut et fort sa supériorité par un rire tonitruant empli du triomphe qu’il retirait d’avoir vaincu un si terrible adversaire. Seulement une fois cet instant passé, son esprit lui rappela le propre super saïyan 3 du Kakarotto de l’univers 18 et celui de la fusion de ces gamins de l’univers 16 qui le dépassaient allègrement. Il y avait aussi Végetto et sa fille de ce Végétto qui n’avaient même pas besoin d’aller jusqu’au niveau 2 pour l’écraser avec leur petit doigt. Et puis il ne fallait pas oublier ce Gast, ce Cell, et ces terriens qui pouvaient toujour le balayer quand ils le voulaient.
Végéta essaya encore de chercher davantage de force cachée dans cette nouvelle transformation. Même une minuscule part de force qui lui permettrait de s’approcher du niveau de ces monstres de puissance et de les défier la tête haute. En vain.
De sa main tremblotante, l’empereur saïyan, plus désespéré qu’enragé, serra sa tête avec les doigts de sa main.

-Non… Non… C’est impossible… C… C’est ridicule !!

La transformation en super saïyan 3 cessa d’un coup, forçant un Végéta esseulé à s’appuyer sur ses genoux et ses coudes. Toutefois, assaillit par la déception et un incroyable dégout de soi, l’empereur n’en avait que faire.

-T… Trop peu… B… Bien trop peu… Ça… ça ne suffit pas, acheva Végéta avant de s’évanouir lentement puis d’être ramené par les nameks dans son espace où ses subordonnées se préparaient déjà à lui faire une ovation dont cette âme damnée ne retirait surement aucune trace de plaisir.

Voyant que la rencontre était terminée, Soundiata tapa des mains, ce qui fît disparaître les trois créatures argentées qu’il avait fait apparaître. Intrigué, Krilin lui demanda :

Maître Soundiata, C’était quoi cette chose que vous avez fait apparaître ?

-Il s’agit de mon avatar issu du Cali Kantala, un sort de chez nous qui est un concentré d’émotion positive. Il arrive que lors de nos missions nous, les guerriers mandigwans, devons faire face à des phénomènes ou à des créatures de toutes sortes qui nous affecte profondément au niveau émotionnel de pars leur seule présence, comme les Dusukasa par exemple. On peut aussi avoir affaire à des créatures extrêmement dangereuses comme les Sââbaccas dont la nature immatérielle fait qu’ils ne sont pas sensibles aux attaques conventionnelles. Pour se protéger de toutes ces menaces et leurs pouvoirs néfastes, nous utilisons généralement le sort du Cali Kantala pour les repousser.

-Pas mal du tout, le vieux, fît l’Esprit qui les avait rejoints. Comment on fait pour apprendre ce truc ?

Soundiata accorda un sourire au fayékono tout en arborant sa main droite, illuminée par le tatouage éclatant de blanc.

-Malheureusement, cela m’étonnerait que tu puisses l’apprendre. Rare sont ceux ayant un gramme de magie dans leur sang pour réaliser le plus petit sort et le Cakili kantala est une forme de magie très complexe à réaliser. Moi qui, comme vous, suis dépourvu du moindre potentiel magique, j’aurais été bien incapable de créer un Cakili kantala corporel sans l’aide de nos marabouts qui m’ont pour ainsi dire confier une partie de leur magie via le sceau que vous avez devant les yeux. Tous les guerriers mandigwan de niveau supérieur ont le droit, et surtout le devoir, d’être porteur de ce genre de sceau afin que l’Empire n’ait pas à déplorer trop de pertes stupides de soldats auxquelles elle a consacré de vastes ressources. Bien sûr il y a parmi nos guerriers quelques-uns qui arrivent à utiliser des sorts complexes comme celui-ci par leur propre moyen, mais ils ont un potentiel magique très vaste. Et encore ce n’est rien par rapport à nos marabouts qui auraient tous été capables de protéger l’ensemble de ce stade sans sourciller, voire l’ensemble d’un monde comme la Terre pour les plus habiles.

-Pff ! Dis comme ça, ça arrache. Ça me donne encore plus le cafard de ne pas pouvoir l’apprendre.

-Que veux-tu, on ne peut pas tous apprendre dans la vie.

Trunks qui avait également suivis la conversation entre le vieux mandigwan et le fayékono tourna son regard vers l’espace 3, juste au moment où Tapion y atterrit. L’air triste et navré, l’épéiste konatsian tenait dans ses mains le globe brisé du défunt savant tsuful. Même s’il ne tenait pas ce Raïchi dans son cœur, notamment pour ce que sa créature leur avait fait subir à lui et ses proches, le fils de Yamcha était tout de même peiné pour Tapion qui avait sans doute perdu un ami cher. D’un bref envol, le jeune homme à la chevelure violette rejoignit le konatsian qui fût intrigué par l’arrivée du terrien.

-Heu… Tapion c’est ça… C’était pour te dire que j’étais désolé pour ce qui est arrivé pour ton ami, malgré… enfin… Malgré tout ce qui s’est passé.

-Merci T… Trunk, c’est ças ?... Oui merci pour ton soutien Trunks cela me fait plaisir.

-Non ce n’est rien vraiment. Et puis de toute façon, il ne le restera pas bien longtemps vu qu’il va sûrement être ressuscité par les Bragon Ba… Heu !

Un court instant durant, Trunks se figea. Si le souhait de ressusciter Raïchi était fait, est-ce que ce serait Raïchi en lui-même qui reviendrait ou cette terrible créature à la place ? Se sentant idiot d’avoir pensé à cette éventualité alors qu’il était censé réconforté Tapion, le fils de Bulma secoua la tête et reprit sa phrase.

-Enfin voilà il va sans doute être ressuscité par les Dragon Ball. Ne t’inquiète pas trop.

Tapion accorda un sourire terne à l’humain, avant de secouer la tête.

-Non, dans le cas de mon ami ce ne sera pas possible. Les nameks ont analysés les restes d’Hatchiyak et ont déduit que même avec les Dragon Ball ils ne pourront sans doute pas le ressusciter.

-Outch ! Je… Je suis désolé.

-Non, ne le soit pas, le rassura Tapion avec tristesse. Cela fait des années que je le connais et j’ai toujours ressenti cette profonde amertume en lui. Au fond de moi j’avais cru que cela le passerait avec le temps mais il semblerait que je me sois trompé. Jamais son désir de revanche ne se serait tari, et tôt ou tard on en serait venu à cette issue. J’espère juste que les Dragon Ball pourront ramener son âme dans notre univers pour qu’il puisse trouver dans l’au-delà la paix qu’il n’a jamais connu ici-bas.

Ne sachant pas quoi dire, Trunks resta silencieux. Honnêtement il était venu pour remonter le moral du konatsian mais il se demandait vraiment si sa présence changeait quoi que ce soit.

-En tout cas, je souhaite bonne chance à tes amis encore en lice pour la fin du tournoi. Avec leur force je suis sûr qu’ils iront loin. Quant à moi je vais rentrer.

-Tu n’attends pas la fin de la compétition ?

-Non, maintenant que j’ai perdu mon ami et l’occasion de ressusciter mon petit frère, je n’ai pas de raison et encore moins l’envie de rester ici. Et puis il faut que j’organise au plus vite les obsèques du Dr Raïchi dans mon univers, même si je n’ai aucune certitude que son âme nous sera rendue. Enfin bref, au revoir Trunks et bonne chance à vous pour la fin du tournoi.

-Attend Tapion ! Concernant ton petit frère, mes amis et moi avons discuté après ton match contre Maïa et nous sommes tombé d’accord sur le fait qu’on allait te donner un de nos vœux au cas où l’on gagnerait. Tu as encore une chance de ressusciter ton petit frère.

-Vraiment ?! Vous-êtes sûr ? Vous ne voulez pas garder vos vœux pour vous ? C’est pourtant une occasion unique.

-Ne t’inquiète pas pour ça. Chez nous, sur notre Terre, nous avons déjà notre set de Dragon Ball, nous n’avons vraiment pas besoin de ceux du tournoi. Nous sommes justes venus pour le défi.

-Si tu dis vrais, ce… ce serait fantastique. M…Merci Trunks. Je… Je ne sais que dire. Comment vous remerciez ?

-Contente toi de nous encourager durant le tournoi, ce sera déjà très bien.

-Je… Je n’y manquerais pas. Merci, Trunks, je prierais pour votre victoire, assura le konatsian submergé par l’émotion qui offrit au terrien son premier véritable sourire depuis le début de leur conversation.

-De rien, ça nous fait plaisir d’aider lorsque l’on peut, fît Trunks avant de quitter l’épiste de l’univers 3 sur un ultime salut.

Alors qu’il allait se rendre dans son espace, les yeux du fils de Bulma s’attardèrent un bref instant vers le dénommé Baddack qui semblait perdu dans ses pensées.

Lorsque l’occasion s’était présentée à lui de participer à ce tournoi réunissant les plus puissants combattants de tous les univers, Baddack avait vu l’occasion pour lui d’étudier de plus près les limites du Dr Raïchi, le bourreau des saïyans. Toutefois, ce plan est allé bien au-delà de ses espérances. Non seulement il avait le puissant sentiment que Raïchi était mort pour de bon, mais il avait été de la main d’un saïyan. Cette double bonne nouvelle aurait dut le combler de joie, mais en fait elle ne lui laissait qu’un immense vide et un gout d’inachevé. Il avait passé ces dernières années à s’entrainer d’arrachepied pour pouvoir venger son peuple du tsuful, mais maintenant que cette vengeance lui a été volée, il ne voyait plus trop ce qu’il allait faire. Reconquérir l’univers ? Après tout il en avait largement le pouvoir, mais franchement à quoi bon ? Il n’avait jamais vraiment eu le gout du pouvoir. Même à l’époque où il avait arraché le titre de roi de Végéta Sr, il ne l’avait fait que pour sauvegarder son peuple et rien d’autre. Bien sûr il pourrait demander aux Dragon Ball de ressusciter les siens, mais pourquoi faire ? Pour répéter les mêmes erreurs ? Et puis non seulement il avait fait leur deuil depuis longtemps mais ses visions ne lui étaient pas nécessaires pour savoir qu’il n’aurait aucune chance de remporter le vœu des boules sacré. Tôt ou tard il perdrait. Quel but lui restait-il ?
Le guerrier de l’espace jeta un coup d’œil vers l’espace 8 où Cold, son adversaire désigné, attendait son tour les bras croisés.

« Je ne gagnerais sûrement pas le tournoi, mais rien ne m’interdit d’aller le plus loin possible. Ce sera déjà un bon début », pensa le saïyan en attendant l’annonce de son combat à venir.
Avatar de l’utilisateur
broly97
 
Messages: 979
Inscription: Mar Avr 10, 2012 19:48

Re: DBM vs Fanfics

Messagepar goget le Sam Avr 10, 2021 23:35

J'adore vraiment tes chapitres, mais j'adore encore plus les variations et le développement que tu donnes aux différents univers, en plus des interactions de tes propres personnages, j'espère que tu n'arrêteras pas en tout, j'ai hâte que tu arrives à la fin.
Avatar de l’utilisateur
goget
 
Messages: 3394
Inscription: Mar Jan 13, 2015 23:02
Localisation: Chez le fermier qui me déteste

Re: DBM vs Fanfics

Messagepar broly97 le Lun Avr 12, 2021 0:55

goget a écrit:J'adore vraiment tes chapitres, mais j'adore encore plus les variations et le développement que tu donnes aux différents univers, en plus des interactions de tes propres personnages, .


Merci pour le commentaire goget :D . Je suis très content que tu apprécies mes chapitres et les divers changements que j'ai dût opérer par rapport au matériel d'origine ^pour que ça s'agence mieux à mon récit et à ma propre vision de l'univers de DB. Concernant les personnages j'essaie de faire au mieux pour que leur interractions soient les plus naturelles que possible (normal me diras-tu). Je suis satisfait que le résultat te plaise.

j'espère que tu n'arrêteras pas en tout, j'ai hâte que tu arrives à la fin


On va déjà essayer de finir proprement le second tour car ça traine depuis quelques années déjà. En tout cas, merci pour tes encouragements :D
Avatar de l’utilisateur
broly97
 
Messages: 979
Inscription: Mar Avr 10, 2012 19:48

Précédent

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 8 invités