Guerres glacées

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Guerres glacées

Messagepar Lamantin_Furtif le Ven Mars 15, 2013 16:07

Après avoir écumé cette section, je me lance à mon tour et présente ici la première partie d''une nouvelle de ma conception.
Ce sera un one-shot en deux parties (si, c'est possible). Qui s'efforce de respecter la chronologie DBM.
Dites ce que vous en pensez si vous avez le courage de tout lire, voili voilou...

Celui (ou celle, sait-on jamais) qui devinera sur quoi portera la deuxième partie gagne un bambou creux et un Katana en plastique.

Bonne lecture (du moins je l'espère)


Guerres glacées
Première partie: Un repas de famille.

llllllllllAn 260, planète Flake 74, un Bacdi (les semaines locales comptent 10 jours) tout à fait particulier, le soleil est près de se coucher, la planète entière est en effervescence : ce n'est pas tous les jours qu'une réunion au sommet entre deux des trois plus puissants êtres de la galaxie s'organise. Les deux souverains contrôlant la majorité de l'univers connu s'entretiennent. Officiellement, il en va de la vie quotidienne des impôts, des problèmes économiques, des guerres aux frontières... En bref, de politique, chose à laquelle la plèbe ne s'intéresse pas et ne comprend de toutes façons rien. Bien peu de gens à travers les quatre galaxies savent ce qu'il en est réellement, et il ne faudrait surtout pas que davantage en soient informés, mais la rumeur court déjà au sein de la population.

llllllllllÂgé de bientôt 1387 ans, le corps et l'esprit rompus par une longue vie de conquête et le guerres, l'archi-tyran Chill, souverain d'un million de mondes, voit sa vie toucher à sa fin. Cachée sur la planète qui l'a vue naître, dans une forteresse secrète gardée par une élite assermentée de gardes muets, la titanesque carcasse royale s'affaisse chaque jour un peu plus dans le lit qu'elle ne peut dorénavant quitter qu'au prix de douleurs insoutenables. Même aux êtres surpuissants à la durée de vie délirante, la mort vient, d'autant plus cruelle qu'elle s'est tenue distante jusque-là, si discrète qu'on l'en oubliait.

llllllllllMais il était une autre chose parfaitement anormale qui se produisait en cet instant : une créature dont la place de prédateur ultime à l'échelle cosmique n'a jamais été contestée, dont la force suffisait amplement à atomiser des planètes entières, en venait à douter. Pour la toute première fois en ses cinq cent ans d'existence, le seigneur Flake ressentait la peur. Pas la légère gène occasionnée par la potentielle perte d'un être ou d'un objet de valeur, pas même les frissons et la fébrilité qui l'assaillaient dans ses jeunes années, devant la colère de son père et de son oncle. Non, cette peur-ci était la véritable peur, celle qui paralyse chacun des membres, qui pousse à trembler, rend fébrile, fou, colérique et maintient au bord des larmes. C'est la peur de la mort. La vue de ce qui restait de son père, à peine capable de se lever seul et crachant du sang à chaque quinte de toux lui avait rappelé sa propre mortalité ; et l'arrivée imminente de son cousin devait, il en était maintenant certain, lui en donner la fatale confirmation. Nul ne se déplace avec plus d'un millier d'élites pour négocier un traité de paix. Et personne de sensé n'apporterait Kradula, la sorcière bâtarde vomie des pires fosses du Makaï pour compatir à la mort d'un père aimant. Or, Cold était quelqu'un d'aussi sensé que cruel, imbu de lui-même et ambitieux.

llllllllllEt intelligent, avec ça... Car, tout mégalomane qu'il fut, Cold ne s'était tout de même pas figuré pouvoir tuer un cousin de deux cent ans plus âgé, même avec le soutien de son armée. Il avait attendu le bon moment pour frapper. La main de Flake se porta doucement vers son ventre rond, sentant les petits mouvements qui s'y produisaient, puis, le colosse cornu se leva lentement de son trône et quitta ses méditations pour s'apprêter à la discussion aussi passionnante que létale que lui réservait son frère.

llllllllllLa salle du repas avait été apprêtée depuis des semaines : suffisamment spacieuse pour asseoir plus de la moitié des gens de Cold, en plus d'une innombrable foule de politiciens, de piques-assiettes, de conseillers, d'économistes renommés, de philosophes, et d'éminences sans doutes très cultivées et compétentes dans leurs domaines. Aucun n'avait comprit ce qui allait se dérouler., sinon, ils ne seraient pas venus. Mais Flake savait, lui. Le regard perdu dans le vague, alors que quatre gardes d'honneur le vêtaient d'une splendide armure offerte par père, tandis que les convives et les serviteurs bavassaient dans les salles annexes, le seigneur laissa s'enfuir une larme de ses yeux. Un geste plus rapide que la perception d'un œil normal vint immédiatement la cueillir et l'écraser sur sa joue. Il n'arrivait plus à réfléchir, tant une seule et même pensée l'obsédait : « Je vais mourir, je vais mourir, je vais mourir, je vais... »
- C'est finit, sire.
llllllllllLa voix émanait d'un des suivants. La le visage cornu du démon se tourna lentement vers lui. Torohis. Fidèle, toujours à son poste, parfaitement dévoué ; et surtout fort, très fort. Que n'en avait-il un millier comme lui... « Cold les a, lui. » Pensa-t-il. Mais il se contenta de doucement faire non de la tête.
- Pas encore, pas encore...

llllllllllIl se redressa, regarda l'entrée de la salle, rassembla ce qui lui restait de la dignité sévère et impitoyable qui faisait le renom de sa famille, et entra dans la salle de fête. Ou l'abattoir, selon.
llllllllllDans la vie, on est tôt ou tard poussé à établir des plans : certains sont bons, d'autres sont sûrs, d'autres reposent sur le hasard, d'autres encore sont très mauvais, avec des chances de succès infimes et capillotractées. Les derniers ont cette particularité d'être les seuls à vous venir à l'esprit lorsque vous êtes en danger de mort imminente.

llllllllllCold était arrivé le premier, et s'était déjà assit dans l'un des deux seuls fauteuils de la salle à même d'accepter sa morphologie et sa corpulence. Flake hallucinait comme à l'accoutumée face à la carrure de son cousin. C'était un vrai titan, bien que plus âgé de presque deux siècles, Flake ne parvenait pas à le toiser. ; et ces muscles, cette force qu'il dégageait... Un monstre, une force de la nature à l'échelle de leur race. Il s'était entraîné depuis leur dernière rencontre, c'était évident. Flake n'était plus du tout sûr de le vaincre, même au sommet de ses capacités. Il s'assit face à son frère de race, calme et déterminé, et entama la conversation, banal à souhait, avec des phrases toutes faites à propos de conquête, de pirates invasifs... Conneries, tout ça, qu'un seul d'entre eux se déplaçât, et ce serait la fin de ces stupides maraudeurs et empereurs du dimanche. La seule chose à même de les menacer tous les deux se trouvait pile face à eux.


llllllllllLa fête battait son plein, et les hommes de Cold s'affairaient à ruiner à coup de restes lancés au sol, de boissons renversées et d'objets luxueux brisés par mégarde les salles fastueuses aux larges fenêtres où Flake avait eu la bienséance de les accueillir. Mais pour rien au monde il ne les empêcherait de se saouler, quittes à ce qu'ils ravagent l'intégralité du bâtiment. Il s'était écoulé plus de deux heures depuis le début du festin, Cold et lui avaient presque épuisé leurs réserves de sujets de conversation. Il était temps pour le plan le plus désespéré de l'histoire de la galaxie de se mettre en marche. Une pression imperceptible sur un boîtier dissimulé sous la table permit au seigneur Flake de le lancer, alors que sur un ton presque innocent, son estimé cousin lui demandait, pointant le ventre rebondi :
- C'est pour quant ?
- Bientôt. Une semaine, un mois maximum. Notre race est bien partie pour durer, semble-t-il. Il sera fort, j'en suis sûr.
llllllllllC'était le moment le plus délicat : tant que Cold restait mobilisé par cette conversation (sûrement moins anodine pour lui que ce qu'il tentait de laisser paraître), il ne prêtait pas attention au serviteur qui versait sans bruits un nectar précieux aux effluves envoûtantes dans son verre. Nectar lourdement empoisonné, naturellement.
- Oh, c'est merveilleux. Ton père ne part donc pas sans que sa descendance ne soit assurée. Quel nom lui réserves-tu ?
- Fréon. Qu'en penses-tu ? « Le seigneur Fréon. » Ça sonne parfaitement bien, je trouve.
- Eh bien, longue vie à Fréon !
- Longue vie à Fréon. Acheva Flake, et il attrapa sa coupe pour la porter à ses lèvres.
Cold en fit autant. Gagné ! Il saisit délicatement la coupe, huma le délicieux arôme de la liqueur...
llllllllllEt broya la coupe entre ses doigts. Perdu.
- Flake, Flake, Flake... Mon cher cousin... Croyais-tu réellement que je me laisserai prendre ? Que j'aurai fait tout ce chemin pour mourir tué par une bouteille ? Ton temps est décidément passé.
llllllllllCe disant, Cold s'était redressé de toute sa taille, et les conversations s'étaient interrompues. Tous les yeux étaient braqués sur le duo. Un serviteur plus malin que la moyenne brisa le silence en s'enfuyant aussi vite que le lui permettaient ses jambes. Flake lui aussi s'était redressé, seul être vivant présent capable de regarder l'autre démon du froid dans les yeux sans se dévisser le cou. Les soldats de Cold, légèrement éméchés, se préparaient lentement à se battre, tandis que les invités incapables de se défendre regardaient autours d'eux d'un air paniqué, sans savoir comment réagir.
llllllllllPlusieurs secondes s'écoulèrent, alors que la tension sans cesses plus insoutenable montait progressivement. Ce fut Cold qui se chargea de rompre le silence, une grimace de dégoût sur le visage :
- Tuez-les.

llllllllllPas très original, comme réplique, mais au moins, même les plus ivres de ses hommes en comprendraient le sens général. Mais Flake avait prévu le coup (comment faire autrement?)et ce fut à son tour de sourire.

- Maintenant ! Se contenta-t-il de crier, alors qu'il écartait les bas et que ses veines se gonflaient sous l'effort fournit. Même pour un télékinésiste de son acabit, immobiliser un millier de guerriers surpuissants n'était pas une mince affaire.
llllllllllIl vit un éclair de peur passer dans les yeux de son ennemi, il savait bien entendu à quel point les pouvoirs psychiques de Flake étaient puissants, assez pour déplacer une planète, disaient les manuels d'histoire. En tout cas, bien assez pour broyer la moitié des crétins avinés qu'il tenait dans son étreinte, si on lui en laissait l'occasion. Mais Cold ne la lui laissa pas. Il se jeta à la gorge de Flake dans une hurlement de sauvagerie brutale proprement terrifiant. La vue aurait certainement paralysé le spectateur lambda, mais Flake ne se laissa pas impressionner. Il grimaça en stoppant la course du colosse, et grinça des dents en le projetant à une vitesse plusieurs fois supersonique à travers le toit du palais. Il avait posé le genou à terre lorsque, transpirant à grosses gouttes, il tourna la tête vers les combats dans la grande salle. Tout se passait comme prévu : ses hommes avait surgi de portes dérobées partout dans les salles et massacré leurs adversaires immobilisés le plus vite possible. Bien que l'emprise de Flake se soit à présent relâchée, les ennemis étaient désorganisés, ils ne tiendraient sans doutes pas contre ses troupes. À moins que... Au milieu d'une des salles, les guerrier de Flake se faisaient tailler en pièces par des sortes de fantômes intangibles, qui ne souffraient pas de leurs ripostes. Ça risquait de tout compromettre... Son regard s'arrêta enfin sur une table brisée, il s'y tenait un des gardes du palais, la gorge enserrée par la poigne de Kradula. La hideuse sorcière aux cheveux rougeoyants arracha soudain, sous les yeux incrédules du seigneur, l'esprit du garde, dont le cadavre se détendit brusquement, alors que l'âme s'attaquait à d'autres soldats de Flake. La sorcière affichait un rictus de pure folie en se relevant. Elle asséna un lourd coup de pied à un gros homme barbu, se retourna, et cessa brusquement de sourire. En face d'elle se tenait le maître des lieux, la toisant de toute sa grandeur, la main tendue vers son visage.

llllllllllFlake se détourna du cratère au plancher, il lui fallait s'enfuir au plus vite, avant le retour de son cousin. Les sbires de Cold avaient certainement démolit, occupé ou piégé tous les vaisseaux à terre, mais ça aussi, il l'avait prévu. Il se déplaça vers les sous-sols bien trop vite pour que quiconque ne le repère dans la confusion ambiante. Il déboula moins d'une vingtaine de secondes plus tard dans un vaste hangar souterrain où était entreposée une navette furtive tout dernier cri, un des modèles les plus rapides en circulation. Ce hangar ne communiquait pas avec l'extérieur, il n'était qu'un entrepôt pour les prototypes, les stratèges de Cold l'avaient donc tout naturellement négligé. Crétins.

llllllllllLe sol de pierres massives du palais vola en éclats à l'atterrissage de Cold. Le sergent Avri eut bien du mal à le reconnaître : son crâne s'était allongé, lui donnant une apparence véritablement monstrueuse, et il était bien pus pointu qu'à l'accoutumée. Cela ne pouvait cependant qu'être lui, le simple ton de sa question : « Où est-il ? » ne laissait pas le moindre doute à ce sujet. Le militaire n'avait pas la moindre idée de la réponse, il essaya d'articuler une réplique, mais ses mots se perdirent en un pitoyable bafouillage terrorisé. Le Seigneur furieux pulvérisa l'imbécile et chercha d'autres informateurs dans l'assemblée, massacrant au passage tout soldat adverse assez idiot ou blessé pour ne pas fuir à sa venue. Il ne fit presque pas attention à la monstrueuse déflagration qui retentit à l'extérieur du palais, sans doutes un de ses guerriers d'élite... Ou alors... Merde !
llllllllllIl se précipita à la fenêtre la plus proche juste à temps pour voir la navette fendre les cieux à plus d'un kilomètre au-dessus du sol, juste en dessous se trouvait un immense trou dans le sol à travers lequel on apercevait une sorte de hangar. Sans plus brider sa puissance ou se soucier de faire du dégât, il s'envola aussi vite que possible par l'ouverture. Il ne pouvait pas le laisser filer ! Pas maintenant ! Pas au meilleur moment qu'il aurait jamais ! Il accéléra encore.

llllllllllDans la navette, c'était l'affolement. Alors qu'elle quittait l'atmosphère dans un talonnée par une seconde fusée à l'aura violette, un petit être vert au crâne hypertrophié vint se planter devant Flake, paniqué : « Votre frère, il est presque sur nous ! » Le démon du froid ne releva pas l'erreur de généalogie et se contenta de tenter de contenir son cousin par la seule force de son esprit. Il était hélas trop puissant et la concentration de Flake trop troublée pour que le résultat soit un tant soit peu efficace. « Le propulseur TGCM prend le relais dans 10 secondes. » Énonça la voix synthétique de l'ordinateur de bord, alors que, sur l'écran du scanner, le point rouge se rapprochait petit à petit de leur position. «Six, cinq... » Le point était presque sur eux. «quatre, trois... » Le point chevauchait quasiment leur position, Cold allait placer un coup d'un instant à l'autre. Flake ferma les yeux, parvint, en tâtonnant, à capter une forme qu'il espérait être celle de leur poursuivant, et il la projeta aussi loin que le lui permettaient ses dernières forces. « Deux... » » Le pont rouge s'était nettement décalé, « Un... »...

llllllllllCold était presque de nouveaux sur eux, il voyait la coque de la navette, à une dizaine de mètres, les réacteurs lui brûlaient le visage, alors que le manque d'air l'affaiblissait petit à petit ; quelle idiotie de ne pas être passé en forme véritable, il aurait alors déjà réglé l'affaire, sans risquer d'étouffer, qui plus est... Le réacteur était à portée, il arma son bras, mit sa main en position d'arracher le plus de métal possible... Et ne rencontra que le vide spatial.

llllllllllIl resta ainsi, flottant, incrédule et désemparé devant les conséquences de la situation, puis, stimulé par l'asphyxie, se décida enfin à rentrer sur Flake 74, laissant sur place toute sa confiance en lui et en l'avenir.
Dernière édition par Lamantin_Furtif le Dim Déc 15, 2013 12:04, édité 2 fois.
"Dorenavant votre rage me parviendra comme un sketch de Gad Elmaleh"
Many, 12 juin 2016


Mes Fics (dans l'ordre de parution)
Guerres Glacées
Une couronne à terre
Alpha et Oméga
Héritage

Image
(on remerciera kouki pour cette bannière)
Avatar de l’utilisateur
Lamantin_Furtif
 
Messages: 1045
Inscription: Dim Nov 04, 2012 19:39
Localisation: Juste derrière vous.

Re: Petite(s) nouvelle(s) du lamantin

Messagepar kouki le Ven Mars 15, 2013 16:47

Quel chapitre :shock:

J'adore, le soucis du détaille, les description, tout est bien dans ce chapitre :)
Image

Crédits AVS :

Spoiler
Merci à Anaunsa pour la superbe bannière !
Merci à Bushido et niic pour l'aide-scénaristique.
Merci à niic, Tiguor et goget pour l'aide au niveau des fautes.
Et un grand merci à tous les lecteurs !


News : koukishido ! La chaine DU duo d'LS !
Avatar de l’utilisateur
kouki
Loukoum Fragile
 
Messages: 5610
Inscription: Dim Oct 30, 2011 20:00
Localisation: Squatter le tchat

Re: Petite(s) nouvelle(s) du lamantin

Messagepar omurah le Sam Mars 16, 2013 3:06

Génial. Quel souci de la mise en scène, la narration est un véritable régal :)
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3328
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: Guerres glacées

Messagepar Lamantin_Furtif le Lun Avr 15, 2013 23:09

Hop, la suite (très) tardive, je sais. J'essaierais le faire paraitre la troisième (et dernière) partie plus rapidement.
Honnêtement, c'est moins bon que la première partie. On a quelques nouveaux personnages, toujours peu de descriptions, et quelques références...

Allez, c'est à peu près tout: bonne lecture pour ceux (ou celles) qui ont le courage de le faire. :D

Guerres glacées, partie 2:
Un nouveau départ.

Voici à présent plus de trois mois que la navette volait à toute vitesse dans l'espace stellaire. L'ex-général des armées de l'ex-roi Flake, faisait les cent pas dans un couloir où les empruntes de ses pieds commençaient à s'incruster sur le sol tant cette activité l'avait occupé le mois dernier. Planifier l'évasion, exécuter tous les mouchards uns à uns... Tout ceci l'avait maintenu éveillé des nuits entières, tandis qu'il alliait intenses réflexions stratégiques et psychologiques à d'innombrables assassinats qu'il avait préféré mener lui-même, par sécurité. Si bien qu'il se trouvait maintenant horriblement désœuvré. Et, si le général Changpa ne supportait pas une chose, c'était bien d'être désœuvré. Il aurait bien pris lui-même les commandes du vaisseau, mais ils étaient en hyperespace depuis des lustres, et le pilote devait être la seule personne dans tout l'engin à s'ennuyer encore plus que lui. Flake n'était pas sorti de la chambre froide depuis plusieurs semaines, son corps devait rester à basse température pour que l'accouchement se passe correctement, et c'était donc au général que revenait la tâche ô combien ennuyeuse de donner les ordres. D'ailleurs...
- Bolok ! Un autre café, et plus vite que ça !
- Oui mon général ! Glapit le petit être poilu, avant de disparaître de sa fascinante démarche déhanchée.

Voilà, c'était là le seul et unique point positif de toute cette affaire : il pouvait à loisir contempler ce stupide rongeur galérant à se déplacer à toute vitesse sur des jambes que la nature n'avait manifestement pas conçue pour cet usage. Et le café n'était même pas correct...

Le général se renfrogna. Comprendre : Deux mètres de muscles d'acier, de peau calleuse, de tatouages guerriers, d'yeux rouges terrifiants, et d'innombrables piercings agressifs se renfrognèrent. Même habillé de la manière la plus inoffensive possible, l'individu aurait été extrêmement impressionnant, mais il avait pris l'habitude de se déplacer torse nu par pur narcissisme, et les quelques bracelets ainsi que le massif torque qu'il arborait ne faisaient que souligner encore davantage chaque ligne de son physique surhumain. Il souhaitait d'ailleurs mettre ce physique en mouvement aussi tôt que possible, et, d'après les prévisions, il allait être comblé : l'atterrissage était pour dans quatre jours. Il vaudrait mieux, en réalité, qu'il advienne le plus tôt possible : être coincé en hyperespace dans un vaisseau contenant aussi un démon du froid en forme originelle au beau milieu d'un accouchement difficile ne figurait pas dans les plans de Changpa, et n'y figurerait jamais.


Trouver une planète cachée, inconnue des services secrets de Cold, et totalement coupée de toute civilisation avait été une gageure. Mais il n'y avait aucune raison pour que le meilleur des commandants militaires, avec une équipe de choc à sa disposition n'y arrive pas. Et le général l'avait donc fait, tout naturellement. Il avait même poussé le perfectionnisme jusqu'à exécuter l'intégralité des services secrets de Flake de ses propres mains, afin de prévenir tout risque de fuite d'informations. Personne ne saurait rien, et nul n'irait les chercher sur ce cailloux sans ressources, excentré, et peuplé de créatures juste trop forte pour être inoffensives et trop faibles pour être intéressantes.


L'atterrissage se passa en douceur, les moteurs rugirent, la coque brûlante fit siffler le sol en le heurtant ; mais il n'y avait pas d'herbe à brûler là où ils étaient. Pas de terre à calciner, et pas d'animaux à interrompre ou à effrayer. C'était le pôle nord , où la température inférieure à moins trente degrés ne laissait pas à la vie le loisir de s'implanter, où le froid mordant transperçait les os et vous tuait un homme plus sûrement qu'aucun poison. Un territoire de mort gelée terriblement hostile à la vie.
Flake fut le premier à descendre du vaisseau. Il respira un grand coup dans l'air glacial, puis, s'autorisa une moue désapprobatrice : Il avait encore très chaud.

Ce n'était certainement pas le cas du reste de l'équipage : même Changpa avait consenti à revêtir un lourd manteau et, à l'image du reste des troupes d'élite, il ne restait plus que son visage pour dépasser les couches de vêtements sous lesquelles il s'était enfoui. Seul Churon faisait exception : l'épaisse couche de fourrure blanche qui recouvrait son large corps lui permettait de ne pas s'encombrer de plus de vêtements que la décence ne l'imposait.

Une main sur son ventre bombé, leur maître attendit d'avoir capté leur attention avant de déclarer : « Prenez le vaisseau avec vous, et installez-vous le plus près possible de l'équateur, dans le lieu le plus brûlant que vous parviendrez à trouver. Je vous rejoindrai quand tout cela sera terminé. Churon, tu restes avec moi. Et prépare de quoi te couvrir. » Personne ne songea seulement à discuter ou questionner les ordres du démon du froid. Le général allait rejoindre le reste de l'équipage dans la navette, quand son maître l'interpella :
« Changpa... Te souviens-tu de notre première rencontre ?
Comment l'oublier, en effet? Sortir d'un sommeil cryogénique de plus de trois millénaires n'est pas le genre d'expérience oubliable. La mémoire éparpillée par les éons, dans le satellite-prison où les siens l'avaient abandonné pour des raisons dont il ne pouvait se rappeler, il avait goûté à la vie de nouveau avec comme seul désir celui de l'ôter, d'assouvir sa vengeance sur le monde entier. Mais il s'était heurté à un mur, un titan cornu invincible l'avait ramené à la raison à force de coups sur le crâne. Toute trace de sa civilisation ayant disparu des mémoires, il s'était offert à celui qui lui avait rendu la vie. Celui-là même qui lui faisait à présent face soixante-dix ans plus tard, le visage tourmenté dans la banquise environnante.
- Bien sûr, seigneur. Comme si c'était hier.
- Alors, en mémoire de ce jour où je t'ai sauvé d'un exil éternel, jure moi de ne jamais laisser ce vaisseau être endommagé. Il est tout ce qui nous sépare d'une mort solitaire sur ce monde. Il est notre seule chance de vengeance.
- Je le jure, sur tout ce qui me reste : ma foi en vous. » Il pointa le ventre de Flake. « Et en votre fils. »
Le démon ne répondit pas. Il se contenta de sourire en approuvant, alors que son bras droit rejoignait ses hommes dans l'engin.

Churon restait sceptique quant aux ordres de Flake : pourquoi lui ordonner de prendre des vêtements chauds, à lui ? Il résistait sans problème à la température actuelle, c'était même plutôt agréable... Enfin, il avait l'honneur de demeurer auprès de son souverain pour la naissance du prince héritier Fréon. Un honneur immense, bien plus grand que ses plus fous rêves de gamin.
La navette s'éloignait vers le sud, escortée par quelques soldats sur les côtés. Il en aurait pour des semaines avant de les revoir. Il fut interrompu ans ses contemplations par la voix impériale de Flake.
« Tu vas à présent assister à une chose que peu de personnes avant toi ont eu le privilège d'observer. »

Et ce qui se passa ensuite l'ébahit littéralement : des dizaines d'excroissances osseuses se mirent à pousser sur tout le corps de Flake alors que son crâne s'allongeait pour prendre une apparence monstrueuse ; mais le plus impressionnant survint ensuite : Une lumière éblouissante jaillit de chaque liaison entre les plaques osseuses et la chair du démon du froid qui s'élevait lentement dans les airs, en transe. La lueur enveloppa ensuite de tout le corps du seigneur, pour éclipser le soleil, et, se reflétant sur la glace et l'eau, transformer tout le pays en un véritable océan de lumière pure. Churon fut forcé de fermer les yeux pour échapper à l'aveuglement ; juste avant qu'une monstrueuse déflagration ne l'emporte au loin.
Quand il les rouvrit, papillonnant des paupières, ce n'était plus le colosse cornu qu'il connaissait qui le toisait, en lévitation, plusieurs mètres au-dessus de lui. Il était plus petit, le corps blanc avec plusieurs zones couleur de jade. Quelques plaques osseuses éparses recouvraient ses bras, ses jambes et son torse, mais plus de cornes ou d'excroissances massives, il en était méconnaissable. Le ventre bombé était toujours là, signe de la fragilité, comme pour rassurer Churon sur l'identité du nouvel être. Le démon du froid se posa lentement au sol, et, sans lui accorder un regard, s'assit en tailleurs sur la glace, et ferma les yeux pour se concentrer.
Churon en déduisit que sa présence n'était pas immédiatement indispensable, et partit construire un igloo, autant pour passer le temps que pour s'abriter de la neige et des vents.

Environs une heure de vol avait été nécessaire pour que les arbres se fassent plus grands, plus forts, la faune plus bruyante, et la chaleur parfaitement étouffante. Les curieux buissons que Changpa avait remarqué dès qu'ils s'étaient éloignés des régions arctiques recouraient à présent la majorité du sol, formant une sorte de maquis dense duquel émergeaient des arbres géants aux formes incongrues. Jugeant qu'ils pourraient difficilement trouver plus chaud, il fit signe de s'arrêter pour dresser le camp, ce à quoi l'équipage répondit par des soupirs de soulagement.
Quelques petites vagues d'énergie plus tard, le sol était nettoyé, et on avait dressé les tentes. Une équipe de deux était partie chercher de quoi nourrir l'intégralité de la troupe. Deux des meilleurs combattants du peloton, juste au cas où. En Observant le camp se monter à toute vitesse, Changpa se fit la réflexion que tout ceci ressemblait davantage à une partie de camping qu'à une opération militaire d'importance capitale. (Non pas qu'il ait eu a moindre expérience en matière de camping, naturellement, mais c'est pour donner une idée.) Ils n'auraient sans doutes pas à entrer en contact avec les indigènes et tant mieux : on était jamais à l'abri d'une mauvaise surprise, du genre communicateur longue portée atterrit là par hasard ou pouvoir magique monstrueux détenu par un quelconque chaman local. Ça s'était déjà vu, et il ne souhaitait pas de second incident de Vitae. Ils allaient rester là tranquillement quelques mois, voire, au pire, quelques années, et ils reviendraient pour leur vengeance. Les autochtones ne se rendraient même pas compte de leur passage. Il n'y avait aucune raison que tout ceci se passe mal, ça allait juste être très ennuyeux.

N'est-ce pas ?
Dernière édition par Lamantin_Furtif le Dim Déc 15, 2013 12:14, édité 3 fois.
"Dorenavant votre rage me parviendra comme un sketch de Gad Elmaleh"
Many, 12 juin 2016


Mes Fics (dans l'ordre de parution)
Guerres Glacées
Une couronne à terre
Alpha et Oméga
Héritage

Image
(on remerciera kouki pour cette bannière)
Avatar de l’utilisateur
Lamantin_Furtif
 
Messages: 1045
Inscription: Dim Nov 04, 2012 19:39
Localisation: Juste derrière vous.

Re: Petite(s) nouvelle(s) du lamantin

Messagepar omurah le Jeu Avr 18, 2013 23:16

Et bien moi qui déteste l'ennui je ne peux qu'être attristé pour ce cher Changpa de cette dernière et tragique nouvelle.
personnellement je trouve cette seconde partie d'égale allure à la première. J'ai trouvé amusant de voir que Flake devait atteindre sa dernière forme afin de donner naissance à son fils. L'histoire manque peut-être d'un petit rebondissement mais je le sens arriver.
Par contre, et c'est certainement du à ma culture très restreinte, je n'ai repéré aucune références particulière :P
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3328
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: Guerres glacées

Messagepar Lamantin_Furtif le Ven Mai 10, 2013 12:43

Désolé de l'absence de réponses, Omurah, mais bon, la suite est là (avec ton gros rebondissement).
Assez courte, pour le coup, il s'agit de l'avant-dernière partie (finalement, j'ai coupé la dernière partie en deux, vous comprendrez pourquoi)

Guerres glacées
troisième Partie: un accueil glacial

llllllllllChuron rentra s'abriter dans son igloo pour passer la nuit tranquillement. En réalité, il ne s'agissait plus réellement d'un igloo, mais plutôt d'une vaste villa de glace assez spacieuse pour abriter une douzaine d'individus, mais Churon s'était beaucoup ennuyé la dernière semaine, et il avait un certain don pour l'architecture. À part construire, il n'avait en effet pas grand-chose à faire de ses journées. Il chassait bien de temps en temps pour se nourrir, mais on ne pouvait pas réellement appeler cela une « distraction », rapide et fort comme il l'était, le gibier n'avait pas la moindre chance et l'affaire était réglée en moins d'une dizaine de secondes. Ledit gibier (consistant surtout en de gros animaux poilus et informes qui nageaient en bandes de huit à vingt individus, et se nourrissant de dieu sait quoi) se faisait plus rare qu'à son arrivée. Sans doutes migraient-ils vers le sud, car le temps s'était fait un brin frisquet : à tel point que Churon devait, à l'extérieur, porter un lourd et épais manteau noir pour se protéger des températures. Sans doutes toutes ces années passées au chaud qui avaient entamé sa résistance au froid. Il avait envisagé de couvrir son seigneur, mais sans s'en donner le courage. Celui-ci ne semblait pas indisposé, de toutes façons. Il se contentait de rester en tailleur et de se concentrer, comme si il produisait un effort surhumain. Churon ne connaissait rien au mode de reproduction des démons du froid, mais cela avait l'air très éprouvant.
llllllllllLa solitude commençait sérieusement à lui peser. Ça et le froid, il n'était vraiment pas habitué à avoir froid et la sensation ne lui plaisait pas. Il enviait ses compagnons, qui devaient être restés bien au chaud, eux. Et peut-être même qu'ils avaient pu se battre un minimum.

llllllllllÀ des centaines de kilomètres de là, Changpa, bien que loin d'être débordé de travail, n'en était pas parfaitement inactif pour autant. Tandis que la fine fleur de l'ex-empire galactique de Flake partageait son temps entre jeux de hasard (sans mises, Changpa les ayant interdites après une dispute), entraînements, et fainéantise pure et simple ; le général réfléchissait : Le temps s'était salement gâté depuis leur arrivée ; le thermomètre du vaisseau avait chuté de plus d'une bonne quinzaine de degrés, et cela semblait empirer de jours en jours. Là où la chaleur étouffante avait, au début, contraint toute la troupe à le promener très légèrement vêtue, les soldats commençaient à ne plus tant négliger leur habillement. Les animaux du coin semblaient eux aussi en souffrir : les expéditions chargées d'amener de la nourriture tombaient plus que régulièrement sur les cadavres d'animaux incapables de supporter de choc des températures. La durée des cycles jour/nuit allongeait également de manière absurde : 21 heures à leur arrivée, 35 maintenant. « Sur quel type de planète sommes-nous tombés ? » Avait été sa première réaction, mais son regard s'était ensuite déporté bien plus au nord. Si Flake était bien la source de ces bouleversements, il devenait impossible que les locaux ne se mettent pas à chercher des explications. Il allait falloir durcir les tours de garde. Autant se préparer à accueillir les natifs, il ne devraient plus tarder et avec un peu de chance, ce serait même l'occasion de faire un peu d'exercice.
llllllllllIl ne fut pas déçu.

llllllllll« Général, général, ya des... Des gens du coin qui veulent vous voir. Ils sont beaucoup, et ils ont pas l'air content, si vous voyez ce que j'veux dire...
llllllllllEncore Bolok. Ce crétin de rat avait intérêt à avoir une bonne raison de déranger Changpa. Mais ceci en semblait une, et le colosse consentit à se réveiller sans plus qu'un grognement maussade, il empoignât son manteau de cuir doublé, et sortit de la navette en l'enfilant. Il faisait nuit, mais cela ne voulait plus rien dire : la dernière journée avait duré presque vingt heures. Dans le camps, il put voir les natifs dont il était question. Tous très semblables, à peine plus petits que lui, leurs vêtements n'étaient clairement pas conçus pour tenir face au froid ambiant : des pantalons bouffants dans les tons blancs-beige, et les hauts assez légers à base de gilets et de tuniques peu ornementées et pratiques ; la plupart avait eut la présence d'esprit d'agrémenter leurs tenues de manteaux ou d'écharpes. Leur peau verte laissait voire des crevées couleur chair, ils avaient l'ait parfaitement imberbes, et, détail amusant : deux petites antennes leur poussaient sur le front. Eux, par contre, n'étaient pas amusants : ils avaient l'air terriblement sérieux, méfiants, et, pour certains, en colère. Précisément conformes à ce qu'on lui avait décrit du peuple Namek.
llllllllllLe géant qui menait la troupe lui adressa la parole en premier. Bien plus impressionnant que les autres qu'il dépassait d'une bonne tête, il portait un léger gilet noir bien incapable de voiler son torse musclé. Ses babines légèrement relevées laissaient entrevoir des canines pointues qui rajoutaient encore à l'aura de férocité qu'il dégageait.
llllllllll« Salutations, étranger, je suis Schenk, de la tribu du dragon. Entamât-il d'une voix grave et rocailleuse. Il faut que nous parlions de votre arrivée sur ce monde. Et surtout de votre départ qui ne devra plus tarder.
llllllllllL'alien parlait donc la langue commune. Cela allait faciliter les choses.
- Bonjour à vous aussi ! Répondit Changpa de son ton le plus cordial (celui qui ne faisait pas pleurer les enfants). Je suis désolé de vous annoncer que nous ne pouvons pour l'instant pas partir, mais je vous assure que nous quitterons les lieux dès que possible. Pourquoi êtes-vous si pressés ? Si nous avons brisé quoi que ce soit dans vos traditions, je vous assure que c'est involontaire. Et je suis sûr que...
- Ne faites pas l'imbécile. La planète entière souffre de ce qu'on lui inflige. Et son bourreau est le monstre que vous avez déposé au grand nord. C'est à cause de lui que les nuits et les jours deviennent fous, et qu'il fait si froid. Son emprise maléfique s 'étend sur ce monde entier, il faut l'arrêter.
Bingo ! Mais comment savent-ils... ?
- Ce monstre, comme vous le dite, se trouve être notre maître. Il ne doit être dérangé sous aucun prétexte, nous ne serons pas longs, je le répète.
- Vous ne comprenez donc pas qu'il va tous vous tuer !!? Vous ne survivrez pas plus que nous au froid qu'il apporte, et il va emporter toute la planète !
llllllllllCela devenait dangereusement concernant pour les soldats. Difficile de connaître précisément leurs réactions si ils se mettaient à croire qu'on comptait tous les sacrifier sur ce cailloux. Mieux valait buter ces types immédiatement. On allait de toutes façons y venir tôt ou tard. Le principal problème dans ce plan, était qu'il n'avait pas la moindre idée de la puissance des guerriers Nameks. Les maigres données qu'il avait récolté indiquaient environs 1000, mais elles ne concernaient que des civils. Il était impossible d'utiliser le moindre détecteur avec Flake sur la planète, impossible de vérifier. Cependant, ces créatures ne devraient pas être un véritable problème pour ses troupes surentraînéees. Sauf pour Bolok. Oui, cet abruti allait sans doutes mourir, et cela conforta Changpa dans son plan. Pendant ce temps, le namek n'avait pas cessé de blablater au sujet de leur survie à tous et d'une alliance pour vaincre le monstre du nord.
llllllllllEn d'autres circonstances, Changpa aurait sérieusement étudié l'idée : le Namek n'avait peut-être pas complètement tort ; et ramener la dépouille de son ennemi juré au seigneur de l'univers avait de bonnes chances de le mettre dans d'excellentes disposition. Mais trois points rendaient la chose impossible : premièrement, peu importe la force des Nameks, Flake était bien trop puissant, même tous ensemble, ils se feraient massacrer. Deuxièmement, Cold ne connaissait certainement pas le sens du mot « miséricorde », il les exécuterait tous, à commencer par le chef : lui. Cet individu ne laissait que peu de choses au hasard, et ne supporterait pas l'idée d'un potentiel traître ou du moindre contre-pouvoir. Troisièmement, Il s'agissait de Flake, et jamais, dût-il en mourir, Changpa ne consentirait à le trahir. Il ne lui restait plus qu'une option :
- Écoutez bien, Namek, fit-il en se rapprochant du leader, vous n'avez pas la moindre chance contre le seigneur Flake, personne sur cette planète ne pourrait seulement le blesser. Si vous espérez nous monter les uns contre les autres, sachez que chacun des combattants ici présents est parfaitement conscient de ce qu'il adviendrait des traîtres sous mon commandement. À présent, partez. Ou mourrez. »

llllllllllIl y eut un long moment de latence, durant lequel Changpa et le dénommé Schenk se fixèrent sans sourciller, alors que les guerriers des deux camps se plaçaient lentement en position, chaque camp derrière son chef, tous à peu près égaux au niveau du nombre,mais avec un avantage pour les commandos. Ces types sont fous... Ou très confiants.
llllllllll« Vous n'avez aucune chance, rendez vous. Fit finalement le namek. »
llllllllllChangpa prit ceci comme une invitation à frapper le premier. Son poing s'abattit sur le large nez vert avec assez de force pour ébranler une montagne, alors que les deux lignes de bataille s'écrasaient les unes contre les autres dans un rugissement dantesque ; et en un instant, ce fut le chaos.
Dernière édition par Lamantin_Furtif le Sam Déc 21, 2013 23:05, édité 3 fois.
"Dorenavant votre rage me parviendra comme un sketch de Gad Elmaleh"
Many, 12 juin 2016


Mes Fics (dans l'ordre de parution)
Guerres Glacées
Une couronne à terre
Alpha et Oméga
Héritage

Image
(on remerciera kouki pour cette bannière)
Avatar de l’utilisateur
Lamantin_Furtif
 
Messages: 1045
Inscription: Dim Nov 04, 2012 19:39
Localisation: Juste derrière vous.

Re: Petite(s) nouvelle(s) du lamantin

Messagepar omurah le Sam Mai 18, 2013 13:58

Ah alors on est sur Namek ! J’ai adoré la diplomatie de Changpa.
A mon avis les nameks ont bien peu de chance face à lui et sa cohorte. Schenk doit probablement être du niveau de Nail ou dans ces eaux là. Mais on est jamais à l'abri d'une surprise.
Ce qui m’intrigue le plus c’est du côté de Flake et Churon. Déjà pourquoi flake a-t-il voulu que Churon l’accompagne, est-ce pour le protéger ou alors… ? Et si c’est pour le protéger cela fait de Churon le garant de la vie de Flake. Qu’en fera t-il ?
Autant de question qui font qu’il me tarde de découvrir ton prochain chapitre :)
Et sinon bienvenu dans le monde des fic' qui commence comme un one-shot en deux parties et finissent par toiser du Harry Potter ! ça commence toujours comme ça, j'en ai fait les frais :lol:
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3328
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: Guerres glacées

Messagepar Lamantin_Furtif le Dim Oct 27, 2013 15:06

Et non, ce projet n'est pas totalement mort. Il l'a frisé, mais je me suis ressaisis. ça a pour moi été un véritable effort de finir cette fic, mais j'en suis satisfait. La dernière partie est très longue (presque autant que tout le reste de la fic) mais je ne pouvais pas me décider à la couper. (je l'ai déjà trop fait)

Mes plus plates excuses à mon seul lecteur fidèle : Omurah, qui semble avoir quitté le forum avant de voire cette fic se finir.
Il était temps de mettre un point final à ce one-shot qui n'en finissait pas, et c'est maintenant chose faite.

Merci de consacrer du temps à mon humble projet, et sur ce :

Guerres glacées
Quatrième partie: mort et renaissance

Jamais, depuis plus de deux millénaires, la planète Namek n'avait assisté à un homicide volontaire. Des êtres aussi pacifiques et résistants que les nameks n'avaient ni le désir, ni la possibilité de s'entre-tuer aisément. Les arts martiaux y était cependant enseignés avec une certaine discipline, mais seulement pour le contrôle de soi et la valeur sportive qu'ils apportaient. Par leur capacité à ressentir les esprits de chaque semblable sur toute la surface du globe, les nameks restaient de plus connectés en permanence à l'ensemble de leur peuple en une sorte d'empathie fusionnelle. Sans même forcément se connaître, ils avaient une vague perception de chaque autre individu de leur espèce. La moindre souffrance ou détresse recevait immédiatement une vague de compassion et d'empathie générale, ce qui avait achevé de rendre cette civilisation aussi heureuse que mal préparée à son destin.

Car, si le moindre sentiment trop négatif était rapidement perçu et « corrigé » par cet esprit commun, comment alors décrire la sensation de lacération psychique ressentie par tout le peuple namek face au pandémonium de violence et de douleurs qui advint sur les jungles équatoriales ? Chaque blessure, chaque coup porté se répercuta à travers l'esprit de chaque namek en une version atténuée et vague, mais tout aussi traumatisante par sa nouveauté.

L'ensemble de l'escarmouche ne dura pas plus d'une dizaine de minutes, mais elle suffit à traumatiser profondément la planète entière. D'autant plus que tous avaient ressenti que l'issue ne leur avait pas le moins du monde été favorable. Namek avait cependant toujours un stock de combattants plus qu'appréciable à proposer aux envahisseurs.


Slima eut du mal à sortir de la transe dans laquelle le massacre de ses amis l'avait plongé. Les yeux fixés sur l'horizon, il lui fallut quelques instants pour saisir que plusieurs de ses cadets l'observaient en silence, à quelques mètres de là. Le namek, reprit sa contenance avec difficulté et essuya les larmes qui avaient dévalé ses joues. Nettement plus grand et massif que ses camarades, il était surtout le seul membre de la révérée tribu du dragon sur la place. Et son espérance de vie supérieure, tout comme sa force et sa capacité à enfanter lui donnaient maintenant des responsabilités envers les siens qu'il comptait bien tenir. Perdre du temps à consulter les anciens serait une terrible erreur : quelques guerriers vivaient encore sur le champ de bataille, et il pouvait toujours les sauver... Si le chef des ennemis acceptait de quitter les lieux, car Slima ne se sentait pas à même de vaincre celui qui avait tué Schenk. Pas seul.

La sensation des auras familière de ses amis Katats et Holike en voyage vers l'ennemi balaya les doutes du guerrier, qui ne prit que le temps d'adresser un « Je reviens vite, ne vous inquiétez pas. » à la centaine de villageois rassemblés autours de lui avant de disparaître à l'horizon, aussi vite que ses capacités surpuissantes le lui permettaient.


Il arriva le dernier sur les lieux. La terre était brûlée et ravagée sur plus de trois kilomètres, plus un buisson, plus un brin d'herbe. Des monceaux de cadavres éparpillés aux quatre vents venaient apporter de la variété et de la couleur au tableau, dont l'arrière plan était occupé par un vaisseau spatial miraculeusement intact. Mais toute l'attention du namek était accaparée par l'une des deux dernières silhouettes rescapées du charnier : Une sorte de démon colossal, doté de trois têtes identiques fichées sur un torse dénudé et musculeux à six bras, dont deux tenaient des corps de nameks broyés. Le tout mesurait environs trois mètres, saignait abondamment d'une blessure sur l'une de ses trois épaules gauches, et transpirait littéralement la violence. Les deux autres membres de la tribu du dragon étaient restés silencieux, et gardaient les yeux fixés sur l'abomination qui leur faisait face. À gauche, Holike, étiré en hauteur et flegmatique, mais pas moins farouche au combat ; et Katats, plus équilibré en terme de corpulence, le nez crochu et le menton prononcé, ressemblant à un oiseau de proie inquisiteur. L'une des têtes de l'intrus prit finalement la parole, reprise par les deux autres qui continuaient alternativement ses phrases, pour donner le rendu le plus dérangeant et schizophrénique possible :

« Encore trois saloperies à déblayer ?... Commença la première tête.
… Je vais devoir éclater toutes vos affreuses gueules vertes unes par unes ou quoi ? » Termina la seconde en hurlant.

Katats prit la parole au nom de tous :

- Tes méfaits s’arrêtent ici, porteur de mort. Nous avions sous-estimé ta force, mais sache que les guerriers que tu as vaincu n'avaient rien à voire avec moi. Dis moi ton nom, que mon peuple puisse savoir qui a causé tant de douleur.

- Changpa. Mais tu ne vivras pas pour le crier sur tous les toits...
...Tes amis peuvent s'enfuir pour le faire à ta place si ils le veulent, ...
...ça me fera toujours ça de sang en moins à nettoyer. ...
… Vous m'avez quand même surpris : je ne croyais pas tomber sur un groupe capable d'exécuter tous mes hommes. Surtout les deux gros : Ils étaient à combien ? Soixante-dix, cent mille ?...
… Que j'en sois réduit à me transformer pour vous vaincre... C'est la deuxième fois dans toute ma vie...
...Avec cette force, vous pourriez avoir les quatre galaxies à vos pieds, sous les ordres de Flake ou de Cold, mais vous préférez stagner comme des larves sur votre ridicule planète...

- Silence, et bats-toi. Finit par le couper Katats

- À tes ordres, namek.

Le deuxième commando (une espèce de gnome rougeaud aux bras trop longs et excessivement musclés qui boitait) recula de plusieurs dizaines de mètres, légèrement paniqué, alors que les deux nameks firent prudemment un pas en arrière, prêts à intervenir.
Cela ne serait pas nécessaire, cependant, et Slima le savait. Katats était l'un des cinq plus puissants nameks actuellement en vie. Et ce Changpa ne savait manifestement pas le moins du monde estimer les puissances. Ce défaut allait lui être fatal.


Les événements s'avérèrent un brin plus compliqués : alors que les poings du guerrier venu d'ailleurs s'abattaient à une cadence infernale sur le membre de la tribu, bien peu atteignaient leur cible : Fluide et précis, le champion local naviguait entre les coups les plus violents alors que les estocade de moindre puissance ricochaient contre son torse et ses membres sans plus d'effet que de le faire reculer légèrement. Il s'avérait par contre presque incapable de porter un coup décisif à son ennemi, tant les multiples bras l'occupaient efficacement. Il se trouvait cantonné à une posture défensive insuffisante face à l'avalanche de férocité sauvage qui se déchaînait sur lui, comme une tempête sur un rocher. L'ouverture de présentât enfin lorsque, voulant porter un coup décisif, Changpa mobilisa quatre de ses bras pour projeter une monstrueuse vague d'énergie à bout portant. Katats fut contraint de mobiliser ses deux bras pour le parer de manière similaire, que qui l'exposa à une double manchette droit dans la gorge de la part des bras restants. Le natif de namek échoua à maintenir l'attaque énergétique de Changpa, encaissa de plein fouet le contrecoup et fut projeté sur près d'un kilomètre par l'explosion, sonné au milieu un énorme cratère, alors que son adversaire se précipitait sur lui à toute vitesse.

Un très bref regard fut échangé entre Slima et Holike, et en moins d'une seconde, ils décollèrent. Holike, vers le nain rougeaud, et Slima vers Changpa. Il parvint à interrompre le tricéphale en plein vol juste avant que celui-ci n'atteigne Katats ; profitant à fond de l'effet de surprise, il bourra de coups de poing l'imposante masse de chair, tout en tentant de le transpercer au niveau des côtes, sans succès. Slima sentit soudain une double pression sur son bras gauche : deux des mains du guerrier alien étaient parvenues à l'agripper. Il eut à peine le temps de détourner les yeux qu'un double coup de tête lui brisa le nez et plusieurs dents. Cette enflure était forte ! Plusieurs coups de poings furent échangés sans la moindre organisation ou tentative de parade d'une part comme de l'autre, jusqu'à ce qu'un choc d'une extrême violence ne percute Changpa et l'envoie bouler au loin. Katats était de retour.

Les deux nameks tentèrent de communiquer, mais le général déchu se releva d'un seul coup de son point d'atterrissage, et, en un triple hurlement dantesque, fit s'abattre une pluie ininterrompue de kikohas sur ses deux ennemis en même temps, mettant à profit ses six bras. Surpris par la vitesse du rétablissement, ceux-ci encaissèrent l'attaque de plein fouet en serrant les dents. Le déluge de projectiles dura quelques secondes sans faiblir, entamant sérieusement les formidables réserves d'énergie des deux membres de la tribu. Incapable dégager, Slima se mit soudainement à craindre de céder avant que l'assaillant ne fatigue. Déjà, Ses bras transis de douleur commençaient à frémir sous la chaleur et ses os à craquer face à la pression... Puis, tout à coup, ce fut fini. Holike avait achevé d'assommer son adversaire, et venait d'enfoncer profondément Changpa dans la terre. Katats fut sur lui en une seconde, et commença à le marteler de coups formidables et furieux qui crevassèrent le sol un peu plus à chaque impact.

Slima ne se donna pas la peine d'en faire autant : une simple sensation du ki de leur ennemi l'avait renseigné sur la disparition de sa combativité. Le guerrier tricéphale n'esquissa même pas une tentative de se relever. Il se laissa mourir, à bout de forces, face contre terre, le dos réduit en charpie par la furie vengeresse du namek. Après environs une minute d'acharnement, Katats lâcha le cadavre, et se tourna, l'air désolé, vers ses amis. Jamais ils n'avaient eu l'occasion de contempler un regard si affligé et incompréhensif.

Une simple tape sur l'épaule accompagnée d'un hochement de tête compatissant fut encore la réponse que Slima trouva la plus adaptée. Katats partit le premier en direction du village le plus proche, sans se retourner ni prononcer un mot.

Slima et Holike observèrent ensemble le dernier soldat alien, qui gisait inconscient non loin. Aucun ne pouvait prendre la parole, ne voulant ni assumer l'acte, ni forcer son ami à le faire à sa place. Slima se rendit finalement compte que Holike allait prendre la responsabilité lorsque celui-ci se mit à marcher, droit comme un piquet vers le condamné... Qui s'évapora sous ses yeux dans une large boule d'énergie. Le fardeau revenait à Slima. Le voyage de retours se fit sans qu'un mot soit échangé, les deux guerriers se laissant apaiser par leur peuple, encore sous le choc de l'abomination qu'ils venaient d'endurer.
Et le plus dur restait encore à faire.



Il se passa un jour avant que les plus grand chefs et guerriers nameks ne se rassemblent à Nomouska, la grande ville la plus proche de l'équateur sur toute la planète. Jadis, seuls ses natifs en supportaient difficilement la chaleur étouffante. Aujourd'hui, elle était devenue le seul coin civilisé habitable du globe. Les réfugiés arrivaient chaque jour, faisant passer la population de quinze mille à près de cinq millions d'habitants. Il avait fallu construire à la hâte des milliers de blocs d'habitation où étaient contraints de s'entasser les nouveau-venus. Les vieillards et les enfant, affaiblis par le froid ne laissaient aucun repos aux guérisseurs, et la colonne d'exilés ne se tarissait pas. L'eau allait bien finir par manquer, tôt ou tard, et on était déjà contraint de presser les assijas pour en extraire la sève, tant les besoins étaient forts et les réserves d'eau limitées. Les plantes supportaient d'ailleurs extrêmement mal les variations de températures et de temps d'exposition au soleil : la plupart des exilés rapportaient des histoires de forêts mortes et gelées. Avec l'arrachage qui avait ici lieu, on pouvait craindre une disparition de l'espèce.

La notion du temps était devenue une chose vague et lointaine pour tous, et les cycle de vie s'étaient entremêlés pour aboutir à une population à moitié endormie en permanence, ce qui rendait plus que laborieux toute tentative de mobilisation collective et plongeait l'ensemble du peuple présent dans une torpeur hébétée.

Mais tout ceci était encore soutenable, l'esprit commun parvenait à l'éponger, à calmer la tristesse et la morsure du froid comme la brûlure du soleil. Le peuple namek pouvait l'endurer, c'eut sans doutes été la chose la plus abominable à laquelle il ait assisté en des dizaines de millénaires, mais il aurait tenu bon et gardé le moral. Ce qui l'avait véritablement brisé était les événement qui venaient de se produire, moins d'une minute auparavant.



Slima se tenait debout, dans place centrale de Nomouska, avec les quatre-cent trente sept autres chefs de clan de Namek. Des membres de la tribu du dragon, pour l’extrême majorité. Tout au centre de la place venaient de disparaître sept boules de pierre parfaitement lisses, qui avaient été leur plus grand espoir, et qui venaient à présent de les trahir. Tous les nameks des environs devaient avoir parfaitement entendu les paroles de Porunga, et le désarroi du peuple entier se ressentait mutuellement, amplifiée comme jamais par plus de trois millions d'âmes affligées, alors que pour la première fois dans l'histoire, l'esprit commun se retournait contre les nameks. Les onze millions d'habitants de nameks furent simultanément terrassés par la révélation qui, piétinant leurs croyances les plus profondes, venait de s'imposer à eux.

Porunga était impuissant. Le dieu-dragon était trop faible pour les sauver.


Slima parvint finalement à émerger de l'océan de dévastation qui avait empli son cœur. Il résista à l'envie de succomber à la panique et à la terreur généralisée qu'il sentait cogner aux portes de son esprit. Toute sa vie, il avait accueilli avec plaisir les présences rassurantes des siens à ses côtés, mais maintenant, il ne désirait plus qu'une chose : se couper de cette abattement général. Il ferma son esprit à toute perception extérieure, et tenta de se calmer.

Il ne réalisa qu'après une minute que beaucoup de chefs avaient déserté la place. Son regard chercha Katats, en vain. Un rai de lumière traversa soudain le ciel au-dessus de la ville, en direction de l'espace. Slima ne perdit pas une seconde et se dirigea à toute vitesse vers le point de décollage en priant pour avoir tort. Mais ses espoirs furent vains.

Il retrouva Katats avec huit autres chefs de tribu dans le musée des antiquités. Ils étaient complètement épuisés, le toit était démoli, et plus un seul des cinq vaisseaux spatiaux originellement présents n'était encore présent.

« Notre race survivra. »Lui adressa Katats avec un regard navré.

Tous les autres étaient top épuisés par leu ponte récente pour ajouter quoi que ce soit. Ils y avaient tout mis. Et sans doute sacrifié la moitié du temps qu'il leur restait à vivre pour faire naître leurs enfants. Slima observa ce gâchis en une moue dégoûtée. La plupart des ces vaisseaux n'étaient pas fonctionnels. Si la moitié d'entre eux arrivait à bon port, ce serait un pur miracle. Mais il n'y avait là que neuf chefs. Et il en manquait au moins deux cent.

« Où sont passés les autres ? Fit Slima de son ton le pus autoritaire

Un long moment s'écoula avant que la réponse ne lui parvienne :

- Partis l'affronter... Ils vont tenter de tuer le monstre. »



Churon lâcha brusquement le cadavre frigorifié de la bête à fourrure qu'il était jusque-là occupé à dépecer. Le spectacle le plus inattendu possible pour lui venait de se présenter. Dans la pénombre d'où le grand nord ne sortait à présent plus, il voyait voler face à lui des centaines de guerriers verts recouverts de couches de vêtements inutiles contre le froid environnant. Un colossal individu vint se planter devant lui, son visage bleui et couvert d'engelures figé dans une grimace où se mêlaient la peur et l’ire la plus incontrôlable qui soit. Un colossal poing vert agrippa le visage du yitir impuissant qui fut instantanément démoli par un coup de tête d'une férocité inégalable.

Un bruit mouillé et la dispersion de petits bouts d'os et de cervelle sur la glace accompagnèrent un instant plus tard la mort du dernier membre des forces spéciales de Flake.



Le détachement namek transi de froid encercla rapidement la silhouette blanc et jade qui trônait sur un mont de la banquise. Il leur fallut plusieurs interpellation avant que le démon du froid ne semble noter leur présence. Et encore ne prononça-t-il aucune parole : ses deux yeux, brûlants comme de l'azote liquide dévisagèrent les assaillants uns à uns. Puis, alors qu'il prenait l'entière mesure de la menace représentée par ses adversaires, il sembla se détendre d'un seul coup, comme si il relâchait un effort longtemps maintenu.

Le plus puissant et massif des nameks, les doigts durcis par le sang gelé, se rua alors à pleine vitesse vers Flake, immédiatement suivit de tous ses alliés. Pas un n'atteignit sa cible.



Slima referma immédiatement son esprit, il en en avait perçu bien assez. Il vit la plupart des autres nameks présents fondre en larme ou hurler de tristesse et d'impuissance face à ce qu'ils ressentaient depuis l'autre bout du monde. La force brute venait d'échouer là où la magie s'était avérée impuissante. Peut-être les quelques fous ici présents étaient-ils, en fin de compte, les plus raisonnables ?
Slima quitta le bâtiment en titubant. Toutes ses certitudes venaient de s'effondrer en moins d'un quart d'heure. Il déambula comme un fantôme au travers de la ville en proie au désespoir, les gens se cachaient, pleuraient ensemble, fuyaient vers d'autres villes en espérant y trouver des vaisseaux où cacher et faire fuir les enfants. Plus personne ne savait quoi faire, et la débandade se généralisait, amplifiée sans arrêt par la panique commune, comme un incendie. Il sortit de la ville, commença à marcher dans les habitations périphériques, en ligne droite, sans même savoir où le portaient ses pas. Un petit namek maigrelet se planta soudainement face à lui. Slima faillit le percuter, et voulut le dépasser, mais le bras de l'inconnu le retint.

« Il y a toujours un espoir. N'abandonnez pas. »

Et la seconde qui suivit, l'inconnu disparut totalement en un flash de lumière. Slima mit un genoux à terre, totalement submergé par la vague de puissance qui venait de jaillir dans son corps. Il se sentait totalement différent, plus fort qu'il ne l'avait jamais été. Mais il n'était plus véritablement lui-même. Il ne se reconnaissait plus. Plus que sa misérable force, l'inconnu venait de lui transmettre sa détermination. Qui qu'il aie été, ce namek avait tenu bon dans la débâcle ambiante.

Était-ce donc cela la solution ? Une union des esprits ? Un sacrifice de tant d'âme, à commencer par la sienne, pour une victoire incertaine ?

Slima connaissait aussi bien la fusion et ses implications que n'importe quel namek. Il s'agissait ni plus ni moins que du sacrifice total d'une âme au profit d'une autre, qui serait subtilement, mais irrémédiablement altéré. Deux personne disparaissant pour en donner une troisième, plus forte, mais aussi plus troublée par ses deux vies antérieures. La légende d'un guerrier issu de douze fusions voué à vaincre un destructeur de l'au-delà s'était transmise depuis des millénaires. Lorsque, pour vaincre, il dut fusionner une treizième fois, ce fut au prix de son appartenance au peuple namek. Incapable de vivre parmi les siens, le héros victorieux s'était exilé et son esprit si vaste avait depuis erré seul dans les étoiles, à la recherche d'une délivrance qui n'était jamais venue.

Slima ne voulait pas devenir une chose pareille, il tenait à lui-même, tout simplement. Autours de lui, le chaos ne s'était pas calmé. Tout le monde fuyait dans des directions aléatoires. Les cris et les pleurs amplifiaient continuellement. Personne ici ne viendrait ajouter ses forces au combat, ici. Slima quitta la ville, révolté par la seule possibilité qu'il lui restait. Un acte inconcevable et immonde aux yeux de n'importe quel membre de sa race, et que les circonstances lui dictaient pourtant. Il se posa sans un bruit au sommet d'une montagne désertique où la fournaise autrefois écrasante s'était muée en oasis de chaleur rassurante. Et c'est ainsi, assis en tailleur, parodie de son adversaire distant de milliers de kilomètres, qu'il lança, tel un phare de calme froid et déterminé à travers l'esprit commun torturé des nameks, le tout premier appel au suicide collectif de l'histoire de son peuple.




Il se passa un jour, puis une nuit, puis un second jour. Mais la seconde nuit ne vint pas. Le soleil resta là où il était, fixe dans le ciel pendant plus de dix heures, frappant avec force sur le corps et la tête de ce qui avait un jour été Slima, de la tribu du dragon. Cette personne était désormais bien loin, trente et une couches de personnalités diverses l'avaient élimé, pétri, et remodelé. Parmi les sacrifiés, il se trouvait principalement des paysans, mais aussi huit membres de la tribu, dont une créature affaiblie et exsangue qui avait répondu au nom de Katats. Le sur-namek ne s'était pas ému de son arrivée, et l'avait accueilli en son sein, comme les autres. Trente et une âmes sacrifiées pour la cause commune, et il n'en viendrai pas d'autres. L'être le sentait, les derniers nameks mourraient de froid sur la mince limite de crépuscule que l'arrêt de la rotation planétaire avait laissé. Aucun n'aurait plus le courage de le rejoindre, et ce ne serait de toute manière pas nécessaire. Il était devenu bien assez puissant pour écraser son ennemi. Lentement, le namek à présent colossal se dressa de toute sa taille sur le sol brûlant. Il était temps d'en finir avec cette horreur. Il effleura la puissance récemment acquise en augmentant son aura pour léviter légèrement. Toute la montagne fut pulvérisée en une onde de choc apocalyptique par le monstrueux dégagement d'énergie. Il passa quelques secondes à observer l'aura bleutée qui pulsait autours de son corps, surpris et fasciné à la fois.

Un dégagement d'énergie semblable à l'autre bout du globe l'interrompit. La force du monstre des glaces n'avait pas cessé de montrer des perturbations au cours des dernières heures, et elle venait d'atteindre un pic jusque-là inouï. Cela restait bien en-dessous du nouveau combattant. Avec un vacarme de fin du monde, le super-guerrier s'élança à une vitesse phénoménale vers la zone de nuit éternelle et son abominable résident.



Il sentit, dès la terre crépusculaire passée, la morsure d'un froid polaire qui s'était répandu sur toute la moitié du globe. Les océans sous lui avaient commencé à geler, l'air se faisait plus rare, et déjà, du givre se formait sur tout son corps. La vitesse n'arrangeait rien, le rendant encore plus vulnérable aux éléments. Il sentit le sang refluer dans ses veines et sa peau geler, et augmenta l'énergie qu'il déployait, pour réduire l'emprise de la température ambiante. Il ne prit conscience qu'après quelques secondes qu'il ne sentait plus ses doigts ni ses oreilles, et s'enveloppa finalement d'une tempête de flammes bleues qui le protégea plus efficacement. Le voyage ne dura pas une minute, mais ses réserves étaient déjà entamées lorsqu'il atteignit sa cible. Le torse de celle-ci s'était comme désolidarisé au niveau du sternum, laissant voire une chair blanchâtre en pulsation. Il semblait fournir un important effort en contractant violemment les muscles de son ventre. Comme une sorte de ponte, mais en bien plus contraignant... Les yeux rouges se fixèrent sur lui comme deux bougies de haine pure dans la nuit environnante. Une grimace de douleur déforma le visage du démon alors qu'il passa à l'attaque.

Cette fois-ci, Flake ne s'amusait plus du tout, il n'avait plus aucun autre objectif que de broyer l'intrus en une fraction de seconde. Il déporta toute la puissance qu'il avait jusque-là mobilisé pour déplacer la planète sur laquelle il se trouvait pour atomiser le dernier guerrier de Namek. En un instant, le plus puissant combattant psychique de l'univers abattit toute sa rage sur chaque centimètre carré de la peau de son ennemi.

Le namek n'eut pas le temps de lever le bras pour asséner un unique kikoah fatal, comme cela avait été son plan, car son épaule ainsi que tout le membre destiné à cet usage fut instantanément réduit en purée par le pouvoir psychique dont il était la cible. Les deux jambes subirent immédiatement le même sort, et il n'eut que de justesse le temps de concentrer sa phénoménale réserve de ki dans ses os et sa peau pour protéger au moins ses membres encore intacts de l'abominable pression environnante. La difficulté de l'exercice se voyait décuplée par le fait qu'il doive maintenir sa puissante aura sous peine de geler sur place. L'incroyable réserve d'énergie qui l'avait rendu si confiant fondait comme neige au soleil, mais, après un ultime craquement au bas de sa colonne vertébrale, il contint sa douleur et ne recula plus d'un pouce dans le duel d'endurance qui s'était engagé.

Le regard planté dans celui de leur adversaire, le démon du froid et le namek tinrent ainsi plus d'une demie-heure avant que l'un d'entre eux ne finisse par faiblir.

Ce fut Flake.

Sentant la perte de pression sur son corps, le guerrier fusionné tendit immédiatement son ultime bras valide et mis au supplice pour libérer une abominable vague d'énergie droit sur son ennemi. Le kikoah fut largement suffisant pour réduire en vagues flocons l'intégralité de la banquise du continent polaire en une explosion apocalyptique qui déchira les tympans de tous les êtres de l'hémisphère nord de la planète. Le souffle titanesque projeta l'expéditeur des kilomètres en arrière, jusqu'à la limite de l'atmosphère avant qu'il ne reprenne ses esprits et se rue sur la zone vivable.

Il atterrit en catastrophe, sur une formation rocheuse, contre laquelle ses membres inutiles devenus gelés se détachèrent tandis que don corps éclatait la roche sous son poids et sa vitesse. Le héros s'autorisa quelques minutes de repos avant de sonder l'intégralité de la planète pour vérifier si son ennemi était bien mort.

La première chose qu'il détecta fut le faible nombre des nameks rescapés : le froid avait presque achevé son œuvre, et la poignée de survivants semblait mal en point. La seconde le troubla encore plus, si possible.

Il restait une chose vivante, au nord. Mais il ne s'agissait pas du monstre qu'il avait abattu : c'était son enfant. Un énergie semblable pour un esprit encore balbutiant, il n'y avait pas véritablement de doutes à nourrir à ce sujet. Le désormais maître du champ de bataille n'avait pas la moindre idée de la réaction à adopter face à ce nouvel arrivant. Il éluda la question par un besoin plus urgent:les dragon balls. Il avait, au cours de ses fusions successives acquis et compris le pouvoir et le système d'activation de ces artefacts ; si il en reconstituait un set entier à temps, il pourrait rendre à la planète son climat normal, et peut-être sauver les derniers membres de son peuple. Il n'avait aucune idée du temps nécessaire, mais autant s'y atteler le plus vite possible. Tout le monde ne supporterait pas le froid aussi longtemps que lui.





« Rétablis le cycle des jours et des nuits, tel qu'il l'était avant l'arrivée du démon.

- … C'est fait. Quel est ton second veux ? Répondit la voix lourde du dragon sacré.

- Chasse le froid des terres de namek, afin qu'elles redeviennent telles qu'avant l'arrivée du démon.

- … C'est fait. Quel est ton troisième veux ? »

- Le namek eut un temps d'hésitation. « Si tu ne peux pas ressusciter tout un peuple, peux-tu au moins faire revenir le dernier à avoir péris : Slaka ?

- … Cela fait plus d'un an qu'il a rejoint le paradis... Son âme m'est à présent inaccessible.

- …

- Il est heureux, là où il est. Comme tous les autres, je peux te l'assurer.

- Alors... faites que les enfants qui ont fui dans les vaisseaux... Qu'ils vivent, et enfantent, eux.

- Bien, ton veux sera exaucé, je m'en vais à présent. »

Et les dragon balls s'éparpillèrent dans les airs, laissant le dernier namek seul au monde. Enfin, presque seul. Il restait un ultime détail à régler. Comment avait-il survécu jusque-là ? Il fallait vraiment que l'univers entier voulut le mettre à l'épreuve.




Le colosse vert se posa doucement derrière le petit être blanc qui, occupé à grignoter une pousse d'assijas, ne remarqua pas sa présence avant que de longues secondes ne se soient écoulées. Le regard rougeoyant du petit alien rencontra celui de namek en une ridicule copie de la confrontation qui s'était déroulée plus d'un an auparavant. Il rencontra de l'hésitation. De la haine mêlée de solitude et d’apitoiement. La main droite du grand chef namek trembla, alors que les larmes si longtemps contenues s'échappèrent finalement de ses yeux. D'une manière ou d'un autre il fallait en finir.


Le destin jeta une pièce.

Et l'histoire suivit son cour.

FIN.
Dernière édition par Lamantin_Furtif le Sam Déc 21, 2013 23:23, édité 3 fois.
"Dorenavant votre rage me parviendra comme un sketch de Gad Elmaleh"
Many, 12 juin 2016


Mes Fics (dans l'ordre de parution)
Guerres Glacées
Une couronne à terre
Alpha et Oméga
Héritage

Image
(on remerciera kouki pour cette bannière)
Avatar de l’utilisateur
Lamantin_Furtif
 
Messages: 1045
Inscription: Dim Nov 04, 2012 19:39
Localisation: Juste derrière vous.

Re: Guerres glacées

Messagepar PingouinLibre le Lun Nov 18, 2013 12:27

Pour ma part, je trouve que la fic est excellente, avec une bonne narration et une mise en scène très bien maitrisée :)

Merci beaucoup d'avoir pris le temps de finir ta fic :D
PingouinLibre
 
Messages: 13
Inscription: Mer Nov 13, 2013 19:51

Re: Guerres glacées

Messagepar Lamantin_Furtif le Mar Nov 19, 2013 17:49

un comm ! C'est rare, mais quand il y en a, ça fait d'autant plus plaisir. :D

Eh bien, merci avant tout, mais je pense que finir son boulot est plus un devoir qu'autre chose, envers les lecteurs. Et je ne l'ai qu'à moitié rempli.
"Dorenavant votre rage me parviendra comme un sketch de Gad Elmaleh"
Many, 12 juin 2016


Mes Fics (dans l'ordre de parution)
Guerres Glacées
Une couronne à terre
Alpha et Oméga
Héritage

Image
(on remerciera kouki pour cette bannière)
Avatar de l’utilisateur
Lamantin_Furtif
 
Messages: 1045
Inscription: Dim Nov 04, 2012 19:39
Localisation: Juste derrière vous.

Re: Guerres glacées

Messagepar Nirvanas9 le Mar Nov 19, 2013 20:04

Très bonne fiction je trouve aussi, mais pourquoi seulement à moitié?
Avatar de l’utilisateur
Nirvanas9
 
Messages: 11
Inscription: Mar Mai 22, 2012 14:56

Re: Guerres glacées

Messagepar Lamantin_Furtif le Mar Nov 19, 2013 20:08

j'ai fini, mais pas du tout dans une durée valable. La régularité est plus importante, à ce niveau d'écriture, que la qualité.
"Dorenavant votre rage me parviendra comme un sketch de Gad Elmaleh"
Many, 12 juin 2016


Mes Fics (dans l'ordre de parution)
Guerres Glacées
Une couronne à terre
Alpha et Oméga
Héritage

Image
(on remerciera kouki pour cette bannière)
Avatar de l’utilisateur
Lamantin_Furtif
 
Messages: 1045
Inscription: Dim Nov 04, 2012 19:39
Localisation: Juste derrière vous.

Re: Guerres glacées

Messagepar omurah le Sam Déc 21, 2013 22:41

Eh non Omurah n’a pas disparu :D

Je passe de temps en temps sur le forum mais le temps me manque (surtout que ces dernières semaines, je me consacrais à deux/trois fic sur Naruto qui me pompaient presque tout mon temps libre)

Le petit tour d’horizon descriptif du peuple Namek au départ du chapitre était pas mal du tout, tu m’as d’ailleurs laissé sur ma faim, j’étais dedans.

Tu as fait une petite erreur dans l’orthographe de Schenk qui m’a fait sursauter lol.

J’ai bien aimé la transformation de Changpa façon « Kâlî, la Noire », et tes Chara-design en règle générale sont bien inspirés. Ça fait partie des choses que j’apprécie le plus dans une fiction.

Damn it, je n’avais vraiment pas vu venir la défaite de Changpa, bien joué, d’autant que le combat était très bien mis en scène.

« Le fardeau revenait à Slima. » Je pense avoir compris…mais je suis pas sur. Qui a tué le soldat, Holike ou Slima ?

La disparition de Slima au profit du Namek x 30 était assez épique ma foi.

J’ai aussi trouvé le dernier vœu du Namek intéressant dans le sens ou les vœux dans DB donnent souvent dans l’immédiateté hors là on s’approche un peu plus d’une formulation quasi-religieuse.

En gros un très bon dernier chapitre pour un OS bien maîtrisé : )
J’espère en voir un d’aussi bonne facture dans le cadre du nouveau concours de fic qui se prépare :)
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3328
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: Guerres glacées

Messagepar Lamantin_Furtif le Sam Déc 21, 2013 23:32

Oh, ça fait plaisir de te savoir de retour.

Je suis content de voir que les inspirations de Changpa ont été relevées, il me fallait une vraie identité à lui donner, et cette transfo lui donnait vraiment une touche particulière.
omurah a écrit:« Le fardeau revenait à Slima. » Je pense avoir compris…mais je suis pas sur. Qui a tué le soldat, Holike ou Slima ?

Ah, zut, il va falloir que je réfléchisse à une autre formulation, si ce n'est pas assez clair. (c'est bien Slima qui l'a achevé.)
omurah a écrit:J’ai aussi trouvé le dernier vœu du Namek intéressant dans le sens ou les vœux dans DB donnent souvent dans l’immédiateté hors là on s’approche un peu plus d’une formulation quasi-religieuse.

J'ai fait dans l'ultra-théâtral pour toute la fin de cette fic. :lol: Mais ce type de formulation me tenait à cœur, car c'est une facette techniquement exploitable des dragon balls à laquelle personne n'a jamais pensé dans le manga : altérer le futur.


enfin, je suis vraiment heureux que tu l'ai vu et apprécié, je me sentais un peu mal de ne pas avoir donné de réponse malgré tes encouragements soutenus.
"Dorenavant votre rage me parviendra comme un sketch de Gad Elmaleh"
Many, 12 juin 2016


Mes Fics (dans l'ordre de parution)
Guerres Glacées
Une couronne à terre
Alpha et Oméga
Héritage

Image
(on remerciera kouki pour cette bannière)
Avatar de l’utilisateur
Lamantin_Furtif
 
Messages: 1045
Inscription: Dim Nov 04, 2012 19:39
Localisation: Juste derrière vous.

Re: Guerres glacées

Messagepar Pedro le Lun Sep 22, 2014 2:02

Bravo!
Avatar de l’utilisateur
Pedro
 
Messages: 181
Inscription: Mar Mars 15, 2011 16:09

Suivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités