Calfirũ

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Re: Calfirũ

Messagepar broly97 le Lun Oct 09, 2017 23:37

Chapitre 31 lu !

Bon déjà pas mal l'idée des deux boules d'énergies polarisée (je penses que je vais ptêt retenir cette idée d'ailleurs :) ) et la fin du combat. A contrario je n'ai pas aimé la longue partie résumé ou tu ne fais qu'expliquer la visite de Yamcha sans dialogue et sans faire jouer tes persos. Très bof comme passage. Déjà qu'il faut s'accrocher pour comprendre tes chapitres, donc si tu nous fais ça ça risque d efair edécrocher.
Heureusement tu te rattrape avec la discussion entre Yamcha et C-17. Pas la meilleure de la fic mais c'était cool avec la passe à la tête entre les deux persos (alliés ?)
Agréablement surpris du piège de Kiwi qui a utilisé Agar.io avec intelligence, même si cette stratégie risque de se retourner contre lui lors de la Soirée (les membres de la z-team visé par Agor.io n'auront qu'a s'infiltrer dans les camps ennemis pour que les troupes adverses s'en renne une belle dans la tronche).
Pour le fait qu'il soit impossible d'esquiver le Tsunami par les airs, j'ai pensé à une grosse vague intelligente qui courserait ceux qui peuvent voler mais avec l'item que le Grand Horlogier à montrer à Gero, je parierait par une série de carapaces bleus qui viseront succesivement le plus haut dans le ciel ou des carapaces rouge à tête chercheuses.
Ainsi donc Gero est schizro, ou n'accepte pas la réalité... Triste.

A bientôt ppour la review du chapitre suivant :).
Avatar de l’utilisateur
broly97
 
Messages: 850
Inscription: Mar Avr 10, 2012 19:48

Re: Calfirũ

Messagepar Tonay le Mar Oct 10, 2017 18:54

Dernier chapitre lu, et approuvé.

C'était vraiment cool. Et la musique religieuse lui donne un ton très solennel. Donc c'est good. D'ailleurs la musique s'enchaîne très bien.

— C'est qui le mec sur le poster au-dessus de la porte d'entrée ?

Démigra ne répondit qu'une minute plus tard.

Une vraie minute, bien heureusement.

— Dessaram. Un grand monsieur.


Je crois qu'on va rentrer dans une surenchère de références toi et moi x)
Mais là tu me mets sacrément la pression pour garder le niveau.

Le chapitre était très cool et le retour de Démigra l'est tout autant, surtout en empereur. Avec tout ces personnages qui reviennent bien gentiment, en a une continuité de ta précédente fic en collaboration avec Max.

Donc sincèrement, c'est cool, vraiment. Mindfuck à certain moment, mais cool.

ps : je me demande qui se planque dans l'armoire. UN personnage important mais je garde mes théories pour moi x)
Survivants
Et si trois autres saiyans avaient survécu à la destruction de la planète Vegeta ?

One Shot
Un mage un peu excentrique. Un Kaïo. Un métis saïyan. Un démon. Un démon du froid. Qui doivent sauver l'univers dans une guerre épique. Qu'ajouter de plus ?
Avatar de l’utilisateur
Tonay
 
Messages: 740
Inscription: Mar Oct 11, 2011 11:25
Localisation: De retour sur Kaurava.

Re: Calfirũ

Messagepar omurah le Mer Oct 11, 2017 15:38

@Broly
Spoiler
broly97 a écrit:Chapitre 31 lu !

Tu m'en voie ravi :mrgreen:

broly97 a écrit:Bon déjà pas mal l'idée des deux boules d'énergies polarisée (je penses que je vais ptêt retenir cette idée d'ailleurs :) )

Sers-toi, c'est là pour ça ! :D

broly97 a écrit:A contrario je n'ai pas aimé la longue partie résumé ou tu ne fais qu'expliquer la visite de Yamcha sans dialogue et sans faire jouer tes persos. Très bof comme passage. Déjà qu'il faut s'accrocher pour comprendre tes chapitres, donc si tu nous fais ça ça risque d efair edécrocher.

Je comprends
Désolé pour ce passage il est vrai trop résumé et désincarné...

broly97 a écrit:Heureusement tu te rattrape avec la discussion entre Yamcha et C-17. Pas la meilleure de la fic mais c'était cool avec la passe à la tête entre les deux persos (alliés ?)

Super !
Content d'avoir pu te faire passer un petit bon moment avec cette discussion ^^

broly97 a écrit:même si cette stratégie risque de se retourner contre lui lors de la Soirée (les membres de la z-team visé par Agor.io n'auront qu'a s'infiltrer dans les camps ennemis pour que les troupes adverses s'en renne une belle dans la tronche).

T'as tout compris ! :mrgreen:

broly97 a écrit:Pour le fait qu'il soit impossible d'esquiver le Tsunami par les airs, j'ai pensé à une grosse vague intelligente qui courserait ceux qui peuvent voler mais avec l'item que le Grand Horlogier à montrer à Gero, je parierait par une série de carapaces bleus qui viseront succesivement le plus haut dans le ciel ou des carapaces rouge à tête chercheuses.

C'est intéressant que tu envisages l'option de ne pas prendre le Tsunami au sens littéral, j'ai envie de dire bien vu, mais si j'en dis plus je risque de spoiler :o

broly97 a écrit:Ainsi donc Gero est schizro, ou n'accepte pas la réalité... Triste.

Déni total de réalité !

broly97 a écrit:A bientôt ppour la review du chapitre suivant :).

Merci beaucoup pour ce commentaire et je te souhaite une bonne lecture (j'espère) du chapitre 32 quand tu trouveras le temps ^^


@Tonay
Spoiler
Tonay a écrit:Dernier chapitre lu, et approuvé.

*omurah fait la danse de la joie version Siboy*

Tonay a écrit:C'était vraiment cool. Et la musique religieuse lui donne un ton très solennel. Donc c'est good. D'ailleurs la musique s'enchaîne très bien.

Voilà qui fait super plaisir à lire !

Tonay a écrit:Je crois qu'on va rentrer dans une surenchère de références toi et moi x)
Mais là tu me mets sacrément la pression pour garder le niveau.

Cette réf était totalement legit :mrgreen:
Quand à la pression, c'est le nerf de la guerre pour nous, ikeurs :twisted:

Tonay a écrit:Le chapitre était très cool et le retour de Démigra l'est tout autant, surtout en empereur. Avec tout ces personnages qui reviennent bien gentiment, en a une continuité de ta précédente fic en collaboration avec Max.

Donc sincèrement, c'est cool, vraiment. Mindfuck à certain moment, mais cool.

Thanks !!
Je précise néanmoins, pour ceux qui s'inquiéteraient, qu'ils n'est pas nécessaire d'avoir lu CGS pour suivre Calfiru ^^

Tonay a écrit:ps : je me demande qui se planque dans l'armoire. UN personnage important mais je garde mes théories pour moi x)

Tu avais trouvé pour la tête à Dodoria, donc ça m'étonnerait pas que tu trouves ici encore pour le personnage planqué :mrgreen:

Merci encore pour ce commentaire !
En espérant que le prochain chapitre, s'il n'est pas meilleur (on va essayer quand même) ne soit pas moins bon, au moins !
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 2721
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: Calfirũ

Messagepar Kurama_Senju le Jeu Oct 12, 2017 6:28

omurah a écrit:Ne t'inquiète pas, nul besoin de relire le chapitre, tu as tout compris ^^
Tu as compris que Démigra était pas très fréquentable, c'est tout ce qu'il y avait à comprendre ;)
Tu devines que si Gero lui-même n'a rien compris d'un bout à l'autre du chapitre, concernant son passé oublié ou encore les plumes noires, alors qu'Alexander à priori c'est un gars pas trop con, c'est tout simplement qu'il manque des infos et que l'intérêt du chapitre était ailleurs ;)
Perfect, j'étais donc dans le coup. 8-)
Mais je crois que je vais le relire quand même. Je n'étais pas assez en état pour en savourer les détails (et pour une œuvre telle que la tienne, lire une fic sans les détails, c'est moche).

Kurama_Senju a écrit:Concernant la forme, nickel, et les musiques sont top, avec un petit côté religieux assez perturbant. 8-)

Oui, alors, pour les musiques, j'ai conscience du côté too much, celles du prochain chapitre devraient passer plus facilement (j'espère), et celles de celui d'après plus encore (normalement)
Pour la petite confidence, moi-même il m'arrivait de changer d'avis en fonction des jours, genre y'a des jours où je trouvais que c'était un coup de génie d'intégrer ces musiques à ce C-32 pour plusieurs raisons et d'autres jours je coupais le son au bout de même pas une minute parce que ça me cassait les oreilles :lol:
Bref y'avait des jours "j'aime bien" et des jours "c'est quoi cette merde" il se trouve que le jour où j'ai posté était un jour "j'aime bien" :oops: [/quote]Je t'arrête là : l'utilisation du mot "perturbant" n'était pas à connotation négative ! Y'a beaucoup de choses perturbantes dans Calfirũ, et c'est d'ailleurs ce qui en fait tout son charme. :twisted:
Je ne dis pas ça pour te faire plaisir, c'est juste que je n'ai pas envie que tu prennes pour critique négative ce qui n'en est pas une, et que du coup t'ajustes la suite en fonction, alors qu'il n'y a rien à changer.
Si j'ai une critique négative à faire, je te la mets en italique, comme ça pas de doute. :mrgreen:

Merci bcp pour ce premier retour (tu m'as fait rire avec les bougies :lol:), en espérant que le prochain chapitre ne soit pas le coup de massue final, parce que pour tout te dire, dans ce prochain chapitre, on en arrive à un point où même les personnages qui expliquent des trucs avouent eux-mêmes ne pas comprendre ce qu'ils expliquent :lol:
OK, j'attends avec hâte cette suite, et vais chauffer mon cerveau en attendant (ou le mettre sur veille, c'est ptêt plus sage vu ce que tu dis). :P
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 707
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

Re: Calfirũ

Messagepar broly97 le Ven Oct 20, 2017 11:06

Chapitre 32 lu !

Bon peut-être que je suis un piètre lecteur, mais l'empereur je l'imaginait tout blanc, avec un globe violet sur son crâne et avec une queue blanche (sur le bas du dos, hein !),avec un nom de marque de frigo :mrgreen: , mais surtout pas Démigra... Je tombe à la fois des nues et je suis intrigué :mrgreen: .

Pour le dialogue entre Geor et (D)emigra... Tu te souviens du précédent sondage ou j'ai voté pour les bonbons à base de ganja-mariguana ? Là je penses que c'est la confiserie qui y est passé, tellement s'était abstrait :lol: . Bon j'ai compris l'essentiel (Gero pseudo-"réincarnation"-faute de meilleur terme, d'un Gero/Demon extrêmement puissant que D. connaissait jadis et qui ne s'aimaient pas vraiment), du moins je l'espère.

En tout cas meillleur chapitre que le précédent (du fait que l'on ait pas eu le long résumé du 31 qui reste un peu en travers de la gorge), et je suis impatient de voir D. et Gero dans la partie. Ce qui fait que j'ai une autre question... C'EST POUR QUAND LA SUPER BASTON DE LA MORT QUI TUE ?!!! :evil: :evil: :evil: .

PS : Jolie le easter egg à la fic de Tonay (ça me rapelle celui que se sont fait Insomniac Game et Naughty Dog dans Jak 2 et Ratchet and Clank 2 :) )

PS2 : Gero n'est-il pas un peu con ? (Bon perturbé beaucoup aussi, mais tout de même), il aurait pu souhaiter la résurrection de son frère ou le réincarner à l'état d'embryon, si je ne m'abuse ça ne compte pas comme une guérison.
Avatar de l’utilisateur
broly97
 
Messages: 850
Inscription: Mar Avr 10, 2012 19:48

Re: Calfirũ

Messagepar omurah le Ven Oct 20, 2017 12:06

@Kurama
Spoiler
Merci pour ce nouveau commentaire !

Kurama_Senju a écrit:Perfect, j'étais donc dans le coup. 8-)
Mais je crois que je vais le relire quand même. Je n'étais pas assez en état pour en savourer les détails (et pour une œuvre telle que la tienne, lire une fic sans les détails, c'est moche).

Je vais te faire une confidence, en ce qui me concerne je n'aime pas trop me concentrer quand je lis un chapitre de fic, je prends ce qu'il y a à prendre à l'emporte-pièce et j'ai tendance à ne pas relire deux fois une phrase et à ne pas m'attarder sur chaque élément mais plutôt à essayer de dégager une impression générale et à suivre le fil rouge, Calfirû a un peu été pensé pour être lu comme ça, de toute façon les détails plus ou moins importants échappent difficilement au subconscient, mais après, si vous voulez faire honneur à ces mêmes détails en vous attardant dessus, c'est pas moi qui vais m'en plaindre ! 8-)

Kurama_Senju a écrit:Je t'arrête là : l'utilisation du mot "perturbant" n'était pas à connotation négative ! Y'a beaucoup de choses perturbantes dans Calfirũ, et c'est d'ailleurs ce qui en fait tout son charme. :twisted:
Je ne dis pas ça pour te faire plaisir, c'est juste que je n'ai pas envie que tu prennes pour critique négative ce qui n'en est pas une, et que du coup t'ajustes la suite en fonction, alors qu'il n'y a rien à changer.
Si j'ai une critique négative à faire, je te la mets en italique, comme ça pas de doute. :mrgreen:

Ah autant pour moi :o
Le coup de l'italique c'est du génie 8-)

Kurama_Senju a écrit:et vais chauffer mon cerveau en attendant

La voie du guerrier :twisted:

Kurama_Senju a écrit:ou le mettre sur veille

La voie du sage :twisted:

Image


@Broly97
Spoiler
broly97 a écrit:Chapitre 32 lu !

Oh yeah ! :D

broly97 a écrit:Bon peut-être que je suis un piètre lecteur, mais l'empereur je l'imaginait tout blanc, avec un globe violet sur son crâne et avec une queue blanche (sur le bas du dos, hein !),avec un nom de marque de frigo :mrgreen:

Mais qui a dit que tu t'étais trompé ? ;)
Hint : Démigra n'est pas le genre de personne en qui on peut avoir confiance, il le dit lui-même :idea:

broly97 a écrit:Pour le dialogue entre Geor et (D)emigra... Tu te souviens du précédent sondage ou j'ai voté pour les bonbons à base de ganja-mariguana ? Là je penses que c'est la confiserie qui y est passé, tellement s'était abstrait :lol: . Bon j'ai compris l'essentiel (Gero pseudo-"réincarnation"-faute de meilleur terme, d'un Gero/Demon extrêmement puissant que D. connaissait jadis et qui ne s'aimaient pas vraiment), du moins je l'espère.

Tu as compris l'essentiel, de toute façon toutes les explications viendront, je suis plus qui (Tonay il me semble ou peut-être toi) avait qualifié Calfirû d'oeuvre policière, je suis d'accord avec cette analyse, et comme dans toute enquête, on commence par les questions, et on finira par les réponses ;)

broly97 a écrit:PS : Jolie le easter egg à la fic de Tonay (ça me rapelle celui que se sont fait Insomniac Game et Naughty Dog dans Jak 2 et Ratchet and Clank 2 :) )

Des easter egg j'en fais presque à chaque phrase, mais j'ai peur qu'ils passent sous vos radars (et c'est bien normal d'ailleurs, on n'a pas tous tout le temps les mêmes références), mais si certaines de ces références vous parviennent quand même alors que demande le peuple :mrgreen:

broly97 a écrit:PS2 : Gero n'est-il pas un peu con ? (Bon perturbé beaucoup aussi, mais tout de même), il aurait pu souhaiter la résurrection de son frère ou le réincarner à l'état d'embryon, si je ne m'abuse ça ne compte pas comme une guérison.

C'est là que se révèle tout l'intérêt de la fin du chapitre 31, qui était là justement pour préparer cette scène du chapitre 32 :)
L'ironie de la situation est la suivante : comme tu l'as très bien remarqué, il aurait tout simplement pu ressusciter son frère (et Démigra le savait d'ailleurs) mais pour ce faire, il aurait fallu qu'il accepte que son frère est mort, ce qu'il n'accepte pas ;)
(Je ne pouvais pas m'étendre en plein chapitre sur tous les ressorts psychologiques qui peuvent sous-tendre une telle non-acceptation dans un contexte où cette dernière n'est plus utile pour protéger la psychée de Gero, mais ces ressorts existent IRL)

broly97 a écrit:En tout cas meillleur chapitre que le précédent (du fait que l'on ait pas eu le long résumé du 31 qui reste un peu en travers de la gorge), et je suis impatient de voir D. et Gero dans la partie. Ce qui fait que j'ai une autre question... C'EST POUR QUAND LA SUPER BASTON DE LA MORT QUI TUE ?!!! :evil: :evil: :evil: .

Eh bien, c'est pour quand vous voulez, genre tout de suite, le chapitre qui ouvre enfin le bal est prêt depuis longtemps, je sais même pas pourquoi je l'ai pas posté depuis tout ce temps :lol:

Donc merci pour le rappel, je poste tout de suite avant d'aller au taf ;)

Et merci pour ce commentaire un bon matin qui fait plaiz ! :D



Le chapitre ci-dessous est sensiblement plus long que les autres, raisons pour laquelle j'ai glissé d'avantage de séparateurs de texte, pour permettre à qui veut d'arrêter la lecture et d'y revenir plus tard ;)


************************************************************************************************************************************************

Chapitre 33 version PDF

************************************************************************************************************************************************


33


990



— Si je comprends bien, les corbeaux noirs sont infiniment plus puissants qu'il n'y paraît ?

— Encore plus que ça.

— Bon.
Dans tous les cas, pourquoi s'intéresser à eux alors qu'il y a des problèmes beaucoup plus immédiats à régler ? La Guerre Terre-Empire, pour ne pas la nommer. Au moment où, toi et moi, on se parle tranquillement autour d'un café magique et d'un grand cru, dans ce bureau trop poussiéreux paumé au cœur des nuages, la troisième guerre mondiale a probablement déjà commencé. Elle est peut-être même déjà finie façon blitzkrieg. D'ailleurs, c'est bien ça que tu regardais avec un air trop sérieux tout à l'heure, à travers la fenêtre derrière moi ?

— …

— La team Z est en train de gagner ou de perdre ?

— …

— La Terre est en feu ?

— …

— Si la planète n'est qu'en feu, alors ça va.
Aussi immense soit le feu, la vague de Red l'éteindra, quand elle passera.

— …

— Non la seule vraie question c'est : comment allons-nous empêcher au Tsunami d'éteindre la vie sur Terre après le feu ?

— …

— Les corbeaux sont peut-être trop forts… mais le Général Red, au moins, c'est de l'eau à boire pour toi. Non ? Je suis venu pour ça à la base. Tao m'a envoyé ici pour ça. L'humanité m'a envoyé pour ça. Le monde entier compte sur toi. Je suis le dernier héraut des vivants. Et toi le dernier Héros de la vie…

— L'information a fuité ? Combien de personnes sont au courant pour l'existence du Tsunami ?

— Très peu. Même la team Z n'est pas au courant. À part Yamcha. Qui compte sur toi, lui aussi. Avant il comptait plutôt sur la Rouxmobile, mais cette dernière ne peut accueillir et sauver que deux personnes malheureusement.

— …

— Alors on fait quoi, monsieur l'Empereur roux ? Décide-toi vite. J'espère ne pas t'apprendre que la vague, c'est dans quelques minutes maintenant. Peut-être même secondes.


Le visage du rouquin fut tordu par un sourire difforme et puéril trahissant toute l'évidence des propos sincèrement étonnés qu'il allait tenir, tandis qu'il posait les yeux sur sa montre de ministre, édition limitée.

— Ah parce qu'à la minute qu'il est, Hiéronimus, tu n'as pas encore fait tes valises et trouvé le moyen d'avoir une place réservée à ton nom dans l'Arche ?

— …

— En ce qui me concerne, c'est déjà fait.



Image






Quand tu réalises qu'une salle de prière est plus luxueuse qu'une boîte de nuit cinq étoiles, tu te dis quand même qu'il y a un petit problème quelque part.



En six mots comme en six cent : l'air était saturé de tension sexuelle. Puis surchargé de tension mystique. Qui donc avait eu la brillante idée de faire du septième étage de ce bâtiment jamais achevé une boîte de nuit, et du huitième une salle de prière ? Dire que Bulma avait dû traverser tous les étages —dont le septième et le huitième—, avant d'enfin parvenir au toit du complexe, bientôt rejointe par Lunch qui aura accusé un retard considérable au septième étage, car tiraillée et retenue par les “danseurs” mâles ; plus tiraillée et retenue que Bulma ne l'aura été, n'en coûtât à l'égo de cette dernière. Puis forcément, arrivées au huitième pallier, Lunch fleurait l'alcool et suintait le vice plus que sa camarade, alors la traversée du banc compact de religieux lui fut encore plus malaisante et laborieuse que celle du septième. Mais jamais autant que celle du troisième.
In fine, Bulma traversa les 12 étages du zodiaque —tous plus effervescents qu'un Efferalgan—, avec un meilleur chrono que Lunch Brune.

— Tu en as mis un temps à arriver, milady ! s'étonna la cadette des Brief, quand elle vit la jeune gouvernante sainte nitouche passer, enfin, la porte en fer forgé, pieusement escortée par la lune immense qui poursuivit dans le ciel.

— Les religieux du huitième m'ont suppliée de faire une prière avec eux, pour le salut de mon âme souillée au septième, justifia une Lunch –Milady de son surnom– tout essoufflée par sa course dans l'ultime escalier-colimaçon en fer rouge menant au sacro-saint toit ; dernière terre d'asile.

— Et tu as accepté.
Tout comme tu n'as pas su repousser les corps et les mains des daleux du septième ciel.

— …

— Tu redéfinis l'échelle de la gentillesse, et à cause de toi, la lune elle escorte pas les comme moi...

— …


Bulma soupira et lâcha l'affaire.


— J'aurais pas parié sur nous… mais apparemment, nous sommes les premières arrivées, remarqua l'informaticienne des deux. Profitons-en avant que cet endroit ne devienne place publique bondée de fumeurs.

Elle dégaina une molbara —après tout, elle était venue pour ça, fumer sur le toit du building—, et prit le chemin du parapet constitutif de la frange nord du muret en pierre noble bordant les lieux. Lunch la suivit d'un pas hésitant, mains contre la poitrine. Milady fut première à remarquer la présence de cette autre personne, accoudée au muret côté ouest. Une femme blonde en kimono rose — aussi l'appellera-t-on force rose faute de nom. Celle-là aussi fumait. Regard perdu dessus l'horizon nuiteux.
Elle fut bientôt accostée par Lunch —venue la perturber d'un salut pourtant dispensable—, tandis que Bulma, dont le téléphone eut entretemps retenti, déjà vadrouillait ci et là du toit tapissé d'herbe synthétique, engagée dans une conversation avec Tights, sa sœur aînée, journaliste et Hunter de profession.
Hunter journaliste plus précisément. Quoi qu'est-ce, ça Bulma n'en savait ni quoi ni qu'est-ce. Ou le terme Hunter faisait référence à la team H, ou il était question d'une certaine association paragouvernementale ayant connu le déclin aux environs du septième siècle. Ou les deux. Les lumières explicatives de Tights n'étaient jamais bien vives à ce propos.

— Tu es où là ? fliqua l'aînée, sur un ton maternel qui fit fleurer en Bulma l'envie de rappeler en des termes ainsi fleuris qu'elle avait déjà une mère, la leur.

— Au niveau des docks…

— Mais encore ?

— Je suis sur le toit de l'immeuble du Tenkaichi Budōkai.

— Sur le toit ? Mais ça va pas ?! Qui t'a laissé monter ?

— … C'est quoi le problème ?

— Y'a beaucoup de monde sur le toit ?

— Non.

— Et tu ne t'es jamais demandée pourquoi ?

— …

— Ce bâtiment n'est pas en règles. Sa construction n'a jamais été autorisée par le Gouvernement car l'emplacement donne une vue sur les bases stratégiques de Lomekatt. Surtout depuis le toit ; là tu voies tout le pays ; jusqu'aux rizières à l'orée.

— Pardon ?
Je vais me prendre un missile du Gouvernement tiré depuis les casernes ?

— Si les tours de contrôle te voient sur le toit, c'est pas impossible.

— … Mais j'étouffe trop au deuxième étage ! Et le parking est mal fréquenté !

— L'étage du tournoi ?

— Oui. Trop d'ambiance ; de lumières, de monde, de promiscuité…

— … De cris, de sang, de rings, de testostérone.

— …

— Tu es venue assister à une édition Nuzlocke du TB. Tu t'attendais à quoi ?

— À voir le fameux ### mais apparemment, il fait l'école buissonnière ce soir.

— Et il a bien raison. Les Nuzlocke c'est stupide et l'odeur c'est jamais ça, avec tous ceux qui se font dessus.

— Bon, tu m'appelles pour quoi grande sœur ? grimaça Bulma.

— Ouvre bien tes grandes oreilles décollées. Je t'aime. Tu entends ?

— Tu me fais peur. À chaque fois que tu dis ça…

— Je ne veux pas te perdre.

— C'est cette histoire de permis de construire qui t'inquiète ?

— …

— Dès que j'ai fini ma cigarette je redescends.

— Non, ce n'est pas ça, il y a un gros truc qui se prépare, ça s'appelle le projet Ts…

— Attends, c'est quoi les bruits que j'entends ? Tu es où ?

— Pas loin du carré des Bermudes.


— Mais encore ?

— Sur le pont d'un porte-avion.

— …

— Je fais partie de la commission d'analyse logistique affiliée aux coalisés.
Ces derniers ont mis les voiles depuis leur défaite contre Agar.io. Mais nous, on traîne encore dans le secteur, à distance raisonnable du titan. Rassurée ?

— Ah. C'est pour ça que j'entends des décollages et du jargon militaire autour de toi.

— Et toi, comment ça se fait que j'entende “je vous salue Tayrun” et “Anaconda” en même temps ?

— C'est le huitième étage et le septième qui cherchent chacun à mettre le son plus fort que l'autre. T'es avec des militaires là ? De quel camp ?

— Je suis assise autour d'une table avec des cadres du Ruban Rouge. Et figure-toi qu'ils m'ont mis entre les mains un dossier d'une tonne et des images qui ne sont pas prêtes d'être déclassifiés.

— Attends, il y a des feuilles éparpillées sur la table ?

— Qu'est-ce que ça peut te faire ?

— Comment vous faîtes pour les empêcher de s'envoler avec les décollages ?

— Tu t'inquiètes pour le dossier ? Bulma, s'il te plaît, éco…

— Et pourquoi j'ai l'impression que tu parles uniquement quand il y a un avion qui décolle, et que le reste du temps tu es muette, en attendant le prochain décollage ?

— Je ne suis pas la seule à faire ça. Tous mes voisins de table font pareil. C'est pour flouer les systèmes de surveillance audio inhérents au porte-avion. C'est un navire du Ruban Rouge. Et si tu arrêtes de m'interrompre –d'autant qu'on va bientôt tomber à court d'avions qui décollent–, c'est justement de ça que je veux te parler !

— Du Ruban Rouge ?

— Du projet Tsunami.

— Vas-y. Le nom ne me dit rien.

— C'est normal, nous ne sommes que 5 outsiders à être au courant, selon mes sources. Et il se trouve que je suis la seule des 5 à ne pas avoir été tatouée, donc la seule qui soit totalement libre de parler.

— …

— Bulma, Red, n'essayez surtout pas de le défier ! Il a pensé à tout !

— De q…

— L'affaire des paninis papers, c'est lui. La guerre Perdistan-Prudistan, c'est lui. La décapitation hors caméra du colonel-gardien D. Nightgoldstorm, passée sous les radars de l'opinion publique, et dans l'indifférence générale de ceux qui savent, alors que c'est probablement l'événement politique le plus grave de ces dix dernières années, c'est lui…

— Sérieux, la guerre de Cent Ans, c'est B. Red qui est derrière ?

— Lui. Et son père avant lui. Et son grand-père avant eux. En suscitant cette guerre, l'objectif de la lignée Red était d'orienter l'esprit de Kami sama vers les conflits, la souffrance du monde et les batailles interminables. Ils ont fait ça pour détourner son attention du projet Tsunami qui, à l'époque, en était encore au stade R&D. Répète-le à qui voudra l'entendre !

— Je t'écoute, Tights.

— Avant, je pensais que c'était une machine à vague. Mais en fait, c'est pas ça.

— …

— …

— Je t'écoute toujours…

— Red a commis une erreur. Peut-être la seule en dix ans. Et ce n'est même pas entièrement de sa f…

— Une fuite ?

— Le but de Red n'était pas tellement d'empêcher les fuites. Il savait qu'il y en aurait forcément. Ce qui lui importait, c'était surtout de pouvoir être au courant quand fuite il y aurait.

— Vous vous êtes accordés, les Judas et toi, pour utiliser la coalition comme couverture pour votre table ronde ?

— Tu anticipes. Je ne sais pas comment tu as fait pour comprendre alors que je n'ai pas fini d'expliquer, mais c'est parfait, continue, d'ailleurs c'est pour ça que je t'ai appelée toi précisément. Moins j'ai besoin de divulguer d'informations sensibles pour me faire comprendre, mieux c'est.

— Quoi, tu es prise par le temps ?

— C'est pas ça. On est sûr écoute.

— …… Ok.

— Avant que tu ne me poses la question, la réponse est : accord tacite. Nous avons tous parié sur le fait que tous auraient la même idée de lieu et de date de rendez-vous. Pas d'accord verbal ou formel. Surtout pas.

— Cette fois c'est toi qui anticipe. Du coup jé pa comprii.

— Bulma ! Tu dois absolument te tenir loin des cimetières ! Tous les cimetières ! Aussi loin que possible ! Et aussi, tiens-toi loin des meuporgs mécaniques ! S'il y en a autour de toi, désactive-les. Tous ! Ou plonge-les dans l'eau. Autre chose… tiens-toi loin des étudiants, ou ex-étudiants de l'URR ! Aussi loin que possible ! Bulma, Red, n'essayez surtout pas de le défier ! Arrivera un moment où ça vous semblera jouable. Sachez que ça ne l'est pas. Ça ne l'est plus. À l'heure qu'il est, ce n'est même pas invraisemblable de penser qu'il a déjà acquis à sa cause les 16 meuporgs de la légende. Et si jamais c'est le cas, ce n'est pas impossible que vous les voyiez apparaître ici ou là du Continent, en groupes dispersés, dans les prochaines minutes.

— Quand tu dis de se méfier des étudiants, ça vaut aussi pour toi ?
Tu es bien une diplômée de l'URR, département journalisme ?

— Eh bien… euh. Oui, je suppose que moi aussi, tu ne dois pas me faire confiance…

— …

— …

— Et Gero, je lui fais plus confiance à lui aussi ?

— Alex ? Il est où ? Il est avec toi ?

— Non, il est au deuxième étage je crois.

— Quelle est la couleur de ses yeux ?!

— Hein ?

— La couleur de ses pupilles !

— Je sais pas… marron ?

— Tu es sûre ?

— Je crois bien.

— Bulma, si tu voies quelqu'un avec des pupilles rouges… cours !

— Ça fait beaucoup de gens à fuir… et tu n'expliques toujours pas ce qu'est la vague… ni quand elle va arriver.

— Je ne sais pas quand, mais clairement, Red n'a aucun intérêt à ne pas faire ça ce soir ! À cause du Tenkaichi Budōkai, tous les meilleurs éléments de l'Empire ont quitté le vaisseau-mère et sont descendus sur Terre soit pour participer au tournoi, soit pour soutenir leurs champions. C'est une occasion en or à ne pas rater pour Barnaby. Quand le tournoi sera fini, les soldats vont remonter au niveau du vaisseau-mère et ne seront plus à portée de la vague. Donc c'est sûr que Red va lancer le Tsunami avant la fin du tournoi. Il reste combien de temps d'ici à l'épilogue ?

— … Ils en sont aux quarts de finale, section meuporg ; et en demi-finale, section humains & assimilés. Donc je dirai une ou deux heures avant la cérémonie de remise des œufs par le conseil d'administration. 30 minutes de plus en comptant la pause en cours.

— BRB.


Tights, pour une raison ou une autre, raccrocha net sur ce “ BRB”.



Image


Quand tu dis de se méfier des étudiants, ça vaut aussi pour toi ?


Oublier une boule de glace sur une table, c'est l'abandonner aux mouches. Oublier une clope coincée entre ses propres lèvres, c'est l'abandonner au temps et à l'air ambiant, qui tirèrent une latte chacun, achevant ainsi la cigarette de Bulma, noyée dans ses pensées marécageuses.
La lycéenne, aussi belle qu'elle n'était pas bonne, se déracina plus tard que tôt, et repartit en direction de la section nord du muret. Belle s'y arc-bouta des deux coudes.
Son regard azuré flâna sur l'immense parking composant tout l'extérieur du bâtiment, tandis que l'oreille ornée d'une boucle d'or surfait sur la discussion que semblaient tenir Lunch et la femme en Kimono, un peu plus loin. Ça parlait de Nightgoldstorm, décidément. L'une des deux, Bulma ne savait laquelle, reposait assise sur le muret. En voilà une qui n'avait pas le vertige. Encore que, ce n'était pas si haut.
Du moins, Bulma tentait déjà de s'en convaincre, car préférant la pensée suicidaire d'avoir à sauter directement du toit au parking, à l'idée d'avoir à retraverser un à un tous les 12 étages du zodiaque, en sens inverse, si elle voulait pouvoir rentrer à sa maison.

Ou alors, elle pouvait toujours sauter du toit, et se laisser atterrir dans les bras cotonneux du beau Yamcha, qui justement se trouvait debout dans le parking, en cette minute précise. Bien qu'à voir l'état dans lequel le Révolutionnaire évoluait, comme une baleine évoluerait dans un bocal à poisson rouge, Bulma n'était pas sûre qu'il ait dans les jambes de quoi la réceptionner. De toute façon, et vu l'ambiance qui actuellement gangrenait la cour externe, l'adolescente n'avait pas tellement envie de sauter.
Et quelle ambiance bizarre.

Yamcha et Gokū se prenaient dans les bras. Bulma ne saurait dire s'il s'agissait d'une embrassade émue —et un peu bourru comme seuls les garçons savent en faire—, ou le début d'une bagarre. Ce serait triste, vu l'état d'infirmité avancée affiché par l'ex-bandit.
Quand elle cligna des yeux et les rouvrit, l'ambiance avait encore changé, au large du parking. Chaoz et Tenshinhan qui n'y étaient pas, y étaient maintenant. Autrement, Yamcha agitait une mallette débordante de zenis sous le nez de C-18, allez savoir pourquoi.
Nouveau battement de cils adolescent, nouvelle scénette, Regard Azur se croirait au théâtre, avec le rideau qui tombe, le décor qui change. Et cette fois, l'ambiance était à C-17 l'éternel flegmatique, encerclé par 9 nameks. Le rayon du cercle fondait dangereusement, jusqu'à ce que Yamcha –hardiment– déboule pour casser net la chaîne verte, et prendre la défense du meuporg, à la surprise générale.
À hauteur du toit, Bulma ne pouvait entendre quelque voix singulière s'exprimer depuis le parking. Par chance, c'est plusieurs voix qui portèrent la même phrase avec les mêmes mots au même moment, aussi cette phrase-là eut-elle l'élan nécessaire pour voler jusqu'aux oreilles de la jeune fille.

— Faudrait savoir, C-17 a essayé de te tuer ou il n'a pas essayé de te tuer ?

— Il m'a tué ! ne put entendre Bulma, car seule la voix de Yamcha porta cette non-réponse. Oui, il a essayé. Et non, il n'a pas essayé.

L'instant d'après l'instant d'après, Wolfgang pointait Alexander d'un doigt non accusateur, et les regards —eux accusateurs— de Piccolo et Nail entre autres, tombèrent à pupilles raccourcies sur l'étudiant de première année. S'en suivirent quelques mouvements de lèvres que seule Lunch aurait su décoder sans le son y afférent, mais Lunch était à d'autres affaires.

Ambiance très bizarre donc.


La pièce était génialement absurde, surtout.

On aurait dit du Beckett999.

Et des scènes non moins surréalistes, non plus compréhensibles, il y en eu 7 autres des comme ça.
L'épisode le plus marquant —pour Bulma du moins—, fut celui où Hiéronimus, se jetant littéralement sur la jambe gauche de Yamcha, supplia mordicus. Supplia d'être écouté. Qu'il fallait absolument qu'on l'écoute ! Mais Wolfgang n'écoutait pas. Il refusait de céder la dragon ball. Enfin… il hésitait. Surtout que l'œuf n'affichait plus qu'une étoile, quand il en arborait deux pas plus tard que ce matin. Et alors, Bulma s'apprêtait à plaider, là. Elle s'apprêtait à hurler de ne pas croire Gero. Quoi qu'il soit son meilleur ami, elle le connaissait suffisamment égoïste et ultimement désespéré pour prétendre avoir un plan contre la faim dans le monde, l'homophobie, le Tsunami ou la guerre. Est-ce bien ce qu'il prétendait là ? Auquel cas, Bulma devinait pertinemment quel vœu autre ferait l'étudiant, dès qu'on lui remettrait l'œuf. Le même vœu qu'il aurait fait au chapitre 1. Le même qu'il ferait au chapitre 34. Le même qu'il ferait peut-être au chapitre 100, s'il ne s'était pas jeté en l'air avant. Elle savait. Elle ne dit rien pourtant, non désireuse d'être tenue pour responsable, si jamais il s'avérait, par le plus grand, le plus ahurissant des hasards, que Gero sache réellement des choses importantes ce soir, comme il le prétendait ; peut-être savait-il des choses comme Tights, voire d'avantage que la Hunter pro.
Peut-être il savait des choses que les autres ne savaient pas. Peut-être il avait réellement des intentions autres, et autrement plus nobles, en quémandant l'œuf du dragon.
Mais Bulma le savait aussi très bon comédien, ce Geronimo-là.

Excellent même.

Alors rien n'était plus inutile qu'essayer de savoir s'il était sincère ou non, ce coup-ci.
Tout compte fait, Regard Azur et Perdu était contente, de ne pas se trouver dans la situation très délicate de Yamcha. Qui lui-même décida de s'ôter l'épine et Gero du pied en confiant la dragon ball à Piccolo, afin qu'Alexander aille l'embêter lui, s'il se découvrait l'audace de titiller qui d'aussi intimidant que le namek aux bras jamais décroisés. Mais l'audace, c'est la gloire de ceux qui ont des choses à perdre.
Encore un battement de cils, et Gero révisa la définition de mordicus, et mordit à pleines canines dans le mollet de l'enturbanné, et fut le premier étonné de l'absence de réaction, et accessoirement la dernière personne au monde à lever les yeux vers le cube.
Le cube géant ponctuant le poteau de vingt mètres planté comme un arbre —et c'en était un— au beau milieu du parking goudronné. Chaque face du cube, hormis celle parallèle au sol, se voyait flanquée d'un écran de télévision, disons plutôt d'une télévision complète. Sur les écrans pas si plats se jouait la retransmission du tournoi, en direct et à la faveur des spectateurs restés dans leurs voitures garées en extérieur, sur le parking et au-delà.
C'était ce cube qui polarisait l'attention de Piccolo, au point qu'il en oubliât la morsure au mollet.

Les images n'étaient pas celles du TB.


Pas celles du cadreur qui s'appliquait, depuis qu'avait sonné l'heure de coucher les enfants, à faire des gros plans sur les fatality du tournoi.
Pas celles du cadreur qui s'amusait à braquer les projecteurs sur les gens allant ou revenant des toilettes.
Non, c'était des images prises en direct depuis le désert d'Ouroboros, par des journalistes et autres caméramans indépendants, relayés par une chaîne Gouvernementale ayant interrompu la diffusion du tournoi. Et pas n'importe quelle chaîne. Celle qui n'avait qu'une vocation : diffuser les discours les plus graves de Médor VI.
Et en l'occurrence, une image valait mieux qu'un discours.

Spoiler
Image



Image



Connais-tu la Clameur des coupes du monde ? Celle qui veut que même en n'aimant pas le foot, même en se trouvant, sans télévision ni radio, au cœur d'une forêt vierge, pour peu qu'elle se situât non loin de la ville : tu sauras à chaque fois que l'équipe aura marqué ou encaissé un but. Tu sauras car tu entendras le stade crier. La légende raconte même que la Clameur du stade, lors de la coupe de 86, et du coup de boule de Zaza, put s'entendre –vaguement– depuis la contrée voisine. Des témoins en tout cas, témoignent.


C-0


Voilà le nom qui enjamba les océans, courut les déserts, but dans les volcans, et désaltéré, reprit la route à l'ombre des ventres de mouschlât, charrié par la Clameur d'aujourd'hui. Le mot parvint aux sens de Bulma, qui ne comprit pas. C-0, n'était-ce pas plutôt la gigantesque poule pondeuse mutante douillettement installée au quatrième étage du zodiaque, lui-même poulailler ? N'était-ce pas logique ? Un meuporg, capable de donner des œufs capables d'exaucer des vœux, comment ce meuporg saurait être autre que C-0 ? D'accord, Bulma n'y connaissait rien en meuporgs, mais en logique par contre…
Puis Regard Azur Perdu se rappela la grande légende, et comprit pourquoi tant de certitudes, de par le monde étendu, quant à ce que les hommes-taureau, ou l'un des deux, soit bien C-0.
Il débarquera un samedi soir, vomi par le désert d'Ouroboros, et marchera vers Lomekatt, avec la lenteur des escargots, prétend le mythe.

On était samedi soir… Et les deux titans tout de muscles marchaient vers la civilisation comme des escargots, collés au train par une cohorte disparate de journalistes assistés de moult hommes-caméra. Restait à savoir si C-0 était bon ou mauvais. Car, et cela… même cette non-initiée de Bulma le savait, tout meuporg se fend d'une version organique et d'une mécanique. Que la version orga soit d'alignement mauvais, alors le mecha serait d'alignement bon. Si la version orga est d'alignement neutre, alors le mecha est d'alignement chaotique. Et vice-versa. Il y avait peu d'exceptions à cette règle, et statistiquement, les versions organiques auront tendance à être les gentils de l'histoire. Le “C-” de C-0 signifiait l'appartenance au type mécha. Autrement, il se nommerait #0. D'ailleurs, n'était-ce pas #0 avec la cape, et C-0 sans la cape ? Comment le chaud et le froid pouvaient-ils marcher ainsi côte à côte ? Il n'y avait qu'une explication possible : l'un des deux escargots au moins était d'alignement neutre.
Non, il y avait une autre explication plausible. Pas qu'une d'ailleurs…

Alors, l'univers entier retint son souffle.


Bulma n'en revenait pas, que des journalistes aient eu le courage d'approcher les taureaux, sans savoir s'il s'agissait de futurs grands libérateurs, ou de futurs grands tyrans.

La réponse vint avec la question.

Car un journaliste et son caméraman s'approchèrent par devant, et l'homme au micro posa la question, le plus simplement du monde, à l'homme-taureau sans cape.

Le journaliste s'appelait Shaka, loué soit son nom.

Le caméraman s'appelait Zoulou, béni soit son patronyme.

Désormais, l'un s'appelle sans-tête 1, et l'autre se nomme sans-tête 2.

La Clameur, alors, monta dans les tours, sur une note horrifiée.

Peut-être l'entendit-on depuis la Lune.


Image



La machine C-0, la machine Tsunami, la machine WW3.
Les machines était lancées. Toutes.
Les hommes devront enrayer seuls, avec leurs moyens d'hommes, trois machines de niveau divin.

Alors, Bulma a les coudes sur le muret. Elle voit tout. Jusqu'aux rizières à l'orée, disait Tights. Elle en voit même un peu trop. Au point de supputer que, peut-être, il y eut quelque magie d'harnachée au toit.
Elle voit l'aéroport de Lomekatt et ses pistes ; embouteillées ce soir. Les décollages ne discontinuaient pas. La nouvelle de l'alignement manifeste du présumé C-0 avait fait son effet. Beaucoup faisaient chauffer le kérosène sans autorisation, malgré la météo annoncée. Beaucoup assiégeaient les avions, détournaient les avions, décollaient sans même avoir de permis. Un airbus plein avait décollé comme ça, sous le ciel menaçant, quand un autre quitta le tarmac avec pour seul passager à bord : le pilote lui-même.
Menaçant en ce que le vent soufflait si fort qu'il en déplaçait des déserts entiers, repoussait la lune et balayait la nuit comme d'une couche de poussière tapissant quelque étagère, laissant le ciel orphelin d'Ombre, de Lumière, et de tout ce qui rappelait la vie. Il ne faisait ni jour ni nuit, il faisait gris comme un lundi. Vent d'autant plus sinistre qu'il n'était pas annonciateur de pluie.
Ou pas.
Il allait pleuvoir incessamment, c'était l'évidence même, Bulma le voyait, comme elle voyait la bâche imperméable qu'installait l'intendance royale, au-dessus d'une énorme caisse en bois, bientôt charriée par des gros bras au centre de la petite avant-cour terreuse –et cratérisée, coup d'état raté ce matin oblige– du palais présidentiel, visible depuis le toit du zodiaque. Qu'y avait-il dans cette boîte ? Ça, Bulma n'en voyait rien.
Le caisson de bois verni était cela dit une réponse évidente à la crise En Marche. Une marche d'escargot.
Et en parlant d'escargot, Piccolo embarquait à l'instant-même, Bulma le voyait, dans quelque gros hélicoptère ayant pris le départ du palais, puis cheminé en direction du parking du zodiaque bientôt survolé en stationnaire, car l'hélico n'atterrit pas, pas besoin, tous ceux qu'il était venu chercher pouvaient sauter assez haut pour le rejoindre. À l'exception du journaliste-interviewer qui dut dégainer un mandat pour se voir jeter une échelle. À l'exception aussi de Yamcha, mais lui de toute façon, il était déjà parti dans une voiture noire du Gouvernement, avec Nail. Parti vers le palais. Bulma voyait la voiture faire chemin sirène hurlante. Et —hors de la voiture—, Gero courrait comme un dératé, relié au parechoc arrière par un cordon ombilical long de trois mètres. Tout ça parce qu'il n'avait pas voulu laisser Yamcha partir avec la dragon ball. D'où l'idée suicidaire de s'attacher lui-même à l'arrière de la Maircedez Biinz, avec une corde, comme le dernier des activistes, pensant que le chauffeur n'oserait pas démarrer.
Bulma eut un haut le cœur quand elle eut vu la voiture démarrer, puis passer la première. Puis la deuxième.
Bilan des courses, Gero, déjà, multipliait les ecchymoses et les mutilations plus ou moins graves.
L'adolescente trop sensible n'eut plus la force de regarder cette scène-là, et en regarda une autre. Le chauffeur finirait bien par s'arrêter avant d'atteindre l'autoroute, pariait-elle.
Bulma voyait…
Moitié moins d'étoiles. Elles avaient fui.
La guerre civile aux portes de la Cité-monde.
Elle voyait la coupole d'une certaine belle bleue —plus bleue pour longtemps—, se couvrir. Les éclairs dessiner des figures qu'ils ne dessinaient jamais d'ordinaire, comme pour marquer la singularité d'un soir qui n'était pas un soir ordinaire, mais celui marquant une toute nouvelle ère.

Bulma voyait…
Le chemin du serpent, à l'autre bout de Lomekatt, anciennement piste d'aéroport, interminable, dans tous les sens du terme, et aujourd'hui désaffectée. Son nom lui venait des petits serpents migrateurs qui parfois traversaient la route par marrées entières, pour rejoindre les fourrés en aval.
Ce soir, ce n'était pas des serpents qui longeaient le chemin, mais un cortège de chars hypertrophiés aux couleurs du Ruban Rouge, tractant tous ensemble, une structure aérodynamique plus immense encore, et visiblement taillée pour l'océan.

Bulma voyait…
La Team Z et la GN quitter l'hélicoptère Gouvernemental, pour une raison ou une autre, et atterrir —d'un bond groupé— en pleine route nationale, elle aussi naturellement embouteillée, vu les images explicites qu'offrait encore C-0 à la télévision. Piccolo réquisitionna deux voitures de civil —et les civils avec, tant qu'à faire— assez grandes pour que tous les transfuges de l'hélico puissent y embarquer, à l'exception de Chaoz et Ten qui, pour une raison ou une autre, réquisitionnèrent une moto —toujours de civil, grassement indemnisé— et partirent de leur propre côté, vers le Sud, quand les voitures de Piccolo prirent plutôt la direction de l'Ouest, donc celle des hommes-taureau.
Peut-être Chaoz et Ten entamaient-ils un détour en vue d'aller chercher des affaires ou des armes…

Bulma voyait…
L'heure. Il était 21 heures 12 minutes et 12 secondes, sur l'Horloge de la grand-mairie.
Le vent se lever, portant d'autant mieux la Clameur aux quatre coins du monde, ainsi certains qui n'avaient pas la télé, surent pour C-0.
Elle voyait…
Un missile fâché, passant la couche externe de l'atmosphère terrestre, plongeant vers Lomekatt.

Image



Bulma voyait…
Le même type de missile —mais avec une expression faciale différente— décoller depuis divers porte-avions, un peu partout vers le golfe du Jurah.

Bulma voyait…
Quasiment tout ce que Stanis Zeon avait vu avant elle, grâce à l'échiquier.

Elle voyait…
Agar.io.
Certes, vu l'allure à laquelle le titan progressait vers le Continent, de son inexorable avancée linéaire à peine concurrencée par la lenteur des deux escargots du mythe, #19 ne serait un problème que pour la génération suivante. Dit-on aussi du réchauffement climatique. Tout cela, est-ce bien vrai ?

Bulma voyait…

Partout, pas qu'à Lomekatt…

Elle voyait… Mais était-ce besoin de le préciser ?

Elle voyait…


Le Chaos.


Image

Le Chaos.

Tout ça pour une image de pixels.


Et des images fortes, Regard Azur très Perdu n'avait pas fini de s'en laisser compter, dont celle d'une plateforme, pavé gigantesque soutenu aux quatre coins par quatre hélicoptères-grue, à grands renforts de câblages colossaux qui sauraient déchirer un mouschlât en deux. Laquelle plateforme descendait à l'instant-même du vaisseau-mère, direction le plancher des vaches.
Elle avait tout l'air d'un parking extérieur géant, un parking de superette arraché à la terre, car il y avait une supérette-fantôme ancrée en retrait sur cet immense bloc de béton et de granit volant.
Dessus la plateforme : 3000 militaires, agencés en 40 blocs expertement espacés, dont un de caporaux, un de capis, un autre de meuporgs, un de médics, et tutti quanti.
Dessous la plateforme : 480 véhicules de guerre, ainsi que la Rouxmobile à l'aura blanche, donc 481 véhicules tous parqués magnétiquement côté face du pavé ; pour économiser l'espace côté pile.
5 dispositifs de sécurité rudimentaire.
2 estrades, l'une au sud, condamnée, l'autre à l'extrême-nord de la plateforme.

Kiwi, du haut de son estrade, bouda le pupitre, néanmoins prit le micro, il l'alluma sous les nuages d'orage, quoique ceux-là fussent encore inférieurs en altitude.
Toujours est-il que 3000 paires d'yeux se suspendirent alors aux lèvres gercées du colonel, pour l'instant entrouvertes.
Fausse alerte, il ne parla pas de suite. Et coupa même le micro.
Kiwi orienta le menton vers Dodoria à sa droite, ensuite vers Tao Zvei Bong à sa gauche.
L'Ogre fit non de la tête ; l'autre fit oui, énigmatique masque-tuba respiratoire en bouche, tablette tactile en main.

Kiwi trancha souverainement, alors.

De suite, il ralluma le micro, et fixa l'auditoire.


— Nightgoldstorm est mort.

Une clameur s'éleva.


Kiwi lui laissa tout le temps de retomber, il ne força pas le silence.

— Tout porte à croire, selon l'assistante de l'indic Hunter, que Dieu était au courant pour le projet Tsunami du Ruban Rouge, mais qu'il ne pouvait pas parler. Car entravé par le tatouage que nous avons découvert sur son corps durant l'autopsie.

— …

— Si vous vous demandez ce qu'est le projet Tsunami, je n'en sais pas plus que vous. Mais ce n'est pas un Tsunami boursier, comme nous le pensions. Sinon il ne serait pas question d'Arche.

— …

— Tout ce que je sais, c'est qu'ils ont tué le camarade Nightgoldstorm dans l'exercice de ses fonctions de gardien et protecteur de la Cuve niveau 99 sous contrôle Impérial. De ce que j'ai compris, ils avaient besoin de notre Cuve pour dupliquer une pile de télécommande. La télécommande permettant d'activer le Tsunami.

— …

— À la seconde où je vous parle, Red a toutes les piles, mais n'a pas encore appuyé sur le bouton d'activation.

— …

— Du reste, l'apparition de C-0 n'est pas liée au Tsunami, selon nous. C'est-à-dire que C-0 –s'il s'agit bien de lui– ne travaille pas pour Red, toujours selon nous.


Mamie Voyante, qui se tenait aussi sur l'estrade, mais avant tout sur sa boule opaline, corrobora d'un mouvement de tête approbatif.
Kiwi poursuivit, sur le même ton de colonel, correctement habillé cette fois.

Plus que correctement, même.


— Notre objectif initial était de descendre sur Terre pour se faire la garde nationale, dont la Team Z. Nous aurions ensuite assiégé le palais, et fait capituler le cabot.

— …

— Il se trouve que la garde nationale se dirige actuellement vers C-0 pour l'abattre sur mandat de l'ONI.

— …

— Nous avons donc la possibilité d'attendre patiemment que l'un –de C-0 ou de la GN– termine l'autre, puis nous venons finir le travail en abattant celui encore debout, tant qu'il est fatigué.

— …

— Nous avons même la possibilité de remonter tout de suite au niveau de vaisseau-mère, et ainsi attendre au chaud que la vague passe, et balaye elle-même le dernier debout, entre C-0 et la GN.

— …

— Nous pourrions faire cela.

— …

— Mais nous ne le ferons pas.


Des veines apparurent sur le front de Kiwi, tandis que ses mains crispées étouffaient le pupitre finalement investi.

— Le Gouvernement n'a pas hésité à envoyer la garde nationale combattre C-0, alors que tout le monde, je dis bien tout le monde, ignore encore sa puissance. Pourtant, le Gouvernement n'a pas hésité, cela même en sachant que nous viendrions faire les vautours par derrière. Le Gouvernement n'a pas hésité. Nous nous ridiculiserons si nous n'envoyons pas nous aussi une délégation au désert d'Ouroboros. Et nous nous ridiculiserons au carré, si la Team Z bat C-0 et que nous venons ensuite battre une Team Z diminuée. Notre fierté, que dis-je, notre orgueil, n'ayons pas peur des mots. Notre orgueil est un défaut, il nous empêche, contrairement aux vendus qui ne jurent que par mon frère, que j'ai…
éliminé pour vous, de négocier un traité de paix avec le Gouvernement, mais nous, contrairement aux vendus, jamais on n'ira tirer sur une ambulance ou taper sur quelqu'un qui a déjà un genou à terre…

La satisfaction se lut sur le visage de Dodoria.

Le désespoir sur celui de Zvei.

— Du moins, c'est ce que Dodoria aurait dit, précisa Kiwi.


La satisfaction migra du visage de l'Ogre à celui du Tao.

Qui préférait l'idée que l'Empire envoie une délégation non pas pour se battre, mais uniquement pour imprimer sur le sable du désert, la marque des chaussures Impériales, histoire de dire regardez nos traces de pas, c'est bien la preuve qu'on y était, on s'est battus aussi, les images des médias sont truquées —comment ça c'était du direct ?— c'est que les truqueurs sont très bons, ou alors, plus simple : vu que c'était les caméras du Gouvernement, ils nous ont délibérément pas filmés.

— Au point où j'en suis, je me fiche du ridicule, il n'y a qu'une seule chose dans ma tête…

Fuir ?

— Venger Nightgoldstorm, termina Kiwi.


Tous ceux qui pensèrent au mot “fuir” eurent honte, en leur for intérieur, d'avoir douté de leur chef.

— Ceux qui veulent aller se faire C-0, rangez-vous sur la droite, vous partez avec Dodoria. Ceux qui ont connu Nightgoldstorm, et qui veulent honorer son nom, et mettre la tête de Red au bout d'une pique d'ici cinq minutes, rangez-vous sur la gauche, vous partez avec moi. Je ne vous ferai pas l'insulte de dire “ceux qui veulent remonter se cacher dans le vaisseau, restez au centre”. Par ailleurs, je sais que parmi ceux qui rejoindront mon groupe, il y en aura qui ne savent même pas qui était Dieu. Mais qui viendront par fidélité envers ma personne. C'est à ceux-là que je m'adresse maintenant.
Je suis sincèrement désolé, de vous traîner comme ça dans un combat qui n'est pas le vôtre, de vous emmener à mourir pour une cause futile, pour l'ami d'un ami, alors que vous vous êtes levés ce matin avec la ferme intention mourir au nom d'une cause plus grande que vous.

Un führer ne devrait pas dire ça.

Il ne devrait pas non plus se mettre à genoux, front contre sol, et demander pardon à ses quelques 3000 chevaliers en armure lourde ou légère. Ni surtout pleurer dessus ses propres poings serrés à en friser l'implosion.

— C'était mon… meilleur… ami, s'excusa une fois de plus Kiwi, aux larmes amères.

Il ne releva la tête qu'au moment d'y être invité par la main de Dodoria, posée sur son dos.
Kiwi se rendit alors compte que les groupes étaient déjà formés.

Personne n'était allé à droite.


— C'est à cause de ton discours, sourit Dodoria, sur un air de défaite.

Kiwi resserra les poings, et sentit la colère monter, une colère contre lui-même.

Il se jeta sur l'Ogre sans tête, mais surpris, et le serra contre son torse plastronné, menton par-dessus l'épaule.

— Je suis désolé.

— C'est pas grave, j'irai tout seul. Et quand j'arriverai sur place, la GN sera probablement déjà décimée, alors ça fera plus de chair fraîche pour moi, héhé ! De toute façon ton discours il trouait le cul, même moi j'ai failli me ranger à gauche en t'écoutant, c'est dire !

— C'est pas juste. Tu n'as pas pu parler, toi. Si tu veux je t'accorde une tribune, murmura l'autre.

— Pour dire quoi ? Je suis une merde en discours. Laisse tomber, t'as gagné, c'est pas grave.

— Si tu veux, je l'écris pour toi le discours ? Je peux démonter un à un tous mes propres arguments, et t'écrire un truc qui t'assurera qu'au moins le tier de ceux qui sont actuellement à gauche passeront à droite. Ça te fera entre 1200 et 1500 hommes, c'est assez pour mener et gagner une bataille. Ta bataille…

— Non, ça ne marchera pas. La plupart des gens à gauche ne connaissent pas Nightgoldstorm, par contre ils connaissent Needira Stark, qui est actuellement dans un coma réparateur. Et ils veulent qu'à la minute-même où elle se réveillera, elle sache que son père est mort… mais vengé. Je sais que toi-même, tu fais ça pour ta chère filleule.

— …

— Allez, magne-toi le cul ! Partez ! sourit Dodoria le bon perdant enguenillé. Y'a le Tao qui s'impatiente là, et il a bien raison. Si vous voulez arriver à temps pour empêcher à Red d'appuyer sur le bouton de l'Armageddon, c'est maintenant qu'il faut partir.

— Dodoria, prends au moins une armure. Je te laisse la mienne…

— Les armures sont une insulte à l'art du combat dans ce qu'il a de plus primaire et primordial. Le Dieu de la Guerre ne serait plus avec moi, si j'en portais une. Et si tu penses qu'il n'existe pas, demande-toi comment j'ai survécu à la guerre de 724 sans avoir jamais porté une seule genouillère ni une coudière.

— Ça s'appelle le talent.

— D'accord, maintenant filez avant qu'il ne soit trop tard.

— Non, on a le temps. Red peut appuyer à n'importe quel moment. Mais il a envie de se distraire un peu avec le combat GN | C-0 bientôt diffusé en direct. Tant que ce combat n'est pas terminé, je pense qu'il n'appuiera pas sur le bouton.

— Et s'il le fait quand même ?

— On est tous morts.

— Donc c'est moi qui dois me dépêcher, c'est ce que tu essayes de me faire comprendre ?

— Oui. Si la GN tombe, et que C-0 n'a plus d'adversaire, Red va s'ennuyer et décider d'appuyer pour en finir. Mais si le combat C-0 | Dodoria s'avère distrayant, il y a des chances qu'il mette son geste en suspens. Tu dois nous faire gagner du temps.

— Combien de temps ?

— Selon les cadres démissionnaires, et à l'heure qu'il est, Red et sa cour se planquent comme les rats qu'ils sont –avec un téléporteur niveau 2 et la télécommande niveau 99– au dernier sous-sol de la TdM, dont le niveau de vigilance a été porté à XI. Toutes les ressources de l'université ont été mobilisées.

— Ça sent le bluff pour vous faire croire qu'il est dans la tour et vous faire perdre du temps.

— Pourquoi pas. Mais je pense que Red et son état-major se trouvent dans la TdM et attendent que l'Arche, actuellement en transit –théoriquement moins sécurisé qu'il n'aurait dû puisque toutes les ressources ont été allouées à la TdM–, atteigne au moins 300 lieues sous la mer, pour enfin s'y téléporter. Je prends le pari. Il nous faudra traverser tous les sous-sols pour pouvoir mettre la main sur la télécommande avant qu'il n'appuie dessus. Il n'a aucun contact avec l'extérieur, il sait que tout moyen de communication vers l'extérieur pourrait être retourné vers l'intérieur et donc contre lui. La traversée des 11 sous-sols a pris une heure à Yamcha et C-17 ce matin, le niveau de sécurité n'était alors qu'à III, et ils étaient avec une cinquantaine de révolutionnaires, tout au plus. Moi, j'ai la Rouxmobile + 2000 hommes et 1000 meuporgs avec moi, que des organiques comme conseillé par la Voyante. La traversée me prendra 10 minutes, en comptant la sécurité niveau XI. Ajoute à ça les 2 minutes qu'il faut aux quatre grues au-dessus de nos têtes pour nous raccourcir le chemin jusqu'au pied de la tour. Ça fait donc 12 minutes en tout. La GN nous fera certainement gagner 5 minutes sur 12 à son corps défendant. On compte tous sur toi pour assurer les 7 minutes restantes.

— Pourquoi j'ai l'impression que, pour me consoler d'avoir lamentablement perdu contre toi, tu essayes de donner à ma mission une importance qu'elle n'a pas ? sourit Dodoria ; et Kiwi lui rendit son sourire fataliste. La cruelle vérité, c'est juste que le directeur général Red peut appuyer absolument à n'importe quel moment, n'est-ce pas ? sourit à nouveau l'Ogre.

Et Kiwi pour toute réponse, sourit à nouveau, lui aussi.

Alors avant de changer d'avis, Dodoria décolla avec sa hache et son marteau, sans hommes, sans armure et sans armée, en direction des hommes-taureau.


Il fallait bien que quelqu'un de connu aille représenter l'Empire dans ce combat, pour lui éviter l'humiliation historique.


Image


“Il se passe quoi comme ça, Kakarotto ?”

“Hein ?”

“J'ai neutralisé un machin bizarre aux yeux rouges qui m'est tombé sur la tête chez moi, et avant de mourir, il m'a révélé venir de la planète Terre…”

“Végéta ? Le Végéta Banni ?? Cé toi qui m'envoi ce SMS ?”

“On ne répond pas à une question par une autre, c'est grossier.”

“Atten, il y a un problèm…”

“…”

“Atten, moi j'y conné rien en téléphon”

“Et en orthographe aussi visiblement…”

“Non, c'est pas moi qui tape là (sinon ça prendrait un an) mais Gohan (qui tape pour moi) m'assure que tu m'envoies ton message depuis un Konya600. Or, la portée de ce type de téléphone n'est que de 600 mètres au maximum !”

“Et ?”

“Végéta ! C'est incroyable ! Ça veut dire que tu es à moins de 600 mètres de moi !”

“Merci, je suis au courant. Je vous voie là, dans la voiture rouge. J'arrive.”


Image


Bulma qui voit tout, vit effectivement le missile fâché s'écraser au pied de la file de voitures volées réquisitionnées, qui durent freiner à s'en déchirer les pneus, pour ne pas tomber dans le cratère fumant généré par l'atterrissage inconsidéré du meupo-projectile niveau 78… qui bientôt disparut dans un nouvel écran de fumée, pour alors révéler un pod Impérial monoplace duquel s'extirpa Végéta en personne. Le seul Banni à ne pas avoir été banni à priori mais à postériori, façon médecin après la mort.
II revenait de loin apparemment, dans tous les sens du terme, à voir son visage creusé, son corps momifié —bandé de partout—, et la tête égouttée aux pupilles rouges qu'il tenait dans une main guerrière, bandée elle aussi. Et les moult bandages mal faits du prince voletaient au vent, d'autant plus qu'une minute plus tard, les incivilités échangées, Végéta se tenait assis en tailleur sur le toit de la voiture de tête, laquelle avait repris la route vers C-0, qui marchait en ligne plus droite qu'une règle, littéralement, et toujours aussi lentement. Il n'était pas seul, du reste. En dehors de lui-même et du doppelgänger à la cape, il y avait bien trente autres personnages —dont certains apparemment de la même race que C-0—, grossissant le cortège du Mal, terminé à l'arrière par la cohorte de journalistes qui n'osaient plus trop s'approcher, ni même partir en fait… étant donné que l'autre à la cape le leur avait obligeamment interdit, et au contraire, les avait courtoisement encouragés à continuer de filmer ce qu'on nommait déjà la marche de l'Empereur.

— Bulma, s'il te plaît, regarde ça !

L'adolescente tourna la tête vers la jeune adulte.

— Lunch ?

— Regarde ! Tu voies cette vague sur l'écran ?

— C'est ton téléphone ?

— Non, c'est celui de Lysandre, elle vient de me le prêter.

Bulma comprit alors que Lysandre était le nom de la jeune fille en Kimono, fumant un peu plus loin, regard nonchalamment agglutiné au cube.
Une participante au tournoi sans doute, probablement du camp Impérial, vu qu'elle fumait une marque Impériale.

Peut-être la future gagnante, celle-là.

Car elle avait eu la présence d'esprit de rester, elle.

Elle qui avait ce regard, le même que Baba la Voyante.

Le regard désincarné de ceux qui savaient tout à l'avance…

Ironique pour une amnésique.


— Ce serait pas ça, la vague dont tout le monde parle ? s'enquit la gouvernante.

— C'est un montage ce truc ?

— Non ! Cette vague est tout ce qu'il y a de plus réel ! C'est Agar.io. qui l'a accidentellement créée il y a trois minutes, en faisant un faux mouvement. Elle se dirige vers le Continent ! Tu as vu sa hauteur ! Lomekatt va être… balayé ! n'en puit plus la gouvernante.

— Non…

— Hn ?

— On ne se fera pas balayer. Cette vague est énorme certes, mais elle est loin, et si tu remarques, plus elle parcoure de distance, plus elle rapetisse. Fais le calcul, quand elle arrivera sur nos berges –si elle arrive–, elle ne fera même pas la taille de mon petit doigt, conclut Bulma, qui remit délicatement le téléphone dans les mains de Lunch. Ça ne peut définitivement pas être ça la v…

1…
2…
3…
4.

4 punks, dont deux junkies tout sourire, et tout ce qu'il y avait de plus humains en apparence, nonobstant les pupilles rouges.
Quand étaient-ils arrivés ?
Et d'où ?
Par en-haut ?

Bulma voulut courir vers la porte en fer forgé, entrouverte, mais déjà, l'un des 4 refermait cette dernière, et se postait devant, en garde impassable et impassible. Un sourire s'imprima sur les lèvres dudit garde ; lesquelles lèvres laissèrent échapper quatre mots.

— Que la Soirée commence.


Kat n'eut pas le temps de passer en faux super saïyanne, que déjà, Lunch se laissait glisser au sol en position W, attendant la mort.
La gouvernante prit néanmoins sur elle de lever toute ambiguïté.

— Tu… tu ne pourras pas les battre, ceux-là. Tu sais, je suis une meuporg. Alors je sais reconnaître un meuporg de haut niveau quand j'en vois un.
Tous les quatre, là, ce sont des méchas –des “C-”– et leur classement est explicité par le chiffre assorti au matricule qu'ils arborent à divers endroits de leurs vêtements. Je te laisse chercher chaque matricule du regard, et comprendre par toi-même à quels meuporgs tu as affaire, éclata Lunch.

De rire.

— HEYY ! Comment tu peux rire qu'on va mourir ?? Je comprends bien que tu sois soulagée que force rose –que tu as, sans le dire, reconnue comme étant l'une des éternelles traqueuses de ton révéré Gero–, meure ici et maintenant. Mais moi, tu t'en fous ?! D'accord, je compte pas autant que Gero pour toi… mais tu pourrais au moins faire semblant !

— Toi dommage collatéral, rit Lunch.

C'est alors que Bulma réalisa.
Et se souvint effectivement avoir entendu un éternuement, sur le toit, quelques minutes plus tôt.
Alors Regard Irisé Paumé tomba elle aussi —et de tout son poids— en position W, ravagée du sol au plafond à l'idée de mourir sans jamais avoir embrassé personne. Non, pas même le chien du voisin.
Et pendant ce temps, la sang-mêlé —solidement campée dans son kimono, sagement en position de défense—, qui n'écoutait rien autour d'elle, sinon les derniers sifflements d'agonie d'une certaine clope goût vanille qu'elle avait encore au bec, valsait des pupilles, et finalement repéra un premier matricule, brodé sur le col du punk à gauche.


C-22

Incroyable…

Trois rangs seulement de moins qu'Agar.io ?

Et les trois autres punks alors ?


Furent les premières pensées, pas encore les dernières. Pas encore.


— Ne te fie pas trop aux matricules belle demoiselle, nota le punk ainsi mis à jour : drôle de fille au nez taquin, chien-loup anthropomorphe, sourire aguicheur, toute de vert vêtue, 20 ans d'âge apparent, peut-être moins. En théorie, à niveau égal, les matricules font la différence. Mais les niveaux, c'est la première échelle de comparaison, en pratique. Un C-50 avec XP niveau 10 peut être plus fort qu'un C-48 avec XP niveau 3. C'est le principe à géométrie variable d'une hiérarchie asymétrique. En réalité, il est même plus difficile de trouver un C-50 niveau 10 qu'un C-10 niveau 1.
Les pupilles rouges, pour ceux qui se demandent, ça veut dire qu'on a tous les quatre atteint le maximum de niveaux que nous autorisent nos arbres de compétence respectifs. Merci l'omnipotente télécommande.
Sinon, vous m'avez l'air bien au courant. Mais… et je vais vous étonner : vous vous êtes tous faits avoir. Bulma, n'entends-tu pas la Clameur ? N'as-tu pas remarqué qu'elle a changé depuis une minute ou deux peut-être trois ? Le mot qui vibre dans l'air, ce n'est plus C-0, mais 999. Tu entends ? Et tes yeux me demandent maintenant de quoi il s'agit. C'est un décompte.
Le mot “Tsunami”… c'était une arnaque depuis le début. Red et ses conseillers savaient que le mot allait fuiter, et induirait ainsi tout le monde en erreur. En fait de Tsunami, c'est plutôt d'averse qu'il faudrait parler. Et comme toute pluie, il y a des gouttes annonciatrices qui tombent avant le vrai déluge. Et quand quelqu'un sent les premières gouttes, il courre avertir tout le village qu'il va pleuvoir. Mes trois camarades et moi, nous sommes ces timides premières gouttes, et vous : le villageois qui les a senties. Malheureusement, vous n'aurez l'occasion d'avertir no one.
Mais du coup, je suppose que vous comprenez ce que notre présence ici signifie ? Elle signifie que le Général Red…

Image


— A appuyé sur le bouton d'activation !

— Quoi ?!

— Red ! Il n'a même pas attendu que le combat C-0 | GN commence ! Il a appuyé, ça y est ! C'est fini ! Changement de programme les gens, il n'est plus question d'atteindre la TdM ; il est maintenant question que chacun d'entre nous fonce se réserver de force une place dans l'Arche, avant le passage de la vague dans quelques secondes ! Il y a 500 places. Nous sommes 3000 ! Chacun pour soi… Que Dieu nous garde, et je ne parle pas du con qui n'a pas compris que nos prières s'appellent “reviens”. Bonne chance tout le monde ! scanda Kiwi, bondissant hors de l'estrade nord, sur laquelle il était remonté en catastrophe, le temps de cette annonce catastrophe.

— Calmez-vous colonel. Pour échapper au Tsunami, il suffit de rester en hauteur. On a qu'à remonter dans le vaisseau-mère et on se barricade ! tempéra Tao.

— Non, ça ne servira à rien. Le mot “Tsunami” c'était un leurre. Ce sera plutôt une sorte de pluie. Donc ça ne viendra pas d'en bas mais d'en haut. Et heureusement pour nous, l'un des nôtres, Végéta pour ne pas le nommer, a senti une goutte tomber sur lui, depuis sa planète d'exil, et il a fait le voyage jusqu'à la Terre pour nous prévenir qu'il allait pleuvoir.

— …

— La pluie a d'ailleurs déjà commencé un peu partout dans le système solaire, plus ou moins timidement, mais à ce rythme, elle atteindra le stade du déluge à couper au couteau dans 990 secondes montre en main.

— Quand vous dites que ça viendra d'en-haut… Vous voulez dire de plus haut que le vaisseau-mère ? Parce que si c'est pas de plus haut…

— Oublie le vaisseau, il ne nous aurait jamais protégés de rien de toute façon ! J'ai menti !

— Pourquoi ?! Non mais attends –même pas ça !– alors on fait quoi ?!

— On passe à l'abordage.
Premièrement, on assiège l'Arche, et on vire les 500 locataires actuels. Puis on se dispute les 500 places entre les 3000 que nous sommes. Il n'y a que ça à faire. On ne peut pas réfléchir à autre chose en 900 secondes.

Kiwi remonta empressement sur l'estrade —ce n'était jamais plus que son troisième aller-retour—, et ramassa le micro.

— Écoutez-moi tous, chaque seconde compte à partir de maintenant. Plus que 900 ! Dites aux pilotes des quatre grues de nous faire changer de cap ! On ne se dirige plus vers la tour du muscle, mais vers le chemin du serpent. L'Arche est actuellement convoyée sur ce chemin, direction la mer du Golfe. On va intercepter le convoi avant qu'il ne plonge… et trouver le moyen d'assiéger le bateau, puis de poser les deux fesses sur un des 500 sièges. Comprenez qu'il n'y aura pas une place de plus à trouver ou à créer !
Écoutez, écoutez bien ! Pour gérer les réservations, Red a recouru au meuporg qu'utilisent généralement les étudiants pour ne pas se faire voler leur place dans un amphithéâtre. #366. Ce meuporg immatricule la place, et donne un ticket. On va retourner ce système contre Barnaby grâce à #74. Apportez-moi du papier ! Plein de bouts de papier ! Maintenant !
Et #74, faites venir le meilleur #74 du coin tout de suite !


#74.


Un meuporg qui au niveau 3 possédait deux pouvoirs, tous liés au domaine des transports.

Le second pouvoir était celui qui intéressait Kiwi en l'occurrence, et ce deuxième pouvoir était bien connu des gens ayant ou ayant eu l'habitude de prendre le bus ; comme ce fut le cas de Kiwi avant de rejoindre l'Empire et de monter les échelons.
Quand une place se libère, dans un bus, elle est souvent prise d'assaut par la personne la plus proche. Mais il est possible d'obliger la personne en question à remettre la place en jeu. Il suffit pour ce faire de posséder un #74 —niveau 2 minimum—, puis d'être prêt à tout pour avoir le siège, au risque de perdre gros.
Celui qui recoure à #74 fixe —en tant que nouveau game master—, les nouvelles règles du jeu, généralement différentes de “la personne la plus proche du fauteuil gagne”. Et ces règles doivent prendre la forme d'handicaps ou de problématiques. Par exemple : le siège est brûlant, ou encore, le siège vibre de manière désagréable. Une fois la ou les règles initiales fixées, toutes les personnes inscrites sur la liste des convoiteurs du fauteuil en plastique, dont l'occupant actuel, témoignent de ce qu'ils sont toujours prêts à s'asseoir malgré le handicap.
Tant qu'il reste plus d'une personne prête à s'asseoir, le game master est obligé de continuer à ajouter de nouveaux handicaps (sauf s'il ne reste que 2 personnes et que le GM en fait partie) jusqu'à ce qu'il n'y ait plus aucun candidat. Et alors, le GM se verra obligé —par #74— de prendre place sur le siège ainsi flanqué de tous les handicaps, sans jamais avoir le droit de se lever avant d'avoir atteint son arrêt.

Kiwi en avait fini avec ses bouts de papiers, convertis en tickets et distribués au hasard à tout le monde, par #74.
Chaque militaire ici présent, dessus la plateforme aux airs de parking extérieur, eut alors entre ses mains tremblantes un bout de feuille avec marqué dessus un numéro de siège, allant de 1 à 500. 3000 divisé par 500, cela faisait donc en moyenne 6 militaires possédant le numéro 1 ; 6 autres possédant le numéro 2 ; et tutti quanti jusqu'à 500.

En dessous des numéros de sièges, étaient marqués non seulement le nom des 6 concurrents au titre du siège en question, mais aussi de la personne actuellement assise sur ledit siège, dans l'Arche. Ce qui faisait donc 7 concurrents par siège.

Kiwi et Tao étaient les seuls du lot à avoir plus d'un papier chacun dans la main, les trois papiers en trop comportant respectivement les noms de Need Stark, Dodoria Van Goth et Végéta deuxième du nom. Kiwi et Zvei allaient ainsi se battre pour eux-mêmes, mais aussi pour assurer une place aux trois absents, bien que les absents aient toujours tort.
Kiwi allait donc défendre la place de son meilleur ennemi Végéta, et de son vieux frère l'Ogre.
Zvei : celle de son ex-petite-amie.

La règle du jeu quant à elle était simple :

“Tant que les 7 concurrents sont vivants, personne ne pourra s'asseoir sur le siège sans être brûlé vif. Le fauteuil perdra son caractère de chaise électrique quand il ne restera plus qu'une seule personne encore en vie parmi les 7. Quiconque s'assoit sur son siège sans avoir sur lui le ticket correspondant sera brûlé vif ou électrocuté et mourra sur le coup, quand bien même serait-il le dernier survivant des 7 concurrents. Alors ne perdez pas le ticket.”


— Bonne chance tout le monde, fit Kiwi au micro.

Personne ne paniqua.

Kiwi n'en avait donné ni l'ordre, ni la permission.

Tout au plus certains soldats allèrent se prendre quelques bières périmées à la superette, histoire de.

— Je vais envoyer un message à Végéta pour lui expliquer la situation et lui dire que je m'occupe de lui trouver une place, souffla Kiwi. Je le préviens aussi de l'arrivée de Dodoria dans son secteur.

— Dîtes à Végéta de ne pas parler du Tsunami à ses amis de la Team-Z. Sinon, ils vous vouloir des places aussi. Et ça en fera moins pour vos fidèles de toujours, du coup, appuya Zvei.

— Oui. La famille avant les amis. Sinon, dommage pour cette histoire d'EP ascendant vert, Tao. Ça m'intéressait. J'aurais bien voulu qu'on étudie ton bras à tête reposée, mais on n'a pas le temps là. On verra ça après la guerre.

— Je rigole rien qu'à l'idée de penser que tous les vendus actuellement assis dans l'Arche viennent de bondir au plafond, le cul en feu, souffla Zvei, indolemment adossé au flanc de l'estrade encore occupée par Kiwi. Dommage qu'ils n'en soient pas tous morts sur le coup, je dis ça car si j'en crois #74… il y a une nuance sémantique qui joue en leur faveur sur ce point.

Kiwi, avant de répondre, contempla sa montre en argent, jadis offerte par Danmarine.

Plus que 745 secondes…

— Ils mourront s'ils tentent de se rasseoir. Indépendamment de leur puissance. Du reste, je vous l'ai toujours dit Tao : on gagne d'abord, et on rigole ensuite.

— Si vous le dîtes, bon moi j'y vais hein, 700 secondes, c'est chaud. Surtout vu la poule dans laquelle 'chui tombé, se leva Zvei, jusqu'ici à terre, alourdi par sa Chapka.
Vous… je suppose qu'en bon colonel, vous allez rester sur cette nacelle volante, par solidarité envers ceux de vos hommes qui ne peuvent pas voler, et qui vont donc se retrouver à sacrifier bêtement 300 secondes sur les 700 disponibles, d'ici à ce que les grues aient atteint le chemin du serpent. Moi, je n'ai pas votre noblesse d'âme, je pars devant.

— Tu dis que ta poule est compliquée ? hasarda le colonel.

— Ouais, tout en bas de la liste, je crois reconnaître le nom de Julien Wilpher. Sur le papier, ça devrait le faire ; mais je le sens pas du tout…

— Hn. Moi c'est pire, j'ai tiré la place n°333, montra Kiwi.

— Celle du malade, alias D., qui a réservé cinq sièges pour lui tout seul ?

— Dont un pour son poisson rouge, et trois pour ses nouvelles chaussures.

— … Peut-être que vous pourriez négocier avec lui les places en trop ?

— Négocier ? Il n'y a rien à négocier. Une fois que la règle du jeu est fixée, on ne peut plus revenir en arrière. Mon nom –et celui des 5 autres concurrents pour la place n°333– apparait déjà, à la seconde où je te parle, sur le ticket que ce Démigra a sur lui ; peut-être en main.

— … Entre nous, je crois qu'on a perdu d'avance.

— Entre nous, je crois aussi.


__________________________________________________________________


990


Image
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 2721
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: Calfirũ

Messagepar Kurama_Senju le Sam Oct 21, 2017 9:54

Ce chapitre est une tuerie, du moins pour moi : on entre dans le vif du sujet et j'aime ça.

Il m'arrive parfois de citer des éléments qui m'ont plu mais ils sont ici vraiment nombreux. Je pensais lire un morceau hier et terminer demain, suivant les coupures que tu avais eu l'amabilité de préparer par anticipation d'un chapitre trop long... Et au final, j'ai tout lu d'une traite, et j'ai même trouvé ce chapitre trop court. :oops:

Parmi tous les points forts de ce chapitre, celui qui, à mon sens, surclasse tous les autres, est l'apparition de C-0.
Freezer forme taureau et Cold, putain, cette classe (+ image terrible). J'ai toujours trouvé que cette allure était la plus flippante et tu l'as sublimée ici.
Tout est excellent, depuis la révélation de leur apparition jusqu'à l'ambiance générale, leur marche lente vers la civilisation, les armées qui s'y opposent...

La présence de Gokû et l'apparition de Vegeta apportent beaucoup aussi. Ces deux personnages sont symboliques.

Le plan Tsunami est en route, avec une ambiance mélangeant astucieusement Terminator et The Walking Dead. :P

Y'a tellement de choses possibles que ça devient intenable. Entre Demigra, Gero, Free... C-0, le "Tsunami", Agar.io, la Team Z, Le Ruban Rouge, Kat, L'Empire, le Grand Horloger, et tout un tas de choses potentielles et non dites (genre, y'a pas mal de chiffres entre 0 et 17).

Sur la forme, rien à redire, c'est excellent. Et les musiques sont très bonnes, avec un agencement particulièrement adapté à ma lecture. T'as atteint le stade où je te fais pleinement confiance maintenant : j'applique "à l'aveugle" ce que tu prépares. La seule chose que je n'ai pas encore tenté, c'est les PDF (allez, prochain chapitre, on essaye).

Vivement la suite.
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 707
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

Re: Calfirũ

Messagepar broly97 le Dim Oct 22, 2017 23:47

Chapitre 33 lu !

Et putain je regrette pas ! Plusieurs parties m'ont fais rigoler :

Paragraphes avec Bulma :

Bon déjà c'est quoi ce bâtiment avec une salle de prière et une boite de nuit qui se suivent ? Pour peu qu'il y ait une boîte de strip-tease et un salon de massage, on aurait eu un bon gros mélange entre la Thaïlande (pour les moeurs la tolérance concernant la prostitution) et les stats (pour l'église). :lol:

-Tight est une Hunter pro donc ça veut dire qu'elle maîtrise le Ki ? Si oui, impatient de connaître son hatsu :wink: .

-Toujours pour le Tsunami, je planche cette fois sur un contrôle mentale des morts et des meuporgs partiellement ou totalement robotique, et des étudiants de l'URR qui ont sans doute reçu un implant ou quelque chose comme-ça.

-BRB : Bless Red Ribbon ?

-Ma réaction lorsque j'ai découvert l'identité de C0 et de #0 : la réaction en question
Sans transformation ou meuporg légendaire, je ne vois pas comment la Team Z, la GN et Dodoria vont pouvoir y arriver.

-D'ailleurs, j'ai adoré cette partie qui m'a marquée :
Spoiler
C-0

Voilà le nom qui enjamba les océans, courut les déserts, but dans les volcans, et désaltéré, reprit la route à l'ombre des ventres de mouschlât, charrié par la Clameur d'aujourd'hui.


Cette partie là aussi :
Spoiler
La réponse vint avec la question.

Car un journaliste et son caméraman s'approchèrent par devant, et l'homme au micro posa la question, le plus simplement du monde, à l'homme-taureau sans cape.

Le journaliste s'appelait Shaka, loué soit son nom.

Le caméraman s'appelait Zoulou, béni soit son patronyme.

Désormais, l'un s'appelle sans-tête 1, et l'autre se nomme sans-tête 2.

La Clameur, alors, monta dans les tours, sur une note horrifiée.

Peut-être l'entendit-on depuis la Lune.


-L'explication du Punk (l'une des quatre première gouttes) étaient pas mal. C'est du brissage de troisième mur trois-quart bien trouvé, car en faite c'est assez clair que l'explication est pour nous. Par contre si eux ce sont les premières gouttes, l'adverse risque d'être rude.

Paragraphe Goku/Végéta

Normallement je ne suis pas fan lorsque l'on prend Goku pour un con finis, mais celle-là vaut le détour :

Spoiler
Atten, moi j'y conné rien en téléphon”

“Et en orthographe aussi visiblement…”

“Non, c'est pas moi qui tape là (sinon ça prendrait un an) mais Gohan (qui tape pour moi) :lol: :lol: :lol: m'assure que tu m'envoies ton message depuis un Konya600. Or, la portée de ce type de téléphone n'est que de 600 mètres au maximum !”

“Et ?”

“Végéta ! C'est incroyable ! Ça veut dire que tu es à moins de 600 mètres de moi !”

“Merci, je suis au courant. Je vous voie là, dans la voiture rouge. J'arrive.”


Paragraphe avec Kiwi :

-Bon pour tout te dire, ce qui m'a gêné depuis l'apparition de Kiwi c'est le fait qu'il soit... Honnête, noble et assez cool avec ses subordonnés :shock: :shock: :shock: :shock: . Je dois t'avouer que j'ai plus d'une fois lâché la lecture une dizaine de secondes pour 'y remettre la première fois que je l'ai réalisé. Malgré cette bizarerie, son côté stratège fait toujours des merveilles et j'aime bien les préparatifs et le descriptif de l'opération pour prendre l'assaut de la TdM en se servant de la GM et de Dodoria.

-Pour parler de Dodoria et de ses rapports avec Kiwi, c'est cool cette relation "vrai camarade qui complote entre eux et bien qu'ils en soient conscient dudit complotage et des conséquences fonce dedans par amitié et pour l'honneur". J'aime bien voir ça dans les mangas, nottament lorsqu'il s'agit des antagonistes.

-Bon parlons maintenant de mon moment préféré du chapitre : Quand Kiwi prend connaissance que le Tsunami a été lancé et de l'état d'urgence qui en résulte, en plus de la directive "chacun pour soi" donné par le colonel :mrgreen: .

-Toutefois ce qui est cool c'est un "chacun pour soi" organisé, car grâce à la capacité du meiporg #74 Kiwi s'assure que le maximum de siège soit assuré par les membres de l'Empire (qui ne se disputeront ainsi pas un siège pour 40 :)) en un minimum de temps (avec un seul objectif possible et un mimnum de candidat possible, on prendr fatalement moins de temps que si on avait 500 objectifs possibles)

-D'ailleurs j'adore le "hatsu" (pouvoir) du meuporg #74. C'est pile-poil un pouvoir que pourrais avoir un persos d'Hunter X Hunter (je dirais de la matérialisation) :) . Tu t'es inspiré du pouvoir de Basho ?

-Bon allez, the best moment of the chapter :

Spoiler
Tu dis que ta poule est compliquée ? hasarda le colonel.

— Ouais, tout en bas de la liste, je crois reconnaître le nom de Julien Wilpher. Sur le papier, ça devrait le faire ; mais je le sens pas du tout…

Hn. Moi c'est pire, j'ai tiré la place n°333, montra Kiwi.

— Celle du malade, alias D., qui a réservé cinq sièges pour lui tout seul ?

— Dont un pour son poisson rouge, et trois pour ses nouvelles chaussures.


:lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: (Quelle enflure !) :lol: :lol:
— … Peut-être que vous pourriez négocier avec lui les places en trop ?

— Négocier ? Il n'y a rien à négocier. Une fois que la règle du jeu est fixée, on ne peut plus revenir en arrière. Mon nom –et celui des 5 autres concurrents pour la place n°333– apparait déjà, à la seconde où je te parle, sur le ticket que ce Démigra a sur lui ; peut-être en main.

— … Entre nous, je crois qu'on a perdu d'avance.

— Entre nous, je crois aussi.
(Passage avec une résignation qui force le respect)



Voilà pour clore mon modeste avis :) .
Avatar de l’utilisateur
broly97
 
Messages: 850
Inscription: Mar Avr 10, 2012 19:48

Re: Calfirũ

Messagepar omurah le Lun Oct 23, 2017 6:33

@Kurama
Spoiler
Kurama_Senju a écrit:Ce chapitre est une tuerie, du moins pour moi : on entre dans le vif du sujet et j'aime ça.

Merciii !
Et d'autant plus merci d'avoir enduré ces quelques 30 chapitres de mise en place plutôt laborieuse car cette patience va être récompensée dès maintenant vu qu'effectivement on entre dans le vif du sujet et cette fois on y va vraiment, fini les détours, au moins jusqu'à la fin de cet arc ^^

Kurama_Senju a écrit:Il m'arrive parfois de citer des éléments qui m'ont plu mais ils sont ici vraiment nombreux. Je pensais lire un morceau hier et terminer demain, suivant les coupures que tu avais eu l'amabilité de préparer par anticipation d'un chapitre trop long... Et au final, j'ai tout lu d'une traite, et j'ai même trouvé ce chapitre trop court. :oops:

Je déduis de toute cela que tu n'as pas eu le temps de t'ennuyer, et ça, c'est la plus grande satisfaction que puisse connaître un auteur de fic ! :cry:

Kurama_Senju a écrit:Parmi tous les points forts de ce chapitre, celui qui, à mon sens, surclasse tous les autres, est l'apparition de C-0.
Freezer forme taureau et Cold, putain, cette classe (+ image terrible). J'ai toujours trouvé que cette allure était la plus flippante et tu l'as sublimée ici.
Tout est excellent, depuis la révélation de leur apparition jusqu'à l'ambiance générale, leur marche lente vers la civilisation, les armées qui s'y opposent...

Merci ! Parce que c'est vraiment l'un des points-clé de l'arc zéro, en fait il y a jusqu'ici cinq moments forts prémédités de plus ou moins longue date :
- la disparition de Guldo
- le passage en SSJ de Kat
- la vision de Kat sur Kochin adulte dans un monde post-apoc'
- l'apparition de Démigra
- l'apparition de la Cold family
Voilà cinq passages que je ne voulais vraiment pas louper, les autres c'est moins grave,
Et il en reste un sixième à venir avant la fin de l'arc :P

Kurama_Senju a écrit:La présence de Gokû et l'apparition de Vegeta apportent beaucoup aussi. Ces deux personnages sont symboliques.

Tu auras l'occasion de les revoir et cette fois ce ne sera pas de simples caméos comme j'en ai l'habitude avec eux ;)

Kurama_Senju a écrit:Le plan Tsunami est en route, avec une ambiance mélangeant astucieusement Terminator et The Walking Dead. :P

Hahaha ! T'as tout compris ! :mrgreen:
Et même du GoT ;)

Kurama_Senju a écrit:Y'a tellement de choses possibles que ça devient intenable. Entre Demigra, Gero, Free... C-0, le "Tsunami", Agar.io, la Team Z, Le Ruban Rouge, Kat, L'Empire, le Grand Horloger, et tout un tas de choses potentielles et non dites (genre, y'a pas mal de chiffres entre 0 et 17).

Le pire étant que chacun des groupes ou personnes que tu cites roule en solo et a tout intérêt à ce que tous les autres groupes ou personnes perdent la partie :mrgreen:
Au chapitre 27 (ou 28) Barta Zeon avait prophétisé que tous ces groupes ou personnes finiraient par former des alliances qui aboutiront à trois grandes coalitions.
Voyons voir s'il avait vu juste, ou si tous les camps, unanimement, préféreront jouer quitte ou double jusqu'au bout :!:

Kurama_Senju a écrit:Sur la forme, rien à redire, c'est excellent. Et les musiques sont très bonnes, avec un agencement particulièrement adapté à ma lecture.

*danse de la joie version Barta Shaker*


Kurama_Senju a écrit:T'as atteint le stade où je te fais pleinement confiance maintenant : j'applique "à l'aveugle" ce que tu prépares. La seule chose que je n'ai pas encore tenté, c'est les PDF (allez, prochain chapitre, on essaye).

Vivement la suite.

Merci et je te souhaite une agréable découverte de Calfirû format PDF au C34 !
En ce qui me concerne, et je sais que je ne suis pas le seul à faire ça, j'ai tendance à copier les chapitres de fic que je lis et à les coller sur Word, puis à arranger moi-même la mise en forme, avant d'appuyer sur le bouton "mode lecture" c'est toujours agréable comme... mode de lecture, mais parfois j'ai carrément la flemme de faire tout ce rituel et je lis directement sur le forum :lol:

Merci encore pour ce supâ com! *0*


@Broly97
Spoiler
Broly97 a écrit:Chapitre 33 lu !

Et putain je regrette pas !

Merci d'avoir lu ! Et merci x2 d'avoir commenté !

Broly97 a écrit:Bon déjà c'est quoi ce bâtiment avec une salle de prière et une boite de nuit qui se suivent ? Pour peu qu'il y ait une boîte de strip-tease et un salon de massage, on aurait eu un bon gros mélange entre la Thaïlande (pour les moeurs la tolérance concernant la prostitution) et les stats (pour l'église). :lol:

Attends, comment t'as fait pour savoir que j'avais pensé à la Thaïlande en écrivant ce passage ? :lol:

Broly97 a écrit:-Tight est une Hunter pro donc ça veut dire qu'elle maîtrise le Ki ? Si oui, impatient de connaître son hatsu :wink: .

Yup, c'est une Hunter pro, more to come à ce propos, d'ailleurs je suis content de voir que le sujet t'intéresse au point que tu le relèves, car ça m'intéresse aussi et on y reviendra ;)

Broly97 a écrit:-Toujours pour le Tsunami, je planche cette fois sur un contrôle mentale des morts et des meuporgs partiellement ou totalement robotique, et des étudiants de l'URR qui ont sans doute reçu un implant ou quelque chose comme-ça.

Tu anticipes. Je ne sais pas comment tu as fait pour comprendre alors que je n'ai pas fini d'expliquer, mais c'est parfait, continue
;)

Broly97 a écrit:-BRB : Bless Red Ribbon ?

Bonne question :mrgreen:

Broly97 a écrit:-Ma réaction lorsque j'ai découvert l'identité de C0 et de #0 : la réaction en question
Sans transformation ou meuporg légendaire, je ne vois pas comment la Team Z, la GN et Dodoria vont pouvoir y arriver.

Happy End ou pas Happy End telle est la question :mrgreen:

Broly97 a écrit:-D'ailleurs, j'ai adoré cette partie qui m'a marquée
[...]
Cette partie là aussi [...]

Ravi d'avoir pu accrocher ton attention avec ces passages ! ^-^
Ils sont courts en termes de mots, mais m'ont pris un certain temps en termes de réflexion ^^

Broly97 a écrit:-L'explication du Punk (l'une des quatre première gouttes) étaient pas mal. C'est du brissage de troisième mur trois-quart bien trouvé, car en faite c'est assez clair que l'explication est pour nous. Par contre si eux ce sont les premières gouttes, l'adverse risque d'être rude.

J'espère que cette explication était pas trop "explicative" :oops:

Broly97 a écrit:Normallement je ne suis pas fan lorsque l'on prend Goku pour un con finis, mais celle-là vaut le détour [...]

Encore un passage court en termes de mots, mais laborieux en termes de réflexions, mais si le résultat est là au bout alors ça valait le coup d'y passer du temps ;)

Broly97 a écrit:-Bon pour tout te dire, ce qui m'a gêné depuis l'apparition de Kiwi c'est le fait qu'il soit... Honnête, noble et assez cool avec ses subordonnés :shock: :shock: :shock: :shock: . Je dois t'avouer que j'ai plus d'une fois lâché la lecture une dizaine de secondes pour 'y remettre la première fois que je l'ai réalisé.

Je comprends parfaitement, et je ne sais pas comment répondre sans faire un pavé de la taille d'un chapitre, mais tu te souviens quand je disais ceci à Kurama :
omurah a écrit:il y a énormément de choses dont je n'ai jamais pu parler par manque d'espace, par exemple l'organisation interne du Gouvernement, ou encore la relation C-17|Plume, ou la raison pour laquelle Kiwi est colonel avec une puissance de 18000, ou encore le projet French_Kiss [...]

Bah on est en plein dedans...
Sans la partie "raison pour laquelle Kiwi est colonel avec une puissance de 18000" vous ne pouvez pas comprendre pourquoi il a cette personnalité, enfin si, vous pouvez comprendre, il vous suffit pour ce faire de partir de l'idée simple qu'on est dans une fic où beaucoup de choses sont twistées pour une raison encore inconnue (des hommes qui deviennent des femmes, les dragon balls comestibles, Gokû héros au cœur pur qui -on sait pas pourquoi- devient un gentil égoïste sur les bords, etc.) mais effectivement, tant que je n'aurais pas posté le "hors-série" sur la guerre de 724, certaines questions resteront sans réponse ou plutôt seront laissées à votre imagination ;)
Bon il y a aussi le fait que j'essaye de coller à DBEU autant que possible, pour les personnages de Danmarine et de Kiwi, car ces deux personnages viennent de cette fic et y ont des personnalités plus intéressantes que ce qu'on peut voir dans le manga par rapport à Kiwi (qui n'a pas eu l'occasion, dans le manga, d'être autant développé qu'il l'est dans DBEU)

Broly97 a écrit:Malgré cette bizarerie, son côté stratège fait toujours des merveilles et j'aime bien les préparatifs et le descriptif de l'opération pour prendre l'assaut de la TdM en se servant de la GM et de Dodoria.

Yea, Kiwi est l'exemple typique de l'antagoniste final qu'on ne voit pas venir (parce qu'il ne commence pas en étant le #1 des méchants de l'histoire, mais le devient, de la même manière que le héros dans un nekketsu commence rarement en étant le #1 des gentils, il le devient) et qui s'il n'était pas un peu trop émotif, serait tout simplement incapable de "perdre à la fin" contre les gentils, car Kiwi n'est pas capable de perdre par pure stupidité, même s'il le voulait il ne pourrait pas

Broly97 a écrit:-Pour parler de Dodoria et de ses rapports avec Kiwi, c'est cool cette relation "vrai camarade qui complote entre eux et bien qu'ils en soient conscient dudit complotage et des conséquences fonce dedans par amitié et pour l'honneur". J'aime bien voir ça dans les mangas, nottament lorsqu'il s'agit des antagonistes.

Tu as probablement remarqué que je fonctionne beaucoup en créant des duos dans la fic, celui-ci est de ceux qui m'ont pris beaucoup de temps de réflexion :p

Broly97 a écrit:-Bon parlons maintenant de mon moment préféré du chapitre : Quand Kiwi prend connaissance que le Tsunami a été lancé et de l'état d'urgence qui en résulte, en plus de la directive "chacun pour soi" donné par le colonel :mrgreen: .

Ravi de voir que tu as apprécié ce moment, d'autant qu'il vient en fin de chapitre donc au niveau de la concentration c'était pas forcément évident :mrgreen:

Broly97 a écrit:-Toutefois ce qui est cool c'est un "chacun pour soi" organisé, car grâce à la capacité du meiporg #74 Kiwi s'assure que le maximum de siège soit assuré par les membres de l'Empire (qui ne se disputeront ainsi pas un siège pour 40 :)) en un minimum de temps (avec un seul objectif possible et un mimnum de candidat possible, on prendr fatalement moins de temps que si on avait 500 objectifs possibles)

Bravo, vraiment bravo,
C'est exactement ça, malheureusement le chapitre faisait déjà 10000 mots, je n'avais pas le courage d'en ajouter plus pour expliquer tout ça, donc je suis bien content de te voir le faire à ma place :)

Broly97 a écrit:-D'ailleurs j'adore le "hatsu" (pouvoir) du meuporg #74. C'est pile-poil un pouvoir que pourrais avoir un persos d'Hunter X Hunter (je dirais de la matérialisation) :) . Tu t'es inspiré du pouvoir de Basho ?

Ouais, je dirais matérialisation aussi ! ^^
Et ouiii, tu as tapé en plein dans le mile, c'est un clin d'oeil à Basho !
Tu te souviens peut-être que la première fois que Basho utilise son pouvoir, il le fait sur une chaise, et cette dernière prend feu (alors qu'il n'a fait que donner un coup de poing à la con) et ici, avec le c33 on retrouve entre autre l'élément chaise et l'élément feu ^^
Je vois qu'on a un afficionado d'HxH dans le coin, en la personne de toi-même, voilà qui fait extrêmement plaisir :mrgreen:

Broly97 a écrit:-Bon allez, the best moment of the chapter [...]

Concernant l'humour, souvent je vois que tu relèves les passages, je suis content que tu sois sensible aux séquences lolesques que je tente parfois de glisser, car c'est aussi l'un de mes moteurs, peut-être même plus que l'épic et autres :P

Broly97 a écrit:Voilà pour clore mon modeste avis :)

Modeste ? Moi j'aurais dit génial :o
Merci beaucoup, et encore plus que ça !
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 2721
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: Calfirũ

Messagepar Kurama_Senju le Lun Oct 23, 2017 20:56

omurah a écrit:Merciii !
Et d'autant plus merci d'avoir enduré ces quelques 30 chapitres de mise en place plutôt laborieuse car cette patience va être récompensée dès maintenant vu qu'effectivement on entre dans le vif du sujet et cette fois on y va vraiment, fini les détours, au moins jusqu'à la fin de cet arc ^^
Ca va, y'a pire comme épreuve. :lol:

Je déduis de toute cela que tu n'as pas eu le temps de t'ennuyer, et ça, c'est la plus grande satisfaction que puisse connaître un auteur de fic ! :cry:
Oui mais comme d'hab, sauf que là, contrairement à d'habitude quand je lis une fic, j'aurais vraiment eu du mal à m'arrêter au milieu sans poursuivre... Donc le moins qu'on puisse dire, c'est que je ne me suis pas ennuyé ouais. :P

Kurama_Senju a écrit:Merci ! Parce que c'est vraiment l'un des points-clé de l'arc zéro, en fait il y a jusqu'ici cinq moments forts prémédités de plus ou moins longue date :
- la disparition de Guldo
- le passage en SSJ de Kat
- la vision de Kat sur Kochin adulte dans un monde post-apoc'
- l'apparition de Démigra
- l'apparition de la Cold family
Voilà cinq passages que je ne voulais vraiment pas louper, les autres c'est moins grave,
Et il en reste un sixième à venir avant la fin de l'arc :P
La disparition de Guldo est celui qui m'a le moins marqué, peut-être parce que ce personnage ne m'a jamais trop intéressé dans DBZ, par contre pour le reste, t'as cité exactement les meilleurs passages de ta fic à mes yeux. 8-)

Kurama_Senju a écrit:Tu auras l'occasion de les revoir et cette fois ce ne sera pas de simples caméos comme j'en ai l'habitude avec eux ;)
Je n'en doute pas, notamment après la vision de Kat... ;-)

Hahaha ! T'as tout compris ! :mrgreen:
Et même du GoT ;)
T'as pas intérêt à avoir des problèmes de PC toi. :evil:

Le pire étant que chacun des groupes ou personnes que tu cites roule en solo et a tout intérêt à ce que tous les autres groupes ou personnes perdent la partie :mrgreen:
Au chapitre 27 (ou 28) Barta Zeon avait prophétisé que tous ces groupes ou personnes finiraient par former des alliances qui aboutiront à trois grandes coalitions.
Voyons voir s'il avait vu juste, ou si tous les camps, unanimement, préféreront jouer quitte ou double jusqu'au bout :!:
Oh mais ouais, exact, et du coup je comprends mieux ton "GoT" précédent... Y'a des tas de pions isolés charismatiques qui avancent en solo sur l'énorme échiquier global qu'est Calfirũ, de quoi foutre un bon gros b*rdel. D'ailleurs, dans ma liste j'avais oublié Barta tiens. :mrgreen:

Merci et je te souhaite une agréable découverte de Calfirû format PDF au C34 !
En ce qui me concerne, et je sais que je ne suis pas le seul à faire ça, j'ai tendance à copier les chapitres de fic que je lis et à les coller sur Word, puis à arranger moi-même la mise en forme, avant d'appuyer sur le bouton "mode lecture" c'est toujours agréable comme... mode de lecture, mais parfois j'ai carrément la flemme de faire tout ce rituel et je lis directement sur le forum :lol:
Ah ouais, intéressant, j'aurais jamais pensé à faire ça mais à tester (pas avec ta fic du coup, à moins que tes versions PDF soient dégueulasses :oops: ).

Merci encore pour ce supâ com! *0*
Merci encore pour ce supâ chapitre.
Image
Avatar de l’utilisateur
Kurama_Senju
 
Messages: 707
Inscription: Mar Août 02, 2016 8:28

Re: Calfirũ

Messagepar Tonay le Ven Nov 17, 2017 17:50

Retour tardif, pour changer.... x)

Comment dire... c'est un chapitre génial comme toujours mais même génial n'est pas assez fort pour le décrire. C'était diablement cool. Tout était cool, principalement les retournements de situation à n'en plus finir. Niiiiiice d'un bout à l'autre.
Tu as fait de sacré c-c-c-c-combo de références, mais ça, on a l'habitude.

Sinon j'avais vu juste ! :D Pour le tsunami qui tombe du ciel, j'avais songé à la pluie surtout avec l'information selon laquelle les vaisseaux ne pouvait l'esquiver. Je ne savait juste pas de quoi les gouttes seraient composées mais maintenant que je le sais, c'est bien bien pire qu'une pluie acide.

J'aime ce que tu as fait avec chaque personnage et aussi comment tu les a si bien traité au point de me les faire tous apprécier. Beau travail, vraiment.
Je dois avouer que l'image d'un Gero trainé à l'arrière d'une voiture m'a bien fait rire, et ce malgré moi...

Pour ce qui est des musiques, elles sont toutes bien, certaines que je connaissais déjà, d'autres que je vais te piquer. Néanmoins, elles sont un peu trop nombreuses, ce qui nuit à leur impact.

Bref, c'est toujours aussi génialement cool mais je en me sens pas de faire un commentaire gigantesque en reprenant point par point ce gros chapitre alors je vais me contenter de dire, à nouveau, que c'était super :D

Vivement la suite :)

Ps : Je savais qu'on aurait des démons du froid, pour le coup, je les ai bien attendu :D
Survivants
Et si trois autres saiyans avaient survécu à la destruction de la planète Vegeta ?

One Shot
Un mage un peu excentrique. Un Kaïo. Un métis saïyan. Un démon. Un démon du froid. Qui doivent sauver l'univers dans une guerre épique. Qu'ajouter de plus ?
Avatar de l’utilisateur
Tonay
 
Messages: 740
Inscription: Mar Oct 11, 2011 11:25
Localisation: De retour sur Kaurava.

Re: Calfirũ

Messagepar omurah le Lun Jan 22, 2018 23:06

Bon...

J'ai aucune idée de si Calfirũ a encore des lecteurs après tout ce temps sans rien poster lol

Loin des yeux loin du coeur comme on dit...

Well, je suppose que j'ai encore mes 3 gars sûrs :P

@Kurama
Spoiler
Kurama_Senju a écrit:Ca va, y'a pire comme épreuve. :lol:

Vous êtes les survivants de l'Enfer du chapitre 33 ! (promis, y'aura jamais de chapitre à 10k mots, enfin, en théorie :lol:)

Kurama_Senju a écrit:Oui mais comme d'hab, sauf que là, contrairement à d'habitude quand je lis une fic, j'aurais vraiment eu du mal à m'arrêter au milieu sans poursuivre... Donc le moins qu'on puisse dire, c'est que je ne me suis pas ennuyé ouais. :P

Espérons qu'il en soit de même pour le prochain ! Et si c'est pas le cas, j'essaierai de me rattraper à celui d'après :oops:

Kurama_Senju a écrit:La disparition de Guldo est celui qui m'a le moins marqué, peut-être parce que ce personnage ne m'a jamais trop intéressé dans DBZ

Tout pareil, ce personnage ne me disait pas grand-chose, mais ça, c'était avant que je lise Dragon Ball Timeline : Végéta ! (que je ne saurais trop conseiller)

Kurama_Senju a écrit:par contre pour le reste, t'as cité exactement les meilleurs passages de ta fic à mes yeux. 8-)

J'essaye (je dis bien "essaye" :mrgreen:) toujours de glisser au moins un "mini passage-clé", à chaque chapitre, mais forcément il y a des passages qui ont vocation à se démarquer plus que d'autres :3

Kurama_Senju a écrit:Oh mais ouais, exact, et du coup je comprends mieux ton "GoT" précédent... Y'a des tas de pions isolés charismatiques qui avancent en solo

Il y a de ça anéfé ! :mrgreen:
Et aussi le fait que le cortège de Freeza est composé de parents à lui, or les membres de la race de Freeza ont la peau relativement blanche, et comme en l'occurence ils sont tous en train de marcher, ça en fait des... marcheurs blancs ;)

Thanks again !!


@Tonay
Spoiler
Bon, dommage pour mes quelques autres lecteurs d'un autre site, mais ce commentaire signé Tonay m'a mis une Hype sale et du coup je vais devoir investir plus de temps de cerveau disponible dans Calfirû au détriment de mes autres prods.

Dat com !
Ok, ton commentaire m'a vraiment mis la Hype,
Surtout (mais pas seulement) pour ta remarque sur les personnages, qui va vraiment droit au cœur :cry:
Et toujours cette pertinente qui te caractérise, concernant cette fois ta remarque sur les musiques excessives, je ne peux qu'être d'accord, je vois parfaitement ce que tu veux dire, bon pour les quelques prochains chaps c'est un peu mort car les musiques sont déjà prêtes et vu que tout a été étudié pour coller au plus près au texte ça va être difficile de remettre tout ça en chantier, mais je vais essayer de rectifier le tir à partir des chapitres ultérieurs à ces chapitres déjà configurés musicalement ;)
D'ailleurs si la première musique du prochain chap te dérange à cause des paroles qui distraient de la lecture, n'hésite pas à la sauter pour passer directement à celle d'après, le chapitre a été pensé dans sa synchro musicale pour aussi fonctionner sans la première musique ;))

Un gros merci mec


************************************************************************************************************************************************

Chapitre 34 version PDF

************************************************************************************************************************************************


34



Voiturade






Empereur y es-tu ?

Oui.

D'où viens-tu ?

Château-fantôme.

Où vas-tu ?

Lomekatt.

Par quelle voie, quel chemin ?

Ouroboros.


Image



Le cortège tamponné GN routait moteur ronflant, passant mers et monts et merveilles cauchemardesques.
Dans l'une des voitures —celle en tête de file—, s'ensardinaient six membres de la team Z et deux invités surprise.

Direction le désert –pas si désert– d'Ouroboros.


Le namek des six tenait lieu de conducteur, pour avoir jadis passé le permis en même temps que Son Gokū, surtout pour avoir eu —contrairement à ce dernier—, la mauvaise idée de réussir l'examen, se condamnant par là même à devenir the chauffeur de service. Tout le monde sait, pourtant, qu'il ne faut jamais être le seul d'une bande donnée à avoir le permis. Jamais.
Nappa se devinait particulièrement dispensable dans la voiture, stature herculéenne oblige, qui étouffait ces messieurs à l'arrière. À l'exception de Végéta, lui ne saurait être importuné puisque campé sur le toit du véhicule. En tailleur, bras croisés.
Et si le prince s'en fut monter le toit, c'est bien qu'il se savait persona non grata, au sein de l'habitacle. Déjà que sa simple présence dessus la cime de l'auto suffit à convaincre la moitié des occupants du véhicule en question de migrer vers l'autre berlyne en queue de file. Le mépris envers le prince n'avait d'égal que la peur inspirée et en cela, il s'apparentait à C-17 qui —n'en déplaise— n'avait, pour son compte, jamais pris la peine de sortir du véhicule. Il dormait aux droites de Nappa et Gohan, écouteurs aux oreilles, tige de blé au bec.
La seule fois, finalement, où le beau-frère de Krilin daigna ouvrir les yeux, disons un œil, fut pour jeter le même œil au compartiment ouvert réservé aux pédales, sachant que Piccolo —comme beaucoup—, eut fini par prendre l'habitude de se déchausser par souci de confort sinon en vue d'améliorer l'adhérence des pieds à l'accélérateur et autres pédales d'embrayage.
L'apparence des pieds de Piccolo ibn Daimaō, justement, voilà qui alors poussa C-17 à écarter les paupières, une fois, le meuporg n'alla pas au bout de laquelle quête, préférant tout bien posé conserver le mystère, ou s'épargner un traumatisme (Piccolo en chaussettes!).

La suite de berlynes noires traversait un très large sentier aride, sur un tapis de feuilles mortes longeant la friche inhospitalière et mal ponctuée —dirait-on une phrase beaucoup trop longue— car si peu d'habitats, eux en pierre décrépie ; et ceinturée aux deux flancs par cette allée de glycines formant quelque interminable, olympien, opaque tunnel mauve composé d'arbres têtes bèches, ainsi prosternés par la seule force du vent d'apocalypse qui sifflait toujours aussi sinistrement, et charriait —sur des kilomètres à la ronde— une apparente odeur d'encens dont l'immense feu de forêt découpé dans l'arrière-cour du château-fantôme plus loin devant, semblait être le fourneau. Les gens dudit château avaient dû immoler plus d'une trentaine de kodarticaceae odoranta, ces arbres qui si mis à feu et à sève, donnaient cette fragrance auguste toute particulière.
Encore un effet de mise en scène supposé aggraver la que trop solennelle marche de l'Empereur.

Piccolo remonta les vitres de la voiture, histoire d'épargner à son petit monde l'odeur qui se voulait impressionnante, et les hurlements trop décourageants d'un vent chargé de Ki, celui incroyablement vicié et lacérant du réputé C-0, et son cortège de marcheurs, congénères dits démons du froid, dits nihiliens.
Bientôt, le bruit d'une moto se fit entendre. Et quelques instants de suite après, Chaoz et Tenshinhan ralliaient l'avant-garde du cortège de berlynes, à bord de leur Harley Halliday tantôt réquisitionnée.


Image



Ce n'était-là qu'un clone de Tenshinhan ; mais c'était bien là le véritable Chaoz, le seul, l'unique, lui-même ; qui fut radié de la GN pour un scandale médiatique de frais de maquillage à 26000 zenis.
D'ailleurs et à en voir l'affublement du Tenshinhan ci-présent, Chaoz commençait à avoir une, sinon mauvaise, en tout cas certaine influence sur lui.

Le nain au fond de teint blanc excessif toqua contre la vitre côté conducteur, lui vert de carnation.

— Je peux monter avec vous ? souffla Chaoz.

Et Piccolo Jr. s'arrêta de rouler.

Tchappah, chauffeur de la voiture en queue de file, passa alors devant, aussitôt suivi par Tenshinhan au volant de la Harley.

Junior s'apprêta à redémarrer de suite après avoir embarqué Chaoz, quand Végéta l'interrompit sautant du toit, pour sitôt trotter vers les fourrés un peu plus loin, au dos du régiment d'arbres versant ouest.

— J'ai envie de pisser, je reviens tout de suite, annonça le prince, s'éloignant.

— Moi aussi, souffla timidement Gohan, levant la main à l'arrière du véhicule, intérieur crème.


Piccolo considéra le métis d'un regard grave, puis lui fit signe de filer, d'un mouvement de tête.

— Moi aussi…, osa alors Krilin, levant la main à son tour, sans grande conviction que la troisième puisse jamais être la bonne.

Piccolo soupira, et accorda une nouvelle autorisation.

Krilin tout ravi décampa sans demander son reste.

— Nappa, tu as envie de pisser toi aussi, viens, lança alors Végéta depuis le lointain.

— Non, j'ai pas particulièrement envie de pisser, moi.

— Si. Tu as envie.

Ce qui sonnait au départ comme une invitation… résonna comme un ordre.

— Qu'il aille se faire mettre, j'ai pas envie de pisser, murmura Nappa.

— Tu ne veux pas l'accompagner ? se tourna Gokū, depuis le siège passager tout à l'avant.

— Non. À tous les coups il veut causer du fait qu'il m'ait tué il y a quelques années. Juste après le moment où tu m'as cassé la gueule en Kaiôken. Tu te souviens ? Je suis sûr qu'il ne s'attendait pas à me voir vivant avec vous dans la voiture.

— Eh bien, pourquoi ne pas aller tout de suite en parler avec lui dans ce cas ? Ça vous permettra de mettre les œufs à plat et d'arrondir les mangues.

— Il n'y a rien à dire. Il a essayé de me tuer ce jour-là. Fin de l'histoire, grogna le colosse, dans sa moustache.

— Euh… Bon…, céda Gokū, revenant face à lui-même. Bon. Au moins, Végéta aura l'occasion de discuter avec Krilin et Gohan. Ils ont aussi des comptes en cieux datant du même jour. D'ailleurs ça m'étonne que Végéta n'ait toujours pas demandé après C-18. Elle aussi, il avait un compte en cieux avec, si je ne m'amuse…


Piccolo et son air pressé n'écoutaient pas, tout à leur guet du retour de ces messieurs, les trois autres incontinents.

— Ah d'ailleurs, eh beh dis-moi donc Piccolo, 'faut qu'on parle toi et moi ! héla, tout soudain, le Gokū. J'ai une mauvaise nouvelle, une très mauvaise même.
Tout à l'heure, j'ai eu Kaiô au téléphone. Je lui ai demandé de venir s'occuper vite fait de C-0, si ce dernier s'avère trop fort pour nous, et il a dit qu'il avait poney ce soir. Il ne sera libre que demain à pareille heure.


Toutes les mines se renfrognèrent.

Tous ou presque, comptaient sur le roi Kaiô, pour assurer les arrières.

— Du coup je me suis dit, poursuivit Son. C'est pas tellement perdu. Suffit de tuer le temps d'ici à l'arrivée de Kaiô. En tenant surtout compte du temps qu'il lui faudra pour arriver ici, sachant qu'il part du GBOP de Lomekatt mais ne se déplace qu'avec sa voiturette qui va moins vite qu'un escargot aux pneus crevés, sans ironie. Autrement dit : suffit qu'on tienne 24 heures contre C-0. C'est tout. Tu penses que c'est jouable si on se relaie senzu à l'appui ?

Aucune réponse.

Et encore, que Gokū n'avait-il pas, à dessein d'éprouver la volonté de Piccolo et des autres, trop minoré le temps à tenir.
Au constat que personne n'était déjà chaud pour un combat de 24 heures, le saiya-jin révéla finalement qu'il était même plutôt question de 72.

— Il a dit poney ce soir. Et piscine demain… et abdos-fessiers après-demain… Bon entre nous, c'est déjà un miracle qu'il ait décroché. Merci l'appel masqué. Après, je ne sais pas ce qu'on perd. Personne n'a jamais vu Kaîo se battre, à ma connaissance…
Mais ! Et j'en viens à ce qui m'intrigue. Il semblait laisser entendre qu'on n'avait pas besoin de lui car tu allais régler le problème à toi seul. En fait, il semblait même dire que tu es plus fort que moi ! sourit Gokū, sur un ton presque défiant. Ça date de quand ça ? eut-il le temps d'ajouter avant d'être interrompu par un nouvel et énième appel de Yamcha.


Le namek grommela.
Il n'y en avait que pour Gokū.
L'ex-mazokū aussi avait un téléphone, alors pourquoi les appels importants ne passaient jamais par lui ?
Et non, Tom, le journaliste-interviewer, doublé d'un fanboy qui envoyait des SMS compulsifs à toute la team Z depuis la voiture de Tchappah, ne comptait pas comme important.
Les mauvaises langues diront d'ailleurs de Piccolo qu'il eut passé le permis pour se donner l'importance qu'on lui refusait téléphoniquement.

Du reste, Nappa vit que Chaoz empruntait à un C-17 encore à moitié endormi… l'un des deux écouteurs, à fin de se le glisser dans l'oreille. Sieur cireux de teint dégaina alors le téléphone dont il était si fier, un PonzuPok21, qu'il n'utilisait jamais, sauf là maintenant pour jouer au paon et accessoirement jouer à Sugar Splash le temps que le cortège de berlynes noires et rouges débarquât au pied de l'autoproclamé Empereur, alias C-0.
Nappa hésita entre révéler à Chaoz qu'ils avaient 3 ans de retard —lui et son PonzuPok21—, et faire remarquer au même nain que l'heure était assez grave pour s'empêcher de jouer sur téléphone, de s'abandonner par ailleurs à de la musique meuporg douteuse.

Trois minutes plus tard, la voiture redémarrait enfin.

Végéta, de nouveau, s'en fut sur le toit, sans faire de vagues.

En outre —et en réalité—, Krilin jamais n'eut eu envie de se vider la vessie. Comprendre qu'il se démerda au retour du bois pour s'établir à l'endroit du siège arrière le plus à gauche, évitant par là même de s'en revenir jouer des épaules et des coudes avec Nappa et C-17, deux énergumènes à ne pas trop tutoyer des épaules et des coudes il faut dire, entre un taulard multirécidiviste et un gardien de prison aux méthodes si peu orthodoxes…

Qui taulard et qui maton ?

Mais les deux.

Nappa et C-17 auront été des deux côtés de la rivière, et d'ailleurs, ils s'étaient rencontrés comme cela, l'un gardien de l'autre, puis l'autre gardien de l'un quelques mois plus tard par quelque ironie du sort.

— Chaoz, Yamcha vient de me dire pour #19 et votre tentative ratée de le soulever, se tourna Gokū, sur un air grave. Toi aussi Krilin. Tous les deux, vous ne devriez pas être là. Vous êtes toujours sur la liste noi…

— Vous n'y êtes pas, s'empressa Krilin, gêné dans ses entournures. Je veux dire… vous, vous n'y êtes pas, précisa le bonze dégarni. Je veux dire, sur la liste du géant.
Et vous n'y serez jamais, ne vous inquiétez pas, ce n'est pas contagieux. Incurable, selon le MG4, mais pas contagieux.

— …

— N'y pense même pas. Gokū.
Sinon, Chaoz et moi, on s'est rendu compte que #19 avait changé de stratégie et n'allait plus me “tirer” dessus tant qu'il n'en aurait pas fini avec Chaoz. Or la technique qu'il utilise contre Chaoz se limite à Chaoz, contrairement à moi où les gros dégâts de zone sont là inévitables. Autrement dit : tant que Chaoz est vivant, vous, vous ne risquez rien sur le papier.

— Et si Chaoz meurt ? Et on aura tous parfaitement compris, malgré ton enfumage, que ce n'est plus qu'une question de temps, expectora Piccolo entre deux changements de vitesse.

— Si Chaoz meurt je m'en vais. Mieux encore : je passe en mode bombe-humaine et je me glisse chez l'ennemi, rassura Krilin, mais il ne rassura que Piccolo, Gokū lui s'inquiétait, précédant toute autre considération, pour ses deux amis de petite taille, et cherchait Krilin du regard (l'autre étant sur le téléphone) sans trouver les mots.
Chaoz ne mourra pas si vite de toute façon, car il n'est qu'en 3e position de la liste, #19 a d'autres cibles avant lui, dont le ministre Zâbon. Alors espérons que monsieur le ministre des affaires étrangères tienne le coup le plus longtemps possible, de son côté.

— Il y a une manière pour vous, de rallonger artificiellement votre nouvelle espérance de vie, intima Piccolo. Vous êtes certes condamnés, mais vous pouvez passer d'une espérance de vie de quelques jours à une espérance de vie de quelques semaines. Il suffit pour ce faire d'ajouter des noms sur la liste noire, puis d'espérer que ces noms passent en priorité et fassent reculer votre position sur la même liste. En injectant beaucoup de noms, ou des noms importants, il serait même possible de passer à une espérance de vie de plusieurs mois, voire plusieurs années.

— Huuh ? Tu veux ajouter ton nom ? taquina Krilin, sur le ton de l'incrédulité.



Image



— Ce que j'essaye de t'expliquer, c'est que je pense que Kiwi a aussi son nom sur la liste, et qu'il a justement appliqué sur vous, la stratégie que je viens d'expliciter. Pour faire reculer son propre nom.

— …
Je n'y avais pas pensé…, réalisa l'ex-disciple du temple d'Ōrin, fuyant le regard inquiet de Gokū, fuyant surtout la déduction qu'il sentait déjà poindre en Gohan, à l'esprit bien échauffé par les quelques exercices de maths que l'enfant terrassait une heure plus tôt à peine.

— Qui est actuellement en première position de la liste ? cru effectivement comprendre le jeune métis, espérant très fort se tromper.

— S… Shen, vendit enfin Krilin dans un murmure mal assuré.

— …

— Ah. C'est pour ça… la bougie que tu n'arrêtes pas de tenir dans la main, déduisit alors Piccolo, dans un crachat au dehors. Si la flamme s'éteint, tu sauras que Shen est mort, et que Zâbon est donc le prochain sur la liste.
Puis Chaozū.
Puis toi.
Tss.

— …

— Et toi Chaozū, qu'est-ce qu'il fait Ten Shin Han ? s'enquit le namek, qui fixait le nain en question, dans le rétroviseur interne à la voiture.

Chaoz répondit sans lever le nez de son téléphone.

— Il arrive. Il est allé chercher des armes à lui, mais comme ça prend du temps, il m'a dit de revenir vers vous avec un clone qui pourrait être utile au combat, ou pour ce que vous déciderez.

— Et sinon, tu te fous de la gueule de qui exactement, à jouer avec ton téléphone ?

— …


Chaoz ne répliqua pas. Piccolo n'insista pas non plus. Il n'était pas d'assez mauvaise humeur pour ça.
Gokū fut premier à tenter de détendre l'atmosphère. Sur sa maladresse habituelle.

— Hey, Krilin, pourquoi tu as fui la place à côté de Nappa ?

— P… pourquoi tu dis ça ? murmura un Krilin tout rouge, qui se gratta la joue dans un rire nerveux.

— Mais de quoi tu as peur ? Tu es plus fort que lui voyons ! surenchérit Gokū.

— Ha… hahah… haha… tu crois ça ? s'entendit bégayer le sans nez, bien roulé par ailleurs, dans sa tenue orange. Tu sais, en prison, il a probablement appris à faire fluctuer son énergie, histoire de laisser planer un doute salutaire sur sa puissance maximale. Donc ce que tu sens actuellement de lui ne veut p…

— Et alors ? S'il a appris à contrôler son énergie, ça ne lui fait jamais plus que 3 ou 4 ans de retard sur toi en la matière, enfonça ingénument Gokū, dont on ne saurait plus trop dire s'il essayait d'encourager son meilleur ami ou de mettre des coups d'épaule espiègles à Nappa, dans le but de pousser ce dernier à cracher le morceau quant à sa puissance réelle.


Nappa prit la chose avec le rire.

— Je ne sais pas s'il a appris à contrôler son énergie, mais une chose est sûre, il n'a pas appris à sentir les énergies, sinon notre… ami, ne serait pas en train de rire, souffla Tortue-Géniale, depuis le spacieux coffre de la berlyne, qu'il occupait, s'épargnant le manque de place à l'avant. Je ne vous vois pas de là où je suis, mais rien qu'à entendre vos timbres de voix respectifs, je peux dire qu'il n'y a guère que Piccolo –ici– qui ait compris la puissance de C-0.
Krilin, Gohan, Gokū, ça m'étonne de vous trois… que vous n'ayez même pas pris la peine de mesurer sa force.


Krilin et Gohan ne comprirent pas.


Quoi encore ? La force potentielle du présumé C-0 ne se hissait-elle pas à 110k unités tout rond comme en témoignaient les scouters Impériaux ? D'ailleurs Nappa, lui-même soufflé par les propos de Tortue-Géniale, vérifia via détecteur, et confirma le chiffre questionné.

— Ce chiffre est bidon, objecta Muten Roshi. Si vous aviez pris la peine, comme Piccolo, de vérifier par vous-mêmes le niveau de C-0 et sa cohorte, vous auriez su que le chiffre est trafiqué je ne sais comment. D'ailleurs le chiffre rond, trop rond, aurait dû vous intriguer.

Le bonze et le métis vérifièrent empiriquement, effectivement.



Et alors, on ne les entendit plus du tout.


De tout le trajet.


...

— Non attendez…
Toutes les énergies du cortège du mal sont entremêlées. Il y a des meuporgs qui savent faire ça. Ils doivent en avoir un avec eux. Ils l'ont fait exprès. Vu qu'ils sont au moins 60, vous n'avez aucun moyen de savoir quelle est la puissance individuelle de C-0. Ce que vous sentez, c'est la puissance de 60 personnes réunies. Peut-être que C-0 pèse pour la moitié de cette puissance, dans ce cas, effectivement il y aurait de quoi paniquer. Mais peut-être qu'il ne pèse que pour 1/10e voire 1/20e. On doit s'approcher plus près pour avoir des chiffres plus précis. Quand on sera à moins de 100 mètres, je vous renseignerai sans faute, promis Nappa.


Gokū tourna la tête vers son fils, et le regarda longuement, puis sourit d'un sourire comme seul Gokū savait en faire. Décidément, résolument, Gohan ne comprit pas pourquoi son père le fixait et lui souriait tout d'un coup, comme ça, sans raison.
Le grand, le vaillant Son Gokū, se détourna ensuite pour regarder droit devant lui, d'un air moins grave qu'amusé.

— Alors si je comprends bien, tu n'as toujours pas pris la peine de ressentir la puissance de C-0 ? souffla Piccolo, regard rivé sur la route.

— Pas plus que je n'ai essayé de sentir celle de Végéta, confirma Gokū, sur un sourire persistant jurant avec son regard désormais sérieux, mais posé.

— Tu ne veux pas savoir à quel point Végéta a progressé depuis votre dernière rencontre ?

— Je garde la surprise.

— Alors tu n'es pas au bout de tes surprises, ricana cruellement Piccolo.

“Je vois… Gokū, tu ne souris que quand tu sais que quelqu'un te regarde, n'est-ce pas ?” percuta enfin le doyen, loin derrière ses lunettes. “Alors merci. Merci à toi…… Merci pour le martyr.
Par contre, le coup du
arrondir les mangues et autres si je ne m'amuse, tu aurais pu éviter, c'était trop gros pour être crédible… huhu…”

— Maître, si vous avez senti…

— Deviné, corrigea Tortue Géniale.

— Si vous avez deviné la puissance de C-0, ça veut dire que vous vous savez d'autant plus déclassé, alors comment se fait-il que vous soyez encore avec nous dans cette voiture ? s'enquit Gokū, sur le même ton avec lequel il eut provoqué Nappa, et Piccolo avant lui. Auriez-vous par hasard des arguments à faire valoir dans le combat à venir, des arguments dont je n'aurais pas encore entendu parler ? termina le père de Gohan, tout sourire et non moins intéressé. D'ailleurs à part Nappa et Umi Game, vous me devez tous 1 zeni symbolique. Je vous avais bien dit que la paix ne durerait pas éternellement et que Végéta ne serait pas notre tout dernier adversaire… et qu'un nouvel ennemi viendrait forcément après lui un jour ou l'autre pour menacer le monde ! Moi j'ai pris mes précautions, je me suis entraîné !

— Pour répondre à ta question, si tu parles de puissance brute, alors désolé de te décevoir, mais non, je n'ai pas particulièrement progressé à ce niveau-là, assura tranquillement l'ermite qui terminait son dîner dans le coffre, assis en tailleur, entouré de plats en plastique et autres bouteilles difficilement cassables. Mais ne t'inquiète pas pour moi petit Son, je n'ai pas l'intention d'être le maillon faible de l'histoire, ne put alors s'empêcher de sourire le maître des tortues, d'un sourire presque provoquant, sourire de vieux de la vieille, en tout cas ni jaune, ni menteur ni mal assuré. Si vous voulez débusquer le maillon faible, puisqu'il en faut un, regardez plutôt du côté du p'tit bonhomme ici qui a trouvé le moyen de claquer 10000 zenis le mois dans l'entretien de son unique cheveu, aux frais du contribuable.


Et Chaoz qui avait perçu l'allusion au fait qu'il était le meilleur candidat au poste de maillon faible ce soir, car il faudrait bien un maillon faible, sourit à son tour, simplement, d'un sourire éminent, éminemment réprobateur, en tout cas ni jaune ni menteur ni mal assuré.
Il n'en disait pas plus…

… mais n'en pensait, n'en taisait, pas moins.


Voilà donc Gokū, tout ravi de cette ambiance de provoc' bon enfant qu'il aura tant bien que mal réussi à instaurer dans la voiture. Rien de mieux pour apporter un peu de chaleur malgré le froid incarné dehors ! Seul Gohan finalement n'y prenait part, lui ne comprenait pas trop ce qu'il y avait de drôle, lui trop sage –et accessoirement trop choqué par la puissance du cortège composant la marche de l'Empereur– pour taquiner d'aucun au risque de froisser les égos sur un malentendu.
Tellement sage qu'il avait, et cela n'eut échappé à personne, porté ni les vêtements habituels de son père ni ceux de Piccolo, au risque de vexer l'un ou l'autre. Gohan ce soir portait les sobres vêtements de la GN. Bien qu'il n'en soit pas membre, il eut néanmoins reçu une tenue traditionnelle comme tous les enfants de tous les membres en avaient reçu symboliquement en un jour résolument cérémonieux dont Gohan aura déjà oublié jusqu'à l'objet.

Gokū sourit intérieurement de voir par quelle astuce son fils s'était finalement sorti de cette impasse vestimentaire. Le père n'aurait pas été vexé le moins du monde de voir le fils abhorrer l'uniforme de la tortue pour arborer les couleurs de Piccolo, n'empêche, Gokū fut curieux de voir comment Gohan allait bien pouvoir s'en sortir.
Piccolo lui n'affichait aucune émotion ni aucun commentaire. Et tout le monde se demandait ce qu'il pensait du geste impartial de Gohan, geste généreux diront certains, pas très risqué oseront d'autres.
À l'instant, le namek se contentait de fixer le jeune garçon au travers du rétroviseur interne.
Il le détaillait de la tête aux pieds, s'attardant sur l'austère tenue toute de relief ouvragé, flanquée du sceau de la GN —et trouée en quelques rares endroits—, et ces trous n'existaient pas avant la pause-pipi, c'est donc qu'ils furent causés à ce moment précis, certainement par quelques étincelles immortelles issues du feu de forêt pompeux qui s'émancipait au loin.
Piccolo remarqua aussi le sac de collégien que Gohan avait sur les genoux.

— Gohan, j'espère que tu as mis tes colères dans ton sac avant de venir, parce qu'on va en avoir besoin ce soir, cracha encore le namek, qui passa aussitôt la tête par la fenêtre de sa propre portière, lui définitivement interloqué par ce qu'il se passait, apparemment, un peu plus loin devant.

Ce sur quoi Végéta avait déjà les yeux, d'ailleurs.


__________________________________________________________________

Voiturade


Image
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 2721
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: Calfirũ

Messagepar Tonay le Jeu Jan 25, 2018 16:19

God, que c'était court !

Bon, le chapitre était particulièrement savoureux, j'ai toujours beaucoup aimé ces moments de discussions entre les membres d'une même équipe, ça développe le background de ladite équipe, des membres qui la compose et permet de mieux déceler leurs envies, caractère et intentions.
Le ton des personnages faisait très DBZ abriged de TFS (si tu connais, mais je suis persuadé que tu vois de quoi je parle) mais c'est pas plus mal, ce n'était clairement OOC.

J'en aurais voulu plus, mais c'était tout de même très bon, j'ajouterai d'ailleurs que j'ai dû saisir toutes les références, ou presque, pour une fois x)

Quant à la musique, elle était bonne, les paroles ne m'ont pas dérangées et le reste était cool. Néanmoins, pour un chapitre au ton plus comique qu'apocalyptique, les thèmes n'étaient pas totalement appropriés. Pour al dernière musique, notamment, une description, même furtive, de la horde qui approche en aurait parfaitement justifié le choix.

Bref, j'ai toujours autant hâte de voir la suite ! :)
Survivants
Et si trois autres saiyans avaient survécu à la destruction de la planète Vegeta ?

One Shot
Un mage un peu excentrique. Un Kaïo. Un métis saïyan. Un démon. Un démon du froid. Qui doivent sauver l'univers dans une guerre épique. Qu'ajouter de plus ?
Avatar de l’utilisateur
Tonay
 
Messages: 740
Inscription: Mar Oct 11, 2011 11:25
Localisation: De retour sur Kaurava.

Re: Calfirũ

Messagepar omurah le Ven Jan 26, 2018 18:55

Merci pour ce retour rapide ! :o

J'ai essayé de faire court cette fois, pour voir ce que ça donne, bon, ça a ses inconvénients et ses avantages :P
Allez, le prochain sera un peu plus long ! (en espérant qu'il ne le soit pas trop du coup, je me cherche encore un point d'équilibre :cry:)

Merci encore !

Pour les réf', ça m'étonnerait pas que tu les aies toutes ^^
T'as du flair
Tu suis l'actualité
Tu connais l'US
Tu connais DB
Tu connais HXH
...
Psartek, y'a moyen que t'ait tout choppé 8-)

Sinon, pour le fond du chap', t'as tout compris, c'était un petit tour de table à la cool, pour présenter l'équipe côté "gentils" ^^
Pour la musique, bon, j'ai tenté un truc, visiblement j'ai merdé, c'est pas grave, c'était un coup à tenter :mrgreen:
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 2721
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: Calfirũ

Messagepar broly97 le Sam Jan 27, 2018 5:24

Moi qui m'attendais à un chapitre d'une trentaine de page minimum après cette longue absence, je crois que c'est l'un de schapitres les moins longs que j'ai eu à lire dans cette fic (ou qui parrait moins long). Etonnant ! :shock: .

Bon pour mon avis, j'ai bien aimé ce chapitre qui met enfin en vedette les membres de la z-team. C'était super cool cette ambiance décontracté alors que la situation mondiale est ultra-mauvaise. On aurait dit que cette z-team est un savant mélange entre les membres de la brigade Fantome et les membres de l'équipe de Yoh Asakura de Shaman King. Ils savent qu'ils vont (aux mieux) avoir 95% de perte lors de la bataille, mais ils gardent la tête froide tout en restant lucide sur leur situation et en réfléchissant au meilleur moyen (ou au moins pire) pour se sortir de cette situation de merde :lol:. J'aime bien ce genre d eprotagonistes qui ne se font pas trop d'illusions sur l'issue de la bataille (ou plutôt sur le prix à payer pour la remportée) mais qui y vont en quand même, en mode " Wala ! Tranquille mec, il faut bien mourir un jour. Au fait la ganja que tu m'as fais fumer, c'est trop de la bonne. Tiens pour le coup, weed fait maison" :mrgreen:

Comme d'hab, et depuis quelques chapitres d'ailleurs, il y a des perles d'humours :

Spoiler
L'apparence des pieds de Piccolo ibn Daimaō, justement, voilà qui alors poussa C-17 à écarter les paupières, une fois, le meuporg n'alla pas au bout de laquelle quête, préférant tout bien posé conserver le mystère, ou s'épargner un traumatisme (Piccolo en chaussettes!).
:lol: :lol:

Eh bien, pourquoi ne pas aller tout de suite en parler avec lui dans ce cas ? Ça vous permettra de mettre les œufs à plat et d'arrondir les mangues.


Elle aussi, il avait un compte en cieux avec, si je ne m'amuse…

Normallement je ne suis pas fan du Goku couillon, mais l'ambiance général fait que ça passe.

PS : Le fait que Goku se trompe dans les mots pour les expressions, ce n'est pas une référence à Prof dans Blanche Neige ?

[color=#FF0000]Le grand, le vaillant Son Gokū, se détourna ensuite pour regarder droit devant lui, d'un air moins grave qu'amusé.


Tu t'es trompé, c'est : Le grand et le vaillant SANGOKU. Je sais, c'est dur de le remarquer mais pour moi c'est une faute grave :wink:


Et the best one (celui-ci, j'ai eu le plus grand mal à me retenir de rire devant tout le monde) :

Tout à l'heure, j'ai eu Kaiô au téléphone. Je lui ai demandé de venir s'occuper vite fait de C-0, si ce dernier s'avère trop fort pour nous, et il a dit qu'il avait poney ce soir. Il ne sera libre que demain à pareille heure.

Toutes les mines se renfrognèrent.

:lol: :lol: :lol: :lol:

Tous ou presque, comptaient sur le roi Kaiô, pour assurer les arrières.

— Du coup je me suis dit, poursuivit Son. C'est pas tellement perdu. Suffit de tuer le temps d'ici à l'arrivée de Kaiô. En tenant surtout compte du temps qu'il lui faudra pour arriver ici, sachant qu'il part du GBOP de Lomekatt mais ne se déplace qu'avec sa voiturette qui va moins vite qu'un escargot aux pneus crevés, sans ironie. Autrement dit : suffit qu'on tienne 24 heures contre C-0. C'est tout. Tu penses que c'est jouable si on se relaie senzu à l'appui ?

Aucune réponse.

:lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

Et encore, que Gokū n'avait-il pas, à dessein d'éprouver la volonté de Piccolo et des autres, trop minoré le temps à tenir.
Au constat que personne n'était déjà chaud pour un combat de 24 heures, le saiya-jin révéla finalement qu'il était même plutôt question de 72.

— Il a dit poney ce soir. Et piscine demain… et abdos-fessiers après-demain… Bon entre nous, c'est déjà un miracle qu'il ait décroché. Merci l'appel masqué. Après, je ne sais pas ce qu'on perd. Personne n'a jamais vu Kaîo se battre, à ma connaissance…

:lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:

Avatar de l’utilisateur
broly97
 
Messages: 850
Inscription: Mar Avr 10, 2012 19:48

PrécédentSuivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot], Twisted et 1 invité