[fic en duo] Cogito Gero Sum

Faîtes-nous partager votre fibre littéraire en écrivant votre propre histoire mettant en scène les personnages de Dragon Ball et, pourquoi pas, de nouveaux ! Seules les fanfictions textes figurent ici.

Toi, oui toi, vénéré lecteur, vénérée lectrice, ton avis global sur CGS nous intéresse !

3/10 ou moins
0
Aucun vote
4/10
0
Aucun vote
5/10
0
Aucun vote
6/10
0
Aucun vote
7/10
0
Aucun vote
8/10
0
Aucun vote
9/10
2
15%
10/10
2
15%
10/9
3
23%
Complètement WTF et j’ai détesté
0
Aucun vote
Complètement WTF et j’ai adoré
5
38%
Complètement WTF et je m’en ballec.
1
8%
 
Nombre total de votes : 13

Re: Cogito Gero Sum

Messagepar Tiguor le Lun Déc 28, 2015 23:44

Je vais faire court : j'ai beaucoup aimé ce début. C’est bien écrit, l’histoire est intéressante, le personnage de Winter est classe, bref, j'adhère.
Hâte de voir la suite et bonne continuation les gars :)
Jugement Dernier One Shot : Et si Goku Black rencontrait les Saiyens de l'Univers 6 dans le futur ?
Avatar de l’utilisateur
Tiguor
 
Messages: 1601
Inscription: Ven Juin 28, 2013 21:30

Re: Cogito Gero Sum

Messagepar omurah le Lun Déc 28, 2015 23:53

\o/ Thanks Tiguor !

La parution devrait être assez régulière normalement, vu que cette fic risque pas de faire péter le compteur de chapitres x)
(D'ailleurs là je suis en train de galérer sur un chapitre et j'ai le même problème que ce que tu disais sur le topic dépannage, a.k.a page blanche x peur de faire de la marde :lol: ......... :cry: )
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3095
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: Cogito Gero Sum

Messagepar Tiguor le Mar Déc 29, 2015 0:13

Bienvenue au club des habitués de la page blanche amigo xD
Tâchez de pas faire comme moi niveau parution par contre ^^
Jugement Dernier One Shot : Et si Goku Black rencontrait les Saiyens de l'Univers 6 dans le futur ?
Avatar de l’utilisateur
Tiguor
 
Messages: 1601
Inscription: Ven Juin 28, 2013 21:30

Re: Cogito Gero Sum

Messagepar Imate le Mar Déc 29, 2015 0:39

omurah a écrit:Ce commentaire du turfu en classe affaire.
Pour commencer, Merci beaucoup ! :mrgreen:


Spoiler
Je sais pas faire court quand je commente désolé :P

Yup, c’est un what-if ^^
Perso le genre que je préfère c’est les sequels. Je ne jurais que par ça. Et ButterflyAway m’a bien longtemps après fait accrocher complètement aux midquels, dernier genre auquel j’aurais cru pouvoir m’intéresser :p — et y’a ton histoire plus récemment, qui complète de me faire comprendre tout l’intérêt que ce genre peut avoir. Vient ensuite le What-if, qui me colle apparemment aux basques puisque je n’écris apparemment que ça XD ; sinon, pour l’inclinaison générale de l’histoire… il y a un petit indice dans le titre ;)


Je suis flatté que ma fic te fasse apprécier le genre préquel, j'en suis ravis^^ En tout cas, maintenant que tu me parles de l'indice dans le titre, c'est vrai que je n'avais pas bien saisi pourquoi cette citation latine (qui me rappel pas mal mes vieux cours des philo pour le coup^^), et je n'avais pas non plus vu la "faute" (volontaire nous l'aurons compris). Du coup, quand on sait ou cette faute se situe, et qu'on si on connait Dragon Ball, on doit forcément penser à la même chose^^

J’avoue comme Max que ton commentaire donne grave envie de spoiler. Mais je me retiens xD ; Mais merci beaucoup, c’est motivant à lire, et accessoirement tu as parfaitement cerné le personnage… jusqu’ici


De rien. Si j'ai si bien cerné le personnage, c'est qu'il est bien construit.

Wait & See :)
Yamcha ? Euh....
(omurah jette discrètement un œil au chapitre X où il troll Yamcha... et va chercher une gomme avant de se faire allumer)


Haha mon pauvre Yamcha est tellement incompris xD Je compte sur toi pour lui donner un beau rôle !

Merci encore pour ton commentaire, n’hésite pas à faire pleuvoir les critiques s’il t’en vient, Max adore avoir sa tranche de critiques pour le petit déj’. J’ai dû apposer mon veto (no joke) pour qu’il n’affiche pas en tout premier post « bashez-nous ».


De rien ! ;) Je ne manquerai pas de critiquer négativement si nécessaire, mais basher ce n'est pas mon genre, le but n'est pas de démotiver l'auteur mais de lui faire voir ses erreurs^^
Dernière édition par Imate le Mar Déc 29, 2015 19:14, édité 1 fois.
« Un Général...ne doit jamais faillir à son devoir »

Image
(Portrait de Danmarine par Kouki)
Dragon Ball Extended Universe : Les Chroniques d'une Guerre
(statut : en cours ; 31 chapitres publiés ; chapitre 32 en cours d'écriture)
Avatar de l’utilisateur
Imate
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 2428
Inscription: Ven Sep 04, 2015 0:23
Localisation: Amiens, Somme, Picardie

Re: Cogito Gero Sum

Messagepar Paulemile le Mar Déc 29, 2015 18:48

Eh bah !
Le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est intéressant.
Le style d'écriture est très original je trouve. A la fois très recherché et alternant sans cesse entre le sérieux et la dérision. Très déroutant mais appréciable au moins pour l'instant.
J'aime beaucoup lorsque les idées de la Toei sont reprises et refondues pour intégrer une fic. Ton Gold Winter est l'une de ces bonnes idées.

Le titre de la fic est génial aussi :lol: Et ça présage du bon avec du Gero en mode créateur frénétique de cyborgs et tout et tout.

Enfin je ne sais pas encore à quel moment de l'histoire se situe la fic mais j'imagine que c'est environ à peu près à la mort de Cold et Freezer sur Terre.

Voilà, moi je vais suivre cette fic et essayer de faire des commentaires aussi cool que les tiens sur la mienne 8-)
Avatar de l’utilisateur
Paulemile
 
Messages: 2026
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:50

Re: Cogito Gero Sum

Messagepar Cavaren le Mer Déc 30, 2015 15:00

Ce premier chapitre est super, Winter pète la classe même si à un moment j'ai eu une mini déception ^^ :

J'imaginais Winter avec une aura divine, surpuissant etc ce qui lui donnait un coté un peu spécial puis "Êtes-vous devenu un être divin ou quelque chose comme ça ?" "Non. Du tout."
"Je reprendrai bientôt mon teint normal." :cry: Même si sa réplique est bien "le Super Sayen non plus, n’a rien d’un Dieu…"

Certains pensent que cette fiction va être accès sur l'humour personnellement même s'l y en a, je la trouve plutôt sérieuse. Je pense qu'elle se déroule période cyborg à cause du nom de Gero dans le titre et qu'elle aura une partie psychologique sur l'un des personnages car "Cogito ergo sum" donc l'un des personnages Winter/cyborg aura probablement un ou des passage(s) psychologique(s). Ou alors c'est juste pour en rajouter sur la sagesse de Winter. Peut être même que Winter deviendra un cyborg.

J'imagine bien une sorte de Gero survit à la trahison des cyborgs et rejoint Winter, ce dernier a un niveau supérieur aux cyborgs mais il est moins fort que Cell, il ce fait cybernétisé et résiste à Cell.
Même si je pars loin là ^^ et ce que je viens d'écrire ne se passera probablement jamais.

Le style d'écriture et génial, très agréable à lire et je ne doute pas du superbe scénario à venir . En tout cas bonne chance pour la suite, pour le moment c'est excellent ! :D
Internet, une création de génie !
Avatar de l’utilisateur
Cavaren
 
Messages: 688
Inscription: Sam Avr 18, 2015 18:54
Localisation: Dans ma fanfiction.

Re: Cogito Gero Sum

Messagepar omurah le Dim Jan 03, 2016 2:39

@ Tigloup
Spoiler
Tiguor a écrit:Tâchez de pas faire comme moi niveau parution par contre ^^


95% de la fic est déjà écrite, et vu qu’elle est assez courte, y’a pas grand honneur de notre côté à tenir un certain rythme =p. Risque même d’y avoir petite accélération. Au passage je me suis rendu compte d’un truc et je sais pas si ça peut t’aider, j’en parlais d’ailleurs avec Max, par rapport au syndrome de “je vais faire de la merde” ou de “la malédiction de la page blanche”. Avant chaque chapitre devant la page blanche je galère une bonne trentaine de minutes sur les 200 premiers mots, mais une fois que la machine est lancée… j’arrive à atteindre 2000 mots en moins d’une 1heure 30 (si y’a rien de trop intéressant à la tv), le calcul est vite fait. Du coup je sais pas si ça peut te servir mais essaye de te forcer à passer le cap des 200 premiers mots avec comme fil conducteur une seule idée, une idée introductive, une idée de mise en scène, mais un truc tout simple quoi. Puis le feu devrait faire le reste. En tout cas ça marche avec moi ^^ ; et sinon t’as la best motivational quote ever made from chan by Niic (que j’ai retenue dans un coin tellement elle m’avait frappé, simple et pourtant percutante) :

« Dans tous les cas ce sera de la merde, alors autant pas te prendre la tête »
Niic 2015.
Ce genre de phrases mine de rien permet de faire tomber la pression. Un peu comme le « autant tenter un salto avant d’échouer au pied du mur » d’Orelsan.


Imate a écrit:Du coup, quand on sait ou cette faute se situe, et qu'on si on connait Dragon Ball, on doit forcément penser à la même chose ^^

Réponse dans le prochain chapitre qui arrive incessamment sous peu :3

@ Paulemile
Merci beaucoup pour ton commentaire très sympa Paulemile ! En plus de nous donner le sourire ça permet de savoir qu’on fait pas totalement de la merde non plus xD ; Et je suis ravi que le style te paraisse fluide, c’est pas mal de boulot derrière ^^ pour la période Cavaren et toi vous chauffez ^^

@ Cavaren
Faut savoir que dans mes réponses je ne dis pas tout de peur de spoiler. Par exemple je n'ai pas complètement répondu à Imate, parce qu'il a mis le doigt sur des trucs ^^ ; à toi aussi je répondrai de manière évasive, parce que toi aussi tu mets des doigts sur des trucs à l'occasion =p et ton analyse est très intéressante ^^ ; idem pour Kouki et Bushido, j'ai répondu en esquivant =p
Merci pour ton commentaire en tout cas, j'espère que la suite ne te décevras pas ;)
Image
Avatar de l’utilisateur
omurah
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 3095
Inscription: Dim Fév 24, 2013 0:20
Localisation: Dans le même bateau que toi...

Re: Cogito Gero Sum

Messagepar Max le Dim Jan 03, 2016 2:41

Bon...Soir....Jour ?

Bonne nuit à tous, nous sommes dimanche et je suis ici pour vous livrer le chapitre 2 de cette fic co-écrite. A noter que l'auteur de la publication n'est / ce sera pas toujours celui du chapitre. Vous pourrez essayer de deviner qui a écrit quoi en commentaire, même si on doute du taut de réussite.
Avant de commencer, je vous montre le magnifique fanart de Abysse. Nous le remercions encore !

Image


Chapitre 2 : Café-clope


Les ténèbres et la Lune se bousculaient dans la chambre du vieux retraité en chaussons. L’astre massif s’y invitant à grand-peine ; campant sur une flaque de jus d’orange négligée… car désespérante ; partageant même cette dernière avec les reflets des multiples écrans pendant au bout d’une espèce de structure arachnoïde métallique. Écrans qui scintillaient sans bruit.

Il avait un casque sur la tête. Et un paquet de chips à la main.

Ecran 1 : le journal TV, une liste de criminels interpellés.
Il prit une chips, et la mangea.

Ecran 2 : Le foot.
Il jetait quelques coups d’œil, parfois, au niveau du score. Il avait coupé le son de cet écran-là.

Ecran 3 : La défaite de Cell.
La vidéo passait en boucle. Il en avait décomposé… parcœurisé chaque séquence. Cet écran-là… portait la marque d’un coup de poing impulsif. Et quelques traces de griffures.

Ecran 4 : L’absorption des cyborgs.

Ecran 5 : un montage des défaites respectives de C-19 et C-20.
Il fixa un instant le visage de C-20… et y remarqua une ride grossière.
Instinctivement, il porta une main au même endroit, sur son propre visage…

Ecran 6 : la transformation de Gohan.
Il prit une gorgée de jus d’orange… et détourna son visage de cet écran. Cette séquence-là aussi… il l’a connaissait par cœur et s’était arraché plus d’un cheveu dessus. Déjà qu’il n’en avait plus beaucoup…

Ecran 7 : La destruction du labo.
Son labo. Un grommellement s’échappa de son épaisse moustache.
Il prit une nouvelle chips et la porta à sa bouche dans un craquement cette fois acide.

Ecran 8 : …
Eh merde.

Hiéronimus Gero se leva sèchement, renversant sa chaise sur la flaque qui gisait pitoyablement à sa gauche. Il prit la direction de la cuisine, pour se faire un peu de café. Si tant est que son fils — l’astre de ses vieux jours — n’avait pas caché la boite de précieux pour la remplacer par un pot de chocolat soluble à la con….

En sortant, il débrancha l’alimentation des écrans et referma la porte. A quoi pouvait bien rimer cette autoflagellation quotidienne ? De contempler encore et encore… et encore, son échec, sous toutes les coutures. De chercher à maudire la malchance ou le destin quand il voyait bien qu’en réalité… il avait mal calculé. Voilà tout. Une défaite est toujours un mauvais calcul. Le passionné de poker qu’il était le savait très bien : l’important, ce n’est pas les cartes…

Le bilan était négatif. Peu importe qu’on le lise à l’envers, sous l’eau, ou la tête en bas. Des années de travail envolées. Son labo en fumée. Il ne lui restait plus qu’une vulgaire parodie d’espace de travail… bien peu de matériel. Et bien peu de courage aussi. Pour faire tomber la bande à Goku, en un jour utopique que semblait bouder le calendrier.

Motivation zéro, donc. Il manquait la petite étincelle. Le déclic. Oh, peut-être suffirait-il d’une photo du visage de Goku.

Oui, peut-être. Gero allait essayer, après son café. Il allait fixer l’écran 8 qu’il fuyait toujours du regard. L’écran réservé aux images du n°1 de la bande ennemie, n°1 aujourd’hui trépassé.

Goku ad patres. Ou la seule petite consolation du créateur de Cell.
Consolation complètement gâchée par un minuscule détail qui — aux yeux dudit créateur — faisait bien la taille d’un éléphant dans un couloir. Le sourire que Goku avait affiché… une seconde avant de disparaître. Ce sourire qui hantait les rêves du vieux Hiéronimus… et scellait à jamais ses chances de pouvoir lui-même esquisser un sourire, bien caché sous sa moustache, par respect pour celui et celle qui le regardaient de là-haut, et en face desquels, sans lesquels, il n'avait pas le droit d'être heureux.

Non… Gero pouvait encore sourire. Si, si. D’ailleurs pour se le prouver à lui-même, il sourit à l’instant, sans raison particulière, en même temps qu’il versait le chocolat soluble dans une tasse en céramique. Oui, il avait encore une raison de sourire. Ce fils qu’il avait trouvé… ce fils qui l’avait choisi, lui, malgré l’aigreur manifeste et la désinvolture que Hiéronimus avait ostensiblement affichées ce jour-là, au centre d’adoption. Ce fils qu’il avait failli surnommer Goku… pour se donner une chance d’oublier, de pardonner…

Oui, mais un fils n’en remplace pas un autre. Et Goku, même mort, avait encore deux enfants tout ce qu’il y a de plus joyeux. Tout ce qu’il y a de plus vivants. N’était-ce pas injuste ? Pourquoi ne pas rééquilibrer les comptes ? Oui, pourquoi pas.

Gero quitta la cuisine avec sa tasse encore fumante et s’affala sur le canapé trois places du salon, allumant la télévision au passage. Au cœur de cette pièce, la lune et les ténèbres avaient été terrassées par l’éclairage central de l’appartement au standing somme toute élevé… constitutif du dernier étage d’un immeuble planté aux abords du centre-ville.

Gero grignotait tranquillement un petit tube de chocolat blanc…… lequel se brisa soudain sous la pression de ses doigts. Le cœur du veuf s’accéléra… puis battit à tout rompe. Il tomba à genoux… fixant l’écran d’un regard anéanti.

Un flash-info, en direct. Un train déraillé… un train à la dérive, un train en folie… un train cerné par les hélicoptères qui ne l’empêcheront certainement pas de tomber dans le ravin que sa course surréelle lui destinait.

Gero lâcha un cri du cœur… et se rua vers l’écran plat pour l’agripper violemment des deux mains, collant son nez à l’image horrifique défilant devant ses yeux déjà larmoyants. Ce train… c’était celui de son fils à lui.
C’était celui que prenait toujours son fils, en rentrant de son cours de Karaté, après l’école.

Gero secoua l’écran comme un possédé et hurla pour lui-même. Puis son esprit cartésien lui péta les genoux et le fit s’écrouler au sol.
Plus calmement, Gero glissa une main dans sa poche, en sortit une cigarette… qu’il porta à sa bouche, avant de l’allumer fébrilement.

Il ne paniquait plus.

Ses yeux suivaient la situation en direct, à l’écran.

Il ne pouvait rien faire, sa tête avait déjà brassé 1001 options, en moins de deux secondes… mais aucune ne s’avérait théoriquement concluante. S’exciter ne servait à rien. Il allait simplement suivre ce qui passait à l’écran. Et si ce train tombait… si ce fils-là ne survivait pas… et bien il irait le rejoindre — lui et l’autre — loin de ce monde injuste, loin de cette existence putassière.

Le train glissait encore sur le tapis d’herbe folle. Dans sa course… il avait arraché quantité d’arbres. Certains troncs l’éventraient de part en part. La machinerie entière tanguait désormais, à moitié immergée dans le vide.

Quelques secondes plus tard, l’immense chenille mécanique jouait les funambules sur le fil d’une falaise immense… supplantée par un gouffre qu’on eut cru infini. L’équilibre du titan de fer ne tenait plus qu’à un fil. Si le battement d’aile d’un papillon au loin le faisait basculer en arrière, alors espoir il y aurait encore. Si une mouche se posait à l’avant… alors c’était la fin des haricots.


Le train bascula en avant.


Les cris quintuplèrent. Gero cherchait nerveusement son fils du regard, au niveau du bord inférieur de l’écran, d’où étaient retransmises les images prises depuis l’intérieur du train, au moyen du téléphone d’un passager. Rien. Gordon n’était visible nulle part.
Le train plongea dans le vide absolu… et Gero sentit son âme suivre précisément la même ligne courbe.

Et soudain… plus rien. Si, il y avait encore des cris. Mais un miracle semblait s’être produit, là, sous les yeux humides du vieux Hiéronimus. L’espace d’un instant, il comprit que sa volonté avait franchi le seuil de l’inexistence pour se matérialiser et stopper l’inexorable chute du train, par magie. Non, pas par magie… Gero fit instinctivement le lien avec les capacités de Chaozu, qu’il venait de se découvrir…
… avant de comprendre qu’il n’en était rien. C’était beaucoup plus simple que ça… si le train ne tombait plus… c’est tout bêtement parce que quelqu’un supportait son poids par en dessous.

La silhouette — qui n’était au départ qu’un petit point noir — finit par se préciser par le miracle du zoom intégré aux caméras des divers reporters couvrant l’incident. Les cris de terreur résiduelle se mêlaient aux acclamations tonitruantes. C’était si fort que Gero crut être lui-même au cœur de l’action, alors qu’il n’était que dans son salon.

Il tituba en arrière au large du parquet… jusqu’à trébucher sur un divan dans lequel il s’enfonça… encore en état de choc.
Il jeta un nouveau coup d’œil à l’écran… pour s’assurer que c’était bien celui qu’il pensait que c’était…

Gohan.
Son Gohan… fils de Son Goku. Venait de ramasser le train au vol… et le déposait à l’instant sur la terre ferme.

Gero se mit à trembler, des jambes… puis des lèvres. Ses yeux couleur café au lait rougirent… et s’embuèrent… et rougirent encore ; et c'est à ce moment pile… que son téléphone sonna. Ce n’était pas Gordon, Hiéronimus ne lui avait jamais acheté de téléphone. Gordon avait une montre dûment customisée à la place. Certainement cassée… vu qu’il ne l’avait pas contacté. Ce n’était pas Gordon… c’était les secours.


~~~~~~~~


— Merci à vous.

Gero referma la porte et accompagna son fils jusqu’à la kitchenette.

Gordon monta sur un tabouret et vit un bol de lait chaud, des gâteaux secs et des fruits à disposition, pour lui. Gero s’assit en face, cigarette en bouche, et détailla Gordon du regard à la recherche de blessures… tout en faisant mine de regarder ailleurs, sachant bien à quel point le petit détestait être épié comme Gero aimait le faire.

— Ha… apparemment tu n’as pas trouvé le café cette fois.

— Sérieusement ? Tu viens d’échapper à une mort certaine… et c’est tout ce que tu trouves à dire ?

— C’était cool. C'est moi qui filmait, c'est pour ça que tu ne m'as pas vu sur l'écran. Mais je crois que je me suis fais pipi dessus quand même.

Un silence perdura quelques petites secondes… avant que père et fils n’éclatent de rire — un craquement largement plus nerveux qu’hilare. Gordon, après avoir mangé, insista pour disputer un bras de fer avec Gero, arguant qu’avec toute l’adrénaline qu’il avait dans le sang, cette fois, il ne pouvait que gagner.

Il perdit. Et alla se coucher une demi-heure plus tard.


~~~~~~~~


Gero posa lourdement ses deux mains à plat, sur la table au centre de la chambre se voulant la plus lugubre de ce T5. Son laboratoire de fortune. Toujours fermé à clé ; Gordon n’y avait jamais mis pied… du moins Gero l’espérait-il. Il y avait cette fois-là…

Cette fois-là… où il était revenu des courses au supermarché… et — en entrant dans son bureau scellé — avait remarqué un papier incliné vers la gauche à 60°. Lorsqu'il avait vu ce papier pour la dernière fois… il n'était incliné qu'à 40°. C’est que Gero avait une mémoire photographique. C’est que c’était plus qu’embêtant, aussi. Mais c'était peut-être le vent…

Gero avait néanmoins stressé à grosses gouttes, une bonne semaine après ce jour, qui fort heureusement coïncidait avec la période de maintenance du corps de Freezer, lequel se trouvait par conséquent dans une tout autre pièce, d'un tout autre local, un garage, loué pour l'occasion. Gordon n’avait donc pas pu tomber dessus. N'empêche… il y avait encore les écrans bizarres, les câbles partout, les plans de conception des cyborgs, des bombes… ; aussi, toute la semaine, Gero avait-il craint que Gordon ne lui pose la question qui tue : « c'était quoi ces machins, dans ta pièce secrète ? » ; mais rien. Rien. Le vent, donc.

Il fit glisser ses mains, à l’aventure le long de la table à la froide blancheur ; elles dérivèrent au large du visage de Freezer, puis en chutèrent pour patiner sur son torse cireux. Le corps était étendu sur le dos… bardé de câbles, de tubes et tout un tas d’autres implants bigarrés dont Gero s’avouait parfois oublier l’utilité.

Des points de suture longeaient le corps du nihilien, parfois entrecoupés de plaques de métal blanc. Gero venait de poser ce corps — plutôt lourd à porter pour un vieil homme — sur la table à manger… faute de table d’opération. Il le contemplait encore. Le cadeau de Trunks. Ce même Trunks qui n’avait fort heureusement pas eu la bonne idée de vaporiser le corps de l’héritier de Cold, lui préférant un banal découpage en apéricubes, avant de l’oublier… l’abandonnant aux vers et à la poussière.
Le self-service avait bien sûr était trop tentant pour Gero, à l’époque.

Durant les premières heures, le passionné qu’il était avait évidemment perdu toutes ses rides et retrouvé son âme d’enfant. Ce cadeau lui semblait inestimable, miraculeux. Pour un temps, l’intention du revival de Freezer avait concurrencé le reboot du projet Cell… dans le cœur du scientifique. Lequel projet avait été mis en stand-by… Gero ayant cessé d’y croire un beau jour, à force de vérifier l’intérieur de la cuve chaque matin… et de n’y jamais déceler aucun signe de vie. Quelle ne fut sa surprise alors… quand il vit Cell être apparemment achevé en secret par un certain ordinateur, d’une autre époque, et finalement avoir la fin qu’on lui connaissait.

A la mort de Cell… Gero s’en était retourné à son projet n°1, qu’il n’avait d’ailleurs mis en pause que pour suivre sur ses écrans les tribulations des cyborgs finalisés par ce cher C-20 ; puis les frasques de l’être qui se prétendait parfait. A la mort de Cell… Gero en était donc rapidement retourné à son projet favori et s’était tout aussi rapidement laissé aller à fantasmer tout un tas d’objectifs et paliers à atteindre avec le corps de Freezer… comme dépasser C-16. Cell même. Pourquoi pas ? Et plutôt facilement d’ailleurs, avec du bon matériel.
Et une bombe-joker qui cette fois n’aurait aucune chance d’être trouvée ou désactivée.

Rétrospectivement, Cell était bien né d’une banale compilation d’archives vidéo… et de quelques éclats de sang.
Alors là, alors là… qu’est-ce que Gero — et pas son ordinateur — ne pourrait pas faire… avec le corps presque entier du #1 des nihiliens.
Rien. Il allait battre — exploser — tous les records.

Enfin, ça… c’était avant que son laboratoire ne soit détruit et qu’il n’ait à fuir les montagnes en catastrophe, la queue entre les jambes ; abandonnant derrière-lui l’immense majorité de ses ressources… dont ses 4 meilleurs cyborgs… ; les 2 les plus fiables ayant finalement été détruits, à commencer par celui qui sans le savoir se prenait pour lui ; et puis l’autre, le seul au courant de sa double-identité… et surtout le seul qu’il aurait bien aimé revoir.

Les 2 derniers ayant finalement survécu par la force des choses, se réservant ensuite le droit de goûter aux fruits d’une liberté miraculeusement acquise. A eux, il ne tenait rigueur aucune… à chacun de jouer sa partition. C’est sans honte qu’il leur serrerait la main au Paradis. Oui, car Gero se destinait le Paradis. L’Enfer c’est pour les méchants. Ce qu’il n’était évidemment pas.
Et Dieu — tout intelligent qu’il est — serait assurément de cet avis.

Bilan des courses : Trunks lui avait fait un cadeau des plus gracieux — avec le corps de Freezer — mais il lui avait aussi confisqué les ciseaux permettant d’ouvrir correctement le paquet. Gero fut donc contraint d’éventrer ce même paquet avec les doigts… au risque d’en abimer le trop fragile contenu… pour un résultat bien moins intéressant au final.

Enfin… ça dépendait à quel niveau. Gero était quasiment passé d’ordinateurs quantiques super pointus à quelques rouleaux de scotch, une boîte à outil playmobil et du fil de couture. Mais étrangement… il n’avait jamais autant laissé parler sa fibre créatrice qu’en cette circonstance de déche technologique totale. Il avait redécouvert son art… réinventé sa voie. Le robot qu’il avait conçu des restes de Freezer… était bien plus qu’une arme de destruction massive. C’était un bijou de customisation.

Si Gero n’avait jamais pu faire parler sa créativité au niveau de sa voiture — puisqu’étant un nerveux du volant qui rentrait toujours avec une carrosserie défoncée — il s’était lâché en contrepartie sur cette œuvre mythique…… qui assurément serait sa dernière, car il avait un fils à éduquer maintenant. Cette œuvre qu’il nomma C-F… en référence à Freezer mais aussi à « finale ».

Hiéronimus caressait du doigt un interrupteur rustiquement accroché à une barre métallique rouillée. Cet interrupteur qui normalement remettrait ce robot sur pied… si actionné. Robot extérieurement tout en chair ; et — en termes de puissance brute — d’un niveau bien supérieur à celui de feu Mecha-Freezer. Mais tellement moins que Cell… et même un peu moins que C-16…

C-16…
C-16…
Samir…

Gero serra le poing… puis se tint la tête, en proie à diverses images de Gohan se télescopant dans son esprit. Il se dirigea finalement vers l’un des trop nombreux ordinateurs portables de la pièce exigüe, vestiges d’un toc de programmeur (une instruction par fonction) hérité de l’un de ses directeur de thèse les plus illuminés. Ses doigts pianotaient bientôt sur les deux claviers tactiles face à lui. Avant de réveiller C-F… il fallait déjà intégrer la toute dernière fonction du programme de ce dernier. Comme il l’avait fait pour C-16 à l’époque. Cette « fonction racine » qui définissait la priorité n°1 du cyborg reprogrammé.

Pour C-16 cette fonction avait été « détruire Son Goku »… de mémoire. Il était impératif de porter la plus grande attention aux mots choisis. Un robot n’étant pas censé savoir adapter son code à une situation imprévue.

Aujourd’hui, son Goku était mort. Et deux jours plus tôt… voire quelques heures plus tôt, avant l’incident du train… Gero était persuadé de savoir quelle fonction racine il allait implanter dans le code de C-F : « Tuer Gohan ». Oui, quelques heures plus tôt… la question ne se serait même pas posée. Les doigts de Gero se firent hésitants… planant au dessus des touches, se figeant dans le vide parfois. La dernière phrase… il fallait écrire la dernière phrase ! Mais quoi ! Qu’est-ce qu’il fallait écrire !

…………………………… Pardonner ?

Gero figea à nouveau ses doigts au dessus du clavier. Goku avait deux fils. Le plus âgé était quasiment imprenable.
Mais le deuxième… c’était du tout cuit. Ce n’était qu’un bébé… qui trainait dans les bras de sa mère quand Gohan allait à l’école, ayant été scolarisé depuis peu, avec deux classes d’avance d’ailleurs ; moins du fait d'une intelligence singulière qu'en conséquence du travail abattu par sa mère, qui dans son obsession d'éviter à son garçon d'avoir à rougir de ses pairs citadins, l'avait finalement emmené à avoir plusieurs trains d'avance sur les connaissances académiques standards d'un enfant de 13 ans.

Les doigts du vieux Hiéronimus tremblaient… Et le bip d’un appareil l’arracha temporairement à son dilemme. Pour lui en servir un autre complètement inattendu. Gero, médusé, regardait l’écran n°11. Celui qui était raccordé à une installation satellitaire actuellement en orbite autour de la planète rouge. L’une des nombreuses Installations gouvernementales au cœur desquelles Gero avait pu discrètement se frayer un accès… au moyen de quelques pirouettes informatiques. Il s’était ensuite arrangé pour détourner les images… gardant pour lui les vraies… desservant aux autres les séquences qu’il avait préenregistrées.

Certainement à dessein de monnayer l’exclusivité d’une quelconque découverte, à des journaleux.

Il y avait l’image. Et le son. Et ce que Gero captait à cet instant n’était autre qu’un dialogue intelligible… ayant probablement cours au sein de la gigantesque structure ovoïde… en approche du sillage terrien. Gero pensa immédiatement à de nouveaux envahisseurs. En fait, ce n’est pas qu’il y pensa… c’était explicite… vu leur conversation sans grand équivoque.

Et là, arriva une chose des plus étonnantes pour qui n’était pas habitué aux frasques du personnage. Gero passa en l’espace de ¾ de seconde… d’une expression exsangue et consternée à un sourire glacial. Il réfléchissait vite… ceci explique cela.

Gero s’empara d’un microphone et — quelques branchements et ajustements techniques plus tard — tenta d’entrer en communication avec ce qui avait tout l’air d’être la vague n°2 d’invasion de l’empire du froid ; vague jadis menée par Freezer.
Gero se demanda qui ils avaient bien pu trouver comme challenger cette-fois. Freezer en tout cas — ou plutôt C-F — eh bien il était là, justement, à portée… ; et serait même — sauf erreur de calcul — normalement déjà opérationnel pour arpenter les premières marches de l’espace, quelques minutes après le démarrage, le temps de “laisser les moteurs chauffer”.
Gero commença à sentir l’excitation le submerger.

La discussion s’initia. Le scientifique avait dégainé son arsenal rhétorique le plus aiguisé. Tentant de persuader Sorbet de la plus-value qu’il pouvait constituer pour eux. Du fait aussi qu’ils avaient un ennemi commun. Et tant d’autres choses encore. Mais s’il avait pris la peine de ne pas se lancer dans un monologue enflammé… il aurait su bien plus tôt à quelle sauce il était prévu qu’il soit mangé.

— Mais vous allez vous taire deux secondes…

— Oui, j’avais beaucoup de choses intéressantes à dire, voilà tout. Mais j’espère avoir démontré mon engagement, ma bonne foi, et l’apport que je peux représenter à vos yeux. Je connais la fameuse bande du super sayen sur le bout des doigts. Donnez-moi une semaine, votre technologie et votre logistique… et je me moque de savoir quel entrainement ils ont bien pu subir depuis le temps. J’ai déjà échoué face à eux… vous pensez bien que cette fois, je saurai anticiper TOUTES les éventualités et tous les retournements de situation.

— Vous les connaissez bien, ça je n’en doute pas.

— Absolument, par conséquent…

— Vous les connaissez-bien pour la bonne et simple raison que vous faites partie de leur bande, coquin. Me pensez-vous né de la dernière pluie………… Hiéronimus Gero ?

— Que…. quoi… non…. attendez……… attendez… comment connaissez-vous mon nom ?

— Je sais beaucoup de choses. Je ne vous ai pas attendu pour me renseigner sur la Terre. Ni pour envoyer des espions qui auront su retracer les grandes lignes de l'histoire contemporaine de votre planète… lignes dans lesquelles vous êtes, malheureusement pour vous, inscrit en gras et souligné, pour qui sait chercher. Et croyez-moi, vos mini-robots-espions à côté de mes contacts… c'est du pipi de chat. Dites-moi… comment va le petit Gordon ? Bien j’espère.

Gero se figea un instant. Gordon allait bien, là n’était pas la question. L’image du papier incliné à 60° lui était revenue à l'esprit. Il se demanda immédiatement sur quels types d'informations ils avaient mis la main… à part quelques photos, les plans de conception des bombes et des cyborgs… et quelques fiches par ci par là — quasiment impossibles à déchiffrer vu l’écriture de médecin sous antidépresseur — tout ce qui était vraiment important était protégé soit par un mot de passe quasi-impossible à cracker — comme c’était le cas pour les bandes vidéo des écrans aux murs — soit par un mécanisme incendiaire à la sophistication certaine.

De toute façon, même s’ils en avaient fait sauter les codes d’accès, les images diffusées sur les écrans ne pouvaient être manipulées… ou comprises, par un regard profane. Non, définitivement… ils n’avaient mis la main que sur des détails.

— Je ne vous ai pas attendu pour savoir tout ça Hiéronimus... ni pour établir une stratégie prenant en compte TOUTES les éventualités, comme vous dites. C’est mon métier, après tout. Pas un art que vous voudriez improviser dans nos bureaux.

— Balivernes…. Je ne faisais que bluffer… cette stratégie ultime n’existe pas.

— C’est bien…. On progresse.

— Vous êtes en train de me tester ?

— Non, je suis en train d’essayer de vous expliquer, le plus courtoisement du monde… que vous êtes un homme mort… Hiéronimus.

— … Cette partie-là a dû m’échapper alors. Expliquez-vous.

— J’ai déjà expliqué. C’est vous qui n’écoutez pas. Vous faites partie de ce groupe que vous prétendez vouloir décimer. Vous n’êtes rien d’autre qu’un espion à leur solde. Au revoir, Gero. Bien joué quand même…

— Vous débloquez complètement monsieur le crétin… je les hais. Connaissez-vous la définition de la haine ?

— Et #18… ça ne vous dit rien, Hiéronimus ? C’est bien votre création ? Celle-là même qui est mariée à ce guerrier qui certainement est aussi l’un de vos proches amis. Peut-être même avez-vous été le parrain de la petite Maron… ?

— Que……? pffff…. vous êtes tombés sur des photos dans mon bureau et vous êtes partis complètement à côté de la plaque……, nous sommes dans le même camp Sorbet. Je peux tout vous expliquer.

— Non merci. Contentez-vous de mourir en même temps que tous ces nuisibles. Son altesse Winter va descendre sur Terre sous peu. Profitez de vos derniers instants de calme…… et allez prendre un café.

La transmission fut interrompue. Gero tapota rageusement sur son micro… avant de lâcher l’affaire. Il n’avait même pas eu le temps de leur parler de C-F. Peut-être que s’il avait commencé par ça… la discussion aurait pris une autre tournure. Qu’il aurait pu négocier, finasser… et sauver la terre… juste s’il avait commencé par ça, plutôt que de chercher à garder le meilleur pour un coup de pression final. Peut-être. Peut-être pas. Il ne le saurait jamais. Ce qu’il savait par contre… c’est que Sorbet avait menti plusieurs fois durant leur échange. Vraisemblablement… il semblait au courant de la mort de Goku… mais ne savait apparemment rien du fait qu’il existait non pas un mais deux super sayens encore en vie. Il ne savait rien non plus de l’existence de Gohan… ni de sa capacité à passer en super sayen. Encore moins l’existence du niveau 2 de tous les cauchemars.

Autrement dit, certaines des fiches du père adoptif de Gordon — certainement les plus lisibles — avaient étaient déchiffrées d’une manière ou d’une autre… mais ses mots de passe avaient tenu le coup. Il y avait une chose en tout cas à propos de laquelle Sorbet avait vu juste : avec tout ça, Gero avait, non pas envie, mais besoin… d’un café. Et d'une cigarette tant qu'à faire.

Tout de suite.


Et alors qu’il se dirigeait vers la cuisine… son regard se posa hasardeusement sur l’écran d’ordinateur duquel clignotait un curseur…. en attente de la « fonction racine » de C-F. Ce curseur impérieux qui clignotait… lentement… régulièrement… le chant des sirènes, pour tout informaticien, même amateur. Gero sans trop contrôler son propre corps pris la direction du siège de bureau et s’y installa. Tel un fantôme gangréné par ses automatismes… il plaça ses doigts en suspension au dessus du clavier.

Il était temps de boucler ce dossier. Il lui fallait à tout prix un café, vraiment tout de suite. Il allait écrire n’importe quoi…
…vraiment n’importe quoi, la première phrase débile qui lui viendrait en tête.

Et c’est précisément ce qu’il fit.



Nous espérons que ce chapitre vous aura plu autant que le précédent :p Next Update : 06/01/2016



Dernière édition par Max le Mer Jan 06, 2016 20:30, édité 3 fois.
Cogito Gero Sum[Terminée] : Fic en duo avec Omurah.
Avatar de l’utilisateur
Max
 
Messages: 1454
Inscription: Lun Fév 20, 2012 15:01
Localisation: Dans un univers imaginaire

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar ButterflyAway le Dim Jan 03, 2016 3:22

Ça c'est du omurah à n'en pas douter. La pause café l'a trahi. Je mets l'effacement de ma fic en jeu. :mrgreen:

(à part ça, je ferai un "vrai" fat commentaire très riche en vitamines prochainement)
LE TEST
Image

« Je pense qu'on tient avec le Test et le Sacre les héritiers de ce que furent CFC et l'Empereur Saiyen »
- Tierts -
« C'est tellement romanesque, J'AI AIMÉ PU**** ! *o* »
- Kyra1306 -
« On est dans le haut du panier de ce qu'on trouve sur le forum »
- anonymefromlozane -
Avatar de l’utilisateur
ButterflyAway
 
Messages: 1171
Inscription: Dim Fév 23, 2014 20:33
Localisation: derrière un Bingo Destructeur

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Bushido le Dim Jan 03, 2016 3:54

Samir.

Je trouve que "Orange", en tant qu'ancien membre de l'armée du ruban rouge, serait mieux passé comme prénom. :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Bushido
 
Messages: 4732
Inscription: Lun Avr 22, 2013 14:40

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Lamantin_Furtif le Dim Jan 03, 2016 4:17

me demande la tronche que va tirer le torréfacteur du coin lorsque l'ex-maître de l'univers viendra lui piller sa marchandise.

Votre fic est excellente, au passage :D
"Dorenavant votre rage me parviendra comme un sketch de Gad Elmaleh"
Many, 12 juin 2016


Mes Fics (dans l'ordre de parution)
Guerres Glacées
Une couronne à terre
Alpha et Oméga
Héritage

Image
(on remerciera kouki pour cette bannière)
Avatar de l’utilisateur
Lamantin_Furtif
 
Messages: 1044
Inscription: Dim Nov 04, 2012 19:39
Localisation: Juste derrière vous.

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Imate le Dim Jan 03, 2016 5:33

Vous le faites exprès ou quoi ? Vous croyez que c'est simple pour moi de me retenir de faire de longs commentaires avec de tels chapitres ? xD

La première chose qui me vient en tête - c'est "mon dieu la mise en scène" - déjà ça c'est un point que j'adore. Plutôt que se focaliser sur l'histoire, il y a réellement une recherche dans la façon d'écrire, que ce soit le début avec un focus sur les écrans, ou la manière dont parfois la narration est utilisée afin d'avoir l'impression d'être dans la tête de Gero (sympa au passage de lui filer un prénom, mais je vais surement rester sur son nom de famille un petit moment^^), presque comme avec un narrateur personnage, je pense par exemple à certaines hésitations dans la narration (hésitations volontaires j'entend), ou à un langage familier ("chocolat soluble à la con" est le premier passage du genre qui m'a fait tilter).
Le style d'écriture est vraiment original, allant parfois dans une certaine dérision des faits avec encore une fois cet usage du langage familier (Freeza sama découpé en "apéricubes" :lol: )

L'histoire en elle même, là on va loin dans le what-if ! Il ne s'agit plus seulement d'un "et si..." entraînant une suite d'événements différents du manga, là c'est une vraie ré-écriture. On a N°20 qui en fait n'était pas le vrai Gero, et donc un Gero toujours bien vivant, avec à sa disposition un Freeza rafistolé car non réduit en cendre, un "second fils" de Gero (le premier étant le haut gradé du Red Ribbon tué par une balle dont s'est servit Gero pour le modèle de N°16, au passage j'adore le clin d’œil, on voit que vous connaissez tous les deux votre sujet). Et en plus de tout ça, le Winter qui va débarquer sur Terre.

Après un Winter badass à souhait, on se retrouve avec un vieux Gero mélancolique en pleine dépression et visiblement en route pour une grande rédemption en sauvant la Terre (d'ailleurs pour le coup en un chapitre de fan-fic j'ai découvert un intérêt pour le personnage de Gero qui jusqu'ici ne m'en avait jamais procuré, ne serait-ce que sa crise de panique face aux écrans suivie d'une calme olympien accompagné d'une petite clope quand il réalise que s'énerver ne sert à rien, ce qui souligne à merveille son caractère froid de génie, j'adhère), et un "C-F" (la VO donnerait N°F c'est sur que ça sonnait pas top..) qui va nous offrir une nouvelle vision de la résurrection du tyran. En plus d'une ré-écriture des événements du manga, vous nous proposez une ré-écriture du dernier film, naviguant librement entre what-if sur le manga d'origine et sur les nouveautés qu'on nous sert cette année. Je trouve le concept de plus en plus intéressant.

Avec ce chapitre riche, et la manière originale dont il est clôturé avec ce "mot mystère" que Gero se décide enfin à taper, je pense pouvoir résumer ma pensée en une phrase : Rendez-vous le 06/01/2016 ! (ouais je sais parler de résumé après un tel pavé c'est osé, mais j'ai pas pu résister :mrgreen: )

PS : Je félicite aussi rapidement Abysse au passage, le dessin est top ! :D
Dernière édition par Imate le Dim Jan 03, 2016 13:44, édité 1 fois.
« Un Général...ne doit jamais faillir à son devoir »

Image
(Portrait de Danmarine par Kouki)
Dragon Ball Extended Universe : Les Chroniques d'une Guerre
(statut : en cours ; 31 chapitres publiés ; chapitre 32 en cours d'écriture)
Avatar de l’utilisateur
Imate
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 2428
Inscription: Ven Sep 04, 2015 0:23
Localisation: Amiens, Somme, Picardie

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Paulemile le Dim Jan 03, 2016 11:07

D'accord avec Imate sur la mise en scène. C'est impeccable. La description du "labo" de Gero, la manière de penser de ce dernier... Je ne l'aurais jamais vu adopter un fils, surtout qu'il doit avoir, allez, au moins 70 piges. Mais bon, pourquoi pas, ça rajoute un peu de profondeur.

Par contre Imate, je ne suis pas d'accord avec toi sur la période. C'est 2 ou 3 ans après la mort de Cell, pas plus. Gohan a 13 ans et Goten est encore bébé. Tu as dû confondre l'âge des deux :P
Du coup, normal que Goku soit encore dans l'au-delà.

J'ai juste un peu tiqué sur la conversation entre Gero et Sorbet, qui s'enchaîne un peu trop vite. On dirait limite que les deux se connaissent déjà.
Sorbet n'est pas surpris qu'un terrien communique avec lui avant qu'il atterrisse (même s'il est soi-disant au courant de tout, c'est étrange). Ca ne suffit pas à faire baisser ma curiosité quant à la suite du scénario. Tout de met en place bien comme il faut, ça fait envie !

Bon sinon, un truc qui selon moi ne fonctionne pas, c'est l'histoire de Freezer rafistolé car Trunks l'a laissé en morceaux sans le vaporiser. Or, Trunks vaporise bien les apéricubes de Freezer dans le manga. On voit bien qu'il n'en reste pas grand chose. Incohérence de côté-là, du coup... qui ne me dérange pas plus que ça, bizarrement.
Une pirouette du genre "Gero trouve des restes calcinés et arrive à reconstituer un semblant de corps", ça passerait bien pour moi :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Paulemile
 
Messages: 2026
Inscription: Jeu Août 11, 2011 19:50

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Imate le Dim Jan 03, 2016 13:43

Paulemile a écrit:Par contre Imate, je ne suis pas d'accord avec toi sur la période. C'est 2 ou 3 ans après la mort de Cell, pas plus. Gohan a 13 ans et Goten est encore bébé. Tu as dû confondre l'âge des deux :P
Du coup, normal que Goku soit encore dans l'au-delà.


Ah oui effectivement, autant pour moi, du coup ça fait quelques questions en moins :P
« Un Général...ne doit jamais faillir à son devoir »

Image
(Portrait de Danmarine par Kouki)
Dragon Ball Extended Universe : Les Chroniques d'une Guerre
(statut : en cours ; 31 chapitres publiés ; chapitre 32 en cours d'écriture)
Avatar de l’utilisateur
Imate
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 2428
Inscription: Ven Sep 04, 2015 0:23
Localisation: Amiens, Somme, Picardie

Re: [fic en duo] Cogito Gero Sum

Messagepar Max le Dim Jan 03, 2016 14:49

Hello ~

Merci à tous pour vos commentaires ! J'vais tenter d'y répondre, encore une fois sans spoiler.

Butterfly (génial ton avatar au passage) -->

Spoiler
ButterflyAway a écrit:Ça c'est du omurah à n'en pas douter. La pause café l'a trahi. Je mets l'effacement de ma fic en jeu. :mrgreen:

(à part ça, je ferai un "vrai" fat commentaire très riche en vitamines prochainement)


On dit rien pour l'instant, on verra à la fin de la fic pour faire un compteur de points :mrgreen:


Bushido -->
Spoiler
Bushido a écrit:Samir.

Je trouve que "Orange", en tant qu'ancien membre de l'armée du ruban rouge, serait mieux passé comme prénom. :mrgreen:


Le pauvre gosse qui s'appellerai Orange x) :lol:

Lamantin -->

Spoiler
Lamantin_Furtif a écrit:me demande la tronche que va tirer le torréfacteur du coin lorsque l'ex-maître de l'univers viendra lui piller sa marchandise.

Votre fic est excellente, au passage :D


Merci ! =p (Je viens de m'imaginer C-F se balader dans le vaisseau en portant des cuves à bout de bras, l'air hagard :mrgreen: )

Imate -->
Spoiler
Imate a écrit:Vous le faites exprès ou quoi ? Vous croyez que c'est simple pour moi de me retenir de faire de longs commentaires avec de tels chapitres ? xD


Aha, le troisième est un peu moins consistant, il y aura sans doute moins à dire.

Imate a écrit:La première chose qui me vient en tête - c'est "mon dieu la mise en scène" - déjà ça c'est un point que j'adore. Plutôt que se focaliser sur l'histoire, il y a réellement une recherche dans la façon d'écrire, que ce soit le début avec un focus sur les écrans, ou la manière dont parfois la narration est utilisée afin d'avoir l'impression d'être dans la tête de Gero (sympa au passage de lui filer un prénom, mais je vais surement rester sur son nom de famille un petit moment^^), presque comme avec un narrateur personnage, je pense par exemple à certaines hésitations dans la narration (hésitations volontaires j'entend), ou à un langage familier ("chocolat soluble à la con" est le premier passage du genre qui m'a fait tilter).
Le style d'écriture est vraiment original, allant parfois dans une certaine dérision des faits avec encore une fois cet usage du langage familier (Freeza sama découpé en "apéricubes" )

On te remercie ! Si tu aimes le style d'écriture, rassure-toi, ce n'est pas près de changer, même si les chapitres ne sont pas tous égaux à ce niveau là (selon le sérieux de la scène)

Imate a écrit:L'histoire en elle même, là on va loin dans le what-if ! Il ne s'agit plus seulement d'un "et si..." entraînant une suite d'événements différents du manga, là c'est une vraie ré-écriture. On a N°20 qui en fait n'était pas le vrai Gero, et donc un Gero toujours bien vivant, avec à sa disposition un Freeza rafistolé car non réduit en cendre, un "second fils" de Gero (le premier étant le haut gradé du Red Ribbon tué par une balle dont s'est servit Gero pour le modèle de N°16, au passage j'adore le clin d’œil, on voit que vous connaissez tous les deux votre sujet). Et en plus de tout ça, le Winter qui va débarquer sur Terre, une Terre sur laquelle Goku n'a visiblement pas été ressuscité. Mais alors pourquoi ? Comment ? Quand les choses ont-elles divergé à ce point ? Pas de saga Buu ? Ou alors un dénouement différent pour celle-ci avec une victoire de Gohan ?
En tous les cas, ça change pas mal de choses. Non, ça change absolument tout !^^

L'époque semble être la même que Fukkatsu no F vu l'âge de Goten (si Fukkatsu no F se passe 5-6 ans après Buu puisque Pan est née, je me base alors sur l'âge de Goten pour dire ça, 13 ans donc). Mais vu que Gero observe toujours nos héros, et ne parle que de SSJ2 pour Gohan, je commence à douter de l'existence d'une saga Buu (puisque pas de SSJ3, et par conséquent s'il ne l'évoque pas, et surtout que Goku est mort, pas de SSJG et +). Mais comment ?
Les choses se précisent, notamment en apportant la réponse à "Pourquoi ce titre ?"; mais à la fois...s'embrument un peu pour moi^^ Enfin bon, ça me donne juste hâte d'en savoir plus au final.


Au niveau de l'époque, Paulemile a vu juste, CGS n'est pas contemporain à DBSuper ni à FnF, mais se passe quelques temps après la saga Cell. Attention, le prénom de Gero contient une référence :wink: (les vieux sauront);
Au niveau de la, ou plutôt des divergences, ça sera expliqué plus tard dans l'histoire, vous verrez si l'explication vous convient. On espère que oui ;)

Imate a écrit:Après un Winter badass à souhait, on se retrouve avec un vieux Gero mélancolique en pleine dépression et visiblement en route pour une grande rédemption en sauvant la Terre (d'ailleurs pour le coup en un chapitre de fan-fic j'ai découvert un intérêt pour le personnage de Gero qui jusqu'ici ne m'en avait jamais procuré, ne serait-ce que sa crise de panique face aux écrans suivie d'une calme olympien accompagné d'une petite clope quand il réalise que s'énerver ne sert à rien, ce qui souligne à merveille son caractère froid de génie, j'adhère), et un "C-F" (la VO donnerait N°F c'est sur que ça sonnait pas top..) qui va nous offrir une nouvelle vision de la résurrection du tyran. En plus d'une ré-écriture des événements du manga, vous nous proposez une ré-écriture du dernier film, naviguant librement entre what-if sur le manga d'origine et sur les nouveautés qu'on nous sert cette année. Je trouve le concept de plus en plus intéressant.

C'est vrai que malgré la différence d'époque, on peut voir ça comme une réécriture du dernier film, mais je m'attarde pas là dessus, étant donné qu'on fait le max pour pas spoil le scénario, qui va assez loin 8-)
(Tu m'as retourné l'esprit avec la VO, en y pensant la VO de la fic du coup c'est le français, c'est perturbant)
Heureux que le chara-design te plaise, on était un peu dans des eaux troubles avant publication x)

Imate a écrit:Avec ce chapitre riche, et la manière originale dont il est clôturé avec ce "mot mystère" que Gero se décide enfin à taper, je pense pouvoir résumer ma pensée en une phrase : Rendez-vous le 06/01/2016 ! (ouais je sais parler de résumé après un tel pavé c'est osé, mais j'ai pas pu résister )

Lire des pavés nous dérange absolument pas, au contraire, c'est plutôt au niveau des réponses que ça coince, on essaye de pas en révéler trop =p

Imate a écrit:PS : Je félicite aussi rapidement Abysse au passage, le dessin est top !

Entièrement d'accord !

Merci pour ton gros pavé, et rendez-vous mercredi donc =p


Paulemile -->

Spoiler
Paulemile a écrit:D'accord avec Imate sur la mise en scène. C'est impeccable. La description du "labo" de Gero, la manière de penser de ce dernier... Je ne l'aurais jamais vu adopter un fils, surtout qu'il doit avoir, allez, au moins 70 piges. Mais bon, pourquoi pas, ça rajoute un peu de profondeur.

Notre Gero est un peu différent de C-20, les années et sa nature aidant ( C-20 étant du coup un androide se prenant pour le réel Gero)

Paulemile a écrit:Par contre Imate, je ne suis pas d'accord avec toi sur la période. C'est 2 ou 3 ans après la mort de Cell, pas plus. Gohan a 13 ans et Goten est encore bébé. Tu as dû confondre l'âge des deux
Du coup, normal que Goku soit encore dans l'au-delà.

Exactamentemente. Toutafé 8-)

Paulemile a écrit:Bon sinon, un truc qui selon moi ne fonctionne pas, c'est l'histoire de Freezer rafistolé car Trunks l'a laissé en morceaux sans le vaporiser. Or, Trunks vaporise bien les apéricubes de Freezer dans le manga. On voit bien qu'il n'en reste pas grand chose. Incohérence de côté-là, du coup... qui ne me dérange pas plus que ça, bizarrement.
Une pirouette du genre "Gero trouve des restes calcinés et arrive à reconstituer un semblant de corps", ça passerait bien pour moi

Encore la faute de la/les divergences qui seront expliquées plus tard. C'est une incohérence volontaire, on sait bien qu'il en restait rien dans le manga =p

Merci encore !


J'précise que c'est une réponse improvisée, vous aurez peut-être un retour d'Omurah après concertation, ou alors je ferai un nouveau passage x)
Cogito Gero Sum[Terminée] : Fic en duo avec Omurah.
Avatar de l’utilisateur
Max
 
Messages: 1454
Inscription: Lun Fév 20, 2012 15:01
Localisation: Dans un univers imaginaire

PrécédentSuivant

Revenir vers Fanfictions

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Twisted et 2 invités